ETHIQUE FONDAMENTALE.questexa.2013.14

advertisement
ETHIQUE FONDAMENTALE - 2013-2014
Liste indicative de questions d’examen
NB : Ces questions demandent une réponse construite et structurée qui explicite ce qui est en
jeu. Elles demandent donc une réponse développée.
En rouge, les nouveautés.
Introduction
1. Quel est l’objet de l’éthique ? Et quelle est son extension ? Expliquez et justifiez votre réponse.
Précisez les implications qui résultent de la réponse à ces deux questions. Dans le cours avons-nous
rencontré différentes conceptions de la vie bonne ? Expliquez, justifiez et comparez en vous appuyant
sur Aristote, Kant et l’utilitarisme.
4. Pourquoi peut-on dire que l’éthique est l’effort d’être à l’épreuve de la qualité ? Expliquez. Comment
Aristote, Kant et les utilitaristes conçoivent-ils cet effort d’être à l’épreuve de la qualité ? Expliquez et
comparez.
5. Pourquoi peut-on dire que l’éthique est une aventure d’accomplissement et une exigence de
rigueur ? Expliquez. Comment Aristote, Kant et les utilitaristes conçoivent-ils cette aventure
d’accomplissement et cette exigence de rigueur ? Expliquez et comparez.
6. Pourquoi la réflexion critique est-elle indispensable en éthique ? Expliquez. Comment Aristote, Kant
et les utilitaristes conçoivent-ils cette dimension critique indispensable à l’éthique ? Expliquez et
comparez.
6c. En quoi l’éthique concerne-t-elle l’identité de chacun ? Expliquez et illustrez en vous appuyant sur Aristote,
l’éthique de la vertu, Kant et l’utilitarisme.
7. Convient-il de distinguer éthique et morale ? Après avoir défini ces deux termes, expliquez vos
arguments pour et contre une distinction entre eux. Comment Ricœur articule-t-il éthique et morale ?
Expliquez.
Aristote
8. En quoi la praxis se distingue-t-elle de la poièsis pour Aristote ? Expliquez. Lequel de ces deux
types d’activités relève-t-il de la morale pour Aristote ? Expliquez. Arendt s’est-elle inspirée de ces
distinctions ? Expliquez en précisant les termes choisis par Arendt, leur sens et leur enjeu principal.
9. Quels types de savoirs Aristote distingue-t-il : explicitez ? De quel type de savoir relève l’éthique ?
Que peut-on en conclure quant à la finalité de l’éthique pour lui ? Explicitez. Comparez avec la finalité
assignée à l’éthique par Kant et les utilitaristes.
10. Chez Aristote, les discours éthiques présentent-ils la même rigueur que les sciences
théorétiques ? Expliquez et précisez les raisons pour lesquelles il en est ainsi. Qu’en est-il chez Kant
et les utilitaristes ? Expliquez. Trouve-t-on une indétermination dans la réflexion éthique de ces
derniers? Précisez et expliquez.
11. Comment Aristote conçoit-il l’articulation de l’éthique et de la politique ? Explicitez
12. Aristote conçoit-il le bien de la même manière que Platon ? Expliquez. Pour lui, le bien est-il
accessible à l’homme ? Expliquez
13. Quelles sont pour Aristote les caractéristiques du bien humain suprême ? Expliquez.
14. Aristote dit que la majorité des hommes considère que le bien moral suprême est le bonheur :
peut-on dire pour autant que le bonheur est le but recherché par sa réflexion éthique ? Expliquez. Estce le bonheur que recherchent Kant et les utilitaristes : expliquez.
15. Pour Aristote, le bonheur s’identifie-t-il au plaisir ? Expliquez. Aristote réserve-t-il une place au
plaisir dans sa réflexion éthique ? Expliquez.
15a. Aristote partage-t-il la conception intellectualiste de Socrate et Platon : nul ne fait le mal
volontairement, mais par ignorance ? Expliquez. Quelles distinctions Aristote introduit-il à ce propos.
Expliquez.
16. Pour Aristote, tous les êtres humains ont-ils accès au bonheur ? Expliquez
17. Pour Aristote, ce que nous poursuivons en vue d’autre chose peut-il constituer le bien suprême ?
Expliquez. Quelle incidence la conception d’Aristote entraîne-t-elle sur la question de l’accès au
bonheur ? Expliquez
18. Comment Aristote conçoit-il l’âme humaine ? Expliquez. Qu’en résulte-t-il pour sa conception de
l’acte vertueux ? Expliquez. (NB : il ne faut pas entrer ici dans l’explication détaillée de la structure de
l’action vertueuse). Peut-on établir un parallèle entre la conception aristotélicienne de l’âme et les
distinctions qu’Arendt introduit dans Condition de l’homme moderne ? Expliquez.
18a. L’action telle que la conçoit Arendt s’inscrit-elle dans le prolongement de l’objectif qu’Aristote
assigne à l’éthique ? Expliquez.
1
19. Quel est pour Aristote l’office propre de l’homme ? Expliquez. Qu’en résulte-t-il pour sa réflexion
éthique ? Expliquez
20. Aristote distingue-t-il plusieurs types de vertus ? Explicitez. Lesquelles entrent en jeu dans l’action
vertueuse ? Expliquez
21. Dans sa définition de la vertu morale, Aristote fait intervenir l’idée d’une « moyenne fixée
relativement à nous » : que veut-il dire par là ? Peut-on considérer pour autant qu’Aristote est
relativiste ? Expliquez et illustrez par un exemple.
21a. La raison intervient-elle dans la détermination de la médiété (juste milieu) ? Présentez les
interprétations vues au cours et montrez-en les enjeux quant à la conception de la structure de l’action
vertueuse.
22. Aristote conçoit la vertu morale comme un état du caractère : que veut-il dire par là ? Qu’en
résulte-t-il pour la compréhension de la formation morale.
22b. Quel lien Aristote établit-il entre la vertu morale et la sagacité ? Expliquez. En vous basant sur
les interprétations vues au cours, montrez les grandes tendances qui peuvent se dégager à ce propos
et leurs enjeux.
23. Pour Aristote, quel est le rôle de la sagacité dans l’agir vertueux ? Expliquez.
23a. Quel est l’objet de la sagacité et quel est son objectif ? Expliquez. Quel critère permet de
considérer qu’une personne est sagace ? Expliquez.
24. Pour Aristote, le désir est-il fondamental dans l’action vertueuse ? Expliquez. Qu’en penserait
Kant ? Et les utilitaristes ? Expliquez.
25. Qu’est-ce qui permet la vie vertueuse selon Aristote ? Expliquez.
25a. Pourquoi peut-on dire qu’Aristote prend ses distances par rapport à une conception
intellectualiste de l’éthique ? Expliquez et justifiez.
25b. Pour Aristote, l’éducation est-elle importante ? Quel(s) objectif(s) lui assigne-t-il ? Expliquez et
justifiez
26. Comment Bodéüs conçoit-il la structure de l’action vertueuse chez Aristote ? Expliquez. Comment
Kant conçoit-il la démarche qui conduit à poser une action vertueuse ? Expliquez. Quel critère et quels
principes déterminent l’action vertueuse pour les utilitaristes ? Expliquez.
27. Pour Aristote, la vertu est-elle naturelle ? Expliquez. Et pour Kant ? Expliquez. Et pour Bentham
et Mill? Expliquez. Et comparez leurs conceptions respectives à ce propos
28. Quelles formes d’amitié Aristote distingue-t-il ? Expliquez. Quelle est pour lui la forme d’amitié
parfaite ? Expliquez. Comment Kant conçoit-il le rapport à autrui ? Expliquez en rendant compte de la
progression de sa pensée. Et comment les utilitaristes conçoivent-ils le rapport à autrui au niveau de
leurs règles de base ? Expliquez.
