Page 03-4312CSEAREZKI - La Nouvelle République

publicité
Industrie automobile
LA
NR
Benmeradi :
«Renault a refusé de
s’implanter à Jijel»
L A NOUVELLE R É P U B L I Q U E
WWW .lnr-dz.com
p. 3
Après
Android Market
Ligue
sur Google,
La NR lance
l’application
iPhone
Quotidien d’information indépendant - n° 4312 - Jeudi 26 avril 2012 - Prix : 10 DA
Quand
le pouvoir
d’achat
s’invite dans
le débat
politique
Anis ©New Press
p. 2
L’EDITO DE
REDA C.
A quoi servent des élections pluralistes et démocratiques
si elles ne sont pas une occasion pour la classe politique
de débattre des problèmes de fond d’une société et de
proposer des solutions ? En pleine campagne électorale
pour les législatives, les produits alimentaires de large
consommation ont flambé. Cette flambée a été pour le
simple citoyen une occasion d’afficher son mécontentement en se détournant de cette dynamique politique. Le
désintéressement d’une partie importante de l’opinion
publique de la «chose politique» est largement justifié.
Contre toute attente, la majorité des formations politiques engagées dans cette importante bataille que sont
Les fuites en avant
les prochaines législatives développent un discours qui
n’a aucune emprise sur la réalité quotidienne de la majorité des citoyens. Depuis le début de cette campagne,
les chefs politiques ont surtout axé leurs discours sur les
menaces extérieures qui pèsent sur la stabilité du pays.
Pourtant, la menace la plus déstabilisatrice qui plane sur
notre pays nous vient de ces lobbies de la finance, de la
spéculation, de la contrebande et de la corruption qui
n’ont pas cessé de prendre de l’ampleur ces dernières
années. Depuis le début de la campagne électorale, la
majorité de ceux qui veulent jouer un rôle politique dans
le futur Parlement n’ont présenté aucun programme poli-
tique et économique crédible pouvant changer la donne
actuelle et, surtout, corriger les dérives qui menacent le
pays dans ses fondements. La médiocrité du discours politique affiché tout au long de cette campagne ne peut
nullement encourager les électeurs à aller aux urnes. Pour
le moment, l’agrément des nouveaux partis, même s’il
reflète la volonté d’ouverture, n’a pas pour autant aidé à
améliorer la qualité de la classe politique et de ses programmes. Et si rien n’est fait pour répondre aux attentes
des citoyens, le futur gouvernement qui sortira de la prochaine Assemblée risquerait fort de faire face à un vériR. C.
table «tsunami» social dans un proche avenir.
actuel
Le chiffre du jour
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
2
6 morts et 4 blessés dans un accident de la route
au sud de Naâma.
algérie-eau
algérie-vatican
algérie-allemagne
samedi
Coopération
Diplomatie
Défense
Le Président Bouteflika reçoit le ministre
émirati des Affaires étrangères.
Agrément du nouvel ambassadeur d'Algérie
auprès du Saint Siège.
Guenaïzia reçoit la secrétaire d'Etat au ministère fédéral
allemand de l'Economie et de la Technologie.
26e journée du
championnat de
ligue 1 de football.
Elections législatives
REPÈRE
Quand le pouvoir d’achat s’invite
dans le débat politique !
, A quelques jours des élections législatives prévues le
10 mai prochain, le prix d’un
kilogramme de pomme de
terre a atteint les 120 DA pendant plusieurs jours. Cependant, cette hausse des prix
difficilement explicable n’a
pas touché que ce produit de
base et de large consommation.
Presque l’ensemble des produits maraichers ont vu leurs prix tirés à la hausse :
La tomate à 150 DA, les courgettes à 120
et les haricots verts à plus de 350. En plus
des produits maraîchers et depuis bien
longtemps, les prix des viandes rouges,
blanches et du poisson sont hors de portés des petites bourses. Du jamais vu dans
l’histoire récente et chaotique des prix
des produits alimentaires en Algérie. Cette
envolée vertigineuse et incontrôlée des
prix a pris une tournure politique en cette
première semaine de campagne électorale. Beaucoup de citoyens se sont alors
posé la question sur l’utilité d’aller aux
urnes avec une telle érosion du pouvoir
d’achat. Plus grave encore les efforts faits,
depuis plus d’une année, par le gouvernement pour améliorer le pouvoir d’achat
de larges couches de la société en augmentant d’une façon substantielle les salaires ont été pratiquement anéantis par
cette hausse incontrôlée des prix. Face
aux inquiétudes des citoyens et à cette détérioration sans pareille de leur pouvoir
d’achat, gouvernement et partis politiques
n’apportent aucune réponse pour rassurer. Côté gouvernement, le ministre de
l’Agriculture tentera encore une fois d’apaiser le mécontentement en annonçant une
baisse des prix de la pomme de terre prochainement. Ce dernier dira sur les colonnes de plusieurs médias que la production de la pomme de terre de saison,
devrait faire réduire progressivement les
prix qui ont atteint des niveaux record.
Selon le ministre de l’Agriculture, «la production de saison (mai-juin-juillet), qui
sera mise sur le marché à partir des prochains jours, devrait permettre un retour
progressif des prix de la pomme de terre
à un seuil acceptable». Encore une fois, les
conditions climatiques sont rendues responsables de cette situation. Selon M. Benaïssa, l’année 2012 a été marquée par
des conditions climatiques exceptionnelles ayant été à l’origine du retard enregistré dans la récolte de la primeur. Les
fortes intempéries enregistrées le mois
de février ont retardé la récolte de la primeur, causant ainsi une diminution de
l’offre de l’ordre de 15% explique le ministre. Pourtant et pour faire face à ce
genre de situation, le gouvernement a mis
en place, depuis deux ans, un système de
régulation portant le nom de Syrpalac. Et
à première vue, ce système de régulation
qui a mobilisé des milliards de dinars pour
l’installation de nouvelles chambres
froides n’a nullement permis de réguler le
marché de la pomme de terre et éviter
que son prix n’atteigne les 120 dinars. Par
ailleurs et si l’on croit les chiffres du pre-
mier responsable du département de l’agriculture la production de pomme de terre
de l’Algérie est passée de 21 millions de
quintaux en 2008 à 38 millions quintaux
en 2011. Ce qui représente une importante hausse dépassant les 80% en l’espace
de quatre ans. En 2011 l’agriculture algérienne a produit une moyenne de 100 kilogrammes de pomme de terre par habitant. Un chiffre énorme qui permet de
couvrir largement la demande nationale
en pomme de terre et même dégagé un excédent pour l’exportation. Difficile donc de
croire que les intempéries de février passé
ont été les seules responsables de cette incroyable hausse des prix et que les importants stocks des chambres froides
étaient incapables de réguler le marché.
Les Algériens ne se sentent pas concernés par ces élections.
(Photo > New Press)
Ouyahia : «Le pays est ciblé»
? Ahmed Ouyahia met en garde contre tout changement qui
risquerait de faire basculer le pays dans l’inconnu, à l’instar des
autres pays de la région arabe, victimes d’un bouleversement qui
les empêche de reprendre le dessus. Intervenant hier sur les ondes
d’une Chaîne de la Radio nationale, le leader du Rassemblement
national démocratique (RND) et, néanmoins Premier ministre, a
agité le spectre de la menace qui guette le pays à cause des
événements que connaissent les pays voisins au même titre que
les derniers développements enregistrés dans la région du Sahel.
Après avoir fait l’éloge de son parti, il a, élections obligent, fustigé
certains partis politiques, notamment ceux de la mouvance
islamiste qui font campagne au nom de l’islam alors que chacun
cherche son propre intérêt. C’est les deux sujets principaux qui ont
été soulevés dans l’intervention du secrétaire général du RND. Ce
dernier, a énuméré trois principales menaces à savoir : l’argent
sale, la fitna et la main étrangère, qui sont susceptibles de noyer
le pays dans un marasme sans précédent, si bien entendu, les
Algériens ne prennent pas conscience à temps et n’adaptent pas
un discernement lucide et prévoyant. Concernant l’argent sale, le
SG du RND a pointé du doigt des lobbies qui ne reculent devant
rien pour foutre la pagaille. Selon lui, le prix de la pomme de terre
et la pénurie du carburant sont autant de tentatives pour
déstabiliser le pays. «Cela représente des preuves suffisantes sur
cette tentative de déstabilisation», dira t-il. A ces tentatives de
déstabilisation internes s’ajouteront les menaces qui viendraient
de l’extérieur. «Celui-là même qui, d’une manière ou d’une autre,
a semé le désordre dans différents pays arabes et plus récemment
au sud de notre pays» a-t-il appuyé. Convaincu d’une menace de
déstabilisation qui viserait sérieusement l’Algérie, il a appelé les
citoyens à être vigilants et à faire barrage massivement pour
déjouer les manipulations étrangères. Concernant la fitna, le chef
du RND n’a eu de cesse d’y revenir dans son intervention, en
désavouant tout d’abord le droit aux partis islamistes de faire
campagne pour les législatives du 10 mai en utilisant la religion.
«C’est un scénario connu qui a mené l’Algérie au chaos dans les
années 90. Aucune formation politique n’à le droit de duper
encore une fois les Algériens immunisés par ce qu’ils ont vécu
durant la décennie noire», a-t-il asséné, tout en soudoyant
l’électorat pour les amener à voter massivement au prochain
scrutin. Par ailleurs, le chef de file du RND s’est montré convaincu
de la victoire de son parti en réalisant la surprise ce 10 mai,
arguant que son programme est «très riche et varié et contribuera
si le peuple le veut à donner un nouveau souffle au pays».
Kahina B.- H.
Il n’y a pas que le prix
de la pomme de terre !
Sur les étals des marchés il n’y avait pas
que le prix de la pomme de terre qui a
flambé. L’ensemble des produits maraîchers (légumes frais) ont connu aussi une
hausse incroyable des prix. Cette flambée
de prix des légumes frais est intervenue
après cette hausse qui s’est installée dans
la durée des prix des viandes rouges et
blanches. Le simple citoyen constate, impuissant, l’érosion de son pouvoir d’achat
après avoir durement arraché des augmentations de salaires ces dernières années. De son côté, le gouvernement ne
cache plus dorénavant son incapacité à
prendre des mesures efficaces pour améliorer le niveau de vie de larges couches de
la population. Pourtant des centaines de
milliards de dinars sont mobilisés annuellement par le gouvernement pour
soutenir la production agricole. Pas moins
de 45 milliards de dinars de dettes des
agriculteurs ont été effacées. En 2009 une
superficie de 372 000 hectares a été mobilisée au profit de la production maraichère. Ce qui a permis de produire des
quantités avoisinant les six millions de
tonnes en 2009. Cette production atteindra
les 6,4 millions de tonnes en 2011. Une
production largement suffisante, selon le
ministère de l’Agriculture, pour couvrir la
demande nationale en légumes frais et à
des prix acceptables. Par ailleurs les
moyens financiers mobilisés par l’Etat
dans le secteur de l’hydraulique ont permis de porter le nombre de barrages à
plus d’une soixantaine. La capacité de mobilisation de ces ouvrages est actuellement de l’ordre de 7,4 milliards de mètres
cubes. Ce niveau élevé de mobilisation
des ressources hydriques et selon les déclarations du premier responsable de ce
secteur permet l’irrigation d’un million
d’hectares de terres agricoles. Une irrigation qui permet non seulement une augmentation sensible de la production agricole mais aussi de stabiliser les prix.
Contre toute attente et malgré les gigantesques moyens mobilisés, ces deux objectifs n’ont pas été atteints. Faut-il alors
conclure à un échec de la politique actuelle du gouvernement dans le secteur
agricole ? Tout porte à le croire quand on
visite les marchés des fruits et légumes et
quand on prend connaissance du montant
financier nécessaire pour remplir le panier
Les observateurs internationaux
à Tiaret
Deux observateurs internationaux dépêchés par l’Union européenne (U.E)
dans le cadre des élections législatives
du 10 mai prochain sont arrivés lundi à
Tiaret où ils ont été reçus par le wali
Bousmaha Mohamed. Les deux observateurs, Armin Daerwitz (Allemagne ) et
Alienor Benoît (France) qui ont assisté
au meeting animé au cinéma Casino
mardi matin par Benbaïbache, secrétaire général de la tendance politique
«Iftitah» avant de rendre visite à la
sous-commission de wilaya des élections législatives, à la commission de
wilaya de surveillance, et aux services
de la wilaya chargés de l’opération de
cet grand événement prévu le 10 mai
prochain. Lors d’une rencontre avec les
représentants de la presse écrite
(Houari Dilmi du quotidien d’oran –
Fawzi Amellal El Watan – Salem Ramane Liberté et Bouhalla Battache Carrefour d’Algérie) et selon Bénoit Alienor, «notre mission s’entretiendra avec
les formations politiques, les différentes commissions chargées du scrutin
et celles de supervision». Nous devons
aussi prendre note de tous les éléments et les détails du coup d’envoi de
la campagne électorale au dépouillement a indiqué Armin Daerwitz à la
Nouvelle république, «nous sommes
mobilisés sur le sol de Tiaret pour
suivre le processus des élections législatives». «Nous avons reçu toutes les
garanties de travailler de la part de
l’Etat algérien que notre mission se déroulera dans la transparence totale», a
ajouté l’hôte de la Maison de la presse.
Les observateurs nous ont clairement
déterminé au cours de cet entretien les
grandes lignes de leur présence en Algérie. Pour rappel, l’administration a
déjà pris toutes les dispositions nécessaires quant à un bon accueil du corps
électoral le 10 mai prochain. Selon Fatiha Meghazi, chargée de la communication, il a été réservé à travers le sol
de la région de Tiaret, 287 centres de
vote dont 74 pour hommes, 71 pour
femmes et le reste, soit 142 centres
mixtes de vote. Avec un total de 1 401
bureaux de vote dont 739 pour
hommes et 662 pour femmes,la wilaya
de Tiaret compte un corps électoral de
512 995 électeurs dont plus de 223 000
ont entre 31 et 50 ans contre 22 119
nouveaux inscrits, dont 7 079 électeurs
radiés du fichier électoral (changement
de résidence, décès ….).
Hamzaoui Benchohr a
d’un modeste chef de famille. L’autre remarque qui conforte ce constat , cette
facture des importations des produits alimentaires qui ne cesse de s’alourdir ces
dernières années rendant l’Algérie de plus
en plus dépendante des marchés extérieurs pour couvrir les besoins de la population en produits alimentaires. Pourtant
cet état des lieux et l’actuel campagne
électorale des législatives n’ont pas interpellés les partis politiques et n’ont pas
aidé à l’ouverture d’un débat de fond autour de la préservation du pouvoir d’achat
des citoyens et surtout réfléchir à une nouvelle politique agricole capable de réduire
la dépendance du pays des marchés extérieurs et stabiliser les prix des produits
de large consommation.
Réda C.
Voir sur Internet
www.lnr-dz.com
actuel
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
3
ONS
TRANSSAHARIENNE
Clôture
de la réunion
d’Alger
Le rythme d'inflation annuel
en hausse à 5,9% en mars dernier
,Le rythme d'inflation
annuel en Algérie a atteint 5,9% au mois de
mars dernier, contre 5,3
en février et 4,9 en janvier de la même année,
soit un taux supérieur à
celui observé durant
toute l'année 2011 (4,5%).
Cette tendance haussière, entamée dès décembre dernier,
est due notamment à une importante hausse de l'indice
des prix à la consommation
avec 10,12% en mars dernier
par rapport au même mois
de l'année écoulée, précise
l'Office national des statistiques (ONS). En glissement
annuel, les produits alimentaires ont augmenté de
14,23% avec notamment
23,63% pour les produits agricoles frais et 6,37% pour les
BRÈVE
TAMANRASSET
La deuxième tranche
du projet de gaz de
ville en phase d’essai
La deuxième tranche des
travaux de distribution
du gaz naturel dans la
ville de Tamanrasset est
achevée et en est à sa
phase d’essai, a-t-on
appris auprès de la direction locale de la Sonelgaz. Cette deuxième
phase du projet, qui
consiste à distribuer le
gaz stocké à travers un
réseau de distribution
de 360 km, avec plus de
18 000 branchements
touchant les foyers recensés, est totalement
achevée et est en phase
d’essai, a affirmé le directeur de distribution
d’électricité et du gaz de
la Sonelgaz de Tamanrasset, Mohamed
Djouadi. Quant à la
première tranche qui
consistait à réaliser deux
stations de propane, de
800 m3 chacune, implantées à Tafsit (Nord
de la ville) et Tihagouine
(Sud), elle n’est réalisée
qu’à 45%, a-t-il fait savoir en signalant que
l’opération a été confiée
à une entreprise iranienne en 2009. Alors
que tous les travaux de
génie civil et les études
sont achevés à 100%, les
travaux de montage des
équipements, subordonnés à leur réalisation en Iran, ont pris du
retard. Ils devaient être
livrés au premier semestre 2011 mais ne
l’ont été en fait qu’au
premier semestre 2012, a
précisé le même responsable. La couverture des
besoins en gaz, actuellement assurée à 12%,
sera de 85% après la
réalisation du projet, at-on appris également
auprès de M.Djouadi.
Les augmentations les plus importantes ont concerné les produits agricoles
frais, dont notamment la pomme de terre. (Photo > D. R.)
produits alimentaires industriels, explique l'ONS. Les
produits manufacturés ont
également augmenté de près
de 7,5% et les services ont
évolué de 4,98% en mars dernier par rapport à la même
période de l'année écoulée,
ajoute l'Office. La hausse a
touché tous les produits alimentaires, mais les augmentations les plus importantes
ont concerné les produits
agricoles frais (23,63%), dont
notamment la pomme de
terre (73,85%). Il est à signaler que les fortes intempéries qui ont touché le pays en
février dernier ont provoqué
une envolée généralisée des
prix des produits agricoles
frais, notamment la pomme
de terre dont le prix a atteint
un pic de 120 DA le kilo
contre une moyenne de 45 à
55 DA le kilo durant l'année
2011. Un retour à la normale
est attendu dès la semaine
prochaine pour ce produit,
puisque les prix ont connu
ces derniers jours une
baisse, évoluant dans une
fourchette de 55 à 70 DA le
kilo, a-t-on constaté. D'autres
produits alimentaires frais
ont également augmenté, il
s'agit : des viandes de mouton (31,23%), des œufs
(21,2%), des poissons frais
(19,17%), des légumes frais
(16,67%) et des fruits frais
(9,48%), relève l'ONS. Les
autres produits du groupe
alimentation s'étaient également inscrits en hausse,
dont notamment, la viande
de bœuf (7,6%), les boissons
(19,83%), les sucres (10,19%),
le pain et les céréales
(5,64%). Cette hausse a touché également d'autres produits alimentaires, mais reste
de moindre ampleur. Il est
question notamment des
huiles et graisses (4,44%),
laits, fromage et dérivés
(près de 2%) et la viande
blanche (1,3%), ajoute l'ONS.
