INtROdUCtION

publicité
- © PUF -
29 juillet 2013 10:21 PM ‑ L’Année sociologique vol. 63/2013 - n° 2 ‑ Collectif ‑ L’Année sociologique ‑ 135 x 215 ‑ page 345 / 530
Introduction
Michel Dubois
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Biblio SHS - - 193.54.110.35 - 25/01/2014 13h31. © P.U.F.
« La science est, après tout, une activité sociale »1. La formule
inaugurale de Robert K. Merton date de 1938. Elle résume bien
tant l’orientation que la part d’hésitation caractéristique du projet
initial de la sociologie des sciences. Elle indique la voie empruntée
depuis par des générations successives de sociologues d’abord américains puis européens : étudier la science non pas seulement comme
un ensemble de méthodes, de procédures ou de savoirs certifiés, mais
également et surtout comme une activité sociale à part entière. Et ce
rétrospectivement avec un succès indéniable : la sociologie des sciences est aujourd’hui non seulement une spécialité bien établie, mais
une composante majeure d’un domaine interdisciplinaire – les Science
and Technology Studies (STS) – qui fédère des milliers de chercheurs
à travers le monde. La formule souligne également, avec un simple
adverbe, qu’une telle perspective n’a pas le statut de l’évidence. Il
revient au sociologue de l’établir… « après tout », une fois notamment
soupesé le degré de validité des discours préexistants sur la science :
ceux des historiens et des philosophes, mais également ceux des
scientifiques eux-mêmes. Or, que peut bien avoir de si important à
dire le sociologue des sciences qui ne puisse être dit par les uns ou
par les autres ? En quoi le fait d’affirmer que la science est, après tout,
une activité sociale consiste-t-il à dire autre chose qu’une banalité – il
n’y aurait donc de science qu’en société, la belle affaire !– ou qu’une
1. Merton, 1938, p. 584.
L’année sociologique, 2013, 63, n° 2, p. 345-357
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Biblio SHS - - 193.54.110.35 - 25/01/2014 13h31. © P.U.F.
530
30
- © PUF -
29 juillet 2013 10:21 PM ‑ L’Année sociologique vol. 63/2013 - n° 2 ‑ Collectif ‑ L’Année sociologique ‑ 135 x 215 ‑ page 346 / 530
Michel Dubois
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Biblio SHS - - 193.54.110.35 - 25/01/2014 13h31. © P.U.F.
futilité – à quoi bon restituer l’« arrière-cuisine » de la science, celle-ci
ne se suffit-elle donc pas à elle-même ?
Ainsi que le rappelait Jean-Michel Berthelot (2008), il existe
autant de façons de répondre à cette double interrogation que de
façons de définir la science comme activité sociale. La controverse
qui agite cycliquement depuis trente ans la sociologie des sciences
autour de la démarcation de la science l’illustre abondamment. La
polarité de cette controverse peut être rappelée ici à grands traits.
D’un côté la thèse selon laquelle le caractère social de l’activité
scientifique n’est ni banal ni futile dans la mesure où il représente
la condition nécessaire de l’autonomie, sinon absolue du moins
relative, de la science et de ses produits. Le social s’apparente ici à un
état et/ou un processus collectif – interactionnel, organisationnel,
normatif – dont la spécificité est indissociable de celle des produits
de l’activité scientifique comme de la légitimité du « pouvoir social »
des scientifiques. De l’autre, la thèse selon laquelle le caractère social
de l’activité scientifique ne peut être ni banal ni futile dans la mesure
où il fait l’objet d’un travail systématique d’occultation de la part
des scientifiques. Une fois « dévoilé » par le sociologue, il permet
d’en finir définitivement avec l’« illusion » d’une autonomie de la
science et de la communauté scientifique. Le social s’apparente là
encore à un état et/ou un processus collectif, mais dont l’absence de
spécificité ne peut qu’alimenter tant le scepticisme quant à celle des
produits de l’activité scientifique que la critique du « pouvoir social »
des scientifiques.
Cette controverse a été reconstituée dans ses grandes lignes
historiques et épistémologiques (Stehr, 1978 ; Ben-David, 1991 ;
Boudon, Clavelin, 1994 ; Dubois, 2001 ; Raynaud, 2003 ; Shinn,
Ragouet, 2005 ; Evans, 2005). La sociologie des sciences nordaméricaine – en particulier celle développée en contact direct
ou indirect avec les départements de sociologie des universités de Harvard ou de Columbia dans la seconde moitié du
xxe siècle – incarne traditionnellement le pôle centré sur l’idée
d’une autonomie de la science. Pour mémoire on peut évoquer
rapidement quelques figures sociologiques classiques. Dans le sillage
des variantes du fonctionnalisme incarnées par Parsons et Merton,
B. Barber (1953) affirme par exemple que « la science conserve
une marge d’indépendance, comme toutes les autres parties de
la société, parce qu’elle possède sa propre structure interne et un
principe d’action qui lui est propre ». Parmi les éléments qui garantissent l’« autonomie relative de la science » il faut compter certes
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Biblio SHS - - 193.54.110.35 - 25/01/2014 13h31. © P.U.F.
346
29 jui
Téléchargement
Random flashcards
Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire