Lac Abbeh : son paysage culturel, ses monuments naturels et son

publicité
Lac Abbeh : son paysage culturel, ses
monuments naturels et son écosystème
Djibouti
Date de soumission : 05/01/2015
Critères: (iii)(vii)(viii)(x)
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Ministère des affaires Musulmanes, de la Culture et des biens Waqfs
Etat, province ou région :
Préfecture de Dikhil
Coordonnées N 11 10 45 18 E41 47 36 26
Ref.: 5965
Description
Le lac Abbeh : son paysage culturel, ses monuments naturels et son écosystème, témoigne des grands stades de
l’histoire de la terre et des hommes. D'origine tectonique et inscrit dans un graben encadré par deux horsts, le Lac
Abbeh, est un lac salé endoréique d'Afrique de l'Est situé à cheval sur la frontière avec l'Éthiopie.
En effet, il y a 8500ans, le lac Abbeh occupait la plus grande partie de la dépression du Gobaad, près de Dikhil avec
une superficie de 6000km². Des phénomènes naturels, notamment les infiltrations d’eaux riches en gypse (sulfate de
calcium) rencontrant à haute température les eaux carbonatées sodiques du lac Abbeh vont être le siège d’une
sursaturation entrainant la formation des sortes de cheminées à vapeur sulfureuses, les fumerolles. Ceci a entrainé
le processus de son assèchement. Aussi, des actions anthropiques à travers la réalisation, entre autres, de barrages
en Ethiopie ont accéléré ce phénomène d’aridité. Le lac Abbeh est également marqué par son paysage culturel. En
effet, les peuples et les animaux qui vivaient avec ce lac il y a des millénaires ont laissé des traces et informations
importantes découvertes dans des sites archéologiques, notamment, le site d’Asa Koma et celui de Barogali.
ASA KOMA
Le site archéologique d'Asa Koma est situé à une trentaine de kilomètres du Lac Abbeh. Il est daté du deuxième
millénaire avant notre ère. On y trouve des objets en grande quantité liés à la fonction d’habitat, des
sépultures anciennes qui relatent le mode de vie, les croyances ainsi que les rites funéraires de cette époque. Il a
déjà fourni une abondance de mobilier : céramique décorée, industrie lithique, matériel de broyage, outils en os,
poids de filet, éléments de parure. L'économie d'Asa Koma était fondée sur la pêche, la chasse (surtout au chacal,
consommé par l'homme), l'élevage du bœuf et, sans doute, la cueillette de graminées. L'intérêt du site est renforcé
par la présence de deux tombes au sein même de l'habitat.
BAROGALI
Le site archéologique de Barogali, se trouve à l’ouest de Gobaad et à coté de d’As-Eyla. Il est situé à 30 kilomètres
du Lac Abbeh. On a découvert dans ce site des vestiges fossilisés de grands Mammifères, plus particulièrement
celui d’un éléphant, l’Elephas recki, associé à une industrie lithique abondante. Le gisement de Barogali est
considéré comme l’un des rares sites de dépeçage connus dans la période Oldowayenne et l’Acheuléen ancien
d’Afrique orientale.
LAC ABBEH, SES MONUMENTS NATURELS ET SON ECOSYSTEME
Le lac Abbeh ou lac Abhe Bad (qui signifie lac pourri) est un lac salé endoréique relativement peu profond de 8,6
mètres. Il est en régression et assèchement spectaculaire depuis les années 1950, suite aux phénomènes naturels
et aux actions anthropiques. Sa superficie est passée de 552 km2 en 1939, à 396 km2 en 1955, et à 180 km2 en
1989, soit une régression de plus de 67% en 60 ans. Le lac Abbeh reçoit les eaux de la rivière Awash. Il ne possède
aucun émissaire et ne se maintient que par l’évaporation de ses eaux salées qui forment des concrétions de sels. Il
est relié à cinq autres lacs qui sont le lac Afambo, le lac Bario, le lac Gargori, le lac Gummare et le lac Laitali. Sur le
côté Est du lac abbeh, on trouve plusieurs petites sources chaudes d’eau douce. A une certaine époque, ces sources
étaient au fond du lac et ont créé des cheminées (ou des fumerolles) de minéraux cristallisés. Celles-ci restent
maintenant exposées en plein air, atteignant entre trente et cinquante mètres de hauteur. Elles créent ainsi des
monuments naturels spectaculaires et exceptionnels.
