Validation d`une troisième liste de mots pour l`épreuve Rappel libre

publicité
Article original
Geriatr Psychol Neuropsychiatr Vieil 2013 ; 11 (3) : 317-22
Validation d’une troisième liste de mots
pour l’épreuve Rappel libre/Rappel indicé
à 16 items (RL/RI-16) : présentation
de la liste C et étude de fidélité
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 88.99.165.207 le 24/05/2017.
An alternative word-list for the Free and cued selective
reminding test (FCSRT): list presentation and reliability study
Ralitsa Stoykova
Fanny Matharan
Nadine Raoux
HÉlÈne Amieva
Inserm, U897, Bordeaux, France
<[email protected]
isped.u-bordeaux2.fr>
Tirés à part :
R. Stoykova
Résumé. L’épreuve Rappel libre/Rappel indicé à 16 items (RL/RI-16) constitue une épreuve
clé dans l’évaluation des troubles mnésiques du sujet âgé. Pour objectiver un déclin mnésique et poser un diagnostic, il est souvent nécessaire de s’appuyer sur plusieurs évaluations
successives. Il est donc important de disposer de plusieurs listes de mots afin de pouvoir
répéter le RL/RI-16 dans le temps sans effet test-retest. Actuellement, les cliniciens disposent de deux listes de mots : la liste A initialement validée et une liste parallèle appelée
liste B. L’objectif de cette étude est donc de valider une seconde liste alternative (liste C).
L’échantillon est composé de 222 participants sains de tout âge (min : 17 ans - max : 84
ans), dont 57 % de femmes et 71 % de sujets ayant un niveau Bac ou plus. Les participants
ont été testés deux fois au moyen de deux listes (A et C) à deux mois d’intervalle et dans
un ordre contrebalancé. Les résultats montrent qu’il n’existe pas de différence significative
entre les deux listes, ni pour les scores de rappel ni pour les scores de reconnaissance.
La seule différence concerne le nombre d’intrusions légèrement supérieur pour la liste C.
La mise à disposition d’une 3e liste pour le RL/RI-16 est un atout supplémentaire pour ce
test ayant déjà de nombreux intérêts en pratique clinique et devrait en particulier contribuer
à minimiser les effets de test-retest dans les situations où le RL/RI-16 doit être répété au
cours du suivi d’un patient.
Mots clés : RL/RI-16, liste alternative, étude de fidélité
Abstract. The Free and cued selective reminding test (FCSRT) is one of the most effective
neuropsychological test used to assess verbal memory in elderly people with memory
problems. There are currently two lists of words: the initial French version (list A) and an
alternative one (list B). However, diagnosing early Alzheimer’s disease in memory clinics
often requires more than two evaluations, particularly in patients with very mild cognitive
symptoms and patients with young onset disease. Usually, memory tests can be affected
by practice effect, so several expositions of the same list of words could limit its clinical
utility. The aim of our study was to create and validate a second alternative version (list C).
The study sample was composed of 222 healthy volunteers aged from 17 to 84 years with
a mean age of 44.6 years of whom 57% were females and 71% had a higher education.
Within a two-month interval, each subject performed the test with one word-list and then
the second one. The order of lists presentation was counterbalanced. Our findings indicate
that the new alternative list (list C) is equivalent to the initial list of word (list A) for all the
recall and recognition subscores, except the number of intrusive errors. This new list of
words should be helpful to minimise potential practice effect and better assess memory
decline in situations where the FCSRT has to be repeated across follow-up.
doi:10.1684/pnv.2013.0416
Key words: FCSRT, alternative list, reliability study
A
vec les avancées de la recherche sur les critères
diagnostiques cliniques de la maladie d’Alzheimer
(MA) au stade prodromal [1, 2], la problématique
du diagnostic précoce de la MA se pose de plus en plus
souvent dans la pratique clinique quotidienne. Plusieurs
travaux ont montré qu’il existe une longue phase prodromale de la MA caractérisée par l’apparition d’altérations
cognitives bien avant le stade démentiel [2-4]. L’amnésie
épisodique antérograde est l’un des marqueurs à la fois les
plus précoces et les plus patents de la MA [5, 6]. Il est
Pour citer cet article : Stoykova R, Matharan F, Raoux N, Amieva H. Validation d’une troisième liste de mots pour l’épreuve Rappel libre/Rappel indicé à
16 items (RL/RI-16) : présentation de la liste C et étude de fidélité. Geriatr Psychol Neuropsychiatr Vieil 2013; 11(3) :317-22 doi:10.1684/pnv.2013.0416
