sous-développement » économique en Iran

publicité
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LILLE I
Faculté des Sciences Economiques et Sociales
Thèse de doctorat de l'Université en changement social
Option Sciences Economiques
Présentée et soutenue par
Mohammad Mehdi DADSETAN
L’AUTORITARISME DU POUVOIR POLITIQUE
ET
LE « SOUS–DEVELOPPEMENT » ECONOMIQUE EN IRAN
Thèse dirigée par Monsieur le Professeur André GUICHAOUA
Date de soutenance 29 Avril 2003
Membres du Jury :
Monsieur le Professeur Henri BARTOLI
Monsieur le Professeur Jean-Louis THIEBAULT
Monsieur le Professeur Mehrdad VAHABI
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
SOMMAIRE
REMERCIEMENT
Page 10
INTRODUCTION
11
LA PROBLEMATIQUE
36
La problématique Générale
Esquisses de définition des concepts
42
Approches contradictoires des théories sur le sujet
60
Le cas concret de l’Iran
67
LA METHODOLOGIE
73
PREMIERE PARTIE
ANALYTIQUE DES THEORIES DU
DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS
SOUS-DEVELOPPES
CHAPITRE I:
LE CONCEPT DE "SOUS-DEVELOPPEMENT"
87
CH. I. 1. Les différentes approches sur la définition du concept
L’approche linéaire et purement quantitative
87
CH. I.2. L'approche néoclassique et libérale du
"sous-développement"
94
CH. I.3. Les cercles vicieux du sous-développement
95
CH. I.4. Le Self Relient ou le développement endogène
110
CH. I.5. L'approche marxiste du "sous-développement"
111
CH. I.6. L’approche des théoriciens dépendantistes
(de l’école CEPAL1)
1.
120
Commission Économique Pour l’Amérique Latine, créée par les Nations-Unies en 1958.
1
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE II:
LE DEVELOPPEMENT ET LE MODELE OCCIDENTAL
125
CH. II. 1. Les cas exceptionnels de la Corée du Sud et le Japon
125
CH. II.2. Le mythe de l’industrialisation
136
CH. II.3. La place de "l’homme" dans les projets
et les modèles de "développement"
138
CH. II. 4. Une définition plus large du concept du développement 140
CHAPITRE III:
LA NOUVELLE POLITIQUE DE LA BANQUE MONDIALE
ET LE FOND MONETAIRE INTERNATIONAL
143
CH. III.1. Le constat d’échec dans les projets de développement
par les organismes internationaux et le changement
de la politique d’Aide au Développement
143
CH. III.2. Les conséquences de la politique des Programmes
d’Ajustement Structurel (PAS)
148
CH. III. 3. La politique de la conditionnalité démocratique
de la Banque Mondiale
153
CH. III.4. La "démocratie", la meilleure garantie contre
l'instabilité économique, aussi bien au niveau
national qu'international.
160
2
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE IV:
L’EVOLUTION DU CONCEPT DE L’ETAT
163
CH. IV.1. Les théories d'Etat élaborées depuis XVIII siècle
163
CH. IV.2. L'Etat à l'épreuve des théories du développement
179
CH. IV.3. La théorie "néo-progressiste" du développement
en rapport avec la liberté politique inspirée de la pensée
de Friedrich List
182
CH. IV.4. L'impact des facteurs politiques et institutionnels
sur le développement économique
185
CHAPITRE V:
LA QUESTION DE LA DEMOCRATIE ET L'AUTORITARISME
PAR RAPPORT AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE
190
CH. V.1. La démocratie favorise-t-elle la croissance
et le développement économique?
190
CH. V.2. Le développement économique précède-t-il la démocratie? 194
CH. V.3. L’autoritarisme légitimé par l’anti-communisme
et la lutte anti-impérialisme
198
CH. V. 4. Les conditions essentielles à l’émergence de la Démocratie
et sa survie. Une corrélation entre l’égalité économique,
l’égalité politique et l’égalité sociale
203
CH. V.5. Les obstacles de la démocratisation dans
les pays "sous-développés"
208
CH. V.6. Autoritarisme et le développement économique
Les théories "développementistes" des années
après guerre (1950-1975)
213
3
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CH. V.7. Le développement économique et les différentes
formes de régimes politiques
216
CH. V.8. Les régime autoritaires développementistes (AD)
222
A. La thèse de l’incompatibilité entre développement
économique et démocratie
224
B. La thèse de la démocratie liée à l’économie de marché
225
C. La thèse favorable aux dictatures respectant le marché
226
D. La thèse des préalables économiques de la démocratie
227
CHAPITRE VI:
LES DIFFÉRENTES THÈSES À L’ÉPREUVE
DES PROCESSUS DE DÉMOCRATISATION
DES ANNÉES 90
229
CH. VI.1. Subordination de la démocratie au niveau
du développement
229
CH. VI.2. L’effet positif de la démocratie sur le bien-être et l’égalité
Les analyses empiriques en faveur de la démocratie en termes
de facteurs objectifs dans le développement économique
CH. VI.3. Les arguments en faveur de l’autoritarisme et ses effets
231
positifs sur le développement économique
235
CH. VI.4. Notre évaluation sur les rapports existant
entre la démocratie et le développement économique.
240
4
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
DEUXIEME PARTIE
L’AUTORITARISME
ET LE " SOUS- DEVELOPPEMENT " EN IRAN
CHAPITRE I:
L’EVOLUTION DU SYSTEME POLITIQUE
DE LA SOCIETE IRANIENNE
INTRODUCTION
255
CH. I.1. Histoire récente de la situation socio-économique
et politique de l'Iran. La Stratégie générale
du "Développement" de l’Iran de 1960 à 1977.
259
A. La période allant de 1948 à 1967
265
B. La réforme agraire 1959-1963
266
CHAPITRE II:
LA REVOLUTION BLANCHE ET SES CONSEQUENCES
SUR LE PLAN POLITIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIAL
268
CH. II.1. La Réforme agraire sous la pression des Etats-Unis
268
CH. II.2. Le système de production dans les régions
rurales avant la réforme agraire"
273
CH. II.3.Unités de production de type capitaliste
273
A - Sociétés étatique par action
276
B – Société agricoles par actions
276
CH. II.4. La situation foncière et la répartition de la terre
après la réforme agraire
279
5
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE III:
LA SITUATION DU SECTEUR INDUSTRIEL DE
L’ECONOMIE IRANIENNE DE 1959 JUSQU’A 1979
282
CH. III.1. Le poids des relations de dépendance
282
CH. III.2. Les différents aspects de la dépendance de l’industrie iranienne
vis-à-vis des pays occidentaux
286
A - Dépendance par le capital :
286
B - Dépendance par équipement :
286
C - Dépendance technologique :
286
D - Dépendance aux pièces détachées et préfabriquées à l'étranger 287
E - Dépendance aux industries étrangères pour l'utilisation de leurs
brevets d'invention
287
CHAPITRE IV:
LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT
DE L'IRAN DEPUIS 1979
291
CH. IV.1. La situation du secteur de l’industrie
après la révolution de 1979. L’échec d’une vision islamiste
291
A. La période entre 1979-1982 : la période d’entretien des illusions
291
B. La période de pragmatisme et le Réalpolitique
294
C. La période de libéralisation accélérée et la normalisation
de la politique extérieure 1997-2001
394
CH. IV.5. La perspective d’une " démocratisation " de
la vie politique et sociale en Iran
298
CH. IV.6. Une brève histoire de l'évolution
de la société iranienne
299
A. Les nouveaux paramètres
301
B. L’influence des moyens de communication
303
6
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE V:
LES DIFFERENTES APPROCHES SUR LES RAISONS
DE "SOUS-DEVELOPPEMENT" DE L'IRAN
308
CH. V.1. Les facteurs externes.
Les premiers contacts entre l’Iran et l’Occident.
308
CH. V.2. L’influence des premiers étudiants envoyés
en Europe Sur l’évolution future de la société iranienne.
315
CH. V.3. Le choc de "modernisme".
La révolution constitutionnelle 1905 Première
tentative de modernisation de la vie politique iranienne.
319
CH. V.4. L’instauration d’une monarchie constitutionnelle
Le conflit entre le Chah et les représentant de la « nation »
322
CH. V.5. L’arrivée au pouvoir de Reza Chah.
Le dictateur militaire remplace le despote.
325
CHAPITRE VI:
LE CONTEXTE ECONOMIQUE, POLITIQUE ET
SOCIO-CULTUREL DE L'ARRIVEE AU POUVOIR D'UN
ETAT AUTORITAIRE EN IRAN DONT LA FORME A ETE
COPIE SUR LE MODELE DE L'ETAT OCCIDENTAL.
335
CH. VI.1. La deuxième tentative pour la démocratisation
de la société iranienne Mossadegh et la crise du pétrole
336
CH. VI.2. Les paramètres internes à la société et leurs impacts
sur le sous-développement économique de l’Iran
339
CH. VI.3. L’instabilité politique
342
7
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CH. VI.4. Les évictions successives des élites et
des personnalités politiques
344
A. L'impact de l'invasion Mongols sur l'évolution démographique
353
B. L’évolution du système politique
354
C. L'impact de l'invasion des tribus turques sur la structure
sociale de l'Iran
355
CH. VI.5. La concentration du pouvoir militaire :
la création de l'armée en Iran
357
CH. VI.6. L'impact de l'invasion des turcs et mongols sur
le mode de production et la propriété foncière
363
A. L'impact de l'invasion des mongols sur le respect des droits
individuels et collectifs
367
B. L'instabilité des rapports sociaux
368
C. La corruption généralisés dans les instances du pouvoir
370
CHAPITRE VII:
LA LEGITIMITE ET LA BASE POLITIQUE
ET SOCIALE DU POUVOIR
373
CH. VII.1. Héritage du pouvoir autoritaire dans
le sous-développement de l’Iran
373
CH. VII.2. Le recul de la science et de la rationalité
Le renforcement de fatalisme
376
CH. VII.3. Le rôle de la religion dans
le "sous-développement" de l'Iran.
381
8
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE VIII:
LA SPECIFICITE HISTORIQUE ET
SOCIO-POLITIQUE DE LA SOCIETE IRANIENNE
398
CH. VIII.I. Les caractéristiques du pouvoir politique
398
CH. VIII.2. L’incompatibilité des institutions du pouvoir
politique iranien avec le contexte de l’économie mondialisé
401
CH. VIII.3. L’impact des facteurs exogènes sur l’émergence et
la continuité de l’autoritarisme du pouvoir politique en Iran
406
CH. VIII.4. L’impact des facteurs endogène sur l’émergence
de l’autoritarisme du pouvoir politique en Iran
407
CONCLUSION
414
BIBLIOGRAPHIE
431
GLOSSAIRE
451
ANNEXE
455
INDEX
460
9
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
A la mémoire de Behrouz Nabette, l’une des innombrables victimes de
l’autoritarisme, à son courage, à son amour de la justice.
A la mémoire de mes parents,
A mon épouse,
A Azadeh et Sépideh mes deux filles,
A mon frère Taghi qui ne m’a jamais ménagé son aide et son soutien, et, qui avec
sa présence m’a été toujours, dans les pires moments de ma vie, une loueur
d’espoir. Sa tendresse, son humanité m’ont toujours été d’un grand réconfort.
A toutes celles et ceux qui consacrent leur vie, souvent dans l’anonymat, à
construire un monde vivable et plus juste.
Remerciements
Je tiens à remercier Dimitri Jageneau qui a lu l'ensemble du manuscrit de cette
thèse et qui m'a rappelé certaines maladresses et erreurs typographiques.
Je ne saurais assez remercier Monsieur le Professeur André Guichaoua, qui
m'a donné la chance de travailler sur ce sujet, auquel je tenais beaucoup, en
acceptant d'en assumer la direction, m'accompagnant avec ses conseils
précieux et un talent qui lui est propre.
10
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
INTRODUCTION
Nous nous sommes proposés dans cette thèse de procéder à un examen du rôle et du
rapport que l’Etat, la sphère du pouvoir politique, entretient avec l’économie dans le
questionnement des théories sur le développement pour les pays du Tiers-Monde2 d’une
part et d’exposer, d’autre part, notre point de vue critique (impartial et le plus objectif
possible, tout en gardant en esprit le sens de la relativité) sur la nature de cet Etat3, son
décalage avec l’évolution de la société, son incompatibilité avec le mode de
développement économique libéral de type occidental (économie capitaliste) dans un pays
"sous-développé" comme l’Iran, avec ses spécificités historiques, politiques et socioculturelles. Notre recherche d'analyse pratique sera concentrée sur l'expérience de l'Iran
sur une longue période de son histoire. Nous essayerons d'examiner le débat théorique,
les hypothèses et les questions en ce qui concerne les pays du Tiers-Monde en général et
plus particulièrement l'Iran que nous aborderons comme exemple empirique. Cependant,
il est nécessaire de rappeler que notre but n'est pas de faire ici une analyse quantitative,
une évaluation chiffrée du rapport du coût/avantage. Nous nous sommes donc limités au
domaine théorique et à ses applications sur les champs socio-politico-économiques à
propos du cas de l'Iran.
Nous souhaitons ajouter que cette recherche ne prétend pas établir de vérité générale,
mais qu'elle vise à approcher la réalité mouvante de la société iranienne dans un moment
de son histoire. Répondant ainsi à certaines questions et ouvrant sur d'autres, cette thèse
atteindrait son objectif si elle suscitait et rendait possible d'autres recherches jusqu'alors
non pensées ou non formulées dans ce sens.
Notre tentative est aussi celle d'une clarification, portant sur les concepts de l’Etat, du
développement, du sous-développement, de la démocratie, de l’autoritarisme, dont on a
2. Les termes "Tiers-Monde", "sous-développés", ou "en voie de développement" sont utilisé dans cette
thèse dans un sens purement descriptif, pour désigner les pays moins développés économiquement
(capitalistes et socialistes) en Asie, Afrique et en Amérique latine.
3. Tout au long de notre étude, nous utilisons l’Etat à la place du pouvoir politique, nous sommes
conscients que l’Etat n’est pas uniquement le Pouvoir politique mais qu'il est aussi un ensemble de forces
diverses qui le meuvent, parmi lesquelles se trouvent les forces économiques (mais aussi les forces
religieuses). Nous reviendrons sur ce concept dans le CH. IV.1. intitulé "Les théories d'Etat élaborées
depuis le XVIIIème siècle", et présenté dans la première partie de notre thèse et ce en évoquant la doctrine
11
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
souvent noté la confusion des usages, et qui débouche sur quelques questions à nos yeux
pertinentes : quelle est l’origine et le processus historique de la constitution de l'Etat
iranien au regard du processus de constitution de l'Etat propre aux pays occidentaux ?
Quelles sont les différenciations ou les similitudes du processus de constitution de l'Etat
iranien par rapport à celui que nous connaissons en Occident? De quelle manière l’Etat
iranien a influencé le mode et le niveau de développement économique de ce pays ? Quel
a été son projet économique et socio-politique ? Y a-t-il un rapport de cause à effet entre
cet Etat, son autoritarisme et le sous-développement économique de l’Iran? Dans quelle
mesure une redéfinition de l’Etat, ses rapports avec la société, en Iran, pourrait-elle ainsi,
pour l’avenir, contribuer à une reformulation d’un projet de développement
économique ?
Ce sont des questions auxquelles nous tenterons de répondre dans la suite de notre
recherche.
Le concept du développement économique défini selon les critères de la pensée
libérale (le libéralisme économique) n’appartient pas à une histoire ancienne. Il est la
conséquence d’un certain nombre de conditions socio-politiques récentes (le libéralisme
politique4), le produit d’un long processus commencé au Moyen Âge, correspondant aux
rapports organiques intrinsèquement liés et à un niveau d’évolution sociétale et politique
dans lesquels le commerce, l’industrie, l’urbanisation ont atteint un degré sans précédent
dans l’histoire de l’humanité.
Le développement économique, ou plus précisément le mode de
production capitaliste, tel que nous le connaissons en Occident,
correspond à un niveau de formation et d’organisation de la société
qui n’existe pas dans les pays sous-développés. Cette doctrine est née
avec l’émergence de la bourgeoisie5.
classique du contrat social telle qu'elle est formulée par Hobbes, Kant, en passant par Spinoza, Lock et
Rousseau, ainsi que les théories marxistes de l'Etat.
4. Selon Fernand Braudel : "Le libéralisme désigne tout à la fois une doctrine politique (augmenter les pouvoirs législatif et
judiciaire et limiter le pouvoir exécutif, en ce sens il s’oppose à l’autoritarisme) ; une doctrine économique sous le signe victorieux
du "laisser faire, laisser passer" qui exclut l’Etat de toute intervention dans le jeu économique entre individus, classes et
nations ; une doctrine philosophique qui réclame la liberté de penser et soutient que l’unité religieuse n’est pas la condition sine
qua non, soit de l’unité sociale, soit de tolérance, de respect d’autrui et de la personne humaine, selon la formule antique : Homo
homini ressacra " : Fernand Braudel, La grammaire des civilisations, Ed. Champs Flammarion, p. 371, Paris, 1993.
5. Pour la définition du terme de la bourgeoisie et l’histoire de la bourgeoisie, je me réfère au 9ème colloque
académique de Blois "Histoire Economie Société, Conférence de Mme Sylvie Aprile" qui avait lieu le 4 avril
2001 à la ville de Blois :
" La bourgeoisie c’est une classe nouvelle dont le rôle économique mais aussi politique et social n'a cessé de croître pendant la
révolution industrielle et depuis la fin du XVIIème siècle. Elle met en valeur le capital, place des capitaux en actions, obligations
12
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Selon Schumpeter :
"Historiquement la démocratie grandit en même temps que le
capitalisme et en relation causale avec lui. Mais il en va de même pour
la pratique démocratique : la démocratie, au sens de notre théorie du
commandement concurrentiel, a présidé à la série des transformations
politiques et institutionnelles au moyen desquelles la bourgeoisie a
remodelé et, à son point de vue, rationalisé la structure sociale et
politique antérieure à l’avènement de cette classe, la méthode
démocratique ayant été l’instrument de cette construction."6 (Voir
Locke, Marx, Habermas sur les origines du capitalisme, et l’hostilité
ou titres d'emprunts, elle a aussi recours à des placements immobiliers, de ce capital placé elle tire des revenus sous forme de
dividendes, intérêts, rentes ou loyers.
Elle comprend des propriétaires, (hommes ou femmes), des rentiers, des membres des professions libérales privées ou publiques à
une époque où ces fonctions sont encore jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, plus une position qu'une véritable source de revenus.
Ceux qui ne se contentent pas de placer leur capital (ainsi d'ailleurs que celui des rentiers actionnaires) mais qui entreprennent
de le mettre en valeur par la création et le développement d'entreprises industrielles ou bancaires. Cette distinction n'est pas le
fruit d'un partage des tâches ou du hasard, elle dépend de l'histoire sociale, économique et politique de chaque pays. "Il n'y a
pas une bourgeoisie française mais des bourgeoisies françaises, des bourgeoisies européennes."
Ce qui pose des problèmes de terminologies et de définitions qu'il faut tenter de cerner avant de s'intéresser
à ces entrepreneurs (l'agent principal de la production industrielle comme le nomme le Dictionnaire universel
théorique et pratique du commerce et de la navigation). Les mots bourgeois et bourgeoisie paraissent désigner des
réalités si typiquement françaises qu'ils n'ont pas d'équivalents exacts en anglais et en allemand. Avec la
revue Les annales d'histoire économique et sociale (1929), la bourgeoisie commence à attirer l'attention des
historiens à la suite de Max Weber et du philosophe Groethuysen, et Marc Bloch écrit dans Une étrange
défaite: "C'est un des mots à la fois usés par le temps et sujets à de perpétuelles déviations de sens, (qui) enferment dans des
contours trop flous des réalités trop complexes" puis il ajoute " force est bien cependant jusqu'à nouvel ordre, d'user du seul
vocabulaire qu'un langage imparfait mette à notre disposition. J'appelle donc bourgeois de chez nous, un Français qui ne doit
pas ses ressources au travail de ses mains ; dont les revenus, quelle qu'en soit l'origine comme la très variable ampleur, lui
permettent une aisance de moyens et lui procurent une sécurité, dans ce niveau, très supérieure aux hasardeuses possibilités du
salariat ouvrier ; dont l'instruction, tantôt reçue dès l'enfance, si la famille est d'établissement ancien tantôt acquise au cours
d'une ascension sociale exceptionnelle dépasse la norme de culture tout à fait commune ; qui enfin se sent ou se croit appartenir
à une classe vouée à tenir dans la nation un rôle directeur et par mille détails, du costume de la langue, de la bienséance,
marque plus ou moins instinctivement son attachement à cette originalité du groupe et à ce prestige collectif."
Selon Ernest Labrousse, la bourgeoisie est formée de capitalistes c'est-à-dire des propriétaires des moyens
de production qui ont pour revenu le profit. C'est ce qui distingue la bourgeoisie de l'aristocratie dont
l'assise économique provient de la terre et des droits féodaux et du prolétariat qui tire ses revenus du
salariat. Cette définition restreinte qui fait de la bourgeoisie économique la bourgeoisie par excellence a été
acceptée par beaucoup d'historiens des années 50-70.
Labrousse qui avait conseillé de commencer par repérer tous les "suspects" de bourgeoisie et d'éviter de
définir a priori le bourgeois, n'hésite pas pourtant à proclamer que l'ensemble de la classe bourgeoise était
née originairement du profit de l'entreprise. Il ajoutait, en parlant des rentiers, des fonctionnaires et
membres des professions libérales, toutes ces variétés supérieures sont sorties de l'innombrable famille des chefs
d'entreprise qui constituent numériquement le gros de la classe. Ceci a conduit à s'intéresser surtout aux fortunes
bourgeoises plus qu'aux hommes et aux entreprises.
Ces catégories et cette hiérarchisation sont aujourd'hui contestées. Les catégorisations ont déjà fait l'objet
d'une relecture historique qui met en avant les processus à la fois longs et contingents qui ont conduit à leur
élaboration (cf. travaux de A. Desrosières, L. Thévenot, les catégories socioprofessionnelles, Paris, La découverte,
1988).
13
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
manifestée par la bourgeoisie dès le début de son émergence à l'égard de
l'Etat absolutiste). Or, nous constatons que le développement du
capitalisme dans les pays sous-développés aboutit paradoxalement à
l’affaiblissement de la classe bourgeoisie nationale (là où elle avait la
possibilité de jouer son rôle historique) et à l’émergence d’une
nouvelle couche sociale définie comme la bourgeoisie compradore
7
(A.G. Frank: 1967, Ruy Mauro Marini: 1967, T.Dos Santos :1970, Samir
Amin: 1970 Bidjan Djazani 1973 8). L’apparition de cette couche
sociale ne résulte pas d’un processus indépendant et d’un dynamisme
interne propre à la société sous-développée. Elle est conditionnée par
le niveau et le degré de la dépendance économique de ces sociétés visà-vis des pays métropoles.9
Si nous acceptons le rôle historique de la classe bourgeoise dans le développement du
capitalisme occidental, alors nous pourrons dire qu’avec la disparition de cette classe dans les
pays sous-développés (là où elle a pu émerger et essaya de se constituer en tant que classe
sociale, mais sans succès), le processus du développement capitaliste tel qu'il s’est produit en
Occident (selon les théories développementistes), ne pouvait se réaliser.
Le développement économique, le progrès, dans l’industrie et dans la
science, peuvent se produire dans les pays sous-développés à
condition que l’environnement socio-politique et culturel soit propice
et non l’inverse. Tel est l’objectif de notre recherche dans cette thèse.
6. Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie , Ed. Payot, 1990, p.391.
7. Comprador : mot espagnol attribué aux indigènes faisant des commerces avec les colonisateurs.
Commerçants servant les intérêts d’occupants coloniaux. Ces quatre auteurs ont soutenu de manière
explicite que la relation métropole-satellite constituait la base de l’exploitation de l’un par l’autre. Ils ont
également attiré l’attention sur la question du rôle des classes clientélistes (en particulier la "bourgeoisie
nationale") dans la périphérie. Les classes sociales étaient considérées comme remplissant certaines
fonctions pour le compte des intérêts étrangers et jouissant en contrepartie d’une position privilégiée au sein
de leur propre société. Leur position s’appuyait, pensait-on, sur un soutien économique politique et/ou
militaire de l’étranger et elles comptaient dans leurs rangs la bureaucratie étatique et d’autres segments des
"classes moyennes" comme les élites techniques, de gestion, professionnelles et intellectuelles, dont les
intérêts et les privilèges découlaient directement ou indirectement de leurs liens avec les intérêts étrangers.
Pour ce courant de la théorie de la dépendance, briser la dépendance signifiait rompre avec l’ordre
capitaliste dont l’expression, dans la périphérie, est le sous-développement.
8. Sociologue et théoricien marxiste iranien assassiné en 1975 par le régime du Chah d'Iran.
9. Les anciens pays colonisateurs. Terme utilisé par l'aile gauche des économistes du CEPAL en Amérique
latine (A.G. Frank, Ruy. Mauro Marini, 1967, Théotonie Dos Santos, 1970).
14
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Il s'agit en effet :
1-
de montrer que le problème actuel des pays sous-développés n’est pas
uniquement un problème économique; il est avant tout un problème politique et social : le
manque de transparence, l’autoritarisme des élites politiques au pouvoir, l’absence de
légitimité de l’Etat, la concentration du pouvoir entre les mains d’une personne, d’un
groupe restreint d’individus ou d’une organisation particulière, armée ou parti politique,
qui se maintient par la violence au pouvoir; qui confond les biens personnels et ceux de
l’Etat, de telle sorte qu'elle assimile les fonctionnaires à ses serviteurs. L'autoritarisme
transforme les membres d'une société en de simples exécutants sans aucun droit
d'opposition à l'ordre établi. Dans cet environnement, chaque individu est considéré
comme redevable de son statut social au système, étant donné que le système est à tout
moment capable de le modifier à sa guise. L'exploitation de l'individu est non seulement admise,
mais elle est renforcée par divers mécanismes; et même ce droit d'exploiter l'individu, étant un
privilège octroyé par le système, peut être à tout moment transféré à un autre représentant du
pouvoir. Nous pouvons déjà affirmer que nous avons affaire à une forme de Terreur
systématisée dans la hiérarchie administrative qui suppose ainsi une pression et une menace
symbolique parmi les intermédiaires de ce pouvoir afin d'assurer l'autorité du pouvoir.
2- de montrer aussi que l'exercice de la démocratie, quoi qu'il en soit, vaut mieux à la fois
pour le développement économique et pour la démocratie; qu’un processus de décisions plus
consensuel pour les réformes économiques et une nouvelle vision du rôle de l’Etat dans
l’économie se renforceraient mutuellement; que les réformes auront plus de chances d’être
réalisées, lorsque les décisions sont prises par consensus et par les destinataires de ces mêmes
réformes, que sont les citoyens, lesquels pourront se considérer comme ses propres auteurs; que
l'exercice de l'autoritarisme et une dévalorisation de la démocratie aujourd'hui rendra plus
difficile l'exercice de la démocratie demain et la possibilité de promouvoir le développement
économique; que plus il y a de la démocratie, définie selon la pensée libérale, plus le
développement économique du type capitaliste se concrétisera; et que sans aucune politique des
droits de l’homme, il n’y a pas de politique démocratique, il n’y a qu’une démocratie limitée, par
le haut, c’est-à-dire une oligarchie, ou des mouvements de masse exposés à la perversion de
leurs intentions et de leurs objectifs.
Si nous admettons que le capitalisme consiste dans l’accumulation du capital, dans un
marché fluide, dans la libre concurrence, dans des échanges incontrôlés et incontrôlables,
15
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
alors nous devons accepter la démocratie comme sa seule expression politique. Il est vrai
que les marchés représentent une caractéristique essentielle des démocraties, en ce sens
qu'ils constituent une assise pour restreindre le pouvoir de l'Etat et pour établir une
distinction entre la société civile et l'Etat. Cependant, il faut insister sur deux points
essentiels : premièrement, il est nécessaire de comprendre que les marchés seuls n'assurent
pas une assise solide pour les démocraties, de telle sorte que nous pouvons comprendre
que l'économie de marché dans les pays sous-développés n'a pas été capable de créer des
conditions favorables pour la naissance d'acteurs sociaux forts, élément essentiel et
fondement de toutes les sociétés démocratiques. Au contraire, le tout marché, le
libéralisme pur et dur, a favorisé une tendance croissante à l'exclusion, à la marginalisation
et au dualisme économique; cela place des groupes de plus en plus vastes de la population
dans une situation si désespérée qu'ils deviennent totalement dépendants de l'action de
l'Etat, et, s'ils se constituent en acteurs, c'est moins à cause du dynamisme autonome de la
société civile qu'à cause de l'action de l'Etat (Touraine, 1995, pp. 333-336).
Deuxièmement, il est nécessaire de reconnaître que, dans le cadre du même processus, le
morcellement des acteurs empêche la formation et le renforcement d'une arène publique.
De ce fait il devient de plus en plus difficile de développer un sentiment profond d'égalité
politique et, par conséquent, de réaliser l'intégration au cœur du principe de la
citoyenneté. Ainsi, les segments exclus et marginalisés de la population deviennent
particulièrement sensibles au discours populiste, ce qui amène au pouvoir des leaders
politiques se présentant comme les sauveurs des masses et ce qui ouvre la porte à des
politiques qui court-circuitent des éléments-clés de l'arène publique comme les partis
politiques et l'arène législative (O'Donnell, 1994).
L’État dans la démocratie occidentale joue un rôle régulateur (comme le régulateur de
l'éconmie avec la révolution keynésienne se développent de nouvelles modalités d'action
de l'État sur la société. Dans l’État-Providence, l'État de droit est fondé sur la protection
des individus et évolue progressivement en un État-providence, grâce à l'instauration de
droits sociaux).10 Il garantit la négociation entre les différentes couches composantes de
la société, entre les partis et les syndicats, entre les pauvres et les riches; il a une fonction
de conciliateur entre les membres de la classe dominante et les autres classes de la société
(par des moyens préventifs ou par des moyens dissuasifs). La démocratie est devenue ainsi la
forme préférentielle d’organisation sociétale du mode capitaliste du développement
10. Rosanvallon, Pierre. L'État en France de 1789 à nos jours, 2e édition, Éd. du Seuil Paris, 1993, 378 p.
16
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
économique. Elle valorise l’initiative individuelle, le travail et le gain monétaire. Elle est le
seul régime existant, jusqu’à maintenant, qui reconnaît la laïcité comme l’un des piliers de
sa constitution (depuis le XIIIème siècle, l'époque de l'empereur Frédéric II, 1212-1250,
probablement athée en cette époque de foi intense.11 La constitution de l'État aux XIIIème
et XIVème siècles, est remise en cause par la notion de contrat social qui ouvre la voie à la
démocratie et aux gouvernements représentatifs), qui admet ouvertement l’existence sociale
inéluctable des conflits d’intérêts, d’opinions, de sentiments12, et qui proclame tout aussitôt
qu’une bonne gestion de ces conflits peut permettre à la fois la poursuite du progrès et
l’approfondissement de la démocratie. Selon les principes de ce régime : s’il y a plus de liberté
politique, il y aura plus d’égalité des chances et plus de développement économique. Il est vrai
que cet enchaînement des conséquences concerne le système capitaliste occidental mais que,
dans les pays sous-développés, c’est l’État, vidé de son contenu, dans sa forme occidentale, qui a
précédé les rapports capitalistiques, le marché, la monétarisation des échanges, le salariat,
l’industrialisation. Le système capitaliste mondial acceptera-t-il, pour s'imposer mondialement,
d’universaliser aussi un certain nombre de valeurs des sociétés occidentales ? Pour faire
fonctionner un marché à l’échelle de la planète, le système de libre-échangisme n’a-t-il pas
besoin de dirigeants à la tête des pays sous-développés qui soient capables de gérer leur pays
comme une entreprise? Ce système n’a-t-il pas besoin de cadres, de techniciens formés,
d'ouvriers qualifiés dans ces pays sous-développés, qui puissent s’adapter aux technologies
modernes et de plus en plus automatisées?13 Ordinateurs sophistiqués, robotique,
télécommunications, génie génétique et autres technologies de l'ère informatique n'ont de cesse
de remplacer l'homme dans pratiquement tous les secteurs d'activité. Ces changements
11. Le petit Robert, Noms propres, Editions Le Robert, Paris,1993, p.680. Voir aussi Kantorowicz, les deux
corps du Roi, Ed. Gallimard, Paris, 2000.
12. La différence avec le régime communiste dans la théorie laïque, est qu'il n'autorise aucune liberté
d'expression, d'opinions, de sentiments. Il repose en fait sur un parti unique fondé sur le principe de la lutte
des classes envisageant la dictature du prolétariat comme forme du pouvoir politique ne tolèrant aucune
contestation en dehors du parti unique. L'expérience des pays anciennement communistes ainsi que celle de
la Chine communiste montre que le pouvoir dans ces pays n'était pas constitué du libre choix des citoyens
mais de l'autorité excessive d'une oligarchie partisane, et souvent d'une autocratie brutale. On rappellera qu'à
l'opposé de ce modèle, la démocratie chrétienne a proposé un idéal fondé sur les enseignements du
christianisme, en application de l'encyclique "Rerum Novarum" du Pape Léon XIII (1891). La France, avec le
MRP, et l'Italie pendant une longue période, ont expérimenté cette formule, qui, trop souvent comme le
montrent les récentes difficultés politiques qu'a connues l'Italie, n'a pas appliqué, en pratique, ses idéaux
théoriques.
13. Jeremy Rifkin, The Decline of the Global Labor Force and the Dawn of the Post-Market Era et The Biotech Century:
Harnessing the Gene and Remaking the World, 1997-1998: "Les technologies automatisées ont réduit la nécessité du travail
humain dans toutes les catégories de fabrication. Dans dix ans, moins de 12 % de la main-d'œuvre américaine et, d'ici l'an
2020, moins de 2% de la main-d'œuvre mondiale travaillera encore, vraisemblablement en usine." (Jeremy Rifkin est
président de la Foundation on Economic Trends à Washington,D.C.). Source : Bibliothèque Electronique
des Etudiants.
17
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
révolutionnaires survenant dans la technologie et le travail ne préparent-ils pas déjà le terrain
pour le glissement historique dans l'exercice et la conception d'un nouveau paradigme du
pouvoir politique à l'échelle mondiale? L'une des conséquences de ces changements pourrait
aussi être, à terme, le remodelage de la notion du pouvoir politique dans les pays sousdéveloppés.
Et si la réponse est positive, cette nécessité ne lui impose-t-elle pas une organisation
différente de ces sociétés et une nouvelle forme de la structure politique du pouvoir ?
Nous considérons qu'il serait inconcevable de chercher la réponse à ces questions dans les
théories classiques du développement, car elles ne répondent plus à la réalité d'aujourd'hui des
pays "sous-développés". Ces théories ne tiennent compte ni des événements récents survenus
depuis la fin de la guerre froide, ni du processus de mondialisation14, l'économie-monde15, qui
impose ses règles et ses lois dans tous les aspects de vie économique, politique, sociale et même
juridique (nous allons voir dans la partie théorique de cette thèse qu'elles ne tenaient pas compte
non plus de cette réalité dans le passé). Des événements de très grande ampleur modifient
totalement le visage géopolitique de la planète et la mondialisation exerce une influence décisive
sur le flux général de la vie politique mondiale et provoque, en cascade, des perturbations
multiples.
Nous pouvons citer comme exemples :
l'effondrement de l'économie dirigée dans l'ex-Union soviétique et en Europe centrale et
orientale; la disparition des régimes communistes de l'Est de l'Europe, la transition
démocratique et l'abandon de l'économie dirigée dans pratiquement tous ces pays; l'unification
allemande; le rôle important de l'État dans le développement économique en Asie du sud; le
souci de plus en plus affiché des États-Unis d'assurer leur suprématie à l'échelle mondiale par le
biais de leur puissance économique et militaire; la crise des Nations Unies; l'abolition de
14. Le concept de la mondialisation est utilisé dans cette thèse dans le sens d'une généralisation du modèle
économique et socio-politique de l'Occident à l'ensemble de la terre aujourd'hui. Il est le modèle le plus
largement étendu, non pas uniquement dans son espace traditionnellement enraciné, mais il représente un
marché à l'échelle du monde et ne forme plus aujourd'hui qu'un seul marché. Le monde dans son ensemble,
bien qu'il soit divisé sur le plan culturel, politique et social, se voit piégé par un modèle unique, imposé d'en
haut, par les firmes multinationales, sans aucune identité territoriale. La caractéristique de ce phénomène est
de franchir tous les obstacles, toutes les frontières politiques et culturelles. Il tente de créer une certaine
unité, d'uniformiser presque tout dans tous les domaines. En effet nous utiliserons ce terme
"mondialisation" dans le sens d'un espace économique ou non économique, regroupé à travers le monde, la
plus vaste dans l'histoire humanitaire, dans une zone de cohérence et transgressant de plus en plus les
limites géographiques, politiques, économiques, sociales et culturelles, imposant à l'ensemble du globe ses
nouvelles règles, ses nouvelles normes.
15. Le terme utilisé par Fernand Braudel dans La grammaire des civilisations, Ed. Champs Flammarion, p.371,
Paris, 1993.
18
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l'apartheid en Afrique du Sud; la fin des guerres au Salvador; au Nicaragua et au Cambodge; la
prolifération des guerres de faible intensité; la tragédie rwandaise et tous les changements qui
ont accompagné la révolution iranienne en Moyen-Orient et la fin du régime Mobutu au
Congo-Zaïre en Afrique; l'alternance du pouvoir en Amérique latine sans l'intervention
des militaires depuis le début des années 1980...; et, sur le plan économique, le rôle pris
par l'Investissement Direct à l'Etranger (I.D.E.) comme canal privilégié de
l'approfondissement de l'internationalisation du capital.16
Ainsi la mondialisation devient une réalité non seulement dans le domaine financier
par le biais des réseaux des Bourses de tous les continents, mais elle est aussi culturelle par
la diffusion des idées. Elle prend aussi une dimension juridique par la création de la Cour
Pénale International (1er juillet 2002 )17.
A l'issue de la première guerre mondiale sous la forme de la Cour Permanente de
Justice Internationale, le traité de Versailles prévoyait le jugement des criminels de guerre.
Après la deuxième guerre mondiale, les tribunaux de Nuremberg et de Tokyo se mettent à
juger aussi les crimes contre l'humanité, notion évoquée à propos du génocide des
Arméniens par les Turcs en 1915 et qui a été très tardivement reconnue par certains États
européens et, en tous les cas, après la seconde guerre mondiale. En février 1993, le
Conseil de sécurité des Nations Unies décida la création d'un tribunal international pour
juger les personnes présumées responsables de violations graves du droit humanitaire
16. Les exportations des capitaux et les investissements directs ne sont pas un phénomène nouveau. Ce qui
distingue ce nouveau mouvement avec celui qui a commencé dès le milieu du XIXème siècle d'après Maurice
Dobb c'est qu'il "prenait généralement la forme de prêts à des gouvernements étrangers, et non pas celle d'un investissement
direct comme ce devait être le cas plus tard. Tous ces investissements à l'étranger étaient en fin de compte en grande partie
destinés à la construction de voies de chemin de fer et avaient pour double fonction de fournir un débouché profitable aux
capitaux et de stimuler en même temps l'expansion de bien capitaux britanniques." Étude sur le développement du capitalisme,
François Maspero, 1969, p.314.) En effet, les investissements à l'étranger, selon Dobb, avaient déjà en partie
repris vers les années 1880 sous l'impulsion du nouveau mouvement de colonisation et du déplacement du
marché des investissements vers l'Amérique du Sud en particulier vers l'Argentine, le Chili et le Brésil et
vers le Canada et l'Inde. En 1906, les exportations anglaises de capital s'élevaient à 104 millions de livre, soit
un accroissement de 75% par rapport au chiffre correspondant de 1890. Ce volume n'a cessé de s'accroître
à partir de cette date, et a atteint en 1913 le chiffre de 225 millions de livres. (Ibid. p.334).
17. Entrée en vigueur le 1er juillet 2002 du Statut de Rome portant création de la C.P.I. A partir de cette date
historique dans la lutte contre l’impunité, la Cour, basée à La Haye, aura compétence pour juger les crimes
de génocide, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis sur le territoire ou par le national
d’un Etat-Parti. A ce jour, 71 Etats ont ratifié le statut de la C.P.I., dont la France, le 09 juin 2002.
La France avec les Etats-Unis sont les seuls pays parmi les 71 Etats-Partis à ne pas accepter la compétence
pleine et entière de la Cour pénale internationale.
En effet, la France s’est prévalue de l’article 124 du Statut (disposition sur-mesure négociée par la France)
pour refuser la compétence de la C.P.I. pour les crimes de guerre commis par un citoyen français ou sur le
territoire de la République française pendant une période de 7 ans à partir du 1 juillet 2002.
Ainsi, jusqu’en 2009, les militaires français qui commettraient des crimes de guerre ne pourront être
poursuivis devant la C.P.I. Des poursuites au niveau national semblent également improbables car le droit
pénal français ne connaît pas de définition spécifique des crimes de guerre.
Les Etats-Unis ont réussi, eux aussi, à négocier l'impunité de leurs soldats en service pendant un an.
19
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
international commises sur le territoire de l'ex-Yougoslavie depuis 1991.18 Le 8
novembre, par la résolution 955, le Conseil de sécurité crée un tribunal du même type
pour poursuivre, juger et condamner les responsables du génocide au Rwanda19.
L'arrestation à Londres le 16 octobre 1998 du Général Augusto Pinochet20 était un autre
événement politico-juridique considéré comme une étape importante vers une justice
internationale et la mise en place d'une Cour Pénale permanente (la Cour Pénale
Internationale a été finalement mise en place au 1er juillet 2002) qui n’est pas étrangère à
l'idée de la "démocratisation" des pays du Tiers-Monde et la mondialisation de l'économie de
marché. Il est vrai, à présent, que les investisseurs transnationaux ont besoin de partenaires
compétents, fiables et responsables dans les pays "sous-développés". La complexité des
interactions entre le système mondial et les politiques nationales (le cas de la crise boursière
en Asie du Sud et en Amérique latine en 1997), et la rapidité extrême avec laquelle de
grandes transactions peuvent être effectuées, font qu'il n'est plus possible que ces
investisseurs puissent, comme dans le passé, se contenter d'établir des relations avec un
appareil administratif corrompu et compter sur des dirigeants irresponsables, autoritaires
et encore plus corrompus que leurs administrés.
En outre, le modèle de référence des sociétés sous-développées a changé au cours de ces
cinquante dernières années. ( Nous pouvons citer comme exemples de cette évolution le
comportement des jeunes face à leurs parents, les citadins face aux villageois, les rapports
conflictuels des différentes catégories socio-professionnelles à l’intérieur de la société elle-même
d’une part et entre ces ces catégories et l’Etat et le pouvoir public d’autre part.) Ce changement
intervient sous l'influence indéniable des sociétés occidentales. Il s'agit de l'ensemble des
systèmes de valeurs de ces sociétés. Nous sommes en face de deux phénomènes à la fois
distincts et paradoxaux dans ces pays: d'une part, leurs valeurs culturelles, traditionnelles,
historiques sont remplacées par celles importées ou imposées par des pays occidentaux par le
biais des nouvelles technologies ainsi que par les produits de luxe ou autres. La force ou la
faiblesse du processus de ce changement varie d’un pays à l’autre en fonction de la structure
socio-politique et économique des pays sous-développés, leur histoire, leurs vécus culturels et
traditionnels. Ce processus ne s’est jamais arrêté et il continue à bouleverser les mœurs et les
18. La résolution 808 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
19. Cité in "Problèmes économiques", Existe-t-il une communauté internationale ?, Philippe Moreau-Defarge, pp.
78-80. n° 2.611-2.612,7-14 avril 1999.
20. L'ancien dictateur chilien est l'un des auteurs principaux de l'assassinat de quelques 3500 opposants à
son régime et de 967 disparus officiellement établis, à la demande du juge espagnol Baltazar Garzon,
poursuivi pour les crimes et tortures commis après le coup d'État du 11 septembre 1973 qui renversa
Salvador Allende, président du Chili démocratiquement élu par les chiliens.
20
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
comportements des populations de ces pays ainsi que les rapports entre les différentes couches
de ces sociétés. La raison de l’accélération de ce processus est le développement et le progrès
considérables intervenus grâce aux nouvelles technologies de communication à la facilité de
voyage des couches les plus vastes des pays sous-développés dans les pays occidentaux, et à
l’attirance que joue la société occidentale sur ces populations, (par le biais de la publicité, les
films du cinéma, la télévision, l’internet.)
Si nous considérons d'autre part l’incohérence, le dualisme, le conflit
des valeurs, dans ces pays comme les conséquences négatives de
l’influence de la société occidentale, il faut admettre en même temps
que l’un des effets positifs de ce changement de valeurs dans les
sociétés sous-développées est sans doute l’acceptation des valeurs
sociaux-politiques des sociétés occidentales (la liberté de parole, les
droits démocratiques), par les peuples de ces pays. Même si ces deux
phénomènes nous apparaissent contradictoires, avec le développement
des luttes de plus en plus vigoureuses des populations de ces pays
pour la liberté et la démocratie, cela devient une particularité
inhérente de ces sociétés. Cela signifie que le capital ne peut plus
continuer son développement de la même manière que par le passé. Il
nous semble que nous pouvons nous rendre compte de ce réalisme du
système capitaliste reflété dans la nouvelle politique des organismes
financiers internationaux et dans l'abandon progressif de la politique
d'Aide Publique au Développement.
Ainsi, depuis quelques années, nous vivons l'époque de la remise en cause de toutes
les conceptions et de toutes les théories dans les domaines économique, social et
politique. Le monde change, et avec lui la conception du rôle de l'État dans le
développement économique et social. Les concepts d’"État-Nation", de "démocratie"
n'ont plus les mêmes significations qu'ils véhiculaient il y a quelques années.
En outre, l'histoire du "développement" dans les pays "sous-développés" depuis la
deuxième guerre mondiale a fait clairement ressortir les bienfaits et les limites de l'action
de l'Etat.
Ne pouvons-nous pas dire qu'il ne s'agit pas de l’une des causes de l’instabilité
politique, de la corruption généralisée de l’ensemble de la société, des crises économiques
21
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
successives, de la famine répétitive, de la pauvreté endémique des pays "sousdéveloppés"?
Dans ces mêmes pays sous-développés, où il est cherché encore aujourd'hui une voie,
un modèle qui pourraient les mener au niveau du "développement" des pays occidentaux,
de multiples essais ont déjà été expérimentés mais sans succès notable. Tous les projets
libéraux, socialistes ou révolutionnaires, de quelque nature qu'ils soient, ont échoué. Ces
projets avaient pour point commun la méthode d'imitation des modèles occidentaux ou
socialisants, modèles qui correspondaient à des sociétés bien déterminées et qui, imposés
de l'extérieur, maintenaient un autoritarisme de type néo-colonialiste prolongeant et
accentuant la politique autoritaire déjà existante.
Pouvons-nous parler encore d'un développement durable, économique et social, avec
la même structure politique, les mêmes élites dirigeantes en place dans ces pays et
continuer à exclure les populations concernées des instances des décisions qui définissent
les mesures les concernant?
La définition du "développement" n'a pas été épargnée non plus par cette vague de
changement. En effet, l'opposition Est/Ouest avait cristallisé durant un demi-siècle
l'affrontement de deux modèles économiques : le modèle soviétique, mettant en avant,
dans la théorie, le principe d'égalité sociale aux dépens de la liberté, tel que l'on puisse
parler de démocratie populaire, et le modèle des démocraties occidentales qui prétendait
concilier ces deux principes et les dépasser par un esprit de fraternité. Les principes
revendiqués par ces deux modèles se sont présentés comme le vecteur de nombreux
conflits entre des nations, tel qu'on a pu croire même à l'explosion d'un conflit de type
nucléaire (lors de la guerre de la Corée en 1950, cinquante millions de plaques, résistant
aux radiations, qui permettaient d'identifier les victimes d'une éventuelle guerre nucléaire,
ont été distribuées aux Etats-Unis, suite à la proclamation d'état d'urgence par le président
Truman. Mc Arthur voulait lacher des bombes atomiques sur la Chine. La crise de la baie
des Cochons en juin 1961 entre l'Union soviétique et les Etats-Unis, ainsi que la crise de
1962 suite à l’installation des fusées soviétiques à Cuba, avaient suscité une vive
inquiétude aux Etats-Unis).
D'autres concepts, comme l'État, ou le pouvoir politique, ont aussi
subi de profonds changements.
Au cours du siècle passé, le poids et le champ d'action de l'Etat se sont
considérablement accrus, surtout dans les pays industriels. L'expansion d'avant la seconde
guerre mondiale insistait précisément sur la nécessité de réagir face au lourd tribut social
22
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
et économique prélevé par la dépression des années trente. La confiance dont jouissait
l'État après la guerre a amené à lui assigner de nouvelles fonctions. Les pays industriels
ont renforcé l'Etat-Providence, et leurs anciennes colonies devenues "indépendantes" les
ont suivi par manque quasi absolu de secteur privé. Cela s'est traduit par une très forte
extension de la fonction de l'Etat partout dans le monde et en particulier dans les pays
"sous-développés". C'est peut-être cette influence accrue de l'État dans ces pays qui a
amené les organismes financiers internationaux à accorder plus d'importance au
qualificatif qu'au quantitatif, et nous constatons ainsi que depuis les années 80, le terme de
"démocratisation" prend un relief particulier dans les discours officiels de ces organismes
(il suffit de feuilleter les rapports publiés par la Banque Mondiale et le Fond Monétaire
International de ces dernières années).
L'essentiel de notre analyse cherche à montrer que, contrairement à cette idée
répandue par les organismes financiers internationaux, B.M., F.M.I.21, depuis le début des
années 1980, l’Etat (le pouvoir politique) n'a pas joué par le passé et ne joue pas non plus
dans le présent son rôle dans les pays sous-développés et qu’il s'est manifesté comme un
espace vacant, résultat de longues années d'autoritarisme dans ces pays. Nous croyons que
la crise de l'État, son incapacité dans la gestion des affaires courantes de ces pays et sa
légitimité ne relève pas de sa taille; cette crise est fondamentalement l'issue prévisible et
indispensable de cet autoritarisme.
Ainsi, il nous semble que pour sortir de cette impasse dans laquelle ces pays se
trouvent aujourd’hui, il faudrait que l’État de droit devienne l’État de droit démocratique.
D’autres concepts, comme la démocratie, se revitalisent aussi. Le concept occidental
de la démocratie remonte à l'époque grecque et est considéré comme l'une de plus
anciennes idées politiques. Mais la revendication démocratique elle-même, en tant que
forme d'organisation politique, est un phénomène beaucoup plus récent. Vers le milieu du
XIXème siècle, au lendemain de la révolution de 1848, Guizot le reconnaît: "Tel est l'empire
du mot démocratie que nul gouvernement, nul parti n'ose vivre, et ne croit le pouvoir, sans inscrire ce mot
sur son drapeau." 22 Depuis, d'un contenu défini, ce terme devient l'objet de polémiques diverses
entre ceux qui le combattent comme démocratie "bourgeoise" et ceux des révolutionnaires qui
l'attaqueront comme des démocraties "formelles" et se présenteront comme le seul détenteur
21. B.M. et F.M.I, ces deux abréviations seront utilisées à la place de Banque Mondiale et de Fond
Monétaire International.
22.G.Guizot, De la démocratie en France, Paris, 1849, p.9, Département de philosophie, Université de
Montréal.
23
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
d'une conception de la démocratie "réelle". Ainsi autour de ce terme se creusent de vraies
divergences idéologiques.
Marx avait écrit 23 qu'avec la démocratie la réalité du pouvoir s'évanouirait. L’État
moderne est l’instrument et le garant du maintien de l’exploitation de la classe ouvrière.
La république démocratique bourgeoise, reposant sur le suffrage universel et le
mécanisme des partis, est la forme normale de la dictature de la bourgeoisie. Elle est le régime
politique qui permet l’unité des différentes fractions de la bourgeoisie, la domination de la
bourgeoisie sur la classe paysanne et la petite bourgeoisie. C’est pourquoi la révolution
prolétarienne ne peut l’emporter qu’à condition de " concentrer contre l’État toutes ses forces de
destruction ", de " briser la machine d’État que toutes les révolutions politiques n’ont fait que
perfectionner. " Ces conclusions sont énoncées notamment dans Les Luttes de classes en France
(Die Klassenkämpfe in Frankreich , 1850) et dans Le 18-Brumaire de Louis Bonaparte (1852).
Lénine ne partageait pas cette idée et il rappela que la démocratie est encore un mode
de gouvernement. Or, en tant que système étatique, elle comporte "l'application organisée,
systématique, de la contrainte aux hommes". La démocratie n'est pas la mort de l'État, elle en
est, selon les marxistes, une forme contraignante; elle demeure dans l'orbite du politique
et en partage toutes les vicissitudes. Le communisme ne peut pas être une démocratie,
même dite "progressiste" ou "avancée". Mais il se garde bien de heurter de front l'illusion
démocratique (si par démocratie, on définit la liberté pour un grand nombre et l'absence
de contrainte). La seule et unique forme de la démocratie, acceptable par les marxistes, est
la dictature du prolétariat qui est considérée, selon eux, plus démocratique que la
démocratie bourgeoise; et ainsi ils dénoncent les démocraties occidentales comme
dictatures cachées.24
Selon la pensée libérale, la démocratie et la liberté d'expression facilitent l'échange des
opinions et développent un sens accru de la responsabilité collective. Depuis la chute du
mur de Berlin, nombreux sont ceux qui pensent que la démocratie s'imposera
progressivement et pour toujours dans tous les pays du monde. Ce serait là en quelque
sorte la fin de l'histoire comme nous laissent entendre beaucoup d'historiens
contemporains (Fukuyama 1992), fin dont l'humanité se rapprocherait, à en juger par le
nombre croissant de régimes démocratiques. L’idée de fin de l’histoire recherche
aujourd’hui - dans le monde capitaliste - la source de sa légitimité dans l’efficacité
23.Karl Max, Les Luttes de classes en France 1848-1849, Œuvres Vol. IV, Paris, Ed. Gallimard, 1994.
24
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
économique, celle du marché, dans la promotion de l’économie à tout prix comme
principe générateur du développement. S'il devait en être ainsi, la démocratie libérale qui
est en cause ici serait-elle le meilleur des régimes politiques? Est-ce Platon qui a raison
quand il soutient que l'homme démocratique ne s'intéresse qu'à ses petits plaisirs
immédiats 25, ou Aristote 26 (Le Politique) quand il fait l'éloge de la classe moyenne, ou
encore le théoricien contemporain français de la démocratie, Jean Baechler (1971) quand
il affirme que la démocratie est la forme la plus naturelle de gouvernement?
Gouvernement d'un seul, gouvernement de quelques-uns, gouvernement du grand
nombre, telles sont les trois grandes formes de gouvernement selon Aristote 27. Elles sont
toutes les trois plus ou moins bonnes ou plus ou moins mauvaises, selon qu'elles sont ou
non exercées dans le respect des lois et l'intérêt commun. D'après Aristote, la meilleure
forme de gouvernement par le grand nombre s'appelle politie et la pire se nomme
démocratie. Le gouvernement de la classe moyenne est le meilleur qu'il emploie pour
désigner un mot grec, politeia, qui signifie gouvernement. D'où le mot français : le
gouvernement par excellence. La politie n'est possible que là où il existe une classe
moyenne forte, consolidée. Alors pouvons-nous confirmer l'existence de cette classe
moyenne dans ces pays sous-développés? Cette "classe moyenne" 28 n'adhère-t-elle pas à
cette nouvelle politique de "démocratisation" de la vie politique, espérant ainsi un partage
du pouvoir et l’acquisition d’une représentativité dans les instances politiques par le biais
d'élections libres?
Le rapport mondial sur le développement humain 2002 est centré principalement sur
l'idée que la réussite du développement économique est autant une affaire de politique
que d'économie. D'après les intervenants dans ce rapport, réduire durablement la pauvreté
24.Nasser Etemadi, Le concept de la société civile et idée du socialisme, Thèse pour le Doctorat en philosophie,
Université Paris X-Nanterre, date de soutenance le 9 juin 2001.
25. République, Livre III, La République, de Platon, Emile Chambry, Ed. Gallimard, 1992, Paris.
26. Aristote, Le Politique, Ed. Vrin, Paris, 1995.
27. Ibid.
28. Dans cette étude le concept de "stara" de Max WEBER sur les couches sociales reflète mieux les réalités
actuelles de la structure sociale des pays sous-développés. Car il tient compte, dans sa définition, des
rapports du marché, de la distribution et du pouvoir. Ces nouvelles couches sociales ne constituent pas
réellement une classe sociale au sens où Marx la définit dans un mode de production. Ces couches sociales,
partout où elles se sont constituées (par exemple en Iran) ne furent pas le produit d'une évolution de la "vie
civile", mais de l'initiative et de l'action de l'Etat. Autrement dit, le dépassement des conditions de la
fragmentation traditionnelle de la vie sociale et économique n'a pas donné lieu à l'accomplissement du "tissu
civil" bourgeois, mais, dans la plupart des cas, a consolidé le poids spécifique de l'Etat au sein de la société
sous-développée. Une étude sur la composition des partis politiques en Iran montre clairement que depuis
leur naissance sur la scène politique iranienne, leurs membres appartiennent tous à ces couches sociales
nouvellement constituées, et cela indépendamment de leur appartenance idéologique (Ervan Abrahamian,
Iran between two Revolutions, 1982, Princeton University Press).
25
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
nécessite une croissance équitable, mais également un pouvoir politique pour les pauvres.
Selon ce rapport : Le meilleur moyen d'y parvenir sans perdre de vue les objectifs du développement
humain consiste à mettre en place des modes de gouvernance démocratique solides et profondément
enracinés, à tous les niveaux de la société." 29
Nous constatons effectivement qu’il existe un consensus au niveau des organismes
internationaux, les principaux bailleurs de fond des pays "sous-développés" et les pays
occidentaux sur les marches à suivre. Ainsi, pour certains pays "sous-développés", le
capital n'aura plus besoin des régimes autoritaires. Car le contrôle de l'économie se fait par
une direction assumée par la mondialisation (exemple: la baisse du prix des matières
premières).
Nous allons essayer de démontrer dès lors, que le processus en cours dans les pays
"sous-développés" ne relève pas de la démocratisation. C'est le système de libre-échange
qui est en train de s'y installer, bien qu'il soit en contradiction avec le rôle que pourraient
jouer les institutions démocratiques dans le mépris de toute éthique. Car la démocratie
revaloriserait ce rôle en effet.
En outre, le processus d'une prise de conscience politique, au fil des années, dans les pays
"sous-développés", s'accélère. L'urbanisation, l'alphabétisation, le rajeunissement de la
population, l'apparition d'une classe moyenne composée de cadres, de technocrates, de
fonctionnaires, des jeunes diplômés sortis des universités des pays occidentaux ainsi que l'essor
des mass media et le développement des moyens de diffusion de l'information sont en partie les
vecteurs de cette prise de conscience dans beaucoup de pays sous-développés. L'intérêt
croissant et la volonté grandissante que les chercheurs des sciences humaines de ces pays
manifestent pour ces sujets démontrent que nous ne pouvons plus négliger la réalité des
aspirations démocratiques des populations des pays "sous-développés". Depuis les années
1990, les études sociologiques se sont axées davantage sur la question de l’Etat, les
institutions politiques et les acteurs sociaux. De plus, devant l’évolution des événements
dans les pays "sous-développés", les sociologues ont porté leur attention sur la question
de la démocratisation. En ce qui concerne l’Iran, nous constatons depuis une dizaine
d’années que la sociologie a conservé une approche nettement macro-économique et
comparative, mais on peut dire que sa contribution la plus importante dans cette période
de l’histoire de ce pays se situe dans le domaine de la sociologie politique (beaucoup de
livres ont été publié qui vont dans ce sens sur la démocratie, l’Etat, la société civile,
29. Rapport Mondial sur le Développement humain 2002, publié pour le Programme des Nations Unies pour le
développement (P.N.U.D.) par De Boeck Université.
26
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l’évolution historique des sociétés sous-développées, les exemples concrets sur les
expériences de l’histoire politique, le rôle et l’influence des pays étrangers sur les
événements politiques de l’Iran, etc.)
Il est intéressant de souligner que ce n'est pas un hasard si depuis l'effondrement du
camp socialiste d’une part et la disparition des régimes répressifs dans la plupart des pays
"sous-développés" d’autre part, nous sommes témoins parallèlement d'un affaiblissement
des mouvements de gauche et des organisations révolutionnaires. La lutte armée n’est
plus à l’ordre du jour, au moins en ce qui concerne l’Iran. Celles-ci se voient ainsi
contraintes à redéfinir leur stratégie face à cette baisse de leur audience. Cette classe
moyenne renonce-t-elle à son soutien aux organisations de gauche dans la perspective
d'une éventuelle participation aux instances du pouvoir?
La majorité des États d'Amérique latine est actuellement "démocratique" et les
gouvernements civils ont remplacé les régimes militaires. Rappelons-nous que:
" En 1954, sur vingt Etats latino-américains, treize sont gouvernés par des militaires. En
1980, les deux tiers de la population totale de l’Amérique dite latine vit dans des états dotés de régimes
militaires ou à domination militaire. En Amérique du Sud, à peu près à la même date - c’est- à- dire
avant le retour des civils aux affaires en Équateur et au Pérou - huit nations, représentant plus de quatre
cinquième du territoire, sont gouvernées par des officiers qui tiennent le pouvoir de leurs pairs et d’un coup
d’État proche ou lointain " (Alain, Rouquié, 1982, p.12).
D’après Alain Rouquié, concernant la retraite des militaires en Amérique latine, il
pourrait s’agir d’une retraite stratégique au profit de la démocratie pluraliste qui est en
train de se consolider irréversiblement dans ce continent. Les événements qui ont suivi la
publication de son livre témoignent de la crédibilité de son hypothèse : "Désormais, en
Amérique latine, on n’arrête plus la démocratie à mi-chemin." (Alain, Rouquié, 1982, p.12). Il
existe un sentiment de consensus entre différents secteurs de la population de ces pays,
suite à un ras- le bol national semble-t-il, à gauche comme à droite, de soutenir le
processus amorcé depuis la fin des années 70 :
"D’une part, l’immense majorité des classes dominantes et des classes moyennes qui, frileusement,
avait applaudi dix ou vingt ans plus tôt à l’instauration de régimes dictatoriaux conservateurs, a découvert
que la pire des démocraties était moins mauvaise pour leurs intérêts que la meilleure des dictatures. A
gauche une conversion symétrique s’est bien souvent effectuée. L’échec des stratégies de lutte armée, la
27
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
responsabilité des guérillas dans l’apparition d’États terroristes ont modifié le panorama idéologique. Les
réalités des dictatures militaires ont effacé le mépris pour les libertés dites formelles. Les ex-guérilleros se
préparent à entrer au parlement " (Alain, Rouquié, 1982, p.9) (souligné par nous).
En d’autres mots, il ne fait aucun doute que nous avons assisté à une transition très
importante et très significative depuis le règne de l’autoritarisme. Le monde musulman
lui-même connaît des expériences démocratiques, fragiles en Turquie, prometteuses au
Maroc, précaires mais importantes en Palestine - sans compter le Pakistan et le
Bangladesh, où le peuple exprime de plus en plus le désir de pluralisme politique. Et l'Iran
avance pas à pas avec un peuple qui possède un degré de conscience politique sans
précédent, ce qui lui permet de neutraliser l'un des régimes le plus conservateur de notre
époque. Il est évident qu’il existe une grande différence entre ces démocraties et les
exemples classiques de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord. Ce qui différencie
ces démocraties, soulignons-le, ce n’est pas le fait qu’elles risquent à tout moment d’être
renversées par un régime autoritaire. En fait, la longévité sans précédent de la démocratie
dans certains de ces pays (en particulier en Amérique latine) montre qu’une analyse de la
vie politique actuelle doit aller au-delà de la dichotomie pouvoir autoritaire - démocratie
qui, jusqu’à tout récemment, était si essentielle à sa compréhension. Il est indispensable
d’effectuer plutôt cette analyse sous l’angle des variations à l’intérieur de la vaste catégorie
que constituent les démocraties. Mais nous nous limiterons sur ce sujet à l’Iran et, dans ce
but, nous proposons un concept de démocratie qui met en évidence trois éléments jugés
essentiels à son fonctionnement : des acteurs sociaux, un espace de représentation et un
Etat efficace.
Le premier élément indispensable à une démocratie est la constitution d’acteurs
sociaux, c’est-à-dire d’acteurs qui ne soient pas créés et contrôlés par l’État, mais qui se
sont constitués plutôt dans l’espace de la société civile, l’espace distinct de l’État,
autonome et indépendant. Cet élément représente une caractéristique définitionnelle
fondamentale, parce que la démocratie est intrinsèquement liée à la notion de
représentation et présuppose donc l’existence d’acteurs dont les intérêts peuvent être
représentés ou dont les intérêts sont au sens strict sociaux ou pré-politiques. Les débats
qui se développent autour de ces trois concepts et leur association feront l’objet de notre
deuxième partie. Nous allons étudier la raison d’une grande faiblesse des acteurs sociaux
et voir comment certains sociologues et experts de la société iranienne attribuent la raison
de la faiblesse de la démocratie en Iran à cet élément à leurs yeux pertinent. En effet,
28
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
certains de ces sociologues soutiennent que l’absence d’espace de représentation ou de ce
qu’on appelle également l’espace publique ou la société politique qui sert comme un
anneau d’intermédiaire entre les acteurs sociaux ou la société civile et l’État, est la cause
principale de la faiblesse de la démocratie en Iran. Enfin, beaucoup sont ceux qui parlent
d’une crise de l’État, en ce sens que celui-ci ne remplit pas adéquatement ses tâches
gouvernementales et n’impose pas l’autorité de la loi, c’est-à-dire qu’il n’implique pas
également la loi dans tous les segments de la population. Selon ces experts, l'élément
indispensable à une démocratie est un État efficace, responsable et fort. Quelque soit
l’élément analysé, cependant, l’image globale qui ressort de l’ensemble des différentes
analyses est celle d'une démocratie faible. Cependant l’utilité de ce concept de démocratie
n’est plus contestée au sein des élites intellectuelles de l’Iran.
Nous allons ainsi démontrer dans notre thèse que la faiblesse de la démocratie en
Iran ne se limite pas à l’un de ces éléments et que l’ensemble de ces trois facteurs (les
acteurs sociaux, l'espace de représentation et l'Etat efficace) doit être suffisamment fort et
cohérent pour permettre l’existence d’une démocratie forte, et que cet ensemble de ces
trois facteurs constitue aussi la condition sine qua non de son développement économique,
d’une part, et d’autre part nous allons proposer des stratégies et des décisions qui
pourraient amorcer le renforcement de cette démocratie propre à la société iranienne et
établir des liens entre le développement économique et la démocratisation de la société.
Cependant, expliquer les raisons de la faiblesse de la démocratie iranienne est une tâche
complexe qui exige l’étude de l’interaction entre des processus relativement récents et un
héritage de processus historique fort ancien. Nous nous demanderons donc d’abord
comment la réalité politique actuelle est influencée par le processus de formation étatique
que lui a légué l’histoire, par une longue période de domination dictatoriale, une lutte sans
merci contre le communisme passant par la propagation de la peur du voisin du nord,
l’ex-Union soviétique, dès le lendemain de l’arrivée au pouvoir du fondateur de la dynastie
Pahlavi, Reza Chah (1926). Cette faiblesse de la démocratie est à la fois accentuée et
reflétée aussi par et dans le choix du modèle de développement économique, basé surtout
sur le modèle occidental et sur le revenu pétrolier comme le principal pilier de
l’investissement dans les différents secteurs de l'économie et la principale source de
financement de l'Etat iranien de ses projets. Le mode de répartition de ces revenus est l'un
des indicateurs les plus significatifs des rapports Etat-société dans le cadre d'un Etat
rentier. Ces rapports différencient fondamentalement la société iranienne de la société
occidentale dans laquelle, le montant de l'impôt direct et son mode de répartition sont les
29
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
indicateurs les plus visibles du rapport État-société (dans le cas de l'Iran le montant de
l'impôt direct constitue seulement 3% du financement du budget global et annuel du
gouvernement). Nous souhaitons souligner que d'une part, dans le cadre de l'Etat iranien, la
transparence financière et le contrôle parlmentaire sont deux éléments inexistants, tandis que
dans le système moderne de finance publique, dans les pays occidentaux depuis qu'il est en palce
(en France depuis 1814 lorsque le premier budget a été voté par l'Assemblée générale), quatre
principes fondamentaux sont respectés: unité, spécialité, sincérité et annuité.
Le budget voté est à la fois le miroir chiffré des activités de l'Etat et l'élément central du
débat public. Et, d'autre part, contrairement de l'Iran, la démocratisation du pouvoir, dans
les pays occidentaux, avec la mise en place de gouvernements représentatifs et une
soumission de l'administration aux orientations de la volonté générale impliquent
nécessairement l'exercice transparent du pouvoir.
Nous allons aussi voir comment l’héritage des époques antérieures influence le
processus d’évolution récente de la société iranienne, soit l’arrivée au pouvoir d’un régime
clérical et autoritaire d’une forme nouvelle depuis 1981 (l'année des vagues d'exécution
des opposants politiques et l'exil massif et parfois volontaire des membres, des
sympathisants des organisations de gauche de toutes les tendances, des intellectuels, des
cadres, des techniciens qualifiés, de tous ceux et celles qui avaient la possibilité et le
moyen de fuir l'Iran vers l'étranger) jusqu’à une date récente, et depuis 1994 les efforts de
démocratisation de la société iranienne jusqu’à nos jours. En l’absence de coutumes, de
mœurs et de préalables sociaux capables de soutenir le fonctionnement d’une sphère sociale
relativement autonome, les leaders libéraux comme Sahabi, (la personnalité charismatique,
principal penseur et homme politique de mouvance libérale iranienne), se fient à la capacité de
l’État (le gouvernement de Khatami) à instaurer des mécanismes de marché, les droits civils
et le statut de citoyen. Autrement, ils cherchent à ajouter au pouvoir de la loi l’action
modernisatrice efficace de l’État tout en gardant le caractère islamique du système actuel
au pouvoir. Nous constatons une contradiction évidente entre les principes libéraux et les
pratiques autoritaires souhaitées par ces mêmes leaders, pour promouvoir les principes
démocratiques. Il faut souligner que l’expérience "libérale" de l’État iranien depuis
l’arrivée au pouvoir de Khatami, a pris la forme d’une négociation permanente entre un
programme de changement d'en haut et les forces religieuses traditionalistes qui
conservent encore beaucoup de pouvoir, comme l’appareil juridique, l’assemblée des
sages, le velayate-é-faghih (le guide suprême qui a toujours le dernier mot). Les
accommodements entre "les réformistes" et les "durs" dans les instances du pouvoir
30
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
religieux ont entraîné la formation d’un gouvernement privé du pouvoir exécutif dont les
décisions se heurtent constamment aux instances contrôlées par les "durs". Les formes
politiques archaïques se superposent aux institutions d’un régime représentatif libéral, lui
enlevant ainsi beaucoup dans sa portée et dans son efficacité exécutive. La centralisation
excessive du pouvoir entre les mains de ces instances "traditionalistes et dures", leur
persistance et leur clientélisme par réseaux informels qui sont privilégiés financièrement
grâce à l'importante "fondation des déshérités" 30, à côté des institutions étatiques modernes,
ont directement entravé le développement du statut de citoyen. Les "réformateurs" désirent et
soutiennent la création préalable sociale de "la société civile" par rapport à une économie de
marché et ce toujours dans le cadre d'une république islamique. Mais, même ce soutien
conditionnel, par leurs accommodements avec les forces "dures" et traditionalistes affaiblissent
leur capacité d’instituer une société libérale et empêche tout développement de la société civile.
En d’autres termes, après l’abolition de l’ancien régime dictatorial du Chah, l’incapacité de l’État
islamiste de s’imposer efficacement dans la société a permis non seulement la restauration et la
reproduction des relations sociales inacceptables de l’époque du Chah, mais aussi leur expansion
à l’ensemble de la société.
Force est de constater que le dynamisme supérieur du marché, parmi d’autres
éléments, a contribué à briser les schémas de déférence traditionnels au sein de la
population et à générer des conditions favorables au statut de citoyen seulement dans
certains segments sociaux et principalement dans les zones urbaines. Néanmoins, ces
tendances n’ont pas empêché la persistance de formes d’exclusion héritières de l'ancien
régime du Chah ainsi que l'accentuation du contrôle politique au moyen d’une série de
pratiques et d’institutions informelles (les Bassidjis31, les prisons clandestines contrôlées
encore par le corps de Passdaran 32 et les forces de sécurité officieuse
appartenant aux diverses institutions religieuses ou contrôlées par tel ou tel dignitaire
religieux influent au sein du cercle du pouvoir, les Imams de vendredi, les mosquées et
bénéficiant d'un système de financement complexe de la répartition et le partage du
revenu pétrolier) qui coexistent avec les institutions officielles, et qui freinent le
développement de ces dernières. En résumé, tous ces importants éléments de continuité
30. Elle remplace l’ancienne Fondation Pahlavi créée et gérée par l'ancien régime du Chah et regroupe
l’ensemble des biens immobiliers et mobiliers confisqués aux notables de l’ancien régime ainsi qu'aux
opposants politiques après la Révolution de 1979.
31.Membre des organisations para-militaires iraniens.
32.Le corps armé constitué au lendemain de la révolution iranienne en 1979 par le nouveau régime
islamique, par manque de confiance aux éléments de l'armée officielle.
31
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
ont marqué la période de domination dictatoriale ainsi que le modèle de développement
économique caractérisé en particulier par la vente du pétrole.
Cependant, nous devons souligner qu’avec la fin du régime dictatorial du Chah en
1979 ainsi que la montée des classes moyennes et des mouvements ouvriers, il s’est
produit d’importants changements politiques notamment dans l'élargissement de la
participation. Mais ces changements ne doivent pas nous masquer d’importants éléments
de continuité de restrictions, de contraintes des libertés d'expression et d'opinion et les
moyens de répression avec la période avant 1979. Les accommodements des "réformistes" avec
la tendance "dure" des clergés entravent fortement l’essor d’un régime représentatif libéral et
freinent en même temps l'organisation de la classe moyenne et du mouvement ouvrier. Ainsi
ces accommodements renforcent et même accentuent davantage les tendances nettement plus
hostiles à la démocratie qu'à l’époque de l’ancien régime.
Nous allons essayer de démontrer que les mécanismes religieux-politiques - les
mosquées, les clergés, les fondations et les institutions religieuses - ont continué de
remplir leurs fonctions traditionnelles, et que le rôle joué par les segments populaires n’a
pas modifié en profondeur le système de représentation, puisque la participation de
nouveaux segments, canalisée dans des structures proto-étatiques, a engendré un modèle
de citoyens régulés, ce qui est en contradiction avec la notion de citoyenneté dans une
démocratie. A la différence les intérêts conservateurs traditionnels d’une catégorie sociale,
le clergé musulman chi'ite, continuent d’être fortement représentés.
En effet, au lendemain de la révolution de 1979, les observateurs des problèmes de
l’Iran ont vu apparaître partout à travers le pays des conseils de village, de quartier, de
ville, dans les usines, des entreprises publiques et privées, qui géraient les affaires
courantes de ces unités, une participation massive et spontanée de la population, ce qu’on
a appelé pendant un certain temps, le modèle des conseils (Shora). Ce modèle était
certainement l’idéal d’une démocratie directe et représentative. Mais, par la suite, les
éléments contestataires laïques et ceux qui essayaient d'empêcher la dérive autoritaire du
nouveau régime ont été contraints de quitter le sein de ces conseils, par divers moyens
d'intimidation, physique, financier, perte de leur emploi, menace d'emprisonnement,
exécution des membres de leur famille, au profit des éléments religieux proches du
régime. Ainsi, ces conseils se caractérisèrent par la subordination des acteurs sociaux
représentatifs dans ces conseils au pouvoir politique ainsi que par l’absence d’une nette
différenciation entre la sphère publique ou la société politique et l’État. Ce modèle n’a pas
donné naissance à des acteurs sociaux qui représenteraient les intérêts des catégories
32
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
socio-économiques de la société et régleraient leurs conflits au sein d’un même espace
politique. Ces acteurs subordonnés, même si on a pu les associer pendant certains temps à
une vague forme de participation, demeurent très hostiles à l’idée de démocratie.
Il est vrai que le colonialisme depuis la fin du XVIIème siècle, transformé en néocolonialisme depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, a joué un rôle déterminant
dans le sous-développement de l'Iran. Cependant, il semblerait que la structure sociopolitique et le mode de production dans ce pays s’il n'était pas propice, comme le facteur
interne, n'auraient pas permis cette invasion occidentale. Si la société iranienne avait été
suffisamment organisée, solidement constituée sur les plans militaire, économique,
politique et socio-culturel, pour se défendre plus activement à l'égard du monde extérieur
dont dépendait le plus vif de ses échanges à partir du milieu du XVIIIème siècle, elle aurait
pu mieux résister à l'intrusion des envahisseurs européens. En effet, nous souhaitons
rajouter comme facteur de ce sous-développement, en tout cas en ce qui concerne l'Iran,
les éléments internes suivants à savoir : le despotisme du pouvoir (le rôle de l'Etat),
l'instabilité sociale et politique (le changement perpétuel du pouvoir local, la spoliation
permanente des biens de la population de ce pays, c'est-à-dire l'absence de garantie de
propriété privée quelle qu'en soit sa forme, le manque de liberté, de sécurité individuelle,
et surtout sa structure tribale méprisant la production agricole et donnant la priorité au
pillage, plutôt qu’à l'élevage et au pâturage des terres fertiles). Nous voudrions dire, sans
vouloir innocenter les pays occidentaux, que dans le processus de l'évolution de la société
iranienne depuis le milieu du XVIIIème siècle, que les élites et les gouvernants de ce pays
sont en partie eux aussi, au même titre que les colonisateurs occidentaux, responsables de
ce sous-développement. Si ce pays était gouverné par un État démocratique, proche de la
population, si les penseurs, c'est-à-dire les intellectuels, n'étaient pas tant inspirés par le
modèle économico-politique de l'Occident au point d'envisager à copier ce modèle dans
son intégralité, sans se référer à la réalité socio-culturelle de leur propre société, les pays
occidentaux n'auraient pas pu le dominer, coloniser et extraire ses richesses à leurs profits.
Pourquoi l'évolution de ce pays s'arrête brusquement en cours de route, sachant qu’à cette
époque l'Iran n'était pas un pays pétrolier, ni encore sous tutelle d’aucun pays étranger?
Nous sommes convaincus que l'étude de l'évolution historique de ce pays nous
permet de mieux comprendre une des causes principales de son "sous-développement",
qui est à nos yeux l'autoritarisme de son pouvoir politique. À ce propos nous rejoignons
l'opinion exprimée par Maurice Dobb dans son ouvrage "Études sur le développement du
capitalisme", lorsqu'il insiste sur la nécessité de juguler l'étude du développement historique
33
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
et le développement économique d'une société donnée: "... l'analyse économique ne prend son
sens et ne peut porter ses fruits que si elle se joint à une étude du développement historique et que
l'économiste qui travaille sur les problèmes actuels a certaines questions à poser aux données de l'histoire"
(Maurice Dobb, Paris, 1969).
Nous aurions souhaité procéder à une étude comparative de l'histoire de ce pays au
moment où les pays occidentaux commençaient leur décollage économique. Cela aurait
pu appuyer notre analyse. Par exemple, à l'époque où l'Iran est détruit par les Mongols de
Gengis-Khan en 1292 (nous reviendrons sur cet événement dans la deuxième partie de
notre thèse), il y a eu des zones inégales de développement à travers l'Europe. Les relations
commerciales étaient, d'une manière générale et croissante, monétarisées. La monnaie tenait un
rôle important chez les individus. La productivité agricole augmentait grâce à
l'amélioration des techniques de labourage. Cela alimentait les marchés villageois en
produits. Les bourgs où l'on faisait du commerce se multipliaient. L'économie de marché
existait dès lors. Les rentes féodales se monétarisaient. La bourgeoisie naissante se
constituait également des rentes, s'achetant des terres. Le XIIIème siècle qui est souligné
selon Marx par l'accumulation primitive du capital, le début de la révolution commerciale
en Italie avec l'émergence des grands marchands, l'apparition de la lettre de change et le
développement du crédit, les banques, le développement de la propriété privée, est
marqué au contraire pour l’Iran par un siècle de terreur, de déportation massive de ses
artisans par les Mongols (100.000 selon l'historien arabe Ibn Khaldûn), et par la
désintégration territoriale. Ibn Khaldûn parle, au XIIème et jusqu'au milieu du XIIIème
siècle, de l'existence des villes peuplées de deux millions d’habitants (ex.: Neishabour dans
l'Est de l'Iran) avec un tel développement du secteur agricole qu'elles étaient capables
d'exporter leurs excédents vers l'Europe et la Chine (la soie, les tissus et les étoffes de
Perse étaient connus en Italie de l'époque). Sachant que ces villes en Iran représentaient
d'énormes dépenses- leurs économies ne s'équilibraient qu'en dehors, et d'autres devaient payer
leur survie, leur approvisionnement en eau, en nourriture-, nous comprendrons l'importance et le
niveau du développement économique déjà très avancé de ce pays. Le commerce était l'un des
moteurs de ces agglomérations. Il est vrai que l'agrandissement et la popularisation des villes
en Occident coïncident avec la création de l'État moderne. Les marchés nationaux ont
grandi sous leur impulsion. Alors qu'en Iran, au cours de la même période, le pouvoir
politique se centralisait davantage, d'une part, sous l'impact de l'invasion des mongols, et,
d'autre part, sous l'influence de la religion et la montée en puissance depuis cette époque
du statut des clergés. D'un côté, en Occident, les institutions religieuses perdaient, avec le
34
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
temps, leur influence sur les instances du pouvoir. Et, de l'autre côté, en Iran, au contraire
cette influence grandissait et le rôle des religieux devenait de plus en plus important de
telle manière qu'à la fin du XIXème siècle, le Roi était incapable d'imposer son autorité
politique sans la bénédiction des religieux. Dans toute l'histoire de la société iranienne
(récente ou ancienne), ces deux phénomènes que sont la sécularisation et la religion, le
despotisme et la théocratie se superposent pour n'en constituer qu'un permettant par là de
renforcer le pouvoir du despote. Nous pouvons voir en cela toute la différence qui réside
avec la société occidentale : l'absence de toutes sortes de participation des citoyens dans
les affaires du pays, quel que soit leur rang ou leur statut social. Nous exposerons nos
arguments dans la deuxième partie de notre thèse en essayant de replacer ce débat dans sa
perspective historique et de prendre du recul, si nécessaire, à la prise de conscience des
enjeux de ce nouveau siècle déjà commencé.
