Prise en charge de l`anémie préopératoire

publicité
5ème Iron Academy (23 mars 2012, CHUV, Lausanne; Suisse)
Prise en charge de l’anémie préopératoire - le rôle central
du médecin généraliste
Hermès Miozzari, Chirurgie Orthopédique, HUG (Hôpitaux Universitaires de Genève), Genève, Suisse.
e-mail: [email protected]
Abstract
Une anémie préopératoire est mise en évidence dans 25 à 45% des cas lors de l’admission
de patients candidats à une arthroplastie totale de genou ou de hanche et représente un facteur
prédictif majeur de transfusion per- et postopératoire. Non seulement ceci a pour conséquences des
répercussions importantes sur la durée du séjour et les coûts hospitaliers, mais il est désormais établi
que le geste transfusionnel est un facteur de risque individuel prédisposant à des complications
opératoires multiples incluant un taux d’infection et une mortalité postopératoire augmentés.
Lors de l’admission d’un patient en prévision d’une arthroplastie, les rencontres entre le patient
et l’équipe médicale précédant l’opération ont lieu lors de la consultation pré-opératoire, lors de la
consultation d’anesthésie et finalement la veille de l’opération. Le bilan pré-opératoire standard a lieu
de routine dans les deux semaines précédant l’intervention. Ce laps de temps est trop court pour
permettre, le cas échéant, l’introduction d’un traitement correcteur préalable à l’intervention planifiée.
Une prise en charge efficace n’est réalisable que si la détection de l’anémie intervient précocement,
idéalement par le médecin traitant qui est le plus à même de guider le processus diagnostique et
thérapeutique dans le cadre des co-morbidités connues du patient.
La détection, le diagnostic étiologique et le traitement approprié d’une anémie préopératoire
requièrent par conséquent une collaboration étroite entre le médecin référent, l’opérateur et le
consultant d’anesthésie afin de proposer une prise en charge efficace.
MIOZZARI_F.indd 1
09.03.12 11:36
Téléchargement
Explore flashcards