De son côté, l'indice des prix
à la consommation a connu
une hausse de 1,44% en mars
2012 par rapport au mois de
février 2012, soit une variation mensuelle supérieure à
celle relevée le même mois
en 2011 (+0,7%), en raison
d'une augmentation généralisée des prix des produits
agricoles frais qui ont augmenté de 4,88%, relève l'Office. Cette hausse des produits agricoles frais s'explique par la forte
augmentation des prix de la
pomme de terre (26,83%), les
légumes frais (16,09%), et
poissons frais (5,58%), selon
les chiffres de l'ONS. Les produits alimentaires industriels
ont connu une légère hausse
de près de 0,4% en raison essentiellement de l'augmentation des prix des sucres et
des huiles et graisses, ajoute
l'ONS. Durant le premier trimestre 2012, l'indice des prix
à la consommation a connu
une forte hausse de 9% par
rapport à la même période
en 2011, en raison d'une
hausse généralisée des prix
des produits agricoles frais
qui ont augmenté de 18,87%.
Cette hausse des produits
agricoles frais s'explique toujours par la forte augmentation des prix de la pomme
Evaluation des travaux
de réalisation
de terre (48,06%), des œufs
(24,32%), des légumes
(11,67%) et des fruits frais
avec 4,10%, relève l'Office.
Les produits alimentaires industriels ont aussi marqué
une hausse de 5,64% en raison essentiellement de l'augmentation des prix des boissons (19,88%), du café et thé
(7,9%), des sucres et produits
sucrés (3,73%) et des huiles
et graisses (3,54%), ajoute
l'organisme des statistiques.
Les prix des produits manufacturés ont également enregistré une hausse de 7,9%
ainsi que ceux des services
avec 4,55% durant les trois
premiers mois de 2012. Durant cette période, les
hausses les plus importantes
ont touché la viande de mouton (26,95%), les poissons
frais (14,66%), la viande de
bœuf (6,63%) et celle de poulet (6,05%), ajoute l'Office. La
hausse des prix des produits
alimentaires, notamment les
fruits et légumes, enregistrée
durant ces derniers mois,
«est conjoncturelle», avait
déclaré lundi le ministre du
Commerce, Mustapha Benbada, précisant que les prix
de certains produits ont déjà
amorcé une tendance baissière. Les prix de plusieurs
produits alimentaires «sont
aussi liés aux fluctuations
des marchés internationaux»,
a-t-il expliqué.
Mohamed L .
Selon Benmeradi
Le refus de Renault d'implanter son usine
à Jijel a fait retarder les négociations
,Le ministre de l'Industrie,
de la PME et de la Promotion de l'investissement,
Mohamed Benmeradi a indiqué hier à Alger que le
constructeur français d'automobiles, Renault, a refusé
d'implanter son usine à Bellara au niveau de la wilaya
de Jijel, ce qui a fait traîner
les négociations sur ce projet. «Les discussions ont
pris plus de temps que
prévu. Le partenaire étranger a considéré que le lieu
proposé pour l'implantation de l'usine est loin du
bassin de l'emploi et qu'il
n'offrait pas les opportunités nécessaires», a déclaré
Benmeradi à la presse en
marge de la réunion de la
commission mixte algéroallemande. Benmeradi a expliqué que la décision du
gouvernement algérien
d'implanter cette usine
dans la wilaya de Jijel a été
dictée par le besoin de
créer un équilibre entre les
régions en matière d'investissement. D'ailleurs, l'Algérie a mis en place une stratégie pour attirer les inves-
tissements dans le cadre
de l'équilibre des régions,
rappelle-t-il, à ce propos.
Selon le ministre, la partie
française a avancé le facteur du manque de la main
d'œuvre qualifiée dans la
wilaya de Jijel et a considéré dans ce sens que
seules les grandes villes
comme Alger ou Oran sont
en mesure de fournir la ressource humaine nécessaire
à la réalisation de ce projet.
Pour la partie algérienne,
le changement du lieu de
l'implantation de l'usine
n'est pas à revoir, du moins
pour le moment, a laissé
entendre Benmeradi qui indique toutefois que les négociations se poursuivaient
sur ce projet. «Nous
n'avons pas encore proposé un autre lieu pour la
construction de l'usine,
nous tenons à ce que le
projet soit réalisé à Bellara»,
a-t-il ajouté. «Pour nous la
zone de Bellara c'est l'arrière pays de Constantine
qui est une plate-forme de
l'industrie mécanique», a
indiqué le ministre. Fin jan-
vier dernier, une délégation
d'experts du groupe automobile français s'est rendue à Jijel pour s'enquérir
de la disponibilité des ressources hydriques, de
l'énergie électrique et gazière ainsi que de l'aménagement de cette zone qui
s'étend sur une superficie
de 532 hectares. La première voiture de cette usine
sera livrée 18 mois après
la conclusion de l'accord
négocié depuis quelques
années entre les deux parties. Selon le plan arrêté
pour ce projet, l'usine de
Renault devrait produire
75 000 véhicules dans une
première étape, une production appelée à augmenter à 150 000 véhicules dans
une seconde phase. L'usine
produira des véhicules
avec un taux d'intégration
de la production nationale
de 20% à 25% dans une première étape et qui pourrait
passer à 60% avec l'intégration de la pneumatique et
du vitrage. Mais le nombre
de sous-traitants algériens
en mesure de participer à
ce projet reste encore insuffisant, seulement cinq
ou six ont été identifiés dernièrement. Le projet de
construction d'une usine
Renault en Algérie a suscité un intense débat sur
les possibilités de sa
concrétisation réellement.
Certains observateurs estiment que la vague de critiques des délocalisations
qui a suivi en France l'inauguration de l'usine de la
firme au losange à Tanger,
risquait de faire tomber à
l'eau l'usine d'Algérie. Pour
eux, le constructeur français n'a pas besoin d'une
deuxième usine en Afrique
du Nord après l'inauguration de celle de Tanger.
Mais Carlos Ghosn, PDG de
Renault a démenti ces informations en déclarant en
février dernier, lors de
l'inauguration de l'usine de
Tanger que son groupe est
intéressé par le projet d'une
usine en Algérie, affirmant
que les discussions continuaient avec la partie algérienne.
Synthèse H. A.
La 56e session du Comité de
liaison de la route
Transsaharienne (Clrt), qui a
regroupé à Alger les six pays
concernés par cette infrastructure
panafricaine, dont l’Algérie, a pris
fin mardi après-midi au terme de
deux jours de travaux.
Cette réunion, qui se tient annuellement en Algérie, s’est penchée sur plusieurs points dont
l’évaluation des travaux de réalisation des 2 000 km qui restent
de la Transsaharienne ainsi que
les moyens de promouvoir les
échanges commerciaux entre les
pays du Clrt (Algérie, Tunisie, Mali,
Niger, Tchad et le Nigeria), durant
cette rencontre, les chiffres présentés indiquaient que sur les 9
000 km que compte cette route
panafricaine, environ
7 000 km sont réalisés. Le plan
d’action futur du Comité et la
mobilisation des ressources financières nécessaires à la réalisation
du dernier tronçon du Niger
(230km), a été examiné par les
ambassadeurs, les experts, les
spécialistes dans les travaux routiers, et aussi par des représentants de bailleurs de fonds internationaux,
Le secrétaire général du Clrt, Mohamed Ayadi, a affirmé que le
parachèvement du tronçon nigérien entre Assamka et Arlit «était
au cœur des discussions» et que
le Comité compte chercher des financements supplémentaires à ce
tronçon qui nécessite 100 millions
de dollars, soulignant que la prochaine session du Clrt, prévu en
septembre prochain devrait se
tenir au Tchad. L’ordre du jour de
cette session a porté aussi sur le
projet de budget du Clrt pour 2012
et qui été approuvé en fin des
travaux. Des représentants du
nouveau partenariat pour le développement économique en
Afrique (Nepad) et de l’Union économique et monétaire de
l’Afrique de l’Ouest (Uemoa) ont
pris part à la 56e session du Comité. Le caractère stratégique de
la Transsaharienne et les efforts
de l’Algérie dans le parachèvement et le développement de sa
section (3.000 km) ont été mis en
avant lors de la réunion.
Pour sa part, le secrétaire général
au ministère des Travaux publics,
Hocine Necib, a annoncé de la
prochaine mise en chantier de la
liaison Silet-Timiaouine (wilaya de
Tamanrasset) sur 300 km, dans le
cadre de la Transsaharienne.
Celle-ci, sera raccordée dans sa
partie nord, à la pénétrante EstOuest-port de Djen-Djen (Jijel)
d'ici 2014, signalant que 212 milliards de dinars (3 milliards de
dollars) ont été consacrés au titre
des programmes 2005-2009 et
2010-2014 pour l'aménagement
en autoroute nord-sud la route
nationale n°1 (Alger-Ghardaïa) qui
fait partie de la Transsaharienne.
A l’ouverture de la réunion, le ministre du Commerce, Mustapha
Benbada a souligné la nécessité,
pour les pays membres du Clrt,
d’adopter des stratégies économiques à même de rendre la
route Transsaharienne un vecteur
de développement économique
pour améliorer les conditions de
vie des populations.
Synthèse Na w el Hami
actuel
HUAWEI
11,6 milliards de yuans
de bénéfices en 2011
Des résultats satisfaisants
Huawei, le leader mondial des
Tic et fournisseur de solutions a
atteint ses objectifs pour l’année
2011 en affichant un résultat satisfaisant correspondant à 11,6
milliards yuan chinois (CNY) de
bénéfices nets. Dans un communiqué rendu public hier,
l’entreprise Huawei a annoncé
ses résultats financiers de 2011
qui affichaient un chiffre d'affaires de 203,9 milliards de CNY
avec plus de 23,7 milliards CNY
d'investissement en recherche et
développement et son lancement dans la transformation
opérationnelle. Selon ce document, le leader a enregistré une
croissance de 11,7% des ventes
après avoir atteint 203,9 milliards CNY suite à la croissance
impressionnante réalisée dans
les secteurs «Produits Consommateurs» et les «Services d'entreprise». Le «service consommateur» du groupe Huawei a
connu une croissance robuste
sur le segment des appareils intelligents, qui a vu l'expédition
de près de 150 millions unités
l'an dernier, tandis que le «service d’entreprise» a augmenté
ses ventes en chiffre d'affaires
de 57,1%, générant ainsi 9,2 milliards CNY en sa première année
d’opération comme l'un des
groupes de Huawei.
Huawei a continué de croître et
de consolider sa présence sur le
marché mondial en 2011, généré
un chiffre d'affaires de 65,57
milliards CNY, en hausse de
5,5%, du marché local et un
chiffre d'affaires enregistré de
138,4 milliards CNY, soit une
augmentation de 14,9%, à partir
des marchés étrangers. «Nous
avons fait des investissements
stratégiques, en renforçant notre
recherche (R) et développement
(D), des capacités et des ressources déployées dans le
monde, et nous avons mis en
œuvre une architecture d'entreprise orientée vers l'avenir qui
met Huawei dans de certaines
positions pour une croissance
soutenue», a déclaré Ken Hu, le
directeur général par intérim.
Huawei a renforcé son investissement dans la R et D avec 23,7
milliards CNY, soit une augmentation d'année en année de
34,2%. Un engagement important à l'innovation, qui représente 11,6% du total du chiffre
d'affaires annuel, est un pilier
essentiel de la stratégie d'affaires de Huawei, qui voit le positionnement de l'entreprise
elle-même pour tirer parti des
zones à forte croissance pour le
succès continu. À l'avenir, Huawei va exploiter son recentrage
sur les activités, vision d'entreprise et sa structure de gouvernance pour tirer des possibilités
offertes par la convergence des
TIC. L’entreprise va également
augmenter ses investissements
dans son nuage-pipe-dispositif
de stratégie, visant à répondre à
ses promesses.
Hassiba A.
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
4
Corps communs de la santé
La situation a atteint son paroxysme
, Plus de 4 000
travailleurs de l’hôpital de MustaphaBacha sont entrés
hier pour la
deuxième fois en
grève, après celle
de la semaine dernière. En effet, les
grévistes qui ont investi l’enceinte de
l’hôpital déplorent
la situation socioprofessionnelle «insoutenable». Ces
travailleurs ne bénéficiant pas de la
prime de contagion, ne sont même
pas titularisés en
sus et ce, malgré
plusieurs années de
service.
«La situation a atteint son
paroxysme, nous ne pouvons plus continuer à
nous taire, il est grand
temps pour que nous
soyons rétablis dans nos
droits», ont insisté les grévistes qui ont pour le
moins, assuré un service
minimum notamment
pour ce qui est des urgences. Leur plate-forme
de revendications se décline en plusieurs points
et révèle, en effet, une injustice sociale des plus
criantes, c’est du moins
ce qui est expliqué par
notre interlocuteur qui a
Selon des travailleurs, certains ne touchent même pas le SNMG. (Photo > New Press)
insisté longuement sur le
volet socioprofessionnel.
«Ne trouvez-vous pas que
c’est vraiment illogique
qu’il existe encore au jour
d’aujourd’hui des travailleurs qui ne touchent
même pas le SNMG alors
qu’ils comptabilisent à
leur actif plusieurs années de service dans cet
établissement hospitalier? C’est d’ailleurs le
même topo dans beaucoup d’autres hôpitaux à
travers le pays, nous
sommes loin d’être une
exception», lâche-t-il visiblement déterminé à ne
pas lâcher prise. Les syndicats frondeurs réclament, en substance, la révision des salaires, la généralisation de la prime
de contagion et l’intégration des contractuels.
«Ça fait plus de seize ans
qu’ils sont contractuels
et vivent dans cette appréhension perpétuelle
de se voir un jour congédiés sans l’ombre d’expli-
cation qui tiendrait la
route. C’est impensable
que cela puisse encore
arriver et ça doit changer inéluctablement». Un
agent de sécurité proteste à notre adresse : «je
travaille depuis 19 ans et
je perçois 15 000 DA et
c’est tout»,dépore-t-il. Une
autre gréviste témoigne :
«J’ai été contaminée d’un
microbe lors de l’exercice
de mon métier et j’ai
même été opéré à cause
de ça, j’ai déposé un dos-
sier pour réclamer mes
droits, ils m’ont dit que
tu peux être contaminée
même en dehors de l’hôpital en finalité mon dossier a été rejeté», raconte
-t-elle. Pour sa part, karima menaçante dira :
«les travailleurs reviendront à la charge le 1er mai
pour déclencher une
autre grève si les autorités ne répondraient pas
favorablement aux présentes sommations».
Salima Sid- idr is
Pré-emploi
Sit-in des protestataires devant la wilaya de Boumerdès
, Encore une fois, des universitaires contractuels dans le cadre
du dispositif du pré-emploi ont
observé un sit-in au niveau du
siège de la wilaya. Ils sont revenus à la charge pour réitérer
leurs revendications relatives à
leur intégration dans leurs
postes et le versement de leurs
arriérés de salaires. Les protestataires, qui ne décolèrent pas,
dénoncent la dégradation de
leurs conditions de travail et le
mépris affichés par les responsables de l’administration locale
à leur égard. Ils exigent la réintégration de Amour Abdelkader
dans son poste de représentant
du comité national des travailleurs de pré-emploi local.
Celui-ci, qui exerçait au service
d’état civil de la localité de Chabet El Ameur, a été licencié arbitrairement par le P/APC de cette
commune. Selon les manifestants, cette sanction n’a d’autre
objectif que de casser leur mouvement qui commence à intéresser un grand nombre de jeunes
du pré-emploi. Ses camarades
soutiennent que «cette décision
arbitraire n’a pour objectif que
de casser leur mouvement qui
commence à prendre de l’ampleur au fil des jours». Il faut
noter que les protestataires exigent la permanisation de toutes
les personnes recrutées suivant
le dispositif du pré-emploi dans
des postes de travail conformément à leurs diplômes universitaires. Comme les rappelés du
service national, les jeunes du
pré-emploi menacent de boycotter les élections législatives et
poursuivre leur mouvement de
protestation jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. Il
faut noter que les manifestants
ont été empêchés de pénétrer
dans l’enceinte de la wilaya par
les éléments anti-émeutes dépêchés sur les lieux.
Les censeurs débrayent
L’accord récent entre le Cnapest
et le ministère de l’Education nationale qui prévoit de classer les
enseignants coordinateurs à
l’échelle 14 et les enseignants
formateurs est de plus en plus
critiqué par les autres corps de
l’éducation. Ainsi, après les
corps communs qui observent
un arrêt de travail d’une semaine
et les directeurs d’établissements de deux jours à partir du
24 de ce mois, c’est le tour des
censeurs ou ce qu’on appelle aujourd’hui les directeurs des
études de l’enseignement secondaire. En effet, ces derniers protestent contre ce classement et
observent un boycott des activités, notamment ce qui concerne
les examens de fin d’année
comme le Bac blanc, les compositions, les conseils de classe et
les examens nationaux tels que
le Baccalauréat. Ils se disent «victimes» d’un classement injuste :
«aujourd’hui, on se retrouve au
même niveau qu’un enseignant
coordinateur à la 14 du statut
particulier- et moins bien qu’un
enseignant formateur (à la 16).
Comment peut-on être sa hiérarchie ?» Ils ajoutent que leurs missions ne sont pas définies et se
retrouvent à effectuer des tâches
qui incombent parfois aux proviseurs ou aux censeurs. C’est
pourquoi, ils demandent une définition claire de leurs missions
au sein de l’établissement. Ils revendiquent également des
primes spécifiques lorsqu’ils
sont intérimaires (non nommés
mais de facto) comme des directeurs d’établissements lors d’absences pour des raisons de service ou autres. Enfin, ils expriment la nécessité d’une
formation adaptée avant qu’ils
ne soient de l’autre côté de la
barrière (d’enseignants, ils deviennent des administrateurs
sans aucune préparation). Il y a
lieu de signaler que le malaise
persiste dans l’éducation nationale par un effet de boule de
neige où chaque corps semble
vouloir négocier seul et directement avec la tutelle. Il aurait fallu
avoir une synthèse de toutes les
positions avant de réviser le statut dans son ensemble sans léser
aucune partie. La Fédération nationale des travailleurs de l’éducation affiliée à l’UGTA de Boumerdès vient, en tous cas, de
s’illustrer par son «refus des dernières augmentations suite à l’accord du Cnapest avec la tutelle
en raison de la marginalisation
d’autres corps, notamment les
corps communs».
Sadek
échos
INFOS
EXPRESS
PARTENARIAT NEDJMA ETABLISSEMENT PUBLIC DE
TÉLÉVISION (EPTV)
«Mazal Wakfine», la
nouvelle campagne
célébrant le
cinquantenaire de
l’indépendance de
l’Algérie
Nedjma et la Télévision algérienne lancent conjointement
une campagne nationale de
communication intitulée
«Mazal Wakfine» (Nous
sommes encore debout).
