risque - Centre Hospitalier de Carcassonne

publicité
LA GESTION DES RISQUES
FORMATION ETUDIANT IDE 1ÈRE ANNÉE
IFSI CARCASSONNE
Objectifs du cours
 Être
sensibilisé aux notions fondamentales de la
gestion des risques en établissement de santé
 Connaître
les objectifs et les grands principes de
la gestion des risques dans un établissement de
santé
 Savoir
quel est le rôle des infirmiers dans ce
contexte
2
Sommaire
 La Gestion des Risques
 Historique de la qualité et de la GDR
 Définition, objectifs, dimensions et obligations règlementaires de la GDR
 Les concepts de la gestion des risques: danger, risque, facteur de risque,
acceptabilité, seuil, sécurité, évènement indésirable…
 Le risque et l’activité humaine
 Cas Pratique
3
QU’EST QUE LA GDR ?
4
Historique
 L'homme a de tout temps été confronté aux dangers : catastrophes naturelles
(tremblement de terre, inondation, éruption volcanique, avalanche, cyclone,
maladies, guerres …)
 L'homme fut amené à réagir face au danger du risque naturel.
 Le progrès scientifique et le développement technologique ont accru les risques
liés au développement industriel et humain → Naissance de la notion de gestion
des risques.
 Les années 1990 marquent le début d'un rapprochement des aspects qualité,
sécurité, santé et protection de l'environnement. (ANDEM 90 puis ANAES 96 et
HAS 2004)
 GDR = PEP
dans la certification
5
DÉFINITIONS
On retiendra la définition suivante issu de la norme ISO 9000 :
« Un processus régulier, continu et coordonné, intégré à l’ensemble de l’organisation, qui permet
l’identification, le contrôle, l’évaluation des risques et des situations à risques qui ont occasionné
et auraient pu occasionner des dommages aux patients, aux visiteurs, aux professionnels, aux
biens de l ’établissement »
Repose sur la prévention et la réduction des risques au travers de l’identification, l’analyse et le
traitement des causes profondes des différents risques : risques pour les patients, visiteurs,
professionnels, institution.
Les établissements souhaite instaurer de plus en plus une culture positive de l’erreur, charte de
non sanction.
6
Circulaire
DHOS/E2/E4 n° 2004-176 du 29 mars 2004 relative aux recommandations pour la
mise en place d'un programme de gestion des risques dans les établissements de santé
OBLIGATIONS RÈGLEMENTAIRES
 Guide de recommandations DHOS pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme de gestion des risques dans les
établissements de santé
 La
loi n°2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à
la santé et aux territoires (HPST) renforce les exigences à atteindre en matière de qualité et
de sécurité des soins pour tous les établissements de santé
 Décret
n°2010-439 du 30/04/2010 relatif à la commission médicale d’établissement dans
les établissements public de santé

Implication de la CME dans la politique d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins (Loi HPST)
 Arrêté
du 06/04/2011 relatif au management de la qualité de la prise en charge
médicamenteuse et aux médicaments dans les établissements de santé
 Circulaire
DHOS/PF2/2011/416 du 18 novembre 2011 en vue d’application du décret n°
2010-1408 du 12/11/2010 relatif à la lutte contre les EI associés aux soins dans les
établissements de santé
 Instruction
N°DGOS/PF2/2012/352 du 28 septembre 2012 relative à l’organisation de
retours d’expérience dans le cadre de la gestion des risques associés aux soins et de la
sécurisation de la prise en charge médicamenteuse en établissement de santé
L6111-2 du code de la santé publique : Gestion des risques liés aux activités dans 7les
missions de tous les établissements de santé
Article
OBJECTIFS ET ENJEU DE LA GDR
Objectifs :




Assurer la sécurité des patients et des personnels
Améliorer la qualité de prise en charge des patients
Développer la culture de sécurité des soins
Vise à fiabiliser les systèmes complexes
Enjeu :

Rendre le risque acceptable
8
LES ÉTAPES DE LA GDR
• Déclaration des
événements
indésirables,
vigilances sanitaires,
revue morbidité
mortalité, analyse a
priori, plaintes et
réclamations
Identifier
Analyser/Evaluer
• Déterminer les causes
et les conséquences
• Quantification et
hiérarchisation
• Définition d’actions
d’amélioration :
Programme de travail,
Plan d’Amélioration de
la Qualité (PAQ)
Communiquer
Agir
9
Les questions à se poser :
Qu’est ce qui pourrait arriver de défavorable ?
 Quelle est la probabilité que cela arrive et quel en serait
l’impact ?
 Que pouvons nous faire pour réduire la probabilité que cela
arrive ou les conséquences ?
 Que pouvons nous apprendre de ce qui est déjà arrivé ?