317
R. Stoykova, et al.
L’étude de Sarazin et al. [13] a montré que les déficits
au rappel libre, un rappel total bas et une moindre efficacité
de l’indiçage peuvent identifier les malades atteints d’une
MA prodromale parmi une série de patients présentant des
troubles cognitifs légers avec une sensibilité de 79,7 % et
une spécificité de 89,9 %. Des études antérieures avaient
déjà montré la pertinence de ce test pour discriminer les
patients déments de sujets normaux [5, 14-17]. De plus,
le test RL/RI-16 apporte des arguments intéressants pour
le diagnostic différentiel des démences [18, 19]. Pillon et
al. [20], par exemple, ont montré que les patients Alzheimer bénéficiaient peu des indices de récupération alors que
dans d’autres pathologies neurodégénératives (Parkinson,
Huntington), ces indices s’avéraient efficaces.
Habituellement, afin de déterminer si une personne présente un score pathologique au RL/RI-16, les cliniciens utilisent des indices psychométriques tels que les seuils issus
des travaux de Sarazin et al. (40/48 pour les rappels totaux
ou 17/48 pour les trois rappels libres) ou bien les scores au
10e percentile des normes pour la liste A, issus d’un grand
échantillon représentatif de la population âgée [21].
Nous devons à Van der Linden et al. [22, 23] l’adaptation
en langue française du test proposé initialement par Grober
et Buschke [9]. La version actuelle du RL/RI-16 ne met à
disposition des cliniciens que deux listes (A et B). Or, des
études ont montré qu’il existe des problèmes méthodologiques non négligeables avec les tests répétés utilisant
une même mesure neuropsychologique chez les personnes
âgées non démentes [24-29]. Il s’agit de l’effet test-retest,
c’est-à-dire l’effet sur les performances du patient dû à la
répétition de la passation du test. Les variations dans les
scores de retest pourraient alors masquer l’effet d’autres
changements, si bien que, par exemple, une augmentation
dans les scores ne refléterait pas nécessairement une amélioration dans le fonctionnement cognitif du patient, et la
conservation d’un score similaire n’indiquerait pas nécessairement une absence de déclin dans la mesure où l’effet lié
à la pratique du test (practice effect) pourrait contrebalancer
le déclin cognitif [24].
En pratique clinique, le RL/RI-16 s’avère être un test
très utile pour détecter les déficits spécifiques de certaines pathologies neurodégénératives. Malgré l’avancée
des connaissances, le diagnostic de la MA reste difficile
et souvent porté tardivement. L’étude de Bond [30] a
montré qu’en France, le délai moyen entre les premiers
symptômes rapportés et le diagnostic formellement posé
était de 24 mois. Pour certains patients, ce délai est plus
important, notamment pour les patients présentant des
troubles cognitifs légers ou les patients jeunes présentant
des troubles débutant de plus en plus tôt. Cela implique
des évaluations répétées et donc une surexposition aux
tests neuropsychologiques, ce qui constitue un biais important dans l’interprétation des résultats. De fait, la validation
d’une troisième liste de mots pour le RL/RI-16 devrait permettre de minimiser ce biais.
318
Geriatr Psychol Neuropsychiatr Vieil, vol. 11, n ◦ 3, septembre 2013
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 88.99.165.207 le 24/05/2017.
donc nécessaire d’objectiver les déficits de mémoire à l’aide
de tests qui, grâce à l’utilisation de l’indiçage sémantique,
coordonnent l’acquisition et la récupération d’information
épisodique [3, 5, 7].
