Mendes France OCTOBRE 2014

publicité
L’anesthésie : sécurité,
qualité des soins
Dr Denis FRASCA
Maitre de Conférence des Universités – Praticien Hospitalier
L’anesthésie
• C’est un acte médical
• Objectifs : suspension temporaire et
réversible de la sensibilité douloureuse et/ou de
la conscience, parfois associée à une paralysie
musculaire
• Permettant une chirurgie de qualité
3 types d’anesthésies
LOCALE
LOCOREGIONALE
GENERALE
Un progrès médical majeur
10/10/2014
1860
IMG_9290.JPG
2014
Quels risques liés à l’anesthésie
?
Sécurisation des procédures et organisation
du suivi du patient : consultation, bloc, postopératoire
En 30 ans, nombre d’anesthésie x 2
Risque divisé par >10
1 décès / 150 000 anesthésie
La consultation
Obligatoire
Décret du 5 décembre 1994
Au moins 48 heures avant l’intervention
Anesthésiste réanimateur
Durée 15 à 45 min
Les objectifs
Recenser les problèmes médicaux et évaluer le risque
Etablir la stratégie d’anesthésie la plus appropriée
Informer et expliquer
La consultation
Interrogatoire
Antécédents
Traitements
Allergies
Examen
Critères
d’intubation
Information
Avantages et risques
des différentes
techniques
Risque Transfusion
TA / Auscultation
Classe ASA
American Society of
Anesthesiologists
Analgésie postopératoire
Suites postopératoires
(réanimation, SSPI)
Les examens
complémentaires
• Prise de sang
• Electrocardiogramme
• Radiographie
• Echographie
Les examens
complémentaires
Diagnostiquer une maladie non connue
– Traitement
– Modification de la prise en charge
Servir de référence pour l’évolution post
opératoire
Evaluer le risque d’une intervention ou d’une
anesthésie
Les examens
complémentaires
Si l’interrogatoire et l’examen clinique sont normaux
Pas d’examen complémentaire
Recommandation SFAR 2012
• Ne permet qu’exceptionnellement le diagnostic d’une
maladie non connue
• Ne modifie pas la prise en charge
• Risque de « faux-positif »
Les consignes avant l’anesthésie
Doit-on arrêter la prise
de certains médicaments ?
Plusieurs jours avant l’intervention :
– Anticoagulants (AVK, ACO)
– Aspirine (Kardegic®)
Quelque fois la veille :
– Certains anti-hypertenseurs
– Certains anti-diabétiques
Pourquoi ne peut-on
pas boire et manger ?
Après la perte de conscience, il y a un
risque de régurgitation de liquide gastrique
dans les poumons
Règle : à jeun 4 à 6 h avant l’intervention
Et même 2h pour les liquides clairs
Pourquoi ne peut-on pas fumer ?
La cigarette favorise l’hyper-réactivité
bronchique
Risque de bronchospasme, toux
Augmentation des sécrétions bronchiques
et gastriques
A quoi sert la prémédication ?
La veille et/ou 1 heure avant l’intervention
• Calmer l’angoisse
• Poursuite d’un traitement habituel
beta-bloquant
levothyrox
anti-epileptique
etc.
• Parfois : antibiotique (prophylaxie)
A l’arrivée au bloc opératoire
• Installation en salle
• Surveillance ECG, saturation
• Mise en place d’une perfusion
• Induction anesthésique
– Pré-oxygénation
– Injection des médicaments
• Hypnotique
• Morphinique
• Curare
–…
Téléchargement
Explore flashcards