Etude fonctionnelle de la protéine DmRH50

publicité
Master de Sciences et Technologies
Mention Biologie Intégrative et Physiologie
Spécialité : Neurosciences
Responsable : Professeur Régis LAMBERT
Proposition de Stage M2 S4 NEUROSCIENCES
Année Universitaire 2016-2017
1. Equipe d’Accueil de Master (EAM) :
Intitulé et numéro de l’Unité : Laboratoire Plasticité du Cerveau, CNRS UMR 8249
Nom du Responsable de l’Unité : Thomas PREAT
Nom du Responsable de l’Équipe : Serge BIRMAN
Intitulé de l’équipe d’accueil : Gènes, Circuits, Rythmes et Neuropathologies (GCRN)
Adresse : Laboratoire Plasticité du Cerveau, ESPCI ParisTech, 10, rue Vauquelin, 75005 Paris
Nom du responsable de l’encadrement : Baya CHERIF-ZAHAR
Tél. : 0140794498
Fax. : 0140794757
E-mail : baya.cherif-zahar@espci.fr
2. Titre du sujet :
Etude fonctionnelle de la protéine DmRH50 dans le système neuromusculaire de la
drosophile.
3. Description du sujet :
La jonction neuromusculaire (JNM) de Drosophila melanogaster est fonctionnellement et
structuralement homologue aux synapses glutamatergiques excitatrices du cerveau des mammifères.
Nous nous intéressons actuellement à la fonction d’un nouveau gène de drosophile, DmRh50, qui code
pour une protéine membranaire, homologue aux transporteurs d’ammonium. DmRh50 est exprimée dans
le cerveau et à la JNM. L’inactivation de ce gène par ARN interférence entraîne un phénotype locomoteur
et une létalité avant le stade adulte. L’expression de ce gène dans le système nerveux central co-localise
avec des neurones identifiés sécréteurs de neuropeptides. Certains de ces neuropeptides sont connus pour
avoir une action sur l’activité neuromusculaire et sur le développement locomoteur (1).
L’objectif du projet de M2 proposé, est de rechercher un lien fonctionnel entre ce
transporteur membranaire et les neuropeptides qui lui sont associés. Par un jeu de gain et perte de
fonction des protagonistes, utilisant les outils génétiques dont nous disposons, (i) nous déterminerons si
ce lien est directe ou si des voies de signalisations sont impliquées, (ii) nous évaluerons le rôle des
neuropeptides sur l’expression de ce gène, et réciproquement, l’influence de ce gène sur le stockage et la
sécrétion des neuropeptides, (iii) nous étudierons l’influence des neuropeptides identifiés sur le l’activité
synaptique et le comportement locomoteur des drosophiles en présence et en absence du gène. La création
d’un mutant de ce gène par la méthode CRISPR-Cas9 complètera cette étude. Au cours de ce stage,
l’étudiant utilisera des techniques variées alliant l’imagerie en microscopie confocale, la biologie
moléculaire (RT-PCR, clonage), la biochimie (western blots, immunoprécipitation) et des tests du
comportement locomoteur.
Référence :
(1) Haig Keshishian and You-Seung Kim (2004). Orchestrating development and function: retrograde BMP
signaling in the Drosophila nervous system. Trends Neurosci. 27, 143-147
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire