DOC - World bank documents

publicité
E2216
REPUBLIQUE DU NIGER
MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE
PROGRAMME DECENNAL DE DEVELOPPEMENT DE
L’EDUCATION AU NIGER (PDDE)
PROJET D’APPUI A L’EDUCATION DE BASE (PAEB)
________________________
CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE
ET SOCIALE
RAPPORT FINAL
Mme Gamatié Mariama Yayé
Environnementaliste, Consultante
Tél. : (227) 96294405/ 90001897
Email : [email protected]
Juin 2009
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
TABLE DES MATIERES
SIGLES ET ABREVIATIONS ________________________________________________ 4
SUMMARY ________________________________________________________________ 5
RESUME _________________________________________________________________ 8
1. INTRODUCTION _______________________________________________________ 11
2. DESCRIPTION DU PROJET ______________________________________________ 14
3. CADRE POLITIQUE, LEGAL ET INSTITUTIONNEL_________________________ 20
4. ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT __________________________________ 26
4.1 Cadre biophysique _________________________________________________________ 26
4.2 – Cadre socio-économique ___________________________________________________ 28
5. PROCESSUS DE SELECTION ET D’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DES
ACTIVITES DU PAEB _____________________________________________________ 31
6. ANALYSE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX POTENTIELS_ 35
6.1 Identification et évaluation des impacts ________________________________________ 35
6.1.1. – Impact sur le milieu biophysique __________________________________________ 35
6.1.1.1. Phase de construction __________________________________________________________ 35
6.1.1.2. Phase d’exploitation et de maintenance des classes ___________________________________ 36
6.1.2. – Impacts sur le milieu humain _____________________________________________ 36
6.1.2.1 Phase de pré construction _______________________________________________________ 36
6.1.2.2. Phase de construction __________________________________________________________ 37
6.1.2.3 – Phase d’exploitation __________________________________________________________ 38
6.2 Synthèse des impacts environnementaux et sociaux potentiels ______________________ 40
7. PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) ____________ 41
7.1
Objectifs du PGES ______________________________________________________ 41
7.2
Evaluation des capacités dans la mise en œuvre du CGES _____________________ 41
7.3 Renforcement des capacités pour la gestion environnementale et sociale _____________ 43
7.3.1 Mesures institutionnelles _________________________________________________________ 43
7.3.2 Mesures techniques______________________________________________________________ 44
7.3.3 Mesures de formation – sensibilisation ______________________________________________ 45
7.4
Le Suivi des indicateurs __________________________________________________ 46
7.5
7.6
Calendrier de mise en œuvre _________________________________________________ 48
Estimation globale des coûts des mesures environnementales ________________________ 49
ANNEXES _______________________________________________________________ 50
Annexe 1 : Formulaire de sélection environnementale et sociale ____________________ 50
Annexe 2 : Liste de contrôle environnemental et social ____________________________ 53
Annexe 3 : Liste des mesures d’atténuation prévues ______________________________ 54
Annexe 4 : Termes de référence type pour les activités nécessitant une EIE ___________ 56
Annexe 5 : Description Latrine à fosse ventilée __________________________________ 58
Annexe 6 : Dispositif de lavage des mains ______________________________________ 60
Annexe 7 : Critères de création d’une école : ____________________________________ 61
Annexe 8 : Programme d’hygiène scolaire ______________________________________ 62
2
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 9 : Liste des personnes rencontrées _____________________________________ 64
Annexe 10 : Références bibliographiques _______________________________________ 64
Liste des tableaux
Tableau 1 : Procédures pour les sous-projets nécessitant une EIE
Tableau 2 : Récapitulatif des étapes du processus de sélection et responsabilités
Tableau 3 : Impacts négatifs du PAEB sur le milieu biophysique
Tableau 4 : Impacts négatifs du PAEB sur le milieu humain
Tableau 5 : Coûts des mesures techniques
Tableau 6 : Coûts de mesures de Formation et de Sensibilisation
Tableau 7 : Programme de suivi environnemental
Tableau 8 : Calendrier de mise en œuvre
Tableau 9 : Coût global des mesures environnementales
33
34
40
40
45
46
47
48
49
3
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
SIGLES ET ABREVIATIONS
AEP
APE
BEEEI
CASE
CEG
CFI
CNEDD
COGES
CSN
CTEDD
CRP
DAF
DAO
DEP
DREN
DDEN
EIE
EN
EPT
FAARF
IDA
INRAN
MEN
NIGETIP
ONAHA
OUA
ONG
PADEB
PAEB
PDDE
PFIE
PNEDD
PRIN
PRODEB
PROSEF
PSE
PTF
PURSE
SRP
TCM
TIB
VIP
APPROVISONNEMENT EN EAU POTABLE
ASSOCIATION DES PARENTS D’ELEVES
BUREAU D’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET DES ETUDES D’IMPACTS
COMMISSION ADMINISTRATIVE SECTORIELLE
COLLEGE D’ENSEIGNEMENT GENERAL
CENTRE DE FORMATION DES ENSEIGNANTS
CONSEIL NATIONAL DE L’ENVIRONNEMENT POUR UN DEVELOPPEMENT
DURABLE
COMITE DE GESTION DE L’ECOLE
CONSEIL SCOLAIRE NATIONAL
CONSEIL TECHNIQUE SUR L’ENERGIE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE
COMITE REGIONAL DU PADEB
DIRECTION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES
DOSSIER D’APPEL D’OFFRES
DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION
DIRECTION REGIONALE DE L’EDUCATION NATIONALE
DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L’EDUCATION NATIONALE
ETUDES D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAL
ECOLE NORMALE
EDUCATION POUR TOUS
FONDS D’APPUI AUX ACTIVITES RENUMERATRICES DES FEMMES
ASSOCIATION INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT
INSTITUT NATIONAL DES RECHERCHES AGRONOMIQUES
MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE
AGENCE D’EXECUTION DES TRAVAUX D’INTERET PUBLIC AU NIGER
OFFICE NATIONAL DES AMENEGAMENTS HYDRO-AGRICOLES
ORGANISATION DE L’UNITE AFRICAINE
ORGANISATION NON GOUVERNEMENTALE
PROJET D’APPUI AU DEVELOPPEMENT DE L’EDUCATION DE BASE 1 ET DE
L’ALPHABETISATION
PROJET D’APPUI A L’EDUCATION DE BASE
PLAN DECENNAL DE DEVELOPPEMENT DE L’EDUCATION
PROGRAMME FORMATION ET INFORMATION POUR L’ENVIRONNEMENT
PLAN NATIONAL DE L’ENVIRONNEMENT POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE
PROJET DE REHABILITATION DES INFRASTRUCTURES URBAINES
PROJET DE DEVELOPPEMENT DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE
PROJET SECTORIEL DE L’ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL
PROJET SECTORIEL EAU
PARTENAIRE TECHNIQUE ET FINANCIER
PROGRAMME D’URGENCE DE REHABILITATION DU SECTEUR DE
L’EDUCATION
STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE
TOILETTE A CHASSE MANUELLE
TAUX D’INSCRIPTION DE BASE
VENTILATED IMPROVED PIT (Latrine à Fosse Ventilée)
4
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
SUMMARY
In order to render the Accelerated Development and Poverty Reduction Strategy (ADPRS)
operational, many sector-based policies and programmes have been developed and/or
implemented of which the Decennial Education Development Programme (DEDP). The
DEDP constitutes the main framework of reference for the intervention of many actors of the
Niger based education system for the incoming decade (2003-2013).
The execution of the first stage of this programme (2003 -2007) in which the financing of the
catalytic funds allowed developing the access, the training quality as well as the institutional
capacity of the Ministry of National Education (MNE).
The Stage 2 (2008-2010) pursues the expansion of the basic training by practicing the
lessons learned from the Stage 1. The Catalytic Funds will support the programme during
this stage through the Basic Education Support Project (BESP). In order to achieve such
objectives, this stage envisages the building and equipment of 400 classrooms, the setting
up of 160 blocks of toilet, the acquisition of manual school furniture through the Management
Committees and capacity reinforcement of the central and decentralized structures
In order to take into account the environmental concerns in the Decennial Education
Development Programme (DEDP) and its first stage (PADEB), initial studies have been
financed by the MNE in 2003 in conformity with the acting national regulation and the
regulation of the financial partner. These studies focused on the environmental and social
management framework and political reinstallation framework.
The aim of the present study is to evaluate the social and environmental consequences of
the second stage activities particularly concerning the activities of the classroom building and
the setting up of the toilets and to define the measures of attenuation, monitoring as well as
the institutional measures to be taken in order to eliminate or attenuate the unfavourable
environmental and social impacts.
The project will operate at national scale (that means in the whole of the 7 regions and
Niamey urban community).
At national plan, the political, legal and institutional context both in the environmental sector
and the other sectors as well, presents experiences in the document matter in the strategic
planning and orientation, legislations and regulations. At international plan equally, Niger
has signed and ratified many international conventions of which the application could have
an impact on the activities of sectors of education, water resources, land regulation, etc.
Concerning the financial partner, the safeguard policies of the World Bank constitute a
mechanism of integration of environmental and social concerns in the decision making. It
reveals from the analysis done that, the BESP is in conformity with the Safeguard Policies
without specific measures. Two safeguard policies are susceptible to be decentralized by the
BESP It concerns the 4.01 (Environmental Evaluation) and the 4.12 (Displacement and
involuntary reinstallation). To answer to these requirements, specific measures and actions
have been suggested in the environmental and social management framework and the
reinstallation policy framework.
The extent of the environmental and social measures required for the project activities will
depend on the results of the selection process. This selection process aims to: (i) determine
the BESP actions susceptible to get negative impacts at environmental and social level, (ii)
determine the adequate attenuation measures for the activities having detrimental impacts,
(iii) identify the activities necessitating simple attenuation measures or simplified
environmental and social impact study, (iv) describe the institutional responsibilities for the
analysis and approval of the selection results, the implementation of the suggested
5
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
attenuation measures and the preparation of the environmental impact study , (v) ensure the
monitoring of the environmental parameters during the project implementation .
The potential impacts evaluation on the environment has been carried out by basing on
potentially fundable activities by the catalytic funds. For each environmental factor,
impacts of various activities derived from the projects of building and /or rehabilitation
analyzed. Each identified factor is evaluated in function of the nature of the impact and
meaning of the impact.
the
the
are
the
It reveals from the environmental analysis that the project will generally have positive impacts
concerning the access to a qualitative basic education, at socio-economic plan and even at
biophysical plan through the improvement of the primary schooling rate, the reduction of the
repeating rate, a better access to school furniture, the capacity reinforcement of the teaching
staff and the Ministry of the national education, the improvement of the school population
welfare and the environmental protection through the improvement of the sanitation
conditions and the maintenance works of the facilities set up.
Negative impacts of a weak to moderate intensity will equally be observed during the building
and exploitation of the facilities (classrooms, toilets, etc.). they include the degradation of
sites and quarries, the destruction of the ground cover, relative loss of biodiversity, the
pollution of the excavations left by the quarries especially during the rainy season, the
erosion of the borrowed sites, the site waste management, the social conflicts related to the
choice of the sites, the eventual dislocation of the populations ; etc. but, most of these
negative impacts are attenuated with the implementation of an environmental and social
management plan (ESMP) which has been developed in the framework of this study.
In the case the BESP activities necessitate a displacement of the populations, the
framework-document of the reinstallation policy will precise the compensation measures.
Finally, the project generates more positive impacts than negative impacts in the whole. The
specific measures of reinforcement of these positive impacts have been equally studied.
The institutional responsility of the project belongs to the Ministry of Education (ME). For the
institutional provisions of the implementation of the environmental and social management
plan, the enlarging of the institutional framework is suggested which comprise mainly of the
DPE (MNE), Bureau of Environmental Evaluation and Impact Studies (BEEIS), the Technical
Directorates of the Ministries in charge of Infrastructures, Habitat and Urbanism, Health,
Decentralization as well as their decentralized Directorates. In the schools, the monitoring
device of the attenuation measures will involve the whole of the school actors extended to
the various partners.
Finally, the global budget related to the environmental and social protection measures is
estimated at 173 000 000 millions of CFA. This cost comprises the costs related to the
technical measures, institutional measures, training-sensitization measures and the
surveillance and monitoring-evaluation measures.
The implementation of the environmental and social measures will last all the project cycle.
The Secretariat General of the MNE will develop periodic reports on the progress state of the
project execution to the World Bank. These reports will include the physical realizations of
the works, the effectiveness of the environmental and social measures, the treatments in
case of involuntary displacement of the populations, the problems encountered as well as the
solutions envisaged.
The monitoring of the execution of the environmental measures will be done both at the
General Secretariat of the MNE and its technical regional offices, concerned technical
ministries, and their decentralized offices and at local committees/Management Committees
and BEEIS and its branches.
6
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
For a real consideration of the environmental and social concerns, as well as the
sustainability of the BESP actions, recommendations have been formulated. These
recommendations focus essentially on the measures of general order, the specific measures
related to the project impacts and the reinforcement of the positive impacts.
7
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
RESUME
Pour rendre opérationnelle la Stratégie de Développement Accéléré et de Réduction de la
Pauvreté (SDRP), plusieurs politiques et programmes sectoriels ont été élaborés et/ou mis
en œuvre dont le Programme Décennal de Développement de l’Education (PDDE). Le
PDDE constitue le principal cadre de référence pour l’intervention des différents acteurs du
système éducatif de base nigérien pour la décennie à venir (2003-2013).
L’exécution de la première phase de ce programme (2003 -2007) dans laquelle intervient le
financement du fonds catalytique a permis d’améliorer l’accès, la qualité de l’enseignement
ainsi que la capacité institutionnelle du Ministère de l'Education Nationale (MEN).
La Phase 2 (2008-2010) poursuit l'expansion d'un enseignement de base de qualité en
mettant en pratique les leçons tirées de la Phase 1. Le Fonds Catalytique appuiera le
programme durant cette phase à travers le Projet d’Appui à l’Education de Base (PAEB).
Pour atteindre de tels objectifs, cette phase envisage la construction et l’équipement de 400
salles classe, la mise en place de 160 blocs de latrines, l’acquisition de manuels et
fournitures scolaires à travers les COGES et le renforcement des capacités des structures
centrales et décentralisées.
Afin de prendre en compte les préoccupations environnementales dans le Programme
Décennal de Développement de l’Education (PDDE) et sa première phase (PADEB), des
études initiales ont été commanditées par le MEN en 2003 conformément à la
réglementation nationale en vigueur et à la réglementation du bailleur. Ces études ont porté
sur le cadre de gestion environnementale et sociale et le cadre politique de réinstallation.
Le présent Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) a pour objectif d’établir un
mécanisme pour évaluer les impacts environnementaux et sociaux des activités de la
deuxième phase particulièrement en ce qui concerne les activités de construction de classe
et de mise en place des latrines et de définir des mesures d’atténuation, de suivi ainsi que
les mesures institutionnelles à prendre pour éliminer ou atténuer les impacts
environnementaux et sociaux défavorables. La mise en œuvre du CGES se fera
conformément à la législation nigérienne en vigueur en matière d’évaluation
environnementale et aux politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale. Le CGES
détermine aussi les dispositions institutionnelles à prendre durant la mise en œuvre du
projet, y compris celles relatives au renforcement des capacités.
Le projet interviendra à l’échelle nationale c’est à dire dans l’ensemble des 7 régions et de la
communauté urbaine de Niamey.
Au plan national, le contexte politique, légal et institutionnel aussi bien du secteur de
l’environnement que des autres secteurs présente des acquis en matière de documents de
planification et d’orientations stratégiques, de législations et de réglementations. Sur le plan
international également, le Niger a signé et ratifié plusieurs conventions internationales dont
l’application pourrait avoir un impact sur les activités des secteurs de l’éducation, des
ressources en eau, de la réglementation foncière, etc.
Du coté du bailleur, les politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale constituent un
mécanisme d’intégration des préoccupations environnementales et sociales dans la prise de
décision. Il ressort de l’analyse faite que le PAEB est en conformité sans mesures
spécifiques avec les Politiques de Sauvegarde. Deux Politiques de sauvegarde sont
susceptibles d’être déclenchées par le PAEB. Il s’agit de
la 4.01 (Évaluation
environnementale) et la 4.12 (Déplacement et réinstallation involontaire). Pour répondre à
ces exigences, des mesures et actions spécifiques ont été proposées dans le cadre de
gestion environnementale et sociale et le cadre de politique de réinstallation.
8
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
L’ampleur des mesures environnementales et sociales requises pour les activités du projet
dépendra des résultats du processus de sélection. Ce processus de sélection vise à : (i)
déterminer les actions du PAEB susceptibles d’avoir des impacts négatifs au niveau
environnemental et social; (ii) déterminer les mesures d’atténuation appropriées pour les
activités ayant des impacts préjudiciables; (iii) identifier les activités nécessitant des
mesures d’atténuation simples ou des EIES simplifiées ; (iv) décrire les responsabilités
institutionnelles pour l’analyse et l’approbation des résultats de la sélection, la mise en
œuvre des mesures d’atténuation proposées, et la préparation des EIE ; (v) assurer le suivi
des paramètres environnementaux au cours de la mise en œuvre du projet.
L’évaluation des impacts potentiels sur l’environnement a été faite en se basant sur les
activités potentiellement finançables par le fonds catalytique. Pour chaque facteur de
l’environnement, les impacts des différentes activités découlant du projet de construction
sont analysés. Chaque impact identifié est évalué en fonction de la nature de l’impact et de
la signification de l’impact.
Il ressort de l’analyse environnementale que le projet aura des impacts globalement positifs
sur le plan de l’accès à une éducation de base qualitative, sur le plan socioéconomique et
même biophysique par l’amélioration du taux de scolarisation primaire, la réduction des taux
de redoublement, un meilleur accès aux fournitures et manuels scolaires, le renforcement
des capacités du personnel enseignant et du Ministère de l’éducation nationale,
l’amélioration du cadre de vie de la population scolaire et la protection de l’environnement à
travers l’amélioration des conditions d’hygiène et d’assainissement et les travaux d’entretien
des infrastructures mises en place.
Des impacts négatifs d’une intensité faible à modéré seront également observés lors de la
construction et l’exploitation des infrastructures (salles de salles de classes, latrines, etc.).Il
s’agit entre autre de : la dégradation des sites et des carrières, la destruction du couvert
végétal, la perte relative de biodiversité, la pollution des excavations laissées par les
carrières surtout pendant l’hivernage, l’érosion des sites d’emprunt, la gestion des déchets
de chantiers, les conflits sociaux liés au choix des sites, la délocalisation éventuelle des
populations ; etc. Mais ces impacts négatifs pour la plupart seront atténués avec la mise en
œuvre du plan de gestion environnemental et social (PGES) qui a été élaboré dans le cadre
de cette étude.
Dans le cas où les activités du PAEB nécessiteraient un déplacement des populations, le
document cadre de politique de recasement (CPR) précisera les procédures de
compensation.
En définitive, le projet génère plus d’impacts positifs que d’impacts négatifs dans son
ensemble. Les mesures spécifiques de renforcement de ces impacts positifs ont été
également été étudiées.
La responsabilité institutionnelle du projet incombe au Ministère de l’Education (MEN). Dans
le cadre des dispositions institutionnelles de mise en œuvre du plan de gestion
environnementale et sociale, il est proposé l’élargissement du cadre institutionnel composé
principalement des services du MEN au Bureau d’Evaluation Environnementale et d’Etudes
d’Impacts (BEEEI), les Directions Techniques des Ministères chargés des Infrastructures, de
l’Habitat et de l’Urbanisme, de la Santé, de la Décentralisation ainsi que de leurs Directions
déconcentrées. Au niveau des écoles, le dispositif de suivi des mesures d’atténuation
impliquera l’ensemble des acteurs de l’école élargi aux différents partenaires.
Enfin, le budget global relatif aux mesures de protection environnementale et sociale est
estimé à 173 000 000 millions F CFA. Ce coût comprend les coûts relatifs aux mesures
techniques, les mesures institutionnelles, la formation des acteurs impliqués dans la mise en
œuvre, l’information et la sensibilisation des populations locales et les mesures de
surveillance et de suivi-évaluation.
9
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
La mise en œuvre des mesures environnementales et sociales durera tout le cycle du projet.
Le Secrétariat Général du MEN élaborera des rapports périodiques sur l’état d’avancement
de l’exécution du projet à l’intention de la Banque. Ces rapports incluront les réalisations
physiques des travaux, l’efficacité des mesures environnementales et sociales, les
traitements en cas de déplacement involontaire des populations, les problèmes rencontrés
ainsi que les solutions envisagées.
Le suivi de l’exécution des mesures environnementales se fera tant au niveau du Comité
technique MEN, des services techniques déconcentrés du MEN, des Ministères techniques
concernés et leurs services déconcentrés qu’au niveau des comités locaux / COGES et du
BEEEI et ses démembrements.
Pour une réelle prise en compte des préoccupations environnementales et sociales ainsi que
la durabilité des actions du PAEB, des recommandations ont été formulées. Ces
recommandations portent essentiellement sur les mesures d’ordre général, les mesures
spécifiques liées aux impacts négatifs du projet et le renforcement des impacts positifs.
10
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
1. INTRODUCTION
1.1 Contexte
Le Gouvernement du NIGER a élaboré un Programme Décennal de Développement de
l'Education (PDDE), en collaboration étroite avec les principaux partenaires techniques,
financiers et sociaux du secteur de l'éducation et avec l'appui de consultants nationaux et
internationaux. Ce programme constitue le cadre de référence à l'intervention des acteurs
du système éducatif de base pour la décennie à venir (2003-2012)
L'exécution de ce programme se fera en trois (3) phases successives:
1. La Phase 1 (2003-2007) dans laquelle intervient le financement du Fonds
Catalytique est conçue en vue d'améliorer l'accès et la qualité en matière
d'enseignement de base et de renforcer la capacité institutionnelle du Ministère de
l'Education Nationale (MEN). La première tranche de la participation de ce Fonds
d’un montant de huit (8) millions de dollars a permis durant cette phase :





La prise en charge du salaire des enseignants contractuels ;
La dotation des élèves et enseignants en fournitures et manuels scolaires ;
La construction et l’équipement de salles de classes ;
L’appui à la scolarisation des filles ;
La prise en charge de la formation continue des enseignants et
l’alphabétisation des membres des structures de gestion décentralisée de
l’école.
2. La Phase 2 (2008-2010) poursuit l'expansion d'un enseignement de base de qualité
en mettant en pratique les leçons tirées de la Phase 1. Le Fonds Catalytique
appuiera le programme durant cette phase à travers le Projet d’Appui à l’Education
de Base (PAEB) pour un montant de huit (8) millions de dollars US. Ce montant
permettra notamment :




la construction et l’équipement de 400 salles classes ;
la mise en place de 160 blocs de latrines ;
l’acquisition de manuels et fournitures scolaires à travers les COGES ;
le renforcement des capacités des structures centrales et décentralisées.
3. La Phase 3 (2011-2013) consolide les résultats obtenus au cours des deux phases
précédentes afin d'assurer la pérennité du programme.
Cependant il faut préciser que la troisième phase n’est pas encore f finalisée tant du
point de vue objectif opérationnel que du point de vue du plan d'action.
1.2 Objectif de l’étude
Dans le cadre de la préparation du PDDE et du PADEB, il a été réalisé un certain nombre
d’études dont celle du cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) du PDDE,
l’analyse environnementale et sociale du PADEB (première phase du PDDE) et du cadre de
politique de réinstallation (CPR). Ces documents cadre ont constitué les piliers du
programme en matière de traitement des impacts environnementaux et sociaux éventuels
durant toute la période d’exécution du programme.
Dans le cadre du financement de la deuxième phase du programme, il est prévu une
actualisation de ces documents. Cette mise à jour vise, conformément aux lois et règlements
11
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
en vigueur au Niger en matière d’environnement et aux politiques de sauvegarde de la
Banque, à intégrer dès l’étape de conception, les préoccupations environnementales et
sociales découlant de l’exécution du Projet d’Appui à l’Education de Base (PAEB).
L’objectif de la présente étude portant sur le cadre de gestion environnementale et sociale
du PAEB est de déterminer et évaluer les impacts environnementaux et sociaux potentiels
des activités à financer dans le cadre du Fonds catalytique et de définir les mesures de suivi
et d’atténuation ainsi que les mesures institutionnelles à prendre durant la mise en œuvre du
projet pour soit éliminer les impacts environnementaux et sociaux adverses soit les porter à
des niveaux acceptables et renforcer davantage les impacts positifs.
1.3 Méthodologie
Dans le cadre de la préparation du Projet d’appui à l’éducation de base (PAEB), le Ministère
de l’Education, Nationale (MEN) doit préparer un Cadre de Gestion Environnementale et
Sociale (CGES) pour les activités qui seront financées par le fonds catalytique.
L’étude est élaborée conformément à la législation nationale en vigueur et aux directives
opérationnelles de la Banque Mondiale. Elle vise à s’assurer du respect des dispositions
nationales légales et réglementaires en matière d’évaluation environnementale d’une part et
de la prise en compte des politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale d’autre part.
L’approche d’intervention a consisté à identifier et impliquer l’ensemble des acteurs et
partenaires concernés par le PAEB, notamment les services du MEN (niveaux central,
régional et local), les Associations de Parents d’Elèves (APE), les comités locaux de gestion,
le Ministère de l’Environnement et de la lutte contre la désertification (BEEEI), les ONG
actives dans le secteur de l’éducation, etc.
La démarche méthodologique comprend les étapes suivantes :








Exploitation de la documentation du projet ;
Exploitation des documents stratégiques nationaux (secteur de l’éducation et de
l’environnement);
Discussions avec l’équipe technique du MEN en charge de la préparation du projet ;
Rencontre avec les autres acteurs institutionnels concernés par le projet ;
Collecte de données et informations sur la zone d’intervention du projet ;
Rédaction et proposition d’un 1er draft du CGES ;
Pré validation du rapport par le MEN ;
Validation du document par le Bureau des Evaluations Environnementales et des
Etudes d’Impacts (BEEEI).
Conformément aux termes de référence, ce cadre de gestion environnementale et sociale a
tenu compte des éléments suivants :




Les caractéristiques biophysiques et socioéconomiques de l’environnement en milieu
urbain et rural couvert par le projet, e les contraintes majeures qui devront être prises en
compte au cours de la préparation du projet ;
L’évaluation des impacts environnementaux et sociaux potentiels des activités liées à la
construction en milieu urbain et rural et proposition de mesures d’atténuation pertinentes,
y compris des estimations de coût ;
La revue de : i) la politique nationale en matière d’environnement, ii) le cadre
administratif et légal en rapport avec les principes et politique de sauvegarde de la
Banque Mondiale.
Une affectation de la catégorie environnementale concernant les constructions
planifiées ;
12
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)




Une procédure d’évaluation environnementale, incluant les dispositions institutionnelles
pour la revue et l’approbation des études environnementales.
Des recommandations concernant : i) l’adoption de technologies appropriées
d’assainissement pour les zones urbaines et rurales, ii) le choix de matériaux de
construction appropriés, prenant en compte les contraintes environnementales dans le
pays, iii) la gestion de chantiers et des carrières,
L’évaluation des i) capacités existantes en matière de gestion de l’environnement, ii)
ainsi que les capacités à mettre en œuvre les mesures d’atténuation proposées et, iii)
des recommandations appropriées en matière de renforcement des capacités et des
besoins en formation ;
Proposition d’un plan de gestion environnementale et sociale incluant un programme
d’atténuation et de bonification, des mesures institutionnelles pour la gestion de
l’environnement et un plan de surveillance et de suivi avec des indicateurs de suivi et un
budget pour le programme de suivi – évaluation.
A la demande du client, il a été entrepris conjointement à cette étude d’impact, la réalisation
d’une deuxième étude séparée complétant l’analyse environnementale et sociale appelée
« Cadre politique de recasement » prenant en compte le déplacement de populations
occasionnés par la construction d’infrastructure scolaires, hydrauliques et sanitaires
entraînant ainsi l’acquisition de terrains utilisés par des tiers personnes et /ou la perte de
revenu ou de biens.
Il s’agit d’un document séparé en conformité avec les principes définis dans l’OP 4.12 de la
Banque Mondiale. Ce cadre politique de recasement a tenu compte des éléments suivants :
i.
ii.
iii.
l’identification des impacts liés à l’acquisition des terrains et /ou à la perte de
revenues ou de biens (OP 4.12)
l’identification des impacts potentiels sur le patrimoine culturel (OP 4.11)
Un aperçu d’un processus de consultation avec la population affectée.
13
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
2. DESCRIPTION DU PROJET
2.1 Contexte et justification du projet
Avec 41,7% de taux brut de scolarisation en 2002, le Niger faisait partie des cinq pays de la
planète qui parvenaient difficilement à assurer l'accès à l'institution scolaire à un peu plus du
tiers de sa population scolarisable. Aujourd'hui, l'analyse de sa situation éducative met en
exergue de sérieuses difficultés qui constituent autant de défis à relever. Il s’agit notamment
de:
 Faible taux brut de scolarisation malgré de multiples efforts (62,8% en 2007-2008
avec une scolarisation des filles de l'ordre de 53,5 %);
 Répartition géographique inégale et insuffisance des infrastructures, des
équipements et du personnel entre les zones urbaines et rurales;
 Pourcentages d'accès plus faibles chez les filles que chez les garçons;
 Faible qualité de l'enseignement;
 Désaffection de l'école dans certaines zones rurales et plus particulièrement en zone
nomade;
 Contraintes financières sévères qui limitent la participation de l'Etat à l'effort
d'éducation;
 Capacités institutionnelles limitées et dispositif d'encadrement peu performant.
Dans le primaire, cycle de base 1 et dans le cycle de base 2 malgré des progrès notables,
des obstacles majeurs continuent de miner le développement de l'éducation. Il s'agit entre
autres de l'analphabétisme, des us et coutumes de la société traditionnelle, du faible
rendement interne et externe à cause des taux élevés de redoublement (7,2% dans les
niveaux 1 à 5 et 28% au CM 2) et des déperditions scolaires dues principalement à la
pauvreté, à l'insuffisance des infrastructures et au personnel. Les autres niveaux
d'enseignement tels que le préscolaire, le secondaire, l'universitaire et l'éducation non
formelle ne sont pas exempts de ces mêmes maux. A posteriori, le système éducatif
nigérien est miné par des problèmes d'organisation, de fonctionnement et d'efficacité, ce qui
atténue véritablement ses performances.
Face à cette situation, des efforts très significatifs ont été déployés pour améliorer
quantitativement et qualitativement l'offre d'éducation, matérialisés par des allocations
budgétaires assez importantes (20% du budget de l'Etat).
Le taux d'inscription au cycle de base 1 (TIB) a augmenté d'environ 51% en 2002-2003 à
plus de 77% à la fin de l'année scolaire 2007-2008. Ceci a été rendu possible en grande
partie grâce au programme gouvernemental décentralisé de recrutement d'enseignants
contractuels dont le nombre s'élève à 25803 en 2008. Ce processus a été appuyé par la
communauté internationale à travers le Fonds Catalytique. Un accent particulier a été mis
sur la construction de classes, la formation d'enseignants, la fourniture de matériels
pédagogiques de base et le système de multi gradation.
La mise en œuvre du PDDE durant ces 6 dernières années a permis au système
d’enregistrer des progrès significatifs. Ainsi :





le taux de scolarisation primaire est passé de 41,7% en 2002 à 62,6% en 2008
(53,5 % pour les filles);
réduction des taux de redoublement de près de 7,2% en moyenne ;
le recours à la contractualisation a permis un gain de près de 12% en terme de
couverture du cycle de base 1 ;
D'autres avancées ont été remarquables en matière de prévention des carences
nutritionnelles, l'accès aux fournitures et aux manuels scolaires, formation continue
des maîtres ;
renforcement des capacités du MEN dans la gestion de l'éducation (suivi des
indicateurs d'offre et de performance, carte scolaire, formation d'agents, maîtrise de
l'outil informatique).
14
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Malgré ces efforts, des problèmes importants subsistent encore:










Faiblesse des ressources allouées au secteur de l'éducation;
Coûts unitaires élevés au primaire;
Persistance de la sous scolarisation et de l'analphabétisme particulièrement chez
les filles et les femmes ainsi que la faiblesse de la prise en charge intégrée du jeune
enfant;
Redoublements et déperditions scolaires quasi-abondants;
Eloignement des écoles par rapport aux villages et lieux d'habitation de certains
élèves;
Faiblesse de la demande en éducation;
Prégnance de certains modèles et pratiques socioculturels traditionnels et religieux
qui s'opposent encore à la scolarisation des jeunes filles en zones rurales;
Faiblesse des structures administratives, compétence et capacités institutionnelles
réduites du MEB en terme de gestion compatible avec le volume d'activités en très
forte croissance qui sera généré par le programme et la politique de décentralisation;
Participation communautaire encore timide dans certaines zones pour favoriser un
meilleur fonctionnement de l'école;
Faiblesse ou absence d'ouvrages hydrauliques et d'assainissement au sein des
établissements scolaires.
La prise en compte de l'ensemble de ces insuffisances est apparue essentielle dans le
Programme Décennal de Développement de l'Education (PDDE) pour consolider l'éducation
de base pour tous dans le sens d'une plus grande qualité. Sur la base de la Lettre de
Politique Sectorielle pour la décennie 2003-2013, le gouvernement du Niger s'engage avec
l'appui de la communauté nationale et des partenaires au développement, à tout mettre en
oeuvre pour la réussite du Programme Décennal de Développement de l'Education.
2.2 Les objectifs de la seconde phase du PDDE
Le projet d’appui à l’Education de base intervient dans la seconde phase de mise en œuvre
du Programme Décennal de Développement de l’Education. Il vise notamment à contribuer à
l’atteinte des objectifs du Programme durant cette phase qui sont de :












porter le taux brut d'admission en 1ère année du primaire de 64,7% en 2007 à 88%
en 2010 ;
porter le taux brut de scolarisation (TBS) de 57,1% en 2007 à 73% (dont 10% dans
les établissements bilingues Franco-arabe) en 2010.
porter le taux brut d'admission des filles en 1ère année du primaire de 57% en 2007
à 73% en 2010 ;
porter le taux brut de scolarisation en milieu rural de 54,4% en 2007 à 71% en 2010
porter le taux brut de scolarisation des filles de 47,4% en 2007 à 66% en 2010 ;
inscrire 1 000 enfants en situation de handicap dans les écoles ordinaires de Niamey
d’ici 2010.
porter le taux de survie global en sixième année d’études (CM2) de 66% en 2007 à
71% en 2010 ;
porter les taux moyens de réussite au CM : pour le français de 27,6% en 2007 à 45%
en 2010 ; pour les mathématiques de 28% en 2007 à 48% en 2010 ;
porter le taux moyen de réussite au CFEPD et au CEPEFA de 44% en 2006 à 60%
en 2010 ;
porter le taux d’achèvement du cycle de base 1 de 43% en 2007 à 59% en 2010 ;
finaliser le dispositif institutionnel du MEN ;
favoriser l’appropriation de ce dispositif par les cadres du MEN ;
renforcer les capacités des structures et des cadres chargés de les animer.
15
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
2.3 Objectifs spécifiques et activités du PAEB
2.3.1 Objectifs spécifiques
Le projet est intitulé Projet d'Appui à l'Education de Base (PAEB). Il a pour principaux
objectifs de contribuer à l’amélioration :
 de l’accès et la couverture du cycle de base 1 ;
 du contexte et des conditions d’apprentissage des élèves ;
 de la gestion et de la gouvernance du système.
Pour réaliser ses objectifs, il est proposé d'articuler les activités du projet autour des 3
composantes du PDDE : l’accès, la qualité et le développement institutionnel.
2.3.2 Composantes et activités du PAEB
Amélioration de l’offre d’éducation de base
 Construction et équipement de 345 classes à structures évolutives dans les 7
régions du pays hors la communauté urbaine de Niamey ;
 Construction et équipement de 35 salles de classes de type Ecoles Rurales
Alternatives (classes multigrades) ;
 Construction et équipement de 20 classes en dur dans la communauté urbaine de
Niamey ;
 Mise en place de 160 blocs de latrines dans les écoles construites ;
 Appui au programme de scolarisation de filles.
Amélioration des apprentissages des élèves
 Dotation des élèves et enseignants en manuels et fournitures scolaires ;
 Formation des enseignants et encadreurs à la mise en œuvre des programmes
d’études des Ecoles Normales ;
Renforcement des capacités
 Formation de cadres du MEN dans le domaine des revues des dépenses publiques ;
 Formation des membres des Comités de Gestion des Etablissements Scolaires
(COGES) à la gestion participative de l’école et en micro planification.
2.4 Zone d'influence du projet
Le Projet d’Appui à l’Education de Base couvre toute l'étendue géographique du pays, c'est
à dire l'ensemble des 7 régions et de la communauté urbaine de Niamey. Cependant, dans
sa mise en œuvre, un accent particulier sera mis sur les zones rurales et la scolarisation des
filles pour réduire les disparités dans l’accès aux services éducatifs.
2.5 Organisation institutionnelle de mise en œuvre du projet
L'appui du PAEB à la mise en œuvre des activités du PDDE sera exécuté sous la
responsabilité du MEN. Le secrétariat général du MEN aura la charge d'assurer la
coordination de l'exécution technique des différents sous composants, et suit et évalue les
résultats. Durant cette phase, la Direction des Ressources Financières Matérielles (DRFM)
sera responsable de la stratégie globale de mise à disposition des ressources et de la
gestion financière. Une équipe de contractuels composée d’un comptable, d’un spécialiste
de passation de marchés et 8 techniciens régionaux des BTP sera recruté pour appuyer le
MEN dans la gestion du projet.
16
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Schéma Institutionnel d’exécution et de suivi du projet
PTF
Et autres partenaires au
développement
Ministère de l’Education
Nationale
(MEN)
Ministère de
l’Economie et des
Finances
Commission d’Administration Sectorielle (CAS)
Ministère de l’Economie et des Finances
Ministère Chargé de la Décentralisation
Représentants collectivités territoriales, APE, PTF
Services Tech. Régionaux
Représentant des PTF
Secrétaire Général
Comités locaux / cantons
/communes
/villages/COGES
2.6 Les arrangements administratifs et institutionnels concernant les infrastructures
Dans le cadre de la mise en œuvre des infrastructures, le volet génie civil du fonds
catalytique sera réalisé selon trois axes ci- après :
Axe 1 : La maîtrise d’ouvrage assumée sera assurée par la Direction des infrastructures et
des Equipements Scolaires (DIES) et les services déconcentrés, avec possibilité de
délégation à des agences de gestion de contrats (Nigetip, ONG, Bureaux d’études privés), il
sera de même pour les centres de formation des enseignants (ENI) et autres constructions
de nature et taille similaires.
Compte tenu du volume des constructions à réaliser, de l’étendue du pays et des distances à
couvrir, des leçons tirées de l’exécution du PROSEF et du PADEB, les services centraux, les
services déconcentrés et décentralisés du MEN seront fortement impliqués dans la mise en
place des infrastructures.
La DIES :(Direction des Infrastructures et des Equipements Scolaires) en rapport avec la
DRFM aura la responsabilité de la préparation du DAO type. A cet effet les techniciens
régionaux seront invités au niveau central pour un atelier de partage.
Axe2 : La maîtrise d’ouvrage assurée par les services déconcentrés/décentralisés du
MEN (DREN): les réalisations vont concerner la construction et l'équipement de blocs de
salles de classe à structure évolutive et de type école rurale en alternative (ERA) et la
construction de bloc de latrines. Les DREN à travers les techniciens régionaux auront la
responsabilité de la l'adaptation du DAO type.
17
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Les Gouverneurs de région à travers la DREN sont responsables de la passation des
marchés. Les techniciens BTP de la DREN et les maîtres d’œuvres privés sélectionnés
ponctuellement en fonction des besoins seront responsables du contrôle des travaux et du
mobilier. Au besoin, les techniciens du niveau central peuvent appuyer ceux de région dans
leurs activités. La DIES sera responsable de la supervision des travaux et du mobilier. Le
service de la comptabilité de la DREN sera responsable du paiement des travaux, biens et
services conformément aux procédures édictées dans le manuel d’exécution du projet.
Axe 3 : La maîtrise d’ouvrage assurée par les communautés de base : les réalisations
vont concerner : les salles de classes en paillotes traditionnelles et entretien courant.
La communauté de base représentée par l’APE, le COGES de l’école ou toute autre
structure reconnue par le MEN, assurera la maîtrise d’ouvrage de la mise en œuvre de la
stratégie. Le programme apportera un appui technique à la maîtrise d’ouvrage.
1.
NIVEAU CENTRAL
ONG, Nigetip, Bureaux
d’études privés
Maîtrise d’ouvrage délégué
Services Centraux et déconcentrés : MEN
Maîtrise d’ouvrage (préparation du DAO)
Construction des infrastructures scolaires :
Direction des infrastructures et des Equipements
scolaires
2.
NIVEAU REGIONAL/CANTONAL
Services décentralisés
Adaptation du DAO
Passation des Marchés
Construction de blocs des salles de
classe et latrines
3. NIVEAU COMMUNAUTAIRE
Communautés de base : APE, Comité de
Gestion de l’école
Construction de classes paillotes
traditionnelle, entretien courant
La Direction des Infrastructures et des Equipements scolaires (DIES) sera chargée de la
programmation générale des activités du projet à travers : (i) la préparation et la mise à jour
du programme de construction ; (ii) l’établissement d’une base de données avec des
informations à jour sur les besoins, les plans des constructions et le cahier de charges
techniques y afférant. La Direction des Statistiques et de l'Informatique (DSI), à travers la
carte éducative, sera chargée de l'établissement des conditions et des critères pour le choix
des sites. La DIES, la DSI et la DRFM appuieront les structures déconcentrées (en matériel,
18
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
et conseils techniques) dans la mise en place et la gestion du système de gestion du
patrimoine.
La maîtrise d’ouvrage pourra être déléguée en tout ou partie par des intermédiaires (Nigetip,
ONG et cabinet privé d’architecture et/ou d’ingénierie). Une convention ou un protocole sera
signé entre les services centraux et les intermédiaires et précisera la nature des services
et/ou prestations qui feront l’objet de la délégation et les conditions d’exécution.
Tirant les leçons de l’exécution des projets antérieurs (PROSEF) et PADEB, il a été retenu le
principe d’impliquer les services déconcentrés dans la gestion des constructions. La mise en
œuvre se fera de la façon suivante :
(i)
la DREN en étroite collaboration avec la carte scolaire, la DRFM et la
DIES participera à : (i) la planification des constructions dans sa zone
géographique ; (ii) la finalisation de la programmation des constructions et
au phasage des campagnes, l'adaptation du DAO
(ii)
les Gouverneurs de région à travers la DREN seront responsable de la
passation des marchés (travaux, biens et services) conformément aux
procédures édictées dans le manuel d’exécution du projet.
La maîtrise d’œuvre sera assurée par des promoteurs privés pour les constructions gérées
en délégation et par les techniciens en bâtiment de la DIES placés au niveau central par le
MEN. L’exécution des travaux sera assurée par les entreprises et tâcherons du secteur
privé. Les communautés : APE et COGES exécuteront les salles de classes en paillotes
(traditionnelles).
19
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
3. CADRE POLITIQUE, LÉGAL ET INSTITUTIONNEL
3.1 Cadre politique
3.1.1 La politique nationale en matière d’environnement
La politique nigérienne en matière de l’environnement est définie dans le Plan National de
l’Environnement pour un Développement Durable (PNEDD). Le PNEDD a été élaboré et
validé en avril 1998, puis adopté comme politique nationale par le Gouvernement en avril
2000. Cette politique s’appuie sur l’évaluation environnementale comme outil d’intégration de
l’environnement dans les projets et programmes.
Son but est de mettre en place les conditions favorables à l’amélioration de la sécurité
alimentaire, à la solution de la crise de l’énergie domestique, à l’amélioration des conditions
sanitaires et au développement économique des populations.
Cette politique nationale s’appuie sur des textes législatifs, accords et traités internationaux
qui contribuent au développement économique et social durable du pays par la prise en
compte de la dimension environnementale dans toutes les décisions qui touchent la
conception, la planification et la mise en œuvre des politiques, programmes et activités de
développement. L’article 31 de la loi cadre 98-56 de 1998 relative à la gestion de
l’environnement indique que : « les activités, projets ou programmes de développement, qui,
de par leurs dimensions ou leurs incidences sur les milieux naturel et humain peuvent porter
atteinte à ces derniers sont soumises à une autorisation préalable du ministère chargé de
l’environnement. Cette autorisation est accordée sur la base d’une appréciation des
conséquences des activités, du projet ou programme mis à jour par une Etude d’Impact
Environnementale (EIE) élaborée par le promoteur ».
Le PNEDD est constitué de six (6) programmes prioritaires1, qui trouvent leur
justification dans des enjeux reconnus, et dans la dynamique de cause à effet qui sous-tend
la problématique de l’environnement national. Parmi ces six programmes prioritaires, trois
sont relatifs aux trois conventions post Rio et concernent directement le PDDE.
1) le Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification et de Gestion
des Ressources Naturelles (PAN/LCD-GRN) ;
2) le Programme de Gestion de la Diversité Biologique ;
3) le Programme Changements et Variabilité Climatiques.
3.1.2 La politique nationale en matière d’éducation
Le Gouvernement du NIGER a élaboré un Programme Décennal de Développement de
l'Education (PDDE), en collaboration étroite avec les principaux partenaires techniques,
financiers et sociaux du secteur de l'éducation et avec l'appui de consultants nationaux et
internationaux. Ce programme constitue le cadre de référence à l'intervention des acteurs
du système éducatif de base pour la décennie à venir (2003-2012)
L'exécution de ce programme se fera en trois (3) phases successives: (2003-2007), (20082010) et (2011-2013). La mise en œuvre du PDDE durant ces 6 dernières années a permis
au système d’enregistrer des progrès significatifs. Ainsi :
Il s’agit des programmes suivants : changements et variabilité climatiques, gestion de la diversité biologique,
lutte contre la désertification et gestion des ressources naturelles, eau et développement durable, Environnement
urbain et cadre de vie.
1
20
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)





