Téléchargement

publicité
Sciences de l’environnement
Economie
2011/2012
Cours 1 : management durable, l'évolution des entrprises
Du management environnemental (désuet) au management durable  pour les entreprises
SME : approche structuré de gestion d’entreprise
Buts entreprises : - rentabilité économique
- réduction ressources
- bien-être collaborateurs
on ne peut en améliorer un sans améliorer
les autres dans la même proportion
Politique environ. CH basée sur normes euro. (ex. : norme ISO 14001)
Démarches volontaires (ex. : EMAS)  obtenir un écolabel et améliorer performances entreprise
ISO (Organisation Internationale de Normalisation) est une ONG de 197 pays basée à Genève
 ISO 14001 : exigences pour la mise en place du SME (syst. de mang. enviro.) pour obtenir la certification (cette norme est le fruit de compromis)
 maîtriser impacts environ.
 s’améliorer sans cesse (enviro., économ.,...)
Eléments clés du SME selon ISO 14001 :
1. revue environnementale
2. politique environnementale
3. programme environnemental
SME
4. mise en œuvre et gestion
5. validation des performances
Mise en place en 4 étapes :
1. se préparer et connaître son entreprise : définir son engagement, ses partenaires, ses objectifs,...
2. orienter amélioration du SME : rédiger programme enviro., établir politique enviro.,...,
3. mise en œuvre SME : appliquer le prog. envi., gérer actions préventives,...
4. valider et faire certifier le SME : audits internes, informer le « public », assurer progress. SME,...
Management Durable (MaDu) : application du développement durable à l'entreprise
Exigences et attentes des parties intéressées
 produire et fournir les prestations
 satisfaction des parties intéressées
 Norme ISO 26000 (nov. 2010)
 développement durable avec santé et bien-être sociétal
 définition universelle de responsabilité sociétale (RS)
 "grande avancée" pour le changement des mentalités (notamment en économie)
 n'est pas une norme mais un guide des "bonnes pratiques"
Sciences de l’environnement
Economie
2011/2012
7 principes de la RS :
1. assumer sa RS
2. transparence
3. comportement éthique
4. respect intérêts parties prenantes
5. respecter lois
6. respecter normes internationales
7. respecter Droits de l’Homme
Bénéfices du MaDu :
Internes : - vision 360° du management de son entreprise
- nouvelle politique
- indications pour l'avenir
- amélioration gestion
- optimisation coûts
- respect lois
Externes : - amélioration image
- avantage sur la concurrence
Cours 2 : intégration de l'environnement dans l'économie
Assimilation déchets
Fournisseurs ressources naturelles
Fournisseurs d'aménités (ex. : paysage, biodiversité,…)
Equilibre du marché avec conditions supposées :
- stable
- optimal
- pas d'influence des agents
- produits pas distinguables
- pas d'effets externes
- pas de biens publics
Apparition dans le marché des coûts externes  coût social = coûts privés + coûts externes
Bien public : 1. on ne fait pas payer le consomm.
2. on ne révèle pas ses préférences
Protection environ. est donc un bien public
 alors qu'il est utile à tous, personne ne veut le
produire  tragédie des bien communs
Passager clandestin : laisser les autres produire
les bien publics et en profiter gratos (voir pt. 2)
Economie
Sciences de l’environnement
2011/2012
pollution : coût externe et bien public
 niveau optimal pollution dépend des :
- coût des dommages (↗ avec l'↗ pollution)
- coûts d'évitement (↗ avec l'effort de dépollution)
Si Cdom > Cévit  action de protect. de l'envir.
quand niveau d'assimilation
est atteint, dommages ↗
dépollue pollue
ex. : camion-poubelle
but : ↗ coûts dommages
ou ↘ coût remédiation
Comment atteindre X** ?  négociations entre :
1. les pollueurs qui ont le droit de polluer
2. les victimes qui ont le droit à un environ. sain
 les accords qui en découlent conduisent (devraient) à une allocation optimale des ressources
NB : négociation possible si droits de propriété sur l'environ. sont définis
mais si problème  poser des contraintes  cours 3
Cours 3 : instruments économiques des politiques environnementales
Instruments :
o persuasion  éducation, pub, programmes de vulgarisation, projets-pilotes,…
o accords volontaires  firmes décident de - polluer, certification de l'Etat pour éviter taxe
o interdictions  droits de propriété accordés aux victimes
o normes :
 qualité du milieu (air, eau, bruit)
 émissions max.
 produits (définir caractéristiques des polluants)
 procédés (fabrication, traitement)
 permis, licences  contrôles, limitations
o taxes, redevances  droits de polluer *1
o consignation, subsides  ↘ taxe si on a peu pollué *2
o marché de permis (de polluer) *3
*1 : pollueurs vont dépolluer jusqu'au prix de la taxe car ils auraient de toute façon payé + cher son
coût marginal de dépollution (il fait Cmarg = Ctaxe)
*2 : pollueurs vont dépolluer jusqu'au prix du subside pour pouvoir le toucher
*3 : certificats pour polluer  échangeables ou vendables (aux enchères ou non)
on peut en créer si on a pas atteint la limite
Sciences de l’environnement
Economie
2011/2012
certaines firmes ont des coûts de remédiation + élevés que d'autre  uniformiser  normes
mais taxe + efficace pour la société
 les firmes avec les Cmarg les + faibles vont donc faire un effort de dépollution + fort et vice-versa
Comment réduire gaz à effet de serre (GES) en CH ?