Nous allons essayer de mettre en évidence les lignes saillantes des analyses qui
mettent l'accent sur les facteurs endogènes du sous-développement de l’Iran. L'analyse est
de portée structurelle. Elle s'intéresse aux tendances profondes et durables de l’économie
en voie de développement. Celles-ci sont appréhendées à l'aide de modèles qui précisent
les conditions théoriques de réussite d'une politique de développement fondée sur
l'organisation sociétale. Possibilité théorique ne veut pas dire possibilité réelle. Pour qu'il
en soit ainsi, faudrait-il encore que la politique économique retenue soit en adéquation
avec celle d'une politique ouverte qui imposera à terme de faire face au problème de
transformation de la société sans l’engager dans une profonde récession. Nous pouvons
dire que c'est presque une obligation, une nécessité pour ce pays de concilier la liberté
démocratique avec l'égalité économique.
Si l’héritage des événements du passé a influencé la possible
instauration de la démocratie en Iran, des événements plus récents
nous le confirment. Il importe particulièrement d’attirer l’attention sur
les événements suivants : la longue période d’autoritarisme des années
1924 à 1941 et de 1953 à 1979, la crise économique qui traverse le pays
depuis quelques années, la fin de la guerre avec l’Iraq en 1987, ainsi
que les réformes en faveur de l’économie du marché adoptées et
entamées depuis 1989, après la mort de Khomeyni, en réaction à la
crise économique. Ces événements sont particulièrement importants
35
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
parce qu’ils contribuent à saper les éléments à la base du modèle
"islamique" et à ouvrir de nouveaux horizons. La vente des
entreprises publiques et la privatisation des banques ont affaibli
fortement le modèle islamique et se révèlent particulièrement
importantes parce qu’elles permettent la naissance d’un nouveau
modèle plus favorable à la démocratie. Cependant, comme nous
l’avons déjà souligné, même s’il y a un consensus sur la nécessité
d’instaurer la démocratie en Iran et qu’elle est devenue la forme
acceptée comme le régime gouvernemental par tous les acteurs
sociaux de mouvance laïque et paradoxalement par une fraction du
clergé au sein du pouvoir, le type de démocratie qui est apparu est très
faible et caractérisé par des acteurs sociaux fragiles, par une sphère de
représentation faible et souvent court-circuitée, ainsi que par un État
peu en mesure de relever les défis de la fonction gouvernementale et
d’imposer l’autorité de la loi. Nous allons analyser de quelle façon les
périodes d’autoritarisme, la crise économique et les réformes récentes
en faveur de l’économie de marché ont sapé le fondement du modèle
islamique de l’économie iranienne.
Nous allons essayer à travers l'expérience de cette démocratisation pas à pas, de
démontrer les anomalies du paradigme du développement dans les pays du Sud, en ce qui
concerne la démocratie et le développement économique. Nous insistons dans ce travail
sur l'importance des interactions entre les acteurs sociaux (société civile) et le pouvoir
politique (l’État), dans le processus de développement économique. Ce qui nous amène à
mobiliser et à nous organiser autour d’un certain nombre de théories comme celle : du
développement, les théories de l’État (Marx, Engels, Gramsci, les Listiens, les Keynésiens,
les néo-marxistes comme A.G. Frank, S.Amin), les théories de la dépendance (F.Cardoso,
E. Falleto), les théories de la démocratie et de l’autoritarisme (J.J. Rousseau, J. Locke , A.
de Tocqueville, J.Baechler, G. Burdeau, G. Hermet, R.J. Jackson. et Jackson, C.B.
MacPherson, Y. Mény, B.Moore, G. Sartori, J. Schumpeter, Sorensen G., Sen A, H.
Arendt, R. Aron, P. Beneton, S. Berstein, A. Besançon, C. Delacampagne, F. Furet, I.
Kershaw , M. Gauchet ), les théories dominantes de la modernisation (W. W. Rostow, K.
36
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Deutsch et D. Lerner, Schwartzmann, S.Huntington, F.Fukoyama, G.Therborn), les
théories de la formation des acteurs sociaux autonomes. Nous essayerons d’expliquer les
conséquences pour le développement économique des différentes formes de régime
politique dans le Tiers-Monde. Nous chercherons à découvrir les voies dans lesquelles les
régimes démocratiques et autoritaires ont (ou n’ont pas) contribué respectivement au
développement dans les pays du Tiers-Monde. La mise au point se concentre sur
l’expérience, en général, d’un certain nombre de pays du Tiers-Monde, en Asie du Sud, en
Afrique et en Amérique latine depuis les années 1950 jusqu’au début des années 1980. Et
nous examinerons le débat théorique et formulerons des hypothèses et des questions pour
l’Iran, en particulier. Les implications théorétiques de ces analyses sont explorées dans la
conclusion. Cette recherche essaie de s'intégrer dans les nouveaux paradigmes
multidisciplinaires (multidimensionnels) et interculturels émergents et dans la
transformation économique et sociale en cours d'une société donnée. De fait, l'échelle
d’un pays (l’Iran) apparaît comme le niveau le plus pertinent à la fois pour la réflexion et
l'action que définit le sujet de cette thèse. Afin de vérifier et de consolider nos hypothèses,
nous opérerons une induction à partir de l'expérience iranienne.
37
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
LA PROBLEMATIQUE ET LA METHODOLOGIE
La problématique générale
La problématique abordée dans le cadre de cette thèse par les différentes théories et
par l'examen d'un cas pratique consiste à montrer la corrélation entre le sousdéveloppement économique d’un pays déterminé, l’Iran, et l'autoritarisme de son régime
politique. Le "sous-développement" n’est pas un phénomène engendré par la société et la
population. Il est le produit de la structure institutionnelle étatique et d'un rapport
entretenu, dans la sphère du pouvoir, avec l’économie. Nous formulons cette hypothèse à
partir de l’expérience que nous avons de l’Iran, mais aussi des pays qui ont connu des
situations analogues, à savoir une dépendance étroite du sous-développement en rapport
avec les régimes politiques autoritaires qui les gouvernent. Toute notre démarche
consistera, dès lors, à vérifier et à critiquer cette hypothèse. Généralement, pour
contribuer
à
déterminer
les
possibilités
du
développement,
les
théories
développementistes isolent la liaison du politique et du développement économique sans
tenir compte de tout l’environnement dont elles dépendent. Nous affirmons que la
dimension politique d’une société sous-développée est première mais qu'elle s’articule
fondamentalement
aux
autres
dimensions :
économique,
juridique,
culturelle,
technologique, climatique, etc. De là, nous insisterons sur le caractère politique du
développement et, qui plus est, sur le caractère essentiellement démocratique qui
conditionne l'ensemble des dimensions constitutives d'une société et donc le
développement du pays.
Nous souhaitons rappeler auparavant qu'à la différence du système capitaliste
occidental, qui est doté d’un système politique libéral, le système capitaliste des pays sousdéveloppés montre un type d’organisation politique restreinte, dans lequel le pouvoir
politique dirige souverainement et tend à confisquer la totalité des activités de la société.
Accordant à un parti ou à un groupe restreint de personnes le monopole de l’activité
politique et économique, le parti monopolistique est animé ou armé d’une idéologie à
laquelle il confère une autorité absolue qui devient la réalité officielle de l’Etat. Pour
répondre à cette vérité officielle, l’Etat autoritaire se réserve un double monopole, le
monopole des moyens de violence et de persuasion. Il est rarement légitimé par la
38
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
population, le plus souvent perçu comme un type de gouvernement exceptionnel. On
l'oppose à la démocratie, aux libertés publiques et à l'État de droit.
Dans ce système autoritaire, la plupart des activités économiques et professionnelles
sont soumises à l’Etat et deviennent partie intégrante de lui-même. Lorsque les libertés
publiques et économiques sont restreintes, dominées par l’Etat, la conséquence de cet
autoritarisme politique n’est que le sous-développement économique. Tel est le
fondement à laquelle s’identifie la problématique de cette étude, manifestée dans la
pratique par le cas de l’Etat iranien.
Nous avons essayé de procéder à une étude analytique comparative pour ces deux
types de régime (la démocratie et l'autoritarisme) car, contrairement aux sciences
naturelles ou aux sciences appliquées, nous n'avons pas les moyens et les possibilités de
faire une étude empirique. Dès lors, nous nous sommes proposés dans cette thèse de
procéder :
- d’une part à un examen du rôle et du rapport que l’Etat, entendu comme la sphère
du pouvoir politique, entretient avec l’économie. La question du rôle économique de
l'Etat ne concerne pas seulement son ampleur, mais la manière dont ce rôle est exercé 33
dans les pays sous-développés. Dans son acception la plus large, le concept d'Etatprovidence se définit par opposition à celui d'Etat-gendarme; il désigne alors l'Etat
interventionniste dans la sphère économique et sociale par rapport à l'Etat "neutre" cher
aux libéraux qui limite son activité aux fonctions régaliennes traditionnelles : défense
nationale, justice, police et ordre public, diplomatie. De fait, il s'agit de deux modèles
théoriques d'action de l'Etat introuvables dans la réalité historique sous une forme pure,
puisque même les libéraux les plus stricts admettent, par exemple, le privilège de l'Etat
dans le domaine monétaire, ce qui constitue déjà une entorse à la distinction initiale.
- D'autre part, l'idée d'Etat-providence, en tant que manière de penser l'Etat comme
instrument et concrétisation de la solidarité sociale, en liaison avec la sociologie
durkheimienne et les nouvelles théories juridiques de l'Etat (comme celle de L.Duguit,
1928), était et reste inexistant dans les pays "sous-développés"
Dans un premier temps, en ce qui concerne l’instauration d’un Etat autoritaire en
Iran (l'Etat sécuritaire-gendarme), nous verrons le processus à son début au stade de
"création", avec l’aide des Anglais (au cours des dix premières années du XXème siècle),
33.On distingue habituellement les dépenses publiques qui se bornent à redistribuer les revenus et celles qui
correspondent à des achats directs de biens et services, consommés collectivement (défense nationale) ou
individuellement (éducation).
39
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
une administration copiée dans la forme sur le modèle de l’Etat occidental. Dans cette
phase, c’est la société qui s’est retrouvée en décalage par rapport aux caractéristiques d’un
"Etat moderne". La majorité de la population iranienne vivait dans les zones rurales, avec
une économie fermée sur elle-même, auto-suffisante, sans grandes voies de
communication avec le reste du pays, une structure tribale du pouvoir. A ce stade, il faut
souligner aussi que le contexte international (le début de la guerre froide, la découverte du
pétrole dans la région du golfe Persique) et les rapports de forces à l’intérieur de l’Iran à
cette époque favorisaient l’avènement de ce type d’Etat. Après la première guerre
mondiale, une vague de mouvements semi-totalitaires et totalitaires, profondément hostile
à la démocratie et favorable à la dictature, s'est développée en Europe. Des mouvements
fascistes se répandirent, à partir de l'Italie, dans presque tous les pays de l'Europe centrale
et orientale, à l'exception de la partie tchèque, l’arrivée au pouvoir des dictateurs
analogues avant la guerre en Roumanie, en Yougoslavie, en Pologne, dans les Etats baltes,
en Hongrie, au Portugal, dans l'Espagne de Franco et en Turquie; et, sur le continent
américain l'avènement des régimes dictatoriaux avec l'aide militaire et souvent
l'intervention directe de l'armée des Etats-Unis : l’occupation de Haïti en 1915 jusqu’à
1934 et de la République dominicaine entre 1916-1924, le Nicaragua entre 1912 et 1925 et
de 1926 à 1933, Cuba plusieurs fois occupé entre 1902 et 1906. Au Panama, non
seulement les Etats-Unis imposent en 1903 l’enclave coloniale du canal, mais, par le
"corollaire" qu’ils adjoignent à la doctrine de Monroe en 1904, Washington s’octroie
officiellement un pouvoir de police internationale dans les pays voisins.
En effet, nous essayerons de montrer que la formation de cette institution, l’Etat,
dans ce premier stade, n'était pas le produit d'une histoire, une construction naturelle d'un
processus historique à l'exemple de ce qui s’est passé dans les pays occidentaux mais, au
contraire, qu'il était une structure greffée par la force, pour la circonstance, d’en haut et
souvent soumis aux intérêts des pays occidentaux, les instigateurs de ces Etats. Leur
maintien au pouvoir à tout prix, malgré leur nature autoritaire, dans les pays sousdéveloppés, n'aurait pu se faire sans le soutien logistique, sans l'aide directe ou indirecte
militaire ou financière, des pays occidentaux. Ce soutien, selon l'importance stratégique du
pays sous-développé (pour des raisons géopolitiques ou économiques) sur la scène
politique internationale, va jusqu'à l'intervention militaire directe des pays occidentaux.
Les exemples à ce sujet ne manquent pas : la guerre du Vietnam menée d’abord par
l’armée française et puis par les Etats-Unis entre 1964 et 1975 au nom de la lutte contre le
danger du communisme et pour sauver l'un des régimes le plus corrompu, le plus
40
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
autoritaire du monde, l'intervention militaire française au Zaïre, la participation de
l’ensemble des forces armées occidentales dans la guerre du golfe Persique contre l'Irak,
l'intervention militaire en Afghanistan qui a commencé à la suite de l'événement du 11
septembre 2001 à New York et, l’invasion de l’Irak au mois de mars 2003, malgré
l’opposition massive de l’opinion publique internationale.
Nous n'avons pas l'intention de traiter les origines de l'autoritarisme du pouvoir
politique en Iran. Cependant, nous nous intéresserons à ce sujet dans la mesure où il sera
susceptible de nous éclairer sur les raisons de son sous-développement. Nous souhaitons
montrer que cette structure autoritaire, aussi bien dans le passé que dans le présent,
constitue l'un des obstacles majeurs dans le développement économique de l'Iran, que les
effets de ce régime à long terme sur l'économie de l'Iran n'était que l'augmentation de la
disparité entre les régions, la pauvreté croissante de la population urbaine et rurale, la
négligence des droits de l'homme. Tant que les éléments favorables à la continuité de ce
régime subsisteront, l'Iran ne sortira pas de son sous-développement économique.
Historiquement, les pays développés occidentaux ont connu, depuis le déclin de la
féodalité, des mutations importantes par l'arrivée de l'État moderne porteur du principe
de la souveraineté. L'Europe voit l'apparition de territoires constitués, de marchés
économiques élargis, de royaumes unifiés. Du morcellement territorial, l’Europe
débouche sur l'unification géographique, économique et, à terme, politique. Par un long
processus complexe à plusieurs trajectoires, l'État devient la formule historique à la mode.
Ce n'est qu'au XVIIème siècle, avec la notion de représentation démocratique, que l'État
libéral se propage sur le continent européen. Le modèle, en effet, ne revêt pas une forme
unique. La démocratie libérale se distingue de la démocratie directe pratiquée dans la
Grèce antique. La démocratie britannique rejette les fondements de base de la démocratie
révolutionnaire française. Différentes à la naissance, les démocraties libérales, volet
politique du système capitaliste, se rejoignent cependant sur des valeurs communes
comme la souveraineté du peuple, le principe de représentation, la séparation des
pouvoirs : législatif, exécutif, judiciaire. Et ce sont ces principes qui constituent les traits
communs des démocraties occidentales qui constitue notre définition du concept de la
démocratie utilisée dans cette thèse.
Montesquieu envisage la séparation des pouvoirs en un temps où le système politique
est la monarchie d’un certain type. Mais la séparation des pouvoirs exécutif et judiciaire
suffit-elle à assurer la démocratie lorsque l’économie est entre les mains d’une oligarchie
industrielle, commerciale, financière ? Celle-ci n’est-elle pas très satisfaite de cette
41
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
"séparation" qui, sous certains aspects, la protégeait contre les interventions directes du
pouvoir politique qui ne dispose pas de possibilité d’exercer sa domination sur les juges ?
La séparation des pouvoirs, c’est aussi le pouvoir économique libre d’agir selon ses
intérêts et une économie de marché qui se moque des enseignements de la morale sociale
et de l'éthique. Le problème des "droits de l'homme" est là dans toute son ampleur de
même que l'exigence d'un "autre développement" (H. Bartoli, 1999).
Le Pouvoir, disait G.Lavau (Esprit, 1953, n° 6), c'est "la Force plus la Loi". Il ne serait
pas pouvoir, ajoutait-il, s'il ne prenait pas appui sur les forces dominantes. Le pouvoir est
"politique",
"économique",
"militaire",
"religieux",
"judiciaire",
"professionnel",
"exécutif", "législatif". Certes, cette prolifération "des" pouvoirs est l'un des aspects de
l'extension du Pouvoir, mais elle pose aussi le problème des relations entre eux. Certains
sont divers sans que cela mette en question l'unité profonde du pouvoir d'Etat
("l'autorité" militaire et "l'autorité" administrative sont des échelons subordonnés au
"pouvoir politique"), alors qu'il en va autrement de la distinction du pouvoir politique et
du pouvoir économique. Mais où se situe le siège du premier par rapport au second, ou
n'y a-t-il pas toujours une "relativité" de ces deux pouvoirs qui disposent, au profit de
leurs intérêts et de leurs idéologies, des services et des prérogatives de l'Etat de façon plus
ou moins absolue et complète ? L’Etat n’est pas uniquement le pouvoir politique mais il
est un ensemble de forces diverses qui le meuvent, parmi lesquelles se trouvent les forces
économiques (mais aussi les forces religieuses). Au début du XlXème siècle, le pouvoir
politique dans les pays occidentaux était un cercle fermé, représentatif des seules forces
économiques dirigeantes et utilisant à leur profit l'Etat comme instrument. L'extension de
la démocratie représentative, l'apparition des forces contestataires (syndicats, partis
ouvriers, etc.) ont introduit la disharmonie dans le système. Il y a contestation des
pouvoirs en même temps que participation aux pouvoirs. Le pouvoir politique ne
transcende plus les autres pouvoirs. Il y a imbroglio des pouvoirs, groupes de pression
économique et sociale cherchant à influencer le pouvoir politique selon lequel, celui qui
parvient à la tête des organes de l'Etat conduit une action favorable à certains intérêts.
Tout le problème est que les hommes, les citoyens, participent effectivement à l'exercice
du pouvoir politique et qu'il constitue effectivement un instrument de médiation entre
eux et l'histoire, dont il importe qu'ils soient les acteurs.
42
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Esquisses de définition des concepts
Pour revenir à deux concepts fondamentaux que sont l’autoritarisme et la démocratie
ainsi que la question centrale de notre thèse qui s'articule autour de la corrélation entre la
démocratie et le développement d’une part, et l’autoritarisme comme le principal obstacle
de ce développement d’autre part, nous pouvons dégager une définition de l’autoritarisme
par l'ensemble des traits communs des régimes autoritaires: concentration de tous les
pouvoirs entre les mains d'un individu, d'une assemblée, d'un parti, d'une classe. Un Etat
autoritaire est un Etat qui, après s'être emparé du pouvoir, l'exerce sans contrôle, et se
maintient au pouvoir et règne en utilisant la violence. Il n'hésite pas à emprisonner,
torturer et exécuter tous ceux qui s'opposent à lui. Ces exécutions peuvent se faire sous
un vernis de légalité (mascarade de procès) mais, le plus souvent, les opposants sont
éliminés directement par les agents du régime ou par des milices qui lui sont liées.
Généralement, la dictature s'accompagne d'un culte du chef ou d'un parti unique, il est
violent et méthodique, il a souvent l'appui des pouvoirs occidentaux et parfois au départ
même d'une large partie de la population. Un Etat autoritaire n'est pas forcément
totalitaire, c'est-à-dire qu'il ne cherche pas forcément à obtenir l'adhésion intérieure de
tous ses sujets. Il règne par la terreur à l'aide de l'armée et des polices.
Le terme totalitarisme sert à définir des dictatures du XXème siècle, mais pas toutes
les dictatures. Il ajoute, en effet un degré supplémentaire au simple pouvoir autoritaire qui
est celui de la contrainte sur les esprits en plus de la contrainte sur les corps. On remarque
certaines ressemblances entre les descriptions données par H. Arendt (1958) ou par R.
Aron (1965) et la nature du régime iranien (avant la révolution de 1979 et après
l'établissement de la république islamique). La pratique de la politique intérieure
(l'hégémonie absolue d'une seule et unique version de l'islam, l'intolérance vis-à-vis de
toutes autres fractions de cette religion, les restrictions imposées aux autres religions
monothéistes, l'écartement de la scène politique de tous les individus refusant la
suprématie du guide de la révolution et sa primauté par rapport aux autres personnalités
du régime, la monopolisation absolue du pouvoir politique, économique, culturel par un
groupe restreint du clergé) montre le caractère totalitaire sinon autoritaire du régime
islamique de l'Iran. Les intellectuels laïcques et tous ceux qui relèvent de l'anticléricalisme, les communistes toutes tendances confondues, les musulmans non chi'ites,
ont été dès le lendemain de l'instauration de la république islamique un à un exclus de la
scène politique du pays et se sont constitués en une catégorie distincte de sous-hommes,
43
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
ou, comme il est devenu coutume parmi les responsables politiques, les citoyens du
deuxième degré, dans la société iranienne. La persécution qui s'abat sur eux résulte de la
négation de leur humanité. Les dirigeants iraniens créent ainsi un monde fictif avec ses
bons et ses méchants qui doit toujours voiler le monde réel. Le mensonge devient alors
un instrument de gouvernement. Ici ce qui est juste est ce qui est conforme à l'ordre établi
par le régime islamique et non à un droit préétabli.
Ainsi se justifie la Terreur. Tout est alors permis aux gouvernants qui peuvent
justifier par l’idéologie qu’ils ne sont que les instruments d’une évolution naturelle et
historique inévitable :
" La terreur totale, l’essence du régime totalitaire, n’existe ni pour les hommes ni contre eux. Elle
est censée fournir aux forces de la nature ou de l’histoire un incomparable moyen d’accélérer leur
mouvement "; elle "exécute sur-le-champ les sentences de mort que la Nature est censée avoir prononcées
contre les races ou les individus "inaptes à vivre", ou l’Histoire contre les "classes agonisantes ", sans
attendre que la Nature ou l’Histoire elles-mêmes suivent leur cours, plus lent et moins efficace "
(H.Arendt, 1958).
Quant à R. Aron (1965, pp. 288-289), il définissait le phénomène totalitaire en
fonction de cinq éléments :
1- Le phénomène totalitaire intervient dans un régime qui accorde à
un parti le monopole de l’activité politique.
2- Le parti monopolistique est animé ou armé d’une idéologie à
laquelle il confère une autorité absolue et qui, par suite, devient la
vérité officielle de l’Etat.
3- Pour répandre cette vérité officielle, l’Etat se réserve à son tour un
double monopole, le monopole des moyens de force et celui des
moyens de persuasion. L’ensemble des moyens de communication radio, téléphone, presse -, est dirigé, commandé par l’Etat et ceux qui
le représentent.
4- La plupart des activités économiques et professionnelles sont soumises à l’Etat et
deviennent, d’une certaine façon, partie de l’Etat lui-même. Comme l’Etat est inséparable
de son idéologie, la plupart des activités économiques et professionnelles sont colorées
par la vérité officielle.
44
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
5- Tout étant désormais activité d’Etat et toute activité étant soumise à l’idéologie,
une faute commise dans une activité économique ou professionnelle est simultanément
une faute idéologique. D’où, au point d’arrivée, une politisation, une transfiguration
idéologique de toutes les fautes possibles des individus et, en conclusion, une terreur à la
fois policière et idéologique.
R. Aron insiste ensuite sur le fait que ce n’est pas parce que ces différents éléments
ont été souvent réunis qu’ils doivent toujours l’être : "Il serait illégitime de confondre
intelligibilité et nécessité de la combinaison" (ibidem). Dès lors se pose la question : à partir de
quand doit-on considérer un régime comme totalitaire; tous les éléments doivent-ils
absolument être réunis? sinon combien ? lesquels ? y en a-t-il de plus importants que
d’autres ? faut-il les hiérarchiser?
Dans "Présent soviétique et passé russe", Alain Besançon fait remarquer que, dans l’analyse
aronienne, le mot totalitarisme n’est peut-être pas le mieux choisi. En effet, littéralement,
il signifie l’absorption par l’Etat de toutes les activités, y compris les activités individuelles
d’une société ordinaire - ce que l’on appelle la société civile, par opposition à l’activité
publique. Or, écrit-il, "Totalitarisme convient pour désigner les points 4 et 5 de la description, et aussi
le point 1. Mais le concept n’enveloppe pas de soi le point 2, l’idéologie tenue pour vérité absolue et imposée
comme telle." Selon lui, l’énumération de R. Aron manque un peu de rigueur car, en réalité,
tous les éléments ne se situent pas au même niveau. En fait, le totalitarisme est la
conséquence de l’idéologie : "L’idéologie n’est pas un moyen du totalitarisme (comme semble
l’indiquer l’énumération), mais au contraire le totalitarisme est la conséquence politique, l’incarnation
dans la vie sociale de l’idéologie qui est chronologiquement et logiquement première." (p.145). D’après
A. Besançon, l’originalité irréductible du totalitarisme tient au rôle de l’idéologie : "Elle est
le principe et la fin du régime, et le totalitarisme s’ordonne à elle comme un moyen." Plutôt que
totalitarisme, A. Besançon propose alors d’utiliser au choix le terme idéocratie, logocratie
ou simplement régime idéologique.
C’est la même piste que suit Philippe Bénéton dans son livre "Introduction à la politique
moderne". Dans le dernier chapitre, il tire toutes les caractéristiques du totalitarisme de la
dynamique idéologique.
Selon les caractéristiques que nous venons de définir, pour notre hypothèse, nous
considérons le caractère autoritaire et dictatorial de l’ancien régime iranien comme acquis
et nous appuierons cette affirmation par les témoignages des historiens, des politologues
contemporains (iraniens et étrangers) et les arguments que nous développerons dans la partie
consacrée au cas concret de l’Iran (à l'exception des périodes entre 1906-1920, 1941-1953, où la
45
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
souveraineté du peuple et les libertés de la presse ont été en partie respectées). Ainsi nous
utilisons le concept d’autoritarisme comme un régime à exécutif non contrôlé - régime
absolutiste, dictatorial, ferme, fort. L'autoritarisme se limite dans ce cas concret à un Etat fort et
policier, avec des lois strictes, des libertés très encadrées. Ce régime favorise l'expansion de
toutes sortes de polices et tente de limiter les partis politiques.
En outre, depuis la révolution iranienne, on parle de fondamentalisme ou d'intégrisme
pour des régimes dits religieux qui traduisent leur "foi" par la construction d'Etats à
tendance autoritaire et par le retour à une forme de pureté en pratiquant une stricte
observance des doctrines de prophètes, de traditions ou de textes sacrés. Quand on parle
d'intégrisme ou de fondamentalisme, il s'agit forcément de régimes autoritaires, voire
dictatoriaux. On ne peut pas parler ici de totalitarisme car le fondamentalisme ne
constitue pas un autoritarisme homogène et structuré et il est surtout privé d'une base de
masse servant d'appui à ce régime. Sans oublier bien sûr que ce régime possède quelques
soutiens dans certains secteurs de la population. En effet, le rapport de forces rende
impossible l'instauration et le maintien de l'hégémonie d'une seule fraction du clergé. En
réalité, les notions ont une origine bien antérieure. Au début du XXème siècle, on parle
dans les milieux catholiques conservateurs de "catholicisme intégral" par opposition à
l’humanisme laïque, et il y a là la continuation de la lutte contre les Lumières. Dans les
années 1920, ce sont les protestants américains qui emploient l’expression de "fondamentalisme"
pour désigner la défense des "articles fondamentaux de la foi". Les milieux religieux juifs
n’emploient ni l’une, ni l’autre expression, mais celle "d’ultra-orthodoxie". En fait, dans
tous les cas, on peut noter, par la désignation du terme "fondamentalisme", une tendance
à réactiver une tradition religieuse de façon contraignante afin d’imposer politiquement
leurs
croyances,
d’autant
plus
violente
actuellement
dans
l’extrémisme
musulman34(M.Gauchet,1998).
Nous nous intéresserons à toutes ces questions sur l'autoritarisme et la religion en
Iran plus amplement dans le cadre pratique de notre deuxième partie. Les questions
concernant le comment et le pourquoi de l'apparition du mouvement islamique n'ont pas
leur place non plus dans le contexte de notre thèse. Cependant, nous ne pouvons nous
passer de certaines interrogations fondamentales. Si ce phénomène se manifeste avec
force dans les années 70 et encore aujourd’hui, est-ce dû à l’effondrement des grandes
34. Voir aussi : M. Gauchet, dans Qu’est-ce que l’intégrisme ?, L’Histoire, septembre 1998, Dossier l’Intégriste,
chrétiens, juifs, et musulmans. L’Offensive des religions, Le Monde Diplomatique, Manière de voir, novembredécembre 1999.
46
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
espérances révolutionnaires, ou est-ce que les théories développementistes, qui
préconisaient un développement accéléré copié sur le modèle occidental pour le TiersMonde, ont mis fin elles-mêmes par leurs échecs au mythe de la modernisation? Ou est-ce
dû à l’accumulation des ébranlements des cercles familiaux traditionnels (place de la
femme, sort des enfants, etc…), à la formation des sous-prolétariats, à la désagrégation des
communautés rurales? Ou encore est-ce dû aux identités individuelles et collectives qui ont été
secouées dans ce qu’elles ont de plus profond, ou encore dû aux crises que comporte l’économie
internationale?
Il nous semble que ce qui constitue le fondamentalisme religieux du monde islamique
se caractérise par un rejet de l’Occident, mais s’y trouve aussi peut-être conjointement une
volonté de s’emparer de ses techniques en raison de la puissance dont elles sont
porteuses. Ce qui est probablement recherché, c’est l’appropriation de la "modernité"
sous un signe hostile. Aussi n’est-il pas étonnant que l’on retrouve parmi les plus zélés
agents des "intégrismes" ou "fondamentalismes" des ingénieurs, des techniciens, des
scientifiques, formés à la rationalité occidentale, mais désireux d’intégrer les instruments
qu’elle peut procurer à une communauté de sens liée à la religion. Ce qui ne va pas sans
poser la question : la synthèse est-elle possible ? (nous retrouvons ici les relations entre le
"propagateur" religieux-culturel et le "propagateur" technologique et scientifique).35
L’Occident a cru à l’universalité de ses techniques, de ses principes, de ses valeurs, de
ses institutions. Cependant, il semble impossible de les adopter en bloc tout en écartant
les conditions historiques de leurs découvertes.
Nous pensons notamment à Rostow 36 et à sa théorie du "décollage" économique selon ses
cinq étapes. Pendant longtemps, la conception officielle de la politique du développement a
essayé de faire croire qu’il convenait d’imiter ce qui avait été fait en Occident. Or, aujourd’hui,
les économistes du développement accusent cette conception d’oublier la diversité des
pays et des temps et le rôle premier des facteurs humains. S’il y a, disent-ils, des
"similitudes", ce ne sont que des "apparences" qui dissimulent le fait que les forces qui
ont permis aux sociétés européennes de s’industrialiser sont, peut-être, présentes dans
35. Une présentation résumée des thèses est faite par H. Guitton dans Les fluctuations économiques, volume
faisant partie du Traité d’économie politique de G. Pirou, Paris, Sirey, 1951, pp. 491-505. Voir aussi dans
le même ouvrage les pages consacrées à l’influence du milieu physique et humain sur les cycles, pp. 190251.
36. Rostow, Les étapes de la croissance, Seuil, Paris, 1963. Pour la critique de la théorie de Rostow voir
M.Byé et G. Destanne de Bernis, Relations internationales. Les échanges internationaux, Paris, Dalloz, 1977, pp.
47
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
certaines sociétés sous-développées, mais sont aussi souvent contrariées elles-mêmes par
la stratégie d’expansion sur le plan non pas uniquement économique, mais aussi politique
de ces mêmes pays occidentaux. En d’autres termes, il n’y a pas "une" ligne d’évolution
historique, mais une grande diversité des évolutions dans les choix des hommes, leurs
erreurs et leurs bonnes décisions, contribuant à les "construire".
Ainsi nous définissons le développement, cet autre concept fondamental de notre
thèse, non pas comme un processus obéissant nécessairement en tous lieux et en toutes
époques à une même évolution linéaire, mais comme mouvement spécifique propre à un
ensemble de variables qui ne sont pas uniquement endogènes. Il y a aussi des variables
"exogènes" qui, quelle que soit l’organisation économique et sociale, jouent un rôle
important, et que l’on appelle aussi des "propagateurs" qui regroupent aussi bien le climat,
la nature du sol, la géographie, la population, la culture de celle-ci, les institutions, la
technologie, le droit juridique, la forme des marchés, la distribution des entreprises, la
structure des revenus et des patrimoines. Elles manifestent dans les périodes calmes une
relative stabilité mais c'est à elles auxquelles l’on doit les orientations de la production, de
l’investissement, des déplacements de population (par exemple après une inondation, un
tremblement de terre) etc… S’y ajoutent ce que certains ont appelé les "chocs aléatoires"
(R.Frisch, 1931) et ce que d’autres nomment les "entéléchiens" (H.Bartoli, 1991), c’est-àdire la survenue de faits quasi imprévisibles ou qui relèvent du domaine de probabilité et,
par là, difficiles à mesurer : les calamités naturelles, les révolutions, les options
internationales bouleversant les relations (ex : la déviation de la route de la soie qui passait
par l’Iran allant vers la Chine, ou la découverte de l’Amérique, ou, plus proche de notre
époque, l’initiative relative à la Communauté européenne du charbon et de l’acier).
Pour nous qui admettons cette orientation, il n’est possible de procéder à des
analyses qu’en recourant à des "principes d’intelligibilité" qui sont de ce que l’on nomme
"la pensée complexe", au premier rang desquels se trouvent :
1- un principe d’indétermination (et non de causalité rigoureuse), un principe de
relativité,
2- un principe organisateur (l’organisation étant, par analogie avec la biologie, un
principe qui assure l’unité des organismes complexes et qui leur est nécessaire en
raison de leur haut degré de différenciation et de complexification),
421-422. F.Perroux dans L’économie du XXème siècle, PUF, Paris, 1961, reprend toute une série d’articles où
Rostow est discuté ainsi pp. 162s, 206s, 212.
48
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
3- un principe systémique (un "système" étant un ensemble d’éléments, de leurs
attributs, de leurs relations et interactions),
4- un principe de responsabilité (car s’il n’y a pas de "déterminisme" fatal mais une
variété de solutions, le choix est permis),
5- un principe de polyphonie de la connaissance, nulle discipline n’étant capable de
nous éclairer à elle seule (H. Bartoli, 1999).
Il n’y a pas "une" évolution historique, mais "des" évolutions diverses dans le passé,
dépendant de ce que décident et font les hommes dans le présent, où se mêlent et se
combinent
"endogénéité",
"exogénéité",
survenue
des
"entéléchiens".
"propagateur" a ses propres "déterminations", entre en liaison avec
Chaque
les variables
endogènes et les autres "propagateurs", subit les "chocs". Chaque "propagateur" a sa
temporalité propre : celle de la population et de la démographie n’est pas la même que
celle des inventions dans le domaine de la technique ou des réformes institutionnelles. De
là des adaptations, des contradictions, des ajustements. Nous ne pouvons pas ramener le
développement à une liaison entre l’économique et l’international; nous devons le situer,
si nous voulons le mettre en exergue, dans ce contexte complexe et multidimensionnel.
Cela nous conduit à plaider ici pour ce que de plus en plus les économistes nomment
la "multidimensionnalité" (H. Bartoli, 1991, pp.105-182) du développement (économique,
politique, social, culturel, humain). Les pays qui ont réussi le passage sont ceux, tel le
Japon, (nous en parlerons dans la première partie de notre thèse) qui ont su dans la
seconde moitié du XIXème siècle, puis par la suite, greffer l’industrie et le capitalisme sur
leurs réalités en réaffirmant leur identité et leur culture. De ce point de vue, l’on a pu dire
des "fondamentalistes" que ce sont des "modernisateurs" à leur corps défendant, dans la
mesure où l’orientation qu’ils choisissent a pour effet une véritable "fabrication
d’individualisme", laquelle pourrait préparer paradoxalement une sortie de la religion.
Tout cela pose la question de la laïcité dans le développement économique et
l’évolution de la société iranienne.
Dans un régime autoritaire, l’organisation économique est opaque, moins structurée
et plus fragilisée que celle d’un système démocratique. Tel est notre argument principal
qui permet de démontrer que le sous-développement économique d’un pays comme
l’Iran, un des plus importants pays producteurs de pétrole, est la conséquence logique de
son système politique de type autoritaire. L’Iran n’est pas un cas isolé. Si nous définissons
le développement économique selon les critères de l’économie libérale et le modèle
capitaliste du développement, comme un processus qui doit, à terme, conduire à une
49
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
économie de marché diversifiée, auto-centrée et à effets socio-économiques cumulatifs et
positifs, force est de constater que l’expérience des pays pétroliers dont l’Iran fait partie,
est plutôt proche de l’échec que de la réussite malgré la disponibilité et l’abondance en
capital, le facteur manquant, d’après les théories développementistes, pour d’autres pays
" sous-développés". Il faudrait souligner au passage que les modèles de développement
économique des années 50 à 80 étaient fondés sur une idée assez répandue selon laquelle
avec le capital, on peut faire le développement. C'était là une sorte de vulgarisation et de
transposition de la théorie keynésienne au cas des pays du Tiers-Monde.
La question que l’on peut se poser ici est : pourquoi les performances
financières de ces pays, depuis la première hausse du prix du pétrole
en 1973, ne sont-elles manifestement pas à la hauteur des espoirs
soulevés au départ ?
Il demeure, toutefois, que des leçons d’ordre général peuvent être dégagées des
différentes stratégies de développement adoptées par les pays de l’O.P.E.P 37. Nous
allons développer ces leçons dans la partie théorique de notre thèse et nous nous
contenterons ici de souligner encore d’une manière plus particulière l’importance que
nous accordons au rôle que joue l’absence de démocratie dans le "sous-développement"
de ces pays, d’autant plus qu’ils paraissent, volontairement ou sous la pression des
organismes financiers internationaux (particulièrement la Banque Mondiale et le Fond
Monétaire International), adopter l’économie de marché comme référence à leurs nouvelles
politiques économiques et pétrolières.
En effet, malgré la diversité des systèmes politico-économiques qui règnent dans les
pays de l’O.P.E.P., l’Etat (le pouvoir politique) est partout le seul propriétaire de la rente
pétrolière et le seul qui commande l’économie (c'est le cas de l’Iran depuis 1951 après avoir
nationalisé son industrie pétrolière. Quant aux autres pays membres de l’O.P.E.P., pour
chacun d’entre eux l’on peut se référer à son histoire politico-économique récente), et par
conséquent, à la répartition et l’utilisation des recettes. L’idée qui a prédominé et prédomine
encore aujourd’hui, tant dans les pays socialisants (Irak, Algérie, Libye et Iran après la
révolution de 1979) que dans les pays à économie de marché (les pays du golfe Persique, le
Venezuela, l’Indonésie et l’Iran de l’époque du Chah jusqu'à la veille de l'année 1979), était
et reste que le développement économique peut être :
37. O.P.E.P. : Organisation des Pays Producteurs du Pétrole.
50
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
1- l’objet d’une simple transaction commerciale (l’argent du pétrole contre le développement
économique d’où l’achat massif des usines clés en main, les matériels et les biens d’équipement à
forte demande en capital. Aujourd’hui la plupart de ces usines travaillent à moitié de leur capacité
sinon pas moins) et
2- il exige un pouvoir politique autoritaire, centralisé. Ainsi, corollairement, nous essayerons
de dégager d’autres traits communs à tous ces pays et de montrer que le "sous-développement"
est principalement la conséquence de l’absence d’une participation large de la sphère de la société
civile38 dans la prise de décision à tous les niveaux : social, politique et économique.
C’est sur ce constat que nous appuierons notre thèse en nous consacrant exclusivement au
cas de l’Iran. La démocratisation sociale, politique et économique, demeure le défi majeur auquel
ce pays devrait être confronté dans les années à venir.
Dans cette étude, le concept de "développement économique" est défini comme l’évolution
des rapports du système capitaliste, et le "sous-développement" est considéré comme un système
capitaliste de type occidental mais dépourvu de ses volets social et politique. Car le capitalisme, tel
que nous le connaissons en Occident, a des caractéristiques fondamentales qui le distinguent de
celui qui s’est développé dans les pays sous-développés.
De notre point de vue, les rapports établis dans les pays sous-développés ne sont que le
prolongement des rapports du système colonialiste sans la présence physique des
colonisateurs. Le processus a été fondamentalement différent de celui des pays
occidentaux. L’intrusion des rapports capitalistes dans les pays "sous-développés"
coïncide avec la naissance de "l’Etat moderne" suite à la décolonisation. La tâche de
"développement" a été alors confiée entièrement à l’Etat. Cet Etat en persistant sur la
dimension économique du modèle occidental du développement l'a vidé de ses volets
social, politique et juridique depuis qu’en 1949, le président Truman a présenté l’idée que
l’on pourrait "développer" une société ou une économie comme une tâche historique.
38. Ensemble des relations sociales qui s'organisent sur la base du contrat et de l'association volontaire entre personnes
privées, à l'exclusion de toute intervention publique. Ainsi définie, la société civile se distingue de la société politique qui
entend régler les rapports sociaux par les interventions et les arbitrages des pouvoirs publics. Tocqueville soulignait les
bienfaits de la société civile pour assurer le progrès et la liberté des individus. La société civile a été peu à peu détruite par
"l'hégémonie politique", dans la plupart des sociétés occidentales et ces sociétés sont devenues des pays du "tout-Etat":
Etat-Providence, prélèvements obligatoires et réglementations ont étouffé les communautés constituant la société civile.
Mais, pour redonner vie à la société civile, il ne suffit pas de faire reculer l'Etat. Il faut aussi laisser se développer les
communautés professionnelles, locales, culturelles, associatives, qui permettent aux individus de s'organiser entre eux pour
régler des problèmes communs, voire même pour fournir des biens publics. A l'heure actuelle, ces communautés sont, elles
aussi, soumises à la tutelle très étroite des pouvoirs politiques centraux. La société civile suppose de la part des citoyens la
volonté et l'art de vivre ensemble. Sans cette recherche du bien commun, il est fatal que le pouvoir politique se présente en
51
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Cette intrusion était souvent accompagnée par la violence, la répression, la guerre
ethnique, l’assassinat des opposants et surtout la destruction quasi intégrale du tissu social,
des institutions socio-politiques proto-démocratiques dans tous les pays où le
"développement" avait essayé de pénétrer.
Nous souhaitons souligner que le capitalisme moderne, qui a une histoire de plus de
trois siècles, est un système qui englobe un ensemble de rapports économiques et sociopolitiques, un double processus endogène à la fois économique et politique, qui relie
intrinsèquement ses rapports entre eux. Il est l’aboutissement d’une histoire de limitation
des pouvoirs (du roi, de l’aristocratie, des grands propriétaires fonciers, de l’église
surtout), de la séparation des pouvoirs, d’une extension des droits et des libertés, de la
sécularisation. Quelle que soit la définition du concept du capitalisme et de l’école de
pensée de laquelle elle s’inspire, nous pouvons y trouver des principes et des modalités
communs à ce système : un régime de laisser-faire, de libre concurrence, de libre
entreprise, le profit sans restriction comme la motivation de toutes les activités
économiques, de respect et de garantie de la propriété individuelle, la monétarisation des
transactions, la marchandisation de la force du travail, l’établissement du système salarial
entre le travailleur et le propriétaire des moyens de production. Mais le système capitaliste
ne se limite pas à ces indications purement économiques. Il s’intègre dans un mouvement
historique de lutte des classes, déterminé non seulement par les transformations
scientifiques et l’apparition de nouveaux instruments de production apparues à la
Renaissance, au siècle des Lumières, et après la révolution industrielle mais aussi par les
courants de pensée de nombreux philosophes politiques. Il suffit de penser à Grotius, à
Locke, à Pufendorf39 ou encore à Spinoza40, à Voltaire, ce défenseur pacifiste de la liberté
recours universel et que l'Etat-Providence progresse et la majorité des membres de la société se transforment en individus
assistés, sans aucun pouvoir de décision.
39. - HUGO Grotius, ou Huigh de Groot (1583-1645): fut le premier et le dernier grand juriste dont la
réputation repose sur une œuvre incomparable dans le domaine du droit international. Il ne s’occupa que
brièvement de sujets d’économie, comme les prix, les monopoles, la monnaie, l’intérêt et l’usure.
- Thomas Hobbes (1588-1679)fut précepteur à Oxford et, d’abord et avant tout, un sociologue politique.
Son importance est due non tellement à la puissante originalité de sa philosophie politique, mais au fait que,
plus que tout autre philosophe du droit naturel, il était ouvert au matérialisme mécaniste qui commença à
s’affirmer en son temps, et qu’il transmit son influence aux sciences sociales, surtout par l’entremise de son
enseignement éthique et psychologique.
- John Locke, le philosophe (1632-1704): son œuvre est de première importance sur un grand nombre de
points. D’abord, comme philosophe au sens étroit du mot, il fit le succès de l’empirisme d’abord en
Angleterre, ensuite en France, contre le rationalisme cartésien (l’ouvrage décisif fut son Essay concerning
Human Understanding, publié en 1690). Il marqua en effet une rupture décisive avec la tradition scolastique
(aristotélicienne). Ensuite, comme avocat de la tolérance (une tolérance contrôlée), de la liberté de la presse
et des progrès de l’instruction. Locke contribua à édifier le schéma général du libéralisme politique de
l’avenir en raison de sa relation avec libéralisme économique. En troisième lieu, comme théoricien politique
(voir surtout ses Two Treatises of Gouvernment, publiés en 1690, traduit en français par B. Gilson, Deuxième
52
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
de pensée et l’auteur de "Traité sur la tolérance "41 ou aussi à Rousseau42 plus tard et son
"Contrat Social" qui contribuent à la naissance de la
Modernité43 et du droit immanent à toute conscience humaine, à l’avènement des EtatsNations et donc aux changements socio-politiques que connaît l’Europe occidentale au début
Traité du gouvernement civil, Paris, Vrin, 1977). En quatrième lieu, comme économiste, il donna d’importantes
contributions dont il sera traité dans un autre contexte, parce qu’elles ne sont pas en relation avec sa
philosophie ni avec sa théorie politique.
- Samuel von Pufendorf (1632-1694) : son manuel de réputation internationale résume et représente la
structure entière de la science sociale des philosophes du droit naturel.
Ce qui est important aussi à nos yeux de souligner sur la pensée de ces philosophes de droit naturel c’est
leur manière de regarder la société. Ils visèrent à une science sociale complète - à une théorie complète de la
société, dans tous ses aspects et activités - dans laquelle l’économie n’était un élément ni très important ni
indépendant.
40. Baruch de Spinoza est certainement le disciple le plus compromettant de Descartes. Né en 1632 à
Amsterdam, dans une famille juive d'origine portugaise, il fréquente des Juifs libéraux et se détache de
l'orthodoxie juive. Il est "excommunié" en juillet 1656. Un Juif fanatique tente même de l'assassiner.
Chassé de la communauté juive, Spinoza va assurer sa subsistance en polissant des verres de lunettes, près
de Leyde, puis à La Haye. Après avoir publié, en 1663, les Principes de la philosophie de Descartes, il fait paraître
anonymement, en 1670, le Traité théologico-politique. Cet ouvrage est explosif : Spinoza y expose une méthode
critique pour étudier les textes sacrés et nie les miracles. Grâce à la protection de Jan de Witt, un homme
politique hollandais, Spinoza est épargné, mais le Tractatus lui vaut bien des insultes.
En 1673 l'Electeur du Palatinat (Rhénanie) offre à Spinoza une chaire de philosophie à Heidelberg. Le
philosophe, craignant de ne pouvoir s'exprimer librement, refuse cette chaire.
Spinoza meurt, en février 1677. L'Ethique est publiée l'année de sa mort, ainsi que les œuvres posthumes
41. François-Marie Arouet, Voltaire (1694-1778), un écrivain " engagé ", philosophe, journaliste, l’auteur de
Traité sur la tolérance. Il combattit les athées et les fanatiques. Il inspira la tolérance. Il réclama les droits de
l'homme contre la servitude de la féodalité.
42. Rousseau (1712-1778): pour beaucoup, il est au centre de tout ce qui importe à notre monde : les idées
de liberté, le concept d'égalité, le retour à la nature, les grands thèmes de la littérature, l'anthropologie et la
psychanalyse, la Révolution française. Il a pris, dans tous les domaines qu'il a abordés, une position
résolument novatrice. En plein XVIIIe siècle, il plaide pour les droits de chacun, il affirme que l'éducation
doit tendre à former des hommes, il proclame que la souveraineté est une et indivisible, il dénonce le
théâtre-spectacle qui isole les individus, il met en garde sur les dangers de la théorie du progrès qui
corrompt par des envies et des dissimulations, il prône un respect de la nature.
43. Le concept de la Modernité sera considéré comme fondamental pour l’avènement de la démocratie au sein du
développement économique d’un pays. Les concepts du Progrès, du Développement, du Sous-développement,
de l’Etat moderne, la Société moderne, se déterminent tous, autant qu’ils sont, dans cette thèse, par rapport à cette
définition. Chaque fois que nous utilisons ce concept, seul ou composé avec un autre mot, nous le pensons dans la
pertinence d’un complexe regroupant l’aspect culturel, scientifique, philosophique, sociologique, politique et
économique que l’Occident a connu dans la promotion de la Raison, de l’Individu, de la Liberté, de la Tolérance
contre toutes formes d’obscurantismes et d’occultismes, dans cette remise en cause de tout argument d’autorité et de
superstition religieuse. Nous le caractérisons en rapport à la définition donnée par Jean Baudrillard dans
L'Encyclopaedia Universalis. Selon Jean Baudrillard : "la modernité n'est ni un concept sociologique, ni un concept
politique, ni proprement un concept historique. C'est un mode de civilisation caractéristique, qui s'oppose au mode
de la tradition, c'est-à-dire à toutes les autres cultures antérieures ou traditionnelles: face à la diversité géographique et
symbolique de celles-ci, la modernité s'impose comme une, homogène, irradiant mondialement à partir de
l'Occident." Pourtant elle demeure une notion confuse, qui connote globalement toute une évolution historique et
un changement de mentalité. Inextricablement mythe et réalité, la modernité se spécifie dans tous les domaines: état
moderne, technique moderne, musique et peinture modernes, mœurs et idées modernes - comme une sorte de
catégorie générale et d'impératif culturel. Née de certains bouleversements profonds de l'organisation économique et
sociale, elle s'accomplit au niveau des mœurs, du mode de vie et de la quotidienneté - jusque dans la figure
caricaturale du modernisme. Mouvante dans ses formes, dans ses contenus, dans le temps et dans l'espace, elle n'est
stable et irréversible que comme système de valeurs, comme mythe - et, dans cette acception, il faudrait l'écrire avec
une majuscule: la Modernité. En cela, elle ressemble à la Tradition. (…) L'Encyclopaedia Universalis, Extrait de
l’Article de Modernité, voir aussi : A. Touraine, Qu’est-ce que la Démocratie, Ed. Fayard, 1998, p. 166, pp.179-180 et
p. 198.
53
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
du XVIIème siècle. Le "droit naturel d'exister et d'agir "44, c’est le fondement de cette évolution sociale
et politique qui accompagna la naissance du capitalisme. Notre objectif n’est ni de porter un
jugement de valeur sur ce système ni de procéder à une étude sur son origine.45 Notre travail
consiste à confronter l’autoritarisme, en lequel nous voyons un obstacle à l’évolution de la société,
au développement économique de cette dernière, et à montrer que la démocratie est donc le
modèle politique qui a accompagné le développement économique, c’est-à-dire l’accumulation du
capital46, dans la société occidentale. Les spécificités de ce modèle, qui sont des éléments liés à
l’histoire de l’Occident et qui sont inexistants dans les pays "sous-développés", se trouvent dans :
- les reconnaissances des droits et des libertés publiques ;
- il définit les limites du pouvoir politique ;
- il insiste sur la séparation des pouvoirs (législatif, juridique, exécutif) ;
- il instaure l’élection des gouvernants par le suffrage universel ;
- il encourage la suprématie de la raison dans l’exercice des compétences des secteurs du
pouvoir public ;
- il intervient pour la protection des biens des citoyens ;
- il est pour la privatisation des moyens de production et le respect de la propriété privée.
Ainsi nous essayerons de montrer :
- que la pensée libérale est indispensable pour la survie du capitalisme ;
- que l’Etat démocratique moderne est l’ordre politique inhérent aux besoins du
capitalisme ;
- que le capitalisme sans la démocratie, c’est-à-dire sans le traitement pacifique des conflits, des
luttes de classes, ne pouvait guère se développer.
44. Spinoza, Traité Politique, trad. par C. Appuhn, t. II, chap. XX, Paris, Granier, 1966, p.39.
45. Ce travail a été déjà fait d’une manière approfondie, détaillée et très savante par des penseurs des siècles
précédents et les experts contemporains. Marx avait consacré plusieurs de ses ouvrages aux origines du système
capitaliste analysant largement le problème. Max Weber, Adam Smith ont, eux aussi, donné une place prépondérante
à cette question.
46. Le capital pourrait être défini dans son sens étroit ou dans son sens courant. Dans le premier, Wicksell définit le
capital comme tout produit intermédiaire ou bien-être et, dans le sens large, le capital représente, toujours selon
Wicksell, les sources de revenu de tout genre (Wicksell, lectures d’économie politique (1901), reprints of Economic
Classics, A.M. Kelly Publication, New York, 1967, pp. 185-195), alors que les économistes classiques et néoclassiques dans la tradition anglaise ont identifié étroitement le capital à l’équipement en capital matériel ou en bienscapital, d’où la distinction entre capital et travail. I. Fischer, a présenté systématiquement et défini rigoureusement les
deux concepts de capital (Voir : I. Fischer De la nature du Capital et du revenu (1906), traduit de S. Boussy, V. Girard et
E.Briere, éditeurs, Paris, 1911). D’abord en tant que valeur d’un stock quelconque de richesses à un moment donné
et, ensuite, en tant que revenu d'un flux de produits et services dans le temps. Ainsi tout ce qui peut créer un flux de
produits et services est un capital, et, à tout moment, la valeur du capital est précisément la valeur escomptée de ses
revenus futurs. La direction de cause à effet ainsi établie n’est pas du capital au revenu mais du revenu au capital.
Selon le concept fishérien du capital, l’accumulation des différentes formes de capital conduit nécessairement à la
croissance du revenu, donc au développement économique.
54
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Cependant, nous pouvons nous poser la question quant aux relations entre les deux
formes de libéralisme, à savoir le libéralisme politique et économique, c’est celle de la
démocratie formelle, dont les Etats occidentaux offrent tant d’exemples. La critique
marxiste de la démocratie formelle est ici essentielle. L’on peut croire qu’il y a démocratie,
et en effet, l’on est dans une situation de duperie. Démocratie pour la classe ou pour les
classes dominantes, mais pour les autres? D’où se soulève le problème des rapports entre
la démocratie et l’Etat de droit, d’où la question de la "souveraineté du peuple".
De ce fait, nous tenterons de montrer que le développement économique - c’est-àdire l’évolution, la réorganisation et la réadaptation permanente du capitalisme -, a été
accompagné par le développement des rapports sociaux et par l’évolution politique dans
les sociétés occidentales ; que la démocratie a été, en effet, l’expression politique centrale
de ces sociétés industrielles, autrement dit, que les relations entre le libéralisme
économique et le libéralisme politique sont relatives à l’histoire européenne et nordaméricaine; que le développement économique dans cette partie du monde n’aurait pas
été possible sans un système politique démocratique ; que par conséquent les modèles
économiques imposés de l’extérieur aux pays "sous-développés" ou volontairement
copiés par certains d’entre eux, n’étaient que dans le but d’universaliser le modèle
économique capitaliste sans ses composantes socio-politiques (le droit de grève, d’être
syndiqué, les droits sociaux : la retraite, minimum de vieillesse, le salaire minimum, l’âge
minimum de travail pour les enfants, tous les avantages liés aux tâches difficiles dans les
mines, d’établissements classés dangereux pour la santé). Ces avantages sociaux ont été
obtenus à l’arrachée par les mouvements ouvriers dans les pays industrialisés, dans un
long processus de luttes et de rapports conflictuels riches en ruptures ce qui a permis la
régulation du système. La socialisation du capitalisme dans ces pays a été imposée d’en
bas, conquise par le biais des luttes des couches sociales défavorisées et contre la logique
du capitalisme. Ainsi, en l’absence de ces avantages socio-politiques, dans les pays sousdéveloppés, le capital a essayé d’assurer sa survie et son évolution en transformant les
sociétés "sous-développées" en un grand marché qui ne peut produire, vendre et
consommer que selon les besoins et les nécessités que ce système capitaliste occidental
définit de l’extérieur et sur lequel les pays sous-développés n’ont aucun droit de regard ni
de refus. Ce système a été imposé sans ses composantes socio-politiques avec un pouvoir
politique séparé de la société civile en utilisant l'échelle de menace visible et invisible
rendue possible par la militarisation discrète et parfois impudique, comme c'était le cas
des régimes militaires de l'Amérique latine, de toutes les sphères de la société. Force est de
55
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
constater que malgré les efforts accomplis pendant trente années (entre 1945 et 1975,
connues sous le vocable des trente années glorieuses) par les pays anciennement
colonisateurs, cette tâche ambitieuse de faire réussir l’accumulation du capital dans des
sociétés "sous-développées" à l’aide des moyens répressifs - militarisation de la société,
violation des droits élémentaires de l’homme -, n’a pas été couronnée d’une grande
réussite. Les expériences des pays d’Asie du Sud-est 47 montrent clairement que même si
pour certains d’entre eux, il faut bien le reconnaître, l’accumulation du capital s’est réalisée
grâce à un passage transitoire d’un Etat autoritaire avec l’aide logistique, financière,
incontestablement importante des Etats-Unis d’Amérique pour contenir le danger du
communisme dans cette partie de l’Asie, ils ont aussi réussi de s’accommoder d’une
économie ouverte sur le marché, avec laquelle, à plus long terme, la nature de l’Etat
autoritaire était devenue incompatible avec les nouveaux impératifs du système capitaliste
mondial.
En fait, nous supposons que la mondialisation du champ économique, provoquée
par la dynamique interne du capitalisme d'une part, et les évolutions socio-économiques
intervenues depuis la décolonisation dans les sociétés "sous-développées" d'autre part, a
rendu indispensable le changement dans la structure du pouvoir politique des pays du
Tiers-Monde. Le système capitaliste mondial cherche à se protéger, à se défendre de tout
changement brusque et radical pouvant mettre en péril ses acquis. La crise financière de
1997 vécue par les pays de l’Asie du Sud-est et ses conséquences sur l’ensemble des
économies internationales à cette époque, a bien montré que l’économie de marché, à elle
seule, n’assure pas la continuité et la survie du développement économique du type
capitaliste (sans l’aide massive de la Banque Mondiale et l’intervention financière du Fond
Monétaire International, ni la Corée du Sud ni les autres pays de l’Asie du Sud-est
n’auraient jamais pu redresser leur économie après avoir vécu la crise financière de 1997).
Ce que nous pouvons constater, c'est que les détenteurs du capital cherchent à
intervenir sur le marché, un peu partout dans le monde, sans intermédiaire. Les divers
réseaux internationaux contrôlent maintenant des sphères d’activités qui étaient, jadis,
réservées aux élus des démocraties occidentales. Ils cherchent à contrôler les institutions
économiques et financières à travers le monde sans avoir besoin de passer par le pouvoir
47. Ou Pays émergents. Pour le C.E.P.I.I. (Centre d’études prospectives et d’informations internationales),
un pays est dit émergent si trois critères sont remplis : un niveau de richesse (revenu par tête moyen
inférieur à 70% du niveau moyen des pays de l’O.C.D.E.), une participation croissante aux échanges
internationaux de produits manufacturés (croissance des exportations de produits manufacturés y compris
56
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
politique. Cette prise en charge de responsabilité par les dirigeants des flux financiers
mondiaux remet donc en question l’État dans sa forme et dans sa fonction la plus
répandue dans les pays sous-développés (Etat-Nation) et les rôles qu’il a à jouer. En
outre, la perte de légitimité des dictateurs, conséquence de la prise de conscience sociale et
politique de la population dans le Tiers-Monde, ainsi que la disparition du camp
communiste, suite au démembrement de l'URSS, la principale raison évoquée durant
toute la période de la guerre froide par les pays occidentaux pour le maintien des régimes
dictatoriaux, font perdre l’efficacité des Etats autoritaires à la fois dans le maintien de
l'ordre ancien ainsi que face à la nouvelle orientation de l’économie internationale. Cette
nouvelle orientation postule une prolifération des modes de régulation, des niveaux, des
instances de décision, qui récuse toute idée d'organisation et de contrôle centralisés et qui
insiste sur la transformation de toutes les économies étatisées à une économie franchement
néo-libérale. Cette nouvelle stratégie du capital international est caractérisée par le déclin des
structures publiques traditionnelles de régulation (l'Etat), l'essor d'entreprises transnationales
apatrides et le développement d'une concurrence sans merci. Ce scénario aborde six domaines
de la théorie et de la pratique du développement où le concept de "gouvernance" revêt
désormais une importance de premier plan : la réflexion nouvelle sur les exigences
institutionnelles d'une économie de marché efficace, le transfert du pouvoir du secteur public
au secteur privé et de l'Etat à la société civile, l'encouragement apporté aux réformes du
secteur public, la démocratisation et la promotion des droits de l'homme, la reconstruction
des sociétés dévastées par la guerre et la réponse au défi de la mondialisation. Cette nouvelle
stratégie exige l’élargissement des débouchés, le marché solvable, dont le Tiers-Monde ne fait
pas partie. Bien que les rapports introduits par le système capitaliste mondial dans l’économie
des pays sous-développés soient de caractère capitaliste, cette intrusion se limite à un aspect
purement néo-colonialiste et mercantiliste. Séparée des structures institutionnelles sociopolitiques, cette nouvelle stratégie du modèle économique capitaliste est confrontée à la
contradiction intrinsèque au capitalisme, qu’il ne parvient toujours pas à supprimer,
notamment cette contradiction entre ses prétentions universalistes et la polarisation qu’il
produit dans la réalité matérielle. Vidée de tout contenu, les valeurs invoquées par le
capitalisme au nom de l’universalisme : l’individualisme, la démocratie, la liberté, l’égalité, la
laïcité, l’Etat de droit, apparaissent alors aux peuples du Tiers-Monde comme des mensonges,
ou des valeurs propres à la société occidentale.
les industries agro-alimentaires supérieure de 2% en moyenne par an à la croissance des échanges
mondiaux) et l’attraction que ces pays exercent sur les flux internationaux de capitaux.
57
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Notre constat sur la conséquence de cette intrusion est qu’en l’absence d’une structure
politique adéquate, aucune autre institution n’est chargée de lutter contre les inégalités sociales
et la dualisation48 de l’économie produite par le système capitaliste, qu’il soit au départ imposé
par la force, ou même lorsqu’il a été importé volontairement dans une situation de
dépendance. Depuis la fin des décennies 70, des voix se sont élevées pour récuser un ordre
international dont la stabilité se ferait au dépens de la démocratie. La raison d'Etat et ses
multiples variantes, en particulier l'impératif de développement, ne justifient plus les
entorses aux principes de démocratie, qui deviennent une des composantes des
relations inter-étatiques. Partout nous assistons à une volonté affichée de promotion
de la démocratie (cette volonté se heurte d'ailleurs à des résistances qui ne sont pas
uniquement endogènes) mais cette volonté de promotion de la démocratie est encore
celle de l'exportation du modèle occidental et c’est là tout
le problème. Car y a-t-il adéquation de ce modèle propre aux pays occidentaux aux réalités
locales des pays sous-développés, et notamment à leurs cultures ? A ce propos, nous
pouvons signaler l’interprétation de la Chine sur les "droits de l’homme". Les discours
laissent entendre que les valeurs de la démocratie, l’Etat de droit, les droits humains, les
valeurs sociales : la liberté, l’égalité, des principes d’organisation de la vie économique : la
propriété privée, les marchés libres constituent un tout indissociable. Ces discours
associent ainsi la démocratie et le capitalisme et encouragent par tous les moyens,
politique, économique et même militaire à imposer ces "valeurs" à des sociétés non
occidentales : à cet égard, on peut citer la politique de "linkage" menée par les Etats-Unis
vis-à-vis de la Chine, du moins jusqu'en 1994, et qui liait les accords commerciaux à la
progression des droits de l'Homme.
Démocratie et Droits de l'Homme sont devenus l'objet d'un débat mondial et non
plus seulement occidental. Des textes fondateurs, certains à vocation universelle (Charte
des Nations-Unies, Déclaration Universelle des droits de l'Homme, pacte relatif aux droits
civils et politiques, pacte relatif aux droits économiques, sociaux et culturels), d'autres à
vocation régionale (Convention Européenne des droits de l'Homme, Charte Africaine des
Droits de l'Homme) s'imposent aux cultures particulières. Nous pouvons aussi constater
l’influence des facteurs internes, liés en partie à la diffusion de l'information, qui jouent en
faveur de l'expansion de la démocratie.
48. L’économie dualiste est composée de deux secteurs : un secteur qui inclut l’agriculture traditionnelle et
les activités informelles urbaines qui vivent pour leur survie. Et d’un secteur capitaliste qui regroupe des
58
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Nous essayons ainsi de montrer que les avancées démocratiques ont été conquises et
n'ont pas été les produits spontanés, naturels, de l’expansion capitaliste. Cependant, cette
généralisation de la démocratie appelle un débat sur la qualité et la nature des processus
démocratiques mis en place. L’analyse critique permet alors de préciser les contenus
historiques réels des valeurs en question, donc leurs limites et contradictions et les
moyens de les faire avancer. Car, nous constatons que la spontanéité des revendications
démocratiques n'a pas abouti dans certains cas à la mise en place d'un ordre
démocratique(exemple : le mouvement populaire en Iran entre 1977 et 1979 qui avait
débuté, au départ, avec des revendications démocratiques et qui a été récupéré par la suite
par les clergés ch'ites). Certains auteurs comme Larry Diamond49 pensent même que les
prémices de la démocratie peuvent se transformer en un rejet comme "choc en retour de la
démocratie", sous peine de freiner son développement pour les pays sous-développés. De
plus, au-delà de la simple mise en place d'institutions démocratiques, on peut légitimement se
poser la question si des sociétés démocratiques se sont vraiment mises en place.
La multiplication des mouvements démocratiques et les tentatives d'installation de la
démocratie nous invitent aussi à une réflexion sur la qualité et la pertinence des
"transitions démocratiques" des pays du Tiers-Monde, et plus généralement sur le
problème de l'enracinement de la démocratie. On a eu tendance à confondre toutes les
aspirations à la libération et les aspirations démocratiques, en jugeant transitoire ce que
P.Rosenvallon appelle " la dissymétrie démocratique " (1993), autrement dit, le décalage entre
le développement d'une contestation politique menée au nom de la démocratie et la
activités manufacturières et minières et d'agriculture commerciale; il est orienté vers le profit, lequel est
consacré au financement de l'investissement.
49. Larry Diamond (1995), Promoting Democracy in the 1990s, Washington, DC, Carnegie Commission ; John
Gerard Ruggie (1997), The Past as Prologue? Interests, Identity and American Foreign Policy, International Security,
21, printemps, pp. 89-125. On peut Consulter entre autres sur sujet :
J. G. Ruggie (1994), Third Try at World Order? America and Multilateralism after the Cold War, Political Science
Quaterly, 109, pp. 553-570.
Howard J. Wiarda (1997), "The Democracy Agenda in US Foreign Policy", dans Cracks in the Consensus,
Debatting the Democracy Agenda in US Foreign Policy, Washington, DC, Center for Strategic and International
Studies,pp.1-18. L'engagement américain à défendre la démocratisation dans le monde est loin d'être
nouveau. Ce qui l'est davantage, c'est la question de l'opportunité historique s'offrant aux États-Unis de
défendre les principes démocratiques dans le monde dès la chute du mur de Berlin, et la désagrégation du
bloc soviétique, soit à partir de 1989. Voir la déclaration du Secrétaire d'État James Baker (1992), "US must
act as catalyst for spread of democracy", Texte, 92-21, 22 avril, p. 2 : "Today, in the post-cold-war era, we face a third
summons to leadership. This time is not about winning a war, hot or cold, but about winning a democratic peace. And this
time is not about winning a peace for half a world, the free half, but for the whole world." Voir aussi le discours de Bill
Clinton (1992), "A New Covenant for American Security", Text, 92-50, 13 novembre, p. 1 :
" We face today the same challenge that we faced in 1946: to build a world of security, freedom, democracy, free markets and
growth at a time of great change." Voir aussi Deputy Secretary Talbott (1995), American Leadership in the Post-Cold
War World, Dispatch, 6, 1er mai, p. 373 : "We face historic opportunities, not just to combat threats and enemies, but
also to build a world that reflects our ideals and promotes our interests (...)" (souligné par nous).
59
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
construction démocratique, laquelle consiste en la mise en place d'institutions et de
procédures d'un Etat de droit. Les faits ont quelque peu démenti l'optimisme d'une ère de
démocratisation universelle consécutive à l'effondrement de l'URSS. Au lieu d'assister à
l'avènement d'une démocratie planétaire, on ne l'a vue s'installer que dans quelques pays
de l’Europe de l’Est, comme la République tchèque, comme en Pologne ou en Hongrie,
et vaciller de manière confuse dans les Balkans et succomber aussi en d'autres lieux
devant les chocs nationaux, ethniques ou religieux qui ont ruiné la cause de la liberté et
détruit le cadre des Etats capables de l'abriter.
Selon Guy Hermet, ce que l'on appelle "transition démocratique" recouvre en fait trois
opérations distinctes : la mise en place d'institutions démocratiques ; l'instauration d'un jeu
démocratique fondé sur le respect du droit, un système de partis viables, le compromis ; enfin le
traitement des obstacles économiques de nature structurelle et conjoncturelle capable de faire
échouer la démocratisation. Le problème vient du fait que la troisième opération est la première
dans l'agenda des réformes, tandis que les deux autres sont souvent reléguées au second plan. De
manière significative, les documents de la Banque Mondiale insistent maintenant sur l'efficacité à
long terme de l'action des Etats en matière de développement économique plutôt que sur la
nature de leur régime. Désormais, la préoccupation pour la "gouvernabilité " ( H. Bartoli, 1999,
p.107) l'emporte sur la valeur affective ou idéologique liée à la démocratisation. Ce recul des
organismes financiers internationaux sur le plan politique coïncide à l’imposant leadership des
Etats-Unis, surtout après l’évènement du 11 septembre 2001 à New York et le déploiement des
forces militaires américaines en Afghanistan et dans la région de l’Asie centrale. Cette nouvelle
Realpolitik, privilégiant l'édification de l'économie de marché plutôt que de la démocratie, marque
en réalité un retour aux doctrines du développement économique comme condition préalable du
changement politique. Ce faisant, une fois de plus, on sépare les composantes du système
capitaliste et on le réduit juste à son volet économique. Pourtant, l'exemple de la Chine montre
bien que la libéralisation des structures économiques et le développement n'entraînent pas
nécessairement la libéralisation politique.
Les régimes qui se déclarent hâtivement démocratiques pour s'assurer la
reconnaissance internationale songent d'abord à instaurer l'ordre avant la démocratie
réelle. On ne peut douter de la nature réelle d'une République du Congo, ou la
République démocratique populaire d’Algérie qui se proclament démocratiques. De plus,
l'instauration d'un système politique démocratique, par des élections libres, suffit-elle à
faire d'un pays une démocratie, c'est-à-dire un pays où les droits fondamentaux des
60
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
individus, comme la protection juridique, la liberté d'expression sont garantis ? La
Freedom House distingue ainsi 114 démocraties, mais seulement 76 pays " libres ".
Approches contradictoires des théories sur le sujet
Comme nous l'avons exposé au début de cette problématique, nous essayerons de
montrer, tout au long de cette thèse, que la raison principale du sous-développement
économique de l'Iran réside dans la structure de son pouvoir politique. Nous efforcerons
de montrer qu'il existe un lien de cause à effet entre le sous-développement économique
de ce pays et l'autoritarisme de son régime politique, que le libéralisme économique ne
peut fonctionner sans le libéralisme politique.
Depuis près de cinquante ans, de nombreuses tentatives pour théoriser les liens entre
les deux libéralismes ont eu lieu, menées particulièrement par les experts anglo-saxons
(George Sorensen, Irene L. Gendzier, Sirowy Larry, Inkeles Alex, Irma Adelman, Cynthia
Tafte Morris, Amartya Sen), mais les corrélations particulières n’ont pas été assez
satisfaisantes pour qu’on puisse les généraliser à l’ensemble des pays du Tiers-Monde.50
Car, en contre-exemple, on cite souvent les pays d’Asie du Sud-est, tous les régimes
nationaux modernisateurs et autoritaires du XXème siècle ( le despote éclairé Mustapha
Kemal Atatürk en Turquie, Nasser le leader nationaliste de l’Egypte, l’ère Meiji du Japon).
Cependant, beaucoup d’entre eux (les militaires latino-américains, les dictateurs africains,
et ceux de Moyen-Orient et d’Asie) n’ont pas mené au développement. Non pas parce
qu’ils ont cherché leur propre enrichissement ou parce qu’ils ont été incapables d’assurer
la formation d’acteurs sociaux autonomes et se sont donc délégitimés en raison du
clientélisme et de la corruption (ce qui est vrai dans leur cas), mais avant tout parce qu’ils
étaient des Etats autoritaires. Car nous pensons que la corruption, l’incapacité d’assurer la
50. Voir : Sirowy Larry, and Inkeles Alex, The Effects of Democracy on Economic Growth and Inequality, A Review
Studies in Comparative International Development, 25-No.l (Spring 1990);
Scully, Gerard W. “The Institutional Framework and Economic Development”, Journal of Political Economy, (Oct
1988), Irene L. Gendzier, Developement against Democracy. Manipulating-political change in the Third World , The
Tyrone Press, Hampton, Connecticut, Washington D.C., 1995.
Irma Adelman, Cynthia Tafte Morris, Economic Growth and Social Equity in Developing Countries, Stanford,
Calif.: Stanford University Press, 1973, Amartya Sen, Poverty and famines : An essay on entitlement and deprivation,
Oxford: Clarendon Press. 1981.
George Sorensen, Democracy, Dictatorship and Developemnt , pp. 185-186, St Martin Press, New York, 1990.
Le dernier en date c’est l’auteur américain d’origine japonais Fukuyama qui dresse un tableau empirique
intéressant dans La fin de l’histoire et le dernier homme, Flammarion, Paris, 1992. Il essaye d’articuler l’analyse
des modes de développement avec l’expérience démocratique.
61
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
formation d’acteurs sociaux autonomes ou le phénomène de clientélisme sont des
facteurs symptomatiques des régimes dictatoriaux et non des causes de l’autoritarisme. Ne
faut-il pas mettre aussi en cause l’histoire des pays concernés et, s’agissant de beaucoup
d’entre eux, l’absence d’existence d’un véritable Etat au préalable ? Les tribus, les
organisations ethniques, les monarchies locales (en Afrique) permettent une attribution du
pouvoir et des biens pour ceux qui dominent, ce qui, ensuite, se traduit par des révoltes et
des guerres dans des Etats devenus « indépendants ». Alors il n’est pas étonnant que la
question de corrélation entre le développement économique (du type capitaliste) et la
démocratie soulève des controverses et suscite des débats, notamment en ce qui concerne
le cas des pays pauvres engagés dans un processus d’ouverture politique depuis la fin des
années 80. Les positions varient d’abord sur la question de savoir s’il y a un lien à établir,
certains estimant qu’il n’y en a aucun, mais les positions varient aussi selon qu’il s’agisse
de voir ce lien dans un pays déjà démocratique ou dans un pays qui aspire à l’être.
Nous pouvons trouver des arguments défendant des positions des plus
contradictoires. Nous avons retenu trois approches qui nous permettent de lancer un
débat sur les concepts et les questions en rapport avec notre sujet de recherche.
Notre démarche consistera à examiner des hypothèses et des théories dominantes
dans ce domaine. Elles sont en profonds désaccords les unes avec les autres. Une
déclaration provocante à ce sujet est celle de Richard Löwenthal citée par Georg
SØrensen : "Toute amélioration des droits démocratiques s'intègre dans un ralentissement du
développement économique; toute accélération dans le développement économique implique une diminution
de la liberté " (Löwenthal 1963, traduit de l'allemand, cité in Georg SØrensen Democracy,
Dictatorship and development, 1990). Cependant, cette affirmation contredit les conclusions
d'un certain nombre des chercheurs américains sur les effets de l'autoritarisme politique
dans les pays du Tiers-Monde selon lesquelles: Dans la majorité des cas, l'effet à long terme de
l'autoritarisme est l'augmentation des disparités régionales; l'aggravation de la pauvreté et la négligence des
droits fondamentaux humains" (Diamond, L. et al.1986).
Par ailleurs, un deuxième courant de pensée en ce qui concerne la corrélation entre la
démocratie et le développement économique, les théories dominantes de la modernisation
(Walt W. Rostow 1960, Karl Deutsch, Daniel Lerner 1958, Schartzmann 1977:89, Huntington
1987:6) partageaient l'idée que le développement économique irait de pair avec le
développement de la démocratie et qu'il y a un rapport mutuel entre ces deux
phénomènes ou selon une expression idiomatique: "toutes les bonnes choses vont ensemble "(All
goods things go together) (Packenham 1973:123-9).
62
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
La troisième école de pensée est plus catégorique à ce sujet. Elle affirme que la
démocratie est inatteignable dans le Tiers-Monde : "il est impossible de construire de manière
significative des sociétés démocratiques (qu'elles soient socialistes ou non) dans les sociétés matériellement
pauvres " (Kitching 1983 : 48).
Ce que nous pouvons d'ores et déjà constater, c'est que le développement
économique n'apporte pas uniquement de profonds changements dans la sphère
économique, mais que ses effets sont aussi ressentis dans la structure sociale et dans la
culture politique. Ainsi selon les théoriciens de la première école que nous avons vus plus
haut, un certain nombre de facteurs sont mis en mouvement afin de pouvoir assumer la
promotion de la démocratie. Dès lors, selon cette vision, un niveau avancé de
développement économique vise à réduire les inégalités socio-économiques et à adoucir
les sentiments de privation relative et d'injustice dans la classe la plus défavorisée. Cela
réduit à terme la probabilité de la politique extrémiste. Ainsi, la richesse nationale accrue
vise à élargir la classe moyenne, laquelle est associée à la théorie politique modérée, la
tolérance et la démocratie.
Cette considération a été également argumentée dans l'analyse marxiste, avec une
emphase toute particulière sur le rôle de la bourgeoisie nationale, se consolidant par le
processus de développement économique et à son tour ouvrant à la démocratie
(Martinussen 1983; Olsen,M 1983). Mais, même si de nombreuses analyses empiriques
ont exprimé la relation entre la démocratie et le niveau du développement économique
(notamment Irma Adelman et Cynthia Tafte Morris 1973; Amartya Sen 1981; Gerard W.
Scully 1988; Larry Sirowy and Inkeles Alex 1990; Georg Sorensen 1990; Larry Diamond
1995; Irene L. Gendzier 1995; John Gerard Ruggie 1997 et 1994; Howard J. Wiarda
1997), nous ne pouvons cependant pas la concevoir d'une manière évidente. Un nombre
d'analyses ont démontré que l'industrialisation capitaliste des différents pays d'Amérique
latine n'a pas signifié plus, mais moins de démocratie, c'est-à-dire de manière croissante
des régimes autoritaires, au moins, dans un court et moyen terme (O'Donnell 1973;
O'Donnell et Schmitter 1986).
Nous ne pouvons pas non plus ne pas observer que même aussi dans les pays
industrialisés de l'Europe de l'Ouest, le développement économique et la démocratie n'ont
pas toujours eu une coexistence harmonieuse et sans conflit. Il serait plus vrai de dire que
le développement de la démocratie, en ne tenant pas compte des contradictions du
capitalisme, s'est réalisé dans un processus de lutte entre les forces sociales où la classe
ouvrière jouait un rôle déterminant. En effet, au tournant de ce siècle, il n'y avait qu'une
63
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
seule démocratie en Europe de l'Ouest, si nous acceptons la définition de Therborn
(1977:4)51, à savoir la Norvège (deux autres à l'extérieur de l'Europe, l'Australie et la
Nouvelle Zélande.)
Que nous concevions cela comme tel, il est important de souligner dans le contexte
présent que le sens de la causalité dans le raisonnement ci-dessus va encore de
l'économique au politique. La forme du régime est donc ainsi traitée comme une variable
dépendante, le développement économique comme une variable indépendante. Ainsi, cet
argument peut soutenir la relation mutuelle du développement économique et de la
démocratie, mais il n'aide pas directement notre problème qui consiste à montrer que la
démocratie ne découle pas du développement économique mais qu'elle est un préalable
pour que celui-ci puisse se réaliser. Nous considérons seulement cette conditionnalité de
la démocratie pour le problème du développement dans les pays sous-développés et par là
les effets des différentes formes de régimes sur le développement économique.
Une deuxième ligne de pensée consiste à dire qu'il existe effectivement une
corrélation entre la démocratie et le développement économique. Elle se concentre sur la
structure des forces sociales en Europe pré-industrielle; l’argument est que le
développement économique pourrait se mettre en route de lui-même, puisqu’il n’y avait
aucun pouvoir politique fort, centralisé pour l’empêcher. Dans les civilisations et les
empires non-européens, l'Asie centrale, la Chine, l'Inde et le Perse, la situation était bien
différente :
Des communautés villageoises paysannes, qui étaient durant des siècles dans une
relative stagnation, étaient sous la mainmise d'un pouvoir central hiérarchiquement lourd.
Ces communautés intéressaient le pouvoir central dans la mesure où par leurs impôts
payés à ces pouvoirs, le système pouvait survivre. Seule une petite partie de ces impôts
était déployée pour améliorer la production du secteur rural; l’essentiel était voué à
l’appareil administratif, à l’entretien et à l’entraînement de l’armée, dont le travail était
avant tout de collecter les différentes formes d'impôts.
51. Therborn, The Rule of Capital and the Rise of Democracy, New Left Review, p.4 : "Une forme d'Etat avec les
caractéristiques suivantes : 1. Un gouvernement représentatif élu par 2. Un électorat composé de la population adulte en entier
3. Dont les votes sont d'un poids égal, et 4. Qui est autorisée de voter pour n'importe quelle opinion sans intimidation de
l'appareil d'Etat ."
Texte original en anglais :"a form of state with the following characteristics. It has 1. A representative governement elected
by 2. An electorate consisting of the entire adult population, 3. Whose votes carry equal weight, and 4. Who are allowed to
vote for any opinion without intimidation by the state apparatus."
64
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Dans ces sociétés, des luttes de pouvoir pouvaient mener à des changements dans les
hauts niveaux de responsables hiérarchiques du pouvoir central, mais la structure des
rapports de force à la base restait inchangée. Ainsi, le développement de ces civilisations
non-européennes restait au point mort. Le "Développement" dans ce cas ressemblait à un
cercle vicieux se limitant aux échanges quantitatifs entre la structure du gouvernement et
de la société (Senghaas 1987 : 36). En revanche, il n’y avait pas de pouvoir central
similaire et exclusif dans le contexte européen. Le développement européen de l’époque
était caractérisé par la persistance de conflits politiques et par la concurrence parmi une
multiplicité de forces sociales. La chance du développement de l’Europe était ainsi
enracinée dans la base fragmentée du pouvoir de la société féodale typique du Nord-ouest
de l’Europe, ayant comme complément plutôt le hasard et les circonstances que toutes les
tentatives politiques à la formation d’un empire monolithique échoué (Senghaas 1987 :37 ;
voir aussi Hall 1986). Cette analyse, se référant historiquement d'une part aux grands
empires du Perse, de la Chine, et de l’Inde, montre qu’un pouvoir très fort et
hiérarchiquement lourd ne conduit pas nécessairement au développement économique.
