Le romantisme - C`est pas les fautes à Molière C`est pas les fautes à

publicité
Le romantisme
Mouvement
littéraire
et culturel du XIXe
siècle
Le voyageur au-dessus de la
mer de nuages, Caspar David
Friedrich
Le romantisme est un courant artistique
d’Europe occidentale apparu au cours du
XVIIIe siècle en Allemagne et en GrandeBretagne, puis au XIXe siècle en France
en Italie et en Espagne. Il se développe en
France après la chute de Napoléon, sous
la restauration et la monarchie de juillet,
en réaction contre l’esthétique classique et
le rationalisme philosophique du XVIIIe
siècle.
Le cadre historique :
La Révolution de 1789 est un mythe
pour les écrivains romantiques. Le
mythe a apporté le nécessaire
idéologique à leur mouvement, c'est à
dire la notion d'individu essentiel.
Le Romantisme revendique
la singularité et
l'originalité de chaque
personne. Par ailleurs, la
destinée de Napoléon Ier
nourrit une mythologie
de réussite et de destin
exceptionnel.
Premier sens (étymologique)
Dans son sens le plus vaste, le mot romantisme signifie
conception de la vie relative au « roman », conception dont
on trouve l'expression dans les récits épiques des peuples
romans. Le romantisme ainsi compris est donc une
mentalité d'inspiration chrétienne et nord-occidentale, par
opposition à la mentalité antique et classique, d'inspiration
païenne et d'origine gréco-latine. De cette mentalité est
sorti un art cherchant à représenter l'infini, se portant
volontiers vers l'inaccessible, le merveilleux, le fantastique,
le mystérieux, tandis que l'art antique recherchait la raison,
le calme, la simplicité, la noblesse, la clarté. Ce
romantisme serait spécialement d'esprit moyenâgeux,
avec ses sentiments profondément religieux, son
enthousiasme pour une société chevaleresque, son amour
du miraculeux ; il se soucierait plutôt de foi, de sentiment
et de fantaisie que de critique, de raison, de mesure ; il
serait en un mot l'expression de tendances absolument
opposées à celles des anciens, raisonnables, moralistes et
païens.
Le romantisme est une révolution de la pensée et de la
mentalité européenne qui, après avoir renouvelé toutes
les idées philosophiques du siècle, provoque un
renouvellement de la littérature et des arts. C'est, après la
philosophie matérialiste et sèche du XVIIIe siècle, un
retour vers les grandes sources d'émotion, la religion du
cœur, et la sympathie pour tout ce qui est sincère et
profond. La critique du XVIIIe siècle, essentiellement
destructive, n'avait engendré que l'esprit d'examen ; le
romantisme est l'esprit d'examen uni à l'imagination pour
comprendre la beauté du passé que l'on avait détruit; c'est
un effort pour refaire une foi nouvelle composée de
critique et d'enthousiasme ; c'est une réaction énergique
du sentiment et de l'intelligence qui vivifient contre le
raisonnement et l'abstraction.
Après la chute de
Napoléon, il n'est plus
possible pour les jeunes de
cette époque de s'investir
dans cette légende et il
semble alors que la notion
d'héroïsme soit désormais
abolie.
L'écrivain romantique a le
sentiment d'être floué par
l'époque qu'il traverse : une
époque de désillusion
marquée par les échecs
comme celui de la
Révolution de 1830.
Ainsi, chez l'écrivain
romantique, le malaise
historique se transforme
souvent en angoisse
métaphysique.
Un malaise
historique
L'essor économique et la bourgeoisie
comme classe dominante
• La progression de la bourgeoisie est due à
l'accroissement des transports et à l'élargissement du
crédit. Le premier chemin de fer date de 1837.
• Les bourgeois qui maîtrisent déjà la puissance
économique du pays sont également les électeurs des
députés. La toute puissance bourgeoise est caricaturée
par les hommes de Lettres, notamment par Honoré de
Balzac dans La Comédie Humaine.
Charles X, qui règne de
1824 à 1830, est un roi
intransigeant et
conservateur aux mesures
trop sévères, ce qui aboutit
à la Révolution de juillet.
Les intellectuels voient
dans cette Révolution
l'espoir d'une réforme
libérale du régime, voire
une évolution vers la
République. Mais la
Révolution avorte. C'est
l'avènement de la
Monarchie de juillet avec le
roi Louis-Philippe. C'est
une grande déception pour
la classe intellectuelle.
