interpretes mediateurs culturels

publicité
QUELLE EST LA PERCEPTION
DES “INTERPRETES MEDIATEURS CULTURELS”
DE LEUR ROLE ET COMPETENCES ?
Aline GOHARD – RADENKOVIC,
avec la collaboration de
Mirela BERA. VUISTINER et de Drita VESHI
La définition du rôle de «l’interprète médiateur culturel» est l’objet de débats actuels
tant au niveau fédéral qu’au niveau de la toute nouvelle Association suisse des
interprètes médiateurs culturels fondée sur le modèle de l’European Association of
Babelea1, dans un pays qui se trouve au coeur du dispositif européen d’accueil des
réfugiés de guerre ces quinze dernières années. Ces populations en exil proviennent
principalement du Rwanda, du Burundi, de la Somalie, de l’Angola, du Sri-Lanka, de la
Turquie (kurde), de la Bosnie, et plus récemment du Kosovo2. L’émergence de cette
nouvelle catégorie d’acteurs professionnels est indissociable d’une conjoncture
politique internationale avec l’afflux de réfugiés de guerre et de ses immigrés
économiques d’une part et d’une mission politique à visées humanitaires que s’est
donnée la Confédération helvétique, d’autre part. Les interprètes médiateurs culturels,
dont la dénomination varie d’un canton à un autre, d’un organisme à un autre et d’un
pays à un autre3, sont fréquemment sollicités par les services sociaux, la police des
étrangers, les services hospitaliers ainsi que par les milieux éducatifs et médicopédagogiques. Paradoxalement ces interprètes n’ont pas encore acquis de légitimité
professionnelle ni de pleine reconnaissance statutaire, alors qu’ils ont joué et jouent un
rôle majeur dans l’intégration sociale et culturelle des immigrés. Yvan Leanza et
Philippe Klein (2000) déplorent l’absence d’une définition concertée du rôle de
l’interprète avec les professionnels - ici du domaine médical - : “Un aspect qui nous
C’est à l’occasion de la 1ère Conférence sur « l’Interprétariat social communautaire », qui a eu lieu à
Vienne (Autriche) en novembre 1999, qu’a été officialisée la création de cette association européenne
dénommée « Babelea ». Cf. Actes du Congrès dans les références bibliographiques.
2 Toutes les données concernant les flux migratoires en Suisse et les informations relatives aux les
politiques d’asile et d’immigration en vigueur et mises en œuvre par l’Office fédéral des réfugiés à
Berne, sont regroupées, analysées et commentées dans le Journal d’information du Forum suisse pour
l’études des migrations en deux langues: Info FSM / SFM Info.
3 Dans le seul volume, cité plus haut, des Actes de la 1ère Conférence de Babelea, (Vienne, nov. 1999),
nous avons déjà repéré les dénominations suivantes : « interprète communautaire » (calqué sur le terme
anglo-saxon « Community Interpretor »), « médiateur linguistique professionnel », « interprète en milieu
social », « interprète en milieu professionnel », « interprète social »… pour ne citer que celles-là. Nous
retenons pour notre article la dénomination la plus fréquemment utilisée en Suisse francophone.
1
paraît incontournable dans une formation à la relation interculturelle est
l’apprentissage du travail avec un interprète. Or, l’introduction de la présence d’un
tiers ne va jamais de soi. Dans un récent rapport sur l’utilisation d’interprètes dans le
réseau médical suisse, Weiss et Stuker (1998) relèvent l’utilisation trop rare de ces
professionnels et leur statut souvent déprécié au sein des institutions”.
Si les différents organismes suisses font spontanément appel aux services de ces
personnes, c’est en raison de leur double appartenance linguistique et culturelle. En
effet, ayant vécu elles-mêmes l’exil et installées depuis un certain temps en Suisse, elles
sont supposées non seulement maîtriser la langue française mais aussi bien connaître la
société d’accueil. Par ailleurs, étant issues du même pays, partageant la même langue
que les réfugiés, elles sont supposées comprendre leurs compatriotes et leur culture de
référence. Y. Leanza et P. Klein (art. cit., 2000) soulignent ce dépassement du simple
rôle de traducteur entre culture du client et culture du professionnel: “Le deuxième
aspect concernant l’utilisation d’un interprète s’articule autour de la fonction que l’on
désire qu’il joue. Habituellement, l’interprète est appelé à traduire de manière plus
large que le mot à mot (Métraux & Alvir, 1995). Ainsi, en plus du sens des mots, il
s’agit également de traduire ou transmettre le vécu, la part émotionnelle, certains
préconisent une fonction encore plus importante pour l’interprète. Ainsi, Nathan (1986;
1994) et Métraux et Alvir (1995) insistent sur le fait que celui-ci est également un
médiateur culturel, c’est-à-dire qu’il apporte des éclairages sur les représentations
culturelles inconnues du professionnel”. Mais rien ne prouve que ces interprètes perçus
comme “médiateurs culturels” maîtrisent le décodage de ces «représentations
culturelles» et soient psychologiquement préparés aux situations de médiation et de
négociation, souvent difficiles et parfois conflictuelles, auxquelles ils peuvent être
confrontés dans leurs activités d’interprétariat dans des milieux institutionnels très
différents et des situations interculturelles diversifiées.
Deux d’entre nous ont eu une expérience directe d’interprétariat auprès de leurs
(ex)compatriotes tandis que la troisième a été intervenante dans une formation
organisée par la Croix-Rouge genevoise: la diversité de ces expériences et de ces
échanges ont amené les trois auteurs à s’interroger sur les parcours de ces «interprètes
médiateurs culturels» et sur le rôle qu’ils sont amenés à jouer comme «intermédiaire»
entre deux systèmes de référence, le plus souvent dans un contexte d’urgence ou de
crise. Jusqu’à maintenant les «spécialistes de l’interculturalité» (universitaires et
professionnels4) ont tenté de définir les attributions et les compétences nécessaires à
l’interprète médiateur culturel: un certain nombre de formations ont été confiées, ces
dernières années, par l’Office fédéral des réfugiés à Berne à des organismes privés (ex.
Appartenances) et à des associations caritatives (ex. Caritas, la Croix-Rouge, Mondial
contacts, etc.). L’objectif de notre enquête est de comprendre, à travers des témoignages
de vie, en quoi et comment l’expérience d’exil et d’intégration de nos interlocuteurs a
contribué à l’élaboration de leur propre conception et propres stratégies de médiation
interculturelle dans les situations d’interprétariat.