Dans la pratique actuelle, le test de Rappel libre/Rappel
indicé à 16 items (RL/RI-16) [8] adapté du Free and cued
selective reminding test (FCSRT) [9] constitue l’une des
épreuves clés de l’examen de la mémoire épisodique chez
les personnes âgées venant en consultation pour une suspicion de MA. La procédure de passation de ce test se déroule
comme suit : la liste de mots se compose de 16 mots appartenant à 16 catégories sémantiques. La tâche débute par
une phase d’encodage sémantique catégoriel. Sont ensuite
réalisés : un rappel immédiat, trois rappels libres/indicés, la
tâche de reconnaissance et un rappel différé libre/indicé.
Ce test permet de distinguer les déficits liés à l’altération
du processus d’encodage et ceux liés à l’altération du processus de récupération de l’information en mémoire à long
terme (MLT). À la différence des tests existants, le RL/RI16 permet de contrôler les processus de l’encodage et de
récupération grâce au fait qu’il opérationnalise deux notions
théoriques : le concept de profondeur d’encodage [10] et le
principe d’encodage spécifique [11]. Selon le concept de
profondeur de l’encodage, plus une information est encodée en profondeur, plus la trace mnésique est forte et
durable. En l’occurrence, la procédure du RL/RI-16 conduit
le patient à effectuer un encodage dit profond dans la
mesure où la phase d’acquisition implique un traitement et
une catégorisation sémantique de chaque mot. L’encodage
sémantique entraîne par conséquent la création de traces
épisodiques élaborées et différenciées, ce qui augmente
leurs probabilités d’accès en MLT ultérieures. Le principe
d’encodage spécifique réside dans le fait que la représentation de l’information en mémoire épisodique dépend de
façon critique des conditions dans lesquelles elle s’est constituée. Selon ce principe, la récupération de l’information
est dynamique dans le sens où elle résulte de l’interaction
entre des sources d’informations différentes : la trace mnésique spécifiquement encodée et les indices contextuels
présents au moment de la récupération [12]. Cette propriété
de la mémoire épisodique est mise à contribution dans le
test RL/RI-16 car, en cas d’échec au rappel libre, le clinicien
présente les mêmes indices catégoriels au moment du rappel indicé que ceux utilisés lors de la phase d’encodage. Cet
indiçage sémantique lors du rappel indicé permet de faire
la distinction entre les déficits cognitifs d’encodage et de
récupération de l’information épisodique.
Test de Rappel libre/Rappel indicé à 16 items
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 88.99.165.207 le 24/05/2017.
Il paraît donc important que, pour un test si couramment utilisé comme le RL/RI-16, amené de surcroît à être
répété dans le cas d’une suspicion de MA débutante ou
prodromale, les cliniciens aient plusieurs listes de mots à
leur disposition. Il s’agit de diminuer les probabilités d’un
effet test-retest qui tendrait à affecter de manière significative leurs performances, et par conséquent, la précision
du diagnostic. L’objectif principal de cet article est donc de
valider une troisième liste (liste C) pour le test RL/RI-16.
Méthodes
Participants
L’échantillon de cette étude était composé de 222 participants volontaires âgés de 17 à 84 ans sans pathologie
cérébrale ou psychiatrique avérée.
Matériel
Les 16 mots de la liste C ont été sélectionnés, comme
dans les versions précédentes, à partir de la base de données Brulex [31] répertoriant un ensemble de paramètres
lexicaux pour les mots de la langue française. Les mots ont
été choisis en fonction de la catégorie sémantique et la fréquence lexicale. Une fourchette de fréquences lexicales a
été établie pour chacune des catégories à partir des mots
inclus dans les listes A et B. Par exemple, pour la catégorie
poisson, la fréquence lexicale du mot hareng (liste A) est de
221, celle du mot sardine (liste B) est de 319. Le poisson
retenu pour la liste C est le maquereau ayant une fréquence
lexicale de 306 qui se trouve dans la fourchette établie (221319). Comme pour les listes A et B, les mots prototypiques
de chaque catégorie ont été écartés.
De même, la liste de reconnaissance (à 32 items) comprenait les 16 mots de la liste C et 16 distracteurs neutres.
Les 16 mots ont été répartis sur quatre planches (feuille
A4 standard, présentée en mode paysage) de quatre mots
(écrits en police de caractère « Times », taille 80, format
italique et non gras). Les mots ont été présentés dans
le même ordre pour tous les sujets. La première fiche
comprend les mots suivants : cravate, bégonia, peluche,
maquereau ; la deuxième fiche : couturier, framboise, accordéon, bronze ; la troisième : mouette, oseille, aviron, palmier
et la quatrième : buffet, flamenco, chimie et asthme.