10
DIMENSIONS DE LA GDR

Dimension culturelle :
C’est-à-dire qui nécessite un état d’esprit nouveau face aux risques
- Ne pas considérer la survenue d’un évènement indésirable comme le fruit de la
fatalité
- Toujours penser qu’il aurait pu être évité (notion d’évitabilité)
- Avoir conscience que la sécurité des patients et des personnes résulte de la
somme des actions de l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus de
production de soins (responsabilisation de tous les acteurs impliqués dans la
production de soins)
Cela demande une évolution majeure des comportements individuels et collectifs, un
engagement profond de la direction et des différents niveaux hiérarchiques d’un
ETS.
11

Dimension managériale
C’est-à-dire mettre les décideurs face à des choix d’organisation et de politique
centrés sur l’objectif essentiel « d’abord ne pas nuire ».
- Maîtrise de l’organisation
- Responsabilisation de chaque professionnel vis à vis des objectifs de sécurité
- Intégrer la sécurité aux objectifs de gestion de l’établissement
GDR = considérée comme simplement nécessaire au bon fonctionnement, elle est
devenue partie intégrante de la gestion et du management hospitalier.

Dimension technique
- Méthodes et outils spécifiques (attitudes et pratiques cherchant à limiter les risques
même si ceux-ci sont hypothétiques ou potentiels + prévention)
12
QUELLES NOTIONS EN GESTION DES RISQUES?
13
Les concepts de la gestion des risques
14
Notion de Danger
Danger: Qui expose à une perte, à un dommage, etc.
- Susceptible d’engendrer un ou plusieurs accidents
- Caractérisé par sa probabilité de survenue et la gravité des
dommages qu’il peut engendrer
Les expressions: Danger inévitable, inattendu. Danger imminent.
S'exposer au danger. Se mettre en danger.
15
16

Les dangers dans le milieu de travail comprennent les conditions
dans lesquelles une énergie non contrôlée est libérée.
Ex:
Un objet qui tombe d'une hauteur (énergie potentielle),
La libération de gaz comprimé ou de vapeur (pression; température
élevée),
Des cheveux ou des vêtements qui se coincent dans une machine
tournante (énergie cinétique)
Un contact avec les électrodes d'une batterie ou d'un condensateur
(énergie électrique).
17
NOTION DE RISQUE
Larousse :
Possibilité, probabilité d'un fait, d'un événement considéré comme un mal ou
un dommage.
Danger, inconvénient plus ou moins probable auquel on est exposé.
Ex :Courir le risque d'un échec. Un pilote qui prend trop de risques.
Selon la HAS le risque est :
≪ Une situation non souhaitée ayant des conséquences négatives résultant de
la survenue d’un ou plusieurs évènements dont l’occurrence est incertaine ≫.
18
On retiendra :
Un risque est la probabilité (éventualité) qu'une personne subisse un
préjudice ou des effets nocifs pour sa santé en cas d'exposition à un
danger.
Quels risques avez-vous croisé durant vos stages ?
19
DANGER ET RISQUE
C’est une différence essentielle, fondamentale. « Danger » n’est pas synonyme de
« risque »
Le risque est un concept, le résultat d’une estimation, alors que le danger est
une réalité qui peut se constater.
Cela revient à dire qu’un risque ne se perçoit jamais : il s’estime, s’évalue et s’apprécie,
alors que le danger se voit, se constate, se décrit et donc se perçoit.
Le risque est une notion qui concerne l’avenir tout en s’appuyant sur le passé, alors
que le danger est de type factuel : il est bien réel, observable et attesté.
Ainsi, on ne rencontre jamais un risque alors que l’on se trouve face à de multiples
dangers tout au long de sa vie.
20
FACTEUR DE RISQUE

Le facteur de risque augmente les risques d’apparition de maladies. Mais
pas seulement .. Les risques d’apparition d’atteinte à l’intégrité ou au
développement de la personne.

Certains éléments (facteurs) appartenant à l'individu ou provenant de
l'environnement sont donc susceptibles de provoquer une atteinte à la
personne. En gestion des risques, un facteur de risque est une source de
risque qui est classée en risques inhérents génériques probables dans le
but de faciliter l'évaluation ou l'atténuation des risques.

Exemples

Pour la conduite automobile, le verglas est un facteur de risque d'accident de la route.

Dans le monde du travail : les facteurs liés à l'organisation jouent un rôle important dans
les problèmes de santé psychologique au travail
21
ORIGINE DES FACTEURS DE RISQUE
Endogène : généré par l'organisation elle-même ou à
l'intérieur du périmètre qu'elle contrôle.

