Eloge de la vieillesse mardi 23 septembre 2014

publicité
Compte rendu de la rencontre du mardi 23 septembre 2014
« Éloge de la vieillesse »
D’Hermann Hesse
Ce livre de mémoires de l’écrivain allemand a été majoritairement peu apprécié,
malgré la citation de quelques passages qui ont retenus l’attention des lectrices.
Certes, les considérations d’un vieil homme sur l’âge ont peu de chance de donner
un récit enjoué et dynamique. Pourtant, la mélancolie prégnante dans ces pages,
les poésies omniprésentes et le perpétuel rappel à la nature renforcent une
tendance à l’ennui.
Car la question centrale reste bien : Comment appréhender le grand âge ? Et par
là, que nous apporte t’il ? Et peut-être « surtout », que nous impose-t-il ?
Il est prudent, avant d’engager une telles lecture (des mémoires, quel qu’en soit le
sujet) de savoir à qui on a affaire. La connaissance d’une biographie sommaire de
l’auteur est très utile pour traduire les sentiments et les idées exposés. A cet effet,
quelques lignes retraçant le vécu et la carrière d’Hermann Hesse ont été
distribuées aux participantes.
On comprend mieux la quasi permanence de la nature dans ses mémoires. Il faut
aussi, pour juger la quintessence de ces écrits, tenir compte de l’époque à laquelle
ils ont été publiés : 1952. Sans doute n’abordions-nous pas alors les dernières
années de vie de la même manière qu’aujourd’hui. Cet homme a traversé deux
guerres, ce qui donne au vécu, à la perception, à l’analyse une puissance bien
différente.
Prix Nobel de littérature en 1947, l’écrivain de langue allemande révèle une
écriture aride, dénuée de sentimentalisme. Ce détail stylistique a été relevé par
plusieurs lectrices, qui s’attendaient à un texte plus prégnant, moins formel, plus
proche de l’âme et du cœur. Pour autant, si la vieillesse appelle la nostalgie et une
certaine sagesse, une philosophie appliquée, elle n’est pas considérée aujourd’hui
comme synonyme de tristesse et d’apitoiement. Jeanine, désormais doyenne du
groupe, a témoigné combien pourtant, malgré la distance temporelle, certaines
évocations de l’auteur avaient trouvées échos en elle. Sur un point, toutes les
lectrices ont été d’accord : la bonne santé physique et mentale des personnes, hier
comme aujourd’hui, reste le pivot d’une vieillesse agréable. Un autre aspect a été
également évoqué : le dynamisme, alimenté par la socialisation et l’interaction de
nos ainés. Après avoir survolé les situations des nombreuses retraitées du
groupe, il est apparu comme une évidence que la retraite aujourd’hui est plutôt
perçue comme une deuxième vie que comme une antichambre de la mort.
Évoquée également, la place des retraités dans notre société : ils y jouent un rôle
actif et ne sont pas seulement responsables des soucis financiers de la Carsat !
Participatifs, impliqués dans l’entraide familiale, garants des valeurs morales et
éducatives des plus jeunes, capables d’ouverture aux nouvelles technologies, les
« vieux » d’aujourd’hui repoussent sans cesse les limites du « grand âge ». Ce fut
un point d’orgue des échanges et une conclusion unanime au débat, résumé par
Cathie Rodrigues en ces termes : « J’aurais le sentiment de vieillir le jour ou je
cesserai d’avoir envie d’apprendre. »
Sujets annexes abordés
L
es départs, les arrivées : Yvette Thiers, Denise Nicolas et Cathie Seror ont
annoncé leur départ du groupe de lecture.
Elodie Porro et Florence Caldairou nous ont rejointes. Nous sommes donc
actuellement 19 participantes inscrites.
Deux personnes ont participé également à titre informatif à cette rencontre.
C
hangement du jour des réunions : Je ne pourrai plus accueillir le groupe le
mardi. Le choix a été laissé aux personnes présentes entre le mercredi soir
ou le vendredi. Une majorité de personnes ont opté pour le mercredi soir.
Cependant, si cela impactait trop celles qui ont les petits-enfants en charge le
mercredi soir, j’essaierai de me libérer le jeudi soir.
L
e livre initialement prévu pour mois de Novembre « Traité de la tolérance »
de Voltaire, a été abandonné au profit d’un titre plus léger et distrayant. Il
s’agira de « Les perles de la presse : les gros titres des petites affaires », choisi
arbitrairement par moi-même, le manque de temps excluant un autre vote. En
voici un bref résumé : « Depuis plus d'un an, les auteurs de ce livre s'amusent à
compiler les titres d'articles les plus surprenants, bizarres, graveleux,
incompréhensibles, étonnants, absurdes, mais toujours drôles. Le résultat reflète le
visage de notre société, pour le pire et pour le meilleur (et pas forcément dans cet
ordre !). » La date de notre prochaine rencontre : mercredi 12 novembre à
18h30
C
ette même séance du 12 novembre, nous procéderons également au choix
par vote des thèmes qui seront abordés en 2015. Puis le 19 décembre, je
vous proposerais des titres correspondant à ces thèmes. Je vous demande
donc dés maintenant de bien vouloir réfléchir à vos propositions.
T
raditionnellement nous terminons chaque année par un repas au restaurant.
La réponse à la question ayant été affirmative, je vous propose de terminer la
rencontre du 19 décembre par ce moment sympathique. Nadine Frappier et
moi-même nous occupons de trouver l’établissement disponible ce soir là et je
vous communiquerai les menus et tarifs dés que possible afin que vous puissiez
vous déterminer sur ce point. Il nous faudra en effet nous y prendre rapidement,
cette période étant généralement très prisée pour ce genre de chose.
M
arie-Claude a informé le groupe de l’arrêt des études d’infirmière d’Elodie,
jeune fille beauzelloise qui avait participé et apporté un témoignage
pertinent et sensible au débat sur la fin de vie autour du livre de Marie de
Hennezel. Elle a finalement choisi une autre voie pour une carrière dans les
crèches.
L
‘intervention, justement, de ces deux élèves infirmières a suscité la question
posée mardi au groupe : souhaitez-vous valider le fait que des personnes
interviennent éventuellement sur certains sujets ? La réponse a été oui à
l’unanimité. Il a été cependant précisé quelques règles à ce propos :
Aucune obligation n’est liée à cette option. Si l’une ou plusieurs des
participantes souhaite faire intervenir quelqu’un sur un sujet, elle (s)devra
(ont) m’en parler au préalable afin que je puisse m’assurer que les critères
sélectifs sont réunis.
Les critères sont les suivants :
La ou les personne (s) a (ont) une raison particulière et avérée
d’intervenir, de par ses (leurs) connaissances en relation avec le sujet
du débat prévu.
La ou les personne (s) est (sont) à l’aise pour s’exprimer en public.
La ou les personne (s) est (sont) informée (s) que son (leur)
intervention est bénévole et ne donnera lieu à aucune compensation.
La ou les personne (s) ne devra (ont) se livrer à aucun prosélytisme.
En cas d’intervention de plusieurs personnes d’avis opposé, les
échanges devront restés modérés, courtois et n’entrainer aucune
tentative d’adhésion.
Ces points étant posés, je suis certaine que ces apports à nos réunions seront très
bénéfiques. Aussi, n’hésitez pas à être force de proposition.
P
our finir : Notre amie Colette ayant encore failli à sa promesse
! La
pâtisserie ce sera pour la prochaine fois ! Cette fois c’est sûr …
!
En toute amitié…
Véronique
Téléchargement
Explore flashcards