Et, d'autre part, elle constate qu’un tel type de pouvoir n’était pas présent en Europe,
même dans les pays où il y avait des Etats absolutistes. Cependant, il n’est pas confirmé
que la démocratie dans le sens moderne (la définition de Therborn) allait main dans la
main avec le développement économique. Cette ligne de pensée revendique, ni plus ni
moins, que la structure sociale fragmentée du pouvoir en Europe occidentale était adaptée
aux énergies sociales canalisatrices qui menaient d’abord au développement politique et
ensuite à celui économique.
Si cette vision est acceptée, nous sommes en présence d’un nouveau problème :
La démocratie est-elle tout à fait pertinente pour les pays du Tiers-Monde ? Nous
pouvons considérer que ces pays sont dans une situation qualitativement différente des
premières phases de l’industrialisation en Europe.
Hewlett (1980 :19-25) mentionne cinq facteurs pour argumenter cette thèse qu’ " il
n’y a rien dans la structure contemporaine des pays du Tiers-Monde qui puisse justifier la croyance que la
« grande dynamique » de la première Révolution industrielle puisse se répéter " (p.24).
Le point de départ d'une troisième ligne de pensée concernant la démocratie et le
développement économique consiste en ce que le développement ne dépende pas
uniquement de la croissance économique. Il est vrai que les taux de croissance et surtout
les niveaux du P.N.B. ne sont révélateurs ni du contenu, ni de la répartition du résultat de
la croissance entre les différentes couches de la société. Dès lors, un champ entier
65
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
d’objectifs concernant la qualité de la vie dans un sens matériel et non-matériel est laissé
non indiqué par le concept de P.N.B., par exemple la liberté et la sécurité pour le bienêtre individuel dans le sens le plus large ("La déclaration de Cocoyac", proclamée à l'issue
d'un colloque organisé conjointement par la C.N.U.C.E.D. et le P.N.U.E. au Mexique du
8 au 12 octobre 1974, et publiée dans Développement et Dialogues, 2, 1974, pp. 88-96 ;
Todaro 1985, ch.3 ; Galtung et al. 1980).
Pour comprendre comment ces approches ont été interprétées et se sont enrichies
dans le contexte iranien, nous allons aborder des questions principalement polémiques sur
le sujet : certains ont estimé que le développement économique est une condition
préalable à la démocratie, ce qui revient à dire qu’un pays ne peut espérer se démocratiser
qu’après s’être développé. Ainsi la conditionnalité économique conçoit la démocratie
comme un élément qui peut faire échouer le développement économique sous la pression
des revendications salariales et de bien-être de la population d’un pays. David Lerner avait
déjà imputé la chute du gouvernement du Dr Mossadegh en 1953, en Iran, à cette
effervescence populaire52. Mais le fait nouveau de cette fin du XXème siècle réside dans
l'apparition de "démocraties pauvres" qui viennent contredire de manière flagrante l'idée
bien ancrée et développée notamment par Seymour Martin Lipset dans les années 1960
qu'il existe des préalables, particulièrement économiques, à la démocratie. Ils ont estimé
qu’il est préférable, de toute façon, de donner la priorité au développement dans la
mesure où pour eux, la démocratie engendre la stagnation économique et reste peu
compatible avec la démocratisation (nous reviendrons sur ce sujet dans la partie théorique
de notre thèse). Cependant, la démocratie a cessé d'être perçue comme le régime qui
viendrait couronner le développement de communautés enfin sorties du dénuement :
l'exemple du Costa Rica, démocratie stable bien que pauvre et disposant de peu de
ressources naturelles ou le cas de l'Inde, grande démocratie du " Sud ", singularisée par sa
pauvreté comme par sa distance par rapport aux valeurs occidentales, prouvent qu'il
n'existe pas de fatalité anti-démocratique engendrée par des prédéterminations
économiques ou même culturelles. L'absence de culture politique ne constitue pas non
plus un obstacle. Il faut considérer la "démocratie du possible", plutôt que d'enterrer de
manière hâtive la notion de transformation démocratique sous prétexte qu'il lui
manquerait quelques ingrédients du modèle occidental. En effet, la démocratie ne
s'exporte pas telle quelle : la vague de démocratisation des régimes après la guerre froide
52. Guy Hermet, Les désenchantements de la liberté, Fayard, Paris, 1993, p. 230.
66
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
dans le Tiers-Monde montre plutôt qu'elle doit s'acclimater selon la culture et la situation
du pays considéré. Si l'aspiration démocratique semble aujourd'hui universelle, elle ne doit
pas déboucher sur l'uniformité démocratique.
Par ailleurs, à partir des années 90, parallèlement aux processus de démocratisation engagés
un peu partout dans le monde, nous pouvons assister à l'émergence d'une nouvelle
l’impulsion à l'école libérale concevant que l’économie de marché, génératrice de
développement, est porteuse de garanties démocratiques et donc renouant à la vision néocolonialiste qui justifiait les régimes autoritaires pour le développement des pays sousdéveloppés. La situation de ces nouvelles affirmations développementistes est encore plus
dommageable pour ces pays, puisque même la notion d'Etat serait remise en cause (la
notion minimum d'Etat, nous allons y revenir plus loin) pour devenir des territoires
déterminés comme sous-développés. Cette nouvelle vision globalisée d'une économie
néo-libérale semble être cautionnée par la nouvelle stratégie de la suprématie américaine
et elle semble revenir à une conception proche du deuxième exposé ci-dessus, préférant
des dictateures et des régimes autoritaires respectant le marché 53 que la démocratie.
Nous allons développer ces différents points de vue que Guy Hermet regroupe sous
la formule négative de "doctrines de la prédestination autoritaire" 54 dans la première partie de
notre thèse. Selon nous, le pouvoir politique autoritaire contrôle et réduit l’exercice des
libertés: nous le voyons donc comme la cause du sous-développement économique. Ainsi,
à partir des différents cas de figures, des différents modèles d’organisation politique de
l’État dans les pays sous-développés, nous essayerons de montrer à travers nos arguments
par rapport aux théories dominantes sur la question du développement que la démocratie
semble apparaître comme l’élément accompagnateur des rapports capitalistes ou de la
modernisation économique, et que donc l’autoritarisme du pouvoir politique peut être
considéré comme l'obstacle majeur dans l’innovation sociale des pays sous-développés et
dans l’accumulation du capital, c’est-à-dire le développement économique selon le modèle
capitaliste occidental. Dès lors, nous pouvons déjà dire que le développement
économique ne peut se réaliser sans des changements socio-politiques appropriés aux
spécificités du pays sous-développé. Nous considérons fondamentalement que les
processus de démocratisation ouvrent la voie au développement capitalistique.
53. Pour une revue et critique de ces différentes positions, voir entre autres David Beetham, Conditions for
democratic consolidation , in Review of African Political Economy n° 60, 1994 ; Guy Hermet, Le passage à la
démocratie, FNSP, Paris,1996, pp.88-93.
54. Guy Hermet, Le passage à la démocratie, FNSP, Paris, 1996, pp.88-93.
67
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Si l’on accepte que l’une des fonctions de la démocratie est que la
règle de transparence comptable et d’imputabilité soit respectée et que
la correction à moindre coût des erreurs des dirigeants fasse partie de
ses fonctions, nous allons comprendre un peu mieux la raison de
l’échec des stratégies de développement dans les pays qui en sont
dépourvus. Nous essayerons de montrer que l’adoption des recettes de
l’économie de marché, sans changement dans les institutions
politiques, n’est donc pas une approche suffisante pour sortir de
l’impasse de " sous-développement". Notre argumentation propose la
solution d’accepter les changements qui exigent le libéralisme à la fois
sur le plan économique et aussi sur celui du politique pour atteindre la
démocratie sociale. C’est admettre que l’on a affaire à des êtres
humains et à leur vie; que la représentativité du corps social
fonctionne; qu’il existe un courant permanent de va et vient d’en bas
vers le haut et de haut en bas.
Le cas concret de l’Iran
Tout en sachant que le capital en soi ne constitue pas un obstacle
dans le processus du développement économique en Iran (c’est aussi
le cas des autres pays producteurs du pétrole dans la région du golfe
Persique), nous pouvons nous interroger premièrement sur l’origine
de son sous-développement. Nous pouvons nous demander aussi
pourquoi son sous-développement persiste et résiste aux changements
sociaux intervenus depuis un siècle dans cette société et pour quelles
raisons sa structure politique ne les a pas suivis ? Si nous réussissons à
établir que l’autoritarisme constitue la cause principale du sousdéveloppement économique de l’Iran (selon le mode de production
68
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
capitaliste du développement économique55), nous aurons atteint
l’objectif de cette étude.
Ainsi, nous essayerons de montrer que le sous-développement est un phénomène qui
a donc des causes multiples et qui plonge ses racines dans l’Histoire, mais aussi dans
l’environnement sociologique et institutionnel d’un pays. Il implique non seulement
l’augmentation de la richesse d’un pays mais aussi l’augmentation du niveau de vie de sa
population (éducation, santé, alimentations…) ; il implique la capacité pour un pays à
s’occuper seul de son destin, de gérer son outil productif pour que cette hausse du niveau
de vie soit rendue possible, mais sans pour autant faire pleinement appel aux pays
développés. Les pays "sous-développés" dans leur grande majorité sont devenus
dépendants des pays occidentaux pour leurs produits alimentaires. La production de la
culture vivrière a été remplacée par des produits agricoles : soja, coton, destinés à
l’exportation et aux marchés étrangers.
L’objectif de cette partie de notre étude est de montrer que
l’environnement politique, démocratisé, est à la fois une structure
complémentaire et une condition nécessaire de l’accumulation du
capital, car, seule, dans un esprit égalitaire, dans le cadre de la
transparence
elle
permettra
d’améliorer
les
niveaux
de
vie,
d’augmenter l’étendue des choix humains, de dégager des ressources
en faveur de la santé, de l’éducation et d’accroître l’indépendance
économique nationale, en rendant l’aide étrangère moins nécessaire.
Mais elle n’est une condition suffisante du développement, au moins à
court terme que si elle est accompagnée de politiques visant à une
réduction directe et radicale de la pauvreté (pour que le principe de la
liberté ne s’oppose pas à celle de l’égalité). Car, il faut bien préciser
que la démocratie ne constitue pas une fin en soi. Elle est considérée
comme une méthode politique, en d’autres termes un certain type
d’organisation institutionnelle visant à aboutir à des décisions
55.Nous insistons sur le choix du terme "le mode capitalistique du développement économique" car nous
pensons que le capitalisme ne peut se développer que dans des sociétés où la démocratie est le mode
d’organisation sociétale et politique. Le capitalisme implique comme hypothèse qu’existe une organisation
69
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
politiques en respectant les principes fondamentaux de droits
humains (liberté d’expression, de pensée, liberté de conscience, de la
presse, la possibilité d’être gouvernés par des hommes responsables
qui garantirait pour tous les composantes d’une société donnée, les
moyens et les chances équitables de s’épanouir).
Dans le cadre de la deuxième partie, nous allons aborder l’expérience concrète de
l’Etat iranien. Nous analyserons d’une part l’impact de son système politique sur la
structure économique, ses spécificités politiques et socio-culturelles, ses aspects divergents
et convergents par rapport aux systèmes de gouvernement qui adoptent la démocratie
libérale.
Dans le cas concret de l’Iran, nous allons montrer que la suppression des droits
démocratiques au nom du développement économique n'a comme conséquence que le
maintien au pouvoir et l'enrichissement de ceux qui gouvernent, les élites et la classe
dominante. Ainsi, nous aborderons les arguments qui sont développés dans ce sens et
nous exposerons nos arguments en faveur de cette hypothèse.
Ainsi la question que nous nous sommes posée tout au long de notre recherche est:
pourquoi ne pas corréler franchement le rôle du pouvoir politique et le sousdéveloppement économique en Iran ?
Notre hypothèse dans cette étude est l'existence des rapports, étroitement liés, entre
l’importance du rôle joué par la "société civile"56 et le rapport de force de celle-ci avec
l’Etat d’une part et entre l’Etat iranien et son sous-développement économique d’autre
part. A cet objectif, parvenu au terme de notre travail, nous essayerons de répondre en
exposant une conception personnelle, argumentée de la nature de l’Etat en Iran, ses
spécificités, ses différenciations avec l’Etat en Occident, son évolution historique, et de
politique et sociale fondée sur le libéralisme, la prédominance du pouvoir législatif et judiciaire par rapport
au pouvoir de l’Etat.
56. Dans une interprétation longtemps dominante chez les marxistes, la société civile a été une façon de
désigner la société économique, privée ainsi de toute capacité éthique et politique propre. Nous
considérons, au contraire, que la société civile se différencie par rapport à tout système d’institutions de
marché comme tout système d’institutions étatiques. Nous nous référons à la définition proposée par
Habermas qui non seulement met en cause la réduction de la société civile au statut de société bourgeoise
d’après les marxistes (car , pour Marx, en effet la société civile n’est autre que la société bourgeoise, ce qui
reconduit finalement l’idée de société civile au capitalisme pur et simple) mais en raison de multiples voies
qu’il ouvre à partir d’une différenciation du concept de société civile, en direction d’une nouvelle
conception de la démocratie. Aucune théorie de l’Etat démocratique ne saurait désormais faire l’économie
d’une pensée de la société civile elle-même conçue comme une instance démocratique. C’est ce rôle que
nous attribuons à partir de cette définition à la société civile, quelque soit le système économique en place.
70
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
procéder à un examen approfondi sur les raisons historiques de son sous-développement
économique.
Notre intention n’est pas d'écrire une thèse sur l'Etat en Iran. Cependant, l’analyse de
l'évolution historique de cette structure constitue l’un des axes de notre thèse. Nous nous
intéresserons en particulier au caractère autoritaire de cet Etat. Nous voudrions montrer
que l’autoritarisme a constitué et constitue encore aujourd'hui l'un des obstacles majeurs
du développement économique de l'Iran. L’Etat iranien est resté, malgré l’évolution de la
société (c’est un fait indéniable), un Etat dictatorial, établi et maintenu par la violence qui
freine l’évolution de la société. Ses caractéristiques fondamentales correspondent bien à
un régime de type dictatorial : il se maintient par la force, il est autoritaire et arbitraire,
c’est-à-dire qu’il supprime en fait les garanties de la liberté des citoyens, même s’il
continue à les proclamer en droit (elles ne correspondent pas à la structure politique estimée
normale par la majorité des citoyens, donc il est privé de légitimité). Depuis la révolution de
1979, la société iranienne est caractérisée par un conflit permanent entre les privilégiés (les
religieux en général et tous ceux qui sont liés à ce cercle restreint) et les désavantagés (le reste de
la société qui n’accepte et n’admet pas, depuis l’établissement de la république islamique,
l’autorité de cette catégorie sociale au pouvoir). Bien que cette lutte ne corresponde pas aux
schémas marxistes et qu'elle ne repose pas sur la propriété privée de production, elle peut
expliquer le blocage actuel de la société iranienne. Cette lutte est atténuée par l’accoutumance des
"désavantagés", du fait que la situation est devenue relativement vivable et que l’espoir de
l’amélioration sociale empêche le surgissement de crises très graves. Il existe un consensus relatif
sur les structures politiques. Bien que tout le monde ne soit pas satisfait, tout le monde ou presque
accepte les règles du jeu. Ainsi le régime tient sa " légitimité" de l’absence de réaction active et
d’une structure politique alternative. C’est aussi pour cette raison qu’on peut constater depuis
quelques années (depuis 1994, date de l’élection d’un dignitaire religieux dit modéré) que ce
pouvoir clérical et théocratique, comme il le revendique, devient plus ou moins tempéré dans ses
relations avec l’opposition politique (elle-même de mouvance religieuse qui accepte cependant la
séparation de la religion et de la politique ; elle soutient un régime démocratique mais islamisé) et
utilise des moyens "légaux" pour évincer ses opposants et les intimider. Mais au moindre signe
d’aggravation de la lutte des classes ou dans une situation d’une crise économique où le consensus
sur les institutions politiques disparaîtrait, la violence se présenterait comme le seul moyen pour
sauver le système politique au pouvoir ou pour le remplacer comme ce fut le cas dans le passé par
l’établissement d’une dictature plus répressive issue de la situation de trouble.
71
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Le développement de la communication, de l’industrie, et de l’urbanisation, perturbe le
système en place. Ce développement alimente une crise intérieure des structures existantes et
bouleverse profondément les cercles religieux dont certaines couches sont issues des classes
désavantagées et luttent pour réformer l’appareil clérical. Ce mouvement réformateur exige
l’ouverture des Madresseh 57 vers le monde extérieur, la répartition plus juste, plus équitable de
l’aide financière de l’Etat entre d’une part les grands ayatollahs58, et, d’autre part, parmi les
étudiants de chaque ayatollah (depuis la révolution de 1979, les grands ayatollahs reçoivent une
aide financière conséquente de la part de l’Etat à part les sommes payées régulièrement par leurs
propres adeptes. Ainsi l’Etat utilise cette aide financière comme un moyen de pression sur les
ayatollahs qui peuvent être susceptibles de s’opposer aux dirigeants religieux au pouvoir). Depuis
quelques temps, les mécontentements des couches sociales, reflétés par les guerres du pouvoir au
sein du cercle religieux, aggravent de plus en plus l’antagonisme à l’intérieur de cette catégorie
sociale. Cette lutte dépasse largement le concept de luttes de classes. Les bouleversements sociaux
conséquents du développement industriel, l’économie de marché et la généralisation des rapports
capitalistiques à l’ensemble des activités économiques du pays pendant et après la guerre Iran-Iraq,
le développement des inégalités sociales et l’accroissement de la pauvreté (plus de trois millions de
familles vivent en dessous du seuil de pauvreté selon les statistiques officielles basées sur les
critères du gouvernement iranien en l’an 2000), ont entraîné de nouvelles vagues de
mécontentement populaire. Le pouvoir théocratique veut maintenir l’ordre établi, en faveur de ses
privilèges et tend à revenir à un ordre ancien qui ne correspond, ni dans la forme ni dans le
contenu, à l’évolution du monde d’aujourd’hui. Nous nous sommes demandé si le caractère
dictatorial de cet Etat ne répondait pas aux nécessités de l’accumulation capitaliste dans le contexte
de sous-développement d’un pays comme l’Iran ou si nous ne sommes pas confrontés à une
généralité à l’échelle de tous les pays sous-développés mais traduite différemment ) selon le
continent (sous la forme d’une oligarchie militaire despotique, d’une dictature militaire ou civile, la
position géopolitique de chaque pays et son enjeu économique pour les pays occidentaux).
Ainsi nous nous proposons à trouver une réponse aux questions suivantes :
57. Ecole coranique où les élèves suivent les enseignements religieux et sont tenus de respecter certaines
règles religieuses rigoureuses et des normes vestimentaires. A l’époque du régime du Chah, chaque école
recevait des dons des adeptes venant de chaque Uléma (dignitaire religieux ayant obtenu une légitimité
religieuse par sa connaissance de la religion et la justesse de son opinion sur des sujets divers. Les Uléma
sont des théologies. chaque spécialiste est dans un domaine particulier de l’islam ; ils étaient indépendants
du pouvoir politique et recevaient les dons de leurs adeptes; une partie de ces dons allait dans la dépense des
affaires courantes de son madrassa et ses élèves (talabeh), et l’autre partie était consacrée à la dépense de la
vie privée de Uléma).
58. Mot à mot ayatollah signifie "signe de Dieu". Le titre obtenu par un haut dignitaire religieux de l’Islam
dans la tradition chî’ite.
72
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
- Le régime autoritaire du Chah n'était-il pas l’agent local d’un système capitaliste mondial,
selon ce que pensent les partis de la gauche iranienne, qui aurait voulu instaurer dans ce pays un
nouvel ordre intérieur, mettant les libertés en péril, afin d’anéantir la structure archaïque de la
société sous-développée et d’étendre le marché des biens de consommation ? Le système
autoritaire que nous allons examiner n'était-il pas l’expression politique périphérique et locale d’une
étape précise de l’évolution du système capitaliste mondial ?
- ou s’agissait-il d’une volonté de désindustrialiser dans le but d’un nouvel ordre économique
mondial qui lui aurait attribué la production des produits agricoles ou une spécialisation dans la
production des matières premières ?
- ou, comme d’autres le soutiennent, n’était-il pas le représentant d’un modèle de
développement dans lequel il impose autoritairement, d’en haut, l’allocation des ressources en vue
d’accélérer le développement et la modernisation de l’économie ?
- Et la démocratisation mise en valeur dans pratiquement tous les continents sousdéveloppés depuis deux décennies n’était-elle pas elle aussi l’expression politique d’une nouvelle
phase de cette évolution sous sa forme mondialisée ?
Ainsi dans cette partie de notre thèse, nous allons essayer de montrer que la nouvelle vague
de démocratisation actuellement en cours en Iran est aussi la conséquence d’un environnement
international, dans une conjoncture favorable (une nouvelle phase du développement du système
capitaliste mondial; le transfert de certaines technologies vers les pays sous-développés ; la
nécessité d’extension de l’économie de marché ; le développement accéléré des moyens de
communication : Internet, fax, téléphonie, la nécessité de sécuriser les marchés boursiers ;
l’importance donnée depuis une dizaine d'années au secteur privé de l’économie; et, sur le plan
politique, l’affaiblissement du rôle de l’Etat-Providence au profit de l’Etat-Régulateur ; la fin de la
guerre froide et l’espoir qu'elle a suscité chez les populations des pays pauvres ; l’importance
grandissante de l’opinion publique à travers le monde en faveur de l’instauration de la démocratie,
des droits de l’homme ; la sensibilisation de l’opinion publique occidentale à la situation des
femmes, des enfants dans les pays du Tiers-Monde) mais aussi la conséquence d’un certain
nombre de facteurs endogènes (la continuité de la progression à la fois quantitative et qualitative
des couches moyennes dans les villes et dans les villages ; l’apparition d’une couche sociale
d’entrepreneurs autochtones dont la plupart sont des jeunes diplômés des grandes écoles et des
universités occidentales et les universités iraniennes qui essayent de transformer par des méthodes
pacifiques et non violentes les lois administratives contraignantes et qui luttent sur le plan politique
contre la corruption et le clientélisme du pouvoir ; le changement qualitatif sur le plan socioculturel : l’alphabétisation massive de la population, la connexion des villes et des villages par des
73
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
voies de communication ferroviaire et d’autres moyens de transport, la prise de conscience
politique, la facilité, l’accessibilité et la fluidité des informations à travers le pays). Cet ensemble
d’éléments exogènes et endogènes se rencontre et renforce l’idée de la démocratisation dans les
pays "sous-développés" et nous amène à cette considération que sans la démocratie, le
développement économique dans ces pays devient impossible. D’où cette littérature exposée
depuis les années 80, par les théoriciens et experts des organismes financiers internationaux sur la
démocratisation des pays du Tiers-Monde. Ces analyses s’appliquent aussi dans le cas de l’Iran.
LA METHODOLOGIE
Au cours de notre recherche, nous nous sommes heurtés à plusieurs difficultés:
d’abord le manque de recherches théoriques sur ce sujet en France, ensuite la plupart des
documents que nous avons pu consulter avaient une vue générale sur le sujet et aucun ne
s’appuyait sur des cas concrets. Lors de mes deux voyages aux Etats-Unis et d’un court
séjour à l’université de Los Angeles (UCLA) en 1998 et 2002, nous avons agréablement
constaté l’abondance des recherches effectuées sur ce sujet par des économistes et
sociologues américains. Les références en anglais que nous citons dans cette thèse sont,
dans leur majorité, le résultat de ces deux courts séjours occasionnels. D’après ces
recherches, il nous semble que la science de l'économie à elle seule soit incapable de
74
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
répondre d'une façon précise au rapport qui pourrait exister entre "le niveau de la
démocratie" et "le niveau de développement". Nous avions souhaité au départ établir un
tableau comparatif (inspiré par la classification de G. William Dick entre la période de
1959-1968) et de répartir les pays selon leur niveau de développement et le niveau de
démocratie ou la nature de leur pouvoir politique. La difficulté avait commencé par la
classification des pays selon leur niveau de développement. Comment pouvions-nous
définir le concept du développement ? Certains définissent le développement comme
l'existence d'infrastructures, les tissus nécessaires de l'activité économique et sociale, pour
rendre possible la continuité du mouvement de la société vers l'avant. Mais comment
peut-on mesurer ce mouvement vers l'avant?
La compréhension et la disponibilité des hommes et des femmes se
mesurent-elles par une technique quelconque? Quels sont les critères
les plus valables au regard des autres? Est-ce le revenu moyen par
habitant, le P.N.B., la consommation par habitant, le taux de mortalité
ou l'alphabétisation?
Le développement économique est déterminé par les lois du marché,
la façon dont l'économie est organisée, le contexte de l'économie
mondiale, l'intervention des agents extérieurs, la manière dont les
richesses d'un pays sont exploitées et utilisées, tandis que la
démocratie est un phénomène qui a un rapport direct avec le passé
d'un peuple, sa culture, son histoire, le niveau de la conscience
politique, l'organisation des villes et le niveau de l'urbanisation, les
institutions, etc., qui n'est pas mesurable avec des chiffres et des
statistiques. Nous avons en face de nous à la fois un système
capitaliste mondial et des groupes de pays qui ont des problèmes
spécifiques et hétérogènes. Nous avons aussi des pays avec des
économies planifiées (les anciens pays de l'Est) qui, malgré leur
ouverture vers l'économie du marché, se distinguent des autres pays
de la planète. La définition du développement dans ces pays semble
différente des autres. Cela rend encore plus difficile l'évaluation de
leur niveau de développement ainsi que le niveau de leur démocratie.
75
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Pouvons-nous définir un rapport statistique entre ces deux processus?
Cela nous mène à expliquer notre difficulté à définir le concept de la démocratie.
Est-ce la participation massive de la société, l'égalité des hommes et des femmes de
toutes les couches sociales face à la loi, la liberté d'expression : sont-ce là les critères de la
démocratie? Ou est-ce le système parlementaire de type occidental ou encore les
situations intermédiaires entre ces deux systèmes sont-elles considérées comme le modèle
de la démocratie?
Plus nous faisons entrer dans notre étude un concept encore plus large de la
démocratie, plus nous approchons du véritable sens de la démocratie. Mais nous nous
retrouvons en face d'une autre difficulté: trouver des indices et des critères précis qui
pourraient nous aider dans l'appréciation et l'évaluation de la démocratie.
A l'inverse, lorsque nous nous concentrons sur l'un des aspects de la démocratie
(exemple: la fiabilité et le niveau des fraudes électorales), nous pouvons nous approcher
d'une appréciation plus réaliste de la démocratie et cela en sacrifiant les aspects plus
essentiels et plus fondamentaux de la démocratie. Il nous est impossible d'en proposer
une définition précise et sans faille, du fait que nous ne cherchons pas de vérité absolue et
que seul un effort scientifiquement acceptable constitue notre objectif au cours de notre
recherche.
L'autre difficulté concerne les méthodes de cette évaluation. Que signifie le niveau de
la démocratie? Est-ce l'élection libre? Si c'est le cas, alors comment pouvons-nous
apprécier cette même liberté de l'élection? Est-ce la liberté de l'expression? Alors
comment et par quelle méthode et par quelle mesure scientifique pouvons-nous prétendre
à l'évaluation de cette liberté? Si c'est le cas, comment pouvons-nous mesurer la
différence qui existe dans ce domaine, entre le pays A et B? Est-ce le degré de la
participation? Alors la participation de qui? Et de quel moyen disposons-nous pour la
mesurer? Et puis, parmi les dimensions variées de la démocratie, laquelle est notre
favorite?
Le plus difficile encore, c'est de théoriser un modèle interdépendant et les rapports
qui pourraient exister entre la démocratie et le développement. Un rapport simple entre
ces deux phénomènes peut s'établir si nous utilisons des statistiques fiables. Mais est-ce le
rapport que nous recherchons? Dans l’hypothèse où nous constatons un effet positif
entre ces deux concepts ce rapport peut-il toujours rester stable? Ou doit-on constater
avec le temps que la croissance économique augmente les libertés démocratiques, ou bien
sont-ce les libertés démocratiques qui favorisent la croissance économique?
76
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Le plus important consiste à trouver le rapport de cause à effet entre ces deux
concepts. Lequel des deux est la cause et lequel est l'effet? Est-ce la démocratie qui
entraîne avec elle le développement ou est-ce le développement qui prépare et emmène
avec lui la croissance et le développement de la démocratie?
Mais les analyses basées sur des statistiques (analyse quantitative) ne sont pas en
mesure de donner une réponse objective. Il semblerait que si les évaluations quantitatives
et chiffrées sont accompagnées par des analyses historiques et l'évolution des sociétés
sous-développées, elles peuvent donner une vue plus juste et fiable des rapports existant
entre la démocratie et le développement économique dans ces mêmes sociétés.
Tout au début de notre étude, nous avons souhaité procéder à une analyse
comparative entre des sociétés qui sont dotées d’un pouvoir politique démocratique et
celles qui sont gouvernées par des régimes dictatoriaux. Mais les contraintes imposées par
le temps, par l’impossibilité de faire une recherche de terrain, nous amène à isoler un cas
concret, l’Iran, où nous avions une expérience quotidienne sur tous ses aspects, culturel,
social, politique et économique, de l’impact d’un pouvoir politique autoritaire. Sans
vouloir chercher une facilité quelconque, nous considérons comme acquis que les
différents régimes iraniens, qui ont dominé le XXème siècle, sont de type autoritaire et
donc ont contribué à freiner
son développement en entravant tous les moyens
disponibles du pays, les acquis de son passé et ceux de son présent, tels que nos analyses
ultérieures nous le montreront.
Dès lors, pour des raisons que nous venons d'énumérer, la méthode suivie sera celle
d’une comparaison de la société iranienne dans ses aspects socio-politiques et
économiques, en la mettant en parallèle d'abord avec le début du XXème siècle, ensuite
avec l’émergence de l’autoritarisme du fondateur de la dynastie Pahlavi et finalement avec
son évolution dans la période contemporaine.
Pour mieux situer notre analyse, dans la première partie de notre thèse, nous allons consacrer le
premier chapitre à l’analyse de l'évolution des théories du développement, élaborées sur un fond
social, politique et économique au cours de ces cinq dernières décennies. A partir de cette analyse,
nous essaierons de clarifier le contexte international dans lequel ces théories ont été développées et
ensuite de les appliquer aux pays "sous-développés". Cette clarification nous aidera à comprendre le
fonctionnement d'un modèle économique imposé aux pays "sous-développés" depuis la fin de la
deuxième guerre mondiale. Nous nous attacherons donc à un historique des théories de la pensée
77
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
"libérale" et des théories qui abordent les problèmes structurels des sociétés "sous-développés"59.
"Les courants dépendantistes", "l'école de la CEPAL" et enfin les "tendances marxistes", en
particulier les approches des "néo-marxistes" des années cinquante jusqu'à nos jours, seront traités
dans ce chapitre. Nous essayerons de donner un aperçu rapide des points de vue des économistes
comme Cardoso, Falleto, Paul Baran, Gunder Frank, Samir Amin, et l'approche d'économistes de
l'Orient (Inde, Egypte, Iran)60. Il s'agirait ici de présenter les "grandes lignes" des courants qui ont
tenté de proposer des réponses depuis maintenant cinquante ans à la question suivante: comment
peut-on éliminer la pauvreté et la souffrance qui en découle, dans tous ses aspects ? Certaines de ces
théories étaient le vecteur de la domination du système hégémonique occidental et en particulier des
Etats-Unis (exemple : la théorie des étapes de Rostow, la théorie des cercles vicieux, la théorie de
conditionnalité économique de Lerner et Lipset, dans les années 50 et 60 et plus récemment
les théories de Huntington et de Fukuyama). A partir de là, il faudrait définir comment et sous quel
angle nous voyons nous-mêmes les concepts de "sous-développement" et de "développement". Le
concept de "développement" est-il universel? Devons-nous imposer un modèle unique à tous les
pays du monde?
Nous allons ainsi nous consacrer dans le deuxième chapitre de la partie théorique à la
question du "développement" et du modèle occidental, à la question de l'industrialisation
et de son mythe. Nous nous intéresserons au cas exceptionnel de la Corée du Sud, pays
"sous-développé", qui a réussi à réaliser le modèle occidental par l'accumulation du capital
grâce au moyen de répression mené par un régime militaro-dictatorial, contre toutes
revendications syndicales et salariales, mais aussi au cas exceptionnel du premier pays
59. Dans cette partie, nous avons largement bénéficié de l'ouvrage intitulé: Sciences sociales et développement
d'André Guichaoua, Yves Goussault, Albin Michel, Paris, 1995. Ainsi que les ouvrages suivantes : Sciences
économiques et sociales, Jean-Yves Capul, Hatier, 1995. Croissance, crises et développement, Frédéric Teulon, PUF,
1992 ; Rapport mondial sur le développement humain, P.N.U.D., 1998 ; Sciences économiques et sociales, Albert
Cohen, Bordas, 1995 ; Sciences économiques et sociales, Claire Mancel, Nathan, 1995 ; Structures, institutions et
développement économique dans les pays sous-développés, NGUYEN HUU CHAU, Bibliothèque d’économie
politique, 1964 ; Le cours de terminale B en 15 synthèses, Alain Geledan, Belin, 1993 ; Nouveau Manuel, sciences
économiques et sociales, Jean-Paul PIRIOU, La découverte, 1995 ; Dictionnaire d’économie, Jean-Yves Capul,
Hâtier, 1993 ; L’évolution de la pensée économique sur le développement depuis 1945, Charles P. Oman et Ganestan
Wignaraja, O.C.D.E., 1991 ; Economie du développement, Philippe Hugon, mementos dalloz, 1989 ; Mécanisme et
politiques de développement économique, Jean-Marc Fontaine, CUJAS, 1994 ; Les théories économiques du développement,
Elsa Assidon, La Découverte, 1992 ; Introduction au développement économique, Jacques Avantur, PUF, 1997 ;
Introduction à l’économie du développement ; Jacques Brasseul, Armand Colin, 1989 ; Sciences économiques et sociales,
Alain Geledan, Belin, 1995.
60. On pourra se reporter aux divers ouvrages récemment publiés et consacrés à cette question, parmi
lesquels sont particulièrement intéressants à consulter : Christian Comelian, Les Relations Nord-Sud, Paris, La
Découverte, 1991, 124 p; Elsa Assidon, Les Théories économiques du développement, Paris, La Découverte, 1992,
124 p. ; André Guichoua, Yves Goussault, Sciences sociales et développement, Paris, Arman Colin, 1993, 190 p.
Catherine Choquet, Olivier Dollfus, Etienne Le Roy et Michel Vernières, État des savoirs sur le développement.
Trois décennies de sciences sociales en langue française, Karthala, 1993, 229 p.
78
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
développé non occidental, le Japon, qui a joué le rôle de modèle du développement
économique tout en conservant sa spécificité culturelle pour beaucoup de pays sousdéveloppés. Une structure politique centralisée de quelques pays d'Asie (pas uniquement
la Corée du Sud, mais aussi la Malaisie, Singapour et la Thaïlande) a réussi à s'imposer sur
un modèle d'industrialisation forcée et accélérée grâce à une croissance achetée au crédit.
Mais à quel prix? Quelles leçons tirons-nous de cette politique? Pouvons-nous généraliser
leurs cas à d'autres pays? Dans le même contexte, il faut soulever l'expérience des pays
d'Amérique latine; le cas de l'Argentine et du Chili sont particulièrement intéressants à
étudier. Nous examinerons aussi dans cette partie la place de l'homme dans ces projets et
modèles de développement et nous terminerons ce deuxième chapitre en esquissant une
définition plus large du concept de développement respectueux des différences culturelles
des pays, nous permettant d'ouvrir la question du développement et du modèle occidental
à d'autres possibles expérimentations pour le développement des pays sous-développés.
Les phénomènes économiques sont de plus en plus complexes, si bien que l'étude de
l'économie d'un pays, pour être menée à bien, doit inévitablement s'inscrire dans un
contexte international. Nous ne pouvons plus isoler le processus de développement
économique des pays "sous-développés" du contexte actuel de la mondialisation de
l'économie de marché. Nous ne pouvons pas ignorer les changements qui ont bouleversé
radicalement le paysage politique et économique du monde depuis l'effondrement de
l'Union soviétique. Ces nouvelles données influencent aussi la méthodologie et la façon
de regarder les problèmes des pays "sous-développés" et nous incitent à mieux
comprendre le monde réel, sans s'enfermer dans des dogmes, des doctrines et des
schémas intellectualistes. A quoi ressemble le nouveau paysage planétaire? Quels États,
quelles forces, quels nouveaux paradigmes émergent dans ce contexte? Quel est le
système de pensée dominant? Quelles sont les nouvelles clés pour comprendre la
formidable mutation du monde actuel? C'est dans ce contexte international que serait
démontré l'échec flagrant des projets dits de "développement" qui n'ont pas réussi à
améliorer le sort des populations des pays "sous-développés", malgré les dépenses
considérables réalisées dans ce domaine.
Dans le troisième chapitre, nous analyserons le " virage " des organismes d'aides au
développement et la nouvelle politique des organismes financiers internationaux depuis sa
Gilbert Rist, Le développement. Histoire d'une croyance occidentale, Ed.Presses des Sciences politiques, Paris, 1996,
427 p.
79
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
mise en œuvre en 1980 61 . Sur ce sujet, les opinions des experts sont plus que
controversées. Il nous appartient de vérifier si cette aide est bien ciblée. Est-ce vrai que
cette aide au développement se réduit, et qu'elle cible de moins en moins ceux qui en ont
besoin? Le F.M.I. et la Banque mondiale ont changé radicalement leur politique d'aide au
développement. Pourquoi? Quelles sont les raisons de ce changement d'attitude à l'égard
des pays "sous-développés"? Quels rapports avec la politique de "mondialisation" de
l'économie du marché? Ce sont des questions que nous examinerons dans ce chapitre.
Dans le quatrième chapitre, nous traiterons le rôle de l’Etat dans le processus de
développement économique. Cette étude passe par le constat d'absence d'une société
civile forte pour l'émergence de l'Etat dans les pays sous-développés, montrant par là son
caractère extérieur imposé et le contrôle systématique de toute voix venant de la
population. Contrairement à l'Occident qui avait vu l'Etat naître de la société civile, c'est
l'Etat qui est l'instigateur de la formation des classes dans les pays sous-développés. Nous
procéderons aussi à une mise à l'épreuve des différentes théories du développement par
rapport à l'Etat sous-développé posant le problème de leur inadaptation. Nous nous
intéresserons à une voie qui s'affirme comme de plus en plus médiane par rapport à la
vision libérale ou néo-libérale et à la vision marxiste ou néo-marxiste, à la théorie néoprogressiste du développement de Friedrich List. De là, nous passerons à un examen sur
l'impact des facteurs politiques et institutionnels sur le développement économique
poussant de plus en plus en avant la question de la démocratie comme l'enjeu pour le
développement.
A cette suite, dans notre cinquième chapitre, nous problématiserons toute la question de
la démocratie et de l'autoritarisme par rapport au développement économique et cela à travers
les hypothèses contradictoires dans le débat, ainsi que de la problématique corrélation du
développement économique avec les différentes formes de régime. Nous examinerons la
difficulté de corréler le développement économique et la démocratie. Une partie de ces
hypothèses soutient l’existence des liens entre la démocratie et le développement économique
(Gerard W. Scully, Roger C. Komendi, Philippe G. Meguire, Amartya Sen, Pourguerami, Guy
Hermet, Baechler, J, A. Touraine)62. Ils soutiennent également dans leur hypothèse que la
61. Le Monde, le Retour de l'Aide au Développement, 25 avril 1998.
62. Kormendi, C. and Meguire, Philip G., "Macroeconomic Detemminants of Growth: Cross - Country Evidence",
Journal of Monetary Economics 16, No.2 (Sept. 1985): pp.141 –163, Grier, Kevin B. and Tullock, Gordon,
"An Empirical Analysis of Cross - National Economic Growth, 1951 - 80, Joumal of Monetary Economics 24 (Aug
1989): pp.259-276, Barro, Robert J., "A Cross - Country Study of Growth, Saving and Government", Working
Paper, no. 2855 (National Bureau of Economic Research, Cambridge, Mass, Feb. 1989), Georg Sorensen,
Democracy, Dictatorship and Developement, St Martin Press, New York, 1990. Irma Adelman, Cynthia Tafte
80
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
libéralisation et la démocratisation des institutions politiques sont des conditions indissociables
et préalables au développement économique des pays "sous-développés". D’autres hypothèses
insistent au contraire sur la nécessité de limiter les droits de l’homme et sur l’instauration d’un
contrôle fort d’en haut, c’est-à-dire un Etat puissant et centralisé pour atteindre l’objectif d’un
développement accéléré. On cite alors comme exemples les pays d’Asie, et en particulier la
Corée du Sud.
Pour terminer notre investigation théorique, nous allons nous intéresser dans notre sixième
chapitre aux différents processus de démocratisation mis en place dans les pays sous-développés
depuis les années 90, aux effets positifs de la démocratie pour le bien-être et l'égalité, contre les
arguments de l'autoritarisme. Et nous établirons notre évaluation sur les rapports existant entre
la démocratie et le développement. De quelle démocratie ont-ils besoin, les pays "sousdéveloppés", pour sortir de leur misère?
En rapport avec la première partie de notre thèse et en analysant notre cas concret, l’Iran,
nous essayerons d’établir dans la deuxième partie des liens entre l’autoritarisme du pouvoir
politique et le sous-développement économique de l’Iran et de vérifier corollairement l’existence
de liens entre la démocratie et le "développement économique". Dans cette deuxième partie de
notre thèse, nous soutenons que la société iranienne s’est fortement transformée tout au long du
XXème siècle et cela chaque fois en décalage avec le pouvoir politique. Tous les changements
survenus dans sa structure nécessitent par là une réorganisation dans tous les domaines de la vie
sociale, politique et économique.
La différence fondamentale dans ces changements sociaux réside principalement dans
l’urbanisation du pays, le transfert de la main-d’œuvre rurale vers les secteurs tertiaires et
secondaires, l’entrée massive des femmes sur le marché du travail ainsi que dans
l’alphabétisation, la scolarisation de la majorité de la population en particulier des jeunes femmes
(au début du siècle, 99% de la population iranienne vivait dans les zones rurales contre 33% à la
fin du siècle; au début du XXème siècle, 99% de la population iranienne était analphabète et 23%
à la fin du siècle), mais aussi encore dans l’apparition des nouvelles couches sociales (au début
du siècle, la société iranienne était composée de l’aristocratie terrienne, de la masse des paysans,
du clergé, d’une petite minorité d’artisans vivant en marge de la société, dans les grandes villes
de l’époque situées sur la route de la soie).
Ainsi nous voudrions d'ores et déjà remarquer que le sous-développement ne relève pas
uniquement de facteurs internes ou de facteurs externes, mais qu'il relève d'un ensemble des
Morris, Economic Growth and Social Equity, in Developing Countries, Stanford, Calif.: Stanford University Press,
81
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
deux dans une histoire qui est à la fois particulière et universelle. En ce sens, nous pouvons
parler d'un complexe de sous-développement qui se caractérise aussi bien par des facteurs
internes que par des facteurs externes. Nous ne pouvons les distinguer les uns des autres du fait
de leurs interrelations et de leurs interactions. Nous voulons ainsi insister sur ce complexe de
facteurs internes et externes qui déterminent tout sous-développement et de fait dans notre
thèse le sous-développement de l'Iran. Parmi les facteurs internes, nous pouvons déjà
mentionner: le despotisme du pouvoir politique lié en partie à sa nature rentière, la racine tribale
du pouvoir politique liée à l'invasion des Mongols, le rôle de la religion et du clergé, le
mimétisme et la soumission sans condition des élites et des intellectuels iraniens, dans leur
grande majorité, aux normes occidentales et, ainsi, à l'ordre colonial, à savoir à l'influence des
pays comme l’Angleterre et par la suite les Etats-Unis (après le coup d'État du Chah contre le
Dr Mossadegh en août 1953). Les facteurs externes se caractérisent essentiellement par la
question géopolitique et par les enjeux de l'économie libérale dans la région par rapport aux pays
développés. Nous ne voulons pas complètement rejeter la responsabilité du sousdéveloppement sur les pays occidentaux, mais par cette observation de ce complexe historicopolitique du sous-développement, nous voulons montrer que l'Iran connaissait un terrain
propice pour cette domination extérieure et donc pour cet autoritarisme qui s'est institué et qui
s'est présenté comme un destin.
Suivant notre analyse pratique sur la question du sous-développement et de l'autoritarisme
en Iran, nous consacrons le premier chapitre à l'évolution du système politique de la société
iranienne. A travers son histoire récente sur le plan social et politique, sa stratégie générale
de son développement économique, nous essayerons de montrer certaines caractéristiques
propres à cette société, en la situant dans le contexte géopolitique de la région du golfe
Persique et, de là, l'importance de cette partie du monde en tant qu'une des plus
importantes pour les sources énergétiques des pays industrialisés.
Dans le deuxième chapitre de cette analyse pratique, nous parlerons de la Révolution
Blanche et de ses conséquences sur le plan économique, politique et social, pour la société
iranienne et nous montrerons que cette révolution n'a pas été le résultat d'un processus
interne à la société, mais qu'il s'agissait encore une fois d'une greffe de l'extérieur imposée
par la stratégie de l'administration américaine dans le contexte de la guerre froide pour
contrebalancer le communisme qui risquait de s'implanter dans cette région du monde.
Nous verrons ainsi que le conflit entre l'Ouest et l'Est, la guerre froide, a joué d'une
1973.
82
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
manière prépondérante un rôle négatif dans le sous-développement de l'Iran. Dans un
troisième chapitre, nous examinerons le modèle du développement "Industrialisation par
la Substitution des Importations" (I.S.I) qui a renforcé la dépendance de l'économie
iranienne sur ses différents aspects (en ce qui concerne la dépendance par le capital, par
l'équipement, par la technologie, et aussi par les brevets d'invention), et cela
contrairement aux prétentions affichées de cette politique de développement qui est
apparue dans les années 60-70.
Dans le quatrième chapitre, nous nous intéresserons à la stratégie nationale du
développement de l'Iran depuis la Révolution de 79 et de l'instauration de la République
islamique. Nous verrons que la dépendance de tous les secteurs économiques de la société
iranienne ne s'est pas suspendue malgré une période d'illusion mais au contraire a perduré
et s'est accrue davantage. Sous la pression de la Banque Mondiale et du F.M.I., les aides et
les subventions propres à la politique de l'économie auto-centrée, protégeant les secteurs
nationaux de l'agriculture et de l'industrie tendent à disparaître, laissant par là libre cours à
une économie de plus en plus mondialisée et de ce fait continuant à aggraver la situation
de sous-développement par la multiplication de faillites pour les entreprises locales et de
chômage pour la population. Cette nouvelle politique remet fortement en cause le bienêtre, l'égalité et la justice sociale jusqu'à provoquer une crise sans précédent de l'État. Et,
par là, nous pouvons nous poser la question de l'espoir de démocratisation par rapport à
cette vague de libéralisation effrénée. A cette suite, toujours dans le même chapitre, en
abordant "une brève histoire de l'évolution de la société iranienne", nous essayerons
d'avancer des réponses à cette question au vu des différents changements des paramètres
de la société iranienne au cours de ce XXème siècle pour qu'un développement et une
démocratisation puissent se réaliser.
Dans un cinquième chapitre, nous verrons qu'il existe au sein de la société iranienne
différentes approches sur les raisons de son sous-développement. Dans la majorité des
cas, on attribue le sous-développement à des causes externes à cette société, notamment
la fameuse thèse du complot des Anglais et des Américains soutenue par la perte de
confiance et d'espoir en l'avenir et en la propre force d'autodétermination dans le peuple
aussi bien que dans les élites. Nous évoquerons ainsi le poids des éléments externes qui
jouent dans la mentalité.
Dans un sixième chapitre, nous nous intéresserons à l'avènement de l'État autoritaire
et aux différentes tentatives de démocratisation de la société iranienne. Et nous
83
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
remonterons ainsi dans une analyse socio-historique pour nous interroger sur les origines
et causes internes du sous-développement, notamment l'impact de l'invasion des Mongols
et des Arabes sur l'évolution démographique, le système politique et la structure sociale de
la société iranienne. Nous verrons en cela l'enracinement d'un pouvoir politique
autoritaire et toutes ses conséquences dans la société iranienne comme l'instabilité des
rapports sociaux, le non-respect des droits individuels et collectifs ainsi qu'une corruption
généralisée dans toutes les sphères du pouvoir. A partir de cette situation socio-politique,
nous examinerons l'un des facteurs les plus importants qui freinent la société iranienne
dans son développement, à savoir la religion chi'ite, la mouvance musulmane la plus
autoritaire dans sa forme et dans son contenu. Tel sera l'objet de notre septième chapitre.
Et, finalement, dans un dernier et conclusif chapitre de cette partie pratique, nous
considérerons l'ensemble des éléments des différentes investigations pratiques des
précédents chapitres ressortant des facteurs externes mais aussi des facteurs internes dans
un rapport de spécificité propre au problème et à l'histoire du développement de la
société iranienne. De nos recherches pratiques, nous verrons que nous ne pouvons que
proposer une analyse de spécificité pour chaque pays sous-développé prenant en compte
le complexe historico-politique pour la question de leur développement. Notre conclusion
visera donc à articuler dans une synthèse ouverte toutes nos observations et toutes nos
réflexions à la question du devenir du développement de la société iranienne.
En guise de récapitulation, nous soutenons pour l'essentiel dans cette thèse que :
1- la vague de transition démocratique que connaissent la plupart des pays "sousdéveloppés" depuis le début des années 1980 et sous l'égide des organismes financiers,
(principalement la Banque Mondiale et le F.M.I.) ne peut pas épargner l'Iran ;
2- cette "démocratisation" est la conséquence d'une part, de la montée de la classe
moyenne, du rajeunissement de la population, du développement des moyens de
communication, de la scolarisation massive et sans précédent de cette jeunesse, en
particulier des femmes en Iran, et, d’autre part, du nouvel ordre mondial qui provoque la
libéralisation de l'économie et la perte de l'importance de l'État, nécessitant le changement
au niveau de l’administration et du fonctionnement de l'État ;
3- tout développement économique de l'Iran dépendra de la réussite ou de l'échec de
cette démocratisation, aussi bien dans l'organisation de la société (le développement de la
société civile), dans le développement de la sphère publique (les partis politiques, les
84
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
syndicats, les associations corporatives, les associations culturelles), que dans la structure
du pouvoir politique lui-même ;
4- cette vague a amorcé une nouvelle ère en Iran, mais il n’empêche que la
démocratie iranienne se caractérise par une absence de la sphère publique, ce qui la
distingue fondamentalement de la démocratie occidentale. En revanche, la raison pour
laquelle cette démocratie demeure faible, une vingtaine d'années après son début, tient à
certaines caractéristiques anciennes de la vie politique iranienne qui perdurent et
continuent d'avoir un effet nuisible. Ces caractéristiques sont pour l'essentiel :
premièrement, un État qui n'est pas en mesure de relever les défis de la fonction
gouvernementale et d'imposer efficacement à toute la société, sans distinction de classe, la
légitimité de la loi 63 ; la nature rentière de l'État iranien le rend plus indépendant vis-à-vis
de la société et influence négativement le processus de la démocratisation de la vie
politique du pays. Deuxièmement, des institutions, faiblement représentatives (les partis
politiques, les syndicats, les associations) ont été souvent court-circuitées par les fractions
rivales du pouvoir en place et, dans ce contexte, les acteurs sociaux restent encore fragiles.
Troisièmement, de par sa nature dictatoriale depuis sa création et son rôle répressif, l'État n’est
pas en mesure de tolérer le développement de ces institutions et l’émergence de la société civile.
Quatrièmement, nous analyserons par là aussi cette période de transition démocratique que
connaît actuellement l'Iran dans ses quatre phases distinctes : émergence réelle pendant les deux
dernières années avant la révolution (1976-79) ; évolution rapide et spectaculaire au cours des
premières années après la révolution islamique (1979-1981) ; vague de répression et de restriction
de toutes les libertés démocratiques jusqu'à la disparition de Khomeyni (1981-1988) ; et situation
actuelle depuis l'arrivée au pouvoir du président Khatami (en 1994).
Pour résumer cette annonce de la problématique concernant l'autoritarisme du
pouvoir politique et le sous-développement économique en Iran, nous voudrions rajouter
que cette thèse n'a pas la prétention de faire le tour de tous les problèmes de la société
iranienne. Nous avons ainsi voulu essayer de présenter en même temps que les problèmes
théoriques concernant les enjeux du développement dans les pays sous-développés (la
première partie de notre thèse) l’état concret du problème actuel de la "démocratie" en
63. Nous entendons par la légitimité cet accord ou ce consentement citoyen au Contrat Social ( livre 1, ch.6
Du Pacte Social), tel que Rousseau l’a développé, par opposition à la formulation de Pacte Social du Leviathan
(Livre II, ch. XVII) selon Hobbes, qui suppose une soumission à la loi et au souverain.
85
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Iran et résumer ainsi certaines contributions importantes des sociologues et historiens
iraniens dans ce domaine (la deuxième partie de notre travail).
Dans le cas concret de l’Iran, contrairement à l’Europe occidentale et à l’Amérique
du Nord où le capitalisme s’associait à la démocratie, nous allons voir que lorsqu’il
pénètre en Iran, ce pays sous-développé, il détruit les institutions proto-démocratiques
existantes en y instaurant ou en y favorisant des régimes de terreur, d’assassinats,
d’emprisonnements des penseurs, des intellectuels adeptes de Rousseau, Voltaire, Locke
et bien d’autres philosophes qui ont contribué à l’établissement de la démocratie et par la
voie de conséquence au développement du système capitaliste occidental.
L'autoritarisme se trouve être l'obstacle majeur dans le développement des pays sousdéveloppés. Aussi longtemps que la démocratie n'est pas émancipée à l'intérieur de
l'évolution propre à chaque société, à savoir dans cet ensemble de dimensions qui
recouvrent toute la sphère civile, les conditions pour le développement ne peuvent avoir
lieu. Ainsi nous viserons à démontrer que la démocratie est la condition sine qua non de
tout développement.
Nous déploierons notre argumentation autour de la détermination et de la dépendance
de l’évolution de la démocratie dans un pays par rapport au mode d’organisation du pouvoir
politique et à l’orientation que ce pouvoir attribue aux activités économiques. Ainsi le type de
société démocratique ne consiste pas uniquement dans une différence relative d’un régime
politique par rapport à un autre mais vise à dépasser au sein de la politique la question du régime
politique, afin de promouvoir un nouveau mode de vie qui émancipe l’individu dans sa
recherche de spécificité et de liberté au sein d’une société civile en accord avec la légitimité d’un
État.
Ce travail se propose donc, à partir de ces analyses comparatives et approfondies dans la
problématique contemporaine des théories concernant la démocratie et le développement,
premièrement de procéder à un examen socio-politique de la société iranienne et de son État,
qui a connu une longue tradition autoritaire (elle-même qui remontait déjà avant l’instauration
de l’État moderne par l’avènement de la dynastie Pahlavi et du pouvoir de Reza Chah jusqu’à sa
chute et qui s'est prolongé malgré tout dans la révolution islamiste de 1979 jusqu'à nos jours),
deuxièmement d’examiner le rôle et le rapport que cet État entretient avec l’économie et,
troisièmement, d’exposer une vue critique sur la nature de cet État, son décalage avec l’évolution
de la société, son incompatibilité avec le mode capitalistique du développement économique du
type occidental dans un pays "sous-développé" comme l’Iran, tout en tenant compte de ses
86
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
spécificités historiques, politiques et socio-culturelles. De là, nous montrerons une insistance
toute particulière et fondamentale tout au long de cette thèse à soutenir que la démocratie n'est
pas la conséquence du développement, mais bien plutôt le contraire, à savoir que nous pouvons
parler véritablement de développement que lorsque la démocratie s'est constituée dans le pays.
Nous pourrions donc dire en contradiction avec la plupart des théories du développement qui
restent uniquement déterminé par l'économique et cela encore dans une vision ethnocentrique
propre au modèle occidental, qu'il n'y a pas de développement possible sans démocratie.
Nous examinerons plus particulièrement ce problème dans la partie théorique mettant en
discussion les différents préjugés et les différentes analyses conjecturés dans le cadre des projets
de développement par rapport à la situation économique et politique des pays sous-développés.
Notre partie pratique essayera d'étayer et d'argumenter cette thèse fondamentale de la
démocratie comme fondement du développement en rapport avec l'Iran. Au regard de cette
thèse qui consiste dans la prédominance de la question démocratique pour les enjeux du
développement, nous espérons que cette étude puisse ouvrir sur de nouvelles discussions sur le
développement pour les pays sous-développés en reformulant les exigences et les données par
rapport aux spécificités de chaque pays.
87
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
PREMIERE PARTIE
ANALYTIQUE DES THEORIES DU
DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS
SOUS-DEVELOPPES
88
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE I.
LE CONCEPT DE "SOUS-DEVELOPPEMENT"
CH.I. 1. Les différentes approches sur la définition du concept
L’approche linéaire et purement quantitative
De toutes les divergences d'opinion parfois très profondes qui ont subsisté jusqu'au milieu
des années 70 entre les chercheurs et les experts sur la définition du concept de
"développement" et de " sous-développement ", nous pouvons distinguer trois approches
différentes selon leur appartenance aux camps libéraux ou marxistes.
Nous pouvions voir d'abord le camp de ceux qui s'attachaient à mesurer le niveau et le type
de vie de la société "sous-développée", en se basant sur le type de consommation, le logement,
le taux d'alphabétisation et le taux d'urbanisation. Nous pouvions voir aussi comme deuxième
approche le camp de ceux qui mesuraient des quantités globales et leur valeur moyenne par
habitant : revenu, capital, épargne, ….Et finalement nous pouvions encore voir le camp de ceux
qui évaluaient des phénomènes structurels, tels que le pourcentage de la population dans le
secteur agricole, les exportations des matières premières, etc...
Ces critères établis par des économistes libéraux des pays développés se présentaient tout
naturellement sous la forme d'un catalogue notant les différences observées par rapport au
modèle économique occidental de leur propre pays. Ils insistaient sur le seul aspect économique
du phénomène du "sous-développement", négligeant le contexte historique, culturel et
géopolitique différent, qui sépare totalement le destin d'un pays "sous-développé" de celui d'un
pays "développé". Suivant cette approche, le développement se définissait comme un
phénomène purement économique, linéaire et mécanique devant faire passer tout Etat qui le
favorisait d'un stade "sous-développé" à un stade "développé" ou "normal". Dans son livre "Le
développement, Histoire d'une croyance Occidentale", Gilbert Rist soulève un point essentiel sur la
méthodologie de connaissance des experts occidentaux en citant une analyse de Dudley Seers qui fut notamment directeur de l'Institut for Development Studies à Sussex en Angleterre -, :
"Il s'agit d'un petit article, publié en 1963, et intitulé "The Limitation of Special Case", dans
lequel Seers montre que l'économie dominante, enseignée dans les universités, s'est construite à partir de
phénomènes observés dans les pays aujourd'hui "développés" (ceux qui constituent précisément le "cas
89
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
particulier") et qu'elle est par conséquent inapplicable au cas général, qui est celui des pays "sousdéveloppés."64
Seers conteste ainsi, à partir de faits historiques et empiriques, la prétention de
l'économie à une validité universelle.
"On ne saurait intituler "Principes d'astronomie", un livre qui ne traiterait que de la Terre, ou du
système solaire, voire de la seule galaxie qui nous est proche. C'est à juste titre que nous attendons d'un
cours de géologie qu'il concerne d'autres continents que celui de l'auteur, à moins que cela ne soit dûment
précisé."65
Seers est parmi les rares économistes occidentaux qui reconnaît les différences
fondamentales qui séparent les pays industrialisés des pays "sous-développés" :
"Les facteurs de production, la structure de l'économie, les finances, les dépenses des ménages, la
structure de l'épargne et les capacités d'investissement, la croissance de la population, tout cela diffère
radicalement d'un groupe de pays à l'autre. Il est donc impossible de penser, à la lumière de ces disparités,
que tous se comportent de la même façon; enfin il est impossible de comprendre ce qui se passe dans ces
pays si l'on ne les replace pas dans le contexte général de l'économie mondiale commerciale et financièrequi exerce sur eux une influence beaucoup plus grande que ce n'est le cas pour les pays industriels." Il
s'agit donc, conclut Seers, "de reconstruire l'économie, à partir du slogan : l'économie est l'étude des
économies (plutôt que des modèles économiques)."66
C'est ainsi que nous constatons que les experts du "marché du sous-développement"
ont essayé d'expliquer les symptômes du "sous-développement" et non les causes et les
racines du "sous-développement" et ont proposé ainsi des remèdes sporadiques en restant
chaque fois à la surface des problèmes sans avoir le courage de soulever l'essentiel. Les
solutions proposées, conseillées et même mises en pratique avec des méthodes
autoritaires consistent jusqu'à nos jours aux formules de rattrapage économique, de
modernisation des appareils de production (dont le seul objectif était de produire plus et
moins cher), de l'extension du marché, de la privatisation des moyens de production, de la
64. Gilbert Rist, Développement, Histoire d'une croyance occidentale, PUF, Paris 1996, p. 175.
65. Dudley Seers, "The Limitation of the Special Case", cité in : Devéloppement, Histoire d'une croyance occidentale,
Gilbert Rist, PUF, 1996, p. 175.
90
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
libéralisation, de la déréglementation et enfin de la soumission corps et âme aux règles
établies par la mondialisation de l'économie libérale. Les schémas théoriques ont peut-être
changé, mais les réseaux qui lient le Sud au Nord ont réussi à survivre d'une manière
encore plus complexe, et nous lisons à cet effet dans Rist, que "les pratiques que l'on prétend
aujourd'hui nouvelles, ont une longue histoire et que le contrôle des territoires du Sud a revêtu, depuis
longtemps, les traits de l'internationalisme généreux." 67
L'autre approche se nourrit des réalités vécues au quotidien par les chercheurs des
pays "sous-développés" eux-mêmes. La conférence de Bandung et la thèse du nonalignement en 1955, les indépendances de certains pays d'Afrique, les luttes de libération
en Asie du Sud et en Afrique du Nord (la guerre d'Algérie) jouent un rôle essentiel dans la
globalisation des problèmes des pays du Sud et dans l'émergence de la notion de TiersMonde ou de périphérie. La question de l'impérialisme, l'échange inégal, l'exploitation des
classes opprimées par les bourgeoisies ou les féodalités et les luttes de classes, devient le
champ théorique privilégié des experts du développement en focalisant sur l'Amérique
latine.
L'approche "structuraliste" était considérée comme un courant réformiste. En
réaction à cette approche, et contre les schémas évolutionnistes - qui sont assimilés
généralement à la pensée libérale -, s'est constitué un courant marxiste ou radical qui
critique la bourgeoisie "compradore", bête noire contre laquelle il fallait lutter pour les
mouvements révolutionnaires des années 60 jusqu'au milieu des années 70.
D'après le rapport de la commission Sud, rédigé sous l'autorité de l'ancien président
tanzanien Julius Nyerere:
"…le développement est un processus qui permet aux être humains de développer leur personnalité,
de prendre confiance en eux-mêmes et de mener une existence digne et épanouie. C'est un processus qui
libère les populations de la peur du besoin et de l'exploitation; et qui fait reculer l'oppression politique,
économique et sociale. C'est par le développement que l'indépendance politique acquiert son sens véritable.
Il se présume comme un processus de croissance, un mouvement qui trouve sa source première dans la
société qui est elle-même en train d'évoluer." 68
66. Ibid., p. 176.
67. Gilbert Rist, Développement, Histoire d'une croyance occidentale, PUF, Paris 1996, p. 175.
68. Cité par Gilbert Rist, op. cit., p. 20.
91
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
En revanche, le rapport mondial sur le développement humain (1991), publié par le
P.N.U.D. (1991), donne une autre définition du développement :
"Le principal objectif du développement humain - tel que la notion a été définie l'an dernier
dans le premier rapport - est d'élargir la gamme des choix offerts à la population, qui permettent de rendre
le développement plus démocratique et plus participatif. Ces choix doivent comprendre des possibilités
d'accéder au revenu et à l'emploi, à l'éducation et aux soins de santé, et à un environnement propre ne
présentant pas de danger. L'individu doit également avoir la possibilité de participer pleinement aux
décisions de la communauté et jouir des libertés humaines, économiques et politiques." 69
L'ensemble
des
mouvements
de
libération
nationale
ou
révolutionnaire, depuis quelques siècles ont introduit dans leur
manifeste le "développement" comme un moyen pour libérer
l'homme de son ignorance et faire évoluer le niveau de son statut dans
la société. D'une manière générale, ils promettaient à l’homme son
épanouissement et sa créativité. Ils étaient unanimes dans leur
affirmation sur le rôle de "l'homme" en tant qu'acteur principal de
son existence et de la vie de la communauté. Le message de tous ces
mouvements était la libération de l'homme des "dogmes" et des
idéologies dominantes ainsi que sa conduite à la "vérité" et aux
"nécessités" du savoir.
La révolution d'octobre en Russie, la révolution de Mao en Chine, les mouvements
de libération au Vietnam, à Cuba et au Nicaragua, ont tous défini comme leur objectif
premier, d'éliminer la misère, l'injustice et l'inégalité sociale. C'est ainsi que des millions et
des millions d'hommes et de femmes ont adhéré de par le monde et depuis toujours, à ces
mouvements. Nous n'avons aucunement la prétention d'évaluer ici ou d'analyser le niveau
de la "réussite" ou de "l'échec" de ces mouvements qui, chacun à leur époque, et avec des
degrés différents, ont bouleversé les données "géopolitiques" et l'évolution du monde
dans son ensemble. Mais nous souhaitons juste souligner ce désir éternel de "l'homme"
d’évoluer, cette recherche sans limite pour le "progrès", cette volonté d'avancer, de se
libérer des ordres établis par les plus forts et cette formidable tendance de l'homme de
92
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
repousser à chaque étape de son existence les murs de son ignorance afin d'atteindre un
horizon encore plus vaste et plus lointain. C'est cette volonté, ce désir de "l'homme" qui
constitue précisément la base et l'essence de notre définition du "développement".
La réorganisation d’une société, autrement dit le passage d’une civilisation à une
autre, d’un état d’esprit à un autre et cela en vue d'une amélioration sociale, économique,
politique et philosophique constitue le sens fondamental du terme "développement". Ce
concept n’inclut donc pas seulement la croissance économique, la création de l’emploi, la
suppression de la pauvreté, l’égalité des chances, la distribution des richesses entre les
habitants d’un pays d’une manière juste et équitable, la baisse d’inégalité, la baisse de
l’inflation, mais aussi l’abondance des produits, la liberté d’expression et tout le
développement de la société civile. Ces indices font partie du processus du
"développement". En ce sens, le "développement" se présente comme la réorganisation
de toutes les institutions d’une société en s’appuyant sur une nouvelle pensée, un nouveau
savoir acquis par la même société. Le débat ne consiste pas seulement à insister sur la
nécessité et l’importance de la rationalité scientifique, mais aussi à créer les conditions, les
institutions et les organisations, dans lesquelles la science puisse s’épanouir et se
développer. Le principe du " respect de l’homme ", en tant qu’individu libre, par rapport
aux "nobles" ou à la classe "possédante", est acquis par toutes les sociétés
contemporaines, mais le débat actuel repose davantage sur la création d’un
environnement et d’institutions dans lesquelles l’homme puisse se sentir libre et respecté,
et qu’en tant que membre de la société à part entière, il puisse s’épanouir et développer
ses capacités intellectuelles.
Ainsi, dans le processus du "développement", tous les aspects de la vie de l’homme,
aussi bien culturels, socio-politiques et économiques, que ses rapports avec le monde
extérieur et les pays étrangers, doivent être profondément repensés, reconstitués,
reconstruits et réorganisés. Ce passage d’un état à l’autre, d’un système de valeur à l’autre,
s’est opéré pendant la révolution industrielle en Occident. Le système de valeur basé sur
la noblesse, le sang, la propriété foncière et aussi la race, a donné sa place à un autre
système de valeur qui est basé sur l’égalité, la fraternité et la liberté entre les êtres humains.
La légitimité de la noblesse a été remplacée par la légitimité de la pensée, la rationalité et
l’égalité des hommes face aux lois. Car, la science a prouvé que les hommes sont nés
égaux et libre, sans distinction de race, de sang, de gène ou de classe sociale. Ce
changement est accompagné par les nouvelles institutions et organisations de la société
69. Ibid., p. 20.
93
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
qui ne sont en rien ressemblantes aux institutions et aux organisations de la société
ancienne. L’idée de la démocratie, dans la société iranienne, par exemple, est née depuis
un demi-siècle, cette idée a réussi à se répandre à travers l’ensemble des membres de cette
société. Elle se retrouve en ce moment, en contradiction avec les institutions qui survivent
de l’ancien rapport et crée ainsi des conflits au sein de la société. Elle cherche à trouver
une issue pour sortir de cette impasse. Cette population ne peut plus se contenter
seulement de voter, elle revendique le changement d’un état ancien à un état nouveau,
d’une civilisation ancienne à une nouvelle civilisation dans laquelle le respect de la
rationalité et de la science soit garanti, et que les avantages accordés selon le statut social,
l’appartenance à une classe ou à une caste précise soient supprimés. Que la science
remplace la tradition. Cependant, comme la science n’est jamais à l’abri de la perfection,
la société a besoin d’un garde-fou qui puisse en cas de nécessité s’adresser à l’ensemble de
la société pour résoudre les questions qui ne peuvent pas être résolues par la science et la
rationalité. Ce garde-fou, c’est le vote, l’élection et le suffrage universel, c’est l'acte d'élire
et de choisir les élus du peuple pour qu’ils puissent donner leur opinion, librement et sans
avoir peur de trouver des réponses adaptées aux problèmes posés. La signification de ce
vote ne prouve pas forcément la justesse de cette décision issue du vote des représentants
du peuple, mais elle permet l’exécution et la réalisation rapide de telles décisions qui
pourraient bien être modifiées à l’occasion de l’élection d’une nouvelle majorité. Le
"développement" constitue à institutionnaliser cette idée dans ses aspects les plus larges.
Le fondement du "développement" relève de l’existence effective de l’idée d’égalité et de
la préférence pour les discours rationnels comme une condition préalable mais pas
suffisante. Il faut aussi que la société accepte cette idée et que les institutions nécessaires
pour la matérialiser en son sein soient créées en même temps. Pour le cas de la société
iranienne, nous voyons plus de vingt millions d’étudiants scolarisés dans les
établissements scolaires du pays, au niveau du lycée, du collège ainsi qu’un million et demi
d’étudiants dans les établissements universitaires. Plus de 65% de la population de l’Iran
vit aussi dans les villes. Ce sont des réalités incontestables et des paramètres ancrés
profondément dans la société. Rien ne peut plus inverser cette situation. Il est
incontestable aussi que le pays a fait certains progrès en économie depuis cinq décennies,
après la naissance de la société moderne iranienne. Aussi, la construction des routes,
l’installation de l’électricité et des lignes téléphoniques dans plus de trente cinq milles
villages, sont des éléments irréversibles du processus du "développement" de la société
iranienne. Il est évident que les usines peuvent être usées, leurs machines rouillées, mais
94
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
on ne peut pas réduire le nombre des étudiants dans les lycées et les universités, pas plus
qu’on ne peut déplacer les habitants et les obliger à quitter les villes et vivre dans les
villages, ce qui dans l’hypothèse acceptable, représenterait un coût économique
considérable et des conséquences socio-politiques imprévues. Ces populations urbaines,
ces étudiants, les centaines de milliers de professeurs et d’instituteurs, les fonctionnaires
de ces établissements, si on se limite aux catégories de personnes qui composent cette
institution, ont de nouvelles revendications, de nouvelles attentes, que l'ancien système
n'est plus capable de satisfaire. Si nous ajoutons à cette population du milieu scolaire,
d'autres catégories socio-professionnelles de la société, comme les médecins, les avocats,
les ingénieurs, les techniciens des entreprises industrielles ou les cadres des usines, les
informaticiens, les spécialistes de tous genres, dans la téléphonie, et d’autres secteurs de
l’économie, nous pouvons comprendre l’ampleur et l’importance de ces attentes
accumulées depuis des dizaines d’années. Dans les temps anciens, les rapports étaient
simples, limités entre le représentant du pouvoir, le roi, et le reste de la société; le nombre
des acteurs était restreint, l’institution du pouvoir personnalisé, et le rôle se cristallisait
ainsi dans la personne du roi. Mais, dans les temps modernes, nous ne sommes plus
capables de compter le nombre d’acteurs dans la vie d’une société, les rôles sont multiples
et les rapports sont complexes. L’individu perd son efficacité face à cette complexité de la
société et le pouvoir d’une seule personne ne répond plus aux exigences d’une telle
quantité d’information, de spécialisation et de rapport évolutif de notre temps. Les
nouvelles institutions, dans le processus du "développement ", remplacent l’individu, les
institutions juridiques prennent la place de l’autorité suprême. Le processus du
"développement" comprend ainsi ces aspects dans son ensemble. Ce qui a souvent été
négligé dans la phase de transition d’un état à l’autre, d’une civilisation à l’autre, c’est la
réorganisation de la société et des différents rapports existants, les différentes
revendications de la pensée, de la liberté de parole et d’expression, ainsi que du droit à
l’égalité devant la loi. Le processus de "développement" a été généralement pris comme
l’addition d’un ensemble d’indicateurs économiques. Ainsi, les pays "sous-développés"
focalisent leurs développements sur l’aspect physique, matériel et quantitatif de leur
"sous-développement" et non pas sur l’aspect institutionnel de ce problème. Mais cette
manière d’analyse quantitative du phénomène du "sous-développement" correspond à
celle de l’analyse du développement et de l'évolution des pays "développés" par la plupart
des experts en sciences socio-économiques.
95
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Nous allons procéder à une autre méthode pour connaître la nature des causes du
"sous-développement". Nous ne pouvons pas nous empêcher de corréler les racines du
"développement" des pays "développés" au phénomène du "sous-développement" des
pays du Tiers-Monde.
CH.I.2. L'approche néoclassique et libérale du "sous-développement"
La situation économique dans laquelle les pays "sous-développés" se trouvent
actuellement est le produit de l'évolution d'un système socio-économique né en Occident.
Cette situation est la conséquence logique d'un long processus. Elle émerge d'un rapport
indispensable de domination qui s'est établi avec le reste du monde après l'instauration de
rapports réciproques imposés. Ces rapports ont entraîné l'aliénation des sociétés
dominées. Ce sont ces mêmes rapports imposés qui ont déterminé et défini la structure
socio-économique et politique de ces pays.
L'étude des rapports existants entre les pays économiquement avancés de l'Europe de
l'Ouest, de l'Amérique du Nord et du Japon d'une part, et les pays économiquement
"arriérés" du monde d'autre part, a été une des préoccupations primordiales de beaucoup
d'économistes et de sociologues qui souhaitaient, et souhaitent encore, faire comprendre
(ou comprendre eux-mêmes) la nature de la dynamique du phénomène appelé "sousdéveloppement", phénomène qui n'est en fait qu'une des conséquences de ces mêmes
rapports.
Selon Hla Myint, le qualificatif "sous-développé" s'appliquant aux ressources dont
dispose une économie, désigne "une déviation par rapport à l'optimum dans l'allocation des
ressources existantes entre des usages alternatifs, et le qualificatif d'arriéré s'applique aux hommes, un
peuple arriéré (black ward), est celui dont les membres sont d'une qualité médiocre en tant qu'agent de
production." 70
Une définition directe présente le sous-développement comme une situation dans
laquelle les caractéristiques économiques, sociales, politiques et culturelles d’un pays
l’empêchent d’assurer à sa population la satisfaction de ses besoins vitaux ou
fondamentaux.
70.Hla Myint, "La théorie économique spatiale et les principes de la politique régionale" cité in
Fressinet Jacques, Concept du sous-développement, Ed. Moutons, Paris 1966.
96
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
D’après J. Viner : "les premières conditions d’une productivité élevée…sont que les masses
populaires soient alphabétisées, en bonne santé et suffisamment bien nourries."71 Le développement
est alors un processus cumulatif, puisqu’il permet une amélioration des capacités
humaines, et donc une hausse de la productivité favorable à la croissance.
Au contraire, le sous-développement est " un gaspillage, une destruction des
capacités humaines… un état auto-entretenu d’insatisfaction des besoins fondamentaux ", 72
selon P. Guillaumont.
Une autre distinction est introduite par Francesco Vito. Pour lui, les raisons du sousdéveloppement se trouvent dans les sociétés elles-mêmes. Comme toutes les civilisations
du monde, certains pays ont su créer à un moment de leur histoire un processus de
développement et un niveau de bien-être, puis par la suite, sous l'action de facteurs
internes ou externes, ils sont tombés dans la voie du déclin73.
Cette approche de Vito a cet avantage qu'il accepte en tout cas que "les pays "sousdéveloppés" sont parvenus lors d'une étape de leur évolution historique à un certain degré de bien-être” et
que “sous l'action de facteurs internes ou externes"74, ils sont donc en "déclin". Ce que certains
économistes libéraux réfutent d’emblée, en soutenant que ce phénomène de « sousdéveloppement » existe depuis leur création. Mais encore une fois, cette analyse de Vito
insiste sur l'aspect économique du phénomène du "sous-développement". Il
n'approfondit malheureusement pas son analyse en montrant le fond et la racine de ce
"cercle vicieux de la misère". Il se contente de présenter ces pays dont l'économie est
"déprimée" séparément de ceux dont l'économie est "avancée" et sans préciser la nature
des rapports bilatéraux qui existent entre ces deux mondes.
CH.I.3. Les cercles vicieux du "sous-développement"
Toutefois, Vito n'est pas le seul à se limiter à la seule dimension et à la seule
description des "faits" et des "résultats" engendrés par le "sous-développement". Le
concept des "nations pauvres" et des "nations riches" qui avait cours jusqu’en 1950,
soulignait explicitement les "cercles vicieux du sous-développement". Ragnar Nurske, en
71. Ibid.
72. Ibib.
73. Ibid.
74. Ibid.
97
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
1953, a justement mis en évidence le caractère auto-entretenu du sous-développement en
présentant des cercles vicieux de la pauvreté et de la stagnation. Le sous-développement
s’entretient de lui-même car les pays pauvres ne peuvent sortir d’une série de cercles vicieux
que l’on peut schématiser de la manière suivante :
1) Pauvreté ?
Faibles revenus ?
Faible épargne ?
Faible investissement?
Faible productivité ? Peu de capital
2) Pauvreté ? Faible productivité ? Faibles revenus ? Alimentation insuffisante
3) Pauvreté ?
Faibles revenus ?
Demande faible ?
4) Pauvreté ?
Basse productivité ?
Marchés étroits
Faibles investissements ?
Manque de
débouchés
La rupture de ces cercles vicieux peut être provoquée, selon Nurske, par un apport
de ressources extérieures. Cet apport va permettre d’accroître le stock de capital technique
et la productivité, et donc les revenus et la demande, et par là, l’investissement interne,
engageant ainsi les pays sur la voie du développement économique.
Cette analyse peut difficilement être considérée comme une explication du sousdéveloppement, car elle revient à dire : ces pays sont sous-développés parce qu’ils sont
pauvres ou inversement. Il s’agit plutôt d’une explication des difficultés du démarrage
dans le contexte des pays les plus pauvres du Tiers-Monde.
L'enchaînement des facteurs est bien connu:
"Un pays sous-développé est un pays dont le revenu est faible, un revenu faible entraîne une épargne
faible, d'où une possibilité réduite d'investissement de capitaux. Elle est absorbée par les besoins de
l'amortissement. Alors la création d'un capital nouveau est nulle ou très faible, et la production ainsi que
le revenu sont maintenus à un niveau initial très bas."75
Ou encore: "La faiblesse des revenus entraîne la faiblesse de la consommation, la production ne
trouvant que des débouchés réduits, l'incitation à investir est faible, et la demande des capitaux étrangers
également, donc la production sera faible ainsi que les revenus " 76.
Selon cette hypothèse, si un pays est pauvre, il a toutes les chances de le rester. C'est
à partir de ces constatations que s'impose la nécessité d'investissements de capitaux
75. Raymond Barre, "Le développement économique, analyse et politique" , pp.18-21, Paris, 1958, in : Le
cercle vicieux de la pauvreté.
98
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
étrangers et d'emprunts à des banques multinationales. Cela implique que les pauvres,
désirant sortir de leur situation de pauvreté, doivent obligatoirement recourir à l'aide
extérieure et donc s'endetter et devenir plus pauvres encore. La solution proposée par
Nurske semble n'en être pas une.
Cette thèse attribue la cause de "sous-développement" à des problèmes purement
internes des pays "sous-développés". De cette vision de l'histoire découle une
problématique du développement commune aux auteurs des courants libéraux, qui restent
cependant divisés sur la nature et les causes du retard historique : spécialisation
internationale insuffisante pour les libéraux orthodoxes (Hecksher-Ohlin-Samuelson),
théorie des "cercles vicieux" du sous-développement ou de la pauvreté pour les néokeynésiens (Ragnar, Nurske) et du "processus cumulatif" (à effet progressif ou régressif)
de Gunnar Myrdal, dualisme chez A. Lewis (secteur moderne et traditionnel qui accélère
le transfert massif de main-d'œuvre de l'agriculture vers l'industrie), voir trialisme avec P.
Hugon ajoutant un troisième secteur "oligopolistique"77 ou encore croissance industrielle
(théorie de Paul Rosenstein-Rodan) en tant qu’elle déclenche le "décollage" global de la
société vers l'ère industrielle (la troisième étape dans la fameuse théorie du développement
en cinq étapes de Walt Whitman Rostow)78. Des économistes comme le social-démocrate
suédois Gunnar Myrdal, proposaient de convertir la croissance économique en
développement social équitable. Ils appelaient ainsi à l'émergence, dans le Tiers-Monde,
des États redistributeurs sur le modèle des États providence naissants en Occident.
"Par ailleurs et plus nettement que A. Lewis, G. Myrdal prend en compte non seulement l'existence
de considérations extra économiques qui affecteraient les lois du marché, mais postule que les facteurs
économiques et non économiques ne peuvent être séparés. En particulier il met sur le même plan les forces
76. Gaston Leduc, Le développement et ses problèmes, rapport du congrès des économistes de langue française, 1951, La
Revue d'économie politique, n° 1, pp. 133-189.
77. Cité in : Sciences sociales et développement, par André Guichaoua, Yves Goussault, Armand Colin, Paris, 1993,
p.20.
78. W.W. Rostow., The stage of Economic Growth, A non Communist Manifeste, Cambridge University Press,
1962. traduit en Français sous le titre Les étapes de la croissance économique, Paris, le Seuil, 1960. Pour une
critique consistante des différents aspects de ces théories, voir notamment la critique sévère à la quelle
Gunder Frank soumet Rostow, Gerschenkron, etc. dans : le développement du sous développement, Maspéro, pp.
37-48.
Frank insiste notamment sur une présentation de la carrière de Rostow :
"... il a défini ces étapes alors qu'il se trouvait au center for international studies on the Charles River - qui est financé par la
CIA - et il les a rendus opérationnels sur les bords du Pothomac en tant que directeur de politique générale et de planification
(director of policy and planning) du président Kennedy auprès du département d'Etat (ministère des affaires étrangères) et en sa
qualité de principal conseiller du président Johnson pour le Vietnam. C'est au nom de la croissance économique Vietnamienne
que Rostow est devenu le principal architecte de l'escalade du Napalm dans le sud, des bombardements dans le nord et ainsi de
suite."
99
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
et les éléments du contexte politique lorsqu'il analyse la neutralisation des effets de propagation par les
effets de remous." 79
Mais lorsqu'il parle des réformes politiques radicales, ces dernières se sont limitées à
la lutte contre la corruption, et il n'est jamais question des réformes institutionnalisées qui
pourraient déboucher sur une responsabilisation mutuelle de l’État et du citoyen. Pour lui
un État fort, non corrompu, centralisé était indispensable pour mener à bien ces réformes
politiques radicales. L'histoire récente des pays concernés, démontre l'irréalisme de cette
théorie. Ces économistes libéraux, la plupart anglo-saxons, attribuaient aux États des pays
sous-développés un rôle d'allocation efficiente des investissements dans une économie
ouverte. Ils recommandaient un interventionnisme étatique accru dans un secteur
industriel protégé. L’idée centrale était que les États du Tiers-Monde devaient privilégier
un investissement public volontariste et sélectif en faveur des secteurs industriels jugés les
plus stratégiques en termes de retombées économiques: on parla alors d'effets
d'entraînement (Albert Hirschman), de pôles de croissance (François Perroux) et
d’industries industrialisantes (Gérard de Bernis). Quant à l'attitude à adopter vis-à-vis du
marché mondial, ce développement industriel planifié fut la plupart du temps conçu
comme une conquête prioritaire du marché intérieur par des politiques de substitutions
d'importations (influence des thèses de Paul Prebisch).
Sur le fond d'un interventionnisme teinté de socialisme planificateur, un économiste
comme Paul Baran allait jusqu’à préconiser l'appropriation et la rentabilisation par l'État,
du "surplus économique" existant à l'état potentiel dans les économies sous-développées
(ressources du sol et du sous-sol, investissements étrangers) grâce à une vigoureuse
politique de nationalisation de ces secteurs productifs stratégiques.80
Les stratégies les plus interventionnistes qui eurent la faveur des États du TiersMonde (en tout cas des États les plus influents dans le leadership idéologique des pays
non alignés) ont été mises en œuvre. Entre autre, la planification économique algérienne
allait ainsi s'inspirer de la théorie de l'industrie industrialisante, comme d'ailleurs une
version indienne de celle-ci (modèle de croissance de Mahlalanobis) qui orienta le second
plan quinquennal de l'Inde (1956-1961) tandis que les nationalisations des ressources du
sous-sol voire des intérêts occidentaux (l'industrie pétrolière en Iran par Mossadegh,
Premier ministre nationaliste de l'Iran entre 1950-53 et canal de Suez en Egypte par
79. Guichaoua André, Goussault Yves, Sciences sociales et développement, Armand Colin, Paris 1993, p. 20.
80. La Revue "Problème économique", n° 2587 , novembre 1998.
100
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Nasser) se répandaient d'un État à l'autre du Moyen-Orient. L'exemple de la création des
pôles de développement industriel au Venezuela, au Mexique, au Brésil et dans d'autres
pays d'Amérique latine et en Iran, en Afrique (l'Algérie de l'époque Boumediene81) et en
Asie du Sud est significatif. Selon certains économistes, ces centres devaient stimuler
spontanément le développement des zones "sous-développées". Sur la base de ce
raisonnement, dans beaucoup de pays "sous-développés", un certain nombre de projets
gigantesques furent réalisés avec l'aide financière des pays "développés". Le barrage de
Dez en Iran, le barrage d'Assouan en Égypte et celui du Zambie sont des exemples qui
méritent d'être étudiés pour leur "utilité" et les effets qu'ils apportèrent au développement
de ces pays.
D'autres experts insistent sur les raisons socio-culturelles du phénomène du "sousdéveloppement". Ainsi, proposent-ils des réformes dans ces domaines. Les années
soixante, dans certains pays "sous-développés", sont marquées par les réformes agraires
baptisées sous le nom de "révolution verte". Les modèles proposés sont basés sur des
réformes et des changements qui ne tiennent pas compte des structures socio-politiques
et culturelles de ces pays.
A partir de la fin des années cinquante, nous remarquons un net changement dans la
définition du "sous-développement" chez les experts et chercheurs de sciences
économiques. Peu d'entre eux persistent à enfermer ces pays dans le cercle vicieux de la
pauvreté. Des éléments décisifs sont intervenus qui sont pour beaucoup à l'origine de ce
changement d'attitude et de ton : la nécessité d'élargir et de développer le marché, et le
rôle joué par les investissements massifs de capitaux dans certains pays d'Asie du Sud
(exemples : Corée du sud, Malaisie, Singapour, Indonésie, etc.), et l'Amérique latine (Chili,
Argentine) selon un modèle "tout à l'exportation". Cette politique menée par les ÉtatsUnis était inspirée par le souci de lutte contre le communisme et pour contrebalancer
l'influence de l'ex-Union soviétique pratiquée via Cuba en Amérique latine et après la
victoire du Vietnam en Asie du Sud en 1973. D'après le secrétaire d'Etat à la Défense
américain de l'époque, McNamara, le Sud Vietnam était considéré comme "la pierre
angulaire dans la lutte contre l'expansionnisme du communisme". Mais à partir de la fin de la guerre
du Vietnam jusqu'à l'effondrement de l'Union soviétique, la stratégie de lutte contre le
communisme change d'une manière radicale et elle ne sera plus une offensive frontale. Ce
changement consiste à aider économiquement les pays qui représentent un intérêt
81. Lire le chapitre 4 : "Des voies divergentes de développement industriel" du livre Le Tiers-Monde de
Bernard Chantebout, Armand Colin, Paris 1986, pp. 121-134.
101
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
géopolitique pour l'Occident et à créer un dynamisme de croissance économique pour
que le danger d'un mouvement révolutionnaire soit écarté à jamais. Les investissements
étrangers, la privatisation massive de tous les secteurs économiques ainsi qu’une aide
financière par les organismes financiers internationaux, (le Fond Monétaire International,
et la Banque Mondiale) ont été les éléments décisifs de cette stratégie.
Les composantes du modèle économique instauré en Asie du sud et en Amérique
latine depuis le milieu des années 70 sont ainsi fondées sur cette politique, à savoir sur
l'exportation, l'ouverture sur l'extérieur, un investissement massif des étrangers et une
épargne élevée, une gestion stricte des finances publiques, et une croissance forte et
régulière. Il faut souligner que ces investissements ont provoqué une évolution
considérable dans la structure économique et socio-politique de ces pays (nous
reviendrons sur ce sujet par la suite)
CH.I.4. Le Self Relient ou le développement endogène
Des thèses beaucoup plus réformistes ont vu le jour dans les années soixante-dix.82
L'une d'elles, inspirée du modèle chinois et se référant aux facteurs de l'écologie, met
l'accent sur la participation des populations concernées et est fondée sur la satisfaction
des "besoins fondamentaux" de la population entière, sur la self-reliance, sur "l'harmonie
avec la nature" et sur "les changements structurels". C'est dans un tel contexte que la
nouvelle conception pour "une autre voie de développement" est apparue dans la
littérature concernant les problèmes du "Tiers-Monde". Elle s'exprime sous le vocable de
self-reliance ou "développement endogène" ou encore "éco-développement".
En 1975, un rapport généralement plus connu par le titre sous lequel il a été diffusé:
"Que faire?" parle d'un "développement endogène" 83, il considère le "développement " comme un
tout - et non pas simplement comme un processus économique - qui doit être endogène,
c'est-à-dire surgir du for intérieur de chaque société. Il naît de la culture et ne se réduit pas à
l'imitation des sociétés développées. Il n'y a donc pas de formule universelle de
"développement". Deuxièmement:
82. Gilbert Rist, Le développement, Histoire d'une croyance occidentale, Presses de Sciences politiques, 1996, pp. 229-277.
102
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
" il doit être tourné vers la satisfaction des besoins essentiels des populations les plus pauvres, pour y
parvenir, celles-ci devront compter d'abord sur leurs propres forces. Troisièmement, il faut reconnaître que
la situation actuelle est liée à des structures d'exploitation qui ont leur origine dans le Nord, mais qui sont
relayées au Sud par des classes dirigeantes qui sont à la fois “ complices et rivales” des privilégiés des pays
industrialisés. L'aide internationale doit donc être accordée en priorité aux États qui s'engagent à corriger
les inégalités internes et elle doit être refusée à ceux qui ne respectent pas les droits de l'homme.
Quatrièmement, le "développement" doit tenir compte des limites écologiques, liées aux systèmes sociaux et
technologiques. Par conséquent, les pays du Nord doivent transformer leurs styles de vie afin de réajuster
leurs économies et les orienter dans le sens d'une plus grande justice dans les relations commerciales
internationales. Enfin, le système des Nations Unies doit être profondément modifié pour tenir compte des
profondes transformations politiques survenues depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Son
fonctionnement devra être allégé et décentralisé pour servir une coopération internationale renouvelée dont
les ressources additionnelles pourraient provenir d'une taxe sur les revenus du patrimoine de l'humanité (et
notamment les fonds marins) et d'une réaffectation des dépenses militaires." 84
(Exemple: le cas des villages Ujama en Tanzanie, les projets réalisés dans certaines
régions de l'Inde sur la base d'auto-suffisance" en énergie (bio-gaz) et le projet de
développement endogène d'Alashtar, en Iran (1974-1979). Les critères de ce choix ne sont
plus le P.N.B. ou le taux de croissance.
CH.I.5. L'approche marxiste du "sous-développement"
Nous allons examiner maintenant "les courants dépendantistes", "l'école de la
C.E.P.A.L."85 et enfin les "tendances marxistes", en particulier les approches des "néomarxistes" des années cinquante jusqu'à nos jours86. Il s'agirait ici de présenter les "grandes
83. "La déclaration de Cocoyac", proclamée à l'issue d'un colloque organisé conjointement par la
C.N.U.C.E.D. et le P.N.U.E. au Mexique du 8 au 12 octobre 1974 et publiée dans Développement et Dialogue,
2, 1974, pp. 88-96.
84. Gilbert Rist, Le développement, Histoire d'une croyance occidentale, Presses de Sciences politiques, 1996, pp.252257.
85. Commission Economique pour l’Amérique Latine créée par les Nations unies en 1958.
86. On pourra se reporter aux divers ouvrages récemment publiés et consacrés à cette question, parmi
lesquels sont particulièrement intéressants à consulter: Christian Comelian, Les Relations Nord-Sud, La
Découverte, Paris 1991, 124p.; Elsa Assidon, Les Théories économiques du développement, La Découverte, Paris
1992, 124 p.; André Guichoua, Yves Goussault, Sciences sociales et développement, Arman Colin, Paris,1993, 190
p.; Catherine Choquet, Olivier Dollfus, Etienne Le Roy et Michel Vernières, Etat des savoirs sur le
103
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
lignes" des courants, qui ont tenté de proposer des réponses depuis maintenant cinq
décennies, à la question suivante: comment peut-on éliminer la pauvreté et la souffrance qui
en découle, dans tous ses aspects (physique, moral et spirituel)?
La première étude importante d’inspiration marxiste parue après la guerre sur les pays
sous-développés a été celle de Paul Baran, publiée en 1957. Sa thèse consistait à dire que la
principale cause du sous-développement contemporain résidait dans le transfert du surplus
économique des pays pauvres vers les pays riches, thèse reprise par de nombreux adeptes de
la dépendance. On a souvent estimé, du côté des économistes non marxistes, que le concept
de transfert international du surplus économique constituait l’apport principal du marxisme à
la réflexion sur le développement dans la période d’après-guerre. Par ailleurs, ces auteurs
attribuent souvent aux marxistes la thèse selon laquelle les pays capitalistes riches sont
responsables de la pauvreté et du sous-développement du Tiers Monde.
Concernant Marx lui-même, nous savons qu'il a relativement peu écrit
sur les régions sous-développées du monde. Ses principales notes
portent essentiellement sur des pays "en développement" actuels, et
à une critique de ce qu’il appelait le "mode de production asiatique"
(en Inde et en Chine, il notait la stagnation des organisations sociales
autochtones et son effet de freinage sur l’évolution historique de ces
pays) ainsi qu’à certaines observations sur le rôle des colonies dans le
développement du capitalisme en Europe. Sur ce dernier point, il
soulignait l’importance de "l’accumulation primitive", c’est-à-dire du
pillage des richesses qui, notamment en Amérique latine, stimulait la
demande de produits manufacturés des puissances coloniales et
donnait une impulsion très importante à l’industrialisation et à
l’accumulation capitalistes en Europe (notamment en GrandeBretagne). Par ailleurs, il mettait en évidence l’exportation par
l’Europe vers les colonies de produits manufacturés faisant
concurrence, souvent à meilleur prix malgré des frais de transport
développement. Trois décennies de sciences sociales en langue française, Karthala, Paris 1993, 229 p.; Gilbert Rist, Le
développement. Histoire d'une croyance occidentale, Presses des Sciences politiques, Paris 1996, 427p.
104
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
élevés et des coûts de main-d’œuvre bien supérieurs, à l’artisanat local
handicapé par l’emploi d’équipements rudimentaires.
Tout en condamnant les méthodes brutales et l’hypocrisie du colonialisme, Marx le
considérait comme un facteur de progrès dans la mesure où il détruisait les structures précapitalistes, il augmentait les forces productives et opérait une socialisation du travail. Il
considérait même le colonialisme comme une étape nécessaire au développement des
sociétés attardées. Il pensait aussi que le capitalisme reproduisait dans toute société où il
pénétrait son dynamisme et sa capacité d’expansion, sur le modèle de ce qui se passait
sous ses yeux aux Etats-Unis et qui allait se produire, selon lui, en Inde. Les pays attardés
souffraient, à son sens, "non seulement du développement de la production capitaliste mais aussi du
caractère incomplet de ce développement ". Sa conclusion étant que "le pays plus développé sur le plan
industriel fournit seulement au pays moins développé l’image de son propre avenir."
Ce n’est qu’à la fin du XIXème siècle et surtout au début du XXème siècle que l’analyse
marxiste de la dynamique du capitalisme a été élargie au concept d’impérialisme, c’est-àdire d’impérialisme capitaliste. C’est alors que les marxistes ont porté leur attention sur les
questions du développement capitaliste dans les sociétés moins développées et de
développement inégal, c’est-à-dire de la coexistence de phénomènes de développement et
de sous-développement à l’échelle mondiale.
Les théoriciens "classiques" de l’impérialisme, notamment Lénine, ont continué,
comme Marx, à considérer l’expansion du capitalisme essentiellement comme un facteur
de progrès pour les sociétés pré-capitalistes. Ils ont toutefois mis en lumière les difficultés
que présentait une industrialisation " à retardement ", soulignant le rôle ambigu joué par le
capital étranger dans les économies sous-développées et la capacité considérable de survie
dont y faisaient preuve des structures pré-capitalistes. Certains auteurs ont nuancé
l’analyse marxiste en signalant les limites imposées au développement du capitalisme dans
les pays moins développés par les impératifs des pays avancés.
Le premier retournement, en ce qui concerne les effets de l’impérialisme sur le
développement des sociétés pré-capitalistes a été l’œuvre d’Otto Kuusinen en 1928, lors
du 6ème congrès mondial du Komintern. Il y a fait valoir que les progrès attendus du
capitalisme dans les pays colonisés et "semi-colonisés" ne s’y manifestaient pas, en dépit
de l’augmentation des investissements étrangers. Selon lui, "le pouvoir impérialiste dominant,
lorsqu’il a besoin d’un appui au sein de la société, s’allie d’abord et surtout avec les classes dominantes de
l’ancien système pré-capitaliste, à savoir la bourgeoisie féodale de négociants et de prêteurs d’argent, contre
la majorité du peuple."
105
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
En insistant sur l'interventionnisme économique qui aggrave la
pauvreté des sociétés des pays sous-développés, Kuusinen procède à
un retournement de la position marxiste "classique", selon laquelle
l’expansionnisme capitaliste constituait le seul facteur de progrès pour
les économies sous-développées. Cette nouvelle position marxiste a
donné lieu à "l’école du sous-développement". Cette école incluait
Baran, le courant du développement du sous-développement, le
courant de l’école de la dépendance et les théoriciens de l’échange
inégal.
Kuusinen a émis l’idée d’un développement inégal à l’échelle globale, en observant
que l’impérialisme britannique entravait le développement industriel de l’Inde. Il soutenait
que dans le système capitaliste, "le développement de certains pays s’effectue au prix de la souffrance
et de la misère des peuples de certains autres pays " et que " la colonisation rendait possible le
développement rapide du capitalisme en Occident.. "
L’analyse de Kuusinen concernant les obstacles au processus d’industrialisation des
économies moins développées créées par l’impérialisme mettait l’accent sur l’alliance
formée par le capital étranger à la recherche d’un appui local avec les élites traditionnelles
qu’il appelait les "oligarchies féodales". Selon lui, cette alliance entre impérialisme et
féodalisme empêchait la naissance d’une "bourgeoisie nationale."
Cette thèse, qui a guidé nombre de partis communistes du Tiers-Monde, impliquait
du point de vue politique, que le combat contre le féodalisme constituait un stade
nécessaire de toute stratégie progressiste. Cela impliquait souvent la constitution de larges
alliances visant à promouvoir des "révolutions bourgeoises nationales". Mais dans les pays
politiquement indépendants (notamment en Amérique latine), la capacité de
développement de la bourgeoisie nationale naissante était souvent considérée aussi
comme dépendante de son aptitude à s’affirmer politiquement face à l’alliance
"impérialisme-féodalisme".
Pendant les années 70, l’école du sous-développement a fait l’objet de sévères
critiques de la part des marxistes dont les thèses étaient plus proches des positions
"classiques" de Marx et de Lénine. De plus, ces années ont été marquées par des
changements considérables de l’économie mondiale. En effet, dans la région de
l’O.C.D.E., la croissance soutenue a cédé la place à une croissance ralentie, à l'inflation, au
chômage.
106
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Dans le contexte Nord-sud, la compétition croissante entre les pays de l’O.C.D.E. 87
pour l’accès aux marchés et aux matières premières a entraîné une évolution des termes de
l’échange dans l’ensemble favorable aux pays moins développés. Dans le Tiers-Monde, on
enregistrait même une accélération de 20 % du taux de croissance du P.I.B. dans les
années 70 alors que l’O.C.D.E. enregistrait une chute de plus de 30 % .
C’est dans ce contexte qu’a eu lieu le second retournement qui consistait à considérer
aussi les facteurs internes comme des causes de l'exploitation dans les pays du TiersMonde et non pas uniquement les facteurs externes qui sont, il est vrai, une cause
fondamentale. Ainsi cette nouvelle position avançait le fait que l'exploitation des pays
sous-développés ne pouvait pas se réaliser sans des appuis et des relais du profit
capitalistique au sein de ces différentes sociétés. Cette nouvelle approche montrait des
causes multi-dimensionnelles de sous-développement. On peut résumer la critique néomarxiste de l’école du sous-développement en deux points essentiels :
L’école du sous-développement est ainsi critiquée pour avoir trop souligné les causes
externes du sous-développement se basant sur une insistance excessive de l’extorsion du
surplus comme cause principale du sous-développement moderne. Les critiques marxistes
ne niaient pas leur existence mais considéraient qu’il ne fallait pas exagérer leur rôle dans
le développement inégal. Pour eux, les causes principales résidaient dans les structures
internes de classes qui retardent ou bloquent le développement des forces productives.
L’école du sous-développement présente le capitalisme comme incapable de
développer les forces productives dans l’ensemble du Tiers-Monde, parce qu’il en prélève
les surplus. La stagnation du Tiers Monde est donc considérée comme un corollaire
inévitable de l’accumulation dans le pays développé. Pour les adversaires de cette
approche, les filiales de sociétés multinationales souvent associées au capital local à travers
des entreprises mixtes et les entreprises publiques locales jouent à l’heure actuelle un rôle
clé dans le développement du capitalisme dans le Tiers-Monde.
Mais en ce qui concerne les chercheurs marxistes, le point de départ de leurs études
se trouve dans les écrits de Marx et Engels sur le rôle joué par les pays d'Afrique,
d'Amérique et d'Asie dans le processus de l'accumulation primitive du capital qui, au
XVIème siècle, se développait dans les sociétés de l'Europe de l'Ouest ainsi que dans leur
appréciation des différents types de relations qui en résultaient entre les pays devenus plus
87. O.C.D.E. : Organisation de Coopération de Développement Economique des pays industrialisés.
107
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
tard les pays développés de l'Europe d'une part, et les sociétés d'Afrique, d'Amérique et
d'Asie d'autre part.
De là, nous pouvons passer à l'ère du colonialisme et aux modèles
économiques qui résultèrent des rapports existant entre, d'un côté,
l'Angleterre qui était à l'époque le pays capitaliste le plus développé
du monde et, de l'autre côté, la Chine, l'Inde et l'Irlande.
L'appréciation de ces modèles économiques et de leurs effets sur le développement
économique (capitaliste, pour être plus précis) de chaque pays du monde dans le contexte
de la division internationale du travail, est devenue si importante pour Marx et Engels,
qu'ils la tiennent pour essentielle afin de permettre l'avancement de la révolution socialiste
en Europe.
Les conditions préalables à l'apparition du capitalisme et par la suite à sa
prédominance sur le mode de production féodal, peuvent se résumer à deux processus
intervenant simultanément :
1- Expropriation des paysans de leurs moyens de production et de subsistance qui
aboutit à la transformation d'une masse considérable de la population en "travailleurs
salariés".
2- Accumulation d'une masse de capital qui n'est pas en soi basée sur le capital mais
qui néanmoins le réalise progressivement.
C'est ce processus que Marx désigne sous le nom "d'accumulation primitive du
capital". L'analyse que fait Marx de l'accumulation primitive repose sur l'apparition à
l'échelle universelle d'une situation favorable à l'accumulation capitaliste, mais qui ne présuppose pas l'existence du mode de production capitaliste.
Sans une accumulation à très grande échelle, le capital est condamné à rester enfermé
dans des opérations mercantilistes. Mais les innovations dans les domaines des sciences et
de la technologie appliquées à la navigation ainsi que la montée du pouvoir des Étatsnations européens, ont fourni les conditions objectives conduisant à leur expansion à
l'étranger, au-delà des frontières de l'Europe. C'est ainsi que s'est constituée la base de
l'accélération du processus de l'accumulation primitive du capital.
Il n'est pas indispensable aujourd'hui d'être marxiste pour admettre certains faits
historiques indéniablement confirmés par les historiens sur l'atrocité des actes des
"conquistadores" lors de la découverte des nouveaux continents :
108
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
"La découverte des contrées aurifères de l'Amérique, la réduction des indigènes en esclavage, leur
enfouissement dans les mines ou leur extermination, les commencements de conquête et de pillage aux
Indes orientales, la transformation de l'Afrique en une sorte de varenne commerciale pour la chasse aux
peaux noires, voilà les procédés idylliques d'accumulation primitive qui signalent l'ère capitaliste à son
aurore."88
Dans une note de chapitre XXVI du Capital, Marx décrit l'étranglement de
l'accumulation primitive en Italie comme le résultat de son incapacité à affirmer sa
suprématie commerciale sur le marché mondial.
"En Italie, où la production capitaliste s'est développée plutôt qu'ailleurs, le féodalisme a également
disparu plutôt. Les serfs y furent, de fait, émancipés avant d'avoir eu le temps de s'assurer d'anciens droits
de prescription sur les terres qu'ils possédaient. Une bonne partie de ces prolétaires, libres et légers comme
l'air, affluaient dans les villes, léguées pour la plupart par l'empire romain, et que les seigneurs avaient de
bonne heure préférées comme lieux de séjour. Quand les grands changements survenus vers la fin de XV
siècle sur le marché mondial, dépouillèrent l'Italie septentrionale de sa suprématie commerciale et
amenèrent le déclin de ses manufactures, il se produisit un mouvement en sens contraire, les ouvriers des
villes furent refoulés en masse vers les campagnes, où, dès lors, la petite culture, exécutée à la façon du
jardinage, prit un essor sans précédent." 89
La phase mercantile du développement capitaliste et sa prédominance à l'époque en
question, sur la phase industrielle, exige une augmentation du volume de la circulation des
produits dans les circuits du commerce international. Cela à son tour avait entraîné la
chasse aux esclaves en Afrique et leur déportation vers le Nouveau Monde dans le but
d’être exploités d'abord dans les mines et ensuite dans les plantations.
L'expansion du commerce mondial, la croissance du profit, et le développement du
capital incitaient l'accélération postérieure du processus de l'accumulation primitive du
capital. En conséquence, le développement du capitalisme en Europe s'est fait au prix de
l'exploitation massive des ressources humaines et naturelles des pays économiquement
moins avancés du monde, et cela au moyen de l'emploi de la force brutale et la
perpétuation de crimes et d'atrocités contre les populations aborigènes.
88. K. Marx, Le Capital, livre 1, p. 557.
89. Ibid., p. 688, Notes du chapitre XXVI.
109
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Marx en citant W. Howitt, un spécialiste du christianisme qui a écrit sur le système
colonial, exprime ainsi ses propres sentiments sur le colonialisme :
"Les barbaries et les atrocités exécrables perpétrées par les races soi-disant chrétiennes, dans toutes les
régions du monde et contre tous les peuples qu'elles ont pu subjuguer, n'ont de parallèle dans aucune autre
ère de l'histoire universelle, chez aucune race si sauvage, si grossière, si impitoyable, si éhontée qu'elle
fut."90
Marx poursuit cette discussion en citant comme exemple le cas de Java où le
capitalisme hollandais s'engage dans une véritable chasse à l'homme :
"L'histoire de l'administration coloniale hollandaise et la Hollande était au XVIIème siècle la
nation capitaliste par excellence - nous montre une suite de meurtres, de trahisons, de corruption et de
bassesses qui ne sera jamais égalée.
"Rien de plus caractéristique que leur système d'enlèvement des indigènes des Célèbes, afin de se
procurer des esclaves pour Java. Ils avaient un personnel spécialement entraîné à ce rapt d'un genre
nouveau. Les principaux agents de ce commerce étaient le ravisseur, l'interprète et le vendeur, et les
principaux vendeurs étaient des princes indigènes. La jeunesse enlevée était enfouie dans les cachots secrets
de Célèbes jusqu'à ce qu'on l'entassât sur les navires esclaves." 91
Il poursuit en citant un rapport officiel: "La seule ville de Mahassor, par exemple, fourmille
de prisons secrètes, toutes plus horribles les unes que les autres, remplies de malheureux, victimes de
l'avidité et de la tyrannie, chargés de fers, violemment arrachés à leurs familles."92
Les conséquences économiques du pillage des sociétés "sous-développées" du
monde sont de toute évidence la destruction, la dévastation et le dépeuplement. La
population de Banywangi, une province de Java où ont été recensés en 1750 plus de
quatre-vingt mille habitants, n'en comptait plus que huit mille en 1811.
L'Inde en est encore un autre exemple :
90. Ibid., pp. 557-58.
91. Ibid., p. 558.
92. Ibid., p. 558.
110
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
"La compagnie anglaise des Indes obtint, outre le pouvoir politique, le monopole exclusif du
commerce du thé et du commerce chinois dans son intégralité, ainsi que celui du transport des marchandises
d'Europe vers l'Asie et d'Asie en Europe. Toutefois le cabotage et la navigation entre les îles, de même
que le commerce à l'intérieur de l'Inde, furent concédés exclusivement aux employés supérieurs de la
compagnie. Les monopoles du sel, de l'opium, du bétail et d'autres denrées, étaient des mines inépuisables
de richesse. Les employés fixant eux-mêmes les prix, écorchaient à discrétion le malheureux hindou. Le
gouvernement central prenait aussi part à ce commerce. Ses favoris obtenaient des adjudications telles que,
plus forts que les alchimistes, ils faisaient de l'or avec rien. De grandes fortunes poussaient en vingt-quatre
heures, comme des champignons, l'accumulation primitive s'opérait sans un liard d'avance. D'après une
liste présentée au parlement, la compagnie et ses employés extorquèrent aux indiens, de 1757 à 1760 sous
la seule rubrique de dons gratuits, une somme de six millions de livres sterling. De 1769 à 1770, les
Anglais provoquèrent une famine artificielle en achetant tout le riz et en ne consentant à le revendre qu'à
des prix fabuleux." 93
Ce rapport inégal qui avait été maintenu et perpétué par l'emploi de la force (armée
coloniale) avait été instauré pour répondre aux besoins de cette phase du développement
du capitalisme européen. D'après Marx : "Les trésors directement extorqués hors de l'Europe par
le travail forcé des indigènes réduits en esclavage, par la concussion, le pillage et le meurtre, refluaient vers
la mère patrie pour y fonctionner comme capital."94
L'expansion des marchés extérieurs, les usines des pays européens, surgissaient
partout comme des champignons. C'est précisément en ce même moment que
s'achevaient les grandes découvertes technologiques et scientifiques. L'économie
européenne était en plein épanouissement. La suprématie commerciale de l'Europe a
ouvert la voie à sa suprématie industrielle.
Parmi tous les pays les cas de l'Irlande et de l'Inde sont les plus frappants.
Marx remarque qu'en Irlande de 1783 à 1801 "l'industrie prospéra dans toutes les branches."95 Il
poursuit plus loin en jugeant l'acte d'Union, signé en 1801 par l'Angleterre et l'Irlande,
comme la principale force destructrice de la vie industrielle de l'Irlande :
93. Ibid., pp. 558-59.
94. Ibid.
95. F. Englels et K. Marx, Sur le colonialisme, p. 343, Lettre datée du 8 octobre 1858 de Marx à Engels.
111
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
"L'Union a ruiné les tarifs protectionnistes établis par le parlement irlandais et a ouvert les portes
de la pénétration des produits fabriqués en Angleterre et dont la conséquence fut la destruction de l'industrie qui
n'était pas capable de rivaliser avec les produits bon marché de l'Angleterre. Lorsque Engels visita l'Irlande en
1856 il remarqua "une absence totale de toute industrie." 96
Non seulement l'industrie irlandaise qui était autrefois fleurissante "dans toutes ses
branches" avait subi un processus de détérioration qui a conduit à sa mort, mais son
économie tout entière fut sujette à cette détérioration. Elle a été détruite et réorientée afin de
répondre aux besoins de cette phase particulière du développement du capitalisme anglais.
La terre de l'Irlande qui était tellement fertile qu'elle détenait le "monopole de la
production de la totalité du blé fourni à l'Angleterre"97 a été pillée, dévastée et transformée en
pâturages afin de satisfaire les conditions nécessaires à la production de viande et de coton de
l'Angleterre: "Le mot d'ordre fut : "de la laine et de la viande", il fallut donc convertir en pâturages toutes les
terres labourables. A cet effet des lois furent mises en place qui stipulaient que dorénavant les propriétés
terriennes seraient systématiquement réunies." 98
Ce processus en était arrivé à un tel point que Marx appelle l'Irlande : la terre de pâturages de
l'Angleterre.
"Quant à la bourgeoisie anglaise elle a, tout d'abord le même intérêt que l'aristocratie à transformer
l'Irlande en un simple pâturage qui envoie sur le marché anglais de la viande et de la laine aux prix les plus
bas possibles. Elle a autant d'intérêt à réduire la population irlandaise, par l'expulsion des fermiers et
l'émigration coercitive à un nombre assez infime pour permettre au capital anglais (de fermage) de fonctionner
"en toute sécurité" dans ce pays. Elle est aussi intéressée à "l'épuration" des domaines irlandais qu'elle l'était
à celle des districts agricoles d'Angleterre et d'Écosse. Les 6000 à 10.000 livres de revenus des
propriétaires habitant loin de leurs domaines et autres revenus irlandais qui affluent chaque année à
Londres sont également à prendre en considération." 99
Sous la domination des anglais, la destruction de l'économie et l'expropriation des
terres a renforcé l'émigration de la population vers l'Angleterre et d'autres pays lointains.
Alors que le dépeuplement de l'Irlande se faisait entièrement dans la première partie
du 19ème siècle, Engels écrit : "On estime qu'une moyenne de 50.000 Irlandais arrivent chaque
96. Ibid., p. 340.
97. Ibid., p. 341
98. Ibid., p.346.
99. Ibid., p.352.
112
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
année. Le nombre est déjà pour cette année de 222.000 . En septembre, 345 personnes arrivaient chaque
jour et en octobre ce chiffre est passé à 511." 100
Le pillage de l'Irlande, sa destruction économique et culturelle ont été accomplies
grâce à l'emploi de la formule désormais classique, c'est-à-dire, par l'institutionnalisation de la
force:
"On peut considérer l'Irlande comme la première des colonies anglaises, une colonie qui à
cause de sa proximité est encore directement gouvernée selon l'ancien système; et l'on se rend compte que la
prétendue liberté des citoyens anglais a pour fondement l'oppression des colonies. Dans aucun pays je n'ai
vu autant de gendarmes, et le gendarme prussien a trouvé son expression la plus parfaite dans cette police
armée de carabines, de baïonnettes et de menottes." 101
La situation caractéristique de l'Irlande pendant la première partie du 19ème siècle,
par exemple son rapport de soumission à l'égard de l'Angleterre se retrouve aussi en Inde:
"A partir du milieu du XVIIème siècle, les importations de tissus de coton prennent la première place et
croissent rapidement. En 1785-1786, au cours d'une seule année, la Compagnie anglaise a vendu, dans
la seule ville de Copenhague, 900.000 pièces de tissus indiens."102 Sur la raison externe du retard
de l'Inde, F.Braudel ne trouve qu'une seule et unique explication, comme il le dit
explicitement, "c'est, en un mot, l'Angleterre." D'après cet historien contemporain français:
"il ne suffit pas de dire : les Anglais se sont emparés de l'Inde et de ses ressources. L'Inde a été, pour
eux, un instrument grâce auquel ils ont saisi un espace plus vaste qu'elle, pour dominer la super-économiemonde asiatique, et c'est dans ce cadre élargi qu'on voit très tôt comment les structures et équilibres
internes de l'Inde ont été déformés et infléchis pour répondre à des objectifs qui lui étaient étrangers.
Comment aussi, dans ce processus, elle a été finalement, au XIXème siècle, "désindustrialisée", ramenée au
rôle d'un grand producteur de matières premières."103
Nous touchons ici à l'explication externe du retard de l'Inde. Nous souhaitons nous
limiter pour le moment aux raisons externes de ce retard. D'après Marx :
100. F. Engels “Commercial Crisis in England The Chartist mouvement in Irland” in : K. Marx et F. Engels
Irland and the Irish question, p. 44.
101. Ibid., p.340.
102. Fernand Braudel, Le Temps du Monde, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Tom
3, Armand Colin, Paris 1979, p.450.
103. Ibid., p. 450.
113
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
"Jusqu'en 1813, l'Inde avait été principalement un pays exportateur. Elle est maintenant devenue
un pays importateur et se trouva alors inondé de fils et de cotonnades en provenance d'Angleterre. Ses
produits furent exclus d'Angleterre ou n'y furent admis qu'aux conditions les plus dures. Elle vit affluer
chez elle les étoffes anglaises, grevées d'un droit modique, purement nominal, pour la ruine de son industrie
des cotonnades jadis si célèbre. En 1780, la valeur des produits, y compris les articles manufacturés, ne se
montait qu'à 386752 Livres Sterling, et celle des exportations de numéraires durant la même année se
chiffrait par 15041 Livres Sterling, la valeur totale des exportations étant de 12.648.616 Livres
Sterling, de sorte que le commerce indien ne représentait que 1/32 du chiffre d'affaire de tout le commerce
extérieur. En 1850, le total des exportations de Grande-Bretagne et d'Irlande en Inde était de 802.400
Livres Sterling, où la part des cotonnades s'élevait à elle seule à 5.220.000 Livres Sterling, représentant
ainsi plus de 1/8 de la valeur totale des exportations de la Grande-Bretagne et puis de 1/4 de la valeur
de son commerce extérieur des cotonnade." 104
La formule est aussi simple qu'elle est terrifiante. L'industrie textile qui a subi une
croissance rapide à la fin du XVIIIème siècle et dans la première partie du XIXème siècle en
Angleterre, s'est engagée dans le commerce extérieur pour devenir l'un de plus importants
secteurs de l'économie. Par conséquent, l'Angleterre avait besoin de coton brut.
L'Inde n'était pas seulement le plus grand producteur de coton brut mais aussi de
tissus.
Après l'introduction du capitalisme en Inde, les avis sont unanimes:
"Jusqu'au XVIIIème siècle, les conditions économiques aux Indes étaient relativement bonnes; les
méthodes de production, l'organisation industrielle et commerciale qui y étaient en usage, soutenaient
aisément la comparaison avec celles existant ailleurs dans le monde, à la même époque.
Au XVIIIème siècle, l'Inde était un grand pays industriel et agricole, ses produits envahissaient aussi
bien les marchés d'Europe que ceux d'Asie. "L'Inde de XVIIIe siècle n'est pas à la veille d'enfanter un
capitalisme industriel révolutionnaire. Dans ses propres bornes, elle respire et agit avec naturel, avec force,
avec succès; elle dispose d'une agriculture traditionnelle, mais drue et de haut rendement; d'une industrie de
type ancien, mais extrêmement vivante et efficace (jusqu'en 1810, l'acier indien sera même de qualité
104. F. Engels "Commercial Crisis in England" (The Chartist mouvement in Irland) in : K. Marx et F.
Engels Irland and the Irish question, p. 56-57, "La compagnie des Indes orientales, son histoire et les
conséquences de ses activités."
114
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
supérieure à l'anglais, ne le cédant qu'à l'acier suédois); elle est traversée par une économie de marché
depuis longtemps à l'œuvre; elle dispose de cercles marchands nombreux, efficaces." 105
Mais il est certain que la politique de la compagnie des Indes et du parlement anglais
a découragé l'effort industriel et artisanal local pour favoriser le développement des
industries de la métropole. La politique poursuivie constamment fut au cours du XVIIIème
siècle et au début du XIXème siècle d'asservir l'Inde aux intérêts des industries anglaises, de
réduire l'activité économique du pays à la seule production de matières premières,
susceptibles d'être incorporées dans la fabrication des biens produits en Grande-Bretagne.
Cette politique fut appliquée implacablement:
".. il fut ordonné de contraindre les artisans hindous à travailler dans les fabriques de la compagnie; des
tarifs préférentiels furent établis visant à exclure les biens produits aux Indes (soieries, cotonnades) du marché
britannique, tandis que les produits anglais pénétraient aux Indes sans frais de douane. L'invention du métier
mécanique en Europe acheva de tuer les industries hindoues. Même lorsque les métiers mécaniques furent
introduits aux Indes, la Grande-Bretagne en marqua du dépit." 106
Ainsi l'Inde a du faire face à une économie entièrement détruite avec des
communautés entières qui vivaient dans la misère et une population qui souffrait de la
famine: "En 1866, plus d'un million d'hindous moururent de faim dans la seule province d'Orissa. On
n'en chercha pas moins à enrichir le trésor public par les prix de vente des denrées offertes aux
affamés."107
Dans son livre, La découverte de l'Inde , Jawaarlal Nehru, ancien Premier ministre et
l'une des figures historiques de l'Inde, analyse avec une méthodologie méticuleuse les
effets de la domination britannique sur l'Inde et explique ainsi les raisons du retard de son
pays, l'Inde. Il conclut sans ambiguïté ses propos : "... presque tous les problèmes vitaux
auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui, sont la conséquence de la domination britannique : le
problème des princes, des minorités, le manque d'industrie, la misère de l'agriculture, le retard sur le plan
social et surtout la tragique misère de notre peuple." 108
105. Fernand Braudel, Le Temps du Monde, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIII siècle, Tom 3,
Armand Colin, Paris 1979, p.450.
106. Vera Anstey « The economic development of India » Londres 1929, cité par Paul Baran dans Economic
politique de la croissance, Maspero, p. 187.
107. K. Marx, Capital, Vol. I, p. 693.
108. Jawaharlal Nehru, La découverte de l'Inde, traduit en persan, éd.Amir Kabir, Téhéran 1967. Ma vie et mes
prisons Traduit de l'anglais par Georges Belmont (1190) Denol, Paris, 1952
115
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Fernand Braudel et Paul Bairoch parlent d'un niveau de richesse des pays non
européens et leur P.N.B. par habitant supérieur à celui des pays européens avant le XIXème
siècle.109
Nous pouvons encore citer d'autres exemples, d'autres pays "développés" comme la
Belgique et la France en Afrique, La Hollande et le Portugal en Asie et en ExtrêmeOrient, l'Espagne en Amérique latine, qui à leur stade de l'accumulation primitive du
capital, avaient fait subir, le même traitement aux autres pays "sous-développés".110 La
longue décadence de l'Iran, par exemple, débutera dès le début du XVIII e siècle avec le
traité de Paris en 1857, selon lequel l'Iran céda l'Afghanistan à l'Angleterre, le Tadjikistan
et les territoires iraniens de l'Asie centrale à la Russie de Tsar en 1881. Les Britanniques ne
se sont pas contentés de l'Afghanistan, ils imposaient aussi leur domination sur plusieurs
îles du golfe Persique. Tous les efforts déployés par certains réformateurs s'efforçant
d'introduire des changements et de promouvoir un processus de modernisation de l'Iran
étaient voués à l'échec devant l'hostilité des deux puissances. Il en résulta qu'à une époque
où les pays occidentaux faisaient l'expérience d'un essor économique considérable, l'Iran
commençait à prendre un retard qu'il ne parviendra jamais à combler, et devint ainsi
lourdement tributaire de l'Occident.
L'année 1907 marqua un tournant décisif dans l'histoire de l'Iran. Le 31 août 1907, la
Russie et la Grande-Bretagne avaient signé un traité partageant l'Iran en deux zones
d'influence et une zone tampon autour de la capitale. Une traduction de l'accord fut signé
à Téhéran.111 Un corps expéditionnaire russe pénétra en Iran, perpétrant des brutalités à
l'égard des citoyens iraniens. Les Britanniques organisèrent dans leur zone une police
mercenaire (police djonoube : police du sud) encadrée par des officiers anglais et des
sous-officiers indiens. L'autorité de Téhéran n'était que symbolique. L'autre exemple de
l'influence néfaste des occidentaux en Iran, c'est le cas du pétrole. L'exploitation
commerciale, proprement dite, commença en 1909, sous l'égide de la Compagnie anglaise
qui obtint une concession de soixante ans. En 1914, le gouvernement britannique acquit
52,5 % des actions. Dès le début, les Iraniens n'avaient aucune responsabilité dans la
gestion de la compagnie et leurs bénéfices n'étaient que très dérisoires. Ainsi, à titre
d’exemple, durant les négociations qui aboutirent aux accords de 1920, l'Iran était
109. Fernand Braudel, Le Temps du Monde, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIII siècle,
Tom III, Armand Colin, Paris, 1979, pp. 460-461.
110. Ibid., pp.452-461.
111. Texte complet de l'accord et des notifications, lettres annexes et analyse de leurs conséquences
politiques et diplomatiques in MEFTAH A.H., Armane Iran, Entesharat Homan, Londre, 1982.
116
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
représenté par Sir Sydney Armitage-Smith envoyé par le gouvernement britannique. Il
faut souligner aussi le rôle joué par la compagnie anglaise dans les affaires politiques du
pays. Elle était un État dans l'État. Il ne s'agit pas ici de faire le procès de la colonisation
ni d'évaluer les conséquences néfastes de cette forme de domination pour des pays
colonisés. Mais simplement faire admettre que cette pratique a conduit les pays "civilisés",
par des méthodes brutales à transformer les pays qui étaient en stade de "l'enfantement"
en société "assistée".
Pour assurer la colonisation d'un soutien populaire et justifier l'utilité de cette
pratique auprès de l'opinion publique des pays colonisateurs, il fallait fournir des
arguments solides et théoriser d'une manière savante l'engagement des États coloniaux
dans la conquête des territoires lointains. Tous les moyens étaient bons. Parmi les
personnalités éminentes comme Victor Hugo, invité lors d'un banquet commémoratif de
l'abolition de l'esclavage s'exprimait ainsi :
" La destinée des hommes est au Sud (...). Le moment est venu de faire remarquer à l'Europe
qu'elle a, à côté d'elle, l'Afrique (...). Au XIXème siècle, le Blanc a fait du Noir un homme; au XXème
siècle, l'Europe fera de l'Afrique un monde. Refaire une Afrique nouvelle, rendre la vieille Afrique
maniable à la civilisation, tel est le problème; l'Europe le résoudra. Allez, peuple ! Emparez-vous de cette
terre ! Prenez-la ! À qui? À personne. Prenez cette terre à Dieu ! Dieu donne la terre aux hommes. Dieu
offre l'Afrique à l'Europe. Prenez-la ! Où les rois apportaient la guerre, apportez la concorde ! Prenez-la
non pour le canon, mais pour la charrue ! Non pour le sabre, mais pour le commerce ! Non pour la
bataille, mais pour l'industrie ! Non pour la conquête, mais pour la fraternité! Versez votre trop-plein
dans cette Afrique, et du même coup résolvez vos questions sociales ! Changez vos prolétaires en
propriétaires ! Allez faites ! Faites des routes, faites des ports, faites des villes ! Croissez, cultivez,
colonisez, multipliez.!"112 Ainsi : "la colonisation était présenté non seulement comme une solution de
rechange à l'esclavage mais encore comme une manière de réparer les maux causés par la traite" 113
(souligné par nous).
Les économistes, les politiciens, les sociologues, les ethnologues et même l'église se
mettent au travail pour annoncer "l'une des grandes œuvres" de l'époque "dans l'accomplissement de
la mission civilisatrice" de l'homme Blanc. Des nouveaux journaux, tel L'Explorateur qui se
112 . Cité par Gilbert Rist in : Le Développement Histoire d'une croissance occidentale, Presses de Sciences
Politiques, p. 88, Paris 1996. (souligné par nous)
113 . Ibid., p.87.
117
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
présente comme "le journal de la conquête de la civilisation sur tous les points du globe", ou la
Revue des deux mondes ou encore dès 1877, le Journal des voyages, destiné aux
adolescents, deviennent le porte parole du colonialisme français. Mais il était un secteur
de l'opinion qu'il fallait encore persuader de l'utilité de la colonisation : les économistes
dont le libéralisme s'accommodait mal des monopoles commerciaux. La tâche fut
entreprise par Paul Leroy-Beaulieu. Il publia, en 1784, son livre intitulé "De la colonisation
chez les peuples modernes". Pour résumer sa pensée, un texte, tiré de la préface de l'ouvrage,
revêt une importance considérable :
"Le colonialisme, c'est l'une des fonctions les plus élaborées des sociétés parvenues à un état avancé de
civilisation (...). Une société colonise quand, parvenue elle-même à un haut degré de maturité et de force,
elle procrée, elle protège, elle place dans de bonnes conditions de développement et elle mène à la virilité une
société nouvelle sortie de ses entrailles. La colonisation est un des phénomènes les plus complexes et les plus
délicats de la physiologie sociale (...). Le mérite d'un peuple qui colonise, c'est de placer la jeune société
qu'il a enfanté dans les conditions les plus propres au développement de ses facultés naturelles, c'est, sans
gêner son initiative, de lui aplanir la voie, de lui donner les moyens et les outils nécessaires ou utiles à sa
croissance." 114
Nous pouvons constater qu'il y a une similitude des faits et des méthodes employées
et dans la continuité du colonialisme et les déclarations de "bonnes attentions" qui sortent
directement des bureaux des organismes internationaux dominés par les grandes
puissances industrielles de notre époque. D'ailleurs ils n'ont pas beaucoup changé après
deux siècles d'histoire du capitalisme. Les arguments majeurs qui avaient dominé la
doctrine du colonialisme sont resté inchangés en ce qui concerne "l'Aide Publique au
Développement".
Pourrions-nous contester encore les faits historiques qui démontrent, en fouillant
dans un passé récent, les liens entre la richesse, la prospérité et le "développement" des
pays occidentaux et la misère, la pauvreté et le "sous-développement" des pays du Sud?
Ainsi, il y aurait une confusion sur ce qui est réellement le "sous-développement".
D'après ces économistes, les thèses libérales, définissent le "sous-développement" comme
un phénomène purement économique, linéaire et mécanique. Ces pays militent purement
et simplement pour passer d'un état "sous-développé" à un état "normal". Samir Amin
114. Ibid., p. 92.
118
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
reproche à ces thèses, l'absence de dynamisme et le manque de prise en compte de
l'évolution historique des pays "sous-développés". 115
Charles Bettelheim précise encore que : "Ni la France, ni aucun autre des grands pays, aujourd'hui
industrialisés, n'était dominé par un autre, tous avaient la maîtrise de leurs ressources."116 Pour cet auteur, "il
existe surtout des conditions historiques différentes, qui séparent, totalement et dans l'immédiat, le destin des pays
"sous-développés" de celui des pays "développés".117
D'après
les
théoriciens
marxistes,
toutes
les
définitions
et
dénominations des experts libéraux, et les modèles économiques
qu'ils préconisent pour vaincre la pauvreté et la misère des pays
"sous-développés", ont tous le défaut de présenter l'évolution
historique de ces pays comme le reflet du processus de développement
et d'évolution propre aux pays industrialisés. Selon ces théoriciens, les
économistes libéraux mettent l'accent sur le fait qu'à l'époque actuelle
les sociétés "sous-développées" passent par un stade qui est la phase
infantile de leur développement économique, exactement comme ce
fut le cas pour les pays développés dans le passé.
En ce qui concerne les approches de ces théoriciens néo-marxistes, nous constatons
que leurs théories, dans leur ensemble, prennent une dimension politique. Ils sont tous
unanimes dans leur affirmation, avec une ferme conviction que l'économie est liée
étroitement à la politique. L'objectif des économistes néo-marxistes est d'anatomiser la
nature d'exploitation capitaliste mondiale.
Les éléments du fondement de cette approche sont les suivants :
- Le sous-développement économique, c'est un processus dont l'aspect dominant est
le courant permanent de plus-value créé par la périphérie vers le centre développé. On
peut définir cette plus-value par la différence entre la capacité réelle de la production et la
capacité potentielle de ces pays. Ou la consommation réelle et le besoin réel de la
consommation mondiale.
- Ils insistent sur la distribution entre les classes sociales et le contrôle de l'excédent
dans les pays "sous-développés".
115 . Samir Amin, L'accumulation à l'échelle mondiale, Antropo, Paris 1970.
116 . Charles Bettelheim, Planification et croissance accélérées, Maspero, Paris, 1965, chapitre 3.
117 . Ibid.
119
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
- La continuité du développement économique dans un pays donné, par la voie du
capitalisme, est en rapport direct avec sa position dans l'économie mondiale.
D'après ces économistes, les échanges inégaux des pays périphériques et le centre ont
détruit radicalement la production capitaliste et les motivations de ces pays pour une
industrie nationale.
- La concurrence féroce du centre, sous forme de dumping, freine le développement de la
production industrielle dans les périphéries. Le développement de certaines branches de
l'industrie concerne essentiellement les industries monopoles qui appartiennent dans leur
majorité aux investisseurs étrangers qui transfèrent leurs profits aux centres.
- Les "classes moyennes" dans les pays périphériques (les propriétés fonciers, les
spéculateurs immobiliers des grandes villes, les capitaux investis dans les secteurs non
productifs, les importateurs de biens de consommation, les capitaux bureaucratiques et
cléricaux, particulièrement en Iran, et les institutions qui sont liées à ces groupes), ne sont
pas motivées pour investir dans l'industrie de production durable. Car elles sont assurées
d'une rente convenable et d'un taux de rentabilité assez élevé en jouant dans la spéculation
foncière et immobilière ainsi que dans l'importation des biens de consommation de
masse. Elles ne voient aucun besoin d'investir dans une activité industrielle durable qui ne
leur garantit pas dans l'immédiat un profit comparable à celui de l'activité commerciale.
Ces économistes déduisent de ces raisonnements que l'économie "sous-développée"
de notre époque ne peut pas passer par les mêmes étapes de développement que
l'économie des pays développés. Car les conditions économiques mondiales ont changé
les données de façon incontournable. Cette expérience s'est déjà produite en Iran.
L'expérience de la Corée du Sud, de Taiwan et même du Japon, qui sont cités souvent par
les experts comme modèles de transition vers l'industrialisation et le développement
économique durable, en s'insérant dans l'économie mondiale, ne peut être considérée ni
comme un modèle de développement classique (type européen) ni comme un exemple de
réussite pour les pays "sous-développés". Ils nous proposent un changement radical dans
le système politique, et dans les domaines socio-culturels de ces pays comme le seul et
unique moyen de sortir du "sous-développement" et vaincre ainsi leur pauvreté et la
misère de leur population.
En résumé, selon les théories néo-marxistes, dans les pays "sous-développés", la
perspective d'une industrialisation indépendante est nulle et pratiquement impossible
(sauf s'il s'engagent dans une voie socialiste). D'après ces théoriciens, la nature du "sousdéveloppement" relève de la dépendance qui empêche ces pays de se développer, laquelle
120
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
est considérée comme la condition sine qua non de la dominance de l'impérialisme. Mais
nous pouvons voir une remise en question fondamentale de cette conception dans les
critiques de Bill Warren:
"Les expériences récentes démontrent que la perspective de l'industrialisation existe bel et bien dans
certains pays "sous-développés". La période qui suivit la deuxième guerre mondiale est marquée par un
processus de l'industrialisation et un développement important dans les rapports sociaux et les forces
productives, dans les pays "sous-développés". S'il existe un quelconque empêchement dans la voie de
l'industrialisation de ces pays, la cause n'est pas dans les rapports courants entre l'impérialisme et les pays
sous-développés, mais les raisons principales de leurs difficultés à se développer se trouvent dans les
rapports existant à l'intérieur même de ces pays. L'influence de l'impérialisme est plus que jamais dans le
sens de leur industrialisation." 118
Warren ne nie pas l'existence de l'impérialisme en tant que système inégal et basé sur
la domination et l'exploitation.119 Mais il critique l'aspect statique de l'analyse des néomarxistes. D'après lui, ils sont incapables de voir le fait qu'il existe des possibilités
formidables de changements radicaux à l'intérieur de chaque pays sous-développé et dans
le système capitaliste mondial. Selon Warren, le problème essentiel consiste à se
concentrer sur le fait qu'il existe un phénomène de continuité et de développement de
reproduction du capital dans les pays sous-développés. Sa définition du développement
capitalistique de périphérie est basée sur le taux de croissance industrielle dans ces pays.
D'après lui, les statistiques montrent que le taux de croissance dans les pays sousdéveloppés est plus rapide et plus élevé que dans les pays industriels et ces statistiques
témoignent que ce taux de croissance peut être durable à long terme, (et non comme
explique Samir Amin, pour des périodes passagères). Selon Warren, l'indépendance
politique (relative) de ces pays leur permet de marchander et de négocier, afin d'obtenir
certains avantages et d'exploiter au maximum les contradictions qui existent au sein des
pays développés, notamment la concurrence féroce entre les firmes multinationales. Par là,
l'ensemble de ces éléments rend possible le développement du capital.
Mais Warren semble oublier dans son analyse le rôle du secteur agricole dans les pays
sous-développés. Il se base sur des expériences limitées. Les statistiques utilisées dans son
analyse n'incluent pas non plus tous les pays du monde. De plus, il se limite uniquement à
118 . Bill Warren, Myths of Underdevelopment. In : New left Review, N° 81, (septembre-octobre 1973), pp.3-44.
119 . Bill Warren, Imperialism : Pioneer of Capitalism, London : NLB and Verso Editions, 1981.
121
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
la production nationale et ne tient compte ni du taux de rentabilité par habitant ni de la
répartition des richesses qui en découlent.
Au regard de ces théoriciens marxistes, les États des pays "sous-développés" sont
d'un côté dépendants des pays métropoles (les pays européens anciens colonisateurs, les
États-Unis et le Japon) et d'un autre côté jouissent d'une certaine indépendance vis-à-vis
des forces compétitives de l'intérieur. Cette indépendance leur permet de bien défendre
les intérêts des firmes capitalistes des pays métropoles.
Il est donc un fait évident qu'un certain nombre de pays sous-développés ont été
capables de créer des noyaux d'un développement non homogène. Nous pouvons ainsi
voir que le fossé entre les pays riches et les pays pauvres se creuse de plus en plus et que
le taux de rentabilité dans les pays industrialisés est encore attractif. De ce fait, nous
pouvons constater que le capital s'oriente toujours vers l'intérieur de ces pays plutôt que
d'aller s'aventurer dans les pays sous-développés. Au tournant des années soixante à
soixante-dix, devant les premiers déboires du mythe développementiste, le champ de
l'analyse économique a été occupé de manière croissante par des thèses critiques qui
rejetaient l’hypothèse d'un développement possible pour les pays du Tiers-Monde sans un
réaménagement profond de leurs relations économiques avec les pays industrialisés : ce
sont les fameuses thèses de la dépendance qui procèdent d'une radicalisation du
paradigme centre-périphérie élaboré dans les années cinquante par la C.E.P.A.L. sous
l'influence de Paul Prebisch. Ce dernier avait, en effet, fortement contribué à développer
l'analyse dual de l'économie mondiale en deux pôles, le centre capitaliste représentant les
nations occidentales industrialisées, et sa périphérie constituée des pays du Tiers-Monde.
Pénalisés par la dégradation des termes de l'échange avec le centre, Prebisch préconisait
alors, pour les pays de la périphérie, la constitution d'un secteur industriel protégé par des
stratégies de substitutions d'importations.
CH.I.6. L’approche des théoriciens dépendantistes
(de l’école C.E.P.A.L.120)
Les théories de la "dépendance", constituées dans les années soixante-dix,
exprimaient une réaction à la volonté de domination et à l'universalisation du modèle
120. Commission Économique Pour l’Amérique Latine, créée par les Nations-Unies en 1958.
122
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
occidental. L'approche nationale-développementiste de Prebisch (1949) formulé à
Santiago du Chili dans le cadre de la C.E.P.A.L. (Commission Économique Pour
l’Amérique Latine), a servi de premier paradigme pour un modèle de développement de
l'Amérique latine. Celso Furtado (1950) sera au Brésil un pionnier de cette vision du
développement latino-américain. La théorie de la nouvelle dépendance, qui a été mieux
conceptualisée par Cardoso et Faletto (1969), a constitué un second paradigme
d'interprétation du développement des pays d'Amérique latine qui a dominé pendant les
années soixante-dix. Le champ théorique était le reflet du refus des peuples des pays
"sous-développés" au cours de ces années 70. Ces théories nourrissaient en même temps
les luttes armées déclenchées un peu partout en Amérique latine (MIR au Chili,
Montoneros et de l'ERP en Argentine, Tupamaros en Uruguay) et au Moyen-Orient (en
Iran à partir de février 1971). Ces deux paradigmes étroitement liés, n'étaient plus en
mesure d'expliquer la crise qui a traversé les pays d'Amérique latine dans les années 80 ni
de proposer des solutions; la critique néo-libérale a émergé et prospéré à la faveur du vide
créé par les approches antérieures. La doctrine néo-libérale imposée à tous ces pays fait
régner la loi de l'offre et la demande; les États de ce continent latino-américain licencient
le personnel jugé inutile; l'impôt sur les importations est considérablement réduit, ce qui
provoque la crise de l'agriculture et de l'industrie, traditionnellement protégées de la
concurrence internationale par la politique néo-keynésienne de "substitution des
importations". Cet état d'esprit se traduit par une chute sensible des salaires et de l'emploi
dans l'ensemble du système productif, dont le cadre politique indispensable était la
répression des partis politiques et les syndicats d'opposition. Cependant, la théorie libre
échangiste comme toutes les interprétations idéologiques, s'est aussitôt révélée
dogmatique et peu réaliste.
En Amérique latine, les thèses de la C.E.P.A.L. confortaient les stratégies de
substitution d'importations.
A partir de la fin des années soixante, les thèses de la dépendance systématisèrent la
corrélation entre le développement du centre et le sous-développement de la périphérie,
en s'appuyant sur l'argument d'une division internationale du travail structurellement
inégalitaire. En Amérique latine, C. Furtado et Sunkel imputèrent ainsi un rôle majeur aux
multinationales dans l'échec des politiques de substitution d'importations et dans
l'aggravation de la dépendance des pays de la périphérie. F. Cardoso et E. Faletto
soulignèrent l'alliance objective des classes sociales dominantes des pays dépendants avec
les intérêts capitalistiques du centre. A. Gunder Frank pour l'Amérique latine et Samir
123
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Amin pour l'Afrique poussèrent cette analyse jusqu'à prédire l'inéluctable développement
du sous-développement de la périphérie, tant qu'une révolution socialiste (pour le
premier) ou une déconnexion des pays du Tiers-Monde par rapport au système capitaliste
mondial (pour le second), ne mettrait pas un terme à ce processus.
Dans ces analyses, les États en développement perdirent une grande partie de la
puissance et de l'autonomie que leur accordaient les théories développementistes des
années soixante. Pour les analyses les plus radicales (Frank, Amin, Dos Santos, Marini),
les États du Tiers-Monde n'étaient que des structures fantoches, occupées par une
bourgeoisie qui avait partie liée avec les intérêts capitalistiques des classes dominantes du
centre, ces dernières abandonnant à la petite bourgeoisie de la périphérie une fraction des
bénéfices de leur domination économique, en échange du rôle local joué par celle-ci dans
la préservation du système, notamment par des politiques sociales répressives. A cet
égard, la multiplication des régimes militaires en Amérique latine et des régimes de parti
unique en Afrique, à partir du milieu des années soixante, vint conforter l'idée d'une
corrélation systématique entre permanence du sous-développement, logique de
dépendance, et résurgence des phénomènes autoritaires en périphérie.
Dans cette construction théorique, le politique fut plus que jamais "désubstantialisé"
et absorbé par l'économique: les élites politiques des pays en développement n'étaient que
les rouages sans autonomie d'une vaste machinerie économique internationale, des pions
surdéterminés par la domination économique du "centre". L'économicisme de l'école de
la dépendance a donc abouti à une instrumentalisation de plus en plus totale des États du
Sud par la logique du capitalisme international, leur salut ne pouvant venir que d'une
révolution socialiste et d'une déconnexion du système.
Ce faisant, les théories de la dépendance sacrifiaient à de nombreux schématismes.
En vidant les stratégies des élites étatiques de tout calcul non économique, elles se
condamnèrent à occulter les fondements socio-politiques endogènes des autoritarismes
dans les pays "sous-développés", ce qu'allait illustrer la production de la science politique
sur l'État en Afrique ou sur l'État militaire en Amérique latine.121 De manière plus
spectaculaire, à la fin des années soixante-dix, au moment où l'audience des thèses de la
dépendance atteignait son apogée, le Tiers-Monde était le théâtre d'explosions autoritaires
d'un type nouveau (totalitarisme khmer, révolution iranienne) pour l'analyse desquelles
121 .Rouquié A. L'Etat militaire en Amérique latine, le Seuil, Paris, 1982.
124
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l'apport explicatif des thèses de la dépendance, enfermé dans le déterminisme
macroéconomique, était totalement inopérant.
D'une manière générale, Bertrand Badie a montré qu'en évacuant toute dimension
politique dans la logique des rapports entre pays occidentaux et pays du Sud, les thèses de
la dépendance ont complètement ignoré les effets déterminants du mimétisme et de
l'importation des catégories politiques occidentales dans le processus de construction des
États en développement, phénomène qui, lui, n'a pas cessé d'être une source majeure
d'instabilité de la scène internationale.122
Mais c'est finalement sur le plan économique que les théories de la dépendance
perdirent brutalement leur crédibilité au tournant des années soixante-dix et quatre-vingt.
Moins en raison d'une réfutation par d'autres courants de pensée de l'économie du
développement (l’école néoclassique ne s'est même pas réellement essayée à la critique des
thèses de la dépendance, estimant qu'il n'y avait pas lieu de réfuter des théories qu'elle
considérait comme idéologiques et non scientifiques), que du fait de l'invalidation de ces
théories par l'évolution de nombreux pays du Tiers-Monde. En effet, la montée en
puissance des nouveaux pays industrialisés qui jouaient la carte de l'intégration maximale à
l'économie mondiale, en Asie du Sud-est notamment, montra qu'il était possible pour des
pays "dépendants", à l’intérieur d’un contexte favorablement organisé et d’un environnement
voulu par les puissances occidentales, de modifier leur mode d'insertion dans la division
internationale du travail, ce qui constitua donc un élément positif dans les arguments des experts
qui réfutaient des théories de la dépendance et l'inéluctabilité du "développement du sousdéveloppement" pour les pays de la périphérie.123
Comme cette thèse traite de telles entités au centre de débats comme
"développement" et "démocraties", nous pouvons peut-être trouver utile d’éprouver
quelques possibles préjugés pour pouvoir rendre clair notre position personnelle en ce qui
concerne le concept de développement et la manière de la rapporter à la démocratie.
Les processus concrets de développement supposent toujours des différences de
réalisations; en ce sens, la définition « finale » du développement ne peut jamais être
uniforme. Mais nous conjecturons qu’un processus positif de développement implique
toujours une dimension universelle, laquelle suppose la satisfaction des besoins matériels
et non-matériels des individus et des groupes dans une voie qui ne peut nuire aux autres
122. Pour une étude plus précise sur ce sujet voir Sciences sociales et développement, André Guichaoua, Yves
Goussault, Armand Colin, pp.24-28, Paris 1993.
123 . Ibid., pp.24-28.
125
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
peuples et à la nature. Travaillant dans cette direction, Galtung et al.(1980) ont identifié
quatre groupes de besoins : bien-être (les besoins matériels dans un sens large) ;
liberté/droits (comme opposé à la répression) ; survie/sécurité (comme opposé à la
destruction); et identité (comme opposé à l’aliénation).
De façon tout à fait claire, sur la base de cette définition, la démocratie (ou plus
précisément la démocratisation) est une partie et un fragment d’un processus positif de
développement aussi important que la satisfaction des besoins matériels. Nous pensons
qu’il faudrait favoriser les stratégies du développement qui peuvent réaliser la satisfaction
de ces besoins aussi rapidement que possible. Cela suppose des contradictions jusqu’à un
certain point, étant donné qu'un progrès rapide n’est pas possible sur toutes les quatre
dimensions simultanément, dès lors nous préférons favoriser le chemin de
développement qui suppose le moins de coûts humains et sociaux, quitte à sacrifier
pendant un certain temps le développement économique.
Nous souhaitons indiquer le possible danger dans cette présente étude concernant
une sorte particulière de préjugés qu’on pourrait classer comme ethnocentrisme. Il n’y a
pas de raison de cacher que la voie entière de conceptualisation du noyau des concepts
dans cette étude - développement économique et démocratie/autoritarisme - est
fortement inspirée et même "créée" par l’expérience du développement économique et
politique de l’Occident industrialisé. Une définition de tels concepts, cependant riches, est
toujours étroitement reliée au contexte socio-historique dans lequel elle est née. Ainsi
notre manière de classer les formes de régime et notre manière de rapporter, si le
développement économique s’y intègre ou non, restent encore largement ethnocentriques.
Bien que l’analyse du cas étudié de l'Iran vise à nous rendre sensibles à la diversité
culturelle en rapport avec la question du pouvoir politique et du développement
économique, nous pouvons toutefois observer que les différentes conceptions de
démocratie qui peuvent être trouvées dans différentes parties de cette thèse jouent un rôle
non négligeable dans nos formulations du problème politique et du développement.
126
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE II:
LE DEVELOPPEMENT ET LE MODELE OCCIDENTAL
CH.II. 1. Les cas exceptionnels de la Corée du Sud et du Japon
Jusqu'à une date récente, la Corée du Sud avec le reste des pays dits "émergents"
étaient considérés comme "les pays modèles", "une autoroute historique vers un futur
heureux" pour un développement économique réussi. Mais la crise, qui a ébranlé en avril
97 cette partie du monde, et qui s'est étendue au Mexique, au Brésil, au Japon, et à la
Russie, a ainsi démontré la fragilité et l'instabilité d'une économie mondiale de plus en
plus intégrée et volatile, entraînée par la rapide évolution des technologies, notamment
dans l'informatique et les télécommunications, entraînée aussi par la mobilité instantanée
des masses de capitaux, ainsi que par des échanges et des investissements toujours plus
libéralisés. Cette crise est devenue planétaire et a fait craindre une contraction généralisée
de l'activité économique mondiale. La Banque Mondiale, dans son rapport publié le 7
avril 1999 sur les pays en voie de développement, avait estimé, à cette époque, que ces
pays allaient connaître en 1999 leur taux de croissance le plus bas depuis 17 ans. Cette
estimation s’est confirmée par la suite, les pays d’Asie du Sud ont dû se confronter au
cours des années suivantes à des problèmes de baisse de l’investissement étranger, à
l’augmentation du taux de chômage déjà élevé, conséquence de la fermeture, de la faillite
127
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
des entreprises, de la délocalisation des usines vers d’autres pays plus sûr. En Corée du
Sud, entre avril 97 et l’été 98, un million de personnes ont perdu leur travail. En
Indonésie, pour la même période, on a vu deux millions de personnes perdre aussi leur
travail. Un rapport du Bureau International du Travail avait estimé le nombre de
chômeurs pour les pays d’Extrême-Orient (Malaisie, Indonésie, Corée du sud, Thaïlande)
à plus de 24 millions et avait prévu des conséquences sociales désastreuses. 124
Historiquement, nous pouvons observer que tous les régimes de ces pays dits
émergents ont privé la société de son institution démocratique pour permettre au capital
de se développer plus rapidement.
Mais ces mêmes régimes se sont par la suite transformés en de sérieux obstacles pour
le développement du capital. Les experts sont unanimes pour affirmer que la corruption,
la bureaucratie et l'absence des institutions démocratiques, qui canalisent et motivent la
participation active de la société civile, sont les causes de ces crises sociales et
économiques dans ces mêmes pays (l'exemple de l'Iran de la décennie 70 et la Corée du
Sud 125, l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines 126, suite à la crise boursière en Asie du Sud
au cours des années 1997 et 1998). La cause principale de cette crise découlait donc de
l'absence de transparence et de démocratie, du manque des institutions de contrôle et des
véritables problèmes structurels qui ont été rajoutés aux problèmes conjoncturels. Cette
crise
révèle
les
limites
des
équilibres
socio-politiques
locaux.
Les
castes
"développementistes" au pouvoir dans ces pays ont réussi à imposer des règles de partage
permettant une accumulation forcenée de capital. Le contexte d'argent facile, permis par
la libéralisation financière, a provoqué une suraccumulation de capital. Des
investissements sans rendement ont été faits, des crédits ont été accordés qui ne seront
jamais remboursés, et cela au prix du saccage de l'environnement, de l'urbanisation
incontrôlée et surtout d’une inégalité sociale accrue. Au début de l'année 1997, il y avait
encore des experts économiques qui promettaient un avenir radieux pour l'Indonésie. La
Banque Mondiale, le Fond Monétaire International, les banquiers des pays occidentaux,
presque tout le monde faisait le même pari : d'ici vingt ans, l'Indonésie, devait devenir
l'une des dix premières puissances économiques mondiales. Mais depuis le mois de juillet
119. Voir les ouvrages récemment publiés sur ce sujet entre autres : Philippe Ries, Cette crise qui vient d'Asie,
Grasset, 426 p., 1998; Emmanuelle Boulestreau, Chronique d'une catastrophe annoncée, First, 1998, 270 p.
Richard Werly, Dans les soutes du miracle asiatique, Stock, 1998, 296p.
125. Laurent Carroué "Les travailleurs coréens à l'assaut du dragon", Le Monde diplomatique, février 1997.
126. Voir aussi les différents articles parus dans Le Monde depuis la crise boursière de mois d'août 97 en Asie
du Sud et particulièrement le numéro du vendredi 24 avril 1998 : La crise asiatique jette des millions de travailleurs
dans le dénuement.
128
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
1997, le "miracle" a été emporté dans la tourmente financière des autres économies de la
région et a révélé les profondes fissures politiques et économiques de ce pays.
Le régime de Suharto est né dans la terreur. En 1965, entre 300.000 et 500.000
personnes ont été tuées, dont de nombreux Indonésiens de souche chinoise. Des millions
de personnes suspectées d’être communistes ont été exilées pendant des années dans des
camps de travail forcé. A partir de 1980, le rythme de développement économique a été
accéléré. Les investissements étrangers ont été encouragés. La croissance économique a
atteint le taux élevé de 7% par an. Mais c'est la famille de Suharto qui contrôlait toutes les
activités économiques (transports maritimes, médias, automobile, péages routiers,
télécommunications, raffinage, transport aérien...). En fait, cette croissance était fondée
sur les emprunts massifs que les banques étrangères, poussées par une très forte
concurrence, ont accordé sans la moindre vigilance à l'économie indonésienne. Il était
admis une fois pour toute que l'Indonésie, comme la Thaïlande ou la Corée du Sud,
étaient des modèles de développement et que leur croissance - forte et continue - était de
la meilleure garantie. Le réveil a été douloureux lorsque la communauté internationale
s'est rendue compte que la dette privée de l'Indonésie se montait à quelque 80 milliards de
dollars, "une somme naturellement irrécupérable aujourd'hui, alors que le dollar atteint 11.000 roupies,
contre 2.500 avant la crise. A vrai dire, les entreprises indonésiennes n'ont jamais remboursé leur dette,
même du temps de leur splendeur, car elles trouvaient toujours des banques pour refinancer leurs
emprunts."127 Le système a fonctionné tant que la croissance assez soutenue et élevée
depuis le début des années 70 a permis ainsi à chacun d'y trouver son compte. Les riches
se sont enrichis et les plus pauvres se sont sortis de la misère. Le produit intérieur brut par
tête est passé de 50 dollars au début des années 60 à environ 1.000 dollars avant la crise
boursière. "En trente ans de règne sans partage, la famille Suharto au sens large, soit environ 200
familles, a vécu d’avantages indus et de corruption." 128
Il est intéressant de souligner que, contrairement à une idée reçue, ouverture et libreéchange ne vont pas toujours de pair. Les pays pétroliers, en particulier ceux du golfe
Persique, ont donné l'exemple de pays dont l'enrichissement a favorisé le développement
d'importations de produits de luxe, sans que celles-ci induisent une diffusion de nouvelles
technologies dans la société et, par voie de conséquence, un véritable décollage
économique.
127. Les Echos, 22-23 mai 1998.
128. Ibid.
129
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
En revanche, le Japon, par exemple, a adopté une stratégie de développement
combinant protectionnisme économique et ouverture aux idées et aux technologies
étrangères. Au Japon, l’un des pays aujourd’hui industrialisé et développé selon le modèle
capitaliste occidental, l’accumulation du capital fut réalisée au départ par l’Etat, un Etat
militarisé s’appuyant sur une idéologie nationaliste. Cependant, après une période initiale,
l’accumulation privée du capital devint aussi importante que celle de l’Etat. De
nombreuses entreprises gouvernementales furent vendues à des entrepreneurs privés et
quelques industries seulement, particulièrement dans le textile, demeurèrent la propriété
de l’Etat129. Alors, dans ces conditions, il semblerait faux de dire que l’accumulation
initiale du capital dût être réalisée par l’Etat, du fait de l’absence d’une classe
d’entrepreneurs. En fait, une telle classe vit bientôt le jour.130 Il est aussi vrai que cette
classe était inspirée par une idéologie nationaliste qui avait fait appel non pas à
l’individualisme, contrairement à l’idéologie du libéralisme répandue en Occident, mais
plutôt à l’ensemble de la société (l’accent ayant été mis sur le service de l’Etat plutôt que
sur le profit de l’individu). La restauration Meiji avait été réalisée avec l’ambition de porter
le Japon à un niveau de parité économique avec l’Occident (Meiji : politique éclairée 18681912).131 Le Japon est resté à l’écart du monde jusqu’au XIXème siècle. C’est à partir de
129. Harry T. Oshima, "Meiji Fiscal Policy and Economic Progress", in William W. Lockwood, The State
and Economic Entrprise in Japan, Princeton University Press, 1965, p. 325-352. Londres, George Allen and
Unwin Ltd.
130. Johannes Hirschmeier, "The Origins of Entrepreneurship in Meiji Japan" , Cambridge, Harvard
University Press, 1964, p. 209. Cité in Ruth Anna Pitts, Pouvoir et idéologie dans le développement économique,
Article présenté au Congrès de l’Association canadienne de sociologie et d’anthropologie tenu à Montréal, le
29 mai 1972.
131. De nombreuses réformes furent mises en train à la hâte: beaucoup ne portèrent leurs fruits que bien
plus tard. L'un d'entre eux est le taux élevé d'alphabétisation et le système d'éducation, qui avait été adopté
lors de la période Tokugawa. La restauration de Meiji, en 1867, est la période la plus importante au regard
des transformations de l'appareil d'éducation moderne du Japon. Les fondations en avaient cependant été
jetées lors de la période d'Edo.
Les dernières années de cette période virent même se diversifier et se généraliser l'éducation scolaire à
travers tout le pays. Le gouvernement des Tokugawa, à Edo (ancien nom de Tokyo), gardait sous son
contrôle direct un institut d'enseignement supérieur tandis que les clans locaux ouvraient leurs propres
écoles, destinées à la formation des élites de leur fief. Un grand nombre d'établissements d'éducation
élémentaire étaient accessibles. Pour la plupart, il s'agissait d'écoles privées appelées Terakoya, où l'on
enseignait la lecture, l'écriture et l'arithmétique aux enfants du peuple. Vers le milieu du 19ème siècle, on
dénombrait près de 50.000 Terakoya dans tout le pays.
Le système d'éducation moderne fut introduit au Japon, après la Restauration de Meiji, avec la promulgation
du Rescrit impérial sur l'éducation en 1872. Sous ce régime, l'enseignement fut organisé en trois niveaux
successifs: école primaire, école secondaire et université - et en 1886, trois ou quatre années de l'enseignement
primaire furent rendues obligatoires.
Avant la fin du siècle, des écoles secondaires spécialisées, des lycées de jeunes filles, des écoles normales,
des écoles normales supérieures et des écoles préparatoires pour entrer à l'université s'ajoutèrent au système
d'éducation. Puis, en 1900, la durée de la scolarité obligatoire fut étendue à quatre ans dans tout le pays, et
cet enseignement devint gratuit dans les écoles primaires publiques. Trois ans plus tard, on créa des écoles
professionnelles d'un niveau légèrement inférieur à celui de l'université. En 1908, la durée des études à
130
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l’ère Meiji (1868-1912) qu’il s’ouvre sur l’extérieur, cherchant par une politique
expansionniste à limiter sa dépendance en ressources naturelles. La modernisation
économique fut extrêmement rapide, grâce à l’envoi notamment de nombreuses missions
en Europe et en Amérique afin de s’informer de toutes les techniques occidentales. Mais
les traditions de l’honneur guerrier et de l’aristocratie japonaise et de sa clairvoyance
stratégique firent que la modernisation accélérée du Japon fut décidée de façon que celuici put s’opposer à l’hégémonie européenne, en tirant parti de ses contradictions (Anglais
contre Russes) pour se procurer des armes les plus modernes, et pour les fabriquer par la
suite. L’industrialisation du Japon fut donc dirigée par l’association de l’aristocratie
militaire et des grands marchands qui devinrent une grande bourgeoisie industrielle
capitaliste. Le développement économique renforça progressivement l’armée japonaise
qui entreprit la conquête de nouveaux marchés et de nouvelles sources de matières
premières. C’est seulement à partir de ce moment que le pays s'ouvre largement à
l'influence occidentale. L'ancien système féodal est remplacé par un régime centralisé. A
l'exemple de l'Occident, une Constitution établit une monarchie parlementaire. La
modernisation économique a suivi très rapidement. Des associations de marchands et de
financiers (zaibatsu)132 procèdent à l'électrification de l'archipel, créent un réseau de voies
ferrées et édifient de grandes industries.
l'école primaire fut prolongée, passant de quatre ans à six ans, et cette scolarité de six ans fut rendue
obligatoire. Le renouveau culturel était achevé. La scolarisation au niveau primaire était déjà presque totale;
l'enseignement du second degré se répandait; les grandes villes étaient dotées d'universités, les unes
impériales, les autres privées, comme celle de Waseda, fondée par Okuma à Tokyo. La langue archaïque, en
usage sous les Tokugawa, était abandonnée au profit de la langue parlée, qui commençait à prendre sa place
dans la littérature écrite.
Les usines modèles édifiées devinrent usines d'État: chantiers navals, cimenteries, verreries, entreprises de
tissage, etc. Le chemin de fer fut rapidement construit: la ligne Tokyo-Yokohama fut ouverte en 1872. Dans
d'autres domaines, le nouveau gouvernement innova. Le yen remplaça l'ancienne monnaie, dès 1871. Des
sociétés bancaires et commerciales furent fondées; mais l'organisation financière ne fonctionna de façon
satisfaisante qu'à la création de la Banque du Japon (Nihon Ginko), en 1882. À cette date s'était généralisé le
remplacement des redevances par l'impôt foncier payable en espèces, appliqué à partir de 1873. Mais
l'œuvre ne pouvait être accomplie sans la participation de groupes financiers et commerciaux. Des sociétés
de type nouveau s'associaient étroitement à la politique gouvernementale: les unes étaient nées au moment
du changement de régime, comme Yasuda, ou comme Iwasaki, future compagnie Mitsubishi. Si la fin du
règne de Meiji fut ternie par la répression, par l'arrêt de la maturation des libertés civiques, il est néanmoins
incontestable que le Japon avait accompli un relèvement spectaculaire. Le système capitaliste était désormais
fondé; La période Meiji a été marquée par un formidable essor du capitalisme, la naissance d'un mouvement
éducatif de grande ampleur, et une reconnaissance internationale, le Japon devenant le « fer de lance » de la
civilisation technique et industrielle en Asie. Cette reconnaissance politique reposait uniquement sur sa
puissance militaire et économique.
132. L'origine des réseaux qui unissent aujourd'hui les entreprises japonaises se situe chez les grands
holdings familiaux, appelés zaibatsu, qui se sont maintenus jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Certains ont prétendu que ces organisations avaient beaucoup fait pour plonger le Japon dans les hostilités.
Pendant la période d'occupation, les redressements économiques imposés au Japon ont eu pour but de le
"démocratiser"; ils comprenaient une réforme agraire, la modification des lois du travail et la dissolution des
zaibatsu.