Cette initiative met en vedette
le peuple avec des stars algériennes de renommée internationale et rappelle les
grandes étapes de la glorieuse
histoire de l’Algérie. Des moments de grande communion,
de victoires et de joies, du
premier jour de l’indépendance jusqu’à aujourd’hui.
Le premier d’une série de
spots sera diffusé en exclusivité et pour la première fois
sur la télévision algérienne
jeudi 26 avril à partir de 19h
avant d’être repris sur
d’autres supports de communication.
Les artistes algériens y chantent Mazal Wakfine, Nehabek
Ya Bladi (Nous sommes encore
debout, je t’aime mon pays)
dans une extraordinaire symbiose avec une foule heureuse, d’hommes et de
femmes de toutes les générations. Une foule qui les entoure, les protège en reprenant avec eux, à l’unisson :
Mazal Wakfine.
A ce propos, le directeur général de l’EPTV, Tewfik Khelladi a
déclaré : «La télévision algérienne se fait toujours un devoir d’accompagner le peuple
algérien dans les grands moments de son histoire. Et la
célébration du cinquantenaire
de l’Indépendance en est un
particulièrement fondamental. Cette campagne va mettre
en relief une valeur essentielle
de notre peuple, la solidarité,
et adresser le message d’une
Algérie forte, d’une Algérie qui
progresse et regarde sereinement l’avenir.»
Pour sa part, le directeur général de Nedjma, Joseph Ged
a dit : «Nedjma est honorée
de participer à cette grande
campagne patriotique aux
côtés de la télévision algérienne. Comme pour chaque
Algérien, l’histoire de l’Algérie
demeure pour moi une source
de fierté intarissable et plus
particulièrement son indépendance qui reste le symbole
de l’aboutissement du combat
juste et légitime de tout un
peuple pour la liberté et la
justice.»
La campagne Mazal Wakfine
fruit d’un partenariat exemplaire avec la télévision algérienne, traduit une nouvelle
fois la dimension citoyenne de
Nedjma. Elle fait partie d’une
série d’activités qui s’étaleront
tout au long de cette année
de célébration du cinquantenaire de l’Indépendance de
l’Algérie.
A genec e
La NR 4312 — Jeudi 26 avril 2012
5
Béjaïa
Le hold-up de la bijouterie de Laâzib
tourne au meurtre
,Un hold-up spectaculaire a eu
lieu la semaine dernière en plein
cœur du quartier populaire
Laâzib ou Mâmar.
Mené par trois cambrioleurs sous les
orientations de trois guetteurs et sous les
yeux de citoyens impuissants, les éléments de la police juduciaire ont réussi
seule à remonter la filière pour démanteler un réseau de 17 personnes qui agissaient en toute impunité dictant sa loi à
Ouzellaguen, Akbou, Béjaïa et Bouira.
Arme à la main, les trois membres du
gang se sont introduits dans une bijouterie et c’est en voulant ligoter le propriétaire que le fils de ce dernier a fait irruption. Voulant le poursuivre dans sa
fuite, les cambrioleurs ont lâché le père,
mais l’un d’eux lui tira sur lui, le touchant au thorax. Ils ne prendront dans ce
rapt qu’une ceinture qui s’est avérée
n’être qu’un gadget.
Avant de fuir, les ravisseurs ont tiré un
coup de feu pour créer la panique et se
frayer un chemin et disparaître à bord
d’une voiture louée sous un faux nom.
Dans ses investigations, la PJ a fait plus
de sept descentes, avec perquisition et
interrogatoires qui révéleront que le gang
était composé de 17 membres et avait
trois armes, un 9 mm, un 16 mm et une
artisanale (mahchoucha).
Quant au propriétaire de la bijouterie, il
a malheureusement succombé à ses blessures.
B. M.- O.
Plusieurs affaires traitées par
la sûreté de wilaya de Aïn Defla
Durant la deuxième semaine du mois d’avril, la sûreté de
wilaya a traité plusieurs affaires en exploitant les
renseignements recueillis. Deux hommes âgés de 31 et 54
ans ont été arrêtés, le premier à Khemis Miliana, au
quartier Oued Rehane, et le deuxième à Sidi Lakhdar,
pour trafic de drogue. Les deux dealers ont été placés
sous mandat de dépôt. (Photo > D. R.)
Un réseau d’immigration
clandestine démantelé en Espagne
Boumerdès
Un jeune homme assassiné
à l’arme blanche
, Un véritable drame s'est produit dans
la localité de Boumerdes au lieu dit Essahel, à quelques kilomètres du chef-lieu.
Un jeune homme de 25 ans a été tué dimanche dernier. T.F. a rendu l’âme après
avoir été poignardé en fin d'après midi. La
victime a reçu deux coups de couteaux, un
dans la gorge et l’autre sous l’aisselle.
Le tueur, T.M., 36 ans qui est un ami de la
victime, a été arrêté par les services de la
Gendarmerie nationale et est a été presenté devant le juge d’instruction près le
tribunal de Boumedrès hier, en attendant
sa presentation devant le procureur. Selon
des sources concordantes, les raisons du
crime reviennent à une ancienne histoire
entre les deux hommes.
Après une dispute verbale entre lors d’un
match de football, le tueur n’a pas hésité
de frapper la victime avec un couteau.
Le corps du défunt a été transféré vers la
morgue de Thénia et une enquête a été
ouverte à ce sujet.
Vingt-deux personnes ont été arrêtées et un réseau
qui faisait transiter des immigrants vers la GrandeBretagne a été démantelé par la police espagnole, a
indiqué une source policière. (Photo > D. R.)
Far id Harbi
Réclusion à perpétuité
pour un terroriste à Boumerdès
LE C OCKTA I L D U J EU DI DE
Chérif Abdedaïm
Plus traître que ça tu meurs !
Dans une récente édition le quotidien
saoudien Al Riyad, proche de la famille des Al
Saoud, a souflé sur les braises qui alimentent
déjà la campagne anti-iranienne : «En dépit
de vastes moyens militaires et économiques
de l'Iran, Saddam a osé lui faire face et c'est
cela qui devrait nous guider». Le quotidien
ajoute également qu’il faut mobiliser tous
les moyens face au «péril iranien». Une
novlangue que nous avons déjà entendue.
Quand on connaît les liens intimes qui
unissent les diplomaties américaine et
saoudienne par le biais du Pacte de Quincy,
toutes ces valses traîtresses ne nous étonnent
plus. Un peu de tourisme, ça fait du bien,
non ? Pactes, accords de défense, chacun y a
va de son côté pour bouffer du dollar. Côté
français, après l’accord de défense signé en
1995 avec les Emirats arabes, les protecteurs
bénéficient désormais d’une base proche du
détroit d’Ormuz. Ainsi, on dénombre 1800
touristes de l’armée française qui s’amusent
conjointement à la chasse au pigeon avec les
Emiratis. Sait-on jamais, le spectre iranien
rôde partout et nulle part.
l’administration d’inspection général
américaine commandé par le Congrès
précisant que des centaines de milliers de
vétérans américains souffrent de troubles
mentaux dus à la guerre.
Voilà comment on veut rayer un village
de la carte !
Depuis le temps où les sionistes
pleurnichaient sous prétexte que l’Iran
voudrait les rayer de la carte, on n’a rien vu
de pareil. Toutefois, depuis les tueries de
Deïr Yassine, c’est le régime sioniste qui n’a
cessé de rayer des villages palestiniens de la
carte de la Palestine. Pas plus tard que lundi
dernier, les militaires sionistes ont détruit
pour la 37e fois le village palestinien
d'Aaraqib dans le Sud de la Palestine
occupée, le centre médiatique de la Palestine
citant une source locale. Selon ce rapport,
après avoir encerclé ce village et rassemblé
les habitants du village à un cimetière
islamique, les sionistes ont rasé leurs
maisons. Ce village palestinien est le 45e rasé
depuis 1948.
Le tribunal criminel près la cour de Boumerdès a condamné
mardi à la réclusion criminelle à perpétuité le dénommé Daoud,
trésorier de la phalange terroriste de Zemmouri, jugé en
comparution dans une affaire d’adhésion à groupe terroriste
armé et homicide volontaire. (Photo > D. R.)
Quatre mille mosquées en cours
de réalisation au niveau national
Qui a dit que c’était de l’ingérence ?
Attention aux remords !
On peut tuer sans impunité, regagner son
bercail tout en se sentant à l’abri de la
justice. Toutefois, ce qu’il ne faudrait pas
oublier, c’est que les victimes peuvent
parfois persécuter leurs assassins. Cela dit,
les statistiques avancées aux Etats-Unis
semblent nous donner raison : «Toutes les 8
minutes un vétéran américain qui avait
participé à la guerre en Irak se suicide»,
selon un rapport préparé par
«L'ambassadrice américaine au Caire, Anne
Patterson, a informé lundi le Conseil militaire
et le Premier ministre égyptien Kamal al
Janzouri, que son pays considérait que la
décision d'arrêter l'exportation de gaz à
Israël est un enfreint de la part des autorités
égyptiennes à leurs obligations envers Israël
en vertu du traité de Camp David», rapporte
l’agence Irib. Qui a dit que c’était de
l’ingérence ?
C. A.
Quatre mille mosquées sont en cours de réalisation à l’échelle
nationale, a révélé, samedi à Relizane, le ministre des Affaires
religieuses et du wakf, Bouabdallah Ghlamallah. (Photo > D. R.)
économie
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
6
Communication commerciale
La pub : clef de voûte de la croissance
économique
, D’énormes enjeux se
cachent derrière le
marché de la publicité,
ainsi que d’énormes
magouilles que l’éthique
réprouve, que la loi
condamne, nonobstant les
manœuvres dont
useraient les politiciens
pour arriver à leurs fins.
La publicité a un immense
impact de persuasion sur
l’opinion publique et sur
les consommateurs.
Presque simultanément ont été
publié à Alger les infos par
l’Agence presse service relatives
au lancement de la 9e version du
code consolidé de la Chambre internationale du commerce (ICC)
sur les pratiques de publicité et
de communication commerciale
mardi, lors des 6es Journées euromaghrébines de la communication publicitaire qui se sont tenues à Alger. Il s’agirait d’une version du code consolidé ICC, une
première en Algérie, avec pour
objectifs primordiaux «de veiller
à une publicité loyale et véridique,
protéger le consommateur et la
vie privée, ainsi que de veiller à la
sauvegarde de la créativité publicitaire», selon le code adopté le
7 juin dernier à Mexico, où «l’atout
fondamental de l’autorégulation
réside dans sa capacité à susciter,
à intensifier, et à entretenir la
confiance des consommateurs à
l’égard de la communauté des entreprises et, partant, à l’égard des
marchés eux-mêmes». Ce code viserait également à «une autorégulation efficace à même de
constituer un outil précieux dans
la sauvegarde de l’image et de la
réputation d’une entreprise».
Le consommateur doit être protégé face à la pub. (Photo > D. R.)
Ces 6es journées euromaghrébines
de la communication publicitaire
de deux jours qui ont débuté
lundi sous le thème «Les enjeux et
grands défis de la publicité de demain» avaient pour mission le lancement du code consolidé ICC en
Algérie.
La cérémonie, qui s’est déroulée
en présence d’experts de renommée internationale en la matière,
de représentants d’agences de
communication, de publicité, de
médias, ainsi que des universitaires, puis des responsables du
secteur bancaire, d’assurance, de
la santé, du tourisme, a eu le mérite d’ouvrir le débat sur une relation très mal définie entre les
consommateurs, les entreprises,
les professionnels du monde de la
publicité et les médias dans leur
diversité. D’énormes enjeux se
cachent derrière ce marché de la
publicité, ainsi que d’énormes
magouilles que l’éthique réprouve, que la loi condamne, nonobstant les manœuvres dont useraient les politiciens pour arriver
à leurs fins.
Pour le ministre de la Communication, Nacer Mehal, «il s'agit de
professionnaliser la publicité, lui
donner les atouts de la saine et
loyale concurrence, et surtout
d’installer dans le marché algérien de la publicité des règles novatrices de transparence et d’ef-
ficacité». Le ministre a, par la
même occasion, mis en exergue la
nécessité de mettre en place un
encadrement juridique de l'activité publicitaire pour sortir de
l'anarchie qui touche le secteur. «Il
est temps de songer, non seulement à un encadrement juridique
de l'activité publicitaire, mais également à des règles d’éthique, et
de déontologie», a déclaré le ministre lors de ces Journées euromaghrébines de la communication publicitaire.
«Ces projets de loi seront soumis
à la future Assemblée populaire
nationale.» Il rappelle que le président de la République avait inscrit parmi les réformes politiques,
dans son discours du 15 avril
2011, la nécessité d'une loi sur la
publicité, et expliqué que celle-ci
sera élaborée avec la participation des professionnels du secteur, qu'il souhaite pleine et entière.
«C'est la complémentarité et la
synergie de l'ensemble des éléments qui peuvent conduire à
l'équilibre recherché et à produire
une loi consensuelle qui jetterait
les bases d’une ère nouvelle pour
la profession.»
C’est pour cette raison que le ministre a assuré que la loi sur la publicité «sera élaborée dans un esprit d'innovation, et d'ouverture
pour aider à l'éclosion de jeunes
talents, et qui placera la publicité
au cœur de la dynamique du développement national dans tous
les domaines.
Espérons seulement que le débat
qui va s’ouvrir, que les lois qui
vont être élaborées puissent servi
r à rétablir les équilibres dont ont
droit tous les acteurs gravitant
autour de ce secteur névralgique.
La démocratisation du marché
de la publicité est devenue une urgence dans notre pays au regard
d’une concurrence malhonnête
qui ne profiterait qu’aux affairistes
et aux bureaucrates au détriment
des professionnels.
Le rôle positif dans le processus
du développement économique
et social de la publicité n’est plus
faire, il convient seulement de ne
pas retenir pour des considérations politiques les côtés négatifs réduisant le fonctionnement
moderne d’une économie dont
l’un des principes fondamentaux
est une meilleure répartition des
ressources de ce marché gigantesque.
Amar Khelifi
Marché de la publicité
Effets positifs et nuisibles
, La publicité de nos jours a des rôles
multiformes, complexes et décomplexés,
de par son utilisation – des entreprises
n’hésitant pas à lancer des campagnes publicitaires mensongères pour réaliser un
maximum de profit. Elle peut également
être instrumentalisée par une multitude
d’entités pour faire passer des messages en
direction du grand public. Des intérêts
énormes entrent dès lors en jeu pour le
compte de ceux qui la commande de façon
directe ou indirecte. La publicité n’est plus
uniquement un agent commercial ; elle est
devenue avec la circulation ultra rapide
de l’information par les différents canaux
d’édition un puissant vecteur au service
des Etats et des religions. La pub peut
dans bien des cas avoir une influence positive, si elle est déontologiquement canalisée au service de la communauté, pour
contribuer à la promotion de la croissance
économique, si elle œuvre à la propagation
du savoir, en se limitant à sa fonction de
courroie de transmission de l’information.
La pub peut générer des réactions négatives n’apparaissant forcément pas au moment de sa diffusion. La pub commerciale
véhiculant insidieusement des produits
dangereux pour la santé publique, ou des
discours au service de certains lobbys religieux, sinon des propagandes aventureuses de formations politiques, entre
autres formes d’annonces, sont à même de
déformer la réalité, en faisant passer le
faux pour du vrai ; l’utopique pour de l’espoir ou le virtuel pour du réel. Ce n’est
par hasard que les partis religieux des trois
religions monothéistes s’intéressent de
très près à l’outil publicitaire pour faire
passer leurs messages, mieux, ils sont arriver à être propriétaires d’un nombre impressionnant de chaînes de télévision, et de
maisons d’édition pour peser de tout leur
poids sur une ventilation la plus large que
possible de leurs messages. L’église catholique considère que l’apport des médias
est à considérer «comme un don de Dieu».
Les partis islamistes dans tout le monde
arabo-musulman, pour le compte de la politique, usent de divers types de publicité,
et diverses méthodes pour convaincre
leurs consommateurs. Les hommes à la
tête des Etats ne s’en privent pas pour justifier des politiques claudicantes au plan
national, et des politiques d’influence,
sinon d’alliances au plan international.
Il existe divers types de publicité, cependant, ils ont tous la même finalité, à savoir faire connaitre et consommer un produit commercial ou faire circuler un message émanant d’institutions, ou de groupes
particuliers ayant des desseins singuliers.
Pour certains professionnels, la publicité
a par essence un caractère neutre. Il serait
imprudent de le penser et de le croire ;
une publicité d’où qu’elle émane n’est jamais dépourvue d’intérêt. Les maisons
d’édition en savent quelque chose, elles qui
pourraient servir, pour vivre d’agent de
transmission d’idées malveillantes, sinon
de support à des informations mensongères.
Espérons que pour consolider la démocratie en Algérie, que ceux qui s’attèleront
à débattre de la mise en place «d’une publicité véridique et loyale pour protéger le
consommateur et la vie privée» songeront
également à une meilleure répartition du
marché publicitaire entre les différents acteurs économiques pour éliminer les effets nuisibles au développement des boîtes
de communication et de diffusion de l’information.
A. K.
La NR 4312— Jeudi 26 avril 2012
économie
7
Suppression du mode FOB
Coup dur pour les entreprises
algériennes
, Les armateurs étrangers
de manière unilatérale
viennent de porter un
véritable coup de
poignard dans le dos des
entreprises algériennes,
en décidant la
suppression du mode FOB
régissant les opérations
commerciales à
l’international. Un
communiqué que
rapporte l’APS indique
que le Forum des chefs
d’entreprises (FCE) a
appelé mardi les pouvoirs
publics à intervenir pour
mettre un terme au refus
des armateurs étrangers
de prendre en charge les
opérations d’importation
ou d’exportation de
marchandises en mode
FOB (Free on board) au
niveau des ports
algériens, à compter du 16
avril courant.
Le FCE qui trouve «lourde de
conséquence» cette décision, a
appelé une intervention «rapide»
des pouvoirs publics compétents
en la matière pour trouver «la solution la plus convenable» au problème et mettre un terme à cette
«situation dommageable» à l'économie nationale, indique un communiqué du Forum.
La décision des armateurs étrangers qui, selon le FCE, «semble
avoir été dictée par les retards
pris sur les transferts en devises
de paiements reçus en dinars algériens au titre de prestations
effectuées depuis l’année 2010».
Les victimes principales qui vont
devoir assumer les conséquences de ces litiges, «sont
avant tout les entreprises algériennes et, à travers elles, les
consommateurs algériens et
l’économie nationale dans son
ensemble», déplore l'organisation patronale algérienne.