Procédure de passation
Le test a été proposé par des examinateurs qualifiés
(psychologues diplômés) maîtrisant la procédure de passation du test RL/RI-16, décrite par Van der Linden et al. [23].
Geriatr Psychol Neuropsychiatr Vieil, vol. 11, n ◦ 3, septembre 2013
Tous les participants étaient vus deux fois et chacun d’entre
eux a réalisé les deux listes (liste A et liste C) dans un intervalle de deux mois (+ ou – une semaine). Afin de contrôler
un éventuel effet d’ordre, l’ordre de passation des listes a
été contrebalancé : 132 sujets (59 %) ont appris d’abord la
liste A, puis deux mois plus tard la liste C ; les autres 90
sujets (41 %) ont appris d’abord la liste C puis deux mois
plus tard la liste A. La tâche de reconnaissance a été administrée à un sous-échantillon composé de 70 personnes.
Analyse statistique
Afin de tester l’équivalence des listes, un test Z pour
données appariées a été effectué, au seuil ␣ de 5 %, dans
le but de comparer les scores moyens obtenus à la liste A
et ceux obtenus à la liste C. Les comparaisons concernaient
les mesures suivantes : les rappels libres (RL1, RL2, RL3,
RLD), les rappels totaux (RL1+RI1, RL2+RI2, RL3+RI3,
RLD+RID), la tâche de reconnaissance et les intrusions. De
plus, le coefficient de corrélation de Pearson a été calculé
afin de tester la force de l’association entre les deux listes.
Résultats
L’âge moyen des sujets était de 44,6 ans (ET = 18,4
ans). Parmi nos participants, 57 % étaient des femmes et
71 % avaient le Bac (tableau 1).
Le tableau 2 présente les scores moyens et les écarts
types obtenus à la liste A et à la liste C :
- rappel immédiat : les sujets restituaient en moyenne 15,6
mots de la liste A et 15,5 mots de la liste C ;
- rappel 1 : au rappel libre, les sujets rappelaient en
moyenne 10,4 mots de la liste A contre 10,1 mots de la liste
C. De même, le score moyen de rappel total (RL1+RI1) de la
liste A (15,2) n’était pas significativement différent du score
moyen total de la liste C (15,2) ;
Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon (n = 222).
Table 1. Caracteristics of the study sample (n=222).
N (%)
Sexe
Hommes
Femmes
Age moyen en nombre d’années (écart type)
Min
Max
Niveau d’études
Niveau Bac et plus
Niveau primaire et technique court
Ordre de passation des listes
Liste A puis liste C
Liste C puis liste A
96 (43 %)
126 (57 %)
44,6 (18,4)
17
84
157 (71 %)
65 (29 %)
132 (59 %)
90 (41 %)
319
R. Stoykova, et al.
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 88.99.165.207 le 24/05/2017.
Tableau 2. Comparaison des scores moyens obtenus à la liste de base (liste A) et ceux obtenus à la liste parallèle (liste C) pour les différents
rappels (immédiat, libres et totaux) et le nombre d’intrusions (n = 222).
Table 2. Comparison of mean scores for recall between each list of words.
Liste de base (liste A)
Liste parallèle (liste C)
Moyenne
Écart type
Moyenne
Ecart type
Rappel immédiat
15,6
0,7
15,5
Rappels libres
RL1
RL2
RL3
RLD
10,4
11,9
13,0
13,4
2,4
2,3
2,1
2,2
Rappels totaux
RL1+RI1
RL2+RI2
RL3+RI3
RLD+RID
15,2
15,6
15,8
15,8
Intrusions
0,4
Z
P-value
0,8
1,57
0,12
10,1
11,7
13,0
13,4
2,2
2,2
2,0
2,1
1,76
1,17
-0,12
-0,29
0,08
0,24
0,90
0,77
1,3
1,0
0,6
0,6
15,2
15,7
15,9
15,8
1,3
0,8
0,5
0,8
0,05
-1,81
-1,13
-0,93
0,96
0,07
0,26
0,35
1,1
0,8
1,5
-3,15
0,002
RL1 = rappel libre 1 ; RL2 = rappel libre 2 ; RL3 = rappel libre 3 ; RLD = rappel libre différé ; RI1 = rappel indicé 1 ; RI2 = rappel indicé 2 ; RI3 = rappel indicé 3 ;
RID = rappel indicé différé.