I. Choix de la méthodologie d’analyse
1. Une approche socio-ethnologique et raisons de ce choix
Au départ nous avions l’intention de mener des interviews avec des questions semiouvertes mais ce type d’entretiens guidés nous a paru très vite réducteur. C’est la
complexité même de la problématique qui nous a dicté une autre démarche: à savoir
privilégier l’écoute de récits de vie en recueillant le témoignage des interprètes euxmêmes. Pourquoi une approche socio-ethnologique du récit de vie? Nous nous
appuyons sur la définition de Daniel Bertaux (1997): “Dans l’enquête socioethnologique, les données remplissent de tout autres fonctions {que l’enquête
quantitative}. (…); elles donnent à voir comment “fonctionne” un monde social ou une
situation sociale. Cette fonction descriptive est essentielle et conduit vers ce que
l’ethnologue Clifford Geertz5 appelle thick description, une description en profondeur
de l’objet social qui prend en compte ses configurations internes de rapports sociaux,
ses rapports de pouvoir, ses tensions, ses processus de reproduction permanente, ses
dynamiques de transformation”. Or les récits de migration et d’exil sont par excellence
porteurs de ces processus de tensions entre deux contextes socioculturels différents, de
cette dynamique entre des appartenances passées et présentes vécues sur le mode de la
rupture, du deuil, du changement et de la reconstruction. D. Bertaux (op. cit.) emploie la
métaphore suivante: “Les récits de vie raconte l’histoire d’une vie, il est structuré
autour d’une succession temporelle d’évènements et de situations qui en résultent: cette
suite constitue en quelque sorte la colonne vertébrale”. Et cette ligne de vie, ajoute-t-il,
On voudrait ici signaler l’excellent ouvrage intitulé: Interprétariat et médiation culturelle dans le
système des soins, (Rapport de base), de Regula Weiss et Rachel Stuker (1998 ; cf. références
bibliographiques) qui est la première étude sérieuse et poussée menée sur le rôle et les compétences des
interprètes médiateurs culturels dans les domaines médical et hospitalier.
5 Tiré de son ouvrage intitulé : Savoir local, savoir global (1986). Cf. Références bibliographiques
4
n’est pas une ligne droite, harmonieuse, mais une trajectoire ballottée au gré de forces
collectives qui réorientent le parcours de façon imprévue et généralement incontrôlable
(ex. guerre, révolution, coup d’Etat, crise économique grave, épidémie, déclin d’une
région, etc.). La plupart des lignes de vie sont donc “brisées” (Bertaux, 1986). Ce
phénomène de reconstruction a posteriori d’une cohérence est désigné par le terme de
“lissage de la trajectoire biographique” (Bertaux, op. cit.) ou encore d’“illusion
biographique” (Bourdieu, 1986).
Les modes de restitution des moments ou étapes clés - ou que le narrateur juge clés - de
sa vie et de son exil sont pour nous des indices importants. Mais récit de vie et réalité ne
coïncident pas forcément: il s’agit de la restitution d’une trajectoire, de plus racontée
dans la langue du pays d’accueil. Or, toute restitution est une réinterprétation du passé
par rapport au présent et comporte également ses oublis, ses omissions, ses non-dits, ses
propres interdits que D. Bertaux désigne par “zones blanches” (1997). Tout ce “non dit”
et ce “dit” mais aussi ce “trop dit” (par des retours incessants aux mêmes événements et
aux mêmes termes) ont leur raison objective dans la narration qui, ne l’oublions pas, se
déroule dans une relation dialogique (interviewer – interviewé). La densité de ce capital
d’expérience biographique (Bertaux, op. cit.) et l’intensité de la souffrance exprimée
dans ces récits d’exil étaient telles qu’il nous a fallu les écouter à plusieurs reprises pour
prendre une distance et être en mesure de mener à bien notre analyse.
2- Méthode d’interview : principes et corpus
Un contrat oral (sorte de pacte) a été passé avec chacun de nos interlocuteurs en
expliquant en amont les grandes lignes de notre démarche en vue de précentrer
l’entretien qui va jouer, il est vrai, un rôle de filtre dans le récit. Nous avons privilégié
l’écoute du narrateur, si possible, sans l’interrompre. Nous nous sommes permis
quelques interventions ponctuelles mais minimales dans le cas où notre interlocuteur
aurait oublié l’une des lignes directrices de notre contrat de départ (ou processus de
recentrage). Nous n’avons pas imposé de limite de temps au récit, enregistré sur
cassette-audio avec l’accord préalable de notre interlocuteur, et accompagné d’une prise
de notes simultanée. Enfin nous nous sommes donné la possibilité de rencontrer à
nouveau la personne, si nécessaire. Les entretiens enregistrés ont duré entre une heure et
deux heures en moyenne. Ils ont été complétés par des échanges informels hors micro.
Les orientations de l’entretien biographique proposées à nos interviewés étaient les
suivantes:
-
racontez votre vie avant votre départ de votre pays, les raisons de votre exil et votre
exil même;
-
racontez les étapes de votre installation, de votre intégration en Suisse; comment
êtes-vous devenu interprète médiateur culturel et pourquoi?;
-
quelle est votre perception du rôle et des compétences d’un interprète médiateur
culturel à partir de vos expériences dans cette fonction ?
Nous avons contacté par téléphone une dizaine de personnes6 mais la moitié seulement
a répondu favorablement à notre demande. Nous avons recueilli les témoignages de cinq
femmes, soit : une Croate de Bosnie (C1); une Péruvienne (P2); une Burundaise (B3);
une Albanaise du Kosovo (K4); une Somalienne (S5). Notre critère de base était simple:
les personnes que nous souhaitions interviewer devaient être de provenances différentes.
Mais la composition finale de notre corpus dépendait de leur décision. On peut déjà
remarquer une forte présence de représentants du sexe féminin et l’absence totale du
sexe masculin7 ce qui correspond à la réalité de la fonction en Suisse: soit une majorité
écrasante de femmes. Dans ce sens, notre corpus est représentatif. Nos interlocutrices
partagent un autre point commun: toutes ont eu une expérience diversifiée et fréquente
de l’interprétariat. Elles se sont toutes exprimées en français sauf l’une d’entre elles
(K4) qui a terminé l’entretien dans sa langue maternelle tant l’émotion était forte. On
peut expliquer cette difficulté à maîtriser l’expression en langue étrangère (que pourtant
elle a enseignée) du fait de la proximité de ce vécu dans le temps, soit environ cinq ans,
tandis que nos quatre autres interlocutrices sont en Suisse depuis dix à quinze ans.
