Le Passe-Plat - Théâtre du Passage

publicité
LE PETIT JOURNAL DU SPECTATEUR QUI PREND DE LA HAUTEUR I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I DU 7 AU 11 DÉCEMBRE 2016 | 17H · VE 20H
Le
Passe-Plat
Don Quichotte
d’après l’opéra de
Jules Massenet
ensemble instrumental
Recette maison
Mise en bouche
C
J
haque saison, près d’une dizaine de créations se
répètent dans les murs du théâtre du Passage.
L’Association RR est venue à quatre reprises
déjà pour inventer dans notre petite salle un spectacle
plein de fantaisie, accessible aux plus jeunes et
n’excédant jamais plus de quatre-vingt minutes. Cette
formule permet à un vaste public de se familiariser
avec des œuvres lyriques. C’est la troisième fois
que Marianne Radja se lance dans ce joyeux pari de
cumuler avec talent les rôles d’adaptatrice, metteuse
en scène, costumière et accessoiriste, en complicité
avec Rubén Amoretti, qui a lancé le concept de ces
opéras en version Reader’s digest! Elle signera par
ailleurs la mise en scène de Carmen, la prochaine
production de Lyrica, au Passage les 30 et 31 mars
2017. Bon spectacle à vous tous!
Robert Bouvier | directeur
Histoires de Musique
ules Massenet (1842-1912) est initié au piano
par sa mère, avant d’intégrer le Conservatoire
de Paris. Lauréat du Prix de Rome, il rencontre
Franz Liszt avec qui il restera lié. Outre des œuvres
pour piano et pour orchestre, Massenet a composé
près de 30 opéras, dont Werther, Manon et Thaïs.
Vers le tournant du siècle, il passe pour le plus grand
compositeur d’opéra français. En 1904, à l’issue d’une
représentation du Chevalier de la Longue-Figure de
Jacques Le Lorrain, Massenet est conquis par la
singulière personnalité du héros et décide de s’atteler
à la composition de ce qui sera son dernier opéra.
Il confie l’écriture du livret à Henri Cain, qui retient
essentiellement de l’œuvre originale les aspects sérieux
et pathétiques de Don Quichotte, délaissant l’aventure
comique et fantastique du héros de Cervantes. La
première a lieu en 1910 à Monte-Carlo, avec la basse
Chaliapine dans le rôle-titre.
Durée: 1h15
avec
Rubén Amoretti (Don Quichotte)
Robert Bouvier (Cervantes)
Juliette de Banes Gardonne
(Dulcinée)
Philippe Jacquiard
(Pedro, les hommes)
Alejandro Meerapfel (Sancho)
équipe de création
ensemble musical
Histoires de Musique
mise en scène Marianne Radja
scénographie Jean-Marie Liengme
lumières Amandine Baldi
Bernard Colomb
costumes Moskada Barcelone
production
Association RR
soutiens
© Jean-Marie Liengme
BCN
Loterie Romande
Ville de Neuchâtel
création
au Passage avec
le soutien de la
I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I DU 7 AU 11 DÉCEMBRE 2016 | 17H · VE 20H
D
ans un village d’Espagne, le jour
de la Feria, la belle Dulcinée
devise avec ses admirateurs. Arrivé en
compagnie de son fidèle Sancho, Don
Quichotte lui chante une sérénade, avant
qu’un soupirant jaloux ne le provoque
en duel. Dulcinée sépare les deux
prétendants et enjoint Don Quichotte de
lui ramener son collier que des voleurs
lui ont dérobé...
Plat principal
D
ans cet opéra lyrique, si le
propos est en soi plutôt sérieux,
il est ici contrasté par le jeu des divers
protagonistes. Ils soulignent une
seconde lecture, légère et amusée. Le
trait grotesque de ce duo authentique et
clownesque est une soupape salvatrice
pour désamorcer le fond tragique de cette
quête absolue. Les scènes héroïques
du clown blanc sont tempérées par
son Auguste en quête de saucisson et
de bon vin. Don Quichotte est la figure
du songe humain, de la quête d’idéal,
d’absolu, mais aussi des rêves d’enfant,
des grands jeux d’enfant où tout existe
« pour de vrai », puisqu’on l’imagine. Où
tout « bout de machin » devient lance,
cape, destrier, mandoline, armure… !
Sancho n’existe-t-il après tout que parce
qu’il prend sans cesse le contre-pied de
son ami ? Il râle, mais que ferait-il sans
« son Grand » ? N’est-il pas finalement la
vraie figure tragique du tandem, puisqu’il
r é s u m é
n o t e
d ’ i n t e n t i o n
ne meurt pas ?… Cervantes lui-même
intervient en toute bienveillance, amusé
et fasciné par ses alter ego. Il nous relie
à son écrit, son livre immense : « Dans un
village de la Manche, dont je ne veux pas
me rappeler le nom... ». Cela commence
comme un vrai roman de chevalerie, mais
dès la première phrase, l’auteur renonce
déjà à situer les faits. Il laisse un flou
dont on s’accommode bien, après tout.
C’est le jeu. « Débrouillez-vous, puisqu’en
ouvrant ce livre, vous êtes déjà d’accord
de me suivre, cher lecteur... » Animées par
Cervantes, les figures de Rossinante et
de Grison, les montures de notre célèbre
tandem, viennent naïvement commenter
l’action. L’Ensemble Histoires de Musique
nous offre à nouveau une adaptation
brillante de la partition pour quatuor. Par
un jeu d’ombres chinoises, lumières et
décors créent la féérie don-quichottesque.
Marianne Radja | metteuse en scène
Desserté c l a i r a g e
A
l’occasion du 400ème anniversaire de
la mort de Cervantes, et dans son
souci constant de porter l’opéra aux plus
jeunes et aux non-initiés, l’Association
RR a naturellement porté son choix sur
l’œuvre de Massenet. Assurément, le
fantasque hidalgo et sa longue figure
efflanquée à la Giacometti ne passent
pas inaperçus. Si, dans l’œuvre originale,
le héros traverse moult aventures et
rebondissements, chez Massenet la trame
n’en conserve que peu d’aspects : l’amour
pour Dulcinée, la quête de l’inaccessible
étoile ainsi que le fameux combat aussi
grotesque que sublime contre les moulins
à vent. Le chevalier devient ici un héros
tragique et la don-quichotterie une
comédie héroïque.
Prochainement
t h é â t r e
m u s i c a l
(dès 7 ans)
L’histoire du soldat
de Charles Ferdinand Ramuz musique Igor Stravinsky
mise en scène Omar Porras, par le Theatro Malandro
Sur le chemin qui le ramène chez lui, le soldat Joseph,
son violon sur le dos, rencontre un chasseur de papillons
qui lui propose un étrange marché : échanger son
instrument contre un livre enchanté, capable de faire sa
fortune... Une production spectaculaire et un véritable
feu d’artifice, marqués de la griffe d’Omar Porras.
21 · 22 décembre | me 18h · je 20h*
*La représentation de jeudi est proposée en audiodescription, en collaboration avec l’association Ecoute Voir.
© Elisabeth Carecchio
Entrée
Passage de midi
Rencontre avec l’auteure neuchâteloise
Antoinette Rychner, lauréate du Prix suisse de littérature
2016, qui vient de publier Devenir pré aux Editions
d’Autre Part.
me 14 décembre | 12h15 · studio, entrée libre
Pour d’autres plats,
avant ou après les spectacles
Retrouvez-nous sur
/theatrepassage
032 717 79 07 | www . theatredupassage . ch | application iPhone/Android
Téléchargement
Explore flashcards