- rappel 2 : au rappel libre, les sujets rappelaient en
moyenne 11,9 mots de la liste A contre 11,7 mots de la
liste C. De même, il n’existait pas de différence significative entre le rappel total (RL2+RI2) obtenu à la liste A (15,6)
et celui de la liste C (15,7) ;
- rappel 3 : au rappel libre, les sujets rappelaient en
moyenne 13,0 mots de la liste A et 13,0 mots de la liste C.
De même, il n’existait pas de différence significative entre
les rappels totaux (RL3+RI3) des deux listes (15,8 versus
15,9) ;
- rappel différé : au rappel libre, les sujets rappelaient spontanément en moyenne 13,4 mots de la liste A et 13,4 mots
de la liste C. De même, on n’observait pas de différence
significative entre le rappel différé total (RLD+RID) des deux
listes (15,8 versus 15,8) ;
- intrusions : en moyenne, le nombre d’intrusions était légèrement plus élevé pour la liste C (0,8) que pour la liste A (0,4).
Cette différence était significative ;
- tâche de reconnaissance (tableau 3) : il n’existe pas de différence significative entre les deux listes : le nombre moyen
de mots correctement reconnus pour la liste A est de 15,9
et de 16,0 pour la liste C ;
- la somme des quatre rappels libres (RL1+RL2+RL3+RLD)
de la liste A est très fortement corrélée à la somme des
quatre rappels libres de la liste C (r = 0,8 ; p < 0,0001).
Discussion
Nous avons également cherché à déterminer si les
sujets étaient classés de manière similaire quelle que soit
la liste utilisée. Pour cela, nous avons calculé un score seuil
à l’aide du 10e percentile des performances aux 3 premiers
rappels (libres + indicés). Ce seuil a été ainsi fixé à 44/48
(10e percentile). Les résultats montrent que parmi les 222
personnes de notre échantillon, 94 % des sujets sont classés au moyen du seuil de 44/48 de la même manière quelle
que soit la liste de mots utilisée.
Ce travail avait pour objectif de proposer aux cliniciens
une nouvelle liste parallèle afin de minimiser les biais engendrés par les administrations répétées des mots du RL/RI-16
auprès des patients présentant une plainte et faisant l’objet
d’un suivi dans le cadre d’un centre mémoire ou assimilé.
Les résultats de notre étude montrent l’absence de différence entre la liste A et cette nouvelle liste en ce qui
concerne le rappel immédiat, les rappels libres, les rappels
totaux et la tâche de reconnaissance. La seule différence
significative observée dans notre étude concerne le nombre
d’intrusions. En moyenne, les participants faisaient plus
d’erreurs d’intrusion pour la liste C que pour la liste A, bien
que ce nombre d’intrusions restait cliniquement très faible.
Notre étude montre donc une bonne équivalence entre la
nouvelle liste parallèle (liste C) et la liste de base (liste A).
La liste C s’avère même plus proche de la liste initiale (liste
A) que la deuxième liste validée appelée liste B. La liste
A et la liste B sont fréquemment utilisées en clinique et
considérées comme équivalentes. Cependant dans la littérature francophone, une seule étude s’est intéressée à
l’équivalence entre les différentes versions du RL/RI-16.
Dans cette étude de fidélité, réalisée par l’équipe de Van
der Linden [23], la moitié des participants avaient appris la
liste A, et l’autre moitié la liste B. Les participants étaient
appariés selon l’âge, le sexe et le niveau d’études. Les
résultats montraient l’absence de différence significative
entre les deux listes pour le RL1 et le RL3. En revanche,
les auteurs constataient une différence significative entre
les deux listes pour le RL2 et pour RLD et concluaient à
l’absence d’une équivalence complète entre les deux versions, en précisant que la liste B s’avérait un peu plus facile
que la liste A.