II. Analyse et interprétation des récits-témoignages
Plutôt que d’avoir des hypothèses préconstruites, que nous souhaiterions vérifier par
l’analyse comparée des témoignages, nous avons construit nos interprétations au fur et à
mesure de l’écoute de ces voix qui nous guident dans notre analyse: l’objectif de notre
étude sera donc de repérer les récurrences à travers les récits, car aussi différentes que
soient ces histoires individuelles, nous partons du postulat qu’elles n’en partagent pas
moins un même lieu de rencontre: celui de l’interprétation et de la médiation à travers le
prisme de l’exil.
Ce sont Mirela Bera-Vuistiner et Drita Veshi, qui, de par leur fonction d’interprète médiatrice culturelle,
avaient les coordonnées de ces personnes pour avoir suivi ou encadré des séminaires de formation avec
lesquelles elles sont alors entrées en contact. Nous ne connaissions de nos narratrices ni leur itinéraire, ni
leur situation présente avant l’entretien biographique.
6
1- La perception de leur vie avant l’exil : les « espérances pratiques »
Un élément commun qui traverse les cinq récits d’exil est l’appartenance sociale et le
degré d’études. En effet, toutes les personnes interrogées ont fait des études supérieures.
Les unes étaient dans un processus de formation universitaire : C1 en droit (dans son
pays) puis en linguistique (en Suisse) et P2 en journalisme (dans son pays) puis en
sciences sociales (en Suisse); tandis que les autres avaient terminé leurs études
supérieures et avaient déjà un travail que l’on peut rattacher à la catégorie des cadres
moyens ou supérieurs. Ainsi B3 était chargée de mission auprès du ministre de
l’éducation nationale ; S5 : ingénieur en chimie et K4 : enseignante de français dans un
lycée. Qu’elles soient originaires de la capitale du pays, d’une ville moyenne ou d’un
village, nos interlocutrices pratiquaient plusieurs langues, soit pour des raisons
personnelles (famille mixte croato-hongroise en Bosnie: C1; quechua dans la famille et
à l’école primaire au Pérou: P2 ) ; pour des raisons professionnelles (apprentissage du
français au Kosovo: K4) ; ou pour des raisons collectives dues à l’histoire du pays (le
français héritage de la colonisation belge au Burundi: B3 ; l’italien et l’arabe en Somalie
dus aux différentes périodes d’occupation du pays: S5 ; le serbo-croate langue de
scolarisation imposée à la place de l’albanais au Kosovo: K4) avec l’apprentissage de
langues européennes (le plus souvent l’anglais mais aussi le français ou l’allemand)
pendant leur cursus scolaire et universitaire. Les parents, qu’ils soient socialement aisés
ou moins aisés, les ont encouragées à continuer leurs études, ce qui est un indice des
pratiques sociales et du rapport au savoir dans chacune des familles appartenant à la
classe moyenne (rurale, urbaine) ou la classe moyenne supérieure (urbaine). Donc nos
interlocutrices possédaient au départ de leur pays un capital culturel et social (au sens
de Bourdieu) relativement élevé. On aurait pu s’attendre à des variantes sociales
significatives en raison du statut de la femme selon les pays. Mais nous n’avons pas
trouvé de telles différenciations. Il est clair que l’environnement social joue ici un rôle
crucial en terme d’espérances pratiques (au sens de Bourdieu) et que les prises de
position de nos interlocutrices dans leur récit ne sont compréhensibles que si on les
resitue dans leur contexte de départ.
2- Les raisons de l’exil et le vécu de cet exil : l’impossible retour
Nous avons pourtant solliciter deux interprètes hommes pour huit interprètes femmes mais n’avons
obtenu aucune réponse de leur part.
7
Deux de nos narratrices (C1 et P2) sont parties de leur plein gré pour effectuer un séjour
d’études en Suisse, dont une avait pour motivation de rejoindre un membre de la famille
déjà établi dans le pays (C1). Puis elles ont subi la situation de l’impossible retour,
comme prises au piège, situation qui a profondément changé leurs rapports à la Suisse
devenue alors pays de «refuge»: soit en raison de la guerre en Bosnie (C1) ; soit en
raison de l’instabilité politique et économique du pays : au Pérou, deux cents personnes,
dont des journalistes, soutenant les paysans indiens vivant sur l’Altiplano, ont disparu,
probablement assassinées par les militaires: «j’aurais dû faire partie de cette équipe »
dit, d’une voix étranglée, notre interlocutrice (P2). Dès cette transformation de leur
situation, un sentiment de culpabilité et d’impuissance s’installe : « Je regardais ce lac
tranquille sous le soleil, raconte C1, pendant que ma famille et mes amis risquaient
chaque jour d’être tués, n’avaient rien à manger, puis rien pour se chauffer… c’était
une situation complètement irréelle… Je ne vivais que par le téléphone…par les
réseaux yougoslaves à travers le monde et tentais par tous les moyens de les faire fuir».
Les trois autres narratrices, quant à elles, ont vécu un exil forcé, directement menacées
de mort par une guerre d’extermination de leur peuple. Elles se sont donc enfuies seules
ou avec leurs enfants, laissant le mari ou d’autres membres de la famille sur place (une
seule est partie avec toute la famille: K4). Cette fuite s’est faite, en ligne brisée, en
passant par un pays de « transit » « qui ne sont pas des pays de droits humains » (B3:
par le Rwanda ; S5 : par le Kenya) ou, avec une prise de risques maximale, comme la
perte de proches dans un voyage hasardeux (S5: bateau naufragé), un itinéraire semé
d’embûches et de peurs aux différentes douanes (K4 et S5). Plus l’itinéraire a été
douloureux et dangereux, plus les attentes envers le pays d’accueil «qui a sauvé nos
vies», «où sont respectés les droits humains», «qui nous a accueillis avec un grand
cœur» étaient élevées.
