La classification périodique des éléments

advertisement
UE1 : Chimie – Chimie physique
Chapitre 3 :
La classification périodique des
éléments
Dr. Pierre-Alexis GAUCHARD
Année universitaire 2014/2015
Université Joseph Fourier (UJF) Grenoble I - Tous droits réservés
Chapitre 3.
La classification périodique
I. Présentation
II. Evolution des propriétés
I. Présentation
I.1) Histoire de la classification des
éléments
I.2) Classification périodique des éléments
sous sa forme actuelle
I.3) Les principales familles
I.1) Histoire de la classification des éléments
Classification proposée par
Dimitri Ivanovitch Mendeleïev
(chimiste russe)
vers 1870
Classement par masse atomique M
croissante des 63 éléments connus.
Inversion de quelques éléments de
manière à placer en colonnes les
éléments aux propriétés chimiques
voisines (expl : Iode I et Tellure Te).
Certaines cases vides, avec
prédiction
des
propriétés
que
devraient avoir les éléments encore
inconnus qui occuperaient ces cases.
I.1) Histoire de la classification des éléments
1875  découverte du gallium Ga
dont
les
propriétés
chimiques
(analogues à celles de l’aluminium)
correspondaient très exactement à
celles prévues par Mendeleïev pour
un élément de telle masse atomique.
1886  idem avec le germanium
VALIDATION DU CLASSEMENT
SELON MENDELEIEV
1910  découverte de la charge du
noyau par Rutherford et introduction du
numéro atomique Z.
 nouveau classement non plus selon M
croissante mais selon Z croissant
(périodicité des propriétés sans que des
inversions soient nécessaires).
Classer par Z croissant revient à classer
selon la configuration électronique des
atomes.
I.2) Classification périodique des éléments
sous sa forme actuelle
Chaque ligne (ou période) de la classification est associée à un nombre
quantique n : la n-ième ligne débute par le remplissage de l’orbitale ns et se
termine lorsque la sous-couche np est remplie.
Chaque colonne (ou groupe) de la classification rassemble les éléments de
même configuration électronique de valence.
7 périodes
18 colonnes (bloc f à part pour ne pas avoir
une classification à 32 colonnes)
I.2) Classification périodique des éléments sous sa forme actuelle
Bloc S
1
2
3
1
2
ns1
ns2
Bloc D
3
4
5
13
14
15
16
17
18
9 n’d10 ns2
n’d1 n’d2 n’d3 n’d45 n’d5 n’d6 n’d7 n’d8 n’d
n’d10
np1
ns2 ns2 ns2 ns21 ns2 ns2 ns2 ns2 ns21 ns2 np1
ns22
np2
np
ns23
np3
np
ns24
np4
np
ns25
np5
np
ns26
np6
np
1H
3Li
6
7
8
Bloc P
9
10
11
12
2He
n’ = n-1
4Be
19K
5
37Rb
6
55Cs 56Ba
7
87Fr
6C
7N
8O
9F
10Ne
13Al
14Si
15P
16S
17Cl
18Ar
29Cu 30Zn 31Ga 32Ge 33As
34Se
35Br
36Kr
47Ag 48Cd
49In
50Sn 51Sb
52Te
53I
54Xe
79Au 80Hg
81Tl
82Pb
84Po
85At
86Rn
valeurs de n
11Na 12Mg
4
5B
20Ca 21Sc
22Ti
23V
24Cr 25Mn 26Fe 27Co
38Sr
39Y
40Zr
41Nb 42Mo
43Tc
57La
72Hf
73Ta
75Re 76Os
74W
28Ni
44Ru 45Rh 46Pd
77Ir
78Pt
83Bi
88Ra 89Ac
Bloc F
58Ce
59Pr
90Th
91Pa
60Nd 61Pm 62Sm 63Eu 64Gd 65Tb
92U
93Np 94Pu 95Am 96Cm 97Bk
66Dy 67Ho
98Cf
68Er 69Tm 70Yb
71Lu
99Es 100Fm 101Md 102No 103Lr
I.2) Classification périodique des éléments sous sa forme actuelle
Bloc S
ns1
ns2
Bloc D
Bloc P
8
9 n’d10 ns2
n’d1 n’d2 n’d3 n’d45 n’d5 n’d6 n’d7 n’d8 n’d
n’d10
np11
2
2
2
1
2
2
2
2
2
1
2
2
ns
ns
ns
ns
ns
ns
ns
ns
ns
ns
np
ns2
np22
np
ns2
np33
np
ns2
np44
np
ns2
np55
np
1H
3Li
2He
4Be
5B
6C
7N
8O
9F
10Ne
13Al
14Si
15P
16S
17Cl
18Ar
29Cu 30Zn 31Ga 32Ge 33As
34Se
35Br
36Kr
47Ag 48Cd
49In
50Sn 51Sb
52Te
53I
54Xe
79Au 80Hg
81Tl
82Pb
84Po
85At
86Rn
11Na 12Mg
4
19K
37Rb
20Ca 21Sc
22Ti
38Sr
39Y
40Zr
41Nb 42Mo
43Tc
57La
72Hf
73Ta
75Re 76Os
55Cs 56Ba
87Fr
ns2
np66
np
23V
24Cr 25Mn 26Fe 27Co
74W
28Ni
44Ru 45Rh 46Pd
77Ir
78Pt
83Bi
88Ra 89Ac
Fer 26Fe
 4ème période : n = 4
 8ème colonne : électrons de valence en n’d6 ns2 avec n= 4 et n’ = n-1 = 3
Configuration de valence en 3d6 4s2
Configuration électronique : [18Ar] 3d6 4s2
I.2) Classification périodique des éléments sous sa forme actuelle
Bloc S
1
2
Bloc D
3
4
5
colonne
=NV
ns1
1
1H
2
3Li
3
ns2
6
7
Bloc P
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
colonne = NV + 10
colonne = NV
9 n’d10 ns2
n’d1 n’d2 n’d3 n’d45 n’d5 n’d6 n’d7 n’d8 n’d
n’d10
np1
ns2 ns2 ns2 ns21 ns2 ns2 ns2 ns2 ns21 ns2 np1
ns2
np22
np
ns2
np33
np
ns2
np44
np
ns2
np55
np
ns2
np66
np
2He
4Be
5B
6C
7N
8O
9F
10Ne
13Al
14Si
15P
16S
17Cl
18Ar
29Cu 30Zn 31Ga 32Ge 33As
34Se
35Br
36Kr
47Ag 48Cd
49In
50Sn 51Sb
52Te
53I
54Xe
79Au 80Hg
81Tl
82Pb
84Po
85At
86Rn
11Na 12Mg
4
19K
5
37Rb
6
55Cs 56Ba
7
87Fr
20Ca 21Sc
22Ti
38Sr
39Y
40Zr
41Nb 42Mo
43Tc
57La
72Hf
73Ta
75Re 76Os
88Ra 89Ac
23V
24Cr 25Mn 26Fe 27Co
74W
28Ni
44Ru 45Rh 46Pd
77Ir
78Pt
83Bi
I.2) Classification périodique des éléments sous sa forme actuelle
1H
3Li
2He
4Be
5B
6C
7N
8O
9F
10Ne
13Al
14Si
15P
16S
17Cl
18Ar
29Cu 30Zn 31Ga 32Ge 33As
34Se
35Br
36Kr
47Ag 48Cd
49In
50Sn 51Sb
52Te
53I
54Xe
79Au 80Hg
81Tl
82Pb
84Po
85At
86Rn
11Na 12Mg
19K
37Rb
20Ca 21Sc
22Ti
38Sr
39Y
40Zr
41Nb 42Mo
43Tc
57La
72Hf
73Ta
75Re 76Os
55Cs 56Ba
87Fr
23V
24Cr 25Mn 26Fe 27Co
74W
28Ni
44Ru 45Rh 46Pd
77Ir
78Pt
83Bi
88Ra 89Ac
Pas d’évolution prévisible des propriétés avec Z.
Z=9, fluor  extrêmement réactif
Z=10, néon  inerte
Propriétés chimiques analogues dans une colonne (cf. historique, aluminium 13Al
et gallium 31Ga); provient du fait que dans une colonne la configuration de valence
est la même.
Remarque sur l’hélium  appartient au bloc s; classé dans bloc p du fait de
propriétés chimiques analogues aux éléments de la dernière colonne.
I.2) Classification périodique des éléments sous sa forme actuelle
H2
He
Li
Be
B
C
N2
O2
F2
Ne
Na
Mg
Al
Si
P4
S8
Cl2
Ar
K
Ca
Sc
Ti
V
Cr
Mn
Fe
Co
Ni
Cu
Zn
Ga
Ge
As
Se
Br2
Kr
Rb
Sr
Y
Zr
Nb
Mo
Tc
Ru
Rh
Pd
Ag
Cd
In
Sn
Sb
Te
I2
Xe
Cs
Ba
La
Hf
Ta
W
Re
Os
Ir
Pt
Au
Hg
Tl
Pb
Bi
Po
At2
Rn
Fr
Ra
Ac
Corps simples associés aux éléments chimiques peuvent être
Monoatomiques (exemples : le fer Fe, l’hélium He)
di-atomiques (di-hydrogène H2, di-oxygène O2, di-azote N2, di-fluor F2)
ou plus (ozone O3, phosphore P4, soufre S8).
Ils peuvent être
solides (majorité des cas : l’ensemble des métaux (sauf le mercure), carbone C,
silicium Si, di-iode I2, …)
gazeux (H2, O2, N2, F2, di-chlore Cl2, hélium He, néon Ne, argon Ar, …)
liquides (seulement deux cas : le mercure Hg et le di-brome Br2).
I.3) Les principales familles
i) Familles du bloc p
Gaz nobles (anciennement gaz rares): colonne 18
• Position remarquable de He : 1s2
• Corps simples : gaz monoatomiques
• Très peu réactifs
Bloc P
13
14
15
16
17
18
18
ns2
np1
ns2
np2
ns2
np3
ns2
np4
ns2
np5
ns2
np66
np
He
2He
2
5B
6C
7N
8O
9F
Ne
10Ne
10
13Al
14Si
15P
16S
17Cl
Ar
18Ar
18
34Se
35Br
Kr
36Kr
36
31Ga 32Ge 33As
49In
50Sn 51Sb
52Te
53I
Xe
54Xe
54
81Tl
82Pb
84Po
85At
Rn
86Rn
86
83Bi
I.3) Les principales familles
i) Familles du bloc p
Gaz nobles (anciennement gaz rares): colonne 18
• Position remarquable de He : 1s2
• Corps simples : gaz monoatomiques
• Très peu réactifs
Bloc P
13
14
15
16
17
17
18
ns2
np1
ns2
np2
ns2
np3
ns2
np4
ns2
np55
np
ns2
np6
2He
Halogènes : colonne 17
• Corps simples : molécules diatomiques :
F2, Cl2 (gaz), Br2 (liquide), I2 (solide)
• Oxydants : donnent des anions : F–, Cl–, Br–, I–
5B
6C
7N
8O
F
99F
10Ne
13Al
14Si
15P
16S
Cl
17
17Cl
18Ar
34Se
Br
35Br
35
36Kr
31Ga 32Ge 33As
49In
50Sn 51Sb
52Te
I
53
53I
54Xe
81Tl
82Pb
84Po
At
85At
85
86Rn
83Bi
I.3) Les principales familles
ii) Familles du bloc s
Bloc S
1
2
ns1
ns2
1
11H
2
3Li
3
H
4Be
11Na 12Mg
4
19K
20Ca
5
37Rb
38Sr
6
55Cs 56Ba
7
87Fr
88Ra
Hydrogène : cas particulier
I.3) Les principales familles
ii) Familles du bloc s
Bloc S
1
2
ns1
ns2
1
1H
2
3Li
3
4Be
11Na 12Mg
4
19K
20Ca
5
37Rb
38Sr
6
55Cs 56Ba
7
87Fr
88Ra
Hydrogène : cas particulier
Métaux alcalins : colonne 1 (sauf hydrogène)
• Corps simples : métaux (monoatomiques)
• Réducteurs : donne des cations : Na+, K+...
I.3) Les principales familles
ii) Familles du bloc s
Bloc S
1
2
ns1
ns2
1
1H
2
3Li
3
Hydrogène : cas particulier
Métaux alcalins : colonne 1 (sauf hydrogène)
• Corps simples : métaux (monoatomiques)
• Réducteurs : donne des cations : Na+, K+...
4Be
11Na 12Mg
4
19K
20Ca
5
37Rb
38Sr
6
55Cs 56Ba
7
87Fr
88Ra
Métaux alcalino-terreux : colonne 2
• Corps simples : métaux (monoatomiques)
• Réducteurs : donne des cations « 2+ » : Ca2+, Mg2+...
I.3) Les principales familles
iii) Les éléments de transition
Eléments des blocs d (et f)
• Corps simples : métaux
• Réducteurs : donnent des cations.
Grande variété dans les cations formés : +, 2+, 3+, 4+
Chaque élément peut conduire à plusieurs cations stables.
Moins réducteurs que les métaux alcalins et alcalino-terreux.
• Grande importance biologique.
Certains sont des oligoéléments essentiels.
Entrent dans la composition de molécules biochimiques (enzymes,
pigments).
II. Evolution des propriétés
II.1) Rayons atomiques, rayons ioniques
II.2) Energie d’ionisation
II.3) Electronégativité
II.4) Polarisation, pouvoir polarisant,
polarisabilité
II.1) Rayons atomiques et ioniques
i) Rayon atomique ρ
la taille (le « rayon ») des OA de valence donne une estimation de la taille (du
« rayon ») de l’atome.
la taille des OA augmentent avec n  probabilité que l’électron soit proche du
noyau diminue lorsque n augmente.
la taille des OA de valence diminue à n constant lorsque Z augmente
(augmentation de l’interaction noyau électron  probabilité que l’électron soit
proche du noyau augmente lorsque Z augmente).
théorie quantique : ρ varie en n²/Z
II.1) Rayons atomiques et ioniques
ii) Evolution du rayon atomique

1H
2He
31 pm
53 pm
3Li
4Be
5B
6C
7N
8O
9F
10Ne
163 pm 109 pm 82 pm 65 pm 55 pm 45 pm 41 pm 36 pm

11Na
12Mg
13Al
14Si
15P
16S
17Cl
18Ar
217 pm 168 pm 137 pm 115 pm 100 pm 88 pm 78 pm 71 pm
19K
20Ca
31Ga
32Ge
33As
34Se
35Br
36Kr
332 pm 256 pm 146 pm 129 pm 116 pm 105 pm 96 pm 88 pm
Attention  penser qu’un atome qui
possède plus d’électrons qu’un autre
possède nécessairement un rayon plus
grand est une idée fausse.


↗
II.1) Rayons atomiques et ioniques
iii) Rayons ioniques
Rayons ioniques :
le rayon d’un anion est plus gros que celui de l’atome neutre qui lui correspond.
le rayon d’un cation est plus petit que celui de l’atome neutre qui lui correspond.
II.1) Rayons atomiques et ioniques
iii) Rayons ioniques
II.2) Energie d’ionisation
L’énergie d’ionisation EI (ou potentiel d’ionisation) est l’énergie minimale
à fournir pour arracher un électron à un atome à l’état gazeux dans son état
fondamental.
A (g)
EI
A+ (g) + 1e- (g)
On parle parfois d’énergie de 1ère ionisation car on définit également des
énergies de deuxième, troisième, etc. ionisation.
Énergie de deuxième ionisation.
EI2
A2+ (g) + 1e- (g)
A+ (g)
Énergie de troisième ionisation.
A2+ (g)
EI3
A3+ (g) + 1e- (g)
II.2) Energie d’ionisation
EI 
1H
13,6 eV
3Li
EI 
4Be
5,4 eV
9,3 eV
11Na
12Mg
6C
7N
8O
9F
10Ne
13Al
14Si
15P
16S
17Cl
18Ar
32Ge
33As
34Se
35Br
36Kr
8,3 eV 11,3 eV 14,5 eV 13,6 eV 17,4 eV 21,6 eV
7,6 eV
6,0 eV
19K
20Ca
31Ga
6,1 eV
EI 
24,6 eV
5B
5,1 eV
4,2 eV
2He
6,0 eV
8,2 eV 10,5 eV 10,4 eV 13,0 eV 15,8 eV
7,9 eV
9,8 eV
9,8 eV
11,8 eV 14,0 eV
EI ↗
EI 
Pouvoir
réducteur ↗
II.3) Electronégativité
L’électronégativité  est la capacité d’un atome à attirer vers lui
les électrons des autres atomes avec lesquels il est engagé par des liaisons
covalentes.
Un élément qui attire à lui les électrons est dit électronégatif et possède une valeur
de  élevée.
Un élément possédant une valeur de  faible est dit électropositif.
II.3) Electronégativité
EI 

1H
EI 

2He
Échelle de Pauling
2,2
3Li
4Be
1,5
2,0
2,5
3,0
3,5
4,0
11Na
12Mg
13Al
14Si
15P
16S
17Cl
19K
20Ca
31Ga
32Ge
33As
34Se
35Br
1,0
0,9
0,8
1,2
1,0
5B
1,5
1,6
6C
1,8
1,8
7N
2,2
2,0
8O
2,5
2,4
9F
3,1
2,8
F
↗
 (9F) >  (8O) > {  (17Cl) ≈  (7N) }
10Ne
18Ar
36Kr
Pouvoir
oxydant ↗
F2
II.4) Polarisation, pouvoir polarisant,
polarisabilité
Polarisation : déformation du nuage électronique sous l’action d’un champ
électrique
Pouvoir polarisant : capacité d’une espèce à engendrer la polarisation d’autres
espèces
Plus une espèce est petite et chargée, plus elle sera polarisante.