320
Geriatr Psychol Neuropsychiatr Vieil, vol. 11, n ◦ 3, septembre 2013
Test de Rappel libre/Rappel indicé à 16 items
Tableau 3. Comparaison des scores moyens obtenus à la liste de base (liste A) et ceux obtenus à la liste parallèle (liste C) pour la phase
de reconnaissance dans un sous-échantillon (n = 70).
Table 3. Comparison of mean performances for recognition between each list of words (n=70).
Liste de base
(liste A)
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 88.99.165.207 le 24/05/2017.
Reconnaissance
Bonnes reconnaissances
Fausses reconnaissances
Liste parallèle
(liste C)
Moyenne
Écart type
Moyenne
Écart type
15,9
0,0
0,3
0,2
16,0
0,0
0,0
0,2
Dans sa revue de la littérature sur les formes alternatives
du Rey auditory verbal learning test (RAVLT), Hawkins et al.
[32] ont montré que les études sur ce sujet sont rares et
revêtent de nombreux biais méthodologiques. Rezvanfard
et al. [33] se sont intéressés à l’utilisation répétée d’une
même version du RAVLT versus l’utilisation d’une version
alternative. Ils ont montré que la présentation de la même
liste de mots dans un délai de deux mois était affectée par
le biais lié à la pratique, alors que l’utilisation d’une forme
alternative annulait cet effet. En utilisant les quatre formes
d’un test de mémoire verbale, le Hopkins verbal learning
test revised (HVLT-R) et un test de mémoire non verbal, le
Brief visuo-spatial memory test revised (BVMT-R), Benedict
et Zgaljardic [34] ont montré que l’effet lié à la pratique était
réduit lorsqu’on utilisait une version alternative plutôt que la
même forme et cet effet était encore plus important pour
le test de mémoire verbale. Ainsi, les listes alternatives restent la meilleure solution à l’heure actuelle afin de limiter
l’effet d’apprentissage dans un test de mémoire répété au
cours du suivi, même s’il est important de noter que cet
effet ne peut être totalement supprimé.
Points clés
• Le test de mémoire RL/RI-16 est largement utilisé
en clinique pour la détection des cas de maladie
d’Alzheimer débutante ou prodromale.
• Actuellement les cliniciens disposent de deux listes de
mots (liste A et liste B) qu’ils peuvent être amenés à
répéter au cours du suivi.
• La répétition rapprochée d’une même liste pourrait
représenter un biais pour l’interprétation clinique des
résultats.
• Cet effet lié à la pratique pourrait être minimisé avec
l’utilisation d’une nouvelle liste de mots.
• Grâce à cette étude, une troisième liste de mots (liste
C) est présentée et validée, permettant aux cliniciens de
continuer à utiliser les normes déjà existantes pour la
liste A.
Geriatr Psychol Neuropsychiatr Vieil, vol. 11, n ◦ 3, septembre 2013
Z
P-value
-1,93
0,00
0,06
0,99
Par conséquent, en validant une nouvelle liste alternative pour le RL/RI-16, cette étude met à la disposition des
cliniciens un outil permettant de mieux étudier le déclin
mnésique en minimisant l’effet test-retest. L’originalité de
notre travail se trouve dans le design proposé où chaque
sujet est son propre témoin. Cependant, quelques limites
méritent d’être soulignées, notamment la différence entre
les deux listes en ce qui concerne le nombre d’intrusions.
Ceci implique que les données normatives existantes,
élaborées à partir de la liste A [21], ne pourront pas
être utilisées pour le score d’intrusions. À l’exception
de ce score, en revanche, les normes publiées restent
parfaitement valables pour tous les sous-scores du test.
En outre, une comparaison des performances de patients
présentant une MA, interrogés à partir de la liste A et de
la liste C, aurait été également très utile afin de vérifier
l’équivalence des deux listes non seulement sur des sujets
normaux, mais aussi dans une population pathologique.
Ce complément devra être apporté dans une étude
ultérieure.