3- La perception de leur intégration dans la société suisse : l’irrésistible marginalisation
La langue du pays d’accueil : le « Sésame-ouvre-toi ». La première préoccupation est
d’apprendre la langue. Les débuts sont parfois difficiles même si le projet était de faire
des études en français. Il est intéressant de noter que nos interlocutrices croate et
péruvienne ont éprouvé des résistances au départ, la première pour des raisons de repli
quand elle s’est vue dans l’impossibilité de rentrer dan son pays et ostracisée par son
entourage suisse; la deuxième parce qu’elle devait se payer des cours qui coûtaient très
cher, avant de pouvoir entrer à l’université (garantissant un permis de séjour), et ne
parvenait pas à se trouver du travail en raison de son visa de touriste. Pour les trois
autres réfugiées, deux pratiquaient déjà la langue (B3 et K4), et la troisième, plurilingue,
avait déjà acquis quelques notions (S5). La maîtrise de la langue reste cruciale pour
réussir son «intégration», mot-clé utilisé par toutes les interprètes.
Les notions de perte d’identité sociale. Le sentiment récurrent exprimé par nos
interprètes à travers leur propre exemple ou ceux qu’elles donnent de leurs compatriotes
est un sentiment de déclassement social, et son corollaire, de dévalorisation
individuelle, par rapport à la formation ou l’appartenance sociale d’origine. Un
sentiment d’échec et d’humiliation prédomine dans les discours, malgré tous les efforts
déployés pour retrouver «la situation d’avant», en faisant reconnaître leurs diplômes et
leur expérience professionnelle, si dans la fuite on avait eu le temps d’emporter ses
documents avec soi. Le terme «perte» a été souvent cité: dans son sens littéral, perte de
ses papiers qui prouve ce que l’on est ; dans son sens symbolique, perte de son identité
sociale et perte d’estime de soi. Toute la palette des émotions est utilisée: colère,
indignation, larmes, désespoir. L’une d’entre elles (B3) dira: «Il faut que les Suisses
sachent que les étrangers sont une montagne de ressources. Pourquoi ne les
reconnaissent-ils pas? Vous savez… nous, on n’a jamais voulu quitter notre pays ; on y
a été contraints parce qu’on était en danger de mort… ‘ils’ devraient le savoir et nous
accepter avec ce que l’on peut apporter, avec ce que l’on sait faire…mais quand on est
étranger, on est suspect». Une autre (K4) confiera en pleurant la douleur qu’elle
éprouve avec son mari (également enseignant au Kosovo) quand elle prépare le sac de
ses enfants et que «cette rentrée scolaire se fera cette année encore sans elle».
Les trois réfugiées, prises en charge par l’Etat dès leur arrivée, sont maintenues dans
une situation d’assistées: «J’assume cette situation d’assistée mais avec un sentiment
d’inutilité et de honte», dira à plusieurs reprises la Burundaise. Elles ne peuvent pas
travailler en raison de leur statut précaire ou bien sont au chômage même si elles ont
reçu le permis de travail adéquat. «Le permis B, c’est ‘la clé anglaise’, comme on dit
entre nous, celle qui permet d’ouvrir toutes les portes », dira pourtant la Somalienne qui
n’a jamais obtenu d’emploi.
Les différentes formes de discrimination. Celles qui appartiennent à une «minorité
visible»8 ont été fréquemment en butte à la discrimination raciale: ainsi P2 s’est vue
refusée un emploi dans une agence touristique (proposant notamment des voyages vers
C’est une expression euphémique, que nous empruntons aux Québécois, et plus largement aux
Canadiens, qui définissent ainsi toutes les populations de couleur.
8
les pays d’Amérique latine!) parce que «on ne prend pas de gens de couleur. On
travaille avec les bourges… on travaille avec des gens de couleur blanche», lui
expliquera le directeur suisse; B3 sera interpellée par une passante qui lui touche la joue
en lui demandant: «Comment avez-vous fait pour avoir une peau si noire?». Même si
l’on maîtrise la langue française. La narratrice burundaise déclare: «Je parle le français
comme une bonne africaine, c’est-à-dire avec un accent, mais je le parle bien car j’ai
tout de même une licence de lettres… et même je le parle mieux que certains Suisses».
Elle s’étonne de leur niveau de langue et de certaines expressions vulgaires couramment
utilisées qui seraient inacceptables dans son pays pour conclure: «Même avec nos
diplômes, avec notre bon niveau de langue, ‘ils’ ne nous acceptent parce que nous
sommes étrangers. C’est un pays d’accueil mais un pays de racistes aussi» .
Les stratégies d’intégration sociale. Malgré ces handicaps, toutes sont parvenues à se
trouver des niches d’activités. Toutes, au début de leur parcours, ont proposé leurs
services sous forme d’engagements bénévoles dans des associations de femmes, de
communautés culturelles, d’oeuvres d’entraide interculturelle, des centres d’accueil
pour adultes, etc. quand la situation d’emploi était bloquée pour elles et qu’elles ne
voulaient pas sombrer dans l’inactivité et le désespoir. Dans le cas de P2 et C1, c’est le
mariage avec un Suisse qui leur a permis de rester dans le pays et de reconquérir un
certain statut dans la société, même si les rapports avec la belle-famille n’étaient pas de
tout repos : «J’ai eu des ennuis avec la famille : la belle-mère d’origine estonienne, le
beau-père d’origine suisse alémanique: un véritable choc culturel au début. Je n’étais
pas exacte, rigide au niveau des horaires mais j’ai changé… on ne doit pas faire de
bruit avec ses chaussures, au début cela m’a fâchée… mais j’ai appris», avouera notre
interlocutrice péruvienne. La jeune croate regrettera de ne pas avoir réussi à obtenir le
permis de travail sans passer par la solution du mariage , « car elle aurait aimé se
prouver à elle-même, à sa famille et à son compagnon qu’elle pouvait contribuer à la
société suisse».
Dans les marges de l’insertion professionnelle. Deux de nos interlocutrices ont trouvé
des «petits boulots» (C1: serveuse dans un restaurant) ou ont créé leur propre emploi
(P2 : cours de stretching et de relaxation), mais dans tous les cas, en-dessous de leur
qualification universitaire (celle d’origine et même celle acquise en Suisse).
