« Comorbidité psychiatrique », maladie d`Alzheimer et syndromes

publicité
« Comorbidité psychiatrique »,
maladie d’Alzheimer et
syndromes apparentés.
Drs S. MALTAVERNE et C. GRANET,
Hôpital de jour « Les Nymphéas »
Pôle de Gérontopsychiatrie
CH Le Vinatier
Les symptômes comportementaux et
psychologiques des démences
« SCPD »
La maladie d’Alzheimer se manifeste par :
- des troubles cognitifs (troubles mnésiques, troubles
phasiques, praxiques et gnosiques)
- des troubles non cognitifs dénommés
« symptômes comportementaux et psychologiques
de la démence » (S.C.P.D.)
Classification des SCPD
- troubles affectifs et émotionnels : dépression,
anxiété, apathie,
- manifestations de la lignée psychotique :
hallucinations, idées délirantes, troubles perceptifs
- perturbations comportementales : agitation,
agressivité, instabilité psychomotrice
- troubles des conduites élémentaires : rythme
nycthéméral, troubles de l’alimentation
« Troubles du comportement » en fonction
de l’évolution de la maladie démentielle
Evolution
de la
maladie
Agitation, agressivité,
hallucinations
Manifestations
délirantes
Troubles thymiques
Irritabilité
Troubles du caractère
Diagnostic des troubles
cognitifs
Entrée en institution
Temps
SCPD et souffrance psychique
- manifestations liées au processus
dégénératif organique
- manifestations psychopathologiques
liées au vécu individuel de la pathologie
et à la personnalité antérieure
- manifestations psychopathologiques
liées au contexte environnemental
La maladie d’Alzheimer n’est pas qu’une
maladie de la cognition: les approches
psychopathologiques des démences
- La destructuration de l’appareil psychique: « la
psycholyse » (G Le Gouès):
-
« les trous de pensée »
Régression vers une « pensée primitive »
- le processus démentiel: « mécanisme de
défense contre l’angoisse de mort »: les
thanatoses (J Maisondieu)
- Le retentissement familial:
-
Le patient : un étranger pour sa famille ?
La maladie du parent: traumatisme familial ?
Les interactions patient / famille
Illustrations cliniques
- Mr M.: 81 ans, MCI/ MA stade léger,
manifestations anxieuses et dépressives, peur
de la maladie et de son évolution,
remaniement difficile des liens de couple.
- Me F. : 78 ans, MA stade modéré,
« psychodrame familial »; troubles
obsessionnels du conjoint mettant le couple
en crise.
Le soin en hôpital de jour
- Nécessité d’une intervention précoce pour éviter la
crise
- quels patients ? Patients atteints d’une maladie
d’Alzheimer et syndromes apparentés chez lesquels
une souffrance psychique individuelle et/ou une
souffrance familiale peut être repérée dès le début de
l’évolution de la pathologie
- Souffrance psychique individuelle ? Exemples:
apparition d’éléments anxieux, syndrome dépressif,
notions de pathologies psychiatriques antérieures
pouvant venir compliquer l’évolution, difficultés
comportementales précoces
- Souffrance psychique familiale ? Crise familiale à
l’occasion de la maladie neurodégénérative du
parent, réactivation d’une « pathologie » familiale
ancienne.
Les objectifs de soins
- le maintien et la stimulation des acquis +++
- La valorisation des potentialités intactes:
préalable à une « renarcissisation »
- Le travail autour de la question de la perte
pour réinvestir d’autres domaines
- Le travail thérapeutique familial:
accompagner dans l’acceptation de la
pathologie et faciliter le réaménagement des
liens familiaux
Les outils de soin
- un cadre de soin constant et fixe:
« historicité » et « continuité »
- Travail neuropsychologique: maintien des
acquis
- Le travail médiatisé: individuel et groupal:
+ le maintien des acquis par la mise en situation
« écologique »
+ le média: support de projection de la vie psychique
+ le travail corporel: atteinte du schéma corporel, le corps
comme moyen de s’exprimer et possible support d’une « relance
narcissique »
- Les entretiens familiaux:
réaménagement des liens
familiaux, la question de la séparation, maintenir une
« continuité » mise à mal par l’amnésie, remettre « du sens »
au symptôme cognitif
L’hôpital de jour en pratique (1)
- Les moyens humains
- Psychiatre et gériatre
- Psychologue clinicien et neuropsychologue
- Infirmières
- Psychomotricien, kinésithérapeute, ergothérapeute
- L’organisation du soin
- Accueil à la journée
- Soins individuels:entretiens médico
psychologiques, évaluations et prises en charge
individuelles (ergo, kiné, psychomot) sur indication
- Soins groupaux: ateliers thérapeutiques
L’hôpital de jour en pratique (2)
- Quelles indications?
- Patient présentant une maladie d’Alzheimer ou
apparentée, en début d’évolution avec des
troubles psychopathologiques susceptibles de
compliquer l’évolution (dépression, anxiété,…)
- Difficultés familiales en lien avec la maladie, en
prévention de la crise .
- Qui adresse :
- neurologues et gériatres des consultations
mémoire
- services de gériatrie
- médecins généralistes
« Troubles du comportement » en fonction
de l’évolution de la maladie démentielle
Evolution
de la
maladie
Agitation, agressivité,
hallucinations
Manifestations
délirantes
Troubles thymiques
Irritabilité
Troubles du caractère
Diagnostic des troubles
cognitifs
Indications de prise
en charge à
l’hôpital de Jour
« Les Nymphéas »
Entrée en institution
Temps
L’hôpital de jour en pratique (3)
- L’hôpital de Jour « Les Nymphéas »,
structure du pôle de gérontopsychiatrie
au sein du CH Le Vinatier
- Capacité de 15 places
- Admission sur consultation préalable
auprès du psychiatre de l’unité
- Pour nous joindre:
Secrétariat: 04 37 91 52 90
Merci de votre attention.
Téléchargement
Explore flashcards