Telechargé par boussafsafmedamine

EOGD pratiqueconseil

publicité
1
CONSEILS POUR LA PRATIQUE DE L’ENDOSCOPIE
OESO-GASTRO-DUODENALE (E.O.G.D.)
COMITÉ D'ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE DE LA SOCIÉTÉ
FRANÇAISE D'ENDOSCOPIE DIGESTIVE (S.F.E.D.)
J.M. CANARD*, L. PALAZZO, H. FONTAINE, J. BOYER, R. DUMAS, J.
ESCOURROU, C. FLORENT, G. GAY, M. GREFF, JC. GRIMAUD, T.
HELBERT, J. LAPUELLE, JC LETARD, B. MARCHETTI, B. NAPOLEON, T.
PONCHON, JF. REY, D. SAUTEREAU, R. SYSTCHENKO, T. VALLOT.
L'endoscopie digestive est une technique dont les débuts remontent au XIXe siècle (1).
C'était alors un moyen diagnostique utilisé de façon exceptionnelle. Il y a une trentaine
d'années, l'exploration du tube digestif se faisait plus facilement par la radiographie transit baryté et lavement baryté. L'endoscopie oeso-gastro-duodénale (E.O.G.D.) et la
coloscopie étaient alors des examens difficiles à supporter. Le confort du patient a d'abord
été amélioré par les fibres optiques souples puis par l'anesthésie. Puis la qualité de
l'image a progressé (champ visuel plus large, meilleure sensibilité, définition) et est
apparue la vidéoendoscopie.
2
Progressivement l'endoscopie a remplacé la radiographie moins sensible moins spécifique
(2, 3, 4) et qui ne permet pas d'étude histologique directe. Après les appareils non
immergeables difficiles à désinfecter, sont apparus les endoscopes immergeables et
parallélement des procédures de désinfection efficaces ont été édictées.
Compte tenu du développement important de l'endoscopie moderne, plusieurs niveaux de
pratique de l'endoscopie ont été définis, (annexe 1) (5) inspirés des propositions de l'Union
Européenne des Médecins Spécialistes (U.E.M.S.) :
Niveau 1
- Endoscopie oesogastroduodénale
- coloscopie jusqu'au cæcum
- polypectomie
- techniques d'hémostase du tractus digestif supérieur
- techniques d'hémostase du tractus digestif inférieur
Niveau 2
- endoscopie thérapeutique (laser, dilatation...)
- cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (C.P.R.E. diagnostique et
thérapeutique c'est-à-dire papillotomie, extraction de calculs, prothèse).
- écho-endoscopie
- entéroscopie
Il convient d’établir des recommandations pour la réalisation de l’endoscopie digestive
haute en s’attachant plus précisément aux points suivants :
-
personnel médical et paramédical (formation initiale et continue, encadrement),
-
environnement (salle d’endoscopie, local technique…),
-
matériel (endoscope, petit matériel, imagerie),
-
nettoyage, désinfection, stérilisation et stockage,
-
sédation, anesthésie,
-
surveillance du patient avant, pendant et après l’examen,
-
informatisation de l’image, des données médicales,
-
communication avec le malade et les correspondants médicaux.
L’objectif de ces recommandations est d’uniformiser la qualité de l’exercice de
l’endoscopie digestive afin d’obtenir une acceptabilité, une sécurité et une efficacité
diagnostique et thérapeutique optimales.
Le groupe de travail a volontairement exclu du champ de ses recommandations les
indications.
3
1 - MÉTHODOLOGIE
Ces recommandations ont été élaborées par un groupe de travail au terme d'une analyse
de la littérature scientifique et après consultation des professionnels concernés (le texte a
été soumis à un groupe de lecture avant d'être finalisé).
Le groupe de travail comprenait un président (qui a dirigé le groupe et collecté les avis de
l'ensemble des membres), un chargé de projet (qui a collaboré directement avec le
président et a rédigé le document final afin de le proposer et de le discuter avec le groupe
de travail).
Le groupe de travail était constitué par les médecins hépatogastroentérologues (H.G.E.)
suivants :
Jean-Marc CANARD (H.G.E.), Président du groupe. Ancien Président de la S.F.E.D.
Paris.
Jean BOYER (H.G.E.), Ancien Président de la S.F.E.D. Angers.
Hélène FONTAINE (H.G.E.), chef de clinique, assistant des hôpitaux de Paris, chargée de
projet.
Jean LAPUELLE (H.G.E.), ancien secrétaire de la S.F.E.D. Toulouse.
Rémi DUMAS (H.G.E.), ancien membre du conseil d'administration de la S.F.E.D. Nice.
Laurent PALAZZO (H.G.E.), ancien président de la S.F.E.D. Paris.
Christian FLORENT (H.G.E.), ancien membre du conseil d'administration de la S.F.E.D.
Paris.
Thierry PONCHON (H.G.E.), président de la S.F.E.D. Lyon.
Denis SAUTEREAU (H.G.E.), ancien secrétaire général de la SFED.
Gérard GAY (H.G.E.), vice-président de la S.F.E.D. Nancy
Michel GREFF (H.G.E.), secrétaire adjoint aux affaires internationales de la S.F.E.D.
Président de l'U.E.M.S. Nice
Rémi SYSTCHENKO (H.G.E.), ancien membre du conseil d'administration de la S.F.E.D.
Lyon.
Le recueil des informations était basé sur une étude bibliographique exhaustive de la
littérature française et internationale par Medline et Excerpta Médica. Elle a identifié d'une
part les recommandations pour la pratique de l'endoscopie digestive, les conférences de
consensus et les revues de synthèse sur 10 ans en langue française ou anglaise. Elle a
été complétée par une recherche exhaustive des essais comparatifs en langue française
4
ou anglaise lorsqu'il s'agissait d'une mise à jour de recommandations déjà existantes.
Lorsque le thème ne permettait pas de se limiter à des essais comparatifs, la recherche
était élargie à toutes les études cliniques scientifiquement validées.
Une recherche spécifique sur 5 ans en langue française a été faite sur Pascal.
Cette bibliographie obtenue par voie automatisée a été complétée par une recherche
manuelle. Les sommaires des revues générales et des revues sur l'endoscopie pendant la
période du 1er janvier 1987 au 30 juin 1996 ont été consultés. Les listes de références
citées dans les articles déjà identifiés ont été consultées. Le chargé de projet et le
président ont utilisé des grilles de lecture destinées à apprécier la qualité méthodologique
et le niveau de preuves scientifiques de ces documents. Les documents ont été classés
selon les grilles en différentes catégories. Sur la base de cette analyse de la littérature, le
groupe de travail a proposé chaque fois que possible des recommandations. Ces
recommandations ont été fondées sur un niveau de preuves scientifiques, et en l'absence
de preuves sur un accord professionnel fort.
2 - FORMATION
2-1 - FORMATION DE L’HEPATOGASTROENTÉROLOGUE A L'ENDOSCOPIE
DIGESTIVE
L'endoscopie Digestive est un acte diagnostique et souvent thérapeutique qui implique la
parfaite maîtrise d'une technique de haut niveau et une connaissance approfondie de la
pathologie digestive. L'impératif de qualité ne peut être respecté que grâce à la
compétence et l'expérience de l’H.G.E. et de son équipe.
2-1-1-
LA
FORMATION
INITIALE
DE
L’HEPATOGASTROENTÉROLOGUE
A
L'ENDOSCOPIE EN FRANCE
La durée minimale actuelle de formation de l’H.G.E. exerçant l'Endoscopie Digestive est
de 10 ans après le Bac : 6 ans d'études médicales et 4 ans de diplôme d’étude spécialisée
(D.E.S.). Au cours de ce D.E.S. il acquière en C.H.U. au sein de l'équipe d'endoscopie
d'un service spécialisé, les bases de la pratique de l'Endoscopie Digestive de niveau 1
d'abord diagnostique (endoscopie oeso-gastro-duodénale, coloscopie totale) puis
thérapeutique (polypectomie, techniques d'hémostases).
5
2-1-2 LA FORMATION PERMANENTE DE L'HEPATOGASTRO-ENTÉROLOGUE
La haute technicité sans cesse renouvelée de l'endoscopie digestive, notamment
thérapeutique, ainsi que sa place privilégiée dans la conduite du diagnostic et de la
décision thérapeutique font obligation aux H.G.E. de suivre une formation permanente.
Cette formation permanente porte notamment sur la mise à jour des connaissances
concernant le matériel d'endoscopie, dont l'évolution est très rapide, et sur la maîtrise des
nouvelles techniques d'endoscopie diagnostique et thérapeutique.
Cette formation permanente, actuellement basée sur le volontariat, est assurée par la
spécialité. Elle comprend une participation, aussi importante que possible, à des congrès
régionaux, nationaux, internationaux, organisés par les sociétés scientifiques et par les
associations de formation continue de la spécialité, mais également des stages de
formation pratique par compagnonnage dans des centres experts ainsi que l’abonnement
à des revues spécialisées.
A l'avenir, la formation médicale continue en endoscopie des H.G.E. devra satisfaire aux
critères d'évaluation et d'accréditation en cours d'élaboration par les autorités de tutelles
sur proposition des sociétés scientifiques.
2-2- FORMATION DU PERSONNEL PARA MÉDICAL D'ENDOSCOPIE
Une équipe d'endoscopie digestive est composée d'un H.G.E. et d'un certain nombre de
collaborateurs. Chacun (e) de ces collaborateurs (trices) doit acquérir une formation
spécifique à la réalisation de l'acte endoscopique, et à l'utilisation d'un matériel fragile,
coûteux et en évolution constante.
2-2-1- L'AIDE ENDOSCOPISTE doit avoir une formation initiale spécifique concernant
chacun des domaines de son activité : préparation physique et psychologique du patient,
participation
technique
aux
gestes
d'endoscopies
en
particulier
d'endoscopie
thérapeutique, connaissance des risques liés à l'acte et au matériel, nettoyage et
désinfection des endoscopes, stérilisation des accessoires, entretien, commande, gestion,
stockage du matériel, etc ... La formation permanente de l’aide endoscopiste est
indispensable en raison de l'évolution des techniques d'endoscopie et du matériel. Les
infirmières d'endoscopie digestive ont créé le G.I.F.E. (Groupement des Infirmières pour la
6
Formation en Endoscopie) qui assure l'organisation de leur formation continue.
2-2-2- LE SECRÉTARIAT MÉDICAL doit aussi avoir une formation spécifique. Son rôle
est particulièrement important pour la programmation des rendez-vous et le rappel des
recommandations relatives à l'acte d'endoscopie et d'anesthésie. Il doit être suffisamment
informé des modalités de l'examen pour expliquer, rassurer et motiver le patient pour la
préparation à l'examen.
3 - SÉDATION ET ANESTHÉSIE DE L’E.O.G.D.
3-1- Justification et état des lieux
L'E.O.G.D. est vécue comme plus ou moins désagréable, parfois même insupportable par
les patients. L'agitation qui en résulte associée aux efforts de vomissements contribue à
rendre l'examen difficile, incomplet voire impossible et compromet les possibilités de le
répéter ultérieurement. Pour pallier ce type de réaction, le recours à une anesthésie
générale ou une sédation intraveineuse est possible. (6, 7, 8, 9).
Au cours de l'enquête nationale effectuée sur une semaine auprès de 739 gastroentérologues (36,9% libéraux, 27,5% hospitaliers, 35,6% mixte, 4.585 patients inclus) (8)
(9), la réalisation d'une sédation intraveineuse était significativement associée à une
meilleure acceptabilité de l' E.O.G.D. Le taux d'acceptation d'un nouvel examen dans les
mêmes conditions par les patients ayant eu et n'ayant pas eu de sédation était
respectivement de 90,2% et de 77,2% (p < 0,001). Enfin en cas de réalisation d'une
E.O.G.D., avec sédation intraveineuse, l'acceptabilité était meilleure après l'utilisation du
Propofol. Une autre étude (10) retrouve une différence significative dans l'acceptabilité de
l' E.O.G.D. et d'un examen ultérieur sous sédation intra-veineuse.
La sédation intraveineuse ou l'anesthésie générale sont particulièrement utiles lorsque le
patient est jeune (< 40 ans), de sexe féminin, fumeur, doté de réflexes nauséeux exagérés
(7), anxieux (utilisation régulière de Benzodiazépine) ayant eu une mauvaise expérience
préalable de l'E.O.G.D, ou ayant une pathologie prédictive d'endoscopies répétées, ou
devant bénéficier d'une endoscopie thérapeutique.
L'examen sous sédation intraveineuse ou anesthésie générale pourrait permettre une
meilleure exploration.
7
La sédation et l'anesthésie doivent pouvoir être proposées au patient par le médecin car
elles améliorent, le confort et l'acceptabilité de l' E.O.G.D. avec un faible taux de mortalité
(1 décès/20000) et de morbidité sous couvert d’une surveillance adaptée.
Le recours à la sédation intraveineuse et/ou à l'anesthésie générale est largement utilisé
au cours des E.O.G.D. En 1993, une enquête a montré que 36,6 % des E.O.G.D. étaient
réalisées sous anesthésie ou sédation intraveineuse (8, 9). Ce chiffre est très inférieur aux
90% rapportés en Angleterre (11) ou aux Etats Unis. Lorsqu'un anesthésique I.V. était
utilisé, l'anesthésiste était toujours présent. Lorsqu'il s'agissait d'une benzodiazépine
(Midazolam ou Diazépam) un anesthésiste n'était présent que dans 53 % des cas (étude
portant sur 4.585 patients). Aucun événement grave n'a été rapporté ; 8 événements
mineurs ont été signalés soit une morbidité de 0,18% (liés à l’anesthésie ou à la sédation
I.V.)
Plus récemment, l’enquête réalisée par la S.F.E.D. en 1998 (2 jours d’endoscopie en
France) a montré que des E.O.G.D. étaient réalisées sous anesthésie générale par un
anesthésiste dans 36% des cas, sous sédation intraveineuse par l’H.G.E. dans 6% des
cas, sans aucune anesthésie ou sédation dans 49% des cas. Aucun renseignement sur le
sujet n’était disponible dans 9% des cas (12).
3-2- MODALITES DE L’ANESTHESIE
Les modalités de l’anesthésie en endoscopie digestive ne sont pas différentes des
modalités de l’anesthésie pour les autres gestes. Elles sont définies par des textes
réglementaires et par des recommandations publiées par la Société Française
d'Anesthésie Réanimation (S.F.A.R.) (annexes 2, 3, 4, 5, 6, 7).
En ce qui concerne l’anesthésie des patients ambulatoires, ces modalités sont définies par
des textes réglementaires spécifiques et par des recommandations spécifiques publiées
par la S.F.A.R. (annexe 2).
Dans certaines indications, notamment la prise en charge d’une hémorragie digestive
active, l’intubation trachéale peut être utile.
Quant à la sédation pratiquée par un médecin non anesthésiste, sa pratique reste mal
codifiée. Bien qu'elle soit réalisée en France dans 6% des cas selon les résultats de
8
l'enquête 2 jours d'endoscopie en France, il n'y a pas actuellement de consensus. Les
recommandations de la S.F.A.R. stipulent que cette sédation intraveineuse est du ressort
du médecin anesthésiste réanimateur. La S.F.A.R. précise que ces recommandations
n'ont pas de caractère réglementaire. A l'instar de ce qui est réalisé dans les pays
étrangers (Angleterre, U.S.A.....), cette sédation intraveineuse réalisée par un médecin
non anesthésiste réanimateur est envisageable dans notre pays, si elle se réfère
précisément aux recommandations admises et publiées par les sociétés savantes
d'anesthésie et d'endoscopie de ces pays promoteurs (13).
Les textes insistent particulièrement sur la nécessité d'une formation spécifique, à
l'anesthésie réanimation, la présence dans la salle d’examen d'une autre personne
habilitée et la mise en place d'un environnement réglementaire apte à assurer une sécurité
optimale.
4- E.O.G.D. SANS ANESTHÉSIE
Bien que significativement moins bien acceptée et probablement moins fiable que sous
anesthésie ou sédation par voie veineuse, l'E.O.G.D. peut être réalisée sans anesthésie
dans les cas suivants :
- patients informés, ne souhaitant pas une anesthésie,
- patients ayant déjà eu une E.O.G.D. sans sédation avec une tolérance satisfaisante,
- accès difficile ou impossible à une prise en charge anesthésiologique et (ou) à une
structure entièrement sécurisée du point de vue anesthésiologique.
Certaines mesures peuvent contribuer à améliorer la tolérance de l'E.O.G.D. sans
anesthésie générale, ni sédation intra-veineuse :
- explications concernant le déroulement de l'examen fournies lors de la consultation et
reprises avant l'examen,
- abstinence tabagique dans les heures précédent l'E.O.G.D. chez le fumeur,
- anesthésie buccopharyngée,
- plus récemment ont été proposés : prise de benzodiazépines per os avant l'examen ;
utilisation d'endoscopes fins par voie buccale ou nasale. Cependant cette dernière
méthode n’a pas été comparée à l’endoscopie sous anesthésie en ce qui concerne la
tolérance, l’acceptance et la fiabilité..
La désaturation en oxygène qui peut s'observer chez certains sujets au cours de
9
l'E.O.G.D. (14) incite à recommander une surveillance par oxymètre de pouls et une
oxygénation pendant l'E.O.G.D. même si celle-ci est réalisée sans anesthésie ni sédation
intra-veineuse.
Malgré la rareté des complications, l'E.O.G.D. sans sédation par voie intra-veineuse doit
être réalisée dans des conditions de sécurité optimale qu’il s’agisse du personnel (aide
endoscopiste) ou du matériel (matériel de déchoquage et permettant la ventilation).
5
INFORMATION
PREALABLE
NECESSAIRE
A
LA
REALISATION
D'UNE
ENDOSCOPIE
Avant la réalisation de l'acte l'H.G.E. doit s'assurer :
- du bien fondé de l'indication,
- de l'absence de contre-indications,
- que le patient a reçu une information claire et loyale concernant le déroulement de
l’examen, ses bénéfices attendus et le risque de complication,
- des antécédents allergiques notamment à la xylocaïne ou au latex,
- de la prise éventuelle d'antiagrégants et d’anticoagulants,
- des principaux antécédents cardio-respiratoires,
-
de l'existence d'un éventuel risque de contamination par le prion :

Définition du malade suspect de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (annexe 8),

Définition du malade à risque de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (annexe 8),
(greffe de cornée, antécédents neuro-chirurgicaux, greffe de tympan, greffe de dure mère,
traitement par hormone de croissance extractive, antécédent familial au 1er degré maladie
de Creutzfeldt Jakob),

Circulaire DGS/DH n°100 du 11 décembre 1995 (annexe 9),

Circulaire DGS/DHOS/E2/2001/138 du 14 mars 2001 (annexe 10),
- que le patient est à jeun et n'a pas fumé.
6- MATÉRIEL
6-1- ENDOSCOPE
L'apparition de la vidéoendoscopie a vraisemblablement permis d'augmenter la sensibilité
10
de l'endoscopie digestive en améliorant la qualité de l'image, la résolution, la couleur, le
champ visuel, l'appréciation des distances (15).
Elle permet également l'enregistrement d'images (16,17) fixes ou dynamiques. La
conservation de ces images et leur reproduction autorise leur étude par plusieurs
observateurs [avis spécialisé (18), désaccord à propos de la séméiologie endoscopique
(19)], l’établissement d’un document de base pour le suivi entre 2 examens successifs et
participe à l’enseignement du personnel et des jeunes H.G.E.
Un autre avantage de la vidéo-endoscopie est le partage de l'information permettant à
l'aide endoscopiste la visualisation des lésions et du matériel optimisant ainsi les gestes
diagnostiques et thérapeutiques.
L'importance de l'investissement financier représenté par la vidéo-endoscopie est encore
actuellement un facteur limitant sa diffusion.
6-2- MATÉRIEL D’INSTRUMENTATION
Il comprend tout ce qui aide à la réalisation de l'E.O.G.D. et augmente sa rentabilité
diagnostique ou thérapeutique. Il s’agit des pinces à biopsies, des cathéters de lavage ou
de vaporisations des colorants, des aiguilles à sclérose, des systèmes de ligatures
élastiques, des sondes d'hémostase, des anses diathermiques...
7- BIOPSIES AU COURS DE L’E.O.G.D.
La réalisation de biopsies, afin d’obtenir une étude histologique, est une étape
fondamentale du diagnostic en hépatogastroentérologie et constitue une des raisons
majeures du choix de l’endoscopie comme méthode d’exploration du tube digestif
supérieur par opposition aux autres méthodes d’imagerie. Les biopsies sont indiquées
devant toute lésion macroscopique et dans certaines conditions pathologiques (recherche
d’hélicobacter
pylori,
existence
d’un
endobrachyoesophage)
ou
en
muqueuse
apparemment saine lors du bilan d’une diarrhée ou d’une macrocytose.
8- NETTOYAGE, DÉSINFECTION, STÉRILISATION ET STOCKAGE DU MATÉRIEL
D'ENDOSCOPIE
Le risque de transmission d’infections nosocomiales lié à l'endoscopie digestive n’existe
que si les procédures de désinfection et/ou de stérilisation ne sont pas rigoureusement
11
suivies. De 1988 à 1992, la Société Américaine d’Endoscopie Digestive (ASGE) a relevé
28 cas d'infections présumées liées à l'endoscopie digestive (20) et a pu en analyser en
détail les causes. Le risque, en tenant compte d’un chiffre estimé de 40 millions
d'endoscopies réalisées durant cette période, serait de 1 pour 1,8 millions d’actes
endoscopiques. Il s'agit donc d'un risque très faible qui pourrait être encore minoré
puisque ces 28 cas d'infections étaient pour la plupart liés, à des défauts de procédure de
désinfection (lavage manuel inadéquat, contamination des flacons de lavage, machine
automatique non validée, produit désinfectant inadapté, séchage imparfait des canaux
opérateurs). Durant cette période, aucun cas d'infection virale et notamment due au VHB
ou au VIH n'a été rapporté. Le seul cas bien documenté d'infection au VHB l'a été en 1983
(21). Cette contamination s'était faite par le canal air-eau qui n'avait pas été irrigué par une
solution de glutaraldéhyde.
En 1988 les sociétés d'endoscopie digestive américaine (ASGE) (22) britannique (23), de
même que la SFED en 1989 et la société américaine des infirmières d'endoscopie
digestive en 1990 (24), ont publié des recommandations concernant le lavage et la
désinfection des endoscopes.
Une conférence de consensus organisée lors du congrès mondial de gastroentérologie à
Sydney en 1990 a abouti à l'élaboration de recommandations concernant la désinfection
en endoscopie (25). Celles-ci insistent avant tout sur l'étape majeure qu'est la phase de
nettoyage (et écouvillonnage des canaux), qui précède la phase de désinfection avec le
glutaraldéhyde à 2 %. Cette étape est cruciale. Elle est d’ailleurs la seule à apparaître en
gras dans le texte des dernières recommandations de l'ASGE (26). Elle permet de réduire
considérablement la charge bactérienne et virale et de réduire le temps de trempage dans
le désinfectant. Ainsi la Food and Drug Administration (27) a accepté après relecture des
divers travaux scientifiques, de réduire le temps de contact (avec le glutaraldéhyde à 2 %)
à 20 mn au lieu des 45 mn initialement recommandé pour les mycobactéries.
Ce temps de trempage de 20 mn dans le glutaraldéhyde à 2% est celui recommandé dans
la circulaire ministérielle DGS/DH n° 236 de 1996 (annexe 11). Le VIH est détruit en 2 mn
(28) et le VHB en 5 mn (29, 30). Pour le VHC, des études sont en cours, mais les premiers
résultats semblent montrer qu'il est au moins aussi sensible que le VHB (31, 32, 33)
(annexe 12).
La réalisation de biopsies perendoscopiques a pu être un facteur de transmission du VHC
(34), mais le suivi rigoureux des procédures de stérilisation des pinces à biopsie ainsi que
de tout matériel annexe réutilisable élimine ce risque. (33) Un cycle de stérilisation de 134°
pendant 18 mn (circulaire DGS/DH n°100 de 1995) (annexe 9) pour le matériel
12
d’instrumentation a été recommandé pour prévenir les risques de transmission des
maladies à prion.
8-1- PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DESINFECTION DES ENDOSCOPES
(ANNEXE 13)
Tous les endoscopes doivent être étanches et immergeables pour pouvoir subir toutes les
phases du protocole de désinfection qu'il soit manuel ou automatique.
Le protocole comporte sept phases : un pré-traitement en salle d'endoscopie, une phase
de nettoyage, une phase de rinçage, une phase de désinfection, une phase de rinçage,
une phase de séchage, et une phase de stockage.
Ce protocole a fait l’objet d’une description détaillée dans la circulaire ministérielle
DGS/DH n°236 de 1996 (annexe 11) et dans la fiche de recommandations de la SFED
intitulée « la maintenance du matériel d’endoscopie ; entretien et désinfection publiée en
novembre 1989 et mise à jour en septembre 1994 et en mars 2000 (annexe 13). Afin de
répondre aux interrogations concernant la durée du nettoyage dans le détergent qui ne fait
pas l’objet d’une recommandation précise dans la circulaire ministérielle DGS/DH n°236
de 1996 (annexe 11), la SFED rappelle qu’il s’agit d’une phase de nettoyage actif et non
pas d’une phase de trempage si bien que sa durée doit être égale à la durée du nettoyage
de la gaine externe, la poignée de l’endoscope, de l’écouvillonnage de tous les canaux et
de l’aspiration répétée du détergent dans ces canaux. Les problèmes posés par
l’application de la circulaire DGS/DH n°236 du 2 avril 1996 ont fait l’objet d’une analyse
critique effectuée par le conseil d’administration de la SFED référencée en annexe 14 et
ont justifié la refonte et la publication par la SFED de recommandations pratiques pour la
mise en place de procédures de nettoyage et désinfection en endoscopie digestive en
mars 2000 (annexe 13).
Il est important de prendre en considération le fait que ces procédures indispensables
augmentent de manière significative le coût de fonctionnement de l'endoscopie : nécessité
d’une augmentation du parc de matériel, diminution de la longévité de ce matériel,
augmentation de la durée de travail du personnel, utilisation de consommables coûteux
(détergents, désinfectants, écouvillons, …), nécessité de procédures de protection du
personnel, …
Il est important également de prendre en considération le fait que le recours au matériel
d’instrumentation à usage unique s’accompagne d’une augmentation significative de ces
13
coûts de fonctionnement.
8-2- MACHINES AUTOMATIQUES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION
(ANNEXE 13)
Les machines automatiques pour le nettoyage et la désinfection sont de plus en plus
utilisées. Elles comportent un certain nombre d'avantages, avantages qui devraient faire
préférer cette procédure aux procédures manuelles, mais également un certain nombre
d’inconvénients.
Les avantages sont les suivants :
-
meilleure reproductibilité et contrôle des procédures de désinfection,
-
diminution du risque de contamination du personnel,
-
réduction de l’exposition du personnel aux aldéhydes,
-
meilleure disponibilité du personnel qui est ainsi libéré de tâches répétitives et
fastidieuses.
Les inconvénients sont les suivants :
-
allongement de la procédure de désinfection sans suppression complète de la phase
manuelle de nettoyage,
-
nécessité de l’utilisation exclusive des produits désinfectants avec lesquels la machine
a été validée,
-
risque de colonisation de la machine par des germes,
-
augmentation importante des coûts de fonctionnement (achat et maintenance).
Des recommandations lors de l’achat et lors de l’utilisation en routine de ces machines ont
fait l’objet d’une circulaire DH/EM1 n° 987262 du 15 juillet 1998 (annexe 15).
La SFED rappelle que les opérateurs doivent s’assurer que les machines sont munies d’un
système d’auto-désinfection.
8-3- PROTOCOLE DE TRAITEMENT DES ACCESSOIRES (ANNEXE 13)
1) Les pinces à biopsies, les anses diathermiques, les cathéters sont à usage unique ou
14
stérilisés. Lorsqu’il s’agit de matériel réutilisable, immédiatement après leur utilisation en
salle d'endoscopie, les instruments sont brossés et lavés avec un nettoyant
décontaminant. Ils sont ensuite mis dans un bac à ultrasons avec une solution de
nettoyant décontaminant durant 15 mn.
Puis ils sont rincés avec l'eau du réseau dont la qualité bactériologique et physicochimique
doit être contrôlée au moins mensuellement (annexe 16). Ils sont séchés à l’air médical
(annexe 17) puis mis en sachet pour stérilisation. La stérilisation consiste en un passage à
l'autoclave au minimum 2 bars à 134° durant 18 mn.
2) Les aiguilles à injection (circulaire DGS/DH n° 976922 du 18 août 1997, annexe 18), les
sondes thermiques et les systèmes de ligature élastique sont à usage unique.
3) Les parties démontables de l'endoscope (valves et pistons) suivent les mêmes
procédures que les endoscopes. Les bacs pour les procédures doivent être autoclavables.
Les écouvillons, les brosses et les flacons d'insufflation-lavage sont autoclavés.
Les procédures de traçabilité des mesures de désinfection concernant les endoscopes, le
petit matériel et le cycle de désinfection ou stérilisation doivent être observés
conformément à la directive de la circulaire DGS/US2-DH/EM1/EO1/97672 du 20 oct.
1997 (annexe 19).
L'observance stricte des procédures de nettoyage et de désinfection validées est une
exigence absolue. La S.F.E.D. rappelle que cette exigence a conduit à une réorganisation
complète du fonctionnement des blocs d’endoscopie digestive dont le coût sans cesse
croissant doit être pris en compte par les autorités de tutelles afin d’assurer leur pérennité.
9 LE PLATEAU TECHNIQUE D'ENDOSCOPIE DIGESTIVE (35)
L'aménagement du centre d'endoscopie répond à plusieurs objectifs :
- donner aux malades les meilleures conditions de sécurité et de confort,
- permettre aux médecins et aux infirmières de travailler en toute sécurité avec une
efficacité optimale,
- assurer une bonne maintenance du matériel grâce à des locaux bien adaptés :
nettoyage, désinfection, stérilisation, entretien, stockage ...
Dans une unité de soins, l’organisation de l’endoscopie digestive doit être adaptée à la
prise en charge des malades externes, des malades hospitalisés, mais également à la
prise en charge des malades non transportables (endoscopie au lit du malade, notamment
15
en unité de soins intensifs, endoscopie per-opératoire).
Les endoscopies réalisées sous anesthésie impliquent une surveillance attentive au cours
des heures qui suivent l'examen. Ceci justifie une salle de réveil et un certain nombre de
salles de repos. La S.F.E.D. recommande leur intégration dans le plateau technique
d’endoscopie.
9-1- LES SALLES D'ENDOSCOPIE
Le nombre de salles d'endoscopie nécessaires doit être adapté au nombre d'endoscopies
réalisées annuellement. Ces salles doivent pouvoir être utilisées aussi bien pour les
endoscopies hautes et basses que pour l'écho-endoscopie. Elles peuvent ouvrir sur un
local technique unique.
9-1-1- DESCRIPTION D'UNE SALLE D'ENDOSCOPIE IDÉALE
- Dimensions idéales : 20 à 30 m2 au sol,
- 2,70 m de hauteur sous plafond,
- sols et murs facilement lavables,
- isolement sonore,
- revêtement de sol antistatique,
- climatisation,
- portes coulissantes à commande automatique permettant le passage de brancards et de
lits,
- fenêtres techniques communicant avec le local de traitement du matériel permettant une
circulation indépendante du matériel contaminé et du matériel désinfecté,
- intégration dans les plafonds et les murs des conduits suivants : électricité, vide,
oxygène, azote, câbles audio/vidéo et informatique.
La distribution des fluides, le nombre et la disposition des prises, les circuits de secours…
doivent être conformes aux textes réglementaires en vigueur (DGS/3A/667 bis du 10
octobre 1985).
Leur regroupement sur un ou deux bras distributeur est souhaitable.
9-1-2- ÉQUIPEMENT DE LA SALLE D'ENDOSCOPIE
- Au centre de la pièce, une table d'endoscopie (table spécifique isolée orientable dans
16
toutes les positions nécessaires) de 60 cm de large ou mieux un chariot (muni de barrières
amovibles) ayant les mêmes caractéristiques ce qui évite les manipulations des patients.
- La console d'endoscopie reçoit le générateur de lumière froide, le bistouri électrique,
l'endoscope et pour la vidéoendoscopie le moniteur, le processeur, le magnétoscope et
l'imprimante photo.
- Une table permettant de poser le container de l’endoscope désinfecté et d’accrocher
deux récipients : l’un contenant de l’eau microbiologique contrôlée pour vérifier
l’insufflation lavage, l’autre contenant du détergent pour rinçer les canaux de l'endoscope
en fin d’examen.
- Une table d’instrumentation qui permet à l’infirmière de disposer des accessoires tels que
gants, anesthésique local, lubrifiant, flacons pour recevoir les biopsies, pinces, anses à
polypectomies, brosses dans des pochettes individuelles stériles (table à plusieurs
tableaux). Cette desserte dispose d'un éclairage focalisé.
- Au-dessus de la console vidéo se trouve le bras distributeur (fluides, électricité, cablage
vidéo et informatique).
- Un négatoscope et un plan de travail permettant de poser des dossiers et de lire les
clichés radiologiques.
- Un chariot ou un bras distributeur d'anesthésie réanimation équipé et vérifié selon les
textes réglementaires en vigueur (annexe 7).
- Sous la fenêtre technique sur le versant du local de nettoyage et de désinfection, est
disposé un plan de travail revêtu d'un matériau "non traumatisant" pour les endoscopes.
- A côté de la fenêtre technique se situe un lavabo avec commande au pied pour le
nettoyage et la désinfection des mains des opérateurs et des infirmières.
- Sur le mur libre, un ensemble meuble-rangement suffisamment grand pour permettre de
stocker le petit matériel.
- L'équipement électrique doit être conforme aux normes établies par la réglementation et
tenir compte des équipements spécifiques à la salle. Il faut éviter d'avoir de multiples
cordons d'alimentation parcourant le sol et donc prévoir les alimentations nécessaires sur
le bras distributeur (minimum cinq prises).
-
Le vide : deux prises indépendantes sont nécessaires : l'une dédiée à l’acte
endoscopique et l’autre à l’aspiration des voies aérodigestives supérieures.
-
L'oxygène, délivré sous pression stable, doit être disponible sur le bras distributeur si
aucun examen sous anesthésie n’est réalisé. Si des examens sous anesthésie sont
réalisés, la distribution des fluides doit suivre les directives de la circulaire (DGS/3A/667
bis du 10 octobre 1985).
17
- La liaison audio/vidéo et informatique : Le bras distributeur doit comporter au minimum
une entrée et une sortie audio et vidéo ainsi que deux liaisons informatiques.
9-2- LE MODULE D'ANESTHÉSIE
La pratique de l'anesthésie nécessite un aménagement spécifique du plateau technique
d'endoscopie permettant d’une part de délivrer l'anesthésie et d’autre part d'assurer la
surveillance des patients jusqu'à leur complet réveil. Cependant, l'endoscopie digestive
réalisée sans anesthésie ou sédation peut également s’accompagner de complications
cardio-vasculaires et respiratoires
notamment chez les patients à risque, si bien que
l'équipement de toute unité d'endoscopie digestive doit permettre de diagnostiquer et
prendre en charge ce type de complications.
Toute salle d'endoscopie doit être équipée des instruments de surveillance des principales
constantes physiologiques : tension artérielle, saturation en oxygène, fréquence cardiaque
ainsi que du matériel de première urgence.
Les centres d’endoscopie délivrant une anesthésie générale ou une sédation
intraveineuse doivent être équipés d’une salle de réveil où les patients sont surveillés par
une infirmière D.E. sous surveillance électronique de l’activité cardiaque, du pouls, de la
tension artérielle et de la saturation en oxygène.
Une fois complètement réveillés, les patients doivent être conduits en salle de repos où ils
doivent rester jusqu’à ce que le médecin responsable autorise leur sortie.
Les salles de réveil et de repos doivent répondre aux normes de sécurité définis dans le
décret n° 94-1050 du 5 décembre 1994 (annexe 7).
9-3 LE LOCAL DE DESINFECTION (annexe 13)
Le local de désinfection doit communiquer avec chaque salle d’endoscopie. Cette
communication peut se faire par l’intermédiaire d’une fenêtre technique ou mieux d’une
porte à ouverture automatique. C’est dans ce local que doit être réalisé l’ensemble des
opérations de nettoyage et de désinfection des endoscopes. La stérilisation du petit
matériel peut également être effectuée dans ce local ou bien dans l’unité de stérilisation
centrale du bloc opératoire lorsque le centre d’endoscopie est situé dans l’enceinte d’un
établissement chirurgical.
Le local de désinfection comprend un ou plusieurs plans de travail "sales". Chaque plan de
18
travail sale se présente sous la forme d'une paillasse revêtue d'un matériau non
traumatisant pour les endoscopes, avec quatre bacs d'immersion des endoscopes. Un
robinet doit être disponible pour remplir chaque bac. Chaque bac doit être relié à
l'évacuation des eaux usées. A ce jour, aucun texte officiel ne réglemente l’évacuation des
effluents toxiques en particulier ceux concentrés en glutaraldéhyde. Cette situation
génératrice de pollution ne devrait pas persister et fera probablement l’objet d’une
circulaire officielle.
Un robinet mitigeur eau froide/eau chaude doit être disponible pour chaque bac. Les
robinets destinés au bac désinfectant et au rinçage final doivent être équipés d’un filtre
microbiologique de 0,22 um autoclavé quotidiennement et changé régulièrement selon les
instructions du fabricant (toutes les 40 à 60 stérilisations). Les bacs contenant le détergent
et le désinfectant doivent être munis de couvercles hermétiques.
Les qualités microbiologiques et physico-chimiques de l’eau du réseau doivent être
conformes aux critères définis dans le décret du 3 janvier 1989 modifié relatif aux eaux
destinées à la consommation humaine.
Les bacs contenant le détergent et le désinfectant doivent disposer d’une prise
d’aspiration à hauteur du bac et d’une hotte d’aspiration à filtre absorbant. Le système de
renouvellement de l’air doit comporter deux circuits indépendants : un circuit d’extraction
et un circuit d’apport d’air neuf. La bouche de prise d’air neuf doit se situer à plus de huit
mètres de la bouche extérieure d’extraction de l’air vicié. La fréquence de renouvellement
de l’air de la pièce doit être soutenue (plus de 10 volumes par heure) et la salle doit rester
en dépression.
Le transport des endoscopes doit se faire dans des containers plastifiés de couleur
différente selon que les endoscopes soient sales ou propres. Ces containers doivent être
désinfectés dans un évier dédié à cet effet.
Deux plans de travail supplémentaire sont nécessaires :
- un plan de travail dédié au petit matériel : après la phase de nettoyage commune à
l’endoscope le petit matériel est placé dans un bac à ultrasons puis séché à l’air comprimé
et ensaché avant autoclavage.
-
un plan de travail « propre » dédié au séchage à l’air comprimé des endoscopes avant
le stockage.
Le nombre de plan de travail dédié à la désinfection manuelle doit être égal au nombre de
salles d’endoscopie. Ces plans de travail peuvent être remplacés par des machines à
nettoyer et désinfecter qui ne dispensent pas de la première phase de nettoyage et
d’écouvillonnage qui justifie la présence de deux bacs dédiés à cet effet. Lorsque le centre
19
d’endoscopie dispose d’une seule machine, un plan de travail avec ses quatre bacs est
indispensable afin de prévenir une éventuelle panne de la machine.
9-4 LE LOCAL DE STOCKAGE (annexe 13)
Il doit être séparé du local de désinfection et comprendre des armoires aérées pour le
rangement des accessoires et du petit matériel.
9-5 LES LOCAUX ANNEXES
Ils se composent de locaux dédiés aux patients, de locaux dédiés à l’accueil et au
secrétariat et de bureaux médicaux.
9-5-1 LOCAUX DEDIES AU PATIENT
Ils comprennent :
-
une salle d’attente,
-
plusieurs boxs pour le déshabillage et le repos après l’examen, équipés d’un chariot ou
d’un lit et au mieux de toilettes.
9-5-2- LOCAUX DEDIES A L’ACCUEIL ET AU SECRETARIAT
Ils doivent être situés à l’entrée du centre d’endoscopie et comprennent la zone
d’archivage des dossiers et des comptes rendus. Dans les centres ayant une activité
importante, il convient de distinguer le secrétariat dédié à la prise des rendez-vous et à
l’accueil des patients (préparation du dossier, information) du secrétariat technique
consacré à la rédaction des comptes rendus et à l’archivage des dossiers.
9-5-3- BUREAUX MEDICAUX
Un bureau médical est destiné à recevoir le patient pour lui fournir les informations
indispensables avant et après la réalisation de l’examen. Dans les centres d’endoscopie
ayant une activité importante et utilisant l’anesthésie générale, il convient de rajouter un
bureau pour l’équipe d’anesthésie communiquant avec la zone de repos et un bureau pour
le cadre infirmier en charge du fonctionnement de l’unité.
10- ETABLISSEMENT DU COMPTE RENDU
20
L’établissement d’un compte rendu doit être immédiat et comporter une description
complète des organes examinés et des manœuvres effectuées. Une attention particulière
doit être portée à la description des lésions observées. Le siège et le nombre des biopsies
effectuées doivent être précises. La conclusion doit comporter une interprétation des
lésions et une conduite à tenir doit être proposée.
Un recueil iconographique des lésions rencontrées est recommandé afin de faciliter et
d’améliorer le suivi comparatif du patient.
11- LES POINTS PRINCIPAUX
Nous retiendrons les points suivants :
-
la formation de l’H.G.E. en endoscopie doit être spécifique et quantifiable,
-
le personnel d’endoscopie a une formation spécifique à l’endoscopie digestive,
-
une information préalable concernant l’indication, les avantages et bénéfices et les
risques de l’E.O.G.D. doit être fournie à tous les patients (arrêt de la cour de cassation
et arrêt du conseil d’état). Cette information doit être compréhensible et exhaustive
mais adaptée à chaque situation,
-
la sédation intra-veineuse ou l’anesthésie générale doivent pouvoir être proposée à
tous les patients pour la réalisation de l’E.O.G.D,
-
l’exigence de conditions de sécurité optimale justifie la généralisation de l’oxymètrie de
pouls et de l’oxygénation systématique y compris en l’absence d’anesthésie générale
ou de sédation intra-veineuse,
-
les procédures de nettoyage, de désinfection et/ou de stérilisation du matériel
d’endoscopie doivent être rigoureusement suivies et contrôlées,
-
les machines à laver sont recommandées afin d’améliorer la standardisation
et le contrôle (traçabilité) des procédures de désinfection mais aussi de
diminuer les nuisances pour le personnel,
-
le remplacement des endoscopes à fibre optique (fibroscopes) par du matériel de
vidéo-endoscopie électronique est recommandé afin d’améliorer la qualité du service
rendu au patient,
-
des documents photographiques ou vidéo doivent être disponibles afin d’améliorer la
qualité du compte rendu.
CONCLUSION
21
L'E.O.G.D., introduite en pratique courante il y a 30 ans, s’est complétement substituée à
l’image radiologique du tractus digestif supérieur.
La qualité des informations (descriptives et histologiques) diagnostiques obtenue grâce à
elle a été à l’origine de très importants progrès thérapeutiques (mise au point et évaluation
des médicaments anti-sécrétoires, traitement d’éradication d’hélicobacter pylori) mais
également d’importantes économies pour la collectivité grâce à la substitution complète
vis à vis des actes radiologiques répétitifs et grâce à la diminution considérable du nombre
d’acte chirurgical touchant le tractus digestif supérieur (disparition de la chirurgie de
l’ulcère, diminution importante du recours à la chirurgie anti-reflux…).
De plus l’avénement de l’EOGD thérapeutique a modifié la prise en charge des
pathologies lourdes que sont l’hémorragie digestive, l’alimentation entérale, le traitement
curatifs, des cancers superficiels, le traitement palliatif des cancers évolués avec des
résultats exceptionnels en terme de rapport coût/efficacité en limitant considérablement
dans toutes les pathologies le recours à la chirurgie tout en améliorant le confort des
malades.
L’E.O.G.D. a beaucoup évoluée au cours de ces dix dernières années : nouveau matériel
(vidéo-endoscopie, matériel à usage unique diagnostique et thérapeutique), nouvelles
conditions d’exercice (sédation intra-veineuse, anesthésie générale, amélioration des
procédures de désinfection et stérilisation), nécessité d’un personnel spécifique qualifié.
Sa réalisation, en centre spécialisé (plateau technique) devient de ce fait de plus en plus
souvent nécessaire. Cette exploration invasive se doit d’être pratiquée dans des
conditions optimales. De ce fait le médecin et le personnel doivent justifier d’une
compétence spécifique en endoscopie digestive. Ils doivent posséder une expérience
suffisante, et leurs connaissances doivent être régulièrement mises à jour. Le matériel doit
être performant, parfaitement entretenu et ne doit pas présenter de vétusté
potentiellement dangereuse. Son renouvellement doit être assuré régulièrement et suivre
l’évolution technologique afin de mettre à disposition du patient un diagnostic et un
traitement optimum.
L’augmentation très importante du coût à l’achat et de la maintenance du matériel ainsi
que des coûts de fonctionnement inhérents aux progrès technologiques et à la sécurité n'a
pour l’instant jamais été retranscripte en terme de nomenclature et de coût de la pratique.
La S.F.E.D. invite les autorités de tutelle à se pencher sans tarder sur cette problématique
afin que le service rendu au patient puisse continuer à s’améliorer dans l’avenir. A
l’inverse, la poursuite de la politique actuelle qui consiste à faire prendre en charge par les
22
professionnels (et non par la collectivité) les importants surcoûts inhérents à l’amélioration
des pratiques et au progrès technologique ne pourrait conduire à terme qu’à une
diminution de la qualité des soins et du service rendu aux patients et donc à une prise en
charge suboptimale. Cette voie empruntée jusqu’à présent par les autorités de tutelle est
sans issue et doit être abandonnée sans tarder.
ANNEXE 1
LES
RECOMMANDATIONS
DE
L’UNION
EUROPEENNE
DES
MEDECINS
SPECIALISTES (U.E.M.S.) - SECTION DE GASTRO-ENTEROLOGIE. DOMAINE DE
L’ENDOSCOPIE DIGESTIVE
Généralités
L’Union
Européenne
des
Médecins
Spécialistes
est
l’organisme
représentatif
professionnel européen. L’ensemble des spécialités médicales et chirurgicales reconnues
par l’Union Européenne est représenté par 39 sections spécialisées au sein de l’Union
Européenne. Au sein de chaque section le board européen permet de retrouver la parité
entre le milieu non-académique et le milieu académique. Pour la France l’organisme
représentatif est le syndicat des maladies de l’appareil digestif.
L’Union Européenne des Médecins Spécialistes a des relations privilégiées avec les
organisations politiques de l’Union Européenne et son champ d’activité essentiel
comprend la formation médicale initiale et continue avec leur aspects médicaux et
économiques. Un des fondements de l’U.E.M.S. est de susciter un haut niveau de
formation en médecine. Pour se faire ont été crées des diplômes de reconnaissance de
qualité de la formation intitulés diplôme européen de gastro-entérologie. Ce diplôme de
qualité, facultatif peut être obtenu après demande auprès de la commission ad-hoc avec
comme préalable l’obtention du diplôme national de gastro-entérologie et une activité
professionnelle de 3 ans. Le candidat ne doit pas se soumettre à un examen formel. C’est
23
plutôt la qualité de sa formation qui sera évaluée à travers le programme éducatif qu’il a
suivi, le corps enseignant qui l’a formé et les moyens dont disposent les institutions de
formation. Quand cela est nécessaire une visite de l’institution de formation peut être
réalisée par deux experts indépendants désignés par le collège. Les certificats de
reconnaissance de formation seront alors accordés au candidat promu, aux enseignants
et aux centres de formation concernés.
Les visites locales des centres
L’évaluation des centres de formation par des visites locales est un élément clé du
diplôme de ce collège. Cette évaluation représente la contribution la plus valable pour
maintenir des critères de formation de haut niveau face aux exigences auxquelles sont
soumis les services en proie aux restrictions budgétaires.
Pour être efficace, l’inspection doit être menée en tenant compte de règles de conduite
bien établies et publiées, par des observateurs indépendants qui travaillent eux-mêmes
dans des institutions soumises au même processus d’évaluation. Cela implique également
que de telles visites se répètent à intervalles réguliers d’environ cinq ans. De telles formes
d’évaluation sont inscrites dans les statuts de tous les collèges de l’U.E.M.S. et représente
le mobile principal de tout le mécanisme pour tendre à rendre les collèges efficaces et
pour que d’aucun puisse être fier du diplôme décerné.
Le collège européen de gastro-entérologie et les modalités existantes d’évaluation
Le collège souhaite collaborer avec les structures déjà existantes dans certains pays où
une évaluation des centres est réalisée par une inspection indépendante.
Dans les pays où un tel système n’existe pas encore, le collège peut, si cela est souhaité,
fournir toute information pour aider à sa mise en place.
Les détails concernant les visites et toute information souhaitée sont reprises sur le
document EBG 3 disponible auprès du bureau du collège.
Les critères de formation
Le programme
Le bagage théorique
24
Durant sa formation spécialisée le candidat devra acquérir une connaissance théorique
solide de l’étiologie, de la pathogénie, de l’histoire naturelle, de la présentation clinique,
des investigations et les traitements des maladies digestives y compris le système hépatobiliaire et pancréatique. Une telle connaissance comprendra l’étude de l’anatomopathologie, l’hématologie, la microbiologie, la parasitologie, la biologie clinique,
l’immunologie, la pharmacologie, la génétique, la biologie moléculaire, l’épidémiologie et
les statistiques. Une compréhension de la démographie médicale et de l’économie de la
santé seront également demandés.
L’approche multidisciplinaire
Le candidat devra avoir observé et avoir été cliniquement responsable de patients tant
internes que externes présentant une large variété de maladies aiguës et chroniques
digestives. Ces patients comprennent également ceux qui présentent des complications
digestives vus en chirurgie, en médecine générale, en gynécologie et aux soins intensifs
ainsi que des patients nécessitant un support nutritif entéral ou parentéral.
Les patients seront pris en charge avec la collaboration de chirurgiens, de pathologistes et
de radiologues, ainsi que, si nécessaire, de psychiatres, de pédiatres et tout autre
spécialiste ainsi que médecins généralistes.
La communication
Un soin particulier sera accordé à la pratique orientée vers le malade impliquant
l’information et la communication avec ce dernier.
La formation devra développer les facultés du candidat pour la compréhension et la prise
en charge de l’impact psychologique de la maladie digestive.
La responsabilisation clinique
L’expérience clinique devra être acquise principalement dans des postes plein temps
correctement rémunérés avec responsabilisation clinique. Ce programme comprendra un
enseignement clinique supervisé et la participation à des réunions multidisciplinaires. La
possibilité d’étude individuelle et la poursuite de projets personnels seront activement
encouragés.
25
Les investigations cliniques
Le candidat devra se familiariser avec l’usage adéquat des investigations tant biologiques
que fonctionnelles, d’imagerie médicale, d’endoscopie et de médecine nucléaire.
La connaissance des limites, des contre-indications, des complications et leur prise en
charge tout comme les implications financières de ces investigations sera aussi requise.
Les procédures pratiques
Le candidat doit s’attendre à avoir une formation adéquate et deviendra suffisamment
compétent pour pouvoir réaliser un certain nombre de procédures pratiques considérées
comme fondamentales en gastro-entérologie et détaillées en annexe 1.
Les détails cliniques du nombre minimal de patients requis seront repris dans le livret de
stage du diplôme européen de gastro-entérologie et dûment avalisé pour chaque
procédure.
Ce livret sera envoyé à chaque candidat lors de son enregistrement.
La pratique de l’échographie abdominale
Le collège est unanime dans sa conviction qu’une formation en échographie est
hautement souhaitable à l’avenir pour les candidats spécialistes en formation.
Durant une période de formation de quatre ans le nombre d’examens requis est d’environ
deux à trois par semaine et est facilement atteint avec la collaboration des départements
de radiologie.
Le collège reconnaît qu’à l’heure actuelle il n’existe qu’un nombre restreint de centres
dans lesquels cette formation est possible et que des liens doivent être établis pour définir
les critères de formation, les meilleurs équipements et obtenir la nécessaire collaboration
de nos collègues radiologues.
Ainsi tous les candidats débutants actuellement leur formation et demandant leur
reconnaissance devront avoir eu la formation minimale requise de 300 examens
échographiques.
Les candidats formés avant janvier 1998 ne doivent pas nécessairement avoir eu une telle
formation.
26
Les règles de formation en échographie abdominale pour les gastro-entérologues peuvent
être obtenues auprès du bureau du collège européen de gastro-entérologie.
Les critères pour les centres de formation et leur faculté
la formation spécialisée en gastro-entérologie devra se faire à l’université ou dans des
centres affiliés à l’Université ou dans des centres ayant des moyens éducatifs ainsi qu’un
programme de recherche équivalent aux services médicaux, chirurgicaux et radiologiques
étoffés tels que dans un hôpital universitaire.
Les locaux et l’équipement
La formation nécessitera des locaux suffisants avec un espace d’enseignement, une
bibliothèque, des équipements informatiques et des facilités d’hébergement individuel.
L’équipement
des
départements
de
gastro-entérologie,
chirurgie,
radiologie
et
anatomopathologie devront répondre aux critères de bonne pratique clinique et
d’éducation.
La Faculté et le corps enseignant
La faculté et l’administration, outre l’organisation, devront faire preuve d’une réelle
implication dans la formation des spécialistes et procurer un espace suffisant, un
équipement adapté et des moyens pécuniaires pour assumer la prise en charge éducative
de tels services.
Les membres du corps enseignants devront non seulement être des gastro-entérologues
et des enseignants mais devront surtout prendre le temps, faire les efforts nécessaires et
avoir l’enthousiasme suffisant pour assumer le programme éducatif.
Ils devront également assister régulièrement aux réunions interdisciplinaires avec leurs
collègues chirurgiens, pathologistes et radiologues.
La faculté devra être suffisamment étoffée pour assumer la supervision du travail clinique
et les procédures pratiques réalisées par les candidats spécialistes en formation dans leur
service.
Les réunions
27
Des conférences, des réunions multidisciplinaires et de service, des tours de salle ou des
séminaires devront être fréquentés chaque semaine. Les candidats spécialistes devront
être encouragés à participer et à prendre une part active aux réunions loco-régionales ou
nationales et à assister annuellement à au moins une réunion internationale de renom.
Les publications et les activités de recherche
Le centre devra montrer son intérêt pour la recherche et la clinique.
Bien qu’il soit difficile à tout candidat de publier un travail original ou de participer à une
recherche fondamentale, il devra avoir une connaissance effective de la littérature
médicale.
Le candidat devra participer activement à la publication de deux articles dans des
journaux listés dans les Current Contents ou du moins acceptés par le collège européen
de gastro-entérologie. Ces publications pourront prendre la forme d’une thèse, de
casuistique, de revues de la littérature, d’éditoriaux ou de recherche originale.
Le candidat devra avoir fait deux communications à des réunions spécialisées jugées
acceptables par le collège.
Les textes des publications et des communications du candidat seront soumises au
bureau du collège avec son carnet de stage et le certificat de spécialité en fin de période
de formation.
La durée de la formation en gastro-entérologie et en médecine interne
La dernière directive européenne de 1993, EEC/16/93, reprenant les recommandations de
1973, stipule que le candidat spécialiste doit passer une période de six ans ou son
équivalent à mi-temps en formation.
L’UEMS recommande que cette période comprenne un minimum de deux années en
médecine interne et de trois années en gastro-entérologie sur un total idéal de six années
de formation.
La reconnaissance de formation dans des domaines spécialisés
Il existe certaines techniques spécialisées ou domaines de la gastro-entérologie que ne
doivent pas nécessairement acquérir tout gastro-entérologue dans sa formation de base.
28
Le collège européen de gastro-entérologie peut décerner pour de telles matières des
diplômes séparés. Ce type de diplôme n’est accessible qu’après l’obtention préalable du
diplôme complet de base en gastro-entérologie
Références
1- Beattie AD. Gastroenterological training in Europe. GUT 1995; 37: 5: 734-35.
2- Greff M, Mignon M. L’Europe et la formation médicale initiale et continue en HépatoGastroentérologie. Gastroenterol Clin Biol 1996; 20: XIII-XV.
3- Lamy V, Greff M, Mignon M, Kerschen A, Voirol M. EBG (European Board of
Gastroenterology) Collège Européen de Gastro-entérologie - Introduction au diplôme
européen de gastro-entérologie. Section de Gastro-entérologie, Union Européenne des
Médecins Spécialistes - UEMS, 20, Avenue de la Couronne, B-1050 Bruxelles.
4- Mallinson CN. Specialist training in gastroenterology in the European Community: the
case for European Boards. GUT 1994; 35: 1: 135-38.
5- Phillip J, Lamy V, Greff M. U.E.M.S. - Monosection Gastroenterologie Harmonisation
der Gastroenterologen in Europa. Endoskopie: Struktur und Ökonomie Normed Verlag
1997 Bad Homburg Germany.
Annexe 1
Tableau 1
La formation pratique de base
Nombre minimum d’examens requis
1
Examens échographiques abdominaux
2
Examens endoscopiques
2.1
Oeso-gastro-duodénoscopie (OGD)
300
300
29
Sclérothérapie et techniques d’hémostase
de l’oesophage et du tractus digestif
supérieur
2.2
Coloscopie totale
30
100
Polypectomies au cours de la coloscopie et
techniques d’hémostase du tractus digestif bas
2.3
Proctoscopie
3
Ponction abdominale et/ou biopsie avec ou sans
échoguidage et laparoscopie
4
Investigations fonctionnelles
(Manométrie, pH-métrie, etc.)
50
100
50
30
ANNEXE 2
Recommandations concernant l’anesthésie du patient ambulatoire
La 1ère édition de ces recommandations a été publiée en septembre 1990, et réimprimée
en 1994.
Membres du groupe de travail ad hoc : Pr A Lienhart (Paris) : directeur du groupe, Dr B du
Grès (Paris) : président de la SFAR, Pr JM Desmonts (Paris) : ancien président de la
SFAR Dr J Asseraf (Paris), Dr G Fuzellier (Brive), Pr JP Haberer (Nancy), Dr R Husson
(Paris), Dr S Johanet (Paris), Dr D Lhuissier (Niort), Dr M Meurice (Strasbourg), Pr Y
Nivoche (Paris), Dr JP Tarot (Paris).
Membres du conseil d’administration de la SFAR (octobre 1990) : Dr B du Grès :
Président, Pr P Scherpereel : 1er vice-président, Pr MC Laxenaire : 2ème vice-président, Pr
V Banssillon : secrétaire général, Pr F d’Athis : secrétaire générale adjointe, Dr G
Boulard : Trésorier, Pr C Conseiller : trésorier adjoint, Pr B Caillard, Pr JM Desmonts, Pr B
Dixneuf, Pr P Erny, Pr P Feiss, Pr G François, Pr F Gouin, Pr JP Haberer, Pr A Lienhart,
Pr JC Otteni, Pr B Roquefeuil, Dr C Rouet, Pr C Saint-Maurice, Pr K Samii, Pr P Stieglitz,
Pr P Viars, Pr C Winckler.
Sous le terme d’anesthésie du patient ambulatoire il est entendu : « une anesthésie
permettant au patient le retour à un domicile privé le jour même ». Si ce type d’anesthésie
est désormais possible, il ne peut être réalisé en toute sécurité qu’à certaines conditions.
En cas d’anesthésie purement locale sans sédation, l’anesthésiste n’est souvent pas
concerné. Les recommandations contenues dans ce fascicule s’appliquent à tous les
autres cas d’anesthésie générale, locorégionale (endoveineuse incluse), sédation
intraveineuse, qui sont du ressort du médecin anesthésiste-réanimateur.
De telles recommandations ont pour but de contribuer à une qualité de soins optimale.
Elles n’ont pas de caractère réglementaire.
Les actes
31
Chaque équipe, opérateurs et anesthésistes, établit sa propre liste des actes qu’elle
entend réaliser. D’une façon générale, il s’agit d’interventions :
-
programmées ;
-
de courte durée (jusqu’à environ 1h – 1h30) ;
-
à risque faible, notamment hémorragique et respiratoire ;
-
aux suites simples, peu douloureuses et n’impliquant pas de handicap important.
Ces critères peuvent être élargis en fonction de l’expérience acquise, et notamment après
évaluation des résultats ;
-
à certaines urgences simples ;
-
à des interventions plus prolongées, sous réserve que la durée de la surveillance postanesthésique reste compatible avec l’horaire de fonctionnement de la structure.
De telles extensions doivent faire l’objet d’un accord préalable entre opérateur et
anesthésiste.
Les patients
La sélection des patients obéit à des critères sociaux et médicaux précis.
Critères sociaux
-
Compréhension suffisante de ce qui est proposé.
-
Aptitude à observer les prescriptions médicales.
-
Conditions d’hygiène et de logement au moins équivalentes à celles qu’offre une
hospitalisation.
-
Disponibilité d’une personne, responsable et valide, pour raccompagner le patient et
rester la nuit suivante auprès de lui.
-
Eloignement de moins de 1 heure d’une structure de soins adpatée à l’acte.
-
Accès rapide à un téléphone.
Critères médicaux
Age
Les problèmes spécifiques des enfants de moins de 1 an doivent être pris en compte dans
la décision de pratiquer une anesthésie en ambulatoire.
L’anesthésie générale est contre indiquée en ambulatoire chez le nouveau né.
Chez la femme en période d’activité génitale, il y a lieu de se renseigner sur l’éventualité
d’une grossesse, pour permettre une information sur les relations entre grossesse et
médicaments anesthésiques.
32
Etat du patient
L’anesthésie du patient ambulatoire s’adresse préférentiellement à des sujets ASA 1 ou 2
(cf annexe 1).
Des patients ASA 3 peuvent être acceptés, sous certaines réserves :
-
pathologie stabilisée sous traitement adapté ;
-
interférence de l’intervention, avec la pathologie ou son traitement, considérée comme
négligeable ;
-
accord préalable entre anesthésiste et opérateur.
L’anesthésie
Consultation préanesthésique
En aucun cas l’interrogatoire, l’examen et l’information ne doivent avoir lieu dans l’instant
qui précède l’anesthésie.
Dans la mesure du possible, la consultation préanesthésique a lieu plusieurs jours avant
l’acte. Si elle a lieu le matin même, le patient aura préalablement été informé de la
possibilité d’un ajournement de l’acte. Dans tous les cas, l’établissement d’une fiche
préalable à l’anesthésie est indispensable.
Le patient doit être prévenu, plusieurs jours avant l’acte, des recommandations
préanesthésiques (jeûne, poursuite des traitements) et des conditions de retour au
domicile (interdiction de conduire un véhicule, personne accompagnante). Il est conseillé
de compléter l’information orale par un document écrit remis au patient. La signature de ce
document par le patient ne dégage pas la responsabilité de l’anesthésiste mais prouve
l’acceptation des règles de la procédure par le patient. L’annexe 2 fournit un exemple.
Conditions de l’anesthésie
Les conditions de la surveillance de l’anesthésie, qu’elle soit générale, locorégionale ou
qu’il
s’agisse
d’une
sédation
intraveineuse,
sont
celles
indiquées
dans
les
recommandations de la SFAR concernant la surveillance du patient anesthésié.
L’anesthésie doit être réalisée dans une salle d’opération ou un local offrant les conditions
de sécurité requises et comportant l’ensemble de l’équipement nécessaire à la pratique de
l’anesthésie-réanimation ainsi qu’au traitement des complications.
Ainsi, lorsque l’anesthésie intervient en dehors d’un bloc opératoire, il doit disposer des
moyens nécessaires à la réanimation d’une détresse cardiorespiratoire.
33
Les techniques utilisées doivent tenir compte de la durée de surveillance possible en salle
de réveil et du caractère ambulatoire du patient.
Réveil
Il y a lieu dans une salle de réveil correspondant aux recommandations de la SFAR
concernant le réveil.
Le patient y fait l’objet d’une surveillance tant que les effets résiduels de l’anesthésie et de
l’intervention entraînent un risque ou un inconfort important.
Sortie
Seul l’anesthésie peut autoriser le départ, pour ce qui concerne les suites de l’anesthésie.
Cette décision est prise après vérification de l’aptitude du patient à rejoindre son domicile.
Un document, comprenant les instructions postopératoires et les prescriptions, est remis,
après explication, au patient ou à la personne qui l’accompagne.
Un médecin anesthésiste est joignable par téléphone en dehors des heures d’ouverture du
plateau technique.
Structures, organisation et fonctionnement
Les données de la consultation préanesthésique, ainsi qu’un compte rendu de l’anesthésie
et de ses suites font l’objet d’un document écrit archivé.
L’organisation doit permettre, en permanence, l’application des règles propres à
l’anesthésie.
Quelle que soit la structure, il est indispensable d’être en mesure d’hospitaliser les patients
en fin d’acte si leur état le nécessite. Cette hospitalisation éventuelle, soit au sein de
l’établissement, soit dans un autre habilité à les recevoir, ainsi que les conditions de
transport doivent être prévues et organisées préalablement à tout acte ambulatoire.
ANNEXES
Annex 1. Classification de l’American Society of Anesthesiologists (ASA).
Classe
Description
1
Patient en bonne santé
Exemple : hernie inguinale chez un patient par ailleurs en bonne santé.
34
2
Patient avec une maladie générale modérée
Exemple : bronchite chronique ; obésité modérée, diabète contrôlé par le
régime ; infarctus du myocarde ancien ; hypertension artérielle modérée.
3
Patient avec une maladie générale sévère mais non invalidante
Exemple : insuffisance coronaire avec angor ; diabète insulinodépendant ;
obésité pathologique ; insuffisance respiratoire modérée.
4
Patient avec une maladie générale invalidante mettant en jeu le
pronostic vital.
Exemple : insuffisance cardiaque sévère : angor rebelle ; arythmie réfractaire
au traitement ; insuffisance respiratoire, rénale, hépatique ou endocrinienne
avancée.
5
Patient moribond qui ne survivrait pas 24 heures, avec ou sans opération.
Exemple : rupture d’anévrisme de l’aorte abdominale en grand état de choc.
ANNEXE 2. Exemple de recommandations remises au patient avant anesthésie.
Avant toute anesthésie pour un acte ambulatoire, il est important de lire attentivement ces
recommandations et de demander toute explication complémentaire que vous souhaiteriez
avoir. Nous vous demandons de rapporter ce document signé, lors de votre venue à
l’hôpital.
1. AVANT L’ANESTHESIE
Prévenez de toute modification de votre état de santé, y compris s’il s’agit d’une possibilité
de grossesse, en appelant le numéro suivant (…).
2. LE JOUR DE L’ANESTHESIE