29. Pour Aristote est-il important d’avoir des amis ? Expliquez.
30. Qu’est-ce que l’ami aime dans son ami selon Aristote ? Expliquez.
31. L’amitié parfaite telle que la conçoit Aristote est-elle égoïste ? Expliquez.
32. Quelles sont pour Aristote les deux vertus intellectuelles ? Quels sont les objectifs de chacune
d’elles ? Expliquez. Préciser leurs points communs et leurs différences.
33. Aristote considère que la justice est la vertu morale parfaite : pourquoi ? Explicitez. Quel est selon
lui le rôle de la loi positive ? Expliquez.
34. Aristote définit la justice légale comme vertu globale : que veut-il dire par là ? Cette définition
implique-t-elle que toutes les lois sont justes ? Expliquez. Quel est, selon lui, le rôle de la loi positive ?
Expliquez.
39. Quels idéaux de vie Aristote propose-t-il ? Expliquez. A quel type de bonheur conduisent-ils ?
Expliquez. Comment Aristote conçoit-il l’articulation de ces idéaux ? Expliquez.
40. Pourquoi observe-t-on aujourd’hui un « retour à Aristote » ? En vous appuyant sur Kant et les
utilitaristes, expliquez en montrant ce que sa réflexion éthique apporte de spécifique par rapport aux
conceptions modernes de l’éthique.
42. Quelle question centrale se pose l’éthique contemporaine de la vertu et quelles en sont les
implications sur la conception de l’origine des obligations morales et sur l’objet de l’évaluation
éthique ? Expliquez. Cette question centrale prolonge-t-elle l’éthique d’Aristote ou celle de Kant ?
Expliquez en situant cette question par rapport à ces deux éthiques.
42a. En quoi l’objectif de l’éthique contemporaine de la vertu prolonge-t-il l’éthique d’Aristote ?
Expliquez.
42c. En quoi la conception de la vertu développée dans l’éthique de la vertu prolonge-t-elle la
conception aristotélicienne de la vertu ? Expliquez.
42 d. Quelles critiques peut-on adresser à l’éthique de la vertu ? Expliquez.
2
46a. Quelle critique Arendt adresse-t-elle à la modernité ? Expliquez en présentant les distinctions
entre les activités qu’elle introduit. Montrez et expliquez l’influence de la pensée aristotélicienne sur
ces distinctions.
Kant
47b. Quel est le projet de Kant ? Expliquez. Quel type de démarche opère-t-il pour le réaliser?
Expliquez. Qu’en résulte-t-il pour sa conception du point de départ de l’éthique. Précisez les éléments
qu’il exclut à cet égard et expliquez pourquoi.
49. La sensibilité est-elle valorisée ou dévalorisée chez Kant ? Expliquez. Et chez Aristote ?
Expliquez. Et chez les utilitaristes ? Expliquez.
54. Par quelle démarche Kant pose-t-il l’existence de la liberté au terme de la Critique de la raison
pure ? Expliquez. Comment conçoit-il la liberté à cette étape de sa réflexion : expliquez.
54a. Pourquoi Kant voit-il dans la liberté « la clé de voûte » de son système ? Expliquez et justifiez
59. Quelle conception du sujet se dégage de la Critique de la raison pure ? Expliquez.
61. Quel est le point de départ de Kant dans sa réflexion sur la morale ? Expliquez. Comment
procède-t-il et que met-il en évidence à partir de ce point de départ ? Expliquez (NB : il ne faut pas
entrer ici dans l’explication détaillée de tous les aspects de la réflexion éthique de Kant, mais indiquer
les éléments qui structurent celle-ci).
64. Les talents de l’esprit et les qualités du caractère déterminent-ils pour Kant le caractère moral de
l’action ? Expliquez. Et pour les utilitaristes ? Expliquez. Qu’en penserait Aristote ? Expliquez.
65. Pour Kant, une action est-elle morale par le but qu’elle poursuit ? Expliquez. D’où l’action tient-elle
sa valeur morale ? Expliquez
68. Pour Kant, une action est-elle morale par la règle qu’elle suit ? Expliquez. Aux différents stades de
sa réflexion, Kant propose-t-il une matière, des fins objectives que la raison pratique doit poursuivre ?
Précisez et expliquez.