Conclusion
Le test de mémoire RL/RI-16 est à ce jour un des tests
les plus utiles en pratique clinique, ayant l’avantage d’être
standardisé et validé, et pour lequel nous disposons de
données normatives. Outre ces avantages, le fait de lui
adjoindre une liste alternative supplémentaire nous permettra de mieux faire face aux effets d’apprentissage dans les
situations où le test est répété.
La liste C peut être consultée sur le site de la Société
de neuropsychologie de langue française à la rubrique
“outils”http://www.snlf.net/.
Remerciements. Les auteurs remercient Amandine Pastre pour sa
contribution à cette étude.
Liens d’intérêts : aucun.
321
R. Stoykova, et al.
Références
1. Lopez OL, Becker JT, Klunk W, Saxton J, Hamilton RL, Kaufer DI, et al.
Research evaluation and diagnosis of probable Alzheimer’s disease over
the last two decades. Neurology 2000 ; 55 : 1854-62.
2. Dubois B, Feldman HH, Jacova C, Dekosky ST, Barberger-Gateau
P, Cummings J, et al. Research criteria for the diagnosis of Alzheimer’s disease : revising the NINCDS-ADRDA criteria. Lancet Neurol
2007 ; 6 : 734-46.
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 88.99.165.207 le 24/05/2017.
3. Tounsi H, Deweer B, Ergis AM, Van der Linden M, Pillon B, Michon
A, et al. Sensitivity to semantic cuing: an index of episodic memory
dysfunction in early Alzheimer disease. Alzheimer Dis Assoc Disord
1999 ; 13 : 38-46.
4. Amieva H, Le Goff M, Millet X, Orgogozo JM, Pérès K, BarbergerGateau P, et al. Prodromal Alzheimer’s disease : successive emergence
of the clinical symptoms. Ann Neurol 2008 ; 64 : 492-8.
5. Petersen RC, Smith GE, Ivnik RJ, Kokmen E, Tangalos EG. Memory
function in very early Alzheimer’s disease. Neurology 1994 ; 44 : 867-72.
6. Linn RT, Wolf PA, Bachman DL, Knoefel JE, Cobb JL, Belanger
AJ, et al. The ’preclinical phase’ of probable Alzheimer’s disease.
A 13-year prospective study of the Framingham cohort. Arch Neurol
1995 ; 52 : 485-90.
7. Buschke H, Sliwinski MJ, Kuslansky G, Lipton RB. Diagnosis of early
dementia by the Double memory test : encoding specificity improves
diagnostic sensitivity and specificity. Neurology 1997 ; 48 : 989-97.
8. Calicis F, Wyns C, Van Der Linden M, Coyette F. Adaptation en langue
française d’une procédure de Rappel libre/indicé de Grober et Buschke.
Travail non publié, 1991.
9. Grober E, Buschke E. Genuine memory deficits in dementia. Develop
Psychol 1987 ; 3 : 13-36.
10. Craick F, Lockhart RS. Levels of processing : a framework for
memory research. J Verbal Learning Verbal Behav 1972 ; 11 : 671-84.
11. Tulving E, Thomson DM. Encoding specificity and retrieval processes. Psychol Rev 1973 ; 80 : 352-73.
12. Rugg MD, Wilding EL. Retrieval processing and episodic memory.
Trends Cogn Sci 2000 ; 4 : 108-15.
13. Sarazin M, Berr C, De Rotrou J, Fabrigoule C, Pasquier F, Legrain
S, et al. Amnestic syndrome of the medial temporal type identifies
prodromal AD : a longitudinal study. Neurology 2007 ; 69 : 1859-67.
14. Grober E, Buschke H, Crystal H, Bang S, Dresner R. Screening for
dementia by memory testing. Neurology 1988 ; 38 : 900-3.
15. Christensen H, Birrell P. Explicit and implicit memory in dementia
and normal ageing. Psychol Res 1991 ; 53 : 149-61.
16. Ergis AM, Van der Linden M, Deweer B. Exploration des troubles
de la mémoire épisodique dans la maladie d’Alzheimer débutante au
moyen d’une épreuve de rappel indicé. Revue de neuropsychologie
1994 ; 4 : 47-68.
19. Grober E, Hall C, Sanders AE, Lipton RB. Free and cued selective
reminding distinguishes Alzheimer’s disease from vascular dementia.
J Am Geriatr Soc 2008 ; 56 : 944-6.