Vous devez être à jeun (ne rien boire ni manger) durant les 6 heures qui précèdent
l’heure prévue de l’anesthésie.

Vous pouvez prendre vos médicaments habituels au moment prescrit, à la condition de
ne prendre qu’une seule gorgée d’eau.

Vous ne devez pas consommer d’alcool ni fumer pendant les 12 heures précèdant
l’anesthésie.

Prenez une douche ou un bain avant de vous rendre à l’hôpital. N’utilisez ni rouge à
lèvres, ni vernis à ongles, de façon à ne pas gêner la surveillance de votre coloration
35
durant l’anesthésie. Evitez les verres de contact.

Prévoyez une personne qui vous accompagne, valide et responsable.

N’apportez ni bijou, ni objet de valeur.
3. APRES L’ANESTHESIE

Une hospitalisation éventuelle ne peut être exclue.

Vous n’êtes pas autorisé(e) à repartir seul(e). Pour les enfants, la personne
accompagnante ne peut être celle qui conduit la voiture. Prévoyez une personne qui
restera auprès de vous durant la nuit suivant votre anesthésie.

Pendant les 24 heures suivant l’anesthésie, ne conduisez pas de véhicule, n’utilisez
pas d’appareil potentiellement dangereux et ne prenez pas de décision importante, car
votre vigilance peut être abaissée sans que vous vous en rendiez compte.

Vous pourrez boire et manger légèrement. Ne prenez pas d’alcool.

Ne prenez que les médicaments prescrits sur l’ordonnance ci-jointe.

En cas de problème vous pouvez joindre l’anesthésiste en téléphonant au numéro
suivant (…).
Après avoir pris connaissance de ces diverses recommandations, nous vous demandons
de signer cette feuille pour manifester votre accord avec la procédure proposée. Pour les
mineurs la signature des parents est indispensable.
NOM du patient :
Signature du Patient :
Date :
36
ANNEXE 3
RECOMMANDATIONS
CONCERNANT
LA
SURVEILLANCE
ET
LES
SOINS
POSTANESTHESIQUES
La 1ère éditions de ces recommandations a été publiée en septembre 1990, et réimprimée
en 1994.
Membres du groupe de travail ad hoc : Pr JC Otteni (Strasbourg) : Directeur du groupe, Dr
B du Grès (Lyon) : président de la SFAR, Dr A Benichou (Angoulême), Pr H Bricard
(Caen), Dr JP Caramella (Vittel), Pr F Clergue (Paris), Pr JM Desmonts (Paris), Pr R
Dorne (Lyon), Pr P Feiss (Limoges), Dr R Hascoet (Le Mans), Dr JM Mascaro (Gières), Dr
C Rouet (Olivet), Pr P Stieglitz (Grenoble).
Membres du Conseil d’administration de la SFAR (octobre 1990) : Dr B du Grès :
président, Pr P Scherpereel : 1er vice-président, Pr MC Laxenaire : 2ème vice-président, Pr
V Banssillon : secrétaire général, Pr F d’Athis : secrétaire générale adjointe, Dr G
Boulard : trésorier, Pr C Conseiller : trésorier adjoint, Pr B Caillard, Pr JM Desmonts, Pr B
Dixneuf, Pr P Erny, Pr P Feiss, Pr G François, Pr F Gouin, Pr JP Haberer, Pr A Lienhart,
Pr JC Otteni, Pr B Roquefeuil, Dr C Rouet, Pr C Saint-Maurice, Pr K Samii, Pr P Stieglitz,
Pr P Viars, Pr C Winckler.
Pendant les premières heures suivant un acte thérapeutique et/ou diagnostique effectué
sous anesthésie générale, locorégionale ou sédation, le patient est exposé au risque de
complications liées aux effets résiduels des médicaments administrés et aux
conséquences de l’acte pratiqué. La SFAR recommande de ce fait une surveillance et des
soins fondés sur les dispositions de base détaillées ci-après. Le cas échéant, il convient
d’y ajouter des éléments complémentaires en fonction de l’état du patient et du type d’acte
et d’anesthésie effectués.
Ces recommandations ont pour but de contribuer à une qualité de soins optimale. Elles
ont été établies dans le respect de la réglementation française et tiennent compte des
normes formulées par des sociétés d’anesthésie d’autres pays. Elles seront soumises à
une révision périodique.
ADMISSION DES PATIENTS EN SALLE DE REVEIL
37
A l’issue d’une anesthésie générale, locorégionale et/ou sédation, susceptibles d’avoir des
répercussions respiratoires, circulatoires, neuropsychiques, tout patient est soumis à une
surveillance spécifique par un personnel compétent dans une salle de réveil adaptée à cet
usage. Il y séjourne jusqu’à la récupération de fonctions vitales stables.
Pour
des
raisons
d’ordre
médical,
certains
patients
sont
immédiatement
ou
secondairement transférés dans une unité de réanimation. Ils doivent pouvoir y bénéficier
d’une surveillance et de soins adaptés à l’état d’un sujet en phase de réveil, tels qu’ils sont
précisés dans ce document.
Pendant son transfert de la salle d’intervention vers la salle de réveil ou l’unité de
réanimation, le patient est accompagné du médecin qui a pratiqué l’anesthésie ou d’un(e)
infirmier(e) spécialisé(e) en anesthésie. En cours de transport, une surveillance constante
et des soins appropriés sont assurés. Un dispositif d’oxygénothérapie mobile, un oxymètre
de pouls et un moniteur ECG doivent être disponibles si l’état du patient, le type d’acte
effectué et/ou la longueur du trajet l’imposent. Quand un transport par ambulance s’avère
nécessaire, celle-ci doit être médicalisée.
SURVEILLANCE DES PATIENTS EN SALLE DE REVEIL
A l’arrivée en salle de réveil, une transmission verbale et écrite est effectuée entre la
personne
accompagnante,
l’infirmier(e)
d’accueil
et/ou
le
médecin
anesthésiste
responsable de la salle de réveil. Elle porte sur l’anesthésie et l’acte effectués ainsi que
sur la surveillance et les soins particuliers à assurer. La personne accompagnante reste
avec le patient jusqu’au moment où celui-ci est pris en charge.
En salle de réveil, le patient est soumis à une surveillance constante et adaptée à son
état. Elle concerne en particulier l’oxygénation et la ventilation, la circulation, l’état de
conscience, la température, les effets résiduels de l’anesthésie générale, de l’anesthésie
locorégionale ou de la sédation. La fréquence respiratoire, l’amplitude et la symétrie des
mouvements thoraciques, la fréquence cardiaque et la pression artérielle ainsi que l’état
neurologique sont surveillés et notés régulièrement. La surveillance est renforcée lors du
sevrage du ventilateur et dans les suites de l’extubation trachéale.
La surveillance porte aussi sur les accès vasculaires, la zone opératoire (pansements,
drains, installation particulière), les pertes sanguines et la diurèse, le ventilateur et les
autres appareils utilisés.
La surveillance clinique de base est complétée par un monitorage instrumental, en
particulier un moniteur ECG et un oxymètre de pouls si l’état du patient le requiert.
38
La durée du séjour en salle de réveil dépend de l’état du patient, de l’anesthésie, de
l’intervention et de ses suites. La sortie est décidée par un médecin anesthésiste quand le
patient a récupéré ses réflexes de protection, un niveau de coopération proche de celui
qu’il avait avant l’acte et quand la survenue à brève échéance de complications
respiratoires et circulatoires est devenue improbable. La sortie de salle et le retour au
domicile des patients ambulatoires obéissent à des critères particuliers.
Les principales informations, en particulier l’heure d’entrée et de sortie de la salle de
réveil, l’état du patient et son évolution, le nom de l’infirmier(e) ayant assuré la surveillance
et celui du médecin qui a décidé de la sortie ainsi que les prescriptions, sont inscrites sur
une feuille de réveil ou sur la feuille d’anesthésie. Ces documents doivent être conservés.
LE PERSONNEL DE LA SALLE DE REVEIL
En salle de réveil, le patient est surveillé par un personnel infirmier et qualifié, sous la
direction d’un médecin anesthésiste-réanimateur. Celui-ci est soit spécialement chargé de
la salle de réveil, soit présent au bloc opératoire ou dans l’établissement et en mesure
d’intervenir rapidement.
Le personnel infirmier est entraîné à reconnaître l’atteinte d’une fonction vitale et de pallier
sa défaillance en attendant l’arrivée du médecin. En salle de réveil la présence d’au moins
un(e) infirmier(e) en anesthésie-réanimation est recommandée. La présence d’au moins
un(e) infirmier(e) pour trois patients est requise pour assurer la surveillance adéquate de
trois patients simultanément. En tout état de cause, le nombre de personnes effectivement
présentes en salle de réveil ne doit jamais être inférieur à deux.
Un médecin anesthésiste-réanimateur dirige la surveillance, prescrit le traitement, en
particulier l’analgésie postopératoire, assure la liaison avec le(s) chirurgien(s) ou
spécialiste(s), et décide du moment de sortie des patients. Hormis les cas d’urgence, une
prescription médicamenteuse, faite pendant le séjour du patient en salle de réveil par un
autre médecin, n’est exécutée qu’après accord du médecin anesthésiste-réanimateur
responsable.
LA SALLE DE REVEIL
La salle de réveil est située, dans la mesure du possible, à proximité du bloc opératoire
pour limiter la durée de transport du patient et permettre l’intervention rapide d’un médecin
anesthésiste. Elle dispose d’un moyen de communication rapide avec le bloc opératoire
(interphone par exemple) et le(s) médecin(s) anesthésiste(s). Elle est correctement
ventilée et facile à désinfecter.
39
La salle de réveil est en mesure d’accueillir l’ensemble des patients relevant d’une
surveillance postanesthésique. Elle dispose d’au moins 1,5 lits ou emplacements de lit par
site anesthésique. Un nombre plus grand est requis dans les établissements où sont
pratiqués de façon régulière beaucoup d’actes courts en succession rapide. Les horaires
de fonctionnement sont adaptés au type d’activité de l’établissement. Dans ceux
admettant jour et nuit des urgences, une structure et son personnel sont en mesure
d’accueillir de façon permanente des patients en phase de réveil. Une surface de 10 à
12m2 par emplacement est recommandée. La possibilité d’isolement des cas septiques
doit exister.
La salle de réveil dispose de l’équipement nécessaire à la surveillance de l’opéré ainsi
qu’au rétablissement et au maintien des fonctions vitales. En cas d’utilisation de chariots
au lieu de lits, ceux-ci doivent offrir les conditions de sécurité et de confort indispensables.
Tout patient doit pouvoir bénéficier d’une surveillance par moniteur ECG et oxymètre de
pouls si son état le requiert. Le matériel nécessaire au traitement de l’arrêt circulatoire
(défibrillateur), à la ventilation manuelle et instrumentale (ventilateur), est disponible. Tout
ventilateur doit comporter une alarme de surpression, de débranchement et d’arrêt de
fonctionnement. La salle de réveil dispose de moyens nécessaires au diagnostic et au
traitement de l’hypothermie. Ce matériel de base est complété en fonction du type de
patients et d’actes effectués. Le matériel d’usage occasionnel (moniteur de curarisation
par exemple) peut être commun à la salle de réveil et au bloc opératoire si celui-ci est
contigu.
Chaque emplacement de lit doit être équipé d’un nombre suffisant de prises électriques,
de prise d’oxygène, d’air médical et de vide.
Dans les établissements qui ne disposent pas de salle de réveil conforme à ces
recommandations, la SFAR conseille au médecin responsable de l’unité d’anesthésieréanimation de réaliser, avec le service administratif concerné, un plan permettant leur
mise à disposition ou en conformité à terme, au plus tard le 1er janvier 1993.
BIBLIOGRAPHIE
France
Circulaire n°394 du 30 avril 1974 relative à la sécurité des malades anesthésiés. Ministère
de la Santé Publique et de la Sécurité Sociale.
Circulaire n°340 DGS/POS 3 A du 23 mars 1982 relative à la sécurité des malades
anesthésiés. Ministère de la Santé.
Circulaire n°431/4B DGS/3A du 27 juin 1985 relative à la sécurité des malades
40
anesthésiés dans les établissements sanitaires hospitaliers publics et privés. Ministère des
Affaires Sociales et de la Solidarité Nationale. Direction générale de la santé.
Recommandations de la SFAR concernant la surveillance des patients en cours
d’anesthésie, juin 1989 (disponibles au siège de la SFAR : 74, rue raynouard, 75016
Paris).
Allemagne
Grundsätze für Organisation und Einrichtung von Aufwacheinheiten in Krankenhäusern.
Arzt Krankenhaus 1982 ; 55 : 443-4
Qualitässicherung in der Anästhesiologie. Richtlinien der Deutschen Geselleschaft für
Anästhesiologie und Intensivmedizin und deserufsverbandes Deutscher Anästhesisten.
Anästh Intensivmed 1989 ; 30 : 307-14
Belgique
Belgian standards for patient safety in anasthesia. Acta Anaesthesiologica Belgica. 1989 ;
40 : 231-8
Grande-Bretagne
Post-anaesthetic recovery facilities – October 1985. The association of anaesthesists of
Great Britain and Ireland Ed, 9 Bedford Square, London WC1B 3RA.
Recommendations for standards of monitoring during anaesthesia and recovery. July
1988. The association of Anaesthesists of Great Britain and Ireland Ed, 9 Bedford Square,
London WC1B RA.
Etats-Unis
Standards for postanesthesia care. American Society of Anesthesiologists 21.10.1988.
ASA Newsletter December 1988 (page 7).
ANNEXE 4
41
RECOMMANDATIONS CONCERNANT LA PERIODE PREANESTHESIQUE
La 1ère édition de ces recommandations a été publiée en septembre 1991, et réimprimée
en 1994.
Membres du groupe de travail ad hoc : Pr JP Haberer (Nancy) : directeur du groupe, Dr JL
Blache (Marseille), Dr C Blery (Cavaillon), Pr B Dixneuf (Nantes), Pr B Eurin (Paris), Dr JC
Granry (Angers), Dr S Johanet (Paris) Pr J Marty (Paris), Dr M Rouge (Chambéry), Dr M
Vignier (Mantes la Jolie).
Membres du conseil d’administration de la SFAR – année 1991 : Dr B du Grès : Président,
Pr P Scherpereel : 1er vice-président, Pr MC Laxenaire : 2ème vice-président, Pr V
Banssillon : secrétaire général, Pr F d’Athis : secrétaire générale adjointe, Dr G Boulard :
trésorier, Pr C Conseiller : trésorier adjoint, Dr A Bénichou, Pr B Caillard, Pr JM Desmonts,
Pr B Dixneuf, Pr P Erny, Pr P Feiss, Pr G François, Pr F Gouin, Pr JP Haberer, Pr A
Lienhart, Dr JM Mascaro, Pr B Roquefeuil, Dr C Rouet, Pr K Samii, Pr P Steiglitz, Pr P
Viars, Pr C Winckler.
Dans le but de contribuer à la sécurité optimale des patients aneshésiés, la SFAR élabore
des recommandations portant notamment sur les thèmes suivants : 1/ période
préanesthésique, 2/ surveillance des patients en cours d’anesthésie, 3/ surveillance du
réveil, 4/ pratique de l’anesthésie chez le patient ambulatoire, 5/ pratique de l’analgésie
obstétricale, 6/ formation des médecins anesthésistes-réanimateurs.
Encore appelés normes ou standards, ces recommandations visent à améliorer et/ou
maintenir la sécurité des patients anesthésiés donc à diminuer la morbidité et la mortalité
anesthésiques et aident à l’obtention d’une dotation adéquate en personnel médical et
paramédical ainsi qu’à l’acquisition de l’équipement nécessaire.
Ces recommandations sont l’expression d’un consensus au sein du groupe de travail ad
hoc et du conseil d’administration de la SFAR société scientifique représentative des
anesthésistes-réanimateurs français. Elles tiennent compte des données actuelles de la
science et des techniques ainsi que des normes déjà formulées par des sociétés d’autres
pays, en particulier européens. Elles ont été établies dans le respect de la législation et de
la réglementation françaises. Elles seront soumies à une révision périodique.
Afin d’offrir aux patients anesthésiés une sécurité et une qualité de soins optimales, la
SFAR recommande une conduite préanesthésique fondée sur les éléments détaillés dans
42
ce document.
EXAMEN PREANESTHESIQUE
Seul le médecin anesthésiste-réanimateur est habilité à réaliser la consultation
préanesthésique avant tout acte thérapeutique ou diagnostique pratiqué sous anesthésie
générale, anesthésie ou analgésie locorégionale ou sédation. Cette consultation lui permet
d’effectuer un examen clinique, d’évaluer le risque, de décider de la prémédication
éventuelle et de la technique anesthésique, d’informer le patient et de le préparer à
l’intervention. Cette démarche est adaptée au degré d’urgence, à l’état du patient, à l’acte
et à l’anesthésie projetés.
L’examen préanesthésique comporte un examen du dossier, un interrogatoire et un
exame physique. L’interrogatoire recherche les antécédents médicaux, chirurgicaux et
anesthésiques, les traitements en cours et tout autre problème médical susceptible
d’interférer avec l’anesthésie. Pour les enfants, la présence des parents lors de l’examen
et la consultation du carnet de santé sont souhaitables. Un questionnaire médical,
préalablement rempli par le patient ou le médecin traitant, peut être utile. Il ne remplace
pas l’examen clinique. Le compte rendu écrit de l’examen préanesthésique en précise la
date ainsi que l’identité du médecin qui l’a effectué : il est inséré dans le dossier médical.
En fonction des données de l’interrogatoire et de l’examen physique, de l’acte et de
l’anesthésie
envisagés,
ainsi
que
du
degré
d’urgence,
d’éventuels
examens
complémentaires sont effectués. Aucune donnée scientifique ou norme réglementaire
n’impose la pratique systématique d’examens complémentaires. Seuls ceux motivés par
les données de l’interrogatoire, de l’examen, de l’acte et de l’anesthésie envisagés sont
indispensables. Le cas échéant, une consultation spécialisée est demandée.
ORGANISATION DE LA CONSULTATION PREANESTHESIQUE
La consultation d’anesthésie désigne à la fois l’acte et le lieu où est pratiqué l’examen
préanesthésique. Comme pour toute consultation médicale, elle comporte un accueil
secrétariat, une salle d’attente, une ou plusieurs salles d’examen. Il est souhaitable qu’elle
permette la réalisation immédiate éventuelle de prélèvements sanguins, en vue d’examens
complémentaires, et d’un ECG. La consultation est destinée aux patients non hospitalisés
et à ceux qui sont hospitalisés et capables de se déplacer. Elle offre un confort optimal
aux patients et garantit le respect du secret médical.
Dans la mesure du possible, la consultation préanesthésique a lieu à distance de l’acte.
Elle doit se dérouler à une date qui permette de prévoir les investigations nécessaires à
43
l’élaboration d’une tactique anesthésique. Elle ne dispense pas d’une visite la veille ou le
matin de l’intervention.
Lors d’interventions programmées, pratiquées ou non dans un contexte ambulatoire,
l’interrogatoire, l’examen et l’information ne doivent pas avoir lieu dans l’instant qui
précède l’anesthésie.
Dans le cas où le médecin qui procède à la consultation prévoir de ne pas réaliser luimême l’anesthésie, il est recommandé d’en informer le patient. Le médecin anesthésiste
effectuant l’anesthésie prend connaissance du dossier médical et se présente au patient
avant l’intervention.
STRATEGIE PREOPERATOIRE
L’indication de l’anesthésie et de ses modalités est du ressort du médecin anesthésiste. Il
décide de la technique anesthésique et de la préparation à l’intervention en fonction des
données de l’examen préanesthésique. Il prend en considération les souhaits formulés par
le patient, ou par les parents ou le tuteur s’il s’agit d’un mineur, et éventuellement ceux
émis par l’opérateur.
L’opérateur pose l’indication opératoire, décide du type d’intervention et prévoit le moment
de sa réalisation. L’opérateur qui sollicite une anesthésie doit adresser le malade
suffisamment tôt pour consultation au médecin anesthésiste afin que ce dernier puisse
prescrire les examens et la préparation éventuellement nécessaires.
Quand les données de l’examen amènent le médecin anesthésiste soit à déplacer le
moment prévu pour une intervention afin d’effectuer une préparation pré-opératoire, soit à
contre-indiquer une anesthésie pour une intervention non immédiatement indispensable, il
en avertit aussitôt l’opérateur. Le choix définitif du moment de l’intervention ou de son
report éventuel résulte d’une concertation. Les divergences d’avis sont réglées
collégialement. Dans l’éventualité d’une divergence d’opinion majeure et persistante, le
patient en est informé comme le précise le code de déontologie. Hormis les cas d’urgence
vitale, le médecin anesthésiste peut refuser de pratiquer une anesthésie.
Le médecin anesthésiste, étant coresponsable de la sécurité de l’opéré, ne doit pas
accepter, urgences mises à part, un programme opératoire compromettant cette sécurité.
Par conséquent, celui-ci est élaboré conjointement par l’opérateur et l’anesthésiste.
INFORMATION ET CONSENTEMENT DU PATIENT
Quand la décision d’intervenir est prise et la technique anesthésique fixée, le patient et/ou
ses proches en sont informés. Cette information a pour but d’éclairer le patient sur l’acte
44
anesthésique projeté, d’obtenir son consentement et de répondre à ses éventuelles
questions. L’information insistera plus spécialement sur les points suivants : différentes
techniques d’anesthésie et d’analgésie postopératoire disponibles, leurs risques
prévisibles, échecs possibles de l’anesthésie locorégionale pouvant nécessiter une
anesthésie générale, changement de technique anesthésique justifié par la stratégie
opératoire, possibilité de transfusion sanguine en cas de chirurgie potentiellement
hémorragique, techniques d’épargne transfusionnelle notamment par la transfusion
autologue programmée.
Une anesthésie ne peut être pratiquée chez un mineur, sans l’autorisation écrite des
parents, du tuteur légal ou de la personne physique ou morale qui a reçu mandat écrit des
parents.
En cas d’urgence ou d’impossibilité de recueillir en temps utile cette autorisation écrite,
l’autorisation verbale s’y substitue au titre du « cas de force majeure ». Cette autorisation
verbale doit être consignée avec précision (identité exacte du mandant, date, heure) dans
le dossier médical.
Si aucun représentant légal n’est accessible, il est préférable de recevoir l’accord du juge
des enfants, qui pourra être donné a posteriori si l’urgence est telle que l’intervention doit
être immédiate.
BIBLIOGRAPHIE
France
Circulaire n°394 du 30 avril 1974 relative à la sécurité des malades anesthésiés. Ministère
de la Santé publique et de la Sécurité sociale.
Circulaire n°340 DGS/POS 3A du 23 mars 1982 relative à la sécurité des malades
anesthésiés. Ministère de la Santé.
Nomenclature générale des actes professionnels des médecins, des chirurgiens-dentistes,
des sages-femmes et des auxiliaires médicaux. JO du 29 décembre 1982, NC 11663.
Circulaire n°431 DGS/3A du 27 juin 1985 relative à la sécurité des malades anesthésiés
dans les établissements sanitaires hospitaliers publics et privés. Ministère des Affaires
sociales et de la Solidarité nationale.
Ces recommandations peuvent être obtenues sur simple demande au siège de la SFAR :
74, rue raynouard, 75016 PARIS.
Allemagne
Entschliessung zur anästhesiologischen Vorintersuchung. Deutsche Gesellschaft für
45
Anästhesiologie und Intensivmedizin. Anästh Intensivmed 1982 ; 23 : 446.
Qualitätssicherung in der Anästhesiologie, Richtlinien der Deutschen Gesellschaft für
Anästhesiologie und Intensivmedizin und deserufsverbendes Deutscher Anästhesisten.
Anästh Intensivmed 1989 ; 30 : 307-14.
Belgique
Belgian standards for patient safety in anaesthesia. Acta Anaesthesiol Belgica 1989 ; 40 :
231-8
Etats-Unis
Basic standards for Preanesthesia Care (approved by House of Delegates on October 14,
1987). American Society of Anesthesiologists.
Pays-Bas
Advisory report on anaesthesiology. Part I – Recent developments in anaesthesiology –
Submitted by a committee of the Health Council of the Netherlands. Government
Publishing Office, The Hague, 1980.
ANNEXE 5
RECOMMANDATIONS CONCERNANT LA SURVEILLANCE DES PATIENTS EN
COURS D’ANESTHESIE
La 2ème édition de ces recommandations a été publiée en janvier 1994.
46
Membres du groupe de travail ad hoc : Pr JC Otteni (Strasbourg) : directeur du groupe, Dr
A Benichou (Angoulême), Pr H Bricard (Caen), Dr JP Caramella (Vittel), Pr F Clergue
(Paris), Pr JM Desmonts (Paris), Pr R Dome (Lyon), Pr P Feiss (Limoges), Dr R Hascoët
(Le Mans), Dr JM Mascaro (Gières), Pr P Stieglitz (Grenoble).
Membres du Conseil d’administration de la SFAR – année 1994 : Pr MC Laxenaire :
présidente, Pr C Conseiller : 1er vice-président, Dr JM Mascaro : 2ème Vice Président, Pr F
d’Athis : secrétaire générale, Pr A Lienhart : secrétaire général adjoint, Dr G Boulard :
trésorier, Pr JL Pourriat : trésorier adjoint, Pr C Auboyer, Dr G Bazin, Dr A Bénichou, Pr
JM Desmonts, Pr B Dixneuf, Pr R Dorne, Pr G François, Pr F Gouin, Dr B du Grès, Dr D
Laverdisse, Dr M Palot, Pr C Saint-Maurice, Pr P Scherpereel, Pr P Stieglitz, Pr M
Wilkening, Pr C Winckler.
Dans le but de contribuer à une sécurité optimale des patients anesthésiés, la SFAR
recommande une surveillance fondée sur les éléments détaillés dans ce document. Cette
surveillance doit être mise en œuvre lors de toute anesthésie générale, locorégionale et
sédation susceptible de modifier les fonctions vitales, quel que soit le site où ces actes
sont effectués.
Les recommandations concernent le personnel et la surveillance minimale du patient et de
l’appareil d’anesthésie. A cette surveillance clinique et instrumentale de base sont adjoints
des moyens complémentaires en fonction de l’état du patient, du type d’acte, des
impératifs anesthésiques. Certaines situations d’urgence peuvent ne pas permettre
l’application de ces recommandations en totalité. Une surveillance par une personne
compétente est aussi assurée lors du transport du patient vers l’unité de réveil, de soins
intensifs ou de réanimation.
Ces recommandations tiennent compte des données actuelles de la science et des
techniques. Elles ont été établies dans le respect de la législation et de la réglementation
françaises. Elles sont soumises à une révision périodique. Ce document en constitue la
deuxième édition, remplaçant celui publié en juin 1989.
PERSONNEL
Toute anesthésie générale, locorégionale, ou sédation susceptible de modifier les
fonctions vitales doit être effectuée et surveillée par ou en présence d’un médecin
anesthésiste-réanimateur qualifié. Celui-ci est soit un médecin spécialiste en anesthésieréanimation, soit un médecin en cours de spécialisation, remplissant les conditions pour
47
effectuer des remplacements*. Le médecin a une obligation de compétence adaptée à
l’acte qu’il pratique.
Le médecin-anesthésiste-réanimateur doit pouvoir être assisté, s’il le juge nécessaire, par
un autre médecin et/ou un(e) infirmier(e) anesthésiste, en particulier en début et en fin
d’anesthésie.
Si le médecin anesthésiste-réanimateur est amené à quitter la salle d’opération, il confie la
poursuite de l’anesthésie à un autre médecin anesthésiste-réanimateur qualifié. S’il la
confie à un médecin anesthésiste-réanimateur en formation ou à un(e) infirmier(e)
anesthésiste, il reste responsable de l’acte en cours et peut intervenir sans délai.
Les médecins en cours de spécialisation en anesthésie-réanimation ne remplissant pas
encore les conditions pour effectuer des remplacements, ainsi que les infirmiers(e)
anesthésistes,, ne sont pas habilité(e)s à réaliser une anesthésie en l’absence d’un
médecin anesthésiste-réanimateur qualifié. Ils (elles) ont essentiellement une fonction
d’assistance et de surveillance.
SURVEILLANCE DU PATIENT ET DE L’APPAREIL D’ANESTHESIE
Du début à la fin de l’acte, la surveillance du patient porte sur l’oxygénation, la ventilation,
la circulation, ainsi que la profondeur de l’anesthésie ou de la sédation (ou son extension
dans le cas de l’anesthésie locorégionale) et le cas échéant de la curarisation.
Quand le médecin anesthésiste-réanimateur ne peut approcher suffisamment du patient
(type d’intervention, radiations ionisantes, IRM), un monitorage instrumental adéquat
supplée à l’absence de surveillance clinique rapprochée.
C’est-à-dire ayant validé quatre semestres spécifiques de la discipline
Oxygénation
La surveillance de l’oxygénation englobe : l’inspection du patient, la masure continue de la
teneur en oxygène ou une mesure équivalente. Cette dernière débute avant l’induction et
se poursuit jusqu’au réveil.
Ventilation
La surveillance de la ventilation repose sur l’observation clinique (fréquence, amplitude et
symétrie de l’expansion thoracique, mouvements du ballon, auscultation) et sur l'utilisation
de méthodes instrumentales (spirométrie expiratoire, manométrie et capnographie).
Après intubation trachéale et après toute mobilisation de la tête du patient, la position de la
sonde endotrachéale est vérifiée.
48
Circulation
La surveillance de la circulation porte sur les battements cardiaques, la fréquence
cardiaque, la pression artérielle, la circulation périphérique, le capnogramme et l’ECG.
Les battements cardiaques sont surveillés de façon continue par une des méthodes
suivantes : palpation du pouls artériel, auscultation cardiaque, mesure continue de la
pression artérielle, oxymétrie de pouls ou une technique équivalente. La fréquence
cardiaque et la pression artérielle sont notées à des intervalles de temps ne dépassant
pas 5 minutes. La surveillance de l’ECG débute avant l’induction.
Profondeur de l’anesthésie ou de la sédation et de la curarisation
La profondeur de l’anesthésie ou de la sédation est évaluée cliniquement sur les réactions
motrices et circulatoires. Le monitorage de la transmission neuromusculaire à l’aide d’un
stimulateur de nerf est recommandé en cas d’administration prolongée de myorelaxants
ou quand une sensibilité accrue du patient ou une curarisation résiduelle est suspectée.
Autres éléments de surveillance
En cours d’anesthésie, la position du patient est surveillée, en particulier les points d’appui
et les territoires comportant un risque de lésion nerveuse. Tout changement de position
impose un nouveau contrôle des variables mesurées.
La température centrale est mesurée dès lors qu’une déviation notable de la valeur
normale existe ou est prévue, notamment chez l’enfant.
Fiche d’anesthésie
Tout acte anesthésique donne lieu à l’établissement d’une fiche d’anesthésie sur laquelle
sont consignés les principaux éléments de l’examen préopératoire, la prémédication, les
données de la surveillance peranesthésique, les temps opératoires, les médicaments et
les produits sanguins administrés, les gestes associés (accés vasculaires, intubation
trachéale, réglagles du ventilateur). Pour l’anesthésie locorégionale sont notés la
technique utilisée, le site de ponction, le type de matériel et les caractéristiques du bloc .
Les noms des personnes ayant assuré l’examen préopératoire, l’anesthésie et la
surveillance du réveil sont aussi notées. En cas d’incident ou d’accident, un rapport écrit
est ajouté.
49
EQUIPEMENT DE SURVEILLANCE
Le médecin anesthésiste-réanimateur doit disposer d’un équipement dont il connaît et
vérifie la composition et le fonctionnement avant chaque utilisation en se référant à une
check-list.
Surveillance du patient
Chaque site anesthésique doit pouvoir disposer des appareils suivants :
-
moniteur ECG ;
-
un appareil de mesure automatique de la pression artérielle ;
-
un oxymètre de pouls ;
-
un capnographe ;
-
un analyseur de vapeur anesthésique, pour les anesthésies avec un circuit filtre
alimenté par un faible débit de gaz frais.
Surveillance de l’appareil d’anesthésie
Les dispositifs requis pour cette surveillance figurent dans les Recommandations de la
SFAR concernant l’appareil d’anesthésie et sa vérification avant utilisation.
Equipement complémentaire
D’autres appareils de surveillance peuvent être nécessaires en fonction du type de patient,
de l’acte chirurgical et des impératifs anesthésiques.
Dans les établissements où un manque de personnel et/ou de matériel ne permet pas de
respecter ces recommandations, la SFAR conseille au médecin anesthésiste-réanimateur
de faire un état des lieux avec la liste des éléments manquants, d’en informer par écrit le
responsable administratif afin d’établir un plan permettant la mise en conformité avec ces
recommandations au plus tard le 1er janvier 1997.
BIBLIOGRAPHIE
France
Ministère de la Santé publique et de la Sécurité Sociale. Circulaire n°394 du 30 avril 1974,
relative à la sécurité des malades anesthésiés.
Ministère de la Santé. Circulaire n°340 DGS/POS 3 A du 23 mars 1982, relative à la
sécurité des malades anesthésiés.
Ministère des Affaires sociales et de la Solidarité nationale. Circulaire n°431 DGS/3A du
27 juin 1985, relative à la sécurité des malades anesthésiés dans les établissements
50
sanitaires hospitaliers publics et privés.
Recommandations de la SFAR
Recommandations concernant la surveillance des patients en cours d’anesthésie (1er ed
juin 1989, réimpression mars 1990, 2e ed janvier 1994).
Recommandations concernant la surveillance et les soins postanesthésiques, septembre
1990.
Recommandations concernant l’anesthésie du patient ambulatoire, septembre 1990.
Recommandations concernant la période préanesthésique, septembre 1991.
Recommandations concernant la pratique de l’analgésie obstétricale, septembre 1992.
Recommandations concernant las transferts interhospitaliers médicalisés, décembre 1992.
Recommandations concernant les transports médicalisés intrahospitaliers, 1994.
Recommandations concernant l’appareil d’anesthésie et sa vérification avant utilisation,
janvier 1994.
Ces recommandations peuvent être obtenues sur simple demande au siège de la SFAR :
74, rue raynouard 75016 PARIS.
International Task Force on Anaesthesia Safety, International Standards for a Safe
Practice
of
Anaesthesia.
Adopted
by
the
World
Federation
of
Societies
of
Anaesthesiologists June 13, 1992. APSF Newsletter 1992 : 30-31.
ANNEXE 6
RECOMMANDATIONS
CONCERNANT
L’EQUIPEMENT
D’UN
SITE
OU
D’UN
ENSEMBLE DE SITES D’ANESTHESIE
La 1ère édition de ces recommandations a été publiée en janvier 1995.
Membres du groupe de travail ad hoc : Pr JC Otteni (Strasbourg) : directeur du groupe, Mr
J Ancellin (Poitiers) : ingénieur biomédical, Dr JB Cazalaà (Paris), Pr F Clergue (Paris), Pr
51
P Feiss (Limoges), Mme S Fougère (Paris) : ingénieur biomédical, Pr J Fusciardi
(Poitiers), Pr G Janvier (Bordeaux), Pr Y Nivoche (Paris), Pr D Safran (Paris).
Membres du conseil d’administration de la SFAR – année 1994 : Pr MC Laxenaire :
présidente, Pr C Conseiller : 1er vice-président, Dr JM Mascaro : 2ème vice-président, Pr F
d’Athis : secrétaire générale, Pr A Lienhart : secrétaire général adjoint, Dr G Boulard :
trésorier, Pr JL Pourriat : trésorier adjoint, Pr C Auboyer, Dr G Bazin, Dr A Bénichou, Pr
JM Desmonts, Pr B Dixneuf, Pr R Dorne, Pr G François, Pr F Gouin, Dr B du Grès, Dr D
Laverdisse, Dr M Palot, Pr B Roquefeuil, Pr C Saint-Maurice, Pr P Scherpereel, Pr P
Stieglitz, Pr M Wilkening, Pr C Winckler.
Dans le but de contribuer à une sécurité optimale du patient anesthésie, la SFAR fait les
recommandations suivantes concernant l’équipement d’un site ou d’un ensemble de sites
d’anesthésie. Il s’agit de recommandations minimales, à compléter en fonction de l’activité
spécifique du site. Si au moment de la publication de ces recommandations, un site ou un
ensemble de sites déjà en fonction ne leur était pas conforme, la SFAR recommande au
médecin anesthésiste-réanimateur de réaliser avec les responsables administratifs de
l’établissement un plan permettant à terme la mise en œuvre des dispositions du présent
document.
Ces recommandations, établies en fonction des données actuelles de la science, des
normes, circulaires et textes réglementaires, seront soumises à une révision périodique.
DEFINITION
Un site d’anesthésie est un lieu où un patient bénéficie d’une anesthésie générale,
locorégionale ou d’une sédation, effectuée sous la responsabilité d’un médecin
anesthésiste-réanimateur qualifié. Sont considérés comme sites d’anesthésie le bloc
opératoire et tout autre lieu où sont pratiqués les actes précédemment cités. Dans un
souci de sécurité et d’efficacité, le regroupemnet des sites d’anesthésie entre eux et des
sites d’anesthésie avec les salles de surveillance postinterventionnelle (salles de réveil)
doit être impérativement recherché (1,2).
SITES D’ANESTHESIE DU BLOC OPERATOIRE
Un bloc opératoire comporte une ou plusieurs salles d’opération, une ou plusieurs salles
d’anesthésie (de préanesthésie ou d’induction), un lieu de rangement et de réserve des
médicaments et du matériel d’anesthésie-réanimation.
52
Salle d’opération
Elle est agencée et équipée en prenant compte les impératifs de la pratique de
l’anesthésie-réanimation.
Agencement
Prises de gaz médicaux et de vide. Prises électriques.
Une salle comporte au minimum les prises suivantes, réservées à l’anesthésieréanimation : deux prises d’oxygène (O2), une de protoxyde d’azote (N2O), et deux de
vide ; la présence d’une prise d’air comprimé à usage médical (AC) est fortement
recommandée (3-5). Les prises de gaz à usage anesthésique sont regroupées sur un
tableau spécifique à cette utilisation. Les prises au sol doivent être éliminées (6). Si
l’alimentation en gaz et en électricité est assurée par bras plafonnier, elle est doublée par
une alimentation murale.
La pression des gaz est de 3,5 ± 0,7 bars, (350 ± 70 kPa) et la dépression de l’aspiration
médicale de – 0,6 ± 0,1 bar (-60 ± 10kPa) (3, 4). Pour diminuer le risque de rétropollution
d’une conduite d’O2 par un autre gaz, la pression de service de l’O2 est réglée à une valeur
supérieure à celle des autres gaz.
Le schéma de distribution des gaz est affiché dans le bloc opératoire. Le médecin
anesthésiste-réanimateur
connaît
la
localisation
des
manomètres,
des
circuits
d’alimentation en gaz médicaux, ainsi que l’emplacement et la fonction des vannes de
sectionnement situées dans le bloc opératoire.
Le nombre de prises de courant est adapté à celui des appareils susceptibles d’être
utilisés. L’alimentation électrique (230 V ± 15%) est assurée par deux circuits différents.
Moyens
de
télécommunication
entre
sites
d’anesthésie,
salle
de
surveillance
postinterventionnelle et salle de soins intensifs/réanimation.
Tout site d’anesthésie comporte un téléphone et/ou un interphone et/ou un bouton d’appel
d’urgence permettant de communiquer, sans perdre le patient de vue, avec les autres
sites, la salle de réveil et/ou de réanimation. Les téléphones mobiles et autres émetteursrécepteurs peuvent induire, même en position veille, des interférences électromagnétiques
avec d’autres appareils électroniques (moniteurs, ventilateurs, ect…). C’est pourquoi leur
utilisation à proximité de ces derniers est fortement déconseillée.
Sol antistatique
53
Un sol antistatique n’est requis que dans les locaux où se pratique l’anesthésie par
inhalation à l’aide de produits susceptibles de former avec l’atmosphère ambiante un
mélange pouvant s’enflammer ou exploser (salles classées AIA : anesthésiques
inflammables autorisés) (7). Les anesthésiques par inhalation actuellement utilisés ne
comportant ni risque d’explosion, ni risque d’incendie, le sol antistatique n’est plus justifié.
La salle d’opération est alors classée « non AIA ».
Système antipollution
Par circulaire ministérielle, il est proposé que les salles où se font les anesthésies, y
compris l’induction et le réveil, soient équipées de dispositifs assurant l’évacuation de gaz
et vapeurs anesthésiques de façon à limiter leurs concentrations dans l’air ambiant (6).
La SFAR recommande l’utilisation dans les sites d’anesthésie de systèmes antipollution
évacuant à l’extérieur du bâtiment le protoxyde d’azote et les vapeurs halogénées sortant
de la valve d’échappement du système anesthésique et du ventilateur. Les cartouches
absorbantes retiennent les vapeurs halogénées mais pas le protoxyde d’azote.
Les systèmes antipollution à évacuation passive ou active requièrent une évaluation
technique avant leur mise en fonction. L’évacuation active ne doit pas faire appel à la
source de vide destinée aux aspirateurs. Les systèmes antipollution peuvent comporter
des risques et ne doivent pas être utilisés.
Compte tenu de la difficulté d’installer des dispositifs d’évacuation dans certains sites
existants, cette recommandation s’applique essentiellement aux sites futurs et à ceux
devant subir des transformations, à condition que les sites actuels bénéficient d’une
ventilation conforme aux normes, c’est-à-dire un apport en air neuf d’au moins 15 volumes
par heure (8).
Equipement en matériel d’anesthésie-réanimation
Au niveau de chaque site, le médecin anesthésiste-réanimateur dispose de l’ensemble du
matériel nécessaire à la réalisation des anesthésies, à la surveillance du patient et de
l’appareil d’anesthésie, et au rétablissement et/ou au maintien des fonctions vitales (2, 5,
9).
Le médecin n’utilise que du matériel qu’il connaît et qu’il vérifie avant chaque utilisation.
Appareil d’anesthésie
L’appareil d’anesthésie est l’objet de recommandations spécifiques (10). Un moyen
d’éclairage du patient et de l’appareil d’anesthésie doit être disponible.
54
Matériel de surveillance du patient et de l’appareil d’anesthésie
La liste du matériel est précisée dans les recommandations de la SFAR consacrées à la
surveillance du patient et de l’appareil d’anesthésie (10,11).
Pour la surveillance du patient anesthésié, le médecin anesthésiste-réanimateur doit
pouvoir disposer des appareils suivants : cardioscope, oxymètre de pouls, appareil de
mesure automatique de la pression artérielle, capnographe, analyseur de vapeurs
anesthésiques, thermomètre électrique, appareil de surveillance de la transmission
neuromusculaire. Un enregistreur ECG doit être disponible.
Matériel d’accès aux voies aériennes et d’oxygénothérapie
Tout site d’anesthésie comporte le matériel nécessaire au maintien de la liberté des voies
aériennes, à l’intubatin endotrachéale et à l’insufflation manuelle d’O2. Le matériel requis
pour l’intubatin difficile et l’insufflation translaryngée ou transtrachéale d’O2 peut être
commun à un ensemble de sites.
Matériel d’aspiration
Tout site d’anesthésie est équipé d’un dispositif d’aspiration indépendant de celui utilisé
par l’opérateur. Un régulateur de vide doit être disponible pour les aspirations continues à
dépression contrôlée, ainsi qu’un dispositif d’aspiration pour un drainage pleural urgent.
Pour les systèmes de récupération peropératoire du sang épanché en vue de sa
retransfusion, une troisième prise de vide est justifiée.
Matériel d’accès vasculaire et appareils de perfusion.
Chaque site d’anesthésie comporte le matériel permettant la mise en place d’accès
vasculaires. Des appareils de perfusion, à alimentation par secteur et batterie, sont
disponibles pour permettre la mise en route ou la poursuite de l’administration continue de
médicaments ou d’agents anesthésiques.
Matériel de réchauffement des liquides de perfusion et matériel de transfusion rapide.
Un système d’accélération et de réchauffement des liquides perfusés doit être disponible
dans les sites où un remplissage et/ou une transfusion rapides sont requis.
Matériel de prévention et de traitement de l’hypothermie
Les moyens permettant d’assurer le confort thermique du patient éveillé, ainsi que
55
l’équilibre thermique du patient anesthésié, doivent être disponibles.
Matériel de traitement de l’hyperthermie maligne
Le matériel et les médicaments nécessaires au traitement de l’hyperthermie maligne
doivent être disponibles. Par circulaire ministérielle, la dotation de base de dantrolène est
fixée à 36 flacons (soit 720 mg) par établissement (12). En cas de dispersion des sites
d’anesthésie, la SFAR recommande que le nombre de flacons disponibles sur place
permette l’administration dans les minutes qui suivent le diagnostic d’une dose pouvant
atteindre 5 mg.kg-1. Le lieu de stockage est défini avec précision et indiqué par voie
d’affichage au niveau de chaque site. Le stock doit aussi comporter la quantité d’eau
distillée (60 mL par flacon de dantrolène) et de seringues correspondantes pour la dilution