le taux de scolarisation primaire est passé de 41,7% en 2002 à 62,6% en 2008
(53,5 % pour les filles);
réduction des taux de redoublement de près de 7,2% en moyenne ;
le recours à la contractualisation a permis un gain de près de 12% en terme de
couverture du cycle de base 1 ;
D'autres avancées ont été remarquables en matière de prévention des carences
nutritionnelles, l'accès aux fournitures et aux manuels scolaires, formation continue
des maîtres ;
renforcement des capacités du MEN dans la gestion de l'éducation (suivi des
indicateurs d'offre et de performance, carte scolaire, formation d'agents, maîtrise de
l'outil informatique).
Malgré ces efforts, des problèmes importants subsistent encore. La prise en compte de
l'ensemble des insuffisances constatées est apparue essentielle dans le PDDE pour
consolider l'éducation de base pour tous dans le sens d'une plus grande qualité. Sur la base
de la Lettre de Politique Sectorielle pour la décennie 2003-2013, le gouvernement du Niger
s'engage avec l'appui de la communauté nationale et des partenaires au développement, à
tout mettre en œuvre pour la réussite du Programme.
3.2 Cadre législatif
3.2.1 Cadre juridique international
Le Niger a ratifié de nombreuses conventions internationales en matière d’environnement.
Ces conventions servent de cadre de référence aux programmes d’aide internationale au
développement de plusieurs pays donateurs et des banques de développement. Les
conventions les plus significatives sont les suivantes :







Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, signée et
ratifiée le 11 juin 1992 et le 25 juillet 1995 ;
Protocole de Kyoto à la convention cadre des Nation Unies sur les changements
climatiques, signé le 23 octobre 1998 ;
Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, signée et ratifiée
en juin 1994 et le 19 janvier 1996 ;
Convention sur la diversité biologique, signée en juin 1992 et ratifiée en juillet
1995 ;
Convention internationale pour la protection des végétaux, ratifiée le 05 juin 1998 ;
Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles
dite convention d’Alger, ratifiée le 28 février 1970 ;
Convention de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale
particulièrement comme habitat des oiseaux d’eau, ratifiée le 30 août 1987 ;
3.2.2 Cadre juridique national
3.2.2.1 Cadre juridique du secteur des EIE
L'Ordonnance 97-001 du 10 janvier 1997 portant institutionnalisation des Études d'Impact
sur l'Environnement (EIE) : L'article 4 de cette ordonnance précise que : «Les activités,
projets ou programmes de développement qui, par l'importance de leurs dimensions ou leurs
incidences sur les milieux naturel et humain, peuvent porter atteinte à ces derniers, sont
soumises à une autorisation préalable du Ministre chargé de l'Environnement. Cette
autorisation est accordée sur la base d'une appréciation des conséquences des activités, du
projet ou du programme mis à jour par une EIE élaborée par le Promoteur»;
21
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
La Loi N°98-56 du 29 décembre 1998 portant Loi-cadre relative à la gestion de
l'environnement : Cette Loi reprend en son article 31, les termes de l'article 4 de
l'Ordonnance 97-001 sur les EIE. La Loi-cadre est un texte fédérateur en matière de gestion
de l'environnement et doit servir de référence à toutes les questions environnementales. Elle
fixe le cadre Juridique général et les principes fondamentaux de la gestion de
l'environnement au Niger soulevée par d'autres textes comme le Code Minier, le Code
forestier, le Code rural, le Code de l'eau, le Code d'hygiène Publique etc.
Le Décret N°2000-369/PRN/ME/LCD du 12 octobre 2000 portant Attributions, Organisation
et Fonctionnement du Bureau d'Évaluation Environnementale et des Études d'Impact
(BEEEI) est un texte important qui fixe l'attribution et le fonctionnement de cette structure;
Le Décret N°2000-397/PRN/ME/LCD du 20 octobre 2000 portant Procédure Administrative
d'Évaluation et d'Examen des Impacts sur l'Environnement. Ce décret précise la démarche
administrative à suivre pour une intégration des préoccupations environnementales dans la
planification des programmes, projets et activités de développement socio-économique;
Le Décret N°2000-398/PRN/ME/LCD du 20 octobre 2000 déterminant la liste des Activités,
Travaux et Documents de planification assujettis aux EIE.
3.2.2.2 Cadre juridique du secteur de la gestion des ressources
naturelles
L'Ordonnance N°93 - 015 du 2 mars 1993 fixant les principes d'orientation du Code Rural : Il
institue les études d'impact environnemental en son article 128 en ces termes : « Le Schéma
d'Aménagement Foncier doit s'appuyer sur des études d'impact et faire l'objet d'une enquête
publique préalable permettant l'intervention des populations rurales et de leurs représentants
»;
L'Ordonnance n°93-014 du 2 mars 1993 portant régime de l'eau modifiée par la loi n°98-041
du 7 décembre 1998 qui a pour objet de définir et de déterminer le régime des eaux sur toute
l'étendue de la République du Niger et de déterminer les conditions d'utilisation et de
protection de cette ressource ;
L'Ordonnance n°93-13 du 2 mars 1993 instituant un code d'hygiène publique ;
La Loi n°98-07 du 29 avril 1998 fixant le régime de la chasse et de la protection de la faune
dans ses dispositions relatives à la protection des aires de conservation et de gestion de la
faune (chapitre II);
La Loi 2008-37 du 10 juillet 2008 modifiant et complétant la loi n°61-37 du 24 Novembre
1961 règlementant l’expropriation pour cause d’utilité publique.
3.2.2.3 Cadre juridique de la décentralisation et la gouvernance
locale
Dans le cadre du processus de décentralisation en cours, plusieurs textes ayant une
incidence sur la gestion de l’environnement et des ressources naturelles ont été adoptés. Il
s’agit plus particulièrement des textes suivants :
- loi 2001-023 du 10 août 2001 portant création des circonscriptions administratives
et des collectivités territoriales ;
- loi 2002-012 du 11 juin 2002 déterminant les principes fondamentaux de la libre
administration des régions, des départements et des communes ;
- loi 2002-013 du 11 juin 2002 portant transfert des compétences aux régions,
départements et communes ;
- loi 98-032 du 14 septembre 1998 déterminant le statut des communautés
urbaines.
22
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
3.3 Cadre institutionnel
Le cadre institutionnel relatif aux études d’impact sur l’environnement au Niger date de 1997
avec l’adoption de l’Ordonnance 97-001 du 10 décembre 1997, portant institutionnalisation
des ÉlE et la Loi 98-56 du 29 décembre 1998 portant Loi-cadre relative à la gestion de
l’environnement. En effet, cette loi confirme le rôle que certaines institutions déjà en place
doivent jouer dans le cadre de la gestion de l’environnement. Il s’agit de :
Le Ministère de l’Environnement et de la Lutte Contre la Désertification (ME/LCD) :
Crée depuis 1982, le ME/LCD a pour missions : la conception, l'élaboration et la mise en
œuvre des politiques adoptées par le gouvernement en matière de préservation et de
développement des ressources forestières, halieutiques et fauniques, de lutte contre la
désertification, de prévention et de contrôle en matière de pollution et nuisances et de
gestion de l'environnement. Pour accomplir ses missions, le ministère renferme en son sein
sept directions nationales particulièrement concernées par les préoccupations
environnementales2 :
Le Bureau d'Evaluation Environnementale et des Etudes d'Impact (BEEEI) : Institué par
l'ordonnance N°97-001 du 10 janvier 1997, le BEEEI est la structure nationale responsable
de la gestion administrative de la procédure d'évaluation environnementale et des études
d'impact. Selon le Décret N° 2000- 369/PRN/ME/LCD du 12 octobre 2000 portant attribution,
organisation et fonctionnement du BEEEI, ce dernier est chargé entre autres de contrôler,
d'évaluer et de valider les EIE
Le Conseil national de l'environnement pour un développement durable (CNEDD) :
Créé par le Décret N° 96-004/PM du 9 janvier 1996 modifié et complété par le Décret 2000272/PRN/PM du 04 août 2000, est un organe délibérant qui a pour mission d'élaborer, de
faire mettre en œuvre, de suivre et d'évaluer la mise en œuvre du Plan National de
l'Environnement pour un Développement durable (PNEDD). Il est surtout chargé de veiller à
la prise en compte de la dimension environnementale dans les politiques et programmes de
développement.
Les autres Ministères techniques : Si le Ministère de l’environnement et de la lutte contre
la désertification est le Ministère chargé de l’élaboration et de la mise en œuvre de la
politique environnementale, les autres Ministères techniques sont souvent concertés et
participent aux EIE. Ces cellules ont un rôle essentiel à jouer durant tout le processus
d’évaluation environnementale. Leur avis est également nécessaire au cours de la mise en
œuvre des activités relevant de leur secteur.
Les institutions de la société civile : Il s’agit des organisations non gouvernementales
nationales de protection de l’environnement. Elles participent à la promotion de l’utilisation
des EIE par la formation et l’organisation d’ateliers de réflexion sur les problématiques
environnementales. Leur avis est également nécessaire au cours des différentes étapes de
l’EIE et de la mise en œuvre des projets ou programme. Parmi ces structures on peut citer
l’Association Nigérienne des Professionnels en Etudes d’Impact sur l’Environnement
(ANPEIE), l’ONG ABC-Ecologie, l’ONG Karkara, l’Organisation Nigérienne des Volontaires
pour la Préservation de l’Environnement, etc.
Décret N°2008/086/PRN/ME/LCD du 20 mars 2008 portant organisation des directions nationales du ministère de l’environnement et de la
lutte contre la désertification et détermine les attributions de leurs responsables.
2
23
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
3.4 Politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale
L’appui de la Banque Mondiale au PAEB par l’intermédiaire du fond catalytique fait que le
projet doit se conformer aux politiques de sauvegarde de la dite institution.
Les politiques de sauvegarde de la Banque sont conçues pour que les opérations de la
Banque n’affectent pas négativement les populations ou l’environnement. Elles constituent à
ce titre un mécanisme d’intégration des préoccupations environnementales et sociales dans
la prise de décision.
Il existe 10 politiques de sauvegarde comprenant la politique de la Banque en matière
d’évaluation environnementale (EE) (4.01) et celles qui entrent dans le cadre de l’EE. Les
politiques de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque Mondiale sont les
suivantes :










