col2016_7cfcbbf73819fdb57e63600c34629cab

advertisement
PRATIQUES A RISQUE DE TRANSMISSION DES MALADIES INFECTIEUSES AUX
PARENTS
DE MALADES AU COURS D’ASSISTANCE AUX MALADES
HOSPITALISES : CAS DU CHU DE BOUAKE
1,2Angbo-Effi
Odile, 1,3Kouassi Damus Paquin, 1,3Soumahoro Sory Ibrahim, 1,3Gnissan
Yao Henri Auguste, 3Coulibaly M’Begnan, 1Kouamé N’Guessan K Franck-Y ,3Ouaga
Jean-Marie, 3Goua Bi Frédéric, 2Som Dipielte EM, 3Kouamé Arsène Deby, 3Irika
Opri,1,2Kra Ouffoué
1UFR
Sciences Médicales Université Alassane Ouattara
de Bouaké
3Antenne régionale d’hygiène publique de Bouaké
2CHU
INTRODUCTION
Les infections associées aux soins sont le résultat fréquent des soins non-sécurisés
qui peuvent être prodigués aussi bien en milieu communautaire qu’à l’hôpital. Les
infections concernent les patients, leurs proches et les agents de santé. La
transmission nosocomiale de la maladie à virus Ébola a été observée au cours de la
dernière épidémie en Afrique de l’Ouest. . L’objectif principal de cette étude était de
décrire les connaissances, attitudes et pratiques à risque de transmission des
maladies infectieuses des parents de malades pendant l’assistance aux patients.
METHODOLOGIE
Il s’agit d’une étude transversale descriptive à visée analytique menée dans les
services d’hospitalisation du CHU de Bouaké. Un échantillonnage exhaustif des
parents de malades admis dans ces services du 15 décembre 2015 au 15 janvier 2016
a été fait.
RESULTATS
Les parents de malades qui assistaient leurs parents hospitalisés étaient des femmes
(65%), illettrées (39,5%), d’âge moyen de 35,91 ans. La chambre d’hospitalisation
était commune dans 97,4% des cas. Les moyennes de jours d’hospitalisation et
d’assistance aux malades étaient respectivement de 3,86 et de 3,67 jours.
L’assistance aux malades était totale dans 75,9% des cas. Les personnes interrogées
savaient qu’une maladie pouvait se transmettre lors de l’assistance au malade
(70,6%). Elles avaient cité la maladie à virus Ebola comme une maladie transmissible
par contact direct avec le malade (91,4%). Elles pensaient pouvoir contracter des
maladies à l’hôpital dans 73,7 % des cas et n’avaient aucune idée sur les précautions
à prendre pour éviter les maladies nosocomiales dans 45,5% des cas. Concernant
leurs pratiques, elles ne se lavaient pas les mains avant et après avoir touché le
malade, dans, respectivement, 86,5% et 67,3% des cas. Elles n’utilisaient pas de
gants avants de manipuler des déchets des malades (92,9%).
CONCLUSION
Sensibiliser les parents de malades permettrait de réduire la transmission nosocomiale
des maladies.
MOT-CLES : CAP, Infections nosocomiales, Côte d’Ivoire
Téléchargement