Avec la création de nouveaux dispositifs d’accueil et de formation des immigrés, nos
interprètes ont pu donner des cours de langue maternelle aux enfants du primaire et aux
adolescents du secondaire (dans les Collèges d’orientation), payées à l’heure9, ou bien
aux parents dans des associations, des universités populaires, le plus souvent
bénévolement. C’est à travers ces réseaux périphériques, qu’elles ont été repérées ou
recommandées. La fonction d’interprètes qui leur a été proposée, sous forme
d’interventions ponctuelles, mal rémunérée, au statut encore informe et déprécié par la
plupart de leurs interlocuteurs suisses, s’inscrit dans ce contexte de parcours
d’intégration qui est en fait vécu comme un processus de lutte contre la marginalisation
socio-économique, auxquelles elles résistent en s’investissant dans les réseaux
socioculturels de leur «communauté d’origine».
On peut constater un effet de miroir entre les représentations dépréciatives que nos
narratrices incorporent – même en protestant – certaines comme un destin inéluctable :
« Une intégration réussie n’est pas pour nous femmes d’un certain âge : il est pour les
jeunes générations. C’est ce qui me donne la force et l’espoir…», se consolera la
Somalienne. Effet de miroir également entre le statut précaire de leurs compatriotes qui
risquent d’être renvoyés à tout moment dans leur pays avec le statut non reconnu de la
fonction d’interprètes médiateurs culturels. D’ailleurs ce statut précaire est également
vrai pour les interprètes dont certains attendent qu’une décision fédérale statue sur leur
sort depuis leur arrivée et où leur présence est remise en question chaque année. Ce
n’est pas non plus un hasard sociologique si d’une part ces interprètes sont
majoritairement des femmes (déjà défavorisées sur le marché de l’emploi) et si d’autre
part la dénomination (relativement récente) est celle de « médiateur culturel», évacuant
ainsi toute la problématique de l’intégration socio-économique des étrangers. Cette
situation n’est pas sans nous rappeler la remarque de Uli Windisch (1998) qui tente de
la décrire en ces termes : «A propos de l’intégration des immigrés dans les pays
occidentaux, il a été relevé par différents observateurs, sous forme de boutade, que,
dans les années 1960-70, les immigrés trouvaient du travail sans être intégrés
culturellement tandis qu’actuellement, nombre d’immigrés sont intégrés culturellement,
volontairement ou involontairement, mais n’ont pas de travail. Ainsi, contrairement à
ce que pensent beaucoup de responsables sociaux et politiques, le problème des
9
Nous avons enquêté auprès des enseignants de langue maternelle et ceux de français langue seconde
dans les classes d’accueil, intervenant dans le primaire et le secondaire auprès des enfants et adolescents
de familles réfugiées, et avons pu ainsi observer une différence énorme de statut des enseignants de LM
(d’origine étrangère), payées à l’heure et dont le contrat est reconduit (ou non) d’année en année par
rapport aux enseignants de FLS (tous suisses) qui bénéficient de tous les avantages des titulaires au sein
d’une même institution éducative. Cf. Références bibliographiques: article de Aline Gohard-Radenkovic,
Mirela Bera-Vuistiner et Drita Veshi (à par., 2002)
immigrés établis n’est plus celui de l’intégration, mais bien celui du travail. D’avoir et
de conserver un travail. L’image de l’immigré au chômage constitue, en effet, un
ferment très actif de la xénophobie et l’extrêmisme politique ».
Pourtant nous faisons l’hypothèse que ce rôle même d’«intermédiaire» leur permettra de
retrouver un sentiment d’utilité et de dignité ainsi que de réparation de l’injustice
sociale qu’elles ont vécue. Ainsi la jeune péruvienne tire un enseignement de cette
discrimination culturelle: «Nous, comme parents, avons été blessés. En donnant des
cours (v.supra), je fais attention à ce que je dis car je peux faire mal ».
4- La perception des expériences d’interprétariat et de médiation : la relation pas
toujours enchantée
La perception de la fonction. La fonction d’interprète médiateur culturel est vécue
avec plaisir (P2, K4 et B3) si ce n’est avec passion (C1, S5): le ton devient euphorique.
On se trouve dans le discours humanitaire et militant. Cette compensation missionnaire
est vitale pour nos interprètes pour surmonter leur propre itinéraire de souffrance et de
solitude ainsi que la perception dévalorisée de leur fonction et l’absence de statut
professionnel. En effet, c’est une profession sous-payée («on ne peut pas en vivre et
donc on ne peut pas obtenir un permis de travail»), à peine perçue comme un métier
avec des savoirs et savoir-faire spécifiques. Ceci rejoint ce que Y. Leanza et P. Kein
signalent dans leur article ( 2000).
Les conditions de la médiation. Le terme qui revient assez fréquemment est:
« bricolage sauvage » et le “bricolage coûte cher en raison de l’incomplétude ou
l’incertitude des interprétations” en faisant appel au dernier moment à des personnes
non qualifiées ou non expérimentées, dira notre interlocutrice croate. Elles décrivent
toute une série de situations délicates où elles opèrent de manière indifférenciée et non
préparée: interprétation des traumatismes de guerre chez le psychiatre ou le
psychologue; discussion avec les parents des problèmes de comportements des enfants
avec l’assistante sociale ou la psychologue de l’école; ou encore traduction et synthèse
des récits de guerre des réfugiés qui font recours auprès du Tribunal cantonal puis
fédéral pour obtenir le statut de requérants d’asile et ne pas être renvoyés dans l’enfer de
la guerre ou celui de la peur. Leur intervention dépasse donc, dans un certain nombre de
situations, la simple traduction (écrite ou orale), le sentiment de compassion, d’ailleurs
inutile: elle prend alors des allures de «sauvetage».
Les rapports avec les « clients ». Dans l’ensemble les interprètes vivent des
expériences positives avec leurs «compatriotes». La langue commune au-delà des
frontières peut être un vecteur crucial de compréhension et d’adaptation (même
partielle) au nouvel environnement. Ainsi notre collègue somalienne dépasse largement
son rôle d’interprète en situations de traduction. En effet, parlant arabe, elle peut
s’adresser à des familles musulmanes, originaires de Somalie, du Tchad et du Soudan,
la plupart du temps composées de femmes seules (ou veuves), venues de petits villages,
avec leur nombreuse progéniture. Afin de leur faire comprendre les structures et les
valeurs du pays d’accueil, elle organise des réunions fréquentes les préparant aux
entrevues officielles avec les différentes institutions suisses. Elle raconte son rôle
d’éducatrice: «Je tente de tirer les femmes plus jeunes vers la culture d’accueil en les
sensibilisant à des situations quotidiennes concrètes… je porte aussi le tchador pour
qu’elles me respectent… je leur apprends à sortir en petits groupes et à s’orienter dans
la ville…car elles n’osent pas sortir… On organise des rencontres avec des femmes
suisses et on voit comment on peut combiner la cuisine suisse et la cuisine
somalienne…elles ne savent pas quoi faire avec les ingrédients suisses. J’invite des
infirmières qui les conseillent et leur donnent des médicaments car beaucoup d’entre
elles ont de graves problèmes de santé à cause l’excision… je mène le combat contre
les femmes âgées attachées à l’image traditionnelle de la femme».
