Telechargé par ben.brahim.aniss

Guide familial de la medecine par les plantes

publicité
Docteur Paul Belaiche
Président fondateur de
l'Institut national de phytothérapie
GUIDE FAMILIAL
DE LA MEDECINE
PAR LES P L A N T E S
A v e c la c o l l a b o r a t i o n d e M i c h è l e B r e t
Collection dirigée par Roger Coral
parents
HACHETTE
Du même auteur
Le Défi de la médecine p a r les Plantes,
en collaboration avec J.-C. Bourret,
France-Empire éditeur.
Les nouveaux Succès de la médecine par les Plantes,
en collaboration avec J.-C. Bourret,
Hachette Littérature générale.
Traités de Phytothérapie et d'Aromathérapie :
Tome 1
L'Aromathérapie
Tome II
Les Maladies infectieuses
Tome III
Gynécologie, Docteur Girault
Tome IV
Les Plantes aromatiques et la nouvelle aromathérapie
(en préparation).
Maloine éditeur.
Dessins : Nadine Liard
^Al982, Hachette et Edi 7.
A ma femme, Marie-Claude.
Comment se servir de ce guide
A. Nous avons étudié les principales plantes médicinales que le consommateur peut trouver
sur le marché.
Pour chacune d'elles et afin de satisfaire la curiosité scientifique de certains, nous avons
donné leur nom latin et leur famille botanique.
Nous avons décrit très sommairement les éléments les plus caractéristiques de la plante,
précisé son habitat et quelles en étaient les parties utilisables.
Nous avons également défini les propriétés de la plante et précisé les différente modes de
préparation, dont chacune porte la lettre P accompagnée d'un chiffre : P 1, P 2, P 3, etc.
La lettre P symbolise la préparation à utiliser pour la maladie correspondante.
Prenons un exemple, la Mélisse, dans la rubrique : Quand et comment l'utiliser.
Nous avons décrit toutes les possibilités de soins que la plante peut offrir : bourdonnements
d'oreilles, asthme, difficultés respiratoires, nausées, etc.
Pour chacune de ces indications, il existe une préparation correspondante. Par exemple :
• Pour calmer les nausées dues à une indigestion :
- tisane-infusion (P 1).
Il suffit alors de se reporter au texte Préparations, et au numéro 1 pour trouver :
1 Faire infuser 10 mn à couvert, 60 g de tiges et de fleurs séchées pour 1 1 d'eau; filtrer.
B. On aura la possibilité d'effectuer :
- des infusions,
- des décoctions,
- des macérations,
- des teintures et des vins de plantes.
• S'il s'agit d'infusion :
La plante est mise au contact d'une certaine quantité d'eau bouillante pendant un temps
déterminé : c'est ainsi que nous pratiquons une infusion de Verveine.
e S'il s'agit de décoction :
La plante est mise en contact avec une certaine quantité d'eau qui devra bouillir durant un
temps déterminé : c'est ainsi que l'on fait bouillir des racines de Consoude aux propriétés
adoucissantes.
e S'il s'agit de macération :
On doit laisser la plante en contact avec un liquide durant un temps plus ou moins long :
- ce liquide peut être de l'eau;
- ce liquide peut être de l'alcool : on obtient au bout de plusieurs jours de macération une
teinture de plante;
- ce liquide peut être du vin : on obtient un vin de plante par macération (de 15 à 20 jours en
moyenne).
Attention : quand la quantité à absorber n'est pas précisée, il s'agit toujours de deux tasses
par jour avant les deux principaux repas.
LA RÈGLE DES 2 0 J O U R S
On ne peut boire indéfiniment, pendant des mois et des mois, une tisane de Badiane par
exemple. Il risque d'apparaître, à la longue, des signes d'intoxication.
Il faut savoir que si la plante est un médicament naturel, c'est quand même un médicament.
Aussi, lorsque nous ne précisons pas la durée pendant laquelle la plante doit être absorbée, il
faut appliquer ce que nous avons appelé la règle des 20 jours :
« Sauf avis contraire, ne jamais prendre d'infusion, de décoction, de macération, de teinture
ou de vin de plante, au-delà de 20 jours. Il faut toujours pratiquer des poses de 15 jours, afin
d'éviter les phénomènes d'accumulation. La cure peut être reprise à nouveau au-delà de ce
délai. »
RECOMMANDATIONS IMPORTANTES
a) Laver les plantes avant usage. A l'eau courante froide. Certaines plantes ayant été
stockées peuvent être porteuses de bactéries ou même simplement de poussières. Quoi de
plus normal que de laver une salade avant de la consommer?, il en est de même pour les
plantes.
b) Ne pas utiliser l'eau du robinet pour les préparations — elle contient beaucoup de chlore —,
mais une eau minérale non gazeuse.
c) Filtrer et passer à travers un linge propre ou mieux stérile;
d) Ne jamais conserver une infusion, une macération ou une décoction plus de 36 heures,
même au réfrigérateur; on ne peut empêcher la pollution par les microbes ou les moisissures.
e) Stocker vos plantes dans un lieu sec, à l'abri de la lumière et de la poussière. Les grands
bocaux de verre hermétiquement bouchés sont idéals;
f) Ne pas laisser les plantes à la portée des enfants; ce sont des médicaments, ne l'oublions
pas.
Avertissement
La médecine par les plantes, ou phytothérapie, connaît un succès croissant. Ce phénomène
n'est pas propre à la France, mais à l'ensemble des pays de la Planète.
La France n'a rien à envier dans ce domaine aux autres nations, bien au contraire, puisque,
avec la Chine continentale elle est le seul pays au monde où l'enseignement de la phytothérapie
est effectué et officialisé en faculté de médecine.
Malheureusement, on aurait tendance à croire que tout ce qui vient de la Nature est bon, ce
qui, évidemment, est une erreur : les champignons vénéneux sont là pour nous le rappeler.
Ce goût pour le naturel pousse instinctivement à consommer des principes directement issus de
la terre : les médicaments suivent la règle : devant être naturels, c'est donc vers les plantes
médicinales que l'on se tourne, mais on oublie qu'elles peuvent aussi être toxiques.
La seconde tendance est de se soigner soi-même à l'aide de ces substances naturelles, de
pratiquer ce qu'il convient d'appeler : l'automédication. Je l'ai toujours combattue, car
j'estime qu'elle peut être dangereuse lorsqu'on se trompe sur la nature de la maladie, sur les
propriétés des plantes et sur les dosages.
uoi qu'il en soit, l'automédication se généralise et le processus devient inexorable : tout
le monde veut se soigner par les plantes. J'ai pensé — puisque le phénomène était inévitable —
qu'on pourrait peut-être le canaliser, l'endiguer grâce à des avertissements et des conseils
destinés au grand public. Le meilleur moyen, m'a-t-il semblé, étant d'écrire un « Guide familial
de la médecine par les plantes », où l'information permettait au consommateur d'être protégé
contre d'éventuelles fausses manœuvres.
En fait, ce guide comprend en lui-même cinq guides différents :
1. J'ai voulu d'abord écrire un guide de l'automédication. J'ai informé chaque fois le lecteur
des limites qui sont les siennes. Il saura ainsi qu'il peut pratiquer l'automédication par les
plantes médicinales à condition qu'il garde toujours présent à l'esprit qu'il peut, par
inadvertance, s'aventurer sur un territoire qui est celui du médecin.
Que l'on veuille se soigner tout seul par les plantes pour les petits maux de tous les jours, je suis
d'accord, mais à la condition de garder le «contact» avec le médecin.