75. Pour Kant peut-on baser une philosophie morale sur l’expérience ? Expliquez. Aristote et les
utilitaristes réservent-ils une place à l’expérience ? Expliquez.
76. Pourquoi Kant estime-t-il que la formule de l’impératif catégorique doit être explicitée ? Expliquez
et montrez comment s’opère cette explicitation et en quoi elle consiste.
77. Qu’est-ce qu’un impératif hypothétique pour Kant ? Expliquez. Un tel impératif commande-t-il
l’action morale ? Expliquez. Quel type d’impératif les utilitaristes font-ils valoir ? Expliquez.
78. Pour Kant, quelle est la formule de base de l’impératif catégorique ? Expliquez
80. Par quelle 1e formule Kant explicite-t-il l’impératif catégorique en le « rapprochant » de l’intuition ?
Expliquez
81. Par quelle 2e formule Kant explicite-t-il l’impératif catégorique en le « rapprochant » de l’intuition ?
Expliquez et commentez.
82. Quelle distinction Kant établit-il entre les personnes et les choses ? Expliquez
83. Pourquoi Kant condamne-t-il le suicide au regard de la 1e formule explicitant l’impératif
catégorique ? Expliquez. Cette condamnation est-elle absolue ? Expliquez.
84. Pourquoi Kant condamne-t-il la fausse promesse au regard de la 1e formule explicitant l’impératif
catégorique ? Expliquez. Cette condamnation est-elle absolue ? Expliquez.
85. Pourquoi Kant condamne-t-il le fait de laisser ses talents en friche au regard de la 1 e formule
explicitant l’impératif catégorique ? Expliquez. Cette condamnation est-elle absolue ? Expliquez.
86. Pourquoi Kant condamne-t-il l’indifférence aux maux d’autrui au regard de la 1e formule explicitant
l’impératif catégorique ? Expliquez. Cette condamnation est-elle absolue ? Expliquez.
87. Pour Kant, un acte intéressé peut-il être moral ? Expliquez en vous appuyant sur la distinction
entre impératif hypothétique et impératif catégorique et sur la 2 e formule de l’impératif catégorique.
90. Pourquoi Kant condamne-t-il le suicide au regard de la 2e formule explicitant l’impératif
catégorique ? Expliquez. Cette condamnation est-elle absolue ? Expliquez.
91. Pourquoi Kant condamne-t-il la fausse promesse au regard de la 2e formule explicitant l’impératif
catégorique ? Expliquez. Cette condamnation est-elle absolue ? Expliquez.
92. Pour Kant le mensonge pour une bonne cause est-il admis ? Expliquez.
92b Pourquoi Kant condamne-t-il le suicide et le mensonge ? Expliquez en présentant l’ensemble des
arguments de Kant à propos du suicide et du mensonge).
93. Pourquoi Kant condamne-t-il le fait de laisser ses talents en friche au regard de la 2e formule
explicitant l’impératif catégorique ? Expliquez. Cette condamnation est-elle absolue ? Expliquez.
94. Pourquoi Kant condamne-t-il l’indifférence aux maux d’autrui au regard de la 2e formule explicitant
l’impératif catégorique ? Expliquez. Cette condamnation est-elle absolue ? Expliquez.
95. Quelle définition de la liberté Kant donne-t-il dans la Fondation de la métaphysique des mœurs ?
Expliquez. Comparez avec la définition donnée au terme de la Critique de la raison pure ? Qu’en
3
résulte-t-il pour la compréhension du rapport de l’être humain à la loi morale, et pour la teneur de la loi
morale elle-même ? Expliquez.
96. Comment Kant définit-il la liberté dans la Fondation de la métaphysique des mœurs ? Qu’en
résulte-t-il pour la compréhension du rapport de l’être humain à la loi morale, et pour la teneur de la loi
morale elle-même ? Expliquez.
97. Qu’entend Kant par « autonomie de la volonté » ? Expliquez. En quoi cette conception constitue-telle un progrès par rapport à ses réflexions antérieures dans la Fondation de la métaphysique des
moeurs ? Expliquez.
