le mot du président

publicité
Juillet 2013
Bulletin mensuel du club d’astronomie
Les Vagabonds du ciel de Lanaudière
En juillet et
août, c’est
congé de
réunions !!!
Par contre, le
club continue
d’être très
actif.
Activités du mois:
5 juillet à 20h30
observation publique aux
télescopes de Saturne et la
Lune au centre-ville de
Joliette.
6 juillet à 13h
observation publique aux
télescopes du Soleil au
centre-ville de Joliette.
site internet : http://www.vagabondsduciel.ca
LE MOT DU PRÉSIDENT
Avec la mauvaise température que
nous subissons depuis quelques mois
au Québec, on pourrait se demander
si Dame Nature est en colère avec la
voute étoilée!
Mais avec cette météo exécrable,
qu'est-ce qu'il nous reste à nous,
malheureux astronomes amateurs?
L'internet, les documentaires, les
photographies des amateurs d'ailleurs
dans le monde, les livres, les revues?? Et pourquoi pas notre imagination!
Univers va évoluer dans un futur très
lointain.
Vous
pouvez
devenir
un
planétologue en imaginant
l'environnement, le paysage et la constitution des nouvelles planètes que
l'on soupçonne l'existence autour de
d'autre étoiles, et même parfois qui
tournent autour d'étoiles multiples.
Vous pouvez devenir astronaute en
imaginant comment vous vous
sentiriez si vous étiez la première
personne qui mettrait le pied sur la
planète rouge !!
Il y a dans le monde de l'astronomie
une foule de phénomènes et d'objets
célestes exotiques encore mal
expliqués et que même les télescopes
les plus puissants ne peuvent détecter
ou au mieux, que les astronomes
professionnels ne peuvent que
déduire l'existence par le biais
d'observations indirectes.
Vous pouvez devenir l'instant d'un
moment théoricien en imaginant
qu'est-ce qu'il y a dans un trou noir,
quelle est la vrai nature de la gravité
ou d'imaginer comment notre
Imaginez, car depuis quelques temps
c'est le mieux que l'on peut faire en
attendant le beaux temps. Et il commence à être temps, car pour ma part,
je commence à avoir de la difficulté
à imaginer de quoi a l'air un ciel bien
dégagé!
13 juillet à midi
observation publique aux
télescopes du Soleil à SteBéatrix pour la fête de la
famille.
Bon ciel!
Dominic Marier
Le Messager Céleste, avril 2013
page 1
DEUX AMAS GLOBULAIRES
DANS LE SAGITTAIRE
M69 (ou NGC 6637) est un amas globulaire situé dans la
constellation du Sagittaire. Il a été découvert par l'Abbé
Nicolas-Louis de Lacaille en 1751, alors qu'il se trouvait
au Cap de Bonne-Espérance, et il l'inclut dans son Catalogue de l'Hémisphère Austral. Compte tenu de sa
déclinaison, M69 est assez difficile à observer depuis
l'hémisphère nord, et Charles Messier eut du mal à le
retrouver lorsqu'il chercha à l'observer. Il échoua une
première fois en 1764, et dut attendre 1780, alors qu'il
disposait d'un instrument plus puissant, pour l'observer à
son tour et l'inclure dans son catalogue le 31 août 1780.
La distance entre M69 et le système solaire est estimée à
29 700 années-lumière, et il se trouve en fait très proche
de son voisin sur la sphère céleste, M70 : environ 1800
années-lumière séparent les deux amas. Son diamètre est
d'approximativement 61 années-lumière.
M 69
Source: astronomeamateur.ca
M70 (ou NGC 6681) est un amas globulaire situé dans la
constellation du Sagittaire. Il fut découvert par Charles
Messier le 31 août 1780. William Herschel fut le premier
à la résoudre en étoiles, en le décrivant comme une « miniature de M3 ».
source : astonomeamateur.ca
M 70
Situé à environ 29 300 années-lumière du système solaire,
il s'en éloigne à la vitesse de 200 km/s. M70 est situé
relativement près du centre galactique, et se trouve de ce
fait légèrement déformé à cause des forces de marée. Son
diamètre réel est de 67 années-lumière environ.
