Approches en matière d`adaptation des forêts et de la biodiversité

publicité
Approches en matière d'adaptation des
forêts et de la biodiversité au changement
climatique
Dr Frank Wolter, ANF - MDDI – G-D Luxembourg
BENELUX, 25 novembre 2014
Contenu
1. Risques identifiés
2. Types d’approches
3. Mise en œuvre des mesures
4. Possibilités de financement, de coopération et de
monitoring
5. Conclusions
Risques - biodiversité
1.
Modification de la distribution géographique (mobilité des espèces)
Envergure et vitesse :
•
décalage nord-est de plusieurs centaines de kilomètres en moyenne pour la fin du 21ème
siècle
•
vitesse de déplacement atteignant en moyennes 24-81 km par décennie
2.
Augmentation de la vulnérabilité & extinctions d’espèces
3.
Invasion par des espèces nouvelles
4.
Dégradation du potentiel d’adaptation des espèces
5.
Rétrécissement de l’aire de distribution des espèces
6.
Appauvrissement de la diversité globale d’espèces à un endroit donné
7.
Répercussions en cascade sur la composition, le fonctionnement et les services
des écosystèmes (interactions proie-prédateur, plantes-pollinisateurs, hôteparasite, rétention et régulation de l’eau, ressources naturelles)
Évolution déjà alarmante actuellement
Risques - forêts
1. Identiques à ceux concernant la biodiversité
2. Autres risques liés à la culture des arbres en forêt
a)
acidification des sols et déséquilibre nutritionnel
b)
augmentation des dégâts par gelées précoces ou tardives
c)
problèmes phytosanitaires (flétrissement du frêne, processionnaire du
chêne, …)
d)
baisse de la vitalité à dépérissement
e)
multiplication des chablis (destruction totale par le vent)
3. Incertitudes d’un rendement soutenu
4. Risques financiers liés aux investissements de plantation
5. Impact négatif sur la filière forêt-bois (approvisionnement, emploi)
Risques - Conclusions
•
Impact négatif sur tous les services écosystémiques, y compris la
fourniture de ressources naturelles (eau, biomasse ligneuse, …)
•
Impact direct sur notre qualité de vie, appauvrissement de la société
•
Les risques sont identifiés et les solutions théoriques existent !
•
Comment faut-il les mettre en œuvre ?
Types d’approches
•
Au Luxembourg (approche en 2 phases)
– bottom-up : initiatives multiples à actions de multiples acteurs, regroupement
des acteurs « Communes Climat », à soutien politique (Pacte Climat du
Gouvernement)
– top-down : décision politique (Pacte Climat du Gouvernement) avec un plan
stratégique à plan d’action
– Stratégie pour chaque secteur, y compris la biodiversité et les forêts
– Catalogue de mesures et priorités
•
En Wallonie (forêts)
– Approche scientifique (groupe de travail sous la direction du DNR avec la
participation de 2 Universités) à catalogue de mesures
•
Au Pays-Bas (biodiversité)
– Approche scientifique à study on adaptive nature policies (”Adaptiestrategie
voor een klimaatbestendige natuur” by Environmental Assessment Agency &
Wageningen University)
– new broad vision on nature (www.rijksoverheid.nl/natuurvisie) incorporating
climate change adaptation
Approche au niveau UE pour la biodiversité
– approche scientifique et participative
– pas de plan d'action spécifique
– communication générale (Livre blanc de la CE de 2009 sur
l'adaptation au changement climatique)
• paragraphe "3.2.3 Renforcer la résilience de la biodiversité, des
écosystèmes et des ressources en eau"
– éléments dans la stratégie biodiversité de l’UE
– “Guidelines on climate change and Natura 2000”
– recommandations sous la Convention de Berne
Approche au niveau UE pour le secteur forestier
– pas de plan d'action spécifique
– Groupe de travail (Comité Permanent Forestier) à élaboration
d’un guide de recommandations
– éléments dans la nouvelle stratégie forestière de l’UE 2014-2020
– Plan d’actions 2014-20 (mesures pour la CE & EM)
CONTRIBUTING TO
MAJOR SOCIETAL
OBJECTIVES
Forests and
climate change
Mise en œuvre des mesures (biodiversité)
• Au Pays-Bas
– no more focus on preservation of species in specified areas
– but enhancing of nature’s overall adaptive capacity
– creation of larger joined nature areas, where possible joined
cross-border as to facilitate migration and living conditions for all
species by extending their possibilities to move along changing
climate zones
• Au Luxembourg
– pas de mesures spécifiques
– renforcement / adaptation des mesures courantes
Mise en œuvre des mesures (secteur forestier)
• Au niveau Union européenne
– incorporé dans la mise en œuvre du plan d’action
– “Member States should demonstrate how they enhance their forests’
adaptive capacities and resilience”
• Au Luxembourg
– Nouvelle législation et programme d’aides (en cours de préparation)
– Nouveau Programme de formation (forêt publiques)
– Multiples décisions intégrant la problématique (minimisation du
risque par la diversification)
• En Wallonie
– suivi de la mise œuvre (responsable DNR)
– exécution du programme de recherche et accompagnement
scientifique
– exécution du programme de vulgarisation et de formation (asbl Forêt
Wallonne)
Exemples de mesures (secteur forestier au
Luxembourg)
Mesure 1 : Protection de la diversité dans les forêts semi-naturelles et développement de
niches écologiques dans les peuplements forestiers banalisés
·
·
·
·
augmentation de la dynamique dans les peuplements banalisés par des opérations
d’éclaircie et de régénération,
maintien des arbres isolés, matures et morts ou en stade de putréfaction, qui offrent
un habitat approprié pour les pics, les oiseaux de proie les insectes et de nombreux
végétaux inférieurs,
conservation des arbres pourvus de cavités pour la nidification d’oiseaux ou de petits
mammifères,
maintien des mares, ruisseaux, sources et autres petites étendues d’eau forestières
dans un état tel qu’ils puissent jouer leur rôle dans le cycle de reproduction des
poissons, des amphibiens, des insectes, etc.
