Étude du vocabulaire en ancien français

publicité
Étude du vocabulaire en ancien français
Retracer l’évolution du mot « Point » :
Légende :
Langue Latine
Ancien Français
Langue moderne
Le mot « Poing » vient du latin Pugnus, en rapport avec le verbe Pugnare, qui signifie se
battre. Avec l’ajout d’un infixe nasal Pungere, Punctus, il prend le sens de « Piquer ». Ainsi, Punctum
est le participe passé neutre et substantivé qui signifie « Piqûre, point »
Le mot « Point » est un mot populaire du XIe siècle. Il provient donc du latin Punctum, qui
signifie « piqûre », « point ».
« vulnus quod acu punctum videretur » Cicéron : blessure qui ressemblait à une piqûre d'aiguille.
Sens 1 (XIe siècle) : Auxiliaire de négation qui s’utilise avec « ne » : Ne point…
Sens 2 (XIIe siècle) : Endroit précis. Piqûre. Marque sur un dé. Unité de jeu. Partie d’un discours
Sens 3 (XVIe siècle) :
Point de couture. Le point, en couture, est l’action de piquer dans un tissu. Il est le résultat de
l’action. Il vient du déverbal poindre.
Typographie qui vient de Punctum. Marque de ponctuation en écriture. Graphiquement, le point
représente une petite marque ronde. Point final, d’exclamation…
Moment précis : poindre, surgir, arriver… Penser à l’expression « le point du jour ». Action
d’apparaître.
Element que l’on isole pour le traiter ensuite séparément, partie d’un ouvrage, d’un discours
Degré ou état d’une chose à un moment donné (en bon point > embonpoint)
« Point » est un nom masculin d’origine latine.
Poing (XIe siècle), Poignée, Empoigner (XIIe siècle), Poignet (XIIIe siècle), Poigne, Empoignade (XVIIIe
siècle)
Ces mots font partis du champ lexical du poignet, articulation par laquelle le bras se joint à la main.
Pogne (XIXe siècle) qui vient de l’argot. C’est une variante du mot Poigne.
Poignard (XVIe siècle) qui est une altération par substitution de suffixe de l’ancien français poignal,
du latin vulgaire Pugnalis, dérivé de Pugnus (arme qui se trouve dans) le poing,
Poignarder (XVIe siècle)
Pointe (XIe siècle): Forme féminine de Point. Du latin Puncta qui signifie une extrémité piquante.
Poindre (XIe siècle): Ce verbe vient du latin classique Pungere qui signifie « piquer ». En Ancien
Français, ce verbe a d'abord le sens de « piquer », lorsqu’on éperonne un cheval.
Sa signification évolue au XIIIe siècle, et parle de « commencer à apparaître » en parlant d’une
plante, puis au XVIe siècle en parlant du jour.
Poignant (XIIe siècle) : qui signifie d’abord « piquant » puis au XIIIe siècle « qui perce le cœur ». Il est
alors le participe présent du verbe Poindre, employé comme adjectif.
En Français Classique, poindre demeure mais ne conserve que peu de sens si ce n’est celui
d’apparaître.
Pourpoint (XIIIe siècle) se trouve être le participe passé substantivé de l’ancien français pour poindre,
littéralement « Piquer, Broder »
Contre-Point (XIVe siècle) qui, dans le sens de la polyphonie, signifie l’art de placer une note contre
une note. Celles-ci étant figurées par des points, de superposer des mélodies.
Embonpoint (XVIe siècle) : Fusion des mots « En bon point » ce qui veut dire « En bon état ».
Pointer (XIIIe siècle) qui veut dire marquer d’un point, puis après son évolution au XVIe siècle : Diriger
vers un point.
Le verbe Pointer, se rapproche du verbe Poindre, mais le français moderne cherche à substituer les
verbes du troisième groupe du fait de sa complexité à d’autres du premier groupe. Seul le participe
présent « poignant » est encore courant mais son infinitif est difficile à retrouver tant les sens ont
évolué différemment.
Pointeur (XVe siècle), Pointage (XVIIe siècle), Pointillé (XVe siècle), Appoint (XVIe siècle). Ces termes
possèdent un sens familier, le fait d’être pointu, piquant ou qui se rapproche de la forme graphique
du point.
D’un point de vue morphologique, ces termes font directement partis de la famille lexicale du mot
« point ».
Paradigme sémantique : piqueret, piqueron, piquement (idée de piqûre), merc (marque, trace),
Le mot « point » dans la langue moderne possède plusieurs sens qui découlent de ceux de
l’ancien français. En français moderne, il est principalement défini comme une zone déterminée et
précise et il possède donc des synonymes tels que « vision », « aspect », « marque », ou encore «
zone », etc. Il exprime une notion de centralité, et ainsi, les mots « bord », ou « extrémité »
s’opposent à la définition moderne du point.
Cependant, il possède aujourd’hui beaucoup d’autres significations. Il existe des mots-valises
tels que « rond-point » apparut au XVIIIe siècle, ou des expressions comme « Se pointer » qui signale
son arrivée. Le Pointillisme est un style pictural du XIXe siècle.
Sens 1 : Nom Masculin. Piqûre dans une étoffe. Noms de divers travaux d’aiguilles comme le point
d’Alençon.
Sens 2 (sens graphique): Signe de l’écriture, qui a donné le mot Ponctuation au XVIe sicèle. Le point
final d’une phrase, le point sur un i…
Le point est une des plus vieilles ponctuations. Il servait à séparer des mots ou des groupes de mots,
sans pour autant être systématique et sans que son emploi ne soit fixé. Le point sur le « i » a été
ajouté au cours de l'histoire de l'alphabet latin, il n'est réellement devenu obligatoire sur les « i »
qu'après le Moyen Âge.
Sens 3 (sens spatial) : Qui désigne un espace, un intervalle. Le point est le plus petit espace minimal
qui soit visible ou possible de concevoir.
Sens 4 : Unité de compte dans un jeu sportif, ou unité de notation.
Sens 5 (sens spatial): Endroit ou situation déterminée, comme le point de départ, en être au même
point
Sources :
Le Robert, Dictionnaire étymologique du français
Le Larousse, Dictionnaire des noms propres et des noms communs
http://fr.wiktionary.org/wiki/point
http://www.lexilogos.com/francais_dictionnaire_ancien.htm
http://www.cnrtl.fr/definition/point
Téléchargement
Explore flashcards