Quimper. Grâce à la tomothérapie, le cancer mieux soigné

advertisement
OuestFrance.fr
05 novembre 2016
Quimper. Grâce à la tomothérapie, le cancer mieux soigné
Le centre hospitalier de Quimper (Finistère) renforce son arsenal anticancer.
Désormais, un équipement de tomothérapie améliore les traitements par
radiothérapie.
« Pour guérir le cancer, nous disposons de deux armes principales. D’abord la chirurgie,
ensuite, la radiothérapie. » Le Pr Olivier Pradier est chef du pôle de cancérologie et
d’hématologie du centre hospitalier universitaire de Brest. « Si la radiothérapie est née à la
toute fin du XIXe siècle, la technique n’a cessé de s’améliorer ». Le centre hospitalier de
Quimper bénéficie de ces améliorations. Il est doté depuis juin d’un équipement de
tomothérapie qui vient s’ajouter à deux appareils de radiothérapie utilisant une autre
technologie.
Réduire les effets secondaires
« Le nouvel appareil permet d’épouser parfaitement les contours de la tumeur », précise le
Dr Dominique Gouders, chef de service de radiothérapie au centre hospitalier de Quimper.
Grâce à cette caractéristique, il est possible d’augmenter les doses sur les zones à traiter,
sans craindre de toucher les tissus sains et les organes proches. « En réduisant les effets
secondaires, le traitement est ainsi mieux supporté par le patient. Et donc plus efficace. »La
tomothérapie est particulièrement recommandée pour certains cancers : ORL, pelvien,
gynécologique… Depuis la mise en service de l’appareil, en juin, 70 patients ont bénéficié de
ce nouveau traitement à Quimper. Le centre hospitalier de Quimper renforce ainsi son
plateau de radiothérapie qui mobilise 40 professionnels : radiothérapeutes, radiophysiciens,
manipulateurs radio…
Collaboration avec Brest
Les malades viennent de l’ensemble du Finistère. Car le nouvel équipement est "partagé"
entre le centre hospitalier de Quimper et celui de Brest. C’est la philosophie d’une
organisation qui se veut rationnelle sur le plan financier : un appareil de tomothérapie coûte
environ 4 millions d’euros. De son côté, le centre hospitalier de Brest dispose d’appareils
utilisant une autre technologie. Les malades de Cornouaille peuvent naturellement en
bénéficier.
Le calendrier est chargé pour le centre hospitalier de Quimper. Dans le domaine du
diagnostic, grâce à une coopération public-privé, le centre hospitalier vient de se doter d’un
Tep scanner. L’arsenal anticancer s’étoffe et ce n’est pas un hasard. « Le Finistère présente
des indicateurs de santé publique en cancérologie plus dégradés que la région Bretagne,
elle-même défavorisée par rapport à l’ensemble du territoire national », rappelle le centre
hospitalier.
Téléchargement