Clarification des approches du handicap psychique et du handicap

publicité
Clarification des approches
du handicap psychique
et du handicap mental
Journée d’échange de pratiques HANDI-PACTE
du 10 juillet 2014
11 Boulevard de Bretagne 16000 ANGOULEME
Tél : 05 45 38 75 75 – fax : 05 45 38 51 48 – Email : [email protected]
Siret : 434 341 723 000 22
I.
QUELLES DEFINITIONS DES TROIS TYPES DE HANDICAP ?
Les définitions et les distinctions entre handicaps mental, cognitif et psychique ne
sont pas évidentes.
Le handicap peut être défini pour un individu comme la conséquence de
déficiences ou de troubles sur la réalisation d’activités ou sur la participation à la
vie en société, dans un environnement donné (cf. encadré sur la loi de 2005)
Des handicaps explicitement pris en compte dans la loi
L’article 2 de la loi du 11 février 2005 précise que « constitue un
handicap (…) toute limitation d’activité ou de restriction de
participation à la vie en société subie dans un environnement
par une personne en raison d’une altération substantielle,
durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques,
sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un
polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».
De plus, l’article 41 de cette même loi stipule que l’accessibilité
est due « à tous, et notamment aux personnes handicapées,
quel que soit le type de handicap, notamment physique,
sensoriel, cognitif, mental ou psychique ».
Raisons de Plus
10/07/2014
Page 1
Ainsi, le handicap mental peut se définir comme la conséquence d’une déficience
intellectuelle. Cette dernière peut être considérée comme une capacité plus limitée
d’apprentissage et un développement intellectuel significativement inférieur à la
moyenne. Il se traduit par des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de
conceptualisation, de communication, de décision, etc.
Le handicap cognitif est la conséquence de dysfonctionnements des fonctions
cognitives : troubles de l’attention, de la mémoire, de l’adaptation au changement,
du langage, des identifications perceptives (gnosies) et des gestes (praxies). Le
handicap cognitif n’implique pas de déficience intellectuelle mais des difficultés à
mobiliser ses capacités.
Le handicap psychique est la conséquence de troubles psychiques invalidants.
Comme le handicap cognitif, le handicap psychique n’implique pas de déficience
intellectuelle. Il est caractérisé par une alternance d’états psychiques calmes ou
tendus et par des difficultés à acquérir ou à exprimer des habiletés psychosociales,
avec des déficits d’attention et des difficultés à élaborer et suivre un plan d’action. Il
peut donc notamment se traduire par des angoisses, des troubles cognitifs
(mémorisation, attention, capacités d’organisation, d’anticipation, adaptation au
contexte de la situation) et des difficultés dans la relation à autrui et la
communication.
Si ces définitions permettent d’approcher de manière concrète et organisée les
situations désignées par les termes de handicaps mentaux, cognitifs et psychiques,
elles ne doivent pas cacher la grande variété des situations individuelles. En effet,
l’existence de différents degrés de sévérité ou de différentes formes d’un même
trouble, l’âge de l’individu au moment de l’apparition des troubles, l’influence du
milieu social et de l’entourage, ou encore le cumul de plusieurs déficiences
(handicap associé) sont autant d’exemples de facteurs déterminants qui font de
chacun un cas unique.
II.
QUELLES DIFFICULTES CONCRETES ?
Les origines des différents handicaps traités ici sont très nombreuses et très
différentes les unes des autres. En revanche, les situations de handicap que
rencontrent les personnes ayant un handicap mental, cognitif ou psychique sont
très similaires.
Une situation de handicap apparaît lorsqu’il y a inadéquation entre les aptitudes
d’un individu et son environnement.
Raisons de Plus
10/07/2014
Page 2
Ainsi, les personnes ayant un handicap mental, cognitif ou psychique rencontrent,
du fait d’une limitation intellectuelle ou de difficultés à mobiliser leurs capacités
intellectuelles, un ensemble de difficultés communes, engendrant des besoins
similaires en matière d’accessibilité.
Elles sont susceptibles d’être confrontées, de manière très variable d’un individu à
l’autre, à tout ou partie des problèmes résumés dans le tableau ci-dessous, qui
peuvent être liés à l’une des cinq causes suivantes :





