Les pitons, cirques et remparts de l`île de La Réunion

publicité
Les pitons, cirques et remparts
de l’île de La Réunion
Bien naturel français inscrit sur la Liste du patrimoine mondial
© Parc national de La Réunion - Hervé Douris
Vivons la nature en mouvement !
© Parc national de La Réunion - Jean-François Bègue
Des paysages Située
dans le sud-ouest de
l’Océan indien, à 700km
grandioses et aul’île large
de Madagascar,
de La Réunion constiune biodiversité tue,
avec les îles Maurice
et Rodrigues, l’archipel
originale volcanique
des Mascareignes. Ces trois îles
sont issues de points chauds volcaniques
n’ont jamais été rattachées à aucun continent. et
elles
La Réunion est une montagne-bouclier posée sur le plancher océanique, où deux massifs volcaniques accolés
sont visibles : celui du Piton des Neiges entouré de ses
trois cirques, amphithéâtres naturels massifs à la hauteur et la verticalité vertigineuses, et celui du Piton de la
Fournaise, l’un des volcans les plus actifs de la planète. Les paysages réunionnais sont en constante mutation sous
l’effet combiné du volcanisme, des glissements de terrain
d’origine tectonique et de l’érosion vigoureuse des fortes
pluies et des cours d’eau. Les deux massifs sont compartimentés par des remparts, murailles rocheuses escarpées d’âge
et de nature géologique variables, qui composent des paysages accidentés et spectaculaires d’une beauté saisissante. Cette grande variété de climats et de microclimats, de reliefs et de
sols, ont engendré une mosaïque exceptionnelle d’écosystèmes
uniques au monde et peu perturbés, notamment forestiers. Dans ce carrefour de biodiversité, la nécessaire adaptation
des espèces à des substrats d’âge et de composition différents, et à des topo-climats diversifiés, se traduit par des
taux d’endémisme records dans le règne végétal et animal.
La Réunion est un centre mondial reconnu de diversité des
plantes, un laboratoire vivant où l’évolution se poursuit. Le
cœur vert de l’île est le dernier refuge pour un grand nombre
d’espèces, menacées et en danger. La Réunion apporte ainsi la contribution la plus significative et la plus importante
à la conservation de la biodiversité terrestre de l’archipel. Le cœur de l’île est un château d’eau qui alimente les Bas. Les
gorges encaissées, les torrents, bassins et cascades enrichissent
une palette paysagère diversifiée et attractive, propice à de multiples sports et activités de pleine nature.
Peuplée depuis seulement 1663, La Réunion est une Région Française. Elle est aussi une terre de métissage, riche d’un brassage
ethnique unique de populations arrivées d’Europe, d’Afrique,
de Madagascar, d’Inde… L’identité réunionnaise, qui s’exprime
par une langue commune, le créole, est profondément ancrée
dans une société à la confluence d’une multitude de cultures.
Le peuplement de l’île est intimement lié à l’histoire du
« marronnage », de nombreux esclaves ayant cherché
loin des plantations, des refuges et ressources pour survivre. Au fil de cette conquête du territoire et de la liberté, l’homme a tissé des liens forts avec la nature. © Parc national de La Réunion-Benoît Lequette
Aujourd’hui, les conditions de vie dans les Hauts sont encore
souvent difficiles. Les îlets du cirque de Mafate se distinguent par
leur enclavement extrême, qui leur a valu d’être intégrés au cœur
du parc national. Face à la dureté de ces conditions, solidarité,
partage et convivialité sont des valeurs ancrées dans l’art de vivre
dans les Hauts. La fraîcheur et la quiétude ambiantes font de
ces « bouts du monde » préservés des espaces de ressourcement. © Parc national de La Réunion - Hervé Douris
La prise de conscience progressive de cette extraordinaire richesse de la nature et de la culture de l’intérieur de
l’île, et de la nécessité de sa protection, a conduit à la création, en 2007, du Parc national de La Réunion, neuvième
parc national français. L’inscription des « Pitons, cirques
et remparts » sur la Liste du patrimoine mondial, en 2010,
a apporté une consécration internationale au jeune parc
national. Les critères retenus révèlent la valeur universelle
exceptionnelle des paysages et de la biodiversité de l’île. Pour une île en plein Lel’UNESCO
classement en parc national et l’inscription à
ont favorisé l’émergence d’un projet terdéveloppement, un ritorial
renouvelé. C’est l’objet de la Charte du parc
qui vaut également Plan de gestion du Bien. projet de territoire national,
propose de replacer l’homme
partagé LaetmentlesCharte
patrimoines au cœur du développelocal. Elle valorise les atouts du ter-
Le Bien inscrit par l’UNESCO coïncide avec le cœur du parc
national, enrichi de quelques sites. Il couvre plus de 100 000 ha,
soit plus de 40% de l’île. Contigus à ce Bien, des espaces majoritairement ruraux et agricoles constituent des espaces de transition entre le cœur de nature primaire et la ceinture urbaine
littorale densément peuplée. La Réunion est ainsi qualifiée « d’île-ville au cœur vert », dans l’écrin bleu de l’Océan Indien.
© Parc national de La Réunion
Jean-François Bègue
© Parc national de La Réunion - Hervé Douris
ritoire et vise le juste équilibre entre protection et développement : préserver le patrimoine, source de richesses, de bien-être et de notoriété, bien vivre de l’agriculture, de la
forêt et du tourisme par une exploitation raisonnée et durable des ressources naturelles... Au cœur du parc national, les sites et sentiers faciles d’accès offrent autant d’invitations à découvrir
une nature originale et toujours en mouvement. Pour des rencontres originales avec une Nature
d’exception, l’île de La Réunion vous attend !
Pour en savoir plus :
www.reunion.fr | www.reunion-parcnational.fr
© Parc national de La Réunion - Hervé Douris
Téléchargement
Explore flashcards