PO 4.01 Évaluation environnementale
PO 4.04 Habitats naturels
PO 4.09 Lutte anti-parasitaire
PO 4.10 Peuples autochtones
PO 4.12 Réinstallation involontaire
PO 4.36 Foresterie
PO 4.37 Sécurité des barrages
PO 4. 11 Patrimoine culturel
PO 7.50 Projets affectant les eaux internationales
PO 7.60 Projets en zones contestées
Les politiques qui sont en gras sont celles qui peuvent être déclenchées par le PAEB. Le
PAEB est considéré suite au tri préliminaire « screening » mené par la Banque Mondiale
comme un projet de catégorie B.
Politique de Sauvegarde 4.01 : Évaluation environnementale
PO 4.01, Évaluation environnementale consiste en un examen préalable aux premiers
stades pour déceler les impacts potentiels et sélectionner l’instrument approprié pour
évaluer, minimiser et atténuer les éventuels impacts négatifs. Elle concerne tous les projets
d’investissement et requiert une consultation des groupes affectés et des ONG le plus en
amont possible (pour les projets de catégories A et B).
La Banque procède à des analyses environnementales sur chaque proposition de projet afin
de déterminer le type d’EE à entreprendre et pour savoir si le projet est susceptible de
déclencher d’autres politiques de sauvegarde. La Banque classe la proposition de projet
dans une des trois catégories (A, B et C) selon le type, le lieu, le degré de vulnérabilité et
l’échelle du projet envisagé ainsi que la nature et l’ampleur des impacts potentiels sur
l’environnement.
Les projets relevant de la Catégorie A doivent être soumis à une EE complète et intégrale.
Ceux de la Catégorie B nécessitent une EIE moins exigeante tandis que ceux de la
Catégorie C n’en exigent aucune. Même classé dans les catégories A, B, ou C, un projet
peut déclencher les politiques de sauvegarde. Dans ce cas, des évaluations
supplémentaires portant précisément sur la politique concernée deviennent incontournables.
L’analyse environnementale et sociale du PAEB a été élaborée en accord avec les
politiques de sauvegarde de la banque. Cette étude inclut des mesures de renforcement
institutionnelles au niveau des acteurs principalement interpellés par le projet.
Dans ce rapport, les activités du projet sont en conformité avec cette Politique de
Sauvegarde à condition que les recommandations prescrites dans le PGES soient mises en
24
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
œuvre. Pour assurer la mise en œuvre du PGES, ce dernier sera intégré dans le budget du
PAEB et exécuté pendant le projet.
Politique de Sauvegarde 4.12, Déplacement et réinstallation involontaire
PO 4.12, Réinstallation involontaire aide les personnes déplacées dans leurs efforts pour
améliorer ou du moins rétablir leurs niveaux de vie. La Politique de sauvegarde vise les
situations qui impliquent l’acquisition de terrain, les restrictions à des aires protégées et la
réinstallation des populations. Elle s’applique à tous les projets d’investissement et exige la
consultation des personnes réinstallées et des communautés hôtes ; elle garantit l’intégration
des points de vue exprimés dans les plans de réinstallation et fournit le listing des choix faits
par les personnes réinstallées.
Pour assurer la conformité du projet avec les exigences de cette politique, il a été proposé
conjointement à l’analyse environnementale et sociale, la réalisation d’un Cadre de politique
de réinstallation (CPR) pour guider les plans spécifiques de réinstallation et leur mise en
œuvre. En cas de déplacement de populations, les procédures et les directives de la
Banque mondiale seront systématiquement appliquées afin de s'assurer que les populations
déplacées soient correctement réinstallées et reçoivent les compensations, les avantages et
les infrastructures nécessaires. En conformité avec La PO 4.12 Réinstallation involontaire, le
projet a commandité un cadre de politique de réinstallation qui fera l’objet d’un rapport
séparé.
PB 17.5 : Diffusion de l’information
La politique d’information vise l’appui des prises de décisions par l’emprunteur et la Banque
en favorisant l’accès du public aux informations sur les aspects environnementaux et sociaux
du projet. Elle est rendue obligatoire par la PO 4.01 Évaluation environnementale, et la PB
17.50 Diffusion d’informations opérationnelles. Parmi les documents publiés figurent
l’Evaluation environnementale et le Plan de réinstallation. Publiée au centre d’information de
la Banque mondiale et dans le pays, dans les centres nationaux appropriés, en forme et
langues locales. Accessibles aux groupes affectés et aux ONG locales.
Conclusion
Pour répondre aux exigences des Politiques de Sauvegarde 4.01 (Évaluation
environnementale) et 4.12 (Déplacement et réinstallation involontaire), des mesures et
actions spécifiques ont été proposées dans l’analyse environnementale et sociale et le
Cadre de politique de réinstallation.
Ainsi, on peut affirmer que le PAEB est en conformité avec les Politiques de Sauvegarde, à
condition que les prescriptions décrites dans le Plan de Gestion Environnementale et
Sociale du présent rapport soient mises en œuvre.
25
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
4. ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT
4.1 Cadre biophysique
Le NIGER est un pays continental situé au centre l’ouest du continent africain et d’une
superficie de 1 267 000 km². Il est limité au nord par la Libye et l’Algérie, à l’ouest par le Mali,
le Burkina et le Bénin, au sud par le Nigeria et à l’est par le Tchad.
Figure 1 : Carte administrative du pays
Source : SDRP, 2007
4.1.1. Le climat
Le climat du Niger est de type tropical semi aride, caractérisé par deux saisons : une saison
sèche allant d’octobre à mai et une saison pluvieuse allant de juin à septembre. La
pluviométrie est caractérisée par une forte variation dans l’espace et dans le temps. Elle
permet en année normale la recharge des nappes, la formation des plans d’eau et le
développement du couvert végétal. Depuis le début des années 70, on observe une baisse
de la pluviométrie qui se traduit par une migration des isohyètes vers le sud. La pluviométrie
moyenne varie de moins de 150 mm au nord à 700 mm au sud, délimitant ainsi du sud au
nord, quatre (4) grandes zones agro climatiques : La zone sahélo soudanienne, la zone
sahélienne, la zone sahélo saharienne et la zone saharienne.
4.1.2 La géologie
L’ossature géologique du Niger est relativement simple. Elle comprend deux grands
ensembles : i) les bassins sédimentaires phanérozoïques dont les plus importants sont ceux
des Illumenden à l’ouest et ceux du lac Tchad à l’est et ii) les formations de socle
précambrien qui effleurent dans le Liptako, l’Air, le Ténéré, le Damagaram Mounio et le sud
Maradi. Elles sont essentiellement formées de gabbros, de dolé rites, de basaltes,
d’andésite, de ryolites, de tufs basiques à intermédiaires, des granitoïdes, etc.…
Ces formations renferment un potentiel minier important et varié. Les formations du socle
cambrien sont connues pour leur minéralisation en or, platine, chrome, cuivre, plomb zinc,
titane, lithium, vanadium etc.…
26
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
4.1.3 Les sols
La frange sud-ouest du pays correspondant à la zone soudanienne est caractérisée par des
sols de type ferrugineux tropicaux. Ils sont sablo limoneux, souvent lessivés dans les faciès
sableux, gravillonnaires à lithiques sur les plateaux cuirassés ou enfin limoneux, argileux et
hydromorphes dans les bas fonds et sur les versants des vallées.
Les sols de la zone sahélienne sont différents dans le sud et le nord. La zone sud est
constituée de sols tropicaux subarides dont les fertilités varient selon la position
topographique. Dans la zone Nord Sahélienne, les sols sont de type subaride sableux peu
évolué ou de type subaride limoneux sableux ou argileux limoneux du Nord.
Les sols de la zone saharienne sont constitués principalement de matériaux minéraux bruts
issus des affleurements rocheux. Il s’agit généralement de sols sableux peu évolués et de
sols halomorphes.
4.1.4 Les ressources en eau
En matière des ressources en eau, le Niger, bien que pays à climat sec, dispose
d’abondantes ressources en eau souterraine et de surface qui constituent l’essentiel des
ressources hydriques du pays. Le potentiel hydrique est constitué des précipitations
annuelles, d’importants réseaux hydrographiques d’eau de surface (plus de 32 milliards de
m3/an), et d’importantes réserves en eaux souterraines de l’ordre de 2,5 milliards de m3
renouvelables et 2000 milliards de m3 non renouvelables.
Les eaux de surface offrent un potentiel irrigable total de 270.000 ha soit 4% de la superficie
totale du pays. Ce potentiel en terres irrigables est localisé dans la vallée du fleuve Niger, les
vallées sèches et fossiles et les cuvettes oasiennes du Manga et de l'Aïr (SDR, 2003).
4.1.5 Le couvert végétal
Du point de vue de la végétation, le Niger abrite des espèces et des formations végétales
représentées par plusieurs étages biogéographiques. La flore nigérienne renferme environ
1600 espèces. Le Niger dispose également de nombreuses zones propices à l’apiculture.
La superficie des terres à vocation forestière est estimée à 14.000.000 ha. Dans la frange
méridionale sahélo-soudanienne on rencontre des forêts galeries et des savanes boisées,
tandis que dans la zone sahélienne dominent les savanes arbustives et herbeuses. En
zones sahélo-saharienne, sont présentes les formations végétales contractées telles les
steppes arbustives et herbeuses (SNPA/DB, 1998).
4.1.6 La faune
Le Niger se place parmi les pays de l’Afrique de l’ouest possédant une importante faune
sauvage dans sa diversité et dans sa richesse. On y rencontre une faune de montagne, une
faune saharienne et sahélo soudanienne totalisant 3.200 espèces dont au moins 168
espèces de mammifères et environ 512 espèces d’oiseaux.
Le Niger constitue un passage privilégié pour de nombreux oiseaux migrateurs paléo
arctiques dont les trajectoires de vol sont situées à la verticale de certaines zones humides
(vallée du fleuve Niger, lac Tchad, etc.). Il est par ailleurs le seul pays de la sous région à
abriter une population, quoique menacée, de girafes dont la gestion conservatoire est
devenue une préoccupation nationale.
La faune est dans l’ensemble menacée. La dégradation des conditions climatiques ces
dernières années, l’extension des superficies agricoles, l’utilisation des engins et produits
prohibés, le braconnage et les feux de brousse seraient mis en cause dans la réduction du
patrimoine faunique et halieutique du pays. Les espèces suivantes sont actuellement
considérées comme menacées : le chacal doré, le phacochère, le singe pleureur, le renard
famélique, le fennec, l’autruche, l’outarde de Nubie, l’addax, le guépard, la gazelle dama, le
buffle, le canard casqué, etc.…
27
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
4.2 – Cadre socio-économique
4.2.1 Données démographiques
La population nigérienne s’élève à près de 13 millions habitants en 2006 (BCR, 2005). La
structure de la population indique une forte proportion de jeunes (47,6% âgés de moins de
15 ans contre 4,5% de plus de 60 ans) et une égalité presque parfaite entre les hommes et
les femmes (respectivement 49,9% et 50,1%). Cette population est inégalement répartie sur
le territoire, avec une forte pression sur les superficies cultivables de la bande sud-ouest du
pays (100 habitant au km² dans certains départements, contre une moyenne nationale de 8
habitants au Km2). Le taux d’urbanisation est relativement faible (16,3 %) avec une forte
concentration de la population dans la capitale (39,4%). Le taux de croissance
démographique exceptionnellement élevé (3,3%) résulte du maintien d’un niveau élevé de
fécondité et d’une baisse de la mortalité infantile.
4.2.2 – Données sur la pauvreté3
Les seules données quantitatives disponibles pour une appréciation directe de l’évolution de
la pauvreté sont celles relatives à l’enquête QUIBB, réalisée en 2005, qui estiment à 62,1%
la proportion des personnes pauvres au Niger, et les résultats de l’enquête sur le budget et
la consommation des ménages de 1993 qui ont situé l’incidence de la pauvreté à 63% en
1992.
La pauvreté présente des disparités très marquées au niveau spatial. En effet, selon
l’enquête QUIBB, l’incidence de la pauvreté est plus élevée en milieu rural (65,7%) qu’en
milieu urbain - hors Niamey (55,5 %). Dans la région de Maradi, près de huit personnes sur
dix (79,5%) vivent en dessous des seuils de pauvreté alors qu’au niveau de la communauté
Urbaine de Niamey, l’incidence de la pauvreté n’est que de 27,1%.
Les principaux déterminants de la pauvreté tiennent d’un ensemble de facteurs qui freinent
la croissance des revenus et altèrent la qualité de vie des populations. Ainsi, il ressort de
l’analyse des causes profondes et des déterminants de la pauvreté que l’éducation,
l’emploi et le poids démographique dans le ménage sont des facteurs importants de
différenciation de l’incidence de la pauvreté au Niger.
4.2.3 – La situation de l’emploi
Le taux de chômage s’élève officiellement à environ 16% ; il est plus important dans les
centres urbains (19,4%) que dans les zones rurales (15,2%). Les femmes sont plus
touchées par le chômage avec un taux de 25% contre près de 12% pour les hommes ; les
tranches d’âge 15 - 29 ans enregistrant les taux les plus élevés (24%). Les personnes les
plus exposées au chômage sont celles justifiant d’un niveau d’instruction relativement faible.
En outre, le taux de sous-emploi est très élevé ; il est de 34,62% dont 38,33% pour les
femmes et 32,93% pour les hommes. Le sous-emploi concerne principalement les
populations rurales (86,3%) en raison du caractère saisonnier de l’activité agricole. Ainsi, les
défis en matière d’emploi sont particulièrement de deux ordres : (i) occuper la population en
dehors de la saison culturale (huit à neuf mois de l’année) et (ii) offrir l’emploi aux
populations urbaines, notamment les jeunes diplômés (SDRP, 2007).
4.2.4 – Accès à l’eau potable et l’assainissement
Accès à l‘eau
3
Stratégie de développement accéléré et de réduction de la pauvreté, 2007
28
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Au niveau national, le taux d’accès des ménages à l’eau potable est de 68,7% en 2005
contre 43 % en 2000. En milieu urbain, ce taux est de 96,7% contre 60,3% en milieu rural.
La principale source d’approvisionnement en eau de boisson au niveau de l’ensemble du
pays demeure le puits. C’est en milieu rural que la proportion des ménages utilisateurs des
puits non protégés est importante avec 50,8%. On note également que près de 57 % des
ménages mettent plus de 15 minutes pour s’approvisionner en eau.
Assainissement
Cependant, selon l’enquête QUIBB, 78,4% des ménages ne disposent pas de toilettes
adéquates ; la nature/brousse constitue
le lieu d’aisance le plus répandu. C’est
principalement en milieu rural que l’utilisation de la nature comme lieu d’aisance est presque
commun (environ 90% des ménages) alors qu’en milieu urbain, les latrines semblent être
plus utilisées (62,7% des ménages hors Niamey) ; à Niamey l’utilisation de latrines atteint
75,2%.
Par ailleurs, l’évacuation des ordures ménagères demeure un des problèmes cruciaux,
particulièrement en milieu urbain ; les ordures sont le plus souvent déversées aux alentours
des habitations ou parfois dans des poubelles clairsemées. Seules 47% des ordures sont
collectées par les municipalités et 10% arrivent dans les décharges et aucune municipalité
ne procède au traitement des déchets.
4.2.5 – Habitat
Au Niger, en raison de la forte concentration de la population dans certaines zones, les
ménages éprouvent d’énormes difficultés à accéder à un habitat décent et à un
environnement sain. La terre (argile/banco) reste le matériau le plus utilisé dans la
construction des toits (58,5%) ; les toits en paille bien que moins chers, représentent 26,6%
tandis que ceux en tôle sont très peu nombreux (6,4%). De même, la terre (banco/argile) est
dans une large proportion le matériau de construction le plus utilisé par les ménages (76,2%
des ménages l’utilisent pour les murs). Cette prédominance s’observe aussi bien en milieu
rural (78,6%) qu’en milieu urbain (64,2%), ce qui dénote une certaine précarité du logement.
Les constructions en dur (ciment/béton) ne représentent que 4,2%. La précarité de l’habitat
expose les populations aux intempéries et catastrophes naturelles et limite leur
épanouissement économique et social.
4.3. Données de base sur l’éducation
L’Education4 et la formation professionnelle ont des effets substantiels sur les différentes
dimensions de la pauvreté. Elles permettent généralement d’accéder plus facilement au
marché de l’emploi et de tirer profit des opportunités économiques.
Pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) de l’Education Pour
Tous (EPT), le Niger a initié des réformes visant à améliorer les résultats de son système
éducatif en allouant environ 55 milliards F CFA par an au secteur, dans la période 20022006.
La mise en œuvre, à partir de 2003, du Programme Décennal de Développement de
l’Education (PDDE), à travers ses trois (3) composantes (accès, qualité et développement
institutionnel) procède de cette volonté. Le PDDE comprend deux (2) blocs dont le premier
couvre l’éducation de base (enseignement préscolaire, cycle de base 1, cycle de base 2;
alphabétisation et écoles coraniques) et le second bloc, en cours de finalisation, prendra en
charge les enseignements moyen et supérieur, ainsi que la formation professionnelle et
technique.
4
Les données sur ce chapitre proviennent essentiellement du document principal sur la stratégie de
développement accéléré de réduction de la pauvreté (SDRP), juillet 2007.
29
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Education de base
Enseignement préscolaire
L’enseignement préscolaire a un impact très positif sur l’amélioration des acquis au cycle
primaire. Cependant, au regard de l’importance des besoins et de l’impact de cet ordre
d’enseignement, les objectifs du PDDE en la matière sont très modestes (porter le taux brut
de préscolarisation de 1% en 2002 à 5% en 2013).
Education de base1 (primaire)
En dépit des progrès enregistrés en termes d’accès, les performances du PDDE en la
matière sont insuffisantes au regard des objectifs visés et de l’importance des ressources
financières mobilisées (76% des ressources financières allouées au secteur sur la période)
et des moyens mis en œuvre (construction de 1500 classes et recrutement de 3000
enseignants contractuels en moyenne par an). Le taux brut de scolarisation primaire est
passé de 41,7% en 2002 à 62,3% en 2008.Ce taux varie fortement d’une région à une autre.
L’écart entre la région (hors Niamey) ayant le taux brut de scolarisation le plus élevé et celle
ayant le taux le plus bas est de 32,8 point pourcentage. Les disparités entre milieu rural et
urbain sont encore très importantes (15 point pourcentage en 2008).
La progression du taux brut de scolarisation entre 2007 et 2008 a été plus importante chez
les filles (croit de 7%) que chez les garçons (5%). Les disparités de genre demeurent
cependant très importantes, en 2008 les filles enregistrent 53% de taux brut de scolarisation
contre 71,7 % pour les garçons soit un écart de 18,7 point pourcentage. Concernant la
qualité, le taux d’achèvement est passé de 25,4% en 2002 à 42,9% en 2008. Les taux de
redoublement, sont particulièrement sévères dans les cours moyens où ils s’élèvent à 8,3 %
au CM1 et 28 % au CM2 pour l’année 2008.
Les dotations en manuels scolaires et en guides du maître ont été renforcées, tandis que la
majorité des enseignants reçoivent une formation initiale et continue à travers les Ecoles
Normales d’Instituteurs et les Cellules d’animation pédagogique.
Les contre-performances qui entravent l’atteinte des objectifs fixés par le PDDE ainsi que la
marche vers l’atteinte des OMD sont liées à certains facteurs, notamment : (i) les
insuffisances liées à l’offre des services (infrastructures, personnel, matériel) ; (ii) l’
importance de la demande d’éducation ; (iii) la faiblesse des revenus ; (iv) la perception
négative de l’école au niveau des parents en particulier pour les filles ; (v) une stratégie de
développement de l’éducation focalisée essentiellement sur l’offre ; (vi) le retard enregistré
dans le processus de refondation des curricula ; (vii) les failles du dispositif de formation
initiale et continue des enseignants ; (viii) une inefficience dans la gestion des ressources
humaines, se traduisant notamment par des ratios élèves/ enseignant disproportionnés et
par le faible impact du recrutement massif d’enseignants contractuels sur les taux de
scolarisation ; (ix) la gestion centralisée des ressources ; (x) le faible niveau de rémunération
des enseignants contractuels ; (xi) le nombre important de classes sous paillote ; (xii) les
perturbations et revendications sociales ; (xiii) l’insuffisance des actions visant la stimulation
de la demande sociale d’éducation (cantines scolaires, éloignement des écoles et l’absence
d’infrastructures d’hygiène).
30
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
5. PROCESSUS DE SELECTION ET D’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DES
ACTIVITES DU PAEB
Le processus de sélection et d’évaluation environnementale et sociale désigne les étapes et
les rôles des différents acteurs dans le processus d’évaluation environnementale des
activités du PAEB.
Les étapes du processus comprennent le remplissage du formulaire de sélection
environnementale et sociale, la validation de la sélection et la classification de l’activité, la
détermination du travail environnemental requis et réalisation des EIE, l’examen et
l’approbation des rapports d’EIE et les consultations publiques.
Ce processus vise à : (i) déterminer les actions du PAEB susceptibles d’avoir des impacts
négatifs au niveau environnemental et social; (ii) déterminer les mesures d’atténuation
appropriées pour les activités ayant des impacts défavorables; (iii) identifier les activités non
assujetties et celles assujetties à une EIE; (iv) décrire les responsabilités institutionnelles
pour l’analyse et l’approbation des résultats de la sélection, la mise en œuvre des mesures
d’atténuation proposées, et la préparation des rapports d’étude d’impact ; (v) déterminer les
impacts qui nécessitent un suivi de même que les indicateurs pertinents; et (vi) indiquer les
activités du PAEB qui sont susceptibles d’impliquer l’acquisition de terres.
D’après la législation nationale en vigueur, les étapes de la procédure administrative
d’examen et d’évaluation des impacts comprennent l’avis du projet, l’examen préalable, les
termes de référence de l’Etude d’impact, l’EIE proprement dite, l’analyse de l’étude d’impact,
les recommandations et les conditions de surveillance et de suivi.
Le Niger n’a pas encore de procédure de sélection et de classification des projets, mais il
existe une liste des activités assujetties aux EIE (décret 2000 – 398/ME/LCD du 20 octobre
2000 déterminant les activités, travaux et documents de planification assujettis aux EIE). A
cet effet, il sera proposé ci-dessous un processus de sélection et d’évaluation
environnementale et sociale pour les activités du PAEB.
Etape 1: Remplissage du formulaire et sélection environnementale et sociale des
sous-projets
Le remplissage du formulaire de sélection (Annexe 1) et de la liste de contrôle
environnemental et social (Annexe 2), y compris la proposition de mesures adéquates
d’atténuation sera effectué, au niveau local, par les Comités locaux du PAEB composés des
organes de gestion du PAEB, des services techniques déconcentrés et des structure d’appui
aux populations.
Etape 2: Validation de la sélection et classification des sous-projets
Pour mener à bien cette activité, il sera érigé dans chaque région un Comité régional du
PAEB (CRP). Ce comité sera présidé par l’autorité régionale, et comprendra les services
techniques régionaux, les représentants des PTF, la direction régionale du MEN (DREN) qui
assurera le secrétariat et la direction régionale de l’environnement qui représentera le point
focal environnement. Les travaux du CRP seront alimentés par les comités locaux du PAEB
(départements, communes et villages) qui travailleront selon le même modèle que celui du
CRP.
Une fois rempli par les Comités locaux, le formulaire de sélection environnementale et
sociale sera transmis aux Comités régionaux, pour validation et classification
environnementale des activités. Dans ce processus de remplissage, les collectivités et les
services techniques déconcentrés (Urbanisme et Aménagement du Territoire, Hydraulique
par exemple.), prendront une part active dans la collecte et l’analyse de l’information. Pour
31
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
effectuer cet exercice de sélection initiale, il sera nécessaire de renforcer les capacités de
ces acteurs sur les aspects environnementaux et sociaux des activités
Le point focal environnement du Comité régional du Projet (PFE/CRP) va d’abord analyser
les informations contenues dans les formulaires et procéder ensuite à la classification du
sous-projet.
Pour effectuer cet exercice de sélection initiale, il sera nécessaire de renforcer les capacités
de ces acteurs locaux sur les aspects environnementaux et sociaux des activités du Projet.
Une fois la classification des sous projet effectuée par le PFE/CRP, les résultats seront
transmis pour approbation aux Directions Régionales de l’Environnement et de la lutte contre
la désertification (DRE/LCD). Les DRE/LCD vont procéder à l’examen des résultats et
recommandations présentés dans les formulaires de sélection environnementale et sociale.
Sur base des résultats du processus d’analyse susmentionnée et des exigences nationales
en matière d’évaluation environnementale, les DRE/LCD en étroite collaboration avec les
BREEEI vont proposer l’approbation (ou le rejet) des résultats de la classification.
La législation environnementale nigérienne n’a pas établi une classification
environnementale des projets et sous-projets. Pour être en conformité avec les exigences de
la Banque mondiale (notamment l’OP 4.0I), il a été suggéré que les activités du PAEB
susceptibles d'avoir des impacts significatifs directs ou indirects sur l’environnement sont
classées en trois catégories :
-
Catégorie A :
Projet avec risque environnemental et social majeur certain
Catégorie B :
Projet avec risque environnemental et social majeur possible (ou
risques mineurs cumulatifs de multiples sous-projets)
-
Catégorie C :
Projet sans impacts significatifs sur l’environnement
Le PAEB est considéré suite au tri préliminaire « screening » mené par les Experts de la
Banque mondiale comme un projet de catégorie B. La catégorie environnementale A ne sera
pas utilisée dans le PAEB ; les activités du projet vont être classés dans la catégorie B ou C.
Catégorie environnementale B : Les activités du PAEB classées comme “B” nécessiteront
soit l’application de mesures d’atténuation simples (catégorie B.2), ou la préparation d’une
EIE séparée (catégorie B.1).
Catégorie environnementale C : indique que les impacts environnementaux et sociaux
éventuels sont considérés comme peu importants et ne nécessitent pas de mesures
d’atténuation.
Après avoir déterminé la bonne catégorie environnementale, le point focal environnement du
CRP avec l’appui de la DRE/LCD détermineront l’ampleur du travail environnemental requis
conformément à l’OP 4.01 : (a) un travail environnemental ne sera pas nécessaire; (b)
l’application de simples mesures d’atténuation suffira; ou (c) une Etude d’Impact
Environnemental (EIE) devra être effectuée.
Etape 3: Réalisation du travail environnemental
Sous projets nécessitant des simples mesures d’atténuation : (Catégorie B2)
Les points focaux des comités locaux et des comités régionaux du PAEB utiliseront les
check-lists de l’annexe xx pour sélectionner les mesures d’atténuation appropriées.
Sous projets nécessitant une EIE : (Catégorie B1)
Les points focaux environnement des comités locaux et régionaux du PAEB en collaboration
avec les DRE/LCD et les BREEEI, auront en charge la préparation des termes de référence
pour l’EIE, le recrutement des consultants agréés pour effectuer l’EIE, la conduite des
32
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
consultations publiques conformément aux termes de référence, la revue des EIE et
soumission au ME/LCD / BEEEI pour autorisation.
Pour déterminer les mesures d’atténuation à insérer dans les TDR du sous-projet en
question, le check-list des impacts et des mesures d’atténuation du PGES servira comme
base d’exécution des activités. Pour faciliter l’élaboration des TDR, un TDR type a été
élaboré et placé en annexe 4. L’EIE sera effectuée par des consultants qualifiés.
Tableau 1 : Procédures pour les sous-projets nécessitant une EIE
Phases de l’EIE
Préparation des TDR
des EIE des sous projets
Réalisation de l’EIE
Revue et approbation
de l'EIE
Actions à mener
Selon les résultats de l'identification et d'étendue nécessaire de l'EIE, des
termes de référence seront préparés. L'EIE sera validé par le SG/MEN en
rapport avec le BEEEI et le rapport suivra le format suivant:
 Description de la zone de l'étude
 Description du sous-projet
 Description de l'environnement (biophysique et socio-économique)
 Considérations juridiques et réglementaires
 Détermination des impacts éventuels des sous-projets proposés
 Processus de consultations publiques
 Développement de mesures de mitigation et d'un plan de suivi, y
compris le renforcement des capacités institutionnelles et l’estimation
de coût
 Choix du consultant
 Préparation des rapports d’EIES (Analyses environnementales, EIES
simplifiée)
 Consultation du public
 Validation de l’EIE
 Revue de l’EIE pour intégration des actions et des prescriptions
environnementales et sociales (PGES chiffré) dans les dossiers
d’appel d’offres, les contrats de travaux et de contrôle.
Etape 4: Examen et approbation des rapports d’EIE
Le BEEEI est l’organe d’aide à la décision qui est chargé en relation avec les autres parties
prenantes de contrôler et évaluer les études d’impact sur l’environnement (article 3 du décret
N° 2000-369/PRN/ME/LCD du 12 octobre 2000 portant attributions, organisation et
fonctionnement du BEEEI). Pour ce qui est des rapports d’étude d’impact (REIE) des sous
projets de catégorie B1, ils doivent être élaboré conformément au chapitre III du décret N°
2000-397/PRN/ME/LCD du 20 octobre 2000 portant sur la procédure administrative
d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement.
L’analyse du REIE sera faite par le BEEEI en conformité avec le cahier de charge établi
(TDR) et le contenu du REIE énoncé à l’article 7 du même décret. Elle devra permettre de
vérifier, du point de vue scientifique, le bien fondé du contenu du REIE, c'est-à-dire la
pertinence, la qualité des informations recueillies, la validité des données fournies et les
méthodes utilisées. Le BEEEI dispose d’un délai de vingt et un (21) jours à compter de la
date de réception du REIE pour donner ses appréciations au Ministre de l’environnement ou
à l’autorité compétente. Les recommandations ou prise de décision finale revient à l’autorité
compétente qui est le Ministre de l’environnement sur avis motivé du BEEEI.
Etape 5: Consultations publiques et diffusion
Conformément à l’OP 4.01 décrivant les exigences de consultation et de diffusion, et dans le
cadre de la Politique de diffusion de la Banque mondiale (BP 17.50), il a été préconisé que le
33
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
PAEB adopte un mécanisme de participation publique qui fera partie intégrante du
processus EIE. Ce mécanisme devra obéir à la procédure suivante:
(i) annonce de
l'initiative par affichage dans les mairies, préfectures et sous-préfectures, par voie de presse
(écrite ou parlée); (ii) dépôt des documents dans les localités concernées; (iii) tenue d'une
réunion d'information; (iv) collecte de commentaires écrits et oraux; (v) négociations en cas
de besoin; (vi) élaboration du rapport.
Responsabilités pour la mise en œuvre de la sélection environnementale et sociale
Le récapitulatif des étapes de la sélection environnementale et sociale et les responsabilités
institutionnelles pour la sélection, la préparation, l’évaluation, l’approbation et la mise en
œuvre des sous-projets sont consignés dans le tableau ci-dessous.
Tableau 2 : Récapitulatif des étapes du processus de sélection et responsabilités
Etapes
1. Remplissage du formulaire de
sélection environnementale et sociale du
sous projet
2. Validation de la sélection,
Classification des sous-projets et
détermination du travail environnemental
3. Examen et approbation de la
classification
4. Réalisation du travail environnemental
(EIES)
4.1 Préparation des TDR
4.2 Choix du consultant
4.3 Réalisation de l’étude d’impact
Responsabilités
Points focaux environnement Comités locaux
PAEB
Points focaux environnement Comités locaux et
régionaux PAEB
DRE/LCD / BREEEI
Points focaux environnement des comités locaux
et régionaux PAEB
Consultant
5. Revue et approbation des EIE
DRE/LCD, BEEEI
6. Diffusion
DRE/LCD, BEEEI
Points focaux environnement Comités locaux et
régionaux PAEB
Collectivités locales
34
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
6. ANALYSE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX POTENTIELS
6.1 Identification et évaluation des impacts
Cette section met l’accent sur les impacts positifs qui peuvent être bonifiés en vue
d’améliorer la performance environnementale et sociale du projet ainsi que les impacts
négatifs qui nécessitent des mesures d’atténuation afin de les minimiser ou de les
compenser. Ces impacts sont ci-après relevés.
6.1.1. – Impact sur le milieu biophysique
6.1.1.1. Phase de construction
L’aménagement des sites
L’aménagement des sites pendant la phase de construction a un impact négatif sur la qualité
de l’air aussi bien en zone rurale qu’urbaine. Eventuellement la pollution de l’air par la
poussière peut survenir durant cette phase. En zone rurale, pendant la phase de
construction, l’aménagement des sites peut avoir un effet déstabilisant sur la structure du sol
et peut entraîner des pertes de terre par érosion. Toutefois cet impact négatif reste mineur.
En zone urbaine, au delà de l’effet déstabilisant du sol, des inondations résultant de
l’imperméabilisation du sol peuvent se produire. Tout comme en milieu rural, en zone
urbaine, cet impact négatif mineur, certain, permanent et se fera sentir sur le long terme. En
zone rurale, les impacts sur la faune, la flore sont envisageables mais difficiles à quantifier
sans études approfondies. Une évaluation des effets sur la diversité des espèces animales
et végétales nécessiterait une plus longue durée d’étude. Ces impacts se feront sentir sur le
long terme. En zone urbaine, ils sont difficilement appréciables.
L’approvisionnement en matériaux de construction
L’impact de l’approvisionnement en matériaux de construction sur la qualité de l’air se
manifeste par l’émission de poussière de chantier sur le site de prélèvement et sur les lieux
de construction. Les prélèvements de matériaux de construction (sable, gravier, eau, bois)
ont un effet mineur sur la masse globale des ressources en eau souterraines et
superficielles. Le sable utilisé pour la construction étant très souvent du sable de carrière
extrait dans le sol ( 3-4 m de profondeur), il peut résulter de cette activité une atteinte de la
nappe phréatique dans certaine zone constituant une cuvette naturelle. Dans ce cas il est
recommandé de laisser régénérer la carrière qui sera naturellement envahie par la nature, et
un équilibre sera restauré au bout de quelques années. En zones urbaines, des impacts
éventuels ne sont pas notés. L’approvisionnement en matériaux de construction au niveau
des sites de carrière va engendrer un renforcement de la dégradation des écosystèmes tant
au niveau du sol, de la flore que de la faune. Cette activité engendrera des pertes en terre et
donc l’érosion des sols à moyen terme. L’impact de cette activité sur ces ressources est
dommageable, majeur.
La réalisation des bâtiments
L’impact sur l’air et l’eau lors de la réalisation des bâtiments dans la phase de construction
est marginal. On peut cependant remarquer des risques de dissémination de poussière à
partir des amoncellements de sable sur les sites de construction, en cas de coups de vent.
Les ressources en eau tant quantitatives que qualitatives sont très peu affectées par la
réalisation des bâtiments. Les déchets de chantier : tôle, gravats, fer … peuvent s’accumuler
ou s’éparpiller dans la cour de l’école. Dans les zones urbaines, les désagréments
provoqués sont liés à l’encombrement de l’espace pouvant entraîner des accidents. Ce type
d’impact est moins perceptible en zone rurale où l’espace est plus large. En zone rurale, la
réalisation ou l’extension de bâtiment entraîne de facto une dégradation des écosystèmes et
une perte de biodiversité. Les impacts y sont négatifs, moyens, durables et à long terme. En
zone urbaine, il n’y a pas d’impact significatif.
35
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
6.1.1.2. Phase d’exploitation et de maintenance des classes
Le nettoyage des ordures
La gestion des ordures dans la cour a un impact positif indirect sur la qualité de l’air ; une
bonne hygiène du milieu peut réduire la propagation par la poussière de micro-organismes
pathogènes. L’impact du nettoyage des classes, et de la cour aussi bien en zone urbaine
qu’en zone rurale est positif et majeur. En zone urbaine, tout comme en zone rurale l’impact
sur les ressources en eau n’est pas significatif.
La construction des latrines
La mise en place des latrines type Latrine à Fosses Ventilées dans les zones scolaires va
contribuer à éviter la pollution des nappes phréatiques et des sols. Comme décrit en annexe
2, ces types de latrine ont l’avantage d’utiliser peu d’eau et la vidange se fera seulement tous
les cinq ans, après compostage de la matière organique en matière minérale dans la fosse.
Ce qui permettra une vidange manuelle de ces fosses en déplaçant les dallettes excentrées.
Ces latrines seront placées à une distance minimale de 10m par rapport au point
d’approvisionnement en eau, comme les puits et les forages (les dernières recherches
recommandent une distance minimale de 3m). Cette activité a un impact positif majeur sur
l’environnement. Les impacts sont probables, durables, aussi bien en zone rurale qu’en zone
urbaine.
L’aménagement de la cour
L’aménagement des cours des écoles a un impact certain sur le paysage et l’environnement.
L’aménagement paysager peut créer un équilibre dynamique de l’environnement scolaire.
Cet impact positif peut être moyen dans l’environnement global.
6.1.2. – Impacts sur le milieu humain
L’analyse des impacts sur le milieu humain est réalisée en fonction des différentes phases
du projet.
6.1.2.1 Phase de pré construction
Les activités considérées sont relatives au choix des sites, à la réalisation d’écoles ainsi qu’à
la procédure d’expropriation potentiel que comporte la sélection de nouvelles zones (devant
abriter de nouvelles écoles) appartenant à des populations ou des institutions privées ou
coopératives. Les principaux impacts attendus de ces activités sur les différents facteurs se
présentent comme suit :
Choix du site
Les impacts négatifs ou dommageables les plus importants que pourraient subir les
communautés concernées par les réalisations, vont principalement naître de leur non ou
faible implication dans le processus qui sera mis en œuvre.
Cependant, selon le MEN, pour harmoniser l’offre à la demande et rentabiliser l’utilisation
des infrastructures scolaires des critères de création des écoles de cycle de l’enseignement
de base I sont établis.
Ainsi, ces impacts seront négatifs si les communautés concernées ne sont pas impliquées
dans le processus du choix et surtout si ce processus aboutit à une expropriation ou à un
emplacement éloigné des populations polarisées par l’école. Cependant, si aucun des
inconvénients cités (expropriation et éloignement) ne résulte du choix du site effectué, les
impacts seront modérés. Sur les autres catégories de communautés, notamment les
enseignants, les impacts sont plutôt considérés comme mineurs, dans la mesure où ils sont
le plus souvent en simple affectation dans la zone concernée.
36
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Des conflits inter - individuels (opposant plaignant - autorités scolaires ou administratives)
pourraient naître du choix non participatif des sites. Ceci peut avoir des conséquences
négatives en terme de fréquentation scolaire. Aussi en cas d’éloignement de site par rapport
aux zones polarisées par l’école des possibilités d’abandon existent, surtout pour les jeunes
filles.
En zone urbaine déjà lotie il arrive que l’administration communale prévoie des lots pour y
aménager des infrastructures pour accueillir des services sociaux de base dont les
équipements scolaires. Cependant, l’Etat met toujours du temps à mettre en place ces
infrastructures. Alors des particuliers nantis sollicitent ces espaces pour se les faire attribuer
en étant munis de solides dossiers techniques alors que leurs destinations premières ne
change pas. Dans ce cas la solution de remplacement est le recours par l’Etat à des zones
hors lotissement ou non structurées pour l’implantation de nouvelles infrastructures. Cette
situation ne manquera pas de créer de multiples désagréments pour les personnes qui y
exercent un droit d’usage et en termes d’assainissement, d’approvisionnement en eau
potable, etc.
Procédure d’expropriation et de déplacement des victimes
Le choix d’un site et son aménagement pour de nouvelles constructions pourrait déboucher
sur une procédure d’expropriation si ce site est déjà occupé par une concession ou par des
activités professionnelles, culturelles ou sportives ; celles-ci devraient alors être déplacées
pour faire place à l’école ou à son emprise, selon les Directives de la Banque mondiale en la
matière.
Les impacts attendus sur les victimes (population ou les institutions privées concernées) sont
négatifs, majeurs. En milieu urbain, les nouvelles constructions dans les quartiers non lotis
pourraient occasionner, en effet, le déplacement de franges de la population dépourvus
d’équipements et d’infrastructures. L’allongement des distances à parcourir aura un impact
négatif à la fois sur la situation financière des parents et la peine pour les élèves à aller à
l’école. En zone rurale, dans la mesure où il y a moins de problèmes d’espace et que le
déplacement ne se fera pas sur une grande distance, l’impact sera considéré comme
modéré pour les concessions, mais majeur et durable pour les terres où s’exercent les
activités agricoles. Pour les populations affectées, il en découlera non seulement des
problèmes économiques mais aussi des perturbations socioculturelles dans leur localité ou
quartier.
Le déplacement des populations dû à leur expropriation peut aussi affecter leur patrimoine
socioculturel (us et coutumes). Dès lors, les impacts que ce déplacement engendre sont
considérés comme négatifs (ou dommageables). Il en sera de même pour ce qui concerne
les enfants des familles déplacées qui peuvent subir des perturbations affectant
négativement leur niveau scolaire. En milieu rural, les impacts se traduisent par les pertes
possibles des terres pour les activités agricoles, pastorales et forestières. Au niveau urbain,
d’autres activités relatives au commerce ou à l’artisanat peuvent aussi être perdues pour
cause de déguerpissement. Ces impacts sont considérés comme dommageables.
6.1.2.2. Phase de construction
Les activités étudiées portent sur l’aménagement des sites du chantier, la collecte et le
transport des matériaux de construction ainsi que sur les travaux de construction proprement
dits.
Les travaux de constructions (aménagement des sites des chantiers, collecte et
transport de matériaux)
37
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Pour la plupart, les impacts identifiés de cette phase de construction sur les communautés
ciblées sont positifs. Les travaux vont, en effet constituer une source d’emplois et
d’amélioration du niveau de revenus de certaines personnes, en particulier des jeunes des
familles des zones polarisées par le projet mais aussi d’autres venus des autres régions du
Niger. Des dispositions doivent être prises pour qu’on fasse appel en priorité à la main
d’œuvre locale disponible. Le marché de la restauration, des petites cafétérias, connaîtra
une extension et partant l’accroissement du niveau de revenus des promoteurs et
promotrices.
Les nombreux chantiers d’écoles qui vont être créés constituent une opportunité pour
contribuer à résorber le sous-emploi et le chômage. Les travaux et activités induites vont
générer un nombre significatif d’emplois dont les origines et les besoins doivent être
quantifiés en vue d’une planification et d’un suivi. Les constructions de bâtiments et d’autres
infrastructures socio sanitaires peuvent occasionner des impacts négatifs dans les sites de
travaux qui pourraient être en relation avec les déplacements de populations dans certaines
zones urbaines comme Niamey, la restriction de la circulation aux alentours des chantiers et
quelques désagréments liés au bruit et à la poussière. D’ailleurs les déviations occasionnées
à cet effet répondent à des préoccupations sécuritaires pour éviter les accidents.
L’apprentissage offert au personnel local sur les techniques de construction utilisées dans le
contexte du projet influencera les modèles de construction dans les zones voisines. Les
impacts qui en résultent sont considérés comme positifs. L’impact global des travaux sur le
revenu des populations est significativement positif en terme de création d’emplois et de
développement des activités économiques sur le marché local. L’impact global sur la santé
des populations est très réduit compte tenu de l’envergure limitée des chantiers.
Il faut cependant noter que les travaux proprement dits en chantier présentent quelques
risques pour le personnel de chantier et pour les populations qui vont fréquenter ces
chantiers. Ces impacts négatifs sont considérés comme mineurs. La mauvaise qualité des
ouvrages peut avoir un impact négatif sur le milieu de vie et qui peut engendrer de multiples
désagréments (physiques, financiers, moraux,…). Les activités d’aménagement des sites du
chantier, de collecte et de transport de matériaux ont des impacts positifs mais d’importance
variable sur le développement des activités des différentes catégories socioprofessionnelles
qui les conduisent dans et autour du chantier. Celles-ci ont aussi des impacts positifs. Ces
impacts peuvent être considérés comme positifs, mais mineurs.
Les travaux proprement dits du bâtiment ont des effets bien plus importants sur le
commerce, dans la mesure où ils induisent toute une chaîne d’activités de ventes et achats
de détail autour des chantiers et de fourniture de matériels et matériaux de construction au
niveau des quincailleries de la place. Leurs impacts sont considérés comme bénéfiques et
majeurs. Les mêmes impacts ont été identifiés sur le transport et le secteur de
l’entreprenariat.
6.1.2.3 – Phase d’exploitation
Les activités identifiées portent sur l’entretien et la maintenance des infrastructures, sur
l’hygiène et l’assainissement, la scolarisation, les activités pédagogiques proprement dites et
la fourniture de manuels scolaires.
Le nettoyage des classes et assainissement
Sur la communauté des enseignants et des élèves, les impacts liés aux activités de
nettoiement des classes, d’approvisionnement en eau et d’assainissement sont considérés
38
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
comme bénéfiques, majeurs. Dans ces conditions, les impacts qui résultent de la mise en
place et de l’utilisation de ces ouvrages et équipements, sont considérés comme majeurs,
mais probables et durables. Par ailleurs, le patrimoine de l’école a été jusqu’ici
insuffisamment sécurisé et entretenu. Il faudra une meilleure responsabilisation des
communautés à la base et les autres partenaires de l’école en les impliquant davantage
dans la gestion effective des écoles. Les impacts portent sur l’hygiène et la santé de la
population scolaire bénéficiaire des ouvrages. Ils sont positifs et majeurs.
La scolarisation
La mise à disposition des classes et les enseignements qui vont être assurés vont avoir des
impacts positifs majeurs sur la population des élèves. La proximité des bâtiments et la
disponibilité des fournitures scolaires a un impact positif, modéré, certains, durable et à
moyen terme. Les activités d’enseignement ainsi que la mise à disposition des fournitures
scolaires ont des impacts majeurs sur le niveau de scolarité des élèves.
Le projet devrait par ailleurs permettre l’accroissement de la scolarisation des filles. Cette
scolarisation est le meilleur moyen de garantir de façon durable la promotion féminine. Les
activités prévues dans le cadre du PAEB dans ce domaine contribueront certainement à
améliorer le taux de scolarisation des filles.
D’autres impacts positifs sont liés à la fixation des enfants et jeunes en milieu rural. Cet
aspect est fondamental pour réduire la proportion des enfants et jeunes travailleurs dans les
centres urbains et même au niveau des mines et carrières. Ceci pourrait atténuer la
délinquance juvénile et d’autres phénomènes de marginalité et d’exclusion comme la
mendicité et l’exploitation sexuelle des mineures. Sur les us et coutumes, l’hygiène et la
santé, activité d’approvisionnement en eau potable, d’assainissement mais aussi de
formation, développent des effets considérés comme positifs.
Les effets négatifs pouvant affecter le cadre de vie peuvent être imputés à la mauvaise
qualité des ouvrages (salles de classe et latrines) qui occasionne des frais d’entretien et de
maintenance avec le risque de devenir d’importantes sources de prolifération microbiennes
et bactériennes qui risquent de compromettre l’état de santé des usagers.
Pour ce qui concerne l’accès à l’eau potable, il est souvent pénalisé par le défaut de suivi et
de gestion des ouvrages qui s’installe dès leur livraison.
L’environnement économique sera surtout influencé par les activités liées aux fournitures
scolaires mais aussi aux besoins de maintenance et d’entretien des infrastructures et
équipements mis en place par le projet. Les impacts qui vont découler respectivement de
ces impacts sur le commerce et l’emploi, sont considérés comme mineurs mais certains et
durables.
39
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
6.2 Synthèse des impacts environnementaux et sociaux potentiels
Tableau 3 : Impacts négatifs du PAEB sur le milieu biophysique
Phases
Construction
Impacts