Sous ce régime règnent
l'immobilisme social, le
conservatisme politique, et
un dynamisme économique
favorisant la bourgeoisie.
L’esprit
révolutionnaire
L'individualisme
Émancipation entière et absolue du «moi», tel
est le cri de ralliement. Chacun de nous est son
seul maître. L'artiste et le poète ont non
seulement le droit, mais le devoir d'être euxmêmes, et non pas seulement les metteurs en
œuvre de certaines formules et de certains
procédés. Ils n'ont à reconnaître d'autre autorité
que celle de leur caprice ou de leur fantaisie. Et
si l'on a pu dire que le romantisme avait pris en
tout le contre-pied du classicisme, c'est que l'on
a souvent cru que le classicisme avait fait de
l'impersonnalité de l'œuvre une des conditions
de sa perfection.
Le romantisme s'esquisse par la revendication
des poètes du « je » et du « moi », qui veulent
faire connaître leurs expériences personnelles et
faire cesser cet aspect fictif attribué aux poèmes
et aux romans. Le romantisme se caractérise
par une volonté d'explorer toutes les possibilités
de l'art afin d'exprimer les extases et les
tourments du cœur et de l'âme : il est ainsi une
réaction du sentiment contre la raison, exaltant
le mystère et le fantastique et cherchant
l'évasion et le ravissement dans le rêve, le
morbide et le sublime, l'exotisme et le passé.
Le Romantisme est un mouvement littéraire qui
prône de laisser largement place à l'expression
des sentiments et des sensations en abolissant
les règles strictes de la littérature classique. Il
propose de jouer sur les contrastes, sur
l'opposition du beau et du laid, du sublime et du
grotesque. Il préconise la liberté et le naturel en
art. Le Romantisme s'exerce dans les romans,
la poésie, ainsi que le théâtre. A sa tête, il y a
Victor Hugo, puis viennent Théophile Gautier,
Gérard de Nerval, Alexandre Dumas, Alfred
de Vigny, Alphonse de Lamartine et Jacques
Michelet.
Un précurseur : Rousseau
• Trois œuvres mettent l'accent
sur l'expression de soi et des
sentiments, et sur la recherche
de l'harmonie entre l'être et la
nature qui l'environne :
• Julie ou la Nouvelle Héloise :
1761
• Les Confessions : 1782
• Les Rêveries d'un promeneur
solitaire : 1776-78
• La mélancolie qu'il exprime
revoie au thème romantique du
"Mal du siècle".
François-René
de
Chateaubriand
Chateaubriand prépare
le Romantisme. En 1802,
il invente le personnage
de René, premier jeune
homme en proie au
désespoir et au "mal du
siècle", balloté entre
sentiments et sensations
contradictoires.
Il souffre de passion incestueuse pour sa sœur et traîne sa
mélancolie en France et en Amérique. Le héros romantique
instable et angoissé est né, mais le Romantisme français au
sens propre apparaît en 1820 sous l'égide de Victor Hugo.
Victor Hugo
• 1802 – 1885
• Poète, romancier,
dramaturge,
critique, Victor Hugo
est un auteur d'une
stature
incomparable et
inégalée. Auteur de
Notre-Dame de
Paris, Hernani, Les
Misérables.
Théophile
Gautier
• Théophile Gautier est
un poète, romancier,
peintre et critique
d’art français, né à
Tarbes le 30 août
1811 et mort à
Neuilly-sur-Seine le
23 octobre 1872 à 61
ans. Auteur du
Capitaine Fracasse.
Gérard de
Nerval
• Gérard de Nerval,
pseudonyme de
Gérard Labrunie, né
à Paris le 22 mai
1808 et mort le 26
janvier 1855, poète
français. Auteur de
Sylvie, et des sonnets
des Chimères.
Alexandre
Dumas
• Romancier français,
né en 1802, mort en
1870. Auteur des
Trois Mousquetaires,
du Comte de MonteCristo. Fils du général
Alexandre Dumas.
Alfred de Vigny
• Écrivain et poète
français, 1797 –
1863. Auteur de
Servitude et
grandeur militaire,
et des Destinées.