Mesure 3 : Contrôle des densités de gibier
·
·
mise en place de dispositifs de contrôle permanents,
application stricte des dispositions des plans de tir minima.
Mesure 4 : Développement et promotion de nouveaux concepts de sylviculture
· promotion du concept de la sylviculture proche de la nature,
· promotion de la certification des forêts,
· soutien de l’initiative Pro Silva Luxembourg.
Mesure 5 : Amélioration et diffusion des connaissances scientifiques
·
Mesure 2 : Amélioration des pratiques sylvicoles courantes
·
choix de structures forestières complexes lors des décisions de planification et de
transformation de peuplements homogènes,
·
choix d’une couverture forestière permanente (Dauerwaldwirtschaft) lors des
décisions de planification pour protéger le sol,
choix d’une sylviculture dynamique dans les peuplements de production pour limiter
la durée d’exposition au risque,
optimisation de l’adéquation essence x station, tout en limitant l’utilisation
d’essences exotiques aux cas imposés par la nécessité économique et pour autant
qu’elles puissent être mêlées à la végétation indigène en respectant certaines
limites,
choix d’une plus grande diversité des essences et des provenances lors des
opérations de plantation,
choix d’essences qui limitent la consommation en eau de l’écosystème,
choix prioritaire de la régénération naturelle et l’adaptation des densités de
plantation pour réduire les risques économiques,
utilisation des mécanismes naturels (automation biologique) et le choix d’une
sylviculture à l'échelle de l'individu et non du peuplement (sylviculture d'arbre) pour
réduire les frais et donc les risques économiques,
meilleure adaptation du traitement à l’essence (dynamique renforcée des éclaircies,
optimisation du rapport Hauteur/Diamètre),
meilleure gestion des rémanents de coupe pour limiter les exportations d’éléments
minéraux et veiller au maintien de la fertilité des sols,
choix de techniques d’exploitation adaptées et soignées (cloisonnement,
organisation des chantiers) pour assurer une bonne structure du sol et la recharge en
eau du sol et des nappes.
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
études des essences sensibles au changement climatique pour les forêts de l’Oesling
(typologie),
étude des risques liés à l’introduction d’essences non autochtones,
études des risques de stabilité lors des phases de conversion,
études des aptitudes stationnelles et leur cartographie,
les tests de provenances et d’essences nouvelles.
Mesure 6 : Mise en place de systèmes d’alerte et de plans de crise
·
mise en place d’un réseau d’observation forêts-stations combiné à un observatoire
permanent de l’état phytosanitaire pour contrôler les impacts du changement climatique
sur la forêt, surveiller les parasites et pathogènes et leur relation avec l’hôte, observer
l’impact sur la phénologie et la production,
élaboration d’un plan chablis pour anticiper les conséquences des tempêtes,
élaboration d’un plan dépérissement massif,
élaboration d’un plan incendie.
·
·
·
Mesure 7 : Sensibilisation et formation des propriétaires et gestionnaires forestiers privés
·
renforcer les structures l’asbl Letzeburger Privatbesch.
Mesure 8 : Optimisation du stockage de carbone en forêt et dans les produits dérivés
· promouvoir les choix sylvicoles qui augmentent le stockage de carbone en forêt par
le développement de la biomasse vivante et la production de bois,
· promouvoir l’utilisation des produits à longue durée de vie (menuiserie,
construction).
Mise en œuvre des mesures
• Type: les mesures sont souvent des adaptations et des
améliorations de pratiques courantes existantes
• Application: difficile et lente en raison notamment
– de la multiplicité des acteurs (biodiversité)
– des compromis difficiles à négocier
– des traditions (secteur forestier)
– du manque de moyens (besoins de formation)
– d’une communication déficiente
Possibilités de financement, de coopération et de
monitoring
• Financement:
– pas de financement spécifique pour la mise en œuvre (sauf pour des
études)
– les budgets ordinaires sont revus à la baisse
• Monitoring:
– globalement déficient (en progrès)
– la nouvelle stratégie forestière de l’UE prévoit une harmonisation du
monitoring au niveau du secteur forestier
• Coopération
– bon échange au niveau scientifique (études, colloques, …)
– pas ou peu d’information sur la mise en œuvre dans les différentes
régions
– échange exigée par l’UE au niveau du secteur forestier
Conclusions
•
Les risques sont réels et l’adaptation au changement
climatique de nos ressources naturelles est un enjeu
majeur pour notre qualité de vie
•
L’UE fournit un excellent cadre intégré (stratégies,
recommandations & études)
•
Les mesures à exécuter sont connues et toutes les
approches sont basées sur des études scientifiques
•
L’exécution des mesures progresse lentement
•
Il y a peu d’échange sur la mise en œuvre entre les
régions (possibilité de coopération au niveau Benelux
à explorer)
Téléchargement
Explore flashcards