Pour quelles raisons faut-il protéger ses yeux du rayonnement

advertisement
- Pour quelles raisons faut-il protéger ses yeux du rayonnement solaire ?
L’œil est un magnifique organe de 1 millions de cellules visuelles qu’il faut protéger des
chocs physiques, chimiques et des rayonnements Ultra-violets si nous voulons le garder
opérationnel plus de 100 ans.
Les U.V (Rayons Ultra-violets) sont des rayons nocifs et invisibles émis par le soleil.
Il y en a 3 types :
• Les UVA (entre 315 et 380 nm) : ils sont la principale cause de vieillissement de l'œil. Ils
provoquent la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA), qui peut amener une perte de
vision centrale très invalidante, mais aussi l'opacification du cristallin qui est la loupe que
nous avons dans l’œil. Quand cette loupe devient opaque vers 60 à 80 ans, il faut l’enlever,
c’est la fameuse cataracte de nos grands mères qui est opérée avec succès. Plus de 560.000
interventions en 2008 en France! C’est de loin la première au « box office ». Mais dans le
monde il y a 20 millions d’aveugles à cause de la cataracte, dont 5 millions à cause des UVA,
car il n’y a pas assez d’ophtalmologistes pour les opérer ou pas de sécurité sociale. (C’est
bête, n’est-ce pas !)
• Les UVB (entre 280 et 315 nm) : nocifs, ils sont à l'origine des “coups de soleil”, qui sont
des brûlures du 1er et 2e degré. Sur l’œil non protégé, ils brûlent la cornée, ce hublot
transparent que nous avons à l’avant de l’œil, provoquant irritation, sensation de grains de
sable sous la paupière, puis bien vite brûlure, larmoiements, rougeur et violente et longue
douleur. Cette kératoconjonctivite est appelée « ophtalmie des neiges». Traitée, elle guérit en
3 à 4 jours, mais elle fragilise l’œil plusieurs semaines et on s’en souvient longtemps. Elle est
fréquente à la montagne et aussi à la mer.
L’observation directe du soleil peut brûler encore plus loin dans l’œil : la rétine et sa partie
centrale appelée la macula. Alors là, pas de joker, c’est le risque de cécité. L’éclipse du 11
août 99 a entraîné 16 cécités et 135 baisse de vision définitive !
• Les UVC (entre 100 et 280 nm) : ce sont les plus dangereux pour l'œil mais sont
heureusement filtrés par l'ozone de la haute atmosphère. Ils peuvent provoquer une
inflammation de la conjonctive : le blanc de l’œil devient rose.
- Quelles sont les lieux et situations particulièrement à risque ?
(Montagne, milieu de la journée etc.)
A La montagne et à la mer, l’action du soleil est beaucoup plus importante parce qu’il y a
beaucoup plus de rayons UV.
En altitude, ils sont moins filtrés par l’atmosphère, leur quantité augmente de 4% tous les
300m. De plus la neige réfléchit 83% des UV (80 fois plus que l'herbe et 4 fois plus que
l'eau). Cette quantité d’U.V. réfléchie par le sol ou la mer et qui peut entrer dans l'œil est
donc très importante surtout quand le soleil est entre 11h et 16h car la couche d’atmosphère
filtrante est plus mince que quand le soleil se lève ou se couche. Il est donc primordial
d’avoir des lunettes et des masques très couvrants afin d'éliminer la lumière provenant de
toute direction, du haut (ciel), par réflexion (neige ou glace, ou mer) et aussi des côtés pour la
montagne ou les glaciers.
Les personnes souffrant de conjonctivites allergiques doivent également porter des lunettes.
L’œil étant fragilisé pendant cette période, l’exposition aux UV est vivement déconseillée et
accentue les symptômes de l’allergie.
- Comment bien choisir ses lunettes de soleil ?
Avant tout il faut acheter ses lunettes de soleil chez un opticien qui est un professionnel qui
vend des verres solaires dont la qualité fait l’objet de contrôles européens sévères. Ne pas
acheter de lunettes sur le trottoir ! L’opticien vous proposera des verres organiques ou
minéraux selon le sport pratiqué. La protection contre les UV n’a rien à voir avec la couleur
claire ou foncée du verre. Un verre incolore peut filtrer 100 % les UV, un mauvais verre foncé
pas du tout.
La teinte des verres déterminera le rendu des couleurs et le contraste.
La teinte grise offre une excellente restitution des couleurs naturelles en toutes situations
d’ensoleillement et réduit l’intensité lumineuse.
La teinte jaune offre le meilleur des contrastes quand le temps est très nuageux en montagne,
elle a tendance à éblouir dès l’apparition du soleil.
Il est donc fortement conseillé d’utiliser pour les lunettes ou les masques une teinte, marron
ou orange, qui améliorera la vision des contrastes et du relief, mais protégera également de
l’éblouissement.
La teinte verte protège contre l’éblouissement en toute condition, permet une bonne vision des
contrastes et ne dénature pas trop les couleurs.
Les verres polarisants protègent des rayons UV, de l’éblouissement et limitent les reflets du
soleil sur les surfaces réfléchissantes telles que l’eau, la neige… Ils améliorent
considérablement la perception visuelle. Ils peuvent être aussi pénalisants pour la lecture des
écrans à cristaux liquide (GPS, lecteur de carte marine, sondeur…).
Les verres photochromiques : Ils s’adaptent automatiquement à l’environnement lumineux.
Ils protègent des UV à 100 %. Ces verres sont aussi sensibles à la température ambiante ; ils
deviennent plus foncés à basse température, ce qui est idéal à la montagne.
Le confort peut ainsi varier de façon importante suivant la teinte utilisée.
L’opticien conseillera aussi pour l’adaptation des lunettes de soleil ; pêche, plage, sports …et
pour les enfants : Leurs yeux sont très sensibles au soleil.
De 3 mois à 10 ans, des lunettes de soleil adaptées à un enfant doivent avoir :
-des verres organiques de catégorie 4,
-des branches souples enveloppantes,
-un pont bas car l’enfant n’a pas de racine nasale,
-une forme montante des oculaires car, dans le monde des adultes, l’enfant à un champ de
vision vers le haut,
-un cordon élastique de maintien.
Dr Marc-Vidal Sadoun, Ophtalmologiste en collaboration avec Gilles Demetz, Opticien,
pour les conseils dans le choix des lunettes.
Téléchargement