Alphonse de
Lamartine
• Poète français, 1790
– 1869. Auteur des
Méditations
poétiques.
Honoré de
Balzac
• romancier
français (17991850), auteur
d'une
gigantesque
épopée
romanesque, la
Comédie
humaine.
Cette pièce est créée en
octobre 1829.Elle raconte la
rébellion d'un noble
espagnol contre son roi.
Victor Hugo, dans cette
pièce, fait beaucoup
d'entorses romantiques à la
langue, c'est à dire :
étirement et cassure du
vers, emploi de termes
banals, langage familier
dans la bouche des Grands,
formules triviales,
métaphores percutantes et
insolites.
La première de cette pièce
est un scandale. Mais le
Romantisme est à présent
un mouvement reconnu et
officiel.
La bataille
d’Hernani
La poétique romantique : le « Moi »
Le Romantisme s'écrit d'abord à
la première personne. La poésie
lyrique exalte un "je" qui
s'exprimerait au nom de tous.
Des genres naissent (comme le
journal intime), se développent
(comme l'autobiographie) et
exaltent le désir de la
connaissance de soi. C'est
souvent un "moi" douloureux
atteint par le "Mal du siècle" que
met en scène le Romantisme.
Le héros peut être banni
(comme Jean Valjean ou
Quasimodo), ou s'exclure luimême (comme Frollo ou
Lorenzaccio) à cause de sa
misanthropie.
La poétique romantique : l’amour malheureux
Dans un monde guetté par l'ennui et la désillusion, l'amour
semble être le refuge des idéaux. Pourtant, l'histoire d'amour
romantique se termine rarement bien. Séparés par des
malentendus, la loi, les préjugés, les couples romantiques ne
s'unissent que dans la mort. Une double mort construit
souvent la mythologie de ces couples impossibles.
La poétique romantique : l’exotisme
La traduction est en vogue ainsi que la curiosité pour l'ailleurs.
L'attrait pour l'Orient est avivé par les découvertes comme les
hiéroglyphes et s'exprime dans Les Orientales de Victor Hugo
(1829).
Noms propres
exotiques, informations
sociologiques,
descriptions précises,
insertion de mots
étrangers dans la
narration : le souci de
la couleur locale
romantique est une
façon d'aviver le
mystère et le sentiment
d'étrangeté.
La poétique romantique : la rêverie, le
mystère, et le fantastique
• Le romantique aime le mystère
et le surnaturel. Le fantastique
connaît un grand succès au
XIXème siècle : il y a les
spécialistes du genre, c'est à
dire Théophile Gautier,
Charles Nodier et Prosper
Mérimée. Dans le récit
fantastique, le lecteur hésite
devant une explication réaliste
ou surnaturelle des
évènements décrits. Le récit
fantastique est à l'image de la
littérature romantique : il se
construit sur l'opposition et la
contradiction.
Girodet, Apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la
liberté
La musique romantique
Wolfgang Amadeus Mozart
• Né à Salzbourg, 1756, mort à
Vienne 1791. Mort à trente-cinq
ans, il laisse une œuvre importante
(626 œuvres sont répertoriées),
qui embrasse tous les genres
musicaux de son époque.
• On reconnaît généralement qu'il a
porté à un point de perfection les
principales formes de la musique
classique. Son nom est passé
dans le langage courant comme
synonyme de génie, de virtuosité
et de maîtrise parfaite.
Ludwig van Beethoven
•
•
•
compositeur allemand né à Bonn en
1770 et mort à Vienne en1827.
Dernier grand représentant du
classicisme viennois, Beethoven a
préparé l’évolution vers le
romantisme en musique. sa musique
symphonique est la principale source
de sa popularité universelle.
Surmontant à force de volonté les
épreuves d’une vie marquée par le
drame de la surdité, célébrant dans
sa musique le triomphe de
l’héroïsme et de la joie quand le
destin lui prescrivait l’isolement et la
misère, il a mérité cette affirmation
de Romain Rolland : « Il est bien
davantage que le premier des
musiciens. Il est la force la plus
héroïque de l’art moderne ».
Franz Schubert
• compositeur autrichien,
1797 -1828. Bien que
mort à 31 ans, Schubert
est l'un des grands
compositeurs du XIXe
siècle et le maître
incontesté du lied.