131
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
L'ère des samurais a pris fin en 1868, au moment de la Restauration de Meiji, c'est-àdire au moment de l'établissement d'un nouveau système de gouvernement centré autour
de l'empereur. Ce nouveau gouvernement a encouragé la modernisation, notamment par
des réformes, telles que l'abolition du féodalisme, la mise en place d'une banque centrale
et la promulgation d'une constitution moderne modelée pour l’établissement des systèmes
politique, économique et social inspirés de l'Occident, et de ce fait a stimulé
l'industrialisation du pays. Il a également créé la Diète, ou Parlement, ce qui a permis au
peuple de participer dans une certaine mesure à la vie politique.
En effet, l’accumulation du capital privé n’est pas dû à la croissance des idées
libérales, mais elle était due grâce au devoir de la noblesse de servir son pays en créant des
entreprises. La poussée de modernisation vint donc d’abord de l’Etat, de sorte qu’il n’est
pas surprenant que ce soit lui qui ait d’abord réalisé l’accumulation du capital, et que ce
soit lui aussi qui ait créé une idéologie de l’entreprise. Cette idéologie ne fut jamais une
idéologie de libéralisme. C'était plutôt l’idée que l’entrepreneur avait le devoir de créer des
industries appelées à accroître le pouvoir et le prestige du Japon dans le monde. Tout en
se tournant résolument vers le développement technique, le Japon opère en parallèle un
resserrement sur les aspects les plus traditionnels de sa culture. L'empereur devient un
véritable dieu vivant, incarnant la puissance de l'Etat et autour duquel la nation se doit de
se rassembler. Assumant une fonction religieuse aussi bien que politique, il laisse le régime
évoluer vers ce qu'on peut appeler un "absolutisme autocratique", entraînant un contrôle de
plus en plus étroit des individus et de leurs croyances.133 Le Japon s'est développé à partir
Les forces américaines d'occupation se sont attaquées aux zaibatsu dans le but de combattre la concentration
du pouvoir économique. Les grandes sociétés ont été remplacées par une multitude de petits établissements,
les sièges sociaux des zaibatsu furent démantelés et la réapparition des conglomérats se trouva bloquée par
diverses mesures législatives. Encore aujourd'hui, l'encadrement juridique des relations inter-sociétés, au
Japon, a peu évolué par rapport aux règles mises en place sous l'occupation.
Pour plus d’information sur les répercussions économiques de la structure sociale japonaise et de ses
principes de loyauté et d'obligation personnelle à travers l'Histoire on peut consulter Carson, R.L.,
Comparative Economic Systems, M.E. Sharpe Inc., New York, 1990, pp. 447-452, ainsi que Hazera, A. et H.
Hayashida, The Influence of Japanese and American Stockholders on CorporatePlanning: A Cross-Cultural Examination,
in Business and the Contemporary World, vol. IV, n° 1, Bentley College, Waltham, MA, automne 1991, pp.
102-111. Le rôle des zaibatsu dans le développement de l'économie japonaise a été étudié par Duus, P., dans
The Cambridge History of Japan: Volume 6: The Twentieth Century, Cambridge University Press, Cambridge,
Royaume-Uni, 1988, pp. 448-449.
Voir Razin, E., Are the Keiretsu Anticompetitive? Look at the Law, in North Carolina Journal of International
Law and Regulation, vol. 18, n° 2, University of North Carolina School of Law, Chapel Hill, N.C., hiver
1993, p. 369. Voir aussi Fabrice ABBAD, histoire du Japon 1868-1945, Cursus Armand Colin, 1992.
133.En 1937, le ministère de l'éducation publiait un ouvrage intitulé Principes fondamentaux du kokutai. On
pouvait y lire que "l'individu dans son existence appartient à l'état" et plus loin que "tous deux [l'individu et l'état]
forment fondamentalement un seul corps."
132
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
de 1868 selon un modèle de protectionnisme éducateur134, les technologies ont été
puisées dans les sociétés occidentales, les capitaux nécessaires importés et les importations
réduites au minimum. Les exportations, pour leur part, sont vigoureusement encouragées.
A cette époque, l'économie est aux mains de grands groupes économiques familiaux (les
Zaibatsus) marqués par l'intervention de l'Etat. La main-d'œuvre est mal payée et organisée
militairement. Ce protectionnisme éducateur accompagné par une organisation du type
militaire, trempé dans l’idéologie nationaliste, privilégiant l’industrie militaire et une
politique expansionniste, ont été le garant de la réussite de l’accumulation capitaliste au
Japon depuis l’ère de Meiji. Les timides tentatives de démocratie ont été très vite
annihilées par les militaires et les grands groupes industriels, par peur de voir les
mouvements ouvriers naissants fédérer le mécontentement des couches sociales
défavorisées. À l'époque, une bonne part de la population se sent plus victime de
l'industrialisation que réellement associée au progrès économique et reste encore
insensible au nationalisme militariste et expansionniste prôné par l'Etat. C'est précisément
pour éviter cette désaffection vis-à-vis des objectifs nationaux que la loi sécuritaire de
1908 est promulguée. Cette loi sera renforcée au fil des ans, à chaque fois que se
manifestera une opposition quelconque. Il faut souligner ainsi que ce pays a payé un lourd
tribu pour son développement économique en vie humaine, surtout au cours de plusieurs
guerres (avec la Russie du Tsar, la Chine, et ensuite pendant les deux guerres mondiales).
Depuis 1945, sous la pression des Etat-Unis, la constitution a été modifiée vers une
démocratie parlementaire et une économie libérale s’appuyant sur l’exportation.
L’ensemble des industries japonaises au service des objectifs militaires de ce pays se sont
démilitarisées et leurs capacités de production se sont orientées vers la production de
biens de consommation de masse et l’industrie électronique.
Nous avons essayé, avec ce court exposé et en l’insérant dans le contexte de notre
thèse, de montrer que le Japon reste une exception dans l’histoire économique et que son
modèle ne semble pas pouvoir se généraliser comme la règle pour la théorie du
134.Le protectionnisme éducateur garantit le développement des industries naissantes trop exposées à la
concurrence étrangère. Il est aussi généralement appliqué par les pays en voie de développement, soucieux
de développer leur appareil industriel à l'abri de la concurrence internationale.
On a qualifié de protectionnisme éducateur une théorie économique qui préconise un protectionnisme
temporaire, seul capable de permettre un développement suffisant d'une économie nationale qui pourrait
ensuite se mesurer à ses concurrentes sur les marchés internationaux. Cette théorie a notamment été
défendue par l'économiste Frédéric List (1798-1846).
L'Allemagne, les USA et le Japon ont, de cette manière, efficacement protégé leur économie au XIXème
siècle. Cette théorie est aujourd'hui reprise par les économistes keynésiens pour conseiller un
développement autocentré aux pays en voie de développement .
133
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
développement économique. Ce qui le distingue fondamentalement des pays industrialisés
d’Occident réside dans son histoire, cet ensemble d’éléments socio-politiques et culturels
qui ont accompagné son accumulation du capital. Mais il est inimaginable aujourd’hui,
dans le contexte actuel que nous connaissons, qu’un pays "sous-développé" puisse se
mettre à l’écart du reste du monde, se protéger de la concurrence internationale, fermer
son marché aux autres pays, et surtout avoir une quelconque prétention militaire en
présence des armées des pays occidentaux en particulier des Etats-Unis.
Nous venons de voir au travers des différents principaux courants, les libéraux, les
marxistes et les néo-marxistes, que la prise en compte de l’intérêt général, du bien-être
social et les effets de la forme du pouvoir politique, la nature de son contenu (autoritaire
ou démocratique) sont très récents dans la pensée économique.
Les premiers théoriciens du développement pensaient, un peu facilement, que le
processus de développement peut s’appliquer à tous les pays et à toutes les périodes et
que la croissance économique allait de pair avec le développement général de la société.
Les théoriciens et les économistes néo-marxistes, inspirés par le modèle soviétique et
chinois, justifiaient, eux aussi d'une certaine façon, l'existence des sociétés étatisées qui,
selon eux, pouvaient aider le développement rapide des pays "sous-développés". Certains
de ces économistes citent aussi comme exemple de réussite économique sous les régimes
autoritaires, voire totalitaires, la Chine et l'ex-U.R.S.S. dont l’expérience a été interprétée
par les marxistes trotskistes comme une expérience de "capitalisme d’Etat". Mais il
convient de distinguer les pays qui connaissent une croissance économique et scientifique
durable et ceux qui ont un taux élevé de croissance pendant quelques années, par exemple
grâce au recours à une main-d'œuvre excessivement bon marché, à une classe ouvrière
sur-exploitée sous la pression et la surveillance policière en permanence ou à l'exportation
d'un produit dont le prix mondial est particulièrement favorable. Il faut aussi souligner au
passage l'accent mis par ces pays dans une logique de compétition avec les pays
industrialisés de l’Occident, sur la "productivité", la "quantité des produits", le "rattrapage
technologique" à tout prix, s'opposant toujours le nombre de tonnes de production de
coton, la quantité d’acier, le nombre d’usines et de véhicules sans se soucier des effets
secondaires du maintien de cette politique pour l'environnement. Pour ne citer qu’un seul
exemple, la situation désastreuse causée par les usines construites des deux côtés de la rivière
Volga, en Russie, est suffisamment significative. L'une des conséquences de cette politique est la
baisse sensible de production de caviar dans la mer Caspienne suite à la pollution de cette rivière
qui s’y voit verser tous les déchets des usines riveraines.
134
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Cependant, nous constatons encore aujourd'hui que les théoriciens de la pensée
économique occidentale, qualifiée de "pensée unique", insistent dans leur volonté de généraliser
et d'étendre à des sociétés complexes, historiquement différentes, culturellement étrangères aux
normes occidentales leur modèle de libre échangisme, leurs "valeurs" qui sont le progrès,
l'universalisme, la maîtrise de la nature, la rationalité quantifiante. Ces valeurs, et tout
particulièrement le progrès, ne correspondent pas nécessairement à des aspirations universelles
profondes. Elles sont liées à l'histoire de l'Occident et recueillent peu d'écho dans les autres
sociétés. Peut-on dire qu'il y a une seule définition du progrès, du développement économique
pour l'ensemble des sociétés? Les pays occidentaux peuvent-ils généraliser leur conception du
progrès à l'ensemble de la planète? Peut-on ainsi limiter le concept de développement et ses
enjeux pour les pays sous-développés?
La théorie néo-classique du développement, qui triomphe aujourd'hui sur les deux courants
précédents et prend son essor juste au moment de la désintégration du camp socialiste, à la fin
de la guerre froide, s'efforce de se généraliser depuis l'effondrement du bloc communiste et
trouve un appui très marqué auprès des organismes internationaux en particulier la Banque
Mondiale et le Fond Monétaire International. L'histoire du "sous-développement" est
étroitement liée aux politiques menées à partir de la fin de la deuxième guerre mondiale par ces
deux organismes et le principal bailleur de fonds, les pays Occidentaux vis-à-vis des pays "sousdéveloppés". À ce propos, il faut souligner que ces organismes ont implicitement adopté une
opinion qui est d'ailleurs propagée par certains travaux universitaires. Cette opinion repose sur
deux principes : d'une part, les réformes économiques dépendent nécessairement de la capacité
de l'exécutif d'ignorer les pressions exercées par les assemblées en faveur d'une politique
distributive; d'autre part, l'affaiblissement de la sphère publique que les décisions
technocratiques entraînent ne minera probablement pas à long terme la force de la
démocratie.135
Tout en ne niant pas la nécessité de réformes économiques, il importe de souligner
tout d'abord qu'il n'y a pas qu'une seule façon de faire face au coût qu'entraîne la
transition d'un modèle économique à un autre. Plus précisément, il faut songer à la
possibilité de promouvoir des réformes au moyen d'un autre mode décisionnel qui ne
court-circuite pas la sphère publique et qui cherche à modifier la perception que les
135. Cet argument se fonde sur la différence entre les deux étapes du processus de réforme économique:
l'étape de conception et de mise en œuvre et l'étape de consolidation. Il se fonde aussi sur une opinion sans fondement selon
laquelle le lancement des réformes dépend nécessairement de la concentration du pouvoir entre les mains de l'exécutif ; puis,
lorsque le besoin de consolider ces réformes se fait sentir, l'exécutif se sent incité à tempérer son pouvoir discrétionnaire et devient
réceptif aux institutions représentatives (Haggard et Kaufman, 1995, pp. 10, 16, 165 et 335).
135
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
acteurs ont de leurs intérêts au moyen du processus politique lui-même, au lieu d'ignorer
ou de réprimer les protestations de ces acteurs, comme c'était le cas dans la plupart des
pays sous-développés après avoir mis en œuvre le Programme de l'Ajustement Structurel.
En premier lieu, les populations de ces pays dénonçaient encore une fois une ligne de
pensée assez généralisée qui était inhérente aux théories de la modernisation des années
1960 et qui est réapparue dans les sciences sociales à la suite du démantèlement de l'exUnion soviétique. Selon cette ligne de pensée, tous les pays sous-développés doivent
suivre les mêmes mesures économiques, illustrer une seule tendance politique et
converger vers un seul modèle économique. Comme nous souhaitons le montrer dans
cette thèse, bien des particularités de la réalité des sociétés sous-développées résultent de
longs processus historiques qui les distinguent depuis longtemps des pays occidentaux.
Nous voulons montrer que les solutions aux problèmes du sous-développement de ces
sociétés ne peuvent pas venir de l'acceptation de certains présupposés de type universel.
En fait, nous pensons qu'il est probable que des solutions surgiront lorsque les analystes
cesseront de croire qu'elles se trouvent dans l'importation d'un modèle étranger et
lorsqu'ils commenceront à concevoir des solutions propres à ces pays sous-développés
pour des problèmes des pays sous-développés. Même si nous sommes à l'ère de la
mondialisation et même si tous invoquent de plus en plus le principe d'un modèle de
développement économique libéral et de la démocratie du type occidental.
En raison de la diversité des réalités politiques dans le monde, il semble que nous ne
pouvons négliger d'analyser les différences façonnées par l'histoire et de rechercher des
solutions à partir de ces différences.
En deuxième lieu, il faut admettre que le refus de reconnaître le rôle des assemblées
dans la conception et la mise en vigueur des réformes affaiblit actuellement la démocratie
et n'apporte pas de correctif à cet effet négatif. L'argument voulant que les prises de
décision technocratiques n'aient pas d'effets négatifs à long terme sur la démocratie n'est
qu'une nouvelle version d'une théorie populaire des années 1960; soit que nous devions
envisager l'autoritarisme comme bon pour la démocratie puisque les leaders autoritaires
seraient mieux en mesure d'assurer les conditions économiques se révélant à long terme
propices à la démocratie. Nous essayerons de montrer un point de vue tout à fait opposé
dans nos recherches discréditant cette théorie classique du développement, et ainsi de
vérifier s'il n'existe pas un rapport entre les politiques de ces organismes (la Banque
Mondiale et le Fonds Monétaire International) et les modèles théorisés pour le
développement des pays "sous-développés"?
136
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Si la réponse est positive, alors nous pouvons nous poser les questions suivantes :
Ces modèles sont-ils une réponse aux besoins de ces pays ou sont-ils élaborés selon
les nécessités et les besoins de l'économie occidentale?
Quels sont les liens entre les stratégies de développement de ces organismes et les
intérêts économiques, politiques des pays "développés", en particulier les pays donateurs
d'aide (U.S.A., Japon, etc.)?
Après l'effondrement des pays "socialistes", quelles sont les alternatives que
proposent ces organismes pour les pays "sous-développés"? Quelle est la nature de ces
alternatives?
Comment peut-on interpréter les nouveaux concepts comme la "bonne gouvernance"136,
la "libéralisation", "la transparence", "la promotion de la participation" qu'ils emploient
fréquemment aujourd'hui dans la définition de leur nouvelle stratégie?
Est-il vrai que la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International prennent la
tête d'un mouvement de vulgarisation de la "démocratie" dans les pays "sousdéveloppés", et cela depuis le milieu des années 1980, dans le but d'instaurer et de
consolider le système capitaliste dans ces pays et d'universaliser un modèle libéral unique
du développement dans le monde?
Comment peut-on expliquer la contradiction entre la politique de ces organismes et leurs
experts qui soutiennent, depuis l'époque du thatcherisme, d'un côté, moins d'Etat, moins de
protectionnisme, plus de libéralisme pur et dur, plus de "déréglementation" du marché, et de
l'autre côté, lorsqu'il s'agit de consolider le libre échangisme, n'hésitent pas à théoriser la
nécessité d'un Etat fort et totalitaire qui intervienne dans tous les domaines de la vie politique,
économique et sociale pour garantir à tout prix le succès de leur politique dans les pays du
Tiers-Monde? Nous ne manquons pas d'exemples en Amérique latine, en Afrique, en Asie.
L'économie libérale, par conviction et selon ses principes, est contre l'intervention de l'Etat.
136. La Théorie de la bonne gouvernance : cette théorie combine les approches de la science politique et de
l'économie institutionnelle. Elle vise à démontrer que les États qui sont les plus aptes à favoriser le
développement sont ceux qui exercent les fonctions régaliennes universelles et les seules politiques
publiques que d'autres acteurs que l'État ne seraient pas en mesure d'élaborer à sa place avec la même
efficacité. Ce sont également des États suffisamment désengagés de la société civile et du marché pour
laisser les mécanismes d'autorégulation de ceux-ci produire tous leurs effets.
"Du bon usage du concept de gouvernance" in La gouvernance in Revue internationale des sciences sociales, n° 155,
mars 1998, pp.109-118, notes. L'article aborde six domaines de la théorie et de la pratique du
développement où le concept de " gouvernance " revêt désormais une importance de premier plan : la
réflexion nouvelle sur les exigences institutionnelles d'une économie de marché efficace, le transfert du
pouvoir du secteur public au secteur privé et de l'Etat à la société civile, l'encouragement apporté aux
réformes du secteur public, la démocratisation et la promotion des droits de l'homme, la reconstruction des
sociétés dévastées par la guerre et la réponse au défi de la mondialisation. L'auteur indique des pistes qui
137
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Mais dans l'histoire de la pensée libérale, nous constatons en permanence cette contradiction
entre son exigence de moins Etat et son attente pour qu'il prépare les conditions propices et
nécessaires à son développement, à savoir l'éducation, la formation des élites, le transport, la
santé, la sécurité et la stabilité, de telle sorte que la rentabilité du capital soit garantie. (Il suffit
de penser aux récentes interventions du président Bush Junior suite aux scandales financiers
des sociétés américaines côtées en bourse et la crise de la bourse de New York). Comment
explique-t-on ce paradoxe?
Les modèles de développement sont contraints de répondre aux questions suivantes :
Quelles sont les couches ou les catégories de la société qui sont visées par ces modèles?
Quels moyens de production (qu'ils soient internes ou externes ou les deux) existent
concrètement pour satisfaire les besoins ou les revendications sociales de cette couche,
catégorie ou classe sociale d'un côté et les relations entre ces mêmes couches avec le reste de
la société ou l'évolution de ces rapports avec l'environnement qui l'entoure (les pays voisins,
les pays lointains, les zones de conflits et le rôle de l'éloignement ou de la proximité avec ces
zones ou encore le degré d'importance géopolitique de ce pays)?
Et qui définit quoi et comment? Une seule personne (un dictateur)? Un groupe de
personnes? L'ensemble de la société? Par voie de la représentation ou par vote direct ou
encore par discussion généralisée dans tous les foyers et les plus petites unités de la
communauté?
Comment? En s'appuyant sur les ressources internes? En empruntant à l'extérieur? En
encourageant les investissements étrangers?
Ce sont des questions qui méritent d'être étudiées et chacune pourrait être l'objet d'une
recherche indépendante. Nous avons essayé de répondre à certaines d'entre elles dans le
chapitre III de cette partie de notre thèse au travers des documents théoriques officiels de ces
organismes et de la politique d'Aide Publique au Développement (A.P.D.) des pays de
l'O.C.D.E. au cours des différentes périodes de leur histoire et les théories qui sont élaborées en
rapport avec les projets conçus, réalisés et financés directement ou indirectement par ces
organismes dans les pays "sous-développés".
réformeraient la conception de la gouvernance qui prédomine actuellement dans les organismes financiers
138
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CH.II.2. Le mythe de l’industrialisation
Malgré les échecs de toutes les politiques de développement, depuis quelques décennies,
le modèle de développement économique des pays industrialisés reste, indiscutablement, le
modèle le plus imité et le plus copié par les planificateurs des programmes économiques des
pays du "Tiers-Monde", qui insistent toujours sur le seul aspect mécaniste de ces modèles. Les
élites et les peuples de ces pays sont fascinés par le niveau de bien-être et le degré élevé
d'industrialisation des pays "développés". Ils n'ont qu'un seul désir : atteindre le même niveau
d'industrialisation et de bien-être que l'Occident. Et cela à n'importe quel prix. Alors, ils
investissent dans les usines clé en main, achètent des tracteurs et machines agricoles pour
remplacer les paysans, provoquant ainsi l'émigration massive des ruraux vers les villes. Ils
construisent des autoroutes à plusieurs voies. La réalisation de ces projets est encouragée et
financée en grande partie par les pays industrialisés. Pourtant tant d'efforts humains et
financiers n'ont fait qu'agrandir le fossé entre ces deux mondes et aggraver la misère et la
famine dans ces pays et nous ne parlons pas de tous les "désordres structurels que les normes
dominantes du développement mondial engendrent" 137 dans ces sociétés.
Était-ce un "mimétisme suicidaire"?
"Certes, l'échec de la plupart des expériences volontaristes de développement menées dans le "TiersMonde", quelle qu'en soit l'inspiration, a jeté la suspicion sur toutes les grandes théories et les modèles qui
s'y rattachent. Globalement, toutes les politiques de développement ont échoué. Toutes les techniques ont
fait la preuve de leur inefficacité. Qu'il s'agisse du jeu de la spécialisation internationale, de la politique
d'import-substitution, de la priorité à l'industrie lourde, de la promotion des industries industrialisantes,
des spécialisations dans les créneaux d'exportation, toutes les recettes ont fait faillite." 138
Le point commun de tous ces projets est la nature autoritaire de leur méthode
d'application et l'absence d'éthique. La caractéristique majeure de ces projets est qu'ils
s'intéressaient avant tout "aux questions logistiques plutôt qu'aux fins ultimes ou à la recherche du
"bien de l'homme". 139 Le souci des concepteurs de ces projets était plutôt de chercher les
méthodes et les manières qui auraient pu contribuer à augmenter "la production",
rentabiliser cette production en la rationalisant et tirer le maximum de profit, et presque
jamais la question "comment doit-on vivre?" n'a pas été abordée. Nous n'avons pas
internationaux et dans une grande partie de la communauté des donateurs.
137. Ibid
138. Serge Latouche, Faut-il refuser le développement, P.U.F, Paris 1986, p.8.
139. Amartya Sen, Ethique et économie, puf, Paris 1993, p. 8.
139
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l'attention de procéder ici à une analyse approfondie de l'éthique en économie concernant
ces projets, mais quel que soit le contexte socio-politique dans lequel ils ont été réalisés et
quelle que soit leur appellation, ces projets avaient deux caractéristiques dominantes. La
première, c'est qu'ils sont venus d'en haut, excluant systématiquement la masse de la
population directement concernée: "Phénomène que l'on retrouve, sous des formes multiples, aussi
bien dans les pays, où la transition vers l'indépendance s'est faite sans changements notables dans la
répartition des pouvoirs et leurs formes d'exercice, que dans les pays révolutionnaires (de l'Algérie à
l'Éthiopie socialiste, de Cuba à l'Asie du Sud-est)." 140 Ce modèle de développement dès le
départ admet que la culture de la majorité de la population de la société est en
contradiction avec le "développement". La première conséquence de l’application de cette
règle, dans la pratique, c’est d'écarter la participation de la population dans tous les projets
de "développement". C’est l’une des caractéristiques de ce modèle : l’absence de la
participation de la population dans tous les étapes, de conception jusqu’à la réalisation.
Deuxièmement, ce modèle définit le "développement" selon le modèle de l’Occident,
donc, il donne la priorité à l’investissement massif à court terme et l’importation de la
technologie avancée. Autrement dit, les éléments matériels du "développement" sont
considérés déterminants. Troisièmement, ce paradigme définit le "développement"
comme la modernisation, l’industrialisation. On constate que ce paradigme est
fondamentalement mécaniste, linéaire et dépourvu de la dimension éthique de l'économie.
Autrement dit, tous les projets du modèle à l'occidental du développement étaient fondés
sur les seuls critères de rentabilité, de rationalité et la maximalisation du profit au sens
capitalistique du terme.
En bénéficiant du recul historique sur l'évolution des théories économiques du
développement, une question s'impose: pourquoi les théories économiques du
développement au cours de ces dernières décennies n'ont pas pris en compte le "facteur
étatique"? ou autrement dit les raisons socio-politiques du "sous-développement"?
Nous pensons qu'une analyse historique des racines du "sous-développement" nous
permettra de mieux connaître le contexte mondial dans lequel les projets, les plans, ainsi
que les modèles choisis ou proposés pour le développement d'un pays "sous-développé"
prennent corps.
140. André Guichaoua et Yves Goussault, Sciences sociales et développement, Editions. Armand Colin, Paris
1993, p.50.
140
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CH. II.3. La place de "l’homme" dans les projets
et les modèles de "développement"
Aujourd'hui, le lien historique qui existe entre le phénomène du "sous-développement" et
le "développement", entre les causes et les racines de la misère des pays pauvres et des
pays riches, n'est plus contesté. La divergence est plutôt sur la manière et sur la méthode
proposée pour faire face à la situation de quasi famine et de misère des pays "sousdéveloppés". La divergence existe dans le choix entre deux voies différentes: la première
propose des réformes, des changements sans toucher à la structure socio-politique et au
système économique, et la deuxième insiste, avant toute autre tentative, sur une
transformation radicale de la structure socio-politique et économique, susceptible
d'entraîner un changement sensible.
Le facteur "homme", son désir, sa définition du développement et ses besoins réels
ont été trop souvent négligés dans la quasi-totalité des analyses sur le développement.
"L'homme" était généralement considéré comme un accessoire, un outil, en tant que
facteur de la production, un moyen pour atteindre le "développement", un sujet
économique, et jamais un sujet vivant ni comme un objectif. Ces projets avaient une
vision purement mécaniste et quantitative de l'économie, et ne considéraient pas
"l'homme", et son "bien-être" comme leur finalité. La tradition éthique, l'autre dimension
de l'économie qui remonte à Aristote141, a été rarement prise en compte dans la littérature
sur l'économie moderne. Aristote établit un lien entre l'économie et les finalités humaines.
Il considère la politique comme la "première des sciences". La politique doit utiliser "les
autres sciences", et notamment l'économie, et "puisque, là encore, elle détermine ce que nous
devons faire et ne pas faire, la fin de cette science doit inclure les finalités des autres sciences, de sorte que
cette fin doit être le bien de l'homme."142
Amartya Sen, en évoquant la pensée de Adam Smith, souligne davantage l'importance
de l'éthique chez ce précurseur de l'économie libérale. D'après lui:
"L'interprétation erronée de la position complexe de Smith vis-à-vis de la motivation et des marchés,
et l'oubli dans lequel est tombée son analyse éthique des sentiments et du comportement sont deux éléments
qui confirment qui s'est installée entre l'économie et l'éthique avec l'apparition de la science économique
moderne...
141.Aristote, "Ethique à Nicomaque", cité in :Amartya Sen, Ethique et économie, PUF, Paris 1993.
141
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
...On peut même considérer que l'une des principales déficiences de la théorie économique
contemporaine a été précisément de rétrécir la vision très large que Smith avait des êtres humains. Cet
appauvrissement est étroitement lié à la distance qui sépare désormais l'économie de
l'éthique"143(souligné par nous).
Dans les choix des solutions proposées par les experts, toutes solutions jugées
meilleures pour l'individu devaient être considérées comme meilleures pour l'ensemble de
la société. Et dans cette évaluation, la priorité a été donnée à la rentabilité, à la
maximalisation du profit et à la seule et unique dimension quantitative de l'économie.
Dans cette conception d'une "éthique de l'accomplissement social", on ne saurait arrêter
l'évaluation à un point arbitraire telle que la satisfaction de critères "d'efficacité".
L'évaluation doit être davantage centrée sur l'éthique et adopter une conception plus large
du "bien-être". C'est là un point qui revêt une nouvelle importance dans le contexte de
l'économie moderne, en particulier des théories économiques modernes du "bienêtre"144. Nous pensons que l'une des raisons de l'échec des projets du "développement"
était précisément cette vision purement statique et mécanique des théories économiques
du "développement". Ainsi l'impasse de l'approche mécaniste de l'économie sur des
projets et modèles du "développement" nous fait réfléchir sur l'impasse théorique par
rapport aux réalisations de ces projets et modèles dans la quasi-totalité des pays "sousdéveloppés". La faillite des théories de la "modernisation" et du "développement"
conçues par les experts en sciences sociales et économiques des pays Occidentaux pour
les pays "sous-développés" est peu contestée aujourd'hui.
CH.II. 4. Une définition plus large du concept du développement
Dans cette partie conclusive de ce chapitre, nous souhaitons avancer des "définitions"
beaucoup plus larges des termes de "développement" et de "sous-développement", pour que
nos lecteurs puissent mieux comprendre les enjeux chaque fois que nous les abordons dans le
questionnement des théories développementistes. Il nous semble donc pertinent de traiter la
définition du développement et de la "démocratie" de manière beaucoup plus ouverte pour
142. Ibid., p.7.
143. Ibid., p. 29.
142
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
insister sur les facteurs non pas uniquement économiques, mais aussi politiques et culturels
dans nos discussions. Ainsi nous voulons souligner que le développement est avant tout au
service de l'homme et de son émancipation et non au service de l'oppression et de
l'exploitation provoquant misère et injustice.
Nous définissons le "développement" avant tout, comme la "libération de l'homme"
dans la capacité qu'il a de se doter des moyens nécessaires pour favoriser "ses
créativités"et les réaliser, en lui redonnant la confiance en ses capacités. En ce sens, le
développement est l'ensemble des "conditions" nécessaires pour "se connaître" et pour
"se reconnaître", afin de préparer l'homme à admettre son pouvoir et son rôle en tant
qu'acteur du "changement" de sa vie, de son environnement, de son évolution personnelle
et de celle de la communauté dans laquelle il a une existence active.
Le "développement" est un objectif qui donne les moyens de libérer l'homme et la
société de la pauvreté matérielle et "intellectuelle". Il est le moyen qui permet de lui élargir
son horizon et son évolution, non seulement dans des domaines intellectuels et de la
pensée humaine, mais aussi dans des domaines qui enveloppent les dimensions d'un
processus beaucoup plus matériel que l'on nomme "existence" et "vie". Le
"développement" est un moyen qui ouvre le chemin de la connaissance des "sociétés
civiles", afin de faire accepter l'idée que ce sont eux qui sont les concepteurs, les
architectes, et les maçons de leur histoire et non pas que ce sont des "joueurs vaincus" de
luttes sans pitié qui se déroulent sur la scène internationale et qui veulent imposer leurs
règles et universaliser "leurs propres normes".
Le développement ne se limite pas aux seuls aspects socio-économiques ou culturels.
Il ne se limite pas non plus à l'accumulation d'un "capital matériel". Il n'est pas un sujet
"quantitatif" en additionnant les chiffres et les statistiques économiques. Mais il touche à
l'élévation de la connaissance et de la conscience de l'homme dans un pays.
L'homme, dans une société "développée", suscite le respect et il respecte à son tour
cette même société. Le "développement" rend l'individu responsable, et lui fait admettre
qu'il est le seul responsable de ses actes et des conséquences de ses actes. Il a le droit de
choisir et assume les conséquences de son choix. Son rapport avec sa communauté est un
rapport à double sens, un courant de va-et-vient de connaissance et de reconnaissance
mutuelle. L'homme de la société "développée" n'est pas un prisonnier, esclave du système
dominant. Il est situé au "cœur" même de cette société. Dans les pays "sous-développés",
les rôles sont tous personnalisés et individualisés. C'est le "mythe de la personnalité" qui,
144. Ibid., p.8.
143
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
seul, domine dans les pays sous-développés et toute la société est hiérarchisée en fonction
de l'éloignement ou du rapprochement de cette personnalité et des cercles qui l'entourent.
Les institutions juridiques, les associations et les syndicats sont inexistants. Dès lors,
lorsque la confiance s'effondre envers "les personnes" ou quand ces "personnes"
disparaissent, toute la société se désorganise et les rapports deviennent conflictuels.
Ni dans le système capitaliste, ni dans l'économie "socialiste" l'identité de "l'homme"
n'est reconnue en tant que telle. Dans "l'économie du marché", il est traité comme l'un
des instruments de production qui contribue à l'enrichissement des tenants du capital et
des moyens de production. Et, dans le système "socialiste", l'homme est au service de la
société. Son aliénation s'accentue dans les deux modes de production.
Nous souhaitons conclure ce chapitre en citant encore une fois, Fernand Braudel, qui
nous a mis en garde en 1962, prévoyant le risque d’un conflit majeur entre "les
civilisations". Le contexte politico-économique créé dans le monde après les attentats de
11 septembre 2001, prouve indéniablement sa clairvoyance. Il nous rappelle que :
"Le gros problème, aujourd’hui et demain, c’est la création d’une civilisation qui soit à la fois de
qualité et de masse, terriblement coûteuse, impensable sans d’importants surplus mis au service de la
société, impensable aussi sans des loisirs que le machinisme sera sans doute capable de nous offrir bientôt.
Dans les pays industrialisés, cet avenir est en vue, dans des délais plus ou moins bref. Mais le problème se
complique à l’échelle du monde.
Car les inégalités de l’accès à la civilisation que la vie économique a créées entre les différentes classes
sociales, elle les a créées aussi entre les différents pays du monde. Une grande partie du monde constitue ce
qu’un essayiste a appelé " le prolétariat extérieur ", ce que le langage courant appelle le Tiers-Monde, énorme
masse d’hommes pour qui l’accès au minimum vital se pose avant l’accès même à la civilisation - qui leur est
souvent inconnue - de leur propre pays. Ou l’humanité travaillera à combler ces dénivellations gigantesques,
ou la et les civilisations courront le risque de se perdre corps et biens." 145
145. Fernand Braudel, Grammaire des Civilisations, Ed.de poche, Flammarion, Paris 1993, p. 53.
144
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE III.
LA NOUVELLE POLITIQUE DE LA BANQUE MONDIALE
ET LE FOND MONETAIRE INTERNATIONAL
CH. III.1. Le constat d’échec dans les projets de développement
par les organismes internationaux et le changement de la politique
d’Aide au Développement
Pour situer les politiques élaborées par les organismes financiers dans les pays du
Sud, il faudra parler des événements survenus dans les années 70 et 80. Ces politiques ne
peuvent être que le prolongement de la stratégie du Point IV et d'autres politiques
poursuivies par les pays occidentaux depuis la deuxième guerre mondiale. Cette nouvelle
politique qui a été élaborée dans les années 80 ne répond pas non plus aux aspirations
145
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
démocratiques des pays "Maintenus en État d'Assisté". Elle constitue une manière
inadéquate des pays développés de répondre aux mouvements émancipationistes des années
60 et 70 des pays M.E.A. (Maintenus en État d'Assisté). Cette nouvelle politique n'a
d'autre objectif que de garantir la reproduction du système capitaliste sans recours à la
force. En effet, la mondialisation de la "démocratie" occidentale organisée et élaborée par
les pays industrialisés et avec l'aide de la B.M. et du F.M.I. constitue l'un des moyens
préventifs pour retarder encore la libération effective et réelle des pays "M.E.A.". Cette
politique de pacification des mouvements grandissants pour une véritable liberté et une
démocratie active des populations des pays du Sud, a été mise en œuvre depuis
l'application du Point IV du président Truman. (En ce qui concerne l'Iran, ce principe a
été appliqué juste après le coup d'État en 1953 qui a renversé, avec l'aide de la CIA, le
gouvernement nationaliste et démocratiquement élu de Dr Mossadegh. A cette époque, la
stratégie des pays occidentaux - et à leur tête les Américains - était d'écarter à tout prix le
danger du communisme et l'influence de l'Union soviétique en Iran.)
Cette nouvelle politique émerge dans plusieurs domaines: politique ("démocratisation" et
respectabilisation de l'appareil étatique), économique (libéralisation, privatisation,
déréglementation du marché mondial), juridique (le renforcement de l'appareil juridique par la
création du tribunal pénal international) et culturel (la diffusion de la culture occidentale à
l'échelle planétaire par le biais de l'Internet en particulier et la diffusion des émissions
télévisées par des satellites). L'émergence de cette politique mondiale coïncide avec la
chute du mur de Berlin, l'effondrement du camp du communisme, la montée des
revendications démocratiques de plus en plus forte et réelle dans les pays MEA et
l'apparition progressive d'une "classe" moyenne qui s'affirme avec ses propres
revendications et une volonté plus déterminée qu'avant à exiger une place plus importante
du pouvoir.
Le F.M.I. et la Banque mondiale ont changé radicalement leur politique d'Aide au
Développement. Pourquoi? Quelles sont les raisons de ce changement d'attitude à l'égard des
pays "sous-développés"? Quels rapports avec la politique de "mondialisation" de l'économie du
marché ?
Le concept d'aide publique est apparu après la seconde guerre mondiale. Dès son
origine, l'aide publique devait satisfaire deux objectifs : la promotion d'une croissance
soutenue et la réduction de la pauvreté dans les pays en développement. La contribution
internationale a permis de faire reculer la pauvreté en Indonésie, en Corée du sud et au
146
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Botswana dans les années 60, en Bolivie et au Ghana à la fin des années 80, en Ouganda
et au Viêt-nam la décennie suivante.
Dans bien des cas pourtant, l'aide publique a été un échec cuisant. Elle a alimenté les
caisses de quelques potentats locaux plutôt que favorisé le décollage économique des pays
concernés. Elle n'a malheureusement pas empêché l'incompétence, la corruption et le
maintien de politique inadaptée, rappelle la Banque Mondiale.
Détournement de l'aide à des fins personnelles, faiblesse du suivi et absence
d'évaluation des programmes financés, les bailleurs de fonds ont, pendant des dizaines
d'années, pratiqué le néo-colonialisme sans vergogne. Les contraintes budgétaires des pays
donateurs provoquent le déclin continu de l'aide au développement. Les dons et prêts,
bilatéraux et multilatéraux ont baissé de 30% depuis les années 90.
Sur ce sujet, les opinions des experts sont plus que controversées. Il nous appartient
de vérifier si cette aide est bien ciblée. Est-ce vrai que cette aide au développement se
réduit, et qu'elle cible de moins en moins ceux qui en ont besoin? L'aide a diminué, en
volume, de 17% en terme réel depuis le Sommet de la Terre de 1992. Or, à cette occasion,
les Nations-Unies avaient une nouvelle fois appelé les pays riches à verser un minimum
de 0,7% de leur P.N.B. brut sous forme d'aide au Sud. Ceux-ci n'y consacrent aujourd'hui
que 0,25%, un niveau historiquement bas. Selon le rapport 1998 de la Banque Mondiale,
l'aide au développement a été détournée à des fins personnelles, et elle n'a pas empêché
"l'incompétence, la corruption et le maintien de politiques inadaptées." 146 Elle a encore chuté en
1997, à 2,8 milliards de dollars contre 5,3 milliards en 1996 (16,8 milliards de francs
contre 31,8 milliards). La part consacrée aux pays les plus pauvres est aussi en recul. Ils
ont perçu à peine plus de la moitié de l'ensemble de l'aide en 1995, contre 62% en 1990.
De fait, les flux de capitaux privés représentent désormais la source essentielle de
financement des pays en développement : ils ont augmenté de 7% en 1997 et atteignent en
1998, 256 milliards de dollars. Ils représentent globalement 85% des ressources à long
terme des flux nets totaux : la composante essentielle de ces flux est constituée par les
investissements directs étrangers (120 milliards de dollars, cinq fois plus qu'en 1990). Mais
il ne faut pas se tromper. Si les pays en développement reçoivent aujourd'hui près de 36%
des flux directs d'investissements étrangers contre 21 % en 1991, ce ne sont que quelques
rares pays qui en profitent. Tel est le constat dressé par les ONG des pays riches dans leur
146. Cité par Le Monde, le retour de l'aide au développement, 25 avril 1998.
147
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
cinquième rapport annuel sur l'aide au développement.147 La crise asiatique en 1997, qui a
montré le danger d'un afflux désordonné de capitaux privés, notamment à court terme, ne
doit pas masquer le fait que rares sont les nations en développement à bénéficier de
volumes importants de capitaux privés. Une grande partie d'entre eux, notamment en
Afrique subsaharienne, reste tributaire presque exclusivement de l'aide concessionnelle, et
leurs besoins sont restés importants : le nombre de personnes vivant en dessous du seuil
de pauvreté absolue - de 1 dollar par jour - est passé, en dix ans, de 1,2 milliards à 1,3. Un
nombre plus élevé encore de personnes n'ont accès ni à l'eau potable, ni à l'électricité, ni à
la scolarisation. Le nombre d'illettrés (chez les plus de 15 ans) est passé de 848 millions à
872 millions.148 Seuls l'Amérique latine et les Pays d'Europe Centrale et Orientale
(P.E.C.O.) bénéficient d'un montant d'aide accru : respectivement + 1% et + 10% en
1995 en terme réel.
Les objectifs définis par cette nouvelle politique ont été abordés par Olave Stokke
dans son livre "Aid and Political conditionality " (1995) citant un observateur d'Ouganda,
John-Jean B. Barya:
"...La nouvelle politique de la conditionnalité n’a aucun rapport avec le désir des pays occidentaux
de promouvoir la démocratie en Afrique. Pendant longtemps les pays occidentaux ont supporté les régimes
dictatoriaux au Zaïre, au Libéria, en Ouganda, au Kenya, etc. La France s’est fortement distinguée en
intervenant militairement dans ces pays contre l’opposition populaire. Avec le démantèlement de l’Union
soviétique, les pays occidentaux n’ont plus de prétexte pour leur soutien aux régimes autoritaires à travers
le monde. Ces régimes ont été présenté comme le rempart contre le danger du communisme. La nouvelle
conditionnalité démocratique, qui émerge dans un monde unipolaire et dans un nouveau contexte
international, est censée servir trois objectifs :
1- de faire disparaître une fois pour toutes l’idéologie du socialisme et la remplacer par l’idéologie
d’entreprise et World Wide;
2- de créer une nouvelle source de légitimité pour son hégémonie et par la suite assurer sa domination
sur les pays qui sont économiquement et politiquement considérés particulièrement utile pour l’Occident;
147.The Reality of Aide publié en marge du rapport officiel, par le Centre de Recherche et de développement
(CRID).
148. Le Monde, Le retour de l'aide au développement, 25 avril 1998.
148
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
3- ils peuvent ainsi justifier la réduction du montant de leur Aide publique aux pays africains
depuis que cette aide a été orientée vers les pays de l’Europe de l’Est." 149
Dans les pays du Sud se trouvent actuellement 85 % des victimes du sida et des
épidémies renaissantes. Les zones les plus touchées se situent là où les guerres, les
déboisements, les grands travaux, les migrations vers des agglomérations urbaines géantes
ont modifié les cycles naturels et ont abouti à la raréfaction et à la pollution de la nature et
des eaux.
Le P.N.U.D. (Le Programme des Nations Unies pour le Développement) constate
dans son rapport annuel de 1998 que la pauvreté dans le monde n'a fait qu'augmenter
tandis que le niveau d'aide a considérablement baissé. Il rappelle dans ce rapport que plus
de 20% des 6 milliards d’habitants de la planète vivent avec moins de 1 dollar par jour. Et
si on fixe la barre à 2 dollars par jour (11 francs), les deux tiers de l'humanité sont en
dessous de la pauvreté.150 Depuis 1990, le P.N.U.D. fait entrer dans ses critères de sousdéveloppement des indices "multidimensionnels" pour un développement humain durable,
intégrant ainsi l'espérance de vie, l'alphabétisation, l'alimentation, l'accès aux services de
santé et à l'eau potable. Pour la première fois en 1995 au sommet de l'O.N.U. pour le
développement social à Copenhague, l'ensemble des dirigeants du monde ont déclaré que
l'élimination de la pauvreté constituait "un impératif éthique, social, politique et économique pour
l'humanité". L'année suivante, 21 pays de l'O.C.D.E. adoptaient "l'objectif ambitieux, mais
réalisable", selon leur terme, de réduire de moitié, d'ici à 2015, le nombre de pauvres. Mais
le rapport du P.N.U.D. à ce sujet est alarmant. Le premier bilan présenté le 16 octobre
1998 dans le rapport du P.N.U.D. sur la pauvreté, constate que "jamais il n'y a eu une telle
divergence entre les perspectives d'avenir des riches et celles des pauvres". D'après ce même rapport
:"nombreux pays n'ont toujours ni objectifs concrets ni échéanciers précis ", d'autres "ont adopté des
plans d'action sans affecter les ressources nécessaires."
149.The new political conditionalities have nothing to do with a desire of Western countries to actually encourage democracy in
Africa. For a long time Western countries supported dictatorship for instance in Zaire, Liberia, Uganda and Kenya. France
distinguished itself in supporting dictators with open military interventions on their behalf against popular opposition. With the
colapse of Soviet-led state socialism Western countries can no longer justify their support for dictators who have hitherto been socalled "bulwarks against communism". The new conditionalities in the emerging unipolar world therefore are designed to serve,
in the new situation, three purposes: one, to crush once and for all the ideology of socialism and to replace it unambiguously with
the ideology of the enterprise world-wide, two, to create a new credible source of legitimacy for hegemony and thereby ensure
leverage over specific countries which are considered economically and politically useful to the west..., three, a "justification for the
impending decline in Africa's share of global assistance as resource flows to Eastern Europe begin to mount."
150. Le rapport annuel du P.N.U.D., 1998.
149
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Comme dépassement du simple cadre économique jusqu'au début des années quatrevingt, le paradigme néo-classique n'était qu'un courant parmi d'autres dans le champ
académique de la science économique, même s'il avait, dès les années soixante-dix, gagné
une influence solide au sein des institutions financières internationales (Banque Mondiale,
F.M.I.). À partir du début de la décennie quatre-vingt, le contexte de reflux des thèses
tiers-mondistes, de crise financière des pays du Sud et de montée en puissance du tandem
F.M.I./Banque Mondiale dans la remise en place des programmes d'ajustement structurel
favorisa l'avènement de ce qu'il est depuis lors convenu d'appeler le “consensus de
Washington” sur les bienfaits du credo néo-classique.
En se spécialisant conformément à leurs avantages comparatifs, eux-mêmes définis
par leurs dotations en ressources naturelles et en facteurs de production (capital, travail),
en respectant le principe de vérité des prix et en laissant s'épanouir l'initiative privée dans
un contexte de libre et saine concurrence, les pays en développement sont désormais
appelés à profiter pleinement de l'échange international et à jeter les bases d'un
développement équilibré. Le simple jeu des forces du marché, dans un contexte de libre
insertion de l'économie nationale dans l'économie mondiale, est ainsi censé garantir aux
pays en développement la croissance de la production, l'allocation optimale des facteurs
de production et l'équité dans la rémunération de ces facteurs.
CH. III.2. Les conséquences de la politique des Programmes
d’Ajustement Structurel (P.A.S.)151
Cependant, on constate qu’après deux décennies, les conséquences de la politique des
Programmes d’Ajustement Structurel (P.A.S) imposés aux pays du Tiers-Monde, par le
tandem F.M.I.-B.M. sont médiocres, pour ne pas dire désastreuses. Ces deux organismes
appuyés par les pays occidentaux, les principaux prêteurs des pays "sous-développés", ont
prêté des centaines de milliards de dollars aux pays du Sud à des taux d’intérêt assez bas.
Ils étaient assurés du remboursement puisque les cours des matières premières étaient
151. P.A.S. : Programmes d’Ajustement Structurel.
150
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
favorables. Mais au début des années 80, les pays industrialisés ont mis en application les
politiques néo-libérales et augmentent les taux d’intérêt. Ainsi la dette des pays du Sud a
été multipliée par deux, trois et parfois même plus. Le remboursement devient difficile.
Alors les États du Sud ont de façon drastique réduit leurs dépenses sociales et contracté
en même temps de nouveaux emprunts pour équilibrer les comptes. C’est à ce moment là
que les P.A.S. furent alors imposés aux pays "sous-développés"pour plusieurs raisons :
1- maintenir un contrôle stratégique sur certains États;
2- s’assurer une source d’approvisionnement en matière première et un débouché
pour les produits finis. Mais les matières premières exportées par les pays « sousdéveloppés » se heurtent à la concurrence et pour certaines, à la baisse de la demande
suite à leur remplacement par d’autres produits fabriqués par l’industrie des pays
occidentaux. Ce qui a entraîné la baisse de leurs prix. La conjugaison de cette
détérioration des termes de l’échange et de la hausse des taux d’intérêt a débouché sur la
crise de la dette car, en même temps, il fallait rembourser des sommes de plus en plus
élevées avec des ressources beaucoup plus moindres. Ainsi les pays endettés, en
commençant par le Mexique, annoncent qu’ils ne sont plus en mesure d’assurer le
remboursement de leur dette. Les banques privées s’inquiètent de ne plus recouvrer leur
dû et refusent d’accorder de nouveaux prêts tant qu’on n’aura pas remboursé les anciens.
C’est alors que le F.M.I. et les pays industrialisés prêtent à nouveaux afin d’éviter la faillite
généralisée, mais ils imposent en contre partie les P.A.S. Tout pays endetté qui s’éloigne des
P.A.S. est privé de nouveaux prêts du F.M.I. et des pays industriels. Les conséquences de ces
deux décennies de P.A.S. dans les pays "sous-développés" est d’une part l’abandon de
certains aspects essentiels de leur souveraineté, et d'autre part l’accroissement des
inégalités entre les couches populaires de ces pays. Car les remèdes proposés par le F.M.I.
sont de deux natures :
A. la thérapeutique de choc, qui consiste en la dévaluation de la monnaie nationale, la
hausse des taux d’intérêt à l’intérieur, la suppression des subventions qui soutiennent
généralement les secteurs fragiles de l’économie nationale et certains biens de
consommation de masse afin d’empêcher de fortes hausses des prix pouvant entraîner des
tensions sociales. C’est le cas du carburant, du transport commun, de l’eau, du pain, de
l’électricité. La réduction des effectifs de la fonction publique dans les pays « sousdéveloppés » a mis au chômage des milliers de personnes en mettant en évidence
l’absence de sécurité d’emploi dans ces pays.
151
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Le diagnostic du F.M.I. relevait que l’excès de la demande globale sur l’offre globale
entraîne un taux de croissance inflationniste dans les pays pauvres. Alors il fallait réduire,
selon ce diagnostic, la demande, la niveler vers le bas jusqu’à ce qu’elle atteigne l’offre.
Mais cette approche oublie que la demande excède l’offre dans ces pays, parce que celle-ci
est insuffisante, et que c’est plutôt l’offre qu’il fallait stimuler et la ramener au niveau de la
demande et non le contraire. Car, créer la richesse, augmenter la production, est le
fondement du développement de toute entité économique.
S’agissant des privatisations, celles-ci ont pour objectif de procurer des capitaux frais
au pays. Nous avons constaté dans le cas de la Russie que cette démarche avait abouti à
un bradage des entreprises publiques au profit d’enrichissement de quelques hommes
influents locaux.
B. Les réformes structurelles à savoir : la privatisation, la libéralisation du marché, la
réforme fiscale.
Nous n’avons pas l’intention d’aborder ici une analyse détaillée et approfondie des
conséquences de nouvelles politiques de ces deux organismes. Cela pourrait être un sujet
indépendant de recherche. Nous nous limitons à quelques exemples dans les pays "sousdéveloppés". En Afrique du Sud, ce programme avait annoncé la création d’un million
d’emplois nouveaux, un taux de croissance de 6%. Mais il y a eu 750.000 suppressions
d’emplois et la croissance a été maintenue à 1% (1999). À l’Île Maurice, dès 1992 le mythe
du miracle économique s’effondre. La semaine de travail a été augmentée et revenait à
55heures par semaine, aussi, les salaires ont diminué pour atteindre le seuil de pauvreté,
l’inflation a été en hausse et les prix des premières nécessités ont augmenté. En Haïti, aux
Caraïbes, dans les pays d’Afrique noir, des manifestations ont été organisées contre les
P.A.S.
Suite à ces manifestations et à ces mécontentements populaires dans bon nombre de
pays "sous-développés", les P.A.S ont été abandonnés et remplacés par le "progrès
démocratique" que l'on enregistre dans les États demandeurs d’aide. La démocratisation serait
un préalable à l’aide et au commerce, et donc au développement. En fait cette dernière
exigence ne concerne que les pays les plus pauvres (Haïti par exemple). Notons au
passage que les événements de Tien an Men n’empêchent pas les investissements en
Chine. En fait le "préalable démocratique" masque une exigence centrale : l’existence,
dans les pays concernés d’un État de droit, démocratique ou autoritaire, mais favorable au
développement du commerce et de l’investissement international.
152
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Il est particulièrement pertinent de souligner que dans cette nouvelle politique, l’État
de droit (par opposition à l’État arbitraire) ne se confond pas nécessairement avec l’État
démocratique. Car l’État de droit peut être conservateur, qu’il soit dictatorial (Salazar au
Portugal), ou démocratique (Méline en France), ou bien "progressiste" sous les formes du
"despotisme éclairé" (Colbert ou Bismarck en Allemagne ou Mutsu Hito au Japon) ou
même de la "démocratie éclairée" (les pays anglo-saxons depuis le XVIIIème siècle) voir
"providentielle" (pendant les Trente Glorieuses). En résumé, si l’État arbitraire n’est pas
favorable au développement, certaines formes d’État de droit - démocratiques ou
dictatoriales - ne le sont pas non plus. Donc le critère pour une "bonne gouvernance",
selon la nouvelle politique de ces organismes, est d’être "Favorable au Développement",
c’est-à-dire ne détournant pas les capitaux extérieurs vers des fins militaires, somptuaires
ou d’auto-reproduction du personnel politico-administratif. Selon les experts de la Banque
Mondiale et le F.M.I., puisque le salariat et l’entreprenariat privé autochtones se sont
généralisés partout dans le monde et que les pays "sous-développés", dans certaines
mesures ont atteint un niveau de développement suffisant, il est alors de l’intérêt commun
des travailleurs et des entrepreneurs que l’État de droit prenne la forme "démocratique" et
favorise ainsi le développement, la libre concurrence : pour les entrepreneurs parce que
l’État dictatorial, entrave désormais leur enrichissement ; pour les travailleurs parce que la
liberté syndicale et le plein emploi (s’il y a lieu) permettent un rétrécissement de l’échelle
des revenus. Pour les deux enfin, parce que l’augmentation des salaires et la formation
d’une classe moyenne permettent d’adjoindre un marché intérieur au marché extérieur.
Parmi les représentants les plus illustres de ce retour en force de l'école néoclassique
au début des années quatre-vingt, nous pouvons citer Bela Balassa qui réalisa, pour le
compte de la Banque Mondiale, quelques vastes études empiriques couvrant de nombreux
pays en développement et qui tendaient à établir une corrélation directe entre la
croissance des exportations et la croissance du P.N.B.. Dans une veine à la fois plus
théorique et plus offensive, un auteur comme Lal Deepak élabora une attaque en règle
contre les économistes du développement des générations précédentes qui s'étaient
rendus coupables de cautionner les dérives de l'interventionnisme étatique et de la
planification centralisée dans les pays en développement. Plaidant pour un retour au seul
mécanisme régulateur qui vaille (les prix du marché), il déclarait morte et enterrée
l'économie du développement, et militait pour sa réintégration dans la théorie du
153
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
marché.152 C’est à peu de chose près sur ces bases théoriques que fonctionne depuis
maintenant une quinzaine d'années l'hégémonie néo-classique libérale sur l'économie du
développement.
Dans cette vision, le rôle de l'État a une fonction précise: il doit s'abstenir d'interférer
défavorablement avec les règles du marché. Les économistes néoclassiques présentèrent
alors comme modèles les N.P.I. (Nouveaux Pays Industrialisés) exportateurs d'Asie du
Sud-Est et notamment la Corée du Sud, en attribuant leur décollage économique à
l'attitude libre-échangiste de l'État qui aurait libéré le dynamisme à l'exportation des
entreprises.
En revanche, à l'égard des autres États du Tiers-Monde qui, depuis trois décennies,
s'étaient fourvoyés dans l'interventionnisme étatique, le discours néo-libéral n'a pas hésité
à utiliser le registre de la diabolisation, "dirigiste", "tentaculaire", "hypertrophiée",
"impotente", "parasitaire", "asphyxiante". Les États du Tiers-Monde furent perçus
comme responsables de l'étouffement de l'initiative privée, du dérèglement des marchés,
de l'anéantissement de la concurrence, bref de l'enlisement dans le sous-développement.
Les remèdes avaient pour noms désétatisation de l'économie et de la société, privatisation,
déflation des fonctions publiques, autant d’objectifs poursuivis par les Programmes
d'Ajustement Structurel.
Toutefois, avec la vague de "démocratisation", de l'Amérique latine au cours de la
décennie quatre-vingt, et son extension partielle à l'Afrique à partir de 1990, le discours a
pris une tournure plus constructive, plus politique aussi, autour du concept de
"gouvernance". Mis en avant à partir de 1990 par la Banque Mondiale, le concept a fait
l'objet d'une abondante production théorique ces dernières années aux Etats-Unis. Ce
concept prétend combiner la science politique, l'économie institutionnelle et l'économie
néoclassique. Tandis que les pays dits sous-développés restent encore spectateurs de
l'avancée technologique réalisée par les premiers et en subissent les conséquences, leurs
situations économiques ne cessent de s'aggraver. Les conditions de vie dans la plupart de
ces pays ont reculé par rapport au passé.
"D'aucuns croyaient l'Afrique subsaharienne ravagée depuis des années par d'interminables guerres
civiles - Éthiopie, Somalie, Mozambique, Angola, Liberia, Ouganda, Rwanda, Burundi, Zaïre... - avec
leurs centaines de milliers de victimes, les cortèges de réfugiés parqués dans les camps, les villages dévastés,
152. Lal Deepak, The Poverty of Development Economics, Institute of Economic Affairs, London 1983.
154
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
les zones abandonnées aux seigneurs de la guerre; atteinte par la désertification et la malnutrition qu'il
accompagne, les déforestations et une pollution accélérées; déstabilisée par l'exode rural, l'insécurité et
l'insalubrité urbaines; écrasé par le poids de la dette, la paupérisation des populations et des États, de
moins en moins en mesure d'assurer le fonctionnement régulier des services publics, de financer les
infrastructures, de garantir à tous et à toutes l'accès à l'éducation et à des conditions sanitaires décentes.
Une Afrique s'éloignant inexorablement du modèle de développement façonné après la seconde guerre
mondiale et la décolonisation."153
La dépendance économique pour les pays sous-développés s'est accentuée au cours
de ces dernières années. Le secteur agricole autrefois autarcique est à la merci du marché
mondial. Dans la plupart des cas, il n'est pas capable de répondre aux besoins alimentaires
d'une population affamée154. En effet la quasi-totalité des projets de développement
réalisés dans les pays "sous-développés" n'ont pu avoir que des résultats médiocres:
"Pour beaucoup de pays du Tiers-Monde, la "décennie" du développement s'est traduite par une
industrialisation artificielle et par une modernisation de l'agriculture qui ont engendré concrètement: exode
rural et développement d'immenses bidonvilles, sous-emploi dans les campagnes et clochardisation des
agriculteurs, destruction d'emplois urbains et artisanaux. D'immenses investissements sur fonds publics
(c'est-à-dire financés par la rente pétrolière ou celle de la terre arrachée à la sueur des paysans) ont permis
de construire d'énormes complexes industriels qui sont en train de rouiller ou tournent à faible pourcentage
de leur capacité de production."155
Il est certain que la plupart des expériences volontaristes de développement menées
dans le "Tiers-Monde", quelle qu'en soit l'inspiration, a jeté la suspicion sur toutes les
grandes théories et les modèles qui s'y rattachent. Après cinquante année d'expérience,
sans vouloir être pessimiste, le résultat est relativement négatif. Le constat des experts,
quelle que soit leur appartenance idéologique, montre que toutes les politiques de
développement ont tous inexorablement échoué. Toutes les techniques ont montré la
preuve de leur inefficacité. Qu'il s'agisse de la politique de la spécialisation internationale
ou celle de l'Industrialisation par la Substitution des Importations (I.S.I), de la priorité à
153. Christian de Brie L'Afrique à l'aune du développement virtuel , Le Monde diplomatique, octobre 1997.
154. Eric Toussaint Sortir du cycle infernal de la dette, Le Monde diplomatique, octobre 1997.
155. Latouche Serge, Faut-il refuser le développement, P.U.F, Paris 1986, p.8.
155
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l'industrie lourde, de la promotion des industries industrialisantes, des spécialisations dans
les créneaux d'exportation, toutes les recettes ont fait faillite.
Suite au constat d'échecs consécutifs, l'impasse de la politique de coopération
proposée à l'Afrique, et encore tout récemment le résultat médiocre et insignifiant du
Programme de l'Ajustement Structurel accompagné ou non par les programmes de lutte
contre les inégalités et la pauvreté, les pays "sous-développés" se voient désormais sujette
à une nouvelle expérimentation après celles de la "civilisation" et du "développement".
Actuellement, les organismes internationaux et les bailleurs de fonds lui imposent une
nouvelle voie, "le respect des droits de l'homme", "la liberté d'expression", "la
transparence dans les décisions", "la création d'institutions représentatives", etc...
CH. III. 3. La politique de la conditionnalité démocratique
de la Banque Mondiale
Cependant, nous constatons d'une part qu'avec la libéralisation et la déréglementation du
marché, "l'État" perd en partie son pouvoir de contrôle sur l'économie. Contrairement au
XVIème siècle, où l’on a vu se constituer les États-Nations, l’époque actuelle est celle de la
déconstruction de l’Etat. Et en privatisant l'économie, sous l'incitation des organismes financiers
internationaux (Fond Monétaire International et Banque Mondiale), le rôle de l'État se transfère
progressivement aux entreprises privées. Dans un rapport publié par la Banque Mondiale en
1997, nous constatons ce regain d'intérêt pour ce transfert du rôle de l'Etat au secteur privé.
D'après ce rapport :
"La mondialisation et la propagation de la démocratie ont fait barrage à l'arbitraire. La fiscalité, le régime
de l'investissement et les politiques économiques doivent sans cesse réagir à l'évolution des paramètres d'une économie
mondialisée. Les avancées de la technologie ont ouvert de nouveaux horizons, permettant de fragmenter la
prestation des services et d’élargir le rôle des marchés. Ces changements appellent l'État à assumer des missions
nouvelles et différentes, à cesser d'être le prestataire unique des services offerts pour en devenir le catalyseur et le
régulateur." 156
156
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Dans son rapport intitulé "Démocratie et développement" daté du 8 juin 1999, la Commission
des questions économiques et du développement des Nations Unies invite expressément ses
membres "d’accepter l’idée que la participation de l’État à l’économie ne devrait pas être omniprésente, qu’elle
devrait dans toute la mesure du possible, être plus limitée " et il définit le cadre de l’intervention de l’État
pour les années à venir :
"La plupart d’entre nous sommes fermement persuadés que l’État devrait se montrer un partenaire fiable en
instaurant un cadre réglementaire adéquat -une bonne gestion des affaires publiques- que l’on estime nécessaire pour
optimiser les activités du secteur privé qui sont au cœur de toute économie saine. Il semble donc que l’accord
consensuel porte sur le fait que l’État doit moins s’impliquer en tant qu’acteur économique direct tout en renforçant
sa capacité à servir de facilateur entre les différents intérêts économiques dans la société, et maintenir un niveau
acceptable de normes en matière de justice sociale, de conditions de travail pour la main d’œuvre et de protection de
l’environnement."
Et d'autre part, avec la fin de la Guerre Froide qui a rendu possible un nouveau
scénario, dans lequel le monde cesse d’être divisé idéologiquement et politiquement entre
deux super-puissances, nous assistons à l’émergence d’un espace de polarité indéfinie, où
l’Etat le plus fort économiquement a plus de pouvoir encore qu’avant. C'est ainsi qu'après
avoir connu la tentation des régimes totalitaires en Europe et en Amérique Latine, nous
assistons à l’avènement d’une nouvelle dictature, celle de l’économie, dans laquelle le
social et le politique perdent du terrain.
La globalisation économique fait peu à peu sortir l’État-Nation (constitué sur le
modèle de l’État Moderne) de la scène. Dans un monde où tout se fait avec une rapidité
et une facilité déroutantes, les besoins économiques dictent désormais les règles. La
rapidité à laquelle les informations se diffusent génère une vulnérabilité excessive des pays
ouverts au commerce international.
Ce scénario est propice à la formation de blocs dits régionaux. Les Etats-Nations
cèdent une part de leur souveraineté au profit d’une sorte de super-Etat dont la
souveraineté prend une envergure internationale. C’est ainsi que l’État-Nation se fragilise
et que l’on assiste à une relecture de la souveraineté telle qu’on la concevait au siècle
dernier.
Avec l’apparition des blocs économiques, produits à la fin de la Guerre Froide, les
limites des domaines de compétences deviennent plus floues. La formation de blocs
156. Banque Mondiale, Repenser l'Etat, partout dans le monde, 1997, p2.
157
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
provoque une modification du concept d’État-Nation, celui-ci cessant d’être souverain en
certaines matières. Se pose alors de manière récurrente la question de savoir si un premier
pas vers l’effacement de l’État n’est pas franchi. Pourtant, le rôle de l’État est loin de
disparaître. Il devient évident qu’il faut qu’il s’adapte en partie. L’État ne prend pas le
chemin d’une disparition, bien au contraire, il se transforme, de concert avec les
exigences, économiques surtout, du monde actuel. Le retour du libéralisme économique
au début du siècle dernier, dit néo-libéralisme, est utilisé pour définir un État Minimum
découlant du démantèlement de l’État-Nation.
L’idée que le secteur économique doit prévaloir sur les autres et que les politiques
doivent être menées en conséquence et dans les limites des besoins de l’économie a pris
un nouveau souffle dans le scénario mondial d’après la Guerre Froide. La main invisible
du marché ressurgit avec force dans ce scénario.
De cette idée découlent deux problèmes. Le premier, et le plus évident, est le retour à
une crise provoquée par ce modèle au début du XXème siècle, qui s’est achevée par le crack
de la Bourse des Valeurs de New York en 1929. Le deuxième problème concerne la
vulnérabilité des pays, reliés comme des maillons d’une chaîne d’un bout à l’autre d’un
monde, qu’il convient d’appeler le Monde Globalisé. La facilité avec laquelle les crises
naissent, associée à la fragilisation de l’Etat-Nation, expose sans cesse les pays aux aléas
du commerce international, à tel point qu’une crise dans un petit pays asiatique peut
provoquer un bouleversement général dans certains pays européens et sud américains. Ce
phénomène, connu familièrement sous le nom d’effet domino, est dû à la transformation
du scénario mondial, dans lequel les affaires cessent d’être nationales pour devenir
mondiales. Le monde forme comme une grande chaîne, de sorte que si un changement
arrive en un point, il atteint directement ceux pour lesquels l’économie est centrale. Le
rôle de l’Etat perd sa signification pour satisfaire des exigences mercantiles.
Ainsi nous constatons que l’image de l’État Minimum se renforce encore avec la crise
de "l’État Providence", modèle qui s’est si bien répandu à travers les États-Unis et
l’Europe à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Ce modèle, dans lequel l’État-Nation
intervient directement pour toutes les relations économiques, politiques et sociales, et
mise en cause par l’économie libérale, ne peut se maintenir longtemps. Ce système,
d’après les organismes financiers internationaux, B.M et F.M.I, engendre surtout un
protectionnisme étatique excessif et constitue selon eux inévitablement une entrave au
commerce international. En réponse à cette crise, ces organismes proposent l’institution
158
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
de l’État Minimum dans lequel on vide l’État-Nation de ses fonctions, surtout dans le
secteur économique (et par conséquent dans le domaine social), limitant ainsi le rôle de
l’Etat à celui d’un simple médiateur dans le domaine économique sur la scène mondiale.
On retrouve alors une sorte de lecture postmoderne du "laisser-faire" du XIXème siècle.
Ainsi la formation de blocs régionaux devient fondamentale pour garantir une
meilleure intégration des Etats au commerce international. Mais, en même temps, la
formation de ces blocs provoque une perte de souveraineté étatique, à mesure que la
nécessité de créer un Super-Etat se fait de plus en plus forte. Cela contribue encore à
amoindrir l’Etat National jusqu’à ce qu’apparaisse la notion d’État Minimum. Les efforts
des organismes financiers, B.M et F.M.I., et des pays occidentaux, les principaux bailleurs
de fond dans les pays "sous-développés" depuis des années 1980, s’orientent davantage
sur la réduction du rôle de l’État parce qu’ils croient que la solution à la crise économique
dans ces pays repose exclusivement sur la confiance envers le marché plutôt que sur la
réforme et le renforcement de l’État. A cause de la crise économique et des réformes
adoptées pour la surmonter, sous la pression des organismes financiers internationaux, la
vie politique actuelle dans les pays "sous-développés" se caractérise par une crise de l’État.
Cette crise a non seulement diminué la capacité d’action globale de l’État, mais elle a aussi
entraîné, de façon encore plus pernicieuse, des modes d’action discriminatoires, lorsque
cet État affaibli est encore capable d’agir. Outre le fait que ces États ne sont généralement
pas en mesure de relever les défis de la fonction gouvernementale, l’une des
caractéristiques les plus significatives de la réalité politique de ces pays a été leur façon
particulière et sélective d’appliquer la loi. Les élites privilégiées du secteur privé ont pu
tenir l’Etat en échec, tandis que les masses pauvres ne pouvaient compter sur la
protection que la loi devait leur accorder. La sortie de la crise nécessite donc, d’après ces
organismes et selon leur conception libérale, de trouver un rôle à substituer à celui que
l’État a cessé de jouer dans certains secteurs, pour pallier le désengagement de l’État, qui
est par ailleurs le seul capable d'engendrer des ressources durables nécessaires au
développement et à la poursuite de la croissance dans les pays "sous-développés".
Cette nouvelle politique trouve ses racines dans le constat, effectué par les grandes
instances financières internationales et plus discrètement par les coopérations bilatérales,
de l'échec des projets de développement, du "dialogue sur les politiques" et des politiques
d'ajustement. Le discours sur l'État de droit et la démocratie pluraliste a été prononcé
pour la première fois lors des négociations sur le renouvellement des accords de Lomé en
1984-85 comme exigence centrale pour le développement économique. Déjà en 1980, les
159
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
premiers avertissements ont été donnés contre "les dérives gouvernementales en
Afrique". En 1982, le rapport "Blumenthal" met en cause le gouvernement du Zaïre dans
la situation de banqueroute de l'économie de ce pays. Ce rapport a été rédigé par les
experts proches de la Banque Mondiale et le F.M.I.. Mais c’est seulement à la fin des
années 80 que l'exigence de "démocratisation" devient plus nette, lorsque ces organismes
sont contraints d’avouer leur échec dans le Programme d'Ajustement Structurel. Une
étude de la Banque Mondiale sur la mise en œuvre des prêts d'ajustement structurel ou
sectoriel dans 15 pays en développement (dont cinq pays africains) entre 1980 et 1985,
montre ainsi que seul 60% des changements de politiques acceptés par les autorités
nationales avaient été effectivement appliqués.157 Un autre bilan sur les programmes
ruraux relevait en 1988 que "les projets réalisés en Afrique sub-saharienne se signalent par rapport
au reste du programme, par des résultats particulièrement mauvais. Les projets de développement local dits
"développement intégré", ont des résultats si mauvais qu'on a pu mettre en doute, dans de nombreux cas,
l'utilité d'une telle approche."158 C'est à partir de cette époque que nous constatons les efforts
de la Banque Mondiale dans la théorisation de cette nouvelle politique. Un certain
nombre d'études commencèrent alors à remettre en question la corrélation posée entre la
nécessité d'un gouvernement de type autoritaire et la capacité à appliquer les programmes
d'ajustement. La particularité de ces travaux est l'accent mis sur l'opportunité de prendre
en compte les variables et les processus politiques.159 Dans cette analyse, la Banque
mondiale énumère les causes profondes de la faiblesse de la performance économique
entre autres, dans la carence des institutions. Ce rapport insiste sur l'initiative du secteur
privé et les mécanismes du marché. Cette initiative doit aller de pair avec une bonne
administration, une fonction publique efficace, un système judiciaire fiable et une
administration comptable de ses actes. En dernière analyse, un meilleur gouvernement
exige un renouveau politique, ce qui signifie une lutte implacable contre la corruption à
tous les niveaux. D'après l'auteur de ce rapport, "il faut pour cela donner l'exemple en renforçant
la responsabilisation, en encourageant un débat public et en soutenant une presse libre." 160
157.Youssef Bangura et Peter Gibbon, Adjustment, Authoritarianisme and Democratie: An introduction to some
Conceptuel and Emprical Issus, Uppsala, The Scandinavian Institute of African Studies, 1992, pp. 11-12.
158.La Banque Mondiale et le développement rural, 1965-1986, Banque Mondiale, Washington D.C., 1988,
pp.xvii-xxi.
159. P.N.U.D, Banque Mondiale L'Afrique sub-saharienne, De la crise à une croissance durable, Etude de prospective à
long terme, Washington D.C., 1989, pp.xii, 7.
160. Ibid., pp.xii, 7
160
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Il est particulièrement intéressant de souligner que les auteurs de ce rapport opèrent
un revirement significatif par rapport au point de vue strictement libéral défendu
auparavant en 1983, par le rapport Berg qui légitimait l'ajustement structurel.
D'après les auteurs de ce rapport :
"La longue liste des problèmes de développement des pays africains dénote une crise du pouvoir, le
pouvoir étant entendu ici comme le pouvoir politique de diriger les affaires d'une nation. Faute d'un secteur
privé suffisamment influent pour mettre un frein à leur excès, les serviteurs de l'État, dans de nombreux
pays africains, se sont d'abord servis eux-mêmes sans crainte d'être inquiétés. Les simples particuliers ont
réagi en se protégeant par des réseaux de relations personnelles plutôt que de mettre l'État tout puissant
devant la responsabilité de ses échecs. Il en est résulté une personnalisation de la vie politique qui contraint
les politiciens à cultiver une clientèle s'ils veulent rester au pouvoir. Les dirigeants s'arrogent de vastes
pouvoirs discrétionnaires et n'ont cure de légitimité. Dans le pire des cas, l'État verse dans la tyrannie et
l'arbitraire." 161
Ayant vocation de répondre aux défis d'une extension mondiale du modèle de la
"démocratie de marché", le concept de gouvernance est défini ainsi de manière variable
comme "la gestion consciente des structures de régime avec l'objectif d'accroître la légitimité de la sphère
publique"162, ou plus communément comme "un régime politique basé sur un modèle libéraldémocratique qui protège les droits de l'Homme et les droits civiques, combiné avec une administration
compétente, non corrompue et responsable."163
La théorie qui se dégage de ces travaux vise à démontrer que les États les plus aptes à
favoriser le développement sont des États fondés sur une architecture institutionnelle
rationalisée, réduite à l'exercice des fonctions régaliennes universelles et des seules
politiques publiques que d'autres acteurs que l'État ne seraient pas en mesure d'élaborer à
sa place avec la même efficacité. Ce sont aussi des États suffisamment désengagés de la
société civile et du marché pour laisser les mécanismes d'autorégulation de ceux-ci
produire tous leurs effets.
Bien évidemment, ces États fonctionnent sur la base d'une institutionnalisation solide
qui s'oppose à toute forme de corruption. Ils bénéficient d'une légitimité démocratique
161. Ibid., p. 73.
162. Bratton M. et Hyden G. Governance and Politics in Africa, Boudler, Lynne Rienner Publishers, 1992, p.7.
161
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
puisée dans une organisation représentative/pluraliste du système politique permettant
aux "marchés politiques" de fonctionner selon le principe d'une saine concurrence entre
des élites politiques départagées par des citoyens pratiquant le
"calcul d'optimisation". Enfin, de manière à réduire la hiérarchie verticale entre la décision
politique et le citoyen, ces États s'appuient sur une administration minimale, efficace (car
soumise à des contraintes de rentabilité managériale) et décentralisée au maximum (d'où
en 1991 le lancement par la Banque mondiale et quelques autres bailleurs de fonds
comme la France et l'Allemagne, du Programme de développement municipal de
l'Afrique, destiné à appuyer logistiquement les réformes de décentralisation subsahariennes).
En effet à travers la théorie de la gouvernance véhiculée par les auteurs proches de la
Banque mondiale, le paradigme néoclassique est porteur d'une conception de l'État qui
dépasse largement le cadre de la théorie économique. Le principal reproche que l'on peut
adresser au statut de l'État dans la théorie néoclassique est sa dimension normative,
dimension qui lui fait gagner en fonction programmatique et politique ce qu'elle perd en
vertus heuristiques et analytiques. Et ce reproche vaut aussi bien pour la théorisation du
rôle de l'État dans le développement que pour la théorisation de son fonctionnement
politico-administratif.
Ainsi, sur le registre des politiques économiques de développement, de nombreux
économistes ont contesté la relecture faite par les néoclassiques de l'essor des NPI
exportateurs (Corée du Sud notamment), leur reprochant de s'être abusivement
appropriés le succès de ces pays pour conforter leur théorie en gommant le rôle joué par
l'État dans de multiples domaines (pour la Corée: réforme agraire et protectionnisme
agricole, contrôle étatique des banques d'investissement, encadrement du crédit à
l'exportation et à la recherche technologique, formation professionnelle de masse,
politique sociale de compression des revendications ).
De même, sur le plan politique, la fonction normative de la théorie de la
gouvernance, et son ethnocentrisme sont clairement imprégnés par des référents
explicites aux canons de la démocratie occidentale et de l'État libéral. Il est également
inutile de s'appesantir sur le fait que ce modèle étatique ne correspond en rien à
l'expérience politique des pays "miraculés du développement", qu'il s'agisse de la Corée du
sud ou du Chili. On pourrait y ajouter la pauvreté des catégories politiques mobilisées, qui
163. Leftwitch A, Governance, Democracy and Development in the Third World, Third World Quarterly, 14.3, 1993,
p.605.
162
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
fait songer à certaines des théories politiques développementistes les plus caricaturales des
années soixante. Cet appareillage théorique est peut-être alors en mesure de servir la
Banque Mondiale et les bailleurs de fonds internationaux dans leur action contre la
corruption et l'autoritarisme dans les pays en développement. Mais il ne saurait être
considéré comme un outillage pertinent pour une sociologie politique soucieuse de rendre
compte du métabolisme réel des "États en développement".
Toutefois, dans la mesure où cette référence à la figure mythique de l'État moderne
libéral produit en rapport avec la théorie du développement des décennies précédentes
des effets politiques déterminants auprès des États du Sud par le biais de cette
conditionnalité de l'aide financière internationale -mais aussi et peut-être surtout par
imprégnation idéologique-, il n'est pas inintéressant d'en dire quelques mots, eu égard aux
nombreuses incertitudes afférentes à la capacité de cette conception néo-libérale de l'État
à promouvoir les objectifs proclamés de démocratie et de développement.
CH. III.4. La "démocratie", la meilleure garantie contre l'instabilité
économique, aussi bien au niveau national qu'international.
Comment assurer la croissance économique, et à travers elle, la démocratie?
Avant même d'avoir achevé d'incarner son idéal de justice, Athènes mit l'humanité
devant une vérité incontestable: on ne peut faire durer la justice dans un État qu'en
pratiquant l'injustice contre d'autres États. A titre d'exemple, c'est dans une Europe
enrichie par ses colonies que les conditions de la démocratie libérale sont apparues. Il y a
bien peu d'exemples permettant de penser que cette démocratie est possible en dehors
des injustices à l'égard d'autres États ou à l'égard d'autres peuples. S'ils n'ont plus de
colonies, ce qui n'est vrai qu'à moitié, les pays riches d'aujourd'hui auront assuré leur
prospérité par trois moyens injustes à l'égard d'autres pays: l'inflation, les déficits publics
et l'usage abusif du droit de polluer la planète et de prélever plus que leur part de ses
ressources non renouvelables. Dans toute l'histoire de l'homme, les plus forts ont
toujours exploité les plus faibles. Et il a été admis presque fatalement que les plus faibles
soient maîtrisés par les plus forts. Les règles de la société étaient ainsi établies et elles
n'ont jamais empêché aucun pays de s'agrandir, de devenir plus fort, plus riche par la
force.
163
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Considéré comme le véritable fondateur de la science politique, Aristote compare les
régimes, tels qu'il a pu les observer directement ou indirectement et s'efforce d'établir une
hiérarchie entre eux, mais en indiquant toujours qu'il faut s'assurer que tel régime convient
bien à telle cité dans le temps. Le meilleur régime en lui-même, dit-il, peut très bien ne pas
convenir à une cité; elle a alors intérêt à en choisir un autre.
Selon la thèse, défendue par professeur Jean Baechler dans un ouvrage intitulé
"Démocratie" 164, la démocratie serait le gouvernement le plus naturel à l'homme.
Trouvant une confirmation dans la manière dont de nombreuses ethnies amérindiennes
conduisent leurs propres affaires, cet auteur montre que la prise de décision en commun, dans
le respect de l'égalité, aurait été la règle dans les tribus et les villages pré-historiques. Ce que
nous pouvons remarquer, c'est que dans les temps historiques, où il existe des États de plus
en plus structurés, la démocratie est plutôt l'exception que la règle, à tel point qu'on a employé
l'expression démocratie pour désigner le climat dans lequel les Athéniens en ont fait
l'expérience pour la première fois.
Depuis le début du vingtième siècle et en particulier au cours des vingt dernières
années, la démocratie s'est vue considérée comme un des meilleurs garants pour le
développement de l'économie nationale, s'adaptant aux différents changements et aux
différentes mutations du contexte mondial. Elle permet d'allier les niveaux nationaux et
un environnement bien plus ouvert pour s'intégrer au mieux aux différentes opérations de
cette économie mondialisante. Parmi les points saillants des changements qui se sont
produits et sont à l’œuvre actuellement - à la fois cause et conséquence de la
transformation qui s'opère, on peut citer le progrès technologique, la libéralisation des
échanges, l'intégration économique régionale et le flux toujours croissant de capitaux
internationaux de plus en plus mobiles. Tous ces changements impliquent, entre autres
choses, qu'il n'est plus possible de parvenir à un "développement économique" sans
certaines valeurs et certains principes qui soient partagés par l'ensemble des acteurs
internationaux.
En effet, l'effondrement du bloc communiste et les progrès scientifiques et
technologiques ont permis à l'économie mondiale d'entrer dans une nouvelle ère. Cette
nouvelle donnée, la mondialisation de l'économie, l'accès rapide et libre de l'information
par les nouvelles technologies ont mis parallèlement en mouvement un dynamisme sans
précédent dans les pays sous-développés. Dans le nouveau contexte, l'échange et la libre
164. Jean Baechler, Démocratie, Calmann-Levy, Paris 1985.
164
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
circulation de l'information deviennent un enjeu majeur pour les pays développés.
Cependant, à l'heure actuelle, les régimes totalitaires forment un obstacle indéniablement
important pour le développement de ces nouvelles technologies, la libre circulation et
l'échange d'information, et freinent ainsi la croissance des secteurs économiques vitaux
pour la survie du système capitaliste. De plus, l'expérience démontre que le système
autoritaire engendre des révoltes, des conflits sociaux qui sont en contradiction avec le
développement du capitalisme dans sa nouvelle phase.
