individual consultant procurement notice

publicité
INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE
Date:
15/12/2014
Pays: Côte d’Ivoire
Description des tâches: Un Consultant National dans le domaine de la culture
Nom du Projet: Composante 1 du Programme d’Appui à la Réduction de la Pauvreté et à la
réalisation des OMD (PARP/OMD 1)
Durée du contrat/services (si applicable) : 30 jours
Les Offres devront être soumises à l’adresse indiquée ci-dessous ou par email à l’adresse :
procurement.offers.ci@undp.org au plus tard le 29 décembre 2014 à 17h00. L’offre comprendra
une proposition technique et une proposition financière, placées sous plis scellés distincts, et devra
nous parvenir à l’adresse suivante :
Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)
Angle Avenue Marchand, Rue Gourgas Plateau en face de la radio
01 BP 1747 ABIDJAN 01
COTE D’IVOIRE
Si vos propositions techniques et financières ne sont pas scellées dans des enveloppes séparées,
votre offre peut être rejetée.
Les offres reçues par un autre canal que celui mentionné ci-dessus seront automatiquement
rejetées.
Si vous avez besoin d’informations complémentaires, vous pouvez soumettre vos questions par
écrit à l’adresse indiquée ci-dessus ou par mail à procurement.ci@undp.org ; nous nous
efforcerons de vous les fournir rapidement. Cependant, tout retard dans la transmission de ces
informations ne pourrait en aucun cas constituer un motif de report.
L’offre technique devra inclure les informations et documents nécessaires à l’exécution de la
tâche à accomplir :
1. Qualification et Expérience dans le domaine (40 points)
2. Plan de travail (10 points)
3. Méthodologie proposée et approche pour exécuter le travail selon les TDR (50 points)
Votre Offre financière doit être dans un document séparé de l’offre technique. Nous demandons
au Consultant de nous faire une offre forfaitaire pour la durée de la consultation.
Les critères d’évaluation retenus sont :
1. Evaluation technique : les candidats qui auront plus de 70% des points seront retenus pour
l’étape suivante
2. Evaluation financière : l’offre la moins disante sera retenue
Critères d’évaluation technique
Récapitulatif des formulaires d’évaluation des
Note
Propositions techniques
maximum
1. Qualification et expérience dans le domaine
40
2.
Plan de travail
10
3.
Méthodologie proposée et approche pour
exécuter le travail selon les TDR
50
Total
100
A
Consultant
B
C
D
E
Les formulaires d’évaluation des offres techniques figurent dans les deux pages suivantes. La note
maximum spécifiée pour chacun des critères d’évaluation indique l’importance relative ou le
coefficient de l’article dans le contexte du processus d’évaluation globale. Les formulaires
d’évaluation de la Proposition technique sont :
Formulaire 1: Qualification et expérience dans le domaine
Formulaire 2: Plan de travail
Formulaire 3: Méthodologie proposée et approche pour exécuter le travail selon les TDR
Formulaire d’évaluation de la Proposition
technique -- Formulaire 1
Nbre de
points
maximum
Expertise / Qualification et expérience dans le domaine
1.1
Diplômes
10
1.2
Expertise avérée en réalisation d’études de
faisabilité
Expérience professionnelle dans le domaine
de l’économie culturelle
Références antérieures pour les travaux
similaires
10
1.3
1.4
15
5
40
A
Consultant
B
C
D
E
Formulaire d’évaluation de la Proposition
technique – Formulaire 2
Nbre de
points
maximum
A
Consultant
B
C
D
E
A
Consultant
B
C
D
E
Plan de travail
2.1
Le plan de travail est-il bien défini, bien
détaillé et correspond-il aux termes de
référence ?
10
10
Formulaire d’évaluation de la Proposition
technique – Formulaire 3
Nbre de
points
maximum
Méthodologie proposée et approche pour exécuter le travail selon les TDR
3.1
La proposition montre-elle une compréhension
générale du sujet ?
10
3.2
Les aspects importants de la tâche ont-ils été traités
de manière suffisamment détaillée ?
20
3.3
La proposition comprend-elle un cadre
méthodologique cohérent?
La proposition comprend-elle un cadre de suivi et
d’évaluation pertinent ?
10
3.4
10
50
Recrutement d’un Consultant National pour la réalisation de l’étude sur la contribution du
secteur de la culture au développement économique et social de la Côte d’Ivoire
CONSULTANT NATIONAL DANS LE DOMAINE DE LA CULTURE
A.
Projet CIV10-00072205- Composante 1 du Programme d’Appui à la Réduction de
la Pauvreté et à la réalisation des OMD (PARP/OMD 1)
B.