Les sources d’eau chaude donnent lieu à des tapis d’espèces fourragères (identifiées provisoirement comme
Cyperus laevigatus, appelé "Darra" en Afar, et Sporobolus spicatus appelé "Antarka"). Les conditions
atmosphériques et climatiques du lac Abbeh ne favorisent pas une végétation. Mais, on trouve comme arbres
les Tamarix spp. situés le long des oueds. Le lac Abbeh représente également une faune exceptionnelle. Une
vingtaine de milliers d’espèces d’oiseaux sont répertoriées. Les plus emblématiques sont le grand flamant ou
flamant rose Phoenicopterus ruber et le petit flamant Phoenicopterus minor.
Aussi, les sources minérales abritent des petits vanneaux à éperons Vanellus spinosus et des pluviers pâtres
Charadrius pecuarius qui s’y reproduisent. Ces sources sont également d’importantes zones d’alimentation pour les
limicoles migrateurs tels que le combattant varié Philomachus pugnax et le bécasseau minute Calidris minuta, ainsi
que les passereaux, tels que la bergeronnette printanière Motacilla flava et le pipit à gorge rousse Anthus cervinus.
On a également enregistré la présence de bouvreuils githagine Rhodopechys githaginea et des poissons d’eau
douce. On trouve les gazelles de Pelzeln Gazella dorcas pelzelni autour du lac.
Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle
Critère (iii): Les riches ensembles archéologiques de la partie du Lac Abbeh, témoignent d'une histoire disparue. En
effet on décèle, des occupations anciennes notamment sur les sites de:
ASA KOMA
Ce site est daté du milieu du 3e millénaire av-JC. On y trouve des objets en grande quantité liés à la fonction
d’habitat, des sépultures anciennes qui relatent le mode de vie, les croyances ainsi que les rites funéraires de cette
époque.
BAROGALI
Ce site du paléolithique inférieur (de 2,9 millions à 300 000 d’années) offre également un ensemble d’objets en pierre
taillée caractéristiques d’un Oldowayen final ou d’un Acheuléen ancien. Le site est également d’une grande
importance du point de vu paléontologique, à travers la découverte du vestige fossilisé de l’Elephas rekii, ancêtre de
l’éléphant.
Critère (vii): Le Lac Abbeh est une zone humide en terre aride avec ses fumerolles ou cheminées ruiniformes, ses
sources d’eaux chaudes, ses circuits d’eau froide et sa végétation Ce bien nous donne une qualité de paysage
unique et exceptionnel.
Critère (viii): Le lac Abbeh est un lac salé endoréique qui se situe dans une dépression, il est d’origine tectonique et
inscrit dans un graben encadré par deux horsts.
Critère (x): Ce site est un écosystème intéressant au niveau de la biodiversité. Combiné avec la rive éthiopienne, il
abrite plus de 20 000 oiseaux d’eau douce et constituent un important point d’arrêt sur la route migratoire de la
Péninsule Arabique, utilisée par beaucoup de limicoles paléarctiques, d'oiseaux et de passereaux.
Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité
Le lac Abbeh : son paysage culturel, ses monuments naturels et son écosystème, présente une diversité de
milieux spectaculaires et exceptionnels. Son paysage culturel est marqué par différents archéologiques ont gardé
leur spécificité d’origine. Sur le plan écologique, le bien renferme d'importantes potentialités riches et variés
fauniques. Par son accès difficile, le site a gardé ses caractéristiques originelles malgré les transformations liées aux
changements climatiques et aux actions anthropiques. Ce qui caractérise la beauté de l’ensemble du bien et justifie
sa valeur universelle exceptionnelle.
Le Lac Abbeh est une aire protégée terrestre. Afin de préserver cette biodiversité, L’Etat a instauré une liste
d’espèces protégées qui bénéficient une protection spéciale. La chasse y est strictement interdite et les activités
d'élevage pratiquées de façon traditionnelle et artisanale ainsi que l'écotourisme y sont autorisés mais réglementés et
contrôlés.
Comparaison avec d’autres biens similaires
Les monuments naturels des fumerolles peuvent être comparés au paysage lunaire de la vallée volcanique
d’Owakudani au Japon à travers ses fumerolles et sa carrière de souffre qui s’échappent de l’antre de la terre.
A travers sa faune, le Lac Abbeh a des similarités avec le Parc National des oiseaux du Djoudj au Sénégal par ces
nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs.
Téléchargement
Explore flashcards