Télécharger une documentation complète sur les toubles d

publicité
Définition nationale des troubles d'apprentissage
Adoptée
par
l'Association
canadienne
des
troubles
d'apprentissage
le
30
janvier,
2002
L’expression « troubles d’apprentissage » fait référence à un certain nombre de dysfonctionnements
pouvant affecter l’acquisition, l’organisation, la rétention, la compréhension ou le traitement de l’information
verbale ou non verbale. Ces dysfonctionnements affectent l’apprentissage chez des personnes qui, par
ailleurs, font preuve des habiletés intellectuelles moyennes essentielles à la pensée ou au raisonnement.
Ainsi, les troubles d’apprentissage sont distincts de la déficience intellectuelle.
Les troubles d’apprentissage découlent d’atteintes d’un ou de plusieurs processus touchant la perception, la
pensée, la mémorisation ou l’apprentissage. Ces processus incluent entre autres le traitement
phonologique, visuo-spatial et langagier, ainsi que la vitesse de traitement de l’information, de la mémoire,
de l’attention et des fonctions d’exécution, telles que la planification et la prise de décision. Les troubles
d’apprentissage varient en degré de sévérité et affectent l’acquisition et l’utilisation :



du langage oral (aspects réceptif et expressif);
du langage écrit :
o la lecture : l’identification des mots (décodage et reconnaissance instantanée) et la
compréhension;
o l’écriture : l’orthographe et la production écrite;
des mathématiques : le calcul, le raisonnement logique et la résolution des problèmes.
Les troubles d’apprentissage peuvent aussi impliquer des déficits sur le plan organisationnel, social, de
même qu’une difficulté à envisager le point de vue d’autrui. Les troubles d'apprentissage durent la vie
entière. Toutefois, leurs manifestations varient tout au long de la vie et sont tributaires de l’interaction entre
les exigences du milieu, les forces et les besoins de l’individu. Un rendement scolaire en deçà de celui
anticipé, au même titre qu’un rendement obtenu au prix d’efforts et de soutien dépassant largement ceux
normalement requis, sont des indices de troubles d'apprentissage.
Les troubles d'apprentissage découlent de facteurs génétiques ou neurobiologiques, ou encore d’un
dommage cérébral, lesquels affectent le fonctionnement du cerveau, modifiant ainsi un ou plusieurs
processus reliés à l’apprentissage. Les troubles d'apprentissage ne sont pas initialement attribuables à des
problèmes d’audition ou de vision, à des facteurs socio-économiques, à des différences culturelles ou
linguistiques, à un manque de motivation ou à un enseignement inadéquat, bien que ces facteurs puissent
aggraver les défis auxquels font face les personnes qui ont des troubles d'apprentissage.
Les troubles d'apprentissage peuvent être associés à des troubles attentionnels, comportementaux et socioaffectifs, à des déficits d’ordre sensoriel ou à d’autres conditions médicales.
Il est essentiel que les personnes qui ont des troubles d'apprentissage soient dépistées très tôt et soient
soumises à des évaluations régulières faites par des professionnels. Pour les mener à la réussite, les
interventions mises en place à la maison, à l’école, au travail et dans le milieu communautaire doivent tenir
compte des caractéristiques de l’individu et doivent inclure les mesures suivantes :




l’enseignement correctif adapté aux déficits spécifiques;
l’enseignement de stratégies compensatoires;
la mise en place de mesures d’appui appropriées;
le développement de la capacité de l’individu à faire valoir ses besoins spécifiques auprès de son
entourage.
Signes indicateurs d’une possibilité de trouble d’apprentissage
La petite enfance (0-2 ans)









Difficulté à téter ou à digérer
Résistance à la cajolerie et au contact corporel
Absence de réponse ou réponse excessive aux sons ou à d’autres stimuli
Difficulté à suivre les mouvements avec les yeux
Périodes inusitées de sommeil
Retard à s’asseoir, à se tenir debout, à marcher
Ne rampe pas, ne marche pas à quatre pattes
Vocalise peu ou pas du tout
Irritable
La période préscolaire (2-5 ans)












Parle plus tard que la plupart des enfants et parle de façon immature
Lente croissance du vocabulaire, souvent incapable de trouver le bon mot, difficultés de
prononciation
Difficulté à rimer les mots
Difficulté à apprendre les chiffres, l’alphabet, les jours de la semaine, les couleurs, les formes
Très agité et facilement distrait
Difficulté dans ses rapports avec les autres enfants de son âge
Difficulté à suivre des instructions ou des routines
Difficulté à s’habiller
Lent développement des habiletés motrices fines
Réponse exagérée à l’excitation ou à la frustration
Tendance à trébucher, à frapper les choses
Ne peut pas sautiller, a de la difficulté à faire rebondir et à attraper une balle
De la maternelle à la 4e année (5-9 ans)
















Lent à apprendre le lien entre les lettres et les sons
Confond des mots de base (courir, manger, vouloir)
Fait constamment des erreurs de lecture et d’épellation, y compris renverser des lettres (b/d),
l’inversion (m/w), la transposition (puis/puits) et les substitutions (maison/foyer)
Transpose les séquences de chiffres et confond les signes arithmétiques (+, -, x, /, =)
Lent à se souvenir de faits
Lent à apprendre de nouvelles habiletés, se fie énormément sur le par cœur
Impulsif, fait difficilement des plans
Tenue instable du crayon, les lettres imprimées et l’écriture sont imprécises
Difficulté à saisir la notion du temps ou à lire l’heure
Pauvre coordination, insensible à l’environnement physique, susceptible aux accidents
Difficulté à couper avec des ciseaux, à colorier et à imprimer à l’intérieur de lignes
Incapable de lacer, de boutonner ou de s’habiller
Lit sans comprendre
Difficulté à jouer avec plus d’un enfant à la fois, peut préférer jouer tout seul
Difficulté à se souvenir du nom des choses, des saisons, des mois, des rues, etc.
Ne comprend pas la différence entre « haut et bas »; « dessus et dessous »; « en-dedans et à
l’extérieur »; « devant et derrière »; etc.
5e à 6e année (9-12 ans)