Le mode FOB est un incoterm
qui signifie Free On board, entendre en français : «sans frais à
bord». Dans les pratiques internationales de transactions commerciales, il existe plusieurs
modes et une série de règles auxquelles doivent obéir les opérateurs économiques pour voir
leurs marchandises être livrées à
bon port jusqu’à l’acheteur.
En 1936, pour la première fois, la
Chambre de commerce internationale (CCI), située à Paris, publie sous le nom d'Incoterms
1936 (INternational COmmercial
TERMS), une série de règles internationales pour répondre à
cette question. Afin d’adapter
ces règles aux pratiques commerciales internationales les plus
récentes, plusieurs amendements ont été apportés aux
règles de 1936 pour aboutir au-
Le FCE que préside M. Hamiani déplore la suppression du FOB. (Photo > New Press)
jourd’hui aux «Incoterms 2010
qui viennent succéder aux Incoterms 2000. Les dernières modifications applicables dès le 1er
janvier 2011 portent principalement sur la suppression de
quatre Incoterms - DEQ, DES,
DAF et DDU – et l'introduction
de deux nouveaux Incoterms «D»,
DAT (Rendu au Terminal) et DAP
(Rendu au lieu de destination).
•les frais
•les risques
De plus, ils dissocient la question du transfert des risques de
celle du transfert de propriété, ce
dernier restant régi par la loi régissant le contrat. Concrètement,
dans un contrat de vente international, les Incoterms vont clarifier les points suivants :
1. Situer le point critique du
transfert des risques du vendeur
à l'acheteur dans le processus
d'acheminement des marchandises (risques de perte, détérioration, vol des marchandises)
permettant ainsi à celui qui supporte ces risques de prendre ses
dispositions notamment en
terme d'assurance ;
2. Indiquer qui, du vendeur ou de
l'acheteur, doit souscrire le
contrat de transport ;
3. Répartir entre les deux les frais
logistiques et administratifs aux
différentes étapes du processus
;
4. Préciser qui prend en charge
l'emballage, le marquage, les opérations de manutention, de chargement et de déchargement des
marchandises ou l'empotage et le
dépotage des conteneurs ainsi
que les opérations d'inspection ;
5. Fixer les obligations respectives pour l'accomplissement des
formalités d'exportation et/ou
d'importation, le règlement des
droits et taxes d'importation
ainsi que la fourniture des documents. Il existe onze Incoterms
retenus par la CCI, (codification
originale anglaise sur 3 lettres,
ex : FOB) plus une localisation
précise ex : «FOB Le Havre».
Dans cette affaire de suppression du mode FOB entre les armateurs étrangers et sociétés
d’import/exports, c’est du rè-
glement urgent des dettes par
les parties algériennes dont il
s’agirait ; cette décision paraissant justifiée par les incessants
retards dans le règlement des
dettes pourrait menacer si elle
perdurait le fonctionnement normal des outils économiques,
ainsi que les produits courants
de large consommation.
Amar K.
Les lois sur l'audiovisuel et la publicité soumises
à la prochaine APN
«Après la promulgation de la loi organique relative à
l’information, nous avons actuellement le chantier en
cours, de la loi sur l'audiovisuel avec la loi sur la publicité
et la loi sur le sondage d’opinion», a declaré le ministre
de la Communication,Nacer Mehal, lors des 6es journees
euromaghrebines de la communication publicitaire.
Ces projets de loi, selon l’intervenant, seront soumis à la
future Assemblée populaire nationale. Le ministre a
rappelé que le président de la République avait inscrit
parmi les réformes politiques, dans son discours du 15
avril 2011, la nécessité d'une loi sur la publicité, et
expliqué que celle-ci sera élaborée avec la participation
des professionnels du secteur, qu'il souhaite pleine et
entière. «C'est la complémentarité et la synergie de
l'ensemble des éléments qui peuvent conduire à
l'équilibre recherché et à produire une loi consensuelle
qui jetterait les bases d’une ère nouvelle pour la
profession.» C’est pour cette raison que le ministre a
assuré que la loi sur la publicité «sera élaborée dans un
esprit d'innovation et d'ouverture pour aider à l'éclosion
de jeunes talents et qui placera la publicité au cœur de la
dynamique du développement national dans tous les
domaines. J'attends beaucoup de la compétence des
cadres algériens experts et professionnels de tous les
horizons pour apporter leur contribution à l'élaboration
de ce projet de loi», appelant les professionnels du
secteur à s’organiser. Il a fait part de sa disponibilité
totale à discuter avec les acteurs du secteur du contenu
et des contours de cette future loi dans «un esprit
d’ouverture et de professionnalisme pour obtenir un
consensus aussi solide que possible». Il s'agit de
professionnaliser la publicité, lui donner les atouts de la
saine et loyale concurrence, et surtout d’installer dans le
marché algérien de la publicité des règles novatrices de
transparence et d’efficacité. Le ministre a, par la même
occasion, mis en exergue la nécessité de mettre en place
un encadrement juridique de l'activité publicitaire pour
sortir de l'anarchie qui touche le secteur. «Il est temps de
songer, non seulement à un encadrement juridique de
l'activité publicitaire, mais également à des règles
d’éthique et de déontologie».
R . E.
régions
8
Annaba
INFOS
EXPRESS
BÉJAÏA
Le transport et la planification urbaine en débat
Le Laboratoire de modélisation
et d’optimisation des système
(LAMOS) a organisé le 23 avril
dernier à l’université de Béjaïa,
une journée d’étude sous le
thème «transport et planification urbaine», une journée qui
s’adresse aux universités ainsi
qu’aux différents opérateurs du
secteur et autres consultants.
Parmi les participants ciblés, il y
a l’EPB, Cevital, AGA, EGSA, DT,
DTP, SNTF, Air Algérie et l’APC.
Conférences, tables rondes
étaient au programme de la
journée pour évoquer outre les
modèles LUTI (Land use transport
interaction), les modèles à
quatre étapes de prévision de
trafic, la théorie des jeux et
transport. Le cas du carrefour
d’Amriw a été évoqué.
L’objectif de la journée est la
présentation du projet PNR Mosiplit (modélisation et simulation pour la planification des
infrastructures routières). Un
projet en deux phase qui sera
axé sur les vrais enjeux actuels
et futurs du secteur du transport
en Algérie et Béjaïa en particulier, avec connaissance sur les
techniques de l‘ingénierie et
outils de modélisation. Sa seconde phase consiste en un recueil pour la construction d’un
modèle mathématique.
C’est donc pour anticiper l’évolution des besoins en mobilité,
facteur essentiel du développement dont la croissance se traduit par la saturation des infrastructures qu’il y a lieu de prévoir, de maîtriser avec des
méthodes et outils scientifiques
qui ont fait leurs preuves dans le
monde.
Des professeurs, chercheurs seront appelés à se relayer à la tribune autour d’une table
«ronde» pour trouver les voies et
moyens de mettre fin au problème des embouteillages.
B . M. O .
La valorisation de la ville, absente des
programmes des candidats
, Aucun des partis politiques n’a pensé inclure
dans son programme une
action pour redonner à la
ville de Annaba son image
d’antan. La ville a perdu de
son lustre, une ville marquée par les civilisations
romaine, byzantine, ottomane et musulmane.
Un seule des listes électorales a
prévu de lancer des actions au
profit de cette ville de l’Est algérien. Il s’agit du Front national démocratique (FND) qui présente des
artistes, des ingénieurs, des directeurs d’entreprise, un médecin et
une actrice d’une série télévisée. Sa
tête de liste est une figure instruite,
responsable du bureau d’études
Seto, lequel a effectué l’étude de
la grande mosquée d’Annaba. Baha
Eddine Tliba , ce personnage nouveau et diplômé de l’université
Badj- Mokhtar a prévu des lignes et
des visions réalisables et concrétisables pour redonner un nouveau
souffle à une ville abandonnée et
trop longtemps exploitée par des
nouveaux riches et affairistes. Or, le
programme tracé par le FND vise à
une valorisation des terres agricoles ainsi qu’à une aide importante aux agriculteurs pour s’attacher aux terres laissées en souffrance. Projetant ainsi une
amélioration dans les postes d’emploi pour les jeunes encore au chômage et aussi la réalisation de
centres médicaux publics et un hôpital régional dans la wilaya afin
de couvrir le grand manque que
rencontre actuellement une population nombreuse. La modernisa-
Des candidats plus préoccupés par eux-mêmes que par les problèmes des citoyens. (Photo > D. R.)
tion du grand complexe sidérurgique d’El Hadjar, l’aménagement
des zones touristiques de la côte
annabie et celles des régions de
Chetaibi et Séraidi pour construire
une nouvelle image du tourisme
algérien dans une jolie ville comme
Annaba. La création aussi d’un port
stratégique dans la région d’Aïn
Barber qui reste encore une zone
vierge. Valoriser les hommes et
femmes intellectuels, artistes et
hommes de savoir comme également donner le droit à la femme
Des élections législatives sur un air
d’indifférence
, Une dizaine de jours après le coup
d’envoi de la campagne électorale, aucun
signe de changement n’est perceptible au
niveau de la wilaya de Tissemsilt. Les
panneaux d’affichage des listes des
candidats au Parlement sont presque
vides.
prochés, cette indifférence est due à la
cherté des produits alimentaires de première
nécessité et c’est la
pomme de terre qui
hante les esprits puisqu’elle est cédée au prix
exorbitant et incroyable
de 120 DA.
D’autres raisons sont citées par les citoyens. Il
s’agit des programmes
presque inexistants des
dizaines de partis sinon
un plagiat du programme présidentiel.
au foyer en lui accordant une prime
de 15 000 DA mensuelle qui est nécessaire pour l’éducation des enfants. A ce sujet, il est à souligner
que selon le directeur de la campagne du Front national démocratique, K . Badis, des démarches
ont été déjà engagées par Baha Eddine Tliba pour la création d’une
chaîne télévisée Bona TV prochainement. Le parti en question a
sponsorisé l’équipe de l’USMA Annaba pour lui permettre de retrouver sa place d’avant avec la venue
de joueurs nationaux de renommée aussi un tournoi de football
sera organisé le 27 du mois en
cours à la mémoire de Hani Chaâbane entre l’équipe d’El Hadjar et
Hamra Annaba. Par ailleurs, l’on
indique que 4 listes électorales des
44 affichées ont rejoint le FND, notamment des redresseurs du FLN,
des fils de chouhada , neuf P/APC,
25 membres de l’APW, l’association El Ahia, des imams et artistes,
informe-t-on.
O k i Fa o u z i
Le chef de la daïra de Khemis-Miliana
Tissemsilt
Dans certains chefslieux de commune, les
panneaux sont aussi
presque vides, et la
question que se posent
les citoyens est la suivante : pourquoi les
candidats
n’osent
même pas prendre la
peine d’afficher leurs
listes ? Encore, le désintéressement des citoyens est inquiétant
pour le taux de participation le 10 mai prochain. Selon les habitants de Tissemsilt ap-
L a N R 4 3 1 2— J e u d i 2 6 a v r i l 2 0 1 2
«Je suis à l’écoute du citoyen»
, Au siège de l’APC de Sidi Lakhdar,
le chef de la daïra de Khemis Miliana
a réuni les représentants de la société civile pour trouver des solutions aux doléances des citoyens. En
effet, depuis trois jours, de nombreuses manifestations se sont déroulées à travers cette commune qui
compte 21 000 habitants répartis à
travers 10 quartiers.
Le chef de la daïra a promis de traiter, en collaboration avec l’ensemble
des partenaires, tous les problèmes
de la commune. «Je suis à l’écoute du
citoyen pour des discussions utiles
BRÈVE
Une campagne électorale bien morne. (Photo >
D. R.)
Même la presse locale
n’est invitée aux meetings des partis qu’à la
dernière minute. A vrai
dire, un meeting ça se
prépare et au rythme
où vont les choses, le
spectre d’abstention demeure.
Abed Meghit
Blida : un camion percuté
par un train
Le train assurant la liaison Alger-El
Affroun a percuté Mardi un camion au
niveau du passage à niveau gardé au
lieudit Hay Fettal entre Guerrouaou et
et je suis contre toute forme de violence», a-t-il souligné.
Parmi les points discutés lors de
cette rencontre, une grande opération d’assainissement, la réfection
des réseaux d’eau potable pour une
enveloppe de 246 millions de centimes, le revêtement des routes secondaires pour 600 millions de centimes et surtout le problème des
constructions illicites.
Hadj Mohamed
Voir sur Internet
www.lnr-dz.com
Béni Mered, à une dizaine de
kilomètres de Blida. Fort
heureusement, il y a eu plus de peur
que de mal, car la remorque du
camion a été heurtée à l’arrière
provoquant beaucoup plus de dégâts
à la cabine de pilotage de l’autorail.
Une enquête a été ouverte par la
gendarmerie pour déterminer les
causes exactes de l’accident.
A.- B . M.
La NR 4312 — Jeudi 26 avril 2012
régions
9
Sétif
Mascara : ouverture de cinq
instituts de formation
Saisie de gâteaux traditionnels
par la police
, C’est une véritable
unité de production
clandestine que les
policiers de la 11e
sûreté urbaine ont
découvert dans un
quartier de la ville de
Sétif.
L’atelier produisait de la
pâtisserie traditionnelle
sous forme de biscuits. Si
les activités de ce lieu sont
illégales en raison de l’absence d’un registre de
commerce, la marchandise est, quant à elle, impropre à la consommation, selon les services de
police.
Pris en flagrant délit, le
propriétaire de l’atelier aurait indiqué à la police que
la marchandise était destinée aux bêtes.
Lors d’une tournée habituelle, l’attention des policiers fut attirée par des individus qui procédaient
au chargement à la hâte
de la marchandise à bord
d’un camion. Après vérification, le propriétaire aurait indiqué aux policiers
que la marchandise était
Le secteur de la formation et de l’enseignement
professionnels dans la wilaya de Mascara a bénéficié de cinq
instituts nationaux spécialisés, dont un en cours de réalisation
dans la daïra de Sig qui devra accueillir les stagiaires à la
prochaine rentrée professionnelle. (Photo > D. R. )
Naâma : 6 morts et 4 blessés dans
un accident de la route
Pourvu qu’on se fasse de l’argent ! (Photo > D. R.)
destinée aux bêtes. Ce
n’est pas la version des
accompagnateurs du propriétaire qui auraient également indiqué que la marchandise devrait être distribuée dans plusieurs
points de vente de la ville.
Après les procédures légales, les policiers ont découvert à l’intérieur de la
résidence un véritable atelier de pâtisserie. Une activité incompatible avec
le registre de commerce
et l’absence totale d’hygiène étaient suffisantes
pour les policiers de saisir
une quantité importante
de la marchandise, à savoir 14 000 gâteaux traditionnels, et ce, en pré-
sence des éléments de la
Direction du commerce.
Les analyses bactériologiques effectuées auraient
confirmé que la marchandise était impropre à la
consommation, selon les
services de police. L’affaire est est entre les
mains de la justice.
Six personnes ont trouvé la mort et 4 autres ont été
blessées dans un accident de la route survenu dans la nuit
de mardi à mercredi sur la RN6, entre les communes d’AïnSefra et Moghrar, au sud de la wilaya de Naâma, a-t-on
appris des services de la Protection civile. (Photo > D. R. )
Monc e f R é d h a
El-Oued : saisie de 28 kg de kif
traité
Ahmed Ouyahia à Boumerdès
«Les pré-emplois seront
automatiquement intégrés»
, Ahmed Ouyahia a
animé un meeting à la
salle omnisports de Boumerdès au cours de laquelle il a annoncé «un signal fort en direction des
demandeurs d'emploi
pour qui notre programme prévoit que les
recrutés dans le cadre du
pré-emploi seront permanisés automatiquement
sans passer par un
concours». Le secrétairegénéral du RND a avoué
qu'un texte dans ce sens
est en préparation.
Il a également défendu le
bilan de son parti :
«Quand nous luttons
contre les terroristes,
ceux qui nous critiquent
aujourd'hui étaient masqués.
Ceux qui parlent de changement sont incapables
de l'apporter. Ceux qui
appellent au boycott, oublient qu'en France, Macdonald a exigé la carte de
vote pour faire bénéficier
les clients de promotion.
Mesurez la différence
entre ces deux cultures.»
Il conclut que l'abstention
ne favorise personne
mais porte atteinte à l'Algérie. Il a tenu à rappeler
que lors de son entrée
au gouvernement, «le FMI
nous commandait mais
maintenant, nous ne
sommes plus endettés.
Nous allons vers l'investissement et nous favori-
serons les entreprises nationales pour qu'elles se
forgent avant que l'OMC,
qui est à notre porte, ne
les menace à travers une
concurrence sans état
d’âme». Pour Boumerdès,
le premier responsable
du Rassemblement national démocratique a comparé la prise en charge
des conséquences du
séisme avec la reconstruction et le relogement
alors qu'ailleurs, même
en Europe (Italie, Turquie), rien n'a été fait jusqu'à présent. Néanmoins,
Ouyahia a appelé à un retour à la science. Selon
lui, l'université et les instituts de Boumerdès doivent retrouver leur vocation scientifique. Le secrétaire général du RND
a défendu la liste électorale de son parti à Boumerdès où figurent M.
Djanati et une femme docteur, M me Mekharef,
«comme des gens de la
région que vous connaissez et qu'on ne vous a pas
imposé d'ailleurs».
Sadek
Les éléments de la Police judiciaire d'El Oued ont saisi
dernièrement 28 kg de kif traité dans cette région, a-t-on appris
mardi auprès de la sûreté de cette wilaya. (Photo > D. R. )
Batna : extension du réseau
d'assainissement
Une vaste opération de rénovation et d'extension du réseau
d'assainissement de la ville de Batna sera «prochainement» engagée
pour un montant de 200 millions de dinars, a indiqué samedi le
directeur de wilaya des ressources en eau (DREW). (Photo > D. R. )
monde
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
10
Violences contre les journalistes
Sahara Occidental
Le Conseil de sécurité demeure attaché
au respect de la légalité internationale
, Le représentant
du Front Polisario à
l’ONU a déclaré
mardi soir à New
York que le Conseil
de sécurité est resté
attaché, dans sa
résolution sur le
Sahara Occidental, à
la légalité
internationale à
travers son appel au
droit du peuple
sahraoui à
l’autodétermination.
