PROBLEME D` ELECTRONIQUE 3

publicité
Physique
ELECTROCINETIQUE - ELECTRONIQUE
PROBLEME
- PROBLEME D’ ELECTRONIQUE 3 -
l
ENONCE :
« Dispositifs électroniques de conversion »
I. Convertisseur tension-courant
On se propose d’étudier le montage représenté sur la figure 1) ; le quadripôle Q a une impédance
d’entrée supposée infinie, et il est équivalent en sortie à un générateur de courant commandé
par la tension
10−3
AV
. −1 .
15
e( t ) . Le coefficient k vaut
R1 = 11k Ω
R2 = 99k Ω
-
+
i = ke
e(t )
uC (t )
C
Q
C = 0,1µ F
R2
R1
L'AO est idéal et fonctionne
en régime non linéaire.
Les tensions de saturation de
l'AO sont: ±U sat = ±15V
- figure 1 -
1.1)
Donner la caractéristique de transfert
1.2)
hystérésis.
On part de l’état initial
e = f (uC ) du montage comparateur à
e = 15V avec le condensateur initialement chargé à la
uC 0 = −1,5V ; donner l’expression de uC en fonction du temps.
Donner la valeur de uC pour laquelle la sortie de l’amplificateur opérationnel
change d’état, ainsi que la valeur de l’instant t 0 correspondant à ce basculement.
Représenter les tensions uC ( t ) et e(t ) .
Donner la valeur numérique de la période T des oscillations.
valeur
1.3)
1.4)
1.5)
La tension
uC (t ) est alors appliquée au point A du montage ci-dessous :
+
uC
uS
E0
L'AO est idéal, fonctionne en régime non linéaire,
et la tension E0 est constante.
- figure 2 1.6)
1.7)
Page 1
Quelle est la fonction réalisée par le montage de la figure 2) ?
Représenter la tension uS (t ) lorsque E0 = 1V .
Christian MAIRE
 EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la
consultation individuelle et privée sont interdites.
Physique
ELECTROCINETIQUE - ELECTRONIQUE
PROBLEME
1.8)
∆t
On appelle
uS est
positive ; montrer que ∆t = aE0 + b (on donnera les valeurs numériques de a et b ).
Calculer la valeur moyenne de uS en fonction de E0 ; comment évolue la valeur
moyenne de uS en fonction de E0 ?
1.9)
l’intervalle de temps sur une période pendant lequel
On s’intéresse maintenant à la réalisation pratique du quadripôle Q, représenté sur la figure 3) :
R4
R4
i1
L'AO est idéal et fonctionne dans son
domaine linéaire.
-
Q
+
R4
R4 = R3 + R5
R3
i2
e(t )
Les résistances sont choisies telles que:
R5
i3
A.N: R4 = 1M Ω; R3 =15k Ω; R5 = 985k Ω;
i
s(t )
- figure 3 1.10) Montrer que
i (t ) = ke( t ) ; quelle est la valeur numérique de k ?
II. Conversion numérique-analogique
On considère le quadripôle de la figure 4 :
A
I
U
R
2R
I'
A'
U'
2.1) Déterminer les valeurs de U et de I
en fonction de U' et I'.
B'
B
- figure 4 2.2)
2.3)
Quelle valeur de résistance r doit-on placer entre les points A’ et B’ pour que
la résistance équivalente entre A et B soit aussi égale à r ?
Déterminer la résistance équivalente existant entre les points A et B,
lorsqu’une infinité de ces quadripôles sont associés en série (réseau R-2R), le
« dernier » étant fermé sur une résistance R.
On considère maintenant le montage de la figure 5 ; les commutateurs
Sk peuvent occuper deux
positions repérées par bk : bk = 0 (connexion de la résistance 2R à la masse) et bk = 1
(connexion de la résistance 2R à l’entrée inverseuse de l’amplificateur opérationnel, supposé
idéal et en fonctionnement linéaire).
La tension V est constante, et l’indice k varie de 0 à n.
Page 2
Christian MAIRE
 EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la
consultation individuelle et privée sont interdites.
Physique
ELECTROCINETIQUE - ELECTRONIQUE
PROBLEME
I
R
R
R
2R
2R
2R
2R
Sn
Sn−1
S1
S0
V
2R
R
i
+
2.4)
2.5)
2.6)
Vs
Montrer que le courant d’entrée I ne dépend pas de la position des
commutateurs, l’amplificateur fonctionnant en régime linéaire ; exprimer le
courant I en fonction de V et R.
Déterminer le courant qui traverse le commutateur Sk en fonction de I, n, k.
On suppose que V est suffisamment petite pour que la tension de saturation
de l’AO ne soit pas atteinte ; déduire du résultat précédent la valeur du
courant i et la tension de sortie
Vs en fonction des coefficients bk , n et de V.
Quel est le domaine de variation de Vs ?
