Les écosystèmes aquatiques

advertisement
ECOSYSTEME TERRESTRE
I- NOTION D’ECOSYSTEME ET COMPOSANTES
1- Définition
Un écosystème est un milieu naturel comprenant un support
physique appelé le biotope et des êtres vivants appelés la biocénose
en interaction les uns avec les autres, formant un tout cohérent et
ordonné.
Exemple : écosystème marin, écosystème forêt, écosystème lagune
2- Les composantes d’un écosystème
Tout écosystème a deux (2) composantes : la composante physique
qu’est le biotope et la composante biologique ou la biocénose.
2.1- Le biotope ou la composante physique ou inorganique
C’est un élément non vivant du milieu. Il sert d’habitat ou de support
aux êtres vivants. Il peut-être la terre (sol) ou l’eau (fleuve, mer…). C’est
lui qui permet de différentier les écosystèmes en fonction des facteurs
écologiques qu’on y trouve (climat, végétation, texture du sol…).
2.2- La biocénose ou la composante biologique ou organique
C’est l’ensemble des êtres vivants (les végétaux et les animaux)
occupant le biotope par l’attraction qu’exercent sur eux les divers facteurs
du milieu ; chaque élément végétal ou animal est appelé élément biotique
ou constituant biotique de l’écosystème.
NB : le passage d’une biocénose à une autre ou d’un écosystème à un autre
peut se faire plus ou moins brutalement.Il existe une zone de transition
plus ou moins large appelée lisière ou écotone. L’écotone, c’est donc la
limite entre deux écosystèmes ou deux biocénoses d’un écosystème.
II- LES DIFFERENTS TYPES D’ECOSYSTEME
En fonction du support, on distingue deux grands types d’écosystèmes :
les écosystèmes terrestres et les écosystèmes aquatiques.
1- Les écosystèmes terrestres
Ce sont des systèmes biologiques où les êtres vivants ont pour support
le sol (la terre).
Exemple : écosystème forêt, écosystème savane.
2- Les écosystèmes aquatiques
Ce sont les écosystèmes biologiques où l’eau est le support.
Exemple : écosystème marin, écosystème lagune.
III- LES INTERACTIONS DANS UN ECOSYSTEME
On appelle interactions dans un écosystème les influences réciproques
qu’exercent les éléments du milieu les uns sur les autres. Ainsi, on
définit trois (3) grands types :
 l’influence du biotope sur la biocénose
 l’influence de la biocénose sur le biotope
 l’influence des êtres vivants sur eux-mêmes (biocénose sur
biocénose).
1- L’influence du biotope sur la biocénose ou action
Elle se fait à travers l’action du climat (vent, température, humidité,
pluviométrie, lumière…) des phénomènes géologiques et des facteurs
édaphiques (liés au sol). Cette influence a pour conséquence l’apparition
d’adaptations morphologiques ou physiologiques, le maintien ou
l’élimination des espèces vivantes, la migration.
2- L’influence de la biocénose sur le biotope ou réaction
Cette influence se manifeste par des actions de destruction, de
modification ou d’édification (par la formation d’humus) du biotope par
les êtres vivants.
Exemple : l’aération du sol par des lombrics.
3- L’influence des êtres vivants sur eux-mêmes : biocénosebiocénose ou interaction
Les interactions entre les êtres vivants peuplant un milieu déterminé
sont de deux ordres.
 Les unes se produisent entre individus de la même espèce : ce sont
des relations interspécifiques. Elles se manifestent à travers la lutte pour
la conquête de l’espace, de la nourriture : c’est la compétition intra
spécifique.
 Les autres se produisent entre individus d’espèces différentes : ce
sont des relations interspécifiques. Ces interactions peuvent êtres nulles,
favorables ou défavorables entre ces individus. On peut ainsi signaler :
 Le neutralisme : les deux espèces sont indépendantes. Elles n’ont
aucune influence l’une sur l’autre.
 La compétition : chaque espèce agit défavorablement sur l’autre.
Elle a lieu pour une même ressource. Exemple : lutte entre un chien et un
chat pour un morceau de viande.