Toutefois les relations avec l’autre supposé «proche», parce que possédant la même
langue, comportent parfois des risques et des malentendus. Nos interlocutrices, qui
vivent depuis un certain nombre d’années en Suisse, perçoivent un décalage social et un
décalage temporel avec leurs «clients» auxquels elles ne peuvent pas vraiment
s’identifier: ce ne sont pas les mêmes cultures sociales de référence, ce ne sont plus les
mêmes cultures partagées.
Plusieurs exemples: un homme d’origine bosniaque venant d’un petit village veut
passer son permis de conduire de camions. La médiatrice (C1) ne connaît pas le lexique
spécifique. Elle peine à traduire et demande à son client de chercher les termes dans un
dictionnaire; la personne n’est plus jamais revenue aux cours de conduite. Notre
interlocutrice ne pouvait pas imaginer qu’il ne savait pas utiliser un dictionnaire et était
donc analphabète. Une autre (P2) intervient pour des femmes d’Amérique latine,
divorcées et venues en Suisse avec leurs enfants, dans le cadre de des mariages arrangés
ou de familles recomposées assez problématiques. Il est arrivé que certaines ne
connaissent pas bien la langue mais se sentent, par rapport à leur médiatrice «bien
intégrée et bien mariée», diminuées et dépendantes: certaines d’entre elles peuvent
l’empêcher de parler pendant la rencontre avec un enseignant ou un psychologue. La
séance se déroule alors avec des tensions, des pleurs, voire peut se terminer par une
crise d’hystérie (sic).
Autre paramètre qui peut compromettre la médiation: celui d’être perçue comme
l’ennemie ou appartenant au camp des exterminateurs que les familles viennent de fuir.
Ainsi, notre Croate a un nom très vite identifiable, mais son prénom peut être perçu
comme musulman, croate ou serbe par ses interlocuteurs qui la rejetteront d’emblée
comme intermédiaire suspecte. Pour ne pas vivre ce type d’affrontements, elle évite tout
contact personnel avec les ressortissants d’ex-Yougoslavie en–dehors des contacts
professionnels et se met à «switcher en hongrois avec sa sœur» dès qu’elle entend parler
le serbo-croate à proximité. On retrouve cette situation de transfert des affrontements
politiques sur un autre sol dans les cas de guerres civile comme au Rwanda ou au SriLanka.
Les rapports avec les «commanditaires». Il est intéressant de noter que les rapports
avec leurs interlocuteurs suisses, faisant appel à leurs services, sont racontés sur le
mode de l’autre «éloigné» et se limite à des contacts professionnels neutres. En effet les
situations
d’interprétation
se
déroulent
habituellement
dans
des
structures
administratives, sociales, éducatives, médicales, hospitalières, juridiques et policières,
pour régler des problèmes en situation d’urgence, voire de crise, comme nous l’avons
déjà mentionné. Chaque interprétation est généralement précédée d’une convocation en
français ce qui a pour effet de paniquer la famille concernée10 qui a l’impression
d’avoir fait quelque chose de mal et se rendent auprès des autorités (aussi bien
éducatives que policières) «la peur au ventre» (B3). Il est clair que si les rapports avec
les interlocuteurs suisses sont bons, toutefois le regard reste critique. Ainsi, l’une
d’entre elles reproche l’incohérence des «autorités» « qui improvisent en faisant appel à
n’importe qui (la voisine ou l’amie de la famille, le fils ou la fille aîné(e) de la famille
qui commence à se débrouiller en français etc.) ou encore à des gens qui ne sont pas du
tout formés ou pire qui ne maîtrisent pas la langue du pays d’accueil » (C1).
Cette observation rejoint les propos des familles de réfugiés interrogés au cours d’une enquête menée
sur les classes d’accueil : « On n’a des contacts avec les enseignants que quand il y a des problèmes » Cf.
art. cit. de A. Gohard-Radenkovic, M. Bera-Vuistiner et D. Veshi (à par., 2002)
10
5- La conception du rôle de l’interprète médiateur et de ses compétences: un rôle
polyvalent
Nos interprètes se perçoivent dans un rôle de passerelle mais intervenant dans des
zones de contacts floues, mouvantes, pas très stables où il faut avancer de manière
précautionneuse (comme sur ces passerelles mobiles qui tanguent à chaque
mouvement), sinon elles risquent de se retrouver en position délicate. On a pu noter que
toutes se sentent moralement responsables des réussites et des échecs de cette
communication triangulaire (ou communication en triade).
De même il faut acquérir une très bonne maîtrise des deux langues et tenter de restituer
le plus fidèlement possible la parole des uns et des autres, tout en tâchant de
comprendre où se situent les incompréhensions (K4). De même il faut «oser intervenir
dans l’échange» et trouver la bonne explication auprès des familles, trouver la bonne
explication auprès des professionnels ou des autorités afin de dénouer les blocages
psychologiques, bref se transformer «en conseillère et en guide» (S5, P2, B3). Cette
attitude présuppose que les médiateurs aient appris à décoder les raisons, les enjeux et
les référents socioculturels de chaque partenaire. Mais ceci présuppose également que
leurs interlocuteurs suisses laissent un espace d’intervention, une marge de manœuvre
aux interprètes.
De plus une déontologie propre à cette configuration s’impose: il s’agit d’une
profession à haute confidentialité en raison des dossiers qu’elles suivent et des cas –
politiquement sensibles - pour lesquels elles doivent intervenir: «il y a donc obligation
de réserve et secret professionnel»(C1).
C’est pourquoi, s’impose la nécessité de suivre une formation dans le domaine de la
médiation linguistique et culturelle. Cet impératif a été évoqué à plusieurs reprises par
la majorité d’entre elles11, car il ne suffit pas de connaître la langue et d’avoir vécu soimême la souffrance de l’exil, celle de l’intégration et parfois la difficulté
d’apprentissage de la langue. On peut en effet commettre des erreurs en voulant projeter
ses solutions sur les familles qui viennent d’arriver: «Il faut d’une part confronter son
expérience à celle des autres mais il faut d’autre part prendre une distance par rapport
à son propre vécu et sa propre souffrance…il faut apprendre à construire des stratégies
et surtout une écoute de l’autre en tâchant d’oublier ses préjugés sociaux » (C1); et
11
sauf notre interlocutrice kosovare (K4) qui, récente dans la fonction, adhère à une vision très affective
de son rôle, et n’a pas abordé le thème des compétences nécessaires à un interprète médiateur, malgré les
deux rappels de son enquêtrice.
« J’ai participé à une formation de médiation culturelle organisée par la CroixRouge… cela m’a permis de remettre les choses à leur place et m’a beaucoup aidée,
éclairée… il est important dans ce métier de ne pas donner son opinion. J’ai vraiment
regretté que ces formations se soient arrêtées… j’ai le sentiment d’une réflexion
inachevée (P2) ».
L’une des compétences requises qui ressort de ces témoignages est que l’interprète, luimême un exilé, ait appris à faire le deuil de son pays, le deuil de ses proches, le deuil de
ses propres souffrances, le deuil de son passé et le deuil de ses espoirs. Les formations
proposées par «Appartenances », par exemple, ont mis l’accent sur ce travail de deuil
qui nous paraît une étape majeure pour la constitution des compétences de médiation,
surtout dans un contexte de thérapie ou de soins mais pas uniquement, qui exige
beaucoup de disponibilité et de force par rapport à des récits de guerre traumatisants
pour celui qui écoute. Nous l’avons observé par nous-mêmes : la jeune femme collègue
kosovare, projette – de manière quasi obsessionnelle - sa propre expérience douloureuse
d’exil sur celle des familles de réfugiés du Kosovo nouvellement arrivées, et se trouve
dans l’incapacité de prendre une distance par rapport à son rôle. Mais il existe dans tous
ces témoignages un deuil qui ne s’est pas fait: celui de renoncer à l’espoir d’une
intégration professionnelle.
6- Le non-dit et le trop dit dans le récit ou les “zones blanches”
De manière étonnante, aucune des interprètes n’a évoqué ses réseaux de contacts et
d’amitié avec les autochtones et pourtant deux personnes interrogées sont mariées à des
Suisses. L’interviewer a dû rappeler cette dimension auprès de toutes les interprètes.
La perception des rapports avec les Suisses semblent être limités pour certaines aux
contacts professionnels: “On ne se fréquente pas ou bien on ne se reçoit pas, même si
on a de bons rapports avec ‘eux’ pendant le travail”(C1 ; B3). L’interprète somalienne,
venue avec ses enfants, parle beaucoup de son association de femmes comme
constituant sa nouvelle famille mais ne perçoit pas ses interlocuteurs suisses comme des
amis potentiels : « Je suis l’intermédiaire entre ‘mes’ femmes et les Suisses ». Mais cet
« oubli » n’exclut pas l’existence de contacts personnels avec les Suisses : « Je connais
des Suisses mais ce sont les amis de mon mari », dira P2 ; « je fréquente les amies
suisses de ma sœur qui m’ont aidée à trouver du travail », dira C1 ; «je vois encore la
conseillère qui m’a suivie lors de ma grossesse et qui me rend souvent visite », dira K4.
La deuxième omission concerne la famille : on parle peu de sa famille actuelle, par
exemple la sœur qui vous a hébergée, le rôle de soutien qu’elle a pu jouer dans
l’installation (C1) ; le mari, qu’il soit suisse ou du même pays d’origine, est quasi
absent des récits (C1, P2, B3, S5), même s’il est physiquement présent en Suisse (K4).
Si on évoque ses enfants, on ne parle pas de leur situation ou bien on ne parle que de
certains d’entre eux. Par exemple : la Somalienne parle de SA fille et jamais des deux
garçons (S5). Ainsi, nous avons appris par la jeune femme péruvienne que son fils
rencontre des problèmes dans la rue, est souvent interpellé par les policiers « parce
qu’on le prend pour un Algérien »; qu’à l’école un enseignant lui a dit qu’il ne serait
que « technicien de surface » alors que cet adolescent « qui marchait bien en classe »
rêvait de devenir archéologue. Blessé, l’adolescent a commencé à se comporter en
conformité avec la représentation négative du professeur (effet Pygmalion). Notre
interlocutrice n’a pas VOULU ou pas PU faire le douloureux rapprochement entre le
rejet de l’employeur à son encontre et la discrimination vécue par son fils.
Ce sont ces omissions et ces répétitions qui nous éclairées sur la situation d’intégration
de nos interlocutrices. S’il y a bien adaptation de la part des interprètes à la société
suisse, elle s’est effectuée de manière segmentaire en regard des espaces d’intégrabilité
que la société suisse a bien voulu leur ménager. Ainsi, tantôt elles sont encore très liées
à leur groupe d’appartenance d’origine (K4, S5, B3) ; tantôt elles évitent de fréquenter
des compatriotes (C1) ; tantôt elles ne se sentent mal acceptées dans leur nouvel
environnement et se replient sur le cercle familial (B3 : « m’investissant uniquement
dans la réussite de mes quatre enfants » B3); ou bien elles créent plus volontiers des
liens avec des personnes qui parlent la même langue (pas obligatoirement de leur pays :
P2 ; S5), parfois avec des autochtones (P2, K4) mais appartenant au même milieu social
ou professionnel.
Conclusion
Nos interprètes ont revendiqué à l’unanimité la professionnalisation de la fonction
impliquant la nécessité impérative d’une formation ciblée théorique et pratique en
langues et médiation culturelle, surtout dans les domaine social, éducatif et médico–
pédagogique, car s’il existe déjà des formations poussées dans le système de soins (cf.