Ainsi dans une économie mondialisée et intégrée où des crises financières dans un
pays ou une région risquent de plus en plus de s'étendre à l'ensemble de la planète, la
"démocratie", dans son acception la plus large et la plus approfondie, s'impose de plus en
plus comme la meilleure garantie contre l'instabilité économique, aussi bien au niveau
national qu'au niveau international. La nouvelle politique de "démocratisation" mise en
œuvre par les organismes internationaux cherche à contenir cette montée de
mécontentement populaire dans les pays "sous-développés" et encourage ainsi
l'établissement d'une forme de démocratie acceptable par le système capitaliste mondial,
de sorte que l'appareil dirigeant dans ces pays continue à suivre les politiques dictées par
les pays occidentaux. Pour les pays sous-développés, la poursuite de la dépendance
économique et militaire et l'imposition des tarifs douaniers défavorables à leurs produits
agricoles et
industriels semblent caractériser cette nouvelle mainmise du capital
occidental. De là, le fossé entre les pays "développés" et les pays "sous-développés"
continuerait donc à s'accentuer et les problèmes économiques et sociaux liés à la structure
et l'organisation de ces sociétés "sous-développées" resteraient encore sans réponse si une
forme démocratique pouvant répondre à la réalité propre du pays ne pouvait arriver à
surgir de la revendication de ces populations. Cela passe par la constitution de la société
civile dans les pays sous-développés au sein de leurs différents Etats. Nous nous
efforcerons de montrer dans le prochain chapitre le problème que ces pays sousdéveloppés rencontrent par rapport à leurs propres Etats.
165
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE IV.
L’EVOLUTION DU CONCEPT DE L’ETAT
CH. IV.1.Les théories d'Etat élaborées depuis le XVIIIème siècle
Les sociétés du Tiers-Monde ne sont pas constituées d'un ensemble homogène.
Nous ne pouvons pas considérer sur le même registre la Chine "communiste" avec sa
population d'un milliard d'individu et son vaste territoire, et la Côte d'Ivoire ou le Congo.
Même à l'intérieur du chaque continent qui englobe généralement les pays du "TiersMonde", les pays se distinguent par leurs caractéristiques historiques, socio-politiques et
économiques. Malgré cette diversité évidente, on peut dégager certains traits communs
(les pays producteurs du pétrole par exemple ou les pays de l'Asie du Sud: Corée du sud,
Malaisie, Thaïlande, Indonésie, Hongkong). Ainsi certains regroupements théoriques sont
toujours possibles non pas sur la base des irréductibles différences originelles, mais sur
celle de leur perspective commune, délimitée par l'insertion dans le système capitaliste
international. Le mécanisme fondamental de cette insertion passe certainement par la
constitution générale des appareils d'Etat nationaux dans ces pays. "Or ces appareils, en même
temps qu'ils assurent l'articulation avec le système international, fonctionnent encore comme les mécanismes
fondamentaux pour la reproduction des diverses versions du capitalisme sous-développé " 165 tandis que
dans la société occidentale, les deux concepts, Etat et société civile ont été développés
ensemble, reflétant l'un l'évolution de l'autre, comme les termes d'une dichotomie typique
de la deuxième moitié du XVIIIème siècle166. En fait, l'irruption de l'individu bourgeois
moderne et la suppression des "anciennes entraves politiques" ont porté un coup fatal à
l'ordre social pré-capitaliste. A sa place, la théorie politique du XVIIIème siècle n'aperçut
qu'une sorte de "désordre civil" qu'il s'agissait de rendre raisonnable et compréhensible à
d'autres niveaux. "La pensée", déclarait Hegel, "découvre dans la masse infinie des éléments
singuliers qui offrent d'abord à elle les principes simples de la chose, l'élément raisonnable qui, en elle, agit
et la régit."167 Précisément, un problème d'Etat n'aurait pu constituer un objet de pensée
qu'à partir du moment où le pouvoir put se présenter comme un non-pouvoir, l'Etat
165. Kostas Vergopoulos, Etat et Sous-Développement, Document pour la discussion, Séminaire de 3ème cycle,
Université Paris VIII, 1979.
166. G.Gurvitch, Traité de sociologie , PUF, Paris 1962, t.I, p.31.
(Ce texte fut présenté par l'auteur à la Conférence "Development or Underdevelopment. The case of
Greece" réalisée à la London School 0f Economics en mars 1979.
167. Hegel, La Philosophie du Droit , Ed Gallimard, Paris 1940. p. 189.
166
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
comme une absence de pouvoir et comme une société civile bourgeoise. C'est pourquoi le
libéralisme a constitué, explicitement ou implicitement, l'horizon idéologique commun aux
théories modernes de l'Etat. En fait, pour la pensée libérale, l'Etat n'est pas tellement
absent, mais il est surtout considéré comme une conséquence du fonctionnement de la société
civile, malgré la séparation (souligné par nous). J. Habermas, dans "Les Paradigmes de la
démocratie ", indique que : " l'Etat moderne est le résultat de la différenciation progressive d'un système
économique qui réglemente le processus de production à travers le marché, c'est-à-dire de manière
décentralisée et apolitique." 168 Hegel insiste sur le fait que l'Etat découle de la société civile, et
qu'il en constitue sa raison profonde. En réalité, ce qui apparaît comme incohérent au
niveau des simples individus bourgeois retrouve sa cohérence au niveau de l'ensemble de
la société et c'est de cette cohérence-là que l'Etat est l'expression.
Marx, toujours plus précis que ses prédécesseurs, a non seulement souscrit à
l'essentiel de cette conception, mais il l'a dès le début intégrée dans son analyse. Pour lui,
le terme "société civile" n'est qu'une autre façon de désigner la société bourgeoise. Malgré
ses affirmations générales, selon lesquelles "la société civile constitue la véritable scène de toute
histoire"169, il en convient toutefois que "la société civile en tant que telle ne se développe qu'avec la
bourgeoisie."170 Dans la même page, Marx indique que la société civile est le fondement de
la nationalité (envers l'extérieur) et de l'Etat (envers l'intérieur). Mais si l'Etat moderne
présuppose la société civile, sur quoi cette dernière est-elle fondée?
Marx répond que la société civile découle de l'émancipation de la propriété moderne par
rapport à la communauté antique et médiévale.171 Donc, le moteur de l'évolution, qui finit par
donner lieu à l'apparition d'un Etat moderne comme indépendant de la société, n'est autre, selon
Marx, que la constitution de la propriété privée bourgeoise, voire de la propriété du capital et,
partant de là, la formation de l'individu moderne libéré de toute ancienne entrave. Alors l'absence
de la propriété privée constitue, selon cette théorie, un handicap pour les sociétés sousdéveloppées. Dans son développement, ce processus se dédouble, donnant simultanément lieu
aussi bien à la société civile, voire à la société sans Etat, qu'à l'Etat même. L'Etat développe et
garantit le droit privé, le mécanisme monétaire et dans l'ensemble les conditions d'existence d'un
processus économique qui réglemente le processus de production à travers le marché. Mais
l'absence de droit privé et la dislocation du processus nécessaire à son existence et son
168. J. Habermas, "L’individualisation par la socialisation. La théorie de la subjectivité ", in Les paradigmes de
la démocratie, Actuel Marx, PUF, 1994, p. 23.
169. K.Marx, F. Engels, Idéologie allemande, Paris, Ed. Sociales 1976, op. cité p.65.
170. Op. cité p.104.
171. Op. cité p.104.
167
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
développement caractérise la société sous-développée. Dans le cas de l'Iran, nous allons constater
qu'à chaque occasion que le processus du développement de la propriété privée avait commencé,
une rupture intervenait freinant ainsi son extension. D'ailleurs cette caractéristique est commune
pour la Chine et l'Inde ancienne. Lorsque Marx souligne cette relation: "du fait que la propriété privée
s'est émancipée de la communauté, l'Etat a acquis une existence particulière à côté de la société civile et en dehors
d'elle"172, nous pouvons affirmer que l'Etat des pays sous-développés est d'une nature toute
différente de celui des pays capitalistes avancés. Car cet Etat n'a pas la vocation de représenter une
classe sociale dominante ou de défendre les intérêts de cette classe.
De la pensée libérale jusqu'à celles de Hegel et de Marx, l'idée généralement admise est que
l'Etat résulte de la société civile, suit son degré de développement, garantit ses acquis.173 Il est
l'aboutissement naturel de l'organisation de la société dans un long processus historique, dont le
résultat est la confiance dans l'individu, sa croyance au dialogue et son goût du rationnel.
Il est important de préciser ici que ni dans l'esprit de Marx ni dans celui de Hegel ainsi que dans
celui des penseurs du XVIIIème siècle, l'Etat est une structure en soi, comme c'était le cas dans la
communauté pré-capitaliste occidentale et comme c'est le cas d'une manière plus nette dans les pays
sous-développés, et plus particulièrement dans le cas de l'Iran, mais qu'il doit résulter simplement du
jeu des contradictions au niveau des individus civils. Marx nous dit:
"Dès lors que la liberté de l'industrie et du commerce abolit l'exclusivisme privilégié et, par suite, supprime la
lutte que se livraient les divers exclusivismes, pour la remplacer par l'homme libéré du privilège..., pour engendrer la
lutte universelle opposant l'homme à l'homme, l'individu à l'individu, toute la société bourgeoise n'est alors que cette
guerre réciproque de tous les individus que leur individualité isole des autres individus; elle n'est rien d'autre que le
mouvement universel et effréné des forces vitales élémentaires libérées des entraves des privilèges."174
Mais aussi, "l'apparition de l'Etat n'est qu'un effet de l'irruption de l'individu bourgeois et de la
constitution de la société civile bourgeoise: à la base naturelle de l'Etat moderne, c'est la société bourgeoise,
l'homme de la société bourgeoise, c'est à dire l'homme indépendant qui n'est rattaché à autrui que par le
lien de l'intérêt privé et la nécessité naturelle, dont il n'a pas conscience, l'esclavage du travail intéressé, de
son propre besoin égoïste et du besoin égoïste d'autrui."175
172. Ibid., p.105.
173. K.Marx, F. Engels, La Sainte Famille, Ed. Sociales, 1972, p.139. Aussi bien Marx souligne cette relation
dans un autre passage: "La vie matérielle des individus,... leur mode de production et leurs formes d'échanges, qui se
conditionnent réciproquement, sont la base réelle de l'Etat. Ces conditions réelles ne sont pas du tout créées par le pouvoir de
l'Etat, ce sont au contraire elles qui créent ce pouvoir", cf. Idéologie allemande, p.362.
174. Ibid., p.142.
175. Ibid., p.139.
168
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Face à un certain éclectisme bourgeois qui, par moments, n'hésitait pas à considérer
l'Etat comme le pôle d'un dualisme, permettant de lever les incohérences de la société
civile, Marx a fourni la réponse la plus conséquente par rapport aux prémisses libérales du
XVIIIème siècle: si l'Etat moderne était capable de lever les incohérences de la société
bourgeoise, il faudrait alors lui reconnaître une substance propre, indépendante, ce qui est
inacceptable pour la pensée libérale. Le libéralisme intégral implique le rejet de tout
principe autre que celui du "calcul égoïste" des individus. Par conséquent, c'est par ce
même principe que l'on doit expliquer l'apparition de la société civile et de l'Etat. C'est par
et dans l'incohérence de la société civile que la cohérence de l'État apparaît, non en
dehors d'elle. Sur ce point, Marx est allé même plus loin que Hegel, en affirmant que la
levée des incohérences civiles n'était pas opérée dans l'Etat, mais dans la société civile:
"…c'est l'intérêt qui tient unis les membres de la société bourgeoise dont le lien réel est donc constitué
par la vie civile et non par la vie politique. Ce qui assure la cohésion des atomes de la société bourgeoise, ce
n'est donc pas l'Etat. La superstition politique est seule à se figurer de nos jours que la cohésion de la vie
civile est le fait de l'Etat, alors que, en réalité, c'est au contraire la cohésion de l'Etat qui est maintenue
du fait de la vie civile."176
Aux termes de cette analyse, nous pouvons dire avec clarté que l'Etat ne fait que
suivre les développements de la vie civile. Il favorise la société civile et vient à son
secours. Mais nous pouvons dire aussi qu'il est capable de la gêner, de la freiner. Nous
devons souligner à cet égard que l'Etat dans les pays occidentaux était une réalité,
contrairement aux pays sous-développés, au milieu desquels la société civile a fait son
chemin, tantôt gênée, tantôt favorisée. Et au même titre, nous pouvons dire aussi que
l'intérêt de l'Etat coïncide souvent avec celui de la classe dominante dont la prospérité, en
principe, était (et est toujours) bénéfique pour lui. Il est entièrement déterminé par elle.
Pas de dualisme possible: l'opacité de la société civile détermine la transparence de l'Etat.
Les "deux têtes de l'aigle", dont parlaient Hobbes et Rousseau, se trouvent réunis sur la base
de la société civile bourgeoise. C'est certainement dans ce sens que nous devons
comprendre la fameuse phrase de Marx, selon laquelle "la société civile constitue le véritable foyer
de l'histoire." 177 Il faut souligner qu'entre le XVème et le XVIIIème siècle, l'Etat concerne
tout et tous et il est une des forces nouvelles de l'Europe occidentale. Malgré une
176. Ibid., p.147.
177. Ibid.
169
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
transformation majeure dans la structure de l'Etat et du rapport social au sein des sociétés
développées, le fondement de la notion d'Etat n'a pas beaucoup changé. Il sert encore les
intérêts de la classe dominante, il favorise le développement de cette classe, il intervient
pour la sauver dans des moments de crise, des conflits avec le reste de la société, il utilise
tous les moyens nécessaires à cette fin et n'hésite pas à employer la force lorsque leurs
intérêts sont en danger. Mais, en même temps, il est limité par une puissance qui lui est
extérieure et qui le surplombe en quelque sorte (les mass média, le pouvoir juridique et
législatif, les associations, les syndicats et l'opinion publique). Mais, dans les pays sousdéveloppés d'aujourd'hui, notamment en ce qui concerne l'Iran, l'Etat ne résulte ni d'une
dissociation par rapport à la société civile, ni, à plus forte raison, (comme nous le
démontrerons dans cette partie de notre thèse), d'une émancipation préalable de la
propriété privée du capital par rapport à la communauté pré-capitaliste comme c'était le
cas dans les pays développés. Dans la plupart des cas, nous signalons les effets de la noncorrespondance entre un appareil d'Etat construit formellement sur le modèle des Etats
capitalistes occidentaux et la multitude des rapports sociaux (le résultat de coexistence des
secteurs traditionnels et des secteurs modernes suite justement à la création artificielle de
l'Etat sur le modèle occidental) ayant du mal à se faire reconnaître, du moins
formellement, comme des rapports capitalistes. Que cet Etat fasse partie des anciennes
colonies ou des Etats semi-coloniaux, comme l'Iran, la complexité de ces rapports
demeure inchangée. La communauté pré-capitaliste, même ayant été fortement mélangée
avec des secteurs modernes capitalistes, est pourtant loin d'être décomposée pour donner
lieu à la formation des individus bourgeois, au sens de la théorie hégélienne et marxiste.
Non pas que le calcul égoïste des individus ne prédomine même dans les sociétés
périphériques d'aujourd'hui, mais certes il n'est pas seul, il fonctionne à côté d'autres liens
qui attachent l'individu à des groupements sociaux.178 Les individus dans le capitalisme
périphérique ne sont pas complètement "atomisés", ne sont pas entièrement libérés des
anciennes entraves politiques. Ceci a comme conséquence que l'Etat ici n'est pas
transparent mais opaque, qu'il ne se dissimule pas derrière l'opacité d'une société civile et
qu'il opère, en tant que mécanisme matériel, directement sans être médiatisé par les
formes de la vie civile. Au surplus, cela est d'autant plus vrai que la société civile, ellemême, garde toujours dans les pays périphériques une dimension ambiguë et
problématique.
178. Ibid.
170
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
L'inachèvement dans l'atomisation des rapports sociaux interdit la formation tant de
la société civile, comme espace spécifique pour le regroupement des individus, que de
l'Etat, comme appareil séparé de la société. Dans ces conditions, les relations entre l'Etat
et la société dans les pays sous-développés sont d'un type très différent par rapport au
modèle occidental, tel qu'il fut théorisé par Marx. Cependant, Marx avait déjà signalé, à
propos de l'Allemagne, où la transition au capitalisme paraissait inachevée, que l'Etat
pouvait y paraître comme indépendant par rapport à la société, étant donné que dans ce
pays les ordres pré-capitalistes n'avaient pas encore évolué en classes modernes.179 Or il
faudra noter, une fois de plus, que pour Marx, l'Etat occidental n'est autre chose que la
forme d'organisation que les bourgeois se donnent par nécessité, pour garantir
réciproquement leur propriété et leurs intérêts, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Il est
évident que dans cette optique, l'Etat capitaliste présuppose non seulement la formation
de l'individu bourgeois, mais aussi celle des classes sociales et de la bourgeoisie en
particulier: sans classe bourgeoise, pas d'Etat bourgeois. Ceci voudra encore dire qu'en
Allemagne, l'absence des classes modernes modifiait la nature même de l'Etat : l'Etat
allemand n'était pas capitaliste, mais il se fondait sur la persistance de la structure du
pouvoir pré-bourgeois. Dans ce dernier cas, évidemment, Marx admettait la possibilité de
l'indépendance de l'Etat. En effet, en ce qui concerne les pays sous-développés, nous
pouvons dire: sans société civile, pas d'Etat "démocratique" (nous allons le voir plus en
détail dans l'analyse pratique sur l'Iran).
Mais, comment cette indépendance est-elle assurée et quel est exactement son sens?
Marx répond à cette question de la façon suivante:
"l'indépendance de l'Etat n'existe plus aujourd'hui que... dans les seuls pays où les ordres ne sont
pas encore entièrement parvenus dans leur développement au stade des classes et jouent encore un rôle, alors
qu'ils sont éliminés dans les pays plus évolués, dans les pays donc où il existe une situation hybride et dans
lesquels, par conséquent, aucune partie de la population ne peut parvenir à dominer les autres. C'est tout
spécialement le cas de l'Allemagne." 180
Il est évident que pour Marx, une condition de l'indépendance de l'Etat serait
qu'aucun groupement social ne parvienne à faire de l'Etat un prolongement de sa propre
forme d'existence sociale. Cependant, il faut tout de suite remarquer que cette observation
179. Ibid., p. I05.
180.Ibid., pp.105-106.
171
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
de Marx ne vise pas à expliquer toutes les formes de l'indépendance, mais notamment
celle de l'Etat par rapport aux groupes civils, voire par rapport aux groupements qui ne
parviennent pas à revêtir les dimensions de classes se rapportant à l'ensemble de la
société.
Dans cette catégorie, on pourrait aussi inclure les pays comme l'Iran d'aujourd'hui, au
moins jusqu'à un stade assez récent de son évolution. En effet, l'histoire de l'Iran, depuis
l'époque de sa révolution constitutionnelle en 1905 jusqu'à une phase assez récente, fut
caractérisée par une situation hybride rappelant à certains égards celle de l'Allemagne dont
parlait Marx : les Etats "nationaux bourgeois" furent constitués, sans qu'une bourgeoisie à
l'intérieur de ce pays fût à même de fonctionner comme une véritable classe nationale.
Nous pouvons inclure dans la même catégorie certains pays d'Amérique Latine 181, les
Etats rentiers du Moyen-Orient, et les Etats de type colonial en Afrique. Dans ce cas,
l'Etat capitaliste périphérique ne correspondait pas au développement d'une bourgeoisie
périphérique, mais plutôt à l'existence d'une oligarchie fragmentée en fonction des critères
locaux: géographiques, historiques et internationaux: géopolitiques, économiques. Même
en Amérique latine avec une oligarchie locale ou régionale du XIXème siècle qui parvenait
à dominer l'Etat, ce dernier gardait toujours un degré d'indépendance, du simple fait qu'il
fonctionnait comme un Etat national, alors que l'oligarchie dominante fonctionnait non
comme une classe nationale, mais comme un ordre pré-capitaliste, à savoir limité
géographiquement et socialement. Autrement dit, l'Etat latino-américain dans son stade
pré-populiste, bien que dominé par l'oligarchie, gardait toujours un degré d'indépendance,
au sens qu'il constituait la seule structure véritablement nationale au sein de la société.
Ceci explique d'ailleurs la coexistence d'une oligarchie latifundiaire avec une idéologie
libérale pendant le XIXème siècle en Amérique Latine: l'idéologie était sans rapport avec les
origines sociales de l'oligarchie, étant plutôt liée à un certain mode d'accès dans l'exercice
du pouvoir. Mais, en ce qui concerne l'Iran, nous allons voir qu'il y a une différence
fondamentale avec les Etats latino-américains : celle de son degré d'indépendance par
rapport au reste de la société. Un Etat séparé, dominateur, centralisé, se résumant au
pouvoir d'un seul individu. Dans les pays latino-américains, le décalage entre la nature de
cet Etat et le caractère social de ces groupes dominants (oligarchie) a pu être maintenu,
même dans la phase du suffrage politique universel et de la "politisation" plus générale
des rapports sociaux. Dans le cas de la Grèce moderne, cette phase fut instaurée très tôt,
172
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
depuis les réformes constitutionnelles du milieu du XIXème siècle. Les groupes dominants,
dans ce pays, ont assez vite perdu l'attachement à la propriété foncière pour s'investir
presque entièrement dans la gestion politique et administrative de l'Etat. Cependant,
même dans ce cas, l'ancienne oligarchie foncière se transforma tout simplement en une
nouvelle oligarchie dans les deux cas (la Grèce et les pays latino-américains), la forme
"Etat" restait toujours d'un ordre différent par rapport aux groupes dominants. Ce que
nous pouvons déjà souligner, c'est que la différence de "l'Etat" iranien par rapport à
l'ensemble de la société apparaît beaucoup plus marquée. La particularité de la société
iranienne consiste en l'absence du groupe (ou des groupes) social (sociaux) qui aurait
(auraient) pu atténuer le caractère despotique de cet Etat. L'indépendance de cet Etat par
rapport au reste de la société est totale. L'histoire de l'Iran depuis sa création jusqu'à la
révolution constitutionnelle en 1905 est marquée par l'histoire du despotisme, et celui de
l'absolutisme des rois et des Califes. Le cycle centralisation-désintégration-centralisation
domine son histoire. Les personnages principaux de cette histoire sont les fondateurs des
dynasties successives, ces hommes qui avaient l'habilité et le courage de mettre hors de
compétition leurs adversaires dans le jeu du pouvoir, dans des situations du désordre et de
l'instabilité chronique.
Non seulement les classes sociales, mais aussi les différents corps de métier, n'avaient
aucune possibilité d'être formés comme des groupes sociaux indépendants (comme par
exemple les gildes au Moyen Âge). La mobilité sociale, même pour les "élites" et les
privilégiés de la société iranienne n'existait pas, alors que tous les historiens parlent de la
mobilité sociale dans les sociétés occidentales depuis l'époque de la naissance du
"capitalisme".182 En Iran, tout appartenait aux rois, même au début de l'époque de la
dynastie Pahlavi, au cours des premières années du XXème siècle, nous pouvons encore
constater que les ateliers de tapis et les fabriques artisanales appartenaient au roi et à la
famille royale. Nous insistons sur le fait que, dans la société iranienne, la formation des
classes et des groupes sociaux ne pouvait pas être effectuée de la même manière et dans
un processus semblable à celui des pays occidentaux, pour qu'ils puissent par la suite se
transformer en un groupe ou une classe sociale, comme c'était le cas en Occident, de
constituer un pouvoir politique.
181. E.Laclau, Towards a Theory of Populism, in Politice and Ideology in Marxist Theory , London, 1985, p.178; voir
aussi F. Cardosso et E.Falleto, Dépendance et développement en Amérique Latine, PUF, Paris 1978.
182. Voir Fernand Braudel, Civilisation matérielle, Economie et Capitalisme XVème-XVIIIème siècle, Armand Colin,
Paris, 1979, pp.421-435.
173
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
En résumé, nous pouvons affirmer que cet Etat est indépendant parce qu'il a été créé
de façon indépendante, sans rapport avec l'évolution interne de la société.
Avec la naissance d'un mouvement moderniste en Iran au début du XXème siècle, il
semble que les conditions de la fragmentation sociale soient dépassées. La société se
présente, pour la première fois, comme relativement unifiée et, par conséquent,
l'indépendance de l'Etat, au sens de l'hétérogénéité, semble se réduire sensiblement. La
bourgeoisie périphérique, telle qu'elle apparaît après la seconde guerre mondiale au sein
du nouvel ordre international, établi sous l'hégémonie des USA, constitue en réalité la
première classe véritablement "nationale" (au sens qu'elle se rapporte à la totalité de la
nation et de la société) dans l'histoire de l'Iran : c'est le premier groupement social dans
l'histoire du sous-développement qui corresponde à l'ordre de l'Etat-Nation périphérique.
Cependant, il faudra tout de suite noter que ce dépassement, non seulement en Iran, mais
aussi partout où il s'est effectué, ne fut pas le produit d'une évolution de la "vie civile",
mais de l'initiative et de l'action de l'Etat. Autrement dit, le dépassement des conditions de
la fragmentation traditionnelle de la vie sociale et économique n'a pas donné lieu à
l'accomplissement du "tissu civil" bourgeois, mais, dans la plupart des cas, a consolidé le
poids spécifique de l'Etat au sein de la société périphérique. Les brèches et les décalages
qui bloquaient le fonctionnement normal des mécanismes socio-économiques, ainsi que le
passage des ordres pré-capitalistes au stade des classes nationales-modernes n'ont pas été
supprimés par le développement d'une société bourgeoise, au sens occidental du terme,
mais elles ont été "raccommodées" ou "colmatées" par l'extension sans aucun précédent du
corps social de l'Etat, du domaine de l'activité de l'Etat. Ceci implique que la bourgeoisie
périphérique moderne fonde son apparition non sur le développement de la société
périphérique, mais sur le gonflement du corps social de l'Etat (l'armée, la police, l'administration
et le développement du secteur industriel étatique grâce à la croissance sans précédente dans
l'histoire de l'économie iranienne, du revenu pétrolier).
L’un des changements pertinents survenu avec la chute de l’ancien régime en Iran, est la
montée en flèche du poids, du rôle, et de l’importance de l’Etat dans la société. Nous ne
pouvons pas oublier la pesanteur de l’Etat, dans tous les domaines, socio-économique et
politique à l’époque de l’ancien régime. L’Etat monopolisait à lui seul la plupart des activités
économiques du pays. Mais avec le pouvoir des clergés, ce rôle s’est idéalisé, institutionnalisé et
s’est consolidé comme l’un des piliers de l’idéologie du pouvoir, sous la forme de religion. On
peut lire dans l’introduction de la constitution de la République Islamique de l’Iran que le
pouvoir ne dérive pas de la volonté des classes sociales ni du résultat des efforts d’un seul
174
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
individu, mais prend sa légitimité de l’idéal d’une nation qui s’organise autour de l'unique
objectif, qui est la voie de Dieu. On constate que l’Etat résulte de la position dogmatique de
l'islam et se situe au-dessus de toutes les classes sociales. Dans la définition du rôle de l’armée,
on constate aussi ce poids de l’idéologie. Dans une république islamique, le devoir de l’armée
consiste à protéger les frontières du pays islamique, mais aussi il est de son devoir de lutter pour
le dieu et de faire régner la loi divine sur terre.
Après cette caractéristique fondamentale de l'Etat occidental qui résulte de la société civile,
nous devons aussi signaler pour cet Etat une fonction d’extraction fiscale contre laquelle la
société civile a pu se constituer comme un contre-pouvoir effectif grâce au mécanisme
représentatif mis en place pour voter l’impôt. Mais, en ce qui concerne l’Etat des pays sousdéveloppés, cette fonction ne joue pas un grand rôle, elle est presque insignifiante : que
représente la fiscalité dans le financement de ses dépenses?183 Cette fonction tend à
désavantager la "société civile" en moyens de pression et de contrôle sur l'Etat.
Nous avons donc affaire à une situation bien originale par rapport au modèle occidental.
Dans la phase précédente, la société iranienne avec ses fragmentations rappelait souvent les
diverses variantes du pré-capitalisme. Dans la phase actuelle, avec les brèches colmatées, elle
fait figure de ce qu'on désigne, depuis la réforme agraire, comme "capitalisme sousdéveloppé". En réalité, l'hétérogénéité fondamentale entre l'Etat et la société persiste
jusqu'à nos jours, même après la "révolution de 1979", au sens où la société persiste dans
son degré d'atrophie relativement à l'Etat. Pour ceux qui raisonnent dans les termes du
modèle occidental, cette atrophie de la société, donnant lieu à un sur-développement de
l'Etat (exemple flagrant, c'est la Fondation des déshérités qui regroupe tous les biens, les
usines, les firmes agro-industrielles, laissés par les proches de l'ancien régime après la
chute du Chah en 1979) se présente comme un cas contemporain de l'indépendance de
l'Etat par rapport à la société.
Cependant, poursuivant la réflexion sur le problème soulevé par Marx sur
l'indépendance exceptionnelle de l'Etat, il faudra essayer de concevoir plus profondément
la réalité de ce capitalisme sous-développé. Pour l'instant, nous avons examiné deux sens
de l"'indépendance" de l'Etat. Dans le premier cas, l'Etat "sous-développé" est
"indépendant" parce qu'aucun groupe, au sens d'une classe sociale nationale, n'est capable
de réduire l'Etat à une simple condition de sa propre reproduction (c'est le cas de l'Iran
actuel). Dans le second cas, l'Etat est encore indépendant dans le sens où intervient
183. En Iran, elle est de 3% du revenu de l’Etat.
175
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
systématiquement au niveau des structures pour débloquer par sa présence les situations
de discontinuité. Malgré tout, il y a encore un troisième cas d'indépendance de l'Etat, qui
semble même être plus important que les deux précédents, c'est le rapport original qui
fonctionne entre l'Etat et la société dans le cadre du capitalisme sous-développé.
Jusqu'à présent, nous avons vu que dans l'expérience occidentale, telle qu'elle fut
théorisée par la pensée du XVIIIème et du XIXème siècles, l'Etat "n'était rien, alors que la société
civile était tout."184 Dans cette optique, l'Etat, étant systématiquement façonné par les
incohérences de la société civile, n'a pas, ne peut pas avoir de substance propre, mais il
reflète simplement les modifications intervenant au niveau de la société civile. Dans le
couple Etat/Société Civile qui apparaît avec le capitalisme, l'élément dynamique et actif
est la société civile, alors que l'Etat reste passif et "suiviste". Nous devons remarquer tout
de suite qu'il en est tout autrement dans les sociétés du capitalisme sous-développé. Qu'il
soit dominé par les oligarchies traditionnelles ou qu'il donne lieu à la formation des
bourgeoisies périphériques contemporaines, l'Etat ici reste toujours un élément
incomparablement plus actif et dynamique que la société et les classes qui la composent.
L'Etat est tout. Il contrôle tout. Il domine tout. Il est à la fois législateur, le juge et
l'exécuteur de la loi. C'est certainement ce renversement de dynamisme qui inspire à
Gramsci l'aphorisme célèbre: "En Orient, l'Etat étant tout, la société civile était primitive et
gélatineuse."185 C'est certainement cet excès de dynamisme de l'Etat qui apparaît, aux yeux
de Marx, comme une "indépendance" de l'Etat.
Nous avons déduit donc de la situation des pays sous-développés à l'indépendance de
l'Etat périphérique a) par rapport aux ordres oligarchiques, b) par rapport à la
structuration de la nouvelle économie périphérique, c) par rapport à la société dans son
ensemble. C'est en général la figure d'un Etat dynamique et actif, contrastant avec l'image
de l'Etat passif et libéral de l'Occident, qui se trouve dans le fond de l'idée de
l'indépendance de l'Etat dans les formations sous-développées d'aujourd'hui.
Mais peut-on vraiment aborder ce problème en termes d'indépendance?
L'Etat peut-il vraiment être considéré comme indépendant par rapport à une société
qui persiste à avoir du mal à s'affirmer comme telle en dehors de ses ramifications avec
l'Etat? Autrement dit, l'idée d'un Etat "indépendant" ne dissimule-t-elle pas en fait une
conception "réductionniste" des phénomènes très divers et différents, sur la base de la
"grille de lecture" établie par les théories européennes du XVIIIème et du XIXème siècles?
184. A.Gramsci, Oeuvres choisies. Expression tirée d'A. Gramsci,1964, p.68.
185. Ibid., p.268.
176
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Comme nous voyons, la constitution des Etats capitalistes dans les zones
périphériques du système mondial contemporain ne découle ni de différenciations
sociales internes préalables, ni de la dissolution des formes pré-capitalistes, mais
simplement de l'imbrication de celle-ci dans les processus de l'intégration au marché
capitaliste international. La transition au capitalisme ici ne donne pas lieu à la dichotomie
entre l'individu civil bourgeois d'un côté et son Etat de l'autre. L'embourgeoisement de la
société périphérique ne se réalise pas forcément par la dissolution de l'unité des formes
pré-capitalistes, mais souvent aussi par leur intégration et consolidation dans la
perspective du marché mondial. Nous souhaitons ajouter ici une autre caractéristique de
l'Etat dans les pays sous-développés : celle de sa dépendance à l'égard du système
capitaliste mondial.
Dès lors, cet Etat se manifeste par une plus grande autonomie structurelle et son
administration s'impose avec toujours plus de poids face aux citoyens et aux groupes
sociaux toujours en quête de se constituer et de se confirmer. Le degré de cette
dépendance est fortement lié au degré de l’indépendance de la société civile dans ces pays.
D'un côté, l'Etat des pays sous-développés est limité dans ses actions, tout à la fois, par
l'économie mondiale et par la nécessité de canaliser les conflits internes et toutes formes
d'oppositions, de telle sorte qu'il les intègre à son système politique. D'un autre côté, il
refuse de répondre positivement aux exigences morales d'une participation libre et égale
aux processus de légitimation de la société dans son ensemble: les lois n'entrent en
vigueur que si elles ont l'accord préalable du "pouvoir". Cet Etat présente à la fois, le
pouvoir juridique, législatif et exécutif. L'Etat joue le rôle fondamental, l'ensemble social
étant structuré à partir de ses articulations avec l'Etat. Un rapport d'extériorité fonctionne
dans l'Etat, au sens où la logique de l'Etat périphérique ne se définit pas par voie de
déduction, mais par voie de dépassement des formes existantes et par voie d'imbrication.
Autrement dit, la logique de l'Etat périphérique ne s'inscrit pas dans l'espace de
représentation du capitalisme, selon l'expression de Marx pour les pays européens, mais
dans la matérialité des articulations.
La société occidentale est unifiée non par l'Etat, mais, comme l'indique Marx, par les
liens réels de l'intérêt individuel des atomes individuels. Il est vrai que l’individu dans la
société sous-développée est atomisé mais contrairement à la société occidentale, il n’est
représenté par aucune structure institutionnelle. Les rapports de chaque individu avec
l’Etat sont ainsi, « sur mesure » et « à leur tête ». L'ensemble social sous-développé s'unifie
par la matérialité des articulations qui restent toutefois extérieures à chacune des formes.
177
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Ici, l'Etat résulte non de l'ensemble des formes et de structures, mais de l'ensemble des
articulations. Les articulations déterminent le mode de façonnage de l'ensemble social par
l'Etat et c'est en ce sens qu'elles définissent les caractères tant de la société que de l'Etat.
Cet Etat n'a de sens que pour autant qu'il articule et façonne les éléments sociaux. Qui
plus est, la société ici n'existe qu'en tant qu'elle est façonnée par l'Etat. Par de multiples
imbrications, la société périphérique ne se développe que par l'Etat, réside et ne
fonctionne que dans l'Etat.
Dans ces conditions, l'idée d'un Etat indépendant pour le Tiers-Monde serait aussi
impropre que celle d'une "société civile" bourgeoise. Ces deux idées ne sont que les
produits d'une réflexion à partir du modèle occidental. Dans les pays périphériques, l'Etat
constitue certes l'élément actif, mais il ne peut être considéré comme "indépendant" que
par rapport à une société civile. Or, cette dernière, dans les pays en question, constitue
une dimension problématique.
On pourra résumer tout ce qui précède dans les termes suivants: la logique profonde
du capitalisme périphérique est exprimée surtout par l'Etat. La société sous-développée, à
cause de ses faiblesses organiques, ne peut fonctionner que dans l'Etat. Cette imbrication
profonde entre l'ensemble social et l'Etat donne l'idée d'une véritable indépendance de
l'Etat dépourvue de sens: l'ensemble social n'est pas un espace séparé de l'Etat, mais
constitue simplement une autre dimension de ce même Etat. L'on voit donc que, même
dans le cas du capitalisme sous-développé, les "deux têtes de l'aigle" sont réunies, comme le
pensait Marx à propos de la société occidentale, à la différence que dans cette dernière, les
deux sont réunies sur la base de la toute puissante société civile, alors que dans les sociétés
périphériques, les deux sont réunis inversement sur la base de la matérialité de l'activisme
de l'Etat: nous sommes donc aux antipodes du modèle libéral européen.
Comme nous l'avons vu, dans l'exemple des pays sous-développés, l'Etat constitue la
trame de base pour le développement de la société. Les différenciations sociales, la
division sociale du travail, les classes sociales ne se forment qu'en rapport avec l'Etat. Le
corps de l'Etat constitue l'espace privilégié à partir duquel est façonné l'ensemble social.
En fait, la société sous-développée se présente souvent comme un ensemble
d'excroissances organiques à partir du fonctionnement de l'Etat. Or, cet ensemble
d'excroissances, considéré en soi, se présente souvent comme un tissu social décousu,
fragmenté et discontinu. Cette discontinuité, en d'autres circonstances, renverrait aux
178
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
problèmes des sociétés poly- segmentaires186. Cependant, les "multiples imbrications",
dont parle M. Mauss, ne sont pas suffisantes ici pour assurer, à elles seules, la cohésion et
l'unité du système périphérique. C'est sur ce besoin organique d'unification de l'espace
social que se fonde la présence de l'Etat périphérique. Dans le modèle occidental, la
cohésion sociale se fonde sur un caractère constitutif de l'individu, à savoir sur la
poursuite de son intérêt individuel: l'atomisation comporte intrinsèquement la
socialisation. Or, dans le modèle périphérique, la cohésion est assurée extrinsèquement
par le moyen d'articulations, non simplement virtuelles, mais matérielles.
Le caractère matériel de ces articulations donne lieu à la constitution d'un tissu
économique, dont l'unification se présente comme "raccommodée" ou "colmatée". En
fait la soudure sociale n'est assurée que par l'extension de l'activité de l'Etat. Ainsi, dans
l'amalgame qui en résulte, le monopole de l'Etat constitue la base pour l'apparition d'un
capitalisme monopoliste d'un type nouveau. Dans ce cadre, le monopole n'est plus fondé
sur les données de l'entreprise et du marché, ni sur la consistance économique, mais sur
l'intervention administrative et souveraine, de l'Etat. Cette conglomération entre l'Etat et
les intérêts privés-intérêts qui, très souvent, sont ceux des sociétés étrangères et
multinationales- fait souvent figure d'un "corporatisme nouveau".187
La vraie nature des monopoles dans la périphérie réside dans la "connivence" avec
l'Etat. Ceci est vrai même pour les grandes firmes multinationales: elles pénètrent dans les
pays du Tiers-Monde non en fonction de leur consistance économique, mais en vertu
d'accords spécifiques avec les Etats, leur garantissant toute une série de privilèges, en plus
de ceux qui découlent de leur situation financière et commerciale. En réalité, l'Etat
périphérique pratique une politique de "contributions", de subsides, de licences, de
cautions, politique qui donne lieu à un tissu protecteur permettant l'incrustation dans son
sein des classes dominantes. L'incrustation des classes dominantes dans l'Etat peut revêtir
soit la forme économique, pour les personnes qui apparaissent formellement comme des
"entrepreneurs", soit la forme politique, pour les personnes liées avec la gestion
administrative ou politique. Cependant, dans tous ces cas, les différenciations
économiques et sociales résultent non d'une société civile, mais du rapport avec l'Etat.
C'est pour cette raison que la formation des groupements sociaux dans la périphérie
se fait, en dernière instance, non par voie de diversification sociale d'en bas, mais par voie
186. M.Mauss, Essai de Sociologie, Ed. de Minuit, Paris 1969.
187. Ph.Schumpetter, Still the century of corporatism?, in World Politic vol.IV, Janvier 1973, cf. aussi Cardoso et
Faletto op. cit.
179
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
de cooptation d'en haut. L'Etat périphérique constitue le principal mécanisme de cette
cooptation. La « bourgeoisie » périphérique qui découle des ramifications avec l'Etat et
des processus de cooptation, tout naturellement, ne fonctionne pas comme une classe
sociale de production, même lorsqu'elle est formellement liée à une activité productive,
mais comme une "caste" de rentiers des revenus de l'Etat: cette bourgeoisie n'est pas
définie par la poursuite d'une politique de profit, mais plutôt par une politique de
maximisation des subsides, voire des rentes. Il est notoire que cette bourgeoisie, dans la
mesure où elle se trouve liée avec certains secteurs de l'économie, est définie par un
comportement unilatéral: en cas de haute conjoncture, elle n'augmente pas ses
investissements pour faire accroître l'offre, mais préfère relever simplement ses prix; en
cas de basse conjoncture, elle réduit l'offre des produits, sans pour autant modifier sa base
productive. Dans les deux cas, la base productive reste inerte, ne réagit pas aux
modifications du marché, parce que la bourgeoisie respective puise l'essentiel de ses
bénéfices non par les profits, mais par les subsides de l'Etat. Il est clair donc que le
gonflement de l'activité de l'Etat ne réussit pas à dépasser les conditions du sousdéveloppement, mais aboutit à la constitution d'un ensemble social qui, tout en
s'inscrivant dans le capitalisme contemporain, fonctionne néanmoins, en dernière analyse,
dans les conditions de toute une série d'entraves extra-économiques. Ceci doit forcement
rappeler à plusieurs égards tant les corporations que l'ordre des sociétés pré-capitalistes.
Etant donné que l'Etat assure l'unité dans le fonctionnement de cette société, nous
pourrons aussi expliquer tout naturellement le rôle prépondérant que joue l'élément
politique et l'idéologie dans les processus de cooptation et de structuration de ce néocorporatisme.
Nous constatons que le rôle de l'Etat, en tant qu'agent de coordination des actions
des individus et des groupes, est essentiel, et que les processus de démocratisation
actuellement à l'œuvre en Afrique et en Asie et le retour à des régimes démocratiques en
Amérique latine invitent à approfondir les modalités complexes de l'articulation existante
entre l'appareil étatique et ce qu'il est convenu d'appeler la société civile. Sous ce vocable
général de la société civile, on rassemble l'ensemble des groupes et de catégories qui
constituent un pays. Or, dans une logique de développement, l'intégration de la quasitotalité de ces groupes à la dynamique nationale de développement est essentielle tant
pour des raisons économiques (extension de la demande solvable, donc de la taille des
marchés) que politiques (non-remise en cause du régime en place, stabilité politique).
Inversement, la marginalisation croissante de certains groupes ou l'augmentation des
180
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
effectifs de ceux-ci, comme cela est actuellement le cas en Amérique latine, apparaît
comme particulièrement défavorable au développement188.
La pensée dominante est alors celle du keynésianisme de la synthèse qui attribue à
l'Etat un rôle interventionniste en vue de pallier les défaillances ou l'inexistence des
marchés.
Dans une perspective systèmo-fonctionnaliste, Immanuel Wallerstein relève ainsi que
la logique de la domination internationale rend dysfonctionnelle l’apparition, à la
périphérie, d’un Etat dont la dynamique pourrait contrarier, par son indépendance et sa
souveraineté, les intérêts du capitalisme mondial. Conformément à un raisonnement assez
proche, André Gunder-Frank tient l’Etat périphérique pour un fantoche, entretenant
l’illusion juridique et politique d’une indépendance que le contexte économique rend de
toute manière impossible. A l’inverse, Cardoso ne récuse pas l’hypothèse d’un Etat
périphérique qui, au contraire, serait appelé, selon lui, à assumer des fonctions de type
répressif destinées soit à faire admettre à ses administrés la logique de la division
internationale du travail, soit, dans les nouveaux modes de dépendance, à faire respecter la
soumission directe de certains secteurs économiques aux intérêts du capitalisme
international. Aux frontières de l’école de la dépendance, l’école néo-mercantiliste va
même jusqu’à réhabiliter l’Etat périphérique en le présentant comme le seul rempart
possible contre les flux de pouvoir provenant de l’environnement international.
Être indépendant pour un pays consiste généralement à pouvoir se passer des
services des autres pays et à pouvoir être polyvalent, à être ainsi capable de se débrouiller
tout seul sans se laisser dominer par aucun autre et tout en étant ouvert à des relations
extérieures. On constate que cela n’est pas le cas pour les pays sous-développés. Les pays
"sous-développés" souffrent d'un manque de confiance en eux-mêmes. Car ils subissent
constamment les décisions des autres. Les décisions sont prises ailleurs. Il est impossible
qu'ils puissent suivre l'avancée technologique des pays industrialisés. Ils doivent satisfaire
leurs besoins essentiels et s'adapter aux évolutions et changements accélérés d'un monde
qui se transforme en un grand village. Ils ne peuvent pas ignorer ces évolutions et
s'enfermer dans leur univers. Même s'ils ont une volonté de fer, il est impossible de
fermer les yeux et de boucher ses oreilles et prétendre que ces changements n'existent pas.
Alors il faudrait qu'ils puissent trouver, ou inventer un mode de vie, une organisation de
188. Choquet Catherine, Dollfus Olivier, Le Roy Etienne et Vernières Michel Etat des savoirs sur le
développement. Trois décennies de sciences sociales en langue française, Karthala, Paris, 1993, Introduction, p.17.
181
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
leur société qui, tout en s'adaptant, puissent avoir le moins possible besoin de recourir aux
services des pays occidentaux.
CH. IV.2. L'Etat à l'épreuve des théories du développement
La notion de bonne gestion des affaires publiques, au niveau national comme
international, est définie, selon les experts de la Banque Mondiale et le F.M.I., comme
l'interaction des institutions, de la législation et de la conduite sociale qui faciliterait
l'efficacité de la société en tant qu'organisation économique visant à créer la prospérité
maximale pour le plus grand nombre de ses citoyens. Cette thèse soutient que la
démocratie est la condition sine qua non pour un développement économique à long terme,
car elle permet à tous les groupes de la société de dialoguer entre eux et de parvenir à des
compromis qui sont le reflet d'opinions différentes. Grâce à la démocratie, l'engagement
envers les compromis obtenus est maximum, ce qui rend la bonne gestion des affaires
publiques à la fois plus juste, plus transparente et plus légitime. A l'inverse, lorsque la
démocratie, la prééminence du droit et les droits de l'homme sont peu respectés ou quasiabsents, cette situation privilégie des phénomènes tels que la corruption, la criminalité des
affaires, l'inefficacité bureaucratique, les environnements réglementaires laxistes, la
mauvaise gestion économique et les informations déformées. Souvent, de telles sociétés
sont aussi, du point de vue économique, moins concurrentielles au niveau mondial. Ces
experts défendent cette idée en énumérant des exemples, notamment parmi les pays
d'Afrique orientale et sub-saharienne, où les politiques de développement ont, dans une
très large mesure, échoué. Parmi ces pays, ils citent le cas du Nigeria, le pays le plus
peuplé et l'un des plus riches en ressources naturelles, qui vit en dehors de toute
démocratie depuis une vingtaine d'années. Un autre exemple est fourni par la crise
financière du Mexique qui a commencé avec la dévaluation de décembre 1994, suivi d'une
intervention, à grands frais, du F.M.I. (sous l'égide des États-Unis) pour sauver ce pays de
la faillite économique.
Les économistes de la Banque Mondiale et du F.M.I. décrivent la situation dans
plusieurs régions et pays du monde, en s'efforçant de montrer que là où la démocratie est
faible, le développement économique l'est aussi. Ainsi leurs diagnostics font suite à la crise
financière en Asie du Sud-est en analysant les conséquences économiques et sociales.
L'absence de démocratie, le défaut de transparence dans les affaires publiques, l'absence
182
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
d'un débat libre et ouvert et d'un cadre juridique approprié, ont été, d'après cette thèse, les
facteurs essentiels de la crise financière dans ces pays. L’Indonésie, par exemple, à cette
époque gouvernée par l’ex-Président Suharto, était un cas extrême. La compagnie de taxi
qui assurait le transport de l’aéroport à Djakarta appartenait à l’un des enfants du Président,
tout comme les péages que devaient emprunter les voyageurs pour arriver en ville. Le grand
hôtel où les touristes étaient susceptibles de descendre appartenait aussi à l’un de ses parents.
Tel était le mode de fonctionnement de l’ensemble du pays. Ce système de népotisme et ces
lacunes démocratiques poussaient les gouvernements de ces pays à encourager les banques,
pendant la crise de l’année 1998, et à engloutir des prêts dans des entreprises improductives.
En même temps, des prêteurs étrangers s’empressaient d’apporter des capitaux frais. Il en a
résulté une surcapacité, une non-rentabilité, une aggravation de la dette et une dépendance
vis-à-vis des capitaux étrangers. Lorsque la véritable situation de nombreuses banques et
entreprises s’est révélée au grand jour, les investisseurs ont retiré leurs capitaux. Ils ont vendu
les actifs locaux en toute hâte, faisant plonger ainsi les devises nationales. Sans l’aide financière
du F.M.I. et la mise en place de toute une série d’opérations de sauvetage, ces pays n’auraient
pas pu éviter une catastrophe financière à l’échelle internationale. La crise a pu se limiter à
certains pays de la région, sans réussir cependant à éviter un grave recul des marchés
financiers et des économies nationales, qui a causé des licenciements en masse dans tous ces
pays ainsi que des conflits sociaux qui continuent encore aujourd'hui à ébranler leur système
politique. Cette situation souligne par ailleurs les dégâts économiques causés par la corruption,
la criminalité des affaires et le blanchiment des capitaux dans bon nombre de pays où le
développement économique est relativement lent et où le système politique autocratique est
au pouvoir (les pays d'Afrique du Nord, du Proche-Orient et la Russie). En Russie, la fraude
était générale dans la privatisation des biens d’État, une grande part des capitaux prêtés avait
disparu. Cela a entraîné, à terme, une méfiance générale à l’égard de l’ensemble de l’économie.
On constate par ailleurs que l'absence de la démocratie et de la tradition démocratique
constitue l'un des facteurs d'émergence de guerre dans les régions sous-développées (exemple:
la Sierra Leone, l'Angola, et plus récemment encore la guerre qui a ravagé les pays de l'exYougoslavie).
Pour l'Amérique latine, le credo néo-libéral aujourd'hui dominant signifie en clair
l'abandon historique de la référence au Welfare State comme modèle de construction étatique
et de protection sociale collective. En effet, le discrédit des États latino-américains sur ce
point, en raison des fonctions redistributives exercées de manière socialement restreinte sinon
clientéliste par le passé, se traduit aujourd'hui par des recommandations qui visent, selon la
183
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
thématique dominante, l'ajustement à "visage humain" et un ciblage de l'intervention sociale
sur les groupes sociaux les plus "vulnérables". Mais dans la mesure où ces groupes sociaux
forment, comme au Brésil, la majorité de la population, il est évident que, compte tenu des
restrictions budgétaires recommandées, ces thèses préconisent en réalité un renoncement à
l'objectif d'une protection sociale collective, assimilable à un retrait de l'État de la sphère
sociale. 189 Il s'agit alors clairement de s’en remettre aux mécanismes régulateurs du marché et
de la croissance pour réduire les inégalités sociales parmi les plus élevées au monde. Pari pour
le moins risqué qui est loin de faire l'unanimité des économistes et dont l'avenir nous dira s'il
n'était pas, une fois de plus, essentiellement théorique.190 Quant à l'Afrique, le projet de
favoriser la constitution d'États démocratiques respectueux des dynamiques privées
d'accumulation économique ne saurait être un objectif critiquable en soi. Néanmoins,
Bonnie Campbell suggère pertinemment que l'offensive anti-étatiste de certains bailleurs de
fonds agissant au nom de la "good gouvernance" (US-Aid notamment) peut aboutir moins à
réformer l'État et à libérer le secteur privé en Afrique qu'à affaiblir un peu plus l'un et l'autre:
l'État par une délégitimation politique aggravée et l'érosion économique de ses rares
ressources fiscales, le secteur privé par la suppression d'un certain nombre de ses ressources
publiques.191
Au total, on peut constater que, depuis quarante ans, la théorie économique du
développement mobilise autant de catégories mythiques de l’État en développement pour les
besoins de ses démonstrations et prescriptions successives. Mythes dont, paradoxalement, la
fonction politique n'est pas neutre puisqu’ils ont tous contribué à déterminer les
comportements des élites étatiques du Sud et à façonner plusieurs décennies de "politiques de
développement".
On peut toutefois souligner une certaine évolution du statut de l'État dans la théorie
économique du développement. Le mythe de l'État développeur dans les années cinquantesoixante, puis celui de l'État fantoche dans les années soixante-dix, furent le produit d'un
économicisme théoriciste qui intégrait le "facteur étatique" sous une forme assez
généralement impensable pour elle-même. Avec la conception de la "gouvernance" véhiculée
par la Banque mondiale, le paradigme néoclassique débouche peut-être pour la première fois
sur une extension de la théorie du développement à la question de l'État.
189. Pereira J.M, "La réduction de l'intervention sociale de l'Etat", dans Couffignal G, (dir.publ.) Réinventer la
démocratie : Le défi latino-américain, Press de la FNSP, Paris 1992.
190. Pereira L.C.B., Une nouvelle interprétation de l'Amérique latine : la crise de l'Etat, Cahier de l’Amérique latine,
n°17, 1994, pp. 25-49.
191. Campbell B, Débat actuel sur la reconceptualisation de l'Etat dans les organismes de financement multilatéraux et
184
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Pourtant, même si au fondement de cette approche un constat "sociologique" minimal
n'est pas inexistant (sur le poids de l'autoritarisme de la bureaucratie et de la corruption
d'État dans les pays du Sud) l'analyse est essentiellement structurée autour d'un discours
normatif mobilisant la figure d'un État libéral démocratique qui n'existe sous cette forme
idéale typique dans aucune des démocraties du monde. Comme les paradigmes
précédents de la théorie économique du développement, le paradigme néoclassique
n'échappe donc pas malgré tout à la convocation d'un État mythique, construit pour les
besoins de la cause.
Ainsi nous pouvons constater que l'aggravation de la crise économique mondiale a
mis à nu l'indigence de la philosophie du laisser-faire économique, à laquelle les ÉtatsUnis tentent de convertir le reste du monde. La libéralisation des marchés financiers a
profité aux spéculateurs internationaux tout en réduisant la marge de manœuvre des
gouvernements des pays développés et de ceux en développement, dans la défense des
intérêts à long terme de leurs producteurs et de leurs consommateurs. Le Fonds
monétaire international (F.M.I.) a pris en charge activement la mise en œuvre de cette
politique et depuis quelques années insiste pour que les États victimes de la fuite des
capitaux étrangers engagent des réformes qui risquent de mettre en péril leur stabilité
sociale sans forcément apporter la prospérité. Malheureusement, si l'effondrement des
marchés émergents a jeté le discrédit sur le laisser- faire, il a aussi démontré la faillite des
solutions de rechange classiques proposées par la gauche et les progressistes. Jusqu'ici, les
néo-progressistes et les socialistes ont monopolisé les critiques exprimées au sein de la
gauche à l'encontre de l'orthodoxie libérale. Pourtant, aucune de ces deux écoles ne
propose un autre modèle convaincant d'économie industrielle moderne.
CH. IV.3. La théorie "néo-progressiste" du développement en rapport
avec la liberté politique inspirée de la pensée de Friedrich List
Il est important de se rappeler que le socialisme et le progressisme classique ne sont
que deux des trois traditions rivales d'économie politique qui sont apparues dans la
première moitié du XIXème siècle. Ces trois courants sont symbolisés par Karl Marx,
Adam Smith et Friedrich List, le théoricien et militant germano-américain (1789-1846) qui
l'US-AID, Politique africaine, n° 61, 1996.
185
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
a approfondi les idées des "économistes nationaux" hamiltoniens américains pour avancer
une théorie méthodique du nationalisme économique capitaliste industriel. List croyait en
l'harmonie suprême des intérêts nationaux. Progressiste et démocrate, il admirait les
États-Unis et la Grande-Bretagne, et souhaitait que le développement de la
représentativité politique, des libertés civiques et de l'État de droit, accompagne
l'évolution industrielle. Dans son livre Système national d'économie politique (1840) il écrit :
"Aucune nation n'a jamais réussi à se hisser au rang de puissance industrielle sans jouir dans le
même temps d'une grande liberté politique. Et, s'il est arrivé qu'un despote parvienne à assurer une
certaine prospérité à ses sujets, cela n'a été possible que parce qu'il a pu compter sur des ministres et des
fonctionnaires exceptionnellement compétents."
Pour List, l'industrialisation ne peut avoir lieu sans l'existence d'un régime
démocratique qui poursuit la même politique économique sur plusieurs centaines
d'années. La science économique "cosmopolite" ou libre-échange universel, entre tous les
pays du monde n'est possible qu'au stade ultime du développement. Les pays ne peuvent
que progresser lentement, étape par étape, vers l'instauration du libre-échange mondial. Et
ils ne peuvent le faire que dans la mesure où une telle politique leur est bénéfique, et non
nuisible. L'adaptation prématurée du libre-échange planétaire pérennisera les avantages
qu'en retirent les pays déjà industrialisés (comme la Grande-Bretagne au XlXème siècle ou
les États-Unis de nos jours). Les pays en développement doivent protéger leurs industries
naissantes jusqu'à ce qu'ils aient rattrapé leur retard.
La théorie "néo-progressiste" du développement, telle qu'elle a été énoncée par le
président Clinton lors de son voyage en Russie, a été réduite à la thèse selon laquelle
l'application du droit de propriété permettra d'attirer l'investissement étranger.
Les Listiens sont hostiles à des institutions comme l'Organisation Mondiale du
Commerce (O.M.C.), au motif que le moment n'est pas venu d'instaurer le libre-échange
universel. Ils critiquent le F.M.I., qui essaie, d'après eux, d'obliger tous les pays en
développement à adopter un modèle économique néo-libéral souvent inadapté. Ils
désapprouvent les traités comme l'Accord de Libre Échange Nord Américain (ALÉNA),
qui privent les pays pauvres, tel que le Mexique, de la liberté de bâtir leur propre
développement en évitant de les transformer en sites d'assemblage de main-d'œuvre à bas
salaires au profit des entreprises des pays riches.
186
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Le Premier ministre malaisien Mahathir Muhammad redoute qu'une telle
confédération UA-ALENA, s'appuyant sur sa puissance commerciale, ne dicte ses
conditions au reste du monde. Les Listiens répondent que des dirigeants plus éclairés à
Washington et à Bruxelles pourraient profiter du contrôle qu'ils exercent sur l'accès au
marché commun atlantique pour faire pression sur les dictateurs et sur les entreprises
occidentales afin qu'ils assurent aux travailleurs du Tiers-Monde des droits civiques, des
salaires décents et des conditions de travail sûres. La zone de libre-échange UE ou UAALÉNA s'élargirait progressivement à partir de son noyau atlantique, en admettant de
nouveaux membres qui répondraient aux critères de niveaux de salaire élevés et de
démocratie. Jusqu'à ce qu'ils soient prêts à adhérer au "club des salaires élevés", les pays
en développement devraient créer leurs propres blocs économiques régionaux, en
libéralisant les échanges entre eux tout en négociant collectivement avec les pays riches
sur les conditions du commerce et de l'investissement. On déduira de tout cela que le
listiarisme avance une théorie de l'avenir à moyen terme, ainsi qu'une vision à long terme,
pour justifier son programme de réformes à court terme.
Si le prochain millénaire devait être un millénaire listien de marché mondial social, il
ne s'agirait pas d’un hasard de l'Histoire ni l’œuvre d'une main invisible. Ce serait parce
que les dirigeants des pays démocratiques - en particulier quelques puissances comme les
États-Unis, l'Allemagne ou le Japon - auraient choisi de bâtir délibérément un ordre
mondial dans lequel les règles du marché promeuvent l'égalité à l'intérieur des pays et
entre les pays, au lieu de la saper. D'un point de vue listien, la droite d'aujourd'hui, qui
s'inspire d'Adam Smith, est aussi coupable que la gauche marxiste de justifier l'oppression
actuelle en invoquant le progrès futur. La droite prétend souvent que les pays en
développement doivent passer par une phase "d'atelier de sous-traitance"ou de régime
dictatorial, avant que leurs travailleurs ne soient autorisés à créer des syndicats ou à voter
lors d'élections nationales libres. Certains adeptes du laisser-faire sont même allés jusqu'à
affirmer que certains pays pauvres ne pouvaient échapper à une phase de mise au travail
des enfants. Pour les listiens, il est absurde que chaque pays en développement doive
revivre les horreurs du capitalisme à la Dickens. L'un des avantages d'un développement
tardif devrait être la possibilité de ne pas répéter les erreurs de leurs prédécesseurs.
Pourquoi les États nouvellement industrialisés devraient-ils connaître une phase d'absence
de droits syndicaux ? Leur faudrait-il aussi passer par l'esclavage ?
187
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CH. IV.4. L'impact des facteurs politiques et institutionnels
sur le développement économique
Le premier choc du prix du pétrole, en espace de vingt-quatre heures, a provoqué
une hausse du prix de baril de 3 à 5,12 dollars et il dépassera les 11,6 dollars en fin
d'année 1973. Ce premier choc a mis fin à la période de croissance économique, dite des
"trente glorieuses". Ce fut le début d'une série d'événements économiques de dimension
internationale qui a entraîné l'ensemble des pays du monde, et en particulier les pays sousdéveloppés, dans une crise économique sans précédent de par sa durée (d'une vingtaine
d'années et cela s'est accentué suite à la crise financière de l'Asie du Sud) et son amplitude
(avec une baisse moyenne du PIB). Parmi ces événements, nous pouvons citer la baisse
durable du cours des matières premières, le deuxième choc pétrolier (1979-1980,
provoqué par la révolution en Iran) pour les pays non producteurs de pétrole, la hausse
des taux d'intérêt liée au cours élevé du dollar qui a alourdi considérablement la charge de
la dette des pays sous-développés. A tous ces éléments qui ont contribué à fragiliser
davantage les économies dépendantes de ces pays, il faut rajouter les effets d'une
corruption généralisée devenue intolérable, la gestion laxiste des dépenses publiques et
une administration lourde par sa dimension et par son poids qui voulait et veut encore
être présente faute du manque de dialogue avec ses administrés et une gestion autoritaire
des affaires de ces pays.
La mondialisation de l'économie du marché et sa poussée progressive, même dans les
pays anciennement appelés "communistes" d'une part, et la montée en puissance de
l'opposition et les contestations des peuples des pays "sous-développés" ainsi que leur
prise de conscience politique et sociale d'autre part, constituent le moteur de l'évolution
politique dans les pays "en voie de développement".
Pendant longtemps, les pays occidentaux pouvaient justifier leur soutien
inconditionnel aux régimes dictatoriaux au pouvoir dans les pays "sous-développés", cela
malgré l'opposition et la volonté légitime des peuples de ces pays. Ils intervenaient même
militairement pour défendre les dictateurs comme Mobutu, Moi, Bandi. Cette politique
était théorisée et mise en pratique par les experts de la politique étrangère des pays
"développés" se basant sur la crainte du danger "communisme" et de "la pensée
révolutionnaire". Ces régimes autoritaires étaient considérés comme le "rempart" contre
le "communisme" et l'influence de " l'Union soviétique".
188
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Après la désintégration du camps "communisme" et la miniaturisation de l'Union
soviétique", le monde est sorti de son état bipolaire et il est entré dans une situation
"multipolaire". Les pays européens revendiquent leur part, et la naissance des pays
émergeants sur le plan économique et industriel comme la Chine, la Corée du Sud, et la
Malaisie met en question l’hégémonie des États-Unis.
La nouvelle politique de "démocratisation" est à la recherche des objectifs plus
précis: en finir une fois pour toute avec l'idéologie du socialisme et le remplacer sans
aucune ambiguïté par la pensée "unique", "libre échangisme", "libre entreprise", et créer
une nouvelle crédibilité et légitimité pour assurer la continuité de l'hégémonie des pays
occidentaux. Ainsi, cette politique pourrait favoriser une alliance durable avec les régimes
"démocratisés" dans les régions qui ont une position stratégique vitale pour l'économie
mondiale et, en l'occurrence, pour les économies occidentales.
En effet, la question des rapports entre la démocratie et le développement
économique est depuis l'époque de la décolonisation, un sujet de débat entre les
différentes écoles de pensée. Ce débat se poursuit de nos jours. Le fait nouveau c'est que
cette corrélation est soutenue, cette fois, par les deux organisations: Banque Mondiale et
Fond Monétaire International ainsi que l'ensemble des pays occidentaux, les principaux
bailleurs de fonds des pays sous-développés, qui étaient eux-mêmes pourtant, jusqu'à une
date récente, hostiles à cette corrélation.
Il faut rappeler que ces deux organismes dès le lendemain de la deuxième guerre
mondiale, avec le soutien des pays occidentaux, prônaient la défense de la théorie du
développement accéléré à l'aide d'un gouvernement centralisé et autoritaire. La
démocratie, d'après les experts de ces organismes, était source d'anarchie et défavorable
au développement économique. Il fallait nourrir d'abord les populations de ces pays, les
former, les éduquer, investir dans les infrastructures, et favoriser leur développement
économique pour qu'elles soient en mesure « d'acquérir » la démocratie. Dans cette voie,
ils ont même détruit les institutions proto-démocratiques des pays concernés, sans se
soucier de la nécessité de l’existence de ces institutions dans le dialogue entre les autorités
étatiques et la population de ces pays. A présent, il n’existait plus aucun intermédiaire
entre l’Etat et ses administrés.
Aujourd'hui, plus encore qu'à l'époque de Périclès, le débat porte avant tout sur la
nécessité de la croissance économique comme la condition préalable à la démocratie,
plutôt que sur la démocratie elle-même, comme on s'est efforcé de le dire immédiatement
après la chute du mur de Berlin.
189
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Il est vrai que le régime autoritaire de la Chine, après celui du Chili, avait mieux
favorisé la croissance économique que les nouveaux régimes démocratiques des pays de
l'Est. Lors de leur "décollage économique", ces pays avaient adopté une politique
économique dirigiste, centralisée et contrôlée par une minorité restreinte d'une manière
dictatoriale. L'État de ces pays était constitué des membres du parti au pouvoir ou de
leurs complices recrutés par favoritisme, et nullement par le talent et le mérite. La
population de ces pays a subi une répression permanente. Les conséquences de cette
politique étaient, malgré le suffixe "socialistes" rajouté à leur nom, une répartition inégale
de la richesse, la corruption généralisée, et un ras-le-bol qui se manifestait de temps à
autre par des crises sociales aggravées, violentes, suivies de répression plus ou moins
sanglantes. Dans ce modèle, l'accent a été mis essentiellement sur le développement
économique, négligeant le développement social qui est toujours défini comme l'objectif
final, quel que soit le modèle de développement économique. L'homme y était oublié, il a
été considéré plutôt comme un outil de production de la richesse au profit de la seule
minorité au pouvoir. Nous pouvons citer comme exemple la Corée, les pays de l'Asie du
Sud-est et certains pays d'Amérique latine comme le Chili, où l'accumulation du capital a
été réalisée grâce à la vente massive des matières premières, une structure étatique
centralisée, et en imposant ainsi un modèle d'industrialisation forcée et une répression
féroce menée par les régimes militaro-dictatoriaux, contre toutes revendications
syndicales. La question que nous devons nous poser maintenant, c'est si on peut
généraliser leur cas et affirmer que leur développement économique fut réalisé grâce aux
régimes militaires et autocratiques ? Que ce développement leur a permis d'opter
maintenant pour un régime démocratique? Ou que ce "développement économique"
pourrait être durable, comme nous l’ont laissé entendre bon nombre des experts
occidentaux sur la croissance économique de la Malaisie, de l’Indonésie, de la
Thaïlande ou de l’Iran de l’époque du Chah qui voulait devenir le Japon du Moyen
Orient?
En effet, notre thèse soutient que non seulement le développement économique
comme tel n'est pas un indicateur de santé démocratique, mais nous pourrons même le
considérer comme le principe de sa corruption. Il est intéressant de souligner que dans
tous ces pays, le libéralisme était un principe qui a été admis seulement dans le domaine
économique, la libre concurrence a été acceptée, encouragée même entre les acteurs du
marché, mais restreinte, réprimée sur le plan politique et social. La fraction connue sous
l’appellation "les conservateurs" du pouvoir politique iranien justifie son agressivité envers
190
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
les intellectuels, les libertés d’expression des journaux, en se basant sur cette
argumentation :
"Ce dont les gens ont le plus besoin, c’est l’amélioration dans leur niveau de vie, c’est la croissance
économique, l’emploi, la nourriture, et cela n’est possible que dans une situation politique dépourvue de
tension sociale et politique. Les journaux et les intellectuels créent toujours une ambiance de tension et
d’anarchie, alors il faut les réprimer " (le discours de l'inauguration de Khamenei, le guide
suprême de la république islamique, à l'assemblée nationale en 2000). L’un des dirigeants
historique de cette fraction, Hashemi Rafsandjani, donne ouvertement sa préférence au
modèle chinois, c’est-à-dire une croissance rapide accompagnée d’un État fort et un parti
politique, en citant comme exemple, dans ses discours, les pays de l’Asie du Sud (la Corée,
la Malaisie, la Thaïlande et Singapour : référence : La revue mensuelle de la Culture du
Développement, juin-août 2000)
Dans les pays avec l'économie de marché, le rôle de l'Etat a été défini, au sortir de la
Deuxième Guerre mondiale, comme coordonnateur, stimulateur, essayant de rendre plus
efficace pour l'ensemble de la société, le fonctionnement de l'économie de marché en
veillant à réduire les inégalités sociales trop marquées. C'est l'avènement de l'Etat
keynésien, théorisé dans les années 1930, mais adopté dans les faits après la Seconde
Guerre mondiale. Mais dans les pays "sous-développés", l'Etat intervient à tous les
niveaux de la vie sociale, culturelle, politique et économique. L'Etat est omniprésent,
centralisé et autoritaire. Il se met au-dessus de toutes les classes sociales. En général, s'il
n'est pas représenté par une seule personne, il l'est par un groupe restreint qui ne défende
que leurs propres intérêts. Dans de telles situations, l'Etat ne joue pas son rôle de
régulateur ou d'arbitre. Il est uniquement répressif, autoritaire et bafoue les droits des
citoyens192. Cet aspect du contexte socio-politique avait été négligé dans la plupart des
modèles conçus et réalisés dans les pays "sous-développés".
Il convient de dire :
"Parce que le développement économique est lié à l'action de l'Etat, le problème majeur du TiersMonde est donc fondamentalement politique. C'est celui de la légitimité du pouvoir. Il réside dans le fossé
192. Voir Guichaoua André et Goussault Yves, Sciences sociales et développement, Armand Colin, Paris, 1993,
pp.131-135.
191
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
qui sépare les peuples de ceux qui sont chargés de conduire leur destin. Et on ne voit guère comment ce
fossé pourrait, à court terme, être comblé."193
L'impact des facteurs politiques et institutionnels sur le développement économique a été
abordé dans beaucoup de littérature des sciences socio-économiques. Depuis l'époque
d'Adam Smith, et même bien avant lui, le rôle de la politique était considéré comme
prépondérant dans le développement économique. Mais les manières et les conditions dans
lesquelles ces facteurs interviennent dans l'économie d'un pays sont restés relativement floues.
Certains économistes ont tenté récemment d'établir des liens entre le système
politique et le niveau de développement économique dans des pays "sous-développés". La
question à laquelle ils ont essayé de répondre est la suivante: "Les spécificités du système
politique de ces pays peuvent-elles expliquer la différence de leurs niveaux de développement économique ?"
194
Larry Sirowy et Alex Inkeles ont étudié treize cas différents à ce sujet. Toutes leurs
études sont basées sur l'évaluation des résultats économiques obtenus à partir de la
diversité et de la particularité démocratique des régimes politiques libres. Ils concluent
leur recherche en constatant "l'absence d'un rapport quelconque de la démocratie et de développement
économique."195 Ainsi, par le questionnement sur l'Etat et son rôle dans les pays sousdéveloppés, nous sommes amenés à nous interroger dans le prochain chapitre sur la
corrélation des régimes politiques et du développement, et notamment sur la
revendication prépondérante de la démocratie pour parler véritablement de
développement pour les pays sous-développés.
193. Bernard Chantebout, Le Tiers-Monde, Armand Colin, collection U, Paris 1986.
194. Marquand David, « Political Institution and Economic Performance » in : Governement and Economies in
the Power World, Ed. Andrew Graham and Anthony Seldon. London, Routledge, 1990.
195. Sirowy, Larry, and Inkeles Alex, The Effects of Democracy on Economic Growth and Inequality, A Review
Studies in Comparative International Development, 25-No.l (Spring 1990): p.126.
192
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE V. LA QUESTION DE LA DEMOCRATIE PAR RAPPORT
AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE
CH. V.1. La démocratie favorise-t-elle
la croissance et le développement économique?
Depuis la fin de la guerre froide, la démocratie et les droits de l'homme occupent une
place centrale, et personne ne les remet plus en question, du moins ouvertement. C'est
leur interprétation qui crée des difficultés. Le fait que les pays "sous-développés" ne
mettent pas en avant les mêmes droits que les pays industrialisés du Nord et leurs
différentes applications surtout, font voir un grand décalage dans la discussion. Chacun
essaie d'interpréter les droits démocratiques selon des rapports de force et prend comme
prétexte le contexte culturel ainsi que les traditions propres au pays concerné. Il convient
de se rappeler que l'évolution de nos sociétés au cours de ce siècle a puissamment
contribué à donner aux droits sociaux une place secondaire dont ils ont encore du mal à
s'affranchir. En faisant du produit national brut et du revenu par tête d'habitant la mesure
principale, pour ne pas dire la seule, de la richesse et du bien-être, les économistes ont
réussi, pendant longtemps, à rendre le concept de développement synonyme de bonne
performance économique, et en particulier depuis les années 80, à ne voir de bonne
performance économique que dans la libéralisation, la déréglementation et la privatisation.
Les années 60 et 70 verront l'apogée du "Tiers-mondisme révolutionnaire", le radicalisme
de la "théorie dépendantiste" et l'explosion économique de l'Asie qui donnait lieu aux
fameuses valeurs asiatiques. Aujourd'hui, tout cela est loin: l'Afrique manifeste
publiquement contre les tyrans, s'impatiente même des dictatures consensuelles modérées
que sont encore le Gabon d'Omar Bongo ou le Kenya de Daniel Arap Moi. L'Asie
manifeste partout ses aspirations démocratiques: elles triomphent provisoirement, et de la
manière la plus inattendue, en Indonésie, avec le soutien actif des organismes financiers
internationaux comme B.M. et F.M.I., elles s'enracinent en Corée du Sud, juste après la
crise boursière de 1996 en Asie du Sud, elles continuent leur poussée en Birmanie et au
Cambodge.
Et de ce fait, la pauvreté et la famine restent encore le problème majeur de ces pays.
Le nombre de pauvres augmente sans cesse malgré l'abondance de nourriture et des
denrées alimentaires. Le rapport annuel du P.N.U.D. à ce sujet est très alarmant :
193
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
"L'étendue et la gravité de la pauvreté sous toutes ses formes à l'échelle de la planète exigent une
action urgente. Aujourd'hui, 1,3 milliards de personnes, soit un cinquième de la population totale, vivent
avec moins de 1 dollar par jour, huit cent cinquante millions d'adultes sont analphabètes, cent millions
sont sans abri, cent vingt millions sans emploi; huit cents millions de personnes n'ont pas accès aux soins
et sept millions meurent chaque année de maladies guérissables." 196
D'après le rapport du P.N.U.D., malgré le fait qu'on parle constamment de "crise"
économique, force est de constater que les pays de l'O.C.D.E. sont entre trois et quatre fois plus
riches aujourd'hui qu'à l'époque des trente Glorieuses.197
Cette situation est-elle fatale?
Les paysans, dépossédés de leur terre, les millions de pauvres des bidonvilles des grandes
mégapoles de ces pays, en rejoignant les rangs des organisations hostiles au gouvernement central,
en refusant de s'intégrer dans les circuits officiels du travail et en créant leur propre monde, leur
propre économie, ont répondu négativement à cette question.
Avec cette prise de conscience dans bon nombre des pays sous-développés, les populations
concernées refusent de plus en plus d'accepter les famines comme une fatalité, et ne rejettent plus
la responsabilité de ce fléau sur les forces naturelles et sur-naturelles. Des populations entières
vivent ainsi en marge des sociétés qui les rejettent quotidiennement. Mais elles parviennent tant
bien que mal à survivre grâce à toutes sortes de trafics et une économie informelle: des produits
importés clandestinement, faisant leurs courses dans les marchés de voleurs, occupant deux et
parfois même plusieurs emplois dans la journée, faisant partie d'un réseau non officiel des services
payants de l'administration gouvernementale, etc. Ce n'est pas uniquement leur "économie", mais
c'est leur vie tout entière qui est aussi informelle, évoluant hors du contexte officiel de
reconnaissance salariale et sociale dans une situation de non-existence. Ils manifestent leur
préférence pour des réseaux informels qu’ils organisent eux-mêmes, dans leur quartier, plutôt que
196. Thierry Lemaresquier, Le Monde, 9 décembre 1998. Thierry Lemaresquier est directeur de la division
du développement social et de l'élimination de la pauvreté au Programme des Nations Unies pour le
développement (PNUD), New York.
197. P.N.U.D., Rapport mondial sur le développement humain 1996, Economica, Paris 1996.
Ce rapport précise que: "sur les 23.000 milliards de dollars que représentait le PIB mondial en 1993, 18.000 milliards
provenaient des pays industrialisés, contre seulement 5.000 milliards pour les pays en développement, alors que ces derniers
rassemblent 80% de la population de la planète. Au cours des trente dernières années, la part des 20 % de personnes les plus
pauvres dans le revenu mondial est tombée de 2,3 % à 1,4 %. Dans le même temps, la part des 20 % des plus riches passait
de 70 % à 85 %. L'écart de revenu entre les 20 % les plus riches et les 20% les plus pauvres a ainsi doublé, passant de 30/1
à 61/1. La fortune des 358 individus milliardaires en dollars que compte la planète est supérieure au revenu annuel cumulé
des 45 % d'habitants les plus pauvres de la planète. Au cours des trois dernières décennies, la proportion d'individus habitant
des pays ayant connu une croissance annuelle de leur revenu supérieure à 5% a plus que doublé (passant de 12 à 27%), mais
la proportion de la population mondiale connaissant une croissance négative de ce revenu a plus que triplé, passant de 5 à 18%.
194
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
se confier aux organisations structurées, des partis politiques traditionnelles, qui pourront s’avérer
inefficace et d’après leurs expériences, pourront négocier leur sort dans le but d’obtenir des
avantages politiques ou financières avec le pouvoir politique. C'est leur manière de mener une
bataille contre des "États" qui ne transmettent pas ce qui leur reste de souveraineté à la
société civile, mais lèguent plutôt leur capacité de nuisance aux appareils bureaucratiques,
militaires, para- militaires (Bassiji et Hezbollah en Iran, ou "Escadrons de la Mort" en
Amérique latine) ou policiers qu'ils ont nourri en leur sein. En fait, peut-être cette guérilla
silencieuse que l'ensemble des pauvres et des moins pauvres du monde "sous-développé"
livre à l'État, pourrait s'avérer à long terme plus efficace qu'une révolution violente dont le
lendemain paraît incertain. Le professeur Amartya Sen, qui a reçu le Prix Nobel
d'économie de 1998, affirme que:
"L'un des faits les plus remarquables de la terrible histoire de la faim, c'est qu'il n'y a eu jamais de
famine grave dans aucun pays doté d'une forme démocratique de gouvernement et possédant une presse
relativement libre. Les famines tuent des millions de gens dans divers pays mais elles ne tuent pas leurs
maîtres. Les rois et les présidents, les bureaucrates et les chefs, les officiers et les commandants ne crèvent
jamais de faim."198
Contrairement aux thèses de l'économie néo-libérale, le professeur Sen soutient le
rôle d'un État sensible aux besoins de tous ses citoyens et transparent dans sa gestion du
pays. En somme, un État démocratique parviendra, d'après lui, à vaincre la pauvreté et la
famine. Sen souligne que les facteurs comme le statut social, l'absence de droits légitimes
ou l'impossibilité de vendre sa force de travail définissent les catégories vulnérables de la
population qui succombent à la famine, tandis que d'autres secteurs ont accès à des
ressources arithmétiquement suffisantes pour nourrir tout le monde.199 Il observe en
outre qu'il n'y a pas eu de famine massive en Inde depuis la fin de la domination coloniale,
et qu'en général la famine n'affecte pas les pays sous-développés où le pluralisme politique
et la liberté de presse permettent que s'exerce une pression en faveur d'une intervention
"L'écart de revenu par habitant entre les pays industrialisés et les pays en développement a ainsi triplé, passant de 5.700
dollars en 1960 à 15.400 dollars en 1993."
198. Amartya Sen, Poverty and famines : An essay on entitlement and deprivation, Oxford : Clarendon Press. 1981 et
l'article Pas de bonne économie sans vraie démocratie traduit de l'anglais par Guillaume Villeneuve, Le Monde, 28
octobre 1998.
199. Amartya Sen, "Poverty and famines : An essay on entitlement and deprivation", Oxford: Clarendon Press. 1981;
J. Drèze et A.K. Sen, "Hunger and Public Action", Clarendon Press, Oxford, 1989. Cité in Amartya Sen,
L'économie est une science morale, La Découverte, Paris 1999.
195
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
des autorités (comme la création d'emplois publics, souvent utilisée en Inde pour
affronter des crises alimentaires).
Le professeur Sen cite comme exemples contraires les tragédies de l'Éthiopie et du
Soudan, ou la famine des années 1958-1961 en Chine, qui fit entre 23 et 30 millions de
morts sans que cette hécatombe soit même mentionnée dans la presse du régime.200 On
peut se demander à partir de ces observations si on trouve des valeurs communes à tous
ou, au moins, à la plupart des pays qui connaissent une croissance économique durable.
On pourrait également vérifier s'il existe des valeurs facilitant le développement et, a
contrario, d'autres qui l'interdiraient? Ou, pour être plus précis, si on pouvait confirmer
que l'ouverture intellectuelle est le fait de sociétés libérées de dogmes religieux ou
idéologiques? Et à l'opposé, si on trouve encore l'exemple d'une société théocratique ou
totalitaire qui se soit développée durablement? Et enfin la question sera de savoir si nous
pouvons corréler le développement et la démocratie? Le développement économique
favorise-t-il un épanouissement des droits individuels et collectifs? La thèse du libéralisme
économique, celui de Smith et Ricardo, met en œuvre, en théorie, toutes les capacités de
chaque individu et elle a en plus comme valeur de référence l'épanouissement de
l'individu, ce dernier étant l'objectif suprême de toutes les sociétés. Son contenu
idéologique, le libéralisme repose sur quatre notions essentielles : paix, démocratie,
croissance, libéralisme économique. Ces notions sont-elles interdépendantes? Il existe des
libéralismes économiques non démocratiques (le Chili de Pinochet et le libéralisme
économique des Nouveaux Pays Industrialisés: Corée du sud, Singapour, Malaisie).