Le Conseil de sécurité de
l’ONU, rappelle-t-on, a adopté
une résolution sur le Sahara
occidental dans laquelle il a
réaffirmé la solution permettant «l’autodétermination du
peuple sahraoui», insistant
sur la nécessité d’une totale
liberté de mouvement de la
MINURSO (Mission de l’ONU
pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental). «Le Front Polisario exprime sa reconnaissance aux
membres du Conseil qui,
malgré les intrigues et subterfuges de certains, sont restés attachés au respect de la
légalité internationale en reprenant dans leur résolution
la substance du dernier rapport du Secrétaire général
de l’ONU», a souligné Ahmed
Boukhari dans un point de
presse tenu à l’issue de
l’adoption de cette résolution par l’organe de décision
de l’ONU. Dans ce sens, a-t-il
poursuivi, le Conseil «continue à réitérer, comme
d’ailleurs l’Assemblée générale de l’ONU, son soutien
au droit du peuple sahraoui
à l’autodétermination et à réaffirmer que l’objectif des négociations entre les parties
est de parvenir à une solution qui garantit ce droit inaliénable». Dans ce contexte,
le représentant sahraoui a
relevé que le Conseil de sécurité a, de nouveau, «pris
note de la proposition du
Front Polisario, préconisant
la tenue d’un référendum
d’autodétermination incluant
légitimement l’option de l’indépendance». La tenue de ce
référendum, a-t-il poursuivi,
«est la raison d’être de la Minurso et de l’implication du
Conseil de sécurité dans la
décolonisation du Sahara occidental». Qui plus est, a-t-il
fait valoir, le Front Polisario
estime que le Conseil de sécurité «doit assumer ses responsabilités en vertu de
l’adoption du Plan de règlement et des accords de
Houston pour mener à son
terme le processus de décolonisation du Sahara occidental par le biais d’un référendum d’autodétermination
Permettre à la Minurso de jouir de la liberté totale de mouvement. (Photo > D. R.)
juste et régulier qui est et
restera la seule voie viable,
pacifique et démocratique,
que personne ne peut remettre en cause». Par
ailleurs, M. Boukhari a observé que malgré l’opposition déclarée de la France,
la résolution prend pleinement en compte l’insistance
du secrétaire général de
l’ONU sur la nécessité de permettre à la Minurso de jouir
de la liberté totale de mouvement et de contacts avec
tous les partenaires sur le
terrain, dont le peuple sahraoui, les défenseurs des
droits de l’homme, les médias et les observateurs. En
outre, le Conseil «a attiré l’attention sur les entraves et
obstacles créés par le Maroc
dans les activités de la Minurso au Sahara occidental»,
a-t-il encore relevé. Des restrictions que le Secrétaire général considère, dans son
rapport, «comme des actes
qui minent la crédibilité et
la neutralité de la mission
onusienne», a-t-il soutenu. Interrogé sur la partie consacrée aux droits de l’homme
par cette résolution, M. Boukhari a répondu que si le
Conseil souligne encore, à
travers cette résolution, l’importance du respect des
droits de l’homme du peuple
sahraoui, «ceci reste très en
deçà de ce qu’exigent les organisations internationales
des droits de l’homme vu la
gravité de la situation sur le
terrain avec les dizaines de
détenus politiques sahraouis, les centaines de disparus et les morts dans les
prisons secrètes marocaines».
A cet égard, le Front Polisario
«ne peut qu’exprimer sa
consternation devant l’opposition persistante de la
France à confier à la Minurso
la surveillance des droits de
l’homme au Sahara occidental», a-t-il déploré.
A une question relative aux
ressources naturelles du Sahara occidental, dont notamment les ressources halieutiques, le représentant
sahraoui a affirmé que «le
Maroc continue à exploiter
illégalement ces richesses
qui se trouvent dans les ter-
ritoires sahraouis occupés».
Le Maroc, a-t-il ajouté, «exploite les ressources naturelles sahraouies en violation des dispositions du
Droit international, et nous
demandons, en conséquence, aux sociétés étrangères d’éviter de prendre
part à ce pillage étant donné
que du point de vue légal, le
Maroc ne peut prétendre
exercer de droits de souveraineté sur le Sahara occidental».
Il est à souligner qu’à l’issue
de l’adoption de la résolution, le représentant de
l’Afrique du sud au Conseil
de sécurité a exprimé, dans
son intervention, sa «préoccupation devant l’incapacité
du Conseil à répondre pleinement aux problèmes relatifs
aux droits de l’homme, notamment au regard de ses
récentes avancées importantes dans ce domaine en
Afrique du Nord et au
Moyen-Orient». Selon lui, «la
poursuite de cette tendance
menace d’éroder la Minurso».
Agence
Rached Al-Ghannouchi pointé
du doigt
, Devant les provocations, les intimidations, les
violences et les incitations
au meurtre dont ils font
l’objet, les journalistes sortent de leur silence et accusent directement le premier responsable du parti
majoritaire Ennhada. Après
les journalistes de la télévision Nessma, c’est au tour
de leurs confrères de la télévision publique d’être la
cible des militants et des
sympathisants du parti islamiste. Cinq journalistes
dont un cameraman et
deux policiers ont été blessés par des manifestants
qui campent depuis plus de
deux mois devant le bâtiment de la télévision. Tout
a commencé selon les journalistes par l’appel lancé
par le leader d’Ennahda, demandant d’assainir, selon
lui, la télévision des déchets
de l’ex-parti de Ben Ali, le
RCD
(Rassemblement
constitutionnel démocratique). Après cette déclaration, des dizaines de manifestants se sont rués devant
le siège de la télévision et
ont organisé un sit-in. «Nous
ne partirons que si la télévision est purifié de l’ex-formation politique de Ben
Ali», ont déclaré les manifestants. Depuis plus de 50
jours, des manifestants barbus et des femmes voilées
campent sous des tentes
devant le siège de la télévision nationale en brandissant des drapeaux noirs,
des balais et des bouteilles
d’eau de Javel pour réclamer «l’épuration» de la
chaîne nationale Al Watania.
Sur les murs de la télévision, ne pouvant lire plusieurs tags, à savoir : «La
télévision à vendre» ou «Dégagez» et autres expressions obscènes. J’accuse directement M. Ghannouchi
d’être derrière ces violences a déclaré une responsable des syndicats des
journalistes. «J’ai été attaquée par des dizaines
d’agresseurs, alors que
j’étais dans ma voiture. Les
assaillants ont voulu me
faire sortir du véhicule par
la force. Fort heureusement,
j’ai pris la précaution de cadenasser les portes», a indiqué une journaliste. Cette
dernière a ajouté sur le plateau de la télévision qu’elle
a reçu plusieurs menaces
de mort. Certains journalistes ont déclaré qu’ils
n’ont jamais connu de tels
harcèlements et de telles
violences et ce, même pendant l’ex-régime policier de
Ben Ali. Plusieurs partis politiques, syndicats et associations tunisiens ont exprimé leur solidarité avec
les journalistes, appelant le
président de la République
à prendre ses responsabilités. «Nous sommes venus
manifester notre solidarité
avec les journalistes et défendre la liberté de presse»,
a déclaré Néjib Chebbi, fondateur de l’ex-Parti démocratique
progressiste
(PDP). Me Chebbi, farouche
opposant au régime du président Zine el-Abidine Ben
Ali, renversé par la rue en
janvier 2011 après 23 ans
de pouvoir autoritaire, a appelé les ministres de la Justice et de l’Intérieur à
mettre fin aux affrontements devant le siège de la
télévision publique. Maya
Jeribi, à la tête du Parti républicain (PR), a pour sa
part accusé des dirigeants
du parti islamiste Ennahda,
au pouvoir, de susciter des
tensions en prônant la privatisation de la télévision
publique.
Le président de l’Instance
nationale pour la réforme
de l’information et de la
communication (INRIC),
Kamel Laabidi, a quant à lui
exprimé son «inquiétude»
face à une telle privatisation, qui serait selon lui
sans précédent dans les
pays démocratiques. Nous
avons appris que le procureur de la République a demandé aux manifestants de
lever le camp devant le
siège de la télévision dans
un délai de 48 heures.
Moncef Rédha
L'ONU demande la fin des bombardements au
Soudan du Sud
Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé au
Soudan d'arrêter immédiatement ses
bombardements aériens contre le Soudan du Sud
et va étudier dans les prochains jours les mesures
à prendre pour mettre fin aux combats entre les
deux voisins autour de la région frontalière
productrice de pétrole de Heglig.
«Les membres du Conseil saluent le retrait de la
SPLA (Armée du Soudan du Sud) de Heglig,
demandent un arrêt immédiat des
bombardements aériens par les forces
soudanaises et appellent à un cessez-le-feu
immédiat et au retour à la table de
négociations», a déclaré l'ambassadrice
américaine aux Nations unies, Susan Rice. Le
Conseil de sécurité a entendu dans la nuit de
mardi à mercredi le secrétaire général adjoint aux
opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous,
le chef de la mission de l'ONU au Soudan, Hilde
Johnson, et l'émissaire des Nations unies au
Soudan, Haile Menkerios.Selon eux, les
bombardements lundi soir dans l'Etat de l'Unité,
au Soudan du Sud, ont fait seize morts parmi la
population civile, des dizaines de blessés et
d'importants dégâts matériels. Khartoum nie
avoir mené de tels bombardements, qualifiés de
«déclaration de guerre»» par le président sudsoudanais Salva Kiir. Les Nations unies ont étudié
la semaine dernière l'adoption de sanctions
contre Khartoum et Juba si les violences se
poursuivent.
Agence
Ghannouchi joue à un jeu dangereux. (Photo > D. R.)
multimédia
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
11
Les défis des opérateurs de téléphonie mobile
Les applications mobiles sont-elles la
nouvelle étape de l'internet mobile ?
, Sommes-nous en train de vivre une
révolution dans le monde du web sans le
savoir ? La réponse, sans la moindre
hésitation, ne peut être que positive. Au
niveau mondial, avec l’apparition de la
nouvelle technologie de l’internet mobile,
plus connue sous le nom d’application mobile,
le monde se tient par le bout du doigt.
Pour inscrire l’Algérie dans
la modernité, tous les acteurs du monde des télécommunications, en premier lieu les opérateurs de
téléphonie mobile, doivent
unir leurs forces et investir
ce marché prometteur,
dans la mesure où les applications mobiles offrent
aussi bien aux opérateurs
qu’à leurs clients beaucoup
d’avantages, notamment la
possibilité de consulter des
mails, des sites d’information et d’autres fonctionnalités du monde du web en
mode «offline» une fois synchronisé. Il faut noter que
l’opérateur de la téléphonie mobile est le meilleur
partenaire des sociétés de
développement des applications mobiles. C’est
l’équivalent de l’imprimeur
pour les journaux. Des services peuvent être proposés aux opérateurs activant
en Algérie. À travers le développement d’applications
mobiles, destinées par
exemple à la presse nationale, ces deux partenaires
peuvent générer ensemble
des revenus publicitaires et
apporter un service supplémentaire ancré dans le
quotidien de leurs clients.
Tout le monde est gagnant
dans cette affaire, d’autant
plus que les opérateurs de
téléphonie mobile devront
se partager un marché, d’ici
quelques années, de 34 millions de terminaux mobiles,
selon les estimations de
spécialistes.
C’est sur cette base qu’il
devient intéressant de développer des applications
mobiles beaucoup plus
sous le système d’exploitation Android que celui
d’Apple en raison du fait
que la plupart des smartphones «low cost» commercialisés en Algérie fonctionnent sous l’OS de
Google.
Les pouvoirs publics, à leur
tête le ministère des TIC,
doivent, d’une façon ou
d’une autre, encourager la
création de sociétés souhaitant aborder sereinement le marché du mobile.
Gratuit et facile
à télécharger
Le cœur de métier est la
programmation et l’accompagnement des clients sur
l’ensemble des projets mobiles. Ces sociétés doivent
apporter des conseils au niveau de l’approche à avoir
sur les terminaux, de l’aide
à la conception fonctionnelle, le design et l’ergonomie d’une application mobile, l’expertise technique
et le développement, bien
évidemment, ainsi que des
prestations annexes pour
la promotion de l’application. Si cette politique est
appliquée concrètement
sur le terrain, une chose est
sûre, selon des spécialistes
algériens en nouvelle technologie, d’ici quelques années, les applications mo-
biles détrôneront l’internet
fixe surtout dans le secteur
des services, en premier
lieu la presse. Une poignée
de journaux algériens ont
compris l’enjeu de ce cette
nouvelle technologie qui
œuvrera, notamment, à
agrandir l’image de l’Algérie
dans le monde. La Nouvelle
République et El-nahar eldjadid sont considérés
comme les précurseurs
dans ce nouveau support
de diffusion, disponible sur
les plateformes mobiles Android et iOS (iPhone). Détrompez-vous, ces applications sont bel et bien «made
in Algeria». Elles ont été développées en Algérie par
des Algériens formés dans
des établissements algé-
riens. De plus, à la veille du
lancement de la 3G, il est
impensable de voir des opérateurs de téléphonie mobile importer le contenu de
l’étranger. Ils ont besoin de
développeurs algériens. Il
faut admettre que c’est le
développeur d’applications
qui fabrique la data qui sera
consommée par les abonnés. C’est un marché porteur. Les applications mobiles touchent presque tous
les secteurs : presse, santé,
monétique, éducation, tourisme, etc. Ainsi, concernant la monétique, les
banques pourront commander une ou plusieurs
applications mobiles qui feront partie de la rampe de
lancement du m-payement
en Algérie, et ce, pour répondre aux besoins des
clients.
Ces derniers pourront, à
partir de leurs téléphones
portables, consulter leurs
comptes, localiser l’agence,
commander des chéquiers,
effectuer un payement, etc.
Un tel projet pourra faire
recruter plus de 400 ingénieurs. L’équipementier occupe également une place
importante dans ce type de
marché.
La stratégie consiste à anticiper les actions de promotion, et ce, en raison de
l'encombrement grandissant dans les magasins
d'applications. Le développeur peut choisir l’option
de préinstaller ses applications sur quelques terminaux. Les futurs détenteurs
ne seront pas obligés de les
télécharger. Le fabricant des
applications mobiles peut
faire partie des entreprises
algériennes concernées par
l’économie de l’après-pétrole. En effet, il peut devenir exportateur de contenus mobiles vers l’étranger.
L’explosion, ces dernières
années, du marché algérien
de la téléphonie mobile,
surtout en ce qui concerne
le segment des smartphones, n’a pas créé un déclic chez les opérateurs de
téléphonie mobile en Algérie. Cette situation n’a pas
découragé les férus des
nouvelles technologies.
Avec les moyens du bord,
les Algériens séduits par les
fonctionnalités de cette
nouvelle génération de téléphone mobile intelligent
profitent des «bienfaits» des
applications uniquement en
zone WiFi.
Environ la totalité de la population dispose d’un terminal mobile doté d’une
carte SIM. Et si ces terminaux sont transformés en
smartphones équipés d’une
connexion à l’internet mobile ? Certes, notre quotidien va être changé.
R aouf Azir i
L’application de La Nouvelle République
est disponible sur les téléphones
mobiles. La Nouvelle République peut
désormais être consultée directement
sur iPhone et Smartphone, ce qui permet aux lecteurs d’être informés en
temps réel.
Utile pour les lecteurs, l’application
mobile de La NR permettra également
aux annonceurs d’exploiter les avantages d’un nouveau support, avec une
proximité client ultime grâce à la régie
publicitaire mobile d’Animapp. Pour
annoncer sur l’application mobile de La
Nouvelle République, il suffit de contacter Animapp à l’adresse électronique
suivante : www.animapp.com
Une fois téléchargée à partir d’Internet,
l’application vous permet de lire le
journal en off. L’application lnr sur
iPhone vous permet de partager les
articles avec d’autres personnes de votre
choix.
Pour télécharger La Nouvelle République
Sur Smartphone : Android Market
Sur iPhone : Apple Store
La NR 4312 — Jeudi 26 avril 2012
télévision
12
Programme
Les feux de l'amour
Un souvenir éternel
Grey's Anatomy
Ghost Whisperer
Une famille en or
Money Drop
Journal
Mon assiette santé
Après le 20h, c'est
Canteloup
19.50 Section de recherches :
Vacances mortelles
22.15 New York, section
criminelle
00.15 Londres, police
judiciaire
12.55
13.55
15.35
16.25
17.20
18.05
19.00
19.35
19.40
15.25 Psych, enquêteur
malgré lui
17.05 Chuck
18.45 Man vs Wild
19.45 American Pie
21.30 Bienvenue à Jersey
Shore
22.25 NT1 Actu
00.05 En mode Gossip
Pour l'amour du risque
Morandini !
L'oeil sur le Web
Very Bad Blagues
À chacun son histoire...
: Familles nombreuses
23.15 Morandini !
16.50
17.45
19.00
19.30
19.40
CHRONIK
par Herbé
10.00
10.50
12.00
12.45
14.30
18.55
19.00
19.35
21.05
22.20
23.50
23.55
Toute une histoire
Comment ça va bien !
Le jour où tout a basculé
Seriez-vous un bon
expert ?
On n'demande qu'à
en rire
N'oubliez pas les
paroles
Elysée moi !
Journal
Envoyé spécial
Complément d'enquête
Avant-premières
Dans quelle éta-gère
Journal de la nuit
13.20
14.25
15.10
15.55
16.40
19.05
19.50
21.50
23.50
Cauchemar en cuisine
Talent tout neuf
Génération Top 50
Les Ch'tis font du ski
Le Caméléon
Les Simpson
Ligue Europa
Scènes de crimes
Résumé des matchs
15.40
17.10
17.20
18.10
19.05
19.35
13.00
14.10
15.15
16.15
16.55
17.55
12.20 Sous le soleil
15.05 Smallville : L'ennemi
public n°1
17.20 Legend of the Seeker :
l'épée de vérité
19.40 The Closer : L.A.
Enquêtes prioritaires
22.00 Commando de l'ombre
23.50 House of the Dead 2
Destins croisés
Desperate Housewives
Scènes de ménages
Une taille de reine
Glee : Etre Ou Ne
Paraître
16.40 Un dîner presque
parfait
17.45 100 % mag
18.45 Le journal
19.05 Scènes de ménages
19.45 La meilleure danse
21.50 La belle et ses princes
presque charmants
00.40 Harper's Island
La défense Lincoln
Têtes à claques
Les Simpson
Le grand journal
Le petit journal
Le grand journal,
la suite
19.55 Desperate Housewives
21.20 WorkinGirls
22.00 The Office
16.20
17.55
19.40
21.15
22.45
00.25
Fragile
Déjà mort
L'antre de la folie
Maléfique
Terreur point com
Lady Blood
05.45
07.50
09.45
09.50
10.50
11.00
11.55
12.40
13.05
13.35
15.40
15.45
16.15
16.25
Ludo
Des histoires et des vies
Consomag
Midi en France
Edition de l'outre-mer
Journal
13h avec vous
En course sur France 3
30 millions d'amis
L'homme qui tua
Liberty Valance
Culturebox
Slam
Un livre toujours
Des chiffres et des
lettres
17.15 La sentinelle
19.40 Rendez-vous avec
la mort
21.30 Agatha
22.55 Les Borsalini
00.25 Runaway Train
14.10 Urgences véto
14.35 J'ai vu changer la Terre
15.35 Crèmes anti-âge : coup
de jeune ou coup de
bluff ?