du produit.
Matériel de traitement des arrêts circulatoires.
Dans chaque site d’anesthésie, un défibrillateur doit être disponible en moins de 5
minutes. Dans les sites où sont pratiquées des thoracotomies, le défibrillateur est adapté à
la défibrillation à thorax ouvert. La maintenance régulière du défibrillateur est consignée
dans un cahier attaché à l’appareil.
Matériel requis pour le transfert du patient en salle de surveillance postinterventionnelle ou
en unité de réanimation ou de soins intensifs.
Pour le transfert du patient vers la salle de surveillance postinterventionnelle ou l’unité de
réanimation ou de soins intensifs, un insufflateur manuel avec bouteille d’O2 portable, ainsi
qu’un oxymètre de pouls et un moniteur ECG doivent être disponibles, si l’état du patient,
le type d’acte effectué et/ou la longueur du trajet l’imposent.
Salle d’anesthésie
La salle d’anesthésie (ou de préanesthésie ou d’induction) est destinée à l’accueil du
patient avant son entrée en salle d’opération et à la mise en route éventuelle d’une
anesthésie générale ou régionale [2].
Elle est d’autant justifiée que la rotation des patients est plus rapide et les actes plus
courts (patients ambulatoires). Elle peut être commune à plusieurs salles d’opération.
Agencement
La salle d’anesthésie est aménagée de façon à assurer au patient le confort sonore, visuel
56
et thermique et à permettre au médecin anesthésisite-réanimateur d’exercer son activité
dans les conditions optimales.
Elle comporte au moins deux prises d’O2 une de N2O, une de vide, ainsi que plusieurs
prises électriques par poste de préanesthésie. La présence d’une prise d’air médical est
recommandée [3]. La salle dispose d’un plan de travail et d’un lave-mains.
Equipement en matériel d’anesthésie-réanimation
L’équipement est fonction du type d’activité pratiqué au niveau du site d’anesthésie. Il est
en conformité avec le décret n°94-1050 du 5 décembre 1994 [5] et les recommandations
de la SFAR concernant la surveillance du patient anesthésié [11]
Lieu de rangement et de réserve du matériel d’anesthésie-réanimation
Un site d’anesthésie unique ou un ensemble de sites comporte un lieu de rangement de
médicaments et de matériel de première nécessité, auquel l’équipe d’anesthésieréanimation peut avoir accès sans délai préjudiciable pour le patient.
Les médicaments sont détenus dans un local, armoire ou autre dispositif de rangement
fermé à clef ou disposant d’un mode de fermeture assurant la même sécurité. Dans
ce local ou armoire, les stupéfiants sont détenus séparément dans une armoire ou un
compartiment spécial réservé à cet usage et lui-même fermé à clef [13].
Les médicaments devant être conservés au froid sont stockés dans un réfrigérateur
réservé à cet usage.
Ensemble de sites d’anesthésie
En cas de sites contigus et situés au même niveau et dans la même unité, l’équipement
d’anesthésie-réanimation d’usage peu courant peut être partagé entre ceux-ci et regroupé
dans le lieu de rangement incorporé à l’ensemble des sites.
Approvisionnement en produits sanguins
Quand le site d’anesthésie ou l’ensemble de sites où sont effectués des actes
susceptibles de nécessiter une transfusion est situé à distance du centre de transfusion, il
existe un circuit d’approvisionnement en sang, mis au point par les responsables
administratifs de l'’tablissement de soins et du centre de transfusion, permettant la mise à
disposition en temps voulu du sang nécessaire.
La délivrance de produits sanguins, leur stockage et leur traçabilité sont effectués
conformément aux règles établies par l’Agence française du sang pour ce qui est des
57
produits sanguins labiles et l’Agence française du médicament en ce qui concerne les
produits sanguins stables [14-17].
Examens de laboratoire
Quand des examens urgents ne peuvent être obtenus dans un délai satisfaisant, le site ou
l’ensemble de sites est équipé d’appareils permettant de les réaliser sur place. Il s’agit en
particulier
des
examens
suivants :
concentration
d’hémoglobine
sanguine
et/ou
hématocrite, gaz du sang, électrolytes, glycémie. Ces examens étant soumis à un contrôle
de qualité réglementaire, la validité des mesures et l’étalonnage des appareils doivent être
vérifiés par un biologiste.
SITES D’ANESTHESIE HORS BLOC OPERATOIRE
L’anesthésie hors bloc opératoire doit satisfaire aux mêmes impératifs de sécurité que
ceux qui s’appliquent au bloc opératoire.
L’équipement doit être adapté aux types d’acte et d’anesthésie qui y sont pratiqués.
CONTINUITE DE L’ALIMENTATION EN GAZ MEDICAUX ET EN ELECTRICITE
En cas de défaillance de l’alimentation normale en gaz à usage médical et électricité, des
systèmes ou des procédures assurent la continuité de l’alimentation des matériels de
l’installation et des matériels médicaux nécessaires à la poursuite des soins en cours,
sans préjudice pour chaque patient présent. Cette continuité est assurée pendant une
durée au moins égale au temps nécessité par l’achèvement de l’ensemble des soins de
tout patient traité dans le secteur opératoire. Cette durée doit tenir compte des actes
pratiqués et des complications prévisibles [9].
Pour assurer la continuité de l’alimentation en O2, la SFAR recommande qu’une bouteille
d’O2 de réserve soit solidarisée à l’appareil d’anesthésie [10].
MAINTENANCE DE L’APPAREILLAGE
La maintenance de l’appareillage d’anesthésie-réanimation doit être conforme aux
prescriptions des fabricants, figurant dans les manuels d’utilisation. Ceux-ci doivent être
accessibles à l’ensemble des utilisateurs. Tout incident ou risque d’incident mettant en
cause un dispositif ayant entraîné ou susceptible d’entraîner la mort ou la dégradation
58
grave de l’état de santé d’un patient, d’un utilisateur ou d’un tiers, doit être signalé sans
délai à l’autorité administrative [18]. D’une façon générale, les incidents ou risques
d’incident doivent être signalés à l’autorité administrative de l’établissement, au ministère
de la Santé (direction des Hôpitaux, bureau EM 1) par l’intermédiaire d’une fiche alerte,
ainsi qu’au fabricant.
REFERENCES
Ministère de la Santé Publique et de la Sécurité Sociale. Circulaire n° 394 du 30 avril 1974
relative à la sécurité des malades anesthésiés.
Ministère de la Solidarité nationale. Ministère de la Santé. Circulaire n° 340 DGS/POS 3A
du 23 mars 1982 relatvie à la sécurité des malades anesthésiés.
Association française de normalisation (AFNOR). Norme française NF S 90-155. Réseaux
de distribution de gaz médicaux non inflammables. Paris, février 1990.
Centre national de l’équipement hospitalier (CNEH). Les fluides à usage médical. Edition
1991. Editions Ecole nationale de la santé publique (ENSP), Rennes 1991. (Cet ouvrage
qui contient l’ensemble des textes réglementaires peut être commandé au CNEH, 9 rue
Saint Antoine Chantin, 75014 PARIS).
Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et de la Ville. Décret n° 94-1050 du 5
décembre 1994 relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements
de santé en ce qui concerne la pratique de l’anesthésie et modifiant le code de la santé
publique (troisième partie : décrets). JO du 8 décembre 1994 : 17383-5.
Ministère des Affaires sociales et de la Solidarité nationale. Circulaire DGS/3A/667 bis du
10 octobre 1985 relative à la distribution des gaz à usage médical et à la création d’une
commission locale de surveillance de cette distribution.
Association française de normalisation (AFNOR) et Union technique de l’électricité. Norme
française NF C 15-211, Juin 1987. Installations électriques à basse tension. Installations
dans les locaux à usage médical. Ministère de l’Intérieur. Arrêté du 23 mai 1989 portant
approbation de disposition complétant le règlement de sécurité contre les risques
d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public. JO du 14 juin 1989 :
7383-90.
Ministère de la Santé et de l’Action humanitaire. Arrêté du 7 janvier 1993 relatif aux
caractéristiques du section opératoire mentionné à l’article D.712-31 du code de la santé
publique pour les structures pratiquant l’anesthésie ou à la chirurgie ambulatoire visées à
l’article R. 712-21 (b) de ce même code. JO du 15 janvier 1993 : 821-2.
59
Société française d’anesthésie et de réanimation. Recommandations concernant l’appareil
d’anesthésie et sa vérification avant l’utilisation. Janvier 1994, 1ère édition.
Société Française d’anesthésie et de réanimation. Recommandations concernant la
surveillance des patients en cours d’anesthésie. Janvier 1994, 2ème édition.
Ministère de la Solidarité, de la Santé et de la Protection sociale. Circulaire relative au
traitement de l’hyperthermie maligne DGS/3A/327, 12 septembre 1989.
Ministère des Affaires Sociales et de l’Intégration. Ministre délégué à la Santé. Arrêté du 9
août 1991 portant application de l’article R. 5203 du Code de la Santé Publique dans les
établissements mentionnés à l’article L.577 du même code. JO du 10 octobre 1991 :
13284-135.
Ministère des affaires sociales et de l’intégration. Ministre délégué à la Santé. Arrêté du 3
décembre 1991 relatif à l’utilisation du plasma frais congelé. JO du 12 décembre 1991.
Ministère des Affaires Sociales et de l’Intégration. Ministre délégué à la Santé. Arrêté du
27 septembre 1993 portant homologation du règlement de l’Agence française du sang
relatif à la liste des produits sanguins labiles et pris en application de l’article L.666-8 du
code de la santé publique. JO du 19 octobre 1993 : 14540-2
Ministère des Affaires sociales et de l’Intégration. Ministre délégué à la Santé. Arrêté du
15 novembre 1993 portant homologation du règlement de l’Agence française du sang
relatif aux caractéristiques de certains produits sanguins labiles et pris en application de
l’article L.666-8 du Code de la Santé publique. JO du 30 novembre 1993 : 16521-4.
Assemblée nationale et sénat. Loi 94-43 du 18 janvier 1994 relative à la santé publique et
à la protection sociale. Titre I-Chapitre III, section 4 relatif à la transposition des directives
européennes relatives aux dispositifs médicaux (90/385/CEE et 93/42/CEE). JO du 19
janvier 1994 : 960-1.
60
ANNEXE 7
Décret n° 94-1050 du 5 décembre 1994 relatif aux conditions techniques de
fonctionnement des établissements de santé en ce qui concerne la pratique de
l’anesthésie et modifiant le code de la santé publique (troisième partie : décrets).
NOR : SPSH9403474D
Le Premier Ministre,
Sur le rapport du ministre d’Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, et
du ministre délégué à la santé,
Vu le code de la santé publique, notamment ses articles L.665-3, L.712-8, L.712-9 (3e ) et
R. 712-2-1 :
61
Vu le décret n°82-634 du 8 juillet 1982 relatif à la prise en compte des rémunérations des
praticiens, à la tarification des consultations externes et au contrôle de l’activité médicale
hospitalière dans les hôpitaux publics autre que les hôpitaux locaux et dans les
établissements privés à but non lucratif participant au service public hospitalier :
Vu l’avis du Conseil supérieur des hôpitaux en date du 27 juin 1994 ;
Vu l’avis du comité national de l’organisation sanitaire et sociale en date du 20 juillet
1994 :
Vu l’avis de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés en date du
27 septembre 1994 :
Après avis du Conseil d’Etat (section sociale),
Décrète :
Art. 1er – Il est inséré à la section III du chapitre II du titre Ier du livre VII du code de la
santé publique (troisième partie : Décrets) sous section II ainsi rédigée :
« Sous-section II
« Conditions de fonctionnement relatives à la pratique de l’anesthésie
« Paragraphe 1
« Dispositions générales
« Article D. 712-40
« Pour tout patient, dont l’état nécessite une anesthésie générale ou loco-régionale, les
établissements de santé, y compris les structures de soins alternatives à l’hospitalisation,
doivent assurer les garanties suivantes :
« 1° Une consultation pré-anesthésique, lorsqu’il s’agit d’une intervention programmée :
« 2° Les moyens nécessaires à la réalisation de cette anesthésie :
« 3° Une surveillance continue après l’intervention :
« 4° Une organisation permettant de faire face à tout moment à une complication liée à
l’intervention ou à l’anesthésie effectuées.
« Paragraphe 2
« De la consultation pré-anesthésique
« Article D. 712-41
« La consultation pré-anesthésique mentionnée au I° de l’article D. 712-40 a lieu plusieurs
jours avant l’intervention.
« Si le patient n’est pas encore hospitalisé, elle est effectuée :
« a) Pour les établissements de santé assurant le service public hospitalier : dans le cadre
des consultations externes relevant des dispositions du décret n° 82-634 du 8 juillet 1982 :
62
« b) Pour les établissements de santé privés relevant des dispositions de l’article L. 16222 du code de la sécurité sociale : soit au cabinet du médecin anesthésiste-réanimateur,
soit dans les locaux de l’établissement.
« Cette consultation est faite par un médecin anesthésiste-réanimateur. Ses résultats sont
consignés dans un document écrit, incluant les résultats des examens complémentaires et
des éventuelles consultations spécialisées. Ce document est inséré dans le dossier
médical du patient.
« La consultation pré-anesthésique ne se substitue pas à la visite pré-anesthésique qui
doit être effectuée par un médecin anesthésiste-réanimateur dans les heures précédant le
moment prévu pour l’intervention.
« Paragraphe 3
« De l’anesthésie
« Article D. 712-42
« Le tableau fixant la programmation des interventions est établi conjointement par les
médecins réalisant ces interventions, les médecins anesthésistes-réanimateurs concernés
et le responsable de l’organisation du secteur opératoire, en tenant compte notamment
des impératifs d’hygiène, de sécurité et d’organisation du fonctionnement du secteur
opératoire ainsi que des possibilités d’accueil en surveillance post-interventionnelle.
« Article D. 712-43
« L’anesthésie est réalisée sur la base d’un protocole établi et mis en œuvre sous la
responsabilité d’un médecin anesthésiste-réanimateur, en tenant compte des résultats de
la consultation et de la visite pré-anesthésiques mentionnées à l’article D. 712-41.
« Les moyens prévus au 2 de l’article D. 712-40 doivent permettre de faire bénéficier le
patient :
« 1° D’une surveillance clinique continue ;
« 2° D’un matériel d’anesthésie et de suppléance adapté au protocole anesthésique
retenu.
« Article D. 712-44
« I. – Les moyens mentionnées au I°de l’article D. 712-43 doivent permettre d’assurer,
pour chaque patient, les fonctions suivantes :
« I° Le contrôle continu du rythme cardiaque et du tracé électrocardioscopique ;
« 2° La surveillance de la pression artérielle, soit non invasive soit invasive, si l’état du
patient l’exige.
« II. – Les moyens mentionnés au 2° de l’article D. 712-43 doivent permettre d’assurer,
63
pour chaque patient, les fonctions ou actes suivants :
« a) L’arrivée de fluides médicaux et l’aspiration par le vide ;
« b) L’administration de gaz et de vapeurs anesthésiques ;
« c) L’anesthésie et son entretien ;
« d) L’intubatin trachéale ;
« e) La ventilation artificielle ;
« f) Le contrôle continu :
« - du débit de l’oxygène administré et de la teneur en oxygène du mélange gazeux
inhalé ;
« - de la saturation du sang en oxygène ;
« - des pressions et des débits ventilatoires ainsi que de la concentration en gaz
carbonique expiré, lorsque le patient est intubé.
« Paragraphe 4
« De la surveillance continue post-interventionnelle
« Article D.712-45
« La surveillance continue post-interventionnelle mentionnée au 3° de l’article D. 712-40 a
pour objet de contrôler les effets résiduels des médicaments anesthésiques et leur
élimination et de faire face, en tenant compte de l’état de santé du patient, aux
complications éventuelles liées à l’intervention ou à l’anesthésie.
« Cette surveillance commence en salle, dès la fin de l’intervention et de l’anesthésie.
« Elle ne s’interrompt pas pendant le transfert du patient.
« Elle se poursuit jusqu’au retour et au maintien de l’autonomie respiratoire du patient, de
son équilibre circulatoire et de sa récupération neurologique.
« Article D. 712-46
« Sauf pour les patients dont l’état de santé nécessite une admission directe dans une
unité de soins intensifs ou de réanimation, la surveillance qui suit le transfert du patient est
mise en œuvre dans une salle de surveillance post-interventionnelle.
« Sous réserve que les patients puissent bénéficier des conditions de surveillance
mentionnées à l’article D. 712-45, peuvent tenir lieu de salle de surveillance postinterventionnelle ;
« a) La salle de travail située dans une unité d’obstétrique, en cas d’anesthésie générale
ou loco-régionale pour des accouchements par voie basse ;
« b) La salle où sont pratiquées des activités de sismothérapie.
64
« Article D. 712-47
« La salle de surveillance post-interventionnelle est dotée de dispositifs médicaux
permettant pour chaque poste installé :
« a) L’arrivée de fluides médicaux et l’aspiration par le vide ;
« b) Le contrôle continu du rythme cardiaque et l’affichage du tracé électrocardigraphique,
par des appareils munis d’alarme, et le contrôle de la saturation du sang en oxygène ;
« c) La surveillance périodique de la pression artérielle ;
« d) Les moyens nécessaires au retour à un équilibre thermique normal pour le patient.
« La salle de surveillance post-interventionnelle est en outre équipée :
« I° D’un dispositif d’alerte permettant de faire appel aux personnels nécessaires en cas
de survenance de complications dans l’état d’un patient ;
« 2° D’un dispositif d’assistance ventilatoire, muni d’alarmes de surpression et de
débranchement ainsi que l’arrêt de fonctionnement.
« Les personnels exerçant dans cette salle doivent pouvoir accéder sans délai au matériel
approprié permettant la défibrillation cardiaque des patients ainsi que l’appréciation du
degré de leur éventuelle curarisation.
« Article D. 712-48
« La salle de surveillance post-interventionnelle doit être située à proximité d’un ou
plusieurs sites où sont pratiquées les anesthésies et dont le regroupement doit être
favorisé, notamment des secteurs opératoires et des secteurs où sont pratiqués les actes
d’endoscopie ou de radiologie interventionnelle.
« Ses horaires d’ouverture doivent tenir compte du tableau fixant la programmation des
interventions, mentionné à l’article D. 712-42, et de l’activité de l’établissement au titre de
l’accueil et du traitement des urgences.
« Toute nouvelle salle de surveillance post-interventionnelle y compris lorsqu’elle est créée
par regroupement de salles existantes afin notamment de respecter les normes de
personnel paramédical mentionnées à l’article D. 712-49, doit comporter une capacité
minimale de quatre postes.
« Article D. 712-49
« Les patients admis dans une salle de surveillance post-interventionnelle sont pris en
charge par un ou plusieurs agents paramédicaux, ou sages-femmes pour les interventions
prévues au a de l’article D. 712-46, affectés exclusivement à ladite salle pendant sa durée
65
d’utilisation et dont le nombre est fonction du nombre de patients présents.
« Pendant sa durée d’utilisation, toute salle de surveillance post-interventionnelle doit
comporter en permanence au moins un infirmier d’Etat formé à ce type de surveillance, si
possible infirmier anesthésiste diplômé d’Etat.
« Lorsque la salle dispose d’une capacité égale ou supérieure à six postes occupés,
l’équipe paramédicale doit comporter au moins deux agents présents dont l’un est
obligatoirement un infirmier diplômé d’Etat formé à ce type de surveillance, si possible,
infirmier anesthésiste diplômé d’Etat.
« Le personnel paramédical est placé sous la responsabilité médicale d’un médecin
anesthésiste-réanimateur qui doit pouvoir intervenir sans délai. Ce médecin :
« a) Décide du transfert du patient dans le secteur d’hospitalisation et des modalités dudit
transfert ;
« b) Autorise, en accord avec le médecin ayant pratiqué l’intervention, la sortie du patient
de l’établissement dans le cas d’une intervention effectuée dans une structure de soins
alternative à l’hospitalisation pratiquant l’anesthésie ou la chirurgie ambulatoire
mentionnée au b de l’article R. 712-2-1.
« Article D. 712-50
« Le protocole d’anesthésie ainsi que l’intégralité des informations recueillies lors de
l’intervention et lors de la surveillance continue post-interventionnelle sont transcrits dans
un document classé au dossier médical du patient.
« Il en est de même des consignes données au personnel qui accueille le patient dans le
secteur d’hospitalisation. Elles font également l’objet d’une transmission écrite.
« Article D. 712-51
« Un arrêté du ministre chargé de la santé détermine les modalités d’utilisation et de
contrôle des matériels et dispositifs médicaux assurant les fonctions et actes cités aux
articles D. 712-43 et D. 712-47. »
Art. 2. – A titre transitoire, les établissements de santé mentionnés à l’article D. 712-40 du
code de la santé publique existant à la date de publication du présent décret et dont les
installations ne satisfont pas aux conditions techniques de fonctionnement prévues aux
articles D. 712-43 à D. 712-50 de ce même code disposent d’un délai de trois ans à
compter de la date susmentionnée pour se conformer à ces conditions.
Les dispositions des articles D. 712-41, D. 712-42 et du dernier alinéa de l’article D. 71248 du code de la santé publique sont applicables dès la publication du présent décret.
66
Art. 3 – Le ministre d’Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, le
ministre de l’agriculture et de la pêche et le ministre délégué à la santé sont chargés,
chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal
Officiel de la République française.
Fait à Paris, le 5 décembre 1994,
Edouard BALLADUR
Par le Premier Ministre :
Le Ministre d’Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville,
Simone VEIL
Le ministre de l’agriculture et de la pêche,
Jean PUECH
Le ministre délégué à la santé,
Philippe DOUSTE-BLAZY
ANNEXE 8
DEFINITION DES PATIENTS SUSPECTS OU ATTEINTS D’ESST
Le diagnostic d’ESST (maladie de Creutzefeld-Jakob et nouveau variant de cette maladie,
syndrome de Gerstmann-Sträussler-Scheinker, insomnie fatale familiale) doit être
suspecté sur la présence d’apparition récente et d’évolution progressive sans rémission :
-
d’au moins un signe clinique neurologique : myoclonies, troubles visuels, troubles
cérébelleux, troubles pyramidaux, troubles extrapyramidaux, ataxie, chorée, dystonie,
symptômes sensitifs douloureux persistants, épilepsie, mutisme akinétique
-
associés à des troubles intellectuels (ralentissement psychomoteur, démence)
-
67
ou associés à des troubles psychiatriques (dépression, anxiété, apathie, comportement
de retrait, délire).
DEFINITION DES PATIENTS PRESENTANT DES FACTEURS DE RISQUE
INDIVIDUELS D’ENCEPHALOPATHIES SPONGIFORMES SUBAIGUES
TRANSMISSIBLES (ESST)
-
Antécédents de traitement par hormone de croissance extractive
-
Antécédents dans la famille génétique d’un cas d’ESST liée à une mutation du gêne
codant pour la PrPc
-
Antécédents d’intervention chirurgicale avec ouverture de la dure-mère, notamment
intervention neuro-chirurgicale ou d’exploration cérébrale invasive à l’exception des
interventions réalisées en France à partir du 1er janvier 1995
-
Antécédents de greffe de cornée, de tympan, de dure mère avant 1995
ANNEXE 9
Circulaire DGS/DH n°100 du 11 décembre 1995.
Relative aux précautions à observer en milieu chirurgical et anatomopathologique
face aux risques de transmission de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.
Résumé : cette circulaire vient remplacer celle référencée ci-dessous en la reprenant et en
précisant les méthodes à utiliser et les circonstances dans lesquelles les appliquer.
Mots-Clés : maladie de Creutzfeldt-Jakob, infection nosocomiale, hospitalisation, chirurgie,
neurochirurgie, ORL, ophtalmologie, autopsie, anatomopathologie, agents transmissibles
non conventionnels, prions, dispositifs médicaux.
68
Textes de référence : circulaire n°45 du 12 juillet 1994 relative aux précautions à observer
en milieu chirurgical et anatomopathologique face aux risques de transmission de la
maladie de Creutzfeldt-Jakob.
Textes abrogés : circulaire n°45 du 12 juillet 1994 relative aux précautions à observer en
milieu chirurgical et anatomopathologique face aux risques de transmission de la maladie
de Creutzfeldt-Jakob.
La circulaire n°45 du 12 juillet indiquait les précautions à observer en milieu chirurgical et
anatomopathologique face aux risques de transmission de la maladie de CretuzfeldtJakob. Cette circulaire a soulevé un certain nombre de difficultés d’application tenant :
-
à un degré de précision insuffisant dans la description des méthodes proposées qui, de
plus, n’abordaient pas les problèmes posés par les matériels non stérilisables
(endoscopes en particulier).
-
- au fait que la présentation générale du risque laissait au praticien la responsabilité de
définir les règles à adopter dans sa pratique personnelle et les circonstances dans
lesquelles les appliquer.
Cette nouvelle circulaire précise les méthodes à utiliser et les conditions dans lesquelles
elles doivent être appliquées. Elle vient donc remplacer la circulaire n°45 du 12 juillet 1994
qui est annulée.
1. RAPPEL SUR LES ENCEPHALOPATHIES SUBAIGUES SPONGIFORMES :
Les encéphalopathies subaigues spongiformes sont des maladies dégénératives du
système nerveux central, toujours mortelles, touchant l’homme et l’animal. Ces maladies
peuvent être transmises au sein d’une même espèce et dans certaines conditions d’une
espèce à une autre.
Chez l’animal,
il s’agit notamment de la tremblante du mouton, de l’encéphalopathie
transmissible au sein d’une même espèce et dans certains conditions d’une espèce à une
autre.
Chez l’homme, de telles encéphalopathies correspondent à la maladie de CreutzfeldtJakob (MCJ), au syndrome de Gerstmann-Straussler-Scheinker, au kuru, à l’insomnie
69
fatale familiale et peut être à la maladie d’Alpers.
Les encéphalopathies subaigues spongiformes se traduisent au début de leur évolution
par une ataxie, un tremblement et une instabilité posturale, évoluant le plus souvent vers
une démence et un état grabataire. Dans la forme habituelle, l’incubation est longue (10 à
35 ans) ; aucun test ne permet alors de poser le diagnostic. Durant la phase clinique, il n’y
a ni signe inflammatoire, ni anomalie biologique du sang ou du liquide céphalo-rachidien,
ni
test
non
invasif,
direct
ou
indirect,
permettant
d’affirmer
le
diagnostic ;
l’électroencéphalogramme n’apporte que des présomptions. Le diagnostic clinique est
confirmé uniquement par l’examen histopathologique du système nerveux central (SNC) :
spongiose avec vacuolisation neuronale, prolifération astrocytaire et hypertrophie de la glie
sans signe inflammatoire ni démyélinisation. Cette spongiose correspond à l’accumulation
d’une isoforme pathologique d’une protéine normale du système nerveux central qu’est la
protéine P. Cette protéine anormale, dont la concentration est proportionnelle au titre
infectieux du SNC, est présente bien avant l’apparition des signes cliniques.
Les agents responsables de ces maladies sont assimilés à la PrP anormale et regroupés
sous le nom d’agents transmissibles non conventionnels (ATNC) ou « prions ». Ils sont
particulièrement résistants à de nombreux traitements physiques et chimiques (chaleur
jusqu’à 130° en milieu humide, au delà en chaleur sèche, ultrasons, UV, radiations
ionisantes, éthanol, formaldéhyde…).
L’incidence de la maladie de Creutzfeldt-Jakob est de l’ordre de 1 cas par million
d’habitants et par an. Elle touche en général les personnes de plus de 50 ans et elle est
responsable d’environ 60 décès par an en France soit 1 décès sur 10 000. On distingue
les formes sporadiques (90%) et les formes familiales (10%). Récemment, l’attention a été
attirée par des formes iatrogènes transmises le plus souvent par l’administration
d’hormones hypophysaires extractives (hormone de croissance, gonadotrophines), les
greffes de dure-mère et des instruments neurochirurgicaux contaminés.
2- OBJECTIFS DE LA CIRCULAIRE
Cette circulaire a pour but de prévenir une éventuelle transmission iatrogène des ATNC. A
ce titre, elle complète différentes mesures plus spécifiques (cf annexe 2) concernant :
-
les médicaments et biomatériaux ,
-
les greffes de cellules, de tissus et d’organes,
70
-
ainsi que les produits sanguins.
En effet, si l’incidence de la MCJ reste stable pour l’instant, on voit se multiplier les cas de
transmission iatrogène, essentiellement à la suite d’injections d’hormone extractive de
croissance ou de greffes de dure-mère. Dans ces situations, il est impossible de savoir si
la contamination ne concerne qu’un petit nombre de personnes qui expriment toutes la
maladie ou nombre plus vaste de sujets parmi lesquels seul un petit nombre exprimeront
la maladie (peut être en raison d’une susceptibilité génétique particulière).
On ne peut donc qu’être préoccupé par le risque de voir se constituer des « réservoirs »
d’ATNC beaucoup plus vastes que les quelques centaines de personnes en incubation
d’une MCJ spontanée. Compte tenu de la multiplication des actes invasifs, le risque de
contamination doit désormais être pris en compte dans diverses circonstances.
Les recommandations exposées tiennent compte des données épidémiologiques
disponibles concernant l’infectiosité des tissus et l’efficacité des différentes voies
d’introduction ainsi que des recommandations élaborées par l’Organisation Mondiale de la
Santé et reprises par la Communauté Européeenne.
Le domaine des ANTC est un domaine encore mal connu et en constante évolution qui
impose une vigilance toute particulière. Les méthodes préconisées ont fait l’objet
d’expériences et d’études par des laboratoires de recherche sur les ATNC, avec un recul
et une expérience suffisants pour qu’on puisse les considérer comme fiables. Cependant,
ces expériences ont porté principalement sur des souches animales (dont le
comportement n’est sans doute pas rigoureusement superposable à celui des souches
humaines), aucune méthode n’a été validée selon un protocole spécifique et n’offre donc
une sécurité totale.
3. LES PROCEDES D’ELIMINATION DES ATNC SUR LE MATERIEL MEDICOCHIRURGICAL
3.1.
Le nettoyage :
Le nettoyage, première étape de traitement du matériel, associe une action mécanique et
une action détergente. Quel que soit le procédé utilisé (mécanique ou manuel), il sera mis
en œuvre par du personnel formé et protégé (gants, blouse, lunettes) pendant cette
opération.
71
Le matériel utilisé doit d’abord être mis à tremper à part dans un récipient rempli d’un
détergent de type alcalin pendant 15 minutes dès la fin de son utilisation.
Le matériel est ensuite nettoyé toujours à part, afin d’être débarrassé des impuretés
comme pourra le vérifier un examen visuel attentif.
L’emploi d’un détergent-désinfectant n’est pas en soi contre-indiqué mais tout produit
contenant un aldéhyde (formol, glutaraldéhyde,…) est formellement proscrit car ce dernier
a une action protectrice des ATNC vis à vis des procédures d’inactivation employées
ultérieurement. En cas d’utilisation d’un bac à ultra-sons, il faut bien vérifier la compatibilité
du produit.
Aucun traitement particulier des effluents n’est actuellement préconisé.
Cette phase de nettoyage est essentielle car, à elle seule, elle peut réduire notablement la
charge infectieuse et elle conditionne l’efficacité des étapes ultérieures. Néanmoins, le
matériel nettoyé peut être encore contaminé.
3.2.
L’inactivation des ATNC :
L’organisation Mondiale de la Santé retient trois procédés d’inactivation en précisant
qu’aucun ne constitue une garantie absolue ; il s’agit de :
-
l’autoclave sous certaines conditions (autoclave « pour charge poreuse »* entre 134°C
et 138°C pendant 18 minutes) ;
-
la soude (1N pendant 1 heure à 20°C) ;
-
l’hypochlorite de sodium (à 2% de chlore libre pendant 1 heure à 20°).
D’autres produits tels que, par exemple, le sodium dodécyl suflate (SDS) à 10% (en
trempage 30 minutes entre 60 et 100°C) peuvent diminuer notablement le titre infectieux.
L’efficacité de ces produits, en cours d’expérimentation, nécessité d’être confirmée avant
qu’on puisse les recommander en pratique courante.
3.2.1. L’inactivation chimique :
72
L’inactivation chimique est obtenue par les procédés suivants :
-
soit la soude 1N pendant 60 minutes à 20°C,
-
soit l’hypochlorite de sodium à 6° chlorométriques (eau de Javel** fraichement diluée
au ?) pendant 60 minutes à 20°C***.
* L’OMS distingue les autoclaves à déplacement de gravité (gravity-displacement autoclaving), utilisés dans les pays anglo-saxons, et
les autoclaves dits « pour charge poreuse » (porous-load autoclaving), seuls autoclaves existant en France. C’est donc les conditions
relatives à ce type d’appareils qui sont retenues ici.
** Certains auteurs donnent la préférence à la soude.
*** Le diagnostic de MCJ peut être suspecté devant l’apparition récente et l’évolution progressive d’un des éléments suivants :
-
un ralentissement psychomoteur ou une démence,
-
une ataxie cérébelleuse,
-
un trouble oculomoteur,
et après élimination des autres causes possibles de ces troubles.
Cette inactivation convient en général au matériel métallique : en cas de doute ou
d’instrument présentant plusieurs composants, il est nécessaire de vérifier auprès du
fabricant si les matériels sont compatibles avec les produits précédents. Lors d’un appel
d’offres, le cahier des charges devra tenir compte de ces impératifs.
Les conditions de mise en œuvre de cette inactivation (volume, récipient, titrage,
précautions d’emploi, élimination,…) seront étudiées avec le pharmacien, le médecin
hygiéniste et l’ingénieur biomédical. Il est rappelé que l’utilisation de soude sur de
l’aluminium est dangereuse (l’utilisation de l’Eau de Javel® n’est pas non plus sans
inconvénient). L’étape d’inactivation chimique doit être suivie d’un rinçage soigneux.
3.2.2. L’inactivation physique :
L’inactivation physique nécessite le recours à la chaleur humide. L’opération sera
effectuée dans un autoclave à une température qui ne doit pas être inférieure à 134°C et
pendant une durée qui ne doit pas être inférieure à 18 minutes.
4. LES SITUATIONS A RISQUES
Leur évaluation doit tenir compte du risque individuel et du risque lié à la nature de l’acte.
4.1.
Les patients :
Un individu pris au hasard présente un risque d’exprimer une MCJ et donc d’être à
73
l’occasion d’un acte invasif, à l’origine d’une contamination iatrogène, qui est de l’ordre de
1 sur 105. Il n’apparaît pas réaliste de modifier les procédures habituelles pour un risque
aussi faible considéré comme virtuel, sauf à insister sur la qualité de la phase de
nettoyage. De tels individus seront considérés comme des patients à risque virtuel.
Par contre, les patients ayant reçu de l’hormone de croissance extractive présentent un
risque plus élevé, évalué à 1 sur 102. Il en est de même,quoiqu’à un degré moindre, des
patients chez lesquels ont été implantés des fragments de dure-mère (du moins dans le
territoire céphalique). Enfin, les patients apparentés au premier degré (parents ou fratrie) à
des malades ayant présenté une forme familiale vraie de MCJ ont un risque encore plus
élevé.
Compte tenu des incertitudes inhérentes aux moyens diagnostiques, cela conduit à
considérer comme patients particulièrement à risque d’être à l’origine d’une contamination
les patients suivants :
-
ceux qui présentent des signes évocateurs de MCJ
-
ceux qui ont reçu de l’hormone de croissance extractive, des gonadotrophines
extractives ou de la glucocérébrosidase extractive,
-
ceux dont un membre de la famille (père, mère, fratrie) est décédé de MCJ confirmée
ou fortement suspectée,
-
ceux qui ont subi une intervention neurochirurgicale (ce qui inclut les patients ayant
subi une greffe de dure-mère intracranienne).
4.2.
La nature de l’acte :
Il faut d’abord distinguer les actes non invasifs, qui ne nécessitent pas de précautions
particulières, des actes invasifs. Parmi ces derniers, il faut différencier les actes touchant
des organes à haut potentiel d’infectiosité des autres (voir classification de l’OMS en
annexe). Il faut donc distinguer les interventions touchant le système nerveux central, l’œil
ou la dure-mère (ponction lombaire et certains actes de chirurgie ORL, maxillo-faciale ou
rachidienne) qui exposent à un risque démontré de contamination, des autres situations et
interventions dont la coeliochirurgie et l’accouchement, où le risque ne peut être exclu bien
qu’il n’ait pas été objectivé (risque virtuel).
5. PROCEDURES RECOMMANDEES
74
5.1.
Principes généraux :
En fonction de ce qui précède, c’est-à-dire en tenant compte du caractère réel ou virtuel
du risque lié au maladie ou à l’acte, on est amené à proposer trois types de procédures
correspondant à trois types de situations :
-
une procédure de précautions maximales (procédure I) chez les malades atteints de
MCJ et les patients particulièrement à risque subissant des actes à risque démontré.
Cette procédure nécessite la destruction (par incinération) du matériel. Si on décide de
conserver certains matériels – ce qui n’est envisageable que pour les patients non
atteints de MCJ – il faut associer le nettoyage, 2 procédés d’inactivation des ATNC : de
préférence un procédé d’inactivation chimique, pendant 60 minutes à 20°C, par la
soude 1N ou de l’eau de Javel® à 6° chlorométriques fraichement diluée, puis un
procédé d’inactivation physique par autoclave à au moins 134°C pendant au moins 18
minutes, à défaut les deux procédés chimiques successivement pendant 60 minutes
chacun.
-
Une procédure de précautions renforcées (procédure II) chez des patients
particulièrement à risque subissant des actes à risque virtuel ou chez des patients à
risque virtuel subissant des actes à risque démontré. Cette procédure nécessite, après
la phase de nettoyage, soit une inactivation physique à l’autoclave à au moins 134°C
pendant au moins 18 minutes, soit une inactivation chimique pendant 60 minutes à
20°C en utilisant la soude 1N en l’Eau de Javel® à 6° chlorométriques fraichement
diluée.
-
La procédure habituelle de stérilisation ou de désinfection chez des patients à risque
virtuel subissant des actes à risque virtuel (procédure III). Il faut cependant insister sur
l’exigence de qualité dans la mise en œuvre des diverses étapes de cette procédure
en routine et en particulier sur la phase de nettoyage. De même, il ne peut qu’être
recommandé de fixer, d’une manière générale, la durée de stérilisation à 18 minutes
avec une température de 134°C pour tout le matériel réutilisable.
5.2.
Les patients particulièrement à risque :
5.2.1. Les actes non invasifs ou courants
75
Si les patients atteints de MCJ doivent être accueillis en chambre individuelle pour des
raisons psychologiques évidentes, pour l’ensemble des patients particulièrement à risque il
n’y a pas de précaution particulière à prendre en plus des précautions dites universelles
(circulaire citée en annexe) en ce qui concerne les soins d’hygiène et les soins infirmiers, à
l’hôpital comme à domicile.
Le transfert de ces patients doit être précédé d’une information sur le diagnostic, sa
suspicion ou les facteurs de risque présentés, à destination des services ou des unités
d’accueil.
Les prélèvements biologiques seront effectués, comme il est de règle, avec du matériel à
usage unique et la circulation des produits biologiques issus du patient obéit aux règles
générales applicables à tout produit biologique conformément à la circulaire DGS/DH n°
23 du 3 août 1989 relative à la prévention de la transmission du VIH chez les personnels
de santé.
Pour les explorations ophtalmologiques, l’utilisation, chez ces patients, de matériel à
usage unique (tel que lentilles de contacts, coques et aiguilles d’électrorétinogramme et de
potentiels évoqués visuels, aiguilles et fraises à corps étranger, capuchons amovibles de
tonomètre, …) doit être la règle.
5.2.2. Les actes invasifs :
Le matériel utilisé chez ces patients pour des actes à risque démontré devra être traité
selon la procédure I (précautions maximales).
Le matériel utilisé chez ces patients pour des actes à risque virtuel devra être selon la
procédure II (précautions renforcées).
Ne sont licites chez ces patients que les interventions ou explorations invasives
susceptibles d’apporter un bénéfice thérapeutique direct pour le patient et il convient de
donner la préférence – à qualité de résultat comparable – aux techniques et aux méthodes
qui utilisent du matériel à usage unique ou réutilisable dans le cadre des procédures I ou
II.
76
La règle générale est de ne jamais utiliser de matériel thermosensible pour pratiquer des
examens chez ces patients. Dans le cas particulier des endoscopes, en cas de nécessité
d’utilisation par inadvertance chez des patients atteints de MCJ diagnostiquée ou
suspectée, l’endoscope devra être détruit. Cependant, en cas d’utilisation chez les autres
patients particulièrement à risque, compte tenu de la faible infectiosité des tissus touchésc
lors d’endoscopie bronchique ou digestive, on peut envisager de conserver l’endoscope et
de le soumettre à deux nettoyages successifs avec un détergent alcalin ne contenant pas
d’aldéhyde puis à une désinfection suivant les procédures recommandées par les
fabricants5.
En chirurgie ophtalmologique, la nature des instruments, dont certains ne tolèrent ni la
chaleur ni l’un des procédés chimiques d’inactivation des prions, oblige à nuancer le
schéma précédent :
-
en cas d’intervention chez un malade atteint de MCJ diagnostiquée ou suspectée, le
matériel doit obligatoirement être détruit sans exception possible ;
-
en cas d’interventionn chez les autres patients particulièrement à risque et ceux à
risque virtuel, le sort de ces instruments doit être étudié au cas par cas avec le CLIN.
5.2.3. Les déchets d’activités de soins :
Chez ces patients, les déchets d’activité de soins contenant du LCR doivent être
obligatoirement incinérés, de même que les fragments de tissus et les pièces
anatomiques, dont le placenta. Ces déchets ne peuvent suivre les flilières d’élimination
habituelles des déchets d’activité de soins à risque infectieux utilisant des procédés de
pré-traitement qu’à condition qu’elles aboutissent à une unsine d’incinération d’ordures
ménagères.
5
: Le fait que la plupart des produits préconisés contiennent un aldéhyde explique le double nettoyage préalable. Une circulaire à
paraître prochainement édictera des recommandations sur la désinfection des endoscopes.
Les autres déchets d’activité de soins des patients particulièrement à risque, ainsi que
ceux issus des autres patients, suivent les filières habituelles d’éliminaton.
Les précautions à prendre selon les différents situations sont récapitulées dans le tableau
suivant.
77
TABLEAU RECAPITULATIF DES PRECAUTIONS A PRENDRE POUR PREVENIR LA
TRANSMISSION DE LA MCJ
Actes à risque virtuel :
Acte à risque démontré :
SNC, œil* ou touchant la dure- (dont
particulièrement
coeliochirurgie
et
l’accouchement)
mère
Patients
la
Procédure II
à Procédure I
risque
-
patients atteints de MCJ Destruction (incinération) du Nettoyage avec un détergent
de type alcalin
ou suspects
matériel contaminé
patients à risque élevé
Alternative (seulement pour +
les patients non atteints de - soit inactivation physique (de
préférence)
MCJ) :
Nettoyage avec un détergent 
autoclave > à 134°
de type alcalin

+
- soit inactivation chimique
Inactivation
chimique
pendant au moins 18mn
60 60minutes (à la soude 1N ou à
minutes à 20°C :
l’eau
A la soude 1 N ou
chlorométriques)
A
l’eau
de
chlorométriques
Javel
à
6°
de
Javel
à
6°
78
+
Inactivation
physique
à
l’autoclave > à 134°
Pendant au moins 18 minutes
Patients à risque virtuel
Procédure III
Procédure II
Nettoyage avec un détergent Nettoyage
de type alcalin
+
+
- soit stérilisation habituelle
- soit inactivation physique (de (de préférence à 134° pendant
18 minutes)
préférence)

autoclave
>
à
134°C - soit désinfection habituelle
pendant au moins 18mn
- soit inactivation chimique à
60 minutes (à la soude 1N ou
à
l’eau
de
Javel
à
6°
chlorométriques)
6. Situations Particulières
6.1.
Les accidents professionnels :
Tout accident professionnel doit être obligatoirement déclaré comme accident de travail
selon les modalités en vigueur dans l’établissement et notifié au service de médecine du
travail. Les circonstances de l’accident de travail doivent toujours être soigneusement
précisées et consignées par écrit.
En cas de coupure ou de piqûre, il est recommandé de laver soigneusement, à l’eau de
Javel® à 6° fraichement diluée, pendant 5 à 10 minutes, les zones lésées et les zones
saines contigues. Un lavage abondant termine cette opération. En cas de projections
oculaires, un lavage immédiat, abondant et prolongé à l’eau ou au sérum physiologique
est effectué et complété par une consultation ophtalmologique de bilan.
Aucun traitement à visée préventive ne peut être recommandé dans l’état actuel des
connaissances vis à vis du risque spécifique des ATNC. Les personnels susceptibles
d’avoir été contaminés accidentellement par des ATNC devront être suivis par le service
de médecin du travail de façon prolongée.
79
6.2.
Au décès d’un patient atteint de MCJ :
Les pratiques de thanatopraxie sont déconseillées. De même, il est légitime de
recommander l’incinération du corps : cependant le libre choix des familles doit être
respecté. Par ailleurs, aucune législation actuelle n’empêche un transport de corps dans
les conditions habituelles.
6.3.
En anatomopathologie :
6.3.1. En salle d’autopsie :
Le risque de transmission de maladies infectieuses, qu’elles soient diagnostiquées ou non,
existe lors de toute autopsie. Les recommandatins suivantes concernent par conséquent,
toutes les autopsies, quelle que soit la cause du décès. Le risque ne doit en aucun cas
faire récuser une autopsie dont l’intérêt scientifique ou médico-légale est établi.
Le cerveau doit être prélevé en dernier afin d’éviter de contaminer par un éventuel ATNC
tous les organes examinés. Pour l’abord du crâne, il est recommandé, afin d’éviter les
projections, d’utiliser soit une scie à main soit une scie électrique protégée par un
manchon de plastique. L’utilisation de billots de bois doit être proscrite.
Les opérateurs doivent porter :
-
des gants métalliques entre deux paires de gants chirurgicaux ou des gants de
protection renforcée à fils métalliques recouverts par des gants chirurgicaux,
-
un masque antiprojection ou à visière jetable,
-
des lunettes de protection fermées sur le côté,
-
un tablier de protection, par dessus leur tenue habituelle.
A la fin de l’autopsie, tous les instruments sont traités selon la procédure I s’il s’agissait
d’un patient particulièrement à risque, selon la procédure III dans les autres cas. Dans
tous les cas, le matériel de protection ainsi que les tables et plans de travail sont
décontaminés à l’eau de Javel® à 6° chlorométriques fraichement diluée puis nettoyé
selon la procédure habituelle. Les pièces anatomiques non conservées, les liquides
biologiques, le matériel à usage unique et les linges ayant servi au nettoyage, sont
80
évacués vers l’extérieur pour incinération, sous double protection.
Lorsqu’il s’agit de l’autopsie d’un patient particulièrement à risque, les prélèvements fixés,
identifiés lisiblement sont placés dans des récipients fermés dont la surface externe a été
décontaminée à l’eau de Javel® à 6° chlorométriques fraichement diluée. Les
prélèvements formolés sont manipulés avec précaution car ils restent infectieux. Les
prélèvements à congeler sont disposés dans deux sacs plastiques superposés, lisiblement
étiquetés et rangés dans une boite plastique étiquetée, placée dans un compartiment
réservé et identifié d’un congélateur à –80°C ferme à clé.
6.3.2. Traitement au laboratoire des préparations anatommopathologiques :
6.3.2.1. Lorsqu’il s’agit de prélèvements sur des organes à risque démontré, tels que le
SNC ou l
a dure-mère, issus de patients particulièrement à risque, les opérateurs
doivent porter des gants métalliques sur une paire de gants ou des gants de protection
renforcée à fils métalliques, des lunettes de protection fermées sur le côté et un tablier
protecteur à usage unique.
Le matériel à usage unique est choisi de préférence ; il est jeté dans des conteneurs de
sécurité avant d’être incinéré.
Les fractions d’organes non fixées sont congelées dans des congélateurs spéciaux,
fermant à clé et étiquetés. Les organes fixés (inclus ou non) ou non fixés et les lames sont
considérés comme infectieux et stockés dans des endroits
spéciaux, fermant à clé,
étiquetés et marqués du signe de danger biologique.
Après fixation, les échantillons à inclure en paraffine, toujours infectieux, peuvent être
décontaminés sans altérer la qualité de la lecture en les agitant pendant 1 heure dans
l’acide formique normal pur. Ils devront ensuite être lavés pendant 2 heures dans du
formol à 4% afin de permettre l’inclusion. En l’absence d’inactivation par l’acide formique,
les échantillons restent infectieux : ni les techniques histologiques pratiquées, ni le temps
n’altèrent notablement leur infectiosité et toutes les manipulations de blocs comme de
lames, doivent être effecutées avec des gants ; tous les appareils en contact doivent subir
une inactivation chimique et physique suivant la procédure I ainsi que le matériel
réutilisable.
81
L’utilisation de rasoirs jetables est fortement conseillée. Exceptionnellement en cas
d’impossibilité d’utilisation de rasoirs jetables, les rasoirs en acier devront, en plus des
procédures habituelles de nettoyage, être décontaminés suivant la procédure I. La
stérilisation à la chaleur sèche (Poupinel) ne peut être préconisée comme procédure
d’inactivation des prions.
Les couteaux de verre seront préférés au diamant pour la coupe à l’ultramicrotome et jetés
après usage lorsqu’il existe une forte suspicion d’encéphalopathie spongiforme subaigue à
la microscopie optique.
6.3.2.2. Lorsqu’il s’agit de prélèvements sur des organes à risque virtuel, issus de patients
particulièrement à risque, les opérateurs devront porter soit une double paire de gants soit
des gants de protection renforcée à fils métalliques.
Après fixation, les échantillons devront être décontaminés en les agitant pendant 1 heure
dans l’acide formique normal pur. Ils devront ensuite être lavés pendant 2 heures dans du
formol à 4% avant inclusion. Cette procédure devra être respectée sauf dans le cas où elle
rendrait impossible des techniques spéciales. Dans ce cas, l’opérateur devra être formé à
une procédure particulièrement soigneuse.
6.3.2.3. Dans tous les autres cas, il faut observer les bonnes pratiques de laboratoire
habituelles.
Cas particulier : pour la cytopathologie du LCR, des cônes jetables doivent être utilisées et
incinérés après usage.
Dans tous les cas, après la préparation des échantillons, le plan de travail est
décontaminé avec un linge à usage unique imprégné d’eau de Javel® à 6°
chlorométriques fraichement diluée ; le plan de travail est ensuite rincé à l’eau puis nettoyé
avec un détergent.
Tous déchets d’origine humaine issus de patients particulièrement à risque, qu’ils
proviennent ou non du système nerveux central, doivent être incinérés.
82
7. DIFFUSION DE LA CIRCULAIRE ET MODALITES D’APPLICATION
Cette circulaire est destinée à l’ensemble des établissements de soins publics et privés,
aux organismes effectuant des opérations de stérilisation pour le compte d’un de ces
établissements, aux laboratoires d’analyses de biologie médicale et d’anatomopathologie,
publics et privés, et aux conseils de l’ordre des médecins, pharmaciens, chirurgiensdentistes et sage-femmes.
Elle devra être étudiée par le CLIN, l’équipe chargée de l’hygiène hospitalière et le
pharmacien de l’établissement. Cette étude doit conduire à réviser ou à établir des
protocoles écrits spécifiques à l’établissement, à certains secteurs ou à certains
procédures et qui tiendront compte de particularités locales dans les plus brefs délais.
Par ailleurs, il faut rappeler l’importance de la surveillance épidémiologique de la MCJ
ainsi bien sporadique et familiale que iatrogène. A cet effet, deux systèmes effectuent un
recueil de données :
-
un réseau de l’INSERM qui effectue une étude sur la maladie de Creutzfeldt-Jakob et
auquel il serait utile qui lui soint signalés tous les cas rencontrés par les neurologues,
neuropathologistes, psychiatres ou autres médecins qui suspectent ce diagnostic, le
plus précocément possible, en s’adressant à :
INSERM U. 360
Hôpital de la Salpétrière
75651 PARIS CEDEX 13
Tél : 01.42.16.25.51
Télécopie : 01.42.16.25.41
-
le centre national de référence de la maladie de Creutzfeldt-Jakob iatrogène, centre
d’expertise national pour les maladies de Creutzfeldt-Jakob dues à l’hormone de
croissance extractive mais aussi lié à d’autres facteurs (arrêté du 15 décembre 1993).
Il est situé :
Hôpital de la Salpétrière
47, boulevard de l’hôpital
75051 PARIS CEDEX 13
Tél : 01.42.16.22.24
83
7
Annexe 1 : CLASSIFICATION DE L’OMS
Catégorie I : haute infectiosité
-
Cerveau, moelle épinière8
Catégorie II : moyenne infectiosité
-
Rate, amygdale, ganglions lymphatiques, iléon, colon proximal
Catégorié III :
-
A : faible infectiosité
Nerf sciatique, surrénales, colon distal, muqueuse nasale9
B : très faible infectiosité
Liquide céphalo-rachidien, thymus, moelle osseuse, foie,
Poumon, pancréas9
Catégorie IV : infectiosité non détectable
-
Muscles squelettiques, cœur, glande mammaire,
colostrum, lait, caillot sanguin, sérum, fèces, rein, thyroïde,
glande salivaire, salive, ovaire, utérus, testicule, vésicule
séminale.
7
: report of the WHO consultation on public health issues related to animal and human spongiform encephalopathies – Geneva. 12-14
november 1991 (WHO/CDS/VPH/92.104).
Cette classification a été établie par l’Organisation Mondiale de la Santé en 1992, à partir d’études sur les titres d’infectiosité de
différents tissus et liquides biologiques du mouton au cours de tremblante clinique, et a été reprise par la Communauté européenne.
Chez l’homme, dans l’état actuel des connaissances, les risques sont établis par analogie avec ces modèles animaux. La réalité du
risque a été confirmée par certains cas cliniques iatrogènes à la suite de greffes de dure-mère, de cornée.
8
: Il paraît prudent d’y adjoindre l’hypophyse et le LCR pourtant classés respectivement en IIIa et IIIb par l’OMS, de même que les
méninges (dure-mère) et l’œil que la classification de l’OMS ne prend pas en compte.
9
: La publication de Yolchi Tamai et al. (N. Engl. J. Med. 327 ;9 :649) incite à faire figurer le placenta dans l’une ou l’autre de ces
catégories.
Annexe 2 : TEXTES CONCERNANT LES MESURES A PRENDRE POUR PREVENIR LA
TRANSMISSION DES ATNC
Transfusion sanguine :
Lettres ou notes de l’Agence Française du Sang des 23 décembre 1992,
décembre 1993 et 24 mai 1995.
Greffes de cellules, de tissus et d’organes :
10
84
Décret n° 94-416 modifiant le décret n°92-174 du 25 février 1992 relatif à la
prévention de la transmission de certaines maladies infectieuses ;
Circulaires DGS/DH/94 n°05 relative aux précautions à prendre dans le domaine
des risques de maladies transmissibles liés aux greffes et à l’utilisation humaine
d’organes, de tissus, de cellules et de produits d’origine humaine, particulièrement
en ce qui concerne les agents transmissibles non conventionnels (ATNC)
responsables d’encéphalopathies subaigues spongiformes ;
Arrêté du 7 octobre 1994 portant suspension de la fabrication, de l’importation, de
l’exportation et de la mise sur le marché et ordonnant le retrait des dures-mères
d’origine humaine et des produits en contenant.
Médicaments :
Arrêté du 3 juillet 1992 portant interdiction d’exécution et de délivrance de
préparations magistrales à usage humain à base de tissus d’origine bovine ;
Arrêté du 22 juillet 1992 portant interdiction d’exécution et de délivrance de
préparations magistrales et de médicaments homéopathiques à usage humain à
base de tissus d’origine bovine.
Dispositifs médicaux :
Décret n°95-292 du 16 mars 1995 relatif aux dispositifs médicaux définis à l’article
L.665-3 du code de la santé publique et modifiant ce code.
Biomatériaux :
Note d’information DGS/VS2/SQ3/93/26 DH/EM du 25 mars 1993 sur l’utilisation en
chirurgie de matériels contenant des produits d’origine bovine ou ovine et son
éventualité de contamination humaine provoquée par les agents des ESS animales.
Précautions dites « universelles »
85
Circulaire DGS/DH n°23 du 3 août 1989 relative à la prévention de la transmission
du virus du l’immunodéficience humaine chez les personnels de santé.
Destruction des déchets d’activités de soins à risques infectieux :
-
sur l’incinération :
Loi n°76-633 du 19 juillet 1976 aux installations classées pour la protection de
l’environnement.
Arrêtés des 23 août 1989 et 25 janvier 1991 sur les usines d’incinération d’ordures
ménagères.
-
Sur le prétraitement par procédés de désinfection : (il n’a pas été prouvé que
ces procédés inactivent les ATNC)
Circulaire du 26 juillet 1991 relative à la mise en œuvre des procédés de
désinfection des déchets des hôpitaux et assimilés
86
ANNEXE 10
Objet : circulaire DGS/5C/DHOS/E2/2001/138 du 14 mars 2001 relative aux précautions à
observer lors de soins en vue de réduire les risques de transmission d’agents
transmissibles non conventionnels.
Transmis : pour mise en œuvre et transmission aux présidents des commissions
médicales d’établissement, aux présidents des comités de lutte contre les infections
nosocomiales, aux équipes opérationnelles d’hygiène, aux services pharmaceutiques,
ainsi qu’à tous les services et professionnels concernés.
Date d’application : pour diffusion immédiate
Résumé : la présente circulaire a pour objet d’actualiser les recommandations visant à
réduire les risques de transmission d’agents transmissibles non conventionnels de la
circulaire DGS/DH n°100 du 11 décembre 1995
Mots clés : maladie de Creutzfeldt-Jakob, nouveau variant, encéphalopathie subaiguë
spongiforme
transmissible,
infection
nosocomiale
,
agents
transmissibles,
non
conventionnels et conventionnels, désinfection, stérilisation inactivation, inactivation,
dispositifs médicaux.
Textes de référence : décret n°96-838 et arrêté du 19 septembre 1996 relatifs à la
87
déclaration obligatoire des suspicions de maladie de Creutzfeldt-Jakob et autres
encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles humaines : circulaire DGS/DH
n° 51 du 29 décembre 1994 relative à l’utilisation des dispositifs médicaux à usage
unique ; lettre circulaire DH n° 987262 du 15 juillet 1998 relative à la sécurité d’utilisation
des dispositifs médicaux ; guide de bonnes pratiques de désinfection des dispositifs
médicaux, Conseil supérieur d’hygiène publique de France, Comité technique des
infections nosocomiales, 1998 ; circulaire DGS/DPPR n° 2000/292 du 29 mai 2000 relative
à diverses mesures concernant les appareils de désinfection des déchets d’activités de
soins à risques infectieux et assimilés.
Textes modifiés : circulaire DGS/DH n° 100 du 11 décembre 1995 relative aux précautions
à observer en milieu chirurgical et anatomopathologique face aux risques de transmission
de la maladie de Creutzfeldt-Jakob ; circulaire DGS/DH n° 236 du 2 avril 1996 relative aux
modalités de désinfection des endoscopes dans les lieux de soins.
Les encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles (ESST) sont des maladies
dégénératives du système nerveux central, transmissibles et caractérisées par
l’accumulation d’une isoforme pathologique (PrPSc) d’une protéine normale, la PrPC (cf.
circulaire DGS/DH n°100 du 11 décembre 1995). Il n’existe pas aujourd’hui de test de
dépistage ni de traitement de ces maladies qui sont constamment fatales. Une démarche
générale de prévention est donc essentielle.
La décennie 1980 a été marquée par l’apparition et le développement des formes
iatrogènes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ). Depuis 19941, on assiste à
l'émergence d'une nouvelle forme de MCJ, identifiée sous le nom de nouveau variant
(nvMCJ) résultant, selon toute vraisemblance, de la transmission à l'homme de l'agent de
l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Au 1er décembre 2000, 87 patients ont été
reconnus atteints en Grande-Bretagne, 1 en Irlande et 3 en France. Compte tenu de la
longue durée d’incubation, les données épidémiologiques disponibles sur les cas de
nvMCJ sont trop parcellaires pour estimer la prévalence de l’infection humaine. Les
projections publiées en août 2000 font état d’un nombre total de cas qui pourrait être
compris entre 63 et 136.000 cas pour la seule Grande-Bretagne. Pour la France, du seul
fait de l’importation de produits alimentaires d’origine bovine, les experts estiment que
1
Date d'apparition des symptômes chez les premiers cas connus. La première publication remonte à 1996.
88
l’exposition de la population française à l’épizootie britannique se situe autour de 5 % de
celle de la population britannique1. En outre, malgré l’ampleur bien moindre de l’épizootie
dans notre pays et les nombreuses mesures prises pour réduire le risque d'exposition de
la population à l'agent de l'ESB par l’alimentation, des bovins élevés et abattus en
France, infectés par l’ESB, ont pu entrer dans la chaînes alimentaire.
Depuis plusieurs années, différentes mesures de prévention ont été prises afin de réduire
au niveau le plus faible possible, le risque de transmission des divers agents infectieux
lors des soins, particulièrement dans les établissements de santé : des mesures d’ordre
réglementaire, mais aussi des recommandations, notamment sous forme de guides de
bonnes pratiques, élaborées sous l’égide soit du ministère chargé de la santé, soit de
sociétés savantes. La circulaire DGS/DH n° 100, en particulier du 11 décembre 1995, en
particulier, indique les précautions à observer en milieu chirurgical et anatomopathologique face aux risques de transmission de la MCJ.
Il est désormais nécessaire de prendre en compte le risque lié au nouveau variant
qui présente des caractéristiques préoccupantes. En effet, dans les formes classiques
d’ESST humaines, on estime que le titre infectieux présent dans les tissus périphériques
est très faible, l'infectiosité étant principalement contenue dans le système nerveux central
et l'œil2. Dans le cas du nvMCJ, la répartition tissulaire de l'infectiosité pourrait être plus
large, puisque la présence de la protéine pathologique (PrPSc) dans les amygdales et
l'appendice des patients atteints suggère la présence de l'infectiosité dans l'ensemble des
tissus lymphoïdes, y compris pendant la phase préclinique3.
1
Date d’apparition des symptômes chez les premiers cas connus. La première publication
remonte à 1996.
2
Analyse du risque de transmission de la nouvelle variante de la MCJ par le sang et ses
dérivés. Rapport du groupe d’experts de l’AFSSAPS, 11 décembre 2000.
1
Analyse du risque de transmission de la nouvelle variante de la MCJ par le sang et ses dérivés. Rapport du
groupe d’experts de l’AFSSAPS, 11 décembre 2000.
2
La plupart des études d’infectiosité ont été faites à partir d’inoculations chez l’animal (« bioassays »). Il existe
une excellente corrélation entre le taux de PrPSc évalué par immunodétection et le titre infectieux obtenu par
inoculation à l'animal.
3
Ainsi, chez deux malades britanniques atteints de nvMCJ, la présence de PrPSc a été détectée dans l’appendice
prélevé respectivement 8 mois et 3 ans avant les premiers signes cliniques de nvMCJ.
3
89
La plupart des études d’infectiosité ont été faites à partir d’inoculations chez l’animal. Il
existe une excellente corrélation entre le taux de PrPsc évalué par immunodétection et le
titre infectieux obtenu par inoculation à l’animal.
4
Ainsi, chez deux malades britanniques atteints de nvMCJ, la résence de PrPsc a été
détectée dans l’appendice prélevé respectivement 8 mois et 3 ans avant les premiers
signes cliniques de nvMCJ
Plusieurs éléments nouveaux sont intervenus depuis 1995. L’apparition du nvMCJ a
conduit à renforcer le dispositif de surveillance par la mise en place, en 1996, de la
déclaration obligatoire des ESST humaines diagnostiquées ou suspectées : les pratiques
de thanatopraxie, déconseillées par la circulaire DGS/DH n° 100 du 11 décembre 1995, en
cas de décès d’un malade suspect d’être atteint d’une ESST, ont été interdites par l'arrêté
du 20 juillet 19985. La circulaire DGS/DH n° 100 du 11 décembre 1995 a été complétée
par la circulaire DGS/DPPR n° 292 du 29 mai 2000 relative à l'élimination des déchets
d'activité de soins. Surtout, de nouvelles recommandations pour le contrôle du risque de
transmission interhumaine des ESST ont été émises par l'Organisation mondiale de la
santé (OMS) en septembre 2000 à la suite d'une consultation organisée en mars 1999.
Celles-ci tiennent compte des diverses études expérimentales qui mettent en évidence la
résistance exceptionnelle des agents transmissibles non conventionnels (ATNC) aux
procédés physiques et chimiques d’inactivation6, ainsi que les paramètres susceptibles de
l’expliquer (en particulier, la dessication). L’OMS rappelle, par ailleurs, que seule la
destruction par incinération est susceptible de garantir l’éliminatin complète de
l’infectiosité, ce qui conduit cet organisme à préconiser l’incinération pour un dispositif
contaminé par un tissu de haute infectiosité.
La présente circulaire a été élaborée après consultation du Comité interministériel sur les
ESST (CIESST), du Conseil supérieur d’hygiène publique de France (CSHPF) et du
Comité technique national des infections nosocomiales (CTIN). Elle complète et remplace
la circulaire DGS/DH n° 100 du 11 décembre 1995, à l'exception du chapitre 6 relatif aux
situations particulières dont les dispositions concernant les accidents professionnels et
l'anatomopathologie restent applicables (pour cette dernière et les laboratoires de
biologie, une actualisation des recommandations paraîtra ultérieurement). Elle tient
compte des difficultés d’application signalées depuis la parution de la circulaire DGS/DH
n° 100 du 11 décembre 1995. Elle modifie également la circulaire n° 236 en ce qui
concerne le traitement préliminaire ainsi que le produit désinfectant de référence pour les
endoscopes utilisés dans un acte à risque comportant un contact avec les formations
90
lymphoïdes. Elle comporte 8 fiches techniques qui actualisent les principes de gestion
visant à réduire le risque de transmission des agents non conventionnels lors des actes
nécessitant des dispositifs médicaux recyclables stérilisés ou désinfectés. Elle demande
la mise en œuvre du plus haut niveau de précaution compatible avec le dispositif
médical utilisé en fonction des caractéristiques du patient, de l’acte et du tissu
concerné. Ainsi, elle préconise l’usage unique pour tout matériel en contact avec
les tissus à risque, dès lors que la qualité et la sécurité des soins sont assurées.
Lorsque le recours à du matériel à usage unique n’est pas possible, elle
recommande, en tenant compte de la nature de l’acte, du tissu concerné et du
niveau de risque du patient, de traiter le matériel par le procédé d’inactivation des
ATNC le plus efficace qu’il puisse supporter. Ces recommandations seront réévaluées
et adaptées en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques.
5
Cet arrêté, partiellement annulé par le conseil d’Etat le 29 novembre 1999, est en cours
de réécriture.
6
L’efficacité des procédés d’inactivation a été validée sur des échantillons complexes de
matière infectieuse et non sur des dispositifs médicaux en situation réelle d’utilisation.
Il convient que les professionnels engagent dès à présent un processus d’adaptation des
procédures et du matériel spécifiques à chaque domaine d'exercice, conformément aux
principes énoncés dans les fiches techniques de la circulaire. Il leur est demandé
d'établir des protocoles écrits mettant en application ces principes (ou de les
réviser) en tenant compte de l'évolution des dispositifs et des produits dont ils
disposent. Ils pourront s’appuyer sur les recommandations spécifiques à certaines
pratiques, à certains secteurs ou à certaines procédures, produites par les centres de
coordination de la lutte contre les infections nosocomiales et le CTIN en liaison avec les
sociétés savantes.
Les protocoles seront établis et le choix du matériel effectué en relation avec le comité de
lutte contre les infections nosocomiales, l’équipe opérationnelle d’hygiène et le
pharmacien qui veilleront, notamment, avec le responsable de l’établissement, à ce que
les conditions de mise en œuvre de cette circulaire soient réunies. Ce dernier veillera en
particulier à la coordination des professionnels concernés et à la bonne information des
personnels chargés de la désinfection et de la stérilisation des dispositifs médicaux. Des
procédures de contrôle interne de l'application des protocoles devront être définies et
91
mises en œuvre. Par ailleurs, la mutualisation des ressources au sein d’un même
établissement, ainsi que la coopération entre établissements, devront également être
favorisées.
Si l’émergence de ce nouveau risque conduit à rappeler aux professionnels de santé qu’il
est impératif de respecter strictement les indications des actes invasifs (que ce soit à
visée thérapeutique, diagnostique ou préventive), il ne saurait justifier le refus de soins ou
d’explorations qui seraient nécessaires aux patients.
L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) procède à un
bilan des dispositifs médicaux existants au regard des principes de réduction du risque de
transmission des ATNC énoncés dans cette circulaire, notamment des produits
désinfectants et des stérilisateurs. Elle pourra, le cas échéant, inciter les fabricants au
développement de produits conformes à ces principes et elle pourra également être
amenée à interdire certains dispositifs médicaux réutilisables.
Nous sommes conscients des conséquences que ces nouvelles recommandations vont
entraîner, non seulement dans le fonctionnement des établissements, mais aussi dans la
vie quotidienne des professionnels. La mise en application de ces recommandations ne
pourra se faire que progressivement selon un programme tenant compte des priorités
identifiées dans chaque établissement ainsi que de l’inventaire des dispositifs disponibles
et de leurs caractéristiques. Ce programme sera régulièrement réévalué en fonction,
notamment,
de
l’évolution
du
matériel
et
des
produits.
Un
plan
pluriannuel
d’accompagnement financier est mis en œuvre dès cette année. Les taux d’évolution de
l’ONDAM ont été définis en tenant compte des conséquences qui découlent de ces
recommandations. Pour les établissements de santé financés par dotation globale, le
détail des mesures d'accompagnement figure dans la circulaire DHOS/DGS/DSS n° 603
du 13 décembre 2000 relative à la campagne budgétaire pour 2001. Pour les
établissements privés sous OQN, des indications seront données aux agences régionales
de l'hospitalisation en vue de tenir compte de l'application de ces mesures dans la fixation
des tarifs des établissements de santé et pour l’emploi du fonds de modernisation des
cliniques. Les directeurs des agences régionales de l’hospitalisation ont reçu l’instruction
de procéder à l’examen de la situation propre à chaque établissement afin d’allouer les
moyens nécessaires selon le calendrier le plus adapté.
92
Vous voudrez bien diffuser cette circulaire aux établissements de santé publics et privés
de votre département. Vous voudrez bien également demander aux directeurs des
établissements de santé de la transmettre aux présidents des commissions médicales
d'établissements, aux présidents des comités de lutte contre les infections nosocomiales,
aux équipes opérationnelles d'hygiène, aux services pharmaceutiques, ainsi qu'à tous les
services et professionnels concernés.
SOMMAIRE
Fiche 1 : Evaluation des niveaux de risque ..............................................................
1- Niveau de risque des patients ................................................................................
2- Niveau de risque de l'acte.......................................................................................
Fiche 2 : Procédés et procédures d'inactivation des ATNC ......................................
Fiche 3 : Sélection des dispositifs médicaux.............................................................
Fiche 4 : Techniques et modalités de traitement ......................................................
1- Le nettoyage ...........................................................................................................
2- L'inactivation des ATNC..........................................................................................
3- La stérilisation .........................................................................................................
4- La désinfection .......................................................................................................
5- Procédure manuelle et automatique
5.1- Procédure manuelle
5.2- Procédure automatique .......................................................................................
6- Séquestration .........................................................................................................
7- Maintenance des dispositifs médicaux ...................................................................
Fiche 5 : Choix de la procédure d'inactivation des ATNC pour les dispositifs
médicaux recyclables ...............................................................................................
1- Procédure de traitement des dispositifs utilisés dans un acte à risque pour tout patient
sans caractéristique particulière .................................................................................
93
2- Procédure de précautions renforcées pour les patients présentant un ou des facteurs de
risque individuels d'ESST classique ...........................................................................
2.1 Pour le matériel en contact avec les formations lymphoïdes ................................
2.2 Pour le matériel en contact avec les autres tissus considérés comme infectieux .
3- Procédure de précautions maximales pour les patients suspects ou atteints d'ESST
4- Cas particuliers .......................................................................................................
Fiche 6 : Conduite à tenir vis-à-vis du matériel utilisé chez des patients
ultérieurement suspectés ou reconnus atteints d'une ESST et vis-à-vis des patients
chez qui ce matériel a été réutilisé ..........................................................................
Fiche 7 : Elimination des déchets d'activité de soins ................................................
Fiche 8 : Références.................................................................................................
Annexe : tableau des procédures d’inactivation des dispositifs médicaux recyclables.
Fiche 1 : Evaluation des niveaux de risque
L’évaluation du niveau de risque des patients et des tissus en contact avec des dispositifs
médicaux recyclables est un préalable au choix du traitement de ces dispositifs médicaux.
1- Niveau de risque des patients :
-
Patients sans caractéristique particulière : Compte tenu de ce qui a été dit plus haut
sur le niveau significatif d’exposition de la population à l’agent de l’ESB par voie
alimentaire et de l’impossibilité de caractériser ce risque à l’échelon individuel, il est
nécessaire de prendre en compte le risque de transmission des agents des ESST pour
tout patient, comme c’est d’ores et déjà le cas pour d’autres agents infectieux
(notamment, V.I.H., V.H.B., V.H.C.). Ceci justifie d’accroître le niveau d’exigence dans
les procédures utilisées pour traiter le matériel en contact avec un tissu considéré
comme infectieux lors d'un acte à risque (cf. 2 de cette fiche)
-
94
Patients présentant des facteurs de risque individuels d'ESST classique : doivent
être considérés comme patients particulièrement à risque de développer une ESST
classique, les personnes présentant les facteurs de risque individuels suivants :
 antécédents de traitement par hormone de croissance extractive
 antécédents, dans la famille génétique, d'un cas d'ESST liée à une mutation du
gène codant pour la PrPC
 antécédents d'intervention chirurgicale avec ouverture de la dure-mère, notamment
intervention
neurochirurgicale,
ou
d'exploration
cérébrale
invasive
(examen
stéréotaxique) à l'exception des interventions réalisées en France à partir du 1er janvier
19957-8
En ce qui concerne le risque de transmission iatrogène par l'intermédiaire de dispositifs
médicaux, les données épidémiologiques permettent de considérer qu'en France, les
patients ayant un ou plusieurs des antécédents énumérés ci-dessus présentent un niveau
de risque significativement supérieur à celui de la population générale, qui justifie des
précautions renforcées8
7
Les interventions de ce type réalisées à l’étranger doivent être considérées comme un facteur de risque
sauf si l’on a la certitude qu’il n’y a pas eu de greffe de dure-mère et que les instruments ont été
préalablement traités selon des dispositions au moins équivalentes à celles de la circulaire DGS/DH n° 100
du 11 décembre 1995.
8
Les recommandations antérieures considéraient également les antécédents de traitement par
glucocérébrosidase extractive, les antécédents d’intervention neurochirurgicale ou d’exploration cérébrale
invasive autres que définis ci-dessus et les antécédents de greffe de cornée. Compte tenu d’une part de la
rareté des cas de transmission iatrogène rapportés en France (en dehors de l’hormone de croissance
extractive), de la durée limitée de l’incubation en cas de transmission par voie centrale (œil ou système
nerveux central), de l’interdiction des greffes de dure-mère en 1994, des mesures de précaution appliquées
en neurochirurgie à la suite de la circulaire de 1995, d’autre part de l’exposition de la population à l’agent de
l’ESB par voie alimentaire, il n’y a pas plus lieu de considérer que les patients ayant ces antécédents
présentent un niveau de risque supérieur à celui de la population générale.
Fiche 1 : Evaluation des niveaux de risque
95
- Patients suspects ou atteints : le diagnostic d’ESST (Maladie de Creutzfeldt-Jakob et
nouveau variant de cette maladie, syndrome de Gerstmann-Sträussler-Scheinker,
insomnie fatale familiale), doit être suspecté sur la présence, d'apparition récente et
d'évolution progressive sans rémission, d'au moins un signe clinique neurologique1
associé à des troubles intellectuels2 ou psychiatriques3 et après élimination de toute autre
cause. Le diagnostic ne peut être confirmé que sur les résultats d’un examen
neuropathologique.
Ces patients présentent le niveau de risque de transmission iatrogène le plus élevé qui
justifie l'application de mesures de précautions maximales.
2- Niveau de risque de l’acte :
L’évaluation du niveau de risque doit tenir compte du potentiel infectieux des tissus
concernés par l'acte pratiqué et de la nature de l'acte.
a) Les tissus considérés comme infectieux sont, par ordre décroissant d'infectiosité :
- le système nerveux central (y compris, l’hypophyse, la dure-mère et le liquide
céphalo-rachidien (LCR)
-
l'œil et le nerf optique
- les formations lymphoïdes12 organisées comportant des centres germinatifs
- rate, ganglions lymphatiques, amygdales, appendice, plaques de Peyer (et
formations équivalentes du gros intestin, du rectum et du carrefour
aérodigestif).
L'OMS, s’appuyant sur des observations faites chez l’animal naturellement infecté, classe
les reins, le foie, les poumons et le placenta parmi les tissus d'infectiosité « faible », mais
ne préconise de prendre en compte cette infectiosité chez l'homme que pour les patients
suspects ou atteints.
1
Myoclonies, troubles visuels, troubles cérébelleux, troubles pyramidaux, troubles extrapyramidaux, ataxie,
chorée, dystonie, symptômes sensitifs douloureux persistants, épilepsie, mutisme akinétique.
2
Ralentissement psychomoteur, démence.
3
Dépression, anxiété, apathie, comportement de retrait, délire.
96
De même, l'OMS indique que des précautions particulières peuvent se justifier lors d'actes
dentaires majeurs concernant le tissu neurovasculaire chez des patients suspects ou
atteints (une infectiosité ayant été retrouvée dans le tissu gingival et la pulpe dentaire chez
l’animal infecté expérimentalement par voie péritonéale).
Enfin, la possibilité de l’infectiosité du sang a été évoquée pour le nvMCJ à partir de
données expérimentales obtenues chez l'animal, mais les données actuellement
disponibles tendent à considérer que le risque infectieux lié à la contamination d'un
dispositif médical en contact avec le sang est très faible, s'il existe.
9
Myoclonies, troubles visuels, troubles cérébelleux, troubles pyramidaux, troubles
extrapyramidaux, ataxie, chorée, dystonie, symptômes sensitifs douloureux persistants,
épilepsie, mutisme akinétique.
10
Ralentissement psychomoteur, démence
11
Dépression, anxiété, apathie, comportement de retrait, délire
12
Le titre infectieux est élevé en cas de nvMJC ; l’infectiosité est en cours d’évaluation
mais ne peut être totalement exclue dans les autres formes d’ESST.
Fiche 1 : Evaluation des niveaux de risque (suite)
b) Définition des actes à risque :
Un acte doit être considéré comme à risque lorsque le ou les dispositifs médicaux utilisés
pour cet acte entrent en contact avec des tissus considérés comme infectieux, soit par
effraction (ou contact avec une ulcération), soit par contact prolongé. Il n’est pas possible
de donner de définition précise à cette dernière notion : à titre indicatif, on peut dire
qu’une lame de laryngoscope n’entre que brièvement en contact avec les formations
lymphoïdes du carrefour aéro-digestif, alors que le port de lentilles d’essais entraîne un
contact prolongé. Il est proposé de retenir comme limite définissant un contact prolongé,
une durée supérieure à 1 heure13
13
Des données expérimentales récentes indiquent que, dans le modèle utilisé, les
surfaces métalliques ne sont contaminées par l’agent des ESST qu’après un contact de
120 minutes
97
Fiche 2 : Procédés et procédures d'inactivation des ATNC
Les ATNC ont pour caractéristique d'être résistants à la plupart des procédés habituels de
stérilisation et de désinfection. La liste suivante classe les différents traitements par
groupes d'efficacité croissante sur l'inactivation des ATNC en l'état actuel des
connaissances. Ce classement ne saurait être considéré comme définitif et doit être
actualisé au fur et à mesure que de nouvelles données sont disponibles.
Groupe I : Produits et procédés INEFFICACES dont les premiers(*) sont susceptibles
de fixer fortement l'infectiosité résiduelle14
(ordre alphabétique)
-
Chaleur sèche*
-
Ethanol*
-
Formaldéhyde gazeux*
-
Glutaraldéhyde*
-
Soluté de formaldéhyde (formol)*

-
Acide chlorhydrique
-
Ammoniaque
-
-propiolactone
-
Dérivés phénoliques
-
Eau bouillante
-
Oxyde d'éthylène
-
Peroxyde d'hydrogène (y compris gaz plasma)
-
Rayonnement ionisant, UV ou électromagnétique
-
Sodium dodécyl sulfate (5%)
-
Soluté d'eau oxygénée
98
Groupe II : Produits et procédés d’efficacité partielle
(ordre alphabétique)
-
Acide péracétique16-17
-
Autoclavage à 121°C pendant 30 minutes
-
Dioxyde de chlore17
-
Hypochlorite de sodium18
-
Iodophores17
-
Immersion pendant 3 minutes dans une solution à 3% de sodium dodécyl
sulfate à ébullition
-
Metapériodate de sodium17
-
Soude19
-
Urée à la concentration d’au moins 6 M pendant au moins
quatre heures
14
La stabilisation de l’infectiosité résiduelle résulte de la capacité de ces produits et procédés à fixer les
protéines.
15
Le procédé gaz plasma utilise du peroxyde d’hydrogène gazeux et son efficacité sur les ATNC n’a pas été
évaluée. Par conséquent, ce procédé ne saurait être recommandé pour l’inactivation des ATNC.
16
Efficace sur les tissus intacts mais pas sur les homogénats
17
Selon les recommandations d’utilisation fournies par le fabricant
18
A la concentration d’au moins 0,5% de chlore actif pendant au moins 15 minutes
19
A la concentration d’au moins 0,5 M de NaOH pendant au moins 30 minutes
Fiche 2 : Procédés et procédures d'inactivation des ATNC (suite)
Groupe III : Procédés d’efficacité importante – Procédures physiques ou
chimiques simples20
(ordre décroissant d'efficacité)
1. Immersion dans l'hypochlorite de sodium21 pendant 1 heure
2. Immersion dans la soude22 pendant 1 heure
3. Autoclavage à 134° C pendant 18 minutes en autoclave à
99
charge poreuse
Groupe IV : Procédés d’efficacité maximale23 – Procédures combinées
chimique et physique
(ordre décroissant d'efficacité)
Selon l’OMS, les deux procédures les plus efficaces sont l’autoclavage à la soude22 à
121°C pendant 30 minutes en autoclave à déplacement de gravité et l’immersion dans la
soude22 ou l’hypochlorite de sodium21 pendant 1 heure suivie d’un autoclavage à l’eau à
121°C pendant 1 heure en autoclave à déplacement de gravité. Il convient de noter qu’il
s’agit de procédures d’inactivation des ATNC et non de stérilisation. Pour être stérilisé, le
matériel doit ensuite être soumis à l’étape de stérilisation requise (cf. fiche 4).
Les autres procédures d’inactivation des ATNC les plus efficaces qui permettent
également la stérilisation des dispositifs médicaux sont, par ordre décroissant d’efficacité
sur l’inactivation des ATNC.
1.
Immersion dans la soude22 ou l'hypochlorite de sodium21 pendant
1 heure suivie d'un autoclavage à 134°C pendant 1 heure en autoclave
à charge poreuse
2.
Immersion dans l'hypochlorite de sodium21 pendant 1 heure
suivie d'un autoclavage à 134°C pendant 18 minutes en autoclave à
charge poreuse
3.
Immersion dans la soude22 pendant 1 heure suivie d'un
autoclavage à 134°C pendant 18 minutes en autoclave à charge
poreuse
Groupe V : Destruction
- Incinération à une température supérieure à 800°C avec combustion ou pyrolyse
(procédure applicable aux déchets d’activité de soins à risque infectieux et aux
dispositifs contaminés par un tissu de haute infectiosité)
100
20
Une infectiosité résiduelle est parfois retrouvée, notamment si la matière infectieuse a séché au
préalable.
21
La concentration optimale est de 2% de chlore actif.
22
La concentration optimale est de 1 M de NaOH
23
Aucune infectiosité résiduelle en l’état actuel de la sensibilité des techniques de détection
Fiche 3 : Sélection des dispositifs médicaux
Pour les acts comportant un contact avec les tissus considérés comme infectieux (cf. fiche 1), il est
recommandé d’utiliser, en fonction du matériel mis à la disposition des professionnels par les
fabricants :
- Des dispositifs médicaux à usage unique, ou muni d'une protection à usage unique,
chaque fois qu'un tel matériel existe et qu'il permet de réaliser une intervention sûre
et efficace pour le patient. L'usage unique est prioritairement recommandé pour les
dispositifs médicaux, ou les parties amovibles de dispositifs médicaux difficiles à nettoyer24
ainsi que pour les actes à risque comportant un contact avec les tissus considérés comme
infectieux25 (cf. fiche 1 – Niveau de risque de l'acte). Les matériels ou protections à
usage unique ne doivent pas être réutilisés.
- A défaut, du matériel recyclable autoclavable26. Sans préjudice de l'application d'une
procédure associant l’autoclavage à un procédé chimique d'inactivation des ATNC (cf.
fiche 2 – Groupe IV), le matériel autoclavable ne doit en aucun cas être traité par un
autre mode de stérilisation que l'autoclavage par la vapeur d’eau saturée, ni
désinfecté.
- A défaut, du matériel supportant un procédé d'inactivation chimique des ATNC par
la soude ou l'hypochlorite de sodium (cf. fiche 2 – Groupe III).
- A défaut, du matériel supportant un procédé d'efficacité partielle sur l'inactivation des
ATNC (cf. fiche 2 – Groupe II).
101
Le matériel recyclable qui ne supporte ni l'autoclavage par la vapeur d’eau saturée ni un
procédé d'inactivation des ATNC doit être remplacé par son équivalent à usage unique,
autoclavable ou supportant une procédure d'inactivation chimique des ATNC dès que les
fabricants mettent ce type de matériel à la disposition des professionnels.
La traçabilité des actes, du matériel, ainsi que des procédés et procédures de traitement
des dispositifs médicaux doit être assurée chaque fois qu'il est fait usage de matériel
recyclable en contact avec des tissus considérés comme infectieux (en priorité pour les
dispositifs médicaux ne supportant qu’une procédure du groupe I ou du groupe II, cf fiche
2).
24
25
Notamment : pince à biopsie et autre matériel ancillaire en endoscopie digestive.
En particulier : lentilles de contact d’essai, matériel pour ponction lombaire, matériel pour
appendicectomie, amygdalectomie, adénoïdectomie, médiastinoscopie avec biopsie ganglionnaire, etc.
26
Supportant la stérilisation par la chaleur humide dans un appareil utilisant la vapeur d’eau saturée.
Fiche 4 : Techniques et modalités de traitement
Cette fiche rassemble les principales recommandations qui doivent s’appliquer au
traitement des dispositifs médicaux recyclables ayant été en contact avec les tissus
considérés comme infectieux au regard des ATNC (cf. fiche 1). Ce traitement devra
comporter une étape de nettoyage soigneux, une étape d’inactivation des ATNC et une
étape de stérilisation ou de désinfection. L’étape de stérilisation/désinfection est destinée
à détruire les agents infectieux conventionnels27 ; elle peut être réalisée dans le même
temps que l’étape d’inactivation des ATNC si le procédé d’inactivation choisi est
également efficace sur les agents infectieux conventionnels.
1- Le nettoyage :
Il est impératif d'éviter le séchage des souillures sur le matériel et tout matériel
recyclable doit être mis à tremper, aussitôt après chaque utilisation, dans un bain
détergent sans aldéhyde, pendant au moins 15 minutes, ou traité sans délai en cas
d'utilisation d'un laveur désinfecteur.
102
Le matériel est ensuite soigneusement nettoyé, après démontage le cas échéant.
L’action mécanique du nettoyage doit permettre d’éliminer toute souillure visible. La
phase de nettoyage est essentielle pour réduire le risque de transmission de tous les
agents transmissibles, conventionnels ou non conventionnels. Un défaut de nettoyage
peut compromettre l’efficacité de l'ensemble du traitement. Il est rappelé qu'en cas
d'utilisation d'un détergent-désinfectant, tout produit contenant un aldéhyde est
formellement proscrit pour le nettoyage, en raison de la capacité de ces produits à fixer les
protéines. Contrairement à ce qui était indiqué dans la circulaire DGS/DH n° 100 du 11
décembre 1995, il n’est pas indispensable de recourir à un produit de type alcalin.
Les bains de trempage et de nettoyage ne doivent pas être recyclés (réutilisés). Le
matériel utilisé pour des interventions de nature différente, impliquant des contacts avec
des tissus de niveau de risque différent, doit être placé dans des bains différents.
En cas d’utilisation d’un bac à ultra-sons, ces principes doivent être respectés et la solution
renouvelée après chaque utilisation. De même, l'utilisation d'un procédé automatique de
nettoyage n'est acceptable que si les produits de lavage ne sont pas recyclés. En fonction
de l'efficacité du procédé d'inactivation des ATNC qui sera ensuite appliqué au matériel, il
peut être nécessaire de procéder à deux nettoyages successifs afin d’éliminer au
maximum tout résidu protéique (cf. fiche 5).
2- L’inactivation des ATNC :
Après la phase de nettoyage et en fonction du niveau de risque du patient et/ou de l’acte,
le matériel qui le nécessite (cf. fiche 5 points 1 et 2) doit subir un procédé d'inactivation
des ATNC (cf. fiche 2). Il est nécessaire de vérifier auprès du fabricant la compatibilité du
procédé avec la nature du dispositif, ainsi que le nombre de réutilisations possibles du
dispositif médical après un tel traitement.
27
Cf. définitions du CEN, de la pharmacopée européenne IIIème édition – addendum 1998 – 2.6.1. et des
normes EN 556 et AFNOR NF T 72 - 101
Fiche 4 : Techniques et modalités de traitement (suite)
Tout procédé chimique d’inactivation des ATNC, utilisé isolément ou en combinaison
avec un procédé d’inactivation physique, doit être suivi d’un rinçage soigneux à l’eau. S’il
103
s’agit du rinçage final, la qualité de l’eau doit être adaptée à la nature de l’acte auquel il
est destinée28. Si le traitement utilisé pour l’inactivation des ATNC n’a pas l’efficacité
nécessaire pour les agents transmissibles conventionnels29, il convient de procéder à
l’étape de stérilisation ou de désinfection requise pour le matériel concerné.
3- La stérilisation :
L’autoclavage est le seul procédé de stérilisation validé comme capable d’inactiver
l’infectiosité liée aux ATNC. Les autoclaves pour charge poreuse doivent être réglés
en routine pour obtenir une température de stérilisation de 134°C pendant une
durée d'au moins 18 minutes. Aucun autre mode de stérilisation (chaleur sèche,
irradiation, oxyde d’éthylène, gaz plasma basse température…) n'est recommandé pour
l'inactivation des ATNC.
4- La désinfection :
Dès que des produits de substitution seront disponibles, il conviendra de les substituer aux
produits désinfectants employés actuellement et susceptibles de fixer une éventuelle
infectiosité résiduelle liée aux ATNC (aldéhydes notamment). La qualité de l’eau utilisée
pour le rinçage final du dispositif médical doit être adaptée à la nature des actes auxquels
il est destiné28
5- Procédure manuelle et automatique :
5.1 - Procédure manuelle :
La procédure manuelle est obligatoire pour le nettoyage avant séquestration du matériel
utilisé chez les patients suspects ou atteints. Elle est préférable à la procédure
automatique pour le nettoyage et l'inactivation chimique des ATNC du matériel utilisé chez
les patients présentant un ou des facteurs de risque individuels d'ESST et relevant d'une
procédure renforcée (cf. fiche 5 point 2.2). Les bains d'inactivation chimique des ATNC et,
le cas échéant, ceux de désinfection doivent être renouvelés après chaque utilisation si le
matériel traité a été en contact avec les tissus considérés comme infectieux chez les
patients présentant un ou des facteurs de risque individuels d'ESST30
104
28
Eau stérile pour les dispositifs médicaux qui doivent être stériles au moment de leur utilisation (Note
d’information DGS/VS2-DH/EM1/EO1 n° 226 du 23 mars 1998, additive à la circulaire n° 672 du 20 octobre
1997) ; eau filtrée sur membrane filtrante pour les endoscopes broncho-pulmonaires ; eau du réseau pour
l’endoscopie digestive non interventionnelle, à condition, dans ces deux derniers cas, d’assurer une
maintenance et un contrôle rigoureux du circuit d’eau et de ses qualités microbiologiques et physicochimiques (circulaire DGS – DH n° 236 du 2 avril 1996).
29
Par exemple, la soude et l’hypochlorite de sodium ne sont pas sporicides, les autoclaves à déplacement
de gravité ne permettant pas la stérilisation des dispositifs médicaux.
30
Les solutions détergentes utilisées pour le trempage/nettoyage des dispositifs, notamment des
endoscopes, doivent être renouvelées après chaque utilisation, quel que soit le niveau de risque du patient
(cf. point 1 page précédente).
Pour les patients sans caractéristique particulière, la fréquence de renouvellement du bain
d'inactivation ou de désinfection sera déterminée selon les indications du fabricant ; qu’il
s’agisse d’un bain de trempage classique ou d’un bain circulant au moyen d’un
équipement de paillasse : le renouvellement sera effectué au minimum toutes les
semaines. Le renouvellement doit être plus fréquent en cas d’activité importante sachant
que le risque d’infectiosité résiduelle augmente avec le nombre de dispositifs médicaux
immergés. Un contrôle de validation de la concentration de la solution désinfectante peut
être considéré comme suffisant pour établir la périodicité de renouvellement du bain.
5.2 - Procédure automatique :
En ce qui concerne les procédés automatiques, l’utilisation d’automates de désinfection ne
recyclant pas les solutions de nettoyage et de désinfection doit être généralisée. En effet,
certains lave-endoscopes présentent un risque de concentration de l’infectiosité en raison,
en particulier, du faible volume de produit désinfectant neuf réinjecté à chaque cycle, de la
recirculation possible de particules infectieuses lors du recyclage du produit (seuil de
filtration des membranes) et du risque de relargage de débris accumulés sur les filtres ou
dans les tubulures.
6- Séquestration :
105
Avant de séquestrer un dispositif médical, il faut lui appliquer deux nettoyages manuels
successifs aussitôt après usage, afin d’éviter le séchage des souillures qui compromettrait
tout traitement ultérieur éventuel. Les dispositifs médicaux séquestrés doivent être
identifiés et une organisation mise en place pour assurer que ces dispositifs médicaux ne
pourront pas être remis en circulation accidentellement.
7- Maintenance des dispositifs médicaux :
Tout dispositif médical adressé au fabricant ou au vendeur pour réparation, révision ou
maintenance doit impérativement avoir subi au préalable la procédure complète de
traitement.
106
Fiche 5 : Choix de la procédure d'inactivation des ATNC
pour les dispositifs médicaux recyclables
Pour le matériel utilisé lors d'un acte comportant un contact avec les tissus considérés
comme infectieux31 (cf. fiche 1), on procédera à l'un des traitements suivants en
fonction du niveau de risque du patient (les procédures renvoient à la fiche 2) :
1- Procédure de traitement des dispositifs utilisés dans un acte à risque31 (cf. fiche
1) pour tout patient sans caractéristique particulière :

Procédure du groupe III

A défaut, double nettoyage puis procédure du groupe II

A défaut et uniquement pour le matériel qui ne nécessite pas d’être stérilisé
(endoscopes32 par exemple), double nettoyage puis procédure du groupe I en
évitant, dès que possible, les procédés fixant l’infectiosité (voir fiche 3 – sélection
des dispositifs médicaux)
2- Procédure de précautions renforcées pour les patients présentant un ou des
facteurs de risque individuels d'ESST classique (Cf. fiche 1) :
2.1 Pour le matériel en contact avec les formations lymphoïdes (celles-ci étant classées
parmi les tissus d'infectiosité faible dans les formes classiques d'ESST), c’est la procédure
décrite au point 1 ci-dessus qui s'applique.
2.2 Pour le matériel en contact avec les autres tissus considérés comme infectieux
(système nerveux central, œil et nerf optique), on procédera à l'une des procédures
renforcées suivantes :


Procédure du groupe IV
A défaut (matériel thermosensible), procédé renforcé d'inactivation chimique
des ATNC par la soude 2 M pendant une heure (procédé recommandé par
l'OMS pour le matériel thermosensible contaminé)

107
Pour le matériel ne supportant aucune des procédures précédentes :
destruction par incinération (sauf pour les dispositifs ophtalmologiques en
contact bref avec la cornée, ou la conjonctive, pour lesquels une procédure du
groupe III, ou, à défaut, une procédure du groupe II après double nettoyage,
peut être acceptée).
31 Le matériel utilisé dans un acte ne répondant pas à cette condition peut être traité selon
la procédure habituelle
32 Seuls certains actes endoscopiques sont des actes à risque, notamment ceux qui
comportent une biopsie concernant les formations lymphoïdes (biopsie intestinale ou
transbronchique). Dans les autres cas, la procédure de désinfection habituelle peut être
utilisée.
33 C’est-à-dire ne constituant pas un acte à risque tel que défini au point 2-b de la fiche 1
3- Procédures de précautions maximales pour les patients suspects ou atteints
d’ESST :
Pour tout acte, à risque ou non, comportant un contact avec les tissus considérés
comme infectieux, chez les patients suspects d’ESST34 c’est à dire présentant les
symptômes décrits au point 1 de la fiche 1, les dispositifs médicaux ou parties de
dispositifs médicaux utilisés stériles ou désinfectés sont séquestrés dans l’attente du
diagnostic. Si le diagnostic d’ESST est confirmé ou ne peut être ni confirmé ni infirmé, le
matériel est détruit par précaution. Si le diagnostic est infirmé, le matériel séquestré peut
être réutilisé après application de la procédure décrite au point 1, page précédente.
4- Cas particuliers :
Il est rappelé que le matériel séquestré doit subir deux nettoyages manuels successifs
aussitôt après usage (cf. point 6 de la fiche 4).
Les cuves et le matériel de trempage/nettoyage ayant servi pour un dispositif traité par la
procédure renforcée (cf. point 2.2, page précédente), ou pour un dispositif séquestré
doivent être soumis à un procédé renforcé d’inactivation du groupe IV (ou à défaut du
groupe III) suivi d’un rinçage soigneux.
108
34
Y compris les tissus de faible infectiosité selon l’OMS (reins, foie, poumons, placenta et tissu
neurovasculaire dans les actes dentaires) cf. fiche 1, point 2-a.
Fiche 6 : Conduite à tenir vis-à-vis du matériel utilisé chez des
patients ultérieurement suspectés ou reconnus atteints d'une ESST
et vis-à-vis des patients chez qui ce matériel a été réutilisé
Lorsqu'un patient est suspecté ou reconnu atteint d'une ESST, il est nécessaire de
rechercher, par l'anamnèse, un acte comportant un contact direct35 avec les tissus
considérés comme infectieux effectué dans les antécédents de ce patient. Pour
déterminer l'attitude à adopter vis à vis du matériel utilisé chez ce patient à l'époque, les
experts du CIESST estiment qu’il convient de prendre en compte le début des signes
cliniques attribuables à une ESST. En raison des incertitudes sur la date précise
d'apparition des premiers signes cliniques, il est recommandé de rechercher le matériel
ainsi exposé et utilisé chez le malade, y compris au cours des 6 mois précédant le début
présumé des signes cliniques. Lorsque ce matériel est retrouvé, il doit être soit séquestré
dans le cas où le diagnostic est simplement suspecté, soit détruit lorsque le diagnostic est
établi. Le système de traçabilité doit permettre d’identifier les patients chez qui ce matériel
a été utilisé après son emploi chez le patient reconnu ultérieurement atteint d’ESST. Tout
patient faisant l’objet d’un acte pour lequel une traçabilité est mise en œuvre doit en être
informé.
Lorsque le patient atteint présente une nvMCJ, l’existence de prélèvements anatomiques
effectués à l’occasion de ce geste invasif mérite d’être recherchée afin de tenter de mettre
en évidence la présence de la PrP pathologique.
En ce qui concerne l’information des patients potentiellement exposés, le comité
consultatif national d'éthique a estimé, au sujet de la transmission de la maladie de
Creutzfeldt-Jakob par des composants du sang (avis n° 55 du 1er octobre 1997), que
l'information des patients ayant reçu de tels produits ne s'imposait que s'ils avaient été
exposés à un risque de transmission connu, scientifiquement démontré. En l’état actuel
des connaissances, le risque de transmission des ATNC par l'’ntermédiaire de dispositifs
médicaux n’est scientifiquement démontré que pour le matériel, utilisé en cours d’actes
touchant le système nerveux central chez un patient atteint, et n’ayant pas subi de
procédure d’inactivation des ATNC. En dehors de ce cas, cette information n’aurait donc
109
pas de justification éthique. Cependant, le système de traçabilité doit permettre de
retrouver les personnes exposées afin d’être en mesure de les prévenir si le risque se
concrétisait et dans l’éventualité de la mise en place d’un dépistage voire d’un traitement
des ESST. Le cas échéant, les experts du CIESST recommandent de ne considérer que
les 5 premiers patients chez qui le matériel a été réutilisé. Le comité consultatif national
d’éthique a été saisi de la question de l’information des patients vis à vis du risque de
transmission par l’intermédiaire des dispositifs médicaux. En tant que de besoin, les
recommandations qui précèdent seront modifiées en fonction de l’avis que le comité
émettra. Lorsque le patient atteint présente une nvMJC, l’existence de prélèvements
anatomiques, effectués à l’occasion d’un geste invasif réalisé dans les antécédents du
patient mérite d’être recherchée afin de tenter de mettre en évidence la présence de la
Pr¨P pathologique.
35
Le risque de contamination croisée entre dispositifs médicaux par l’intermédiaire d’un bain détergent,
d’inactivation chimique des ATNC ou de désinfection n’a pas à être mis en compte à condition qu’ils n’aient
pas été traités dans un automate recyclant les solutions.
Fiche 7 : Elimination des déchets d'activités de soins
Chez les patients suspects, atteints ou présentant un ou des facteurs de risque
individuels d'ESST, les déchets d'activités de soins contenant du LCR, ainsi que les
fragments de tissus et les déchets anatomiques considérés comme infectieux doivent
être éliminés par incinération dans une filière d'élimination des déchets d'activité de
soin à risque infectieux. Conformément à la circulaire DGS/DPPR n° 2000/292 du 29
mai 2000, la désinfection de ces déchets est interdite, même lorsque les déchets
désinfectés sont destinés à l'incinération. Les pièces anatomiques considérées
comme infectieuses doivent être éliminées par incinération dans un crématorium
autorisé conformément aux articles R. 44-7 à R. 44-9 du code de la santé publique. Il
importe que ces déchets et pièces soient dûment identifiés afin qu'ils ne risquent pas
d'être mélangés ni avec d'autres déchets infectieux dans une filière aboutissant à un
traitement par désinfection, ni avec des déchets ménagers.
Conformément aux recommandations de l'OMS, les liquides de nettoyage des
dispositifs médicaux ayant été en contact avec les tissus considérés comme
110
infectieux chez des patients présentant un ou plusieurs facteurs de risque individuels
d’ESST, de même que les liquides de nettoyage avant séquestration des dispositifs
utilisés chez les patients suspects, doivent, avant évacuation, être traités par un
procédé d’inactivation des ATNC du groupe IV, ou, à défaut, du groupe III (cf. fiche
2)36
36
En pratique, ces liquides peuvent être traités in situ ou après avoir été collectés dans un récipient
en PVC ou équivalent, par addition d’hypochlorite de sodium ou de pastilles capables de générer de
l’hypochlorite de sodium jusqu’à obtention d’une concentration d’au moins 2% de chlore actif, dans un
local ventilé. Laisser agir au moins une heure avant évacuation
Fiche 8 : Références
Brown P, Rohwer RG, Gajdusek DC. Newer data on the inactivation of scrapie virus or
Creutzfeldt-Jakob disease in brain tissue. J Infect Disease 1986; 153: 1145-8.
Will RG, Ironside JW, Zeidler M, Cousens SN, Estibeiro K, Alpérovitch A, et al. A new
variant of Creutzfeldt-Jakob disease in the UK. Lancet 1996; 347: 921-5.
Chazot G, Broussole E, Blattier T, Aguzzi A, Kopp N. New variant of Creutzfeldt-Jakob
disease in a 26-year old French man. Lancet 1996; 347: 1181.
Rutala W. APIC guideline for selection and use of disinfectants. Am J Infect Control &
Streriliz Technol 1996; 24: 313-36.
Bruce ME, Will RG, Ironside JW, Mc Connell I, Drummond D, Suttie A, et al. Transmissions
to mice indicate that 'new variant' CJD is caused by the BSE agent. Nature 1997; 389: 498501.
Hilton DA, Fathers E, Edwards P, Ironside JW, Zajicek J. Prion immunoreactivity in
appendix before clinical onset of variant Creutzfeldt-Jakob disease. Lancet 1998; 352: 703-4.
Darbord JC. Inactivation of prions in daily medical practice. Biomed & Pharmacother 1999;
53: 34-8.
111
Ingrosso L, Pisani F, Pocchiari M. Transmission of the 263K scrapie strain by the dental
route. Journal of General Virology 1999; 80: 3043-7.
Scott M, Will R, Ironside J, Nguyen HOB, Tremblay P, DeArmond S, et al. Compelling
transgenic evidence for transmission of bovine spongiform encephalopathy prions to humans.
Proc Natl Acad Sci USA 1999; 96: 15137-42.
Hill AF, Butterworth RJ, Joiner S, Jackson G, Rossor MN, Thomas DJ, et al. Investigation of
variant Creutzfeldt-Jakob disease and other prion diseases with tonsil biopsy samples. Lancet
1999; 353: 183-9.
Taylor DM. Inactivation of prions by physical and chemical means. Journal of
Hospital Infection 1999; 43: S69-S76.
Gill N. Developments in variant Creutzfeldt-Jakob disease. Eurosurveillance 2000; 5: 89-90.
Ghani AC, Ferguson NM, Donnelly CA, Anderson RM. Predicted vCJD mortality in Great
Britain. Nature 2000; 406: 583-4
Dormont D. Le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Eurosurveillance
2000; 5 : 95-7.
Houston F, Foster JD, Chong A, Hunter N, Bostock CJ. Transmission of BSE by
blood transfusion in sheep. Lancet 2000; 356: 999-1000.
Blanquet-Grossard F, Sazdovitch V, Jean A, Deslys JP, Dormont D, Hauw JJ, Marion D,
Brown P, Cesbron JY. Prion protein is not detectable in dental pulp from patients with
Creutzfeldy-Jakob disease. J Dent Res 2000; 79(2): 700.
Andrews NJ, Farrington CP, Cousens SN, Smith PG, Ward H, Knight RSG, Ironside JW, Will
RG. Incidence of variant Creutzfeldt-Jakob disease in the UK. Lancet 2000; 356: 481-2.
112
Brown P, Preece M, Brandel JP, Sato T, McShane L, Zerr I, Fletcher A, Will RG, Pocchiari
M, Cashman NR, d'Aignaux JH, Cervenakova L, Fradkin J, Schonberger LB, Collins SJ.
Iatrogenic Creutzfeldt-Jakob disease at the millenium. Neurology 2000; 55(8): 1075-81
Taylor DM. Inactivation of transmissible degenerative encephalopathy agents : a review. Vet
J 2000 ; 159 : 10-7.
Antloga K, Meszaros J, Malchesky PS, Mc Donnell GE. Prion disease and medical devices.
ASAIO J 2000 ; 46 : 69-72
Avis et rapports du Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF), du Comité
technique national des infections nosocomiales (CTIN) et du Comité interministériel sur les
ESST (CIESST) sur la sécurité des endoscopes (Rapports du 30 septembre et du 18 octobre
1999 du groupe de travail tripartite CSHPF-CTIN-CIESST; avis du CIESST du 22 décembre
1999 ; avis du CIESST du 24 décembre 2000). L'ensemble de ces documents est consultable
sur le site Internet du ministère http://www.sante.gouv.fr.
WHO Infection Control Guidelines for Transmissible Spongiform Encephalopathies. Report
of a WHO Consultation, Geneva, Switzerland, 23-26 March 1999. Ce document est
consultable sur le site Internet de l'OMS http://www.who.ch.
(tableau voir annexe)
113
ANNEXE 11
Circulaire DGS/DH – n° 236 du 2 avril 1996 relative aux modalités de désinfection
des endoscopes dans les lieux de soins.
Résumé : les endoscopes non autoclavables doivent être désinfectés après chaque
endoscopie, en respectant les étapes et les temps préconisés dans cette circulaire
Mots clés : endoscopie – désinfection
Textes de référence : décret n°95-1000 du 6 septembre 1995 portant code de déontologie
médicale, et notamment son article 71, circulaire DGS/DH n°44 du 9 mai 1995 relative à
l’organisation des soins pour les patients atteints d’hépatite C
Texte abrogé : néant
L’endoscopie tant interventionnelle qu’exploratrice, est en plein essor. De nombreuses
infections et pseudo-infections post-endoscopies sont rapportées dans la littérature, liées
aussi bien à des bactéries comme les salmonelles, les pyocyaniques ou les
mycobactéries (y compris le bacille de Koch), qu’à des virus comme le virus de l’hépatite
B. En ce qui concerne l’hépatite C, on manque de données précises, mais le réseau
national de santé publique estimait récemment, à partir des données de la littérature,
qu’environ un quart des nouveaux cas d’hépatite C (non liés à une pratique de
toxicomanie) pourraient être en rapport avec un geste endoscopique. C’est dire
l’importance qu’il faut accorder aux procédures de désinfection à appliquer à ce matériel
réutilisable.
Il apparaît pourtant que les pratiques de désinfection du matériel d’endoscopie ne sont
pas toujours réalisées avec toute la rigueur et le souci de qualité nécessaires. Les
médecins et les personnels soignants ne doivent pas négliger l’existence du risque de
transmission d’agents pathogènes à l’occasion d’actes d’endoscopie. La diffusion de ces
recommandations a pour objet de permettre la mise en œuvre de pratiques aptes à
protéger les patients et les personnels de soins contre les risques infectieux liés à
l’endoscopie.
114
Les présentes recommandations ne concernent que les endoscopes souples (fibroscopes)
ou rigides non stérilisables et le matériel utilisé lors des actes d’endoscopie. Elles ne
concernent pas les procédés automatiques utilisables pour la désinfection des
endoscopes qui feront l’objet de recommandations séparées ultérieurement. Par ailleurs,
le matériel destiné à pénétrer dans une cavité stérile (coeliochirurgie…) fera l’objet de
recommandations ultérieures plus spéficiques. Le but de ces recommandations est
d’assurer une qualité microbiologique capable de prévenir la transmission d’une infection
exogène par apport de germes étrangers à l’hôte, lors d’une endoscopie.
Ces recommandations ont été élaborées par un groupe de travail commun à la société
française d’hygiène hospitalière et au comité technique national des infections
nosocomiales, elles ont été discutées au sein Conseil Supérieur d’hygiène publique de
France qui les approuvées.
Vous voudrez bien diffuser cette circulaire aux établissements de santé publics et privés
de votre département. Vous voudrez bien également demander aux directeurs des
établissements de la transmettre aux présidents de commission médicale d’établissement
ainsi qu’aux présidents des comités de lutte contre les infections nosocomiales et vous
inviterez les établissements de soins à rédiger des protocoles de désinfection des
endoscopes adaptés à la situation de leur établissement et qui tiennent compte des
indications contenues dans cette circulaire.
En outre, lors des visites que vous êtes amenés à effectuer dans les établissements, je
vous demande de vérifier la qualité de mise en œuvre des mesures de désinfection et de
me faire part des difficultés d’application de cette circulaire.
Le principe de la désinfection des endoscopes vise à prévenir l’ensemble des
risques infectieux pour chaque patient soumis à l’endoscopie
Le traitement des endoscopes doit être effectué après chaque acte d’endoscopie, il
comporte cinq étapes :
1- le traitement préliminaire
2- le rinçage
3- la désinfection proprement dite
115
4- le rinçage terminal
5- le stockage.
1- Le traitement préliminaire
Il doit intervenir le plus précocement possible après la fin de l’acte d’endoscopie pour
éviter le séchage des sécrétions et/ou excrétions (sang, mucus, selles, pus…) ou la
formation des biofilms. Il comporte deux phases :
1-1
Le pré-traitement qui vise à éliminer les souillures visibles et comporte
l’essuyage externe de l’endoscope avec des compresses ou du papier à usage unique
et le rinçage à l’eau du réseau1

l’aspiration et le rinçage abondant à l’eau de réseau de tous les canaus de
l’endoscope. Si le matériel est ensuite transporté dans le local où se déroulent les
étapes suivantes, le transfert s’effectue dans des conditions visant à protéger le
personnel et l’environnement.
1
A condition que soit régulièrement (au moins une fois par mois) contrôlées ses qualités microbiologiques et physico-
chimiques. Celles-ci doivent être au moins conformes aux critères définis dans le décret 89/3 du 3 janvier 1989 modifié,
relatif aux eaux destinées à la consommation humaine.
1-2-
Le nettoyage
L’efficacité et la qualité du résultat sont liées à l’action mécanique du nettoyage et l’activité
physico-chimique du produit utilisé. La qualité du nettoyage conditionne l’efficacité de la
désinfection et le résultat final. C’est une étape indispensable qui suppose l’emploi d’un
produit non aldéhydique impérativement détergent2 si le produit détergent est
présenté comme bactéricide, il doit répondre à la norme NFT 72 170 ou NFT 72171.
2
Aucun produit détergent désinfectant n’est à la fois un très bon détergent et un très bon désinfectant. L’utilisation d’un
détergent neutre privilégie l’action nettoyante du produit qui pour cette phase ne doit en aucun cas être un produit
détergent désinfectant contenant des aldéhydes.
Ce nettoyage comprend :

le trempage de l’endoscope dans la solution détergente

le lavage manuel dans le bain de solution détergente qui comporte :
-
l’essuyage de la gaine
116
-
le brossage de l’extrémité, de tous les recoins et anfractuosités de l’endoscope
-
l’écouvillonnage soigneux de tous les canaux de l’endoscope
Le détergent doit être dilué, selon les prescriptions du fabricant, dans l’eau du réseau à
une température conforme aux prescriptions des fabricants. Le test d’étanchéité doit être
pratiqué dès la première immersion pour des raisons d’hygiène et de maintenance ; de
même sera vérifié lors de cette étape, la non obstruction des canaux de l’endoscope. La
solution détergente du bain doit être renouvelée pour chaque usage.
La solution détergente doit passer dans tous les canaux et la lumière de l’endoscope en
prenant soin d’éliminer les bulles d’air.
Le matériel utilisé pour ce nettoyage (les brosses, écouvillons…) doit être adapté à
l’endoscope, nettoyé et désinfecté après chaque opération, de même que le bac de
trempage.
Vues la complexité et la fragilité des endoscopes, les méthodes de nettoyage doivent tenir
compte des spécifiques internes et externes de chaque appareil pour s’assurer d’un
résultat de qualité.
2-
Le rinçage
Par son action physique le rinçage élimine les matières organiques résiduelles et toutes
traces de détergent qui pourraient interférer avec le produit de désinfection utilisé
ultérieurement entraînant la formation de précipités altérant la qualité des optiques des
endoscopes et/ou inhibant l’activité antimicrobienne du produit.