2. J'ai voulu aussi prévenir le lecteur de la toxicité de certaines plantes. En soulignant pour
chacune de celles qui entrent dans cette catégorie le danger de leur utilisation sans avis
médical.
3. J'ai voulu aussi guider le lecteur dans le mode d'utilisation des plantes médicinales. Le
domaine qui lui est réservé est la plupart du temps l'infusion ou la décoction de plantes
(feuilles, racines, fleurs ou tiges).
Il ne doit jamais utiliser en automédication, et par voie interne, les autres formes
pharmaceutiques que sont les huiles essentielles, les extraits secs, les extraits fluides, les
teintures- mères, etc.
Ces formes concentrées sont très réactives, et seul le médecin doit les employer.
Dans ce guide, nous autorisons certaines formes de macération dans le vin et dans l'alcool,
mais ce n'est pas le mode d'administration habituellement réservé à l'automédication.
Avec l'apparition de formes très concentrées (le nébulisat peut concentrer cent fois la plante
fraîche) on peut dire que la phytothérapie est devenue une médecine à deux vitesses :
e Elle reste une médecine douce et lente, grâce aux infusions et décoctions : c'est précisément
cette forme que je préconise dans l'automédication.
e Elle devient une médecine moins lente, rapide parfois avec l'utilisation des nébulisats et des
huiles essentielles, strictement réservée au corps médical.
4. J'ai voulu préciser au lecteur les limites de la médecine par les Plantes.
Il est, en effet, impossible qu'on puisse tout soigner par la phytothérapie. Les médicaments de
synthèse restent encore indispensables dans certains cas. En revanche, j'ai insisté sur certaines
maladies où nous enregistrons le plus grand nombre de succès, comme la spasmophilie, les
maladies rhumatismales (dont l'arthrose), le zona, etc. Mais, dans tous ces cas, le recours à un
médecin spécialisé est indispensable, car l'automédication est impossible.
5. Enfin, je voudrais informer le consommateur de la très grande variabilité des plantes
médicinales.
Il faut qu'il sache que le fait d'acheter du Thym ou du Romarin ne lui apporte pas une garantie
suffisante. Cette variabilité fait de la phytothérapie une médecine difficile car le médecin,
comme le consommateur d'ailleurs, doit être continuellement informé de la qualité et de la
loyauté des plantes utilisées :
- variabilité due à des facteurs frauduleux : il est très facile de frauder et de falsifier la qualité
et même la nature de la plante. Ici, le rôle du conseiller est primordial;
- variabilité due à des facteurs climatiques (ensoleillement), saisonniers (rôle de la
température), géographiques (rôle de l'altitude), etc.
- variabilité selon la cueillette, la réception, le transport, l'emballage même.
En revanche, il existe sur le marché, des plantes médicinales d'excellente qualité offrant au
consommateur toutes les garanties qu'il peut en attendre.
C e
«Guide familial de médecine par les plantes» a pour mission d'éclairer le
consommateur sur les possibilités de la phytothérapie, de l'informer sur l'ensemble des
maladies qui relèvent d'elle.
En suivant fidèlement les conseils que nous donnons, il pourra se soigner et se protéger dans les
meilleures conditions possibles.
Dr P.B.
Abcès chaud
Collection purulente, localisée, accompagnée des signes de l'inflammation (rougeur,
chaleur, douleur). En attendant le médecin,
on peut :
• Pour faire mûrir l'abcès :
- cataplasme de feuilles de Chou préalablement écrasées avec un rouleau à pâtisserie.
Changer les feuilles toutes les 3 h. Voir Chou
P3.
• Pour cicatriser :
- soit 1 application de 2 gouttes d'huile
essentielle de lavande déterpenée matin et
soir. Pansement stérile.
- soit faire bouillir 60 g de racines d'Harpagophytum dans 1/2 1 d'eau pendant 20 mn.
Laisser m a c é r e r 2 h. Appliquer en
compresses stériles imbibées. A renouveler
2 fois par jour.
► Voir aussi : Aunée P3, Bouillon blanc,
Bardane P6, Oignon P5, Lin P4, Fenugrec
P 3, Mauve P 6en compresse; changer
toutes les 2 h), Guimauve P 3 (en
compresse; changer toutes les 2 h), Souci
P4, Tussilage P 2 (en compresse; changer
toutes les heures).
Abcès froid
Collection purulente, le plus souvent d'origine tuberculeuse. Nécessite une thérapeutique de terrain et une surveillance médicale
attentive.
Abeille
► Voir : Piqûres d'insectes.
Absinthe
Artemisia absinthium L.
Fam. bot. : Composées
Plante vivace, capable de vivre une dizaine
d'années; très aromatique.
Taille : de 0,40 à 1 m. Tige duveteuse, grisvert argenté. Feuilles profondément découpées, soyeuses, vert-argent dessus, blanches
dessous. Fleurs (de juillet à septembre) :
petits capitules jaunes disposés en grappes.
L'Absinthe pousse dans les terrains secs,
pierreux, incultes de toute l'Europe, à
l'exception du nord.
Propriétés
Antiseptique, diurétique, emménagogue, fébrifuge, stimulante de l'appétit, tonique,
vermifuge.
Parties utiles
Feuilles et sommités fleuries.
Quand et c o m m e n t l'utiliser
e Pour ouvrir l'appétit (l'absinthe est un
puissant tonique stomachique) en cas de
convalescence, fatigue, anorexie, etc. :
Absinthe
- vin ou bière de plante : 1 verre à liqueur
chaque jour, avant le repas de midi (PI).
e Comme vermifuge (oxyures et ascaris) :
- poudre de feuilles et de sommités fleuries :
2 à 3 g à jeun pendant 5 jours, ou
- huile d'absinthe : 2 cuillerées à café par
jour (P2).
e Pour lutter contre l'aménorrhée, notamment des jeunes filles :
- vin d'absinthe : 1 verre à liqueur par jour
(P 1) ou
- teinture : 20 gouttes 2 fois par jour, avant
les repas, à absorber dans une boisson sucrée
(P 3).
e Pour éviter les piqûres d'insectes (moustiques, abeilles) : infusion en friction (P 4).
Et aussi :
• Pour éloigner les mites des placards.
• Comme insecticide naturel contre le puceron du Rosier.
Préparations
1 Verser 1 1 de bon vin blanc sec sur 30 g de
feuilles et de sommités fleuries séchées,
laisser macérer 1 nuit à température chaude
(30 °C), ou 4 jours à température ambiante;
filtrer.
2 Faire macérer pendant 10 jours 60 g de
feuilles et de sommités fleuries fraîches dans
500 g d'huile d'olive.
3 Faire macérer pendant 24 h, 30 g de feuilles
sèches d'Absinthe dans 60 g d'alcool à 60°,
passer; filtrer.
4 Faire infuser 10 mn, 15 g de feuilles séchées
dans 1 1 d'eau.
Attention
- Il ne faut jamais prolonger un traitement à
l'absinthe, sous peine de troubles digestifs et
nerveux.
- La plante est déconseillée pendant la
grossesse et aux femmes allaitantes, ainsi
qu'« aux personnes nerveuses, de tempérament sanguin ou souffrant de troubles
digestifs ».
Absorbante
Une plante est dite absorbante lorsqu'elle
absorbe les gaz intestinaux (voir : Météorisme) ou les liquides des plaies (voir :
Brûlure). Ainsi le Peuplier noir, dont le
charbon est un excellent absorbant des gaz
intestinaux.
Acanthe
Acanthus mollis L.
Fam. bot. : Acanthacées
Plante vivace, robuste et très élégante.