 Le commensalisme : c’est l’association entre deux individus
d’espèces différentes profitable pour l’un d’eux mais, sans danger pour
l’autre. Le bénéficiaire s’appelle le commensal. Exemple : des insectes qui
peuplent les terriers des mammifères.
Dans le cas des végétaux, on parle d’éphytisme. Exemple : les fougères et
les palmiers.
 La symbiose ou le mutualisme : c’est une association entre deux
espèces dans laquelle chacune retire un bénéfice réciproque. Exemple : le
lichen = algue + champignon ou les termites qui abritent des flagellées
dans leurs intestins.
 Le parasitisme : c’est l’union entre deux espèces différentes qui se
fait au détriment de l’un des deux partenaires. L’une (généralement plus
petite) le parasite agit défavorablement sur l’autre (son hôte) et peut même
entraîner sa mort. Exemple : les vers intestinaux et l’homme.
 L’amensalisme : c’est une forme de compétition mais, entre
différentes espèces et de façon indirecte. L’une des espèces inhibe le
développement de l’autre. Exemple : les grands arbres qui couvrent les
petits et les empêchent d’avoir accès à la lumière.
 Le saprophytisme : c’est le mode de vie des plantes sans
chlorophylle qui se nourrissent à partir des matières organiques des
plantes mortes. Exemple : les champignons parasites.
 La prédation : l’espèce prédatrice attaque l’espèce proie pour s’en
nourrir. Exemple : un lion à la poursuite d’une biche, un aigle qui capture
une souris.
IV- EQUILIBRE NATUREL
Les scientifiques ont démontré qu’il existe des populations stables
d’êtres vivants associées à un milieu bien défini. Par exemple, le lion ne se
trouve que dans un environnement bien défini : c’est la savane. De la
même espèce manière, les poux de tête ne se trouvent que dans les
cheveux. Les cheveux et les poux forment un écosystème.
La savane et tous les animaux, les hommes, tous les êtres vivants qui y
vivent forment un écosystème. Les groupements faunistes se succèdent,
s’adaptent et évoluent en harmonie avec la flore. Selon le niveau
trophique, on assiste à une production ou une consommation de matière
organique. Autrement dit, des transferts d’énergies au sein de l’écosystème
naturel. Chaque élément joue donc un rôle précis qui détermine et
conditionne l’équilibre biologique. Cet équilibre existant entre les êtres
vivants et entre eux et leur milieu est très fragile. Son non-respect entraine
la disparition de certaines espèces animales et végétales.
V- CHAINE ET RESEAU ALIMENTAIRE
A) Chaine alimentaire
1- Définition
Une chaîne alimentaire est une suite ordonnée d’êtres vivants reliés
entre eux par une relation trophique. C’est-à-dire une suite d’êtres vivants
dans laquelle chaque individu mange celui qui le précède et peut –être
mangé par celui qui le suit immédiatement. C’est la loi fondamentale de
la nature pour son équilibre.
2- Différents types de chaînes alimentaires
Il existe deux types de chaînes alimentaires : le système herbivore et
le système saprophage.
2.1- Le système herbivore
Dans ce système, la chaîne commence par les végétaux qui sont
dévorés par les végétariens. Ce système comprend la chaîne des prédateurs
et la chaîne des parasites.
- La chaîne des prédateurs : elle commence par les végétaux suivis
par les végétariens qui sont dévorés pas les carnivores classés par rapport
de force.
- La chaîne des parasites : elle s’établit à partir d’un mammifère.
Cette chaîne mène vers des organismes de taille de plus en plus réduite et
nombreux. Un mammifère héberge de nombreuses puces vivant à ses
dépenses. Chaque puce abrite des milliers de flagellées.
2.2- Le système saprophage
Dans ce système, la chaîne commence par la matière organique morte
(animale ou végétale) qui est consommée par les détritivores. On peut les
ranger selon leur régime alimentaire.
Les nécrophages consomment les cadavres.
Les saprophages consomment la matière végétale morte.
Les géophages consomment la litière.
Les coprophages consomment les excréments.