Le noyau de M70 est très dense, et il a probablement dû
subir un effondrement gravitationnel par le passé, comme
d'autres amas globulaires, tels que M30 ou M62.
Source: astronomeamateur.ca
Dominic Marier
Club d'astronomie Les Vagabonds du ciel de Lanaudière
source : astonomeamateur.ca
page 2
Le Messager Céleste, avril 2013
Voyage vers les exoplanètes
En 1995 une première explanète est
codécouverte par l’astrophysicien
suisse Michel Mayor. Il s’agit de 51
Pégase. Mais en 1992, un astronome
polonais, Alexander Wolszczan avait
déjà détecté deux planètes autour
d’une étoile à neutrons hypervéloce
(produite par une supernova). Il y
aurait près de 800 exoplanètes connues
et plus de deux milliers qui doivent
faire l’objet de confirmation. On les
détecte en utilisant plusieurs méthodes,
entre autres celle de vélocité radiale,
la méthode dite du transit, les lentilles
gravitationnelles, la détection directe.
D’imaginer la perspective de trouver
de la vie complexe « ailleurs », n’estil pas un des rêves de l’homme.
Découvrir que nous ne sommes pas
seuls, se passionner pour l’immensité
de notre univers. Savoir et connaître.
Comprendre comment fonctionne
notre système solaire, comment vivent
les étoiles, comment notre univers
nous parle. Dans quelques années,
avec des télescopes spatiaux plus
performants, nous pourrons parvenir à
obtenir d’autres types d’informations.
Apprendre à la fois de nous et des
autres mondes.
Le lancement du satellite français
Corot et le satellite américain Kepler
on permit d’autres découvertes. Ce
dernier aurait identifié 2 planètes en
dehors de notre système solaire, mais
nous ne savons pas encore si la vie
pourrait potentiellement existée, mais
en théorie oui. «Kepler- 62e» et
«Kepler- 62 f» (codécouvreur
l’astrophysicien Justin Crepp).
Pour le moment, détecter des planètes
qui sont extrêmement éloignées n’est
pas simple. Parcourir cette distance est
du domaine de l’inimaginable. La lune
se situe à une seconde-lumière et il a
fallu plusieurs jours (195 heures) à la
Mission Apollo 11 pour s’y rendre.
Nous devons apprendre sur la formation des planètes avant
d’avoir une certitude. La
composition chimique et
l’atmosphère sont deux
domaines de recherche,
intéressants. On recherche
une planète à la
température agréable, à
une certaine distance de
son étoile, que son orbite
soit raisonnable permettant
des variations de température de variations vivables...et qu’il y est existence
d’eau liquide. En somme, il faut savoir
sa composition, si elle est gazeuse ou
rocheuse, sa masse pour en connaître
sa force gravitationnelle et si elle a de
l’atmosphère, parce que nous les
humains, nous respirons et elle ne doit
pas être trop élevé en effet de serre.
En avril 2013 Atlantico annonce la
découverte de 2 autres planètes qui
ressembleraient à la terre. Une
exoplanète près d’Alpha du Centauri
B (équipe dirigée par Xavier
Dumusque, observatoire de Genève) a
été détectée. C’est l’une des plus près
de notre Soleil. Mais à quelles distances sont-elles toutes de nous?
La vitesse de la lumière est d’environ
300 000 km/seconde, soit 9461 milliards de kilomètres par an. Pour se
rendre chez Pluton il faut faire 4,3 milliards de kilomètres.
La sonde Voyager va
à 61 200 milliards de
kilomètres. Il lui
faudra environ 20
000ans pour faire
une année-lumière.