2.7)
2.8)
Montrer que l’on a réalisé un convertisseur numérique-analogique.
Proposer un montage permettant à l’aide d’un amplificateur opérationnel,
d’obtenir, lorsque les coefficients bk varient, des tensions de sortie
symétriques par rapport à la tension nulle.
*****************
Page 3
Christian MAIRE
 EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la
consultation individuelle et privée sont interdites.
Physique
ELECTROCINETIQUE - ELECTRONIQUE
PROBLEME
l
CORRIGE :
« Dispositifs électroniques de conversion »
1.1) Il s’agit du montage « classique » appelé « trigger de Schmitt », ou « comparateur à
hystérésis » ou « comparateur à deux seuils » ; en effet, l’AO fonctionnant en régime de
saturation (non linéaire), la tension de sortie
e( t ) ne peut prendre que deux valeurs, soit ± U sat .
e( t ) = +U sat : alors la relation du diviseur de tension (l’AO
R1
U
étant idéal, i− = 0 ⇒ R1 et R2 sont bien en série) montre que V+ =
U sat = sat = 1,5V ⇒
R1 + R2
10
cet état dure tant que V− = uC ≤ V+ = 1,5 .
Lorsque uC ≥ 1,5V , la sortie e( t ) bascule à −U sat , entraînant également l’entrée non inverseuse
R1
U
de l’AO à V+ = −
U sat = − sat = −1,5V .
R1 + R2
10
Si, à partir de cet état, on refait décroître uC (t ) , la sortie ne basculera à +U sat que pour
U
V− = uC ≤ V+ = −1,5 : on a donc effectivement un comparateur à deux seuils, ± sat .
10
Supposons que l’on parte de l’état
D’où, la courbe :
e
15
−1,5
1,5
0
On parle "d'hystérésis", car pour une même
valeur de uC , on peut avoir deux valeurs
différentes de e : la valeur effectivement
obtenue dépend donc de uC , mais aussi du
sens de variation (croissant ou décroissant)
de uC (on parle aussi "d'effet mémoire").
uC
−15
1.2) L’AO étant parfait,
Numériquement, il vient :
1.3)
i− = 0 ⇒ i = I = ke = kU sat = C
I = 10 −3 A ⇒
1.4)
pour
uC ( t ) = 104 × t + 1,5
D’après la question 1.1), il y a basculement de
t0 =
correspond à :
Pour
t 0 ≤ t ≤ 2 t0 , on a :
I
duC
⇒ uC ( t ) = × t + uC (0)
C
dt
e( t ) à −15V pour uC = 1,5V , ce qui
2 ×1,5
= 0,3ms
4
10
uC ( t ) = −104 × t + 1,5 , un nouveau basculement ayant lieu
uC = −1,5V ; on obtient donc les courbes suivantes :
Page 4
Christian MAIRE
 EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la
consultation individuelle et privée sont interdites.
Physique
ELECTROCINETIQUE - ELECTRONIQUE
PROBLEME
e(t )
uC (t )
15
0
0
t0
2t 0
t
t0
− 15
t
2t 0
T
1.5) Par symétrie, on constate que la période vaut :
T = 2t 0 = 0,6ms
uC ≤ E0 , us = +U sat =15V , et pour uC ≥ E0 , us = −U sat = −15V : le montage est
un comparateur (inverseur) à seuil réglable ( E0 ).
1.6) Pour
1.7) On obtient la courbe ci-dessous :
uC (t )
u s (t )
15V
1,5V
E0 = 1V
Rq: les tensions uC et us ne sont
pas tracées à la même échelle.
0
t
−1,5V
∆t
− 15V
T
1.8)
∆t est égal au double du
uC (t ) pour passer de −1,5V à E0 ; on a donc :
∆t
−4
−4
−1,5 + 104 × = E0 ⇒ ∆t = 2.10 × E 0 + 3.10
2
Par symétrie, on constate sur les courbes ci-dessus que
temps mis par la tension
1.9) La valeur moyenne de
us (t ) t =
1
×
T
∫
T
0
us (t ) dt =
us (t ) est définie par :
1
× [15 × ∆t −15 ×(T − ∆ t) ] ⇒
T
on trouve :
us (t ) t = 10 E0
us (t ) est donc proportionnelle à E0 ⇒ on peut contrôler très
facilement cette valeur à l’aide de la tension réglable E0 .
Rq :
la valeur moyenne de
1.10) En appelant v la tension sur la borne de sortie de l’AO et en appliquant la relation
du diviseur de tension sur la borne inverseuse de l’AO, il vient :
v− =
R4
v
v=
R4 + R4
2
Page 5
⇒
v+ =
v
, puisque l’AO est idéal et fonctionne en régime linéaire.
2
Christian MAIRE
 EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la
consultation individuelle et privée sont interdites.
