La Pangée déchirée : réponse à l`énigme Qu`en est

publicité
La Pangée déchirée : réponse à l’énigme
La théorie d’Alfred Wegener s'appuie principalement sur la complémentarité qu'il constate entre les
côtes de part et d'autre de l'océan Atlantique (arguments cartographique. On lui objecta que cette
complémentarité ne serait qu'une illusion disparaissant pour un niveau très différent de la mer.
Toutefois cette complémentarité topographique n'est pas le seul argument présenté par Wegener.
De multiples indices confortent l'idée d'une dérive des continents, qui auraient formé il y a 200
millions d'années un super-continent unique, la Pangée, bordé d'un super-océan, la Panthalassa :
Argument géologique : similitude des ensembles géologiques situés de part et d'autre de
l'océan Atlantique (âge et nature des terrains, orientation des déformations)
Arguments paléontologiques : les fossiles des continents américain et africain montrent que
la faune et la flore de ces deux continents étaient très semblables jusqu'au début de l'ère
secondaire (-200 millions d'années), époque à partir de laquelle les fossiles divergent sur
chacun des continents.
Arguments climatiques : La présence de vieilles moraines glaciaires datées du Carbonifère en
Afrique du Sud et en Australie atteste d'un climat glaciaire à cette époque, tandis que des
fossiles de fougères arborescentes retrouvés dans les sédiments carbonifères d'Europe et
d'Amérique du Nord témoignent d'un climat tropical à la même époque.
Qu’en est-il donc pour notre énigme ?
Ci-dessous les documents rassemblés à la manière de … Wegener :
Document 1 : indices cartographiques

Conclusion : La complémentarité des contours n’est pas très flagrante … on aurait tendance à choisir
l’emplacement 2, mais cela ne suffit pas ….
Document 2 : indices paléontologiques
Conclusion : Les indices paléontologiques (étude des fossiles) ne nous aident pas. On trouve des
‘Glossopteris’ un peu partout. Impossible de trancher pour une localisation !!
Document 3 : indices paléoclimatiques

Conclusion : Même chose avec les traces de calottes polaires. Bien difficile de placer Madagascar …
Seule la position 1 semble exclue !
Document 4 : indices géologiques

Conclusion : Les indices géologiques nous sauvent ! Seule la position 3 est compatible avec les indices
géologiques. On constate que Madagascar est caractérisée par des failles majeures et des cratons
dont le prolongement se retrouve en Inde et dans la zone 3 de l’Afrique.


Réponse à l’énigme : On voit bien que les indices cartographiques ne suffisent pas à reconstituer la
Pangée. Le géologue se doit d’accumuler les indices issus de disciplines différentes avant de conclure
quitte à ce que la solution ne soit pas la plus évidente !! La position 3 était la solution.
Pour aller plus loin :
Les arguments utilisés par A. Wegener ne sont pas si évidents. Si dans l’Atlantique, ces arguments
sont efficaces, il n’en est pas de même partout ailleurs. Mais la principale faiblesse que présente la
théorie de Wegener est liée à la raison véritable de la dérive des continents : il impute, à l’époque,
l'origine de ces mouvements aux marées lunaires. Cette hypothèse par trop inexacte permet aux
géophysiciens opposés à cette idée (dont notamment le Britannique Harold Jeffreys) de la torpiller
en « démontrant » qu'elle est physiquement irréalisable. De plus, les données sismiques démontrent,
à cette époque que le globe terrestre est solide. Cette opposition forte a eu pour conséquence de
conforter pour un temps la communauté des géologues sur ses positions « antimobilistes ».
Bien plus tard, Wegener trouvera cependant un soutien dans la communauté scientifique qui
montrera la réalité d’un mouvement de la surface du globe.
Le modèle de la tectonique des plaques s’imposera progressivement par l’accumulation de données
la plupart venant des observations de l’océanographie naissante dès les années 1950
Parmi les grands artisans de la construction du modèle de la tectonique des plaques, on trouve Harry
Hammond Hess, un officier de marine et géologue américain (1906-1969). Lors de ses nombreuses
plongées, ses observations l’amenèrent à affirmer que le plancher océanique traduisait des
mouvements de convection du manteau terrestre : les dorsales mettaient en évidence les courants
ascendants et les fosses océaniques les courants descendants. La croûte océanique, créée au niveau
des dorsales et enfouie au niveau des fosses océaniques, était continuellement recyclée alors que la
croûte continentale, à cause de sa légèreté, était condamnée à dériver à la surface de la Terre. Il
proposa ainsi un modèle de l'étalement des fonds océaniques. Le rapport de Hess a été très
controversé : il a déclenché une révolution en sciences de la terre.
Il restait à entreprendre une exploration systématique du plancher océanique, notamment par un
programme de forages profonds qui débutera dans les années 1960 ! Harry Hess en était un grand
partisan
Nous partons bientôt vers le Pacifique au dessus d’un rift qui porte sont nom : Hess Deep Rift !
Téléchargement
Explore flashcards