19.05 Photographie de
campagne
19.40 East West 101
21.25 Fabriquer le vivant
22.20 Charles Matton,
visiblement
17.00 Ouifi
17.10 Questions pour un
champion
18.00 Journal
19.00 Tout le sport
19.10 Plus belle la vie
19.35 La grande soirée du
cinéma : Un monde
parfait
22.05 Soir 3
22.30 La grande soirée du
cinéma : Les sorties de
la semaine
22.35 Jeux de guerre
00.30 Libre court : Vive les
comédiens !
00.55 La ligne de touche
Hercule Poirot
Arabesque
Les maçons du coeur
Monk : Monk et son
double
19.40 Les couloirs du temps Les visiteurs II
22.25 90' enquêtes : Petite
restauration
12.45
14.30
16.10
17.05
13.00
17.00
20.45
23.15
23.30
21.40
00.30
Championnat du Monde
Tournoi WTA de Stuttgart
Championnat du monde
Les rois de la pédale
Tour de Turquie
Au contact
Tournoi WTA de Stuttgart
Sélection
France 3 - 19.35
Un monde parfait
Film avec Kevin Costner
Texas, 1963. Butch Haynes s'évade de pri,
son avec Terry, un codétenu qu'il n'apprécie
guère. Pour protéger leur cavale, les fugitifs kidnappent un jeune garçon de 8 ans. Phillip, le
petit otage, a grandi sans père, sous le regard
sévère d'une mère témoin de Jéhovah. Bientôt,
Butch se débarrasse de Terry, devenu incontrôlable, et poursuit seul avec l'enfant sa
course vers la liberté.
NT1 - 19.45
American Pie
Film avec Jason Biggs
Ciné Frisson - 19.40
L'antre de la folie
,En se rendant à la fête organisée par Stifler à
Film avec Sam Neill
quelques semaines de la fin des cours, Jim, Oz,
Kevin et Finch se rendent compte que c'est pour
eux une bonne occasion de perdre leur virginité.
Pas de chance. La soirée se révèle être un fiasco
total. Pas la moindre conquête à mettre à leur
actif.
Depuis le jour où il a été chargé d'enquêter sur
,
la disparition de Sutter Cane, célèbre pour ses
romans fantastiques, John Trent, détective d'une
compagnie d'assurances, est devenu fou. Enfermé
dans un asile, il fait le récit de son aventure à un
psychiatre.
CRAINTES ET
DELIRES
C’est peut-être bien la
première fois que nous avons
des législatives sur fond de
grèves. Et il n’y a pas qu’un
seul secteur qui est touché,
mais plusieurs. Les praticiens,
les greffiers, les enseignants,
les demandeurs d’emploi, les
rappelés du service national…
Sincèrement, on ne sait plus
sur quel pied danser.
Au lieu de se focaliser sur les
élections, certains responsables
devraient se concentrer sur la
recherche de solutions, histoire
de calmer les esprits et de
mettre un peu plus de sérénité
dans un climat carrément
électrique.
Ignorer les contestations et
faire comme s’il n’y avait rien,
serait considéré comme un
véritable manque de respect et
un manque d’inattention qui
risquent d’être bien mal
interprétés. Et comme de
grosses sommes d’argent ont
été injectées dans cette
campagne, compte tenu des
moyens énormes mobilisés, il
serait peut-être déraisonnable
de mettre de côté le souci des
citoyens, ceux-là mêmes à qui
on ne cesse de demander de se
presser aux urnes le 10 mai
prochain… C’est presque du
délire !
Pourtant, à quelques jours des
élections, les Algériens
semblent bien loin de
s’intéresser à ces législatives,
au point où les autorités ne
cessent de lancer de nombreux
messages mais pas beaucoup
d’actions pour vraiment
convaincre.
N’empêche qu’il serait peutêtre bien imprudent de porter
un jugement sur le sujet, car
les Algériens ont aussi la
particularité d’être
imprévisibles et surtout de
surprendre.
La presse n’arrête pas de parler
de campagne morne et
morose, qui peine à démarrer
et qui est bien loin de
ressembler aux campagnes que
nous avons l’habitude de vivre
et de connaître. Pourquoi ?
Parce que pour la simple raison
que pour les citoyens, les
prétendants au poste de
député lorgnent plus le côté
matériel du poste, ce qu’il y a à
gagner et non pas pour ce qu’il
y a à faire… Si la peur de
l’abstention commence à se
faire sentir, au vu des
nombreux mouvements et
déplacements des partis
politiques, elle peut facilement
disparaître si les politiques font
ce qu’il ya à faire… Se
désintéresser du matériel et
faire passer en premier les
intérêts du pays et des citoyens,
par exemple…
Allez, à demain si je ne suis
pas viré !
culture
La NR 4312 — Jeudi 26 avril 2012
13
Maison de la culture Abdelkader-Alloula de Tlemcen
AV I S
SAUVEGARDE DES ANCIENS
MANUSCRITS DE
TOMBOUCTOU
Un concert andalou envoûtant
,L’artiste Leila Benmerah
Lancement d’une
pétition sur le Net
Une pétition pour sauver les
anciens manuscrits de
Tombouctou, ville malienne
renfermant des sites classés
patrimoine culturel mondial,
tombée entre les mains du
Mouvement national pour la
libération de l'Azawad (MNLA)
et des groupes islamistes
armés à la suite du coup d'Etat
militaire contre le président
Amadou Toumani Touré, a été
lancée récemment sur la Toile.
«Depuis quelques jours, les
affrontements dans et autour
de Tombouctou font redouter
le pire pour les dizaines de
milliers de livres manuscrits
anciens, conservés dans cette
cité millénaire», avertissent les
promoteurs de la pétition
publiée sur le site
«tombouctoumanuscripts.or»
en français, anglais et arabe.
Ils signalent que la situation
sécuritaire qui prévaut dans la
ville met en danger «le
témoignage par l'écrit d'un
foisonnement intellectuel et
culturel sans précédent au
cours des siècles passés» et
affirment que ce patrimoine
intellectuel est le «reflet de la
contribution ininterrompue
des Africains à la civilisation
universelle».
Le patrimoine que recèle cette
ville située au nord-est du
Mali constitue également à
l'échelle de l'histoire «la place
pionnière de l'Afrique dans les
fondements mêmes de
l'écriture et du
développement spirituel et
culturel de l'humanité»,
estiment les premiers
pétitionnaires, une centaine,
tous universitaires-chercheurs
et responsables de
bibliothèques de différents
pays africains. L'Unesco avait
fait part de son «inquiétude»
face aux «menaces» pesant
sur ce patrimoine et appelé les
autorités et les belligérants à
veiller à la préservation du
patrimoine et à respecter les
engagements du Mali, en tant
que signataire de la
convention de 1972 relative au
patrimoine mondial.
Dans un communiqué rendu
public le 16 avril,
l'Organisation onusienne avait
appelé à une action concertée
pour éviter la perte des trésors
documentaires de
Tombouctou, suite aux
informations faisant état du
saccage et du pillage des lieux
abritant des milliers de livres
et de documents anciens,
remontant à plusieurs siècles.
Outre les manuscrits,
Tombouctou, dont les sites
sont classés sur la liste du
patrimoine de l'humanité
depuis 1988, abrite des
merveilles architecturales en
terre (mosquées de
Djingareyber, Sankoré et Sidi
Yahia), outre les seize
cimetières et mausolées.
R. C.
a subjugué, mardi soir, le
public, à la maison de la
culture AbdelkaderAlloula de Tlemcen avec
un brillant concert, à
l’occasion de la clôture de
l’événement «Tlemcen,
capitale de la culture
islamique 2011».
Le récital andalou, composé de
deux noubate, était varié et fort
en sonorités.
L’artiste a, en effet, imposé sur
scène un rythme fort, en interprétant un inqilab djarka dédié à
l’amour Belahoua Kalbi t3lak, suivi
d’un cocktail de style La3rak, Tal
3dabi... Wa tal Nekdi... Wa elsbar
fnani... Abouya ki rani.
Des morceaux du répertoire de
musique andalouse ont été servis
par cette artiste qui était très applaudie par le public.
Une ambiance chaleureuse, empreinte de nostalgie et de sensualité. Dans un décor orné de tableaux en bois sculpté, garnis de
petits motifs en cuivre et d’une
qaada au milieu d’une scène décorée de grands vases en argile et
d’une théière en cuivre ornée de
petites branches de menthe, l’interprète a pu, en effet, créer une atmosphère de nostalgie et de sensualité, le tout aux sons du ‘oud, de
la derbouka, du violon et du tar
qui ont régné pendant plus de
deux heures de temps dans la
salle, au grand bonheur d’un public mélomane.
Pour sa part, le chanteur Abbas
Kaïd Slimane a su émerveiller l’assistance à travers ses chansons tirées du patrimoine andalou, plus
particulièrement celui du hawzi.
Tout au long du récital, il déga-
Leila Benmerah a subjugué l’assistance au cours d’un récital de haute facture. (Photo > D. R.)
geait une énorme sensibilité qui
ressortait des cordes de ses instruments. Il a interprété des morceaux de choix, tels que Elayem
lach tloum, du poète Mohamed Ben
Triki et Makfakch Talbi du style
Mekhalass, Nar Kalbi gdat et Khoudou mani lahbib.
Lors de ce voyage musical, le chanteur Korso Fessiane Ghouti a revisité les plus grands répertoires du
Mdih El Fiyachia et El inkilab
mewal et 3roubi, de cheikh El Djabri. Bouabdellah Azzedine, quant à
lui, s’est attiré les faveurs du public totalement charmé par sa voix
tendre et chaude.
Il a poursuivi la soirée avec des
chansons tirées du terroir andalou Ya lahbab el wahch rah djani et
un cocktail de chansons flamenco,
à l’instar de la chanson Lamouni li
gharou mani et Yalali.
Rencontré en marge de la soirée, le
chanteur Korso Fessiane Ghouti
nous a annoncé l’enregistrement
d’un nouvel album dans le style
Samaa Soufi, un album qui sortira,
selon lui, dans les prochains mois.
«Le nouvel album comprend des
chansons du cheikh Sidi Boumediene Temalaktou 3akli et d’autres
comme Ya saki 3la el mohib djounahou et Zar hbibi Ba3D Machfa»,
précisera notre interlocuteur.
Beaucoup de spectateurs se sont
dit très heureux d’avoir assisté à
ce concert qui confirme, selon
leurs propos, le succès de ces
chanteurs.
Un de ces spectateurs nous a
confié être très heureux d’assister
à ce spectacle envoûtant qui, selon
lui, apporte beaucoup de connaissances à ce style musical.
«C’est aussi une occasion de découvrir des chanteurs aux talents
et inspirations différentes», a-t-il
conclu encore.
De notr e en v oyé spéc ial
à Tlemc en, Mehdi Isikioune
Carrefour du livre
Quatorze éditeurs présents
, Le Centre de loisirs scientifiques de Didouche Mourad à Alger abrite, jusqu’au 29
avril, la deuxième édition du Carrefour du
livre. Inauguré, dimanche dernier, par le responsable du Centre de loisirs scientifiques,
ce Salon du livre se veut un espace propice
pour tous ceux qui portent un intérêt à la lecture.
Etaient présents à la cérémonie d’ouverture,
plusieurs auteurs, romanciers, étudiants et
anonymes. Le romancier Amin Zaoui n’a pas
manqué de préciser que ce genre d'initiative ne peut qu'être saluée et encouragée, car
cela contribue à rapprocher le lecteur du
livre et à créer un espace de rencontres et
d'échanges entre éditeurs au moment où la
distribution du livre représente un sérieux
problème.
Selon lui, la prolifération des maisons d’édition est un signe positif pour le monde du
livre en Algérie à condition de les encourager et de mettre à leur disposition les moyens
nécessaires pour faire parvenir le livre au lecteur. Le romancier a, en outre, préconisé la
multiplication de salons et de rencontres
autour du livre et de la lecture pour toucher
les lecteurs, surtout au-delà des grandes
villes, tout en rappelant que ces évènements
culturels «profitent aux lecteurs, autant
qu'aux écrivains».
En tout, elles sont pas moins de quatorze
maisons d’édition a avoir pris part à ce rendez-vous, la plupart nouvellement créées.
On notera la présence du Haut commissariat
à l'amazighité et l'association El-Djahidia.
Les exposants proposent toute une panoplie de livres en langue française, arabe,
amazighe et anglaise dont des ouvrages de
littérature, des biographies, de poésie, d’histoire...
Les lecteurs intéressés peuvent même aller
à la découverte de certaines biographies
ayant trait à de grandes figures de la révolution algérienne ou encore de célèbres romanciers, destinés aux écoliers, à l’image
de Tahar Ouettar, Malek Haddad, Réda Houhou, ainsi que des œuvres littéraires et autres
ouvrages. Pour les organisateurs de cette
manifestation, la mise en valeur du livre,
qu'il soit roman, récit, recueil poétique et
autres ouvrages scientifiques et la promotion
de la lecture chez le jeune public, en particulier, sont les principaux objectifs de ce carrefour du livre. En marge, d’autres activités
sont au programme, à savoir des conférences- débats ainsi qu’un spectacle de
clowns conteurs Filou.
Dans le registre des conférences, citons la
première conférence qui a été donnée, le
jour de l’inauguration de ce salon, par le directeur de Radio Culture, Khelifa Benkara, et
l'animateur de télévision spécialisé en émissions culturelles, Mohamed Beghdad. La
deuxième conférence qui portera sur l'importance de la transcription du patrimoine immatériel aura lieu le 26 avril.
Elle sera animée par les universitaires Abdelhamid Bourayou et Hamid Bouhbib. Il est à
noter, par ailleurs, que des réductions sont
d’ores et déjà pratiquées sur certains ouvrages.
Lamia S.
La NR 4312 — Jeudi 26 avril 2012
vie pratique
INFOS
VOLS
HORAIRES
VALABLES
Tunis, 16h00
Paris vers
DÉPARTS
Annaba, 15h55,
16h50
Chlef vers
Marseille, 13h00
Paris vers
DÉPARTS
Paris vers
Tlemcen vers
Paris Orly, 08h45
Constantine, 16h35
DÉPARTS
DÉPARTS
Alger vers
Paris (Charles De
Gaulles), 07h35
Lille, 08h45
Lyon, 09h50
Marseille, 11h30
Bamako, 18h30
Dakar, 20h45
Genève, 18h11
Istanbul, 11h30,
12h00
Londres, 10h05
Genève, 10h00
Rome, 10h40
Barcelone, 16h45
Madrid, 09h55
Montréal, 14h45
Le Caire, 09h30
Dubaï, 16h30
Casablanca, 09h45
Tunis, 16h00
Damas, 20h00
Aman, 16h00
Beyrouth, 16h00
Francfort, 10h30
Moscou, 16h20
Niamey, 20h50
Nice, 08h10
Nouakchott, 21h15
DÉPARTS
Oran vers
Alicante, 1445
Bruxelles, 09h00
Casablanca, 07h45
Djeddah, 1700
Lyon, 08h50
Marseille, 09h00,
12h45
Oujda, 8h00, 18h25
Paris Orly, 08h30
Toulouse, 09h00
DÉPARTS
Annaba vers
Lyon, 11h00
Marseille, 08h00
Paris, 23h00
DÉPARTS
Sétif vers
Lyon, 09h30, 14h40
Paris Orly, 07h 55,
19h25
Tamanrasset vers
Paris Orly, 02h45
LIGNES
INTÉRIEURES
DÉPARTS
Béjaïa vers
Marseille, 08h30
Paris, 09h20
Lyon, 13h30
Jeudi 26 avril :
2 5°C
Dans la jour née :
,
Ensoleillé
min 12°C ressentie 9°C
max 20°C ressentie 21°C
Vent faible de sud
Oran, 12h55
Bordeaux vers
Alger, 18h40
Alger, 14h15
Annaba, 09h30,
15h50, 16h00, 17h30
Constantine, 06h00,
13h10, 14h50, 17h30,
20h00, 21h45, 22h10
Oran, 06h00, 11h00,
11h30, 17h45, 19h30,
20h50
Sétif, 08h00, 15h45
Ghardaïa, 07h00
18h30
Jijel, 08h10, 09h00
In Salah, 13h00
H.Messaoud, 06h45,
07h40, 18h00,
19h00, 20h45
Annaba, 10h30
min 15°C ressentie 13°C
max 16°C ressentie 15°C
Vent modéré de sud
Alger :
Lever : 06h00
Coucher : 19h32
Batna, 13h00
Marseille vers
Bejaïa, 11h00
Santé
Constantine, 10h30,
15h15
Metz vers
Alger, 10h50
Nice vers
DÉPARTS
Constantine, 10h20
Alger vers
Lille vers
Alger, 12h30
Lyon vers
Alger, 13h00
Annaba, 13h50
Béjaïa, 10h40
Constantine, 16h15
Oran, 12h05
Sétif, 12h15
DÉPARTS
London vers
Alger, 14h05
Troubles intestinaux : des femmes
actives, anxieuses et stressées
Rome vers
Alger, 13h40
Oran,09h10
Rimini vers
Alger, 11h00
DÉPARTS
Oujda vers
,
Str ess et anxiété et tr oubles intestinaux
Autre caractéristique du côlon irritable, son origine
n'est pas organique, c'est-à-dire qu'il n'existe pas véritablement de traitement. Il convient de rétablir les
fonctions digestives à l'aide de mesures hygiéno-diététiques : boire beaucoup tout au long de la journée,
adopter une alimentation équilibrée riche en fibres
(pain complet, céréales, légumes verts, fruits…), éviter les repas trop copieux, trop épicés, trop gras, les
fritures, les produits laitiers, exercer une activité physique régulière et lutter contre le stress. Effectivement, l'intestin est particulièrement sensible à l'anxiété
comme viennent de le souligner à nouveau les résultats d'une nouvelle étude.
Compor tement du tout ou rien
L'analyse a porté sur une population de 620 sujets.
Chez certains d'entre eux, une colopathie fonctionnelle
a été identifiée, majoritairement des femmes (76 %).
Ces personnes étaient clairement plus anxieuses et
plus stressées que les autres au moment de leurs
troubles.
Elles avaient également tendance à minimiser les
symptômes afin de pouvoir poursuivre leur activité
professionnelle.
C'est ce que l'on appelle le comportement du tout ou
rien, le sujet se surpassant au travail au-delà de ses
propres forces.
Il existe donc des facteurs qui prédisposent au syndrome du côlon irritable : le sexe féminin, l'anxiété, le
stress, le perfectionnisme négatif et le comportement
du tout ou rien. En revanche, la dépression n'était
aucunement associée aux troubles intestinaux.