Taille : de 0,40 à 1,50 m. Tige dressée.
Feuilles très grandes, très découpées, molles.
Fleurs (en été) blanches striées de rose,
groupées en épis, et munies de bractées
épineuses.
Rare à l'état sauvage, cultivée comme plante
ornementale, l'Acanthe pousse dans toute
l'Europe méditerranéenne.
Propriétés
Émolliente, mucilagineuse, vulnéraire.
Parties utiles
Fleurs.
Quand et comment l'utiliser
e En cas d'inflammation de la gorge :
- tisane-décoction en gargarismes (P 1).
e Contre les irritations intestinales et la
diarrhée :
- tisane-infusion : 1 tasse par jour en 2 prises
(P 2).
e Sur les brûlures superficielles :
- cataplasme de feuilles fraîches écrasées
(laver soigneusement la plante avant de
l'utiliser).
e Sur les ecchymoses :
- cataplasme de feuilles cuites à l'eau et
écrasées.
e Sur les piqûres d'araignées :
- frictionner avec des feuilles fraîches.
Préparations
1 Faire bouillir 5 mn, 15 g de fleurs séchées;
laisser infuser 10 mn.
2 Faire infuser 10 mn, 10 g de feuilles séchées
pour 1 1 d'eau; filtrer.
Accouchement
► Voir : Sauge (P 2), Retour de couches.
A c é t o n e (crise d')
► Voir : Acétonémie.
Acétonémie
Élévation du taux des corps cétoniques dans
le sang. L'acétonémie se rencontre fréquemment chez le petit enfant lors d'épisodes
fébriles ou d'embarras gastriques. L'enfant a
une haleine à l'odeur très caractéristique de
pomme de reinette; il vomit facilement. C'est
ce que l'on appelait autrefois « la crise
d'acétone ».
En attendant le médecin, il faut alcaliniser :
- avec de l'eau de Vichy source des
Célestins (1/2 verre, 3 fois par jour) ou
- avec 1 pincée de bicarbonate de soude
dans 1/2 verre d'eau, 3 fois par jour.
► Voir : Foie.
Ache
Apium Graveolens L.
Fam. bot. : Ombellifères
Plante lisanuelle (c'est le céleri sauvage).
Taille : de 30 à 90 cm. Tige très cannelée.
Feuilles épaisses, luisantes, vert foncé, divisées en triangles dentelés. Fleurs blanches
(de juillet à septembre) en petites ombelles.
Fruits petits, globuleux, gris.
L'Ache pousse dans les terrains humides,
Ache
salés (souvent à proximité des marais salants)
en Europe.
Propriétés
Diurétique, stimulante, résolutive.
Parties utiles
Feuilles, fruits, racines.
Quand et comment l'utiliser
e Contre les calculs rénaux et biliaires :
- décoction : 2 tasses par jour (P 1).
e Contre le teint brouillé :
- 3 tasses par jour pendant 10 jours (PI).
e En cas d'albuminurie :
- tisane-décoction : 3 tasses par jour (P 1).
e Contre les rhumatismes inflammatoires :
- tisane-infusion : 2 tasses par jour pendant
3 semaines (P 2).
e Contre le météorisme :
- tisane-infusion : 1 tasse après les repas
(P 3).
• Contre la toux :
- tisane-décoction (P 1).
e Sur les ecchymoses :
- cataplasme de feuilles fraîches écrasées.
Préparations
1 Faire bouillir 10 mn, 30 g de racines séchées
dans 1 1 d'eau. Laisser infuser 10 mn.
2 Faire infuser 10 mn, 70 g de feuilles séchées
pour 1 1 d'eau bouillante.
3 Faire infuser 10 mn, 30 g de fruits secs pour
1 1 d'eau.
Achillée millefeuille
Achillea millefolium L.
Fam. bot. : Composées
Plante vivace, herbacée, à odeur aromatique.
Taille : de 30 à 70 cm. Tige dure, sillonnée.
Feuilles à multiples découpures (d'où son
nom), longues et molles. Fleurs roses ou
blanches (de mai à octobre).
L'Achillée millefeuille pousse dans les prés,
sur les bords des chemins, en Europe et en
Afrique du Nord.
Propriétés
Antiseptique, cicatrisante, antispasmodique,
emménagogue, tonique.
Parties utiles
Plante entière, feuilles, graines, sommités
fleuries.
Quand et comment l'utiliser
• Pour améliorer la circulation sanguine :
- tisane-infusion : 2 tasses par jour entre les
repas (P 1).
e Contre les troubles sanguins de la ménopause (irrégularités du cycle, saignements...) :
- infusion : 3 tasses par jour (P 1).
e Comme tonique, apéritif :
- vin : 1 petit verre avant les repas (P 3).
e Contre les douleurs articulaires :
- pommade (P 4).
e Contre l'acné :
- tisane-infusion : 3 tasses par jour entre les
repas, dont 1 à jeun (P 5).
e Pour calmer les douleurs hémorroïdaires :
- compresses de décoction (P 2).
e Pour aider au traitement de la cellulite :
- tisane-infusion sédative : 1 tasse 3 fois par
jour entre les repas, dont 1 à jeun (P 6).
e Sur une plaie superficielle :
- cataplasme de feuilles crues écrasées.
Et aussi :
e Pour activer la pousse des cheveux :
- friction et massage quotidiens de décoction
(P7).
e Pour les peaux grasses :
- lotionner avec l'infusion (P 8).
A noter :
Ne pas utiliser de récipient de fer pour la
conservation (noircit vite et perd arôme).
Préparations
1 Faire infuser 10 mn, 40 g de sommités
fleuries séchées pour 1 1 d'eau bouillante.
2 Faire bouillir 10 mn, 50 g de sommités
fleuries fraîches dans 1 1 d'eau.
3 Faire macérer 50 g de sommités fleuries
fraîches dans 1 1 de vin blanc.
4 Mélanger 15 g de suc frais à 15 g de
saindoux.
5 Faire infuser 10 mn, 20 g de fleurs ou de
feuilles séchées dans 1 1 d'eau bouillante.
6 Faire infuser 10 mn, 50 g de sommités
fleuries séchées dans 1 1 d'eau bouillante.
7 Faire bouillir 10 mn, 50 g de plante entière
hachée dans 1 1 d'eau.
8 Faire infuser 10 mn, 50 g de sommités
fleuries séchées dans 1 1 d'eau bouillante.
Acné
Excès de la sécrétion de sébum qui s'infecte
très facilement. L'acné frappe surtout les
adolescents (principalement au visage et sur
le dos). Seul un traitement médical bien
conduit parvient à contrôler la secrétion
séborrhéique.
• Pour un traitement à usage unterne, voir :
- Achillée millefeuille, P5, Bardane P1
Oseille P1-P2, Prunellier P 1, Pensée sauvage P 1.
• Pour un traitement à usage externe, voir :
- Bardane P 2, Bruyère P1, Lavande, Pensée sauvage P 1, Saponaire P 1.
Aconit
Aconitum napellus L.
Fam. bot. : Renonculacées
Contre-indication à l'automédication :
e Plante toxique
- Réservée à l'usage médical.
Aconit
Acore odorant
Acorus calamus L.
Fam. bot. : Aracées
Plante vivace, odorante, ressemblant à un
roseau.
Taille : de 0,50 à 1,50 m. Feuilles étroites, en
fourreau d'épée, issues de la racine et non
d'une tige, rougeâtres à la partie inférieure.
Fleurs (de mai à août) petites, vert-jaune,
groupées serrées en épi latéral d'une longueur de 7 à 8 cm. Rhizome horizontal épais,
vert brûnâtre.