le rinçage doit être pratiqué dès la fin du nettoyage. Lors du rinçage, il convient de
pratiquer une très bonne irrigation de tous les canaux

3-
l’eau du réseau suffit pour ce rinçage qui doit être abondant sous le robinet.
La désinfection
Selon l’AFNOR, la désinfection est une opération au résultat momentané permettant
d’éliminer ou de tuer les micro-organismes et/ou d’inactiver les virus indésirables portés
par des milieux inertes contaminés, en fonction des objectifs fixés. Le résultat de cette
opération est limité aux micro-organismes présents au moment de l’opération3
117
3
AFNOR NFT 72 101
La désinfection se fait par immersion et trempage dans une solution d’un produit
désinfectant bactéricide, fongicide et virucide, sans activité détergente, dans l’eau froide
du réseau.
Actuellement le produit de référence est le glutaraldéhyde en solution à 2%5 ; d’autres
produits peuvent ou pourront être utilisés s’ils satisfont les critères décrits ci-dessus
(bactéricidie, fongicidie et virucidie4).
Le temps de trempage est fonction de l’objectif poursuivi :
Durée minimale pour
10 minutes
20 minutes
> 1 heure
Espérer une
Activité in
Bactéries végétatives
Vitro sur
levures, HIV
id. I+
Virus des hé[email protected]
Mycobactéries
Moisissures
id. II+
Spores
bactériennes
@ sous réserver d’études complémentaires pour le virus de l’hépatite C.
Le temps de trempage est fonction de l’objectif poursuivi mais une durée de 20 minutes
est nécessaire pour obtenir une efficacité suffisante, compte tenu du risque potentiel lié
aux mycobactéries et aux virus des hépatites6
4
qui doit répondre aux normes AFNOR NFT 72 150 ou 151 SPECTRE 5, NFT 72 180, NFT 72 200 (pour Candida
Albicans) et éventuellement NFT 72 190.
5
6
bien que certains produits puissent être actifs en solution 1%
en ce qui concerne le risque de contamination représenté par les agents transmissibles non conventionnels, se
reporter à la circulaire DGS/DH n°100 du 11 décembre 1995 relative aux précautions à observer en milieu chirurgical et
anatomopathologique face aux risques de transmission de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.
La fréquence de renouvellement de la solution du bac de trempage est fonction de la
fréquence de son utilisation c’est-à-dire du nombre d’endoscopes désinfectés dans l’unité
d’endoscopie. L’évaporation du produit aldéhydique et l’immersion des endoscopes
nettoyés et rincés entrainent une dilution du principe actif.
118
4- Le rinçage terminal
Le but du rinçage terminal est d’éliminer toute trace de désinfectant sur le matériel, sans
compromettre le résultat.
Les manipulations se font avec des gants à usage unique, propres ou stériles selon le type
d’endoscopie.

le rinçage doit être abondant

la qualité de l’eau de rinçage dépend de la nature de l’acte endoscopique
Le rinçage doit être pratiqué avec :
Soit de l’eau stérile délivrée par la pharmacie en flacon serti pour l’endoscopie de toutes
les cavités stériles.
Soit de l’eau filtrée sur membrane stérilisante de qualité prouvée, pour l’endoscopie
broncho-pulmonaire (suivre les indications des fabricants pour la stérilisation des filtres).
Soit de l’eau du réseau1 pour l’endoscopie digestive haute et basse non interventionnelle.
Si l’endoscope n’est pas utilisé immédiatement, il doit être séché à l’air médical.
5- Le stockage et le transport
La plupart des mallettes de rangement sont totalement inadaptées au stockage des
endoscopes et ne doivent pas être utilisées pour le transport des endoscopes souillés en
raison de l’emploi de mousse qui ne sont ni lavables, ni désinfectables.
5-1- Le stockage
Les endoscopes doivent être stockés dans un endroit propre et sec à l’abri de toute source
de contamination microbienne.
119
Avant le début d’un programme d’endoscopie et/ou lorsque l’endoscope a été stocké
pendant douze heures ou plus, une désinfection par immersion pendant 10 minutes dans
une solution de produit désinfectant suivie d’un rinçage, de qualité équivalente à celle
préconisée au point 4 s’impose avant le premier acte endoscopique.
5-2- Le transport
L’idéal est d’utiliser un moule ad hoc facile à désinfecter, et surtout de veiller à ce que la
qualité du résultat obtenu par la désinfection ne soit pas compromise. En cas de geste
endoscopique au lit du malade, il est impératif de pratiquer immédiatement la première
phase de nettoyage. En aucun cas, après leur utilisation, les endoscopes sales ne sont
transportés dans leur mallette d’origine.
6- Nettoyage et désinfection des accessoires
Les accessoires et instruments doivent être nettoyés très soigneusement, stérilisés si
possible ou à défaut désinfectés avec le même niveau de qualité que l’endoscope. Les
instruments à visée invasive, tels que les pinces à biopsie, doivent être stérilisés. L’emploi
de matériel à usage unique est préférable.
7- Les locaux
Spécifiques pour le traitement des endoscopes ; les locaux seront situés à proximité des
salles, ventilés correctement et au mieux équipés de hotte à toxiques pour l’élimination
des vapeurs d’aldéhyde, adaptés sur le plan ergonomique aux conditions de travail du
personnel, munis de préférence d’éviers de qualité déterminée pour le lave et le premier
rinçage, de bac à fermeture hermétique pour trempage dans la solution désinfectante.
8- La sécurité du personnel
Le personnel chargé de la désinfection des endoscopes, doit recevoir une formation
spécifique sur les procédés de désinfection du matériel et une information sur les risques
liés à la manipulation des substances toxiques et dangereuses.
Il convient de rappeler au personnel la nécessité de respecter les précautions universelles
120
pour la prévention des accidents liés à l’expostion au sang.
Le port de lunettes protectrices, de masque et de gants est recommandé pour se prémunir
contre les projections de produit toxique.
Tout incident ou accident survenant lors de la manipulation des endoscopes, des
accessoires et/ou des produits utilisés doit être signalé au service de médecine préventive
du personnel de l’établissement.
Dans un souci de traçabilité, l’enregistrement des actes d’endoscopie doit faire l’objet
d’une démarche comparable à celle des actes opératoires.
Résumé : les étapes de la désinfection des endoscopes
Le port de gants de protection est obligatoire pour la manipulation du matériel souillé. Le
port de gants à usage unique propres ou stériles est obligatoire pour manipuler le matériel
désinfecté.
Pré-traitement
Immédiatement après l’utilisation
Essuyage de la partie externe de l’endoscope et rinçage à l’eau de réseau.
Aspiration des canaux et de la lumière de l’endoscope en éliminant les bulles d’air, et test
d’étanchéité
Trempage, lavage et brossage de l’endoscope dans une solution prioritairement
détergente.
Rinçage
A l’eau de réseau
Abondamment
Désinfection
Port de gants à usage unique propres ou stériles
Trempage dans une solution de produit désinfectant d’efficacité prouvée
Irrigation des canaux et lumière de l’endoscope en éliminant les bulles d’air
La durée du trempage est fonction de l’objectif poursuivi
121
Rinçage terminal
Port de gants à usage unique propres et stériles suivant le type d’endoscopie
Abondamment
A l’eau stérile, ou filtrée de qualité prouvée, ou à l’eau du réseau selon le type
d’endoscopie pratiquée.
Séchage à l’air médical.
Stockage
A l’abri de la lumière
A l’abri de toutes sources de contamination microbienne
Après stockage > à 12 heures ou avant le début d’un programme, une nouvelle
désinfection sera pratiquée avant l’utilisation de l’endoscope.
Ces recommandations sont destinées à servir de base à la rédaction de
protocoles
ANNEXE 12
ENDOSCOPIE ET VIRUS DE L’HEPATITE C : QUEL RISQUE ?
122
Laurent PALAZZO, Thierry PONCHON, Denis SAUTEREAU et le conseil d’administration
de la Société Française d’Endoscopie Digestive.
Mots clés :
Hépatite C - endoscopie digestive
Key Words :
C virus – gastrointestinal endoscopy
Le début de l’épidémie de l’hépatite C, en France, remonte aux années cinquante et sa
prévalence a augmenté progressivement pour infecter actuellement 500.000 à
600.000 personnes (1).
La transfusion de produits sanguins labiles ainsi que le partage de seringues contaminées
entre toxicomanes représentent les modes de transmission démontrés de l’infection par le
VHC. Ainsi, dans l’étude épidémiologique française coordonnée par F. Roudot-Thoraval,
portant sur 6664 patients hospitalisés, et souffrant d’hépatite chronique virale C, un
antécédent transfusionnel était retrouvé dans 37 % des cas et un antécédent de
toxicomanie intra-veineuse dans 25 % des cas. Dans cette étude, par ailleurs,
l’interrogatoire révélait dans 15 % des cas, des antécédents d’actes éventuellement
contaminants comme des séances d’hémodialyse, des interventions chirurgicales sans
transfusion ou des actes non chirurgicaux diagnostiques ou thérapeutiques. Chez 20 %
des patients, aucun facteur de risque évident n’était observé (2).
Ces proportions seront vraisemblablement appelées à se modifier en raison du contrôle du
risque lié à la transfusion et l’attention se porte maintenant avec de plus en plus
d’insistance sur le risque nosocomial au premier rang duquel se situerait le risque lié à la
pratique de l’endoscopie digestive, si l’on en croit un certain nombre de déclarations aux
médias.
Le but de cet éditorial est de tenter de clarifier un débat actuellement non dénué de
polémique.
Nous essaierons de répondre à quatre questions à propos du risque de transmission de
l’hépatite C par l’endoscopie digestive :
1 - Existe-t-il des preuves de la contamination par le VHC de patients au décours d’une
endoscopie digestive ?
2 – Que faut-il penser des études qui ont indiqué que l’endoscopie digestive pouvait avoir
une responsabilité importante dans l’épidémie actuelle d’hépatite C ?
123
3 - Que faut-il penser des études qui tendraient à montrer que la désinfection
réglementaire des endoscopes permet de prévenir la transmission de l’hépatite C ?
4 - Est-il possible de démontrer formellement l’absence de risque de transmission du VHC
par l’endoscopie digestive ?
1 - Existe-t-il des preuves de la contamination par le VHC de patients au décours d’une
endoscopie digestive ?
La réponse est oui. Trois cas de contamination par le VHC lié à la réalisation d’une
endoscopie digestive ont été documentés de manière probante jusqu’à présent.
Le premier en 1989, dans les suites d’une cholangiographie rétrograde, sans
sphinctérotomie ni traumatisme évident (3). Bien qu’il n’y ait pas eu de comparaison des
génotypes ou des séquences nucléotidiques des différentes souches virales, l’imputabilité
a été considérée comme probable en raison de la chronologie des signes cliniques,
biologiques et virologiques. La désinfection avait été jugée insuffisante car ayant fait appel
à une solution de glutaraldéhyde à 0,7 % à froid et non 2 % à 24°.
Plus récemment, Bronowicki et al. (4) ont rapporté le cas d’une double transmission du
VHC chez un couple ayant eu une coloscopie juste après une patiente ayant une hépatite
chronique C. L’analogie des séquences nucléotidiques du génome viral détecté chez les
deux patients infectés et chez la personne présumée infectante a permis de prouver qu’il y
a bien eu transmission d’un malade aux deux autres. Les procèdures de désinfection ont
été jugées insuffisantes, car les canaux opérateurs n’avaient pas été écouvillonnés puis
brossés après chaque examen. Le temps de trempage dans le glutaraldéhyde était de 5
minutes seulement. La pince à biopsies et l’anse diathermique étaient nettoyées
mécaniquement mais n’étaient pas autoclavées. La même seringue d’anesthésie enfin
avait été utilisée chez le couple. Cette dernière observation démontre de manière formelle
la réalité d’une possibilité de contamination par le VHC au décours d’une endoscopie
digestive. Dans ces deux observations (3,4), la désinfection des endoscopes ou du petit
matériel (pince à biopsies, anse diathermique) avait contrevenu aux règles éditées par les
sociétés scientifiques au long de ces dix dernières années (5-12), règles qui ont été
124
rappelées en avril 1996 par la circulaire de la direction générale de la santé, direction des
hôpitaux, DGS / DH n°236.
La transmission d’infection virale par l’endoscopie digestive n’a jamais été rapportée pour
le VIH mais a déjà été rapportée pour le virus de l’hépatite B (VHB). Un cas de
transmission vraisemblable a été publié en 1983 (13), consécutivement à une endoscopie
haute pour hémorragie digestive. Les auteurs avaient émis l’hypothèse que les canaux aireau uniquement rincés à l’eau étaient la source de la contamination.
2 – Que faut-il penser des études qui ont indiqué que l’endoscopie digestive pouvait
avoir une responsabilité importante dans l’épidémie actuelle d’hépatite C ?
3 études épidémiologiques réalisées en France ont fait suspecter que l’endoscopie
digestive pourrait avoir une responsabilité importante dans l’épidémie actuelle d’hépatite
C.
La première étude, déjà rapporté plus haut, fut menée entre 1991 et 1993 (2) sur 6664
patients présentant une hépatite chronique C, hospitalisés dans des services d’hépatogastro-entérologie. 15 % des patients ne présentaient pas de facteur de risque classique
comme un antécédent de transfusion ou une toxicomanie par voie intra-veineuse mais
présentaient
des
antécédents
éventuellement
contaminants
et
notamment
des
antécédents d’endoscopie digestive.
Une étude cas-témoins publiée en 1995 (14) portant sur des malades hospitalisés dans
10 services de gastro-entérologie de la région parisienne a été réalisée entre le 1er avril et
le 30 juin 1991. Dans le groupe de patients où le risque d’avoir été contaminé par une
transfusion était faible, 7,2 % des 497 sujets ayant eu une biopsie au cours d’une
endoscopie digestive, étaient séropositifs pour le VHC alors que le taux de séropositivité
était de 4 % chez les 668 sujets ayant eu une endoscopie sans biopsie. En analyse
multivariée, après soustraction des deux variables dominantes, toxicomanies et
transfusions, seule la variable biopsie per-endoscopique restait liée de façon indépendante
à la séropositivité chez les malades âgés de plus de 45 ans. Les auteurs suggéraient
qu’en raison de sa structure spiralée, la pince à biopsies était plus difficile à désinfecter et
125
pouvait être responsable de la transmission du virus par son caractère invasif.
L’hypothèse d’une contamination chronique du canal opérateur était également soulevée.
Cette étude portait sur des patients ayant eu une endoscopie avant 1991, à une période
où les procédures de désinfection des endoscopes et du petit matériel n’étaient pas
encore standardisées et diffusées.
La troisième étude qui est celle qui a eu le plus d’impact médiatique et qui a fait dire que
l’endoscopie digestive était responsable de 20 % des infections par le virus C, est une
étude réalisée chez des donneurs de sang entre 1994 et 1996 (15-16). Dans cette étude,
31 donneurs de sang chez lesquels il y a eu une séroconversion anti-VHC, c’est-à-dire
chez lesquels une infection à VHC est survenue entre deux dons, ont pu être interrogés
sur le facteur de risque survenu entre ces deux dons. Une toxicomanie intra-veineuse (27
%) non avouée à l’entretien précédant le don était le facteur de risque le plus
fréquemment identifié. 13 de ces 61 donneurs réguliers (21 %) avaient pour seul facteur
de risque, une exploration instrumentale entre ces dons. Les explorations étaient
principalement des coloscopies mais également des endoscopies œso-gastro-duodénales
et une arthroscopie. Cette étude qui s’est déroulée pendant trois ans ne concernait qu’un
petit échantillon de donneurs non représentatif de la population française. Il était
sélectionné au préalable par la recherche de facteurs de risque d’infection virale. De plus,
cette étude ne s’est pas attachée à la recherche d’autres facteurs de risque, tels que
l’inhalation de cocaïne (porte d’entre identifiée plus tard (16)), les soins dentaires,
l’acupuncture ou les lames de coiffeurs. Surtout, ses résultats ne sont pas issus d’une
enquête cas - témoins. Ils ne permettent donc pas de quantifier le poids des différents
facteurs et ne font que suggérer leur rôle éventuel dans la survenue d’une infection à
VHC. Les résultats de cette étude ayant été porté à la connaissance des autorités de
tutelle, le principe de précaution a été mis en œuvre immédiatement si bien qu’un
antécédent d’endoscopie digestive dans les six mois qui précédent le don de sang, a été
considéré dès 1994 comme une contre-indication temporaire aux dons du sang.
Comme on le voit, ces trois études épidémiologiques qui ont fait suspecter la
responsabilité importante de l’endoscopie digestive dans le développement de l’épidémie
126
d’hépatite C dans notre pays fournissent tout au plus des arguments indirects quand à la
possibilité d’une transmission du VHC par l’endoscopie digestive, mais elles n’étaient pas
conçues d’un point de vue méthodologique pour quantifier la part et donc l’importance de
la responsabilité de l’endoscopie digestive dans le développement de cette épidémie.
Le mérite principal de ces études est d’avoir sensibilisé la profession sur la nécessité
impérative de suivre scrupuleusement les procédures et recommandations édictées et
diffusées concernant la désinfection des endoscopes et du matériel endoscopique en
général.
3 - Que faut-il penser des études qui tendraient à montrer que la désinfection
réglementaire des endoscopes permet de prévenir la transmission de l’hépatite C ?
De
nombreux
arguments
indirects
ou
directs
plaident
pour
l’efficacité
des
recommandations et de la réglementation concernant la désinfection des endoscopes et
du matériel endoscopique pour prévenir la contamination par le VHC au décours des actes
endoscopiques. Nous étudierons successivement les arguments indirects puis les
arguments directs.
Arguments indirects
En l’absence de système du culture du VHC facilement disponible, il a été impossible
jusqu’à présent d’évaluer la sensibilité de ce virus aux différents désinfectants. La mise au
point de culture de virus modèle, proche du VHC est en cours actuellement. La possibilité
de pouvoir titrer le pouvoir infectieux de ces préparations pourrait ouvrir de nouvelles
perspectives dans l’évaluation de l’efficacité des désinfectants et des procédures de
désinfection. Sachant que le VHC est un virus enveloppé, nous pouvons supposer qu’il a
la même sensibilité aux détergents et au glutaraldéhyde que le VHB et le VIH.
In vitro, un plasma humain contenant des doses hautement infectieuses de VHB n’est plus
capable de contaminer un chimpanzé après traitement par le glutaraldéhyde à 24°
pendant 5 minutes.
Douze études portant sur 394 sujets ont montré l’absence de transmission endoscopique
du VHB (17).
127
Quatre études ont confirmé l’efficacité sur le VIH de la désinfection des endoscopes par le
glutaraldéhyde à 2 % pendant 3 à 5 minutes (17-18).
Arguments directs
La controverse à propos du risque de transmission du VHC par l’endoscopie digestive a
conduit quelques équipes à réaliser des études sur les endoscopes et les pinces à
biopsies pour rechercher la présence de particules virales C et tester l’efficacité des
recommandations et procédures habituelles de désinfection pour éliminer ces particules
virales C.
Actuellement, les résultats de six études sont disponibles, principalement sous la forme
d’abstracts. Rey et al (19) ont recherché l’ARN du VHC dans le canal opérateur des
endoscopes, après gastroscopie avec biopsies systématiques, chez 39 sujets anti-corps
anti-VHC positifs en phase de réplication virale. A deux reprises, l’ARN du VHC a pu être
mis en évidence dans le liquide de lavage effectué immédiatement après l’endoscopie. En
revanche, le liquide de lavage analysé après nettoyage avec un détergent et après
désinfection avec une solution de glutaraldéhyde à 2 % pendant 3 à 5 minutes ne
contenait pas d’ARN du VHC. Dans une autre étude (20), l’ARN du virus C n’était pas
détecté dans les endoscopes même avant nettoyage et désinfection. Dans une troisième
étude (21), l’ARN du virus C était présent dans le canal opérateur des endoscopes, mais
n’était pas présent sur les pinces à biopsies. L’ARN du virus C pouvait encore être isolé
après nettoyage avec le détergent, et n’était pas retrouvé après désinfection. Dans un 4ème
essai (22), la contamination des pinces à biopsies par le VHC était démontrée in vitro et in
vivo mais la désinfection permettait d’éliminer l’ARN viral. Une dernière étude (23)
décrivait également la contamination des pinces à biopsies et l’efficacité de la désinfection.
Enfin, une étude récente (24) a confirmé l’efficacité des recommandations actuelles c’està-dire celles de la circulaire DGS DH 236 : 10 endoscopes ont été contaminés
expérimentalement par 15 ml de plasma VHC + dont le titre était connu. Après
désinfection (glutaraldéhyde à 2 % à 24° pendant 20 minutes), l’ARN du VHC était
indétectable pour chacun des prélèvements.
Toutes ces études ont utilisé des techniques de biologie moléculaire qui détectent l’ARN
128
viral mais qui ne reflètent qu’indirectement l’infectiosité initiale et résiduelle de l’inoculum.
Elles ont cependant le mérite de montrer qu’une désinfection bien menée réduit
considérablement, et probablement annule, le risque d’infection par le VHC au cours d’une
endoscopie digestive.
Trois études épidémiologiques ou cliniques également réalisées en France, constituent un
contre-poids extrêmement convaincant aux études qui ont impliquées l’endoscopie
digestive dans la contamination des patients par le VHC.
La première a été publiée sous la forme d’un résumé aux journées francophones de
pathologie digestive de 1996 (25). Dans cette étude unicentrique, la prévalence de la
séropositivité anti-VHC était basse et comparable à la population générale (0,8 %), chez
130 patients qui avaient déjà subi une endoscopie digestive, et elle ne différait pas de la
prévalence observée chez 172 patients qui n’avaient jamais eu d’endoscopie digestive.
Dans une deuxième étude prospective (26), 97 patients venant pour une coloscopie de
contrôle dans le centre d’endoscopie digestive du CHU de Tours de décembre 1996 à
août 1997, ont été inclus avec un taux d’acceptation de dépistage du VHC de 100 %. Les
endoscopies préalables avaient été réalisées en raison d’antécédent personnel ou familial
de cancer colo-rectal, de maladie inflammatoire de l’intestin ou bien dans le cadre
d’exploration de symptômes cliniques. Les endoscopes et le petit matériel étaient nettoyés
et désinfectés selon une procédure standardisée obéissant aux recommandations et à la
réglementation en vigueur. Seuls les patients ayant eu une coloscopie préalable, dans le
même centre dans une période comprise entre 1 et 5 ans, avaient été inclus. Près de 80
% avaient eu une coloscopie interventionnelle, avec biopsies ou polypectomies ou
utilisation de la pince chaude, tandis que 20 % avaient eu une endoscopie simple. Plus de
50 % des patients avaient eu de multiples coloscopies préalables et 27 % avaient
également eu des endoscopies hautes. 40 % des patients enfin avaient eu une
endoscopie sous anesthésie générale et 20 % de patients avaient eu une endoscopie
digestive antérieurement à 1988 (période où les désinfections n’étaient probablement pas
optimales). La sérologie VHC a été négative chez ces 97 patients, la prévalence de
l’infection étant donc de 0 % dans cet échantillon avec un intervalle de confiance au 0 à
129
3,73 % au risque 0,05. Les conclusions de cette étude sont que la prévalence de
l’infection par le VHC chez les patients ayant déjà effectué une coloscopie dans de bonnes
conditions de désinfection du matériel, ne paraît pas supérieure à celle de la population
générale. Les auteurs en déduisent que les efforts de santé publique doivent porter sur le
contrôle et le respect de l’application de la circulation DGS DH n°236 et affirment qu’une
étude prospective du risque de contamination dans les centres appliquant une
désinfection rigoureuse du matériel d’endoscopie serait coûteuse et inutile, dernière
opinion que le conseil d’administration de la Société Française d’Endoscopie Digestive
que nous représentons, ne partage pas.
La troisième étude a été publiée dans Gastroentérologie Clinique et Biologique en 1999 et
a consisté en une étude cas-témoins en population générale des facteurs de risque de
contamination par le virus de l’hépatite C. Cette étude de Merle et al. (27) paraît
extrêmement importante, car c’est la première étude cas-témoins ayant spécifiquement
étudié les facteurs de risques de contamination par le virus de l’hépatite C dans une
population non sélectionnée. Le but de cette étude était d’identifier les facteurs de risques
de contamination par le VHC et d’évaluer la part de contamination qui leur était attribuable.
178 patients VHC + recrutés en ambulatoire auprès de 23 médecins généralistes ont été
comparés à deux groupes témoins. Le premier était constitué de patients pris au hasard
consultants les mêmes médecins, le deuxième étant constitué de sujets tirés au sort sur le
registre électoral de la ville où a eu lieu l’étude. Ce travail très détaillé et
méthodologiquement bien mené, s’est intéressé à l’ensemble des facteurs de risques
identifiés à ce jour pour la transmission du VHC et notamment à tous les facteurs de
risques nosocomiaux, chirurgicaux ou non chirurgicaux comprenant l’endoscopie digestive
haute ou basse. En analyse univariée, parmi les antécédents en faveur d’une transmission
nosocomiale, on retrouvait plus fréquemment chez les malades que chez les témoins, des
antécédents de chirurgie en particulier digestive ou urogénitale légère, d’examen invasif
comme l’endoscopie digestive, de biopsie, de ponction lombaire ou pleurale, de soins
après un accident, de piqûre ou d’injection, d’accouchement multiple ou d’interruption de
grossesse. Les résultats de l’analyse multivariée prenant en compte les variables
130
sélectionnées comme significatives au risque de 20 % par l’analyse univariée montrent
que restent significativement associés à la séropositivité virale C, les antécédents de
transfusion de produits dérivés du sang, la séropositivité virale C chez un membre de la
famille ou chez un sujet vivant dans le même logement, un antécédent d’intervention
chirurgicale, de soins médicaux après un accident, ou de soins nécessitant des injections.
En revanche, le rôle des actes endoscopiques ou des biopsies per-endoscopiques n’est
pas retrouvé lors de l’analyse multivariée et ce malgré un nombre relativement important
de sujets exposés parmi les malades ou les témoins (38,8 % des patients VHC +, 32,5 %
des témoins du groupe 1 et 25,4 % des témoins du groupe 2). Cette étude démontre par
conséquent que la part de l’endoscopie avec ou sans biopsie dans la contamination par le
VHC est faible dans la population générale, alors que les procédures de désinfection
actuellement en vigueur ne sont appliquées que depuis quelques années.
4 - Est-il possible de démontrer formellement l’absence de risque de transmission du VHC
par l’endoscopie digestive ?
L’endoscopie digestive est une procédure diagnostique et thérapeutique de qualité
inégalée en terme de performance et d’innocuité pour la prise en charge des maladies de
l’appareil digestif. Le risque de transmission nosocomiale du VHC par l’endoscopie
digestive est devenu un sujet de préoccupation majeur pour la profession, pour les
responsables de l’hygiène hospitalière et depuis peu pour le public. Il inquiète les
établissements de soins et les professionnels de l’endoscopie qui doivent répondre à un
nombre croissant d’interrogations des patients qu’ils prennent en charge. Les praticiens
s’efforcent de mettre en œuvre en routine les méthodes de désinfection recommandées,
ce qui n’est pas sans poser de nombreux problèmes techniques et financiers. A l’heure où
le principe de précaution domine et alourdit les procédures à l’heure où les médias sont à
l’affût des défaillances professionnelles, à l’heure où l’endoscopie virtuelle cherche à se
faire une place, il nous paraît urgent de clore le débat sur l’éventualité de la transmission
du VHC par l’endoscopie digestive.
Pour cela, le conseil d’administration de la SFED propose :
131
1 D’évaluer prospectivement le taux d’incidence de l’infection par le virus C
directement imputable à l’endoscopie digestive dans les centres où les
recommandations françaises de désinfection des endoscopes sont strictement
appliquées. Ce travail dans lequel la Société Française d’Endoscopie Digestive
s’implique depuis maintenant trois ans, rentre dans sa phase terminale de
réalisation, et 10.000 patients recueillis dans une trentaine de centres seront inclus
prochainement puis suivis, l’analyse statistique des résultats permettant alors de
conclure formellement sur ce point.
2 De mettre au point un système d’audit, des procédures de désinfection appliquées
par les centres d’endoscopie digestive puis faire valider cet audit par l’ANAES, et
enfin, le proposer à l’ensemble de la profession.
Conclusion :
En cas de désinfection imparfaite, le virus de l’hépatite C peut être transmis par
l’endoscopie digestive comme d’ailleurs par n’importe quel acte médical pour peu qu’il soit
vulnérant.
Les études qui ont fait suspecter une responsabilité importante de l’endoscopie digestive
dans l’épidémie française d’hépatite C, ont un faible niveau de preuve.
L’application rigoureuse des procédures de désinfection recommandées par les sociétés
scientifiques
et
rappelées
par
la
circulaire
DGS
/
DH
n°236,
prévient
très
vraisemblablement le risque de contamination.
Seule une large étude prospective comme celle que met en place actuellement la Société
Française d’Endoscopie Digestive est à même de le démontrer.
Nous remercions le Docteur D. Ouzan, Saint-Laurent du Var, pour ses conseils dans la
réalisation de cet éditorial.
Références :
132
1 : Dubois F, Desenclos JC, Mariotte N, Goudeau A and the collaborative study group.
Hepatitis C in a French population-based survery, 1994 : seroprevalence, frequency of
viremia, genotype distribution, and risk factors. Hepatology 1997 ; 25 : 1490-6.
2 : Roudot-Thoraval F, Bastie A, Pawlotsky JM, Dhumeaux D. Epidemiological factors
affecting the severity of hepatitis C virus-related liver disease : a French survery of 6.664
patients. The study group for the prevalence and the epidemiology of hepatitis C virus.
Hepatology 1997 ; 26 : 485-90.
3 : Tennenbaum R, Colardelle P, Chochon M, Maisonneuve P, Jean F, Andrieu J. Hépatite
C après cholangiographie rétrograde. Gastroenterol Clin biol 1993 ; 17 : 763-4.
4 : Bronowicki JP, Venard V, Botte C et al. Patient to patient transmission of hepatitis C
virus during colonoscopy. N Engl J Med 1997 ; 4 : 237-40
5 : Infection control during gastrointestinal endoscopy : guidelines for clinical application.
American Society for Gastro-intestinal Endoscopy. Gastro Intest Endosc 1988 ; 34 : suppl.
37 S - 40 S
6 : Cleaning and disinfection of equipment for gastrointestinal flexible endoscopy, interim
recommandations of a working party of the British Society of Gastroenterology. Gut 1988 ;
29 : 1134-51.
7 : Axon ATR. Disinfection and endoscopy : summary and recommandations (working
party report of Sydney 1990 World Congress). J Gastroenterol Hepatol 1991 ; 6 : 23-4.
8 : Association Française de Normalisation (AFNOR). Guide pour la décontamination,
nettoyage, stérilisation ou désinfection des endoscopes. 1993.
9 : La maintenance du matériel d’endoscopie. Entretien et désinfection. Recommandations
de la Société Française d’Endoscopie Digestive (SFED). Septembre 1994.
10 : Axon A, Kruise A, Urgell R. ESGE guidelines on cleaning and disinfection. Endoscopy
1995 ; 27 : 199-202
11 : Axon A, Kruise A, Urgell R. ESGE guidelines for the retrocessing of accessories in
digestive endoscopy. Endoscopy 1996 ; 28 : 534-5
12 : ESGE guidelines for the prevention of endoscopic transmission of type C hepatitis and
update on Creutzfeldt-Jacob disease working party. Endoscopy 1997 ; 29 : 203-4.
13 : Birnie GG, Quigley EM, Clemens GB, Follet EA, Watkinson G. Endoscopic
transmission of hepatitis B virus. Gut 1983 ; 24 : 171-5.
14 : Andrieu J, Barry S, Colardelle P, Maisonneuve P, Giraud V, Robin E et al. Prévalence
133
et facteurs de risques de l’infection par le virus de l’hépatite C dans une population
hospitalisée en gastro-entérologie. Rôle des biopsies per-endoscopiques. Gastroenterol
Clin Biol 1995 ; 19 : 340-5.
15 : Courouce AM, French Blood Transfusion Centers. Seroconversion to HCV in repeat
blood donors. Procedings of IX Triennal International Symposium on viral hepatitis and
liver disease. Rome, 21-25 April 1996.
15 : Courouce AM, Pillonel J, Saura C. Infections récentes par le virus de l’hépatite C chez
les donneurs de sang et facteurs de risque. Bull Epidemiol Hebdo 1998 ; 4 : 13-14
16 : Conry-Cantilena, Vanhaden M, Gibble J et al. Route of infection viremia and liver
disease in blood donors found to have hepatitis C virus infection. N Engl J Med 1996 ; 334
: 1691-6
17 : Spach DH, Silverstein FE, Stamm WE. Transmission of infection by gastrointestinal
endoscopy and bronchoscopy. Ann Intern Med 1993 ; 118 : 117-28.
18 : Hanson PJ, Clarke JR, Nicholson G et al. Contamination of endoscopes used in AIDS
patients. Lancet 1989 ; 2 : 86-8
19 : Rey JF, Halfon P, Feryn JM, Khiri H, Masseyeff MF, Ouzan D. Risque de transmission
du virus de l’hépatite C par l’endoscopie digestive. Gastroentérol Clin Biol 1995 ; 19 : 3469
20 : Allemand I, Perrerard M, Nicholas de Lamballerie X, Monges D, Marchetti B et al.
Absence d’argument en faveur d’une transmission du virus de l’hépatite C au cours des
endoscopies digestives. Gastroenterol Clin Biol 1995 ; 19 : A14.
21 : Malek-Kiani N, Moulin V, Colardelle P, Harzic M, Denis P, Doll J et al. Recherche du
VHC aux différentes étapes de la décontamination des endoscopes digestifs.
Gastroenterol Clin Biol 1996 ; 20 : A22.
22 : Desprez D, Ducos J, Bianchi-Mondain AM, Pageaux GP, Larrey D, Michel H .
Transmission du virus de l’hépatite C au cours des endoscopies digestives : détermination
du rôle des pinces à biopsies. Gastroenterol Clin Biol 1996 ; 20 : 76
23 : Smith D, Raymond JM, Trimoulet P, De Ledinghen V, Fleury H, Amouretti M et al.
Hepatitis C virus RNA on digestive endoscopes. Endoscopy 1996 ; 28 : S68
134
24 : LuuDuc D, Chanzy B, Rousset B, Fauconnier J, Mallaret MR, Moraud P et al.
Evaluation d’une procédure manuelle de désinfection des endoscopes expérimentalement
contaminés par le virus de l’hépatite C (VHC). Gastroentérol Clin Biol 1998 ; 22 : A76
25 : Gaudin JL, Bobichon R, Dumont O, Souquet JC. Systematic hepatitis C virus
screening in patients submitted to ambulatory endoscopic procedures. Endoscopy 1996 ;
28 : S42.
26 : Karsenti D, Metman EH, Viguier J, Blanc P, Doumer CS, Dubois F, Goudeau A.
Transmission par coloscopie du virus de l’hépatite C : à propos d’un groupe de 97 patients
à « risque présumé ». Gastroenterol Clin Biol 1999 ; ........
27 : Merle V, Goria O, Gourier-Frery C, Benguigui C, Michel P, Huet P et al. Facteurs de
risque de contamination par le virus de l’hépatite C. Etude cas-témoins en population
générale. Gastroenterol Clin Biol 1999 ; 23 : 439-46.
ANNEXE 13
Recommandations pratiques de la S.F.E.D pour la mise en place de procédures de
nettoyage et de désinfection en endoscopie digestive.
135
R. SYSTCHENKO et le conseil d’administration de la SFED : J.M. CANARD, R.
DUMAS, J. ESCOURROU, G. GAY, M. GIOVANNINI, M. GREFF, J.C. GRIMAUD, T.
HELBERT, J. LAPUELLE, L. PALAZZO, B. MARCHETTI, B. NAPOLEON, T.
PONCHON, J.F. REY, D. SAUTEREAU
INTRODUCTION
Le risque d’infection liée à l’endoscopie digestive (1) paraît aujourd’hui exceptionnel grâce
à la diffusion depuis une dizaine d’années de nombreuses recommandations issues des
diverses sociétés scientifiques d’endoscopie digestive nationales ou internationales (2,3,4)
et d’associations d’infirmières (5). Cependant des cas d’infections persistent, mais ont
toujours été rapportés à des erreurs de procédure : absence d’écouvillonnage des canaux,
non-irrigation de tous les canaux, mauvaise utilisation des produits nettoyants ou
désinfectants (concentration ou durée de contact insuffisant), contamination du flacon de
lavage ou du laveur désinfecteur (machine à laver automatique), non-stérilisation du
matériel annexe... Il est donc indispensable de mettre en place des procédures
rigoureuses et d’en évaluer régulièrement l’efficacité. Cette nouvelle réactualisation des
fiches de la Société Française d’Endoscopie Digestive (SFED) en l’an 2000 après celles
de 1989 et 1994 , montre à quel point la lutte contre les infections nosocomiales est pour
la SFED une priorité afin d’améliorer la qualité et la sécurité des gestes endoscopiques.
Les recommandations françaises doivent tenir compte en particulier :
- Des obligations professionnelles du médecin, régies par le code de déontologie (6), où il
est précisé à l’article 71 que le médecin “doit veiller à la stérilisation et à la
décontamination des dispositifs médicaux qu’il utilise”.
- Des règles professionnelles des infirmiers qui rappellent la nécessité “du respect des
règles d’hygiène dans l’application des soins, dans l’utilisation du matériel, dans la tenue
des locaux” (7).
- Des circulaires ministérielles relatives à la désinfection des endoscopes (8), à la
stérilisation des dispositifs médicaux (9) et à l’acquisition et à l’utilisation de machines à
laver et désinfecter les endoscopes (10).
I. PRINCIPES GENERAUX
1. LES DISPOSITIFS MEDICAUX
136
Les endoscopes, tout comme le matériel annexe endoscopique, les produits désinfectants,
les stérilisateurs, les machines à laver et désinfecter les endoscopes (ou laveursdésinfecteurs selon la terminologie européenne) sont des dispositifs médicaux (DM)
définis par le décret n° 95-292 du 16/03/95.
Depuis le 14/06/98, tout DM doit avoir le marquage CE qui atteste que ce DM est
conforme aux exigences essentielles fixées par la directive européenne 93/42/CEE. Ainsi,
le fabricant du DM doit fournir à l’utilisateur les indications concernant en particulier la
désinfection.
On distingue quatre classes de DM en fonction de leur degré invasif : I, IIa, IIb, III (haut
degré invasif). Les endoscopes relèvent de la classe IIa tout comme les désinfectants, les
stérilisateurs et les machines à laver les endoscopes. Le matériel annexe peut varier de la
classe I à III.
Tout incident ou risque d’incident lié à l’utilisation d’un DM doit faire l’objet d’une
déclaration de matériovigilance.
2. LES NIVEAUX DE DESINFECTION
On distingue aujourd’hui trois niveaux de désinfection en fonction de trois niveaux de
risque infectieux (11) (cf tableau) :
- Stérilisation pour les DM critiques (en contact avec le sang comme les pinces à biopsie)
ou désinfection de haut niveau (bactéricide, fongicide, virucide, mycobactéricide et
sporicide) pour les DM critiques thermosensibles (endoscopes pénétrant dans des cavités
stériles comme les cholédoscopes transpariétaux). Dans ce cas, le rinçage final doit être
réalisé avec de l’eau stérile.
- Désinfection de niveau intermédiaire (bactéricide, fongicide, virucide et tuberculocide et
le cas échéant mycobactéricide) pour les DM semi-critiques : endoscopes souples ne
pénétrant
pas
dans
des
cavités
naturelles
stériles
(gastroscopes,
coloscopes,
duodénoscopes et cholangiopancréatoscopes per oraux, échoendoscopes…)
- Désinfection de bas niveau : ne concerne pas l’endoscopie digestive.
Destination du matériel
Classement du matériel Risque infectieux
Niveau
requis
Introduction
dans
le
système vasculaire ou
de
traitement
137
Stérilisation ou usage
dans une cavité ou un
tissu stérile quelle que Critique
Haut risque
unique,
soit la voie d’abord.
désinfection
Exemples :
niveau
à
défaut
de
haut
cholédoscopes, pinces
à biopsies…
En
contact
muqueuse
ou
avec
peau
lésée superficiellement.
Exemples :
Désinfection de niveau
Semi-critique
Risque médian
intermédiaire
Risque bas
Désinfection
Gastroscope,
coloscope,
duodénoscope
En contact avec la peau
intacte du patient ou
sans contact avec le Non critique
patient.
niveau
Exemple : tensiomètres,
lits…
3. LE CHOIX DES DESINFECTANTS
Le glutaraldéhyde à 2 % utilisé à température ambiante (20°) est considéré comme le
produit de référence. Il devrait rapidement être substitué par d’autres produits en raison de
ses effets secondaires sur le personnel chargé de la désinfection et de sa toxicité sur
l’environnement. Le glutaraldéhyde à 2% à température ambiante inactive le VIH et VHB
en moins de 5 minutes et le VHC au plus en 20 minutes.
Les désinfectants à base d’acide peracétique associé ou non à du peroxyde d’hydrogène
ont été validés en procédures manuelle et automatique. Ils sont bactéricides et virucides
en 5 minutes et mycobactéricides et sporicides en 10 minutes (2).
Le Stérilox (eau super-oxydée) aussi efficace que le dioxyde de Chlore ou le
glutaraldéhyde, a été testé et semble prometteur. D’autres produits désinfectants comme
l’ortho-phthalaldehyde (OPA) ou d’autres procédés de désinfection ou de stérilisation,
alternatifs au glutaraldéhyde.
de
bas
138
4. L’EAU
Le choix de la qualité de l’eau :
- pour le traitement manuel des endoscopes semi-critiques (ne rentrant pas dans des
cavités stériles), l’eau de réseau suffit. Cette eau du réseau répond à des critères de
potabilité régis par le décret n° 89-3 du 3 Janvier 1989 modifié (12). Cette eau doit être
potable en tous points de l’établissement de soins.
- pour le traitement manuel des endoscopes critiques (rentrant dans des cavités stériles), l’
eau de rinçage terminal doit être stérile.
- pour les laveurs désinfecteurs (LD), une eau bactériologiquement maîtrisée (13) exempte
de microorganismes, dite de niveau II ou “ultra-propre” est nécessaire (moins de 10
microorganismes opportunistes pour 100 ml à 22° et 37° et absence de Pseudomonas
aeruginosa pour 100 ml). Ce n’est pas une eau stérile, car elle n’est pas conditionnée.
Cette qualité d’eau est obtenue en général pour les LD par une batterie de cartouches de
filtration (5 microns, 0,5 micron, 0,1 micron).
- La microfiltration terminale (0,2 micron) à l’aide de cartouches réutilisables au niveau des
points d’eau ou robinets peut être utilisée en procédure manuelle, mais nécessite, comme
les batteries de cartouches de filtration une maintenance et des conditions d’utilisation
rigoureuses
(autoclavage,
fréquence
de
changements
de
filtres,
prélèvements
microbiologiques...).
Des tests permettant de vérifier l’intégrité du filtre (points de bulles, diffusion…) sont à
prévoir de façon régulière.
5. LES PRELEVEMENTS
- de l’eau : L’eau de réseau utilisée pour le rinçage final des endoscopes digestifs doit se
rapprocher d’une qualité microbiologique maîtrisée de niveau I : moins de 100
microorganismes opportunistes pour 100 ml à 22 et 37° et absence de Pseudomonas
aeruginosa pour 100 ml selon la définition du COTEREHOS en 1995 (Comité technique
régional de l’environnement hospitalier). La fréquence de ces prélèvements est à
déterminer en accord avec le CLIN en fonction de l’activité et des procédures utilisées de
chaque établissement (manuelle, automatique, utilisation de filtres…), sachant à ce sujet
qu’il n’y a encore aucun consensus. Par ailleurs, la maintenance des réseaux d’eau ainsi
que des points d’eau (détartrage, écoulement de l’eau qui a stagné, absence de bras
morts…) concoure à stabiliser la qualité de l’eau. des endoscopes. Sans caractère
obligatoire, un protocole de prélèvements périodiques dans l’année devrait cependant être
mis en place. En effet les résultats permettent d’évaluer l’efficacité des procédures mises
139
en place. Avec le service d’hygiène ou le laboratoire de bactériologie, il est important de
préciser les techniques de prélèvements (tous canaux ou chaque canal, gaine externe,
points sensibles comme les érecteurs ou les orifices des pistons) ainsi que le caractère
stérile des manipulations, le liquide utilisé pour les prélèvements des endoscopes. Le
liquide de prélèvement peut être un mélange stérile à base de tween 80-lécithine avec
injection de 50 ml dans chaque canal ou 200 ml par un irrigateur tous canaux pour le
glutaraldéhyde ou à base de thiosulfate pour les désinfectants à base d’acide peracétique.
De même, il est nécessaire de préciser les germes recherchés en priorité et l’identification
de ou des colonies prépondérantes.
En cas de contamination significative, la stratégie à mettre en place peut être la suivante :
une phase de nettoyage avec un nettoyant enzymatique alcalin non aldéhydique puis une
phase de désinfection sporicide (dite de haut niveau). Les temps de contact sont
déterminés selon l’activité des produits (5 à 15 minutes pour les nettoyants et 10 à 60
minutes pour les désinfectants). Un nouveau contrôle microbiologique sera réalisé avant la
remise en service.
- des laveurs-désinfecteurs. Deux points sont à surveiller et à prélever en particulier : l’eau
résiduelle de fond de cuve et l’arrivée d’eau à la machine en aval de toutes les filtrations.
Dans certains cas de contamination, il est nécessaire de faire des prélèvements sur le ou
les circuits d’évacuation des machines (liquide d’évacuation, condensateur…). Un cycle
d’autodésinfection du LD (sans endoscope), dont l’efficacité est prouvée par le fabricant,
doit être réalisé en début de séance d’utilisation (10).
-de l’environnement, qu’il s’agisse des surfaces (consoles d’endoscopes, plateaux de
transport d’endoscopes...), de l’air ou des vapeurs de glutaraldéhyde.
La VLE (valeur limite d’exposition) au glutaraldéhyde est de 0,2 ppm en France.
6. LA STERILISATION DU MATERIEL AUTOCLAVABLE
Elle doit se faire de préférence à la vapeur d’eau à 134° durant 18 mn. Ceci correspond au
cycle inactivant les agents transmissibles non conventionnels (ATNC) ou prions, après
avoir immergé puis nettoyé le matériel dans un détergent alcalin sans aldéhyde pendant
15 minutes (14).
Le contrôle du procédé du cycle de stérilisation à la vapeur d’eau repose sur 3 points :
- Test de Bowie-Dick en début de journée (vérification de la bonne pénétration de la
vapeur d’eau et de l’absence d’air résiduel).
- vérification des indicateurs physico-chimiques à chaque cycle (intégrateurs répartis au
sein de la charge, indicateurs de passage pour chaque élément stérilisé).
140
- vérification du diagramme d’enregistrement (température, pression) à chaque cycle.
Si l’un de ces contrôles n’est pas conforme, le produit est considéré comme non stérile.
Les résultats de tous ces contrôles doivent être validés et archivés (9).
7. LES ESST
Dans le cadre des d’encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles (ESST) et
en particulier de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), l’endoscopie digestive est
considérée comme un acte à risque virtuel. Ce risque infectieux virtuel de l’endoscopie doit
être confronté à celui lié au patient, et conduire à mettre en route des procédures
adaptées dites “procédures de précautions maximales” (14) :

pour les patients atteints de MCJ, l’endoscope doit être détruit et incinéré. Il ne faut
donc pas réaliser d’endoscopie chez un patient atteint de MCJ sauf si l’on dispose
d’endoscopes à usage unique et que l’indication est particulièrement nécessaire.

pour les patients suspectés de MCJ, pas d’endoscopie tant que le diagnostic n’est pas
précisé, ou utilisation d’endoscopes à usage unique. Un patient est suspect de MCJ
lorsqu’il présente un signe neurologique, une démence d’apparition récente et
d’évolution progressive et après avoir éliminé toute autre cause. Cette définition
harmonise celle de la circulaire n°100 de décembre 1995 (14) et celle de la déclaration
obligatoire.
Si l’endoscopie a été réalisée par inadvertance chez un patient suspect de MCJ, nous
recommandons une mise sous scellé de l’endoscope après deux nettoyages successifs
avec un détergent alcalin suivis d’une désinfection avec de préférence un désinfectant
oxydant, jusqu’à confirmation ou infirmation du diagnostic.

pour les patients particulièrement
à risque (hormone de croissance extractive,
gonadotrophine extractive, glucocérébrosidase extractive, membre de la famille
première lignée avec MCJ confirmée ou suspectée, intervention neurochirurgicale
survenue avant la circulaire de juillet 1994)
- premier nettoyage immédiat avec un détergent alcalin sans aldéhyde durant au moins 15
minutes. Rinçage à l’eau du réseau.
- deuxième nettoyage avec un détergent alcalin sans aldéhyde durant au moins 15
minutes. Rinçage à l’eau du réseau.
- puis désinfection suivant les procédures recommandées par les fabricants (par exemple :
glutaraldéhyde à froid à 2% durant 20 mn, désinfectant à base d’acide peracétique avec
141
un temps de contact qui sera précisé par le fabricant). Rinçage à l’eau du réseau ou
microfiltrée et séchage à l’air médical.
Si la très grande majorité des MCJ ( > 80%) est sporadique, de nombreux travaux portent
aujourd’hui sur le nouveau variant de la MCJ (nv-MCJ) lié à l’encéphalopathie spongiforme
bovine (ESB) (15). On s’interroge en particulier sur l’infectiosité de ce nv-MCJ au niveau
des tissus périphériques et en particulier des tissus lymphoïdes (amygdale, appendice).
L’utilisation à l’avenir d’endoscopes à gaine jetable et à usage unique sera sans doute la
solution la plus appropriée.
En conclusion, il convient par l’interrogatoire de rechercher ces facteurs de risques avant
chaque endoscopie.
8. LA MATERIOVIGILANCE
Le décret n°96-32 du 15 janvier 1996 relatif à la matériovigilance exercée sur les
dispositifs médicaux (DM) définit l’obligation de déclarer les incidents ou les risques
d’incidents survenus avec des dispositifs médicaux dans le cadre de la matériovigilance.
Ceci concerne aussi bien les endoscopes que les LD, les stérilisateurs, le petit matériel
endoscopique, les DM thérapeutiques (laser, bistouri électrique...). Le correspondant local
de matériovigilance s’assure de transmettre les déclarations d’incidents ou de risques
d’incidents au ministère de la santé (bureau EM1), d’informer le fabricant de ces incidents
et au sein de l’établissement d’enregistrer, d’analyser et de valider tout incident ou risque
d’incident et de recommander le cas échéant des mesures conservatoires.
II. LE TRAITEMENT DES ENDOSCOPES
1. LES PROCÉDURES MANUELLES DE DÉSINFECTION DES ENDOSCOPES.
Le traitement manuel des endoscopes doit être réalisé après chaque endoscopie et
comporte cinq étapes obligatoires :
1 : le pré-traitement
2 : le nettoyage
3 : le rinçage intermédiaire
4 : la désinfection
5 : le rinçage final
142
Il existe une sixième étape, le séchage, qui est réalisé si l’endoscope n’est pas utilisé
immédiatement.
Pour pouvoir subir toutes ces opérations, les endoscopes doivent être totalement
immergeables. Un test d’étanchéité doit être pratiqué ceci au plus tard au début du
nettoyage.
Pour les étapes de nettoyage, de rinçage intermédiaire, de désinfection et de rinçage final,
réalisées en salle de désinfection, il est préférable d’utiliser un plan de travail avec au
moins quatre bacs. Des pompes mécaniques d’irrigation (dites de "paillasse") pour l’eau,
le détergent et le désinfectant peuvent être utilisées. Dans ce cas, elles doivent aussi
bénéficier de procédures d’entretien, en particulier les tubulures, et d’une surveillance
microbiologique (prélèvements).
La description chronologique des cinq étapes est la suivante :
1-1 : le pré-traitement
Ce pré-traitement se fait, en salle d’endoscopie, immédiatement après la fin de
l’endoscopie. Il vise à éviter que les canaux internes sèchent et se bouchent. Les
manipulations doivent être simples et limitées afin d’éviter une contamination de
l’environnement. Il n’est donc pas recommandé d’écouvillonner, de nettoyer et de rincer à
l’eau, l’endoscope dans cette salle.
En pratique :
- mettre l’endoscope encore connecté et branché dans un bac contenant une solution
détergente. Le produit utilisé est de préférence un détergent sans aldéhyde afin d’éviter la
fixation des protéines et la formation de bio-films ;
- insuffler de l’air et de l’eau avec des pressions successives, éventuellement avec un
piston d’insufflation forcée ;
- aspirer abondamment la solution du bac ;
- débrancher et mettre le cache vidéo ;
- transporter l’endoscope enveloppé si possible dans un plateau, vers la salle de
désinfection où se dérouleront les étapes suivantes dans des conditions visant à protéger
le personnel et l’environnement.
1-2 : le nettoyage
143
Cette étape est extrêmement importante, car elle conditionne l’efficacité de la désinfection.
“On ne désinfecte bien que ce qui est propre”.
- en premier lieu, effectuer le test d’étanchéité ;
- immerger ensuite complètement l’endoscope dans la solution du bac. Le produit utilisé
est de préférence un détergent alcalin, ou un détergent-désinfectant sans aldéhyde. La
température de la solution du bac est précisée par le fabricant ;
- enlever valves, pistons et autres éléments amovibles de l’endoscope ;
- essuyer et laver la gaine de l’endoscope ;
- écouvillonner les canaux (canal d’aspiration, canal opérateur...) ;
- brosser l’optique, les manettes, les valves et pistons, toutes anfractuosités avec une
brosse souple ;
- mettre en place l’irrigateur tous conduits, qui restera en place durant toutes les étapes ;
- irriguer abondamment tous les canaux avec la solution soit manuellement avec des
seringues (au minimum trois injections de seringues de 50 ml), soit mécaniquement avec
une pompe ;
- laisser un temps de contact suffisant afin de permettre une détergence efficace. En
pratique, un temps de contact (global dès l’irrigation avec le produit) minimum de cinq
minutes peut être recommandé (11). Il est important de rappeler que chaque protocole
élaboré est spécifique à chaque service (type de DM et de produits utilisés, les locaux…) ;
- éliminer la solution en injectant de l’air par les seringues afin de réduire au maximum
l’injection de la solution dans l’eau de rinçage ;
- la solution est renouvelée après chaque utilisation.
1-3 : le rinçage intermédiaire
- rincer l’endoscope, les valves et pistons sous l’eau du robinet et les immerger
complètement dans le bac de rinçage intermédiaire ;
- irriguer abondamment tous les canaux avec de l’eau du réseau (au moins 300 ml) ;
- éliminer l’eau en injectant de l’air par les seringues afin de réduire au maximum l’injection
d’eau dans la solution de désinfection ;
- l’eau est renouvelée après chaque utilisation.
1-4 : la désinfection
- respecter scrupuleusement la dilution du produit désinfectant utilisé ;
- immerger l’endoscope, les valves et les pistons dans la solution désinfectante ;
144
- irriguer abondamment tous les canaux avec la solution désinfectante soit manuellement
avec des seringues (au minimum trois injections de seringues de 50 ml), soit
mécaniquement avec une pompe ;
- le temps de trempage dépend du produit désinfectant utilisé. Avec le glutaraldéhyde à
2% à température ambiante, ce temps est de 20 mn en cas de désinfection de niveau
intermédiaire, de 60 mn en cas de désinfection de haut niveau et de 10 mn après 12 h de
stockage et avant nouvelle utilisation. Avec les désinfectants à base d’acide peracétique,
ce temps est de 5 mn pour une désinfection de niveau intermédiaire et de 10 mn pour une
désinfection de haut niveau (dite aussi sporicide) ;
- éliminer le désinfectant en injectant de l’air par les seringues afin de réduire au maximum
l’injection de la solution dans l’eau de rinçage ;
- la fréquence de renouvellement du produit désinfectant dépend de sa stabilité
physicochimique et du nombre de procédures réalisées. Des bandelettes tests peuvent
être utilisées. Ceci devra être précisé par le fabricant. Dans tous les cas, la solution
désinfectante doit être limpide. Sinon, elle doit être renouvelée.
1-5 : le rinçage final
En cas de désinfection de niveau intermédiaire, l’eau du réseau suffit. En cas de
désinfection de haut niveau, de l’eau stérile doit être utilisée.
- rincer l’endoscope et l’immerger complètement dans le bac de rinçage final, avec les
valves et pistons ;
- irriguer abondamment tous les canaux (au moins 300 ml), afin d’éviter les rares cas de
colites toxiques au glutaraldéhyde ;
- l’eau est renouvelée après chaque utilisation.
Si l’endoscope n’est pas utilisé immédiatement, il doit être séché à l’air médical,
éventuellement après un “flush” d’alcool à 70°, sauf contre-indication du fabricant
d’endoscopes.
2. LES PROCEDURES AUTOMATIQUES
Les cycles de nettoyage-désinfection des endoscopes des laveurs désinfecteurs (LD) se
doivent de comporter l’ensemble des phases de traitement d’un endoscope : nettoyage,
rinçage optionnel, désinfection, rinçage final, évacuation de l’eau résiduelle, séchage
optionnel.
Les concentrations des produits détergents et désinfectants, leur température d’utilisation
et le temps de contact doivent être validés sur le cycle le plus court.
145
Les quantités de produits qui circulent lors des différentes étapes du cycle doivent être
contrôlées automatiquement avec des alarmes bloquantes.
Les cycles doivent être pré-programmés et non modifiables par l’utilisateur.
En début de séance, un cycle d’autodésinfection du LD (sans endoscope), dont l’efficacité
doit être prouvée par le fabricant, est indispensable. Ensuite un cycle de désinfection de
l’endoscope est réalisé (en particulier après une non utilisation de 12 heures).
En début de cycle, un test d’étanchéité des endoscopes doit être effectué manuellement
ou automatiquement.
Un système de protection doit exister afin d’éviter la rétrocontamination de l’appareil par
l’égout.
La conformité des LD à ces recommandations (10) assure, en théorie, à l’utilisateur
d’acheter un LD de qualité.
2-1 : le prétraitement
Il est identique à celui de la procédure manuelle (cf 2-1-1). Il est complété dans la salle de
désinfection, par un écouvillonnage et un essuyage de la gaine externe avant de placer et
brancher l’endoscope dans le LD.
2-2 : l’installation, le branchement du ou des endoscopes dans le LD
Lors de l’installation d’un LD, il faut veiller aussi aux circuits d’installation en amont du LD
(circuit d’arrivée d’eau, filtres…) et en aval (circuits d’évacuation des effluents et en
particulier les produits) selon les recommandations du fabricant.
Les LD actuellement sur le marché :
- traitent un ou deux endoscopes de façon synchrone ou asynchrone.
- ont des connexions avec raccordement (au niveau de la poignée ou au niveau de la
partie proximale) ou sans raccordement (chambre en surpression).
- traitent à froid ou à chaud (de 45° à 60°), recyclent (traitement à froid) ou non le produit
désinfectant.
- ont un cycle standard d’une durée totale variant de 15 à 45 mn.
- doivent pouvoir fournir un compte rendu de tout le déroulement du cycle, bien que la
circulaire ne le rende pas obligatoire. La traçabilité des dispositifs médicaux est un
élément du système qualité et concourt à l’exercice de la matériovigilance.
2-3 : la maintenance
146
Le calendrier des maintenances techniques est prévu par le fabricant, qu’elles soient
effectuées par l’utilisateur ou en externe. Un protocole sur la maintenance en hygiène doit
être élaboré par les acteurs du service en fonction du LD utilisé et des textes
réglementaires en vigueur.
Les recommandations minimales sont :
- le contrôle visuel quotidien, en début de journée, des niveaux des produits.
- l’entretien des filtres et des installations d’eau adoucie ou déminéralisée.
III. LE TRAITEMENT DU PETIT MATERIEL ET DES ACCESSOIRES
Le traitement recommandé pour les DM critiques est la stérilisation. Cette règle concerne
donc le petit matériel endoscopique (pince à biopsie, anse diathermique…). Toutefois,
lorsque ce type de matériel existe à usage unique, il est recommandé de l’utiliser en
priorité. En effet les difficultés du nettoyage et les contraintes du traitement disparaissent,
la protection du personnel est améliorée, la traçabilité est simplifiée et la sécurité
d’utilisation vis à vis du patient est optimisée.
A défaut, ce petit matériel d’endoscopie ainsi que les accessoires de l’endoscope (flacons
de lavage, pistons…) ou ceux de lavage (écouvillons, brosses, les irrigateurs tous
canaux…) bénéficieront du traitement décrit ci-après (16).
Les instruments contaminés doivent être transportés dans des plateaux de la salle
d’endoscopie à la salle de désinfection, en respectant les mesures destinées à protéger le
personnel et l’environnement.
1. LE NETTOYAGE
• Eviter de mettre les instruments dans les bacs avec les endoscopes, afin de ne pas
endommager les gaines ;
• déconnecter et démonter intégralement les accessoires ;
• immerger les accessoires dans une solution détergente enzymatique immédiatement
après usage et les brosser ;
• irriguer tous les canaux et lumières accessibles ;
• laisser un temps de contact suffisant (entre 5 et 15 mn selon les produits, les modalités
de leur utilisation et les objectifs à atteindre) afin de permettre une détergence efficace ;
147
• une unité de nettoyage à ultrasons avec ou sans irrigation d’une fréquence de plus de 30
kHz peut être utilisée. Il faut s’assurer que la température du bain de nettoyage n’excède
pas 45°C.
2. LE RINÇAGE
• Transférer les accessoires nettoyés dans un bac rempli d’eau. Cette eau est renouvelée
après chaque rinçage ;
• rincer les surfaces et purger les canaux avec l’eau ;
• retirer les accessoires du bac ;
• égoutter.
3. LE SECHAGE
• Sécher à l’aide d’un chiffon ne peluchant pas ;
• souffler avec de l’air médical pour sécher parfaitement les accessoires ;
• remonter les accessoires et vérifier leur bon fonctionnement.
4. LA STERILISATION
• Ensacher les accessoires dans des emballages de taille adaptée pour instruments à
stériliser.
• Stérilisation de préférence à la vapeur d’eau à 134° pendant 18 mn (dit "cycle prion")
• En France, la réutilisation du matériel à usage unique est interdite (17) à la différence
d’autres pays comme les États-Unis qui ont réintroduit cette pratique pour des raisons
économiques.
• Cas particulier du matériel “thermosensible”, non autoclavable. Il bénéficie selon son
utilisation d’une désinfection à froid de niveau intermédiaire ou de haut niveau voire d’une
stérilisation (si elle est justifiée) par les gaz (oxyde d’éthylène, plasma).
IV. L’ENVIRONNEMENT
1. LE PERSONNEL
Les procédures de désinfection appliquées pour protéger le patient du risque d’infections
nosocomiales, doivent conduire aussi à mettre en place un programme de mesures de
prévention du risque infectieux (18) ou toxique pour le personnel concerné, en lien avec le
CLIN de l’établissement.
Le personnel doit :
148
- recevoir une formation spécifique sur ces procédures de désinfection et sur les risques
de manipulation de substances toxiques et dangereuses, mais aussi sur l’utilisation des
dispositifs médicaux et sur l’hygiène hospitalière. Des associations comme le GIFE
(groupement infirmier pour la formation en endoscopie) assurent en France ce type de
formations ;
- être vacciné et immunisé contre l’hépatite B ;
- respecter les précautions générales d’hygiène quel que soit le statut sérologique du
patient, en se protégeant (gants, lunettes ou masques adaptés, surblouses...) afin de lutter
contre les risques d’AES (accidents d’exposition au sang).
2.LES LOCAUX
L’organisation du mouvement du matériel dans ces locaux doit respecter le sens du sale
vers le propre.
- le local de désinfection spécifique pour le traitement des endoscopes, sera situé à
proximité des salles d’endoscopie, correctement ventilé (environ 12 volumes/heure et en
dépression relative), bien adapté ergonomiquement (plan de travail avec au minimum 4
bacs, air médical, vide) avec un emplacement et des branchements nécessaires pour des
LD ;
- le local de stérilisation, sera de préférence une salle indépendante où le matériel est
nettoyé, séché et stérilisé si l’établissement ne dispose pas de stérilisation centrale ;
- le local de stockage des endoscopes et/ou du petit matériel doit être à l’abri de l’humidité
;
- l’élimination des déchets : coupants et tranchants, matières en contact avec le sang,
dénommés déchets d’activité de soins à risques infectieux et assimilés et des pièces
anatomiques répondent à des critères réglementaires de recueil, de stockage et
d’élimination très précis (19,20). Il est, en particulier, important de respecter
scrupuleusement les conditions d’utilisation et de remplissage des collecteurs, d’assurer la
formation et la protection du personnel, d’entreposer les déchets pour une durée maximale
déterminée selon leur poids et dans un lieu spécifique (intérieur ou extérieur de
l’établissement), de signer une convention avec le prestataire de services et d’assurer une
traçabilité de la filière d’élimination de ces déchets (bordereau, bons de prise en charge,
états récapitulatifs). De même un circuit d’élimination des produits toxiques et dangereux
pour l’environnement doit être mis en place.
3. LA TRAÇABILITE
149
Ces dernières années, les différentes recommandations ou règles de bonnes pratiques en
matière de risque infectieux ou toxique ont considérablement enrichi la liste des données à
recueillir dans les fiches de traçabilité :
- celles des actes endoscopiques : les données sont reportées dans le cahier de bloc ou
sur une fiche spécifique qui peut être informatisée, avec en particulier le numéro de série
de l’endoscope, le nom du patient, la date de l’examen, le nom de ou des opérateurs
(médecin endoscopiste, anesthésiste-réanimateur, infirmière…), le type d’examen réalisé,
l’heure de début et de fin de l’acte endoscopique et le procédé de désinfection utilisé
(manuel ou automatique). S’il y a eu utilisation de petit matériel d’endoscopie (pince à
biopsie, anse diathermique…), on doit relever le numéro de lot de stérilisation pour le
matériel autoclavable, le numéro et/ou l’étiquette du lot pour le matériel à usage unique ;
- celles des procédures de nettoyage et de désinfection : quand elle est manuelle, la
procédure écrite, validée, et réactualisée, en particulier lors des changements de produits
nettoyants ou désinfectants, suffit. Pour la procédure automatique, un compte-rendu
complet du cycle doit être délivré et archivé (document écrit et/ou informatisé) ;
- celles des prélèvements microbiologiques obligatoires (eau, filtres autoclavables...) ou
non (endoscopes, machines...), et de l’environnement (air, surfaces, vapeurs de
glutaraldéhyde...) ;
- celles de la maintenance du matériel.
Il est donc important :
- de bien enregistrer ces différents points de traçabilité ;
- de bien organiser le classement de ces données liées au patient ou à l’environnement ;
- d’évaluer régulièrement ces pratiques et leurs résultats dans une dynamique
d’amélioration continue de la qualité des soins ;
- d’assurer une traçabilité du mouvement du matériel (prêt du fabricant, prêt interservices…).
V. EN CONCLUSION
Le traitement des endoscopes permet aujourd’hui par la mise en place de procédures
rigoureuses validées et régulièrement évaluées d’obtenir des niveaux de désinfection
souvent supérieurs au niveau réglementairement requis en endoscopie digestive. Ce
niveau devrait, à l’avenir, s’accroître encore avec le développement de nouveaux produits
désinfectants, l’utilisation de LD et l’amélioration de la conception des endoscopes. Ces
recommandations seront donc amenées à être régulièrement réactualisées.
150
Une organisation rigoureuse et contrôlée du service d’endoscopie en relation avec tous les
partenaires impliqués dans l’ensemble du processus de désinfection (médecins, infirmiers,
pharmaciens, hygiénistes, biomédicaux, CLIN, administratifs…) est indispensable à
l’obtention et au maintien d’une qualité et d’une sécurité optimale des soins.
VI. Bibliographie
1- Spach DH, Silverstein FE, Stamm WE. Transmission of Infection by gastrointestinal
endoscopy and broncoscopy. Ann Int Med 1993 ; 118 : 117-28.
2- Cleaning and disinfection of equipment for gastrointestinal endoscopy. Report of a
working party of the British Society of Gastroenterology Endoscopy Committee. Gut
1998 ; 42 : 585-93
3- Axon AT. Working party report to the World Congresses. Disinfection and endoscopy :
summary and recommendations. J Gastroenterol Hepatology 1991 ; 6 : 23-4
4- Reprocessinf of flexible gastrointestinal endoscopes. Gastrointest Endosc 1996 ; 43 :
540-6.
5- Recommended guidelines for infection control in gastrointestinal endoscopy settings.
Society of Gastroenterology Nurses and Associates, Rochester, NY, 1990.
6- Code de déontologie médicale : décret n° 95-1000 du 6/09/95
7- Décret n°23-221 du 16/02/93 relatif aux règles professionnelles des infirmiers et des
infirmières
8- Circulaire DGS/DH n°236 du 2/04/96 relative aux modalités de désinfection des
endoscopes dans les lieux de soins.
9- Circulaire DGS/DH n°672 du 20/10/97 relative à la stérilisation des dispositifs
médicaux dans les établissements de santé.
10- Circulaire n° 987262 du 15/07/98 relative à l’acquisition et à l’utilisation de machines à
laver et désinfecter les endoscopes.
11- Guide de bonnes pratiques de désinfection des dispositifs médicaux. Ministère de
l’emploi et de la solidarité. Secrétariat d’état à la santé. 1998.
12- Décret n° 89-3 du 3 janvier 1989 relatif aux eaux destinées à la consommation
humaine à l’exclusion des eaux minérales naturelles. Modifié par le décret n° 90-330
du 10 avril 1990, par le décret n° 91-257 du 7 mars 1991, par le décret n° 95-363 du 5
avril 1995, par le décret n° 98-1090 du 4 décembre 1998.
13- Blech MF, Habrioux F, Hartemann Ph. Les eaux bactériologiquement maîtrisées.
151
Hygiènes 1998 ; 6 : 398-405
14- Circulaire DGS/DH n°100 du 11 décembre 1995 relative aux précautions à observer
en milieu chirurgical et anatomo-pathologique face aux risques de transmission de la
maladie de Creutzfeldt-Jakob.
15- Collinge J. Variant Creutzfeldt-Jakob disease. Lancet 1999 ; 354 : 317-23.
16- Guidelines on cleaning and disinfection in GI endoscopy. Endoscopy 2000 ; 32 : 7783.
17- Circulaire DGS/DH n° 51 du 29 décembre 1994 relative à l’utilisation des dispositifs
médicaux stériles à l’usage unique.
18- Circulaire DGS/DH n°98/249 du 20 avril 1998 modifiée par la note DGS/DH n°99/279
du 12 mai 1999 relative à la prévention de la transmission d’agents infectieux
véhiculés par le sang ou les liquides biologiques lors des soins dans les
établissements de santé.
19- Décret n°97-1048 du 6 novembre 1997 du code de la santé publique relative à
l’élimination des déchets d’activité de soins à risques infectieux et assimilés et des
pièces anatomiques.
20- Arrêté du 7 septembre 1999 relatif aux modalités d’entreposage et au contrôle des
filières d’élimination des déchets d’activité de soins à risques infectieux et assimilés et
des pièces anatomiques.
ANNEXE 14
Problèmes posés par l’application de la circulaire DGS/DH du 2 avril 1996 (relative
aux modalités de désinfection des endoscopes)
dans la pratique des hépato-gastroentérologues
Thierry PONCHON
PLAN
Introduction
Problèmes posés par l’interprétation de la circulaire
152
Courrier à l’introduction
Circulaire
La fréquence de renouvellement du liquide de désinfection est évoquée mais reste
imprécise.
Le temps de trempage dans la solution détergente n’est pas indiqué.
Les modalités de rinçage terminal peuvent prêter à confusion
Le contrôle des qualités microbiologiques et physico-chimiques de l’eau du réseau peut
être difficile à réaliser
Le contrôle de la désinfection par des prélèvements bactériologiques n’a pas de caractère
obligatoire et n’est même pas évoqué
Une seule phrase concerne le matériel annexe utilisé pour le nettoyage : brosses,
écouvillons, … et bacs de trempage
Il n’est pas fait mention…
VALEUR JURIDIQUE DE LA CIRCULAIRE
PROBLEMES POSES PAR L’APPLICATION DE LA CIRCULAIRE
Le personnel
Désinfection
Formation
Mesures de sécurité
Enregistrement des actes
Le matériel
Immobilisation des endoscopes
Durabilité des endoscopes
Les accessoires
Le matériel de désinfection, de protection, de transport et de stockage
Les locaux
L’environnement
L’organisation générale de la profession
INTRODUCTION
153
Existe-til réllement pour les hépato-gastroentérologues des problèmes posés par
l’application de la circulaire DGS/DH du 2 avril 1996, relative aux modalités de désinfection
des endoscopes ? En fait, les problèmes posés par la désinfection des endoscopes ne
datent pas véritablement du 2 avril 1996 puisque les dernières recommandations de la
British Society of Gastroenterology (1) et de l’American Society for Gastrointestinal
Endoscopy (2) datent de 1988 et celles de la Société Française d’Endoscopie Digestive
(3) de 1989. Un groupe de travail sur le sujet de la désinfection a été réuni lors du congrès
mondial de Sydney en 1990 et a publié des recommandations en 1991 (4). Une étude de
pratique menée en Gironde (5) a révélé que 20% des centres d’endoscopie digestive en
1989, puis 65% des centres en 1992 suivaient les modalités de désinfection
recommandées à l’époque.
Par ailleurs, la circulaire pose en soi peu de problèmes et diffère peu de ce qui est
scientifiquement recommandable ou habituellement recommandé.
Une erreur serait de se tromper de cible ; ce sont les risques de transmission infectieuse
par l’endoscopie qui créent les contraintes. La circulaire doit plutôt être considérée par les
gastroentérologues comme un guide pour la mise en place et l’application de procédures
adaptées de désinfection. D’ailleurs le but de la circulaire, et ceci est clairement indiqué
dans le courrier qui l’accompagnait, est avant tout d’aboutir à la rédaction de protocoles de
désinfection des endoscopes adaptés à la situation de chaque établissement.
Nous analyserons d’abord les problèmes spécifiques posés par l’interprétation de la
circulaire, puis la valeur juridique de la circulaire, et enfin les problèmes généraux posés
par l’application de la circulaire.
Problèmes posés par l’interprétation de la circulaire
Tout d’abord, il importe de noter que la circulaire ne s’applique pas exclusivement à
l’endoscopie digestive, mais à tous les types d’endoscopies. Cependant, l’endoscopie
digestive est particulièrement visée, tout comme l’endoscopie bronchique, le courrier
d’introduction indiquant que la circulaire ne concerne pas l’endoscopie des cavités stériles.
Enfin, les recommandations décrites dans la circulaire ne sont pas destinées à prévenir le
risque de contamination par les agents transmissibles non conventionnels (CreutzfeldJakob, …) et il est bien précisé en note dans la circulaire que les précautions à observer
pour réduire ce risque sont décrites dans une circulaire spécifique.
154
Courrier d’introduction
Le courrier d’introduction, comme la circulaire, est destiné aux Préfets de Région et aux
Directions Régionales des Affaires Sanitaires et Sociales et aux Préfets de Département
et aux Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales.
Ce courrier ne fait évidemment pas partie de la circulaire mais il est utile pour comprendre
ce qui est demandé aux Préfets et ce sur quoi les contrôles d’application de la circulaire
pourront porter. Les Préfets sont chargés de diffuser la circulaire et surtout d’inviter « les
établissements de soins, privés ou publics, à rédiger des protocoles de désinfection des
endoscopes adaptés à la situation de leur établissement et qui tiennent compte des
indications contenues dans cette circulaire ». Il apparaît que la rédaction de protocoles de
désinfection est le point essentiel. Comme souvent, en cas d’accident, les éventuelles
sanctions concerneront plus facilement les erreurs dans l’organisation de la désinfection
que les erreurs lors de la désinfection elle-même.
Le courrier est précieux aussi pour connaître le champ d’application de la circulaire. Il est
précisé que les procédés automatiques de désinfection ne sont pas concernés par la
circulaire. L’analyse des procédés automatiques de désinfection demande certainement
une plus longue expertise que les procédés manuels, mais l’absence de recommandations
dans ce secteur est évidemment regrettable car les machines ne mettent pas à l’abri de
mauvais procédés de désinfection ou de la toxicité du désinfectant, et les machines ellesmêmes peuvent être sources de contamination. De même, l’endoscopie des cavités
stériles fera l’objet de recommandations ultérieures plus spécifiques. Si l’on voulait jouer
sur les mots, on pourrait comprendre par ce courrier que l’endoscopie biliopancréatique
n’est pas concernée par cette circulaire ! ! !
Enfin, le courrier comporte quelques données peu compréhensibles ou discutables : a) le
terme « pseudo-infections » est mystérieux ; b) la circulaire est justifiée par le fait que de
nombreuses infections sont rapportées dans la littérature. Les auteurs s’appuient toujours
sur la publication de Spach et al. (6) qui fait état de 281 cas d’infections transmises par
l’endoscopie digestive et publiées dans la littérature anglo-saxonne entre 1966 et 1992. En
fait, entre 1988 et 1992, d’après l’American Society for Gastrointestinal Endoscopy (7), 28
cas ont été rapportés aux USA pour 40 millions d’endoscopies réalisées ; soit un taux de 1
pour 1,8 millions. Pour ces 28 cas, il a d’ailleurs toujours été retrouvé un défaut dans la
procédure de décontamination du matériel. A ce jour, un seul cas de transmission du virus
de l’hépatite B a été documenté, aucun cas pour le virus de l’immunodéficience humaine
155
et trois cas, dont deux récents pour le virus de l’hépatite C (8,9). La fréquence des
infections nosocomiales est donc faible ; elle reste cependant incertaine en ce qui
concerne l’hépatite C. Quelque soit le taux, il n’en reste pas moins que le risque d’infection
nosocomiale doit être prévenu selon la règle de ne pas nuire au patient et la publication
d’une circulaire dans ce domaine est sur le principe une excellente initiative. On peut
d’ailleurs regretter l’absence de recommandations écrites concernant l’endoscopie des
cavités stériles, la désinfection automatique, le glutaraldéhyde, la formation du personnel,
l’eau du réseau…
Circulaire
La circulaire est globalement facile à analyser : les termes employés et le style sont
compréhensibles, les affirmations sont claires et dans l’ensemble concises.
Cependant, la lecture est gênée par quelques imprécisions et des manques plus ou moins
volontaires, des formulations trop rapides. En particulier, on note que :
La fréquence du renouvellement du liquide de désinfection est évoquée mais reste
imprécise
Il est bien dit que la fréquence de renouvellement du liquide est fonction de la fréquence
de son utilisation, puisque la solution est diluée par l’immersion des endoscopes humides
et puisque le produit aldéhydique s’évapore si le bac est ouvert. Mais aucun chiffre n’est
fourni. Cette imprécision a deux raisons : il n’existe pas d’éléments objectifs concernant la
dégradation de la solution et les auteurs ont probablement voulu éluder le problème posé
par l’élimination des effluents (cf. plus bas). La fréquence de renouvellement des bains
doit être au moins égale à celle spécifiée par les industriels. A titre indicatif, à l’hôpital E.
Herriot, les endoscopes passent en majorité en machine et nous disposons de 4 bacs de
solution de glutaraldéhyde ; les bacs sont donc peu utilisés et la fréquence de
renouvellement du liquide de désinfection est hebdomadaire.
Le temps de trempage dans la solution détergente n’est pas indiqué
Le trempage détergent facilite la désinfection ultérieure : plus le temps de trempage dans
la solution détergente est long, plus le temps de désinfection peut être détruit. Dans la
mesure où le temps de désinfection a été précisé ensuite dans la circulaire, la fixation d’un
temps minimum du trempage dans le détergent avait moins d’intérêt et les auteurs ont
certainement voulu éviter d’être trop contraignants. En pratique, l’endoscope est trempé le
temps d’être lavé.
Les modalités de rinçage terminal peuvent prêter à confusion
156
Il est dit que le rinçage doit être pratiqué avec de l’eau stérile pour l’endoscopie de toutes
les cavités stériles, avec de l’eau filtrée pour l’endoscopie broncho-pulmonaire, avec de
l’eau du réseau pour l’endoscopie digestive haute et basse non interventionnelle. Les
problèmes posés par ce texte sont alors les suivants :
a) dans le courrier, il était dit que la circulaire ne devait pas concerner l’endoscopie des
cavités stériles ; alors pourquoi ces précisions concernant l’endoscopie des cavités
stériles surgissant au milieu de la circulaire ?
b) il n’y a finalement pas de recommandations pour l’endoscopie digestive haute et basse
interventionnelle. Ce qui constitue évidemment un manque important compte tenu de
la fréquence relative en augmentation de l’endoscopie interventionnelle. Pour certains
opérateurs, en particulier à l’hôpital E. Herriot, l’eau filtrée doit être employée dans ces
cas et finalement… dans tous les cas, pour simplifier l’organisation et parce que la
nature interventionnelle ou non de l’endoscopie n’est pas toujours connue avant le
geste. Ce qui suppose l’utilisation de filtres à 0,22 µm et donc des contraintes
supplémentaires concernant l’autoclavage (quotidien) et le changement de ces filtres
(toutes les 40 à 60 stérilisations). Une alternative est l’utlisation d’un système de
production d’eau bactériologiquement maîtrisée.
c) On peut se poser la question de la nature de l’endoscopie bilio-pancréatique. Ce
problème a déjà été évoqué plus haut. L’endoscopie biliopancréatique doit elle être
considérée comme une endoscopie de cavités stériles ? Les voies biliaires et
pancréatiques sont des cavités stériles mais la voie d’accès n’est pas stérile. Si
l’endoscopie biliopancréatique était considérée comme une endoscopie de cavités
stériles, il faudrait alors utiliser de l’eau stérile pour le rinçage. Une raison
supplémentaire pour utiliser au moins de l’eau filtrée.
Le contrôle des qualités microbiologiques et physico-chimiques de l’eau du réseau
peut être difficile à réaliser
Il est dit en note que ces qualités doivent être conformes aux critères définis dans le
décret 89/3 du 3 janvier 1989 modifié, relatif aux eaux destinées à la consommation
humaine (critères de potabilité). Or, il existe 3 programmes d’analyse (réduit, sommaire,
complet) pour les critères microbiologiques et 3 programmes (réduit, commaire, complet)
pour les critères physicochimiques selon les circonstances d’emploi. Quels programmes
doivent être utilisés ? A défaut de précision, le texte conduit à être maximaliste. Les
analyses complètes sont coûteuses et quasi-impossibles à réaliser une fois par mois, au
cabinet ou au niveau de chaque point de désinfection dans les établissements de soins.
En pratique, à l’hôpital E. Herriot, le service d’hygiène mesure le pH, la conductivité, le
157
chlore résiduel et recherche les coliformes fécaux et les streptocoques fécaux. La
recherche de pyocyanique n’est pas précisée dans la circulaire, mais est recommandée
dans les établissements de soins compte tenu d’antécédents connus d’infections à
pyocyanique liées à l’eau du réseau. Enfin, la dureté de l’eau influençant le résultat de la
désinfection, le titre hygrométrique de l’eau doit être vérifiée régulièrement (fréquence ?)
par mesure de la concentration en ions calcium et magnésium.
Des contrôles sont également effectués en ce qui concerne l’air médical employé pour le
séchage. L’air médical filtré doit obéir à une norme AFNOR (NF S 90-140) qui s’intérese à
la concentration de l’air en huile, en vapeur d’eau, en monoxyde et dioxyde de carbone, en
dioxyde de soufre, en monoxyde et dioxyde d’azote, en particules de poussière. L’air
médical obtenu par extraction est à contrôler plus souvent que l’air médical reconstitué à
partir d’oxygène et d’azote liquides.
Le contrôle de la désinfectin par des prélèvements bactériologiques n’a pas de
caractère obligatoire et n’est même pas évoqué
Les prélèvements bactériologiques constituent des donnés complémentaires sur la qualité
du traitement des endoscopes dans un établissement. Ils sont effectués avec le service
d’hygiène de l’établissement ou un service compétent dans le domaine. Les prélèvements
sont intéressants a) lors de l’installation des procédures de désinfection, b)
systématiquement à intervalles réguliers, c) lors des modifications de protocole de
désinfection, d) lors des incidents significatifs. Ils impliquent une technique rigoureuse au
niveau de chaque maillon de la chaîne de traitement du matériel. L’absence de germes ne
garantit pas que la désinfection soit correcte ; en revanche, la présence de germes traduit
une désinfection insuffisante.
L’absence de recommandations dans ce secteur est regrettable. Elle crée un déséquilibre
avec les recommandations drastiques concernant l’eau du réseau.
Une seule phrase concerne le matériel annexe utilisé pour le nettoyage : brosses,
évouvillons, … et bacs de trempage
Il faut que ce matériel soit nettoyé et désinfecté. Il aurait pu être indiqué que cela concerne
aussi les systèmes d’irrigation, les plateaux ou moules de transport ou de stockage des
endoscopes. Cette désinfection des plateaux ou mouls de transport ou de stockage n’est
pas forcément simple.
Il n’est pas fait mention…
Du sort du flacon de lavage et de son raccord, ainsi que de celui du tuyau et du flacon
d’aspiration et du récipient d’eau qui sert à rincer et à tester l’appareil en salle. A l’hôpital
E.Herriot, comme dans d’autres unités, la désinfection du flacon de lavage et de son
158
raccord (par injection) et la changement de tuyau, du flacon d’aspiration, du récipient
d’eau sont impératifs entre chaque examen.
Le flacon de lavage et son raccord peuvent être stérilisés, mais cela suppose un parc
important de flacons.
A côté des imprécisions, il existe des points de discussion, en particulier concernant la
durée de décontamination par le glutaraldéhyde 2% qui a été fixé à 20 minutes, ce qui est
critiquable sur le plan scientifique mais ce qui correspond à un consensus raisonnable. Il a
été montré que ce temps est trop court pour éliminer les mycobactéries (10) et les spores
et qu’il est inversement bien au-delà du temps nécessaire à l’élimination de VIH et du virus
de l’hépatite B. Très probablement, ce temps a été retenu relativement arbitrairement en
raison des incertitudes concernant le virus de l’hépatite C. On remarque qu’un temps de
20 minutes a également été retenu récemment par l’American Society for Gastrointestinal
Endoscopy (7).
Par ailleurs, les auteurs de la circulaire insistent dans une note de bas de page sur le fait
que le détergent ne doit pas être un très bon désinfectant ; en fait, le détergent ne doit pas
contenir de glutaraldéhyde, mais il existe des détergents efficaces qui sont égalemnet de
très bons désinfectants. Le caractère désinfectant du détergent vise surtout à protéger le
personnel.
Un autre point de discussion est l ‘absence d’injection d’alcool à 70° dans les canaux en
fin de traitement. Cette injection d’alcool est recommandée par l’American Society for
Gastrointestinal Endoscopy pour deux raisons : a) améliorer le séchage des canaux et
prévenir ainsi le développement des souches « aquariophiles » et b) renforcer l’action du
désinfectant sur les virus et les mycobactéries. L’effet de cette injection d’alcool est
certainement à évaluer, afin de faire l’objet d’une recommandation future en France.
Enfin, les conditions de rédaction de la circulaire faisant appel à un groupe d’experts et
sans implication des sociétés savantes et de l’ANDEM peuvent être également critiquées.
En fait, nous ne rentrerons pas plus avant dans la discussion de tous ces points, le but de
cet article n’étant pas de critiquer, mais d’analyser les contraintes induites par la circulaire.
Valeur juridique de la circulaire
La question se pose de la force obligatoire des circulaires en général et de celle-ci en
particulier. La réponse fournie par I. Lucas-Baloup (11-13) est la suivante. En droit
français, une circulaire, même publiée, même signée d’un ministre d’Etat, ne constitue
159
qu’une mesure administrative destinée à guider les fonctionnaires dans l’application de la
loi en leur faisant connaître la position de leurs supérieurs hiérarchiques. A l’égard des
fonctionnaires, la circulaire a donc un effet obligatoire, celui du devoir d’obéissance
hiérarchique vis à vis du supérieur.
Mais à l’égard des administrés, qui ne sont pas directement destinataires de la circulaire,
celle-ci n’est qu’un outil d’interprétation de la loi ou de la jurisprudence ou de l’état de l’art ;
elle a une qualité indicative mais pas de qualité normative et la justive refuse
traditionnellement de faire produire un effet juridique obligatoire aux circulaires. La
circulaire n’est donc pas directement opposable aux praticiens du secteur privé mais ceuxci auront intérêt à l’observer au même titre que des publications, des recommandations,
des règles de bonne pratique, des délibérations de conférences de consensus et autres
travaux, sans qu’il puisse être établi une hiérarchie entre ces valeurs. D’ailleurs, la
circulaire vise avant tout comme déjà indiqué plus haut à inviter les établissements de
soins à rédiger des protocoles de désinfection et on ote le caractère nuancé du texte : ces
protocoles seront adaptés à la situation de l’établissement et tiendront compte des
indications contenues dans la circulaire.
La circulaire n’est donc qu’indicative. Cependant, les bases de la responsabilité du
médecin et des établissements de soins dans le cas des infections nosocomiales sont
assez nettes. On rappelle que le médecin a deux séries d’obligations : l’obligation
contractuelle de la qualité des soins et l’observation des dispositions déontologiques qui
gouvernent la profession. Concernant l’obligation contractuelle de la qualité des soins et
les infections nosocomiales, les bases de la responsabilité du médecin et des
établissements de soins sont fondées sur :
-
le décret du 6 mai 1998 et les arrêtés du 2 octobre 1992 et du 7 janvier 1993, la
circulaire du 19 avril 1995 concernant le droit des infections nosocomiales dans les
hôpitaux publics et les hôpitaux privés participant au service public hospitalier (comités
de lutte contre les infections nosocomiales : CLIN) et dans les centres ambulatoires.
-
Le décret du 6 mars 1995 relatif aux dispositifs médicaux (directive européenne
transposée en droit français). Ce décret impose que tout matériel mis sur le marché
reçoive un marquage CE (Communauté Européenne).
-
L’arrêté du 3 octobre 1995 relatif aux modalités d’utilisation et de contrôle des
matériels et dispositifs médicaux (pour l’anesthésie) ; arrêté qui concerne également
les services privés et pas seulement les hôpitaux publics et les hôpitaux privés
participant au service public hospitalier.
-
L’article 223-1 du Code Pénal concernant le délit de risque et l’article 121-2 concernant
160
la responsabilité pénale des établissements publics et privés.
-
Le référentiel des « bonnes pratiques de stérilisation » établi par le groupe permanent
d’Etude des Marchés des Etablissements de Soins et des Laboratoires sous l’égide du
Ministère des Finances : ce référentiel qui concerne la stérilisation à la vapeur et qui a
été publié au Journal Officiel est d’application obligatoire dans le secteur public.
Concernant l’observation des dispositions déontologiques et les infections nosocomiales,
les bases de la responsabilité du médecin sont fondées sur le nouveau code de
déontologie médicale (en particulier, l’article 71 sur les locaux et les moyens techniques,
entre autres, la stérilisation et la décontamination des dispositifs médicaux).
En pratique, le praticien, en structure public ou privé :

doit veiller à la mise en œuvre des procédés de décontamination,

doit veiller à la compétence effective du personnel chargé des opérations de
décontamination (en interrogeant la direction de l’établissement et le CLIN) et donc à la
formation professionnelle spécifique du personnel,

ne doit pas accepter de pratiquer les examens si les procédures de décontamination
ne sont pas suivies

ne doit pas imposer au personnel de violer les procédures de décontamination. Le
personnel n’est qu’un préposé occassionel et c’est la responsabilité du médecin qui est
engagée,

doit par un interrogatoire et un examen pré-examen endoscopique, s’informer sur les
risques particulies (risque d’endocardite ou inversement risque de transmission de
maladie de Creutzfeld-Jakob, …).
On retiendra en particulier que la juridiction peut constater une évidence pour en déduire
l’existence d’une faute : par exemple, une fréquence trop élevée de gestes pour le nombre
d’appareils disponibles faisant craindre une réduction des temps de désinfection peut être
retenue. Le praticien a donc tout intérêt à convaincre l’expert et la juridiction que le
personnel a été formé et que les règles de l’art ont été observées. Tout texte, résultat
d’analyse est alors souhaitable. D’où l’intérêt de la rédaction d’un protocole de traitement
des endoscopes tenant compte de la circulaire. Il n’est pas précisé dans le courrier le
devenir de ces protocoles rédigés. Les praticiens les plus expérimentés recommandent
qu’un exemplaire de ces protocoles soit affiché dans les salles de désinfection, qu’un
exemplaire soit conservé dans un cahier de protocoles dans l’unité d’endoscopie et qu’un
161
exemplaire soit déposé au CLIN, ce qui pourra se révéler utile en cas de litige impliquant
le personnel, le règlement étant en quelque sorte déposé chez un tiers.
Le protocole de désinfection, ainsi que les documents prouvant la formation des
infirmières, pourraient constituer des éléments, à côté des normes obligatoires et des
autres programmes d’assurance qualité, du dossier d’accréditation du service ou de
l’établissement auprès des agences régionale et nationale.
Enfin, le renversement de la charge de la preuve récemment observé dans une affaire de
perforation lors de la coloscopie (renversement de la charge de la preuve de l’information
au patient) est un argument supplémentaire pour inciter le praticien dans le domaine des
infections nosocomiales à garder des preuves des procédures de décontamination qu’il
met en œuvre.
Problèmes posés par l’application de la circulaire
Les problèmes liés à l’application de la circulaire sont multiples mais en majorité ils se
résument à une contrainte financière : c’est l’augmentation du prix de revient du geste
endoscopique.
Les problèmes concernent le personnel, le matériel, les locaux, l’environnement et
l’organisation de la profession en général.
Le personnel
Le travail du personnel est réparti sur quatre secteurs :
-
la désinfection elle-même
-
la formation
-
les mesures de sécurité
-
les tâches d’enregistrement des actes
et chaque secteur est une source de consommation du temps du personnel.
Désinfection
Traitement des endoscopes
Il n’existe pas de rapport publié portant sur le sujet et les opinions diffèrent probablement.
Une étude avec chronomètre effectuée dans l’unité d’endoscopie digestive de l’hôpital
162
E.Herriot a montré que le temps moyen consacré par une personne au traitement d’un
endoscope entre deux examens est de 15 minutes. Ce temps se décompose de la façon
suivante :
-
prétraitement (aspiration et rinçage des canaux, insufflation, essuyage de l’appareil),
déconnection de l’endoscope, transport du matériel vers la salle de désinfection : 3
minutes ;
-
nettoyage de l’appareil (trempage, test d’étanchéité, lavage) : 5 minutes
-
rinçage puis trempage dans la solution désinfectante : 3 minutes (le temps de
désinfection sans manipulation est exclu) :
-
rinçage final et remise en place de l’endoscope pour l’examen suivant : 4 minutes.
Ce temps comprend également le temps de changement a) du tuyau et bocal d’aspiration,
b) du flacon de lavage, c) du récipient d’eau filtrée situé à proximité du processeur (pour
tester l’insufflation et l’aspiration, pour aspirer les canaux en fin d’examen).
En fin de programme, le temps de séchage est de l’ordre de 4 minutes
En début de programme, la mise en condition du matériel (désinfection de 10 minutes et
rinçage de l’endoscope, du flacon et du raccord de lavage) exige 5 minutes de travail.
On note dans la circulaire que le prétraitement de l’appareil avant son transport est
fortement recommandé, et impératif si l’endoscopie a lieu au lit du malade.
Les systèmes automatiques économisent le temps du personnel en supprimant la
désinfection, le rinçage et le séchage. Mais ils ne suppriment pas les premières étapes. A
titre d’information, le temps passé autour de la machine est de l’ordre de 3 à 4 minutes.
Traitement des accessoires
Comme pour les endoscopes, les données ne sont qu’approximatives. Pour une pince à
biopsie, le temps de travail est de l’ordre de 7 minutes (lavage : 1 minute, rinçage et mise
en place dans le bac à ultrasons : 1 minute, séchage : 2 minutes, ensachetage et envoi à
l’unité de stérilisation : 3 minutes). Pour une anse diathermique, il faut ajouter les temps de
démontage et de remontage du matériel, ce qui conduit à un total de 10 minutes.
Autres sources de consommation du temps du personnel
Le personnel assure l’entretien de la salle de désinfection et de ses équipements.
L’entretien quotidien comporte :

la désinfection des bacs, du lavabo, des robinets, des plans de travail

la désinfection des bacs à ultrasons, des testeurs d’étanchéité

le nettoyage du sol et des murs
163

la stérilisation des filtres d’arrivée d’eau.
L’entretien hebdomadaire et/ou mensuel comporte :

le ménage complet de la salle

la maintenance des bacs à ultrasons et des machines à désinfecter avec vérification
des filtres