La personnalité joue ,de façon certaine, un rôle favorisant les troubles digestifs.
La thérapie comportementale cognitive pourrait ainsi
trouver une place intéressante dans la prévention et
la prise en charge du côlon irritable.
Dubaï vers
Alger, 03h05
Djeddah vers
Alger, 03h40
Oran, 01h45
DÉPARTS
DÉPARTS
Alger, 15h30
Caire vers
DÉPARTS
Tunis vers
Alger, 10h20, 15h50,
DÉPARTS
Paris vers
Alger, 08h05, 1h55,
19h10
021.81.61.13
021.60.66.66
Dépannage gaz :
Dépannage
électricité :
021.68.55.00
Service des eaux :
021.58.32.32/58.37.37
SÉCURITÉ
Protection civile :
021.61.00.17
Sûreté de wilaya :
021.63.80.62
Gendarmerie :
021.62.11.99/62.12.99
ADRESSES UTILES
Aéroport Houari
Boumediene
(Réservation)
Recette du jour
021.28.11.12
Air France :
POIVRONS AUX ŒUFS
021.73.27.20/73.16.10
INGRÉDIENTS
ENMTV :
1 poivron rouge et 1 poivron
vert - 3 à 4 tomates pelées - 1
gros oignon - 1 à 2 gousses
d'ail - 4 œufs - huile d'olive
- sel, poivre, cumin et
curcuma.
021.42.33.11/12
SNTF :
021.76.83.65/73.83.67
SNTR :
Alger, 18h15, 18h35
Djeddah vers
Biskra vers
Paris, 10h10
CHU Baïnem :
Air Algérie
Casablanca vers
Alicante vers
Oran, 16h45
CHU Beni Messous :
021.68.44.00
C ô l o n i r ritable ou tr oubles intestinaux
Le syndrome du côlon irritable, colopathie fonctionnelle ou tout simplement les troubles fonctionnels
intestinaux regroupent plusieurs problèmes digestifs
bénins, mais suffisamment gênants pour gâcher le
quotidien des sujets concernés : constipation, souvent
alternée de diarrhées, ballonnements et douleurs abdominales chroniques.
DÉPARTS
DÉPARTS
Barcelone vers
Alger, 19h05
021.91.21.63
Ambulances :
Alger, 11h40
Madrid vers
Alger, 13h00, 12h30,
13h00
CHU Ben Aknoun :
021.54.15.15
Casablanca vers
DÉPARTS
CHU Mustapha :
021.58.90.14
Alger, 12h25, 15h30
Nice vers
021.67.16.16/67.00.88
CHU Kouba :
Marseille vers
Oran, 11h45, 15h40
Samu :
021.93.11.90
Marseille vers
Marseille vers
SANTÉ
021.23.55.55
Dans la nuit :
,
Ciel clair
Marseille vers
Marseille vers
DÉPARTS
Constantine vers
Marseille, 08 h 00
12 h 30
Paris, 13h00
Nice, 07h55
Mulhouse, 10h15
Lyon, 07h50
numéros
utiles
Paris vers
DÉPARTS
Batna vers
Marseille, 10h30
Paris, 10h15
Météo
Béjaïa, 12h55
Alger vers
Paris (Charles De
Gaulles), 07h35
Lille, 08h45
Lyon, 09h 50
Marseille, 11h30
Bamako, 18h30
Dakar, 20h45
Genève, 18h11
Istanbul,
Londres, 10h05
Genève, 10h00
Rome, 10h40
Barcelone, 16h45
Madrid, 09h55
Montréal, 14h45
Le Caire, 09h30
Dubaï, 16h30
Casablanca, 09h45
Tunis, 16h00
Damas, 20h00
14
18h20
Constantine, 17h35
021.54.60.00/54.05.04
PRÉPARATION
Hôtel El-Djazaïr :
Grillez les poivrons au four,
mettez-les dans un sac en
plastique (type sac de
congélation), fermez le sac afin
de laisser la vapeur aider au
décollement de la peau des
poivrons et laissez refroidir un
021.23.09.33/37
Hôtel El-Aurassi :
peu. Pelez les poivrons sous un
filet d'eau. Epépinez-les et
coupez-les en dés. Pelez les
tomates, épépinez-les et
Horaires des prières
Jeudi 4 djoumada eI-thani 1433 :
26 avril 2012
Dhor .....................12h46
Asser .....................16h31
Maghreb ................19h34
Icha ......................20h59
Vendredi 5 djoumada eI-thani 1433 :
27 avril 2012
Fedjr .....................04h27
coupez-les en dés. Emincez
finement les oignons et
hachez l’ail.
Dans une poêle, faites chauffer
l’huile et faites revenir les
oignons, ajoutez les tomates,
laissez fondre, ajoutez les
poivrons et l’assaisonnement
ainsi que les épices,laissez
cuire 10 mn.
Faites 4 trous dans la
préparation et cassez-y les
œufs. Quand le blanc d’œuf
est cuit, éteindre le feu.
021.74.82.52
Hôtel Hilton :
021.21.96.96
Hôtel Sofitel :
021.68.52.10/17
Hôtel Sheraton :
021.37.77.77
Hôtel Mercure :
021.24.59.70/85
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
reportage
16
Annaba
La culture du coton
en Algérie peut-elle être envisagée ?
, Le coton n’est pas en
Algérie une plante
spontanée; il est
réellement venu d’Asie
depuis des millénaires,
puisque les Romains le
connurent et que les
Turcs le cultivèrent, ainsi
que le lin, au XVe siècle.
Certains chercheurs
affirmaient qu’il est
probable que les
Égyptiens connaissaient
le coton il y a plus de
12 000 ans avant J.-C.
Depuis, l’historique de la
culture du coton est liée à
celui des conflits internationaux des XIX e et XX e
siècles : guerre de sécession des Etats-Unis, guerre
franco-allemande, première
et deuxième guerres mondiales. A la suite de ces
conflits, le coton se faisait
rare sur les marchés européens. Les pouvoirs publics, royaux, impériaux, républicains s’adressaient
alors à l’Algérie pour la culture du coton.
Or la France consomme annuellement plus de 265 000
tonnes de coton, elle importe de l’étranger environ,
selon l’Union agricole de
l’Est algérien, les 2 250 000
tonnes, précise-t-on. Ces
achats de coton contribuent considérablement à
aggraver le déficit de la balance commerciale française. Cha-que kilo de coton
produit en Algérie permet
une économie de près d’un
dollar, ce qui ne sera pas à
dédaigner lorsque la production algérienne passera
de 2 500 à 5 000 tonnes.
Dans cette optique l’on apprend auprès des services
de la direction de l’agriculture de la wilaya d’El-Tarf
que 100 ha de terres agricoles qui étaient consacrés
à la culture depuis 25 années déjà de disparition de
cette valeureuse culture
sont toujours aux oubliettes et sans perspective
d’avenir.
En effet, les cotonniers
avaient connu leur dernière
cueillette en 1972 dans la
Verra-t-on le coton pousser de nouveau dans notre pays ? (Photo > D. R.)
région de Annaba et revenir
à la culture du coton avec
une nouvelle politique est
plus que nécessaire sachant qu’en 1970, l’Algérie
se dotait d’une industrie de
filature et de tissage moderne d’une capacité de
consommation évaluée à
40 000 tonnes de coton par
an, estime-t-on.
A ce titre il faut savoir que
notre pays importe des textiles pour un coût de 6 milliards de dinars annuellement bien que la consommation algérienne en
matière de textile qui est
presque insignifiante par
rapport aux à l’hexagone
soit indique-t-on, une
consommation par personne équivalent à 5 kg en
produit textile alors que la
moyenne internationale est
de 9 kg par personne. De
nombreux promoteurs de
la région de l’Est s’étaient
lancés dans la culture du
coton il y a deux années de
cela, malgré le peu de
moyens qu’ils avaient. Le
résultat était une perte
sèche de leurs récoltes causée par de fortes pluies qui
avaient détruit près de 80%
des récoltes.
Le mystère de l'exportation,
il y a deux années de cinq
conteneurs de graine de
coton à partir du port de
Annaba vers Israël via l'Afghanistan pour laquelle des
travailleurs et un responsable de la Coopérative
agricole (Carsci) Lalymia
Lakhdar de Annaba avaient
affirmé que des experts
français de la société mixte
algéro-française Somicoton
les avaient informés que les
5 conteneurs de graine de
coton étaient bel et bien
destinés à Israël. Cette exportation
douteuse
avait été suivie par le dé-
Sous la colonisation, la région
d’Annaba totalisait plus de 20%
des quelque 70 000 t/an représentant la production cotonnière en Algérie.
part précipité d’Annaba des
experts français et la dissolution, 18 mois après sa
création, de Somicoton à
l’origine de l’opération. Tel
avait été le constat durant
le déplacement des deux juristes dépêchés début 2007
à Annaba. Ils n'avaient fait
que confirmer l'absence
des experts français tant au
siège de la direction sise à
la route d’El Karma (El Hadjar) que dans la villa qu’ils
avaient louée à la rue de
Tagaste à Annaba, et l’affaire avait été ainsi classée.
Sous la colonisation, la région d’Annaba totalisait
plus de 20% des quelque
70 000 t/an représentant la
production cotonnière en
Algérie répartie entre El
Harrouch, Sig, Chlef et Relizane.
Cette performance n’est
plus qu’une vieille histoire.
En 2004 la production des
200 hectares exploités pour
des essais dans le cadre
d’une opération pilote,
n’avait pas été bien prise
en charge dans les wilayas
d’Annaba, El Tarf, Guelma
et Skikda. Il s’agissait beaucoup plus de blocage généré par la bureaucratie
des institutions de l’Etat
que de la mauvaise volonté
des principaux acteurs sur
le terrain. La société mixte
algéro-française Somicoton
avait été chargée de concrétiser en toute priorité deux
projets : réaliser des tests
dans les zones traditionnellement vouées à la culture
du coton et réhabiliter
l’usine d’égrenage de la Coopérative agricole régionale
des services et cultures industrielles Lalymia Lakhdar-Annaba. or, les essais
ont permis d’atteindre des
résultats dépassant toutes
les prévisions.
Outre l’excellence de la
qualité de la fibre de coton,
les agriculteurs avaient réalisé une production de 30
à 40 quintaux à l’hectare
dès la première campagne
(2004/2005) sur une surface
de 30 hectares, souligne-ton.
O k i Fa o u z i
Publicité
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
sport
22
Ligue des champions
Chelsea porté par son destin
, Et si Chelsea remportait
la Ligue des champions
l’année où on l’attend le
moins ? Après avoir sorti
le Barça, les Blues croient
en ce destin improbable.
Improbable, comme le
scénario de cette demifinale. Comme toute leur
saison.
«La meilleure équipe n’a pas
gagné. Mais ce n’est pas toujours
la meilleure équipe qui gagne.
C’est le football.» Ces mots ne
sont pas ceux, emprunts de fatalisme, qui auraient pu sortir des
bouches catalanes, mardi soir.
Non, ces paroles ont été prononcées par Fernando Torres,
l’homme qui a définitivement crucifié le Barça en égalisant dans le
temps additionnel au Camp Nou.
Torres a cent fois raison. Chelsea était inférieur au Barça sur les
deux matchs de cette demi-finale.
Et il est encore plus dans le vrai
en rappelant qu’il ne suffit pas
toujours d’être le plus fort pour
triompher. Torres n’est pas un
membre historique de l’ère Abramovich. Mais il parle comme s’il
avait été de toutes les batailles
londoniennes. Car s’il y a bien un
club qui a payé pour savoir que
le plus fort ne gagne pas toujours,
c’est Chelsea. Depuis 2004, les
Blues ont atteint six fois le dernier carré de la Ligue des champions. A quatre reprises, ils ont
calé aux portes de la finale. Des
échecs d’autant plus frustrants
que, souvent, ils ont été concédés
alors que Chelsea avait toutes
les cartes en main. En 2004,
contre Monaco, le club anglais
tient le nul (1-1) en Principauté et
joue à 11 contre 10 mais trouve le
moyen de prendre deux buts. Au
retour, alors qu’il mène (2-0) et se
retrouve en position de qualifié,
il coince encore, ne digérant pas
le but signé Ibarra juste avant la
pause, avec l’aide du bras. Mais
le pire est à venir. En 2005, lors de
la première saison de José Mourinho, Chelsea est nouveau sorti,
cette fois par Liverpool. Avec le
fameux «bût fantôme» de Luis
Garcia, dont personne ne sait aujourd’hui encore s’il est rentré
ou non. Puis ce fut 2009 et cette
élimination cruelle, et pas vraiment méritée, à la dernière seconde, face à Barcelone.
Monthy Python, Sacré Chelsea !
Chelsea a donc souvent raté un
train qui avait été réservé spécialement pour lui. Cette équipe
a souvent reculé devant son
propre destin. Tout l’inverse de
cette campagne 2012. Une saison
difficile, un entraîneur contesté,
un groupe sous tension, des
cadres vieillissants et au bout du
rouleau. Et puis, contre toute attente, la résurrection, sous la houlette de Roberto Di Matteo, dont
tout le Sud de Londres réclame
aujourd’hui la titularisation. Un
entraîneur qui vient d’accomplir
autant, en si peu de temps, ne
peut rester un simple intérimaire.
Avant les quarts, le nom de Chelsea ne revenait même plus
comme évocation d’un simple
outsider. Les Blues ne jouissaient
Classement AIBA
Quatre boxeurs algériens dans le top-10
, Quatre boxeurs algériens
sont classés dans le top-10, au
classement du mois d’avril de
l’Association internationale de
boxe amateur (AIBA), rapporte
hier, le site de l’instance internationale.
Le meilleur classement des
pugilistes algériens est occupé
par Ouadahi Mohamed Amine
(-56 kg), qui pointe à la 5e place,
avec un total de 890 points, tout
comme son compatriote Bouloudinet Choaib (91 kg), lui
aussi 5e de sa catégorie avec
1 000 pts. Pour sa part, Chadi
Abdelkader occupe la 7e place,
TURF
dans la catégorie des -60 kg
avec 800 pts, alors que Rahou
Abdelmalek est classé 8e dans
la catégorie des -75 kg, totalisant
800 pts. Par ailleurs, deux
boxeurs algériens figurent dans
le top-20. Il s’agit d’Abbadi Ilyes,
15e dans la catégorie des -69 kg
(600 pts) et Berrag Sid Ali, 17e
dans la catégorie des -64 kg
avec 600 pts. Rahmani Kamel
occupe la 24e place de la catégorie (+91 kg) et Hammachi
Fahem est à la 45e position dans
la catégorie (46-49 kg) avec un
total de 150 pts. Considéré
comme l’un des meilleurs
boxeurs au monde dans sa catégorie (81 kg), Abdelhafid Benchebla, champion du monde
WBS, ne figure pas dans le classement mondial de ce mois en
raison de sa non participation
aux différentes compétitions,
notamment aux championnats
d’Afrique et du monde. Le classement de l’Association internationale de boxe amateur
(AIBA) prend en compte toutes
les compétitions, reconnues par
l’instance internationale, et
organisées sur tous les continents.
Agence
Torres, l’auteur du but égalisateur congratulé par ses camarades. (Photo > D. R. )
plus d’aucun crédit. A peine plus
que l’Apoel Nicosie. Les voilà en
finale, après une des qualifications les plus improbables, sur
le fond comme sur la forme, de
l’ère moderne.
Chelsea, ou l’histoire d’un has
been redevenu le tube du printemps. Et si cette génération des
Lampard, Terry ou Drogba assumait jusqu’au bout sa drôle de
trajectoire en remportant enfin
la Ligue des champions au moment où on l’attendait le moins ?
Comme s’il lui fallait toujours en
rajouter dans la difficulté, elle
sera privée au moins de quatre titulaires en finale, tous suspendus : Terry, Ivanovic, Ramires et
Meirelles. Mais Chelsea fait penser à ce personnage improbable
des Monthy Python, dans Sacré
Graal, qui continue de vouloir se
battre alors qu’on vient de lui
couper un bras puis deux puis
les jambes, et même la tête. Les
Blues sont pareils. Ils se relèvent
toujours, et de tout. «Nous avons
vécu une saison difficile et pour-
Hippodrome de M’sila
Prix «El Kawakib» Dotation : 300 000 DA - 15h30 mn - 1100 m -2 course
PROPRIETA I R E
sera à l’ar r i v é e .
6. Riadhate : Ce sera dif ficile.
7. Dalila : Course d’entrée.
M. Boukhalat
H. Djaiet
A. Benkobbi
1. Nor El Aïn
2. Fouliba
3. Beldia
4. Far es
5. Olga du Sersou (0)
JOCKEYS
PDS
CCD ENTRAINEURS
M. Hareche
55
09
Propriétaire
AH. Chaabi
54
08
Propriétaire
L. Rahmoune
54
03
Propriétaire
T. Lazreg
54
06
Propriétaire
JJ.A. Laachi
54
02
Propriétaire
LM. Khadraoui
54
14
Propriétaire
8. Hamama Iza : Elle sera très jouée.
M. Allia
9. Nasmacone : Elle sera très jouée.
R. Lasgaa
7. Dalila
H. Lasgaa
54
11
Propriétaire
M. Boukhalat
8. Hamama Iza
K. Rahmoune
53
05
Propriétaire
M. Zeghlache
9. Namacone
F. Chaabi
53
01
Propriétaire
A. Benkobbi
10. Mahla Bhaki
0. Chebbah
52
12
M. Mansour
A. Hamani
11. Ikram
D. Boubakri
52
04
D. Harkat
CB. Missaoui
12. Sakes
AP.S. Doudari
50,5
13
Propriétaire
M. Bechaïria
13. Kesma
AP.CH. Attallah
50,5
10
A. Boukellal
AP.H. Zaaboub
60
07
M. Mansour
10. Mahla Bhaki : Ce sera dif ficile.
1 1 . I k r a m : C e s e r a d i f ficile mais le lot est moyen.
1 . N o r E l A ï n : C ’ e s t l e f a v o r i l o g i q u e p o u r l a v i c t o i r e.
2 . F o u l i b a : C ’ e s t u n e p o u l i c h e j e u n e . E l l e r este capable
de surpr e n d r e .
3. Beldia : Elle est bien montée.
4. Far es : Il r este incompréhensible dans ses pr oductions.
CHEVAUX
H. Djelloul
K. Bendjekidel
L. V.
Quarté - Quinté
Pronostic : 1.8.9.13.4.2.11
e
5. Olga du Sersou (0) : Si elle pr end un bon dépar t, elle
tant il semblerait que nous sachions à chaque fois trouver les
ressources pour braver les éléments, pour nous rebeller»,
confirme Roberto Di Matteo. Que
ce soit face au Real ou au Bayern,
qui jouerait cette finale à domicile, Chelsea n’aura pas les faveurs des pronostics.