Plante aquatique des étangs et des ruisseaux
calmes. Originaires d'Asie, l'Acore odorant
est assez répandu en Europe centrale, mais
rare en France, sauf dans le nord du Jura.
Propriétés
Diaphorétique, emménagogue, hémostatique, stimulant aromatique.
Parties utiles
Rhizomes.
Quand et comment l'utiliser
e Contre les digestions difficiles :
- tisane-infusion : 1 tasse après le repas,
2 fois par jour (P )
e Comme tonique apéritif contre le manque
d'appétit) :
- tisane-infusion : 3 tasses par jour (P 2 ou
P3).
e Pour aider à l'élimination de l'acide urique
(goutte) :
- tisane-infusion : 2 verres à liqueur par jour
(P 1)
e En cas de nausée digestive :
- tisane-décoction : 1 tasse (P2).
e Contre le météorisme :
- poudre (en pharmacie) : 1 g dans 1 cuillerée de miel après le repas.
e Contre les douleurs rhumatismales :
- frictions à l'huile.
Et aussi :
• Pour protéger les fourrures contre les
attaques d'insectes :
- saupoudrer les vêtements avec de la
poudre de rhizome.
Préparations
1 Laisser infuser 10 mn, 10 g de rhizomes
séchés pour 1 1 d'eau.
2 15 g de rhizomes secs dans 1 1 d'eau froide;
laisser refroidir.
3 Vin d'acore : faire macérer 100 g de
rhizomes frais pendant 8 jours dans 1 1 de
vin, 1 verre à bordeaux avant le repas.
4 Liqueur : 100 g de rhizomes frais + 500 g
d'alcool + 500 g d'eau; laisser macérer 1
semaine en agitant fréquemment; puis
filtrer 1 verre avant ou après le repas).
Acouphène
Ce terme désigne des sensations auditives
diverses (bourdonnements, sifflements, tintements...), souvent désagréables, qui ne
proviennent pas d'un son réel émis à
l'extérieur. Les acouphènes nécessitent un
examen médical approfondi (examen O.R.L.
et exploration des vertèbres cervicales).
► Voir : Ballote P 1, Calament P 1, Mélisse
P Verveine odorante P 2.
Le traitement des acouphènes relève de la
pratique médicale; il met en œuvre d'autres
plantes que nous avons volontairement omis
de mentionner du fait de leur toxicité.
Adénite aiguë
Inflammation aiguë des ganglions.
► Voir : Chou P3, Oignon P5.
Adonis
Adonis vernolis L.
Fam. bot. : Renonculacées
Contre-indication à l'automédication
e Plante toxique
- Réservée à l'usage médical.
Adoucissante
On dit qu'une plante est adoucissante
lorsqu'elle adoucit la peau et les muqueuses, et facilite l'expectoration.
Ainsi : le Chiendent, la Guimauve, la Rose
trémière, la Violette, etc.
► Voir : Cicatrisation.
Adynamie
Marque dynamisme dû à un excès de
fatigue. Il faut toujours 'en rechercher la
cause avec le plus grand soin.
► Voir : Asthénie.
Aérocolie
Présence excessive d'air dans les intestins
due le plus fréquemment à des fermenta-
tions intestinales excessives à une colite
spasmodique d'origine nerveuse le plus
souvent.
► Voir : Fermentations intestinales, Météorisme, Spasmophilie.
Aérophagie
Ce terme (au sens étymologique : action de
manger l'air) désigne l'accumulation d'air
dans l'estomac. On la rencontre chez des
sujets anxieux, nerveux (voir : Spasmophilie).
► Voir : Aneth odorant P 2, Angélique P1P 2-P 3, Anis vert P 2, Basilic P1, Calament
P2, Carvi, Coriandre, Cumin P 1, Estragon
P 1, Fenouil sauvage P 1, Germandrée petit
chêne P 2, Marjolaine P 2, Menthe poivrée
P 2, Oranger P 3, Origan P 1, Réglisse P1,
Tanaisie P 2, Véronique officinale P 2.
Mélange spécifique
Laisser infuser pendant 10 mn, un mélange
de graines d'Anis vert, d'Angélique archangélique, de Carvi et de Cumin : 5 g de
chaque plante pour 1 1d'eau bouillante.
Boire chaud : 2 tasses par jour avant les
repas.
Age critique
► Voir : Ménopause, Andropause.
Agripaume
Léonurus cardiaca L.
Fam. bot. : Labiées
Plante vivace. Tige rectiligne à section
carrée. Feuilles très découpées, vert foncé
dessus, vert cendré dessous. Odeur forte et
nauséabonde.
L'Agripaume pousse dans les terrains incultes, les bois, les haies, les ruines... de
toute l'Europe sauf dans les régions méditerranéennes (plante d'ombre).
Propriétés
Antispasmodique, sédative cardiaque, adoucissante et cicatrisante cutanée, expectorante
et adoucissante bronchique.
Parties utiles
Sommités fleuries fraîches.
Quand et c o m m e n t l'utiliser
e Contre les palpitations et les troubles du
rythme cardiaque :
Au moment de la crise :
- P 2, 1 bol à renouveler au besoin 1/2 h plus
tard.
En traitement de fond :
- P I , 1 bol après les 2 principaux repas.
e En cas d'aménorrhée ou de règles pénibles :
-
P 3,
1 bol
matin
et soir du
14e a u 24e j o u r
du cycle (le 1er jour du cycle étant le 1er jour
des règles précédentes).
e En cas de ballonnement, météorisme ou
diarrhée :
- P I , 1 bol matin et soir après les repas,
pendant 10 jours.
e Pour faciliter l'expectoration en cas de
bronchite légère :
- P 3, 1 bol matin et soir pendant 10 jours.
e Pour activer la cicatrisation d'une plaie
superficielle :
- en cataplasme. Changer le pansement
2 fois par jour.
Préparations
1 Faire infuser 10 mn, 25 g de sommités
fleuries dans 1 l d'eau bouillante.
2 Faire infuser 15 mn, 50 g de sommités
fleuries dans 1 1 d'eau bouillante.
3 Faire infuser 15 mn, 35 g de sommités
fleuries dans 1 1 d'eau bouillante.
4 Faire bouillir 15 mn, 80 g de sommités
fleuries dans 1 1 d'eau; laisser infuser
10 mn.
Aigremoine
Agrimonia eupatoria L.
Fam. bot. : Rosacées
Plante vivace, herbacée, très commune.
Taille : de 40 à 60 cm. Tige cylindrique,
rougeâtre, velue. Feuilles grandes et grisâtres. Fleurs (de juin à septembre) très
nombreuses, jaunes, petites et groupées en
épi allongé. L'Aigremoine pousse dans les
terrains incultes, les bois, les haies de toute
l'Europe et en Afrique du Nord.
Propriétés
Astringente, cicatrisante, diurétique, vulnéraire.
Parties utiles
Feuilles, sommités fleuries.
Quand et comment l'utiliser
e Contre les maux de gorge :
- gargarisme de décoction : 1 1 par jour
(P 1).
e Contre l'enrouement :
- gargarismes de décoction concentrée,
2 fois par jour (P 2).
e Contre l'irritation intestinale et la diarrhée :
- infusion : 2 tasses par jour (P 3).
e Comme adjuvant au traitement de l'obésité (action diurétique) :
- tisane-infusion : 3 tasses par jour (P 3).
e Pour la cicatrisation des plaies superficielles :
- lavage avec décoction (P4).