98. Pour Kant l’autonomie de la volonté est-elle synonyme d’autodétermination du sujet ? Expliquez
99. Kant avance plusieurs définitions de la liberté : lesquelles ? Expliquez et comparez. Qu’apporte
respectivement chacune de ces définitions à la réflexion éthique de Kant ? Expliquez.
100. Qu’entend Kant par « règne des fins » ? Expliquez. En quoi le règne des fins constitue-t-il un
approfondissement de ses réflexions antérieures dans la Fondation de la métaphysique des moeurs ?
Expliquez.
101. Qu’entend Kant par dignité ? Expliquez. Comparez sa conception avec celle des utilitaristes. Ces
conceptions différentes ont-elles une répercussion sur l’extension du champ de l’éthique ? Expliquez.
102. Pour Kant la liberté peut-elle être prouvée ? Expliquez. Quel est son statut dans la réflexion
éthique de Kant ? Expliquez. Et quel est son rôle dans cette réflexion ? Expliquez
106. Pourquoi Kant pose-t-il des postulats de la raison pratique et quel est leur rôle dans l’agir
vertueux ? Expliquez
107. Quels postulats de la raison pratique Kant pose-t-il ? Expliquez.
108. Pour Kant, le bonheur constitue-t-il la fin recherchée par l’éthique ? Expliquez. Et pour Aristote ?
Expliquez et définissez ce qu’il entend par bonheur. Et pour les utilitaristes ? Expliquez.
109. En quoi la raison pratique est-elle pour Kant plus étendue que la raison théorique ? Expliquez
111. Quel l’objet de la Doctrine de la vertu de Kant ? Expliquez Quel complément apporte-t-elle à la
réflexion menée dans la Fondation de la métaphysique des mœurs ? Expliquez.
112. Pour Kant que désignent les devoirs d’obligation stricte et les devoirs d’obligation large
Expliquez
113. Qu’entend Kant par devoir de vertu ? Expliquez
114. Quels sont pour Kant les devoirs envers soi-même ? Expliquez
115. Que recouvre la distinction introduite par Kant dans la Doctrine de la vertu entre santé morale et
richesse morale ? Expliquez
116. Dans la Doctrine de la Vertu, quels sont pour Kant les devoirs envers autrui ? Expliquez en vous
appuyant si nécessaire sur la Fondation de la métaphysique des mœurs.
117. Pour Kant devons-nous cultiver nos facultés physiques ? Expliquez
119. Pourquoi Kant condamne-t-il l’ivrognerie et la gloutonnerie ? Expliquez. Laquelle de ces deux
actions est pour lui la pire ? Expliquez.
121. Pour Kant, le respect constitue-t-il un devoir vis-à-vis d’autrui ? Expliquez et précisez.
122. Kant se préoccupe-t-il de l’application des principes moraux qu’il met en évidence ? Expliquez.
122a. Quel est l’objectif de Kant dans la Critique de la faculté de juger ? Expliquez.
122b. Pour Kant, qu’est-ce qu’un jugement réfléchissant pour Kant et en quoi se distingue-t-il d’un
jugement déterminant? Expliquez. Montrez comment procède le jugement réfléchissant dans la
genèse des concepts empiriques.
122c. Pour Kant, comment procède et qu’apporte le jugement de goût ? Expliquez.
122d. En quoi la Critique de la faculté de juger permet-elle à Kant de progresser dans sa conception
de l’intersubjectivité ? Expliquez en montrant ce qu’elle apporte en complément des acquis de la
Fondation de la métaphysique des mœurs.
122e. En quoi la Critique de la faculté de juger dépasse-t-elle la problématique de l’esthétique ?
Expliquez en précisant l’élargissement qu’elle apporte. Cet élargissement est-il significatif pour
l’éthique ? Expliquez.
123. En quoi Ricœur s’inspire-t-il de Kant dans la « petite éthique » qu’il propose dans Soi-même
comme un autre ? Expliquez. Et en quoi s’inspire-t-il d’Aristote ? Expliquez.
123a. Pourquoi Ricœur conçoit-il la démarche éthique en référence à Aristote : que veut-il montrer par
là ? Expliquez. Cela le conduit-il à nier le caractère d’obligation de la morale ? Expliquez.
123b. Avec sa « petite éthique » Ricoeur apporte-t-il un modèle susceptible de répondre aux
dilemmes éthiques contemporains ? Expliquez et illustrez par 2 exemples.
125a. Pour Kant, ce que nous poursuivons en vue d’autre chose peut-il constituer le bien moral ?
Expliquez en vous appuyant d’abord sur la distinction entre impératif hypothétique et impératif
catégorique, ensuite sur la 2e formule de l’impératif catégorique.
4
Utilitarisme
126. Comment les utilitaristes conçoivent-ils l’« utile » ? Expliquez
127. Comment les utilitaristes déterminent-ils l’acte vertueux ? Expliquez.
128. L’approche morale des utilitaristes veut-elle être scientifique ? Expliquez
129 .Les utilitaristes s’intéressent-ils aux conséquences passées ou aux conséquences futures de
l’action ? Expliquez
130. L’utilitarisme est-il individualiste ? Expliquez
131. L’utilitarisme se préoccupe-t-il de réformes sociales ? Expliquez et illustrez par un exemple.
132. Les utilitaristes s’appuient-ils sur des principes ayant une valeur intrinsèque ? Expliquez.
Comparez leur position à ce propos avec celle de Kant
134. Qu’entendent les utilitaristes par le « calcul d’utilité » ? Expliquez
135. Comment Kant et les utilitaristes conçoivent-ils l’impératif moral ? Expliquez et comparez leurs
positions respectives.
136. L’utilitarisme est-il une doctrine téléologique ? Expliquez. Avons-nous étudié une autre doctrine
téléologique ? Expliquez et comparez leurs objectifs respectifs.
137. Comment Bentham définit-il la valeur suprême ? Expliquez. Quelles sont les difficultés inhérentes
à sa conception ? Expliquez.
138. La morale de Bentham est-elle égoïste ? Expliquez.
139. Comment Mill conçoit-il le bonheur ? Expliquez
140. L’utilitarisme accorde-t-il une place aux motivations désintéressées ? Expliquez
141. Quelles difficultés l’utilitarisme rencontre-t-il lorsqu’il définit le plaisir et le bonheur par un état
mental ? Expliquez.
142. Quel critère les utilitaristes contemporains mettent-ils en avant pour répondre aux difficultés
rencontrées par la définition du plaisir et du bonheur par un état mental ? Expliquez. Ce critère lève-t-il
toutes les difficultés ? Expliquez.
143. La démocratie constitue-t-elle le régime politique à instaurer pour les utilitaristes ? Expliquez.
144. L’utilitarisme constitue-il une doctrine descriptive ou impérative ? Expliquez en vous appuyant sur
Bentham et Mill.
145. L’utilitarisme fait-il valoir un impératif moral ? Comparez la position utilitariste et celle de Kant à
ce propos.
146. Pour Mill l’utilité est-elle un principe directement applicable ? Expliquez.
146a. En quoi l’utilitarisme de Mill est-il indirect ? Expliquez.
147. Quelles difficultés suscite la conception utilitariste de la personne selon Rawls ? Expliquez.
Comparez la conception utilitariste de la personne telle qu’elle transparaît à travers ces critiques avec
celle de Kant.
148. Pour les utilitaristes, les droits fondamentaux doivent-ils être respectés ? Expliquez et illustrez
par des exemples. Quelle serait selon vous la position de Kant à ce propos ? Expliquez.
149. Quelles critiques contemporaines sont adressées à la conception des utilitaristes à l’égard des
droits fondamentaux ? Explicitez.
150. La recherche du bien-être global prônée par les utilitaristes est-elle toujours compatible avec le
respect des droits fondamentaux ? Expliquez. .
151. Bentham et Mill sont-ils favorables à l’idée de droits naturels et imprescriptibles, notamment à
l’affirmation d’une liberté naturelle ? Expliquez leurs positions respectives à cet égard.
152. Pourquoi les utilitaristes sont-ils favorables à la garantie des droits fondamentaux ? Expliquez
152b. Qu’entendre par utilitarisme de l’acte et utilitarisme de la règle ? Expliquez. Pourquoi Mill et les
utilitaristes contemporains privilégient-ils l’utilitarisme de la règle ? Expliquez leurs arguments et
illustrez par des exemples.
153. Après avoir défini l’utilitarisme de l’acte, indiquez et expliquez quelles en sont les difficultés
154. Pourquoi les utilitaristes considèrent-ils que certaines règles doivent être respectées ? Expliquez
155. Le caractère des personnes a-t-il une influence sur la qualité de l’agir moral selon Mill ?
Expliquez. Quelle serait selon vous la position de Kant à ce propos ? Expliquez.
155a. Mill se préoccupe-t-il de l’intention qui préside aux actes ? Expliquez sa position. Comment
l’articule-t-il à sa conception utilitariste ? Expliquez.
156. En quoi peut-on dire que l’entreprise utilitariste est symétrique de celle de Kant ? Expliquez.
157. En quoi la démarche de Kant se distingue-t-elle de la démarche des utilitaristes ? Expliquez.
158. En quoi le critère d’évaluation de la moralité de Kant se distingue-t-il du critère d’évaluation de
la moralité des utilitaristes ? Expliquez.
159. En quoi la conception des règles morales de Kant se distingue-t-elle de la conception des règles
morales des utilitaristes ? Expliquez.
5
160. Pourquoi peut-on dire que l’utilitarisme demande à la fois trop et trop peu aux agents moraux ?
Expliquez. Selon vous, pourrait-on adresser la même double critique à Kant ? Expliquez.
160b. Quelle position les utilitaristes adoptent-ils par rapport au mensonge ? Expliquez. Comparez
avec la position de Kant.
Quelques autres questions portant les différents auteurs
161. Quel objectif principal Aristote, Kant et les utilitaristes poursuivent-ils respectivement dans leur
réflexion éthique ? Explicitez. Pour atteindre cet objectif, sur quelle(s) faculté(s) humaine(s) vont-ils
s’appuyer respectivement ? Explicitez
162. On oppose parfois l’éthique antique et l’éthique moderne en disant que la première s’intéresse
surtout à la moralité de l’agent et la deuxième à la moralité de l’acte : cette opposition vous semble-telle pertinente s’agissant d’Aristote, de Kant, de Bentham et de Mill ? Expliquez.
163. Comment Aristote, Kant et les utilitaristes conçoivent-ils respectivement la responsabilité ?
Expliquez
164. On oppose souvent Aristote et Kant en considérant que le premier développe une pensée
téléologique et le second une pensée déontologique. Explicitez ces deux qualifications et montrez en
quoi elles s’appliquent aux pensées d’Aristote et de Kant. Selon vous, cette opposition doit-elle être
radicalisée ? Expliquez. Quelle position Ricœur adopte-t-il à propos de ces deux caractérisations ?
Explicitez.
165. Si l’on définit l’éthique comme un effort d’être à l’épreuve de la qualité, en quoi consiste cet effort
d’être pour Aristote, Kant et les utilitaristes ? Expliquez et comparez leurs conceptions respectives
166. Quelle position Aristote et Kant adoptent respectivement à propos de la question des relations
entre éthique et métaphysique ? Expliquez et comparez leurs positions respectives. Qu’en résulte
pour leurs conceptions respectives de l’éthique et les rapports de celle-ci avec la philosophie ?
168. Comment Aristote, Kant et les utilitaristes conçoivent-ils respectivement l’entrée dans le monde
moral ? Expliquez et comparez leurs positions, en précisant notamment pour les utilitaristes la nature
de l’objectif final qu’ils poursuivent
169. Indiquez ce qui, pour Aristote, Kant et les utilitaristes, constitue le caractère éthique de l’action ?
Expliquez et indiquez les implications qui résultent de ces trois conceptions
170. Pour Aristote l’éthique concerne-t-elle l’acte à poser ou une forme de vie ? Expliquez. Comparez
la position d’Aristote avec celle de Kant et des utilitaristes
171. Pour Kant, les qualités du caractère déterminent-elles le caractère moral de l’action ? Expliquez
et illustrez par un exemple. Comparez avec Aristote et Mill.
172. Pour Kant, les effets de l’action déterminent-ils le caractère moral de l’action ? Expliquez et
illustrez par un exemple. Comparez avec Aristote et les utilitaristes
173. Comment Aristote conçoit-il la vertu ? Expliquez. Comparez sa conception avec celle de Kant et
des utilitaristes.
174. Comment Aristote conçoit-il le bonheur? Expliquez. Comparez sa conception avec celle de Kant,
et des utilitaristes
175. Comment Kant et les utilitaristes conçoivent-ils la dignité humaine ? Expliquez et comparez leurs
conceptions respectives. Précisez les implications qu’entraînent l’une et l’autre conception.
178. Pour Aristote, l’agir moral procède-t-il d’un sentiment ? Expliquez. Et pour les utilitaristes ?
Expliquez.. Comparez ces positions
179. Pour Kant la réflexion morale est-elle réservée à certaines personnes ? Expliquez. Pour Aristote
l’agir vertueux est-il réservé à certaines personnes ? Expliquez. Qu’en pensent les utilitaristes ?
Expliquez. Comparez ces différentes positions.
180. Kant distingue-t-il plusieurs formes d’impératifs ? Expliquez. Pour les utilitaristes existe-t-il des
impératifs catégoriques ? Expliquez. Pour Aristote ce que l’on doit moralement faire prend-il la forme
d’un impératif catégorique ? Expliquez
181. Kant réserve-t-il une place à l’utilité dans sa réflexion morale ? Expliquez. Et Aristote ? Expliquez.
Comparez la position de Kant et celle des utilitaristes quant au rôle de l’utilité.
182. Que pensent respectivement Aristote, Kant et les utilitaristes de l’affirmation suivante : « Il est
éthique d’agir selon son intérêt personnel » ? Expliquez et comparez leurs positions.
184. Que penseraient respectivement Aristote, Kant et Mill de la proposition suivante : « Il est éthique
de chercher son épanouissement personnel » ? Explicitez en précisant notamment ce qu’Aristote,
Kant et Mill entendraient par « épanouissement personnel » et ce que cette notion impliquerait pour
eux sur le plan éthique.
185. Kant et les utilitaristes dégagent-t-il un principe fondamental dont on peut déduire l’ensemble de
leurs éthiques respectives ? Expliquez et comparez. Trouve-t-on la même démarche chez Aristote ?
Expliquez.
6
188. On a souvent reproché à Kant d’être formaliste. Pourquoi ? Expliquez. Cette critique vous paraîtelle fondée ? Expliquez. Le même reproche pourrait-il être adressé à Aristote ? Expliquez.Et pourrait-il
être adressé aux utilitaristes ? Expliquez.
189. La fin peut-elle justifier les moyens pour Kant ? Expliquez. Et pour les utilitaristes ? Expliquez. Et
pour Aristote ? Expliquez
190. Comment Kant et les utilitaristes conçoivent-ils respectivement l’impératif moral ? Expliquez et
comparez leurs conceptions respectives.
191. Dans la Doctrine de la vertu quelles sont selon Kant les fins à poursuivre ? Expliquez. Quelle
est pour Aristote la fin à poursuivre ? Expliquez. Et pour les utilitaristes ? Expliquez. Comparez ces
différentes conceptions.
192. Comment les utilitaristes conçoivent-ils le bien commun ? Expliquez. Comparez leur position
avec celle d’Aristote.
193. Pour Bentham quel est le ressort de l’action humaine ? Expliquez. Selon vous, comment Aristote
et Kant se situeraient face à cette conception lorsqu’ils envisagent respectivement la question de l’agir
moral ? Expliquez.
194.Le plaisir est-il une caractéristique de l’acte moral pour Aristote, Kant et pour Bentham ?
Expliquez et comparez leurs positions respectives
7
Téléchargement