Exploitation

Effet déstabilisant sur la structure du sol (pertes de terre par érosion)
pollution de l’air par la poussière
perturbation de la nappe phréatique dans les zones de cuvette
dégradation du sol par érosion
destruction de la flore et de l’habitat de la faune (abattage d’arbres)
propagation de la poussière par le vent
pollution du sol par les déchets de chantier avec risque d’accident pour
les ouvriers ou pour les élèves
dégradation des écosystèmes et perte de biodiversité (animale et
végétale)
Pollution du sol et de l’eau par les latrines en cas de non étanchéité
Tableau 4 : Impacts négatifs du PAEB sur le milieu humain
Phases
Pré construction
Impacts










Construction
Exploitation








expropriation et emplacement éloigné
risque de conflits pour l’acquisition des sites
réduction du taux de fréquentation scolaire surtout des filles
manque d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable
installation dans des zones dépourvues d’équipements et
d’infrastructures
allongement des distances à parcourir
perte des terres agricoles, pastorales, forestières
perturbation des activités socioculturelles
baisse du taux de réussite scolaire
perturbation des activités économiques et artisanales
la restriction de la circulation aux alentours des chantiers
quelques désagréments liés au bruit et à la poussière
risque d’accidents
Mauvaise odeurs des latrines insalubres en l’absence d’entretien
Développement de maladies hydriques
Mauvais entretien des bâtiments et équipement
risque de prolifération microbienne et bactérienne dû à la mauvaise
qualité des ouvrages
Non fonctionnalité des équipements du à un défaut d’exécution des
travaux
40
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
7. PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)
7.1
Objectifs du PGES
Le présent PGES est un plan d’action qui définit comment, quand, qui, quoi et où intégrer les
mesures d’atténuation et de contrôle dans toute la mise en œuvre du projet. Il a pour objectif
de décrire les mesures à prendre durant la mise en œuvre et l’exploitation du projet afin
d’éliminer les effets environnementaux négatifs ou de les réduire à un niveau acceptable.
Il s'appuie à cet effet sur un cadre institutionnel cohérent, auquel participent les différentes
parties prenantes et acteurs à la planification, à la réalisation et au suivi des mesures
retenues. Ce cadre devrait être maîtrisable par les intervenants de terrain relevant de
chacune des composantes.
Evaluation des capacités dans la mise en œuvre du CGES
7.2
Institutions responsables de la mise en œuvre des mesures d’atténuation
La mise en œuvre du projet implique une synergie d’efforts de plusieurs acteurs organisés,
avec des rôles précisés et différents. La mise en œuvre et le suivi des mesures contenues
dans le PGES vont solliciter également l’expertise de plusieurs acteurs. Les principaux
acteurs interpellés par les activités du PAEB sont : le MEN, le Ministère de l'Environnement
et de la lutte contre la désertification (BEEEI), les Services Techniques déconcentrés
concernés par le projet ; le secteur privé (entreprises BTP, bureaux d’études et consultants),
les ONG actives dans le secteur de l’éducation, les Associations de Parents d’élèves (APE),
les Comités locaux et les comités de Gestion des écoles (COGES), etc. Ces acteurs, malgré
leur expérience et leur expertise dans leurs différents domaines d’intervention, ne disposent
pas souvent des capacités requises pour être conformes, dans le cadre de leurs activités, aux
exigences environnementales et sociales.
L’Unité de coordination du Projet
L’appui du PAEB à la Phase 2 du PDDE sera placé sous la responsabilité du MEN. L’unité de
coordination du projet présidée par le Secrétaire Général du Ministère de l’Education
Nationale (MEN) est chargée d’assurer la coordination de l’exécution technique des diverses
sous composantes ; elle suit et évalue les résultats. Le secrétariat général du Ministère sera
chargé de préparer les documents techniques ainsi que la coordination interne au sein du
MEN. Elle aura pour mission essentielle de veiller à la cohérence entre les objectifs du PDDE
et ceux poursuivis par le PAEB.
Elle n’est pas directement impliquée dans la procédure d’évaluation environnementale
du projet, cependant elle sera chargée :
-
d’informer les partenaires sur l’approche environnementale mise en œuvre dans
le cadre du projet ;
d’animer la concertation sur l’articulation du programme avec la politique
environnementale du Niger ;
d’assurer le suivi du respect des dispositions évoquées dans les clauses
environnementales ;
de proposer toutes décisions, mesures ou réformes propres à assurer l’atteinte des
objectifs environnementaux.
41
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
La prise en compte des questions environnementales dans la 1ère phase du PDDE n’a jamais
été effective, bien que ce dernier ait fait l’objet d’évaluations environnementales et sociales. A
cet effet, les dispositions institutionnelles doivent être renforcées au cours de cette deuxième
phase du PAEB.
Le comité technique du PAEB
Le comité technique du PAEB est composé d’un comptable, d’un spécialiste en passation de
marchés et 8 techniciens régionaux des BTP qui seront recrutés pour appuyer le MEN dans
la gestion du projet. Au niveau de ce comité, la prise en compte des questions
environnementales n’est pas prise en compte : pas de procédures environnementales, pas
de spécialiste des questions environnementales, etc.
Bureau d’Evaluation Environnementale et des Etudes d’Impact (BEEEI)
Institué par l'ordonnance N°97-001 du 10 janvier 1997, le BEEEI est la structure nationale
responsable de la gestion administrative de la procédure d'évaluation environnementale et
des études d'impact. Selon le Décret N° 2000- 369/PRN/ME/LCD du 12 octobre 2000 portant
attribution, organisation et fonctionnement du BEEEI, ce dernier est chargé entre autres de
contrôler, d'évaluer et de valider les EIE.
Le BEEEI à travers ses démembrements, sera chargé :






D’appuyer le PAEB dans la mise en œuvre du plan de gestion environnemental
notamment en ce qui concerne le programme de renforcement des capacités
(formations relatives à la gestion des impacts environnementaux, la gestion des
risques environnementaux, etc.) et le suivi du PGES ;
D’appuyer le MEN dans la réalisation des études d’impact environnemental de
l’ensemble des sous projets du PAEB ;
D’ animer des séminaires-ateliers de formation, d'information et de sensibilisation
sur les EIE ainsi que des programmes d’éducation relative à l’environnement à
l’attention des acteurs du PAEB ;
De participer aux évaluations des Etudes d'Impact sur l'Environnement (EIE) des
sous projets, afin d’analyser et vérifier la conformité des rapports d'EIE;
Préparer pour le compte du Ministre chargé de l'Environnement l'avis et le certificat
de conformité des EIE réalisées dans le cadre du projet ;
De participer aux réunions de validation des rapports d’EIE ;
Les Directions Régionales et les Services Techniques Déconcentrés
Les Directions Régionales du MEN et leurs STD, en plus de la réalisation de leurs activités
régaliennes seront tenues de faire respecter l’ensemble des exigences environnementales
contenues dans le PGES. Un effort important reste à faire dans le domaine du renforcement
de leurs capacités afin de leur permettre de s’assurer dans la prise en compte des questions
environnementales dans l’élaboration et la mise en œuvre du projet.
Les comités locaux du PAEB
Un Comité Régional du PAEB sera désigné dans chaque région. Il sera présidé par l’autorité
régionale et comprendra les services techniques régionaux ; les représentants des PTF
seront invités à assister aux réunions. Le CRP se réunira deux fois par an. La direction
régionale du MEN en assurera le secrétariat. Le CRP aura pour charge d’approuver les plans
régionaux, de suivre les progrès dans les régions et de faciliter la coordination intra régionale
avec le niveau central. Les travaux du CRP seront alimentés par les comités locaux du PAEB
(départements, communes et villages) qui travailleront selon le même modèle que celui du
CRP. Les réunions seront présidées par l’autorité locale et le secrétariat assuré par le DDEN.
Au niveau local, la participation de l’autorité locale et des représentants des APE et des ONG
est nécessaire.
42
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Les Comités de gestion des écoles (COGES)
Ces structures de proximité ont été mis en place au niveau des écoles pour assurer :
l’entretien des infrastructures ; la gestion de l’école ; le recrutement des élèves ; la
participation au recrutement des enseignants ; la sensibilisation des populations ; la
formulation de propositions relatives aux sites et aux équipements. Ils sont chargés de faire
respecter les exigences environnementales dans le choix des sites et l’exécution des
travaux. Un programme de renforcement de leurs capacités dans le domaine doit être
envisagé.
Les prestataires de services
Ils interviennent sous contrat avec le maître d’œuvre dans des domaines thématiques
(renforcement de capacités, animation sensibilisation, études, réalisation de certaines
infrastructures, etc.). Les prestataires de services admissibles sont les bureaux d’études et
de contrôle des travaux, les associations, les entreprises de BTP, etc. qui pourront justifier
d’une expérience jugée essentielle par le Secrétariat Général du MEN.
Les autres intervenants
L’organisation du système de gestion environnemental propose l’élargissement du cadre
institutionnel, aux Directions Techniques des Ministères chargés des Infrastructures, de
l’Habitat et de l’Urbanisme, de la Santé, de la Décentralisation ainsi que de leurs Directions
déconcentrées. Au niveau des écoles, le dispositif de suivi et d’évaluation des mesures
d’atténuation impliquera l’ensemble des acteurs de l’école élargi aux différents partenaires.
Les ONG actives dans le secteur de l’éducation
Les ONG jouent un rôle de plus en plus important dans la mise en œuvre des programmes
scolaires. Certaines d’entre elles ont des capacités réelles en termes d’exécution
d’infrastructures scolaires, de mobilisation et de sensibilisation des populations. Les ONG
peuvent ainsi appuyer le projet dans l’exécution des activités scolaires, la planification,
l’organisation et l’intervention et la coordination, le renforcement des capacités et dans la
mobilisation communautaire ainsi que le suivi des indicateurs.
La communauté de base représentée par les APE
Les activités des associations des parents d’élève (APE) s’orientent vers la mobilisation des
parents autour des problèmes de l’école, la mobilisation pour rendre le climat propice au
travail, la participation aux cadres de concertation ou de réflexion sur l’école ; la participation
au suivi et l’évaluation des activités scolaires. A ce titre, les APE peuvent également jouer un
rôle important dans le suivi de la mise en œuvre des mesures environnementales et
sociales.
7.3 Renforcement des capacités pour la gestion environnementale et sociale
Les activités de renforcement des capacités pour la gestion environnementale et sociale du
PAEB vont nécessiter des mesures d’ordre techniques, institutionnelles, des mesures de
formation et de sensibilisation et des mesures de surveillance et de suivi.
7.3.1 Mesures institutionnelles
Recrutement d’un environnementaliste au niveau du comité technique PAEB
43
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Dans le cadre de l’exécution de ce projet, le MEN envisage de recruter une équipe de
contractuels composée d’un comptable, d’un spécialiste en passation de marchés et 8
techniciens régionaux des BTP pour l’appuyer dans la gestion du projet. Pour une meilleure
prise en compte des aspects environnementaux dans les activités du PAEB, il serait utile de
recruter un environnementaliste pour compléter l’équipe de gestion et de renforcer les
capacités des techniciens régionaux des BTP.
Désignation des points focaux environnement au niveau des comités locaux
Des points focaux environnement (PFE) seront désignés au niveau des comités régionaux
et locaux du PAEB. Cette mesure vise à assurer une plus grande implication de ces
structures dans la préparation, la mise en œuvre et le suivi environnemental des sous
projets.
Formation des répondants régionaux
De même les répondants régionaux responsables de l’exécution du projet auront un rôle
principal à jouer dans la mise en œuvre des mesures environnementales et sociales. Ces
acteurs seront formés sur les enjeux environnementaux et la procédure de sélection et
d’évaluation environnementale et sociale des sous projets.
Ces acteurs seront également chargés de coordonner la mise en œuvre du PGES, la
surveillance et le suivi environnemental et social des activités du Projet et la mise en œuvre
des mesures correctives si nécessaire. Ils bénéficieront de l’appui et de l’assistance
permanente des services du Ministère de l’environnement (démembrements du ME/LCD ET
du BEEEI). A cet effet, ils conduiront les activités suivantes :
 Examen et l’approbation des résultats du formulaire de sélection environnemental et
social et des mesures d’atténuation ;
 Préparation du projet de TDR pour les activités du projet nécessitant une EIES ;
 Recrutement de consultants/bureaux d’études qualifiées pour mener les EIES;
 Diffusion des rapports d’EIE ;
 Suivi environnemental et social des activités du projet et ajustements nécessaires au
besoin ;
 Organisation d’ateliers d’information et de formation sur l’évaluation
environnementale.
7.3.2 Mesures techniques
Réalisations des études d’Impact Environnemental et social (EIES) :
Des EIES pourraient être requises pour les activités du PAEB relatives à la construction des
écoles ou la mise en place des latrines (400 salles de classe, 160 blocs de latrines), pour
s’assurer qu’elles sont durables au point de vue environnemental et social.
On suppose qu’environ dans chaque région, deux études environnementales seront
réalisées dans le cadre du projet, ce qui amènera le total des études à effectuer au niveau
des 8 régions au cours de la mise en œuvre du projet à une vingtaine. Ces coûts peuvent
être estimés à 32 000 000 FCFA à raison de deux millions par étude pour la rémunération
des consultants.
Mesures de renforcement des impacts positifs : Mise en œuvre du programme
d’hygiène scolaire :
Il s’agira d’élaborer un code de conduite et d’hygiène, de décerner un prix à l’école la plus
propre, de promouvoir l’assainissement au sein de la collectivité locale par l’intermédiaire
des élèves. Le cout d’un tel programme varie selon les objectifs qu’on veut atteindre. Ces
coûts peuvent être estimés à 56 000 000 FCFA à raison de sept millions par région.
Mesures de suivi environnemental et évaluation du PGES
44
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Ces coûts comportent à la fois les coûts liés à la surveillance environnementale et ceux liés
aux activités de suivi (surveillance et suivi environnemental des sous projets, évaluations
périodiques). Il s’agira de doter les structures impliquées des moyens nécessaires à la
surveillance et au suivi (carburant et lubrifiants, entretien du matériel roulant, charges de
fonctionnement, etc.). Ces coûts sont estimés à 50 000 000 F CFA. Les organisations
locales comme les COGES basés au niveau des sites du projet seront également prévus
dans ce cout global.
Tableau 5 : Coûts des mesures techniques
Mesures
Mesures
techniques
Actions envisagées
Réalisation des Etudes d’Impacts Environnementales
(EIES)
Mise en œuvre du programme d’hygiène scolaire
Suivi environnemental et évaluation du PGES
TOTAL
Coûts (CFA)
32 000 000
56 000 000
50 000 000
138 000 000
7.3.3 Mesures de formation – sensibilisation

Organisation d’un atelier de formation
Il s’agit d’organiser une session de formation sur la gestion environnementale et sociale des
activités du PAEB. Plusieurs thèmes de formation ont été définis en rapport avec les
principaux besoins en matière de renforcement des capacités. Il s’agit de : (i) les enjeux
environnementaux et sociaux des sous projets du PAEB et les modalités de prise en compte
des préoccupations environnementales et sociales au sein de ces sous projets, (ii)
l’évaluation environnementale et sociale des sous projets (sélection et classification des sous
projets, identification des impacts, proposition des mesures d’atténuation, suivi des
indicateurs), la méthode d’élaboration des directives environnementales et sociales à insérer
dans les travaux, (iii) la procédure nationale en matière d’évaluation environnementale (, (iv)
les politiques de sauvegarde de la Banque mondiale, (v) les normes d’hygiène et de sécurité
des travaux de construction, etc.
Cet atelier national de formation regroupera les structures nationales et régionales
impliquées dans le suivi des travaux (Comités locaux du PAEB, services du MEN, BEEEI,
etc.), afin qu’elles s’imprègnent des dispositions du PGES, du screening et des
responsabilités dans la mise en œuvre.