• Sur ecchymoses et contusions :
- compresses de décoction chaude (P5).
A noter
Infusion rose d'un goût agréable.
Préparations
1 Faire bouillir 2 mn, 50 g de feuilles séchées;
laisser infuser 5 mn; filtrer très soigneusement; sucrer au miel.
Aigremoine
2 Faire bouillir 4 mn, 100 g de feuilles séchées
dans 1 1 d'eau.
3 Faire bouillir 30 g de fleurs et de feuilles
séchées dans 1 1 d'eau; laisser infuser 1/4 h.
4 Faire bouillir pendant 10 mn, 80 g de
feuilles et de sommités fleuries.
5 Faire bouillir pendant 15 mn, 100 g de
feuilles séchées dans 1 1 d'eau; laisser
infuser 5 mn; filtrer.
Aigreur d'estomac
► Voir ; Anis vert P 1, Acore odorant P 1,
Baies de genièvre P 1, Basilic P 2, Camomille romaine P 2 (1 tasse avant chaque repas),
Menthe P 1 (2 tasses par jour après les
repas), Grande Consoude P2, Prêle P 2 (2
tasses par jour avant les repas), Réglisse
P 2 (3 tasses par jour en cures discontinues),
Sauge P 3 (2 tasses par jour).
Dans les cas non précisés, prendre après
les 2 principaux repas.
Et aussi...
e Charbon de Peuplier :
- 2 cuillerées à café dans 1/2 verre d'eau
après les 3 repas.
e Argile alimentaire verte :
- 1 cuillerée à café dans 300 cc d'eau.
Préparer la veille, laisser l'argile reposer, et
boire l'eau argileuse, à raison de 100 cc aux
3 principaux repas. (Pas d'utilisation prolongée sans surveillance médicale.)
En cas de persistance des aigreurs, consulter le médecin.
Ail
Allium sativum L.
Fam. bot. : Liliacées
Plante vivace par son bulbe. Odeur forte et
piquante.
Taille : de 30 à 50 cm. Feuilles allongées et
plates. Fleurs en ombelles blanches ou roses.
Bulbe renflé à caïeux (gousses).
Originaire d'Asie centrale, très ancienne-
ment introduit en Europe, l'ail est cultivé
dans toutes les régions tempérées.
Propriétés
Antiseptique, cardiotonique, hypotenseur,
stimulant, tonique, vermifuge, antispasmodique, antiagrégant plaquettaire.
Partie utile
Bulbe.
Quand et comment l'utiliser
e Pour la circulation sanguine :
- manger de l'ail cru ou cuit.
e Pour les artères :
- tisane-décoction (P 1).
e Contre l'hypertension :
- sirop : 3 cuillerées à soupe par jour (P 2).
e Pour soulager les difficultés respiratoires :
- tisane-décoction : 2 tasses par jour (P3).
e Contre la coqueluche :
- sirop : 2 cuillerées à soupe par jour (P 4).
e Contre les parasites intestinaux, pour
adultes :
- cure de macération : 1 tasse chaque matin
à jeun pendant 21 jours (P 5).
• Contre les calculs rénaux :
- tisane-décoction : 1 tasse par jour (P6).
e Pour activer la cicatrisation des ulcères de
jambes :
- lotionner au vinaigre d'ail P7.
e Pour accélérer le mûrissement d'un abcès :
- compresses au suc frais d'ail.
e Piqûres d'insectes :
- frotter la piqûre avec une gousse d'ail.
e Contre l'action néfaste du tabac :
- manger de l'ail cru.
Attention
- Ne pas employer chez les enfants sans avis
médical.
- Ne pas donner aux femmes qui allaitent.
- Utiliser très modérément en cas d'irritations du tube digestif.
- Contre-indiqué en cas de maladies de
peau.
Préparations
1 Faire bouillir 5 mn dans 1 tasse de lait,
2 gousses épluchées et écrasées.
2 Faire bouillir 30 mn, 20 g d'ail et 40 g
d'eau; passer en pressant; ajouter le même
poids de sucre.
3 Couper 1 gousse en petits morceaux; faire
bouillir 15 mn dans 1/2 1 de lait; passer;
sucrer.
4 Faire infuser 15 mn, 100 g de bulbes
écrasées dans 200 g d'eau bouillante;
passer; ajouter le même poids de sucre.
5 Râper 3 gousses; mettre à macérer 12 h
dans 1 tasse de lait.
6 Faire bouillir 5 mn, 3 gousses écrasées dans
1 tasse de lait; passer.
7 Faire infuser à couvert, p e n d a n t 30 mn, 25
gousses écrasées p o u r 1 1 d'eau.
Quand et comment l'utiliser
e Comme diurétique et antiseptique en cas
d'inflammation douloureuse de la vessie :
- tisane-décoction : 4 tasses par jour (PI).
e Comme sudorifique en cas de crise de
goutte :
- tisane-décoction : 3 tasses par jour (PI).
e Contre les douleurs rhumatismales :
- tisane-décoction : cure de 10 jours, 2
tasses par jour (P 1).
Airelle
Airelle
Vaccinium vitis idaea L.
Fam. bot. : Éricacées
Sous-abrisseau vivace aux fruits caractéristiques.
Taille : de 20 à 50 cm. Tige couchée, ronde, à
rameaux dressés. Feuilles persistantes, luisantes, dures, vertes dessus et blanchâtres
dessous. Fleurs blanches ou roses (de mai à
juillet) groupées en grappes terminales pendantes. Fruits (baies) petits, à forme et
couleur de cerise.
L'Airelle pousse en montagne, dans les
landes et les forêts de conifères de toute
l'Europe à l'exception des régions méditerranéennes.
Propriétés
Anticolibacillaire, antidiabétique, antiseptique, astringente.
Parties utiles
Feuilles, fruits, plante entière.
Préparation
1 Faire bouillir 5 mn, puis laisser infuser
10 mn, 30 g de plante entière dans 11 d'eau.
Albuminurie
Présence d'albumine dans les urines. Ce
symptôme doit absolument être soumis au
diagnostic et au traitement d'un médecin.
Néanmoins, on peut user d'un certain
nombre de plantes comme adjuvants au
traitement médical.
► Voir : Ache P1, Bruyère P 2, Panicaut
P1, Pariétaire P1, Piloselle P1, Tilleul P 4,
Vergerette du Canada P 1, Verge d'or P 2.
Et aussi la phytothérapie alimentaire...
e Fèves : faire bouillir 12 mn, 100 g de
gousses vertes dans 1 1d'eau; laisser infuser
10 mn;
- boire 150 cc matin et soir, de préférence
loin des repas pendant 20 jours. Arrêter
20 jours et reprendre.
e Haricots en grains : faire bouillir 50 g de
grains dans 1 1d'eau pendant 15 mn; laisser
infuser 1 h;
- boire 100 cc de 3 à 5 fois par jour de
préférence loin des repas pendant 30 jours.
Arrêter 20 jours et reprendre.
e Maïs : faire bouillir 50 g de stigmates dans
1 1 d'eau pendant 5 h; laisser infuser 1/4 h;
- boire 1 1 par jour en prises fractionnées
pendant 20 jours. Arrêter 20 jours et
reprendre.
• Groseilles à maquereau : prendre 150 g
de jus frais à jeun et vers 19 heures. (Cure
de 10 jours par mois.)
e Oignons : alimentation riche en Oignons
frais.
Propriétés
Antidiarrhéique, anti-inflammatoire, astringente, tonique, vulnéraire.
Parties utiles
Plante entière, sauf la racine.
