Congé - Fiches de Cours et Ressources pédagogiques

publicité
Fiche de Vocabulaire - Histoire de la Langue - «Congé»
Autres graphies : Congeher, congie
1) «Congé» est un substantif masculin qui vient du latin commeatus, qui est «l’action de
circuler». Il s’agit d’un dérivé de commeare, qui signifie «voyager, circuler». 3 sens
principaux à partir de l’étymon latin : le passage, avec idée de mouvement, / le droit au
passage, la permission de passer / par extension la permission d’aller et venir, de circuler.
Au 10 ème siècle, on utilisait le terme cumgiet pour signifier l’autorisation de s’en aller. Au
siècle suivant, c’est l’expression «prendre congiet» qui est apparue.
Au début de 12ème siècle apparait cunged, qui désigne l’autorisation en général. Puis, au
cours du 13ème siècle est arrivé le terme doner congié, pour «congédier».
2) Commeatus était principalement utilisé pour désigner les déplacements des militaires et
les
transports liés à ce milieu.
Le terme congié, en ancien français, sous entendais une autorisation de partir, de se retirer
(toujours avec cette référence militaire). Congié était utilisé dans diverses expressions avec
des verbes sous-entendants une requête, comme requerre (demander), creanter
(accorder),
otroier, doner...
En moyen français, congié passe du sens «permission de partir» à celui «d’invitation à
partir», puis plus largement, sens de permission tout court.
«expulsion» ou même «renvoi». Le verbe congier prend alors le sens de «congédier».
On peut remarquer que le congé était également un genre poétique du 13ème siècle
(principalement dans le Nord de la France) que le poète utilisait pour faire ses adieux à sa
famille, ses amis... On retrouve ici la notion de départ. Synonyme de testament, voire les
œuvre de François Villon par exemple.
3) En français moderne, «congé» à plusieurs significations : la permission de s’absenter
(demander un congé, le congé parental, les congés payés) et le fait de licencier, renvoyer
(donner son congé à un employé, congédier). Avec les humanistes, prend le sens de
vacances que l’ont connaît aujourd’hui (XVIe siècle)
Le terme en français moderne a donc gardé le même sens que congié en moyen français,
et
on retrouve encore aujourd’hui cette notion de permission, d’autorisation.
La connotation militaire a également été conservée dans certaines expression, comme «le
congé militaire», pour signifier dans le milieu sa libération du service ou une absence
supérieure à 30 jours.
4) Dans la famille lexicale de «congé», on retrouve des termes tels que «permission,
vacances,
détente, inactivité, révocation, départ, renvoi...». > ce n’est pas la famille lexicale !
Dans ses dérivés, on trouve des expressions telles que «congédier» évidemment, mais
aussi
«congés annuels», «congés payés», «congés de maternité»...
Si on remonte aux origines latines avec commeare, on retrouve différents dérivés : le
catalan
comiat qui signifie «l’adieu», l’italien congedo qui est «la permission/l’ordre de partir», «les
dernières salutations avant le départ»...
On constate donc que «congé» a gardé son sens principal depuis sa racine latine.
Paradigme morphologique / lexicale en ancien français :
Congiement : envoi, expulsion
Congeable : autorisé, permis
Congeablement : librement
5) Antonymes de «congé» : activité, convocation, engagement, embauche...
Synonymes : vacances, adieux, trêve, relâche, aller...
Paradigme sémantique en ancien français : synonyme dans le sens d’autorisation : gré,
assentiment, licence. Moyen français : apparition des termes autorisation, permission, puis
agrément.
6) Exemples dans des textes en ancien français :
«Par quel congé entras-tu ceans ? Je y entray, dist Sagremors, par son commandement, et
par son congé.» (Lancelot du Lac, Volume II)
Ici, «congé» prend le sens de «permission, consentement».
«Luy disant, pour ce congé, que je me recommandois à sa bonne grace.» (L’Amant
Ressuscité)
Ici, on retrouve le sens de «permission de partir», sens de départ
«Tous les recevoit ; n’a nuls n’en donnoit congé, et faisoit à tous bonne chere.» (Livre III, J.
Froissart)
On remarque ici que «congé» prend le sens d’ «éconduire, exclure».
Sources :
- Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales
- Les Lyriades de la Langue Française
- Dictionnaire Larousse
- Vocabulaire d’ancien français : fiches à l’usage des concours (O. Bertrand, S. Ménégaldo)
- Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du 9ème au 15ème
siècle (F. Godefroy)
- Dictionnaire historique de l’ancien langage français depuis son origine jusqu’au siècle de
Louis XIV (La Curne de Sainte Palaye).
Téléchargement
Explore flashcards