UE7-SSH-P6-Fiche-Addictions

publicité
Matiere : SSH
Faculté : PARIS VI
Addictions : concepts, classification et cadre légal
des SPA, épidémiologie, réduction des risques
Définition des addictions
● Processus par lequel un comportement répétitif, qui peut fonctionner pour produire du plaisir ou pour soulager un
malaise intérieur, est utilisé sur un mode de caractéristique :
 échec répété dans le contrôle du comportement
 persistance de ce comportement dépit des conséquences négatives significatives (santé, sociale,…)
● Processus comportemental  forme d’esclavage à une drogue ou à un comportement (jeu, vomissement, achats
compulsifs,…)
...
Usages, abus et dépendance
● Il existe un continuum des comportements d’usages (pyramide de
Skinner, à partir de critères médicaux) : progressivité et réversibilité
du cycle de l’addiction  Dépendance quand il faut augmenter la
dose, quand il y a un manque lorsque l’on arrête de prendre la
substance (dépendants, usage nocif, usage à risque, usage sans
dommage, non-usage)
● Du point de vue de la santé, le comportement d’usage est plus
déterminant que le type de substance consommée (illicite ou licite)
● Le comportement de dépendance ne touche qu’une minorité
d’usagers (tabac = 40%)
● La pyramide « expérientielle » des usages : abstinence/ binge
Usage simple
C’est un usage expérimentateur : consommation sans complication, ni dommage (par rapport à la loi, travail, études,…)
Usage nocif
● C’est un usage problématique :
 Notions d’abus, de répétition… : Risques sanitaires propres (somatiques, psychologiques ou psychiatriques),
risques sociaux (familiaux, professionnels, judiciaires)  réversible, avec un ou 2 dommages
 Dépendance : Brutale ou progressive, entraîne des symptômes physique et/ ou psychique, impossibilité de
s’abstenir de consommer  situation d’assujettissement d’un individu à la prise d’un produit, l’interruption de
cette dernière entraînant un état de manque (après coup, se rend compte de la dépendance).
...
Matiere : SSH
Faculté : PARIS VI
Produit
● Fleur de Pavot : morphine pour le sommeil (usage normal)
● Héroïne :
 Opiacé puissant
 Obtenu à partir de la morphine.
 Opiaces sont des substances naturelles contenues dans le latex (opium) cueilli
sur le pavot
● Morphine diacétylée :
 Substance psychoactives, plus ou moins pure (Morphine moins lipophile passe plus lentement les barrières
hémato-encéphalique)
 Action très rapide
● Feuille de coca et cocaïne :
 Il a perdu son caractère de médicament (stimulant)
 Mâcher des feuilles de coca (permet de supporter mieux l’altitude,
moins fatiguée au travail), mais s’il y a un mélange l’effet psycho
active : x 100
 Organe cible : foi, cerveau poumons
● Crack :





Sous dérivé de la cocaïne
Mélange avec bicarbonate
Cuisine domestique
Inconvénient : courte durée d’action (environ 1h) plus addictogène
Soit fumé, soit pipe à crack, soit ampoule
● Ecstasy :





Maintenant surtout des poudres (à paris)
Souvent gober plusieurs comprimés (surtout avec l’alcool) effets empathogènes
Peu de dépendance mais intoxication aigu (peut-être dès la première prise)
Action sous 25 minutes
Dommage avec risque majeur : épilepsie, hyperthermie à 41, trouble du rythme, défaillance
rénale
 Pas d’usage sans risque
Matiere : SSH
Faculté : PARIS VI
● Hallucinogène  surtout LSD le plus risqué :
 Aussi Peyode (champignon)
 Psylocibe (champignon) (dans l’est de la France)
● Kétamine (anesthésiant pour éléphant)
● Popper  peut provoquer lésion, tachycardie si pas utilisé pour maintien de l’érection
pendant 8 h par jour
● Cannabis :
En fonction des prises et des concentrations :
 Intoxication ou ivresse cannabique
o Un vécu affectif de bien-être avec euphorie
o Des modifications sensorielles, inconstantes à
faible dose
o Perception visuelle, tactile, auditive
o Illusion perceptive, hallucinations
o Sentiment de ralentissement du temps
o Perturbations cognitives : mémoire de fixation
(surtout consommation chronique)
o Augmentation du temps de réaction
o Troubles de la coordination motrice
o Difficultés à effectuer des tâches complexes
 Trouble anxieux aigu
o Troubles les plus fréquents+++
o Attaque de panique (bad trip), aversive
o Syndrome de dépersonnalisation/déréalisation, immédiat, peut durer quelques semaines
 Troubles psychotiques aigus
o Bouffées délirantes aiguës (pharmaco psychose cannabique) : facteurs psychologiques précipitants, forte
dose
o Hallucinations visuelles plutôt qu’auditives
Téléchargement
Explore flashcards