Polarisabilité : capacité d’une espèce à subir une polarisation = capacité à
déformer son nuage électronique sous l’action d’un champ électrique
Plus une espèce est grosse, plus elle sera polarisable.
CQFR
Historique
I)
II)
Avoir en tête la structure de la classification, les principales familles
(ne pas apprendre la classification!!)
Savoir trouver place d’un élément à partir de sa configuration
électronique.
Définitions et évolutions de EI, et  ; pouvoir oxydant ou réducteur.
Connaître les éléments les plus électronégatifs (F, O, N, Cl).
Evolution rayon atomique, comparaison ioniques entre eux et / rayon
atomique.
Définitions pouvoir polarisant et de la polarisabilité
Exercices
On considère les éléments suivants (cf. exercices Ch2 pour leur configuration
électronique, indispensables pour résoudre cet exercice):
soufre 16S
chlore 17Cl
calcium 20Ca
cobalt 27Co
rubidium 37Rb
Question 1. Quelle est leur bloc, leur période et leur colonne dans la classification
périodique des éléments?
Question 2. Précisez lesquels sont des métaux, et lesquels appartiennent à l’une
des familles suivantes : alcalins, alcalino-terreux, halogènes, gaz nobles, métal de
transition.
Question 3. Quel est à votre avis l’ion le plus stable pour les éléments S, Cl et Ca
et Rb?
Question 4. Comparer l’énergie d’ionisation, l’électronégativité et le rayon atomique
des ces 5 éléments.
Question 5. A votre avis, le dichlore Cl2 est-il plutôt réducteur ou oxydant? Même
question pour le calcium Ca et le rubidium Rb.
Exercices
16S
: [10Ne] 3s2 3p4
17Cl
2
: [10Ne] 3s2 3p5
20Ca : [18Ar] 4s
7
2
1
37Rb : [36Kr] 5s
27Co : [18Ar] 3d 4s
Question 1. S (bloc p, 3ème période, 16ème colonne)
Cl (bloc p, 3ème période, 17ème colonne) // Ca (bloc s, 4ème période, 2ème colonne)
Co (bloc d, 4ème période, 9ème colonne) // Rb (bloc s, 5ème période, 1ère colonne)
Question 2. Rb est un métal alcalin (1ère colonne), Ca est un métal alcalino-terreux
(2ème colonne) et Cl un halogène (non métallique) (17ème colonne). Co est un métal
de transition (bloc d). Pas de gaz noble (18ème colonne). S n’est pas métallique
(16ème colonne).
Question 3. De manière à atteindre la configuration électronique du gaz noble le
plus proche dans la classification périodique, ces éléments forment comme ion S2–,
Cl–, Ca2+ et Rb+(la question n’est pas posée pour Co, métal de transition qui forme
plusieurs cations stables).
Question 4.
EI(Rb) < EI(Ca) < EI(Co) < EI(S) < EI(Cl)
(Rb) < (Ca) < (Co) < (S) < (Cl)
(Rb) > (Ca) > (Co) > (S) > (Cl)
Question 5. Cl2 est un oxydant, Ca et Rb sont des réducteurs.
www.medatice-grenoble.fr
Mentions légales
L'ensemble de ce document relève des législations française et internationale sur le droit d'auteur et la
propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction de tout ou partie sont réservés pour les textes ainsi
que pour l'ensemble des documents iconographiques, photographiques, vidéos et sonores.
Ce document est interdit à la vente ou à la location. Sa diffusion, duplication, mise à disposition du public
(sous quelque forme ou support que ce soit), mise en réseau, partielles ou totales, sont strictement réservées
à l’Université Joseph Fourier (UJF) Grenoble I.
L’utilisation de ce document est strictement réservée à l’usage privé des étudiants inscrits en Première Année
Commune des Etudes de Santé (PACES) à l’Université Joseph Fourier (UJF) Grenoble I, et non destinée à
une utilisation collective, gratuite ou payante.
Document réalisé par la Cellule TICE Santé des Facultés de Médecine et de Pharmacie de Grenoble - Université Joseph Fourier (UJF) Grenoble 1
Téléchargement