2.3-
Les niveaux trophiques
ou maillons d’une chaîne
alimentaire
Dans unechaîne alimentaire, chaque population constitue un maillon ou un
niveau trophique. Ainsi, on distingue :
 1er niveau : les producteurs
Ce sont les êtres autotrophes et sont constitués des végétaux verts, ils
sont capables de fabriquer la matière organique à partir des éléments
minéraux par photosynthèse.
 2ème niveau : les consommateurs du 1er ordre
Ce sont les animaux végétariens (qui se nourrissent uniquement de
végétaux).
 3ème niveau : les consommateurs du 2ème ordre
Ce sont les animaux carnivores qui se nourrissent des végétariens. C’est
l’ordre des prédateurs.
 4ème niveau : les consommateurs du 3ème ordre ou super
consommateurs
Ce sont les animaux carnivores et omnivores (qui se nourrissent de
tout). Ce sont les super prédateurs et aussi les parasites (poux, puces).
NB : une chaîne alimentaire peut faire apparaître les 3 grandes fonctions
que sont :
 Le niveau des producteurs : ce sont les végétaux verts (êtres
autotrophes).
 Le niveau des consommateurs (1, 2 et 3e ordre) : ce sont les
animaux (êtres hétérotrophes).
 Le niveau des décomposeurs : ce sont les bactéries et les
champignons qui, en se nourrissant des débris végétaux et des cadavres
transforment la matière organique (morte) en matière minérale.
2.4- Comment élaborer une chaîne alimentaire
Pour élaborer une chaîne alimentaire, il faut toujours la relation trophique
et la symboliser par une flèche
. Exemple : « est mangé
par… »
Exemple de réseau alimentaire
Feuilles
Papillons
Décomposeur
Criquets
Oiseaux
Hommes
VI- PYRAMIDE ECOLOGIQUE
1- Définition
Une pyramide écologique est une représentation quantitative des
niveaux trophiques d’une chaîne alimentaire. Elle permet de visualiser la
diminution de matière ou d’énergie mise à la disposition de chaque
écheon.
2- Quelques types de pyramides écologiques
La pyramide des nombres : elle met en évidence le nombre
d’individus consommés dans chaque niveau trophique.
La pyramide des biomasses : elle exprime la quantité de matière
végétale ou animale produite ou consommée dans chaque niveau
trophique (en g /m2 ou T/ha).
La pyramide des énergies : elle exprime la quantité d’énergie
produite ou consommée dans chaque niveau (en Kcal/m2).
Exemple de pyramide écologique
L’écologie est l’étude des interactions entre les êtres vivants dans
leur milieu. Le terme écologie vient du mot grec oikos qui veut dire
maison, habitat et Lagos science ou connaissance. L’étude de
l’écologie se base essentiellement sur les êtres vivants (biocénose) et
le milieu physique (biotope) dont le tout forme l’écosystème. Il
existe deux types d’écosystème qui font l’écosystème terrestre et
l’écosystème aquatique.
Dans le cadre de notre travail nous nous intéressons à l’écosystème
aquatique.
I Définition
Un écosystème est un milieu naturel composé d’eau d’espèce très
diverses qui interagissent de façon variées en établissant divers
relations entre elles.
II les composants de l’écosystème aquatique
1- Le biotope ou le milieu physique
2- La biocénose ou la composante biologique
II/ LES DIFFERENTS TYPES D’ECOSYSTEME
IV le mode de vie dans l’écosystème aquatique
1- La chaine alimentaire
La chaine alimentaire est toutefois un concept qui ne s’applique pas aussi simplement et
linéairement dans la nature. Elle caractérise une suite de relations alimentaires existant entre les
êtres vivants : chaque être vivant mange celui qui le précède. Il existe autant de chaînes alimentaires
que de milieux. On distinguera par exemple la chaîne alimentaire aquatique de la chaîne alimentaire
terrestre. Dans le milieu aquatique, on distingue notamment la chaîne en océan profond de celle de
l’océan surface.
2- Le réseau trophique
Un réseau trophique est un ensemble de chaîne alimentaire liées entre elles au sein d’un écosystème
et par lesquelles l’énergie et la biomasse circulent échanges d’élément tel que le flux de carbone et
d’azote entre les différents niveaux de la chaîne alimentaire, échange de carbone entre les végétaux
autotrophes et les hétérotrophes
Téléchargement