Alors nos moyens de
locomotion devront
être plus performants
pour rejoindre nos
aspirations et notre curiosité
scientifique. Les distances à parcourir
sont une limite que seuls nos envies et
nos aspirations les plus fortes pourront
peut-être un jour dépasser. Nous
sommes loin d’Alpha du Centaure et
de Kepler-62. Il faut des rêves pour
qu’ils se réalisent. Maintenant, il me
faut beaucoup de foi pour que je puisse
m’imaginer voyager dans l’espace de
mon vivant. Mais à l’avenir je suis
certaine que d’autres le feront….
Ginette Beausoleil
http://www.atlantico.fr/decryptage/
quoi-sert-recherche-exoplanetesf r a n c o i s - f o r g e t 703975.html#BD0Ax2KToMutXirT.99
À PROPOS
DES SIGNES
ASTROLOGIQUES
Le ROC n’a pas été fertile en observation cette année. Il a plu toute la fin de
semaine. Mais ce fut néanmoins très
agréable grâce aux conférences, au
tirage et l’agréable compagnie des Vagabonds. Alors que nous passions du bon
temps à jaser ensemble, Ginette a
soulevé l’épineuse question de
l’astrologie. Elle a semblé surprise
lorsque je lui ai dit que, bien qu’étant
né le 4 juin 1952, je ne suis pas un
gémeau. Je lui ai expliqué que le 4 juin
1952, le soleil n’était pas dans les
Gémeaux mais dans le Cancer. En fait,
je me trompais, car le soleil était plutôt
dans le Taureau. Alors je suis un taureau.
Elle a semblé un peu troublée
d’apprendre que le signe qu’elle a cru
être le sien toute sa vie n’est pas le bon.
Peut-ête serez-vous troublés aussi
d’apprendre que votre signe n’est pas le
bon. Mais si vous disposez d’un
programme d’astronomie comme Starry
Night, vous pouvez vérifier par vousmême. Allez vérifier dans quelle constellation se trouvait le soleil le jour de
votre naissance. Vous serez surpris.
Le problème, c’est que les astrologues
ont établi les dates des positions du soleil
dans les constellations il y a 3 000 ans
et n’ont plus jamais fait par la suite les
corrections qui auraient été rendues
nécessaires par la précession. À l’aide
du logiciel Starry Night, je me suis
amusé à faire un petit tableau comparatif
de ces positions il y a 3 000 ans et
aujourd’hui.
Vous noterez qu’il y a 13 signes du
A quoi servent ces recherches?
Le Point.fr - Publié le 27/02/2013 à
10:51 - Modifié le 27/02/2013 à 17:49
Le Messager Céleste, avril 2013
(suite en page 4)
page 3
LES ÉPHÉMÉRIDES DE JUILLET 2013
Les temps sont donnés en heure avancée pour Montréal (73° 30' 0" O, 45° 36' 0" N, zone R).
Date
Heure Description du phénomène
1er juil. 2013
3 juil. 2013
5 juil. 2013
6 juil. 2013
6 juil. 2013
8 juil. 2013
9 juil. 2013
9 juil. 2013
10 juil. 2013
11 juil. 2013
12 juil. 2013
14 juil. 2013
14 juil. 2013
15 juil. 2013
16 juil. 2013
17 juil. 2013
19 juil. 2013
20 juil. 2013
20 juil. 2013
21 juil. 2013
22 juil. 2013
22 juil. 2013
22 juil. 2013
24 juil. 2013
26 juil. 2013
27 juil. 2013
29 juil. 2013
29 juil. 2013
29 juil. 2013
30 juil. 2013
20:03
14:49
11:00
20:36
23:55
03:14
14:41
23:21
13:56
18:13
02:55
04:09
23:43
23:19
15:23
20:03
18:30
00:31
01:27
16:27
02:42
09:16
14:15
21:59
01:42
19:26
13:43
21:40
21:40
12:00
OPPOSITION de Pluton avec le Soleil
Rapprochement entre Vénus et M 44 (dist. topocentrique centre à centre = 0,1°)
La Terre à son aphélie (distance au Soleil = 1,01671 UA)
Lune à l'apogée (distance géoc. = 406490 km)
Maximum de l'étoile variable êta de l'Aigle
NOUVELLE LUNE
CONJONCTION INFÉRIEURE de Mercure avec le Soleil (dist. géoc. centre à centre = 4,8°)
Maximum de l'étoile variable delta de Céphée
Oppos. de l'astéroïde 387 Aquitania avec le Soleil (dist. au Soleil = 2,088 UA; magn. = 9,7)
Opposition de l'astéroïde 41 Daphne avec le Soleil (dist. au Soleil = 2,291 UA; magn. = 10,3)
Minimum de l'étoile variable Algol (bêta de Persée)
Maximum de l'étoile variable êta de l'Aigle
Minimum de l'étoile variable Algol (bêta de Persée)
PREMIER QUARTIER DE LA LUNE
Rapprochement entre Mars et M 35 (dist. topocentrique centre à centre = 0,4°)
Maximum de l'étoile variable Mira (omicron Ceti)
Opposition de l'astéroïde 8 Flora avec le Soleil (dist. au Soleil = 2,203 UA; magn. = 8,7)
Début de l'occultation de 40-xi Oph (magn. = 4,39)
Fin de l'occultation de 40-xi Oph (magn. = 4,39)
Lune au périgée (distance géoc. = 358401 km)
Rapprochement entre Mars et Jupiter (dist. topocentrique centre à centre = 0,8°)
Rapprochement entre Vénus et Régulus (dist. topocentrique centre à centre = 1,1°)
PLEINE LUNE
Rapprochement entre la Lune et Neptune (dist. topocentrique centre à centre = 4,4°)
Maximum de l'étoile variable delta de Céphée
Pluie d'étoiles filantes : Piscis Austrinides (5 météores/heure au zénith; durée = 26,0 jours)
DERNIER QUARTIER DE LA LUNE
Pluie d'étoiles filantes : Alpha Capricornides (5 météores/heure au zénith; durée = 43,0 jours)
Pluie d'étoiles filantes : Delta Aquarides S. (16 météores/heure au zénith; durée = 42,0 jours)
PLUS GRANDE ÉLONGATION OUEST de Mercure (19,5°)
Signes astrologiques
(suite de la page 3)
zodiaque et non 12. C’est que le
soleil passe aussi dans le
Serpentaire, selon les frontières
modernes des constellations,
ajoutant ainsi un nouveau signe du
zodiaque!
Vous noterez aussi que,
contrairement à la tradition
astrologique, le soleil ne passe pas
exactement un mois dans chaque
constellation du zodiaque. Cela
dépend de la grandeur et des
frontières de la constellation. Il peut
passer plus d’un mois dans une
contellation, mais à peine une
semaine dans une autre. Et tout cela
démontre que l’astrologie ne peut
être considérée comme une science.
Tout un plus un divertissement.
Jean
page 4Paul Pelletier
Dates auxquelles le soleil se trouvait dans une
constellation donnée il y a 3 000 ans et
aujourd’hui
Constellation
il y a 3 000 ans
aujourd’hui
Verseau
Poissons
Bélier
Taureau
Gémeaux
Cancer
Lion
Vierge
Balance
Scorpion
Serpentaire
Sagittaire
Capricorne
du 15/01 au 07/02
du 08/02 au 17/03
du 18/03 au 11/04
du 12/04 au 20/05
du 21/05 au 18/06
du 19/06 au 09/07
du 10/07 au 15/08
du 16/08 au 28/09
du 29/09 au 20/10
du 21/10 au 28/10
du 29/10 au 15/11
du 16/11 au 17/12
du 18/12 au 14/01
du 16/02 au 11/03
du 12/03 au 18/04
du 19/04 au 13/05
du 14/05 au 21/06
du 22/06 au 20/07
du 21/07 au 10/08
du 11/08 au 16/09
du 17/09 au 30/10
du 31/10 au 23/11
du 24/11 au 29/11
du 30/11 au 18/12
du 19/12 au 19/01
du 20/01 au 15/02
Le Messager Céleste, avril 2013
Téléchargement
Explore flashcards