Description du projet
La Côte d’Ivoire dispose d’un potentiel significatif en termes de développement de la diversité de
l’offre des biens et services culturels et d’expansion de la demande culturelle. Le développement
de son économie, a fait qu’elle a longtemps constitué un pôle de créativité qui fit d’Abidjan l’une
des capitales régionales de la culture en Afrique de l’Ouest (OIF 2012) dans les années 1970 et 1980.
Son dynamisme économique et démographique conjugué avec les effets culturels des migrations
a donné naissance à une vitalité culturelle et une créativité artistique vigoureuse et variée. Cette
vitalité a entrainé l’émergence d’une économie de la culture, incomplète certes, mais qui se
structure progressivement en fonction des différentes générations d’artistes et d’entrepreneurs
culturels. Aujourd’hui, et après avoir été mises à mal par la crise économique et politique des
années 90 et 2000, des nombreuses entreprises culturelles redémarrent leurs activités favorisées
par la reprise économique.
L´Etat Ivoirien pour sa part, s’efforce de donner un nouvel élan au secteur culturel à travers des
mesures de restructuration de l’économie de la propriété littéraire et artistique, la mise en place de
fonds de soutien à la création, la réglementation des qualifications et des professions des arts et de
la culture, la valorisation et la protection plus effective du patrimoine culturel et naturel et l’amorce
d’un programme dédié aux industries culturelles.
Aujourd’hui, la Cote d’ivoire est un pays moteur de la sous-région. Le dynamisme du secteur de la
communication et des medias et de la production audiovisuelle, son positionnement comme le plus
gros exportateur de produits culturels, mais aussi le nombre de ses artistes reconnus
internationalement peuvent l’attester.
Toutefois, malgré ce constat globalement positif, nous ne disposons que d’informations
fragmentaires sur la réalité économique, institutionnelle et structurelle du secteur culturel ivoirien
et ses différentes filières. Dans un contexte d´informalité très élevée, l’absence de donnés et
d’analyses fiables sur le secteur culturel constitue un des obstacles majeurs à l’accroissement de
l’investissement public en culture. Le manque d’informations stratégiques a également un effet
négatif sur les opérateurs privés et leurs investissements dans le secteur. Ceci se traduit ensuite
par un déficit d´éléments de décision pour mettre en place des politiques publiques efficaces de
développement des industries culturelles.
Plusieurs tentatives visant à développer un système d’information ont été lancées tant par
l’Organisation Internationale de la Francophonie, avec une enquête dans le district d´Abidjan
auprès des entreprises et structures culturelles (2010), que par l’UEMOA avec son programme
minimum des statistiques culturelles qui culminera en 2014.
Le Gouvernement ivoirien par le biais du Ministère de la Culture et de la Francophonie et en
partenariat avec le PNUD et l´UNESCO se propose d'initier une étude sur l’impact de la culture dans
l’économie et le développement social en Côte d´Ivoire. Déployant une approche modulaire ou
progressive, en démarrant d´abord par des indicateurs macros sur le poids des activités formelles
du secteur dans le PIB et l´emploi culturel formel en progressant avec des analyses plus fines,
établies par filière et par chaine de valeur. Ce programme d’étude permettra de fournir aux
autorités publiques une idée claire sur l’impact économique du secteur culturel, de le comparer à
d’autres pays de la sous-région et, de développer une grille décisionnelle sur la manière dont l’État
pourrait contribuer à créer un environnement favorable à son développement.
Cette démarche s´inscrit dans les recommandations de la dernière Résolution de l´Assemblée
Générale des Nations Unies A/C.2/68/L.34 sur Culture et développement durable (Décembre 2013)
qui reconnaissent la culture comme moteur potentiel du développement durable et qui contribue
à rendre le secteur économique dynamique et viable en suscitant des revenus, en créant des
emplois et en facilitant l’examen des aspects économiques et sociaux de la pauvreté sous l’angle
du patrimoine culturel et des industries culturelles et créatives. Elle invite les Organisations du
système et aux États Membres à « appuyer des actions en faveur du développement, du
renforcement et de la consolidation des industries culturelles, du tourisme culturel et des micros
entreprises à vocation culturelle ». Elle s´inscrit également dans les recommandations du dernier
Rapport des Nations Unis sur l’économie créative de 2013 qui montrent comment l´économie
créative (à savoir les produits audiovisuels, le design, les nouveaux médias, les arts du spectacle,
l’édition et les arts visuels) demeurent en 2013 un des secteurs à croissance rapide dans l’économie
mondiale, notamment dans les pays émergents, faisant la différence en termes de création de
revenus, d’emploi et en termes d’exportation. C´est ainsi, qu´entre 2002 et 2011, les exportations
de biens créatifs ont augmenté en moyenne de 12,1% chaque année, dans les pays en
développement. Le Rapport invite particulièrement à « renforcer la connaissance disponible par
une collecte rigoureuse des données comme un investissement fondamental, en amont, de toute
politique cohérente de développement d’une économie créative ». Également il invite à « étudier
les liens entre les secteurs formel et informel comme une étape cruciale pour la formulation de
politiques éclairées ».
