L`INAMI rembourse également chez les enfants

advertisement
Communiqué de presse
L’INAMI rembourse également chez les enfants
les patchs contenant des capteurs de mesure de glycémie
BRUXELLES, 25/07/016.- À partir du 1er août 2016, les enfants et les adolescents atteints d’un
diabète de type 1 bénéficieront du remboursement de patchs contenant des capteurs
permettant de mesurer leur taux de glycémie.
Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique : « Nous souhaitons que
le patient puisse prendre sa santé en main et grâce à cette nouvelle méthode de mesure, ceci
est tout à fait possible même pour les enfants et les jeunes. »
En Belgique, près de 40.000 personnes, dont 3.100 enfants, souffrent d’un diabète de type 1.
Le 20 juin 2016, le Comité de l’assurance de l’INAMI a déjà approuvé le remboursement des patchs
contenant des capteurs de mesure de glycémie pour adultes. Les enfants et les jeunes peuvent faire
appel à un centre de diabète spécialisé ayant une convention distincte avec l’INAMI. Ce 25 juillet, le
remboursement de ces patchs a également été autorisé pour les enfants et les jeunes. Ils pourront
obtenir les capteurs lors de leur visite à un centre spécialisé du diabète.
Les équipes de diabète apprennent aux patients comment contrôler et régler eux-mêmes leur taux de
glucose. Ils leur fournissent des informations sur une alimentation saine et sur la charge sociale,
médicale et psychologique que peut représenter le diabète.
Dû à notre mode de vie et au vieillissement de la population, davantage de personnes risquent d’être
atteintes de diabète. La ministre De Block : « C’est pourquoi nous devons , dès maintenant, avant tout
prendre des mesures pour éviter la maladie quand c’est possible, et pour empêcher qu’elle ne
s’aggrave. Un bon accompagnement, tel que prévu par les centres du diabète, joue un rôle important
pour apprendre très tôt aux enfants et aux jeunes comment se soigner afin d’éviter les complications. »
Âge minimum
La nouvelle mesure fait partie d’une convention concernant l’autorégulation du diabète sucré chez les
enfants et jeunes de moins de 18 ans. Le patch « intelligent » contient une minuscule aiguille ou un
capteur sans fil permettant de transmettre des informations concernant le taux de glucose vers un
lecteur à placer au-dessus du patch. Le grand avantage, et surtout pour les enfants, est qu’il n’est plus
nécessaire de faire de piqûre au bout du doigt.
L’INAMI ne remboursera les capteurs qu’aux enfants de plus de 4 ans atteints de diabète de type 1.
L’instauration de cet âge minimum vise une utilisation sécurisée des capteurs.
Cette nouvelle méthode de mesure ne convient pas à tout le monde. Certaines personnes ont des
réactions allergiques aux capteurs et dans certains cas, par exemple si le taux de glucose est fort
variable, il sera malgré tout nécessaire d’effectuer le test par piqûre au doigt.
Formation pour utiliser correctement le capteur
La nouvelle convention implique des adaptations importantes de la part des centres. Au mois d'août, les
centres ne seront probablement pas en mesure de livrer des capteurs à court terme à un grand nombre
de leurs patients. Par ailleurs, il est aussi important pour la santé des patients qu’ avant de commencer à
utiliser le matériel , ils reçoivent chacun, ainsi que leurs parents, une formation suffisante sur l'utilisation
des capteurs. Afin de ne pas surcharger les centres, l'INAMI recommande aux patients d’attendre leur
prochain rendez-vous au centre pour discuter avec l’équipe de diabétologie de l’utilisation des capteurs.
Insuline
Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui apparait quand le corps ne fabrique plus
d’insuline, l’hormone qui règle le taux de sucre dans le sang.
En cas de diabète de type 2, il y a bien une production d’insuline mais celle-ci se fait en quantité
insuffisante, ou l’efficacité de l’insuline présente est réduite. La prédisposition génétique joue un rôle
mais le surpoids et le manque d’activité physique font augmenter le risque de développement de la
maladie. Le diabète de type 2 se manifeste le plus souvent chez des personnes de 40 ans et plus, donc
rarement chez les enfants et les adolescents.
Info :
Els Cleemput, porte-parole
Tel. : 0032 475 29 28 77
Mail : els.cleemput@minsoc.fed.be
Int.: www.deblock.belgium.be
Twitter: Maggie_DeBlock
Téléchargement