Physique
ELECTROCINETIQUE - ELECTRONIQUE
PROBLEME
En appliquant le théorème de Millman sur la borne non inverseuse de l’AO, on obtient :
e
s
+
v R R5
v −s
2R5
R4 − R5
v+ = = 4
; par ailleurs : i3 =
⇒ après calculs : i3 =
e+
s
1
1
2
R
R
(
R
+
R
)
R
(
R
+
R
)
3
4
5
3
4
5
+
R4 R5
e− s
R3 + 2 R5
R − R4 + R5
D’autre part : i2 =
⇒ i = i 2 + i3 =
e− 3
s
R4 + R5
R3 ( R4 + R5)
R3 (R4 + R5 )
Enfin, avec la condition R4 = R3 + R5 , on aboutit effectivement à :
i = ke
k=
avec :
1 10−3
=
AV
. −1
R3 15
Rq : c’est bien la valeur de la 1ère question.
2.1) Les lois de Kirchhoff permettent d’écrire :
U = U '+ RI '
U = 2R ( I − I ') et
⇒
I=
on a aussi :
U ' 3I '
+
2R 2
2.2) Maintenant, on a une résistance r en série avec une résistance
en parallèle avec une résistance 2R ; la résistance équivalente vaut :
R , l’ensemble étant
2R ×( R + r)
, résistance que l’on souhaite être égale à r ; il vient donc :
3R + r
r=R
2 R × ( R + r ) = r × (3R + r ) , dont la seule solution positive est :
Re =
2.3) Le « dernier » quadripôle étant fermé sur une résistance r = R , il est équivalent en
amont à une résistance Re = R (cf. question précédente) ; l’avant-dernier quadripôle est donc
également fermé sur une résistance
équivalente en amont égale à R .
R ⇒ par récurrence, le réseau « R-2R » a une résistance
2.4) L’AO étant en fonctionnement linéaire,
commutateur
V+ = V− = 0 ⇒ quelle que soit la position d’un
Sk , il est relié à la masse ⇒ le courant qui traverse une résistance 2R quelconque
reste constant ⇒ le courant I également ; on a alors :
I=
V V
=
Re R
2.5) En début de chaîne, le courant I se partage en 2 courants égaux puisque (au premier
nœud), il y a 2 dipôles en parallèle de résistances égales : 2R en parallèle avec {R en série avec
le reste de la chaîne, de résistance équivalente R, donc 2R} ; on a donc :
in =
I
I
I
; de même : I n −1 = n = 2 ⇒ par récurrence, on trouve :
2
2 2
2.6)
lesquels
n
Page 6
I
2
n −k +1
La loi des nœuds montre que le courant i est la somme des courants
I k pour
bk = 1 ; on en déduit :
i = ∑ bk
k=0
Ik =
I
2n− k +1
=
I
n
∑b 2
2 n+1 k =0
k
k
Par ailleurs :
Vs = − Ri et V = RI ⇒
Christian MAIRE
n
V
k
Vs = − n+1 × ∑ bk 2
2
k=0
 EduKlub S.A.
(1)
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la
consultation individuelle et privée sont interdites.
Physique
ELECTROCINETIQUE - ELECTRONIQUE
PROBLEME
Domaine de variation de
si
bk = 1, ∀k , alors :
Vs
:
si tous les
V
V  1 − 2 n+1 
n
n +1
Vs = − n+1 (1 + 2 + .... + 2 ) = − n +1 
 = −V (1 − 1 / 2 )
2
2  1− 2 
Rq : si n est suffisamment grand,
2.7)
Vs ; V
.
La relation (1) montre que la grandeur analogique
nombre binaire
VS est proportionnelle au
{bnbn−1...bk ...b1b0 } : il y a bien eu « conversion numérique-analogique ».
VS varie entre 0 et ; −V ; pour que
varie entre −V /2 et V / 2 , il suffit de translater la tension −VS de −V / 2 ; proposons le
2.8)
VS
bk sont nuls, alors Vs = 0
Avec le présent montage, la tension de sortie
montage ci-dessous :
R0
R0
+
Vs
3R0
−V
L'AO est idéal et fonctionne en
régime linéaire.
Vs'
R0
Le diviseur de tension montre que :
V+ = −V ×
R0
V
=−
R0 + 3R0
4
Le théorème de Millman appliqué sur la borne inverseuse de l’AO conduit à :
V− = V+ ⇒
Rq :
ainsi, lorsque tous les
V− =
Vs + Vs'
; d’où :
2
Vs' = −Vs − V / 2
bk sont nuls, Vs = 0 ⇒ Vs' = −V / 2
; si
bk = 1, ∀k , alors Vs = −V ⇒
V = +V / 2 , ce qui est bien conforme au « cahier des charges ».
'
s
Page 7
Christian MAIRE
 EduKlub S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la
consultation individuelle et privée sont interdites.
Téléchargement
Explore flashcards