- réduire
- répartir l'effort (responsabilité, coûts, dommages,…)
- prévoir : politique d'adaptation (on accepte que cela arrive)
Problèmes :
- impact sur compétitivité
- incertitude  précaution
- tlm émet
- irréversibilité des GES
- problème global  action isolée inutile
Niveau mondial : 1992 sommet Terre à Rio / 1997 protocole Kyoto / 2012 fin Kyoto conférence Rio
Politique suisse :
Loi 1999 pour ↘ CO2 de 10%  jusqu'en 2007 : ↘ de seulement 2,7% (avec croiss. démogra. de 13%)
Loi sur le CO2 : mesures volontaires, si insuffis.  taxe, mécanismes internat. (aller réduire à l'étran.)
Convention  objectif de réduction à atteindre (avec délai)
But : éviter taxe CO2 en CH
Volontaire + coûts donc pourquoi s'engager ?
- responsabilités
- subventions pour audits énergétiques
- pas de sanction si cibles atteintes
- être les 1ers à bénéficier d'engagements formels
 + de 1'300 firmes ont déjà signé
Taxe si objectif pas atteint (max 210.-/t)
2002 : accords volontaire PAS ATTEINT
2005 : centime climatique (convention pour les carburants importés : + 1,5 ct/l) PAS ATTEINT
2008 : taxe sur le CO2 (36.-/t) : si engagement formel  exonération de la taxe
Recettes de la taxe redistribuées par l'assurance-maladie (normal, tlm la paie)
Cours 4 : croissance économique, qualité de l'environnement et développement durable
Assimilateur déchets et pollution  but : assimilation > émissions
Fournisseurs de ressources naturelles  but : régénération > prélèvements
Fournisseur d'aménités
croyance que l'Homme est ingénieux
popul ↗ donc besoins ↗
Soutenabilité faible : capital naturel peut être remplacé par capital manufacturé
Soutenabilité forte : capital naturel ne peut pas être remplacé par capital manufacturé
Sciences de l’environnement
Economie
2011/2012
PIB n'inclut pas aspects sociaux et environnementaux (que économie) (erreur serait jusqu'à 25% !)
avant : si PIB ↗  bien-être ↗
mnt : si PIB ↗  bien-être parfois ↘
 PIB vert : prend en compte l'environnement
a) économie : PIB + répartition revenus et fortune + qualité vie + croissance perçue
b) soutenabilité : indicateurs monétaires synthétiques + indicateurs physiques (seuils d'alerte)
 Indicateurs de développement durable
Epargne nette véritable ou ajustée :
- épargne = production - consommation (S = P - C)
- déduction amortissements
- ajout I en capital humain  problème car cela se borne aux dépenses éducatives
- déduction ↘ ressources naturelles
- ajout ↗ dommages naturels
- problèmes : soutenabilité faible, opaque (difficile à comprendre)
"Croissance est limité" car elle nécessite bcp d'inputs matériels et énergétiques + rejet déchets et
émissions  tôt ou tard, limite sera atteinte
Boulding 1966 : "économie de cow-boy  rien ne se perd, tout se transforme"
Georgescu-Roegen 1971 : "lors de la transformation, perte d'énergie"
Meadows report 1972 : club de Rome  annonce de catastrophe écologique (morts) si pas mesures
Odum 2003 : mesurer économie par des mesures d'énergie  décroitre optimalement
 conflits d'intérêts  problèmes politiques
Ehrlich & Horden 1971 : Impact sur environ. = popul. + revenu/hab + technologie (I = PAT)
d'autres études ont essayé de faire de l'empirisme plutôt que du théorique
Courbe de Kuznets
Avant seuil : croissance prélève ressources et pollue
Au seuil : croissance pollue moins car :
- ↗ naturelle de l'économie
- export pollution (délocalisation)
- D pour l'environ. liée à la richesse
+ on gagne, + il y a d'efforts pour l'envi.
- institution efficaces
- effet seuil : coût moyen de la dépoll. ↘
Conclusions :
o polluants globaux (tlm espère que ce soit l'autre qui combatte) vs locaux (impact régional)
o unité de mesure
o attention à la composition de l'échant. (pas prendre que des PVD p. ex.  étude biaisée)
o variables : éducation, coût d'opportunité de la protec. de l'envrion.
o publication : résultat, qualité étude
Croissance pas une condition nécessaire pour la prot. de l'environ. et pas tjrs la cause des problèmes
Autres vecteurs : contexte, capital humain, institutions, conjoncture économ. et environnementale
Sciences de l’environnement
Economie
2011/2012
Cours 5 : mesurer monétairement l'environnement
Analyse coût-bénéfices (ACB) : projet bénéfique si B ≥ C (avec tous les B et C dans unité commune)
Comment mesure la valeur de ce qui n'est pas marchand ?
o observation des comportements
o quantification des conséquences de la dégradation de l'envir.
o demande aux individus
o test de leurs réactions lors d'expériences
- valeur instrumentale : si c'est utile à l'homme  dépend des préférences  varie selon contexte
- valeur intrinsèque : ne peut pas être évaluée  ne dépend pas des préférences
- valeur peut découler de : usage, non-usage, usage futur
valeur de la vie : CH : 6 à 9 moi  problème : valeur différente selon pays  contexte donne la valeur à l'élément
Évaluation contingente :
o la + utilisée
o révèle préférences pas questionnaires donnés aux individus
o estimation valeur d'un bien environ. lors de la variation de sa qualité/quantité
o individus sensibles au questionnaire, questionneur, à ses préférences (p.ex. économiques)
o délimitation population concernée (usage, non-usage)
Valeur actuelle > valeur future  incertitude, croissance espérée, coût d'opportunité du capital
Méthode d'évaluation : processus déterminant les variations
ex. : 2 villas identiques, celle au bord de l'autoroute sera - chère que celle qui à la vue et pas le bruit
Téléchargement
Explore flashcards