Un sacre des Blues, vu les circonstances et l’opposition,
échapperait à une certaine logique. Mais la logique, les joueurs
de Roberto Di Matteo ont décidé
de s’asseoir dessus.
Ils lui répondent par une détermination inouïe, et une forme de
conviction en leur histoire commune.
«J’ai joué dans des équipes ici
qui étaient plus fortes, plus talentueuses. Mais jamais je n’ai
senti une telle détermination et je
crois que rien ne peut nous atteindre», explique Frank Lampard. Porté par son destin, Chelsea suit son chemin. Jusqu’au
bout ? Qui sait.
12. Sakes : Il est absent des pistes.
13. Kesma : Elle sera très jouée.
14. Massaria : Ce sera dif f i c i l e .
S. Zerguine
6. Riadhate
14. Massaria
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
sport
23
EN
DEUX MOTS
JS Kabylie
La réunification des rangs, l’autre combat
de l’opposition
, En hibernation depuis la
fameuse opération coupde-poing où elle avait réussi
à bloquer les travaux de
l’Assemblée générale
ordinaire (AGO), à laquelle
avait appelée Mohand
Chérif Hannachi, l’actuel
boss de la formation de la
JSK, l’opposition constituée
d’anciens joueurs et
dirigeants de la formation
des Canaris, mais aussi de
supporters, veut se donner
un nouveau souffle et aller
de l’avant dans son objectif
de destituer Hannachi.
C’est à cet effet et face à l’inefficacité des différentes actions
menées jusqu’ici, c’est-à-dire depuis maintenant près de trois
mois avec le déclenchement de
la fronde à l’encontre de l’actuel boss de la JSK, que cette
opposition, représentée par la
commission de réflexion que
préside Mourad Yousfi, a appelé
à une réunion pour hier en fin
d’après-midi du côté de TiziOuzou, en lançant un appel à
tous les anciens joueurs et diri-
geants qui réfutent le règne de
Hannachi, d’y répondre favorablement en assistant à ladite réunion. A travers cet appel, il est
évident que l’opposition, qui
s’était présentée en rangs dispersés pour contrer l’actuel
boss des Canaris, veut désormais resserrer les rangs et n’en
faire qu’une seule entité pour
faire face à Hannachi et à sa direction qui tient à poursuivre
sa mission malgré la fronde. Une
dernière tentative d’une opposition mal inespérée et en
manque d’initiative pour réunifier les rangs et relancer son
«combat» en perspective de la
destitution de Hannachi.
Sur un autre registre, la commission de réflexion qui s’affiche comme le fer de lance de
l’opposition vient de lancer un
appel aux supporters de la JSK,
pour se rendre massivement,
samedi prochain, au stade du
1er-Novembre de Tizi-Ouzou et
soutenir l’équipe, à l’occasion
de sa confrontation face au
MCS, en match décisif pour le
maintien. Une première pour la
commission de réflexion, qui
s’était toujours abstenue de se
prononcer au sujet du boycott
Coupe d'Algérie des U-21
La JSM Béjaïa remporte le trophée
, La JSM Béjaïa a remporté la coupe
d’Algérie de football de la catégorie des
U-21, en battant en finale (2-0), l’ASO Chlef
mardi au stade de Zéralda (Alger). Les
buts de la rencontre ont été inscrits par
Ait Ferguene Nabil (52’) et Zeghli Kamel
(88’). De son côté, l’ASE Alger-Centre a
remporté la coupe d’Algérie féminine des
U-17 grâce à sa victoire contre le FC Sidi
Bel-Abbès (1-0). Le but de la rencontre a
été inscrit par Smati Rima à la 52e pour
Alger-Centre. Les trophées ont été remis
par le président de la Fédération algérienne de football (FAF), M. Mohamed
Raouraoua aux capitaines Benatsou
Ahcène (Béjaïa) et Rania Soufi (ASE AlgerCentre).
Agence
Incidents de Saïda
Quand la raison titille
la sagesse
, Suite aux incidents survenus le 13
avril dernier au stade du 13-Avril
1958 de Saïda, le conseil prodigué
par La Nouvelle République n’a pas
laissé insensibles des sensés et dans
le sillage de son appel. Des voix se
sont élevées pour planter les semis
du pardon et réhabiliter les vertus
avérées de notre identité dévalorisée par des infatués aux desseins
sournois. Ainsi donc, le Cheikh
Amara Saïd, le président du Mouloudia de la 6e décennie, détenteur
de la Coupe d’Algérie 1965, Abdelkrim Hamida, l’inégalable SG de
l’époque et actuel de la LRFS et Nedjadi Mohamed, ex-wali et cadre
supérieur de l’ALN se sont rencontrés, avec le président en exercice
du MC Saïda pour initier une réconciliation des antagonistes du match
MCS – USM Alger, qui s’est soldé
techniquement par un score de parité (1-1) mais aussi par une violence
inhabituelle provoquée par des éléments visiteurs irrespectueux et des
énergumènes chauffés à blanc par
des insanités inacceptables et
innommables. Le quatuor des sages,
tout en condamnant la violence, de
quelque nature quelle soit, invitent
les responsables du Mouloudia et
de l’Union à éponger les hostilités
et œuvrer à l’éradication de la violence, qui ne peut que générer de la
haine entre des frères et amis de
longue date. La sagesse doit prévaloir et l’emporter sur l’enjeu, car le
football n’est, en définitive, qu’un
jeu censé servir d’échanges, de rapprochement et d’amitié. Souhaitons
plein succès à la raison et à cet
exemple teint de noblesse qui trouvera l’ouïe attentive et l’écho
escompté de part et d’autre des responsables éducateurs en quête d’entente et de fraternité.
K h a l i A li
L’opposition n’arrive pas à destituer Hannachi . (Photo > La NR)
ou non des rencontre de la JSK,
néanmoins, l’importance de
cette confrontation de ce samedi face au MCS et les appels
lancés par les supporters pour
réinvestir le stade du 1 er-No-
vembre de Tizi-Ouzou, semblent
avoir influé le changement de
position de l’opposition représentée par la commission de réflexion.
T. M.
Ligue des champions d’Afrique
L’ASO Chlef s’est envolée hier
pour Khartoum
, L’ASO Chlef s’est rendu, hier, aprèsmidi à Khartoum, via le Caire, pour y
donner la réplique à Al-Hilal local
dimanche prochain en match aller du
3e tour de la Ligue des champions africaine de football, un rendez-vous qualifié par les joueurs du champion d’Algérie en titre de «très difficile». «Nous
sommes conscients de la difficulté de
la tâche qui nous attend à Khartoum
face à une très bonne équipe d’Al-Hilal
qui n’est d’ailleurs plus à présenter», a
déclaré à l’APS, le milieu Chérif Abdesslam, quelques instants avant d’embarquer avec son équipe vers la capitale égyptienne. «Nous avons eu l’occasion de suivre à la télévision le derby
de Khartoum, tenu il y a quelques jours
entre Al-Hilal et El Merrikh (victoire
d’Al-Hilal 1-0), ce qui nous a permis de
tirer des enseignements intéressants
sur l’adversaire», a-t-il ajouté. Le joueur,
qui sera à sa troisième expérience au
Soudan, après les deux premières avec
ses anciens clubs, le NA Hussein-Dey
et la JS Kabylie, s’attend à ce que la
pression soit «énorme» sur le club algérien de la part du public soudanais. «Je
connais assez bien les supporters soudanais, et je suis persuadé qu’ils vont
être d’un apport appréciable pour
leurs joueurs. A nous donc de bien
gérer cette pression à laquelle nous
nous attendons de la part des fans d’AlHilal», conseille le natif d’Hussein Dey.
Interrogé sur les points forts du club
phare de la capitale soudanaise,
Abdesslam a estimé «qu’il faudra surtout faire attention aux balles arrêtées,
dans lesquelles ses joueurs excellent»,
ajoutant que ses coéquipiers et lui sont
«déterminés à revenir avec un bon
résultat», en attendant le match retour
prévu le 12 mai prochain à Chlef. Pour
Abdesslam aussi, la défaite face au CR
Belouizdad (2-1) au stade du 20-Août
(Alger) en match retard du championnat de Ligue 1 en Algérie, «sera oubliée
dès l’envol de l’équipe en direction du
Soudan», poursuivant que tout le groupe «croit en ses chances» de passer à
la phase des poules, synonyme d’une
qualification historique dans une
épreuve à laquelle participe le club
pour la première fois. Mais les protégés de l’entraîneur Noureddine Saâdi
devront se passer des services de leur
meilleur joueur Mohamed Messaoud,
ainsi que de son coéquipier Sellama,
tous les deux suspendus, deux défections qu’Abdesslam reconnaît leur
importance, tout en rassurant que
«l’entraîneur saura trouver les solutions pour y remédier». La délégation
chélifienne est attendue à Khartoum
aujourd’hui, après avoir fait escale de
plusieurs heures au niveau de l’aéroport international du Caire. «Nous
aurons le temps nécessaire pour récupérer de notre fatigue, et aussi s’acclimater avec les conditions météorologiques de Khartoum», a conclu le
joueur de l’ASO.
Agence
Coupe d'Algérie :
Bounedjah prend
deux matchs de
suspension
L’attaquant de l'USM ElHarrach, Baghdad Bounedjah,
exclu lors de la demi-finale de
la Coupe d'Algérie, perdue face
à l'ES Sétif (3-2), a écopé de
deux matchs de suspension et
d'une amende de 20 000 DA, a
indiqué, hier, la Ligue de
football professionnel (LFP).
D'autre part, les équipes de
l’USMH et de l’ESS ont été
sanctionnées respectivement
de 20 000 et 40 000 DA
d'amende pour «utilisation de
fumigènes». La commission de
discipline de la LFP a
également infligé deux matchs
d’interdiction du banc et une
amende de 20 000 DA à
l’entraîneur-adjoint du CS
Constantine Denni Fayçal,
signalé lors de la demi-finale
de la Coupe d’Algérie face au CR
Belouizdad. En championnat
de Ligue 2 professionnelle,
l’entraîneur de l’AB Merouna
Slimani Sid Ahmed a écopé de
quatre matchs de suspension
et une amende de 40 000 DA,
après avoir été signalé, lors du
match de son équipe contre le
MO Constantine, disputé le 21
avril dernier pour le compte de
la 29e journée du
championnat. Les clubs de
l’USM Sidi Bel-Abbès et l’O
Médéa ont été sanctionnés de
20 000 DA d’amende chacun,
pour «utilisation de
fumigènes», lors du match
entre les deux équipes en
championnat de Ligue 2.
Quotidien national d’information.
Edité par la Sarl SEDICOM au
capital social de 100 000 DA.
Rédaction - Direction Administration : Maison de la
Presse. 1, rue Bachir Attar,
Place du 1er-Mai - Alger.
Tél. : 021 67.10.44/67.10.46
Fax : 021 67.10.75.
Compte bancaire : CPA 103 400
08971.1 . 114, rue Hassiba-Ben
Bouali, agence Les Halles.
Membres fondateurs :
Gérant, directeur de la publication:
Abdelwahab Djakoune.
Editorialiste : Noureddine
Benferhat. Secrétaire général de
rédaction : Mehenna
Hamadouche. Directeur technique
et de la coordination : Samir Sabek.
Directeur commercial : Ouahid
Kouba. Composition PAO La
Nouvelle République Impression
Alger : SIMPRAL.
Oran : SIO. Constantine : SIE.
Diffusion centre : SEDICOM.
Ouest : SPDO. Est : El Khabar. Sud :
Trag diffusion Publicité : La
Nouvelle République, Maison de
la Presse. Tél. : 021 67.10.72. Fax : 021
67.10.75. E-mail :
[email protected]/E-mail pub :
[email protected] - ANEP
Spa : 1, avenue Pasteur, Alger. Tél. :
021 73.76.78 - 021 73.71.28. Fax : 021
73.95.59 - 021 73.99.19.
Conception : Studio Baylaucq,
Paris, France. Tél. : +331 44.90.80.40
Les manuscrits, photographies ou
tout autre document adressés à la
rédaction ne peuvent faire l’objet
d’une quelconque réclamation.
La NR 4312 – Jeudi 26 avril 2012
LA
NR
L A NOUVELLE R É P U B L I Q U E
sport
en direct
le match à suivre
football
Boxe
Quatre boxeurs
algériens dans
le top 10
ASO Chlef
L’ASO Chlef s’est
envolée, hier, pour
Khartoum
JS Kabylie
La réunification des
rangs, l’autre combat
de l’opposition
Ligue 2 : l’USMBA favorite, suspense au bas
de tableau
, C’est aujourd’hui que
la ville des ponts suspendus,
surtout que la formation de la
Médina Djedida n’a plus rien à
espérer dans ce championnat.
La confrontation MSP Batna –
SA Mohammadia sera le choc
du bas du tableau. En effet, ces
deux équipes avec 37 et 36
points seront dans l’obligation
de se départager en cas où le
MO Constantine et le Paradou
AC s’imposent lors de cette journée. La rencontre s’annonce très
indécise et l’enjeu crucial dans
un match, où toute la saison se
jouera finalement sur 90 minutes. Le stade de Benhadad
abritera, pour sa part, la dernière sortie du RC Kouba en
Ligue 2 devant l’USM Blida. Les
Koubéens tenteront de s’imposer, en espérant qu’ils tireront
les bonnes leçons de leur parcours calamiteux de cette saison et qu’ils reviendront très
vite en Ligue 2.
Enfin, les confrontations CA
Bordj Bou-Arréridj – AB Mérouna et JS Saoura – US Biskra
se joueront certainement dans
un esprit de fête pour les
équipes locales, qui ont assuré
leur accession depuis un bon
moment déjà.
le championnat de la
Ligue 2 professionnelle
livrera le nom du
troisième club qui
accédera en Ligue 1, ainsi
que la formation devant
accompagner l’US Biskra
et le RC Kouba en
division nationale
amateur.
Mais il est clair, l’USM Sidi BelAbbès avec un point d’avance
sur son plus grand rival pour
l’accession, le MO Béjaïa, est
bien partie pour concrétiser ce
rêve, surtout qu’elle jouera à
domicile devant une formation
de l’USM Annaba, déjà en vacances. Les poulains d’Abdelkrim Benyelles ont fait le plus
gros en allant arracher le match
nul à Médéa devant le onze local
sur le score de deux buts partout. Ce point vaut aujourd’hui,
son pesant d’or, d’autant plus
que le MOB s’était incliné lors
de la même journée à Mohammadia sur le score d’un but à
zéro. La donne est, à présent,
très simple pour les gars de la
Mekerra : une victoire sera synonyme d’accession ou plutôt de
retour en Ligue 1 après plusieurs années d’absence. L’USM
Annaba, elle, est déjà en vacances comme le prouve sa dernière défaite, à domicile, devant
le RC Kouba sur le score de
2 buts 1. Même la victoire risque
de ne pas suffire au MO Béjaïa
pour accéder, surtout qu’elle
comptabilise 46 points et
compte toujours un point de retard sur l’USM Sidi Bel-Abbès.
Mais gageons que les hommes
de Mourad Rahmouni vont faire
l’impossible afin de s’imposer
devant l’O Médéa tout en espérant un faux pas des camarades
de Hamzaoui à Sidi Bel-Abbès.
Ce qui est très peu probable.
Cette ultime journée du cham-
La Der
K. M.
Programme :
L’USMBA bien partie pour rejoindre la Ligue 1. (Photo > Belinonet)
pionnat de la Ligue 2 sera dominée aussi par les confrontations
dans le bas du tableau où plusieurs formations jouent pour
sauver leur «tête». Si l’US Biskra
et le RC Kouba ont déjà mis les
deux pieds en division nationale
amateur, l’incertitude reste entière quant au club qui accom-
pagnera ces deux équipes. Pour
l’heure, c’est le Paradou AC qui
est la formation la plus exposée
avec son déplacement à Mostaganem. En effet, si les coéquipiers de Benachour veulent rester en Ligue 2, le mieux pour
eux, c’est de s’imposer devant
l’ESM, en déplacement devant
une équipe qui a déjà assuré
son maintien lors de la précédente journée. Le MO Constantine qui compte 35 points devra
absolument se défaire de son
hôte, l’ASM Oran afin d’assurer
son accession de manière officielle. La mission est amplement
dans les cordes des joueurs de
Demain à 15h :
Sidi Bel-Abbès : USMBA – USMAn
Kouba : RCK – USMB
Batna : MSPB – SAM
Constantine : MOC – ASMO
Béchar : JSS – USB
Mostaganem : ESM – PAC
Bor dj Bou-Ar réridj : CABBA –
ABM
Béjaïa : MOB – OM
A voir
Canal+ sport : Valence – Atlético
Madrid à 19h45
Al jazzera sport +2 : Athletic
Bilbao – Sporting Lisbone à 19h45
Fair-play
Il y avait 96 000 spectateurs tous acquis à la cause
catalane. Un stade plein comme un œuf aux couleurs de la
Barça et une ambiance qu’on ne voit nul part ailleurs. Le
long du match, ils ont poussé leur équipe qui n’avait
besoin que d’un seul but pour se qualifier en finale de la
champions League, mais l’Espagnol de Chelsea, Fernando
Torres, a ruiné tous leurs espoirs en égalisant de fort belle
manière à l’ultime minute de la rencontre. Le Barça a
pourtant frôlé la qualification à plusieurs reprises d’autant
que son adversaire a évolué à dix joueurs durant toute la
seconde mi-temps. Les dieux de Camp Nou avaient choisi
leur camp malgré une écrasante domination des Catalans
auxquels la chance a tourné le dos. Certains vont
s’interroger sur cette entrée en la matière d’autant qu’ils
ont eu le privilège de le voir à la télévision. Soit, mais ce
qui intéresse le plus c’est indiscutablement ce fair-play
qui a régné autant sur le terrain que dans les immenses
gradins de Camp Nou. Ce fair-play, à faire rougir les
Algériens, donne vraiment à réfléchir sur ce qui se passe
dans nos stades transformés souvent en arènes comme
dans l’antique Rome où les gladiateurs exhibaient leurs
forces et leurs armes.
Comment ne pas en parler alors que ce qu’on voit ailleurs
ne nous a jamais servi de leçon ? Pas une seule une fois,
les supporters catalans ne se sont révoltés contre leur
équipe ni même Chelsea qui leur a ravi une autre
qualification historique pour la finale de la champions
League. Pas même le moindre objet n’a été jeté sur le
terrain. C’est dire le degré de maturité de ces supporters
contrairement aux nôtres qui ont le doigt sur la gâchette et
qui n’hésitent aucun instant à appuyer dessus. Comment
ne pas en parler alors que joueurs, supporters, arbitre et
staff technique ont tous participé à la fête alors que cheznous, on se tient le ventre à chaque rencontre de football ?
A méditer.
Assem Madjid
Téléchargement