COP21 à Paris

publicité
LINGUA FRANCESE Triennale
Prof.ssa M.M. Mattioda
Texte de travail – 15 février
 Lisez attentivement le texte suivant. Répondez aux questions et faites une synthèse en italien
COP21 à Paris
L'évènement est exceptionnel par le nombre de chefs d'Etat et de gouvernement qu'il réunit : près de
150 grands de ce monde. Au total 195 délégations sont présentes. Il l'est aussi par son enjeu. Paris
accueille ce lundi 30 novembre et jusqu'au 11 décembre au Bourget la 21e Conférence de l'ONU pour
lutter contre le réchauffement climatique et les émissions de gaz à effet de serre. Ce grand sommet
planétaire dont l'objectif se résume, selon François Hollande, à sauvegarder "la vie des populations,
des territoires, des biosystèmes" sur la Terre, fait l'objet depuis de longs mois de négociations
difficiles.
Une COP est une Conférence des Parties (Conference of Parties en Anglais) axée sur les questions
climatiques. Les Parties sont au nombre de 196 : 195 États auxquels on ajoute l’Union européenne
qui négocie au nom de ses 28 pays membres. Les COP ont lieu chaque année depuis 1995. Celle qui
se tient à Paris est la 21e.
Dans chacune des COP, les Parties négocient les objectifs et les mesures nécessaires pour s'adapter
au changement climatique : la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), le financement
de la transition énergétique, les transferts de technologie... Elles s’inscrivent dans le cadre de la
Convention cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC) qu’ont signé les 196
Parties, lors du sommet de Rio en 1992. Cette convention universelle, principal traité international
sur le climat, reconnaît l’existence d’un changement climatique d’origine humaine et responsabilise
les pays industrialisés dans cette lutte contre le changement climatique.
Les représentants des 195 pays se retrouvent au Bourget pour négocier un accord mondial visant à
limiter le réchauffement climatique à 2 degrés par rapport à l'ère préindustrielle. Le but est de conclure
un accord universel et contraignant (ce qui serait une première) applicable dès 2020 aux 195 pays
signataires de la CCNUCC.
Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la température à la
surface de la Terre a augmenté de 0,85 °C en moyenne depuis 1880 et devrait croître de 0,3 à 4,8 °C
d’ici à 2100 en fonction de l’évolution des émissions de gaz à effet de serre. L’accord de Paris vise
donc en premier lieu une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour rester dans le scénario
d’un réchauffement à 2 °C, il faut atteindre, selon le GIEC, la neutralité carbone au plus tard à la fin
du siècle.
Le sommet de Paris doit aussi déboucher sur un accord financier. En 2009 à Copenhague, les
pays développés se sont engagés à fournir 100 milliards par an à partir de 2020 aux pays les plus
pauvres afin de les aider à s’adapter aux objectifs de réduction des gaz à effet de serre.
"Si on dépasse les 2 degrés et que l'on se situe plus vers 4 degrés, ce sera terrible, expliquait en octobre
dernier à Challenges, le conseiller scientifique de Ségolène Royal, Gilles Boeuf. L'Arctique pourrait
disparaître. Si le glacier Totten, le plus grand glacier de l'Antarctique oriental fond, le niveau de la
mer va augmenter de 7 mètres. Des régions comme la Camargue sont aussi fortement menacées mais
également tous les villages de montagne qui seront impactés par la fonte des glaciers. Quant aux
déserts, les populations qui y résident encore seront bientôt obligées de partir". Selon le HautCommissariat des Nations unies pour les réfugiés, près de 250 millions de personnes seront déplacées
d’ici à 2050 à cause de conditions météorologiques extrêmes, de la baisse des réserves d’eau et d’une
dégradation
des
terres
agricoles.
L’accord de Paris devra être : ambitieux, global et surtout juridiquement contraignant. Les EtatsUnis ne semblent pas prêts à adopter un protocole et la France est sur la même longueur d'onde.
D'autres solutions pourraient être envisagées. Un "accord hybride", prévoyant des contraintes sur le
suivi des promesses faites par les pays, mais pas sur les objectifs chiffrés de réduction des émissions
de gaz à effet de serre a notamment était évoqué par un haut responsable américain.
Les vifs débats au G20 mi-novembre, qui ont abouti à une déclaration finale à minima sur le climat,
témoignent des divergences qui restent à aplanir. L'Inde et l'Arabie saoudite, notamment, ont bataillé
contre la mention des 2° dans le texte. Ils peuvent aller jusqu'à faire jouer leur veto. Ils font monter
les enchères en voulant obtenir le plus de concessions possibles, notamment sur le transfert
technologique.
1) Qu'est-ce que la COP21 ?
2) Quels sont les objectifs ?
3) Quel est l'impact du réchauffement climatique ?
4) Quel type d’accord envisage-t-on ?
5) Quels sont les pays qui pourraient empêcher un accord ?
6) Quel est le rôle de la France ?
*LEXIQUE fr/it
COP21 :
GES :
CCNUCC :
GIEC :
Neutralité carbone :
Téléchargement
Explore flashcards