20. Pillon B, Deweer B, Agid Y, Dubois B. Explicit memory in
Alzheimer’s. Huntington’s, and Parkinson’s diseases. Arch Neurol
1993 ; 50 : 374-9.
21. Amieva H, Carcaillon L, Rouze L’Alzit-Schuermans P, Millet X,
Dartigues JF, Fabrigoule C. Test de libre/rappel indicé à 16 items: normes
en population générale chez les sujets âgés issues de l’étude des 3
Cités. Rev Neurol (Paris) 2007 ; 163 : 205-21.
22. Van der Linden M. L’évaluation des troubles de la mémoire en
neuropsychologie : différenciation des niveaux d’analyse. Thèse de doctorat, Université de Liège, travail non publié, 1988.
23. Van Der Linden M, Coyette F, Poitrenaud J, Kalafat M, Calicis F, Wyns
C, et al. L’épreuve de Rappel libre/Rappel indicé à 16 items (RL/RI-16).
In : Van Der Linden M et les membres du Gremem, eds. L’évaluation
des troubles de la mémoire. Marseille : Solal, 2004 : 25-47.
24. Mitrushina M, Satz P. Effect of repeated administration of a neuropsychological battery in the elderly. J Clin Psychol 1991 ; 47 : 790-801.
25. Lowe C, Rabbitt P. Test/re-test reliability of the CANTAB and
ISPOCD neuropsychological batteries: theoretical and practical issues.
Cambridge neuropsychological test automated battery. International study of post-operative cognitive dysfunction. Neuropsychologia
1998 ; 36 : 915-23.
26. Rabbitt P, Diggle P, Smith D, Holland F, Mc Innes L. Identifying and
separating the effects of practice and of cognitive ageing during a large
longitudinal study of elderly community residents. Neuropsychologia
2001 ; 39 : 532-43.
27. Lemay S, Bédard MA, Rouleau I, Tremblay PL. Practice effect and
test-retest reliability of attentional and executive tests in middle-aged
to elderly subjects. Clin Neuropsychol 2004 ; 18 : 284-302.
28. Galasko D, Abramson I, Corey-Bloom J, Thal LJ. Repeated exposure
to the Mini-mental state examination and the Information-memoryconcentration test results in a practice effect in Alzheimer’s disease.
Neurology 1993 ; 43 : 1559-63.
29. Cooper DB, Epker M, Lacritz L, Weine M, Rosenberg RN, Honig
L, et al. Effects of practice on category fluency in Alzheimer’s disease.
Clin Neuropsychol 2001 ; 15 : 125-8.
30. Bond J, Stave C, Sganga A, O’Connell B, Stanley RL. Inequalities
in dementia care across Europe : key findings of the Facing dementia
survey. Int J Clin Pract Suppl 2005 ; 146 : 8-14.
31. Content A, Mousty P, Radeau M, Brulex M. Une base de données
lexicales informatisée pour le français écrit et parlé. L’année psychologique 1990 ; 90 : 551-66.
32. Hawkins KA, Dean D, Pearlson GD. Alternative forms of the Rey
auditory verbal learning test : a review. Behav Neurol 2004 ; 15 : 99-107.
17. Grober E, Kawas C. Learning and retention in preclinical and early
Alzheimer’s disease. Psychol Aging 1997 ; 12 : 183-8.
33. Rezvanfard M, Ekhtiari H, Noroozian M, Rezvanifar A, Nilipour R,
Karimi Javan G. The Rey auditory verbal learning test: alternate forms
equivalency and reliability for the Iranian adult population (Persian version). Arch Iran Med 2011 ; 14 : 104-9.
18. Pasquier F, Grymonprez L, Lebert F, Van der Linden M. Memory
impairment differs in frontotemporal dementia and Alzheimer’s disease.
Neurocase 2001 ; 7 : 161-71.
34. Benedict RHB, Zgaljardic DJ. Practice effects during repeated administrations of memory test with and without alternative forms. J Clin
Exp Neuropsychol 1998 ; 20 : 339-52.
322
Geriatr Psychol Neuropsychiatr Vieil, vol. 11, n ◦ 3, septembre 2013
Téléchargement