Anesthésie locale

publicité
L’anesthésie
en
Implantolgie
Rappels
L’anesthésie locale a été découverte 1884 par Kôller avec l’emploi de la
cocaïne sous forme d’hydrochlorate, puis plus tard de la procaïne (novocaïne).
Après avoir utilisé pendant très longtemps (et encore maintenant) la Lidocaïne,
plus connue sous le nom de Xylocaïne, on utilise maintenant des dérivés très
peu toxiques même à fortes doses tels que la carbocaïne, la mépivacaïne ou l’
articaïne.
Rappels
L’os sur un site édenté n’a aucune innervation sensitive propre.
(Gaspard 1979 ).
L'anesthésie intéresse donc les tissus mous afin de bénéficier d’un confort
opératoire pour le patient.
L’utilisation de vasoconstricteurs permet de diminuer le passage intravasculaire de l’anesthésique et ainsi d’augmenter la durée et la profondeur de l’
anesthésie.
Il est préférable d’utiliser de solution adrénalinée plutôt que noradénalinée.
(Société francophone de médecine buccale et de chirurgie buccale : Emploi des vasoconstricteurs en odonto stomatologie. Recommandations
.)
Rappels
Contres indications à l'anesthésie dentaire:
-Phéochromocytome (tumeur surrénale)
-Os irradié
-Les injections intra osseuses d’anesthésique local adrénaliné doivent être
évitées chez les patients arythmiques.
Rappels
Innervation
Mandibule :
Elle est innervée par le tronc postérieur de la
branche maxillaire inférieure du nerf trijumeau.
C’est un nerf sensitif et moteur qui donne entre
autre le nerf dentaire inférieur donnant lui même le
nerf mentonnier le nerf incisif , le nerf lingual et le
nerf auriculo-temporal .
Rappels
Innervation
Maxillaire :
Il est innervée le nerf maxillaire lui aussi issu du nerf
trijumeau.
C’est un nerf exclusivement sensitif qui innerve la
muqueuse vestibulaire par le plexus dentaire supérieur et la
muqueuse palatine par le nerf naso-palatin et le nerf palatin
antérieur ( issus tous deux du ganglion sphéno-palatin ).
Anesthésie locale
ANESTHÉSIE LOCALE
L’agent anesthésique porte sur un territoire limité et agit sur les rameaux terminaux des nerfs dentaires.
L’anesthésie permet une insensibilité, limitée à quelques dents, et intéresse la gencive, le ligament et la pulpe.
Les différentes sensations disparaissent dans l’ordre suivant :
douloureuse
thermique d’abord le chaud puis le froid
tactile
Anesthésie locale
PAR REFRIGERATION
PAR CONTACT ( benzocaïne) (pressicaïne )
Anesthésie locale
PAR INFILTRATION
L’anesthésique est injecté au sein même du tissu à opérer ; elle peut être :
- intra-ligamentaire en introduisant l’aiguille le plus loin possible dans l’espace desmodontal parallèlement à l’axe
de la dent
- intraseptale en introduisant une aiguille courte et solide dans les septa interdentaires ou interradiculaires.
- para-apicale, dans le tissu cellulaire au voisinage immédiat de l’intervention
Anesthésie locale
Para-apicale.
Elle insensibilise la gencive,l’alvéole,ligament et de la pulpe dentaire d’une ou plusieurs dents.
Le praticien effectue une injection vestibulaire, parallèlement à la table osseuse jusqu’au contact osseux en regard de l’
apex.
Le point d’impact de l’aiguille se situe au delà de la ligne de jonction mucogingivale .
L’insensibilisation apparaît très rapidement, en 1 à 2 minutes, et dure en moyenne 30 minutes.
Anesthésie locale
Para-apicale.
Mandibule
Injection para apicale sur toute la longueur de la zone opératoire plus un centimètre de part et d’autre.
Elle doit être le plus apical possible sous la ligne de jonction mucogingivale. Le contact osseux doit
être recherché .
Anesthésie locale
Para-apicale.
Mandibule
En arrière du trou mentonnier il peut être nécessaire de
compléter par un injection au niveau de la crête externe du
triangle rétro molaire pour agir sur la branche terminale du nerf
buccal .
Une injection sur la face interne du triangle retro molaire permet
d’agir sur le rameau du nerf lingual innervant le versant interne de
la muqueuse mandibulaire .
Anesthésie locale
Para-apicale.
Mandibule
En avant du trou mentonniers si il perciste une
sensibilité au moment du forage il faut faire une injection
au niveau du trou mentonnier pour anesthésier le nerf
incisif qui peut substituer meme en cas d’extractions
anciennes.
Anesthésie locale
Para-apicale.
Mandibule
Sur le versant ligual injection au niveau de l’amorce
du plancher buccal sur toute la longeur du site opératoire
plus 1 centimetre de part et d’autre
Anesthésie locale
Para-apicale.
Maxillaire
En vestibulaire une injection para-apicale le long du site opératoire plus 1 cm est suffisante.
Le versant palatin s’anesthésie grâce à deux injections ; une dans le trou palatin postérieur et une
dans le trou palatin antérieur ( papille retro-incisive ) .
En cas d’élévation du plancher sinusien ou d’implant tubérositaire il peut etre necessaire de faire une
anesthésie rétro tubérositaire. (elle s’effectue en introduisant l’aiguille en arrière de l’apophyse
pyramidale avec un angle de 45° et environ 2cm de profondeur ) .