le changement des bains de glutaraldéhyde

la vérification du matériel : testeurs, irrigateurs,…

le contrôle de la ventilation

le remplissage des stocks,…
Le temps consacré par le personnel au traitement du matériel est donc considérable. Si on
ajoute le temps de traitement des accessoires au temps de traitement des endoscopes, on
aboutit à 20-25 minutes de travail pour une seule endoscopie. Pour la majorité des gestes
endoscopiques, ce temps est plus important que le temps consacré au geste lui-même.
Ce qui doit conduire évidemment à analyser et à revoir l’organisation du travail dans les
services d’endoscopie afin de rentabiliser la structure. Plusieurs solutions peuvent être
proposées : a) dans certaines unités, les infirmières ont tenu à s’occuper de la
désinfection et le poste de travail a été dédoublé dans chaque salle d’endoscopie. C’est le
cas à l’hôpital E.Herriot : l’infirmière A prend en charge tout ce qui concerne le patient A
(installation, assistance à l’opérateur lors du geste, traitement du matériel). Pendant que
l’infirmière A traite le matériel, l’infirmière B installe le patient B et assiste l’opérateur. Elle
désinfectera ensuite l’endoscope du patient B pendant que l’infirmière A s’occupera du
patient C, et ainsi de suite…b) dans d’autres unités, du personnel qui n’est pas forcément
infirmier (postes obtenus par création ou détachement) a été spécialisé dans les
procédures de désinfection : et les infirmiers restent donc dans les salles de soins. Si la
structure est importante, cette solution est certainement intéressante pour plusieurs
raisons (efficacité, sécurité, coût).
A l’hôpital E.Herriot, les contraintes liées à la désinfection ajoutées à celles liées à
l’anesthésie et aux développements techniques de l’endoscopie nous ont conduits à
demander le classement du secteur d’endoscopie digestive en bloc opératoire. Un poste
d’infirmier technique a également été demandé.
Pour limiter les manipulations manuelles, économiser le temps du personnel et réduire
164
l’exposition de ce personnel aux désinfectants toxiques, des systèmes automatiques de
désinfection ont été mis au point. Ces systèmes ne déchargent pas le personnel de la
nécessité de nettoyer manuellement l’endoscope et ne réduisent pas le temps
d’immobilisation des endoscopes. Si l’exposition du personnel aux produits toxiques est
réduite grâce aux systèmes automatiques, elle n’est pas supprimée, en particulier à
l’ouverture des machines, surtout si celles-ci sont chauffées, et les machines doivent être
installées sous hotte aspirante. Les machines induisent des contraintes particulières et les
éventuels utilisateurs sont fortement invités à analyser, entre autres, les points suivants :
-
la température de désinfection
-
les caractéristiques requises de l’eau du réseau : pression, dureté
-
le système d’évacuation des eaux usées
-
l’encombrement
-
le type de l’alimentation électrique
-
la maintenance (filtres, raccordements)
-
la présence ou non d’un testeur d’étanchéité
-
la présence d’alarmes
Formation
Il est dit dans la circulaire que le personnel doit recevoir une formation spécifique sur les
procédés de désinfection du matériel et une information sur les risques liés à la
manipulation des substances toxiques et dangereuses. Aucun texte précis cependant ne
réglemente cette formation, et mieux, le travail de désinfection ne nécessite pas
légalement un statut précis. La désinfection peut ne pas être confiée à une infirmière ou à
une aide-soignante. Il est évident pour les raisons citées plus haut qu’une formation est
indispensable et que le praticien doit s’assurer qu’elle a été suivi et qu’elle est appliquée.
Le praticien peut faire appel en particulier au Groupement des Infirmières et Infirmiers
pour la Formation en Endoscopie (GIFE). Tout document attestant de cette formation est
souhaitable.
Mesures de sécurité
Les problèmes de sécurité sont cruciaux en raison des effets potentiels des désinfectants.
Les contraintes concernant les locaux seront évoquées plus bas. Le personnel doit porter
un système de protection pendant la désinfection comportant gants, lunettes, masque et
bouse imperméable. Il se pose alors évidemment le problème de l’allergie liée au port des
gants en latex. Les gants en latex doivent être réservés pour de courtes durées
165
d’utilisation et les gants en nitrile employés pour de plus longues durées. Au mieux, des
gants adaptés (finesse pulpaire, manchettes très longues et jointives pour le travail en
bacs, si possible non poudrés et sans latex naturel) doivent être mis à la disposition du
personnel. Il est évident que le système de protection doit être propre à usage unique. Il
doit être stérile en cas d’endoscopie des cavités stériles.
Enregistrement des actes
La dernière phrase de la circulaire concerne l’enregistrement des actes d’endoscopie qui
doit faire l’objet d’une démarche comparable à celle des actes opératoires.
A titre indicatif, dans les blocs opératoires, il existe des feuilles de bloc qui sont archivées
pendant 5 ans et qui comportent :
-
l’heure d’arrivée du patient
-
l’identité du patient
-
l’heure de début et de fin d’anesthésie
-
l’heure de début et de fin d’intervention
-
l’identité des chirurgiens
-
l’identité des anesthésistes
-
l’identité des infimières (circulante et instrumentiste)
-
pour toute boîte d’instruments :
+ sa dénomination
+ les documents de stérilisation situés sur la boîte : indicateur de passage, sceau
d’inviolabilité, vignette comportant le numéro de lot de stérilisation, la date de stérilisation
et éventuellement la date de péremption
+ les documents de stérilisation situés dans la boîte : indicateur physicochimique
(intégrateur) qui enregistre la température et la durée du plateau thermique, ainsi que le
taux de saturation en vapeur, la vignette comportant le numéro de lot de stérilisation, la
date de stérilisation et éventuellement la date de péremption
-
le compte de compresses avec la signature de l’infirmier
-
le type de pansemnet
-
le type de drainage
-
l’heure de sortie de bloc
-
les éventuels incidents.
En endoscopie, il est recommandé de s’inspirer de ces feuilles de bloc opératoire. Ce qui
signifie que, au moins, doivent être conservés des documents comportant pour chaque
166
acte d’endoscopie l’identité du patient, le type, l’heure et la date de l’examen, la salle de
réalisation de l’acte, l’identité de l’opérateur, de l’anesthésiste et de l’infirmier, le numéro
d’identification de l’endoscope utilisé, le type, l’heure et la date de désinfection pratiquée
ensuite, le nom et la signature du personnel ayant effectué cette désinfection, la date de
rangement du matériel, et tous les documents de stérilisation situés dans et sur les
sachets d’accessoires. Pour des raisons pratiques, on conseille de tenir à jour un cahier
de passage des malades en salle (une feuille par jour de la semaine et par salle) et un
registre de désinfection des endoscopes.
La traçabilité devrait intéresser également les accessoires à usage unique, mais aucun
texte ne l’exige sauf pour certains produits implantables : produits d’origine humaine,
valves cardiaques, … Rien ne concerne en particulier les prothèses. Une circulaire est
prévisible dans ce secteur et actuellement à l’hôpital E.Herriot, les numéros de lots de
prothèse sont conservés pour chaque acte d’endoscopie ayant comporté une mise en
place de prothèse.
A ces mesures de traçabilité, s’ajoute la tenue à jour de :
-
fiches de suivi d’entretien,
-
fiches indiquant les dates de changement de bains et d’ouverture des flacons de
détergent et de désinfectant.
Le matériel
Immobilisation des endoscopes
Il n’est pas inutile de rappeler que la circulaire contre-indique définitivement l’utilisation
d’endoscopes non immergeables, ce qui peut encore être le cas en échoendoscopie.
Le temps d’immobilisation d’un endoscope entre deux examens est de l’ordre de 30 à 35
minutes. Pour éviter que l’opérateur attende entre deux examens, différents solutions sont
possibles :
1- alterner les endoscopies avec d’autres activités (consultations, …). Cette solution
nécessite une bonne organisation. Elle est possible au cabinet, mais certainement pas
dans un bloc chirurgical dans lequel un certain niveau d’activité horaire doit être
maintenu pour assurer la rentabilité de la structure.
2- Alterner les types d’endoscopie : gastroscopie, puis coloscopie, puis gastroscopie, …,
ce qui suppose une organisation du programme quasi-militaire difficile à observer pour
des raisons multiples (préparation des patients, locaux, anesthésie, …). Sur le plan
167
hygiènique, cette solution est critiquable.
3- Augmenter le parc d’endoscopes. Cette solution implique un investissement initial plus
important, mais elle est fréquemment choisie : elle ne nécessite pas d’organisation
particulière du programme et, à long terme, elle n’induit pas de coût supplémentaire : le
nombre d’examens réalisés avec chaque endoscope par année est moins important et
la durée de vie des endoscopes est plus longue.
Bien analysées, en jouant sur l’amortissement, les effets liés à l ‘immobilisation du matériel
sont souvent moins contraignants que les effets sur le personnel et sur les locaux.
Durabilité des endoscopes
Aucune étude n’a été rapportée sur le sujet et l’importance de ce phénomène est toujours
diversement appréciée et souvent exagéré. Il est indiscutable que le traitement des
endoscopes est plus un facteur d’usure qu’un facteur de conservation du matériel, mais
son effet est probablement minime et peut en tout cas être limité. Les risques sont les
suivants :
-
d’une façon générale, le traitement des endoscopes implique plus de manipulations du
matériel, sources évidentes d’usure ;
-
l’immersion prolongée et répétée augmente le risque de passage de liquide dans
l’endoscope ;
-
le matériel peut être traumatisé dans les bacs : on peut citer le bris ou la mobilisation
des hublots d’optiques ainsi que le traumatisme de la gaine des endoscopes par les
accessoires (pinces à biopsie) qui trempent dans le bac ;
-
les canaux peuvent être endommagés lors de l’écouvillonnage ;
-
les colles de sertissage peuvent être attaquées par les produits détergents ou
décontaminants ;
-
les connexions électroniques peuvent être détériorées par la répétition des
branchements-débranchements.
Ces risques sont cependant limités, les endoscopes ayant été conçus depuis plusieurs
années pour subir les contraintes de la désinfection. Des progrès sont néanmoins toujours
possibles, en particulier en ce qui concerne les canaux. Par ailleurs, les risques sont
réduits si le matériel est correctement entretenu et traité avec soin : manipulations douces
sans précipitation, tests d’étanchéité, écouvillons adaptés et changès régulièrement,
caoutchoucs changés régulièrement…
A titre indicatif, après enquête, le nombre moyen d’examens réalisés avant la première
panne significative est de 800 avec un coloscope et de 1300 avec un gastroscope. La
168
rupture de béquillage, qui est indépendante de la désinfection, est la cause la plus
fréquente de première panne.
Les accessoires
Les accessoires ont fait l’objet d’un paragraphe spécifique dans la circulaire. Les
accessoires doivent être d’abord nettoyés comme les endoscopes, rincés, passés dans le
bac à ultrasons (20 minutes), rincés une nouvelle fois, séchés et enfin stérilisés à la
vapeur ou à défaut désinfectés avec le même niveau de qualité que les endoscopes. Il est
indiqué que les instruments à visée invasive doivent être stérilisés. Les instruments à
visée invasive sont les instruments qui induisent une rupture de la barrière muqueuse ou
qui pénètrent dans une cavité stérile. En pratique :
1- certains instruments ne peuvent pas être nettoyés efficacement comme les guides
téflonnés ou les ballons hydrauliques de dilatation et il faut avoir recours à du matériel
à usage unique.
2- Certains accessoires comme les aiguilles à injection présentent un risque élevé
d’infectiosité et peuvent être sources d’accidents chez le personnel. L’utilisation de
matériel unique ne se discute alors pas.
3- Les accessoires sont pratiquement tous à visée invasive ; on peut exclure de cette
catégorie pour coloration et pour prélèvements de liquide, le matériel de dilatation (et
encore…, une effraction muqueuse étant la règle lors de la dilatation). La très grande
majorité des accessoires doit donc être stérilisée ; tous les accessoires de
cathétérisme biliopancréatique doivent l’être.
Le traitement des accessoires est générateur d’un certain nombre de contraintes. On
notera d’abord qu’il s’agit d’un facteur non négligeable d’immobilisation de ce matériel. Le
parc d’accessoires doit être dimensionné en tenant compte du nombre d’accessoires en
permanence immobilisés. Par ailleurs, les bacs à ultrasons représentent un coût
supplémentaire et nécessitent un entretien et une maintenance. Enfin la contrainte
majeure est le vieillissement des accessoires induit par les procédures de stérilisation.
La stérilisation à 134°C à la vapeur sous 2,4 bar est habituellement préconisée en raison
de la sécurité considérable apportée par cette température. Cependant, il faut savoir que
134°C veut souvent dire plus (jusqu’à 140°C) en raison de l’application d’une marge de
sécurité et que cette température dégrade rapidement les matières plastiques et les colles.
S’il existe un risque démontré ou possible de transmission de la maladie de CreutzfeldJakob, le traitement à 134°C pendant 18 minutes est impératif (14). Si le risque de
169
transmission de la maladie de Creutzfeld-Jakob est virtuel, le responsable de la
stérilisation doit seulement s’assurer que le plateau thermique est supérieur à la valeur
sporidice. Cette valeur, dite stérilisatrice, est habituellement de 60 (soit 60 minutes à
121°C) et est donc située bien au delà de la valeur sporicide. En pratique, il est
raisonnable de recommander une stérilisation à 125°C sous 2,15 bar pendant 15 minutes.
Dans l’unité d’endoscopie digestive de l’hôpital E.Herriot, la stérilisation à 125°C a
augmenté la durée de vie des pinces à biopsie de 40% par rapport à la stérilisation à
134°C.
Quoiqu’il en soit, la stérilisation est un facteur d’usure qui peut être plus important que la
manipulation du matériel chez les patients. La conséquence est double : le matériel casse
ou il devient progressivement moins performant. En ce qui concerne les pinces à biopsie,
les points d’usure sont la zone de jonction poignée en plastique et câble de transmission
et l’articulation des mors.
Si on tient compte du coût du travail, des risques d’exposition aux vapeurs toxiques, du
vieillissement induit du matériel et de l’absence de garantie absolue sur la qualité de la
désinfection (en particulier pour la pince à biopsie, l’efficacité de son nettoyage étant
souvent mis en cause), on peut être enclin à s’orienter vers l’utilisation de matériel à usage
unique.
Le choix entre matériel à usage unique ou matériel stérilisable est le sujet de débats dans
la communauté endoscopique française et internationale. Une étude comparative
analytique des coûts est recommandée dans chaque établissement. En France, il semble
que le matériel à usage unique conquière progressivement du terrain, le prix du matériel
ayant nettement baissé par le jeu de la concurrence. Aux Etats-Unis, on assiste à une
tendance inverse, certains proposant même de stériliser du matériel dit à usage unique
(15, 16).
On rappelle que pour les structures privées, seules les prothèses endocanalaires sont
remboursées par la Sécurité Sociale (arrêté concernant le tarif interministériel des
prestations sanitaires et relatif aux implants endovasculaires et endocanalaires). Les autes
accessoires sont à la charge de l’opérateur ou de la structure.
Le matériel de désinfection, de protection, de transport et de stockage
170
La liste est longue et le coût de ce matériel est loin d’être négligeable :
-
solution détergente, solution désinfectante
-
petit matériel de désinfection : brosses, seringues, irrigateurs tous conduits
-
sarraus, gants, lunettes protectrices, masques
-
minuteries
-
filtres
-
bocaux et tuyaux d’aspiration à usage unique
-
récipient d’eau pour tests de l’appareil
-
eau stérile pour le flacon de lavage
-
bacs à ultrasons, testeurs d’étanchéité
-
pistolet d’arrivée d’air
-
soudeuse, sachets
-
champs, plateaux ou moules de transport
-
armoires de stockage
Les locaux
Il est précisé dans la circulaire que des locaux, c’est-à-dire au moins une pièce, situés à
proximité des salles d’endoscopie, doivent être consacrés au traitement des endoscopes.
Cette recommandation entérine ainsi la fin de la désinfection dite à l’endoscope branché
qui était utilisée pour économiser du temps, réduire les déplacements et épargner les
connexions électroniques. Certains réalisent encore le nettoyage des endoscopes dans la
salle d’endoscopie mais la phase de désinfection implique un local spécifique.
On comprend que les locaux de désinfection sont de véritables pièces et non pas un
recoin dans la salle d’endoscopie. Les motifs de cette recommandation sont évidents :
d’une part dans un souci d’hygiène, il importe de séparer les locaux de prise en charge
des patients des locaux du traitement du matériel, et, d’autre part, il importe de protéger
les patients et le personnel des effets des vapeurs du produit désinfectant, et en particulier
du glutaraldéhyde. Cela représente évidemment un surcoût, voire peut être impossible
dans certaines structures (cabinet). Pour limiter au maximum les effets toxiques du
glutaraldéhyde, il est préférable que cette pièce soit unique dans un centre.
En dehors de cette obligation de locaux spécifiques, la circulaire reste assez floue : il est
dit que les locaux doivent être ventilés correctement ou au mieux équipés de hotte à
toxiques, et doivent être adaptés sur le plan ergonomique aux conditions de travail du
personnel. Ce caractère imprécis s’explique par les éléments suivants : a) le produit
désinfectant de référence peut changer à l’avenir et se révéler moins toxique que le
171
gluraldéhyde, b) il n’existe pas de texte en France concernant les mesures à prendre pour
limiter la toxicité du glutaraldéhyde, et en particulier il n’a pas été fixé de valeur limite
d’exposition. Cependant, le souci du bon état de santé du personnel ou celui plus
prosaïque de limiter l’absentéisme doivent conduire à réduire l’exposition du personnel. Le
glutaraldéhyde est irritant et allergisant : larmoiements, rhinorrhée, éternuements, toux,
nausées, pertes de mémoire, céphalées et asthénie sont des effets mineurs. Plus graves
sont les éruptions sur les zones découvertes, au maximum à type d’eczéma, et l’asthme
(17, 18). Le glutaraldéhyde est cité parmi les agents susceptibles de provoquer une
dermatose professionnelle (tableau 65) ou un asthme professionnel (tableau 66). Tout
incident doit être signalé au médecin du personnel. L’agent touché peut être exclu du
risque temporairement ou définitivement. Les structures en charge de la médecine du
travail prennent le taux de 0,200 ppm (parties par million) mesuré sur 15 minutes et
proposé par l’OSHA américaine (Occupational Safety and Health Administration), comme
valeur limite d’exposition (19). Des signes cutanés ou pulmonaires peuvent apparaître à
0,300 ppm. Les mesures montrent que l’exposition en endoscopie digestive va de 0,002 à
0,140 ppm en ce qui concerne la désinfection manuelle et de 0,002 à 0,045 ppm en ce qui
concerne la désinfection en machine. Dans le service d’endoscopie de l’hôpital E.Herriot,
un taux maximal de 0,01 ppm a été mesuré dans la salle de désinfection. Il est apparu
également que le seuil olfactif est un mauvais test en endoscopie.
Il n’existe pas de réglementation concernant la ventilation dans les salles de désinfection
et une extrême vigilance est recommandée, le risque toxique étant souvent mal apprécié
même par les services techniques des établissements. Le système doit comporter deux
circuits indépendants : un circuit d’extraction et un circuit d’apport d’air neuf. Le circuit
d’extraction emmenant l’air vicié vers l’extérieur du bâtiment doit être le plus court
possible : l’extraction doit se faire au plus près des bacs et des machines dans les hottes
aspirantes (sorbonnes) couvrant les bacs et les machines et également au niveau du
plafond de la pièce. La bouche de prise d’air neuf doit se situer à plus de 8 mètres de la
bouche extérieure d’évacuation de l’air vicié. Au total, la fréquence de renouvellement de
l’air de la pièce doit être soutenue (plus de 10 volumes par heure) et la salle doit rester en
dépression. Pour information, le minimum légal concernant le renouvellement d’air dans
les salles d’intervention (en raison des gaz anesthésiques) est de 6 volumes par heure.
Dans la salle principale de désinfection de l’unité d’endoscopie digestive de l’hôpital
E.Herriot, le débit d’extraction d’air est de 3200m3/h alors que le débit d’arrivée d’air neuf
est de 2800m3/h (soit un taux de renouvellement de l’air de 1 volume par minute). Il est
judicieux de demander un système de réchauffement de l’air neuf et un système de
172
commande et d’ajustement du débit d’extraction.
Pour éviter un système d’extraction coûteux ou incompatible avec les locaux, des hottes à
filtre absorbant peuvent être installées. Il importe d’être vigilant sur la qualité du matériel et
de prendre en compte les coûts de renouvellement des filtres.
D’une façon générale, il faut s’informer pour toutes ces installations du coût de la
maintenance (filtres, moteurs, tuyaux, …) et du niveau sonore de fonctionnement.
La salle de désinfection doit comporter :
-
une série de cuves : au mieux, il s’agit de 4 éviers avec chacun une bonde, un siphon
en laiton et un système de vidange avec commande externe à l’évier. Les dimensions
de l’évier doivent tenir compte des dimensions du matériel et des manipulations à
réaliser. Les éviers pour le détergent et surtout pour le désinfectant sont munis de
couvercles hermétiques. Au mieux, les éviers sont équipés chacun d’un mitigeur eau
froide/eau chaude et une douchette avec flexible pour l’entretien peut être installée
pour l’ensemble des 4 éviers. Un évier supplémentaire large doit être consacré à la
désinfection des plateaux ou des moules de transport ou de stockage.
-
Bac à ultrasons et pompe pour le test d’étanchéité qui doivent être situés à proximité
de prises électriques et d’un point d’eau
-
Lavabo pour le lavage des mains avec commande au pied ou au coude.
Nous insistons pour que soit particulièrement étudié l’environnement dans le but de
faciliter le travail du personnel et l’entretien des locaux. Cela concerne :
-
les plans de travail
-
les murs et les sols
-
les portes d’accès
-
les placards et tiroirs de rangement
-
le nombre et l’emplacement des prises électriques et d’air médical
Il faut également prévoir une zone ou au mieux un local spécifique avec son équipement
(prises électriques et prises d’air médical) pour conditionner les instruments destinés à la
stérilisation (soudeuse, sachets, plan de travail, containers, …) et pour stocker les
accessoires stériles et stérlisés et les endoscopes.
Le matériel doit être stocké à l’abri de la lumière et de toutes sources de contamination
microbienne, horizontalement sur des étagères ou verticalement sur des supports.
173
L’environnement
Un certain nombre de problèmes ayant trait à la protection de l’environnement dans les
établissements de soins ne sont pas évoqués dans la circulaire, voire même n’ont jamais
fait l’objet de texte réglementaire. Cela concerne a) l’évacuation des effluents en particulier
ceux concentrés en glutaraldéhyde. Cette situation génératrice de pollution est
relativement surprenante, mais ne devrait pas persister, des textes étant, selon des
sources informées, en préparation. Le contrôle de l’élimination des effluents et des
vapeurs toxiques constituera évidemment un surcoût. A noter qu’il existe des procédés
chimiques de neutralisation du glutaraldéhyde.
Enfin, la lutte contre les infections nosocomiales augmente le volume des déchets
médicaux (accessoires, seringues, sarraus, gants, masques, champs, …) et aggrave le
problème de l’élimination de ces déchets.
D’une façon générale, la lutte contre les infections nosocomiales, si elle protège l’individu,
augmente la consommation et constitue un risque pour l’environnement.
L’organisation générale de la profession
Du fait des contraintes liées à la désinfection, la question est de savoir si l’endoscopie
peut être encore pratiquée au cabinet de l’hépato-gastroentérologue ou dans les centres
ambulatoires. Les contraintes concernant les locaux, le matériel ou le personnel peuvent
se révéler rédhibitoires sur le plan technique ou financier. Les contraintes liées à la
désinfection s’ajoutent aux contraintes liées à la pratique de l’anesthésie qui touchent les
mêmes secteurs : locaux, matériel et personnel.
Or, la volonté politique est de ne pas soutenir financièrement ces petites structures : dans
les cabinets et les centres ambulatoires, les frais liés à la désinfection amputent
directement les honoraires médicaux. Alors qu’il en est différemment pour les
établissements de soins. Les structures hospitalières peuvent équilibrer les dépenses
supplémentaires dans le cadre du budget global, ce qui n’est pas sans poser problème
cependant. Les établissements de soins du secteur privé bénéficient d’autres sources de
financement que la redevance demandée par la structure au praticien (décidée par le
comité de liaison avec l’hospitalisation privée et représentant en général 10% des
honoraires). Il s’agit des frais de salle d’exploration pour l’endoscopie (FSE), des frais de
salle d’opération pour l’anesthésie (FSO), des frais d’accueil et de suivi (FAS) pour
l’ambulatoire ou des frais d’hospitalisation. Les frais de salle d’exploration sont variables
selon le type d’endoscopie : 100% du K pour l’endoscopie thérapeutique biliopancréatique, 75% du K pour la coloscopie et 20% du K pour la gastroscopie. Ces
174
pourcentages sont actuellement en cours de négociation, dans le but de rapprocher le
taux de la gastroscopie de celui de la coloscopie. Les recettes sont relativement faciles à
comptabiliser. A titre indicatif et sous réserve, l’auteur de ce texte n’étant pas le plus
qualifié dans le domaine, les recettes approximatives d’un établissement privé pour une
coloscopie sont 1080 F (FSE) + 450 F (FSO anesthésie) + 100 F (FAS) + 150 F (10% des
honoraires du praticien), soit un total de 1780 F. En revanche, l’étude analytique des
dépenses dans un établissement de soins est beaucoup plus difficile. Cependant,
l’endoscopie digestive reste globalement une activité intéressante sur le plan financier
pour les établissements de soins du secteur privé, même après application de la circulaire,
car le débit d’actes est important. Les accessoires constituent néanmoins un poste
important de dépense et l’endoscopie diagnostique est préférée par les gestionnaires à
l’endoscopie thérapeutique. L’endoscopie bilio-pancréatique est coûteuse et est souvent
conservée plus dans un souci de maintenir une activité de « prestige » et un recrutement
pour les autres spécialistes, radiologues et chirurgiens.
Finalement, les problèmes posés par l’application de la circulaire DGS/DH du 2 avril 1996
sont plus faciles à absorber dans les grandes structures. On assistera donc et on assiste
déjà à une fermeture de centres ambulatoires et un arrêt progressif de l’endoscopie au
cabinet ; les praticiens du secteur privé vont continuer à se regrouper pour pratiquer
l’endoscopie dans des établissements de soins suffisamment larges pour permettre de
rentabiliser les investissements. Enfin, concernant l’endoscopie thérapeutique coûteuse et
en
particulier
le
cathétérisme
biliopancréatique,
la
tendance
est
et
sera
de
progressivement limiter ces activités à quelques centres médico-chirurgicaux.
Références
1- Cleaning and disinfection of equipment for gastrointestinal flexible endoscopy : interim
recommendations of a Working Party of the British Society of Gastroenterology. Gut
1988 ; 29 : 1134-51
2- Infection control during gastrointestinal endoscopy : guidelines for clinical application.
Gasotrintest Endosc 1988 ; 34 (suppl) : 37S-40S
3- La maintenance du matériel d’endoscopie : entretien et désinfection. Fiche de
recommandation de la Société Française d’Endoscopie Digestive, 1989.
4- Axon ATR. Working party report to the World Congresses of Gastroenterology, Sydney
1990. J Gastroenterol Hepatol 1991 ; 6 : 23-4
5- Raymond JM, Capdenat-Saint-Martin E, Labadie JC, Beyssac R, Michel P, Dumas F
et al. Procédures de décontamination utilisés dans les centres d’endoscopie digestive
175
de Gironde : nouvelle évaluation à distance. Gastroenterol Clin Biol 1994 ; 18 : 792
6- Spach DH, Silverstein FE, Stamm WE. Transmission of infection by gastrointestinal
endoscopy and bronchoscopy. Ann Intern Med 1993 ; 118 : 117 – 28
7- American Society for Gastrointestinal Endoscopy. Position statement : reprocessing of
flexible gastrointestinal endoscopes. Gastrointest Endosc 1996 ; 43 : 540 – 6
8- Tennenbaum R, Colardelle P, Chochon M, Maisonneuve P, Jean F, Andrieu J.
Hépatite C après cholangiographie rétrograde. Gastroenterol Clin Biol 1993 ; 17 : 7634
9- Bronowicki JP, Venard V, Botte C, Monhoven N, Gastin I, Chone L et al. Patient-topatient transmission of hepatitis C virus during colonoscopy. Lancet 1997 ; 337 237-40
10- Urayama S, Kozarek RA, Sumida S, Raltz S, Merriam L, Pethigal P. Mycobacteria and
glutaraldehyde : is high-level disinfection of endoscopes possible. Gastrointest Endosc
1996 ; 43 : 451 – 6
11- Lucas-Baloup I. Aspects médico-légaux des infections nosocomiales (1ère partie).
L’entreprise médicale 1996 ; 120 : 1-4
12- Lucas-Baloup I. Aspects médico-légaux des infections nosocomiales (2ème partie).
L’entreprise médicale 1996 ; 121 : 1-4
13- Lucas-Baloup I. Quelle est la force obligatoire des circulaires ? soumis à publication.
14- Ponchon T. Transmission of hepatitis C and prion diseases through digestive
endoscopy : evaluation of risk and recommended practices. Endoscopy 1997 ; 29 : 1-4
15- Raltz SL, Kozareck RA, Pethigal PA, Moorhouse MA, Merriam LD. Reusable biopsy
forceps : a cost-effective measure for the endoscopy suite. Gastroenterol Nurs 1995 ;
18 : 167-70.
16- Kozarek RA, Ball TJ, Brandabur JJ, Patterson DJ, Raltz SL. Reuse of disposable
sphincterotomes. Gastrointest Endosc 1997 ; 45 : AB33
17- Newman MA, Kachuba JB. Glutaraldéhyde : a potential health risk to nurses.
Gastroenterol Nurs 1992 ; 14 : 296-300
18- Gannon PF, Bright P, Campbell M, O’Hickey SP, Burge PS. Occupational asthma due
to gluraldehyde and formaldehyde in endoscope and X ray departments. Thorax
1995 ; 50 : 156-9
19- Health and Safety Executive. Occupational exposure limits. Guidance note
EH40/91,1991.
176
ANNEXE 15
SECURITE D’UTILISATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX
Ces informations visent plus particulièrement, outre le directeur de l’établissement de
santé, le correspondant local de matériovigilance, le comité de lutte contre les infections
nosocomiales, le pharmacien, l’ingénieur biomédical ainsi que le personnel des services
d’endoscopie et des services économiques.
Suite à divers incidents qui m’ont été rapportés concernant des machines destinées au
lavage et à la désinfection des endoscopes, il a été élaboré un ensemble de
recommandations ayant pour objectif de préciser les points essentiels à examiner lors de
l’achat et lors de l’utilisation en routine de ces machines.
Elles ne concernent que les machines qui assurent le nettoyage et la désinfection des
endoscopes à l’exclusion des machines qui n’effectuent que l’une ou l’autre de ces étapes.
Les endoscopes concernés sont les endoscopes souples ne pénétrant pas dans une
cavité stérile.
Les recommandations figurent en annexe à la présente circulaire
La non observation de ces recommandations expose les patients subissant des
endoscopies à un risque de contamination par des micro-organismes pathogènes. Les
lave endoscopes actuellement en service ne répondant pas à ces recommandations,
doivent faire l’objet de mise en place d’actions correctives dans les meilleurs délais : soit
une mise à niveau de la machine, soit des procédures d’utilisation prenant en compte la
maîtrise des risques identifiés.
177
Tout nouvel incident relatif au fonctionnement de ces dispositifs doit être signalé sans
délai au ministère de l’emploi et de la solidarité, conformément à l’article L. 665-6 du code
de la santé publique. Les signalements doivent être adressés au ministère de l’emploi et
de la solidarité – direction des hôpitaux – bureau des dispositifs médicaux EMI – 8, avenue
de ségur – 75350 PARIS 07 SP – Fax : 01.40.56.50.89.
Tout renseignement complémentaire peut être obtenu auprès de ce même bureau –
téléphone 01.40.56.53.45
La présente lettre-circulaire sera publiée au bulletin officiel du ministère de l’emploi et de la
solidarité.
Vous voudrez bien m’informer des difficultés rencontrées à l’occasion de son application.
Annexe à la lettre circulaire DH/EMI n° 987262 du 15 juillet 1998
Recommandations relatives à l’acquisition et à l’utilisation des machines à laver et
désinfecter les endoscopes
I – Caractéristiques indispensables
Concernant la conception de l’appareil
1 – Tous les cycles de nettoyage/désinfection des endoscopes (y compris le cycle le plus
court) dvoient comporter l’ensemble des phases du traitement d’un endoscope :
nettoyage, rinçage optionnel, désinfection, rinçage final, évacuation de l’eau résiduelle des
canaux, séchage optionnel. Dans le cas où la phase de rinçage entre les phases de
nettoyage et de désinfection est optionnelle, le fabricant doit fournir la preuve que la
charge organique susceptible d’entrer en contact avec la solution désinfectante au début
de la phase de désinfection est suffisamment faible et ne modifie pas l’efficacité de cette
dernière et qu’aucun résidu organique ne persiste sur la charge en fin de cycle.
Les paramètres critiques (temps, température, concentrations en produits pour chacune
des phases) doivent être validés sur le cycle le plus court.
2 – Les cycles doivent être pré-programmés et non modifiables par l’opérateur.
Les paramètres des cycles programmés doivent être précisément décrits : durée,
178
température, concentration en produit, nature et qualité des produits pour chacune des
phases ainsi que les temps de contact des différents produits.
Si les valeurs des différents variables du cycle (temps, température, concentrations en
produits) sont en dehors des limites spécifiées par le fabricant ou si une panne d’un
système s’avère suffisante pour empêcher d’atteindre ces variables, il doit y avoir
apparition d’un signal visuel indiquant qu’une ou que les variables pré-programées du
cycle n’ont pas été atteintes. Si l’appareil est relié à une imprimante, il est préférable que
le message indiquant l’erreur soit imprimé.
Les quantités de produits admises dans la cuve (ou toute autre partie de la machine) lors
des différentes étapes du cycle doivent être contrôlées automatiquement au cours du
cycle. Des alarmes bloquantes doivent signaler :
-
les cas où les quantités de produits admises sont insuffisantes ou excessives
-
les cas où la phase du cycle pendant laquelle le produit doit être injecté n’est pas
correcte
3 – Un cycle d’autodésinfection de l’appareil, dont l’efficacité est prouvée par le fabricant,
doit être réalisé en début de séance d’utilisation. Ce cycle effectué sans endoscope
concernera tous les circuits hydrauliques.
Ce cycle est destiné à désinfecter les cuves et/ou les réservoirs et/ou les canalisations
associées, qui sont en contact avec l’eau ou les solutions aqueuses alimentant la cuve
et/ou entrant en contact avec la charge lors d’un cycle de nettoyage-désinfection de la
charge.
4 – Un système de protection doit éviter la rétro-contamination de l’appareil par l’égout
5 – Un test d’étanchéité des endoscopes doit être effectué manuellement ou
automatiquement en début de cycle, avec ou sans maintien de la pression tout au long du
cycle.
6 - Les points de connexion de l’endoscope à la machine doivent être identifiés par le
fabricant. L’opérateur s’assurera de la connexion des endoscopes à la machine, le cas
échéant, en début et fin de cycle.
179
Concernant les produits utilisés
7 – La liste des produits validés avec la machine doit être fournie par le fabricant. Dans le
cas où l’utilisateur souhaiterait utiliser un autre produit, il sera nécessaire de soumettre le
nouveau couple machine/produit à une procédure de validation complète.
8 – Le produit de nettoyage doit être différent du produit désinfectant et ne doit pas
contenir d’aldéhydes.
9 – Dans le cas où le désinfectant est réutilisé, le fabricant doit prouver que la
concentration en matière active est maintenue constante et/ou à la concentration minimale
efficace et que les caractèristiques physico-chimiques du désinfectant restent inchangées,
pendant toute la période d’utilisation de la même solution. La machine doit interdire les
cycles de désinfection des endoscopes, lorsque le nombre des cycles ou le temps
maximum d’utilisation du désinfectant est atteint.
10 – L’activité du produit désinfectant doit avoir été évaluée en fonction des objectifs
poursuivis qui peuvent être par ordre de résistance croissante des microorganismes
bactéricide, fongicide mycobactéricide, sporicide, selon les normes CEN ou AFNOR en
vigueur et en leur absence selon une méthodologie standardisée dans les conditions
d’utilisation de la machine en terme de : température, concentration, temps de contact, pH,
dureté de l’eau.
11 – Les valeurs de glutaraldéhyde émanant des machines doivent être inférieures aux
limites tolérables prévues dans la fiche INRS n°171
Concernant l’eau d’alimentation de la machine
12 – Le fabricant doit spécifier la qualité de l’eau requise pour le fonctionnement de son
appareil et proposer, le cas échéant, un système de traitement adéquat (déminéralisation,
filtration…) en fonction de la qualité d’eau disponible sur le site d’installation.
Dans le cas où la machine est équipée d’un système de filtration de l’eau, les
renseignements nécessaires doivent être fournis par le fabricant notamment :
-
la spécification des filtres,
-
180
des informations sur les procédures de maintenance des filtres, le moyen de vérifier le
niveau de colmatage des filtres.
13 – Quel que soit le système utilisé, la qualité microbiologique de l’eau d’alimentation de
la machine doit être périodiquement contrôlée par l’utilisateur.
Concernant la maintenance des machines à laver et désinfecter les endoscopes.
14 – Les différentes opérations de maintenance à effectuer doivent être décrites par le
fabricant
15 – Le calendrier des maintenances préventives doit être prévu par le constructeur et il
sera précisé les opérations de maintenance en routine pouvant être effectuées par
l’utilisateur ainsi que celles pouvant donner lieu à une maintenance externe.
Les recommandations minimales à respecter sont :
-
un contrôle visuel des niveaux de produits doit être réalisé obligatoirement en début de
journée
-
un entretien des filtres et des installations d’eau adoucie et/ou déminéralisée selon la
périodicité déterminée par le fabricant,
-
une vérification périodique que le dispositif est apte à désinfecter les endoscopes
Concernant la formation des utilisateurs.
16 – Une formation du personnel technique doit être assurée par le fabricant sur le
fonctionnement et la maintenance à assurer.
17 – Tout nouvel opérateur, au sein de l’établissement de soins devra avoir suivi une
formation définie et validée sur la machine et les modes opératoires à appliquer.
Concernant le fonctionnement
Il est impératif de procéder à une pré-désinfection et à un écouvillonnage préalable des
canaux des endoscopes avant la mise en machine afin d’assurer la libre circulation des
181
fluides dans les canaux.
18
–
Une
validation
du
procédé
concernant
l’ensemble
« machines/produits
utilisés/dispositifs traités » sera effectuée ou documentée par les utilisateurs.
19 – Des procédures, instructions et modes opératoires seront élaborés par l’utilisateur
pour le fonctionnement en routine
II – Caractéristiques recommandées
20 – Un compte rendu du déroulement du cycle peut être imprimé après chaque cycle.
Chaque enregistrement devra être identifié et archivé.
21 – La bonne circulation des flux à l’intérieur des canaux de l’endoscope devrait pouvoir
être vérifiée automatiquement tout au long du cycle avec déclenchement d’un message
d’erreur en cas de dysfonctionnement.
182
ANNEXE 16
EAUX POTABLES
Décret 89-3 du 3 janvier 1989
Modif. 5 avril 95
Critères physico-chimiques
T°<25°C
2,5<pH<9
/C/sup.limites pour C1, SO4, Mg, Na, K, Al
Titre alcalimétrique complet < 1500 mg/l
Substances indésirables (NO3, NO2, NH4…)
Substances toxiques (As, Cd, CN, Hg, Pb…)
Pesticides et apparentés
Critères microbiologiques
Salmonelles
0/5 l
Sta. Aureus
0/100 ml
Enterovirus
0/10 l
Coliformes
0/100 ml (95% des echant.)
Colif.fec
0/100 ml
Strepto.fec
0/100 ml
An. S. Red
0/20 ml
Eaux potables
Programmes d’analyses
* physico-chimiques
C1 : réduite
C2 : sommaire
C3 : complète
* bactériologiques
B1 : réduite
183
B2 : sommaire
B3 : complète
Eau/Endoscopes
PH
Conductivité }
{ Colif. fec
C1 résiduel
C1/B1
{ St. Fec.
Ou
C1/B2
{ Colif. fec.
{ St. Fec.
{ FM 22°C et 37°C
184
ANNEXE 17
MATERIEL MEDICO-CHIRURGICAL
AIR A USAGE MEDICAL
Taux d’impuretés admissibles
Norme française homologuée par décision du Directeur Général de l’AFNOR le 5 octobre
1986 pour prendre effet le 5 novembre 1986.
Correspondance : la présente norme n’est pas équivalente à la future norme internationale
ISO 7396 sur le sujet (voir avant-propos)
Analyse : les taux limites des principales impuretés pouvant se trouver dans l’air à usage
médical distribué par canalisations à partir de mélangeurs ou de compresseurs sont
avancés dans la présente norme. Ces impuretés sont l’huile, la vapeur d’eau, les oxydes
de carbone, le dioxyde de soufre, les oxydes d’azote.
Descripteur : thésaurus international technique : matériel médical, distribution d’air, gaz
médical, air, impureté, qualité, huile, vapeur d’eau, monoxyde de carbone, dioxyde de
carbone, oxyde d’azote, oxyde de soufre, valeur maximale.
AVANT PROPOS
Plusieurs paragraphes de la future norme internationale ISO 7396 « réseaux de
distribution de gaz médicaux non inflammables » fixent les valeurs admissibles pour
l’huile, la vapeur d’eau, le monoxyde de carbone et le dioxyde de carbone.
185
En considérant les besoins des utilisateurs et les possibilités de la technique actuelle, les
taux ont été abaissés sur le plan français et d’autres impuretés ont également été
indiquées, principalement les oxydes de soufre et d’azote.
Il convient de noter que pour les autres gaz, les taux d’impuretés sont fixés dans les
monographies de la pharmacopée française.
OBJET ET DOMAINE D’APPLICATION
La présente norme a pour objet de fixer le taux limite de certaines impuretés pouvant se
trouver dans l’air (1) distribué par les canalisations fixes de gaz médicaux.
Les valeurs s’appliquent aussi bien à l’air fourni par un compresseur qu’à l’air obtenu à
partir d’un mélange d’azote et d’oxygène, abusivement dénommé « air reconstitué ».
L’air à usage médical est prévu pour les utilisations suivantes :
-
application directement au malade par une cavité naturelle ou artificielle (par exemple
par la trachée et par l’intermédiaire d’un ventilateur) et maintenance des appareils
concernés,
-
application dans des enceintes stériles (par exemple des bulles) et dans des caissons
hyperbares (en s’assurant, dans ce dernier cas, que les débits sont compatibles avec
la centrale),
-
utilisation comme énergie motrice pour des appareils susceptibles d’être au contact
direct avec les tissus du malade lors d’interventions chirurgicales.
Les taux d’impuretés et les méthodes d’essais sont indiqués pour les contrôles de
réception à la sortie de la chaine éventuelle de traitement de la centrale de gaz. Ces
méthodes d’essai seront explicitées ultérieurement.
La seule analyse en continue est celle du taux d’hygrométrie.
La présente norme sera complétée par les spécifications et les méthodes d’essais
concernant l’ensemble des distributions de gaz médicaux qui comprendra entre autres les
contrôles à la prise murale (il est rappelé que le contrôle de la nature du gaz doit être
effectué par chaque établissement utilisateur, à la réception – voir la circulaire du 10
octobre 1985).
La présente norme ne traite pas des contrôles en discontinu dont la teneur et la fréquence
186
sont de la responsabilité de chaque établissement utilisateur.
2 – REFERENCES
NFX 20-301 : méthode d’analyse de gaz par absorption d’un faisceau de radiations
infrarouges non dispersé.
X 20-350 : analyse des gaz – dosage du dioxyde de soufre. Guide pour le choix des
méthodes de dosage.
NF
X
43-018 :
pollution
atmosphérique
–
dosage
des
oxydes
d’azote
par
chimiluminescence
NF X 44-101 : définition et classification de la propreté particulaire de l’air et d’autres gaz
Pharmacopée française – 9éme édition (Edition Maisonneuve S.A.).
Circulaire DGS/3A/667 bis du 10 octobre 1985 relative à la distribution des gaz à usage
médical et à la création d’une commission locale de surveillance de cette distribution (texte
n° 6604 – classification SP 442 – du ministère des affaires sociales et de la solidarité
nationale, santé – texte non paru au J.O.)
3 – HUILE
La valeur limite de la concentration en huile dans l’air doit infèrieure à 0,1 mg/m3 ± 0,05
mg/m3, à la pression atmosphérique (à 0°C), à la sortie de la centrale de gaz ou de la
chaine éventuelle de traitement.
La méthode d’essai doit être conforme à celle préconisée dans les travaux du sous comité
international ISO/TC 118/SC 4 « qualité de l’air comprimé et influence sur l’environnement
lors de l’utilisation d’équipement pneumatique » dont un extrait du dernier texte de
référence est donné en annexe 8.
4 – VAPEUR D’EAU
A la sortie de la centrale de gaz ou de la chaine éventuelle de traitement, la concentration
en vapeur d’eau ne doit pas dépasser 0,03 g/m3, à la pression atmosphérique et à 0°C, ce
qui correspond à un point de rosée de – 50°C environ.
Cette mesure est effectuée à l’aide d’un hygromètre travaillant sous pression.
187
Le contrôle de cette concentration en vapeur d’eau doit être effectué en continu pour l’air
obtenu par compression et non pas par mélange d’azote et d’oxygène, et l’indication
obtenue doit pouvoir être transmise.
5 – MONOXYDE DE CARBONE
A la sortie de la centrale de gaz ou de la chaine de traitement, le titre volumique de
monoxyde de carbone ne doit pas être supérieur à 5 ppm (v/v) (soit une concentration
d’environ 6 mg/m3, à la pression atmosphérique et à 0°C).
La méthode de mesure doit être par absorption d’un faisceau de radiations infrarouges
non dispersé (voir NFX 20-301) ou conforme aux monographies de la pharmacopée
française (en prenant, par exemple, celle sur l’oxygène).
6 – DIOXYDE DE CARBONE
Dans les mêmes conditions de mesure et de prélèvement que le monoxyde de carbone, le
titre volumique de dioxyde de carbone doit être inférieur à 300 ppm (v/v) (soit une
concentration d’environ 550 mg/m3, à la pression atmosphérique et à 0°C°).
DIOXYDE DE SOUFRE
? volumique de dioxyde de soufre mesuré à la sortie de la centrale de gaz ou de la chaine
de traitement doit être inférieur à 16.10-3 ppm (v/v) (40µg/m3, à la pression atmosphérique
et à 0°C).
Le contrôle doit s’effectuer sur le site hospitalier par mesures à la sortie du compresseur et
de la chaine éventuelle de traitement, par l’un des nombreuses méthodes compatibles
avec la précision souhaitée, ? dans le fascicule de documentation X 20-350 (par exemple,
fluorescence ultraviolet, infrarouge, ? de flamme, etc.).
MONOXYDE ET DIOXYDE D’AZOTE
La sortie de la centrale de gaz ou de la chaine de traitement la limite en oxydes d’azote
(NO+NO2) doit être inférieure à 25,5 10-3 ppm (v/v) (soit 40µg/m3, à la pression
188
atmosphérique et à 0°C). Le mesurage s’effectue par chimiluminescence conformément à
la norme NF X 43-018.
AUTRES IMPURETES
1 - Généralités
Dans le cas de compresseurs, la prise d’air doit être aussi éloignée que possible des
sources de rejet impuretés inhérentes à l’hôpital telles que :
-
gaz d’anesthésie en excès,
-
gaz et résidus de stérilisation/désinfection
-
gaz de combustion (moteurs, incinérateur, …)
2 – Composés fluorés
Certains systèmes de compression utilisent des segments en polymères fluorés (joints en
PTFE, marque ? par exemple).
En cas d’échauffement accidentel, les produits de décomposition renferment des
composés fluorés toxiques. Il convient donc de se prémunir contre ce risque.
3 – Empoussièrement
La propreté particulaire à la sortie de la centrale de gaz et de la chaine éventuelle de
traitement doit correspondre à la classe 4000 telle que définie dans la norme NF x 44-101.
189
Annexe A
COMPOSITION NATURELLE DE L’AIR (1)
(Extrait de la norme NF S 76-001 « Appareils de protection respiratoire – Définitions »)
(ne fait pas partie intégrante de la présente norme)
Composants
% en poids
% en volume
en air sec
en air sec
Oxygène (02) (1)
23,1
20,93
Azote (N2)
75,51
78,10
Argon (Ar)
1,286
0,932 5
Dioxyde de carbone (CO2)
0,04
0,03
Hydrogène (H2)
0,001
0,01
Néon (Ne)
0,001 2
0,001 8
Hélium (He)
0,000 07
0,000 5
Krypton (Kr)
0,000 3
0,000 1
Xénon (Xe)
0,000 04
0,000 009
(1) la concentration en oxygène de l’air obtenu par mélange est,
en général, supérieure à cette valeur ; elle est de l’ordre de 22%
en volume
Annexe B
HUILE – METHODE DE MESURAGE
(ne fait pas partie intégrante de la présente norme)
Ce paragraphe est extrait de l’avant projet de norme internationale ISO/DP/ 8573/1 « Air
comprimé pour usage général – Classes de qualité et essais », en cours d’élaboration par
190
l’ISO/TC 118/SC4.
L’une des méthodes permettant de mesurer la teneur en huile procède par absorption de
la lumière infrarouge ou ultraviolette. L’échantillon d’air comprimé est filtré pour arrêter
l’huile et les aérosols, puis ce filtre est lavé à l’aide d’un solvant approprié du type
tétrachlorure de carbone, puis examiné par une méthode spectrophotométrique adaptée
aux hydrocarbures condensables.
Note : ces mesurages nécessitent des équipements spécialisés ainsi qu’une compétence
spéciale et sont normalement effectués seulement par les constructeurs de compresseurs
ou de filtres et les laboratoires scientifiques.
Des précautions particulières doivent être prises lorsque la qualité de l’huile a été
changée, de petites quantités de l’ancienne huile utilisée pouvant rester très longtemps
dans le réseau et affecter les mesures.
(1) ces valeurs ou des valeurs proches peuvent être trouvées dans de nombreuses publications dont : dossier du
C.N.I.M.H., Janvier-Février 1984, V, 1.
AIR COMPRIME UTILISE A DES FINS MEDICALES
Introduction (19,22)
Le terme d’air à usage médical, largement utilisé, est mal défini. L’air respirable, lui non
plus, n’est pas défini par aucune norme. Cependant, les stations météorologiques étudient
la pollution atmosphérique sous l’égide du Ministère de l’Environnement et du Cadre de
Vie, et effectuent des mesures de façon permanente dans le temps, et sur des lieux
déterminés, répartis sur tout le territoire, tant en ville qu’en pleine nature. Les paramètres
mesurés et enregistrés systématiquement sont les suivants : (2, 25)
Polluants gazeux : monoxyde de carbone, oxydes d’azote, hydrocarbures, ozone, dioxyde
de soufre :
Polluants particulaires (poussières en suspension)
Polluants émis par certains installations fixes (dérivés, soufrés)
Radioactivité.
Les taux des polluants habituellement retrouvés sont :
191
3
-
acidité forte (exprimée en SO2), appelée aussi indice de pollution : 5 à 50 µg/m
-
poussières en suspension : 300 à 1.000 mg/m2/24h ; ce taux peut atteindre 1500 à
2000 mg/m2/24h dans les grandes villes, soit de l’ordre de 14 millions de particules de
poussière par m3 dont 80% sont < 2µm
-
monoxyde de carbone (CO), émis essentiellement par les automobiles :
< à 5 ppm dans les petites villes, il peut atteindre 8 ppm dans les grandes villes.
-
monoxyde et dioxyde d’azote (NO, NO2) : 50 à 100 µg/m3 exprimé en NO.
Ces taux sont susceptibles de grandes variations, en fonction des aléas atmosphériques :
un vent nul, une forte inversion de température en altitude peuvent provoquer
ponctuellement une élévation de la pollution.
L’air que respirent les malades à l’hôpital est bien entendu l’air atmosphérique du lieu où
est implanté cet hôpital.
Il ne sera pas le même au cœur d’un centre urbain dense (Paris) et dans un hôpital
implanté en altitude (Briançon par exemple).
L’air utilisé dans les hôpitaux doit être un air respirable, dont la pollution soit minime.
Les britanniques ont élaboré dès 1970 une norme concernant les fluides médicaux et
incluant l’air comprimé (norme HTM 22).
En France, aucune norme de référence n’existe, mais une norme AFNOR est
actuellement en préparation ; elle devrait être publiée dans les années à venir.
Pendant longtemps, l’air comprimé a été utilisé pour alimenter les respirateurs des
malades en respiration assistée ; des compresseurs étaient intégrés à ces respirateurs,
l’air étant pris dans la chambre du malade, filtré, compressé, puis détendu et administré au
patient.
Au Canada et aux Etats-Unis, ce type de respirateur est toujours utilisé.
En France, aux environs de 1970, certains fabricants de respirateurs (type Siemens) se
sont avisés que le coût d’achat de ce matériel, pouvait être largement diminué en mettant
sur le marché des respirateurs sans compresseurs, nécessitant une alimentation
extérieure en air à une pression de 3 bars. Le coût d’investissement étant, dans les
budgets hospitaliers, totalement séparé des coûts de fonctionnement, ces respirateurs
nettement moins coûteux à l’achat, remportèrent aisément les marchés. Il fallut donc
équiper les hôpitaux en air pour faire marcher ces respirateurs. L’air comprimé, alors seul
utilisé, n’était pas correctement traité et filtré et posait des problèmes d’entretien sérieux
des respirateurs. On s’orienta alors vers de l’air comprimé en bouteilles fourni par les
192
fabricants de gaz, puis très vite, ces fabricants proposèrent de réaliser un mélange
extemporané oxygène 22% et azote 78%, chimiquement très pur. Ils cessèrent la
fabrication d’air comprimé en bouteilles pour ne plus fournir que de l’air dit reconstitué
(22% 02, 78% N2). Dans le même temps, ils proposaient aux hôpitaux ayant des besoins
importants en air (en raison des services de réanimation, ou de pneumologie, …) de les
équiper en évaporateurs à azote et mélangeurs, parallèlement à l’évaporateur à oxygène
dont ces centres hospitaliers étaient déjà dotés, pour réaliser sur place et
extemporanément le mélange.
La France est ainsi le seul pays développé qui se soit très largement équipé de
mélangeurs oxygène et azote, pour reconstituer l’air respirable à administrer aux malades.
Le coût de cette reconstitution d’air « synthétique » est considérable. Dans les hôpitaux
très actifs, l’air est souvent le « médicament » (puisqu’il est imputé au compte 300 :
médicaments) le plus coûteux, représentant jusqu’à 10% de la dépense totale en
médicaments pour tout l’hôpital, soit 0,2% environ de la section exploitation.
193
Tableau I – Composition de l’air selon son origine
Air atmosphèrique
Air reconstitué
(respirable)
(22/78)
Air comprimé
Normes envisagées
Azote (N2)
#
78,00%
78%
Oxygène (02)
#
20,9%
22%
#20 – 21%
Argon (Ar)
#
0,9%
0
air atmosphérique
Dioxyde de carbone
300ppm
(CO2)
<300ppm
#78
500 à 700 ppm
(ou 0,03%) à
600 ppm
Neon (Na)
#
18 ppm
0
air atmosphérique
Krypton (Kr)
#
1 ppm
0
air atmosphérique
Hélium (Xe)
#
0,09 ppm
0
air atmosphérique
Hydrogène (H2)
#
0,5 ppm
0
air atmosphérique
Ozone (O3)
#
0,04 ppm
0
air atmosphérique
Oxyde de carbone (CO)
#
3 à 4 ppm
Acidité
#
5 à 80µg/m
< 5 ppm
3
0
(exprimée en SO2)
< 5 ppm
3
80 µg/m (directive
européenne)
3
Huile-hydrocarbure
traces
0
< 0,5 µg/m
Vapeur d’eau
variable
0
point de rosée = -20°
Ou à –40° à la pression
Atmosphérique*
NO/NO2
50 à 100 µg/m
3
0
20 à 50 µg/m3
Poussières (atmosphére
140 millions de
0
taille maximale
Urbaine)
particules par
particules serait à
3
m dont 80%<2µ
envisager
Fluor (F)
0
0
Attention au téflon
Formol
0
0
Attention à la prise
d’air**
Plomb (Pb)
0,1 à 9µg/m
3
0
absence de normes
1 ppm = 1 cm3 de gaz par m3 d’air
10 000 ppm = 1 vol%
mg/m3 = ppm x masse moléculaire à 20°, 760 mm Hg
24
* variable en fonction du point de rosée retenu
** la prise d’air ne doit pas être située à proximité d’une bouche d’aération évacuant des vapeurs
de formol.
194
ANNEXE 18
Objet : sécurité d’utilisation des dispositifs médicaux. Aiguilles à sclérose et endoscopie
digestive
Textes de référence : Livre V bis du Code de la Santé Publique et notamment ses articles
L. 665-5 et R. 665-41.
Il est demandé à chaque direction départementale des affaires sanitaires et sociales de
transmettre, sans délai, la copie de la présente lettre circulaire au conseil départemental
de l’ordre des médecins, aux établissements de santé et aux centres de santé du
département pour mise en œuvre immédiate.
Pour les établissements de santé, ces informations visent plus particulièremnet outre le
responsable de l’établissement et le correspondant local de matériovigilance, le corps
médical, le personnel soignant, les pharmaciens et les responsables des services
acheteurs.
L’attention de mes services a été appelée sur un risque gravé lié à la réutilisation
d’aiguilles à sclérose utilisées en endoscopie digestive notamment dans le traitement des
varices oesophagiennes et des hémorragies digestives.
Ce matériel est en contact massif avec le sang du patient or son nettoyage est difficile et
fait courir, de ce fait, un risque de contamination, par les virus des hépatites notamment,
aussi bien au patient qu’au personnel soignant chargé du nettoyage des dispositifs.
Par conséquent, en application des articles L. 665-5 et R. 665-41 du code de la santé
publique et conformément à l’avis de la commission nationale de matériovigilance, les
aiguilles à sclérose doivent désormais être considérées comme des dispositifs à usage
unique et sont soumises aux dispositions de la circulaire DGS/DH n°51 du 29 décembre
1994 relative à l’utilisation des dispositifs médicaux stériles à usage unique.
Tous renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès du ministre de
l’Emploi et de la Solidarité – Direction des Hôpitaux – Division des Equipements, des
195
Matériels Médicaux et des Innovations technologiques – Bureau des dispositifs médicaux
(EM1) – télécopie : 01.40.56.50.89.
La présente lettre circulaire sera publiée au bulletin officiel du Ministère de l’Emploi et de la
Solidarité.
Vous voudrez bien m’informer des difficultés rencontrées à l’occasion de son application.
196
ANNEXE 19
CIRCULAIRE DGS/VS2 – DH/EM1/E01/97 672 du 20 OCTOBRE 1997
Résumé : la stérilisation des dispositifs médicaux au sein des établissements de santé :
mise en place d’un système qualité, maîtrise du procédé
Mots clés : établissement de santé, stérilisation des dispositifs médicaux invasifs de type
chirurgical, stérilisation, système qualité.
Textes de références :
-
article L. 595-2 du Code de la Santé Publique
-
article L. 71Q-3 du Code de la Santé Publique
-
Décret n°96-32 du 15 janvier 1996 relatif à la matériovigilance exercée sur les
dispositifs médicaux (articles R. 665-48 à R. 665-64 du code de la santé publique)
-
Décret n°95-292 du 16 mars relatif aux dispositifs médicaux définis à l’article L. 665-3
du Code de la Santé Publique et modifiant ce code (articles R.665-1 à R.665-47 du
code de la santé publique).
-
Décret n°93-221 du 16 février 1993 relatif aux règles professionnelles des infirmiers.
-
Arrêté du 3 octobre 1995 relatif aux modalités d’utilisation et de contrôle des matériels
et dispositifs médicaux en salle d’opération et salles de soins post-interventionnelle
-
Circulaire DGS/DH n°100 du 11 décembre 1995 relative aux précautions à observer en
milieu chirurgical et anatomopathologique face aux risques de transmission de la
maladie de Creutzfeldt-Jakob
-
Circulaire DGS/DH n°236 du 2 avril 1996 relative aux modalités de désinfection des
endoscopes dans les lieux de soins
-
Circulaire DGS/SQ3, DGS/PH2 – DH/EM1 n°51 du 29 décembre 1994 relative à
l’utilisation des dispositifs médicaux stériles à usage unique.
Texte abrogé : néant
Il a été rapporté des cas de contamination per-opératoire par des mycobactéries atypiques
présentes dans l’eau utilisée lors de la désinfection d’instruments chirurgicaux. La
survenue de ces cas soulève le problème des procédés de stérilisation des dispositifs
médicaux.
197
De façon générale, la stérilisation des dispositifs médicaux dans les établissements de