Laquelle de ces quatre notions a la priorité sur les autres? La démocratie favorise-t-elle la
croissance et le développement économique? Ou est-ce, à l'inverse, le développement
économique qui doit précéder la démocratie et les droits de l'homme pour les favoriser?
C'est le sujet principal de notre recherche auquel nous allons tenter de répondre. Sans nier
l'importance des facteurs géopolitiques, géographiques, économiques ou historiques,
comme le colonialisme, on peut émettre l'hypothèse que des capacités démocratiques plus
ou moins grandes sont à l'origine des différences de développement. Autrement dit, nous
allons essayer de démontrer que la capacité d'adaptation d'une société dépend, en premier
lieu, de son aptitude à favoriser - ou à ne pas contrarier - la recherche, l'innovation,
l'exploration de voies nouvelles. Elle dépend aussi de son ouverture intellectuelle, sociale
200. Ibid., p. 35.
196
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
et surtout politique. Celle-ci peut donc être considérée comme le plus petit commun
dénominateur démocratique du développement.
CH. V.2. Le développement économique précède-t-il la démocratie?
Le projet de paix perpétuel proposé par Kant au XVIIIème siècle se fonde sur l'idée
qu'il faut promouvoir une expansion de la république, laquelle sera le gage de la paix dans
le monde. Kant consacre l'idée que lorsque le pouvoir de décision est confié au peuple
dans les républiques, et non aux mains d'un prince, ce régime est moins susceptible de se
laisser entraîner dans un conflit. Ainsi, selon Kant, plus se développe ce régime à travers
le monde, et plus le monde semble pouvoir tendre vers la paix et la prospérité
économique. La population d'un pays est plus tentée d'utiliser ses ressources humaines et
ses richesses matérielles dans le développement des secteurs économiques que de les
dépenser dans les efforts de guerre et de s'entre-tuer avec d'autres peuples.
D'après le professeur Jean Baechler, la démocratie précède le capitalisme en
Angleterre. Il exprime son optimisme pour l'avenir des systèmes démocratiques et précise
que :
"il est facile de montrer que l'économie ne peut se développer de façon capitaliste que si les principes
démocratiques sont d'abord posés. Il n'y a pas de régime capitaliste sans droit de propriété. Qu'est ce
qu'un droit de propriété? C'est la garantie que ce qui est "propre" à chaque acteur social ne sera l'objet
d'aucune injustice de la part des puissants. Autrement dit, cela suppose l'existence d'un État de droit,
d'un appareil judiciaire qui fonctionne à peu près convenablement. Il faut ensuite des marchés "réglés",
c'est-à-dire des espaces sur lesquels les acteurs sociaux, individus ou groupes, puissent se rencontrer pour
échanger, partager, explorer les solutions de leurs problèmes économiques. "Réglés", cela veut dire
soustraits à la violence et à la ruse. Il faut enfin que les acteurs économiques puissent prendre les initiatives
qu'ils jugent efficaces pour satisfaire une demande virtuelle. Il faut donc une liberté d'initiative."201
Le décollage des pays européens au XVIIIème siècle, n'était-ce pas le fait de l'ouverture
de ces pays sur ce qui se faisait ailleurs, leur capacité à accepter des changements et à s'y
adapter, à s'ouvrir aux autres et vers les autres?
201. Jean Baechler, L'origine du capitalisme, Gallimard, Paris 1976.Jean Baechler est historien de formation et il
enseigne la sociologie à l'université de la Sorbonne, Paris IV. Il résume cette thèse dans un interview
accordée au journal Le Monde datée du 16 février 1999.
197
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Au cours des vingt dernières années, l'économie mondiale a connu des changements
considérables. L'économie nationale, jusque-là relativement fermée, a subi ce changement
et est passée à un environnement plus ouvert, dans lequel elle s'inscrit et opère au sein
d’une économie mondiale unique et de plus en plus intégrée. Bon nombre d'experts de la
pensée libérale ont tendance à admettre l'idée que la participation de l'Etat dans
l'économie ne devrait pas être omniprésente, et qu'elle devrait être limitée à un cadre bien
précis (la sécurité et la défense nationale, la santé, l'éducation jusqu'au niveau des études
supérieures). Ces experts sont fermement persuadés que l'État devrait se montrer un
partenaire fiable en instaurant un cadre réglementaire adéquat - une bonne gestion des
affaires publiques - qu'ils estiment nécessaire pour optimiser les activités du secteur privé.
D'après eux, l'État doit moins s'impliquer en tant qu'acteur économique direct, tout en
renforçant sa capacité à servir de facilité entre les différents intérêts économiques dans la
société, et doit maintenir un niveau acceptable de normes en matière de justice sociale, de
conditions de travail pour la main d’œuvre et de protection de l'environnement. L’actuel
processus de mondialisation aura probablement pour résultat d’accroître l’importance
relative des acteurs et des institutions économiques face à l’État. Ce dernier se caractérise
d’ores et déjà, moins que par le passé, par sa souveraineté politique et devient de plus en
plus une sorte de co-régulateur, avec d’autres États, selon le nouveau concept de la
libéralisation. La mondialisation est largement déterminée par la diffusion du progrès
technologique et de l’information de tout genre. Elle intensifie ainsi les échanges matériels
ou conceptuels, en établissant des liens qui vont au-delà des limites traditionnellement
fixées par les États, entre les sujets économiques ou autres qu’étatiques (par
l’intermédiaire de l’Internet et le commerce électronique par exemple). Ce progrès
technologique et les échanges d’information en faisant sauter toutes les barrières
géographiques et les frontières, met en contact des millions d’individus, de toutes races et
de toutes nations, et rend accessible à tous, la formation et la connaissance, dans tous les
domaines.
Jusqu’à maintenant, très peu a été dit au sujet des concepts clefs autour desquels les
hypothèses avancées précédemment sont construites. De façon évidente, la définition et
la classification des régimes "autoritaires" et "démocratiques", aussi bien que la définition
du "développement économique", comme il a été déjà indiqué, sont décisives pour ce qui
peut être dit à propos des relations entre ces entités.
198
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Pour atteindre notre objectif et théoriser notre hypothèse du départ, nous aurons
besoin certes de définir et éclaircir les termes clés de notre hypothèse. Dans la suite de ce
chapitre de notre thèse, le concept de la démocratie et l’autoritarisme sera étudié. La
démocratie est-elle un acquis de la civilisation occidentale? Pouvons-nous généraliser le
concept occidental de la démocratie à tous les pays "sous-développés"? Les "institutions",
les formes d'"organisations" existantes dans les pays "sous-développés" sont-elles
adaptées à la réalité du contexte économique mondial d'aujourd'hui? La croissance des
inégalités, l'exclusion et la marginalisation des individus, des ethnies, des peuples entiers,
pèsent-elles sur la démocratie? Quelle doit être l'ambition de la démocratie?
Ce sont des questions que nous nous posons dans cette partie. C'est à partir des
réponses que nous donnerons que nous pourrons établir des liens éventuels qui existent
entre la démocratie et le "développement" ou "sous-développement". Mais nous ne
pouvons pas nous empêcher de citer Ignacio Ramonet dans son livre "Géopolitique du
chaos" quand il explique la raison de la généralisation des régimes démocratiques à travers
le monde:
"Tout cela se produit dans un cadre économique général où la finance triomphe. Les marchés
financiers exercent une influence tellement colossale qu'ils imposent leur volonté aux dirigeants politiques.
De même que naguère on pouvait dire que “deux cents familles ” contrôlaient le destin de la France, on
peut affirmer à présent que “ deux cents géants ” contrôlent le destin de la planète. Les gouvernements en
viennent même à abandonner toute velléité de politique budgétaire autonome et acceptent d'obéir à des
logiques parfaitement étrangères aux préoccupations sociales des citoyens.
C'est sans doute pour cette raison, parce que les politiques consentent désormais à se soumettre à la
domination de l'économique et à la dictature des marchés, que le régime démocratique s'étend sans entraves
à travers la planète. Naguère tout projet d'instauration démocratique était férocement combattu par les
tenants du capital, alliés le plus souvent aux forces armées. De la guerre civile d'Espagne (1936-1939)
au renversement du président du Chili, Salvador Allende, en 1973, les exemples ne manquent pas de
régimes démocratiques tragiquement abattus parce qu'ils s'apprêtaient à réduire les inégalités en
répartissant plus équitablement la richesse. Parce qu'ils entendaient nationaliser (mettre au service de la
nation) les secteurs stratégiques de l'économie. La démocratie supposait la domination de l'économie par le
politique, pour le bénéfice des citoyens." 202
202. Ignacio Ramonet, Géopolitique du chaos, Galilée, Paris janvier 1998, 161 pages.
199
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Dans un chapitre intitulé "Discours on development" de son livre "Development against
Democracy", Irene L.Gendzier explique clairement la diplomatie américaine vis-à-vis des
pays "sous-développés". Cette diplomatie de développement économique et de progrès
dans le domaine des droits de l'homme et de la démocratie est définie comme “un remède
contre l'insurrection, révolutions et les guerres civiles”203. Il est vrai qu’un Etat de Droit
contrôlerait mieux les sentiments de frustration d’un peuple et il serait même en mesure
de les canaliser avant qu’ils se transforment en une révolte incontrôlable dont les
conséquences ne sont jamais prévisibles. Dans aucun pays où l’Etat de Droit est instauré
et la loi est respectée, les formes violentes de résistance, de lutte, n’auraient des conditions
favorables à être cultivées ou survivre. Ce que nous constatons, c’est effectivement que là
où la loi est absente, les conflits dégénèrent et se transforment en sa forme la plus visible,
la lutte armée, le terrorisme contre le pouvoir en place ou contre le pouvoir de tutelle.
Il faut souligner que depuis quelques années, les pays du Tiers-Monde sont contraints
d’abandonner la recherche d'une voie originale, sous la pression du F.M.I. et de la Banque
Mondiale. Ces deux organismes sous la pression des pays occidentaux, et plus
particulièrement à leur tête les Etats-Unis d’Amérique, imposent aux pays sousdéveloppés un système politique qui ne ressemble pas, encore une fois, ni dans la forme
ni dans son contenu à la démocratie occidentale. On voit les mêmes personnages
politiques à la tête des gouvernements de ces pays, avec les mêmes méthodes de
gouvernance, mais dotés dans la forme, des institutions de type du système libéral (une
assemblé nationale, les partis politiques, des journaux) sans être véritablement l’expression
démocratique des populations concernées. Autrefois, rappelons-nous que les mêmes
organismes (B.M. et F.M.I.) avaient produit les textes qui légitimaient le soutien aux
dictateurs du Tiers-Monde au nom de la priorité du "développement" avant que le thème
de la démocratie ne prenne la relève comme moyen de gestion de la crise.
Nous souhaitons rappeler dans la suite de cette partie que pendant toute la période
de la guerre froide, les pays occidentaux ont souligné la prééminence des droits civils et
politiques, faisant valoir que seuls ces droits pouvaient être garantis et que, de leur
exercice, découleraient naturellement les droits économiques et sociaux. Ils avaient ainsi
imposé, avec le camp adverse, le bloc de l'URSS, une politique de militarisation de
l’économie à outrance aux pays « sous-développés ». Ces derniers, pendant toute cette
période, ont consacré l’essentiel de leurs dépenses budgétaires à l’achat d'armements ou,
203. Irene L. Gendzier, Development against Democracy. Manipulating political change in the Third World , The
Tyrone Press, Hampton, Connecticut, Washington D.C., 1995.
200
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
dans le meilleur des cas, à l’investissement dans l’industrie militaire, au lieu de développer
les autres secteurs de leur économie (l’agriculture, la santé, l’éducation, la production
alimentaire, la construction des routes et des voies de communication) et d’améliorer ainsi
le bien-être de leurs populations.
CH. V.3. L’autoritarisme légitimé par l’anti-communisme
et la lutte anti-impérialisme
La disparition de la menace soviétique a permis aussi la fin des conflits périphériques
qui se trouvaient alimentés par l'atmosphère de guerre froide, et par les deux superpuissances qui voyaient dans chaque conflit, aussi minime fut-il, un enjeu idéologique. La
guerre en Afghanistan en 1980 menée par l'URSS, pour porter simplement de l'aide, s'est
en fait traduite par une guerre sanglante. De même l'envoi par Kennedy en 1961 d'experts
au Vietnam, a été les prémices de la guerre la plus meurtrière de l'histoire de l'humanité
contre un seul pays avec ses moyens limités et rudimentaires s'opposant à une puissance
militaire sans égale, les États-Unis d'Amérique. La disparition de « l'ennemi » semble donc
donner fin à de nombreux risques de conflits, et permettre de croire que l'instauration de
la démocratie sera à l'origine d'un nouvel ordre mondial. Il nous semble qu'en ces années
qu’illustrent le triomphe du libéralisme économique et, par le même biais, le système
politique de la démocratie occidentale, le partage des bénéfices de la croissance et la
participation au développement économique deviennent un enjeu majeur dans les
relations entre les pays pauvres et les pays riches.
En effet, l'écroulement du camp soviétique, en faisant disparaître l'un des pôles de la
guerre froide, a été perçu comme le début d'une ère nouvelle. La fin d'un ordre mondial
fondé sur la peur d'un affrontement entre les deux blocs a suscité la question suivante : à
savoir si la victoire de la démocratie peut être à présent le fondement d'un nouvel ordre
mondial garantissant une place plus importante aux pays sous-développés dans les
échanges entre le Nord et le Sud, et si les espoirs de démocratisation dans ces pays,
jusqu'à maintenant gouvernés par des régimes dictatoriaux sont réels? Face à cette
question, on peut se demander dans quelle mesure la démocratie est aujourd'hui porteuse
de développement économique? Ou si l'économique, à l'inverse, peut induire une
démocratisation?
201
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Winston Churchill, dans un discours public à l'Université Fulton (Missouri) le 5 mars
1945 déclarait :
"Quelles sont les tâches que nous nous sommes assignées? Elles consistent à assurer la sécurité, le
bien-être, la liberté et la marche vers le progrès des foyers et des familles, de tous les hommes et de toutes les
femmes de tous les pays. Si l'on veut que ces foyers innombrables jouissent de la sécurité, nous devons les
mettre à l'abri de deux terribles intruses : la guerre et la tyrannie. Ce que nous devons examiner ici
aujourd'hui, alors qu'il en est encore le temps, c'est le moyen d'empêcher la guerre de façon permanente, et
d'établir dans tous les pays, aussi rapidement que possible, les prémices de la liberté et de la
démocratie."204
Mais cette règle avait été appliquée uniquement aux anciens pays "communistes". Sans
vouloir justifier les atrocités commises par les régimes situés dans l'orbite de l'URSS, nous ne
pouvons pas oublier les Etats militaro-autoritaires de Pinochet, Somoza, les militaires argentins
et brésiliens, Mobutu, Bokassa, Suharto, et le Chah d'Iran qui avaient assis leur pouvoir sur une
répression légitimée par l'anti-communisme et soutenue par les gouvernements occidentaux.
Les pays socialistes, en revanche, ont considéré que les droits civils et politiques avaient une
moindre importance et étaient dénués de tout intérêt en l'absence d'un développement
économique et social. L'un et l'autre, s'appuyant sur leur position, l'utilisait comme un cheval de
bataille dans leur conflit d'intérêt qui opposait l'Est à l'Ouest. Chacun de ces camps proposait un
modèle, non point seulement un modèle politique ou économique, mais un modèle de
civilisation, un choix fondamental. Chaque camp considérait qu'il était de son devoir, de sa
mission, voire de son essence, de se faire le champion de cette civilisation, de se porter à la tête
d'un camp. Et les pays "sous-développés", pris entre ces deux blocs, à la fois privés des droits
démocratiques et de développement économique, ont été sacrifiés et laissés pour compte dans
leur misère grandissante et dans l'atrocité face à leurs gouvernants.
En 1948, le communisme, sorti renforcé de la guerre, refusait unanimement les droits
démocratiques des peuples et réprimait par la force leurs revendications démocratiques
(exemple: Hongrie, Tchécoslovaquie, Pologne). Le reflet de cette position se concrétisait dans le
soutien qu'ils apportaient aux dictateurs, aux régimes totalitaires et aux formes d'organisation
stalinienne dans les pays "sous-développés" de leur zone d'influence. Les organisations
démocratiques ainsi que leurs leaders nationalistes se voyaient accusés de trahir les intérêts de la
204. Le Monde, 7 mars 1946.
202
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
classe ouvrière et de servir les intérêts des pays capitalistes. Même les socialistes modérés
pensaient volontiers que le progrès de l'humanité devait passer avant tout par la voie
économique et sociale, et que la démocratie devait en résulter au bout du compte. Quant aux
démocraties occidentales, elles toléraient (et tolèrent encore aujourd'hui) des exceptions, dans
leurs zones d'influence, dans les régions qui représentaient un intérêt géopolitique vital pour leur
économie, à commencer par leurs colonies, leurs États alliés et protégés, qui bafouaient
quotidiennement les libertés fondamentales, tels que l'Espagne franquiste, les dictatures
asiatiques et africaines, l'Afrique du Sud de l'apartheid. Nombreux dans le camp libéral sont
aussi ceux qui soutenaient et soutiennent toujours cette thèse, à savoir que le développement
économique résoudra de lui-même les problèmes de liberté, en son temps et sans hâte
excessive. L'ancien Premier ministre de Singapour, Lee Kuan Yew, soutient la thèse de
l'incompatibilité essentielle entre droits politiques et performances économiques. Gunnar
Myrdal parlait de l'État mou, interprété comme une approbation de l'inflexibilité politique dans
l'intérêt d'une bonne économie. Selon John Helliwell, "une interprétation optimiste des résultats
d'ensemble permettrait de conclure que la démocratie, dont la valeur est apparemment indépendante de ses effets
économiques, s'obtient à peu de frais au prix d'une moindre croissance ultérieur." 205
Seuls l'Iran de Mossadegh, l'Inde de Nehru, quelques libéraux latino-américains comme le
Vénézuélien Romulo Betancourt, le Costaricain Pepe Figueres... défendaient à cette époque,
dans ce qui sera le Tiers-Monde, la nécessité d'une démocratie politique pluraliste et d'un
véritable État de droit au service du développement économique.
D’après les rapports et les documents officiels rendus publics par des
ministères des affaires étrangères de l’Angleterre et les Etats-Unis (les
documents classés secrets d’Etat en Angleterre restent pendant
cinquante ans et ceux des Etats-Unis trente ans dans les archives non
accessibles au public avant qu’ils soient publiés ou soient
consultables. Nous nous référons aux publications de ces deux pays
sur les événements contemporains de l’Iran publiées par leurs services
de renseignements ainsi que les ouvrages qui ont cité ces documents
comme référence tout au long de notre thèse), il est maintenant
certain qu’en une grande partie, la constitution de l'Etat en Iran avait
205. John Helliwell, Pas de bonne économie sans vraie démocratie, Traduit de l'anglais par Guillaume Villeneuve, Le
Monde,28 octobre 1998.
203
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
été soumise à l’impératif de la lutte stratégique d’anti-communisme
des pays occidentaux, à partir de l’instauration du régime communiste
d’Union soviétique en 1917, dans le nord de l’Iran. La lutte contre le
communisme était devenue l’une des priorités des pays occidentaux et
l’Iran, en l'interposant dans la région de façon stratégique, devait
empêcher toute hémorragie communiste. L’Angleterre favorisa un an
après la révolution bolchévique en Russie le projet d’un coup d’Etat et
encouragea la formation d’un Etat autoritaire capable de mettre fin au
désordre interne suite à l’affaiblissement du pouvoir politique de
l’ancienne dynastie Kadjar, et surtout de contenir les incursions
bolchéviques dans cette partie du monde. Par ailleurs, la découverte
de la richesse souterraine de la région, la réserve pétrolière et gazière
du golfe Persique, était aussi un enjeu économique considérable pour
l’économie occidentale. Ces éléments ont transformé radicalement,
depuis cette époque, la position de l’Iran comme un pays géopolitiquement vital pour le développement de l’économie occidentale.
Ce qui a été négligé c'était le bien-être des Iraniens au prix du
sacrifice de toutes leurs libertés fondamentales. Ainsi, nous pouvons
déjà dire que ce pays n'a pu mettre en pratique aucune expérience
démocratique pour qu'on puisse faire par la suite une analyse
comparative pour ce qui est son développement économique, entre
une période d'autoritarisme et celle d'une période de démocratie. Sa
tentative la plus spectaculaire dans son histoire, l'événement de
l'année 1979, à la recherche d'un modèle démocratique s'est heurté
encore une fois au mur infranchissable des intérêts économiques et
géopolitiques de l'Occident, avec à sa tête les Etats-Unis, en
favorisant la tendance la plus rétrograde de ce mouvement.
Pendant toutes les années de la guerre froide, l’objectif de la diplomatie occidentale, les
Etats-Unis en tête, était de maintenir à tout prix les Soviétiques hors du Moyen-Orient. Pendant
plus de quarante ans, depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu’à la perestroïka de
204
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Gorbatchev206, les Etats-Unis et leurs alliés n’ont eu d’ennemi principal que l’Union soviétique.
Dès les année 1970, la décision fut prise par l’administration américaine de mettre en place une
stratégie de soutien aux différents mouvements islamistes. Elle reposait essentiellement sur une
idée chère à Henry Kissinger, chef de la diplomatie de Nixon, selon laquelle l’islam était
fondamentalement plus anticommuniste que les autres religions monothéistes. Il y eut certes
débat sur le bien fondé de cette théorie. Samuel Huntington207, Yosseb Bodansky208 et
Martin Indych209 exposaient leurs arguments contre la théorie avancée par Kissinger. Le
centre d’études stratégiques américain, La Rand Corporation, donna raison à Kissinger
dans un livre intitulé The Geopolitics of Islam and the West par l’un des "orientalistes" de ce
centre. Il souligne ainsi les convergences entre les valeurs islamiques et les valeurs
américaines : "le respect de la propriété privée et du commerce est plus prononcé dans la tradition
coranique que dans la doctrine traditionnelle de l’église ou le confucianisme."210 La CIA mit donc en
place une stratégie anti-communiste dont le but était d’attiser les braises du feu islamonationaliste qui couvait dans les républiques soviétiques d’Asie centrale et de constituer
ainsi une "ceinture verte" capable de contenir l’URSS. Une opération supervisée par
Zbiquien Brzezinski, le conseiller de Jimmy Carter fut mise en place, et contribua ainsi à
monter ce qui allait être le "piège afghan" pour l’Union soviétique. Dès juillet 1979, soit
six mois avant l'intervention soviétique à Kaboul, les services secrets américains
commencèrent à aider les combattants islamistes afghans en lutte contre les communistes
locaux. Brzezinski affirma quelques années plus tard dans un entretien au Nouvel
Observateur que : "Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les
Russes dans le piège afghan."211 La décision de l’abandon du Chah d’Iran par l’Administration
de Carter en 1979 lors d’une rencontre à quatre en Guadeloupe entre les principaux chefs
d’Etat occidentaux (Valéry Giscard d’Estaing, Margarete Thatcher, Carter et le chancelier
d’Allemagne Helmut Schmidt) a été prise dans le même esprit et en s’appuyant sur la
même théorie : renforcer davantage la ceinture verte autour de l’Union soviétique. La
suite des événements avait montré la mise en pratique de cette thèse ainsi que sa réussite
206. Mikhaïl Gorbatchev, élu en 11 mars 1985 au poste de Secrétaire Général du PC de l’Union soviétique,
élu président de la République de l’URSS en 1990, démissionne en décembre 1991 après avoir signé les
accords d’Alma-Alta qui mettent fin à l’existence de l’Union soviétique et la création de la communauté des
Etats Indépendants (C.E.I.).
207. Samuel P. Huntington, Choc des civilisations, Ed. Odile Jacob, Paris, 1997.
208. Spécialiste reconnu des questions du terrorisme.
209. Responsable pour le monde arabe au N.C.S. (National Security Council).
210. Graham Fuller, The Geopolitics of Islam and the West, Rand Corporation, 1995.
211. Entretien au Nouvel Observateur, le 15 janvier 1998, cité dans Islamisme et Etats-Unis d’Alexandre del
valle, l’Âge d’homme, 2001.
205
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
partielle. Le radicalisme islamique, dont on avait vu pourtant ce qu'il était capable de faire
en Iran, devint ainsi non seulement un allié fréquentable, mais précieux. Il est vrai, et les
faits démontrent cette idée, qu’ils détestaient davantage les communistes athées que la
corruption occidentale. Il faut bien dire que malgré les dégâts considérables, en vies
humaines et sur le plan économique, causés par les islamistes à travers le monde (le plus
récent est l’événement du 11 septembre 2001 à New York), nous ne pouvons nier
l’importance historique (sur le plan politique, économique et idéologique) du
démantèlement du camp socialiste, en partie attribué aux agissements perpétuels des pays
occidentaux contre l’Union soviétique, pour l’ensemble du monde " libre ", et, en
particulier, pour les Etats-Unis.
Ainsi nous constatons qu’entre les deux guerres, et après la deuxième guerre
mondiale, à partir de 1945, dans les pays nouvellement "libérés" du colonialisme, s’installe
une vague généralisée d’autoritarisme. Quelle que soit la date de retrait de l’armée
américaine ou des pays colonisateurs européens, à quelques exceptions près (l’Algérie, les
colonies du Portugal), il s’effectue aux mêmes conditions : les colonisateurs créent avant
leur départ une force de police militarisée chargée de remplacer les forces militaires des
pays colonisateurs stationnées dans ces pays, de défendre l’ordre, de faire régner la paix
sociale dans les intérêts des pays occidentaux. Et l’évolution du système capitaliste
mondial (le besoin des matières premières bon marché, le besoin d’énergie combustible :
le charbon, le pétrole pour les industries des pays occidentaux en plein essor dans les
premières années de l’après première guerre mondiale, jusqu’à 1929, les préparatifs pour
une nouvelle guerre mondiale à partir des années 1933), n’était pas étrangère à
l’établissement de cet Etat autoritaire en Iran. La position géopolitique de l’Iran, dans les
temps anciens (l’acheminement des marchandises dans les deux sens, Occident-Orient,
Orient-Occident par la route de la soie, jusqu’à la découverte des voies maritimes au
XVIème siècle, la richesse naturelle de ses régions, la fertilité de ses terres, l’abondance de
certains produits alimentaires), avait attiré l’attention de beaucoup de conquérants à
travers le monde. Aujourd’hui encore, l’intérêt immense que représente cette région pour
le développement économique des pays occidentaux montre bien l’importance de ce pays
sur l’échiquier de la politique internationale.
206
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CH. V. 4. Les conditions essentielles à l’émergence de la Démocratie et
sa survie. Une corrélation entre l’égalité économique, l’égalité politique et
l’égalité sociale
La démocratie définie par Robespierre comme " un État où le peuple souverain, guidé par
des lois qui sont son ouvrage, fait par lui-même tout ce qu'il peut faire, et par des délégués tout ce qu'il ne
peut pas faire " 212 se présente de prime abord comme un idéal. Rousseau a qualifié la
démocratie comme "un gouvernement si parfait qu'il ne convient pas aux hommes." 213 La démocratie
faisant référence à des idéaux difficilement conciliables, voire antagonistes de liberté et
d'égalité, a donné naissance à des incarnations divergentes, mais elle tend aujourd'hui à
s'imposer comme le modèle de référence d'organisation politique. La notion de
démocratie apparaît donc intrinsèquement ambiguë, puisqu'elle est un idéal que beaucoup
de nations prétendent incarner, mais qui très souvent l'utilisent pour masquer des
pratiques autoritaires.
La démocratie est une conception occidentale fondée sur les droits de l'homme et la
paix universelle. Elle est un mode d'organisation politique qui fonde sa légitimité sur la
nation et les droits de l'homme. Établis à la fin du XVIIIème siècle, ces principes
consacrent la liberté de l'homme, l'égalité entre les citoyens, et le droit au bonheur. Ils
sont les éléments essentiels qui fondent toute l'organisation, la délégation ou l'exercice du
pouvoir. Outre la république comme organisation politique qu'ils sous-tendent, ces
principes énoncés en 1789 fondent aussi le comportement des individus dans une société.
Les droits de l'homme tendent ainsi à instituer des rapports entre les hommes qui soient
fondés sur le respect des autres et le dialogue. Le principe d'égalité suppose ainsi que l'on
recherche une solution concertée à un différend plutôt que le recours à la force. La
démocratie est ainsi intrinsèquement porteuse de paix sociale, et elle met en œuvre les
moyens qui permettent à des oppositions de se manifester, non seulement par les urnes,
mais aussi par une liberté de presse. La protection des libertés publiques s'avère par
conséquent nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de la démocratie. Après la
première guerre mondiale et surtout à la suite du génocide juif qui avait été perpétré
212. Le discour de Robespierre à l’Assemblée Nationale cité dans Gauchet, Marcel, La révolution des Droits de
l’Homme, Ed. Gallimard, Paris, 1989.
213. Rousseau Jean Jacques, Du Contrat Social, Livre3, chapitre4 "De la démocratie", Ed. GarnierFlammarion, Paris, 1966.
207
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
durant la seconde guerre mondiale, les États ont voulu affirmer ces principes au niveau
mondial.
La ratification de la résolution 217 A III de l'O.N.U. (l’Organisation des Nations
Unies) du 10 décembre 1948 proclame ainsi la Déclaration Universelle des droits de
l'homme. Celle-ci exprime à la fois les droits culturels, les droits fondamentaux qui se
retrouvaient dans la déclaration de 1789, mais aussi des droits sociaux (comme l'emploi
ou la santé). La démocratie apparaît donc non seulement porteuse de paix sociale dans les
relations entre les individus d'une même nation, mais aussi les principes qu'elle affirme
ont vocation à s'appliquer à l'ensemble des comportements et des relations.
Cependant, pour certains pays du Tiers-Monde, le rejet de la démocratie semble
avant tout lié au fait que les droits de l'homme ne sont pas perçus comme des valeurs
universelles. Ces valeurs, si elles sont diffusées sur l'ensemble du monde, ne sont pas
perçues comme pouvant être acceptées. Dans les pays musulmans, l'islam semble être
pour l'instant la seule alternative aux idées occidentales, en proposant une vision du
monde et de l'individu. L'Iran apparaît ainsi comme un exemple de nation qui refuse
l'occidentalisation et la démocratie. L’Ayatollah Khomeyni et ses successeurs dans les
instances du pouvoir de la République islamique répondaient à l’exigence de la liberté
d’expression et des droits démocratiques pour les Iraniens, à cette revendication de la
différence de traditions culturelles et historiques entre l'Iran et les pays occidentaux, et de
fait à la relativité des notions de démocratie, de droits fondamentaux et de liberté.
D’autres pays comme la Malaisie, la Thaïlande réfutaient les valeurs démocratiques, non
pas parce qu'elles étaient perçues comme mauvaises, mais intrinsèquement réservées aux
nations riches et développées, alors que ces pays plaçaient leur développement comme la
première des priorités. La Thaïlande considère ainsi que la charte de l'O.M.C.
(Organisation Mondiale de Commerce) sur le travail des enfants émane exclusivement des
pays riches, et que son développement nécessite au contraire l'utilisation d'une telle force
de travail. La fracture entre un monde développé et jouissant pleinement de l'expansion
des échanges tend à s'opposer à un monde qui reste en marge du développement. Cette
division entre un Nord riche, et un Sud pauvre, ne semble pas être exempte de conflits.
Nous constatons que la démocratie aujourd'hui ne signifie pas nécessairement respect des
libertés. L'enjeu de la démocratie s'est beaucoup complexifié. La démocratie étant à
l'origine un idéal, de nombreux pays peuvent prétendre être une démocratie, alors qu'ils
conservent des pratiques autoritaires. En Tunisie, les élections législatives organisées en
avril 1989 ont donné, par l'usage de pressions sur la population et le trucage des résultats,
208
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
près de 99% des voies à Ben Ali. Le non-respect de nombreuses libertés permettent de
museler l'opposition. Cet État se revendique cependant comme une démocratie. Nous
pouvons citer de nombreux exemples parmi les pays "sous-développés" qui ont la
prétention d'être une démocratie en pratiquant des méthodes autoritaires (les régimes qui
portent dans leur appellation l'adjectif "démocratique"). On perçoit ainsi combien
l'affirmation d'être une démocratie peut être erronée.
La démocratie est une manière d’organiser le gouvernement et la participation du
peuple au sein de cette forme. La voie démocratique d’organisation de tout gouvernement
implique la compétition pour les positions les plus importantes du gouvernement, ce qui
suppose la participation dans la sélection des dirigeants et de là aussi, comme condition
sine qua non, un nombre de libertés civiles et politiques. Cependant, les manières de définir
la démocratie ont substantiellement changé avec le temps, ainsi que les vues sur les
préalables qui doivent être mis en place pour faire fonctionner la démocratie (Macpherson
1966 ; Christophersen 1966). Il n’est pas jugé nécessaire d’aller dans une élaboration ici
détaillée, en accord avec les débats sur la signification (et la définition) de la démocratie (voir par
exemple Cohen 1971 ; Macpherson 1966, 1973). Il suffit de s'intéresser aux deux caractéristiques
fondamentales que sont donc le degré de participation et l’étendue du pouvoir politique
(démocratique). Quelques-uns considèrent qu’un très haut niveau de participation populaire est
nécessaire pour assurer qu'une démocratie soit réelle. D’autres, au contraire, pensent que la
démocratie est compatible avec des niveaux très bas de participation, comme cette possibilité de
choisir entre différents dirigeants à intervalles réguliers, par exemple tous les quatre ans (Ricci 1971 ;
Parry 1969).
Un débat analogue tourne autour de la question de l'étendue du pouvoir politique
(démocratique). Certains (la plupart, des socialistes) considèrent que la démocratie "réelle"
doit se caractériser par un pouvoir démocratique sur les moyens de production, à savoir
que les instances démocratiques s'insèrent activement dans la sphère économique, ce qui
rentre directement en contradiction avec la propriété privée (et le contrôle) des moyens de
production. D’autres (la plupart, des conservateurs et des libéraux) partagent l’avis que la
démocratie est parfaitement compatible avec la propriété privée dans la sphère
économique (Macpherson 1966). La pensée classique libérale voyait une contradiction
aiguë entre capitalisme (propriété privée) et démocratie, et de ce fait s’opposait à la
démocratie (Therborn 1977). En revanche, la pensée libérale contemporaine conçoit le
capitalisme comme le seul système socio-économique compatible avec la démocratie. En
pratique, la démocratie a été haussée à une telle position de valeur universelle dans les
209
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
pays industrialisés de l’Occident que nous avons souvent tendance à oublier qu’elle n’est
pas uniquement un régime politique circonstancié. Nous devons retourner à l’année 1939
pour apercevoir que la démocratie était dominante dans une minorité de 8 sur les 17 pays
maintenant dans l’O.C.D.E. (Therborn 1977).
De tout ce que nous venons de dire, nous pouvons affirmer que la démocratie
correspond selon différentes formes à la manifestation d'un système politique possédant
un noyau imprescriptible de libertés et de droits, qu'elle n'est pas une forme politique
parmi tant d'autres, mais qu'elle est l'expression de la Volonté d'un peuple libéré de toute
tyrannie et de tout appareil de domination. Elle ne constitue pas un modèle ex cathedra que
seuls les Européens ont su atteindre et qu'il faut dès lors exporter et imposer, s'il le faut
par la force, tout en maintenant une domination culturelle sur des peuples; et en cela,
rentrant en contradiction avec ses propres affirmations mais qu'elle peut se réaliser sous
différentes formes qui prennent en compte les spécificités propres à chaque peuple,
qu'elle est une revendication polymorphe de droits et de libertés inaliénables, qui, seule,
permet non pas uniquement le développement économique et donc l'élévation du niveau
matériel, mais de façon générale tout développement de toute société.
Une discussion sur la signification de la démocratie demande, comme elle a toujours
supposé que nous allions au-delà de la sphère du politique et donc de la relativité politique
des différents régimes, pour aborder les questions des préalables démocratiques qu'est
l’égalité sociale et économique. Les préalables spécifiques pour la démocratie ne sont-ils
d'ailleurs pas en rapport avec l’égalité socio-économique, de telle sorte qu’un haut niveau
d’inégalité est incompatible avec la "réelle" démocratie ? C’était la position, non seulement
de Marx et de Rousseau, mais aussi celle de John Stuart Mill. Ce dernier indiquait que
l’inégalité entre les classes existantes empêchait la démocratie, mais contrairement à Marx,
il ne pouvait exprimer son blâme pour l’inégalité à propos du capitalisme (Macpherson
1977 : 55n.). Quoi qu’il en soit, dans le contexte présent, notre principal objectif est
d’indiquer que le débat sur l’égalité socio-économique comme préalable pour la
démocratie n’est pas juste limité aux penseurs socialistes. Cependant, au regard du XXème
siècle, la tendance à la pensée du courant libéral devait voir la démocratie comme une
question purement politique qui n’a aucun rapport avec les circonstances socioéconomiques. Cette vue est soulignée dans la fameuse définition de la démocratie de
James Bryce : "La démocratie – qui est seulement une forme politique de gouvernement, et non une
considération des objectifs que ce gouvernement peut réaliser – n’a rien à voir avec l’égalité économique… "
(Bryce 1921 :76 ; voir aussi Macpherson 1977 et Thigpen 1986 : 733-44).
210
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Il apparaît de cette discussion que la démocratie "parfaite" suppose l’existence de
plusieurs conditions aussi bien que de préalables (Dahl et Lindblom 1953). Un haut
niveau de participation, de compétition politique, un large champ de libertés civiles et
politiques aussi bien qu’une large étendue du pouvoir démocratique sont les conditions
fondamentales, en plus d’un certain degré d’égalité socio-économique comme préalable. Il
est facile de tirer de la démocratie "parfaite" son opposé par la négation de toutes les
conditions et de tous les préalables : pas de participation, pas de compétition politique,
pas de libertés, etc. Mais, dans le monde réel, il n’y a aucun exemple de ces types idéaux.
Les nations du monde réel tombent toujours quelque part entre les deux extrêmes. Et
ainsi clairement, passant du "plus démocratique" au "moins démocratique", nous pouvons
supposer plusieurs différents changements dans une ou plusieurs conditions données
ainsi que dans les préalables.
C’est la raison pour laquelle la classification des régimes existants reste une tâche très
difficile : il n’existe pas de concordance entre (a) le nombre et les différents types de
conditions et de préalables devant être considérés, et (b) le poids exact donné à chacun de
ces éléments. Par conséquent, il existe une grande variété de tentatives pour classifier les
régimes (Bertrand et Pujienbroek 1987 ; voir aussi Berg-Schlosser 1984), donnant, de fait,
différents résultats. De façon tout à fait claire, si nous procédons selon une définition des
plus précises, en ce qui concerne les conditions et les préalables, nous aurions beaucoup
moins de démocraties. Une autre considération décisive pour saisir le nombre des
démocraties est la perspective temporelle. Si nous prenons en compte la longueur de la
période requise selon laquelle toute démocratie se met en place, et cela pour pouvoir
classer un système comme démocratique, nous aurions aussi beaucoup moins de
démocraties. Même avec une définition qui n’est pas trop précise, Lijphart ne trouve pas
une seule démocratie dans le Tiers-Monde (l’analyse s’étend de la deuxième guerre
mondiale à l’année 1980), bien que l’Inde et le Costa Rica puissent être vus comme des
cas marginaux selon Lijphart (1984 : 39). Par ailleurs, une définition trop souple combinée
avec une vision courte de temps produit un nombre important de démocraties dans le
Tiers-Monde (Berg 1985).
Cependant, en ne tenant pas compte d’une définition précise, les tentatives de
classification finissent toujours avec un nombre substantiel de régimes nondémocratiques, autoritaires dans le Tiers-Monde. Ainsi, nous devons affiner des
distinctions du côté démocratique, ainsi que du côté autoritaire. Une manière d’affiner ces
distinctions procède par des mesures quantitatives du "degré démocratique", comme il a été
211
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
fait dans différentes tentatives de classification mentionnées ci-dessus (voir aussi Bollen
1980 : 370-91). Une autre manière possible de faire est de procéder par distinction
qualitative entre les différents types de démocratie, comme il a été fait par Richard L.
Sklar dans son analyse sur la démocratie en Afrique (1983 :11-25). Pour ce qui concerne
les différents types de régimes autoritaires, plusieurs tentatives de distinctions nuancées
ont été faites dans le contexte de l’Amérique latine (Remmer 1985-6 : 64-86 ; Collier
1979).
CH. V.5. Les obstacles de la démocratisation dans
les pays "sous-développés"
Dans la suite de notre interrogation sur la corrélation entre démocratie et
développement, il est utile de réfléchir sur les obstacles qui se trouvent sur la voie de la
démocratie dans beaucoup de pays du Tiers-Monde. Nous avons un certain nombre de
problèmes répartis sur différents niveaux, auxquels nous nous intéresserons plus en détail
par la suite dans notre analyse pratique : pauvreté matérielle (la famine, la malnutrition, le
manque des moyens et matériels dans l'éducation, la santé) due aux obstacles
conjuncturels et structurels de l'économie sous-développée, faiblesse des structures
d’Etat, et faiblesse des structures de communication. La pauvreté matérielle rend la
démocratie difficile. Là où les membres de la communauté souffrent de malnutrition et de
fréquentes maladies, la participation aux affaires publiques est difficile à maintenir. Là où
la plupart du peuple est affamée, là où les maladies prolifèrent, les attentes démocratiques
restent naïves.
Nous insistons, en d’autres mots, sur le fait qu’en dessous d’un certain seuil
élémentaire de satisfaction de besoins matériels, il devient presque impossible de parler de
l'existence de la démocratie en tant que telle. Le deuxième facteur, qu'est la faiblesse des
structures d’Etat, y est directement relié. Matériellement, quelques-unes des sociétés sousdéveloppées consacrent leur excédent économique à la construction de structures d’Etat
qui peuvent servir comme colonne vertébrale institutionnelle d’un système démocratique
(Ougaard 1982-3 :385-405).
Une autre difficulté est celle de l'existence d'un débat public et la formation d’une
opinion publique. Dans beaucoup de pays du Tiers-Monde, la majorité de la population,
parfois presque plus de 80 pour cent, vivent dans des zones rurales isolées :
212
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
" …en rétrécissant leurs expériences et leurs connaissances, (cette situation) les rend souvent
incapables d’interpréter ou même de comprendre l’information à laquelle ils sont exposés. Ces sortes
d’incapacités et d’infirmités sont très souvent présentes, bien qu’elles n’aient pas les mêmes conséquences
partout, notamment parmi la population pauvre urbaine " (Kitching 1983 :50).
La communication est, en d’autres mots, souvent une voie unidirectionnelle, d’autant
plus qu’elle est exacerbée par les faibles structures d’organisation; par exemple, il y a
beaucoup d'adhérents à des corporations qui sont, eux-mêmes, souvent les relais de l’Etat.
Ainsi, à cause de l’absence d’un mouvement de corporation fort indépendant, les
principes constitutifs de la démocratie sociale, garants des libertés fondamentales,
notamment d'expression, de rassemblement et d'opinion, ne peuvent se réaliser dans la
plupart des pays du Tiers-Monde. Là où ces corporations existent, ils sont pratiquement
soit organes d’Etat soit des factions principales ou des cliques de "grands hommes"
dévoués aux avantages et aux bénéfices qu'ils peuvent retirer du système mis en place.
Ces problèmes sont la base de la difficulté que Kitching (1983 : 49) rencontre pour
parler de la démocratie dans ces sociétés sous-développées et que nous partageons. Divers
empêchements rendent difficile de parler de démocratie " parfaite ", voire inaccessible,
pour des pays sous-développés mais peut-on seulement parler de façon idéale d'une seule
démocratie "parfaite" dans le monde entier, sans pour autant remettre en question les
différentes formes démocratiques et la revendication légitime de chaque peuple à la
démocratie. Nous pouvons dire qu'il n'y a pas de type idéal de démocratie. Nous
préférons considérer que la démocratie est une possibilité multiple pouvant se réaliser
pour chaque pays dans lequel elle émerge. A notre connaissance, très peu de pays du
Tiers-Monde peuvent être considérés comme démocratiques.
Cependant, tous les points mentionnés fournissent une base pour une meilleure
compréhension de la fondation sur laquelle beaucoup de pays du Tiers-Monde cherchent
à prendre des appuis. Cette compréhension est que dans ces sociétés matériellement trop
pauvres, une importante partie de la lutte démocratique est canalisée sur l’établissement
des préalables en ce qui concerne les besoins fondamentaux matériels qui sont requis
pour que nous puissions parler de démocratie. C’est cette lutte que nous pouvons
considérer comme la lutte contre la faim, la maladie et la pauvreté.
Cette manière de voir la lutte démocratique se rapporte plutôt à la notion classique
et pré-libérale de la démocratie comme "une société d’égalité humaine " (Macpherson 1966 :33)
213
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
qu’à celle de la démocratie définie comme manière d'organiser la compétition pour les
positions dirigeantes et la participation aux élections. Un raisonnement similaire se trouve
derrière cette affirmation suivante : "…les vrais démocrates en Amérique Latine ne sont pas
nécessairement ceux qui demandent de nombreuses élections ; ils peuvent être aussi ceux qui favorisent la
démocratisation des structures socio-économiques de l’oligarchie " (Roberts 1985 : 24n.).
De tous ce que nous avons vu précédemment, nous souhaitons souligner que la
" démocratie " est, avant tout, une entité dynamique qui a donné de nombreuses
définitions avec le temps et dont la signification reste encore sujette à discussion. Chaque
forme démocratique de gouvernement constitue donc une mise à l'épreuve de la
démocratie dans la reformulation des préalables et des conditions pour son avènement, de
telle sorte que chaque démocratie nouvellement émergeante est toujours et déjà un
renouvellement de l’expérience de la démocratie.
Il est possible de dresser une liste du nombre des conditions et des préalables qui
aideraient à constituer une démocratie, mais ils ne correspondraient pas aux cas
empiriques, tout du moins dans les pays du Tiers-Monde. Par conséquent, la définition ici
utilisée est beaucoup moins exigeante, mais elle reste suffisamment claire par rapport aux
conditions qui déterminent une forme de régime démocratique. Cette définition s’articule
sur le travail de Robert A. Dahl qui identifie la démocratie comme un système politique
qui rencontre trois conditions essentielles :
"la compétition significative et extensive parmi les groupes individuels et organisés … soit directement
soit indirectement, pour les positions majeures du pouvoir politique ; un niveau " hautement inclusif " de
participation politique dans la sélection des dirigeants et des politiques, au moins par le biais d’élections
régulières et justes, de telle sorte qu’aucun groupe social important ne se trouve être exclu ; et un niveau des
libertés civiles et politiques – liberté d’expression, liberté de la presse, liberté de rassemblement - suffisant
pour assurer l’intégrité de la compétition et de la participation politique" (Diamond et al. 1986 : 3
basé sur Dahl 1971 : 1-17).
Un certain nombre de pays du Tiers-Monde peut être classé comme démocratique
selon cette définition. Mais inversement, nous aurons aussi dans le nombre des pays sousdéveloppés certains qui ne s'accordent pas avec quelques-unes des caractéristiques
utilisées dans cette définition de la démocratie, de telle manière que nous pouvons les
classer comme autoritaires. Il se peut aussi que certains pays se trouvent dans une
position intermédiaire, étant des pays semi-démocratiques ou semi-autoritaires.
214
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Les frontières entre ces catégories ne sont pas très précises mais elles nous
permettent de faire les distinctions entre les différents régimes. Pour tout ce que nous
voulons dire à propos de la possibilité de classification des régimes et de leurs
conséquences sur le développement des pays dans lesquels ils se sont instaurés, nous
pouvons nous accorder avec les remarques de Georg Sorensen (1990 : 22-24) qui tente
une classification et qui nous montre malgré les limitations de telles schématisations des
considérations importantes pour affirmer la corrélation fondamentale et l'influence
prépondérante de la démocratie sur le développement. Ce que nous pouvons remarquer,
c'est que les hypothèses formulées dans toute volonté de classification se rapportent avant
tout aux catégories de régimes démocratiques et autoritaires et non pas à des catégories
intermédiaires. Nous pouvons aussi remarquer que les hypothèses, qui concernent les
effets économiques des régimes autoritaires, perdent souvent de leur pertinence de telle
sorte que le pays examiné ne se classe plus aussi clairement à la fin de son analyse en tant
qu’autoritaire. De même, les hypothèses qui concernent les effets économiques de
régimes démocratiques peuvent aussi perdre de leur pertinence de telle sorte que le pays
en question ne se classe plus à la fin de son analyse comme démocratique.
De plus, dans toute tentative de classification, la perspective temporelle est
évidemment très importante. Un pays avec seulement une brève expérience de régime
démocratique ou autoritaire, ou avec de fréquents changements de formes de régimes, est
beaucoup moins pertinent pour l’analyse des conséquences économiques des formes de
régime qu’un pays avec une longue et stable période qu’il soit de régime autoritaire ou
démocratique. Nous devrions attendre clairement des conséquences économiques
significatives d’une certaine forme de régime pour prendre le temps de les considérer en
eux-mêmes.
Cela signifie que plus longue est la période du pouvoir politique, qu’elle soit
démocratique ou autoritaire dans un pays particulier, plus haute est la pertinence des
hypothèses correspondantes, et vice-versa ; plus petite est l’expérience politique,
démocratique ou autoritaire, moins élevé est la pertinence des hypothèses
correspondantes. Ce qui n’implique pas que l’étude des conséquences économiques des
formes spécifiques de régime sur de brèves périodes de temps soit impossible ; mais de
telles analyses s’adressent plutôt à des périodes de transition de régime politique comme
cela a été le cas pour de nombreuses analyses sur les pays d’Amérique latine. Cela nous
conduit à faire plus attention à des crises spécifiques qui ont ouvert la voie à la méthode
autoritaire et à des réponses immédiates de nouveaux politiques à de telles crises, plutôt
215
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
que l’analyse à long terme des conséquences économiques des régimes beaucoup plus
stables, que nous cherchons à exposer pour l'instant.
Ainsi, de toute classification, nous pouvons dire que nous avons toujours une
typologie de cas limite que nous pouvons considérer comme "démocratique, semidémocratique, semi-autoritaire, autoritaire" et, concernant le cas de l'Iran que nous allons
examiner dans notre thèse, ce que nous pouvons constater, c’est que notre analyse s'étend
sur une période relativement longue jusqu’à la fin des années 1990, et que, si nous
cherchons la stabilité en ce qui concerne la démocratie ou non sur cette période pour
d'autres pays en voie de développement, nous ne possédons pas malheureusement
beaucoup de cas pour pouvoir les comparer avec notre analyse sur l'Iran. Les exemples de
démocraties relativement stables sont le Costa Rica, l’Inde, le Venezuela (depuis 1958) et
la Jamaïque (depuis 1962). Sur la dimension autoritaire, les exemples sont, par contre,
beaucoup plus nombreux : la Chine, Taïwan et la Corée du Nord, l’Iran au moins jusqu’à
la fin des années 1970, les pays producteurs du pétrole dans la région du golfe Persique.
Les pays qui connaissent de fréquents changements de régime (la Bolivie en Amérique
latine, le Ghana en Afrique) sont moins intéressants dans le présent contexte, comme le
sont aussi les pays avec un régime semi-démocratique ou semi-autoritaire (Kenya, Côte
d’Ivoire). La question de la pertinence générale des résultats concernant le cas spécifique
de l'Iran est appelée à rentrer dans une analyse détaillée de l'histoire socio-politique du
développement.
D'une manière générale, il s'ensuit que nous ne connaissons maheureusement pas
d'expérience de démocratie dans les pays sous-développés producteurs de pétrole à l'aune
de laquelle nous aurions la possibilité de la juger par rapport aux régimes autoritaires. De
ce fait, il en découle que nous ne pouvons pas véritablement comparer une démocratie
dans un pays sous-développé producteur de pétrole avec les régimes autoritaires qui sont
effectivement en place dans ces pays. Pour le cas de l'Iran qui fait partie de ces pays
producteurs de pétrole et que nous allons examiner plus en détail dans la deuxième partie
de notre thèse, la très brève période démocratique sous Mossadegh (d'une durée de 3 ans)
ne peut malheureusement pas non plus nous aider à établir une comparaison sur la
question du développement vis-à-vis des régimes autoritaires de la dynastie Pahlavi et de
la République islamiste. Notre étude souhaiterait ainsi ouvrir un champ d'analyse
concernant la question de la démocratie par rapport aux régimes autoritaires mis en place
dans les pays sous-développés. Ainsi, dans un premier temps, nous pourrions faire des
distinctions entre eux concernant les enjeux économiques et géopolitiques entravant la
216
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
démocratie dans ces pays mais aussi le développement en tant que tel, et, dans un
deuxième temps, nous intéresser au changement paradoxal de ces enjeux économiques et
géopolitiques dans le plan global du capitalisme néo-libéral. Ainsi cette étude se veut être
un prélude pour une recherche plus conséquente et plus élaborée, avec l’aide des autres
chercheurs des sciences humaines, sur la corrélation entre la démocratie et le
"développement économique".
CH. V.6. L'Autoritarisme et le développement économique
Les théories "développementistes" des années après guerre (1950-1975)
Dans les années cinquante-soixante, Rostow a élaboré, selon plusieurs étapes, la
théorie du "décollage économique", théorie qui prenait place dans la vive tension de la
guerre froide entre l'Est et l'Ouest. Selon cette analyse, les différents régimes envisagés
des pays en voie de développement ont été soit amis soit ennemis en fonction de leurs
liens économiques ou politiques avec l'un ou l'autre camp, et cela sans se soucier de leur
nature répressive ou démocratique.
Dans ce contexte, il faut noter l'expérience des pays d'Amérique latine : les cas de
l'Argentine, l’Équateur, du Chili et du Pérou sont particulièrement intéressants à étudier.
Car ces quatre pays étaient dotés d'un régime dictatorial qui appliquait une politique
économique monétariste (théorisée par l’école des Chicago boys) à l'aide d'investissements
étrangers massifs et de l'encouragement des organismes financiers internationaux. Si l’on
suit le raisonnement de cette thèse, plus le système est discipliné, fort et répressif, moins
on subirait "l’anarchie démocratique " . Donc le développement économique serait plus
réalisable, l’accumulation accélérée serait à l’ordre du jour et les investissements étrangers
auraient plus tendance à y pénétrer et à y rester. Dans ce débat ancien, l’explication cède
souvent à la justification des régimes en place pendant cette période. Les performances
économiques des régimes dictatoriaux au pouvoir au cours de ces trois décennies (de
1954 jusqu’à 1980) ne semblent pas particulièrement très brillantes pour crier la victoire
d’un militarisme " modernisateur ". L’exemple de la longue emprise de dictateurs
militaires donné par Trujillo et Stroessner, qui ont beaucoup contribué au sousdéveloppement de leur pays, est très significatif. L’Argentine, avec ses dettes extérieures
de la fin des années 70 et au début des années 80, est un autre exemple qui tend à
contredire la voie du militarisme modernisateur.
217
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Selon les économistes libéraux à l'origine de cette thèse, la modernisation et le
développement rapide (synonymes d'industrialisation et de croissance économique) des
sociétés "sous-développées" ne pouvaient se réaliser qu’à l'aide de l'accumulation du
capital et de l'investissement massif des capitaux étrangers et d’un État fort et centralisé.
Sans gouvernement autoritaire, pas d’accumulation de capital nécessaire au "fameux"
décollage économique. La démocratie inscrite dans toutes les constitutions des pays
nouvellement "indépendants" ou les pays qui ont été décolonisés depuis un siècle et demi
(le cas de l’Amérique latine) ou les pays comme l’Iran semi-colonisé, serait donc un luxe
de pays riches. Les théoriciens de la " modernisation " et du "développement" estimaient
alors inaptes la démocratie et le gouvernement représentatif de ces pays dans le processus
du développement économique. D'où l'apparition généralisée des régimes militarodictatoriaux "les plus rigoureux"214 en Amérique latine, en Asie et en Afrique dans les
années 60 et 70.
D'après cette théorie, la hausse du niveau de vie s'accompagne partout d'un progrès
certain de la démocratie, mesurée par les indices conventionnels que sont le droit de
voter, de manifester et de voyager, et aussi l'étendue des libertés de religion et de parole.
En fait, cette thèse soutient que la croissance est la condition sine qua non de l'avènement
de la démocratie. Celle-ci ne saurait s'implanter et se perpétuer en l'absence d'un degré
avancé de développement économique préalable. L'Afrique de l'après 1960 et Haïti, dans
les années récentes, sont cités comme exemple, et, selon cette théorie, le simple départ du
pouvoir colonial et l'implantation factice de la démocratie par une junte militaire ne
sauraient remplacer le développement minimal dans l'avènement de la démocratie. Les
experts qui sont à l'origine de cette thèse affirment que la démocratie est même
défavorable au développement économique et que le progrès de la démocratie ne s'avère
pas constituer un élément déterminant de la croissance. Ce qui compte dans l'accélération
de la croissance, ce n'est pas tant les libertés politiques que les libertés économiques, soit
la liberté de commercer, d'investir, de s'adonner à l'occupation de son choix, de prendre
des risques, de garder le fruit de son travail contre le poids du fisc ou de la
réglementation, en un mot le respect des droits de propriété et la libre entreprise. Selon
cette thèse, la démocratie suscite la tentation redistributionniste, qui aurait pour effet de
retarder le développement économique. Alors, les régimes autoritaires qui sauvegardent
les libertés économiques et les droits de propriété, sans égard pour les droits civils,
214. André Guichaoua, L'évolution du "marché du développement", in : Revue Tiers-Monde, N° 151, juilletseptembre 1997, pp. 487-517.
218
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
seraient moins sensibles aux pressions des groupes d'intérêts et des majorités. Sur cette
base et en copiant le modèle occidental ou soviétique, l'ensemble des pays du TiersMonde l'a appliqué, sans se soucier des règles élémentaires de la démocratie :
"Au lendemain des indépendances, cette volonté de rattrapage des pays développés, que les leaders du
tiers-monde, aussi divers que G.A. Nasser, A. Soekarno, K. Nkrumah, M. Keita, Zhou Enali, avaient
affirmé avec force à la conférence de Bandung en Indonésie (1955), concerne désormais
des pays disposant de marges de manœuvre réelles. Qu'il s'agisse des pays proches du camp socialiste au
nationalisme sourcilleux et prônant un engagement massif de l'État dans l'activité économique, ou des
pays libéraux restés proches de leurs orbites métropolitaines, le même postulat optimiste prévalait:
l'indépendance politique obtenue devait libérer des dynamismes internes qu'il fallait conforter et
encadrer."215
C'était l'époque de la décolonisation, l'émergence des nouveaux États du "TiersMonde" et l'extension concomitante de l'ère industrielle à l'ensemble de la planète. Ce
modèle de développement économique accéléré se traduisait par l'investissement massif
dans le secteur de l'industrie lourde, les usines clé en main, les grands projets de barrage,
la production d'électricité, les projets de construction d'autoroute, et en même temps une
répression massive de toutes les oppositions et de tous les opposants qui contestaient
cette voie. Puisque l'objectif visé par cette politique se résumait dans l'industrialisation
rapide et visait à attirer le plus grand nombre d'investisseurs étrangers, les efforts de tous
les gouvernements des pays "sous-développés" s'orientaient vers le développement urbain
et le secteur de l'industrie. L'une des conséquences de cette politique était la négligence
vis-à-vis du secteur agricole, l'immigration massive des villageois vers les bidonvilles des
grandes zones industrielles, la dépendance alimentaire de ces pays vis-à-vis des pays
occidentaux et le déséquilibre écologique (la pollution, le manque d'eau dans certaines
parties et régions du "Tiers-Monde" à cause de son usage irrationnel de l’agriculture
extensive par les firmes agro-industrielles. Le barrage de Dez, construit sur la rivière de
Karoun dans le sud de l'Iran, a causé la disparition de nombreux villages; l'immigration
massive des paysans vers les grandes villes et surtout le système de drainage conçu a
provoqué le manque d'eau potable même pour les citadins dans cette région. Au début du
mois de juillet 2000, lors des manifestations qui avaient duré une semaine, pour réclamer
215. André Guichaoua et Yves Goussault, Sciences sociales et développement, Armand Colin, Paris 1993. p.14.
219
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
plus d'eau potable, quarante personnes ont été tuées selon les sources officielles, dans la
ville portière d'Abadan).
CH.V. 7. Le développement économique et les différentes
formes de régimes politiques
Deux aspects du développement économique ont été identifiés, à savoir la croissance
et le bien-être. Il est nécessaire d’être quelque peu plus précis en ce qui concerne la
signification de ces deux dimensions, mais le concept de développement n'est pas à
prendre ici dans un sens large, incluant les aspects non-économiques. La mise au point
que nous allons opérer se porte sur le sens du développement économique.
Le niveau de P.N.B. par habitant et le taux de sa croissance ont servi de nombreuses
années, non pas seulement comme indicateur de développement économique, mais
comme la signification de ce terme. Ce n’est pas uniquement pour des raisons de
convenance; la conviction était basée sur cette donnée de niveau P.N.B. et son taux de
croissance était une expression valable de la situation économique d’une population
(Todaro 1985 :83-5).
Le niveau et le taux de croissance du P.N.B. reste un important indicateur pour le
niveau/taux de développement économique. En dépit de cela, la notion du niveau de
P.N.B./ taux de croissance a perdu de son importance alors qu’elle était le terme essentiel
de référence dans les discussions du développement économique. Comme mentionné
plus haut, le taux global de croissance et le niveau global de P.N.B. ne fournit rien sur le
contenu et la distribution de la croissance, sur la qualité de la vie, le bien-être de la
population, ou sur la répartition des richesses. Cette vision nous a mené dans deux
directions. L’une doit être en relation plus spécifiquement avec les changements
structurels que nous devrions observer dans l’économie pour parler véritablement du
développement économique et cela par opposition à la croissance économique
"superficielle". L’autre doit être en relation avec des aspects du bien-être dans le processus
du développement économique qui s’analyse à la fois comme un processus quantitatif et
un processus qualitatif.
La dimension structurale du développement économique a mené en avant le
concept de développement auto-centré. Ce concept est une tentative de désigner les
structures typiques d’une économie hautement développée, par opposition à
220
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l’économie sous-développée. Formulé très brièvement (Ougaard 1982-3 ; Senghaas
1977, ch.1, 1986 : 172-201), les économies auto-centrées sont caractérisées pour
avoir développé des productions - aussi bien des biens industriels que les biens de
consommation -
; le niveau de productivité est élevé et uniforme dans ces
industries. Dans les économies auto-centrées nous pouvons constater qu'il y a un
haut niveau de liaisons inter- et intra-sectorielles, et cela est aussi valable pour le
secteur de l’agriculture. Dans les économies auto-centrées, nous avons un marché
interne dynamique, se trouvant être la base pour des progrès plus amples dans la
production, favorisant les capacités technologiques locales, etc. L’économie est
avant tout sous le contrôle des décideurs (les entrepreneurs) locaux.
Les économies sous-développées manquent de toutes ces caractéristiques. La
structure économique est hautement hétérogène à deux vitesses (voir notre définition de
l'économie dualiste p.49), allant de petites exploitations dans le secteur agricole jusqu'à des
enclaves hautement productives d’entreprises (souvent capitalistes) dirigées fréquemment
vers le marché mondial. L’inter-relation entre les secteurs économiques est plutôt faible
(exemple de l'industrie pétrolière en Iran qui bénéficie d'une technologie plus avancée et
aucun lien dynamique ne la relie à d'autres secteurs de l'économie iranienne), et le marché
interne n’est pas très dynamique, centrés sur des articles de luxe pour des importations.
De plus, des secteurs clés de l’économie sont souvent contrôlés par des étrangers, par le
biais d’entreprises transnationales.
Bien que ces descriptions de l'économie auto-centrée et de l'économie sousdéveloppée sont des constructions de type idéal d’après un niveau plutôt élevé
d’abstraction (Sorensen 1986 :80n), ils donnent la possibilité d’avancer des analyses du
développement économique au-delà des notions d’ "accumulation" et de "croissance". La
croissance peut servir comme un indicateur du développement auto-centré, mais non pas
comme une définition ; le développement auto-centré suppose une croissance
économique, mais toutes les formes de croissance ne sont pas pertinentes de manière
égale pour le processus du développement centré.
C’est une tâche tout à fait compréhensible de mener une analyse approfondie de
l’économie concrète, en prenant comme point de départ le concept de développement centré
(Ougaard 1982-3 ; Senghaas 1977 ; Martinussen 1980). Georg Sorensen (1990, 24-32) a procédé
en trois étapes : d’abord, le rapport de la croissance économique est pris comme un premier
indicateur du taux du développement économique; deuxièmement, la structure fondamentale
du processus de la croissance est brièvement analysée en accord avec la distribution sectorielle,
221
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l’orientation de marché (interne en opposition à l’externe), le contrôle (local en opposition à
l’étrangère), etc. Finalement, en troisième lieu, l’information récoltée à ces deux niveaux est
considérée comme la base pour une tentative d’évaluation de l’économie en ce qui concerne le
développement auto-centré.
Nous allons constater dans la suite de notre thèse, que la forme de régimes
autoritaires est très efficace en termes de développement économique défini comme
croissance économique. Ce que nous disons de la croissance économique dans sa relation
avec les formes autoritaires de régime peut se rapporter aussi au développement autocentré. Nous devons ainsi exprimer que cette définition plus « exigeante » de croissance
permet de critiquer beaucoup plus sérieusement l’évaluation des processus autoritaires de
croissance ; nous avons déjà constaté que de tels processus peuvent impliquer des coûts
humains et sociaux importants. Mais maintenant un élément supplémentaire vient
s'ajouter dans cette évaluation critique : la structure des processus de croissance, là où
seulement la croissance auto-centrée compte pour le développement économique "réel".
Cependant, la dimension du bien-être propre au développement économique doit
être en relation avec la provision des besoins fondamentaux : alimentation suffisante,
logement et habillement, certains équipements de maison et mobiliers. Les besoins
fondamentaux incluent aussi des services essentiels fournis par et pour la communauté au
sens large, tels que l’eau potable, l’hygiène publique, les transports publics, la santé et les
facilités d’éducation (Ghai et al. 1977).
Ce que nous pouvons dire, c'est qu'une analyse détaillée de la dimension de bien-être
est une grande tâche en elle-même ; le cas étudié de l'Iran utilisera quelques indicateurs
sélectionnés comme base pour une évaluation de la dimension de bien-être. Mais le débat
pour savoir quels sont les meilleurs indicateurs dans ce domaine est rarement définitif.
Ceci sera complété par une évaluation quelque peu plus détaillée de la situation pour les
parties les plus pauvres de la population.
A l’aide de la distinction analytique entre deux aspects du développement
économique, à savoir la croissance auto-centrée et le bien-être, Georg Sorensen résume la
discussion précédente concernant les relations du développement économique et les
formes politiques dans la Figure 1.
Sous la forme de la Figure 2, Georg Sorensen tente de situer ces relations dans un
contexte socio-économique et politique plus large. Tout en ne cherchant pas cette
précision impossible dans ce qui suit, son but est de situer la forme du régime dans son
propre contexte analytique. Il commence donc avec un survol (pas nécessairement
222
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
complètement exhaustif) de ces autres facteurs pertinents pour le développement
économique (inspiré par Rudebeck 1970 :95n. ; Myrdal 1968). Ainsi, il montre plus en
détails l'influence de différents éléments constitutifs pour cette relation entre le
développement et la forme politique.
De là, selon Georg Sorensen, le "contexte international" est la position du pays
considéré à partir du système international politique et économique. Ce facteur a été mis à
jour principalement par les théoriciens de la dépendance (Wallerstein 1979). "La base
économique" est le complexe entrevu par les différents modes de production qui
constitue le point de départ structurel-économique pour le développement économique.
"La structure sociale" englobe les classes sociales et d’autres groupes de pouvoir dans la
société et les relations entre eux. "Les institutions" se réfèrent à la structure, à la qualité et
les capacités des institutions de la société, plus particulièrement les institutions d’Etat. La
"culture" doit être en relation avec les normes, les valeurs et les pratiques spécifiques à la
société en question. La "stratégie de développement" consiste dans les mesures concrètes
prises pour mettre à jour le processus du développement. "L’arrière-plan historique" se
réfère à l’héritage du passé, là où les facteurs se sont combinés dans une manière
spécifique pour mener la société jusqu’à la situation actuelle(Georg Sorensen, 1990:28-29).
De ces analyses, nous voyons donc jouer en plus de la "base économique" et de la
"stratégie du développement" et aussi des "institutions" politiques, les éléments que sont
"le contexte international", "la structure sociale", "la culture" et "l'arrière-plan historique"
dans la détermination de la question du développement par rapport à la forme du régime
politique.
Ces facteurs mentionnés agissent dans une interaction dynamique qui aident à
expliquer la situation courante et les prospectives futures en ce qui concerne le
développement économique. Le progrès (en plus du bien-être dans une économie de plus
en plus auto-centrée) n’est pas assuré nécessairement par un haut niveau de
développement économique. L’interaction des facteurs peut aussi fonctionner dans la
"fausse" direction, par rapport à un niveau plus bas de développement économique.
Ainsi, l’aboutissement des conséquences pour la forme du régime politique et le
développement économique est en partie lié à l’ensemble complexe des facteurs corrélés.
Il n’est pas possible de démontrer, de manière stricte, la pertinence de cette relation, et
c’est, bien sûr, la raison pour laquelle quelques observateurs considèrent pour différentes
raisons, que la forme du régime politique n’est pas significative pour le développement
économique (Pye 1966 ; La Palombara et Weiner 1966 :1-7 et d’un point de vue marxiste
223
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Martinusen 1977 : 35-61). Cependant, la revendication présentée dans cette thèse consiste
à souligner qu’une telle relation existe, qu’il est significatif de chercher à l’analyser, et que
cette analyse fournira des aperçus utiles pour la compréhension de cette relation, au
moins pour certains pays de l’OPEP dont le revenu pétrolier aurait pu contribuer à leur
développement économique et social. Ce n’est malheureusement pas le cas. Nous
souhaitons, parmi d’autres raisons, insister d’une manière particulière sur l’absence de la
démocratie comme la raison principale de leur "sous-développement ".
Dans un même temps, le modèle des « autres facteurs » peut nous aider dans la
clarification des circonstances spécifiques sous lesquels une forme donnée de régime a
certaines conséquences pour le développement économique. C’est ce que nous
examinerons dans le cas étudié de l'Iran. En d’autres mots, la référence est faite à une ou
plusieurs de ces facteurs de telle sorte que nous la considérons utile pour expliquer les
circonstances sous lesquelles une forme spécifique de régime politique détermine le
développement économique. Notre analyse de cas procède de la manière suivante : Nous
partons en décrivant à grands traits la situation économique (autour de 1950 avant la
chute du gouvernement démocratique de Dr Mossadegh) d'une part, et des racines et de
la structure de la démocratie et de l’autoritarisme d'autre part. Nous nous concentrons
essentiellement sur "la stratégie du développement" économique, mise en avant par le
régime du Dr Mossadegh et repris de façon opposée à partir de 1953 par le Chah d’Iran
après son coup d’Etat jusqu’en 1979 et depuis cette date jusqu’à nos jours dans la même
politique que le Chah. Nous voulons donc affirmer la prédominance de la forme politique
par rapport aux conséquences pour le développement économique. La référence est faite
en rapport aux forces sociales et aux groupes de pouvoir à l’intérieur et à l’extérieur de
l’Etat, ce qui influence l’action entreprise. Dans cette seconde partie, nous nous
intéressons donc principalement à l’interaction entre la stratégie et le processus du
développement et les résultats en ce qui concerne les deux aspects du bien-être et de la
politique tout en tenant compte des différents éléments que nous avons vu dans cette
Figure 2. Les propositions et les questions résumées par la suite se concentrent sur cet
intérêt.
Nous sommes en constante référence à ces manières dans lesquelles la forme du
régime politique détermine la stratégie du développement et ses conséquences en ce qui
concerne le développement économique. Par ailleurs, il est important de souligner que ce
qui suit n’est pas une analyse politico-institutionnelle à propos de manières précises dans
lesquelles le pouvoir démocratique et autoritaire est relié aux actions d’importance pour le
224
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
développement économique. Nous abordons de telles manières que pour les juger
pertinentes au regard des problèmes soulevés dans notre analyse qui insiste sur la
détermination politique du développement, à savoir que la politique, quelle qu'elle soit,
détermine l'économie et le développement pour les pays sous-développés. Les
propositions et les questions de notre thèse se concentrent sur les résultats du
développement économique (croissance auto-centrée et bien-être) produit par les régimes
respectivement démocratiques et autoritaires. Et nous ajoutons que c'est par le biais de
cette analyse du développement économique que nous voyons l'impact de la politique sur
les conséquences non pas uniquement de l'ordre économique mais du développement
dans l'ensemble de la société sous-développée.
Nous devons noter que les affirmations de notre étude ne fournissent pas des lignes
directrices d'un diagnostic dogmatique et clos sur lui-même. D’un côté, nous avons les
affirmations des hypothèses, pour lesquelles les explorations brèves des données sur la
croissance, le bien-être des réformes peuvent fournir des réponses rapides; de l’autre côté,
nous avons l’ambition de comprendre les circonstances exactes sous lesquelles des
régimes spécifiques ont certaines conséquences pour le développement économique.
Selon une formulation différente, on pourrait dire que l’étude présente est placée entre
deux recherches de modèle ou de traditions, essayant de profiter de l’un et de l’autre ;
l’une est le "modèle de la science politique", visant à généraliser les résultats du
développement économique sur une grande partie de régimes considérés comme cas
(Berg-Schlosser 1984). L’autre est le "modèle de l’économie politique des régimes" (Cammack
1985) qui se concentre sur un cas singulier et tente d’éclaircir les luttes de classe en jeu
dans l’interrelation complexe entre politique et économie. De la première tradition, cette
étude a hérité des questions fondamentales aussi bien que l’ambition de généraliser sur la
base des revenus du développement économique, tirant conclusion à propos de la
signification des différentes formes de régime à partir de ces résultats. Dans le même
temps, l’analyse purement quantitative d’un certain nombre de cas est rejetée sur le fait
que de telles corrélations superficielles ne favorisent pas notre connaissance à propos des
influences de différentes formes de régime sur le développement économique. De la
seconde tradition, cette étude a pris en compte des traits spécifiques du cas singulier et la
conscience du rôle important de la lutte des classes pour l’aboutissement de la forme du
régime et du développement économique. Cependant, cette étude ne suit pas la seconde
tradition dans son analyse très détaillée de l’interaction du politique et de l’économique
sur une courte période de temps. La position prise ici est que l’analyse des cas sur un plus
225
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
longue période nous donne plus de connaissances, peut-être non pas celle des résultats
économiques des initiatives des administrations spécifiques, mais pour les questions
posées à propos des résultats économiques de la forme du régime politique.
CH. V. 8. Les régimes autoritaires développementistes (AD)
Dans la suite de notre exposé sur la forme du régime politique en rapport avec le
développement économique nous nous référons aux différentes théories qui traitent ce
sujet sous différents angles. L'une de ces théorie concilie d’une part, une politique de
"décollage économique" dans la première phase du développement et, d’autre part un
Etat de Droit favorable au développement. D'après cette théorie, la démocratie peut être
la conséquence d'un développement primitif, si au préalable le surplus a été orienté vers
des fins productives et non détourné vers des fins militaires ou somptuaires (l'Iran de
Pahlavi, Cameroun de Bokassa, Congo de Mobutu, le Japon jusqu'en 1945, la France de
Louis XIV). La démocratie, selon cette thèse, ne devient possible qu'après l'atteinte d'un
certain niveau de développement, selon lequel le salariat et l'entreprenariat privés
autochtones se sont généralisés, de telle sorte qu’il est alors de l'intérêt commun pour les
travailleurs et les entrepreneurs que l'État de droit prenne la forme démocratique : pour
les entrepreneurs parce que l'État titulaire entrave désormais leur enrichissement; pour
les travailleurs parce que la liberté syndicale et le plein emploi permettent un
rétrécissement de l'échelle des revenus; pour les deux enfin parce que l'augmentation des
salaires et la formation d'une classe moyenne permettent d'adjoindre un marché intérieur
aux marchés extérieurs.
La démocratie se situe donc, selon cette théorie, à une bifurcation : l'État de droit
antérieur de la première phase de développement devient État de droit démocratique, s'il
est contraint au moins partiellement de "passer la main" pour continuer à promouvoir le
développement économique. A cet égard, cette théorie s'appuie sur l'exemple des pays
d'Asie, cherchant à prouver ainsi que les régimes autoritaires au pouvoir au début des
années soixante étaient indispensables et même nécessaires pour leur "décollage
économique". Les quatre pays d'Asie que sont la Corée du Sud, la Malaisie, la Thaïlande,
le Singapour, ainsi que la Chine et le Chili de Pinochet, tous ces pays qui ont atteint un
niveau de développement économique avancé, sont des exemples concrets sur lesquels
cette thèse s'appuie abondamment. La Chine, par exemple, a une tradition étatique
226
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
centralisée. Elle a une culture favorable au développement et a dépassé la phase
d'accumulation et de formation primitive. Elle n'a pas de tradition démocratique mais
tend à devenir, en matière économique exclusivement, un État de droit, et c'est ce qui
importe surtout aux entrepreneurs occidentaux. Quant au Chili, pays d'Amérique latine,
décolonisé bien avant les autres (notamment les pays d'Afrique) et ayant une culture
démocratique bien ancrée dans la société, malgré sa précarité et son histoire postcoloniale, il semble interdire toute prédiction quant à son développement économique et
à son avenir démocratique.
En 1962, dans "Capitalism and Freedom",216 Milton Friedman enseignait que les
libertés économiques et les libertés civiles et politiques étaient complémentaires, qu'elles
se renforçaient mutuellement. Le résultat empirique, selon Barrow, est qu'une faible dose
de démocratie favoriserait la croissance, mais que la relation entre démocratie et
développement économique devient progressivement négative, après qu'un degré avancé
de démocratie ait été atteint. Ainsi, l'insertion d'éléments démocratiques dans un régime
jusque-là despotique favoriserait la croissance en limitant les pouvoirs arbitraires du
gouvernement. Mais l'injection de doses supplémentaires de libertés politiques entraînerait
la multiplication des programmes redistributionnistes néfastes, d'après Barrow, à la
croissance.
Alors pouvons-nous dire que la démocratie doit être ou peut être préalable au
développement économique?
A. La thèse de l’incompatibilité entre développement économique et démocratie
A la suite de la thèse des préalables économiques, apparue sous la plume de Lipset en
1958, à la fin des années 1960, l’école réaliste, qui s'inscrit dans la conditionnalité
économique de Lipset, conçoit le développement économique non plus comme le
préalable du changement politique, mais comme un phénomène peu compatible avec la
démocratisation. À la limite, la démocratie est même vue ici comme un frein au
développement.
Cette argumentation, présentée d’abord par Walter Galenson dès 1959 217 et
popularisée par Huntington en 1968 218 se base sur l’idée que dans un pays pauvre, il est
216. Milton Friedman, Capitalism and Freedom, The University of Chicago, 1962.
217. Walter Galenson, Labor and economic development, New York, Wiley, 1959.
218. Samuel Huntington, Political Order in Changing Societies, New Haven, Yale University Press, 1968.
227
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
impossible d'instaurer le régime démocratique avant d'avoir atteint un certain niveau de
développement économique, vu que les aspirations démocratiques empêcheraient la
croissance économique, par le fait que les syndicats, les partis et les citoyens, étant à
même de s’organiser, pourraient faire pression sur le système en faveur de l’élévation à
court terme de leur niveau de vie plutôt que de la croissance à long terme de l’économie
de leurs pays.
Selon cette thèse, les populations et les organisations de travailleurs dans les pays
pauvres d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, sont plus préoccupées par les questions de
subsistance quotidienne que par des questions de croissance à long terme qui nécessitent
des sacrifices immédiats. Et puisque la démocratie permet la liberté d’expression et
interdit l’imposition de mesures par des méthodes autoritaires, si ces pays devenaient
démocratiques, les dirigeants céderaient aux pressions soit pour éviter des sanctions
électorales, soit en raison de l’ampleur des mouvements de revendication.
En revanche, selon cette thèse, un régime autoritaire peut procéder à des arbitrages
219
favorisant les investissements au détriment de la consommation immédiate. Mais,
même si quelques pays autoritaires, comme la Corée du Sud ou le Chili de Pinochet, ont
effectivement amorcé un décollage économique, force est de constater que beaucoup
d’autres ont échoué, et il suffit de penser aux régimes de parti unique d’Afrique de l'aprèscolonisation. C’est d’ailleurs en grande partie l’échec sur le plan économique de nombre
de ces régimes qui a amené les citoyens à se lancer dans des mouvements de
revendication démocratique qui ont ébranlé les régimes autoritaires au début des années
quatre-vingt-dix.
B. La thèse de la démocratie liée à l’économie de marché
En 1990 apparaît ce que Guy Hermet appelle "l’école de la démocratie de marché",
qui repose sur le dogme que ce type d’économie apporte la garantie primordiale d’un
avenir démocratique. Ce n’est pas tout à fait un hasard si cette thèse a fait son apparition
en 1990, au moment justement où les expériences de transition démocratique ont atteint
leur paroxysme dans un nombre de pays qui n’a jamais été aussi important par le monde,
notamment en Afrique (Bénin, Niger, Ghana, Mozambique, Mali…) et en Europe de
l’Est (Pologne, République tchèque, pays Baltes, Hongrie…). Dans le premier cas, les
219. Voir Adam Przeworski et Fernando Limongi, Political Regimes and Economic Growth, Journal of Economic
Perspectives, 1993.
228
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
pays en transition étaient en banqueroute économique et, dans le deuxième cas, ces pays
sortaient du système d’économie dirigée. La transition devait être soutenue par une aide
économique.
Cette thèse est portée non seulement par les grands pays occidentaux donateurs, mais
aussi par les institutions financières internationales, notamment le Fonds Monétaire
International et la Banque Mondiale. Au contraire de la thèse précédente, on postule ici
une complémentarité entre développement économique et démocratie. Cette idée
s’inspire de travaux comme ceux de Robert Dahl ou de Mancur Olson 220, qui supposent
que la démocratie, contrairement à l’autoritarisme, implique le devoir de rendre des
comptes, la liberté de la presse, la fluidité de l’information. De ce fait, les ressources sont
mieux gérées par ceux qui sont au pouvoir, les conditions de l’investissement sont créées
et la croissance devient ainsi possible. Les donateurs ont donc inventé la conditionnalité
libérale, par laquelle l’aide versée à ces pays devenait liée à leur engagement en faveur de
l’économie de marché.