C.
Champs des travaux
Cette étude vise d’une part à évaluer la contribution du secteur culturel au développement
économique et social de la Côte d´Ivoire et de sensibiliser les différentes parties prenantes à
l’importance de ce secteur dans l’économie du pays. D´autre part, elle consistera à réaliser des
analyses sectorielles, dans au moins trois filières prioritaires, concernant leur structure, leur niveau
d’activité, leur compétitivité, leur volume des échanges, et les éventuels freins à leur performance
afin de faire des recommandations et même d´appuyer leur expansion.
Il s’agit de façon spécifique de :





évaluer la capacité du secteur de la culture à créer de l’emploi et des revenus dans le secteur
formel et tenter d’estimer son poids dans le secteur informel et illégal;
identifier les niches d’opportunités pour le développement des nouvelles filières (ex.
numérique);
identifier les synergies et partenariats innovants à développer (public-privé y compris les
collectivités et les organisations communautaires pour la responsabilité sociétale) ;
proposer des grands axes pour l’élaboration d’un plan/stratégie de développement du
secteur de la culture, notamment en industries culturelles et créatives.
Jeter des bases solides pour l’élaboration d’une cartographie ou d’un diagnostic complet du
secteur culturel à moyen terme.
D.
Résultats attendus
Le produit final de cette étude est un document d’évaluation de l’impact économique du secteur
culturel en Côte d´ivoire assortie d’une analyse de la structure de la production de trois filières
choisies. Ceci jettera les bases d’un premier diagnostic de la dynamique de l’ensemble du secteur.
Le premier volet, axé sur la construction des trois indicateurs UNESCO de la culture pour le
développement permettra d’estimer la taille du secteur culturel au niveau macroéconomique en
mesurant son apport au PIB et à l’emploi en comparaison avec d’autres secteurs économiques.
Le deuxième volet permettra de mieux comprendre le fonctionnement de certaines filières, de
mieux connaître la structure de l’offre et de la demande culturelle et d’établir la structure de la
chaîne de valeurs et de ses différentes composantes (matières premières, distribution, degrés de
concentration de la propriété des facteurs de production et des flux de capitaux) tant sur le marché
ivoirien que dans les marchés tierces.
Ces indicateurs, informations et analyses permettront d’apporter un éclairage sur les capacités du
secteur culturel à générer des richesses, à créer de l’emploi et des revenus pour l’Etat, afin de
donner aux gouvernants une idée claire sur les possibilités de mise en valeur du secteur et sur la
manière dont le pouvoir public pourrait créer un environnement favorable au développement des
activités culturelles et à la croissance économique par l’accroissement de l’investissement dans le
secteur culturel.
Enfin ce premier diagnostic, qui pourrait être comparé à d’autres réalités de la sous-région, servira
de justification pour l’intervention de l’État en faveur du secteur culturel et permettra de disposer
d’arguments de négociation pour l’obtention de ressources financières et humaines additionnelles
afin de mettre en place des actions qui serviront au développement durable du secteur.
L’utilisation des résultats de l’étude ne se limitera pas seulement au pouvoir public, mais suscitera
également l’intérêt des investissements dans le secteur privé, favorisant éventuellement une
synergie entre sous-secteurs, à travers l’élaboration d’analyses et de comparaisons mais aussi à
travers l’établissement de dialogue et d’échanges fréquents entre les acteurs institutionnels et les
acteurs privés.
E.
Méthodologie
Le « draft » de l’étude sera présenté à un comité composé des représentants du MCF, du PNUD,
de l’UNESCO et d’autres partenaires nationaux et internationaux.
Les informations seront collectées par le Consultant aussi bien sur des données primaires que sur
des données secondaires. Des échanges auront lieu avec les représentants des différentes parties
prenantes, les partenaires intervenants dans le secteur de la culture, les structures nationales
spécialisées dans le domaine de la culture.
F.
Produits d’évaluation (Prestations)
Au terme de l’évaluation, le consultant national mettra à disposition :
Un plan de travail avant d’entrer dans la phase opérationnelle de l’étude;
Le rapport provisoire de l’étude diagnostique soumis à un comité de validation, présenté 2 mois
après la notification de la commande ; le rapport définitif de l’étude intégrant les principales
recommandations de l’atelier de validation et déposé 15 jours après la validation du rapport
provisoire ;
la proposition des Termes De Référence de l’atelier de validation de l’étude ;
l’aide-mémoire de l’atelier de validation du rapport ;
la proposition des Termes De Référence pour l’élaboration du document de l’impact du secteur de
la culture dans le développement économique et social de la Côte d’Ivoire.