Programme d’information - sensibilisation
Le spécialiste des questions environnementales et sociales recruté au sein de l’équipe
technique de gestion du projet en collaboration avec le service communication du BEEEI
devra mener des campagnes d’information et de sensibilisation auprès des bénéficiaires des
infrastructures scolaires, notamment
sur la nature des travaux et les enjeux
environnementaux et sociaux lors de la mise en œuvre des activités du projet. Les
associations de parents d’élèves, les comités de gestion des écoles et les ONG devront être
pleinement impliqués dans ce processus.
Aussi, pour maintenir les enfants dans un parfait état de santé et protéger l’environnement
tant au niveau urbain que rural de façon durable, la formation des élèves en hygiène, santé
et environnement est indispensable. La formation des élèves en éducation environnementale
doit porter entre autres, sur l’hygiène, l’assainissement, les déchets solides et liquides, les
maladies diarrhéiques et parasitaires, la déforestation, les feux de brousse dans une
45
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
approche de résolution de problèmes. (Un programme d’hygiène scolaire est proposé en
annexe).
Tableau 6 : Coûts de mesures de Formation et de Sensibilisation
Thèmes de formation - sensibilisation
Acteurs concernés
Coûts
Formation

les enjeux environnementaux et sociaux des  Services
techniques 15 000 000
activités du PAEB
déconcentrés du MEN
et
des
ministères
 l’évaluation environnementale et sociale des
techniques clés
sous projets,
 la méthode d’élaboration des directives  Comités locaux et
régionaux PAEB
environnementales et sociales à insérer
dans les travaux
 Points
focaux
environnement
du
 la
procédure
nationale
en
matière
PAEB
d’évaluation environnementale,
 les politiques de sauvegarde de la Banque
mondiale,
 les normes d’hygiène et de sécurité des
travaux de construction, etc.
Information et Sensibilisation
 Campagnes
d’information
et
de  Populations,
élèves, 20 000 000
sensibilisation sur les activités du projet,
COGES,
Associations
l’implication des acteurs et les aspects
des parents d’élèves
environnementaux et sociaux liés aux travaux
(APE)
 Sensibilisation sur l’hygiène à l’école
TOTAL
35 000 000
NB : Tous ces coûts sont inclus dans le coût global du projet
7.4 Le Suivi des indicateurs
Le programme de suivi vise à s’assurer que les mesures d’atténuation et de bonification sont
mises en œuvre, qu’elles produisent les résultats anticipés et qu’elles soient modifiées,
interrompues ou remplacées si elles s’avéraient inadéquates. De plus, il permet d’évaluer la
conformité aux procédures nationales en matière d’évaluation environnementale.
Le suivi environnemental, composante essentielle du PGES sera assuré par le SG du MEN
en collaboration avec le BEEEI et ses démembrements. Ce programme de suivi comporte
deux parties à savoir la surveillance et les activités de suivi.
7.4.1 Activités de surveillance
La surveillance environnementale a pour but de s’assurer du respect des mesures
proposées dans le PGES, incluant les mesures d’atténuation, de compensation et/ou de
bonification; des conditions fixées dans la loi cadre sur l’environnement et ses décrets
d’application ; des engagements des maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvre et des
exigences relatives aux lois et règlements pertinents.
La surveillance environnementale concerne les phases d’implantation, de construction,
d’exploitation des infrastructures scolaires prévues dans le cadre du PAEB. Le programme
46
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
de surveillance peut permettre, si nécessaire, de réorienter les travaux et éventuellement
d’améliorer le déroulement de la mise en œuvre du projet.
Le programme de surveillance environnementale doit notamment contenir :





la liste des éléments ou paramètres nécessitant une surveillance environnementale ;
l’ensemble des mesures et des moyens envisagés pour protéger l’environnement ;
les caractéristiques du programme de surveillance, lorsque celles-ci sont
prévisibles ;
un mécanisme d’intervention en cas d’observation du non-respect des
exigences légales et environnementales ou des engagements de l’initiateur ;
les engagements des maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvre quant au dépôt des
rapports de surveillance (nombre, fréquence, contenu).
7.4.2 Activités de suivi
Le suivi environnemental permet de vérifier, sur le terrain, la justesse de l’évaluation de
certains impacts et l’efficacité de certaines mesures d’atténuation ou de compensation
prévues par le PGES, et pour lesquelles subsiste une incertitude. Le Programme de suivi
décrit : (i) les éléments devant faire l’objet d’un suivi ; (ii) les méthodes/dispositifs de suivi ;
(iii) les responsabilités de suivi ; (iv) la période de suivi.
L’objectif du programme de suivi environnemental est de s’assurer que les mesures sont
exécutées et appliquées selon le planning prévu. Le suivi de l’exécution des mesures
environnementales se fera tant au niveau du Secrétariat Général du MEN qu’au niveau de
l’équipe technique mise en place avec l’appui du BEEEI et de ses démembrements.
Le tableau suivant présente les indicateurs de suivi, les responsables et la période des
différentes opérations de suivi.

Au niveau central : Au niveau du PAEB, le suivi des indicateurs environnementaux et
sociaux se fera par le spécialiste des questions environnementales, en collaboration
avec les autres services centraux (BEEEI, etc.). Le suivi national fera aussi appel à des
Consultants nationaux.

Au niveau local : Aux niveaux régional, départemental et communal, le suivi sera effectué
par les points focaux des comités régionaux et locaux PAEB, en étroite collaboration
avec les DREN, les DDEN ainsi que les services techniques déconcentrés.
Tableau 7 : Programme de suivi environnemental
Mesures
Actions proposées
Indicateurs
De suivi
Responsabilités
Exécution
Mesures
d’atténuations
Mesures
techniques
Liste des mesures
d’atténuations
proposées en 3
Réalisation des
Etudes d’Impacts
Environnementales
(EIES
Mise en œuvre du
programme d’hygiène
scolaire
Contrôle
supervision
_
Entreprises
Contrôleurs
PFE / Comités
locaux
CT/PAEB
DRE/LCD
BEEEI
Nombre d’EIES réalisées
Niveau d’application des
mesures d’atténuation
Consultant s
Comités locaux
PAEB
PFE/Comités
régionaux
CT/PAEB
DRE/LCD
BEEEI
CL/PAEB
PFE/CR
CT/PAEB
DRE/LCD
BEEEI
Nombre d’école ayant mis
en œuvre le programme
d’hygiène scolaire
47
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Formation
Information sensibilisation
Mesures
suivi
de
Atelier national de
formation sur les
évaluations
environnementales et
sociales
Campagnes
d’information et de
sensibilisation des
populations et des
COGES
Surveillance et suivi
environnemental
Nombre d’agents formés
Nombre
de
module
dispensés
Consultants
BEEEI
PFE/CR
PFE/CL
CT/PAEB
Nombre de séances de
sensibilisation
Consultants
ONG
Associations
locales
PFE/CL
CT/PAEB
DRE/LCD
BEEEI
Contrôleurs
PFE/CR
PFE/CL
PFE/CR
CT/PAEB
DRE/LCD
BEEEI
Nombre de
sensibilisés
personnes
Nombre
et
type
d’indicateurs suivi
Nombre de missions de
suivi
CT /PAEB : Comité technique PAEB, PFE : Points focaux environnement, CL : Comités locaux PAEB,
CR : Comités régionaux PAEB
7.5 Calendrier de mise en œuvre
La mise en œuvre des actions environnementales envisagées se fera selon l’échéancier
suivant :
Tableau 8 : Calendrier de mise en œuvre
Mesures
Mesures d’atténuation
Mesures
institutionnelles
Mesures techniques
Formation
Information et
Sensibilisation
Mesures de suivi
Actions envisagées

Echéancier
Liste des mesures d’atténuations
proposées en annexe 3
Recrutement d’un environnementaliste
au niveau du comité technique PAEB
Durant la mise en œuvre du
projet
Avant la mise en œuvre du
projet

Désignation des points focaux
environnement au niveau des comités
locaux PAEB
Avant la mise en œuvre du
projet

Réalisation des Etudes d’Impacts
Environnementales (EIES

Mise en œuvre du programme
d’hygiène scolaire


Atelier national de formation sur les
évaluations
environnementales
et
sociales
Campagnes
d’information
et
de
sensibilisation des populations et des
COGES
Surveillance et suivi environnemental

Evaluation (mi-parcours et finale)


Avant la mise en œuvre du
projet (en cas de nécessité
d’EIE)
Durant la mise en œuvre du
projet
Avant la mise en œuvre du
projet
Durant la mise en œuvre du
projet
Durant toute la période de
mise en œuvre du projet
mi-parcours et fin du projet
48
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
7.6 Estimation globale des coûts des mesures environnementales
Cette section estime les couts relatifs aux différentes mesures proposées (mesures
techniques, formations des acteurs, sensibilisation des populations, l’appui à la mise en
œuvre du programme de suivi, etc.)
Tableau 9 : Coût global des mesures environnementales
Mesures
Mesures d’atténuation
Mesures
institutionnelles
Actions proposées
Liste des mesures d’atténuation
proposées en annexe 3
-

Recrutement d’un environnementaliste au
sein du comité technique PAEB
-

Désignation des points focaux
environnement au niveau des comités
locaux PAEB
-

Mesures techniques
Formation des acteurs
Information et
Sensibilisation
Mesures de suivi
TOTAL
Coût total






Réalisation des Etudes d’Impacts
Environnementales (EIES)
Mise en œuvre du programme d’hygiène
scolaire
Atelier national de formation sur les
évaluations environnementales et sociales
Campagnes
d’information
et
de
sensibilisation des
populations,
des
COGES et des élèves
Surveillance et suivi environnemental
Evaluation (mi-parcours et finale)
32 000 000
56 000 000
15 000 000
20 000 000
50 000 000
173 000 000
NB : le coût total des mesures environnementales est inclus dans le cout global du projet.
49
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
ANNEXES
Annexe 1 : Formulaire de sélection environnementale et sociale
Le présent formulaire de sélection a été conçu pour aider dans la sélection initiale des sous projets du
PAEB. Le formulaire de sélection contient des informations qui permettront aux structures de mise en
œuvre de déterminer les aspects caractéristiques de l’environnement biophysique local et social aux
fins d’évaluer les impacts socio-économiques potentiels de l’activité sur lui. Si le formulaire de
sélection contient des réponses affirmatives quelconques « Oui », ou celles négatives apparemment
injustifiées « Non », la demande du projet devrait expliquer de manière adéquate et démontrer que le
sujet a été appréhendé pour éviter les effets/impacts négatifs inacceptables.
Formulaire de sélection environnementale et sociale
Nom de la localité où le projet sera réalisé
Nom de la localité
Nom de la personne à contacter
Nom de l’Autorité qui Approuve
Nom, fonction, et informations sur la personne chargée de remplir le
présent formulaire.
 Nom:
 Fonction :
 N° de Téléphone/Email/etc.
Date:
Signatures:
1
2
3
4
5
PARTIE A : Brève description du projet proposé

Fournir les informations sur (i) le projet proposé (superficie, terrain nécessaire, taille
approximative de la surface totale à occuper) ; (ii) les actions nécessaires pendant la mise en
œuvre des activités et l’exploitation du projet.
P art i e B : Br èv e d es cr ipt ion de l a situ at i on e nv i ronn em ent a le et id entif i cat ion
de s imp a ct s env i ronn em ent au x et so c ia ux
1. L’environnement naturel
(a) Décrire la formation du sol, la topographie, la végétation de l’endroit/adjacente à la zone
d’exécution du projet agricole___________________________________________________
___________________________________________________________________________
(b) Faire une estimation et indiquer la végétation qui pourrait être dégagée_______________
___________________________________________________________________________
(c) Y a-t-il des zones sensibles sur le plan environnemental ou des espèces menacées d’extinction
(spécifier ci-dessous) qui pourraient être affectées négativement par le projet agricole?
o Forêts naturelles intactes Oui______Non______
o Forêts riveraines Oui______Non______
o Zones humides (lacs, rivières, zones inondées par saison) Oui______Non______
o A quelle distance se trouvent les zones humides les plus proches (lacs, rivières,
zones inondées par saison)? __________________km
o Habitats des espèces menacées d’extinction pour lesquelles une protection est
requise par les lois nationales et/ou les accords internationaux. Oui____Non_____
o Autres (décrire). Oui______Non______
2. Ecologie des rivières et des lacs
Y a-t-il une possibilité que, du fait de l’exécution et de l’exploitation du projet, l’écologie des rivières ou
des lacs pourra être affectée négativement ? (l’attention devrait être accordée sur la qualité et la
quantité de l’eau ; la nature, la productivité et l’utilisation des habitats aquatiques, et leur variation
dans le temps). Oui______ Non______
3. Aires protégées
50
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
La zone se trouvant autour du site du projet se trouve-t-elle à l’intérieur ou est-elle adjacente à des
aires protégées quelconques tracées par le gouvernement (parc national, réserve nationale, site
d’héritage mondial, etc.)? Oui______ Non______
Si l’exécution/exploitation du projet s’effectuent en dehors d’une aire protégée (ou dans ses environs),
sont-elle susceptible d’affecter négativement l’écologie de l’aire protégée (exemple : interférence les
routes de migration de mammifères ou d’oiseaux)? Oui______ Non______
4. Géologie et sols
Sur la base de l’inspection visuelle ou de la littérature disponible, y a-t-il des zones de possible
instabilité géologique ou du sol (prédisposition à l’érosion, aux glissements de terrains, à
l’affaissement)? Oui ______ Non______
5. Paysage/esthétique
Y a-t-il possibilité que le projet agricole affecte négativement l’aspect esthétique du paysage local?
Oui______ Non______
6. Site historique, archéologique ou d’héritage culturel.
Sur la base des sources disponibles, des consultations avec les autorités locales, des connaissances
et/ou observations locales, le projet pourrait-il altérer des sites historiques, archéologiques ou
d’héritage culture ou faudrait-il faire des fouilles tout près ?
Oui______ Non______
7. Compensation et ou acquisition des terres
L’acquisition de terres ou la perte, le déni ou la restriction d’accès au terrain ou aux autres ressources
économiques seront-ils le fait du projet concerné? Oui______ Non______
8. Perte de récoltes, arbres fruitiers, et infrastructures domestiques
Le projet concerné provoquera –t-il la perte permanente ou temporaire de récoltes, arbres fruitiers, ou
infrastructures domestiques ? Oui___ Non_____
9. Pollution par bruit pendant l’exécution et la mise en œuvre du projet
Le niveau de bruit pendant la mise en œuvre du projet concerné va-t-il dépasser les limites de bruit
acceptables? Oui___ Non_____
10. Déchets solides ou liquides
L’activité concernée va-t-elle générer des déchets solides ou liquides? Oui____ Non___
Si“Oui”, le projet dispose-t-il d’un plan pour leur ramassage et leur évacuation? Oui____ Non___
11. Consultation du public
Lors de la préparation et la mise en œuvre du projet, la consultation et la participation du public ontelles été recherchées? Oui____ Non___
Si “Oui”, décrire brièvement les mesures qui ont été prises à cet effet.
12. Critères d’inéligibilité
Les microprojets ci-dessous ne seraient pas éligibles au financement du PSE :
- micros projets susceptibles d’être mise en œuvre ou situés dans des zones classées habitats
naturels (question 3 ci-dessus)
- micros projets susceptibles de porter atteinte aux ressources classées patrimoine culturel
national (question 6 ci-dessus)
Partie C : Mesures d’atténuation
Pour toutes les réponses « Oui », les institutions techniques locales en charge du screening, devraient
décrire brièvement les mesures prises à cet effet.
51
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
CLASSIFICATION DU SOUS PROJET
Catégorie de sous
projet
B1
□
B2
□
C
□
TRAVAIL ENVIRONNEMENTAL NECESSAIRE
Aucune mesure environnementale n’est nécessaires
□
Mesures d’atténuation simples □
Évaluation environnementale simplifiée
□
NB : Les sous-projets ayant été classés en catégorie A ne sont pas pris en compte dans le
fonds catalytique car le PAEB est classé comme un projet de catégorie B.
52
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 2 : Liste de contrôle environnemental et social
Pour chaque activité de construction proposée, remplir la section correspondante de la liste
de contrôle. L’Annexe 3 présente plusieurs mesures d’atténuation; celles-ci peuvent être
amendées si nécessaire.
Activités
PAEB
Construction
des
infrastructures
scolaires
Questions auxquelles if faut répondre







Exploitation
des
infrastructures
scolaires







OUI
NON
Si OUI
Y a-t-il des terres cultivées ou non cultivées,
des ressources naturelles, des structures ou
autres propriétés, utilisées ou non utilisées à
des fins quelconques, d’une manière
quelconque ?
Y aura-t-il perte de végétation quelconque
pendant la réhabilitation ?
Y a-t-il des services adéquats pour l’évacuation
des déchets prévus pendant la réhabilitation ?
Le site de construction sera-t-il nettoyé
régulièrement, en utilisant de l’eau pour
maîtriser la poussière ?
Les détritus générés pendant les activités de
construction seront-ils nettoyés ?
Les matières ou installations de secours serontelles disponibles pendant la réhabilitation ?
Y a-t-il production de déchets d’amiante ?
S’inspirer des
mesures
générales
d’atténuation
Décrites dans le
PGES
Y a-t-il des risques de pollution des eaux
souterraines ?
Y a-t-il des zones écologiques sensibles dans
les environs de l’infrastructure éducative qui
pourraient être impactés négativement ?
Y a-t-il des impacts causés par les polluants par
fumée ou par air, des gaz toxiques ou des
résidus de cendres provenant des destructions
par le feu?
Y a-t-il des impacts sur la santé du public et la
santé du personnel des infrastructures
éducatives?
Y a-t-il des impacts visuels sur les pratiques de
transport, de traitement et d’évacuation des
déchets?
Y a-t-il des odeurs provenant de la dégradation
des déchets?
Y a-t-il des établissements humains et des
usages de la terre (comme l’agriculture, le
pâturage, les terrains de récréation) près des
infrastructures éducatives, ou des sites
d’importance culturelle, religieuse, ou
historique?
S’inspirer des
mesures
générales
d’atténuation
Décrites dans le
PGES
53
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 3 : Liste des mesures d’atténuation prévues
i) Mesures de renforcement des impacts positifs
Ce projet va générer plusieurs impacts positifs aussi bien pour les élèves fréquentant les
infrastructures qui seront réalisées que pour les populations environnantes. Un des éléments clés de
renforcement des impacts positifs doit reposer sur la santé et l’hygiène de l’environnement scolaire. Il
ne sert absolument à rien de proposer des infrastructures scolaires de haut standing dans un
environnement insalubre qui devient le lieu de propagation de maladies chroniques. Les mesures de
renforcement des impacts positifs proposées sont les suivantes :
Mesures
Mesures de
bonification
Mesures de bonification






Proposition d’un mini programme d’hygiène scolaire (Voir annexe 8)
Intégration du volet environnement dans les programmes scolaires : La
gestion des déchets doit intégrer un volet production de compost à
l’école. Cette activité va compléter les leçons dispensées par les maîtres
et permettra aux enfants de se familiariser avec la production agricole à
travers des jardins scolaires qui pourraient se développer dans ou autour
de l’école.
Créer un mur de clôture pour sécuriser l’enceinte des écoles
Aménager les cours des écoles (plantations d’arbres, dessins éducatifs
sur les murs, etc.)
Doter les latrines de points d’eau
Organiser un système de maintenance des latrines avec les élèves
ii) Mesures d’atténuation des impacts négatifs
Mesures d’atténuation générales
Mesures
Mesures
d’atténuation
générales
Mesures d’atténuation










Sensibilisation des élèves à l’usage des latrines ainsi que la gestion des
ordures à l’école. (voir mini programme d’hygiène scolaire en annexe 8)
Reboiser les cours des écoles
Faire respecter les mesures réglementaires prises par les services des mines
pour avoir accès aux carrières ;
Mettre en place un dispositif institutionnel et réglementaire négocié pour la
restauration des carrières
Initier des actions d’allègement des corvées d’eau par l’augmentation des
points d’eau surtout dans les villages et leur rapprochement des
consommateurs pour faire face aux difficultés pour certaines familles
d’envoyer les filles à l’école du fait de l’appui qu’elles apportent dans les
tâches domestiques ;
Faire observer la réduction du rayon de polarité des classes par rapport aux
normes à établir pour corriger les grandes distances qui existent entre les
écoles et les concessions, entre les écoles et les villages et de renforcer
l’équité entre villes et campagnes en terme d’infrastructures scolaires
Respecter la procédure du choix des sites proposée par le Ministère de
l’Education Nationale, basée sur la concertation et le consensus ;
Informer les populations sur la procédure pour se faire indemniser en cas de
déplacements ou de perte d’espaces relatifs aux constructions ;
Faire recruter des enseignants au prorata des classes construites et créer un
observatoire de base.
Harmoniser les normes de construction scolaire ainsi que les ouvrages
annexes comme les blocs sanitaires (adopter un modèle sanitaire conforme
aux normes environnementales)
54
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Mesures d’atténuation des impacts sur le milieu biophysique
Mesures d’atténuation
Phase
Construction &
exploitation






Veiller à ce que les sites de prélèvement de matériaux de construction soient
réhabilités et restaurés.
Aménager les lits de cours d’eau, ou de bordure de route où le sable est
prélevé de manière à éviter l’érosion de ces sites.
Le montage et le démontage des chantiers doivent tenir compte d’un plan de
gestion environnemental. Il devrait être imposé aux entrepreneurs de
récupérer l’ensemble des déchets polluants de chantier afin d’éviter leur
déversement non contrôlé dans la nature (pollution du sol et de l’eau).
Prévoir l’obligation pour les entrepreneurs de remettre en état la zone du
chantier après l’exécution des travaux.
Clôturer les établissements scolaires (murs, haies vives de clôture, etc. …).
Entreprendre un plan de reforestation avec les espèces végétales
appropriées dans les cours des écoles (ombrage, haies vives de protection,
plantation de délimitation).
Mesures d’atténuation des impacts sur le milieu humain
Mesures d’atténuation
Phase
Pré construction