Quand et c o m m e n t l'utiliser
e Contre les maux de gorge :
- tisane-décoction en gargarismes : 1 1 par
jour (PI).
e Pour son action sédative :
- tisane-infusion : 3 tasses par jour (P2).
e En cas de règles douloureuses :
- tisane-infusion : 2 tasses par jour pendant
1 semaine avant la date d'apparition des
règles (P 2).
e Contre les troubles sanguins et circulatoires de la ménopause :
- tisane-décoction (P3).
e Contre les irritations intestinales et la
diarrhée :
- vin d'Alchémille (infusion chaude au vin) :
1 verre par jour (P 4).
e Contre le météorisme :
- tisane-infusion : 1 tasse après chaque repas
(P 2).
Préparations
Alchémille
Alchemilla vulgaris L.
Fam. bot. : Rosacées
Plante vivace, identifiable à la rosée abondante recueillie durant la nuit par ses grandes
feuilles.
Taille : de 10 à 40 cm. Tige grêle, vert clair
teinté de rouge. Feuilles grandes, presque
rondes, à lobes dentés. Fleurs (de mai à
octobre) jaune verdâtre, très petites, sans
pétales'et groupées en corymbes.
L'Alchémille pousse dans les pâturages
humides, les bois, les clairières de toute
l'Europe à l'exception des régions méditerranéennes.
1 Faire bouillir 100 g de feuilles séchées dans
1 1 d'eau; laisser infuser 10 mn; sucrer au
miel.
2 Faire infuser 10 mn, 30 g de feuilles et de
tiges séchées dans 1 1 d'eau.
3 Faire bouillir 10 mn, 30 g de feuilles séchées
dans 1 1 d'eau; laisser infuser 5 mn.
4 Faire infuser 10 mn, 10 g de plante entière
fraîche ou séchée dans 1/4 1 de vin
bouillant.
Alcoolisme
Intoxication chronique par abus de boissons
alcoolisées (voir : Ivresse). Les symptômes
en sont très variés. Si seul le traitement
médical doit être pris en considération, on
peut néanmoins noter :
1. Le rôle non négligeable d e s glands de
Chêne
• Faire infuser pendant 10 mn la valeur de 1
pointe de couteau de poudre de glands de
Chêne dans un bol d'eau bouillante :
- à boire à la fin des 2 principaux repas.
(Durée du traitement : 2 mois. Pose de
20 jours et reprendre.)
anguleuse, légèrement velue. Feuilles ovales
et pointues. Fleurs blanches (de mai à
octobre), dont le calice se gonfle progrèssivement en vessie côtelée de couleur rouge
orangé vif.
L'Alkékenge pousse en terrain sec, notamment dans les régions de vignobles, en
Europe méridionale.
2. Le rôle primordial de la phytothérapie
alimentaire
e Poireau : faire bouillir 8 poireaux dans 1 1
d'eau pendant 90 mn :
- boire 200 cc 3 fois par jour, de préférence
loin des repas. (Cures de 8 jours alternées
avec 8 jours de repos.)
• Chou : voir P 1-P 2.
• Chou-rouge : consommer des feuilles hachées menues, crues, en hors-d'œuvre (120 g
par jour).
e Oignon (lait d') : passer au mixer 1 kg
d'Oignons frais. Laisser macérer 1 journée
dans 1 1de lait demi-écrémé :
- boire 1 verre à madère de la préparation, 2
fois par jour. (Cures de 15 jours alternées
avec 15 jours d'interruption.)
e Persil :
- cure de Persil frais
ou décoction : mettre 40 g de feuilles de
Persil dans 1/2 1d'eau; faire bouillir 20 mn à
découvert; filtrer :
- prendre à jeun, 1 cuillerée à dessert par
jour. (Cures discontinues de 15 jours.)
ou infusion : mettre 3 g de graines de Persil
dans 1 bol d'eau bouillante :
- prendre tous les soirs au coucher. (Cures
discontinues de 20 jours.)
► Voir aussi : Passiflore P 1.
Propriétés
Diurétique, fébrifuge, uricolytique.
Alkékenge
Physalis Alkekengi L.
Fam. bot. : Solanacées
Plante vivace facilement identifiable par ses
fleurs en forme de lampion.
Taille : de 20 à 60 cm. Tige dressée,
Parties utiles
Baies, feuilles, tiges.
Quand et comment l'utiliser
e Comme apéritif, diurétique et dépuratif :
- vin macéré : 1 verre avant chaque repas
(P 2).
e Contre les calculs rénaux et biliaires :
- tisane-décoction : 1 1 par jour (P 1).
• Comme dépuratif, pour éliminer l'acide
urique (goutte) :
- tisane-décotion : 3 tasses par jour (P 1).
e Contre les douleurs rhumatismales :
- cure de tisane-infusion : 3 tasses par jour
(P 3) pendant 20 jours.
Préparations
1 Faire bouillir 5 mn, 30 g de baies séchées
dans 1 1 d'eau; laisser infuser 15 mn.
2 Faire macérer 8 jours, 100 g de baies
fraîches écrasées dans 1 1 de bon vin blanc
sec; filtrer; sucrer légèrement.
3 Faire infuser une poignée (50 g environ) de
baies séchées pendant 10 mn dans 1 1d'eau.
Allaitement
• Plantes augmentant la sécrétion lactée
(galactagogues) : Aneth odorant (P4), Anis
vert (P4), Carotte (P 1), Carvi (P4), Cumin
(P 1), Fenouil sauvage (P 3), Galéga (P 1),
Verveine officinale (P1).
• Plantes aidant à tarir la sécrétion lactée :
Aulne, Morgeline, Sauge (P2), Séneçon (en
cures discontinues).
Allergénique
On dit qu'une plante est allergénique lorsqu'elle peut provoquer des crises d'allergie.
Ainsi : l'Arnica, le Ginkgo.
► Voir : Eczéma.
Alliaire officinale
Alliaria officinalis
Fam. Bot. : Crucifères
Plante bisannuelle exhalant une odeur marquée d'ail.
Taille : de 40 à 80 cm. Tige dressée, feuillue.
Feuilles larges, en forme de cœur arrondi
pour celles du bas de la tige, pointu pour
celles du haut. Fleurs blanches (entre mars et
juin) rassemblées en grappes terminales.
L'Alliaire officinale pousse dans les lieux
frais et ombragés, les haies, dans toute
l'Europe à l'exception des régions méditerranéennes.
Propriétés
Antiputride, diurétique, expectorante.
Partie utile
Plante entière.
Quand et comment l'utiliser
e Contre les affections des bronches :
- tisane-infusion : 3 tasses par jour (PI).
e Sur les plaies superficielles :
- compresses de suc frais.
e Sur les gelures ulcérées et sur les plaies
pour accélérer la cicatrisation :
- pansements imbibés de lotion-décoction
(P 2).
A noter
- La plante doit être employée fraîche, car
elle perd une grande partie de ses qualités à
la dessication.
- On peut l'utiliser comme assaisonnement
pour les salades (fleurs et jeunes feuilles).
Alliaire officinale
Préparations
1 Faire infuser 50 g de plante entière fraîche
dans 1 1 d'eau.
2 Faire bouillir 15 mn, 100 g de plante entière
fraîche dans 1 1d'eau; laisser infuser 10 mn.
Amygdalite
Inflammation aiguë ou chronique des amygdales.
► Voir : Angines.
Analeptique
Alopécie
► Voir : Cheveu.
Amaigrissement
► Voir : Maigreur.
Aménorrhée
Absence des règles chez la femme non
ménopausée, souvent due à des facteurs
psychiques.
