A. Arguments syntaxiques

publicité
Chapitre 11
Les constructions transitives indirectes
[ SN1 + V + (SN2) + à + SN3 ]
________________________________________
= constructions transitives où le verbe régit un complément nucléaire
introduit par une préposition, le plus souvent à ou de (prép. incolores)
1. Datif /vs./ non datif
Pronominalisation personnelle
Transformation interrogative
>
clitique y
>
à + pronom disjoint
>
pronom clitique datif
>
à qui ?
>
à quoi?
>
où ?
A base de ces critères nous distinguons 3 types de compléments nucléaires :
1.
Complément locatif
- nucléaire ou périphérique
- prép à n’est pas fixe (pas sélectionné par le verbe)
2.
Complément véritablement prépositionnel
- la préposition fixe se maintient dans la pron. interr.et pers.
( à + forme forte du pronom)
3.
Complément datif
- la préposition fixe ne se maintient pas dans la pron. pers.
(pronom clitique, antéposé au verbe)
L’hypothèse du double à < Kayne
(1) à vraiment prépositionnel > complément indirect
(2) à = marque casuelle > complément indirect
traits pertinents:
- pronominalisation personnelle
- renvoie à une référent humain1
Dans certains cas toutefois, le datif peut être non humain. Ce qui frappe toutefois, c’est qu’on ne trouve le datif,
humain ou non humain, qu’avec des verbes qui demandent dans leur emploi prototypique un complément humain
plutôt que non humain. Les référents non huamins sont en quelque sorte ‘humanisés’.
1
On obtient donc le plus ouvent la structure suivante:
(verbes bi-valents / tri-valents)
SN 1 [Hum.] + V + ( SN2 [Hum.] ) + à + SN3 [Hum.]
2. Les clitiques datifs et leurs sources lexicales
“ Proviennent-ils toujours d’un complément en ? ”
Dans plusieurs cas, les clitiques lui / leur semblent correspondre à un autre type de
complément prépositionnel. (p.ex. pour + SN) Les tests et arguments suivants prouvent
qu’en réalité les clitiques datifs présupposent toujours une source [ à + SN ], même si
dans certains cas ce à est caché.
A. Arguments syntaxiques
1. Le non effacement du quantificateur tous
tous > peut se maintenir en place lors de la pronominalisation du SN
dans lequel il figure
à peut rester derrière, et non pas pour
2. La pronominalisation par le pronom fort
pour + SN > il existe une pronominalisation par le pronom fort
La ciliticisation obligatoire là où elle est possible
cliticisation et pron. par le pron. fort s’exluent mutuellement
- pour + SN  pour + pron. fort
- lui  à + SN
3. La dislocation à droite
= placer hors phrase un des constituants de la phrase (en tête ou en fin de
phrase) – remplacé à l’intérieur de la phrase par un pronom généralement
clitique
disloc. à droite : répétition de la prép. obl.
il n’ya que à qui peut figuer dans le constituant détaché
4. Compatibilité
- leur + pour SN
à / pour ne sont pas du même niveau
- à + pour
( 1 seule fois le même type de compl. pour 1 V. )
B. Argument sémantique
La prép. à implique un rapport beaucoup plus direct entre le sujet et le complément
que pour.
3. Quelques types de datifs
A. Les datifs syntaxiques
> figurent aussi bien sous forme nominale que sous forme pronominale
a+b) Datif lexical vs. datif étendu
1. Omission du datif
DL > fait partie de la définition lexicale du verbe
omission du datif > construcction elliptique (nucl. ! )
> exprime un échange  nécessairement 3 actants (‘verbes datifs’)
* datif-destinataire
* datif-source
( = datif privatif)
DE > interprétation dative n’est pas liée au verbe
(datif en quelque sorte surajouté – pas nucl.)
2. Omission du COD
DL > effet elliptique >> datif et COD des actants au même titre
DE > phrase agrammaticale >> présence du COD capitale
3. Transformations affectant le COD
 déplacement
Tests:
ou pronominalisation du COD ( > éloigné du datif )
- le clivage
- la pronominalisation du COD
- la passivation
DL > résultats excellents
COD et datifs entièrement indépendants / actants au même niv.
DE > résultats douteux ou franchement mauvais2
- extrêmement lié au COD
- s’attache en fait au lien entre le V et COD
(compl. intermédiaire qui se situe au niv. du préd. verb.)
Cependant, si le datif est pronominalisé, le COD peut l’être aussi ! Ainsi il ne peut s’agir que d’un datif lexical
dans la phrase ‘Je l’ai pris à mon frère’ à cause du fait que le COD a été pronominalisé seul.
