d`info - Casi

publicité
*Marc Dufumier, agronome et chercheur à AgroParisTech, engagé et réputé, milite pour une agriculture sans pesticides, respectueuse de l’environnement et de la santé, garantissant un juste revenu
aux paysans.
Pour aller plus loin :
Le principe de la Souveraineté alimentaire est le
droit des peuples à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles dans le respect
de l’environnement, sans dumping vis-à-vis des
pays tiers.
Agroécologie,
Climat, Justice fiscale
Qu’est-ce qu’on attend ?
Collectif 29
pour la Souveraineté Alimentaire
dans les pays du Sud et en Europe
SOIREES PUBLIQUES
dans le cadre des élections 2017
avec l’intervention de
Marc Dufumier
Elle donne la priorité à une agriculture paysanne et familiale et inclut le droit de se protéger des importations à trop bas prix.
Jeudi 13 Avril 20 h 30
Le Collectif 29 pour la souveraineté
alimentaire défend :
Une agroécologie paysanne, à la fois traditionnelle
et savante, une agriculture citoyenne puisqu’elle
concerne producteurs et consommateurs. Econome en apports chimiques, elle est écologique
pour les sols, l’eau, le climat, et la santé, favorise la biodiversité et les circuits courts, et crée de
l’emploi.
Lycée de Kérustum, QUIMPER
(entrée par avenue de Remscheid, en face de l’IUT)
Vendredi 14 Avril 20 h 30
Salle de spectacle l’Arvorik, LESNEVEN
(rue de Rétalaire, derrière le Lycée Saint-François Notre Dame)
Marc Dufumier*
Pour respecter l’empreinte écologique du papier,
merci de diffuser ce tract avant de le mettre à la poubelle
Et si on réfléchissait
ensemble ?
Le « Collectif 29 pour la Souveraineté Alimentaire
dans les pays du Sud et en Europe » interpelle les
citoyens et les candidats à la présidentielle et aux
élections législatives 2017 pour qu’ils s’engagent,
selon leurs responsabilités, sur 3 chantiers :
• le recours à l’agroécologie,
• la lutte contre le réchauffement climatique
• l’établissement de la justice fiscale.
Scènes de la vie ordinaire :
Marie se rend avec Hélène au marché...
Les voilà devant l’étal de Sophie.
Dialogue Inspiré des 13 doléances pour l’accès
de tous et de toutes à une alimentation de
qualité produite par des paysannes et des paysans qui vivent de leur travail et pratiquent une
agriculture paysanne.
Toute ressemblance avec les personnes présentées est fortement recommandée!
M Tiens regarde les belles carottes, je vais en
prendre… et un chou aussi, c’est la saison…
H T’achètes des légumes bio, mais c’est su-
per cher!
M Non pas du tout… En vente directe, les prix
sont très raisonnables, pas d’intermédiaire,
pas d’emballages, pas de pub... Moi, j’achète
le plus possible mes légumes ici, avec Sophie…
Je sais où ils sont cultivés, ils ne sont pas traités, ils n’ont pas voyagé à travers toute l’Europe en camion et ce sont des produits de
saison…
H Oui mais ce n’est pas possible pour tout le
monde! Sophie ne pourra pas nourrir toute la
ville...
M Sophie non! Mais si la filière s’organise, si!
Par exemple, en commançant par nourrir les
enfants qui vont à la cantine scolaire.
Tu sais que je suis à l’association de parents
d’élèves? Eh bien on a convaincu la mairie
d’acheter le plus possible de produits locaux
et bios. C’est important pour la santé des enfants quand on commence à découvrir tous les
effets des pesticides... Bonjour Sophie, ça va?
S Oui très bien! Je t’entendais parler de la
cantine... J’ai justement livré des épinards
hier. Bien cuisinés, les enfants en ont redécouvert le goût!
M Super! Au fait depuis combien de temps tu
es installée?
S Depuis 5 ans… J’ai pu acheter des terres
par l’intermédiaire des actionnaires de mon
Groupement Foncier Agricole. Cela m’a permis
de ne pas trop m’endetter... Je sais aussi que
certaines mairies sont très attentives à la préservation des espaces agricoles. Cela permet
à des jeunes de s’installer plutôt qu’agrandir
sans cesse les grosses exploitations ou d’étaler les villes tous azimut. Cela permet aussi de
nourrir ses propres voisins.
H Je ne savais pas... Mais les bananes vous ne
pourrez pas les produire sur place!
Non, bien sûr, et le café non plus ! Les
échanges sont nécessaires… mais ce qui pose
problème c’est le libre-échange, cela pousse
à produire partout à bas coût, de façon industrielle. La viande de nos éleveurs sera mise
en concurrence avec la production OGM des
fermes géantes du Canada.
S
Et à l’inverse, si l’Europe vend en Afrique de
l’Ouest nos poulets subventionnés, comment
voulez-vous que le paysan africain vende sa
production localement à un juste prix?
H C’est quand même un comble de ne pas
pouvoir vivre en nourrissant les autres!
M Oui, c’est pour ça que des villes, des élus,
des citoyens s’engagent contre les traités de
libre-échange… L’agriculture vivrière nourrit
pourtant les 2/3 de la population mondiale et
en orientant la recherche agronomique vers
l’agro-écologie, de grosses marges de production sont possibles…
H Mais alors, si on se mobilise tous, on pour-
rait faire évoluer les choses…
M Oui, de plein de façons. J’ai une amie dans
une association de consommateurs, qui demande une meilleure transparence affichée
sur l’origine et les qualités nutritionnelles...
H D’accord, et bien je sais maintenant qu’on
peut tous agir! Notre ticket de caisse peut être
un bulletin de vote… en achetant local, bio,
paysan, on façonne aussi notre monde!
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Créer des cartes mémoire