► Voir : Règles.
Amer
On dit qu'une plante est amère lorsqu'elle
stimule l'appétit. Ces plantes sont aussi le
plus souvent toniques, d'où leur dénomination de tonique-amer (voir ce mot) : ainsi
l'Absinthe et l'Armoise.
► Voir : Appétit.
Amnésie
Déficience partielle ou totale de la mémoire.
► Voir : Mémoire.
Ammi
Ammi majus L.
Fam. bot. : Ombellifères
Contre-indication à l'automédication
L'Ammi, même en infusion, peut être à
l'origine d'accidents de photosensibilisation :
risque de brûlures cutanées lors d'exposition
au soleil.
Une plante est dite analeptique lorsqu'elle
est stimulante. Par exemple :
- l'Aubépine est analeptique cardiovasculaire parce qu'elle stimule les fonctions
circulatoires et cardiaques;
- l'Hysope est analeptique respiratoire
parce qu'elle stimule la fonction respiratoire;
- le Romarin est analeptique cardiaque car
il tonifie la contraction du muscle cardiaque.
► Voir : Cœur, Poumon, Circulation.
Analgésique
Une plante est dite analgésique lorsqu'elle
diminue la douleur. Ainsi : l'Angélique, la
Colchique (toxique à forte dose), l'Ortie, le
Saule blanc.
► Voir : Douleur.
Ancolie
Aquilegia vulgaris L.
Fam. bot. : Renonculacées
Contre-indication à l'automédication
e Plante toxique.
- Réservée à l'usage médical.
Andropause
Ralentissement de l'activité physiologique
sexuelle chez l'homme. L'andropause s'accompagne généralement d'une diminution
des sécrétions hormonales : c'est l'âge
critique chez l'homme. Certaines plantes
prescrites sous contrôle médical donnent
des résultats intéressants.
► Voir : Eleuthéroque, Ginseng P 1.
Anémie
Diminution du nombre ou de la qualité des
globules rouges du sang.
► Voir : Absinthe P1, Asperge P 2, Aunée
P1, Carotte (manger 200 g de Carottes
râpées tous les jours, ou boire du jus de
Carotte centrifugé : 150 cc par jour), Centaurée P3, Chêne P3, Chou P1, Fenugrec,
Genèvrier P2, Gentiane P1-P3-P5, Houblon P 1, Lamier blanc P 2, Mélisse P 2 (1
verre à liqueur 2 fois par jour en cures
discontinues de 20 jours), Noyer (feuille) P 3,
Prêle P 3 (2 tasses par jour en cures
discontinues de 20 jours [la silice qu'elle
contient en quantité favorise la production
des globules sanguins]), Thym P 1 (1 tasse
par jour en cures discontinues de 30 jours).
Phytothérapie alimentaire
Pour lutter contre l'anémie : consommer des
Épinards crus en salade et cuits à la vapeur,
des Asperges râpées, du Persil en salade,
des Betteraves rouges crues ou râpées, du
Chou rouge râpé, des potages à l'Ortie et au
Poireau, des feuilles de Grande Patience
(très riche en fer), en salade ou cuites à la
vapeur, des Abricots, des Amandes, des
Pommes.
Anémone des bois
Anemone nemorosa L.
Fam. bot. : Renonculacées
Contre-indication à l'automédication
e Plante toxique.
- Réservée à l'usage médical.
Anémone hépatique
Hepatica nobilis
Fam. bot. : Renonculacées
Contre-indication à l ' a u t o m é d i c a t i o n
e Plante toxique.
- Réservée à l'usage médical.
Anémone pulsatille
Pulsatilla vulgaris
Fam. bot. : Renonculacées
Contre-indication à l ' a u t o m é d i c a t i o n
e Plante toxique.
- Réservée à l'usage médical.
Anémone pulsatille
Aneth odorant
Anethum graveolens L.
Fam. bot. : Ombellifères
Plante annuelle dont l'arôme prononcé rappelle (en moins agréable toutefois) celui du
fenouil avec lequel on la confond souvent.
Taille : de 20 à 50 cm. Tige striée et creuse,
vert bleuté. Feuilles divisées en lanières
filiformes. Fleurs jaunes (d'avril à juillet) en
ombelles. Fruits (septembre) côtelés minuscules (quelques millimètres de long).
L'Aneth odorant pousse dans les terrains
secs de l'Europe méridionale et d'Afrique du
Nord.
Propriétés
Antispasmodique, stomachique, carminative, résolutive.
Parties utiles
Graines.
Quand et comment l'utiliser
e Pour calmer les douleurs gastriques et les
coliques :
- tisane-infusion : 2 tasses par jour après les
repas (P 1).
e Contre l'aérophagie et le météorisme
intestinal :
- tisane-infusion : 1 tasse après le repas
principal (P 1).
e Contre le hoquet rebelle :
- tisane-infusion chaude (P3).
e Pour augmenter la sécrétion lactée chez la
femme qui allaite :
- tisane-infusion : 3 tasses par jour (P4).
A noter
- L'infusion d'Aneth est très aromatique et
agréable à boire.
- L'Aneth est un condiment fort apprécié.
On utilise ses feuilles hachées pour parfumer
les salades et ses graines pour aromatiser
certaines préparations de poissons, des vinaigres et des liqueurs.
Préparations
1 Faire infuser 10 mn, 8 g de graines séchées
dans 1 1 d'eau bouillante.
2 Faire infuser 10 mn, 30 g de graines séchées
dans 1 1 d'eau bouillante. Boire chaud.
3 Faire infuser 10 mn, 1 pincée (2 g environ)
de graines séchées dans 114 1 d'eau bouillante; ajouter le jus de 1/2 citron.
4 Faire infuser 10 mn, 50 g de graines séchées
dans 1 1 d'eau bouillante.
Angélique archangélique
Angelica archangelica L.
Fam. bot. : Ombellifères
Plante bisannuelle, haute, majestueuse, très
aromatique.
Taille : de 1 à 2,5 m. Tige très robuste,
rougeâtre, très ramifiée. Feuilles dentées,
vert-jaune, plus claires dessous que dessus.
Fleurs jaune verdâtre (de juin à août)
groupées en ombelles atteignant parfois
40 cm de diamètre. Fruits ovoïdes aplatis.
L'Angélique pousse à l'état sauvage mais est
aussi cultivée dans les régions ensoleillées
d'Europe du Nord.
Propriétés
Carminative, digestive, antispasmodique, expectorante, stimulante, tonique.
Parties utiles
Feuilles, racines, tiges, graines.
Quand et comment l'utiliser
e Comme tonique, stimulant de l'appétit
(anorexie, convalescence).
e Contre les troubles digestifs d'origine
nerveuse.
e Pour faciliter la digestion :
- infusion de racines (PI) : 1 tasse après
chaque repas;
- infusion de semences (P 2) : 2 tasses par
jour avant les repas;;
- vin (P 3) : 2 verres à liqueur par jour;
- liqueur (P 4) : 1 verre à liqueur avant
chaque repas.
e Pour lutter contre la fatigue des convalescents, en cas d'asthénie, de crampes :
- poudre de racines : 1/2 cuillerée à café
mêlée à de la compote ou de la confiture), 3
fois par jour.
e Contre les spasmes digestifs et les brûlures
d'estomac (pyrosis) :
- teinture de racine (P5) : prendre 20
gouttes, 4 fois par jour, sur un morceau de
sucre, ou dans une tisane sédative (tilleul par
exemple).
e Contre les affections pulmonaires et des
bronches :
- infusion de racines : 2 tasses par jour (P 1).
e Sur les ecchymoses, les contusions, les
ulcères :
- feuilles fraîches pilées en compresses.
e Sur les plaies superficielles : laver la plaie
avec la décoction (P6).
Angélique
archangélique
Préparations
1 Faire infuser 15 mn, 30 g de racines séchées
dans 1 1 d'eau.
2 Faire infuser 15 mn, 50 g de graines dans 1 l
d'eau.
3 Faire macérer 3 jours, dans un endroit
chaud, 50 g de feuilles et de racines fraîches
dans 1 1 de vin rouge; conserver en flacon
fermé.
4 Faire macérer ensemble 5 jours, 40 g de
tiges fraîches coupées en morceaux +
1 pincée de muscade + 1 pincée de cannelle
en poudre dans 1 1 d'alcool; mélanger
ensuite à un sirop fait avec 11 d'eau et 500 g
de sucre. Laisser reposer 1 semaine au frais
puis filtrer.
5 Hacher fin 100 g de racines fraîches, faire
macérer dans 1 1 d'alcool, dans un endroit
chaud, pendant 4 jours. Presser pour
exprimer le suc des racines; remettre à
macérer 4 jours; filtrer.
6 Faire bouillir 10 mn, 10 g de racines séchées
dans 1 1 d'eau.
Angine
Inflammation aiguë du pharynx, touchant
principalement les amygdales.
Toute angine nécessite une consultation
médicale et généralement un traitement
antibiotique pour éviter les complications.
Cependant, la phytothérapie peut être efficace comme traitement dit de terrain visant à
éviter les récidives en stimulant les défenses
de l'organisme. On peut donner en complément du traitement :
e En usage externe :
- faire des gargarismes 2 à 3 fois par jour.
Aubépine P 4, Acanthe P1, Aigremoine P1,
Alchemille P 1, Aulne P1-P2, Chêne P 4,
Guimauve P 2, Noyer P 1, Ronce P 2, Sarriette (faire bouillir 150 g de sommités
fleuries et de feuilles séchées dans 11 d'eau;
laisser macérer 20 mn.)
• En usage interne :
- le traitement est du ressort exclusif du
médecin.
Angoisse
État d'inquiétude indéfinissable qui peut aller
de la simple anxiété à l'angoisse accompagnée de troubles du système nerveux
végétatif (insomnie, fatigue au réveil, palpitations, douleurs abdominales).
Plusieurs plantes sont susceptibles de lutter
efficacement contre les sensations pénibles
d'oppression et de tension qui caractérisent
l'angoisse.
► Voir notamment : Aubépine P 1, Ballote
P1 (en cures discontinues de 20 jours),
Églantier P 1, Escholtzia P 1, Lotier cornicule
P 1, Marjolaine P 1, Tilleul P 1 -P 3-P 4, Passiflore P 1, Valériane P 1 - P 2 - P 3 - P 4 .
Anis vert
Pimpinella anisum
Fam. bot. : Ombellifères
Plante herbacée annuelle qui ressemble un
peu au Cerfeuil et exhale un arôme caractéristique.
Anis vert
Taille : de 20 à 60 cm. Tige fine et creuse vert
clair. Feuilles aux formes différentes selon
leur emplacement : trifoliées et dentelées au
bas de la tige, arrondies dans la partie
centrale, divisées en lanières au sommet.
Fleurs blanches, petites, disposées en ombelles. Fruits petits et ovoïdes.
Spontané dans les pays de la Méditerranée
orientale, l'Anis vert est cultivé dans toute
l'Europe.
Propriétés
Antispasmodique, carminatif, expectorant,
stimulant, stomachique.
Parties utiles
Semences sèches.
Quand et comment l'utiliser
e Pour calmer les spasmes et les crampes
gastriques :
- teinture : 10 gouttes sur un morceau de
sucre ou dans une infusion de tilleul, 2 fois
par jour (P1);
- poudre : 2 g 2 fois par jour à prendre dans
une cuillerée de miel ou délayée dans 1 petit
verre d'eau sucrée;
- infusion : 2 tasses par jour (P2).
e Contre l'aérophagie et le météorisme :
- tisane-infusion : 1 tasse après chaque repas
(P2);
- liqueur : 1 verre à liqueur après chaque
repas (P 3).
e Contre la toux spasmodique :
- tisane-infusion : 3 tasses par jour entre les
repas (P 2).
e Pour favoriser la sécrétion lactée chez la
femme qui allaite :
- tisane-infusion : 2 tasses par jour après les
repas (P 4).
Et aussi...
e Pour augmenter la blancheur de l'émail
des dents :
- poudre à utiliser en brossages 2 fois par
semaine.
A noter
Le goût fort agréable de l'infusion d'Anis
vert est très apprécié pour parfumer un grand
G
U
I
D
E
F
A
M
I
L
I
A
L
DE LA MEDECINE
PAR LES PLANTES
On a tendance à croire que tout ce qui vient de la nature
est bon, ce qui, évidemment, est une erreur : les champignons vénéneux sont là pour nous le rappeler.
L'engouement actuel pour les médecines dites douces
présente un double danger : l'automédication, avec ses
risques d'intoxication, qui sont loin d'être négligeables, et
la consultation médicale différée pour des maladies nécessitant un diagnostic précoce et la mise en œuvre d'un
traitement spécifique.
Conscient de ces problèmes, dont il peut constater chaque
jour les méfaits, le docteur Paul Belaiche a décidé d'écrire
ce guide à l'usage des familles. Guide pratique, et mise en
garde, sur la toxicité de certaines plantes, sur la manière
d'utiliser et, surtout, de doser celles qui peuvent être
bénéfiques à la santé. Chaque plante est analysée et son
mode d'emploi, quand elle n'est pas réservée à l'usage
médical, détaillé et parfaitement précisé pour éviter
surdosage et intoxication.
Informé, conscient des limites de l'automédication, le
consommateur pourra tirer des plantes médicinales un
maximum de bienfaits et, bien souvent, éviter le recours à
une médecine chimique trop brutale pour soulager les
"petits maux de tous les jours".
L'auteur : Le docteur Paul Belaiche est président fondateur
de l'Institut national de phytothérapie, où il enseigne depuis
quatre ans la médecine par les plantes. Il est responsable de
l'enseignement de la phytothérapie et des oligo-éléments à
la faculté de Médecine de Paris-Nord.
23.3653.5
82-X
95,00 FF TTC.
parents
,
Participant d’une démarche de transmission de fictions ou de savoirs rendus difficiles d’accès
par le temps, cette édition numérique redonne vie à une œuvre existant jusqu’alors uniquement
sur un support imprimé, conformément à la loi n° 2012-287 du 1er mars 2012
relative à l’exploitation des Livres Indisponibles du XXe siècle.
Cette édition numérique a été réalisée à partir d’un support physique parfois ancien conservé au
sein des collections de la Bibliothèque nationale de France, notamment au titre du dépôt légal.
Elle peut donc reproduire, au-delà du texte lui-même, des éléments propres à l’exemplaire
qui a servi à la numérisation.
Cette édition numérique a été fabriquée par la société FeniXX au format PDF.
La couverture reproduit celle du livre original conservé au sein des collections
de la Bibliothèque nationale de France, notamment au titre du dépôt légal.
*
La société FeniXX diffuse cette édition numérique en accord avec l’éditeur du livre original,
qui dispose d’une licence exclusive confiée par la Sofia
‒ Société Française des Intérêts des Auteurs de l’Écrit ‒
dans le cadre de la loi n° 2012-287 du 1er mars 2012.
Téléchargement