(Ex: Stress au travail = Maladie cardiovasculaire
Mauvaise installation électrique = incendie prenant naissance dans les locaux
de l'entreprise)

Exogène : généré à l'extérieur du périmètre de contrôle
de l’institution.
(Ex: mauvaise météo = accident de la route.)
22
SOURCE DE RISQUE
La source de risque peut être sociale, physique, environnementale,
culturelle, alimentaire, liée à un mode de vie particulier...
Les facteurs de risques permanents :
-l’âge
-le sexe (homme/femme)
-la génétique
Parmi les facteurs de risques majeurs figurent des comportements à
risque :
-rapports sexuels non protégés,
-la consommation tabagique ou alcoolique…
23
NOTION D’ACCEPTABILITÉ

« Ce qui caractérise la gestion du risque, c’est le fait de devoir prendre une décision »
Source: Beauchamp, 1996
Acceptabilité du risque : Décision d’accepter ou pas le risque
Balance Bénéfice/ Risque
Ex: Un déplacement en voiture expose le chauffeur et les personnes transportées à des
risques d’accident plus importants en termes de probabilité qu’un déplacement sur une
distance similaire par voie de chemin de fer.
En dehors de toute considération financière, le bénéfice obtenu par un déplacement en
voiture peut se révéler important si le voyage en train nécessite par exemple des
correspondances longues ou s’il n’est pas possible d’atteindre directement la destination
visée par le train.
(guide risque 20061006)
24
SEUIL D’ACCEPTABILITÉ
Selon le Larousse, seuil = « Limite, point, moment au-delà desquels
commence un état, se manifeste un phénomène : Être au seuil de la
vieillesse. Le seuil de la pauvreté. »

Si l'on admet l'existence d'un seuil, il suffit, pour assurer la sécurité
des individus, de prendre les mesures adéquates pour que
personne n'atteigne ce seuil
A partir d’un certain moment, le seuil d’acceptabilité peut être
dépassé et cela induit un risque trop important par rapport au
bénéfice escompté.
25
SÉCURITÉ ET BESOIN DE SÉCURITÉ
Larousse :
 « Situation dans laquelle quelqu'un, quelque chose n'est exposé à aucun
danger, à aucun risque, en particulier d'agression physique, d'accidents, de
vol, de détérioration .
 Situation de quelqu'un qui se sent à l'abri du danger, qui est rassuré. »
La sécurité est donc un état qui peut concerner une personne (sécurité
individuelle) ou même un groupe (sécurité publique).
En conséquence on veut prévenir de tels risques, mesures et moyens de
protection tendant à prévenir l’apparition de ces risques…
26
Les individus ont donc le besoin de se sentir en sécurité.
Maslow (psychologue américain) a établi une pyramide hiérarchisant les
besoins humains.
Maslow distingue cinq grandes catégories de besoins.
 Il considère qu’on passe a un besoin d’ordre supérieur quand le besoin de
niveau immédiatement inférieur est satisfait.
27
 LE BESOIN DE SÉCURITÉ SELON MASLOW

Le besoin de sécurité consiste à se protéger contre les différents dangers
qui nous menacent. Il s’agit donc d’un besoin de conservation d’un
existant, d’un acquis.

Les besoins de sécurité sont ceux qui sont liés à l'aspiration de chacun
d'entre nous a être assuré du lendemain physiquement comme
moralement. Ils recouvrent:

le besoin d'un abri ( logement, maison),

la sécurité des revenus et des ressources,

la sécurité physique contre la violence (délinquance, agressions),

la sécurité morale et psychologique,

la stabilité familiale ou une certaine sécurité affective et

la sécurité sociale (sante). Compensation des risques réalisés,

mesure tendant à compenser, chez la victime, la réalisation des risques.
28
NOTION DE CRISE

Crise = Déséquilibre

Une crise est une situation insolite caractérisée par son instabilité,
qui oblige à adopter une gouvernance spécifique pour revenir au
mode usuel de vie.

A l’hôpital, une crise se gère à l’aide de modes d’organisation, de
techniques bien définies afin :
de se préparer et de faire face à la survenance d'une crise
 de tirer les enseignements de l‘évènement pour améliorer les
procédures et les structures dans une vision prospective.