Renverse les séquences de lettres (amis/mais, balle/salle)
Lent à apprendre les préfixes, les suffixes, les racines des mots et les autres stratégies d’épellation
Évite de lire à haute voix
Difficulté avec des problèmes de mots
Difficulté à écrire à la main
Tenue malaisée, en poing ou trop serrée du crayon
Évite d’écrire des compositions
Se souvient lentement ou mal de faits
Difficulté à se faire des amis
Difficulté à comprendre le langage corporel et les expressions du visage
Difficulté à exprimer des idées et à raconter des événements en séquence
Étudiants du secondaire (12-17 ans)














Continue à épeler incorrectement, épelle fréquemment le même mot différemment dans la même
rédaction, écriture laborieuse
Évite les tâches de lecture et d’écriture
Difficulté à coucher ses idées sur papier
Difficulté à résumer
Difficulté avec les questions ouvertes dans les examens
Mémoire faible
Difficulté à s’ajuster à un nouvel environnement
Travaille lentement
Comprend mal les concepts abstraits
Accorde trop peu d’attention aux détails ou se concentre trop sur les détails
Lit incorrectement l’information, manque de logique, de raisonnement
Vulnérable aux pressions des pairs, est souvent le souffre-douleur
Difficulté à organiser et (ou) à se concentrer sur le travail à la maison
Raconte rarement les événements ou expériences passées de façon séquentielle ou en détails
Adultes (18 ans et plus)






Excellentes capacités verbales, mais incapable d’exprimer les pensées par écrit
Aptitudes mécaniques, mais difficulté de lecture, d’écriture ou d’épellation
Manque d’habiletés sociales et difficulté à conserver ses relations ou à se faire des amis
Apprend bien lorsqu’on lui montre, mais ne peut suivre les instructions écrites et (ou) verbales
Se sent constamment anxieux, tendu, déprimé et a une pauvre image de soi
A de la difficulté à organiser ce qui lui appartient, son temps, ses activités ou ses responsabilités.
Identification d’un trouble de l’apprentissage
Les troubles d’apprentissage affectent différemment chaque personne et peuvent être légers ou graves. Il
arrive que l’on ait plusieurs troubles d’apprentissage. Par ailleurs, environ le tiers des gens ayant un TA ont
également un trouble de déficit de l’attention/ hyperactivité (TDA/H) qui nuit à la concentration ou à la
capacité de fixer son attention sur des tâches précises. Si l’on croit qu’une personne peut avoir un TA, il
importe que les parents, enseignants, médecins et autres intervenants en contact régulier avec cette
personne l’observent régulièrement. Si le problème va au-delà de la difficulté isolée, l’étape suivante
consiste à demander de l’aide à l’école ou à consulter un spécialiste de l’apprentissage pour un dépistage.
Les causes d’un trouble de l’apprentissage
Les spécialistes ne savent pas exactement ce qui cause les troubles d’apprentissage. Les TA peuvent
découler des problèmes suivants :
 Hérédité – Souvent, les troubles d’apprentissage tiennent de la famille ; il n’est pas rare que les
parents ou d’autres proches des gens qui ont des TA éprouvent des difficultés semblables.
 Problèmes durant la grossesse et l’accouchement – Les TA peuvent être causés par une
maladie ou une blessure survenue à la naissance ou avant. Ils peuvent aussi être imputables à
la consommation de drogues et d’alcool durant la grossesse, à un petit poids à la naissance, à
un manque d’oxygène, une naissance prématurée ou un accouchement difficile.
 Incidents après la naissance – Des blessures à la tête, la malnutrition et l’exposition à des
substances toxiques (comme le plomb) peuvent contribuer aux TA.
Stratégies, accommodements et modifications
Selon le genre et la gravité du trouble d’apprentissage, ainsi que l’âge de la personne, différentes
formes d’aide peuvent être offertes. Lors de la planification des instructions et du soutien aux études ou
au travail, il faut envisager tous les types de stratégies. C’est en essayant différentes formules et en
échangeant franchement des idées sur ce qui fonctionne le mieux que l’on trouvera la meilleure forme
de soutien. En vertu de la Charte des droits et libertés et des lois sur les droits de la personne des
provinces et territoires, les personnes de tous âges ayant des TA sont protégées contre la discrimination
et ont droit à diverses formes d’aide aux études et au travail.
Actuellement, une personne sur dix aurait un trouble d’apprentissage au Canada.
Les troubles de l’apprentissage à l’âge adulte
Il n’est jamais trop tard pour obtenir de l’aide en cas de trouble d’apprentissage. Le dépistage est
accessible aux personnes de tous âges, et de l’aide est offerte à toutes les étapes de la vie. Face aux
troubles d’apprentissage, le premier pas consiste à demander du soutien et des services utiles. Bien des
adultes (dont certains ignorent qu’ils ont un TA) ont trouvé des façons de s’adapter à leurs problèmes et
de réussir leur vie. Les TA ne devraient pas empêcher une personne d’atteindre ses objectifs. Peu
importe la situation, il est possible de mener une vie beaucoup moins frustrante et beaucoup plus
épanouie en comprenant les défis particuliers que posent les TA et les stratégies d’apprentissage
permettant d’y faire face à chaque étape.
Référence : Association canadienne des troubles d’apprentissage et Centre d’excellence pour le
développement des jeunes enfants
Téléchargement
Random flashcards
Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Créer des cartes mémoire