2
4. Compléments [à + SN] ou [ pour + SN ]
DE > certaine synonymie avec les compléments en pour 3
!!! Quand même quelques différences entre à et pour:
- à implique la réal. du don, semble ancré dans l’aspect résultatif du procès
- [pour + SN] plus mobile > périphérique que [à+SN]
- [pour + SN] incident à la phrase / [à+SN] incident au prédicat
* éloignement du COD n’est pas possible
* [pour+SN] implique nécessairement un contrôle sur le processus
- avec [à+SN] : la présence du COD = indispensable
5. Différences sémantiques
DL
Verbes datifs - Verbes de transfert
- de donnation / privation
- de communication
DE
Toute une série de verbes > bénéficiaire
MAIS
2 contraintes sémantiques
- les verbes statiques refusent le datif étendu
(plus l’act. est élaborée et volontaire, plus le dat. est acceptable)
- il faut que le troisième actant ait un lien d’intéressement au
procès ( marque explicite = adjectif possessif )
Variante: datif de possession inaliénable
(confirme que le datif étendu est très lié au objet !)
6. Distribution
Le DE est beaucoup plus fréquent sous la forme d’un pronom que sous la forme
d’un groupe prépositionnel lexicalisé alors que pour le DL les deux réalisations
sont équivalentes.
c) le datif épistémique
1. Périphrase d’une complétive (+ verbes d’opinion)
Pierre croit qu’il [a] des amis partout
Compl.
Montée du sujet de la subordonnée à la proncipale
+ effacement du verbe avoir
Pierre se croit des amis partout
3
CDE
Possible pour le DL aussi, mais entraînant dans ce cas-ci un changement de sens important
COMP: CAO
Pierre croit qu’il [est] intelligent
Compl.
Montée du sujet de la subordonnée à la proncipale
+ effacement du verbe être
Pierre se croit intelligent
CAO
D’après Ruwer, il est douteux qu’il s’agisse ici d’une transformation entre deux
structures. Il y a bel et bien une relation systématique entre les deux, mais pas de
lien de dérivation. Preuves :
1. la ‘transformation’ CDE n’est pas toujours possible
> il faut que le SN objet de avoir décrive une propriété du sujet
2. différence sémantique
a)
la constr. avec datif comporte l’idée que l’opinion n’est pas fondée
b)
la CDE prend un sens actif / performatif – compl. = simple opinion
c)
la compl. implique la vérité de son contenu
3. D’une part la CDE existe avec quelques verbes datifs typiques qui ne
permettent pas pour autant la construction complétive.
D’autre part il y a aussi des verbes qui n’admettent que la complétive.
B. Les datifs non syntaxiques
> pas de correspondance entre le cilitique datif et un SN
a) Les datifs pronominaux
> sémantique du bénéficiaire ou de l’actant plus intéressé au procès
 il s’ajoute un pronom pronominal de la troisième personne afin
de renforcer l’implication
De telles constructions ne peuvent pas être remplacées par [à+SN]
et les verbes en pourraient être considirées comme des pronominaux
intrinsèques ( > faisant partie en tant que tel du lexique)
b) Les datifs éthiques
ex. Paul te fabrique une table en 20 minutes.
>
trois interprétations :
- interlocuteur spécifique > datif étendu
- interlocuteur générique > datif étendu générique
- témoin, observateur
> datif éthique
Caractéristiques du datif éthique :
- sémantiquement proche de l’interlocuteur générique
- formellement identique aux datifs syntaxiques
MAIS indépendant de la poss. d’avoir un complément [à+SN]
 peut
apparaître avec n’importe quel verbe *
- compatible avec un datif syntaxique
- valeur emphatique
- contraintes
* il faut que le contenu de la phrase décrive un procès qui
ait de l’intérêt pour l’interlocuteur
+ procès = spectaculaire
* pas possible à la troisième personne :
La personne dénotée par le datif éthique n’est pas engagée
dans le procès, alors que celle que dénote la troisième pers.
l’est nécessairement.
DONC :
DATIF
à + SN
* [à + SN]
SYNTAXIQUE
* [ < verbe]
< verbe
NON SYNTAXIQUE
< compl.
COD !
se sans
fonction synt.
observateur
intérêt au procès
Etendu
Lexical
Epistémique
Pronominal
Ethique
Poss. Inalién.
_____________________________________________________________________________
Téléchargement
Explore flashcards