29
Le risque et l’activité humaine
30
 L’HOMME EST GÉNÉRALEMENT CONFRONTÉ À DIFFÉRENTS RISQUES :
Le risque fait partie de la vie. Il est présent dans toute activité humaine.
L’homme subit différents types de risque selon l’environnement qui lui est
propre.
L’environnement est une notion qui peut être appréhendée de diverses
manières. Il est couramment défini comme le milieu dans lequel vivent les
individus / les groupes, évoquant ainsi les lieux et les conditions de vie.
31
Les conditions socio-économiques, culturelles, environnementales comprend
différentes sphères qui nous entourent :
-
la situation économique du pays,
les croyances culturelles,
les conditions du marché du travail
l’écosystème urbain et périurbain (villes, communes, quartiers…),
l’écosystème rural : espaces naturels, zones naturelles
32
L’environnement psychologique, social, privé qui peut comprendre différents
ensembles :
• les attitudes psychologiques (comportements et style de vie)
• la famille,
• l’éducation,
• conditions de vie et de travail,
• la société,
• les médias.
L’environnement recouvre le contexte physique dans lequel vit une personne et
les aspects plus sociaux, économiques, psychologiques, spirituels et culturels dont
la population est imprégnée.
33
 PLUSIEURS RISQUES EN RESULTENT :
 Les risques naturels : avalanche, feu de forêt, inondation,
mouvement de terrain, cyclone, tempête, séisme et éruption
volcanique...
Ex : 2004 : Tsunami 2004. Vague de 30 mètres de hauteur qui a frappé l'Indonésie,
les côtes du Sri Lanka et du sud de l'Inde, ainsi que l'ouest de la Thaïlande.
227 898 morts.
Ce tremblement de terre d’une magnitude 9,1 à 9,3 (quatrième magnitude la
plus puissante jamais enregistrée dans le monde). Il a soulevé
jusqu'à 6 mètres de hauteur une bande de plancher océanique longue de 1 600
kilomètres.
Danger :
tremblement
de terre
Exposition
géographique
Risque :
tsunami
34

Les risques technologiques : les risques industriel, nucléaire, biologique, rupture
de barrage et celles dues aux exploitations minières et souterraines, transport de
matières dangereuses…
Ex: Catastrophe technologique d’AZF.
L’usine AZF de Toulouse est détruite le 21 septembre 2001 par l’explosion d’un
stock de nitrate d'ammonium, entraînant la mort de 31 personnes, faisant 2 500
blessés et de lourds dégâts matériels. Usine chimique contenant des nitrates
déclassés
Danger :
exploitation de
produits et
installation
dangereuse
Exposition des
populations
(logements
proche,
personnels)
Risque :
accident
(exposition
aux substances
nocives)
35

Les risques de transports collectifs (personnes, matières dangereuses) sont un cas
particulier des risques technologiques.

Les risques de la vie quotidienne (accidents domestiques, accidents de la route ...)

Les risques liés aux conflits
36
Les pouvoirs publics poursuivent leurs efforts d’amélioration du dispositif
d’évaluation et de gestion des risques suivant 2 axes:
 Le renforcement de la qualité et des moyens de l’expertise
 L’amélioration de la prévention des principaux risques sanitaires
environnementaux
Ex:
Des plans d’actions interministériels ont été élaborés sur le bruit, l’amiante, la
pollution de l’air, les radiofréquences, la légionellose, la canicule…
37
 MAIS L’ACTIVITÉ HUMAINE ENGENDRE AUSSI DES RISQUES :
Les activités humaines induisent différents types d’impacts :
 des risques environnementaux majeurs qui frappent la Terre




L’épuisement des ressources
La pollution
La destruction des habitats
des risques scientifiques, risques sanitaires
Cercle vicieux
38
39
Cas pratiques
40
Pour chaque cas dire :
– Quel est le danger ?
– Quel est le risque ?
41
CAS 1
Mr X est programmé au BO pour une intervention sur l’oeil droit.
Les documents médicaux, la prescription préopératoire
concerne l’oeil droit.
Le matin de l’intervention, Mr B arrive au BO dilaté du côté
gauche. Au moment du remplissage de la check-list, l’équipe
s’en aperçoit.
Après le temps de préparation nécessaire, le patient est opéré à
droite.
42
CAS 2
Patient hospitalisé en neurologie, se dégrade.
Constat d’une évolution de l’état neurologique du patient.
Transmissions ciblées réalisées entre IDE.
La transmission au médecin n’est pas effectuée.
43
L’IDE et la GDR


IDE = Acteur de la gestion des risques
 lors des stages
 lors de la prise de poste
Etre vigilant : à tout moment, en tout lieu
 Ouvrir l’œil, avoir l’œil
 Avoir tous les sens éveil
 Une posture adaptée
 Un engagement
44
CE QU’IL FAUT RETENIR !
 Une
définition du danger, du risque ?
 Les différentes étapes de la gestion des risques ?
 La gestion des risques liée aux activités est une
mission de tous les établissements de santé ?
 Rôle de l’IDE
 Le risque et l’homme
45
MERCI DE VOTRE ATTENTION
Aurélie BES
Assistante Qualité et Gestion des Risques
0468242491
[email protected]
46
Téléchargement
Explore flashcards