La transition démocratique s’est donc dédoublée d’une transition économique
(abandon de l’économie dirigée et entrée dans le capitalisme), considérée comme un
pendant indispensable à la démocratie, sans que soient sérieusement prises en compte les
importantes incertitudes que cette double transition impliquait. Très rapidement, dans la
plupart des pays engagés dans ce double processus, les failles de ce raisonnement sont
apparues, démontrant la difficulté qu’il y avait à vouloir à la fois démocratiser les pays sur
le plan politique et les réformer sur le plan économique : c’est le cas de la Russie, de la
Pologne, de l’Ukraine, de la Roumanie, entre autres en Europe de l’Est; mais aussi du
Niger, de la République centrafricaine, du Gabon pour ne citer que ces pays en Afrique.
On se rend compte que la démocratie se construit avec beaucoup de difficultés et que la
libéralisation économique ne garantit pas un avenir démocratique tel qu'il est souhaité,
mais en complique le processus, ce qui aggrave les difficultés pour les populations et les
secteurs sociaux ainsi qu’on le voit très clairement en Europe de l’Est comme en Afrique.
C. La thèse favorable aux dictatures respectant le marché
Dans la plupart des pays qui se sont engagés dans la double transition évoquée cidessus, la démocratie rencontre d’énormes difficultés et le développement économique
220. Robert Dahl, Polyarchy, New Haven, Yale University Press, 1971 ; Mancur Olson, "Autocracy, Democracy
and Prosperity", in Richard J. Zeckhauser, ed., Strategy and Choice, Cambridge, MIT Press, 1991.
229
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
n’est pas au rendez-vous. Dans d’autres pays, à l’inverse, notamment ceux que l'on
conçoit comme les "miracles" asiatiques, Singapour, Taïwan, Hong Kong, la Corée du
Sud, la Malaisie, et même la Chine, cette dernière décennie s’est achevée sur une
formidable croissance économique qui se poursuit encore malgré la crise de l’année 1998.
En raison de l’exemple de ces "dragons" asiatiques, certains analystes et certains pays
ont redéfini la hiérarchie des priorités. Selon Guy Hermet : "on relègue désormais la démocratie
au troisième plan, après la stabilité politique et le marché, et on préfère finalement les dictatures respectant
le marché ."221 On revient donc en réalité à une version modifiée de la seconde thèse, celle
de l’incompatibilité entre développement économique et démocratie.
La réalité, dans une certaine mesure, c’est que les investisseurs, les possesseurs de
capitaux sont plus attachés aux profits qu’ils peuvent réaliser qu’aux libertés apportées par
la démocratie. Ils se sont vite rendus compte de la difficulté de faire des affaires dans un
contexte où la parole est libérée, surtout lorsque cela génère des restrictions importantes
pour les populations, comme c’est le cas par exemple en Russie, dans les autres pays de
l’ancien bloc soviétique ou encore en Afrique. Les programmes d’ajustement structurel,
les privatisations, les réductions des effectifs et des subsides étatiques provoquent des
grèves et des remous sociaux préjudiciables aux performances économiques. Par
conséquent, certains se demandent s’il n’est pas préférable de donner d’abord la priorité
aux questions économiques à travers des régimes capables d’imposer des politiques
d’ajustement et de croissance.
D. La thèse des préalables économiques de la démocratie
Deux hypothèses s'affrontent dans ce domaine.
L'une d'elle insiste sur la nécessité de limiter les droits démocratiques et sur
l'instauration d'un contrôle fort d'en haut, c'est-à-dire un Etat puissant et centralisé pour
atteindre l'objectif d'un développement accéléré. Ils citent comme exemple les pays
d'Asie, et en particulier la Corée du Sud.
L'autre hypothèse, au contraire, soutient que : "la libéralisation et la démocratisation des
institutions politiques, sont des conditions indissociables et préalables au développement économique des
pays sous-développés." 222
221. Philippe Schmitter et Terry Lynn Karl, "Les modes de transition en Amérique Latine, en Europe du Sud et de
l’Est", Revue Internationale des Sciences Sociales n° 128, mai 1991.
222. Scully, Gerard W. "The Institutional Framework and Economic Development", Journal of Political
Economy, (Oct 1988): pp.652-62
230
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
La thèse des préalables économiques de la démocratie est une approche de type
déterministe. En effet, l’argument principal qu’elle véhicule consiste à dire qu’il existe une
corrélation très forte, voire un lien de cause à effet entre le développement économique et
la démocratie, le premier engendrant la deuxième. Cette thèse a été promue à la veille des
années soixante par Seymour Martin Lipset dans son article intitulé Some social requisites of
democracy. 223
Lipset a constaté à l’époque que la plupart des pays démocratiques étaient des pays
développés avec un revenu moyen par habitant de 695 dollars : certains, comme le
Royaume Uni, les États-Unis, l’Australie, le Canada, avaient un revenu par habitant
pouvant atteindre 1.500 dollars à l’époque. À l’inverse, la plupart des dictatures comme
Haïti, le Paraguay, le Zaïre, étaient des pays économiquement arriérés, avec un revenu
moyen par habitant de 119 dollars, pouvant baisser à 40 dollars pour certains. À partir de
ce constat, mais aussi d’autres arguments relatifs par exemple à l’éducation, cette thèse a
établi un modèle qui est devenu celui des "pré-requis sociaux de la démocratie".
La conviction de l’existence de ce lien est si forte qu’un autre auteur, David Beetham,
estime qu’on peut résumer la thèse de Lipset par la formule "plus de téléphones, plus de
démocratie ", le nombre de téléphones par habitant devenant ici un indicateur du niveau de
développement économique et, partant, des chances démocratiques. Cette vision est
partagée aussi par Samuel Huntington qui, comme Lipset, établit un lien étroit entre le
niveau du P.N.B. d’un pays et ses chances de démocratisation. Tous les deux ont construit
des modèles et ont établi des parallèles entre les seuils économiques et corrélativement les
chances de connaître un régime démocratique. On peut globalement retenir de ce modèle
que, pour un pays qui se situe en deçà de 500 dollars de P.N.B. par habitant, ses chances
seraient pratiquement nulles.
Nous constatons cependant que le grand problème ici consiste dans le constat
objectif sur une époque (nous ne devons pas oublier le fait que les pays démocratiques
sont aussi des pays développés) et dans l'établissement d’une forte corrélation, voire d'un
lien de causalité, entre le développement économique et la démocratie pour d’autres lieux
et d’autres temps. Cette thèse a d’ailleurs été beaucoup critiquée pour son fatalisme.
223. Seymour Martin Lipset, Some social requisites of democracy, American Political Science Review n°53, 1959; ainsi
que S. M. Lipset, K. R. Seong et J. C. Torres, Une analyse comparative des prérequis sociaux de la démocratie , Revue
Internationale des Sciences Sociales n°136, mai 1993.
231
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE VI.
LES DIFFÉRENTES THÈSES À L’ÉPREUVE
DES PROCESSUS DE DÉMOCRATISATION DES ANNÉES 90
CH.VI.1. Subordination de la démocratie au niveau du développement
La première observation d’ordre général que l’on peut faire, c’est qu’à présent, la
thèse des préalables économiques de la démocratie (subordination des chances
démocratiques au niveau de développement), notamment celle de Lipset, est largement
déclassée sur un plan scientifique dans la mesure où pratiquement tous les auteurs s’en
défendent. De plus, les faits la démentent puisque des pays pauvres comme le Bénin, le
Costa Rica, ou l’Inde, sont démocratiques alors que d’autres en plein essor, comme la
Chine, le sont peu.
Ainsi, pour beaucoup d’auteurs comme G.Hermet, ou par exemple Philippe
Schmitter et Terry Lynn Karl 224, il est préférable de considérer certaines questions non
plus comme des pré-requis à la démocratie, mais comme des produits d’un
fonctionnement prolongé d’institutions démocratiques. Dans cette perspective, si, dans
un pays quelconque, il est vérifié qu'il existe une corrélation entre un haut niveau de
développement économique engendrant un fort taux d’éducation, de prospérité et le
caractère démocratique, nous ne pouvons pas déduire à une corrélation inverse, à savoir
que ce n'est pas parce qu’un pays pauvre ne connaît pas un haut niveau de développement
économique et des bonnes conséquences sociales qu’il ne peut pas être démocratique.
L’Île Maurice, l’Inde ou le Botswana constituent des exemples spécifiques de la
démocratie parmi les pays sous-développés, sans pour autant remplir les critères d'un haut
224. Voir Juan Linz et Alfred Stepan, "Crises of efficacy, legitimacy, and democratic state ‘‘presence’’:
Brazil", in Linz et Stepan, Problems of democratic transition and consolidation, southern Europe, south America,
232
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
développement économique. Un pays comme le Brésil, sans être sous-développé, ne
présente pas moins de disparités, telles qu’on a pu le qualifier de "Belinde" (Belgique et
Inde) pour traduire la coexistence, dans le même pays, de situations extrêmes du point de
vue de la richesse : certains vivent comme en Inde alors que d’autres vivent comme en
Occident. Pourtant, l’expérience démocratique entamée en 1985 se poursuit et on peut
aujourd’hui la considérer comme consolidée. À l’inverse, les pays d’Asie du Sud-est, dont
le développement économique a été fulgurant jusqu’au crash du début 1998, n’ont pas
tous nécessairement suivi la pente démocratique à laquelle les théories déterministes
prédestinent implicitement des cas similaires.225
Mais dans la pratique, dans la vie quotidienne, dans les discours politiques, cette thèse
est abondamment reprise sous d’autres formes, engendrant un pessimisme excessif quant
à la possibilité de démocratiser les pays pauvres. Ainsi, beaucoup trop de personnes
pensent que la démocratisation est arrivée trop tôt en Afrique, que l’on aurait dû attendre
que les structures économiques soient prêtes avant de lancer les tentatives de construction
démocratique. Dans ces pays comme dans ceux de l’Europe de l’Est, la démocratisation
se heurte, il est vrai, à des problèmes immenses, et beaucoup d’auteurs ont montré toute
la difficulté qu’il y a à conduire simultanément des processus de démocratisation et des
processus de réforme économique. 226
Dans tous les cas de figure, ce que l’on peut retenir, c’est que les facteurs
économiques sont assurément des contraintes qui rendent le terrain de la démocratisation
plus difficile, mais qu’ils ne sont pas des hypothèques incontournables. C’est à une telle
approche que se sont progressivement ralliés nombre d’auteurs auparavant déterministes,
y compris Lipset qui croyait fortement le contraire. En effet, d’une part, il est admis à
présent que la démocratie peut émerger de toutes sortes de contextes, même de ceux qui,
à priori, lui sont structurellement défavorables227, et on le voit bien avec les progrès de la
démocratisation en Afrique actuellement, avec le Bénin, le Niger, le Mali ou le Sénégal.
and post-communist Europe, the John Hopkins University Press, Baltimore and London, 1996, p.11 et
suivantes.
225. Voir les différents articles contenus dans le numéro de la Revue Internationale de Politique Comparée
consacré à cette question: La démocratisation en Asie, Volume 2, n° 2, septembre 1995.
226. Voir par exemple Adam Przeworski, Democracy and the Market, Polititical and Economic reforms in Eastern
Europe and Latin America, Cambridge University Press, 1991.
227. Doh Chull Shin remarque que le trait saillant des études récentes sur la démocratie réside dans la
largesse du consensus sur le fait que ce système peut être construit et promu dans toutes sortes de
contextes, y compris des lieux structurellement et culturellement hostiles. Voir "On the Third Wave of
233
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
D’autre part, aucune certitude n’est établie quant à l’existence de liens, notamment de
détermination entre démocratie et développement, que l’on prenne le développement
comme le déterminant ou l’inverse. L’expérience montre certes que lorsque les deux
existent simultanément, la démocratie, surtout dans les pays où elle vient d’être introduite,
a de meilleures chances de perdurer en s’appuyant sur la prospérité, et cette expérience
peut aider des pays en quête de stabilité et de paix sociale. Mais elle montre aussi, dans un
même temps, qu'il existe en contrepoint des pays démocratiques, mais économiquement
inefficaces comme l’Équateur, ainsi que des pays autoritaires, mais économiquement
efficaces comme la Chine. Mais elle montre aussi le plus généralement des pays dotés de
régimes qui sont à la fois autoritaires sur le plan politique et inefficaces sur le plan des
performances économiques (les pays producteurs du pétrole en Moyen-Orient, le
Pakistan, l’Algérie, le Soudan, la Somalie, etc.). Ce cas de figure a été celui de la majorité
des pays africains dans lesquels, pendant les quatre dernières décennies, la question
démocratique a été écartée sous le prétexte de réaliser d’abord le développement. Le
résultat misérable est connu de tous : les populations n’ont eu droit ni à la démocratie, ni
au développement.
CH. VI.2. L’effet positif de la démocratie sur le bien-être et l’égalité.
Les analyses empiriques en faveur de la démocratie en termes
de facteurs objectifs dans le développement économique
Gerard W. Scully est l'un de ceux qui défendent la thèse de l'existence des liens entre
la démocratie et le développement économique. Il a étendu sa recherche sur 115 pays à
propos de l'économie du marché, pendant la période de 1960 à 1980. D'après lui: "les pays
qui respectent la liberté d'expression et les droits démocratiques ont un taux de croissance trois fois plus
élevées que les pays privés de ces droits."
228
Roger, C. Kormendi, et Philip G. Meguire ont essayé de démontrer la fiabilité de
cette thèse en réalisant leur expérience sur quarante-sept pays. Ceux qui respectaient
l'alternance politique et les droits civiques des citoyens, avaient un taux de développement
Democratization : a Synthesis an Recent Evaluation of Recent Theory and Research", World Politics 47, octobre 1994,
p. 161.
228. Ibid.
234
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
économique de 1% de plus par rapport aux autres qui étaient dirigés par des régimes
229
dictatoriaux.
Quatre études récentes sur les rapports entre l'instabilité politique (les coups d'État,
les assassinats des dirigeants syndicaux, les leaders des partis politiques) et le
développement économique, réalisées par certains économistes, montrent que dans les
pays où il y avait souvent des actes répressifs (en Afrique et en Amérique du Sud
notamment), cette instabilité était l'un des facteurs déterminant dans la baisse du taux
d'investissements, et la fuite des cerveaux de ces pays, ce qui entraînait une baisse de
croissance économique et de leur niveau de développement.
Kevin B. Grier et Gordon Tullock ont déduit de leur étude que les pays de l'Afrique
et de l'Amérique latine qui sont dirigés par des gouvernements dictatoriaux ont un taux de
développement de 1,5% de moins par rapport aux autres pays.230 Robert J. Barro en
prenant 97 pays comme échantillons, arrive au même résultat. Dans son étude, il constate
que ces pays ont un niveau de développement moins élevé que les autres pays où la
culture démocratique est bien enracinée.231
Le concept large du développement tel que nous l'avons défini (Ch.II) fournit une
base pour considérer que la démocratie et le développement économique doivent aller de
pair, parce que la démocratie acquise (la liberté et l'égalité) est justement aussi importante
pour le processus de développement économique. Ainsi, un concept large de
développement sert à discréditer les processus concrets de développement dont le
premier objectif a été la croissance économique, souvent au prix d’une détérioration des
conditions de la liberté et du bien-être. Il peut être aussi utilisé pour un argument
concernant la "comptabilité négative" : ainsi, les gouvernements autoritaires ne favorisent
pas le progrès dans le domaine politique, et (beaucoup d’entre eux) se réalisent, s'ils le
réalisent, que pauvrement dans le domaine économique, particulièrement la question du
bien-être (Buro 1981 : 119 ; Horowitz 1981 : 37-39)
A ce sujet, nous souhaitons citer quelques analyses empiriques qui parlent en faveur
de la démocratie selon des facteurs objectifs pour ce qui concerne le développement
économique. Berg-Schlosser ont examiné les régimes africains sur la base d’une typologie
229. Kormendi, C. and Meguire, Philip G., Macroeconomic Deteminants of Growth: Cross Country Evidence, Journal
of Monetary Economics, N°.2 (Sept. 1985): pp.141-163.
230. Grier, Kevin B. and Tullock, Gordon, "An Empirical Analysis of Cross National Economic Growth, 195180", Journal of Monetary Economics, (Aug 1989): pp. 259-276.
231. Barro, Robert J., "A Cross Country Study of Growth, Saving and Government ", Working Paper, N°. 2855
National Bureau of Economic Research, Cambridge, Mass, Feb. 1989.
235
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
avec quatre formes d’Etat : polyarchique (démocratie), socialiste, civil-autoritaire, et
prétorien (dictature militaire). Evaluant leurs performances économiques depuis leurs
indépendances, ils trouvent :
"Un modèle différencié contredit de nombreuses considérations tenues comme évidentes concernant les
avantages du développement des régimes autoritaires (civiles ou militaires) dans les pays du Tiers-Monde.
Ainsi les systèmes polyarchiques ont un meilleur résultat en termes de croissance P.N.B. et améliorent
sensiblement la qualité du niveau de vie. Ils ont ainsi enregistré les meilleurs résultats concernant les
standards de normes au niveau de la qualité de vie (protection des libertés civiles et liberté par rapport à la
répression politique) " (Berg-Schlosser 1984 :121).
Nous pouvons cependant noter que les systèmes autoritaires sont connus pour avoir
un "effet positif fort sur l’ensemble des taux de croissance P.N.B." (Berg-Schlosser 1984 :143); en
revanche, les régimes polyarchiques tendent à favoriser une action d’ensemble sur
plusieurs dimensions. Une telle conclusion est aussi décrite par Dwight Y. King dans son
analyse sur six pays d’Asie :
"Si l’action est évaluée en termes d’égalité matérielle et de bien-être plutôt qu’en termes de croissance,
et si elle est examinée diachroniquement sur la décade passée et dans les groupes de population différenciée
(rural sans terre, et presque sans terre), les régimes de type démocratique (Malaisie, Sri Lanka) réalisent
mieux la croissance que les régimes bureaucratico-autoritaire (Indonésie, Philippines, Thaïlande) "(King
1981 :477).
Ceci sert à corroborer ce qui est appelé la "simple hypothèse démocratique " (Hewitt 1977 :
450-64) selon laquelle l’existence des institutions démocratiques "garantit virtuellement de
façon relative des politiques égalitaires ". Par ailleurs, il est difficile de trouver des analyses
empiriques ou théoriques qui favorisent la démocratie, lorsqu'elles sont déterminées par la
croissance économique. Le seul exemple connu pour Hewitt se rapporte à une
investigation sur 72 pays dans la période 1959-68 réalisée par G. William Dick. Il utilise
une classification avec trois formes différentes de gouvernement : autoritaire, semicompétitive
(équivalente
à
semi-démocratique),
et
compétitive
(équivalente
à
démocratique). Bien que les données ne soient pas, comme l’article l’admet facilement,
aussi claires, il est constaté que ces résultats ne contribuent aucunement à soutenir- et
même tendent à nier- la considération selon laquelle les pays autoritaires sont
universellement capables de réaliser plus rapidement la croissance économique dans les
236
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
premières étapes de développement que les pays dits de systèmes politiques à forme
compétitive.
Excepté le fait que la période analysée par l’investigation est très courte, les résultats
sont probablement en relation avec la méthode selon laquelle la classification des régimes
a été faite. Les meilleurs acteurs en termes de croissance économique étaient les pays de
forme "semi-compétitive", lesquels étaient définis comme suit :
"il s’agit soit d’un grand parti politique ou de plusieurs petits partis politiques qui gagnent la
majorité aux élections, soit d’un parti politique qui gagne la légitimité des élections de temps en temps.
Ainsi le contrôle sur la population n’est pas contraignant ." (Dick 1974 :818).
La définition signifie que de tels pays comme l'Algérie, l'Ethiopie, l'Afrique du Sud,
l'Iran (sous le régime du Chah), tous les pays francophones en Afrique, le Nicaragua (sous
Somoza), tous les pays d'Amérique latine sous les régimes dictatoriaux-militaires, ne sont
pas classés comme autoritaires, mais comme de forme "semi-compétitive" (dans les
années 1970). Nous pouvons nous interroger sur le bien-fondé de cette classification. En
tout cas, elle attire notre attention sur le fait évident que la classification des régimes joue
un rôle clef pour les résultats de l’analyse.
Les analyses empiriques le plus souvent citées expriment l’effet positif de la
démocratie sur le bien-être et l’égalité. Aucune des contributions mentionnées ci-dessus
n’ont fait ressortir avec force l’effet que la démocratie est la meilleure forme de
gouvernement quand elle se réduit à la croissance économique. Comme il a été démontré
ci-dessus, l’argument est généralement formulé de manière négative et avec une faible
certitude, comme dans l’affirmation suivante par Peter L. Berger :
" La démocratie et le développement ne peuvent pas être invariablement conçus comme un phénomène
lié, mais les pays dans lesquels la démocratie a été supprimée au nom du développement, n’ont pas non
plus atteint leurs objectifs économiques. " (Berger 1985 :17).
Par ailleurs, c’est une tendance de plus en plus positive de considérer que la
démocratie accorde le plus grand poids aux aspects non-économiques de développement
(bien-être, égalité, participation, etc.) (Amartya Sen 1999).
Nous avons donc deux points positifs à rapporter de la précédente discussion. L’une
est une hypothèse des effets positifs du gouvernement démocratique sur le bien-être et
237
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l’égalité. L’autre est en rapport avec les concepts : la définition et la classification des
régimes "démocratiques" et "autoritaires", aussi bien que la définition du développement
économique (avec une distinction fondamentale entre croissance et développement
comme nous l'avons expliqué dans le CH. II, qui a une grande signification pour l’analyse
de notre sujet).
CH. VI.3. Les arguments en faveur de l’autoritarisme et ses effets
positifs sur le développement économique
Nous allons maintenant exposer le point de vue qui est, de loin, l’un des plus
fréquemment soutenus dans la littérature traitant du sujet, à savoir qu’une forme
autoritaire de régime est d'autant plus meilleure qu'elle contribue à favoriser le
développement économique. L’argument le plus fréquement utilisé se rapporte à la
stimulation de l’investissement par le biais de l'épargne en appliquant une politique de
modération de la consommation courante, pour pouvoir promouvoir une croissance
économique rapide. Ce type de régime autoritaire prôné et instauré en Asie du Sud et en
Amérique latine depuis le milieu des années 70 se caractérise économiquement sur
l'exportation, sur l'ouverture sur l'extérieur, sur un investissement massif des étrangers et
sur une épargne élevée, sur une gestion stricte des finances publiques, et sur une
croissance forte et régulière. Autrement dit, selon cet argument, la "demande
d’accumulation du capital" oblige le gouvernement autoritaire :
"Extraire un surplus suffisamment important pour propulser la société vers un niveau de capacité
productive signifie souvent la restriction forcée de consommation pour la plus grande partie de la
population, en particulier les couches les plus défavorisées. Alors, l’oppression consécutive prend deux
formes – injustice sociale (pauvreté excessive et grandissante) et répression politique (règle autoritaire et la
perte des libertés civiles et politiques). L’injustice sociale est un résultat direct du processus de
l’accumulation du capital : la répression politique est l’appareil du contrôle nécessaire pour empêcher toute
révolte effective de la part des oppressés." (Hewlett 1980 : 6)
Il faut souligner, il est vrai, que ces investissements ont provoqué une évolution
considérable dans la structure économique et socio-politique de ces pays. Les rudes
réalités économiques derrière la quête pour l’autoritarisme ont été expliquées même très
238
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
clairement par un conseiller financier de longue date du gouvernement indien, B.K.
Nehru :
"Le seul moyen d’assurer la croissance économique est d’augmenter l’investissement. Maintenant, le
capital est principalement l’écart entre la production courante et la consommation courante. Si, par
conséquent, le capital doit être généré à l’intérieur d’un pays dont la seule voie immédiate d’action est
d’augmenter l’écart en réduisant la consommation. … Si, par conséquent, l’objectif du gouvernement est de
supprimer la pauvreté qui est ce que le peuple aspire désespérément, il doit prendre nécessairement des
mesures comme la hausse des impôts qui dans le contexte immédiat, accroît plutôt les austérités pour le
peuple, et par conséquent, rend le gouvernement impopulaire. En cela réside le dilemme de la démocratie
dans un pays pauvre. Sous un système dans lesquels les législateurs… cherchent l’approbation de
l’électorat, le politicien ne peut pas se permettre … de suivre quelques politiques qui ne vont pas produire
des bénéfices tangibles pour l’électorat dans le calendrier d’une élection proche" (Nehru 1979 : 57n.
Voir aussi Rao 1984-5 :67-82).
Ainsi la contradiction entre la démocratie et le développement que nous présentons
ici est basée sur la contradiction économique entre la production (l’investissement) et la
consommation (le bien-être). Cela signifie à vrai dire, selon Nehru, qu’il s’agit d’une
contradiction entre la croissance (l’investissement) et le bien-être (la consommation) : en
somme, nous ne pouvons pas conserver notre gâteau et le manger en même temps. Et les
réserves contre la démocratie doivent être en relation avec le soupçon de Nehru selon
lequel l’électorat persuadera la démocratie de promouvoir beaucoup trop le bien-être (la
consommation) et, conséquemment, trop peu la croissance (la production). Lequel, à son
tour, signifie que globalement la promotion du bien-être est mise en danger à long terme.
La contradiction entre la démocratie et la croissance, qui a été expliquée par Nehru, a
reçu des soutiens de camps complètement différents. Les théoriciens de la modernisation
(Bhagwati 1966 : 203n ; Heilbronner 1963 : 132, 135, 138), mais aussi les critiques de la
théorie de modernisation, par exemple Dudley Seers (1979 : 27n.), les théoriciens de la
dépendance (F.H. Cardoso cité dans Lipset : pas d’année), et les spécialistes économiques
de tendance marxiste (Kitching 1983, ch.2). Même Marx lui-même, se référant au cas de la
France bonapartiste, constatait que les gouvernements autoritaires favorisaient
positivement la croissance économique.
Il est vrai qu’un montant spécifique d’excédent peut être soit investi soit consommé, mais
non les deux. La conclusion, qui montre une contradiction aiguë entre croissance et bien-être,
239
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
n’est pas aussi simple que cela y paraît. D’un côté, quelques mesures d’investissement - par
exemple dans le " capital humain ", telles que la santé et l’éducation - peuvent impliquer des
bénéfices, l’un dans la croissance et l’autre dans la dimension de bien-être de développement. D’un
autre côté, on pourrait envisager des réformes dans les secteurs de l’industrie et de l’agriculture qui
pourraient rendre les parts du gâteau beaucoup plus grands de telle sorte qu'elles donnent un
excédent de revenu plus conséquent pour l’investissement et la consommation (Bideleux 1985, ch.
9). Cependant, nous pourrions ajouter que ce raisonnement ne favorise pas la démocratie par
rapport aux formes dites plus autoritaires de régimes. C’est, par exemple, un "fait suffisamment
documenté que les législateurs élus dans les pays en voie de développement sont presque invariablement hostiles aux
réformes agraires." (Huntington 1987 :10)
D’autres arguments peuvent venir soutenir l’autoritarisme dans son rapport avec la
promotion du développement économique232. Les analyses historiquement orientées des
expériences du développement montrent que, après un certain temps, les demandes pour l’action
d’Etat augmentent et cela dans le but de réaliser avec succès le développement économique
(l’industrialisation), tout en tenant compte que les résistances contre un tel développement se sont
transformées de plus en plus durement (les pressions du marché mondial, etc.). Au siècle passé,
aucun processus de développement économique n’a réussi sans une action politique d’ensemble,
ce qui supposait des interventions massives de l’Etat dans l’économie (Senghaas 1985 : 38 n.). Une
telle action d’Etat concertée semble être rendue difficile sous les régimes démocratiques. Dieter
Senghaas considère que, sous les conditions données du système mondial capitaliste,
l’amélioration de la position périphérique des pays du Tiers-Monde n’implique pas un choix entre
la démocratie et l’autoritarisme, mais plutôt un choix entre deux types de régimes autoritaires : le
premier qui combine des taux élevés de croissance avec une pauvreté et une misère répandue sans
aucune prospective à terme pour les éliminer; et le deuxième de type de régime autoritaire qui
combine des taux élevés de croissance avec un développement social, mais qui donne priorité à
long terme à un objectif de construction d’une base économique forte, et cela en payant
sur le court terme le prix des intérêts des consommateurs.
Senghaas mentionne la Chine comme un exemple de ce dernier type de régime, et le
Brésil comme un exemple du premier type. Hall (1986 :222)
parle des devoirs
formidables de la construction d’une nation : "Il est presque impossible de concevoir comment le
processus peut être dirigé sans un recours à la dictature ". Plusieurs analyses empiriques et
232.Avant de passer à des arguments complémentaires positifs pour l’autoritarisme, il devrait être mentionné qu’il
y a aussi un argument négatif à l’effet que les démocraties tendent de « produire » des groupes d’intérêts forts qui
embarrassent le processus de croissance économique.Goldsmith (1986 :517-31).
240
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
comparatives ont corroboré cette relation positive entre autoritarisme et développement
économique. Une étude peut-être la plus détaillée, qui consistait en une vue générale sur
98 pays entre les années 1955-70, a été menée par Robert Marsh. Il conclue ainsi :
"La compétition politique/la démocratie a un effet sensible sur les derniers taux du développement
économique ; son influence est de retarder le niveau du développement, plutôt que de le faciliter. En bref,
parmi les nations pauvres, un système politique autoritaire accroît le niveau du développement économique,
tandis qu’un système politique démocratique apparaît être un luxe qui empêche le développement."
(Marsch 1979 : 244).
Une conclusion parallèle est faite dans l’étude de Cohen sur la croissance
économique dans un certain nombre des pays d’Amérique latine (Cohen 1985 :123-36).
En somme, nous avons un certain nombre d’arguments persuasifs, fondés par l’évidence
empirique qu’un régime autoritaire est mieux adapté à promouvoir le développement
économique (défini parmi les grands courants de pensée comme croissance économique).
Cependant, plusieurs contributions expriment aussi que la croissance économique sous les
régimes autoritaires doit impliquer nécessairement des contreparties sociales et humaines
importantes. Même s’il peut être constaté que tout processus de développement implique
des sacrifices, particulièrement pour la partie la plus pauvre de la population (Hansen
1971: 223), la question examinée ici est que de tels sacrifices se multiplient énormément
sous les régimes autoritaires (Hewlett 1980: ch.1 ; Berger 1974, ch.5). Cela signifie qu’un
nombre de gouvernements autoritaires ne peut pas être louangé pour leurs contributions
au développement économique, puisque les coûts sont inacceptables et trop élevés et les
gains compensatoires trop faibles.
Toutes ces analyses ne donnent aucunement une évaluation objective et
indépendante sur ces questions, ( l’exemple au-dessus concernant le Brésil, voir aussi
Donelly 1984: 280). Jack Donelly, à qui est attribué la contradiction entre la croissance et
la démocratie, argumente le libre-échange comme suit :
"La liberté d’échange a hypothétiquement sa justification dans la croissance ou dans le
développement. Nous voudrions faire apparaître qu’il est justifié d’insister que les droits civils et politiques
sont suspendus seulement pour la croissance véritable et équitablement concrète ou encore pour les objectifs
de développement, et non justement - comme c’est trop souvent le cas - pour les visées idéologiques ou
politiques de régime prétendument de modernisation. De façon similaire, nous pourrions suggérer que la
241
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
liberté d’échange n’est seulement susceptible de libérer les promesses bénéfiques que dans la conjonction avec
la stratégie de la " première redistribution". Le Brésil et un certain nombre de pays montrent que les
retombées économiques vers les populations ne sont pas automatiques. A moins que l'inégalité ne soit
fondamentalement exprimée, il est possible pour empêcher que les pauvres puissent obtenir une quelconque
retombée en échange de leurs sacrifices."
Nous pouvons comprendre cette position; qu'on la partage ou non, cette
compréhension dépend probablement de la prise en compte fondamentale de l'argument
de croissance propre à une politique autoritaire par rapport aux coûts humains impliqués
dans ce processus.
Ainsi, l’argument du "mainstream" au profit de l’autoritarisme se rapporte à la vision
d’une forme autoritaire de régime considérée comme la plus effective pour favoriser le
développement économique défini comme croissance économique. Si le développement
économique est défini comme un bien-être aussi bien qu’un aspect de croissance, le
tableau devient plus compliqué. Selon Georg Sorensen (1990: 11), deux "cas déviants"
d’autoritarisme peuvent être identifiés. Le premier est un régime qu’il appelle Etat
Autoritaire Développementiste (le régime-AD). Les régimes-AD apparaissent capables
d’allier la promotion de la croissance avec la promotion des objectifs de bien-être
(développement social dans la terminologie de Senghaas). L’argument fondamental
semble être que de tels régimes sont capables d’appliquer des réformes qui vont
directement contre les intérêts des élites. Inversement, sous les régimes démocratiques, de
tels intérêts possèdent une politique suffisante de protection pour leurs propres défenses.
Le second cas envisagé est le régime autoritaire qui ne favorise ni la croissance, ni le bienêtre, mais uniquement l’enrichissement des élites qui contrôle l’appareil du pouvoir.
Nombre de régimes en Afrique semble être ou avoir été de ce type, mais nous pouvons le
trouver aussi en dehors de l’Afrique. Selon cette analyse, au regard de notre thèse, l'Iran
rentre dans ce type de régime autoritaire. Georg Sorensen l’appelle un régime d’Etat
autoritaire contrôlé par une élite pour son propre enrichissement, les régimes EAEE
(l’Etat Autoritaire Enrichissant les Elites au pouvoir)
Par ailleurs, si l’argument fondamental en faveur de l’autoritarisme doit être en
relation avec la capacité de promouvoir la croissance, il est assez clair que la croissance
économique sous les conditions autoritaires suppose souvent des coûts humains et des
coûts sociaux substantiels. Dans de nombreux cas de gouvernements autoritaires,
l’impression immédiate est celle que les coûts l’emportent sur les gains. De tels coûts
242
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
doivent être aussi attendus dans le cas de régimes autoritaires de développement (les
régimes AD analysés plus haut). Bien qu’il soit difficile de donner une appréciation
précise dans ce domaine, il est nécessaire d’évaluer les revendications faites en faveur de la
capacité de la croissance économique des régimes autoritaires dans de pareils termes.
CH. VI.4. Notre évaluation sur les rapports existant
entre la démocratie et le développement économique
Dans les chapitres précédents, nous avons mis en évidence les théories et les
hypothèses contradictoires sur la corrélation entre le développement économique et la
démocratie. Nous avons essayé de comprendre les arguments des uns et des autres. Nous
avons constaté d'après notre étude qu'une partie de ces théories sont favorables à cette
thèse et d'autres ont une argumentation opposée. Ce qui ressort de ce constat, c'est qu'il
semble que la science de l'économie seule soit incapable de répondre d'une façon précise
au rapport qui pourrait exister entre "le niveau de la démocratie" et "le niveau de
développement".
Inspiré par la classification de Robert Marsh, Dirk Berg-Schlosser et Irma Adelman,
Cynthia Tafte Morris et ainsi que F. Raïsse Dana, l'économiste iranien233 en rapport avec
notre hypothèse de départ, nous avons esquissé, nous aussi, une autre classification. Nous
excluons les pays exportateurs de pétrole, qui risqueraient de fausser l'objectivité de cette
nouvelle classification. Ces pays doivent faire l'objet d'études à part entière. Notre étude
s'intéresse spécifiquement sur le cas d'un seul de ces pays, l'Iran. Et pour ce faire, elle
devrait s'accompagner d'autres études sur ces pays, pour que nous puissions par la suite
tenter des classifications pertinentes à propos de ces pays sous-développés producteurs de
pétrole. Dans cette nouvelle classification que nous proposons, nous avons considéré un
certain nombre des pays en nous basant sur leur niveau de démocratie et leur niveau de
développement (les lignes du tableau dans le sens de gauche à droite représentent
l’amélioration de la démocratie. La ligne verticale de haut vers le bas le développement
économique) Nous constatons que plus nous nous approchons des pays ayant un taux
233. Il en est un parmi de nombreux économistes et sociologues laïques iraniens qui considère que la
démocratie est l'affaire de la bourgeoisie, des couches aisées et des intellectuels de la société sousdéveloppée et que le problème essentiel des couches défavorisées des pays sous-développés est un
problème d'ordre économique.
243
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
élevé de revenu moyen par habitant, plus le niveau de la démocratie augmente en même
temps. Si, par exemple, nous classons les pays en cinq groupes distincts et que le revenu
moyen par habitant est le plus élevé dans le groupe cinq, et que le revenu moyen par
habitant le plus bas est dans le groupe un, nous constaterons que, dans le groupe cinq, le
niveau de la démocratie est le plus élevé. Dans les pays des groupes 4, 3, 2 et 1, ce niveau
descend (voir le tableau n°1). Ce tableau constitue la base de notre modèle. Nous
pourrons rajouter d'autres colonnes et lignes pour avoir plus de précisions. Mais dans
cette étude, nous devons aussi exclure les pays des démocraties occidentales qui, au début
du développement du capitalisme au XIXème siècle, ont réussi à s'industrialiser et qui,
aujourd'hui, figurent parmi les pays développés avec un système de type démocratie
libérale. Ces pays se carctérisent par un passé colonial et par une position dominante dans
l'économie mondiale. Nous avons en face de nous à la fois un système capitaliste mondial
et les groupes des pays qui ont leurs propres problèmes hétérogènes. Il y a aussi les pays
avec leur économie planifiée (les anciens pays de l'Est) qui, malgré leur ouverture vers
l'économie du marché, se distinguent des autres pays de la planète. La définition du
développement dans ces pays est différente des autres. Cela rend encore plus difficile
l'évaluation de leur niveau de développement ainsi que du niveau de la démocratie dans
ces pays.
Mais dans notre recherche, nous sommes confrontés à un autre problème : la
définition de la démocratie. Est-ce la participation massive de la société, l'égalité des
hommes et des femmes de toutes les couches sociales face à la loi, la liberté d'expression:
sont-ce là les critères de la démocratie? Ou est-ce le système parlementaire de type
occidental ou encore les situations entre les deux sont-elles considérées comme le modèle
de la démocratie?
Plus nous faisons entrer dans notre étude un concept plus large de démocratie, plus
nous approchons du véritable sens de la démocratie. Mais nous nous retrouvons en face
d'une autre difficulté : trouver des indices et des critères précis qui pourraient nous aider
dans l'appréciation et l'évaluation de la démocratie.
A l'inverse, lorsque nous nous concentrons sur l'un des aspects de la démocratie, par
exemple, sur la fiabilité et le niveau des fraudes électorales, nous pouvons nous approcher
d'une appréciation plus réaliste de la démocratie et cela en sacrifiant des aspects plus
essentiels et plus fondamentaux de la démocratie. Il nous est impossible de proposer une
définition précise et sans faille, sauf si nous considérons que nous ne cherchons pas la
244
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
vérité absolue, et seul un effort scientifiquement acceptable constitue notre objectif au
cour de notre recherche.
L'autre difficulté concerne les méthodes de cette évaluation. Que signifie le niveau de
la démocratie? Est-ce l'élection libre? Si c'est le cas, alors comment pouvons-nous
apprécier cette même liberté de l'élection? Est-ce la liberté de l'expression? Alors
comment et par quelle méthode et par quelle mesure scientifique pouvons-nous prétendre
à l'évaluation de cette liberté? Si c'est le cas, comment pouvons-nous mesurer la
différence qui existe dans ce domaine, entre le pays A et B? Est-ce le degré de la
participation? Alors la participation de qui? Et de quel moyen disposons-nous pour la
mesurer? Et puis parmi les dimensions variées de la démocratie, laquelle est notre
favorite?
Cela est aussi valable pour le sens du "développement". Certains économistes
définissent le développement comme l'existence d'infrastructures, les tissus nécessaires de
l'activité économique et sociale pour rendre possible la continuité du mouvement de la
société vers l'avant. Mais comment peut-on mesurer ce mouvement vers l'avant?
La compréhension et la disponibilité des hommes et des femmes se mesurent-elles
par une technique quelconque? Quels critères sont plus valables par rapport à d'autres?
Est-ce le revenu moyen par habitant, le P.N.B. la consommation par habitant, le nombre
d’appareils de téléphone ou de postes de télévision, le taux de mortalité ou
d'alphabétisation, …?
Le plus difficile encore, c'est de théoriser un modèle interdépendant et les rapports
qui pourraient exister entre la démocratie et le développement. Un rapport simple entre
ces deux phénomènes peut s'établir si nous utilisons des statistiques fiables. Mais est-ce le
rapport que nous recherchons? Il est fort probable que nous constations un effet positif
entre ces deux concepts. Mais ce rapport peut-il toujours rester stable? Et à long terme,
s'agit-il de constater qu'il y plus de démocratie lorsqu' il y a plus de croissance
économique? Ou est-ce l'inverse?
Le plus important, c'est de trouver le rapport de cause à effet entre ces deux
conceptions. Lequel des deux est la cause et lequel est l'effet? Est-ce la démocratie qui
entraîne avec elle le développement ou est-ce le développement qui prépare et emmène
avec lui la croissance et le développement économique?
Mais les analyses basées sur des statistiques (analyses quantitatives) ne sont pas en
mesure de donner une réponse objective. Il nous semble que si les évaluations
quantitatives et chiffrées sont accompagnées par des analyses historiques et celles de
245
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
l'évolution des sociétés sous-développées, elles peuvent donner une vue plus juste et
fiable sur les rapports existants entre la démocratie et le développement économique dans
ces mêmes sociétés.
Dans leur analyse Irma Adelman et Cynthia Tafte
234
ont essayé de démontrer, à
travers des variantes socio-politiques et économiques, le processus de développement par
une méthode comparative entre 74 pays sous-développés. Ils ont classé ces pays en
fonction de leur appartenance à différents continents et de leur niveau de développement,
en utilisant une méthode analytique de statistiques. D'après leur expérience, les facteurs
structurels comme le degré de l'existence du secteur agricole, la dualité de leur économie,
les institutions sociales, l'existence des classes moyennes, le dynamisme social, le taux
d'alphabétisation, les médias, le taux de natalité sont des facteurs déterminants de la
croissance économique. Dans leur ensemble, ces éléments constituaient 53% de la raison
de cette croissance. Mais les facteurs politiques, comme le pouvoir des institutions
démocratiques, le pouvoir et le degré de liberté de l'opposition politique et la liberté de la
presse, le degré de la liberté d'action des parties politiques, le niveau de mouvement
ouvrier, constituaient seulement 10% de la raison de ce changement dans le taux de
croissance. Le facteur de gestion et le charisme des dirigeants politiques: 7%, et les
facteurs comme la stabilité politique et les crises sociales constituaient 1% de la raison de
la croissance. Dans leur analyse, ils démontrent que les impacts des facteurs politiques
dans les pays pauvres constituent 2,5% de la cause de développement et dans les pays
moins pauvres 7%. Mais dans les pays relativement développés, l'impact des facteurs
politiques, et le niveau de la gestion et de management des dirigeants politiques prennent
une importance considérable dans le développement économique (70% contre 2,5% des
facteurs structurels et politiques). Selon ces auteurs, le développement des institutions
politiques, en tant que facteurs déterminants dans le développement économique, tels que
nous les définissons comme des éléments nécessaires pour la démocratie, ne sont pas
considérés comme pertinents dans le développement économique des pays sousdéveloppés. Mais dans un même temps, nous constatons que la démocratie est composée
d'un certain nombre des facteurs structurels qui peuvent jouer un rôle, même (s'il est
minime) dans le développement économique. Il semble que, si cette analyse est
accompagnée par des statistiques plus précises et plus élaborées, elle peut démontrer
qu'en réalité, le processus du développement social ne peut pas être séparé du processus
234. Irma Adelman, Cynthia Tafte Morris, Economic Growth and Social Equity in Developing Countries, Stanford,
Calif.: Stanford University Press, 1973.
246
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
de développement économique. Ces deux processus changent ensemble et dans la même
direction. Si nous définissons la démocratie comme l'élection libre, le multipartisme,
l'absence de la censure, la liberté de manifestation, le droit de grève, la répartition des
fonctions politiques et le management parmi un nombre plus important de la population
d'un pays, alors nous pouvons classer les pays sous-développés et les pays émergeants en
cinq groupes distincts, en nous basant sur la nature politique de leur régime :
1 - Les systèmes autoritaires et répressifs
2 - Les systèmes autoritaires moins répressifs
3 - Les système autoritaires oscillant entre moins de liberté et un peu de liberté
4 - Les systèmes semi-démocratiques
5 - Les systèmes avec un niveau de démocratie relativement élevé.
Nous pouvons aussi classer ces pays, en fonction des éléments comme: le revenu
moyen par habitant, leur P.N.B. pendant ces dix dernières années et, enfin, le niveau
d'accès aux moyens disponibles par la population:
1 - les pays très pauvres
2 - les pays avec un revenu moyen par habitant assez bas
3 - les pays avec un revenu moyen par habitant moyen
4 - les pays avec un revenu moyen par habitant plus élevé que le moyen
5- les pays récemment industrialisés avec un revenu moyen par habitant
relativement élevé (Corée du Sud, Malaisie, Philippines). 235
Nous avons constitué le tableau N° 1 avec l'aide des statistiques publiées par Atlas de
la Banque mondiale de l'année 1996 et les paramètres définies ci-dessus qui comprend 25
groupes distincts des pays avec les critères que nous venons de définir.
Nous constatons qu'il n'y a aucun rapport sérieux ou fiable entre le degré de la
démocratie (notre définition ci-dessus) et le niveau du développement économique (se
basant sur le revenu moyen par habitant, P.N.B., le pouvoir d'achat). Car, parmi ces 25
groupes, il existe des pays riches dont leur système politique n'a rien de semblable avec la
démocratie (l'Arabie saoudite : 7240 $, Qatar : 14540 $, Koweït : 19040$ , des Emirats
Arabes Unis: 21420 $, avec un P.N.B. voisin de celui des pays industrialisés)236, à moins
que nous les excluions de notre tableau. Mais, à l'inverse, les pays avec un faible revenu
moyen par habitant, montrent une maturité démocratique relative (Bengladesh: 230$, et
235.Il faudrait définir avec l'aide des statistiques des organismes internationaux chacun de ces groupes.
236. Source : Atlas de la Banque mondiale, 1996.
247
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
récemment, Haïti: 220 $, l'Inde : 310$)237. Un certain nombre des pays dans ce tableau
ont acquis tout récemment un niveau de démocratie acceptable (par rapport à nos critères
notamment : le Nicaragua, l'Argentine, Taïwan, la Malaisie, le Brésil, l'Afrique du sud et la
Corée du sud).
Malgré les faiblesses de cette classification, nous pouvons montrer à partir du figure
n°1 notre première évaluation sur les rapports existant entre la démocratie et le
développement économique. Sur cette courbe, nous constatons qu'avec l'élévation du
niveau de la démocratie, le niveau du développement économique monte corollairement.
Mais l'impact du développement économique est faible au début et, en montant, cet
impact augmente. Sur cette figure, nous pouvons remarquer qu'il y a des pays qui sont
plus proches de la courbe ou plus loin. Nous pouvons déduire, enfin qu'à long terme,
certains éléments peuvent influencer cet éloignement ou leur rapprochement par rapport
à cette courbe.
Nous pouvons aussi inverser les données de cette courbe (l'axe des ordonnées
montrant la démocratie et l'axe des abscisses montrant le niveau du développement
économique (figure n° 2). Dans ce cas, ce sera le facteur du développement économique
qui déterminera le degré de la démocratie.
Pouvons-nous affirmer sans ambiguïté et avec détermination que ce rapport entre la
démocratie et le développement existe réellement? Notre première appréciation, c'est qu'il
n'existe pas vraiment un rapport mathématique, sous forme d’une équation quelconque
entre ces deux concepts. Nous ne pouvons pas non plus affirmer qu'il y a un rapport
justifiable et scientifiquement fiable entre ces deux phénomènes. Car nous sommes
conscients que chacun des deux se définit par des éléments différents. Si nous nous
limitons juste aux aspects quantitatifs du développement économique, il est déterminé par
les lois du marché, la façon dont l'économie est organisée, le contexte de l'économie
mondiale, l'intervention des agents extérieurs, la manière dont les richesses d'un pays sont
exploitées et utilisées. La démocratie, elle, est un phénomène qui a un rapport direct avec
le passé d'un peuple, sa culture, son histoire, le niveau de la conscience politique,
l'organisation des villes et le niveau de l'urbanisation, les institutions, etc., qui n'est pas
mesurable avec des chiffres et des statistiques.
Cependant, nous avons cité des expériences qui démontrent cette réalité flagrante de
l'importance de l'élément politique, en l'occurrence la démocratie, comme condition
indispensable du développement économique. Prenons en exemple pour cette question
237. Ibid..
248
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
de la prédominance politique concernant le développement, les pays producteurs du
pétrole dans la région du golfe Persique. Malgré la diversité des systèmes politicoéconomiques qui règnent dans ces pays, et leur passé historique différents les uns des
autres, et beaucoup d’autres facteurs qui les séparent, ils ont tous en commun un élément
qui est primordial pour leur développement économique : L’Etat. Il était (et il est encore
aujourd’hui) partout le seul propriétaire de la rente pétrolière et le seul qui commande à la
répartition et à l’utilisation de cette rente. L’idée qui prédominait et qui a encore de nos
jours suffisamment de succès auprès des dirigeants et les élites qui monopolisent le
pouvoir politique dans ces pays, c’est que le développement économique exige un pouvoir
politique fortement centralisé. Et si on entend par le développement économique un
processus qui doit conduire logiquement à l’édification d’une économie diversifiée et
auto-centrée, nous considérons que leur bilan dans leur grande majorité et
particulièrement l’Iran, est plutôt négatif. Ces pays sont dans leur ensemble fortement
dépendants du revenu pétrolier. Plus de 90% de leurs exportations sont toujours
tributaires du pétrole (en ce qui concerne l’Iran, d’après les statistiques officielles de l’an
2002, ce chiffre atteint 80% pour l'année 2001). L’accroissement de l’endettement de la
plupart des pays pétroliers, les difficultés de trésorerie des pays qui étaient considérés
jusqu’ici comme des pays à surplus, le gaspillage et l’inefficacité un peu partout, tous ces
faits et beaucoup d’autres poussent à porter un jugement négatif sur leurs performances
sur le plan économique. Quelles sont les raisons de cet échec ? Sans prétendre pouvoir
répondre d’une manière méthodique et complète, il est possible de souligner tout de
même les raisons de cet échec, raisons qui sont examinées dans le cadre de notre thèse.
Presque toutes les stratégies de développement, adoptées par les pays pétroliers,
s’inspiraient de deux idées simplistes à nos yeux, car la suite des événements a amplement
démontré qu’elles étaient plutôt même dangereuses pour l’avenir politique et économique
des pays concernés. Nous pensons que l’attribution et la gestion des recettes pétrolières
manifestent une inefficacité évidente et qu’en réalité une gestion plus efficace de ces
recettes aurait pu, en principe, augmenter le taux de croissance du P.N.B. par habitant,
réduire la dépendance de l’économie, en particulier en ce qui concerne le secteur agricole
pour les produits de première nécessité à l’étranger. Le manque de rigueur dans la
conduite des affaires, la rigidité et la lourdeur de la bureaucratie, la défaillance dans les
cadres et la main d’œuvre peu expérimentée, et souvent la corruption d’une manière
généralisée n’expliquent qu’en partie seulement le gaspillage que nous venons de
souligner. En tout cas, en ce qui concerne l’Iran, la cause la plus importante, nous semble-
249
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
t-il, de cette perte énorme des capitaux, et avec cela, la perte d’une occasion historique
pour la population de ce pays, trouve son origine dans le choix même de la stratégie de
développement (nous reviendrons sur ce point essentiel dans la suite de notre thèse), à
savoir la manière dont furent répartis les investissements entre les secteurs économiques
en privilégiant systématiquement le secteur de l’industrie lourde au détriment de
l’agriculture. Un tel choix peut à la limite s’expliquer dans le cas des pays désertiques,
comme la plupart des pays du Golfe persique, où les possibilités de diversification sont
vraiment réduites, comme a fait l’Arabie Saoudite avec des projets très coûteux dans le
secteur agricole. L’Iran disposait avant la hausse du prix du pétrole, en 1973-1974, d’un
secteur agricole qui lui procurait un certain niveau d’autonomie en ce qui concerne les
produits vivriers et était susceptible d’être développé davantage avec les recettes du
pétrole. Malheureusement, ce secteur fut laissé à l’abandon en faveur de thèses nébuleuses
proclamant la nécessité absolue de créer de toutes pièces et avec des investissements
colossaux des usines clés en main dont la plupart travaillent à moitié de leur capacité
sinon moins. Le résultat de ce choix stratégique pour l’Iran a déterminé malheureusement
une dépendance accrue envers les importations agricoles (voir la deuxième partie de notre
thèse Chapitre III ), au regard du secteur industriel qui est très loin de dégager un surplus
attendu pour payer ces importations. D’où découle aussi un déficit dans la balance
agricole qui vient aggraver le déséquilibre de la balance des paiements et augmenter ainsi,
encore plus, la dette du pays. Les conséquences négatives de ce choix s’enchaînent dans
l’augmentation du chômage endémique, conséquence directe de l’abandon d’un secteur
« intense en main d’œuvre (agriculture) en faveur d’un secteur " intense en capital "
(l’industrie lourde). Cette conception consiste à croire que l’on peut faire abstraction du
temps, et "acheter" au prix fort le développement, et non comme une maturation longue
d’un processus complexe et s'est avéré dans le cas du régime du Chah, avec des
proportions surprenantes. Il prononçait dans ses discours la possibilité de transformer en
quelques années l’Iran en un Japon du Moyen Orient ; de créer une industrie
pétrochimique exportatrice à grande échelle, parce que le pays avait l’argent et la matière
première nécessaire à le faire.
La deuxième idée simpliste, dont les effets sont aujourd’hui visibles pour l’Iran,
consistait à croire que l’on peut bouleverser les fondements et les équilibres économiques
séculaires d’une société, tout en conservant intactes ses traditions, ses mœurs, sa manière
d’assimiler et de produire la technologie, en somme toute sa conception même du
progrès. L’irruption brutale de changements limités uniquement à l’aspect purement
250
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
économique est venue déclencher un refus violent des valeurs de la société de
consommation, d’autant plus que les promesses de cette société n’étaient pas au rendezvous pour la grande majorité de la population, surtout pour la jeunesse. Ces deux idées
simplistes que nous venons d’évoquer n’auraient pas résisté et n’auraient certes pas
provoqué tant de dégât si elles n’étaient pas renforcées par une troisième idée, encore plus
pernicieuse : celle de croire que le développement économique exige un pouvoir politique
fort et centralisé. Malgré la proximité historique de ces événements, les nouveaux
dirigeants, au lendemain de la révolution de 1979, ont continué la même stratégie de
développement sans tirer aucune leçon de l’expérience du régime autoritaire du Chah. La
question, donc, reste toujours d’actualité : comment envisager un développement
économique significatif sans réformer la structure politique en profondeur ? Les impasses
causées par cette structure politique excessivement centralisée de ce pays, l'absence
presque totale de participation de la population concernée, le manque d'institutions
démocratiques ainsi que l'inexistence d'un contre-pouvoir qui puisse formuler ses critiques
et contrôler la bonne réalisation de ces projets, ont conduit directement l’Iran dans une
voie qui accélère davantage la dégradation de l'économie et son "sous-développement".
Le changement structurel d'un pays "sous-développé" à tous les niveaux, politique, socioculturel et économique, conditionne son développement.
Il est vrai que si nous prenons l’exemple de l’Iran, un des plus importants
producteurs du pétrole, nous constatons qu’il n’était (il ne l’est dans une certaine mesure
encore aujourd’hui) soumis à aucun pouvoir législatif démocratiquement élu. Dans un tel
système, il était tout à fait normal qu’il ne puisse y avoir aucune sorte d’assurance contre
le dépassement d’un pourcentage d’erreurs tolérables. L’absence d’une quelconque
démocratie, qu'elle soit la démocratie occidentale ou une autre, empêche même de
découvrir et de corriger à temps les prémisses de ces erreurs, avant qu’elles ne
débouchent, ou bien sur des révoltes destructrices suivies de solutions extrémistes comme
dans le cas de l’Iran en 1979, ou sur une instabilité politique déclarée, comme c'est le cas
de l’Algérie et du Venezuela, ou encore sur une instabilité politique réprimée comme c’est
le cas de la plupart des pays producteurs du pétrole et à des degrés différents, ou enfin sur
des aventures militaires, comme la guerre entre l’Iran-l’Irak ou l’Irak-le Koweït, avec la
complicité et l’encouragement des fabricants et des firmes de l’industrie militaire.
En ce qui concerne les liens entre la démocratie et le développement, il nous semble
que la construction de chacun des deux est vraisemblablement simultanée, l'un s'aidant
des progrès de l'autre pour se hisser à un niveau supérieur. Cependant, le développement
251
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
nécessite un minimum de liberté et le "pluralisme" de la démocratie demande la
satisfaction de certains besoins essentiels (paix, santé, alimentation, éducation). La
démocratie est un levier de développement, en ce sens qu'elle favorise la formation de la
collectivité. Ce sont en effet les acteurs collectifs locaux, les forces vives d'une société
souvent issue des structures traditionnelles, qui portent le germe du développement. La
liberté est l'élément inséparable du développement. Elle ne le précède pas, ni n'en résulte.
Elle n'est ni la cause de développement, ni le produit de celui-ci. Elle est le
développement lui-même. Les expériences de développement dans les pays du TiersMonde, si elles n'ont pas abouti au résultat escompté, c'est parce qu’elles étaient
inadaptées, inacceptables et insuffisantes. Et, dans le cadre de notre discussion, nous
pouvons dire que ces expériences n'avaient pas réussi à créer la base de la liberté de la
société ni à provoquer la participation des masses. La démocratie de masse au lieu de la
démocratie des élites est l'essence même et la finalité du processus d'un développement
économique et social.
Pour toutes ces raisons, nous croyons que le problème n’est pas tant
de déterminer le facteur qui génère l’autre, ni surtout de mettre le
développement en amont et la démocratie en aval, que d'affirmer que
la démocratie et le développement sont tous les deux prioritaires et
désirables. Par conséquent, il ne s’agit pas ici de savoir en faveur de
laquelle il faut arbitrer, mais comment réaliser l’une et l’autre, sachant
que vivre en démocratie est en soi un indicateur de bien-être.
Une politique déterminée à l'échelle nationale qui tiendrait compte d'un développement
homogène, coordonné et comprenant les différents aspects de développement (économique,
social, culturel et politique) aurait beaucoup plus de chances de réussir. Les raisons de l'échec ou
de la réussite d'un projet de développement est le degré, le niveau et la nature de la
participation de la population concernée à la vie politique, civique et aux décisions prises
d'un pays donné. Cette participation est conditionnée, elle-même, par une volonté
politique des gouvernants de ce pays.
A travers notre étude nous affirmons, que l'évolution et le progrès économique ne
sont possibles qu'à une seule condition, celle d’une structure politique qui soit adaptée à
l'évolution économique, à savoir qu'il y ait des institutions, des organes de base qui
permettent aux populations concernées de s'exprimer, de participer activement à tous les
niveaux, conception, prise de décisions et réalisation de projets, de modèles de
252
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
développement économique. Il nous semble indispensable qu'il y ait un courant de va-etvient du haut vers le bas et de bas vers le haut. C'est ainsi que la confiance entre les
dirigeants et la population sera établie.
Nous nous sommes efforcés tout au long de notre recherche de définir les bases et
l'essence d'un "développement" économique qui tiendrait compte du contexte
économique mondial, de ses contraintes, de ses exigences, ainsi que l'histoire, la culture et
la réalité vécues de toute une population qui manifeste de plus en plus ses désirs et ses
aspirations pour une société plus juste et plus équitable.
Notre recherche est basée sur le fait que l'une des conditions essentielles de la
participation des gens concernés dans un projet de développement, c'est la reconnaissance
effective et réelle de leur droit dans la prise de décisions "à tous les niveaux" de la
planification et de la réalisation d'un projet. Ils n'acceptent plus les projets et les décisions
les concernant qui viennent de "l'extérieur". Lorsque les populations concernées verront
des changements radicaux dans leurs rapports avec l'ensemble des décideurs, c'est à ce
moment là qu'elles pourront trouver confiance dans les plans et les projets de
développement. C'est seulement dans ces conditions qu'elles seront motivées pour une
participation active et volontaire.
Dans le cas concret de l’Iran, contrairement à l’Europe occidentale et à l’Amérique
du Nord où le capitalisme s’associait à la démocratie, nous allons voir dans la suite de
notre étude que lorsqu’il pénètre en Iran, ce pays sous-développé, il détruit les institutions
proto-démocratiques existantes en y instaurant ou en y favorisant des régimes autoritaires
de répression qui ont préconisé la terreur, l’assassinat, l’emprisonnement des penseurs et
des intellectuels adeptes de Rousseau, Voltaire, Locke et bien d’autres philosophes, qui
ont contribué à l’établissement de la démocratie occidentale et par la voie de conséquence
au développement du système capitaliste occidental.
Nous affirmons aussi que seul un contexte démocratique peut motiver la
participation d'une population dans un projet de développement. Nous voulons insister
sur la considération que la structure politique doit être adaptée à l'évolution économique.
C'est dans ce contexte qu'on pourra inciter l'énorme force d'un pays à la construction
et au bien-être de l'ensemble de la société. D'après les multiples expériences que ces pays
ont vécues, au cours de leur histoire récente, cette tâche est difficile à réaliser. Elle ne peut
s'effectuer ni par des méthodes mécaniques et dogmatiques, ni par des slogans
révolutionnaires. Chaque pays a ses propres particularités, sa propre histoire, sa propre
culture. Nous ne pouvons plus enfermer ces sociétés dans les "modes de production"
253
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
préétablis ou les "étapes d'évolution" schématisées (d'où la pluralité des modèles et des
voies différentes pour son développement). La situation économique dans laquelle les
pays "sous-développés" se trouvent actuellement est le produit de l'évolution d'un
système socio-économique qui est né en Occident. Cette situation est la conséquence
logique d'un long processus. Elle émerge d'un rapport indispensable de domination qui
s'est établi avec le reste du monde. Ce sont ces mêmes rapports imposés qui ont
déterminé et défini la structure socio-économique et politique de ces pays. Nous appelons
ce modèle imposé car nous pensons que s'il s'agissait d'un processus autonome,
autogénéré (endogène), émergé de l’intérieur de ces sociétés, leur structure socio-politique
aurait aussi pu correspondre à un type d’organisation plus équilibré, les activités
économiques auraient dû s'y développer les unes harmonieusement liées aux autres. Alors
que ce "modèle" économique imposé, introduisant ses règles de l’extérieur, au contraire,
comme nous l'avons montré au cours de notre recherche, outre le fait qu'il absorbe les
ressources naturelles de ces sociétés et exploite leurs forces humaines, ne cherche en
aucun cas à trouver un moyen de s'adapter aux caractères spécifiques de ces sociétés
"sous-développées".
En ce qui concerne les dictatures, l'usure du pouvoir et le mécontentement des
populations ont créé les conditions de l'aspiration à plus de liberté et d'égalité.
L'impossibilité d'exprimer ce mécontentement par la sanction des urnes a été un facteur
déterminant dans la revendication du changement. L'Afrique du Sud-Est, à cet égard, est
un bon exemple de démocratisation. L'existence de minorités opprimées, la fragmentation
des sociétés, en particulier celles du Tiers-Monde, peuvent fournir un atout pour la
démocratisation. Un pays comme l’Iran, peuplé de plusieurs ethnies (kurde, turkmène,
azéri, fars, baloutche, lors) aux langues différentes qui se divise entre l’islam sunnite et
l’islam chi’ite dans leur majorité, se trouve contraint par la force au pluralisme
démocratique. De même, la démocratie indienne offre vraisemblablement l'unique
formule capable de canaliser la menace des divisions entre castes, d'amortir dans la
mesure du possible les antagonismes religieux, de surmonter les problèmes ethniques ou
régionaux.
Pour récapituler ce que nous avons dit jusqu'à maintenant, nous pouvons remarquer
que la notion de l’interaction positive entre démocratie et développement économique a
été traitée selon des angles variés. La déclaration normative, selon laquelle la démocratie et
le développement économique doivent aller de pair, trouve son origine dans le concept de
développement qui inclut en lui-même la liberté aussi bien que le bien-être et la
254
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
croissance. Cependant, cette déclaration ne tient pas compte réellement de la possibilité
de l'existence de contradictions entre ces différents éléments. L’expérience historique de
l’Europe de l’Ouest ne constitue pas nécessairement un modèle, du fait que cette
interaction positive entre la démocratie et le développement ne prend pas en compte des
facteurs impondérables propres à la réalité de chaque pays en voie de développement, que
sont la richesse du sol et de sa situation ainsi que de sa culture, sans compter
l'interventionnisme étranger du capital. Dès lors, cette volonté de donner un modèle, qu'il
prône les systèmes autoritaires ou qu'il prône la démocratie pour les pays sousdéveloppés, oublie ainsi des conditions fondamentales, pour que nous puissions parler de
développement et d'émancipation politique autonome. Si les éléments de la liberté, du
bien-être et de la croissance se trouvent en contradiction selon les différentes situations
dans ces pays, cela ne remet pas en cause cette corrélation intrinsèque pour nous entre
développement et démocratie. A long terme, comme plusieurs analyses que nous avons
vues plus haut et que nous l'ont déjà montré, le développement économique appelle la
démocratie pour qu'il puisse continuer sa progression dans les pays sous-développés.
Ainsi, la situation économique demande le passage à la démocratie pour continuer son
développement. Tous les arguments de théoriciens qui mettent en avant le bénéfice des
systèmes autoritaires sacrifient dès le départ des réalités propres à ces pays pour
finalement n'aboutir qu'à une plus grande fragilisation du développement et de l'Etat,
pouvant même remettre en cause le jeu des intérêts qui ont concouru à sa propre mise en
place dans les pays sous-développés. Nous pouvons ainsi constater que les pays du TiersMonde font face à des problèmes de développement qualitativement différents que ceux
rencontrés par les premiers promoteurs du développement dans l'histoire culturelle de
l'Occident. L’affirmation faite par de nombreux théoriciens de la démocratie qui
considèrent que le bien-être et le développement économique sont à bien des égards un
"moteur" pour la démocratie ne nous aident pas plus dans notre recherche concernant les
pays du Tiers-Monde.
Dans les cas des pays producteurs de pétrole qui font partie du nombre des pays
sous-développés, comme c'est le cas de l'Iran que nous allons étudier dans la deuxième
partie de notre thèse, la plupart de toutes les théories du développement semblent ne pas
tenir compte de la contradiction dans le rapport entre développement économique et
démocratie, puisque ces pays connaissent des recettes colossales sans pour autant
développer les structures de la société dans une redistribution des retombées
économiques et dans un changement politique. Ce développement ne contribue donc pas
255
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
à l'avènement de la démocratie, mais, bien plus, l'empêche au profit des nantis du pouvoir
et des intérêts internationaux. Notre thèse se veut ouvrir un nouveau champ de recherche
et d'interrogation sur tous les pays sous-développés et aussi donc sur les pays sousdéveloppés producteurs de pétrole au regard de la démocratie et des nouveaux enjeux
économiques de la mondialisation, pour montrer que le développement, s'il n'est pas
accompagné de la démocratie, ne provoque pas nécessairement cette démocratie attendue
et que la démocratie que les nouvelles théories du développement avancent ne peut pas et
ne doit pas être un simulacre parachuté de l'extérieur mais une émergence particulière
propre à la revendication de la population de chaque pays. A terme, l'économie mondiale
a tout intérêt de privilégier les systèmes démocratiques par rapport aux systèmes
autoritaires encore en place pour instaurer de nouveaux marchés et consolider les flux
d'échange dans une croissance partagée entre les différents partenaires. De ce fait, à la
suite de nos analyses théoriques sur l'ensemble des pays sous-développés dans cette
première partie de notre thèse, que ces pays soient producteurs de pétrole ou non, nous
ne pouvons pas suivre en général les théories du développement, qui oublient trop
souvent les spécificités propres de chacun de ces pays et qui préconisent des systèmes ne
tenant pas compte des aspirations des populations concernées. Pour tous les pays du
Tiers-Monde, nous sommes face à des situations inédites chaque fois qui mettent en cause
ces concepts que sont la liberté, l'égalité, le bien-être et la croissance avec cette réalité
chaque fois nouvelle propre à ces pays. De là, nous sommes confrontés aussi au problème
de savoir si les moyens pour réaliser la démocratie "à l'occidentale" ne cachent pas
toujours un jeu d'influences pour continuer une domination culturelle et donc au
problème de la réalisation des démocraties propres à chacun de ces pays dans cette
volonté légitime de l'autodétermination. Ce que nous pouvons affirmer de manière
conclusive pour notre partie théorique et que nous allons essayer d'éprouver dans notre
partie pratique sur l'Iran, c'est que le développement et la démocratie sont
fondamentalement dans une corrélation nécessaire l'un par rapport à l'autre, qu'ils sont
intrinsèquement interdépendants l'un de l'autre et l'autre de l'un, et que les concepts de
libertés, d'égalité, de bien-être et de croissance,… qui contribuent à cette corrélation entre
le développement et la démocratie, sont des valeurs universelles, et lesquelles demandent
chaque fois une réalisation pratique particulière dans chaque pays.
256
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
DEUXIEME PARTIE
L’AUTORITARISME
ET LE "SOUS-DEVELOPPEMENT" EN IRAN
257
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
CHAPITRE I.
L’EVOLUTION DU SYSTEME POLITIQUE
DE LA SOCIETE IRANIENNE
Introduction
L’Iran est avant tout un pays de différences. On constate qu’il existe d’une région à
l’autre des disparités culturelles énormes, dues à l’immensité du territoire et aux multiples
invasions arabes, Turque, Mongole, Turkmène, alors que les revenus sont concentrés
dans les régions nord et au centre du pays, où se trouvent les terres fertiles, les forêts, les
zones industrielles et une urbanisation développée avec la forte concentration des voies
de communication (les routes asphaltées à plusieurs voies, les voies de chemin de fer, les
bandes d’aéroports). Les régions du Sud, Sud-est et l’Ouest sont accablées par les
problèmes sociaux et par une grande misère. C’est également un effet des politiques
publiques iraniennes, marquées par la bureaucratie, la corruption, et par-dessus tout un
modèle de dépendance externe et inadapté aux problèmes iraniens.
L’Iran fait aujourd’hui partie d’un grand bloc appelé le Tiers Monde. Comme la
majorité des pays de ce bloc, l’Iran a pour spécificité d’être un grand exportateur de
matières premières, en occurrence le pétrole. Sur un plan politique, une démocratie est en
train de s’élaborer, après avoir été gouverné plus d’un demi-siècle par des régimes
dictatoriaux de la dynastie Pahlavi ainsi que des groupes très influents des clergés qui ont
essayé et essaient encore d régner sans partage dans le pays. L’Iran doit faire face à
d’innombrables problèmes sociaux et le nouveau scénario mondial ne fait qu’accentuer
ces problèmes.
Il est situé au sud-ouest de l'Asie parmi d’autres pays du Moyen-Orient d’une
superficie de 1.648,195 Km, de 65 millions d'habitants (selon les statistiques de 1997). Il
est entouré au nord par le Turkménistan, la mer Caspienne, l’Azerbaïdjan et l’Armanistan,
à l’ouest par la Turquie et l’Iraq, au sud par le golf Persique et la mer d’Oman, et enfin à
l’est par le Pakistan et l’Afghanistan. Au total l’Iran a plus de 8731 km de frontières avec
ses pays voisins dont 2700 km par l’eau (la mer et les rivières) et 6031 km par la terre. Les
terres cultivables constituent seulement le quart de la superficie totale du pays, la moitié
258
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
sont montagneuses, dont la majorité est inaccessible donc incultivable, le reste constituant
les déserts de l’Iran. Le sommet de Damavand avec une altitude de 5671 mètres, est le
plus haut point montagneux et la rivière Karoun située au sud, et longue de 890 km est la
seule rivière navigable. Les forêts couvrent une superficie de 12.4 millions d'hectares et les
pâturages de 90 millions d'hectares. Selon les statistiques officielles du ministère de
l’agriculture pour l'année 1998, la production de certains produits alimentaires en tonnage
était pour le blé :
10 015 000 tonnes, le riz : 2 736 000, la viande (rouge) : 685 000, poulet : 676 000,
œuf : 486 000, lait : 4 705 000. Les industries les plus importantes de l’Iran sont celles du
pétrole et du gaz, la pétrochimie, l’acier, le textile, l’industrie alimentaire, l’industrie de
montage de véhicules, l’industrie mécanique et électromécanique. La part du secteur
public dans l’industrie d’extraction des mines est écrasante par rapport au secteur privé
dans le même domaine. Parmi les 2704 mines en exploitation il y en a 567 qui sont gérées
par le secteur privé, le reste, 2137 mines, appartient au secteur public. Les mines les plus
importantes sont celles : de charbon, de métaux, de sable, de gravier, de matières
chimiques et de sel. Selon les statistiques de la même année, la valeur des exportations
non pétrolières de l’Iran ne dépassait pas un milliard de dollars, tandis que l’importation
dépassait les vingt quatre milliards de dollars. Ce qui laisse apparaître un déficit de vingt
trois milliards de dollars qui était payé en partie par le revenu pétrolier. C'est l'un des pays
les plus pauvres de la planète en terme de PIB par habitant (780$PPA/habitant, d'après la
Banque mondiale statistique de 1997). Son économie reste très largement agricole et
rurale. La densité de la population est faible, de l'ordre de 36 habitants/k m2, mais
certaines zones sont trop peuplées par rapport à leurs capacités productives actuelles.
L’une des caractéristiques géographiques de ce pays est la distance entre les zones
d’habitation des villes et des villages qui a joué un rôle négatif dans la communication,
dans les échanges entre les villes d’une part et entre les villes et les villages d’autre part (en
particulier dans le Sud, le Sud-ouest, le Sud-est et l'Ouest du pays). Nous allons revenir
sur ce sujet dans les pages suivantes de cette partie, car cet élément, à nos yeux, a été l’un
des facteurs retardataires dans l’évolution de la société iranienne.
Paradoxalement cette position géographique le privilégie en même
temps par rapport aux pays voisins, surtout après la désintégration de
l’ex Union soviétique, et le rend encore plus attractif dans cette zone
géographique nouvellement constituée par les anciennes Républiques
soviétiques (Azerbaïdjan, Armenistan, Turkménistan, Ozbakistan).
259
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
L’Iran possède une population laborieuse, un potentiel de ressources
humaines important, avec ses centaines de milliers de diplômés des
universités des pays occidentaux, des techniciens, des cadres qualifiés,
ainsi qu’une culture millénaire. Il réunit toutes les conditions
nécessaires pour devenir une grande puissance économique, avec un
revenu pétrolier annuel de 16 milliards de dollars en moyenne depuis
1979. Mais la réalité est toute autre. La société est décadente, la
population pauvre dans sa majorité et le pays est sous-développé.
Nous pensons que les causes principales de ce retard sont en partie
internes; le système autoritaire qui règne depuis des siècles sur ce
pays constitue un élément déterminant dans le sous-développement
de l’Iran. Il est vrai aussi que l’Iran par sa position géopolitique, son
climat, ses richesses naturelles, ses villes autrefois prospères, a attiré,
au cours de son histoire ancienne et récente, une attention particulière
des pays étrangers. Cet ensemble d’éléments et les caractéristiques
propres à la société iranienne (son histoire millénaire, le vaste système
complexe de l’irrigation des terres cultivables, le rôle de l’Etat dans la
création et l’entretien de ces réseaux à travers le pays, le système
politique très centralisé et compact, et puis le rôle joué par les tribus
envahisseuses, les Arabes, les Mongols, les Turkmènes et leur
domination, chacun pendant quelques siècles), a créée chez les
experts, des controverses au sujet de son mode de production (voir
Marx et Engels, Wittfoguel, sur le mode de production asiatique, les
débats, les discussions sur ce sujet et souvent les polémiques du
Cominterne du Parti communiste soviétique, après la mort de Lénine).
Depuis la création de l’Etat moderne, dès le début du XXème siècle, l’Iran a toujours
été doté d’une politique économique dirigiste contrôlée par l’État. Le revenu pétrolier a
donné une spécificité incontestable à l’État iranien depuis une trentaine d’années. Cette
particularité de l’économie iranienne nous rappelle, à juste titre, celle des Etats iraniens
des siècles passés avec le monopole qu’ils pratiquaient sur le système d’irrigation des
260
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
terres. Nous constatons bien que dans le cas du pétrole aussi, c’est l’État qui s’occupe de
tout, et le pétrole dans le temps moderne remplace le paramètre vital, l’eau, d'autrefois,
pour l’économie iranienne. L'État ici était et est toujours un élément incomparablement
plus actif et plus dynamique que la société et les « classes » qui la composent. L'État est
tout. Il contrôle tout. Il domine tout. Il est à la fois le législateur, le juge et l'exécuteur de
la "loi". C'est certainement ce renversement de dynamisme qui inspire à Gramsci cette
pensée célèbre: "En Orient, l'État étant tout, la société civile était primitive et gélatineuse."238 Et
puisque l’État dans la société iranienne était tout, et l’est encore aujourd’hui, et que la
société n’est rien, donc la responsabilité de la gestion, le choix du modèle de
développement revient à l’État et tout porte à croire que dans ce cas, l’État joue le rôle de
"développeur" unique et sans partage dans cette société. En analysant la société iranienne,
son histoire politique, nous allons voir que l’État n’a laissé aucun espace de liberté et de
participation à la population, pour qu’elle puisse prétendre ou jouir d’une quelconque
responsabilité dans la gestion des affaires du pays. Les populations ont essayé à plusieurs
reprises, dans des conditions et des contextes historiques différents, de changer ces règles,
mais chaque fois elles ont dû reculer face à la violence armée du pouvoir et depuis un
siècle, le soutien apporté par les facteurs externes à l’Etat (les pays Occidentaux),
constitue un paramètre déterminant dans la poursuite d’une politique imposée qui
empêche l’évolution normale de la société iranienne.
Il y a encore une autre caractéristique propre à la société iranienne : l’aspect " mono
exportateur " de son économie. Un pays comme l'Iran qui, pour ses devises, dépend
encore à 80% des revenus pétroliers, demeure incontestablement tributaire des
fluctuations du prix et de l'évolution du marché de cette matière première. Ses projets,
son choix de modèle économique pour le développement ne peuvent être effectués
indépendamment du marché international. La hausse et la baisse du prix du pétrole sur le
marché international sont l'un des facteurs décisifs dans la réussite ou l'échec de ses
projets. (La révision radicale intervenue au mois d'avril 98 dans le budget annuel de l'État
iranien et la suppression d'un certain nombre des projets infra structurels, suite à la baisse
du prix du pétrole sur le marché mondial, témoignent de cette fragilité de l'économie
iranienne).
238. Antonio Gramsci, Gramsci dans le texte, Ed. Sociales, Paris 1977, p.268.
261
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
Dans cette partie, nous allons analyser le processus de l’évolution de la société
iranienne. Nous essayerons d’étudier ses spécificités, à travers son histoire récente et
ancienne, de voir les étapes de la "modernisation" de son économie, sa stratégie générale
de développement économique, l’histoire récente de la situation socio-politique et les
différents aspects de sa dépendance économique.239
CH.I.1. Histoire récente de la situation socio-économique et politique de
l'Iran. La Stratégie générale du "Développement" de l’Iran de 1960 à
1977
La théorie qui explique les raisons du sous-développement par manque d'intérêt et de
participation des masses, ou même par leur désapprobation en ce qui concerne un
quelconque projet de développement, ne prennent en considération ni la nature des
régimes politiques auxquels sont soumises ces populations, ni leur structure économicopolitique, ni leur formation socio-culturelle.
Ce sont là pourtant des paramètres importants de réussite ou d’échec d'un projet de
développement.
Cette théorie, en insistant sur la responsabilité des populations des pays victimes de
sous-développement, minimise les raisons externes de ceux-ci, à savoir leur dépendance
économique et politique vis-à-vis des pays développés d’une part, et le rôle des
institutions étatiques, les élites dirigeantes de ces pays d’autre part. On constate, en effet,
que cette dépendance empêche une division du travail cohérente, harmonieuse entre les
secteurs industriels et agricoles et compatibles avec les particularités de ces pays. Car la
plupart des pays du "Tiers-Monde" s'industrialisent selon une orientation qui ne fait pas
239. Sohrab Behdad, "Post-Revolutionary Economic Crisis", in : Saeed Rahnema and Sohrab Behdad, Iran
after the Revoltion: Crisis in on Islamic State, London; editions, IB. Touris, 1995.
262
© 2003 Tous droits réservés.
http://bibliotheques.univ-lille1.fr/grisemine
Thèse de Mohammad Mehdi Dadsetan, Lille 1, 2003
référence en profondeur aux besoins internes de leurs populations. Les usines, en fait, ne
sont que des appendices de grandes entreprises installées dans les pays industrialisés, et
leur État, une copie non conforme de l’État Occidental.
Pour ce qui est du cas de l'Iran, le premier résultat d'une telle dépendance, fut la
désintégration des différents secteurs économiques et leur manque d'harmonisation et la
formation politique d'un Etat du type des régimes autocratiques adaptée au modèle
économique en place.
Il est intéressant d'évoquer ici que le but recherché par ces modèles de
développement, aussi bien le modèle libéral du type occidental que celui copié sur
l’économie des pays anciennement "socialistes", était toujours de créer un contexte de
"libéralisation" et de participation uniquement sur le plan économique. En aucun cas, en
effet, et dans aucun modèle de développement, nous ne pouvons voir la moindre allusion
à la participation réelle de la population concernée dans les affaires politiques ou sociales.
Aucune remise en cause du pouvoir autoritaire, aucune répartition ou équilibrage du
pouvoir n'est prévue dans ces modèles. Cela est considéré comme un domaine interdit, un
tabou, aussi bien pour les fonctionnaires chargés de l'exécution des projets, que pour la
population concernée. D’un côté les concepteurs de ces projets souhaitent que les gens
concernés dans ces pays prennent l’initiative, de vaincre leur peur, de se sentir
responsables, de devenir créatifs, de prendre confiance en eux-mêmes, et de ne compter
que sur leur propre force. De l’autre côté le contexte politique, social et culturel dans
lequel ils vivent, joue un rôle dissuasif dans la réalisation effective de ces objectifs. Dès la
naissance la peur d’autrui est répandue, la délation des proches est récompensée, le silence
par rapport aux injustices pratiquées dans ces sociétés est encouragé, le mimétisme
exagéré, dans les meilleurs des cas l’exigence purement et simplement de l’exécution des
ordres qui viennent d’en haut, toutes initiatives venant d’en bas étant réprimées parce que
soupçonnées d’être subversives, la culture du chacun pour soi est valorisée, la
manifestation de solidarité envers les couches défavorisées est considérée comme une
offense aux ordres établis et sanctionnée par les dirigeants au pouvoir dans ces pays. Cette
façon d’envisager le développement tire l’essentiel de sa force de toute une tradition
philosophique, sociologique et politique liée à l’évolution historique de la société iranienne
elle-même et à la notion de "modernité", de "progrès" chez les "élites" de ce pays. Cette
notion est importée pour être plaquée sur une réalité sociale qui ne se prêtait que
partiellement à ce genre de greffe. Cette façon d’interpréter le "développement" a
naturellement pesé sur l’évolution ultérie