II - lycée Marc Bloch

publicité
II. Une leçon de politique en contrepoint
1) le pouvoir par obligation : la corvée à assumer





« un matin » + « tout d’un coup » : soudaineté du pouvoir : événement qui n’était pas prévu : rappel
tacite ici de la lutte entre les deux frères qui a laissé le trône vide
« je me suis réveillé » : il ne l’a pas choisi, cela lui est « tombé dessus »
« il fallait » + « j’aimais », « pouvais », « refusait » = imparfait qui donne l’impression d’un passé qui
parait loin désormais
« comme un ouvrier », « un ouvrage » = le pouvoir est une besogne à accomplir, un travail à faire
« J’ai dit « oui » » : Créon est en opposition avec Antigone qui est du côté du NON (aux obligations que
suppose la charge de roi)

« écoute moi » = Créon demande qu’on l’écoute et qu’on le comprenne
> le verbe est répété ensuite : « st-ce que tu le comprends cela ? »



« Tu m’amuses ! » Créon essaie de garder la face ? expression d’une sagesse face à l’exaltation
adolescente
CALME de Créon au début : « écoute-moi », « je te l’ai dit »
commence à perdre son sang froid : exclamation « oui, c’est cela ! », avant l’explosion
« le cadavre de ton frère qui pourrit » : force de l’image corps mort, violence et rappelle du fait que c’est
l’origine de tous ses ennuis









2) les obligations du pouvoir
opposition marquée : « seulement, je me suis senti… » ; « il faut pourtant ») : l’obligation est ici
signifiée
« eh bien » : lassitude de Créon ?
« être obligé » : champ lexical des obligations
« te faire tuer » : encore l’image du roi et de ses sbires : il ne va pas tuer lui-même Antigone, mais
c’est l’exercice du pouvoir par les mains des gardes qui exécutera la sentence
Créon est du coté de l’obligation et de l’impératif : « aie pitié de moi, vis »
Créon va défendre l’idée de devoir payer parce qu’on est le chef : champ lexical : répétition du verbe
payer (relever : j’ai assez payé)
« ne m’oblige pas » : encore le vocabulaire de l’obligation tourné vers le personnage du roi
essaie d’amadouer Antigone, en lui parlant de son fils et de l’amour
« payer maintenant » : devoir expliquer ses décisions passées
3) métaphore de la barque à mener : une allégorie de la situation en France ?
« bon dieu » ; « petite idiote » ; « pour tirer au moins leurs os de là » ; « toutes ces brutes vont
crever » ; « elles ne pensent qu’à leur peau » « on tire dans le tas » : langage qui devient presque
grossier >> anachronisme qui nous éloigne de l’Antiquité durant laquelle se passe normalement la
scène
>> met en place la métaphore de la situation en France, en 1944

Métaphore filée de la barque comme image de l’état à gouverner : « la barque », « cela prend l’eau »,
« le gouvernail », « le bout de bois », « piller la cale », « les officiers », « se construire un petit
radeau » >> métaphore suffisamment flou pour qu’elle puisse justement englober la situation
contemporaine à la pièce = l’occupation et les réactions des français (expliquer les termes « petites
affaires »)

Rapidité de réaction face aux problèmes : longues phrases avec rythmes croissant :
« et le mât craque, et le vent siffle, et les voiles vont se déchirer (futur proche : urgence), et toutes ces
brutes… » >> construction anaphorique qui montre la simultanéité et l’urgence dans laquelle se trouve
Créon pour réagir (il n’a pas « le temps de se demander si)

Passage du « on » au « vous » : de l’indéfini à l’adresse directe persuader Antigone mais aussi le
public : tentative de justification ici

Aboutit à un « tu » qui s’adresse aussi bien à lui-même qu’à Antigone

Question finale : adresse pour persuader

La conclusion reste à faire. Il est nécessaire de reprendre brièvement les éléments que vous aurez développés
dans votre explication, en ouvrant sur le texte et la signification de la pièce.
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire