Les papillomavirus humains

publicité
Les papillomavirus humains
Les papillomavirus humains sont des virus de petite taille, sphériques icosaédriques à ADN
double brin protégé par une nucléocapside composée de 72 capsomères de nature protéique.
Leur absence d’enveloppe leur confère une relative résistance à la dessiccation, à la chaleur et
au froid. L’ADN viral est composé de 7 900 paires de bases réparties en 3 régions. Dans une
de ces régions, dite « tardive » :
- Les gènes L (Late) codant pour les protéines de la nucléocapside sont exprimés.
- La protéine majeure L1 en particulier joue un rôle majeur dans la reconnaissance des PVH
par le système immunitaire.
- Les gènes E (Early, E1 à E7) sont exprimés par une seconde région dite « précoce ».
- L’expression du gène E5 en particulier permet la synthèse de facteurs de prolifération des
cellules épidermiques, dont l’action se traduit cliniquement par le caractère kératosique,
verruqueux, papillomateux, proliférant des condylomes.
- Les gènes E6 et E7 codent pour la synthèse des protéines E6 et E7 capables d’interagir
avec les produits de gènes tumeur-suppresseurs des cellules épithéliales, indispensables au
contrôle de la prolifération cellulaire et à la survenue de tumeurs malignes.
- La protéine E6 est capable de se lier à la protéine p53 de la cellule infectée, d’inactiver ainsi
les propriétés tumeur-suppresseurs de p53 et de favoriser l’émergence de clones et le
développement de tumeurs malignes.
- La protéine E7 est capable d’inactiver la protéine RB produit du gène tumeur-suppresseur Rb
(
rétinoblastome).
1/2
Les papillomavirus humains
2/2
Téléchargement
Explore flashcards