Maladie de Lyme La bactérie

advertisement
UE.2.5.S3
03.01.2011
Maladie de Lyme
1. La bactérie
Appartient à la famille des borrellia (bactéries spiralées)
Au moins 3 espèces pathogènes :



Borrellia burgdorferi sensu stricto
B. azfelii
B. garinii
2. Le vecteur
-
-
-
Tique dure : Ixodes ricinus
Habitat : fôret, sous bois (80% humidité)
Cycle de dvpt :
 3 ans
 Trois stades : larve => nymphe => adulte
 Un repas sanguin par stade = se fixe sur la peau
Période d’activité : mars à octobre
Hôtes habituels
 Petits rougeurs
 Gros mammifères
Homme = erreur de parcours, il sert de proie
Tique infestée par la bactérie lors d’un repas
Bactérie dans le tube digestif de la tique
Transmission de la bactérie lors d’un repas ultérieur
Seuls les nymphes et les adultes sont contaminants
1 à 3 % des morsures de tiques sont contaminantes
La morsure de tique peut passée inaperçue
3. Les signes cliniques
Trois phases :



Localisée
Disséminée précoce
Disséminée tardive
Aucune de ces phases n’est obligatoire. A l’extrême, maladie totalement asymptomatique.
1
UE.2.5.S3
03.01.2011
Phase localisée (phase primaire)
-
-
Au point d’inoculation
Erythème migrant
 Lésion rouge
 Extension centrifuge
 Le centre s’éclaircit : lésion en cocarde
2 à 30 jours après morsure
Guérit tout seul
Peut manquer ou passer inaperçu
Diagnostic différentiel : inflammation au point de morsure
Phase de dissémination précoce (phase II)
-
-
-
Correspond à une septicémie à partir de la peau
Signes cliniques au moment de la dissémination
 Céphalées
 Arthro-myalgies
 Fièvre
Puis localisations secondaires du germe :
 Au niveau du SNC (méninges)
o Méningoradiculite
o Paralysie faciale
 Au niveau des articulations
o Arthrites (grosses articulations)
 Au niveau du cœur
o Tbles de la conduction (BAV)
o Péricardite
 Au niveau de la peau
Erythème migrant secondaire
 Au niveau de l’œil : uvéite
Evolution : guérison spontanée ou avec AB ou passage à la chronicité (phase !!!)
Symptomes peuvent apparaitre 2 ou plusieurs mois après.
Phase de dissémination tardive (phase III)
-
-
Rare
Peu sensible aux AB:
 Rôle du terrain génétique sous jacent (HLA ?)
 Réaction inflammatoire chronique ?
 Persistance de la bactérie quiescente ?
Signes cutanés
 Acrodermatite chronique atrophiante
 Lymphocytomes cutanée bénin
2
UE.2.5.S3
03.01.2011
-
-
Signes neuro
 Encéphalite chronique (proche de la SEP)
 Polynévrite chronique
Signes articulaires : arthrite chronique
4. Le diagnostic
-
-
Isolement de la bactérie (culture)
 Très difficile
 Sauf au niveau de la peau (biopsie)
 Pas ou peu utilisé
Isolement de l’ADN de la bactérie (PCR)
 Pas tjs + (liquide articulaire, LCR)
 Faux +
 Peu utilisé
La sérologie
-
-
-
-
Mise en évidence d’Ac contre le microbe dans le sang des malades
IgM
 Apparition retardée (3 à 6 semaines)
 Restent lgtps +
IgG
 Apparition 2 à 3 mois après contamination
 Persistent des années
 Ne disparaissent pas avec le ttt AB
 Mais les AB peuvent empêcher leur apparition
ELISA
 Très sensible
 Mais faux +
WESTERN BLOT
 Plus difficile et plus couteux
 Plus fiables
 Tte sérologie + en ELISA doit ê contrôlée en WB
Erythème migrant
-
Diag. uniquement clinique
La sérologie n’a pas d’intérêt
Négative au moment de l’érythème
Ne pas attendre qu’elle se positive pour traiter
3
UE.2.5.S3
03.01.2011
Aux stades II et III
-
C’est l’association de signes cliniques compatibles avec le diagnostic de la maladie de Lyme
Et la positivité de la sérologie
Qui permet le diagnostic de ML
5. Le ttt
-
-
-
Erythème migrant
 Ne pas attendre que la sérologie soit + pour traiter
 Ttt par voie orale
 AMOXICILLINE 1gx3/j pdt 3sem
 TETRACYCLINE
Phase secondaire
 Signes neuro : ROCEPHINES 2gr j IV pdt 3 sem
 Signes articulaires ou cardiaques : idem ou TETRACYCLINE 200mg j pdt 3em
Phase tertiaire (dissémination tardive)
 ROCEPHINE 2gr/j IV pdt 3 à 4 sem
 Eventuellement suivi d’une cure de TETRACYCLINE pdt 3 sem supplémentaire
 Pas tjs efficace
 Mais ttt AB supplémentaire inutile
 Ttt symptomatiques (anti-douleurs, AINS, …)
6. L’évolution
-
Non traitée : bcp de maladie de Lyme guérissent ttes seules
Traitées par AB
 Aux stades I et II
La ML guérit la plupart du temps sans sequelles
Mais le pb est une apparition parfois de gde fatigue
7. La prévention
-
 Eviter les morsures de tiques
Marcher sur les chemins
Vêtement clairs à éviter
Bas de pantalon dans les chaussettes
Chemises manches longues
Répulsifs
Secouer les vêtements avant de monter dans la voiture
4
UE.2.5.S3
03.01.2011
-
 Retirer les tiques le plus vite possible
Ttes les tiques ne sont pas infestantes (1 à 10% selon les endroits)
La bactérie met environ 24h à sortir de la tique : si on retire les tiques dans les 24h, pas
besoin d’AB
 Cmt retirer les tiques ?
8. Historique
-
1894 : acrodermatite chronique atrophiante (PICK)
1910/1913 : érythème migrant (Lipschutz)
1922 : paralysie transmise par les tiques (Garin)
1975 : épidémie d’arthrite à Lyme (connecticut/USA)
1982 : Burgdorfer découvre la bactérie responsable
5
Téléchargement