Weiss et Stuker, op. cit. 1998 ; cf. Métraux et Alvir, 1995), les autres milieux sont
moins favorisés. De même la revalorisation du statut avec des règles et des principes
éthiques sont indispensables à la légitimation de cette profession. Ceci rejoint la
réflexion qui a été menée par les différentes associations lors de la «1ère Conférence de
Babelea» à Vienne (op. cit., 1999) où les mêmes compétences et le même souci de
professionnalisation sont requis par les différents milieux institutionnels et organismes
sociaux. Mais un élément important diffère : les intervenants ont insisté sur
l’acquisition d’un lexique spécialisé au service des cultures professionnelles, d’où les
dénominations de « interprètes en milieu hospitalier », « interprète en milieu social » ou
« interprète en milieu juridique ». On pourrait en effet imaginer, comme pour les
interprètes de conférence ou pour les traducteurs assermentés, de proposer un domaine
de spécialisation, une fois que les candidats auraient reçu une formation
interdisciplinaire en interprétariat et médiation linguistique et culturelle.
La bataille politique tourne autour de cette notion de statut à travers l’acquisition d’une
qualification professionnelle ciblée. Ainsi certaines institutions suisses et mêmes
certains interprètes médiateurs culturels résistent à la mise en place de cette
qualification professionnelle. Pour la seconde catégorie, s’ils souhaitent une meilleure
rémunération, ils refusent cette certification obligatoire qui remettrait en question un
territoire qu’ils occupent déjà, sans être passés par tout un processus d’évaluation, et
grâce à des valeurs invoquées, telles que l’expérience de terrain, l’engagement et le
militantisme, par lesquelles ils ont fait leur preuve. Toutefois ceci ne concerne pas la
position majoritaire des interprètes. Pour la première catégorie, ce serait également de la
part des institutions reconnaître la légitimation nécessaire d’une profession et d’un
statut pour encadrer des publics qui sont en situation de transit ou dont la présence sur
le territoire suisse dépend de la politique d’asile du moment et pour lesquels les
responsables ne voudraient pas trop investir. Nous sommes d’un côté au coeur du
processus de l’émergence d’une nouvelle profession – jusqu’ici en situation de soustraitance - avec ses acteurs, ses enjeux, ses publics, ses territoires, ses réseaux, ses
hiérarchies, ses tensions dans le champ de l’humanitaire. Il y a une quinzaine d’années
le domaine de l’humanitaire reposait sur une sorte de consensus tacite : tout ce qui avait
trait aux publics réfugiés et immigrés relevait essentiellement de la vocation et du
bénévolat et donc s’appuyait sur des « hommes (des femmes en fait) de bonne volonté ».
Mais l’humanitaire s’est lui-même constitué en champ socioprofessionnel avec ses
budgets, ses enjeux, ses hiérarchies et ses acteurs, la plupart issus des sciences humaines
et sociales, constituant la nouvelle génération «d’intermédiaires sociaux et culturels
qualifiés» - mais également celle des «chômeurs académiques»12 - et qui occupent de
manière inespérée ce nouveau marché de l’emploi.
Toutefois, il ne sert à rien de s’attarder sur les compétences indispensables à un
interprète médiateur culturel si les conditions ne sont pas réunies pour assurer
l’intégration sociale et économique des populations prises en charge et de ceux qui les
encadrent. Ainsi, nos narratrices soulignent clairement la situation paradoxale dans
laquelle elles se trouvent: d’une part elles sont engagées par des professionnels et divers
organismes suisses, pour aider les réfugiés à comprendre, à s’intégrer, en apprenant le
français, en encourageant l’insertion des enfants à l’école, en s’appropriant les valeurs et
les comportements attendus de leur nouvelle société. D’un autre côté, un grand nombre
de familles réfugiées pour lesquelles elles interviennent et qu’elles conseillent, n’ont pas
de statut légal et se retrouvent dans des situations dramatiques parce que déstabilisantes
(retournant toutes les semaines à la Police des étrangers pour renouveler leur visa), et
sans avenir pour un certain nombre d’entre eux ni en Suisse, ni dans leur propre pays
(B3). Elles-mêmes ne sont pas dans une situation plus stable ou plus enviable que leurs
compatriotes… Comment construire alors un projet de société et d’intégration civique
avec ces familles? Quel peut être en effet le rôle de l’interprète médiateur culturel dans
un telle situation de «double bind»?
Références bibliographiques
Bertaux, D. (1997), Les récits de vie, Coll. 128, Paris, Nathan Université.
Bertaux, D. (1986), «Fonctions diverses du récite de vie dans le processus de
recherche», in Desmarais D., Grell P. (eds) Récits de vie. Théorie, méthode et
trajectoires types, Montréal, Editions Saint- Martin.
Bourdieu, P . (1986). «L’illusion biographique», Actes de la recherche en sciences
sociales, n° 62-63.
European Association of Babelea (1999), Interprétariat social communautaire, in Actes
de la 1ère Conférence à Vienne, nov. 1999, (coord. par L. Durlanik), publiés par l’
Université de Hambourg.
Geertz, C. (1986). Savoir local, savoir global : les lieux du savoir, Paris, PUF.
C’est le terme appliqué à tous ceux qui possèdent un diplôme de l’université (soit l’équivalent de la
maîtrise) qui ne trouvent pas de travail ou se retrouvent au chômage et qui constituent en Suisse une
catégorie socioprofessionnelle en soi sur le marché de l’emploi.
12
Gohard-Radenkovic, A., Bera Vuistiner, M. et Veshi, D. (à par. 2002), «Rôle de
l’apprentissage des langues maternelle et seconde dans les classes d’accueil: des
enseignants, des parents et des élèves en parlent…», in Intégration des ‘minorités’ et
nouveaux espaces socioculturels, Coll. Transversales, Berne, Peter Lang.
Leanza, Y. et Klein, P. (2000), «Professionnels de la santé et relation d’aide en situation
interculturelle : quelle formation?», in Raisons éducatives, Pourquoi des approches
interculturelles en sciences de l’éducation? (coord. par Dasen P. et Perregaux C.),
Bruxelles, De Boeck Université.
Métraux, J.C. et Alvir, S. (1995). «L’interprète: traducteur, médiateur culturel ou cothérapeute», Interdialogos n° 2, Suisse.
Weiss, R. et Stuker, R. (1998). Interprétariat et médiation culturelle dans le système
des soins, Rapport de recherche n° 11, sur mandat de l’Office fédéral de la santé,
Neuchâtel, Forum suisse pour l’étude des migrations.
Windisch, U. (1998), La Suisse. Clichés, délire, réalité. (Chap.: «Oui à l’intégration
des immigrés, non aux effets pervers d’un militantisme antiraciste aveugle»), Lausanne,
L’Âge d’Homme.
Téléchargement
Explore flashcards