Anesthésie Régionale
L’anesthésique est injecté au voisinage d’un tronc nerveux. Il a pour effet d’obtenir l’insensibilité de
tout le territoire qui en dépend.
anesthésies régionales majeures :
- l’anesthésie tubérositaire haute
- l’anesthésie canine haute
- l’anesthésie des trous palatins post.et ant.
- l’anesthésie tronculaire
- l’anesthésie au foramen mentonnier
Anesthésie Régionale
Anesthésie tubérositaire haute
L’anesthésie tubérositaire haute intéresse tout le groupe molaire supérieur. Elle atteint les nerfs
alvéolaires supéro-postérieurs.
Elle se pratique en regard de la deuxième molaire supérieure au fond du vestibule.
L’aiguille est poussée en haut et en arrière parallèlement à la table osseuse jusqu’à
la garde.
Elle est utile en cas d’élévation du plancher sinusien ou d’implant tubérositaire .
Anesthésie Régionale
Anesthésie canine haute haute
L’anesthésie intéresse la branche alvéolaire supéro-antérieure du nerf maxillaire. Elle concerne les
régions :
incisive, canine et prémolaire, vestibule, région nasale, labiale supérieure, palpébrale inférieur (du
même côté).
L’aiguille est placée au voisinage de la gencive libre, elle est poussée dans l’axe de la racine canine
au delà de l’apex jusqu'à la garde. Elle induit une analgésie longue plus d’une heure.
Risque : le cathétérisme du trou sous-orbitaire est source d'hématome et la pénétration de l'aiguille de
plus de 2cm risque de léser le globe oculaire.
Anesthésie Régionale
Anesthésie des trous palatins post.et ant.
- Postérieur
Elle concerne le nerf palatin-postérieur
L'orifice du canal palatin postérieur à son émergence buccale est situé dans l'intervalle de la 2ème et
la 3ème molaires supérieures à 1 à 1.5cm des collets au niveau d'une dépression .
Elle entraîne l'insensibilisation des 2/3 postérieurs de l'hémi-voûte palatine correspondante (jusqu'à la
1ère prémolaire)
Anesthésie Régionale
Anesthésie des trous palatins post.et ant.
- Antérieur
Elle concerne le nerf naso-palatin qui émerge du canal naso-palatin au niveau de la papille rétroincisive 4 à 8mm du collet des incisives supérieures .
La seringue est tenue parallèle à l'axe moyen des deux incisives supérieures, l'aiguille pénètre
rapidement au niveau de la papille rétro-incisive, on injecte le contenue de la carpule (1.7 à 1.8ml)
Elle permet l'insensibilisation du 1/3 antérieur de la voûte palatine.
Anesthésie Régionale
Anesthésie tronculaire
L’anesthésie tronculaire insensibilise tout le territoire molaire inférieure pour une durée d’intervention
prolongée 1 à 2 heures.
Elle agit sur le nerf dentaire inférieur au niveau de l’épine de Spix.
Anesthésie Régionale
Anesthésie tronculaire
Le site d’injection se situe au milieu d’un triangle formé par :
- le bord antérieur de la mandibule
- le muscle ptérygoïdien médial
- le muscle ptérygoïdien latéral.
L’aiguille traverse la muqueuse horizontalement au dessus
des molaires, puis le corps de la seringue est orienté vers les
molaires et prémolaires contro-latérales, après 2 cm de
course elle atteint le contact osseux et libère le liquide
anesthésique.
Est-elle judicieuse en implantologie ?
Anesthésie Régionale
Anesthésie au foramen mentonnier
Elle permet d’anesthésier le nerf incisif , qui peut perdurer même en cas d’extractions anciennes
Doses Maximales
?????
Anesthésie générale
Indiquée en cas de contre indication à l’anesthésie loco-régionale .
La mortalité liée à l’anesthésie était en 2003 en france de 1/140000 selon la société française
d'anesthésie et de réanimation.
Tout acte d’anesthésie générale, même conduite avec compétence et dans le respect des données
acquises de la science , comporte un risque (Anastasio, 2002 ; Atan, 2004 ; Poswillo, 1990 ).
Sédation Consciente MEOPA
MEOPA : mélange équimolaire protoxyde d’azote oxygène
La sédation consciente par inhalation d’un mélange équimolaire protoxyde d’azote oxygène permet d’
obtenir une anxiolyse et une anesthésie légère dans le cadre des soins dentaires chez les patients
anxieux.
Ces indications ne dispensent de l’anesthésie locale,
Sédation Consciente MEOPA
Contre-indications :
¢ État hémodynamique précaire.
¢ Nécessité d’une ventilation en oxygène pur.
¢ Refus de la méthode par le patient.
¢ Altération de conscience empêchant la coopération du patient.
¢ Traumatisme maxillo-facial empêchant l’application correcte du masque.
¢ Température ambiante inférieure à 0°C. Les basses températures provoquent une séparation des
gaz exposant au risque d’hypoxie.
¢ Premier trimestre de la grossesse.
¢ Douleur trop intense nécessitant une prise en charge différente.
¢ Geste médical trop long.
Sédation Consciente MEOPA
Effets indésirables :
Ils sont rares, mineurs, et disparaissent en quelques minutes après l’arrêt de l’administration du gaz
¢ Nausées, vomissements.
¢ Agitation, angoisse, excitation.
¢ Sédation trop profonde.
¢ Sensations de vertiges.
¢ Paresthésies.
¢ Modification des perceptions sensorielles, hallucinations.
¢ Céphalées.
Téléchargement
Explore flashcards