Robert Schumann
• 1810, 1856, compositeur
allemand.
• Sa musique s'inscrit dans
le mouvement romantique
qui domine en ce début de
XIXe siècle une Europe en
pleine mutation.
Compositeur littéraire par
excellence, Schumann et
sa musique illustrent à la
perfection la figure du
romantique passionné.
Gioachino Rossini
• compositeur italien, 1792, mort
à Paris en 1868.
• son nom se rattache surtout à
l'opéra dont les plus populaires
sont Il barbiere di Siviglia
(d'après Le Barbier de Séville
de Beaumarchais), La
Cenerentola (d'après
Cendrillon), La gazza ladra (La
Pie voleuse), L'italiana in Algeri
(L'Italienne à Alger) et
Guillaume Tell.
Félix Mendelssohn,1809-1847
• chef d'orchestre,
pianiste et
compositeur
allemand. Il est le
petit-fils du
philosophe Moses
Mendelssohn.
Hector Berlioz
• Compositeur français,
1803 - 1869.
• Il est considéré comme
l'un des plus grands
représentants du
romantisme européen,
bien qu'il récusât le terme
de « romantique » qui ne
signifiait rien à ses yeux.
Il se définissait en fait
comme un compositeur
classique.
Charles Gounod
• Compositeur français né à
Paris en1818 et mort en 1893.
• Gounod est surtout réputé
pour ses opéras :
• Faust, d'après la pièce de
Goethe. Marguerite est
séduite par Faust après qu'il a
vendu son âme au diable.
• Roméo et Juliette, d'après la
pièce de Shakespeare.
La peinture romantique
•
Jacques-Louis David – 1748 1825
Considéré comme le
chef de file de l’École
néoclassique, dont il
incarne le style pictural
et l’option intellectuelle.
Il revendique l’héritage
du classicisme de
Nicolas Poussin et des
idéaux esthétiques
grecs et romains, en
cherchant à « régénérer
les arts en développant
une peinture que les
classiques grecs et
romains auraient sans
hésiter pu prendre pour
la leur».
Anne-Louis Girodet
•
•
peintre français,
1767,1824.
L'œuvre de Girodet se
situe à la charnière des
deux grands courants
artistiques du XIXe
siècle. La recherche de
la beauté idéale selon
les canons classiques
du peintre l'inscrit dans
la lignée des peintres
néoclassiques
davidiens, alors même
que, par une forte
volonté d'innovation, il
imprègne ses peintures
d'une grâce et d'une
poésie singulière, qui
préfigure le romantisme.
Les funérailles d’Atala
Antoine-Jean
Gros
• 1771, 1835,
peintre français
rattaché au
courant du
néoclassicisme
et du
préromantisme.
Napoléon au pont d’Arcole
Francisco José de Goya
• 1746,
1828,
peintre et
graveur
espagnol.
Los fusilamientos del tres de mayo - 1814
Eugène
Delacroix –
1798 - 1863
• peintre
majeur du
romantisme
en peinture.
Les massacres de Scio
John Henry Fuseli
• 1741 - 1825 peintre et
écrivain d'art
britannique d'origine
suisse. Il montra très
tôt dans sa carrière, un
attrait particulier pour
les sujets fantastiques.
Il passa la plus grande
partie de sa vie en
Angleterre où il
exécuta des
illustrations des
œuvres de
Shakespeare, Dante,
ainsi que de l'épopée
germanique des
Nibelungen.
Le cauchemar
William Turner – 1775 - 1851
• peintre, aquarelliste et
graveur britannique.
Initialement de la
veine romantique
anglaise, son œuvre
est marquée par une
recherche novatrice
audacieuse qui fait
considérer celui que
l'on surnomme le «
peintre de la lumière
» comme un
précurseur de
l'impressionnisme,
avec son
contemporain John
Constable.
Dogana et Santa Maria della Salute, Venise
Caspar David Friedrich
• 1775, 1842,
• est le chef de
file de la
peinture
romantique
allemande du
XIXe siècle.
La mer de glace
Théodore Géricault
• 1791, 1824,
peintre et
sculpteur français.
• Incarnation de
l’artiste
romantique, sa
vie courte et
tourmentée a
donné naissance
à de nombreux
mythes.
Le radeau de la Méduse
Téléchargement
Explore flashcards