Une émotivité et une sensibilité au stress supérieures à la moyenne ;
Des difficultés pour comprendre les codes sociaux et les émotions d’autrui ;
Des capacités d’analyse réduites ou difficiles à mobiliser ;
Des difficultés de repérage spatio-temporel et de prise d’information ;
Des difficultés face à l’imprévu ou à l’inconnu.
Difficultés individuelles
Conséquences sur la vie en société
 Manque de confiance en soi et lenteur
supérieure à la normale dans la prise de décision
Une émotivité et une sensibilité
générant par exemple des hésitations ou des
au stress supérieures à la
difficultés pour s’insérer dans des flux rapides
moyenne
 Impatience et stress
 Difficultés pour maîtriser ses émotions et son
comportement
Des difficultés pour comprendre  Difficultés à interagir avec quelqu’un et
les codes sociaux et les
notamment à demander de l’aide
émotions d’autrui
 Difficultés de communication
 Problèmes de mémoire, notamment de mémoire
Des capacités d’analyse
de travail (à court terme)
des situations réduites ou
 Difficultés de concentration et d’attention
difficiles à mobiliser
 Fatigabilité importante
 Difficultés pour se repérer dans l’espace et le
temps (repérage sur un plan, calcul d’un temps
d’attente ou de trajet,…)
 Mauvaise stratégie de recherche de l’information
 Difficulté à faire le tri parmi des informations trop
nombreuses (y compris auditives, comme dans
un hall de gare par exemple)
Des difficultés de repérage
 Difficultés pour percevoir, organiser et intégrer
spatio-temporel et de prise
l’information
d’information
 Défaut de maîtrise de la compréhension des
informations écrites, notamment longues ou
abrégées, comportant des abstractions ou des
acronymes, des métaphores ou nécessitant un
Raisons de Plus
10/07/2014
Page 3



Des difficultés face à l’inconnu
ou à l’imprévu

savoir préalable implicite
Difficultés de compréhension de certains
pictogrammes (trop abstraits, trop complexes,
déconnectés de leur contexte,…)
Défaut de maîtrise de l’écriture
Difficultés à se retrouver seules dans un lieu
inconnu ou dans un lieu très fréquenté,
aggravées par des difficultés à entrer en contact
avec quelqu’un d’inconnu
Difficultés à gérer les évènements imprévus et à
adapter son comportement (ex : travaux
nécessitant de modifier un itinéraire connu et
maîtrisé, forte affluence empêchant de s’asseoir
à la même place que d’habitude)
LE HANDICAP PSYCHIQUE
La notion de handicap psychique défendue par l’UNAFAM, a été retenue dans la loi
du 11 février 2005 dite loi sur le handicap. Elle permet aux personnes malades, et à
leur entourage, de sortir d’une longue période où la maladie et le handicap n’étaient
pas reconnus.
Le handicap psychique se distingue du handicap mental de la façon suivante :
 Le handicap mental résulte le plus souvent de pathologies identifiables
(traumatisme, anomalie génétique, accident cérébral). Il associe une
limitation des capacités intellectuelles qui n’évolue pas, une stabilité dans les
manifestations des symptômes et une prise de médicaments très modérés.
 Le handicap psychique, secondaire à la maladie psychique, reste de cause
inconnue à ce jour. Les capacités intellectuelles sont indemnes et peuvent
évoluer de manière satisfaisante. C’est la possibilité de les utiliser qui est
déficiente. La symptomatologie est instable, imprévisible. La prise de
médicaments est le plus souvent indispensable, associée à des techniques
de soins visant à pallier, voire à réadapter, les capacités à penser et à
décider.
Le handicap psychique est la conséquence de diverses maladies :
 Les psychoses décompensées et particulièrement les schizophrénies.
 Les troubles dépressifs graves associés à des états maniaques dans les
maladies bipolaires.
 Les troubles graves de la personnalité : personnalité borderline, par exemple.
Raisons de Plus
10/07/2014
Page 4
 Les troubles névrotiques graves comme les troubles obsessionnels
envahissants, les phobies invalidantes voire les conversions hystériques et
les troubles hypochondriaques en particulier post traumatiques.
 Les troubles bipolaires. Autrefois appelés psychose maniaco dépressive, ces
troubles font partie des troubles de l’humeur auxquels appartient également
la dépression récurrente (ou trouble unipolaire). Ils ne sont invalidants que
lorsque les troubles sont particulièrement violents.
 L’autisme et les syndromes autistiques. Il s’agit d’une pathologie congénitale
qui se traduit dès la toute petite enfance par les troubles de la
communication, des troubles de l’attention et une extrême sensibilité à toute
variation de l’environnement.
 D’autres situations pathologiques peuvent entrainer un handicap psychique :
les syndromes frontaux, conséquences de traumatismes crâniens ou de
lésions cérébrales, les démences liées à une maladie ou à une cause
toxique, les maladies neuro-dégénératives.
Dans le handicap psychique, c’est l’organisation qui est en cause, comme
l’organisation du temps, l’anticipation des conséquences d’un acte, la possibilité de
communiquer de façon participative, mémoriser, concevoir les réactions des autres,
associés à la non reconnaissance des troubles, à la dénégation (le déni), à
l’absence de participation sociale.
I.
SPECIFICITE DU HANDICAP PSYCHIQUE :
Le handicap psychique est caractérisé par un déficit relationnel, des difficultés de
concentration, une grande variabilité dans la possibilité d’utilisation des capacités
alors que la personne garde des facultés intellectuelles normales.
Le handicap psychique est la conséquence directe des troubles psychiques.
La notion de handicap « psychique » est une notion récente mise en avant
par l’Unafam pour faire reconnaître le handicap généré par les troubles
psychiques et le différencier du handicap mental. Ce terme a été repris par la loi
du 11 février 2005, ce qui a permis une visibilité des personnes qui en
souffrent et de leurs besoins.
Il faut en effet distinguer le handicap psychique du handicap mental. Le handicap
mental résulte d’une déficience intellectuelle, à un état stable et non médicalisation.
Le handicap psychique est toujours associé à des pathologies psychiatriques, qui
entraînent une grande variabilité et nécessite une médicalisation.
Raisons de Plus
10/07/2014
Page 5
II.
LA DEFICIENCE PSYCHIQUE :
La déficience psychique affecte le malade dans les domaines suivants :








III.
Troubles de la volonté ;
Troubles de la pensée ;
Troubles de la perception ;
Troubles de la communication et du langage ;
Troubles du comportement ;
Troubles de l’humeur ;
Troubles de la conscience et de la vigilance intellectuelle ;
Troubles de la vie émotionnelle et affective.
LES INCAPACITES LIEES A CES DEFICIENCES :
Une des caractéristiques majeures du handicap psychique est qu’il s’accompagne
souvent de la négation, de la méconnaissance ou de la minimisation des troubles
de la part de la personne malade et quelquefois même de son entourage. Une
autre caractéristique est la variabilité des troubles et de leur intensité dans le
temps. Le rythme de variabilité peut être à l’échelle d’une période plus ou moins
longue de la vie ou à l’échelle de la semaine ou même de la journée. Cette
variabilité peut être due à la maladie et à la grande fragilité du malade par rapport
aux contraintes extérieures.
Cinq domaines d’incapacités liées à ces déficiences :





Les besoins fondamentaux, la capacité à prendre soin de soi
Les capacités liées au logement ou l’hébergement
Les capacités à avoir une vie sociale et des loisirs
Les capacités de la formation et l’apprentissage
Les capacités de travail
Raisons de Plus
10/07/2014
Page 6
Téléchargement
Explore flashcards