Construction






Exploitation







Mettre en place un cadre organisationnel et institutionnel favorable à
l’information et à la participation des populations (parents d’élèves) et des
autorités locales à la définition des critères et aux choix des sites (respect
procédure développée par le MEN) ;
un appui technique doit être assuré par les responsables du Projet pour aider
les villages ou quartiers concernés dans le choix des sites en se référant à la
carte scolaire et à d’autres critères techniques (disponibilité de l’eau),
environnementaux et sociaux.
Identification et recensement de tous les propriétaires et locataires des
habitations, bâtiments ou terrains et leurs indemnisations correctes.
Réinstaller et compenser les déplacés.
Réalisation de plusieurs séances d’informations sur les futurs travaux, leur
durée, etc. afin de leur permettre de s’organiser en temps utile
Mettre en place un dispositif rigoureux de contrôle des chantiers
Utiliser des ouvriers qualifiés tout en favorisant la formation de ceux qui sont
recrutés au niveau local
Impliquer l’équipe technique du MEN
Définir des mécanismes pour les COGES pour qu’ils puissent signaler les
manquements de l’entrepreneur et/ou les dégâts causés par les travaux.
Définir des règles et normes de stockage qui feront partie intégrante des clauses
du contrat de l’entreprise
Réviser les cahiers de charges en s’assurant que les clauses de protection de
l’environnement sont incluses et qu’il n’y a pas de contradiction
Entretenir régulièrement les bâtiments et équipements :
Mettre en œuvre le mini programme de gestion des déchets solides scolaires
Entretenir quotidiennement les latrines et points d’eau
Elaborer un code de bonne conduite pour les élèves et le voisinage
Encourager les cantines scolaires en faisant une campagne de motivation en
direction des opérateurs privés de restauration
Réduire le rayon de polarité par rapport aux normes établies
Sensibilisation des communautés pour accroître l’intérêt des familles à
scolariser leurs filles, notamment les notables et les responsables religieux
(marabouts)
55
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 4 : Termes de référence type pour les activités nécessitant une EIE
I. Introduction et contexte
Cette partie sera complétée au moment opportun et devra donner les informations
nécessaires relatives au contexte et aux approches méthodologiques à entreprendre.
II. Objectifs de l’étude
Cette section montrera les objectifs et les activités du projet prévus dans le cadre du PAEB,
et indiquera les activités pouvant avoir des impacts environnementaux et sociaux et qui
nécessitent des mesures d’atténuation appropriées.
III. Le Mandat du Consultant
Le consultant aura pour mandat de :
 Mener une description des caractéristiques biophysiques de l’environnement dans
lequel les activités du PAEB auront lieu, et mettre en évidence les contraintes
majeures qui nécessitent d’être prises en compte au moment de la préparation du
terrain, de la construction ainsi que durant l’installation des équipements, au moment
de l’exploitation.
 Evaluer les impacts environnementaux et sociaux potentiels dus aux activités du
projet et recommander des mesures d’atténuation appropriées y compris les
estimations de coûts.
 Mener une revue des politiques, législations, et les cadres administratifs et
institutionnels en matière d’environnement ; Examiner les conventions et protocoles
dont le Niger est signataire en rapport avec les activités du PAEB.
 Identifier les responsabilités et acteurs pour mettre en œuvre les mesures de
mitigation proposées
 Evaluer la capacité disponible à mettre en œuvre les mesures d’atténuation
proposées, et faire des recommandations appropriées, y compris les besoins en
formation et en renforcement des capacités ainsi que leurs coûts ;
 Préparer un Plan de Gestion Environnementale et sociale (PGES) pour le projet. Le
PGES doit indiquer (a) les impacts environnementaux et sociaux potentiels résultant
des activités du projet en tenant compte des mesures d’atténuation contenues dans
le cheklist des mesures d’atténuation du CGES; (b) les mesures d’atténuation
proposées ; ( c) les responsabilités institutionnelles pour l’exécution des mesures
d’atténuation ; (d) les indicateurs de suivi ; (e) les responsabilités institutionnelles
pour le suivi de l’application des mesures d’atténuation ; (f) l’estimation des coûts
pour toutes ces activités ; et (g) le calendrier pour l’exécution du PGES.
 Consultations du public. Les résultats de l’évaluation d’impact environnemental ainsi
que les mesures d’atténuation proposées seront partagés avec la population, les
ONG, l’administration locale et le secteur privé œuvrant dans le milieu où l’activité
sera réalisée. Le procès verbal de cette consultation devra faire partie intégrante du
rapport.
IV. Plan du rapport
 page de garde
 table des matières
 liste des abréviations
 résumé non technique
 Introduction
 description complète du sous projet
 description de l’état initial du site et de son environnement
 description du cadre politique, institutionnel et réglementaire
 Méthodes et techniques utilisées dans l’évaluation et analyse des impacts du
projet proposé.
56
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)





Description des impacts environnementaux et sociaux des diverses composantes
du sous projet proposé
Description et analyse des options alternatives, y compris l’option « sans projet »
Plan de Gestion Environnementale et sociale (PGES) du projet comprenant les
mesures de mitigation des impacts négatifs et de bonification des impacts positifs
du sous projet, les acteurs de mis en œuvre, le suivi ainsi que les indicateurs de
suivi et les différents acteurs impliqués
Recommandations
Annexes composées des références bibliographiques, les TDR de l’étude, la liste
des personnes/ institutions contactées, un tableau récapitulatif du PGES, etc.)
V. Profil du consultant
Le Consultant doit disposer d’une forte expérience en évaluation environnementale de
projets.
VI. Durée du travail
La durée de l’étude sera déterminée en fonction du type de projet.
57
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 5 : Description Latrine à fosse ventilée
1. Réalisation des latrines
1.1
Description et fonctionnement des latrines scolaires
Le consultant propose des latrines scolaires de 2 à 3 cabines munies d’une fosse unique.
Chaque cabine sera dimensionnée pour une période de curage de 5 ans. Cette fosse est
utilisée pendant l’année scolaire qui dure 9 mois et reçoit les matières solides et liquides.
Ces déchets atteignent généralement le tiers de la hauteur de la fosse. Les trois mois
suivants de vacances permettent leur décomposition. Le niveau des déchets décomposés
s'affaisse. Cette descente diminue d'année en année.
A la cinquième année, on ajoutera à la fosse de la cendre pour bien accélérer la
décomposition en matière minérale ; les trous d’aisance seront fermés durant les trois mois
de vacances .A la proche de la rentrée scolaire ces derniers seront ouverts y compris les
dallettes et le contenu sera manuellement vidé par l’APE ou le COGES avec des pelles.
Ce contenu sera constitué de matières minérales de consistance poudreuse, manipulable à
la main et pourra servir d’amendement organique dans le jardin scolaire ou au pied des
arbres de l’école.
Chaque bloc de latrines de 2 à 3 cabines a une capacité de 120 à 180 élèves et est équipé
d’un système d’urinoir et lave main. Les latrines porteront les identifications du genre (filles –
garçons). Les enseignants seront également équipés d’un bloc latrines à 2 compartiments
muni d’un système urinoir et un système de lave main. Ces latrines seront équipées pour
chaque fosse d’un tuyau de ventilation et de dalles en béton, et chaque trou de défécation
sera muni de deux poses pieds permettant la position accroupie à la turque. Ces latrines
peuvent accepter de la matière solide ou liquide pour le nettoyage anal. Ces latrines sont
appelées latrines à fosses ventilées.
1.2
Avantages de ce type de Latrines scolaire
1.2.1. Un des principaux avantages de ce type de latrines est qu’ils acceptent aussi bien la
matière solide que l’eau pour le nettoyage anal. Ce qui facilite son entretien et évite les
problèmes d’obstruction que l’on rencontre avec les toilettes à chasse d’eau avec siphon.
1.2.2. Au Burkina Faso les expériences menées par le consultant pendant ces quinze
dernières années avec le CREPA (Centre Régional pour l’Eau potable et l’Assainissement)
ont permis d’arriver aux conclusions suivantes :
i.
Les latrines à fosse ventilées dont la profondeur ne dépasse pas 4 mètres ne
constituent pas un risque de pollution de la nappe phréatique dans des sols
latéritiques ferrugineux lorsque la nappe n’est pas permanente. En période pluvieuse
lorsque la nappe remonte et inonde la latrines, on se retrouve en condition de sol
saturé. Les expériences menées par le Dr. Baba Moussa pendant 4 ans dans le
cadre d’une thèse de Doctorat ont démontré que le front de pollution bactérienne et
chimique ne progresse pas plus de 5 mètres. Les phénomènes d’adsorption et de
colmatage sont dominants dans le milieu saturé freinant ainsi la propagation de la
pollution chimique et bactérienne. Ces recherches ont également été confirmées
dans le cadre de sol sableux côtier. Mr. Moussa est arrivé aux mêmes conclusions
en suivant la propagation de la pollution d’une latrine pendant 5 ans dans les sol
sableux côtiers, en effectuant des prélèvements dans des piézomètres dans la
zone Lomé au TOGO ;
58
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
ii.
Lorsque la nappe est permanente il est conseillé de disposer tout autour de la fosse
une couronne filtrante d’épaisseur 50 cm de gravier ( diamètre 1-2 cm) et 3 mètres
de sable (diamètre 2-4 mm) pour permettre une épuration correcte.
Quel que soit le type de sol rencontré dans le cadre de ce projet le consultant
propose une distance minimale de 15 mètres entre le lieu d’implantation des
ouvrages d’assainissement et éventuellement le lieu d’approvisionnement en
eau potable (puits ou forage).
Dans le cas des nappes affleurantes plus de 8 mois sur 12 le consultant
propose des ouvrages surélevés avec des marches d’escalier pour l’accès et
des profondeurs de fosse ne dépassant pas 1 ,5 mètre.
En respectant ce principe de précaution de distance minimale entre le point
d’eau et les ouvrages d’assainissement, et en utilisant des systèmes de fosse
unique, le projet peut éviter les deux problèmes majeurs que sont :
1.
2.
la contamination des populations par la propagation de la pollution
chimique ou bactérienne, et
le problème de vidange des fosses.
59
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 6 : Dispositif de lavage des mains
Source : Fiche Technique des ouvrages d’approvisionnement en eau potable et
d’assainissement (AEPA) CREPA : 2000
60
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 7 : Critères de création d’une école :
Dans le respect strict des mesures de la carte scolaire et pour harmoniser l’offre à la
demande éducative et rentabiliser l’utilisation des ressources les critères de création des
écoles de cycle de l’enseignement primaire sont établis comme indiqué ci-dessous:
2. Inexistence d'une école dans un rayon de 3 km du village demandant la création
d'une école
3. le village ou groupement des villages/hameaux doit fournir le nombre requis des
nouveaux inscrits au CI à la rentrée d’octobre, dans le strict respect des normes en
matière d’éducation ;
 effectif minimum d’une école : 25 élèves
4. La disponibilité d’un terrain, propriété de la localité
 superficie minimale : 2,5 ha ou 25000 m²
 pour un minimum de sécurité le site d’implantation d’une école doit être à l’écart
de toutes nuisances pouvant affecter le bon déroulement de l’action éducative :
o Circulation
o Usines
o Marché
o Restaurant
o Bar
o Lieu de culte
o Zones d’inondation
o Terrain accidenté
o Pollution
o Cimetière
o Aéroport etc.…
5. la désignation physique des sites dans chaque village se fait par concertation et
consensus entre les autorités administratives, régionales, les directions régionales
de l’éducation nationale, les autorités coutumières, religieuses, l’association des
parents d’élèves et les COGES.
Matérialisée par la mise à la disposition préalable par l’autorité
communale d’un acte de propriété expressément établi
6. l’engagement écrit des responsables locaux sur :
 l’admission régulière du nombre requis des nouveaux inscrits au CI,
conformément aux normes pédagogiques de l’enseignement de base I ;
 l’implication de la population locale dans la gestion de l’école ;
 l’apport en nature et/ou en espèces de la population de la localité à la
construction et l’entretien des infrastructures scolaires.
7. seuil démographique
 zone à très forte densité 1000 habitants
 zone à très faible densité 300 habitants
Dans les zones à faibles densité ou à habitats dispersés, l’application de ces critères peut
rencontrer quelques difficultés. Pour atteindre l’objectif de l’éducation pour tous et
rentabiliser l’utilisation des infrastructures scolaires, des classes à cours multigrades ou ERA
sont préconisées.
61
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 8 : Programme d’hygiène scolaire
L’esquisse d’un programme d’hygiène scolaire comprend : i) des objectifs, ii) des principes,
iii) une méthode pédagogique, iv) pistes de programme, v) les acteurs, vi) dispositions
institutionnelles pour la gestion des latrines
Objectif du programme
Quatre objectifs peuvent être définis :
1.
2.
3.
4.
Atteindre l’appropriation et la pérennisation des infrastructures scolaires par les
bénéficiaires ;
Elaborer un code de conduite et d’hygiène de manière participative ;
Décerner un prix de l’hygiène à l’école la plus propre en tenant compte de l’aspect
genre (partenaires) ;
Promouvoir l’assainissement au sein de la collectivité locale par l’intermédiaire des
élèves
Principes du programme
Quatre principes doivent être considérés comme prioritaires, à savoir :
1.
2.
3.
4.
Mettre à la disposition des écoles un point d’eau potable fonctionnel et entretenu ;
Maintenir la propreté de l’espace scolaire en éliminant ordures et matières fécales ;
Installer des toilettes ou remettre en état celles qui existent et les tenir propres ;
Installer des systèmes de lave main et inciter les élèves à les utiliser ;
Méthode pédagogique proposée
Au cours de la DIEPA (Décennie sur l’Eau Potable et l’Assainissement, 1980-1990) une
méthode pédagogique a été conçue spécialement pour ce secteur, appelée SARAR.
Destinée principalement pour les adultes, en priorité les femmes, cette méthode a été
ensuite adaptée pour le milieu scolaire par le Centre Régional pour l’Eau Potable et
l’Assainissement (CREPA) basé à Ouagadougou et utilisée dans le cadre de programme
spécialement élaboré pour le milieu scolaire, dénommé HESAWA (Health Sanitation Water,
programme d’hygiène en milieu scolaire). La méthode SARAR comprend une série d’outils et
d’activités, composés de dessins à utiliser sur la base d’exercices, destinés pour appuyer les
principaux usagers, en l’occurrence les élèves, à planifier un environnement sain. Chaque
série d’outils est définie par un nom, un objectif, une série de dessins et une procédure à
suivre.
La méthode contient plus de 30 séries d’outils mais généralement dans un programme
d’hygiène, quatre voire cinq série d’outils peuvent être utilisés, comme contenu au
programme.
La méthode SARAR entre dans la catégorie des méthodes dites participatives.
Pistes de programme
Quatre séries d’outils, ou activités, sont proposées en guise de programme :
1.
Outils dénommé« Voies de contamination et barrières » : A l’aide d’une série de
dessins, il s’agit d’expliquer aux élèves les voies de contamination des maladies liées
à l’eau et aux excréta ; la suite de l’exercice permet d’introduire avec les élèves la
notion de « barrières » à mettre en place pour empêcher la contamination des
maladies lies à l’eau et aux excréta ;
62
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
2.
3.
4.
Outils dénommé « Trois piles de cartes assorties » : A l’aide d’une série de dessins,
expliquer aux élèves les comportements à adopter pour un environnement
sain (utilisation de la latrine, lavage des mains, transport et stockage de l’eau,
entretien du point d’eau);
Outils dénommé « Echelle d’assainissement » : A l’aide d’une série de dessins,
expliquer aux élèves ce que signifie l’assainissement, les différentes technologies
proposées, la latrine, son entretien quotidien ;
Outils dénommé « Histoire à hiatus » : A l’aide d’une série de dessins, encourager les
élèves à promouvoir l’assainissement au sein du village, au sein des concessions
familiales ;
Les acteurs du programme
Les acteurs pour la réalisation de ce programme d’hygiène scolaire sont les suivants :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Le MEN1/A en tant que responsable institutionnel des programmes scolaires ;
La CGPE (Cellule pour la Généralisation et la Pérennisation de l’Education
Environnementale), en tant que structure nationale chargée de coordonner les
activités d’éducation environnementale ;
Les inspecteurs en tant que responsables techniques pour adopter un support
pédagogique élaboré par des professionnels du secteur ;
Les enseignants en tant que chargé de cours ;
Les APE en tant qu’acteurs privilégiés dans le programme scolaire
Les élèves en tant qu’ambassadeurs pour un changement de comportement.
Dispositions institutionnelles pour la gestion des points d’eau et des latrines
Le service d’hygiène, sous la responsabilité de la Direction de la santé et de la prévention
sera responsable, en collaboration avec les inspections, du contrôle périodique de la bonne
gestion des latrines et des points d’eau. Ces services déjà décentralisés seront intégrés
dans la Commission d’Administration Sectorielle.
Les directives ci-dessous sont destinées à guider les associations de parents d'élèves,
les enseignants, et les services d’hygiènes qui seront responsables de la gestion des
latrines, et des déchets attirant de ce fait l'attention sur les effets environnementaux de telles
activités.
1.
Fournir des services adéquats de ramassage d'ordures appropriées et s'assurer
que l'on dispose des ordures convenablement ;
2.
latrines:
Outre les spécifications techniques, les aspects suivants de
l'environnement doivent d'être pris en compte :

Disponibilité d'espaces ouverts à la limite des latrines;

Capacité à long terme des latrines de stocker les excrétas;

Des taux d'infiltration du sol qui ne mettent pas en péril la santé;

Fiabilité du service de vidange après compostage dans les fosses;

Les méthodes appropriées de collecte/ évacuation des eaux usagées;

L'identification de sites de dépôts d'ordures (déjà existants ou nouveaux).
3.
Points d'eau: Pour assurer l'approvisionnement en eau potable à long terme dans
les écoles, les aspects environnementaux suivants doivent être considérés:

Placer les points d'eau à une distance minimum de 10m des latrines, des
fosses sceptiques et des égouts;

S'assurer qu'aucun dépôt d'eau stagnante ne se développe aux alentours des
points d'eau;

S'assurer que les points d’eau sont entretenus régulièrement;

Il est recommandé de tester périodiquement la qualité de l'eau, une fois par mois
(la rémanence du chlore par la chloration continue est de 2 mois).
63
Cadre de gestion environnementale et sociale du Projet d’Appui à l’Education de Base (CGES/PAEB)
Annexe 9 : Liste des personnes rencontrées
N°
Nom
1 Mme Maiguizo Rakiatou
ZADA
2 Hamidou SOUMANA
DIALLO
3 Sita Seini
4 Dr Kimba Hassane
5 Mme BILLO Rahanatou S.
6 Dr HALILOU A.Andillo
7 Oumarou MOUNDJO
8 Abdoulaye SOULEY
9 SANI Yacouba
10 MAROU Amadou
11 Lawali SOULEY
12 Ali ISSA WILLI
13 Ibrahim BANDADO
14 Mme Abdou
15 Mme Saley Fati
16 Mme Idrissa Hamsa
17 Mr Hamidou Bagna
18 Mr Abdou Issoufou
19 Mr Souley Abassa
Poste / structure
Secrétaire Générale du MEN
Secrétaire Générale Adjoint du MEN
Directeur Ressources Financières et Matérielles du MEN
Directeur BEEEI
CP/PADEB/MEN
DLC/MEN
DIES/ MEN
DIES/ MEN
CGP/PADEB/MEN
DGEB/MEN
Chef de service des marchés MEN
DREN Tillabéry
IEB Kollo
Directrice Ecole Bobiel 1
Directrice Ecole Bobiel 2
Directrice Ecole Lazaret 6
Directeur Ecole Bac Farié
Directeur Ecole Koria Haoussa (Karma)
Directeur Ecole Tagabati
Annexe 10 : Références bibliographiques
Recueil de textes
 Recueil de textes législatifs et réglementaires sur l’évaluation environnementale et les
études d’impact, BEEEI, Octobre 2004.
 Textes législatifs et réglementaires régissant la gestion de l’environnement au Niger
(Loi cadre relative à la gestion de l’environnement).
 Recueil de texte sur le code rural du Niger, 2006.
 Recueil de texte sur la décentralisation, 2003.
Politiques et stratégies
 Banque Mondiale, Politiques de Sauvegarde de la Banque Mondiale, Mai 2004.
 REPUBLIQUE DU NIGER. 2007. Stratégie de Réduction de la Pauvreté révisée.
 REPUBLIQUE DU NIGER. 2002. Lettre de Politique Educative pour la Décennie
2002-2012
 MEN. PDDE Niger 2002 – 2012 Composante qualité Août 2002
 MEN. PDDE Niger 2002 – 2012 Composante accès Septembre 2002
 CNEDD.2002. Plan National de l’Environnement pour un Développement Durable
 MEN. Annuaire Statistique 2007- 2008
Autres documents techniques du PDDE et du PAEB
 MEN. Plan d’Action du PAEB pour l’année 2009
 EDE. 2003. Analyse environnementale et sociale du PADEB
 EDE. 2003. Cadre de gestion environnementale et sociale phase 1 PDDE
 EDE. 2003. Cadre de politique de recasement phase 1 PDDE
64
Téléchargement
Explore flashcards