ÉLÉMENTS DE CORRECTION

publicité
Sciences de la Vie et de la Terre
ÉLÉMENTS
AC04
DE CORRECTION
DU BAC BLANC FÉVRIER
2 0 0 5 – E X E R C I C E II- 1
Remarques préliminaires :
1) Contrairement à la première partie, il n’est pas utile d’indiquer un
plan (mais ça n’est pas interdit !).
2) Contrairement à l’exercice II-2, aucune connaissance ne devrait être à
rajouter ; tous les éléments nécessaires à la résolution du problème sont
dans le document ou peuvent être déduits du document.
À la limite du Crétacé et du Paléocène a eu lieu une crise biologique importante dont on
peut voir les conséquences sur le document 1a.
NB : Il faut exploiter le documents avec précision et, notamment, nommer
les groupes de Mammifères.
NB 2 : Plutôt que d’employer le terme d’espèce à tord et à travers, il
est préférable d’utiliser le terme de « groupe » qui est, certes, très
imprécis mais permet de désigner à la fois un genre, une famille, une
classe… Pour ceux qui pensent encore pouvoir impressionner les membres
du jury, ils peuvent employer le mot « phylum ».
Certains groupes de Mammifères se sont éteints à la fin du Crétacé : ce sont les
Symmetrodonts et les Triconodonts. Les Marsupiaux voient leur effectif fortement
diminuer au moment de la crise mais sans disparaître complètement. La principale
conséquence que l’on peut observer est la diversification des groupes (ou radiation
évolutive). Ainsi, à la fin du Crétacé, le Pappotherium semble être à l’origine de la
quasi-totalité des groupes de Mammifères que l’on connaît actuellement. Soit
directement : Rongeurs, Chiroptères, Insectivores, Carnivores, Primates… soit par
l’évolution des Condylarthra au cours du Paléocène : Cétacés, Artiodactyles,
Périssodactyles…
Par ailleurs, on peut voir qu’au sein de certains groupes (Primates, Condylarthra) les
effectifs augmentent. Si ce phénomène est amorcé à la fin du Crétacé, les
augmentations se situent surtout au Paléocène et à l’Éocène ; cela peut être considéré
comme une conséquence à long terme de la crise (évolution des espèces).
Les conséquences de la crise biologique Crétacé – Paléocène, pour les
Mammifères, sont de trois ordre :
- disparition ou raréfaction de certains groupes (peu important) ;
- augmentation des effectifs d’autres groupes ;
- radiation évolutive ; c’est la principale conséquence immédiate (à
l’échelle des temps géologiques).
DS04-1c2-1.DOC
Sciences de la Vie et de la Terre
AC04
Le document 1b donne des éléments d’explication à cette radiation évolutive. Du fait de
la concurrence entre les Dinosaures et les Mammifères, ces derniers occupaient des
niches écologiques refuges. La disparition des Dinosaures libère donc des niches
écologiques ; les Mammifères peuvent alors coloniser ces espaces et assurer des
fonctions qui étaient celles de leurs concurrents.
De plus, certains Dinosaures étaient prédateurs de Mammifères. La disparition de ces
prédateurs peut faciliter la multiplication des proies (à condition qu’elles trouvent une
nourriture en quantité suffisante… ce qui pourrait se comprendre par la disparition de
Dinosaures concurrents).
La disparition des Dinosaures concurrents et des Dinosaures prédateurs peut
expliquer le développement et la diversification des Mammifères.
Un autre aspect peut expliquer que les Mammifères colonisent de nouvelles niches
écologiques. En effet, dans le même document, on nous informe d’une évolution
anatomique concernant la molaire (apparition de la molaire tribosphénique). Or cette
dent, nous dit-on, assure une nouvelle fonction : le broyage. On peut donc penser que
cette nouvelle fonction permet de profiter d’une niche écologique que ne pouvaient pas
occuper les Mammifères aux dents qui coupent ou perforent (il peut alors y avoir une
alimentation nouvelle donc une niche écologique nouvelle… pour ces Mammifères).
NB 3 : attention au finalisme (la téléologie des philosophes !) : ce n’est
pas « pour pouvoir manger autre chose que les Mammifères ont de
nouvelles
molaires ».
tribosphéniques
fonction).
leur
En
revanche,
permet
de
le
broyer
fait
d’avoir
(acquisition
des
d’une
molaires
nouvelle
NB 4 : Dans le même ordre d’idée, l’apparition de nouvelles molaires ne
crée pas de nouvelles niches écologiques ; elles sont nouvelles pour les
Mammifères mais rien ne dit qu’elles n’étaient pas utilisées par d’autres
groupes concurrents.
L’apparition de la molaire tribosphénique permet aux Mammifères de coloniser de
nouvelles niches écologiques.
Bilan
La crise biologique Crétacé – Paléocène a permis l’essor des
Mammifères. Cela se traduit soit par l’augmentation des effectifs
des groupes, soit par l’apparition de groupes nouveaux.
Cette évolution phylogénique semble en relation directe avec la
disparition des Dinosaures (concurrents et prédateurs) mais aussi
avec certaines évolutions anatomiques qui autorisent de nouvelles
fonctions, donc la colonisation de nouvelles niches écologiques.
DS04-1c2-1.DOC
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire