L`infaillibilité pontificale ne signifie pas que le Pape soit exempt du

advertisement
LA PAPAUTÉ CATHOLIQUE ACCEPTE D'ÉCORNER SON INFAILLIBILITÉ,
LES LINGUISTES TENTENT "NIAISEMENT" DE LA RÉCUPÉRER
Le monde contemporain média-médio-cacocratique (en écriture manuscrite former bien le "o" pour qu'il
ne ressemble par à un "a") réserve bien des surprises.
La papauté catholique apostolique romaine ayant le dogme de l'infaillibilité en ce qui concerne la foi et la
morale accepte cependant que le Pape puisse commettre des péchés et des erreurs.
Les linguistes (masculin et féminin)1, eux, veulent atteindre le summum de l'infaillibilité linguistique au
point de ne jamais pouvoir commettre de "péchés" (façon d'écrire) et des erreurs dans leur domaine de
compétence en général et en créolité francophone en particulier. Ce sont des dieux et des déesses de
l'Olympe. Il(Elle)s sont né(e)s des cuisses de Jupiter. Plus d'essence divine qu'elles et eux, tu meurs! Y'a
pas photos! Foutaises! Mon œil!
Ils se disent "comme la nature a horreur du vide" et selon le principe des vases communicants, si
l'infaillibilité papale flanche et meurt "de sa belle mort par le volume et le poids de ses turpitudes et
niaiseries" alors nous, les linguistes, nous devons tout faire pour l'acquérir. Il(Elle)s pensent l'avoir déjà.
Grenouilles de bénitier linguistique qui veulent se faire plus grosses que des vaches, plus papales que le
Pape! TCHUIP!
Des extraits de Wikipédia.fr (cf. Internet, Wikipédia pour le texte intégral original) mentionnent ce qui
suit:
1. INFAILLIBILITE PONTIFICALE (Source: WIKIPEDIA)
Pour l'Église catholique apostolique romaine, l'infaillibilité pontificale est un dogme selon lequel le Pape ne
peut se tromper lorsqu'il s'exprime ex cathedra (c'est-à-dire en tant que Docteur suprême de l'Église et en
engageant sa pleine autorité apostolique), et ce, en matière de foi et de morale.
Ce dogme a été défini solennellement en 1870 lors du premier concile œcuménique du Vatican, quoique
l'Église lui confère des origines anciennes. Il est à l'origine du schisme mineur de l'Église vieille-catholique.
Il est en revanche un point d'achoppement majeur dans le dialogue œcuménique avec l'Église orthodoxe,
les Églises protestantes, Evangéliques contemporaines et l'Église anglicane, et un point de rupture
définitif pour la Philosophie rationaliste qui y voit le sommet de l'argument d'autorité.
AJOUTS DE DJA: Et même de nos jours, en plein XXIème siècle, ce serait considéré comme une hérésie de
dire qu'aucun être humain sur la planète Terre, fût-il le Saint Pontife, Pape François Ier, "inspiré et
illuminé" par Dieu, fût-il le Représentant de Dieu sur Terre, puisse être doué d'infaillibilité, et ce dans
n'importe quel domaine que ce soit, et ainsi même dans la foi et les mœurs.
Et pourtant l'on connaît les turpitudes papales de l'Histoire. Citer les BORGIA est uniquement suffisant.
Mais l'on vous dira que cela n'a rien à voir avec l'infaillibilité dogmatique. C'étaient des erreurs, des
péchés. Tours de passe-passe et tous les gogos (les 2 sexes, ne pas l'oublier), "cathos", béats, laudateurs
AYIBOBO car vodouisants aussi dans certains pays (ex. Bénin, Haïti, Brésil, Cuba, …), gobent! Tout devient
lumineux dans le meilleur des mondes! TCHUIP!
1
Les linguistes en général, les linguistes francophones, les linguistes créolophones francophones, les linguistes
haïtiens en particulier et surtout les terminologues. Ne point oublier que dans tout mon texte la parité générique,
sexuelle, est de mise, voire de rigueur!
La constitution dogmatique Lumen gentium (21 novembre 1964) proclamée par le 2e concile du Vatican
explicite : « Le Pontife romain, chef du collège des évêques, jouit, du fait même de sa charge, de cette
infaillibilité quand, en tant que pasteur et docteur suprême de tous les fidèles, et chargé de confirmer ses
frères dans la foi, il proclame, par un acte définitif, un point de doctrine touchant la foi et les mœurs. »
L'infaillibilité pontificale ne signifie pas que le Pape soit exempt du péché, ni qu'il ne puisse commettre des
erreurs.
2. CONDITIONS DE L'INFAILLIBILITE PONTIFICALE (Source: WIKIPEDIA)
Une déclaration d'un Pape qui exerce l'infaillibilité pontificale est considérée comme une définition
pontificale solennelle ou enseignement ex cathedra. On ne doit pas confondre un tel type de déclaration
avec des enseignements qui sont infaillibles du fait d'une définition solennelle d'un concile œcuménique
ou avec des enseignements qui sont infaillibles du fait qu'ils proviennent du magistère ordinaire et
universel.
Selon l'enseignement du concile Vatican I et de la tradition catholique, les conditions requises pour
l'enseignement ex cathedra sont les suivantes :
1. « Le pontife romain »
2. « parle ex cathedra » (c'est-à-dire dans l'accomplissement de sa fonction comme pasteur et enseignant
de tous les chrétiens, et en vertu de son autorité apostolique suprême).
3. « Il définit »
4. « qu'une doctrine concernant la foi ou les mœurs »
5. « doit être tenue pour vraie dans toute l'Église ».
Un enseignement « infaillible » d'un Pape ou d'un concile œcuménique peut contredire des enseignements
antérieurs de l'Église, dans la mesure où ils ne sont pas eux-mêmes considérés comme infaillibles. Dans ce
cas, les enseignements faillibles antérieurs sont immédiatement abrogés. Évidemment, un enseignement
infaillible ne peut pas contredire un enseignement antérieur infaillible, y compris les enseignements
infaillibles de la Bible ou de la Tradition. Aussi, du fait du sensus fidelium, un enseignement infaillible ne
peut pas être contredit ultérieurement par l'Église catholique apostolique romaine.
3. USAGE DE L'INFAILLIBILITE PONTIFICALE (Source: WIKIPEDIA)
Un Pape invoque l'infaillibilité pontificale lorsqu'il proclame solennellement un dogme. Cela ne s'est produit
qu'une (1) seule fois depuis 1870, pour le dogme de l'Assomption de la Vierge Marie, proclamé par le Pape
Pie XII en 1950, après consultation des évêques du monde entier. Du point de vue de la doctrine
catholique, le Pape pourrait invoquer l'infaillibilité pontificale en matière de morale, mais, à proprement
parler, ce ne fut jamais fait, même dans les affirmations les plus fermes de Paul VI dans l'encyclique
Humanae Vitae en 19686 excluant la contraception artificielle, ou celles de Jean-Paul II dans l'encyclique
Evangelium vitae condamnant l'avortement provoqué et l'euthanasie en 19957.
Dans un tout autre domaine, la lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis de Jean-Paul II du 22 mai 1994
déclarant que l'Église n'a pas le pouvoir d'ordonner des femmes prêtres, ne constitue pas un enseignement
ex cathedra définissant un dogme de foi. Toutefois, à l'occasion du motu proprio Ad Tuendam Fidem, il a
été rappelé qu'Ordinatio Sacerdotalis a tranché la question de manière définitive, et que son contenu
relève du domaine de l'infaillibilité du Magistère ordinaire.
4. DESACCORDS AVEC CETTE DOCTRINE (Source: WIKIPEDIA)
4.1.
SCHISME VIEUX-CATHOLIQUE
Un certain nombre de fidèles catholiques, notamment en Allemagne, Suisse et Hollande, ont refusé les
conclusions du concile de Vatican I et notamment la proclamation du dogme de l'infaillibilité. L'archevêque
« vieil-épiscopal » d'UTRECHT, dont la position est issue d'un schisme antérieur, Mgr Loos, s'associe au
mouvement et l'aide à se structurer. L'acte fondateur de la nouvelle église est la Déclaration d'Utrecht
adoptée en 1889.
4.2.
POSITION DES EGLISES ORTHODOXES
Pour les Eglises orthodoxes, l'infaillibilité pontificale est totalement inconcevable. Par principe, l'Église
orthodoxe ne prend que des décisions collégiales, c'est pourquoi le choix d'une décision unilatérale est
choquante pour ces églises8. Les synodes réunissant les évêques orthodoxes sont rarissimes, pourtant,
ceux-ci se sont réunis en 1848, pour mettre en garde l'Église catholique sur son choix d'établissement de
l'infaillibilité pontificale8. Les églises orthodoxes considèrent qu'une fois de plus, l'Église catholique prend
des libertés avec les textes du christianisme en introduisant des nouveautés non canoniques et en
rajoutant des difficultés dans le dialogue œcuménique.
Pour Justin POPOVIC, parfois considéré comme un Père de l'Église orthodoxe, le dogme de l'infaillibilité
pontificale constitue la troisième grande chute de l'humanité, après celle d'Adam et de Judas. Comme
Adam et Judas, le Pape veut devenir bon, parfait, dieu, par lui-même9.
4.3.
POSITION DES EGLISES PROTESTANTES
Le Protestantisme, depuis ses débuts, ne reconnait pas l'autorité du Pape comme chef de la chrétienté.
Seul Jésus-Christ est reconnu comme tel10. L'enseignement contenu dans la Bible est considéré comme
unique élément normatif pour la foi, c'est-à-dire que toute affirmation dogmatique doit pouvoir
s'appuyer sur les propos bibliques. S'il y a contradiction entre l'enseignement biblique et l'enseignement
de l'Église, cette dernière doit revoir son opinion et se conformer aux Écritures. Par exemple, l'affirmation
dogmatique déclarée infaillible sur l'Assomption de Marie ne peut être reconnue valide en milieu protestant,
car elle ne trouve aucun fondement dans la Bible11.
5. « INFAILLIBILITE » ET « PRIMAUTE »
L'infaillibilité pontificale, qui concerne donc la véracité des actes pontificaux en matière de Foi et de
morale, est souvent confondue avec la primauté pontificale, qui concerne l'autorité juridictionnelle du Pape
dans l'Église.
6. AUTRE INFAILLIBILITE : LES CONCILES ŒCUMENIQUES
Le Pape n'est cependant pas seul à disposer de l'infaillibilité. Conformément au droit canonique: « Can. 749
- § 2. Le collège des évêques jouit lui aussi de l'infaillibilité dans le magistère lorsque les évêques assemblés
en concile œcuménique exercent le magistère comme docteurs et juges de la foi et des mœurs, et
déclarent pour l'Église tout entière qu'il faut tenir de manière définitive une doctrine qui concerne la foi ou
les mœurs ; ou bien encore lorsque les évêques, dispersés à travers le monde, gardant le lien de la
communion entre eux et avec le successeur de Pierre, enseignant authentiquement en union avec ce
même Pontife romain ce qui concerne la foi ou les mœurs, s'accordent sur un point de doctrine à tenir de
manière définitive. »
Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé
« Papal infallibility » (voir la liste des auteurs)
1.
2.
3.
↑ Constitution dogmatique [archive] Pastor Æternus, chap. 4
↑ Fundamentals of Catholic Dogma, Bk. IV, Pt. 2, Ch. 2, §5
↑ Benoit XVI, audience générale du 5 mars 2008, Léon le grand, sur le site du Vatican [archive] « Cette foi en
Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, était affirmée par le Pape dans un important texte doctrinal adressé à
l’Évêque de Constantinople, qui s’intitule Tome à Flavien, qui, lu à Chalcédoine, fut accueilli par les Évêques
présents avec une acclamation éloquente, dont la description est conservée dans les actes du Concile : "Pierre
a parlé par la bouche de Léon", s’exclamèrent d’une seule voix les Pères conciliaires. »
4. ↑ Cf. Jean-Yves Lacoste (dir), Dictionnaire critique de théologie, 1998, PUF, article « Vatican I », par Claude
Bressolette.
5. ↑ Wie Der Papst Unfehlbar Wurde: Macht und Ohnmacht eines Dogmas, R. Piper & Co. Verlag (1979)
6. ↑ « En conformité avec ces points fondamentaux de la conception humaine et chrétienne du mariage, nous
devons encore une fois déclarer qu'est absolument à exclure, comme moyen licite de régulation des
naissances, l'interruption directe du processus de génération déjà engagé, et surtout l'avortement
directement voulu et procuré, même pour des raisons thérapeutiques. Est pareillement à exclure, comme le
Magistère de l'Église l'a plusieurs fois déclaré, la stérilisation directe, qu'elle soit perpétuelle ou temporaire,
tant chez l'homme que chez la femme. Est exclue également toute action qui, soit en prévision de l'acte
conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se
proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation. »
Le site de la Conférence des évêques de France précise d'ailleurs à l'article "infaillibilité" de son glossaire :
"Est infaillible celui qui n'est pas sujet à l'erreur. Dogme défini par le Concile Vatican I, l'infaillibilité concerne
dans certains cas précis le Pape en tant que pasteur de l'ensemble de l'Église catholique. Le domaine auquel
s'applique cette infaillibilité est strictement circonscrit ; il s'agit exclusivement de la définition de points de
doctrine concernant la foi et la morale en vue d'expliciter le contenu de la Révélation. Se trouvent exclues de
ce domaine, entre autres, les questions de caractère pastoral ou disciplinaire. Ainsi l'encyclique "Humanae
vitae" de Paul VI ou des sanctions ecclésiastiques ne relèvent pas du domaine de l'infaillibilité".
7. ↑ §57 « (…)Par conséquent, avec l'autorité conférée par le Christ à Pierre et à ses Successeurs, en
communion avec tous les évêques de l'Église catholique, je confirme que tuer directement et volontairement
un être humain innocent est toujours gravement immoral. Cette doctrine, fondée sur la loi non écrite que
tout homme découvre dans son cœur à la lumière de la raison (cf. Rm 2, 14-15), est réaffirmée par la Sainte
Écriture, transmise par la Tradition de l'Église et enseignée par le Magistère ordinaire et universel. »
8. ↑ a et b http://www.routard.com/guide/serbie/2364/culture.htm [archive]
9. ↑ l'Homme et le Dieu-Homme, page 149, éditions l'Âge d'Homme
10. ↑ cf. épître aux Éphésiens, 1, 22 : Ep 1. 22 [archive]
11. ↑ Michel Bry, Histoire des religions en Europe : Judaïsme, Christianisme et Islam, éd. De Boeck Université,
1999, p. 73,extrait en ligne [archive]
Bibliographie








Abbé Bernard Lucien, Les degrés d'autorité du magistère, La Nef, 2007 ;
Groupe des Dombes, « Un seul maître » : l'autorité doctrinale dans l'Église, Bayard, 2005 ;
Ch. Theobald, « Première constitution dogmatique sur l'Eglise du Christ : Pastor Aeternus du concile
de Vatican I » in Histoire des dogmes, T. 4, B. Sesboüé (dir), Cerf, 1996, pp. 315-344 ;
K. Schatz, La primauté du pape. Son histoire, des origines à nos jours, Cerf, 1992, notamment les pp.
225-242 ;
G. Thils, Primauté et infaillibilité du Pontife romain à Vatican I et autres études d'ecclésiologie,
Presses de l'Université de Louvain, Louvain, 1989 ;
J. Gadille, « Vatican I, concile incomplet ? », Le Deuxième concile du Vatican, Actes du colloque de
l'École française de Rome, Rome, 1989, 33–45 ;
V. Conzemius, « Pourquoi l'autorité pontificale a-t-elle été définie précisément en 1870 ? »,
Concilium, n° 64, 1971 ;
H. Rondet, Vatican I, le concile de Pie IX. La préparation, les méthodes de travail, les schémas restés
en suspens, Lethielleux, Paris, 1961 ;


E. Cecconi, Histoire du concile du Vatican, Librairie Victor Lecoffre, 1887. Disponible en PDF sur ce
site.
Bibliographie dans la Wikipêdia anglophone, voir : en:Papal infallibility#References
D'ordinaire les notes de référence et la bibliographie sont mentionnées en fin de texte. Il y est dérogé
volontairement. C'est dans le souci de permettre à certaines lectrices et à certains lecteurs de s'informer
un peu plus sur le sujet en question. De ce fait, le texte sera plus compréhensible, déjà du fait que chacun
des termes et notions auront les mêmes définitions et contours pour tout le monde.
Ainsi il est précisé que même l'obédience qui a pour dogme l'infaillibilité a tenu à limiter stricto sensu son
étendue: Foi et Morale. Elle accepte même que l'infaillibilité, papale ou œcuménique, n'interdit pas que
le Pape et le Concile des Evêques ne puissent commettre des erreurs. Elles et eux, les Linguistes, ils n'en
commettent jamais. Tout est dogme chez eux. Tout est dogme "bétonné", "scellé" d'une chape de savoir
avéré pire que celle utilisée dans les usines nucléaires. Toute parole et tout écrit deviennent par leur
bouche et par leurs mains des VERITES. Des dogmes infaillibles. Il est impossible de les modifier même si
l'on décèle des erreurs, même si les innovations contemporaines permettent de les corriger. Pourtant ….!
Le site de la Conférence des évêques de France précise d'ailleurs à l'article "infaillibilité" de son glossaire :
"Est infaillible celui qui n'est pas sujet à l'erreur. Dogme défini par le Concile Vatican I, l'infaillibilité
concerne dans certains cas précis le Pape en tant que pasteur de l'ensemble de l'Église catholique. Le
domaine auquel s'applique cette infaillibilité est strictement circonscrit ; il s'agit exclusivement de
la définition de points de doctrine concernant la foi et la morale en vue d'expliciter
le contenu de la Révélation. Se trouvent exclues de ce domaine, entre autres, les questions de
caractère pastoral ou disciplinaire. Ainsi l'encyclique "Humanae vitae" de Paul VI ou des sanctions
ecclésiastiques ne relèvent pas du domaine de l'infaillibilité".
Vu cette conception restrictive de l'infaillibilité, l'Eglise catholique apostolique romaine admet qu'elle
puisse commettre des erreurs, que la Papauté puisse commettre des erreurs dans tous les autres
domaines autres que la Foi et la Morale. Les linguistes sont infaillibles partout, et spécialement dans la
linguistique, la terminologie, la créolité, … Ils ne peuvent pas commettre des erreurs. Ils ne commettent
jamais d'erreurs.
Dans plusieurs articles faisant les actualités d'octobre 2013, L'Eglise catholique vient d'admettre
partiellement et non pas totalement son erreur dans une phrase du "Notre Père". Depuis 1966, plus de
47 ans, une phrase de cette prière était un blasphème. C'est la suite: "Ne nous soumets pas à la
tentation". L'idée exprimée ainsi avait le sens suivant: Dieu, tentateur, malin (représentant le Mal),
farceur, facétieux, … nous soumet à la tentation pour évaluer nos réactions. Allons-nous succomber!
Allons-nous résister! Alors que l'idée de départ est: "Ne nous laisse pas succomber à la tentation". Dieu,
nous comptons sur votre aide pour résister à la tentation de Satan, du Diable.
Un (ou une) lanceur d'alertes a découvert ce blasphème, et même après 47 ans, la principale prière de la
communauté chrétienne CATHO a subi une modification après réunion du concile œcuménique. La
phrase litigieuse devient: "Et ne nous laisse pas entrer en tentation"2. C'est une phrase en français
bancal. On préfère cela pour éviter le retour direct à la phrase du passé "Et ne nous laisse pas succomber
à la tentation" qui prouverait la fiabilité du Protestantisme dans cette prière. Et ainsi vous constatez que
l'humanité, le caractère humain, mesquin, n'admettant pas de perdre la face, se retrouve encore et
toujours au niveau papal. Alors il faut dès lors douter de l'infaillibilité papale même dans les domaines de
la Foi et de la Morale. Les fidèles catholiques doutent beaucoup à travers le monde. C'est la raison pour
laquelle il y a tant de désaffection des fidèles, surtout dans le catholicisme.
Dommage ces derniers sont déroutés et vont faire le lit grossissant des Eglises dites Evangéliques! Les
pasteurs des ces églises sont des mercenaires religieux ("divine business") guidés par l'appât du gain en
2
Aller à Wikipédia et taper "Notre Père". A la fin de mon texte j'ai essayé de mentionner un tableau extrait de
Wikipédia.
sous sonnants et trébuchants, et certains par la manipulation des fidèles pour le sexe. Je me restreins à
deux (2) églises chrétiennes. Je ne parle pas des autres, vodou, Jéhovah, islam, orthodoxe, juive, … et des
philosophies, Bouddha, Confucius, Dalaï-lama, Taoïsme, Yoga, Zen, …, des sectes, Moon, Scientologie, …
Quelle église choisir? Laquelle est la meilleure? Libre choix à chacun. Ne jamais être un Gourou qui
souhaite imposer ses opinions et convictions à autrui! Mais certaines et certains aimeraient bien être un
tant soit peu guidé(e)s.
Ecartons tout de go l'agnosticisme et l'athéisme. Nos faveurs se portent vers l'obédience protestante
luthérienne wesleyenne. Donc christianisme! Notre choix se porte sur les Eglises protestantes dites
traditionnelles en écartant l'église adventiste du 7ème jour (Je choque un ami pasteur de cette obédience
mais je me dois de lui dire ma vérité. Vu notre amitié, il ne m'en tiendra pas rigueur).
Il est judicieux, ici, de s'interroger sur une nouvelle tendance découverte dimanche 20 octobre 2013 à
LONDRES durant une récente visite. C'est le "Sunday Assembly" (Assemblée Dominicale). C'est une
église, … mais sans DIEU. En discutant avec un responsable et des fidèles, je n'ai pas pu résister à
l'attraction d'y faire une visite, ils m'ont appris qu'il y avait plusieurs pareilles églises en Angleterre mais
aussi dans d'autres contrées anglo-saxonnes: Australie, Nouvelle Zélande, Afrique du Sud, Suède, EtatsUnis d'Amérique, Canada, … L'ambiance est celle d'une assemblée ecclésiastique avec bancs, cierges,
candélabres, autel, … Il y a un personnage principal qui dirige la "cérémonie", un Gourou, un Maître de
Cérémonie. Il y a des chœurs, des servantes, … Il y a des chants, des cantiques, des danses, des alléluias,
des amen, des ainsi-soit-il, … Et il y a eu le nerf de la guerre: la collecte. Le soi-disant "sermon" a englobé
des thèmes variés mais traitant tous d'un futur radieux, du bien-être malgré les inquiétudes et menaces
de la vie présente: environnement, écologie, réchauffement climatique, mal bouffe, emploi, magouille
agro-alimentaire, métro-boulot-dodo, Amour vs. Sexualité, insécurité, immigration, sousdéveloppement, tiers-monde, quart-monde, SDF, ... C'est étrange. Cependant les fidèles avaient l'air
d'être là par choix personnel et surtout avaient l'air d'être en pleine béatitude. C'est leur réunion du
dimanche. Au lieu d'aller à celle habituelle du dimanche au temple ou à l'église, au golf, au tennis, à la
course hippique, au foot, à l'opéra, à une réunion de voisins, au magasin de bricolage, …
Ainsi la conclusion est que la meilleure église est personnelle et individuelle. Croire en Dieu. Prier Dieu.
Faire toujours le Beau-Bon-Bien. Etre adepte et pratiquant quotidiennement les 3B. Ainsi, à mon humble
avis, Dieu verra favorablement un être pareil, le guidera et le mettra bien parmi les siens au jour du
Jugement Dernier. Alors que celles et ceux qui fréquentent des églises pour montrer leur chapeau, leur
chaussure, leurs bijoux, médire sur l'assistance, venir en éclaireur pour leurs prochains ébats sexuels,
pour …, ne seront pas à droite ni à gauche de Notre Créateur. Pourtant elles et ils auront toujours fait
acte de présence au temple (protestantisme) ou à l'église (catholicisme) mais leur vie quotidienne est à
l'opposé à 180° des préceptes divins. Elles (et Ils) pratiquent: la corruption, la prostitution, le sexe rectoverso, la pédophilie, le porno, le vol, le viol, le kidnapping, le "défroquage", le "déchoukage", l'addiction
des gens aux stupéfiants, la fraude fiscale, les mauvaises actions, la diffusion de l'ignorance sur le Net,
l'obscurantisme, les supplices dégueulasses (Père Lebrun), ...
Ma vie en Haïti, en Amérique, en Europe et mes multiples missions en Afrique m'ont fait appréhender
maints dysfonctionnement des églises. Je suis au courant de tellement de turpitudes dans les églises
protestantes et catholiques que je me suis dit que Dieu ne peut pas être présent dans ces églises.
IMPOSSIBLE! Pour les curés: traite des esclaves jadis, pédophilie, atrocités de l'Inquisition jadis, richesse
des lieux de vie et de culte, blanchiment de sous au Vatican, coucheries sexuelles dans les monastères,
pères et mères d'enfants alors que le vœu principal est la chasteté, … Pour le protestantisme, surtout par
les églises évangéliques: sou, sexe, manipulations morale et religieuse, … Pour les sectes: lavage de
cerveau, vie en communauté au profit du gourou et de ses proches, droit de cuissage, ignorance, …
Mais je suis tolérant envers toutes celles et tous ceux qui trouvent leur réconfort dans de telles
obédiences, philosophies, sectes, … Ils adoptent et s'adaptent à ce qu'il(elle)s trouvent bien pour leur
bien-être. Alors tant mieux, surtout s'il(elle)s sont "majeur(e)s et vacciné(e)s. Tant que rien d'illégal,
illégitime, contraire aux bons us et mœurs, contraire à la liberté individuelle, n'est commis, tout est OK!
Le hic énorme est pour les mineur(e)s dans les sectes. Il(Elle)s n'ont pas leur libre choix. Il(Elle)s sont
subordonné(e)s au choix de leurs ascendants. Et là c'est moche si le choix est mauvais, s'il n'est point
conforme aux desiderata intrinsèques des enfants. Il(Elle)s vont porter la croix que leurs parents leur ont
imposé. Il(Elle)s seront imprégné(e)s d'impuissance apprise, de résignation acquise.
Ce que je voulais mettre en exergue et exposer à votre sagacité (pas la sagacité, "prudentia" du Coupé
Décalé ivoirien) est le fait que le catholicisme malgré son dogme d'infaillibilité limitée à deux (2)
domaines cependant, a accepté de débattre, de se remettre en question, et de changer/modifier ce qui
peut être changé/modifié, mutatis mutandis.
Un exemple: Le verset litigieux du Notre Père catholique a subi deux (2) modifications.
Avant 1966, il était quasi comme celui du Protestantisme et d'autres obédiences. La seule différence
fondamentale était que l'on vouvoyait en catholicisme et l'on tutoyait en protestantisme.
Après le concile de 1966 le texte est quasi semblable. Le catholicisme s'est rallié au tutoiement mais a
adopté le verset blasphématoire.
En 2013, le catholicisme corrige sa faute, mais au lieu de le reconnaître en revenant à l'ancienne version,
celle qui a été toujours en cours dans le protestantisme, a préféré cogité tant et plus pour trouver une
formulation bancale en français: "Et ne nous laisse pas entrer en tentation". Hé oui, on est en papauté
mais on reste humain avant tout! Pourquoi donner le gain à l'autre? Pourquoi dire sa "connerie" et
proclamer la vérité de l'autre? Mon Dieu, et le Pape se dit son représentant sur Terre! "Jézu-Mawi-Jozèf",
Il a encore du chemin à parcourir avant d'y arriver à ce rythme-là!
Les terminologues, les linguistes, même celles et ceux qui n'aiment pas le changement vous diront avec
force science que "entrer" n'a point le même sens que "succomber". Ces deux (2) mots ne sont même
pas synonymes.
Des exégètes religieux vont vous faire percevoir dans un futur immédiat que "entrer en tentation" ne
convient pas en religion. Comment faire pour entrer en tentation? Qui peut expliquer? En outre, ne nous
laisse pas "entrer" peut se traduire comme: la tentation ne doit même pas aborder, arriver aux sens, à
l'esprit du catho. La tentation ne peut pas franchir le seuil de la porte. Par conséquent, le catho vit dans
un monde où même si la tentation existe ce sera pour autrui, pas pour lui. Par conséquent, protégé(e)
par Dieu, il(elle) sera imperméable à la tentation.
Pourtant Dieu laisse aux Humains leur libre-arbitre. Si Dieu ne le voulait pas il n'aurait pas permis le
péché originel qui a fait perdre à l'Humanité son caractère divin. L'être humain peut et doit être soumis à
la tentation mais grâce à sa croyance en Dieu, grâce à ses pratiques religieuses conformes aux préceptes
divins, il ne succombera pas, il résistera. L'Homme doit être tenté. C'est sa résistance grâce à Dieu qui fait
son atout, sa force. Dans "ne nous laisse pas entrer …" l'Homme n'aura aucun mérite contre la tentation.
Il ne sera jamais confronté à la tentation. Et pourtant même Jésus-Christ a été soumis à trois (3)
tentations durant ses quarante (40) jours de jeûne dans le désert.
Source Wikipédia:
La tentation du Christ (ou les tentations, au pluriel) est un épisode de la vie de Jésus de Nazareth, telle que
décrite dans les trois (3) Évangiles synoptiques, qui relate le séjour de Jésus au désert et sa tentation par le
Diable.
L'épisode est relaté brièvement dans l'Évangile selon Marc, et avec beaucoup plus de détails dans les
Évangiles selon Matthieu et selon Luc; on suppose dans l'histoire de la rédaction que ces détails
supplémentaires ont été élaborés à partir de la Source Q. La scène se situe juste après le baptême du
Christ, pendant lequel l'Esprit est descendu sur lui.
Dans Mc 1 aux versets 12-13, l'Esprit pousse Jésus au désert, dans lequel il est tenté quarante (40) jours par
Satan, vivant parmi les bêtes sauvages, avec des anges qui le servent.
Dans Mt 4 aux versets 1-11, c'est le Diable qui tente Jésus, après quarante (40) jours de jeûne. Trois (3)
suggestions lui sont faites : i) transformer des pierres en pain, pour calmer sa faim; ii) se jeter du sommet
du Temple de Jérusalem (pour voir si Dieu le protège et retient sa chute); iii) s'incliner et se prosterner
devant le Diable pour obtenir le pouvoir sur tous les royaumes du monde. Jésus refuse à chaque fois en
citant un passage du livre du Deutéronome. Le Diable le quitte alors et des anges viennent le servir.
Dans Lc 4 aux versets 1-13, le récit est très similaire à celui de Matthieu, sauf que la deuxième et la
troisième tentations sont interverties, peut-être pour terminer le récit à Jérusalem, ville où Jésus sera
crucifié. Luc ajoute 4:13 "Après l'avoir tenté de toutes ces manières, le diable s'éloigna de lui jusqu'à un
moment favorable." (Louis Segond 1910).
Alors pourquoi l'Homme (homme et femme) déchu de sa sainteté par le péché originel (celui d'Eve ou
celui d'Adam ou celui des 2!) sera plus loti que Jésus. Ce dernier a subi trois (3) tentations. Pourquoi
l'Homme même pas à une (1) seule?
"Entrer" n'est pas le verbe approprié. En tout cas il est de loin nettement moins bien que "succomber".
De toute façon ce qui est important est que le catholicisme malgré son dogme de l'infaillibilité accepte de
provoquer des réunions où il discute de points litigieux religieux. Et qui plus est, il accepte de corriger ce
qui est faux, erroné, à tendance blasphématoire, … Il admet et reconnait ses erreurs, les corrige, publie et
diffuse les corrections. Tel n'est pas le cas chez les linguistes. Elles et eux ne commettent jamais
d'erreurs. Tout est exact chez elles et eux. Foutaises! La linguistique est loin d'être une science exacte.
Elle n'est pas comme les Sciences du Vivant, comme la Physique, … Elle est même pire que la
Météorologie. Elle n'est point comme la Mathématique où 1 + 1 sera toujours égal à 2, sauf en calcul
matriciel
La terminologie, la linguistique, la créolité, … sont des blablas organisés par des codes graphiques,
syntaxiques, des phonèmes, et a posteriori des langues existantes déjà, … Un travail de mise en ordre
mondial a été entrepris par l'élaboration de l'Alphabet Phonétique International, API. Mais de cet outil
de base avec le matériel à sa disposition pour des langues données on fait des choix pour l'alphabet de sa
langue. La langue française a son APF où F = français. Et ainsi de suite.
A partir des phonèmes le choix des codes et graphismes est dicté par le matériel de reproduction,
machine à écrire mécanique, machine à écrire électrique, machine typographique, ordinateur, clavier
QWERTY, clavier AZERTY, etc. Par conséquent avec les Nouvelles Technologies de l'Information et de la
Communication, NTICs, à notre disposition au XXIème siècle, il serait judicieux que les linguistes se
réunissent pour au moins se demander s'il n'y a pas des choses à modifier en vue du perfectionnement
de langues, par exemple de l'haïtien. C'est d'autant plus nécessaire pour cette dernière langue que des
apprenant(e)s ont lancé des alertes, des suggestions de modification. Il faut au moins les étudier, les
analyser, les interpréter, les évaluer et alors prendre la décision idoine qui s'impose: i) soit ne rien
changer car pas nécessaire et en proposant les justifications de rester au statu quo; ii) soit faire des
changements.
Rester silencieux, pratiquer la loi du silence comme le font actuellement les linguistes, se dissimuler ainsi
derrière soit le déni soit le silence, est une faute grave vu les conséquences désastreuses, néfastes,
funestes, qu'elle engendre. Cette loi du silence dans l'Eglise catholique a permis la perpétuation de
crimes pédophiliques durant de multiples années dans plusieurs pays. Ceux les plus affectés sont: les
USA, l'Angleterre, l'Allemagne, la Belgique, … Dans ce dernier pays l'Etat et le Clergé ont déjà collecté un
dossier de plus de 700 victimes qui ont osé venir déposer plainte. Pourtant certains coupables avaient
été découverts mais le clergé catho les a juste changés de paroisse. Et alors les gars recommençaient
ailleurs leur basse besogne. Ces brebis galeuses ne devaient pas être dénoncées. Il ne fallait pas salir la
réputation du catholicisme. On a laissé faire. On a fermé sa g….. On n'a pas porté assistance à des jeunes
personnes en danger dont les curés démasquaient les tourments psychos et sexuels par la CONFESSION.
Que d'actes pédophiles ont eu comme sources originelles le sacrement de la Confession et son corollaire,
son secret! Les jeunes (les 2 sexes) venaient confier leurs tourments à leurs futurs potentiels bourreaux
qui pouvaient alors les manipuler à leur guise. Ce fut une erreur fondamentale de mettre en œuvre la
confession. Elle est supprimée d'ailleurs maintenant. Donc c'était une erreur. Et pourtant c'était un
sacrement de la FOI catho. Alors la papauté a au moins pour ce fait, pourtant de la FOI, n'a pas été
infaillible. Encore un exemple qui infirme l'infaillibilité! Libre à chaque catho contemporain de croire
encore malgré tout à l'infaillibilité du Pape et du Concile Œcuménique!
Le déni (exprimé actuellement par HSF) et le silence des linguistes (toutes celles et tous ceux qui ont reçu
mes 2 lettres ouvertes et spécialement MM. DEGRAFF, BERROUET-ORIOL, SAINT-FORT et un écrivain en
créole MANIGAT) dans la créolité haïtienne a des conséquences néfastes et funestes (J'insiste) sur
l'éducation des jeunes, sur l'enseignement de l'haïtien, sur le progrès et le développement de cette
langue. Mesdames et Messieurs les Linguistes réfléchissez-y surtout que vous allez "entrer en conclave"
(façon d'écrire) samedi 26 octobre 2013 à NEW-YORK, USA.
Mesdames et Messieurs les linguistes, vous n'êtes pas infaillibles. Et je peux vous garantir, en mettant de
nouveau ma main gauche au feu qui est toujours indemne malgré mes multiples paris passés, que vous
n'atteindrez jamais l'infaillibilité. Elle restera toujours une chimère, un mirage, pour vous. Il en est de
même pour l'immortalité de l'espèce humaine, malgré les banques d'organes, les clones, les cellulessouche, la cryogénie, et tutti quanti.
Alors penchez-vous sur l'haïtien et faites ce qui doit être effectué pour l'améliorer et le propulser comme
une langue créolophone internationale quasi parfaite, sans trop rien à modifier par après. Il y aura peutêtre quelques autres modifications futures à réaliser en rapport avec de futures découvertes. Pourquoi?
Parce que ce que vous allez entreprendre sera une œuvre humaine et comme telle elle n'atteindra jamais
la perfection à 100%. C'est folie que de penser le contraire.
Jadis pour toute matière l'on parlait d'électrons, de protons. Maintenant l'on parle de neutrons et même
de boson de HIGGS. Ces découvertes ont entrainé des changements dans la compréhension humaine de
la matière. Peut-être que dans le futur l'on décomposera le boson et alors on fera les changements
appropriés.
Toute langue doit être sujette à modifications en fonction des découvertes. Toute langue non modifiée,
régresse et devient une langue morte. Une langue en voie de disparition à grand V!
Fasse le ciel que cette langue exclusivement phonétique donc de ce fait très proche des codifications
SMS, que l'haïtien ne devienne jamais une langue morte! Qu'elle soit la langue de communication du
futur surtout lors d'une éventuelle rencontre de 3ème à 5ème types avec des Voyageurs de l'Espace, des E.
T.! Cette finalité, cette tâche noble, est entre les mains principalement des terminologues, linguistes
créolophones haïtiens. Mettez-vous à la tâche.
Toute votre action de développement, de progrès de l'haïtien, sera récompensée par Dieu et toutes les
divinités tutélaires au CENTUPLE.
7. ANECDOTE AVEREE COMPLEMENTAIRE FINALE
A mon humble avis, cette anecdote permettra de faire comprendre aux linguistes le comportement d'un
scientifique, d'un professeur, selon les règles de l'art. C'est du vécu, croix de fer, croix de bois.
Lors de mes études universitaires dans mon pays d'adoption actuel je suivais en première année un cours
de Maths. Le chargé de cours était toujours le professeur émérite, feu T., que mes ex-confrères
reconnaîtront. Il avait à mon époque déjà plus de 10 ans de carrière en donnant des cours de Maths en
première et seconde années. Lui était mathématicien, sa fille aussi, son gendre aussi qui était son
assistant à la faculté universitaire. A la maison cette famille discutait maths au grand dam de l'épouse!
Tous les étudiants et étudiantes craignaient le "personnage". Il était exigeant. En allant à son cours en
première année on savait déjà par les Anciens qu'il était juste mais intransigeant. Il n'admettait pas des
"c…", des "niaiseries" lors des réponses surtout pour les notions fondamentales.
Lors d'un examen, un étudiant entrait en salle. Avant même qu'il arrive en face de feu T. celui-ci lui
posait cette question. Y = 0, c'est quoi? La bonne réponse est: c'est un plan passant par l'ordonnée "0" et
correspondant à toutes les valeurs de l'abscisse "X" s'échelonnant des valeurs négatives à positives ou
vice-versa. Ne pas dire cette bonne réponse ou du moins que c'est un plan, l'examen de l'étudiant
s'arrêtait là. Feu T. lui disait que son examen était terminé et il devait quitter la salle d'interrogation
(interro en jargon universitaire).
Un autre exemple qui peut démontrer le caractère de feu T. Tous les étudiants jouaient bec et ongles
pour passer leur interro le matin, et pas l'après-midi. Lors de cette dernière période il était extrêmement
nerveux. La moindre minime erreur qu'il accepterait le matin devenait une calamité l'après-midi. Il avait
bu alors ses deux à trois (2 à 3) tasses de café bien corsé après son repas-pause de midi. Alors les entrées
et les sorties de la salle d'interro se faisaient à vitesse Grand V.
Un jour en classe, feu T. faisait ex-cathedra sa démonstration d'un problème; comme d'habitude et ce
depuis le début de sa carrière. Il l'a fait bien "as usual". C'était de la routine. C'était comme se brosser les
dents pour lui ou réciter le "Notre Père". Et feu T. termina sa démonstration en écrivant CQFD (Ce Qu'il
Fallait Démontrer). Ne me demander pas l'énoncé du problème. Le temps a fait déjà son œuvre de sape.
Je suis Alzheimer pour ce point.
Alors un étudiant sénégalais lève son doigt et demande à prendre la parole. Le prof la lui donne en
pensant que l'étudiant souhaite poser une question de demande d'explications.
- Monsieur, votre démonstration est trop longue, trop compliquée. On peut trouver la réponse plus
vite, en moins de lignes.
- Quoi, je n'ai pas bien entendu ou compris? Vous voulez dire que ma démonstration n'est pas la
meilleure.
- Monsieur, en tout cas je peux aller écrire au tableau une démonstration plus simple (ici j'ajoute: plus
rapide, plus efficace, plus compréhensible pour le commun des mortels étudiants comme moi par ex.).
A ce stade je puis vous dire qu'un silence sidéral s'était fait assourdissant. Tous les yeux étaient braqués
sur ce téméraire sénégalais qui allait se mettre ainsi en évidence et en échec pour sa première année.
- Vas-y, lui dit le Prof (en se frottant virtuellement les mains dans son cerveau, dans son for intérieur).