Par ailleurs, le consultant sera invité à présenter l’étude au cours d’un atelier de validation.
G.
Modalité de paiement du Consultant
DELIVRABLES
Montant
Plan de travail validé et certifié
Rapport provisoire
Rapport final après intégration des observations après l’atelier de
validation
20%
50%
30%
H.
Arrangement institutionnel
Le Consultant national expert national est posté au sein du comité sectoriel et rend des comptes
au Chef dudit comité.
I.
Durée de la mission
La durée de la mission sera de 30 jours ouvrables y compris la période de rédaction du rapport et
de validation des documents finaux.
J.
Lieu d’affectation
L’étude se déroule sur toute l’étendue de la Côte d’Ivoire.
K.
Qualifications et compétences
Le Consultant national devra :









Etre au moins titulaire d’un diplôme de troisième cycle (Bac +5) en gestion/développement
du secteur de la culture, en économie des industries culturelles ;
Justifier d’une expérience réussie d’au moins 3/5 ans dans le domaine de gestion et
d’animation culturelle, du suivi & évaluation, d’analyse statistique culturelle ;
Une expérience dans l’élaboration d’indicateurs culturels, la connaissance d’outils d’analyse
et de production de données statistiques culturels ;
Expérience dans l’élaboration de questionnaire d’enquête ou fiche de collecte de données
statistique ;
Expérience en économie de la culture et l’économie des institutions culturelles ;
Excellentes qualités organisationnelles et rédactionnelles ;
Une maîtrise d’outils d’analyse et de production de données statistiques ;
Excellentes capacité d’analyse, de conception et de planification ;
Excellentes qualités organisationnelles et rédactionnelles ;
Excellentes qualités relationnelles et habileté à développer et maintenir de bonnes relations de
collaboration avec les autorités chargées de la culture ;
Une connaissance confirmée du système d’information culturelle sera un atout.
LANGUES
Langue de l’étude est le français et l’anglais serait un atout. Toute autre langue parlée en Côte
d’Ivoire ou dans la sous-région serait un avantage.
L.
Proposition d’offre financière et délai de paiement
L’offre financière du Consultant national doit être forfaitaire. Le forfait doit inclure les honoraires,
les frais de mission et de déplacement sur le terrain, etc.
M.
Présentation de l’offre
Les documents ci-dessous doivent être contenus dans l’offre technique du soumissionnaire :
Le Curriculum Vitae (CV) ou le formulaire P11, indiquant toutes les expériences antérieures et les
contacts (email and numéro de téléphone) de 3 références.


Une brève description de la méthodologie de travail et l’approche pour exécuter le travail
selon les TDRs.
La proposition financière indiquant le montant forfaitaire proposé par le soumissionnaire
pour la conduite de la mission.
Les critères d’évaluation technique
Récapitulatif des formulaires d’évaluation des
Propositions techniques
1.
Qualification et expérience dans le
domaine
2.
Méthodologie proposée et approche pour
exécuter le travail selon les TDR
3.
Plan de travail
Total
Note
maximum
40
50
10
100
Consultant
A
B
C
D
E
Formulaire d’évaluation de la Proposition
technique -- Formulaire 1
Nbre de
points
maximum
Consultant
A
B
C
D
E
D
E
D
E
Expertise / Qualification et expérience dans le domaine
1.1
Diplômes
10
1.2
Expertise avérée en réalisation d’études de
faisabilité
Expérience professionnelle dans le
domaine de l’économie culturelle
Références antérieures pour les travaux
similaires
10
1.3
1.4
15
5
40
Formulaire d’évaluation de la Proposition
technique – Formulaire 2
Nbre de
Consultant
points
A
B
C
maximum
Plan de travail
2.1
Le plan de travail est-il bien défini, bien détaillé
et correspond-il aux termes de référence ?
10
10
Formulaire d’évaluation de la Proposition
technique – Formulaire 3
Nbre de
Consultant
points
A
B
C
maximum
Méthodologie proposée et approche pour exécuter le travail selon les TDR
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
La proposition montre-elle une compréhension
générale du sujet ?
Les aspects importants de la tâche ont-ils été
traités de manière suffisamment détaillée ?
La proposition comprend-elle un cadre
méthodologique cohérent?
La proposition comprend-elle un cadre de suivi et
d’évaluation pertinent ?
La présentation est-elle claire, et la succession
des activités ainsi que la planification sont-elles
logiques, réalistes et augurent-elles
suffisamment d’une bonne exécution du projet ?
10
15
5
10
10
50
N.
Critères de sélection
Le soumissionnaire ayant soumis l’offre techniquement conforme et la moins disante sera retenu.
O.
Annexes de TDRs
N/A
P.
Approbation
Ces termes de références sont approuvés par :
M. Kouamé K. Lacina
Signature
Date de signature
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Créer des cartes mémoire