Le gars prend sa craie en main, efface la démonstration du prof, écrit le libellé du problème et commence
sa démonstration. La première ligne est identique à celle du Prof. Ce dernier sourit. La seconde présente
une légère modification. Le prof recule du tableau et a les yeux écarquillés. La troisième ligne présente
d'énormes différences et la réponse finale est toute proche. Le Prof s'assied sur le pupitre et tient son
menton dans sa main droite. La ligne finale arrive et est identique à celle du Prof. La démonstration est
réalisée et le Sénégalais évite d'écrire le CQFD.
Selon vous, quelle fut la réaction du Prof? Comme les linguistes: "Petit monsieur, vous n'êtes pas
matheux (linguiste), alors vous ne savez pas de quoi vous parler" (Et pourtant l'une des fables de La
Fontaine stipule ceci: Parfois et très souvent l'on a besoin d'un plus petit que soi), ou silence sidéral ou
contre-arguments erronés et fallacieux, ou …
Non, que nenni! Il a simplement dit: Monsieur c'est parfait. C'est une autre manière plus simple de
trouver la solution. Je vous dispense de l'examen final pour mon cours. Et depuis lors jusqu'à la mort
récente du Prof c'est la démonstration du Sénégalais qui est enseignée pour ce problème. Voilà le
comportement selon les règles de l'art d'un scientifique: accepter de se remettre en question, admettre
ses erreurs, ne pas se croire infaillible et d'essence divine, et corriger ce qui doit être corrigé mutatis
mutandis!
Traduction du Notre Père
Traduction
Traduction
Traduction
Traduction
française
latine
française dite
utilisée dans
Translittération utilisée dans
« œcuménique »
certaines
la
liturgie
communautés
(après 1966)
catholique
orthodoxes
Original
grec
française
utilisée dans
l'Église
catholique
avant 1966 (et par le
PROTESTANTISME depuis
toujours mais avec "tu")
Pater noster,
Πάτερ ἡμῶν
Páter hêmỗn ho
Notre Père, qui es Notre Père qui Notre Père, qui êtes aux
qui es in
ὁ ἐν τοῖς
en toîs ouranoîs
aux Cieux,
es aux cieux
cieux ;
caelis
οὐρανοῖς
ἁγιασθήτω
hagiasthếtô
τὸ
ὄνομα
ónoma sou·
σου·
ἐλθέτω
βασιλεία
σου·
ἡ
tò
Sanctificetur
Que ton nom soit Que Ton Nom Que votre
nomen
sanctifié,
soit sanctifié, sanctifié ;
tuum;
Adveniat
elthétô
hê
regnum
basileía sou·
tuum;
Que ton
vienne,
γενηθήτω
genêthếthô tò Fiat voluntas Que ta
τὸ θέλημα
thélêma sou,
tua
soit faite
σου,
nom
soit
règne Que Ton Règne
Que votre règne arrive ;
arrive,
volonté
Que
Volonté
faite
Ta
Que votre volonté soit
soit
faite
ὡς
ἐν
hôs en ouranỗi sicut in caelo Sur
la
terre Sur la terre Sur la terre comme au
οὐρανῷ καὶ
kaì epì tễs gễs· et in terra. comme au ciel.
comme au ciel. ciel.
ἐπὶ τῆς γῆς·
τὸν ἄρτον
ἡμῶν τὸν
ἐπιούσιον
δὸς
ἡμῖν
σήμερον·
Panem
tòn
árton
Donne-nous
nostrum
Donne-nous
Donnez-nous aujourd'hui
hêmỗn
tòn
aujourd’hui
quotidianum aujourd’hui notre
notre pain quotidien (ou :
epioúsion dòs
notre
pain
da
nobis pain de ce jour,
de ce jour).
hêmîn sếmeron·
substantiel
hodie,
καὶ
ἄφες
kaì áphes hêmîn et
dimitte
Pardonne-nous
ἡμῖν
τὰ
tà opheilếmata nobis debita
nos offenses
ὀφειλήματα
hêmỗn,
nostra
ἡμῶν,
ὡς καὶ ἡμεῖς
ἀφίεμεν τοῖς
ὀφειλέταις
ἡμῶν·
hôs kaì hêmeîs
aphíemen toîs
opheilétais
hêmỗn·
sicut et nos
dimittimus
debitoribus
nostris
Et remets-nous Pardonnez-nous
nos dettes
offenses,
nos
Comme
nous
Comme nous Comme nous pardonnons
pardonnons aussi
remettons
à à ceux qui nous ont
à ceux qui nous
nos débiteurs, offensés.
ont offensés,
Et
ne
nous
soumets pas à la
mề
καὶ
μὴ kaì
tentation
εἰσενέγκῃς eisenégkêis
Et ne nous
et ne nos
(Traduction revue
Et ne nous laissez pas
eis
ἡμᾶς
εἰς hêmâs
soumets pas à
inducas
in
en 2013 en : "Et
succomber à la tentation.
πειρασμόν, peirasmón,
tentationem ne nous laisse pas l’épreuve,
entrer
en
tentation",4)
ἀλλὰ ῥῦσαι
allà
rhûsai
sed
libera Mais délivre-nous Mais délivre- Mais
ἡμᾶς
ἀπὸ
hêmâs apò toû
τοῦ
nos a malo. du mal.
nous du Malin. mal.
ponêroû·
πονηροῦ·
[Ὅτι
σοῦ
ἐστιν
ἡ
βασιλεία καὶ
ἡ δύναμις
καὶ ἡ δόξα
εἰς
τοὺς
αἰῶνας·]
[Hóti soû estin
hê basileía kaì
hê dúnamis kaì
hê dóxa eis toùs
aiỗnas·]
Ἀμήν
Amến
Amen
du
[Car
c'est
à
Toi
qu'appartiennent le règne
, la puissance et la gloire
pour les siècles des
siècles] Cette partie a
existé
dans
le
protestantisme mais je ne
sais pas depuis quelle
date.
[Car c'est à Toi
qu'appartiennent
le règne , la
puissance et la
gloire pour les
siècles des siècles]
Amen
délivrez-nous
Ainsi soit-il
Amen
Téléchargement