santé occupe une place primordiale dans la lutte contre l’infection. Le code de
déontologie, la loi hospitalière et leurs textes d’application rappellent l’obligation, pour les
professionnels et les structures de soins, d’assurer la sécurité des patients vis à vis du
risque infectieux.
L’obtention de l’état stérile et son maintien (jusqu'au moment de l’utilisation) correspondant
à une obligation de résultat, les établissements de santé doivent mettre en place un
système qualité basé sur des référentiels normatifs relatifs aux exigences des systèmes
qualité1.
Selon les normes NF EN ISO 9001 et NF EN ISO 9002 ainsi que les normes NF EN
46001 et NF EN 46002. « la stérilisation fait partie des procédés spéciaux pour lesquels
les résultats ne peuvent pas être entièrement vérifiés par un contrôle final du produit
effectué a posteriori. Pour cette raison, il convient de veiller à la validation des procédés
de stérilisatio avant leur mise en application, à la surveillance de leur fonctionnement en
routine, ainsi qu’à l’entretien du matériel. Un pilotage continu des opérations et un respect
permanent des procédures documentées sont nécessaires pour assurer la conformité aux
exigences spécifiées" »
1
voir bibliographie en annexe
Par extension des dispositions de l’article R.665-26 du Code de la Santé Publique
concernant les procédures exigées des fabricants pour la stérilisation des dispositifs
médicaux, les établissements de santé doivent garantir un même niveau de sécurité au
patient en utilisant des dispositifs médicaux stériles achetés à l’état stérile sur le marché
ou stérilisés au sein de l’établissement de santé.
I – CHAMP D’APPLICATION
1.1.
Dispositifs médicaux stérilisables
Les dispositifs médicaux concernés sont ceux qui doivent impérativement être stériles au
moment de l’utilisation (il s’agit par exemple de dispositifs médicaux invasifs de type
chirurgical qui pénètrent dans une cavité ou un site stérile y compris dans le système
vasculaire). Lors de l’achat de ces dispositifs, le choix doit porter sur des dispositifs
stérilisables ou à usage unique stérile.
198
1.2.
Dispositifs médicaux non stérilisables
Les dispositifs destinés aux actes invasifs ne supportant aucune méthode de stérilisation
(de par leur conception ou la nature des matériaux qui les composent) doivent subir une
désinfection appropriée à finalité bactéricide, fongicide, virucide, et sporicide2.
Des procédures prenant en compte les paramètres critiques de la désinfection doivent être
écrites et validées (notamment, l’eau utilisée pour le rinçage final doit impérativement être
stérile. L’installation de filtres sur le réseau d’eau potable ne permet en aucun cas de
qualifier l’eau obtenue de stérile).
Les établissements peuvent trouver aide et conseil auprès des équipes d’hygiène
hospitalière, des comités de lutte contre les infections nosocomiales dans les
établissements publics (ou de structures assurant des missions similaires dans les
établissements privés) et du centre de coordination de la luttre contre les infections
nosocomiales (CCLIN) de leur région.
De plus, il est rappelé que toute pratique de re-stérilisation de dispositifs mis sur le marché
à l’état stérile et/ou présentés comme étant à usage unique par le fabricant (dans la notice
d’instruction et/ou sur l’étiquetage), est interdite conformément au point 13.6 de l’annexe I
de l’article R. 665-47 du livre V bis du Code de Santé Publique. La circulaire DGS/SQ3,
DGS/PH2 – DH/EM1 n°51 du 29 décembre 1994 relative à l’utilisation des dispositifs
médicaux stériles à usage unique » confirme le principe
de non réutilisation de ces
dispositifs.
II – MISE EN PLACE D’UN SYSTEME QUALITE EN STERILISATION
2.1. Responsabilité – Organisation de la stérilisation
2.1.1. Responsable assurance-qualité en stérilisation des dispositifs médicaux.
Selon les dispositions de l’article L.595-2 du code de la santé publique, « la pharmacie à
usage intérieur d’un établissement de santé est notamment chargée d’assurer, dans le
respect des règles qui régissent le fonctionnement de l’établissement, la préparation, le
contrôle, la détention et la dispensation des dispositifs médicaux stériles ».
Afin de mettre en place un système qualité appliqué à l’ensemble des opérations de
stérilisation concernant les dispositifs médicaux, le pharmacien, avec le soutien de la
199
direction de l’établissement , est donc amené à travailler en collaboration avec l'ensemble
des services ou instances concernés par l’assurance qualité en stérilisation.
2
– En ce qui concerne les produits désinfectants, les normes actuelles de référence sont les normes NF EN 1040 (T 72-
152) pour une activité bactéricide, NF EN 1275 (T 72-202) pour une activité fongicide, NF T 72-180 pour une activité
virucide et NF T 72-230 ou NF T 72-231 pour une activité sporicide.
2.1.2. Centralisation des opérations de stérilisation
La centralisation de la stérilisation, par le regroupement des moyens et des compétences,
est à privilégier autant que possible. Si l’établissement comporte plusieurs sites de
stérilisation, ceux-ci seront préférentiellement regroupés en un même lieu.
La centralisation de la stérilisation permet d’aboutir à une organisation rationnelle c’est-àdire des locaux et circuits fonctionnels permettant d’assurer la continuité et la
reproductibilité des opérations de stérilisation.
Les établissements de santé ont la possibilité de sous traiter l’ensemble des opérations de
stérilisation auprès d’un établissement prestataire répondant aux exigences spécifiées
dans un cahier des charges dans le cadre d’un contrat de sous traitance.
2.2. Conditions de mise en œuvre
Afin de garantir la sécurité des patients et du personnel, le traitement des dispositifs
médicaux doit être mis en œuvre dans des conditions rigoureuses concernant
notamment :
-
le circuit de ramassage des dispostifs médicaux,
-
la limitation de la charge microbienne initiale,
-
le contrôle de l’environnement , la maintenance des équipements,
-
le conditionnement,
-
la stérilisation proprement dite et ses contrôles de procédé,
-
les contrôles sur le produit fini,
-
le traitement des non conformités,
-
la traçabilité (enregistrement et archivage),
-
le circuit de distribution et de stockage jusqu’à l’utilisation dans les unités de soins.
200
Des procédures et instructions de travail écrites et validées doivent être mises en
application pour chacune de ces étapes, (depuis le ramassage et le nettoyage jusqu’à la
distribution et le stockage dans les services de soins).Ces procédures seront mises en
œuvre par du personnel ayant la formation adéquate définie, enregistrée et validée par le
responsable assurance qualité en stérilisation, qu’il s’agisse du personnel des services de
soins ou du personnel de stérilisation.
Conformément au livre V bis du code de la santé publique, point 13.6 de l’annexe I R. 66547, le fabricant doit fournir aux établissements de santé toutes informations nécessaires
relatives aux procédés appropriés pour le nettoyage, le conditionnement, la méthode de
stérilisation, ainsi que toute restriction sur le nombre possible de réutilisations.
2.2.1. Le circuit des dispositifs médicaux
Le circuit des dispositifs médicaux doit être conçu de manière à assurer la sécurité des
personnes et de l’environnement ainsi que l’intégrité des dispositifs médicaux.
2.2.2. La limitation de la charge microbienne initiale
La limitation de la charge microbienne initiale d’un dispositif médical à stériliser est une
étape majeure qui conditionne le résultat final du procédé de stérilisation.
Dans le cas d’un dispositif réutilisable, la charge microbienne initiale dépend des
conditions de l’utilisation qui vient d’en être faite, de l’environnement et de la qualité des
procédés de décontamination (ou prédésinfection) et de nettoyage appliqués au dispositif
médical (produits, techniques, délai de mise en œuvre, personnel qualifié et formé). Les
agents infectieux potentiellement contaminants différent par leur capacité d’adhérence aux
matériaux et la production éventuelle d’un biofilm. Certains agents infectieux comme les
prions nécessitent d’appliquer, dans des circonstances déterminées, des procédés
particuliers indiqués dans la circulaire DGS/DH n°100 du 11 décembre 1995 relative aux
précautions à observer en milieu chirurgical et anatomopathologique face aux risques de
transmission de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.
Dans le cas d’un dispositif acheté non stérile et destiné à être stérilisé, la charge
microbienne initiale dépend des conditions de fabrication, de conditionnement et de
201
stockage chez le fabricant et dans l’établissement de santé.
2.2.3. Le contrôle de l’environnement
Il est fondamental d’évaluer (détermination des besoins), maîtriser (choix des référentiels,
des seuils d’alerte) et surveiller (détermination des actions correctives en cas de
dépassement) les conditions entourant le procédé de stérilisation notamment
-
qualité de l’air, de l’eau et des autres fluides
-
entretien des surfaces, contrôle de surface
-
maintenance des équipements de contrôle de mesure et d’essai
-
tenue et formation du personnel
2.2.4. Le conditionnement
L’aspect et les performances des dispositifs médicaux sont vérifiés avant condtionnement.
L’emballage doit maintenir la stérilité du dispositif jusqu’au moment de son utilisation : il
doit être compatible avec la méthode de stérilisation choisie et doit permettre l’utilisation
du produit dans des conditions d’asepsie.
2.2.5. La stérilisation : contrôle de procédé
La stérilisation doit faire appel à des procédés validés selon les normes harmonisées
européennes en vigueur lorsqu’elles existent (par exemple : NF EN 550, NF EN 552, NF
EN 554). Lorsqu’un procédé de stérilisation ne fait pas l’objet d’une norme harmonisée,
une méthode de validation doit être mise au point par analogie aux méthodes de validation
existantes. Dans l’état actuel des connaissances, la stérilisation par la vapeur d’eau
saturée sous pression doit être la méthode appliquée lorsque le dispositif le supporte.
La surveillance en routine repose sur un contrôle du procédé c’est-à-dire des paramètres
qui le régissent. Ce contrôle permet de s’assurer que le cycle de stérilisation s’est déroulé
conformément au cycle de référence établi lors de la validation. Cette vérification
s’effectue au moyen de l’enregistrement des paramètres de stérilisation.
Le contrôle du procédé repose également sur l’utilisation et la vérification d’indicateurs
physico-chimiques ainsi que la vérification de la bonne pénétration de la vapeur au cœur
des articles dans le cas de la stérilisation par la vapeur d’eau. Si l’un de ces contrôles
procédés n’est pas conforme, les produits sont considérés comme non-stériles. Les
202
résultats du contrôle du procédé sont validés et archivés.
2.2.6. Le contrôle sur le produit fini
Différents contrôles peuvent être effectués sur le produit fini (intégrité de l’emballage,
étiquetage…).
2.2.7. Le traitement des non-conformités et les actions correctives
Des procédures sont établies afin de garantir qu’un produit non conforme (c’est-à-dire
n’offrant pas toutes les garanties de stérilité) ne peut être mis à la disposition de
l’utilisateur et que des actions correctives sont prises afin d’éviter la répétition de cette
non-conformité.
2.2.8. La traçabilité et le circuit de distribution
Les besoins en traçabilité sont identifiés en fonction des dispositifs. La traçabilité des
dispositifs médicaux stérilisés au sein des établissements de santé est un élément du
système qualité et concourt à l’exercice de la matériovigilance. Les dispositifs médicaux
stériles sont stockés et distribués selon des procédures définies.
2.3. Audits
Des audits du système qualité mis en place sont régulièrement planifiés et effectués afin
de vérifier l’application de l’ensemble des procédures mises en place et d’évaluer
l’efficacité du système qualité mis en place. Les rapports d’audits sont enregistrés et
archivés.
III – MATERIOVIGILANCE
Le décret n°96-32 du 15 janvier 1996 relatif à la matériovigilance exercée sur les
dispositifs médicaux définit l’obligation de déclarer les incidents ou les risques d'’ndidents
survenus avec des dispositifs médicaux dans le cadre de la matériovigilance. Ceux-ci
peuvent être liés à la stérilisation. Ainsi, le responsable de stérilisation est amené à
travailler en collaboration avec le correspondant local de matériovigilance.
203
Je vous demande de rappeler sans délai les règles ci-dessus aux responsables des
établissements de santé publics et privés qui doivent vérifier que les procédures
actuellement mises en œuvre offrent toutes les garanties nécessaires à la sécurité des
soins. Le contrôle de l’ensemble du système qualité en stérilisation des établissements de
santé doit être régulièrement réalisé par vos services. Dès à présent, je vous demande de
prévoir un programme d’inspection sur ce thème dans l’ensemble des établissements de
santé publics et privés. Un plan de contrôle concernant la stérilisation et la désinfection
des dispositifs médicaux invasifs vous sera communiqué dans les prochains jours.
La présente circulaire est adressée :
-
aux agences régionales de l’hospitalisation, pour information
-
aux DRASS pour attribution et diffusion aux unions régionales professionnelles,
-
aux DDASS pour attribution et diffusion :
-
à tous les établissements de santé publics et privés,
-
aux conseils départementaux de l’ordre des médecins et des pharmaciens
Le ministère diffuse cette circulaire :
-
au conseil national de l’ordre des médecins,
-
au conseil national de l’ordre des pharmaciens,
-
aux syndicats de l’hospitalisation publique et privée,
-
aux sociétés savantes chirurgicales,
-
aux syndicats nationaux de chirurgiens.
Annexe – Bibliographie
I – Références législatives ou réglementaires
1- méthodes d’essais figurant à la Pharmacopée Européenne
2- Loi n° 92-1279 du 8 décembre 1992 modifiant le livre V du code de la Santé Publique
et relative à la pharmacie et aux médicaments. L’article L 595-2 définit notamment les
missions des « pharmacies à usage intérieur »
3- Livre V bis du Code de la Santé Publique – Dispositions relatives aux dispositifs
médicaux définis à l’article L 665-3 du code de la Santé Publique, Article. R. 665-1 à R.
665-64
204
4- Arrêté du 10 mai 1995 relatif aux bonnes pratiques de fabrication
5- Circulaire n°100 du 11 décembre 1995 relative aux précautions à observer en milieu
chirurgical et anatomopathologique face aux risques de transmission de la maladie de
Creutzfeldt-Jakob.
6- Décret n°96-32 du 15 janvier 1996 relatif à la matériovigilance exercée sur les
dispositifs médicaux (articles R-665-48 à R-665-64 du Code de la Santé Publique).
II – Normes françaises et européennes
NF EN ISO 9001 : systèmes qualité – modèle pour l’assurance de la qualité en
conception, développement, production, installation et prestations associées
NF EN ISO 9002 : Systèmes qualité – modèle pour l’assurance de la qualité en
production, installation et prestations associées
NF EN ISO 9004-1 : Gestion de la qualité et éléments de système qualité – Partie 1 lignes
directrices.
NF EN 46001 : système qualité – Dispositifs médicaux – Exigences particulières relatives
à l’application de l’EN ISO 9001
NF EN 46002 : système qualité – Dispositifs médicaux – Exigences particulières relatives
à l’application de l’EN ISO 9002
NF EN 724 : Guide d’application des EN 29001 et 46001 et des EN 29002 et 460002 pour
les dispositifs médicaux non actifs.
Stérilisation
NF EN 550 : stérilisation de dispositifs médicaux. Validation et contrôle de routine pour la
stérilisation à l’oxyde d’éthylène.
NF EN 552 : stérilisation des dispositifs médicaux. Validation et contrôle de routine pour la
stérilisation par irradiation.
NF EN 554 : stérilisation des dispositifs médicaux. Validation et contrôle de routine pour la
stérilisation par la vapeur d’eau.
NF EN 556 : stérilisation des dispositifs médicaux. Exigences pour les dispositifs médicaux
étiquetés « stériles ».
NF EN 285 : (NF S98-011) stérilisation. Stérilisateurs à la vapeur d’eau. Grands
stérilisateurs.
205
EN 866-1 : systèmes biologiques pour l’essai des stérilisateurs et les procédés de
stérilisation – Partie 1 : Exigences générales.
EN 866-2 : systèmes biologiques pour l’essai des stérilisateurs et les procédés de
stérilisation – Partie 2 : systèmes
particuliers destinés à être utilisés dans des
stérilisateurs à l’oxyde d’éthylène
EN 866-3 : systèmes biologiques pour l’essai des stérilisateurs et les procédés de
stérilisation – Partie 3 : systèmes particuliers destinés à être utilisés dans des stérilisateurs
à chaleur humide.
EN 867-2 : système non-biologique destinés à être utilisés dans des stérilisateurs – Partie
2 : indicateurs de procédé (classe A)
EN 867-3 : système non-biologique destiné à être utilisé dans des stérilisateurs – Partie 3 :
spécifications pour les indicateurs de la classe B destinés à être utilisés dans l’essai de
Bowie-dick
EN 868-1 : Matériaux et systèmes d’emballage pour les dispositifs médicaux devant être
stérilisés – Partie 1 : exigences générales et méthodes d’essai.
III – Guides et recommandations de bonnes pratiques
-
CCM-GPEM/SL – stérilisateurs à la vapeur d’eau pour charges à protection perméable
– Guides et documents types annexe : « bonnes pratiques de stérilisation » - Journaux
officiels n°5708, 1993.
-
AFNOR – Guide pour la décontamination, le nettoyage et la stérilisation des
instruments chirurgicaux – AFNOR, Paris, 2ème ed, 1992.
BIBLIOGRAPHIE
1 - EDMONSON J.M.
206
History of the instruments for gastrointestinal endoscopy
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 527-555
2 - HERLINGER H., GLANVILLE J.N., KREEL L.
An evaluation of the double contrast barium meal (D.C.B.M.) against endoscopy.
Clin. Radiol. 1977; 28 : 307-314
3 - KETO P., SUORANTA H., IHAMAIKI T., MELARTIN E.
Double contrast examination of the stomach compared with endoscopy.
Acta. Radiol. Diagn. 1979 ; 20, 5 : 762-768
4 - WILJASALO M., TALLROTH K., KORHOLA O., IHAMAKI T.
A comparison of double contrast barium meal and endoscopy.
Diagn. Imaging. 1990 ; 49, 1 : 1-5.
5 - GREFF M., MIGNON M.
L'europe et la formation médicale initiale et continue en hépato-gastroentérologie.
Gastroentérol. Clin. Biol. 1996 ; 20 : 13-15
6 - VALLOT T., SERVIN F.
Endoscopie haute, sédation et anesthésie : quels besoins ? Quelles conditions ?
Gastroenterol. Clin. Biol. 1996 ; 20 : 561-563
7 - MASTROPAOLO G., LUCA MG., GALEAZZI F. et al
Increased patient's anxiety levels before endoscopic procedures
Endoscopy 1994 ; 26 : 383
8 - RAYMOND J.M., MICHEL P., CAPDENAT E., BEYSSAC R., COUZIGOU P., JANVIER
G., SALAMON R., AMOURETTI M.
Conditions de réalisation de l'endoscopie digestive haute en ambulatoire.
Gastroenterol. Clin. Biol. 1996 ; 20 : 564-569
9 - RAYMOND J.M., MICHEL P., BEYSSAC R., CAPDENAT E., COUZIGOU P., JANVIER
G., SALAMON R., AMOURETTI M.
Opinion des patients après la réalisation d'une endoscopie haute en ambulatoire.
207
Résultats d'une enquête nationale II.
Gastroenterol. Clin. Biol. 1996 ; 20 : 570-574
10 - THOMPSON P.G., LENNARD-JONNES J.E., EVANS S.J. et al.
Patients appreciate premedication for endoscopy.
Lancet 1980 ; II : 469-470
11 - DANESHMEND T.K., BELL G.D., LOGAN R.F.A.
Sedation for upper gastrointestinal endoscopy : results of a nation wide survey.
GUT 1991 ; 32 : 12-15
12 – CANARD J.M., CARAYON P., DUMAS R., ESCOURROU J., GAY G., GREFF M.,
GRIMAUD J.C., HELBERT T., LAPUELLE J., NAPOLEON B., PALAZZO L., PONCHON
T., REY J.F., SAUTEREAU D., SYSTCHENKO R.
L’endoscopie oeso-gastro-duodénale (E.O.G.D.) en France en 1998 : résultat d’une
enquête prospective nationale de la Société Française d’Endoscopie Digestive (S.F.E.D.)
Gastroenterol. Clin. Biol. 1999, 23 ; 2 bis : A41
13 - BELL GD., MC CLOY RF., CHARLTON JE., D CAMPELL., DENT NA., GEAR MWL.,
LOGAN RFA., SWAN CHJ.
Recommendations for standards of sedation and patient monitoring during gastrointestinal
endoscopy.
Gut 1991; 32 : 823-827
14 - BLINDER M., BLINDER L., KREIGER B. et al
Abnormal breathing and oxygen desaturation in patients during upper endoscopy.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 143
15 - VAKIL N.
Measurement of lesions by endoscopy : an overview
Endoscopy 1995 ; 27 : 694-697
16 - KOCNA P., KOCNA J., FRIC P.
Endoscopic results and images using gastrobase. Computer date processing in clinical
gastroenterology.
208
Endoscopy 1993 ; 25 : 353.
17 - VEZIREV KA., STOYANOV KG., PAVLOV EN.
Computer system for remote control visualization and communication between endoscopic
consulting-rooms and operating theatre.
Endoscopy 1993 ; 25 : 354-355
18 - NAFFAH F.
Databases for gastrointestinal endoscopy.
Gastrointest. Endosc. 1991 ; 37 : 488-490
19 - MARATKA Z.
Toward a better terminology and classification of gastroduodenal erosions.
Gastrointest. Endosc. 1987 ; 33 : 392-394
20- Transmission of infection by gastrointestinal endoscopy. Technology assessment
position paper.
Gastrointest. Endosc. 1993 ; 39 : 885-7
21- BIRNIE GG., QUIGLEY EM., CLEMENTS GB., FOLLET EA., WATKINSON G.
Endoscopic transimission of hepatitis B virus.
Gut 1983 ; 24 : 171-4
22- Infection control during gastrointestinal endoscopy. Guidelines for clinical application,
ASGE publication n°1018.
Gastrointest. Endosc. (suppl) 1988 ; 34 : 37S-40S
23 – Cleaning and disinfection of equipment for gastrointestinal flexible endoscopy :
interim recommandations of a working party of the British Society of Gastroenterology.
Gut 1988 ; 29 : 1134-1151.
24- Recommanded guidelines for infection control in gastrointestinal endoscopy settings.
Society of Gastroenterology Nurses and Associates, Rochester, NY, 1990.
25- AXON AT.
209
Working party report to the world congresses. Disinfection and endoscopy : summary and
recommendations.
J Gastroenterol Hepatology 1991 ; 6 : 23-4
26- Reprocessing of flexible gastrointestinal endoscopes.
Gastrointest. Endosc. 1996 ; 43 : 540-6.
27- RUTALA WA., WEBER DJ.
FDA Labeling Requirements for desinfection of Endoscopes : A counterpoint.
Infect Control Hosp Epidemiol 1995 ; 16 : 231-5
28- HANSON PJV., JEFFRIES DJ., COLLINS JV.
Viral transmission and fiberoptic endoscopy.
Journal of hospital infection 1991 ; 18 (A) : 136-140
29- BOND WW., FAVERO MS., PETERSEN NJ., EBERT JW.
Inactivation of hepatitis B virus by intermediate to high level disinfectant chemicals.
J. Clin. Microbiol. 1983 ; 18 : 535-8
30-COWEN AE
Disinfection and endoscopy : the clinical riks of infection
J. Gastro. Hepato. 1991 ; 6 : 25-30
31- REY JF., HALFON P., FERYN JM., KHIRI H., MASSEYEFF MF., OUZAN D.
Risque de transmission du virus de l’hépatite C par l’endoscopie digestive
Gastroenterol. Clin. Biol. 1995 ; 19 : 346-9
32- DESPREZ D., DUCOS J., BIANCHI-MONDAIN AM., PAGEAU GP., LARREY D.,
MICHEL H.
Transmission du virus de l’hépatite C au cours des endoscopies digestives : détermination
du rôle des pinces à biopsie
Gastroenterol. Clin. Biol. 1996 ; 20 : A76
33- PALAZZO L., PONCHON T., SAUTEREREAU D. et le conseil d’administration de la
Société Française d’Endoscopie Digestive.
210
Endoscopie et virus de l’hépatite C : quel risque ?
Gastroenterol. Clin. Biol. 1999 ; 23 : 812-816
34- ANDRIEU J., BARNY S., COLARDELLE P., MAISONNEUVE P., GIRAUD V., ROBIN
E., BREART G., COSTE T.
Prévalence et facteurs de risque de l’infection par le virus de l’hépatite C dans une
population hospitalisée en gastroentérologie.
Gastroenterol. Clin. Biol. 1995 ; 19 : 340-5
35 - CANARD J.M., TUSZYNSKI T., PALAZZO L.
Endoscopie digestive
Copyright Ed Mars 95 : 34-39
BIBLIOGRAPHIES LUS ET NON RETENUES
AABAKKEN L., OSNES M., ROSSELAND A.R. et al.
Hands-on endoscopy training : an evaluation of the SADE endoscopy course.
Endoscopy 1995 ; 27 : 66-69
211
AL-ATRAKCHI HA.
Upper gastrointestinal endoscopy without sedation : a prospective study of 2000
examinations.
Gastrointest Endosc 1989 ; 35 : 79-81
ALCANTARA M., RODRIGUEZ R., POTENCIANO LM. et al.
Endoscopic and bioptic findings in the upper gastrointestinal tract in patients with Crohn's
disease.
Endoscopy 1993 ; 25 : 282-286
AMENT ME., BRILL JE.
Pediatric endoscopy, deep sedation, conscious sedation, and general anesthesia-what is
best ?
Gastrointest Endosc 1995 ; 41 : 173-175
ANAI H., OKADA Y., OKUBO K. et al
Gastric syphilis simulating linitis plastica type of gastric cancer.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 6 : 624-626
Appropriate use of endoscopy
Gastrointest Endosc 1989 ; 35 : 353-354
ARROWSMITH JB., BURT GERSTMAN B., FLEISCHER DE. et al
Results from the American Society for Gastrointestinal Endoscopy/U.S. food and drug
administration collaborative study on complication rates and drug use during
gastrointestinal endoscopy.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 421-427
A/S/G/E Publication n° 1022
Monitoring of patients undergoing gastrointestinal endoscopic procedures
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 120-121
AXON A., KRUSE A., URGELL R.
Guidelines on cleaining and disinfection in gastrointestinal endoscopy.
212
Endoscopy 1995 ; 27 : sup. 1-2
BAILLIE J.
Simulators for teaching endoscopy : how did the emperor do ?
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 399-400
BAILLIE J.
Complications of endoscopy
Endoscopy 1994 ; 26 : 185-203
BALTCH A.L., BUHAC I., AGRAWAL A., O'CONNOR P., BRAM M., MALATINO M.
Bacteremia after upper gastrointestinal endoscopy.
Arch. Intern. Med. 1997 ; 137, 5 : 594-597
BARDE. C.J.
New computer simulation study group formed
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 417
BARDE C.J., WHITE M.
Endoscopic stimulation concept prototype.
Gastrointest Endosc 1996 ; 36, 2 : 231
BARDE C.J., JALIL K.
Endoscopic detection of angiodysplasia.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 195
BARTELSMAN J.F.W.M., SARS P.R.A., TYTGAT G.N.J.
Flumazenil used for reversal of midazolam-induced sedation in endoscopy outpatients.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 3 : S9-S12
BARTHEL JS., CHOWDHURY TA., SHAH N.
Premedication and surveillance.
Endoscopy 1993 ; 25 : 322.
BARTHEL J.S., MARSHALL J.B., KING P.D. et al
213
The effect of droperidol on objective markers of patient cooperation and vital signs during
esophagogastroduodenoscopy : a randomized, double-blind, placebo-controlled,
prospective investigation.
Gastrointest Endosc 1995 ; 42, 1 : 45-50
BASUK P.M., GILPIN E.
Discriminate analysis of factors associated with arterial hypoxemia during gastrointestinal
endoscopy : a prospective analysis.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 187
BEECHAM H.J., COHEN M.L., PARKIN W.E.
Salmonella typhimurium transmission by fiberoptic upper gastrointestinal endoscopy.
J.A.M.A. 1979 ; 241, 10 : 1013-1015
BENJAMIN S., KRUSS D.M., FLEISCHER D.E.
Cardiopulmonary complications are not increased during therapeutic EGD and
colonoscopy.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 186
BERTHELEMY P., MALAVAUD S., DOURNES JL. et al
Endoscopic thermochemical disinfection : results of 6 years experience in
gastroenterology
Endoscopy 1994 ; 26 : 382
BINMOELLER KF., GRIMM H., SOEHENDRA N.
Endoscopic closure of a perforation using metallic clips after snare excision of a gastric
leiomyoma.
Gastrointes. Endosc. 1993 ; 39 (2) : 172-174
BINMOELLER KF., SY P., SOEHENDRA N.
Treatment of esophagogastric varices
endoscopy 1996 ; 28 : 44-53
BIRNBAUM BA., GORDON RB., JACOBS JE.
Glutaraldehyde colitis : radiologic findings.
214
Radiology 1995 ; 195 : 131-134
BLINDER M., BLINDER L., KREIGER B. et al
Abnormal breathing and oxygen desaturation in patients during upper endoscopy.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 143
BLOCH R., JANKOWSKI J., JOHNSTON D., et al.
The administration of supplementary oxygen to prevent hypoxia during upper alimentary
endoscopy.
Endoscopy 1993 ; 25 : 269-273
BORISLOW D., BAILLIE J., COTTON P.B.
Interactive learning as an adjunct to computer simulation teaching in endoscopy.
Gastrointest Endosc 1996 ; 36, 2 : 222
BORODY TJ.
Methods of oxygen delivery during upper gastrointestinal endoscopy.
Endoscopy 1994 ; 26 : 320-321.
BOSCH O., PORRES J.C., MARTINEZ QUESADA G. et al
Endoscopic appearance of a duodenal infection by mycobacterium avium-intracellulare in
AIDS.
Endoscopy 1994 ; 26 : 506
BOTOMAN V.A., SURAWICZ C.
Bacterimia with gastrointestinal endoscopic procedures
Gastrointest Endosc 1986 ; 32 : 342-346
BOWLING TE., HADJIMINAS CL., POLSON RJ., BARON JH., RA FOALE.
Effects of supplemental oxygen on cardiac rythm during upper gastrointestinal endoscopy :
a randomised controlled double blind trial.
Gut 1993 ; 34 : 1492-1497.
BOYCE H.W.
Definitions, diagnoses, and documentation.
215
Gastrointest Endosc 1995 ; 41, 3 : 264-265
BOYD GD., SHABOT JM., POLLARD RB. et al
Endoscopic evolution of gastric Kaposi's sarcoma.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 450-453
BRADEN B., DUAN LP., LEMBCKE B. et al
Upper GI-Endoscopy is not a risk factor for Hp-infection - but medical practice is.
Endoscopy 1994 ; 26 : 389
BRANDT L.J.
Endoscopy in the diagnosis and management of the AIDS victim.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 6 : 627-628
BRULLET E., FONT B., REY M. et al.
Esophageal tuberculosis : early diagnosis by endoscopy
Endoscopy 1993 ; 25 : 485.
BRUSSAARD CC., VANDEWOUDE MFJ.
A prospective analysis of elective upper gastrointestinal endoscopy in the elderly
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 118-121
BUCKLEY AB., NEWMAN A.
Methemoglobinemia occuring after the use of a 20% benzocaine topical anesthetic prior to
gastroscopy.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 466-467
CALETTI GC., FERRARI A., FIORINO S. et al.
Stating of esophageal carcinoma by endoscopy.
Endoscopy 1993 ; 25 : 2-8
CAMPO R., BRULLET E., MONTSERRAT A. et al
Topical pharyngeal anesthesia improves tolerance of upper gastrointestinal endoscopy : a
randomized double-blind study.
Endoscopy 1995 ; 27 : 659-664.
216
CANTOR D.S., BALDRIDGE E.T.
Premedication with meperine and diazepam for upper gastrointestinal endoscopy
precludes the need for topical anesthesia
Gastrointest Endosc 1986 ; 32 : 339-341
CARLSSON U., GRATTIDGE P.
Sedation for upper gastrointestinal endoscopy : a comparative study of propofol and
midazolam.
Endoscopy 1995 ; 27 : 240-243
CARPENTER HA., TALLEY NJ.
Gastroscopy is incomplete without biopsy : clinical relevance of distinguishing gastropathy
from gastritis.
Gastroenterology 1995 ; 108 : 917-924
CARPENTER HA., TALLEY NJ.
La gastroscopie est incomplète sans biopsie : importance clinique de la différenciation
entre la gastropathie et la gastrite.
Act. Méd. Int. Gastroentérologie (9) 1995 ; 6
CASS O.W..
Endoscopy data entry, report generation, storage, and ad-hoc retrieval with a large
vocabulary voice recognition system.
Gastrointest Endosc 1996 ; 36, 2 : 230
CASS O.W.
Objective evaluation of competence : technical skills in gastrointestinal endoscopy.
Endoscopy 1995 ; 27 : 86-89
CASTEEL HB., FIEDOREK SC., KIEL EA.
Arterial blood oxygen desaturation in infants and children during upper gastrointestinal
endoscopy.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 489-493
217
CHAK A., SIVAK MV.
Electronic endoscopy, blood flow measurement and autofluorescence tissue spectroscopy.
Endoscopy 1994 ; 26 : 169-174
CHEN CH., GELZAYD EA., MAAS LC.
Buccal nifedipine in the management of preendoscopy hypertension
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 156-157
CHING C.K., HOLMES G.K.T.
Flumazenil in routine upper gastrointestinal endoscopy.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 6 : 634
CHOBANIAN SJ., CATTAU EL., WINTERS C. et al
In vivo staining with toluidine blue as an adjunct to the endoscopic detection of Barrett's
esophagus.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 99-101
CHUANG E., WENNER W.J., PICCOLI D.A. et al
Intravenous sedation in pediatric upper gastrointestinal endoscopy.
Gastrointest Endosc 1995 ; 42, 2 : 156-160
CHURCH JA., KENNY GNC., ANDERSON JR.
Monitoring during endoscopy
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 543-544
CHURCH JA., STANTON PD., KENNY GNC. et al
Propofol for sedation during endoscopy : assessment of a computer-controlled infusion
system.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 175-179
COLIN-JONES DG., ROSCH T., DITTLER HJ.
Staging of gastric cancer by endoscopy.
Endoscopy 1993 ; 25 : 35-38
Conférence de Consensus
218
Act. Méd. Int. Gastroentérologie (10) 1996 ; 3
COSENTINO F., BERGAMINI M., FARAVELLI G. et al
CD-ROM (compact disc read only memory) for didactic endoscopy
Endoscopy 1994 ; 26 : 383
CUSSO X., MONES J., VILARDELL F.
Endoscopic cytology of cancer of the esophagus and cardia : a long term evaluation.
Gastrointest Endosc 1989 ; 35 : 321-323
DANCYGIER H.
AIDS ant the gastrointestinal tract.
Endoscopy 1996 ; 28 : 174-186
DANCYGIER H.
AIDS and gastrointestinal endoscopy
Endoscopy 1994 ; 26 : 175-184
DANZI J.T., ROSADO S., SWARTZ M. et al.
The effects of conscious sedation for a variety of endoscopic procedures on patient's vital
signs/arterial saturation.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 186-187
DATE K., MIYOSHI H., HARIMA T., YATA M.
Tear injuries and upper endoscopy.
Lancet 1995 ; 346 : 1097-1098
DEBONGNIE JC., BOUCKAERT A.
Transmission of helicobacter pylori by endoscopy.
Endoscopy 1993 ; 25 : 436
DE F.
Easy endoscopy database (EED)
Gastrointest Endosc 1996 ; 36, 2 : 230
219
DISARIO JA., WARING P., SANOWSKI RA.
The gastroenterologist : physician or technician.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 315-318
ECKARDT V.F., GIEBLER W., KANZLER G. et al
Endoscopic surveillance of patients with benign gastric ulcer and gastric cancer :
compliance and efficiency.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 193-194
EDMONSON J.M.
History of the instruments for gastrointestinal endoscopy
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 527-555
FALK GW., RICHTER JE.
Reflux disease and Barrett's esophagus
Endoscopy 1996 ; 28 : 13-21
FARINATI F., CARDIN F., DI MARIO. et al.
Perendoscopic gastric pH determination.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 293-297.
FARR C.M.
Achalasia and esophageal carcinoma : is surveillance justified.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 6 : 638-639
FARTHING MJG., WILLIAMS R., SWAN CHJ., BURROUGHS A., HEADING RC., DODGE
JA., RUSSELL RI., VENABLES CW., DICK R., BURNHAM R., LEICESTER R., NEALE G.,
SWARBRICK ET., FAIRCLOUGH PD., JONES R., MELIA NP.
Nature and standards of gastrointestinal and liver services in the United Kingdom.
Gut 1993 ; 34 : 1728-1739.
FERNANDES E., DEVIS G.
Endoscopic examination of the operated stomach : a review and a systematic approach.
Gastroenterology 1994 ; 29 : 792-796.
220
FERNANDEZ CM., LEDO L., CUNQUEIRO R. et al
Early esophageal Crphn's disease : an endoscopic view.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 303-304
FLEISCHER D.
Monitoring the patient receiving conscious sedation for gastrointestinal endoscopy : issues
and guidelines.
Gastrointest Endosc 1989 ; 35 : 262-266
FLICKINGER E., MAC DONALD K., WATTS D. et al.
Video endoscopy : an adjunct to abdominal surgery.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 220
FLORENT Ch.
Peut-on prévoir le risque de mortalité des hémorragies digestives hautes ?
Act. Méd. Int. Gastroentérologie (10) 1996 ; 5 : 107-108
FOSTER PN., MOLES EJ., SHEARD C. et al
Low dose aminophylline accelerates recovery from diazepam premedication for digestive
endoscopy.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 421-424
FREEMAN M.L.
Training endoscopists to recognize the stigmata of hemorrhage in bleeding ulcers.
Endoscopy 1995 ; 27 : 90-92
FREYS S.M., HEIMBUCHER J., FUCHS K.H.
Teaching upper gastrointestinal endoscopy : the pig stomach
Endoscopy 1995 ; 27 : 73-76
FROEHLICH F., SCHWIZER W., THORENS I. et al.
Conscious sedation for gastroscopy : patient tolerance and cardiorespiratory parameters.
Gastroenterology 1995 ; 108 : 697-704
FROEHLICH F., GONVERS JJ., FRIED M.
221
Conscious sedation, clinically revelant complications and monitoring of endoscopy : results
of a nationwide survey in switzerland.
Endoscopy 1994 ; 26 : 231-234
FUJINO M., MOROZUMI A., KOJIMA Y., NAKAMURA T., SATO T., OHTSUKA H.,
OHTAKA M., OCHIAI M.
Gastric carcinoma an Endoscopically curable disease.
Bilgebung 1994 ; 61 : 38-40
FUJINO M.A.
Can endoscopic measurement be made reliable, elegant, and economical ? The search
for computerized image processing.
Endoscopy 1994 ; 26 : 486-487
GANA TJ., SOENEN GM., KOO J.
A controlled study of human resting gastric mucosal blood flow by endoscopic laserDoppler flowmetry
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 264-267
GEBOES K., ECTORS N., HEIDBUCHEL H., RUTGEERTS P., DESMET V.,
VANTRAPPEN G.
Whipple's disease : the value of upper gastrointestinal endoscopy for the diagnosis and
follow-up.
Acta Gastroenterol. Belgica. 1992 ; 55 : 209-219
GEBOES K., ECTORS N., HEIDBUCHEL H. et al
Whipple's disease : endoscopic aspects before and after therapy.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 247 : 252
GESSNER F., BAILLIE J.
An interim report from the British Society of Gastroenterology early gastric
cancer/dysplasia survey.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 214
GORARD DA., NEWTON M., BURNHAM WR.
222
Audit of upper gastrointestinal endoscopy.
Gut 1995.
GOSTOUT C.J., JACQUES S.T.
Infrared video imaging of subsurface vessels : a feasibility study for the endoscopic
management of gastrointestinal.
Gastrointest Endosc 1995 ; 41 : 218-224
GRAHAM D.Y., MICHALETZ P.A.
Does the endoscope control head need to be disinfected between examinations ?
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 88.
GRAHAM D.Y, TABIBIAN N., MICHALETZ P.A et al.
Endoscopic needle biopsy : a comparative study of forceps biopsy, two different types of
needles, and salvage cytology in gastrointestinal cancer
Gastrointest Endosc 1989 ; 35 : 207-209.
GRAHAM DY.
Helicobacter pylori and the endoscopist : whether to diagnose.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 577 : 579
GREENE W.H., MOODY M., HARTLEY R., EFFMAN E., AISNER J., YOUNG V.M.,
WIERNIK Ph.D. et P.H.
Esophagoscopy as a source of pseudomonas aeruginosa sepsis in patients with acute
beukenia : the need for sterilization of endoscopes.
Gastroenterology 1974 ; 67, 5 : 912-919
HARGROVE R.L., MAVES B.V., OVERHOLT B.F. et al
Quality assurance and utilization review for office endoscopy.
Gastrointest Endosc 1996 ; 2 : 230
HAYASHI N., KAWANO S., TSUJI M. et al
Identification and diameter assessment of gastric submucosal vessels using infrared
electronic endoscopy.
Endoscopy 1994 ; 26 : 686-689
223
HEBBARD GS., ROYSE CF., BJORKSTEN AR.
Oxygen supplementation during upper gastrointestinal endoscopy : a comparison of two
methods.
Endoscopy 1994 ; 26 : 278-282
HSIA PC., MAHER KA., LEWIS JH. et al
Utility of upper endoscopy in the evaluation of noncardiac chest pain.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 22-26
HSIA P., FLEISCHER D., BERTAGNOLLI M.
Continuous monitoring of end-tidal carbon dioxide (et CO2) in addition to oxygen
saturation (SaO2) and vital signs during gi endoscopy (GIE).
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 221
Infection control during gastrointestinal endoscopy
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 37S-40S
Informed consent for gastrointestinal endoscopy
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : supl. 26S-27S.
KANTROWITZ P.A., BENJAMIN S.B., BRANDT L. et al.
Quality assurance and patient care.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 641-642
KANTROWITZ PA., VENNES JA., OVERHOLT BF.
Assuring quality of endoscopic procedures done outside a hospital.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 313-314
KATZGRABER F., GLENEWINKEL F., RITTNER C., BEULE J.
Fatal air embolism resulting from gastroscopy.
Lancet 1995 ; 346 : 1714-1715.
KEEFFE E.B., O'CONNOR K.W.
1989 A/S/G/E survey of endoscopic sedation and monitoring practices.
224
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 3 : S13-S18
KIRSNER J.B.
American gastroscopy - yesterday and today
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 643-647
KOCNA P., KOCNA J., FRIC P.
Endoscopic results and images using gastrobase. Computer date processing in clinical
gastroenterology.
Endoscopy 1993 ; 25 : 353.
KRUSS D.M., BENJAMIN S., FLEISCHER D.E. et al
Indications for esophagogastroduodenoscopy : analysis of 10516 cases using the asge
database.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 185
LACHTER J., JACOBS R., LAVY A. et al.
Topical pharyngal anesthesia for easing endoscopy : a double-blind, randomized, placebocontrolled study.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 19-21
LADAS S.D., GIORGIOTIS C., PIPIS P. et al.
Sedation for upper gastrointestinal endoscopy : time for reappraisal ?
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 417
LAMBERT R.
Endoscopic detection and treatment of early esophageal cancer : a critical analysis.
Endoscopy 1995 ; 27 : 12-18
LAMBERT R.
Endoscopic therapy of esophago-gastric tumors.
Endoscopy 1992 ; 24 : 24-33
LAZZARONI M., BIANCHI PORRO G.
Preparation, premedication, and surveillance.
225
Endoscopy 1996 ; 28 : 6-12
LAZZARONI M., BIANCHI PORRO G.
Preparation, premedication and surveillance in gastrointestinal endoscopy.
Endoscopy 1994 ; 26 : 3-8.
LEE MG., HANNA W., HARDING H.
Sedation for upper gastrointestinal endoscopy : a comparative study of midazolam and
diazepam.
Gastrointest Endosc 1989 ; 35 : 82-84
LEVINE E.G., BRANDT L.J., PLUMERI P.
Informed consent : a survey of physician outcomes and pratices.
Gastrointest Endosc 1995 ; 41, 5 : 448-452
LEVINE DS., REID BJ.
Endoscopic biopsy technique for acquiring larger mucosal samples.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 332-337.
LIGHTDALE CJ.
Diagnosis of esophagogastric tumors
Endoscopy 1996 ; 28 : 22-26
LUCERO R.S., ZARATE J.O., ESPINIELLA F.
Introducing digestive endoscopy with the "simprac-EDF y VEE" simulator, other organ
models, and mannquins : teaching experience in 21 courses attended by 422 physicians.
Endoscopy 1995 ; 27 : 93-100
LYNCH AF., PARNELL P., PORTER C. et al
Patient and staff exposure to glutaraldehyde from keymed auto-disinfector endoscope
washing machine.
Endoscopy 1994 ; 26 : 359-361
LYNCH D.A.F., BUSBY P., POSTILL A.
A safe, effective, automatic endoscope disinfection system.
226
Endoscopy 1995 ; 27 : S17
MAI H.D., SANOWESKI R.A., WARING J.P.
Improved patient care using the A/S/G/E guidelines on quality assurance : a prospective
comparative study.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 597-599
MAKSIMAK M.
A rapid, safe small bowel biopsy technique in children.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 358-361.
MARATKA Z.
Toward a better terminology and classification of gastroduodenal erosions.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 392-394
MARATKA Z.
The clinical value of endoscopic biopsy of duodenal ulcer.
Gastrointest Endosc 1989 ; 35 : 134-135
MARATKA Z., REUTER C.G.
Standard nomenclature and CR-ROM technology for quality assurance in digestive
endoscopy.
Endoscopy 1995 ; 27 : S97-S98
MARTIN MA, REICHELDERFER M.
APIC guideline for infection prevention and control in flexible endoscopy.
Am J Infect Control 1994 ; 22 : 19-38.
MASTROPAOLO G., LUCA MG., GALEAZZI F. et al
Increased patient's anxiety levels before endoscopic procedures
Endoscopy 1994 ; 26 : 383
MC CLAVE SA., WORTH BOYCE H., GOTTFRIED MR.
Early diagnosis of columnar-lined esophagus : a new endoscopic diagnostic criterion
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 413-416
227
MC HENRY R., BARTLETT MS., LEHMAN GA. et al
The yield of routine duodenal aspiration for giardia lamblia during
esophagogastroduodenoscopy.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 425-426
MEE A.S., STRATFORD J.
A study to compare risk of hypoxia during endoscopy using Diazemuls Alone or diazemuls
and pethidine in Combination.
Endoscopy 1995 ; 27 : S9
MERIGHI A., CONTATO E., SCAGLIARINI R., MIROLO G., TAMPIERI ML., PAZZI P.,
GULLINI S.
Quality improvement in gastrointestinal endoscopy : microbiologic surveillance of
desinfection
Gastrointest Endosc 1996 ; 43 : 457-62
Methods of granting hospital privileges to perform gastrointestinal endoscopy.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 28S-29S
MICHEL H., MASBOU J., REMY A.J., HACHEMANE S.
Epidémiologie des lésions endoscopiques oeso-gastro-duodénales.
Revue Française de Gastro-Entérologie 1995 ; 31 : 911
MILOSAVLJEVIC T., PETROVIC M.
Endoscopic diagnosis of primary non-Hodgkin's lymphoma of the jejunum.
Endoscopy 1994 ; 26 : 513
MILUTINOVIC -DJURIC S., MILOVIC V., POPOVIC O.S.
Diagnosis of giardiasis : possible role of ileal biopsy smear.
Endoscopy 1993 ; 25 : 489.
MOAYYEDI P., AXON A.
Endoscopy and gastric ulcers.
Endoscopy 1995 ; 27 : 689-693
228
MONTALVO RD., LEE M.
Risks of upper gastrointestinal endoscopy after non-Q wave myocardial infarction
Endoscopy 1996 ; 28 : 329.
MSIRA S.P., DWIVEDI M., MSIRA V.
Endoscopic and histologic appearance of the gastric mucosa in patients with portal
hypertension.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 6 : 575-579
MURRAY FE., O'BOYLE A., LOMBARD A. et al
Oral sedation of gastrointestinal endoscopy : a double-blind comparison of midazolam,
diazepam, and placebo as premedications for upper endoscopy.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 445-446
NAFFAH F.
Databases for gastrointestinal endoscopy.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 488-490
NOAR M.D.
The next generation of endoscopy simulation : miimally invasive surgical skills simulation.
Endoscopy 1995 ; 27 : 81-85
NOAR M.D., HON H., GRIMM H. et al
Robotics interactive endoscopy simulation (RIES) and endoscopic retrograde
cholangiopancreatography (ERCP) and sphincterotomy : a new simulator for learning,
evaluation and certification of endoscopic technique and practice.
Gastrointest Endosc 1996 ; 36, 2 : 229
NORFLEET R.G., MITCHELL P.D., MULHOLLAND D.D., PHILO J.
Does bacteremia follow upper gastrointestinal endoscopy ?
Am. J. Gastroentérol. 1981 ; 76, 5 : 420-422
O'CONNOR K.W., JONES S.
Oxygen desaturation is common and clinically underappreciated during elective
229
endoscopic procedures.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 3 : S2-S4
ODERDA G., FORNI M., FARINA L. et al
Duodenitis in children : clinical, endoscopic, and pathological aspects.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 366-369.
ODERDA G., ANSALDI N.
Comparison of suction capsule and endoscopic biopsy of small bowel mucosa.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 265-266
OVERHOLT BJ., CHOBANIAN SJ.
Office endoscopy.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 115
PALAZZO L.
The inter-university diploma in endoscopic ultrasound of the digestive tract.
Endoscopy 1995 ; 27 : sup. 3.
PAPAZIAN A., BRAILLON A., DUPAS JL
Portal hypertensive gastric mucosa : endoscopic study.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 271-273
PEREIRA SP., HUSSAINI SH., HANSON PJ. et al
Patient expectations and sedation preferences for upper gastrointestinal endoscopy.
Endoscopy 1993 ; 25 : 323.
PEREIRA SP., HUSSAINI S.H., WILKINSON ML.
Informed consent for Upper GI endoscopy
Endoscopy 1994 ; 26 : 383
PEREIRA SP., HUSSAINI SH., HANSON PJV. et al
Most patients prefer no sedation for upper GI endoscopy.
Endoscopy 1994 ; 26 : 384
230
PERRI F., IULIANO R., VALENTE G. et al
Minute and small early gastric cancers in a Western population : a clinocopathologic study.
Gastrointest Endosc 1995 ; 41, 5 : 475-480
PETROVIC M., KOSTIC M., LUKACEVIC S.
Should Flumazenil be used in patients sedated with Midazolam for endoscopic
examinations.
Endoscopy 1995 ; 27 : S98
PICKOVER LM.
Gastric biopsies : a matter of routine ?
Gastroenterology 1995 ; 109 (2) : 664-669
PONSKY JL.
Videoendoscopes in comparison with fiberscopes : quantitative measurements of optical
resolution.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 160
PORRO GB., BARONI S., PARENTE F. et al
Midazolam versus diazepam as premedication for upper gastrointestinal endoscopy : a
randomized, double-blind, crossover study.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 252-254
POUND DC., O'CONNOR KW., BROWN ED. et al
Oral medications for upper gastrointestinal endoscopy using a small diameter endoscope.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 327-331
Preparation of patients for gastrointestinal endoscopy
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 32S-34S
PUGLIESE V.
The role of endoscopy in esophageal cancer : summary of a videoendoscopy session
Endoscopy 1993 ; 25 : 645-647
QUINE MA., COLIN-JONES DG.
231
Gastrointestinal endoscopy : to sedate or not to sedate ?
Endoscopy 1996 ; 28 : 306-307
QUINE MA., BELL GD., MC CLOY RF., CHARLTON JE., DEVLIN HB., HOPKINS A.
Prospective audit of upper gastrointestinal endoscopy in two regions of England : safety,
saffing, and sedation methods.
Gut 1995 ; 36 : 462-467
RANA S., PAL LS.
Upper gastrointestinal endoscopy : is premedication or topical anesthesia necessary ?
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 317-318
RAUFMAN JP., STRAUS EW.
Gastrointestinal endoscopy in patients with acquired immune deficiency syndrome : an
evaluation of current practices.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 76-79.
De REUCK M., DE KOSTER E.
Comparing the diagnostic accuracy of live and recorced electronic video endoscopy and
fiberopptic endoscopy.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 77
REY J.F., ROMANCZYK T.
The development of experimental models in the teaching of endoscopy : an overview.
Endoscopy 1995 ; 27 : 101-105
REY JF.
Sedation for upper gastrointestinal endoscopy : as much as possible, or without ?
Endoscopy 1996 ; 28 : 308-309
RIEMANN JF.
Ergonomics in gastrointestinal endoscopy : what do we need for the future ?
Endoscopy 1993 ; 25 : 369-370.
ROBERTS IM.
232
Are endoscopic duodenal biopsies really adequate.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 264
ROH J., GOSSE C., CONNELLY N. et al
Diazepam and midazolam in gastrointestinal endoscopy : effect on blood pressure and
recovery time.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 144.
ROLNY P., EKMAN R., SJOLUND K.
Endoscopic diagnosis and treatment of duodenal gastrinoma.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 511-513
ROSARIO M.T., COSTA N.F.
Combination of midazolam and flumazenil in upper gastrointestinal endoscopy, a doubleblind randomized study.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 30-33
ROSCH Th.
Current trends in gastroenterologic endoscopy.
Endoscopy 1993 ; 25 : 318-321
ROSH T.
News from gastroenterologic endoscopy - A selection of endoscopy abstracts from the 3rd
UEGW
Endoscopy 1994 ; 26 : 377-381
ROSS WA.
Premedication for upper gastrointestinal endoscopy.
Gastrointest Endosc 1989 ; 35 : 120-126
RUGGE M., FARITANI F., BAFFA R. et al
Place de la dysplasie épithéliale gastrique dans l'histoire naturelle du cancer gastrique.
Act. Méd. Int. Gastroentérologie (9) 1995 ; 3
SAEED ZA., COLE RA., RAMIREZ FC. et al
233
Endoscopic retreatment after successful initial hemostasis prevents ulcer rebleeding : a
prospective randomized trial.
Endoscopy 1996 ; 28 : 288-294
SALOMONS H.A., KRAMER P., NIKULASSON S.
Endoscopic features of long-standing primary intestinal lymphangiectasia
Gastrointest Endosc 1995 ; 41, 5 : 516-518
SAMII K.
L'anesthésie en dehors du bloc opératoire
Publié par ROCHE 1992.
SARRE RG., FROST AG., JAGLEMAN DG. et al
Gastric and duodenal polyps in familial adenomatous and polyposis : a prospective study
of the nature and prevalence of upper gastrointestinal polyps.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 405.
SAVATA RM.
A comparison of direct and indirect video endoscopy.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 69-72.
SAWADA T., MUTO T.
Familial adenomatous polyposis : should patients undergo surveillance of the upper
gastrointestinal tract.
Endoscopy 1995 ; 27 : 6-11
SAWYER R., PHILIPS C., VAKIL N.
Short - and long-term outcome of esophageal perforation
Gastrointest Endosc 1995 ; 41 : 130-134
SCHAPIRO M., AUSLANDER MO., SCHAPIRO MB.
The electronic video endoscope : clinical experience with 1200 diagnostic and therapeutic
cases in the community hospital.
Gastrointest Endosc 1987 ; 33 : 63-68.
234
SCHAPIRO M., MESCHKAT M.K., GIMPES G.S.
Sneaker net.
Gastrointest Endosc 1996 ; 36, 2 : 228
SCHULL H.J., GREENE B.M., ALLEN S.D., DUNN G.D., SCHENKER S.
Bacteremia with upper gastrointestinal endoscopy.
Am. Intern. Med. 1975 ; 83, 2 : 212-214
SCOTT BB.
Gastroenterology in the trent region in 1992 and a review of changes since 1975.
Gut 1995 ; 36 : 468-472
SCOTT-COOMBES DM., THOMPSON JN.
Hypoxia during upper gastrointestinal endoscopy is caused by sedation.
Endoscopy 1993 ; 25 : 308-309.
SERVIN F.
Sédation pour actes diagnostiques et thérapeutiques en gastro-entérologie.
Cahiers d'anesthésiologie 1995 ; 43 (2) : 113-117.
SHIMADA T., TERANO A., OTA S., TAKIKAWA H., SUMINO S.
Risk of iatrogenic transmission of Helicobacter Pylori by gastroscopes.
Lancet 1996 ; 347 : 1342-1343
SHIMIZU S., TADA M., KAWAI K.
Early gastric cancer : its surveillance and natural course.
Endoscopy 1995 ; 27 : 27-31
SIMSEK H., TELATAR H., KARACADAG S.
Upper gastrointestinal endoscopy in Turkey : a review of 5,000 cases.
Gastrointest Endosc 1998 ; 34 : 68
SIVAK MV.
Procedural aspects of gastroenterology
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 397-399
235
SMITH MR., BELL G.D.
Routine oxygen during endoscopy ? an editorial review.
Endoscopy 1993 ; 25 : 298-300
SMITH V.
Paradoxical reactions to diazepam
Gastrointest Endosc 1995 ; 41 : 182-183
SODA K., SHIMANUKE K., YOSHIDA Y., SEO N., YAMANAKA T., SAKURABAYASHI I.,
MIYATA M.
Serum lidocaine and MEGX concentrations after pharyngeal anesthesia for gastroscopy.
Gastroinstes. Endosc. 1994 ; 42 (3) : 282-283
SODA K., SHIMANUKI K., YOSHIDA Y. et al
Serum lidocaine and MEGX concentrations after pharyngeal anesthesia for gastroscopy.
Endoscopy 1994 ; 26 : 347-351
SPACH DH., SILVERSTEIN FE., STAMM WE.
Transmission of infection by gastrointestinal endoscopy and broncoscopy.
Ann Int Med 1993 ; 118 : 117-28
SQUIRES RH., MORRISS F., SCHLUTERMAN S. et al
Efficacy, safety, and cost of intravenous sedation versus general anesthesia in children
undergoing endoscopic procedures.
Gastrointest Endosc 1995 ; 41 : 99-104
STOLTE M., STICHT T., EIDT S. et al
Frequency, location, and age and sex distribution of various types of gastric polyp.
Endoscopy 1994 ; 26 : 659-665
STOLTE M.
Clinical consequences of the endoscopic diagnosis of gastric polyps.
Endoscopy 1995 ; 27 : 32-37
236
STRAUGHN JC., BARKER FB.
Avoiding glutaraldehyde irritation of the mucous membranes.
Gastroinstest Endosc 1987 ; 33 : 396-397.
STROEHLEIN J.R., BARROSO A., GLOMBICKI A. et al.
Documentation of fluoroscopic and endoscopic images using a color video printer
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 392-394
SZUL M.
Dyspepsia : costs of endoscopy.
Can. Med. Assoc. J. 1995 ; 153 (9) : 126-127.
TAN CC., FREEMAN JG.
Throat spray for upper gastrointestinal endoscopy is quite acceptable to patients.
Endoscopy 1996 ; 28 : 277-282
THABEK F., SALEM SAM., ABDALLAH M., et al.
Endoscopic diagnosis of gastric varices.
Endoscopy 1994 ; 26 : 287-291
The role of endoscopy in the surveillance of premalignant conditions of the upper
gastrointestinal tract.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : supl. 185-195
The role of endoscopy in the management of the patient with peptic ulcer disease.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : supl. 21S-22S
The role of endoscopy in the patient with lower gastrointestinal bleeding
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : supl. 23S-25S
THON H.J., LERCH M.M., MATERN S.
Inverted upper gastrointestinal endoscope in the esophagus : technique of endoscopic
straightening with an auxiliary instrument.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 6 : 619-621
237
TOLIA V., KAUFFMAN R.E., BRENNAN S.
Pharmacokinetic and parmacodynamic stidy of Midazolam in children during
esophagogastroduodenoscopy.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 185
TOTH E., SJOLUND K., FORK FT. et al
Chronic atrophic fundic gastritis diagnosed by a modified congo red test.
Endoscopy 1995 ; 27 : 654-658.
TOURRAND P.
Anesthésie et endoscopie. Textes légaux et recommandations.
Paru dans ?
TSUJI S., KAWANO S., SATO N. et al
Comparison of infrared electronic endoscopy using reflection and transmission.
Endoscopy 1993 ; 25 : 278-281
TSUJI S., KAWANO S., HAYASHI N. et al
Simultaneous analysis of mucosal and submucosal hemodynamics using infrared
electronic endoscopy : effects of intraluminal acid on ulcer scars.
Endoscopy 1995 ; 27 : 679-682
TSUJI S., SATO N., KAWANO S. et al
Functional imaging for the analysis of the mucosal blood hemoglobin distribution using
electronic endoscopy.
Gastrointest endosc 1998 ; 34 : 332-336
TYTGAT GNJ.
Ulcers and gastritis
Endoscopy 1996 ; 28 : 38-43
TYTGAT G.N.J.
Does endoscopic surveillance in esophageal columnar metaplasia (Barrett's esophagus)
have any real value.
Endoscopy 1995 ; 27 : 19-26
238
TYTGAT GNJ., IGNACIO JG.
Technicalities of endoscopic biopsy
Endoscopy 1995 : 27 : 683-688
TYTGAT G.N.J.
Does endoscopic surveillance in esophageal columnar metaplasia (Barrett's Esophagus)
Have any real value ?
Endoscopy 1995 ; 27 : 19-26
VAIRA D., MIGLIOLI M., MENEGATTI M. et al
Endoscopic findings in 288 asymptomatic blood donors according to high levels of IgG to
Helicobacter pylori.
Endoscopy 1993 ; 25 : 332.
VAKIL N.
Measurement of lesions by endoscopy : an overview
Endoscopy 1995 ; 27 : 694-697
VAKIL N., BOURGEOIS K.
A prospective, controlled trial of eight-bit, 16-bit, and 24-bit digital color images in
electronic endoscopy.
Endoscopy 1995 ; 27 : 589-592
VALLERA R., BAILLIE J.
Complications of endoscopy.
Endoscopy 1996 ; 28 : 187-204
VAN BLANKENSTEIN M., DEES J., SIERSEMA P. et al
Video-endoscopy, toy or teaching machine ?
Endoscopy 1995 ; 27 : S72-S73
VANDERMEEREN A., BOURGEOIS N., BUSET M., DELHAYE M., DEVIERE J.,
DESMAREZ B., GAY F., VAN GOSSUM A., CREMER M.
Treatment of peptic ulcer severe bleeding.
239
Acta Gastroenterol. Belg. 1992 ; 55 : 271-284
de VAUSSUZENET V., BERKELMANS I., PETIT A., FREMOND L., DUHAMEL C.,
TRANVOUEZ JL.
Intérêt de la surveillance par oxymètre de pouls, lors de la gastroscopie chez le sujet à
risque, non anesthésié ou prémédiqué.
GCB 1994 ; 18 : 383-392
VEITCH AM., FAIRCLOUGH PD.
An improved method of handling endoscopic biopsy specimens.
Gastrointest Endos 1995 ; 41 : 183
VEZIREV KA., STOYANOV KG., PAVLOV EN.
Computer system for remote control visualization and communication between endoscopic
consulting-rooms and operating theatre.
Endoscopy 1993 ; 25 : 354-355
VINJE B., GUDMUNDSEN TE., HALVORSEN FA., PEDERSEN HK., OSTENSEN H.
Changes in diagnostic imaging routines of the stomach and the large bowel during the
period between 1975 and 1992.
Clinical. Imaging. 1995 ; 19 : 57-59
WADAS DD., SANOWSKI RA.
Complications of the hot biopsy forceps technique.
Gastrointest Endosc 1988 ; 34 : 32-37
WAKABAYASHI T., NAKAZAWA S., YOSHINO J. et al
A new method of real-time endoscopic measurement with an electric catheter.
Endoscopy 1994 ; 26 : 466-469
WANG H.H, LIN J.T., CHIU C.C. et al
Endoscopic features of mucosa-associated lymphoid tissue lymphoma of the duodenum.
Gastrointest Endosc 1995 ; 41 : 258-261
WATANABE S., MATSUDA K., ARIMA K. et al
240
Detection of subclinical disorders of the hypopharynx and larynx by gastrointestinal
endoscopy.
Endoscopy 1996 ; 28 : 295-298.
WAYE JD., RICH M.
Planing an endoscopy suite for office and hospital.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 114
WELLS S.T., BAILLY J.
The design and production of videotapes for endoscopic teaching.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 83-85
WILCOX C.M., FORSMARK C.E., CELLO J.P.
Utility of droperidol of conscious sedation in gastrointestinal endoscopic procedures.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 2 : 112-115
WILSON IR., OXNER RBG., FRAMPTON CM. et al
Comparison of endoscopic forceps biopsies and capsule biopsies in determining
disaccharidase activity in the duodenum.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 527-530
WITT H., WATANABE M., SLEZAK P., RUBIO C.
The significance of mucosal staining for the endoscopic diagnosis of chronic esophagitis
as assessed in biopsy findings.
Hepato. Gastroenterol. 1994 ; 41 : 564-567
YAMAGUCHI K., ENJOJI M., KITAMURA K.
Endoscopic biopsy has limited accuracy in diagnosis of ampullary tumors.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36, 6 : 588-592
YANG R., VUITCH F., WRIGHT K. et al.
Adequecy of disposable biopsy forceps for gastrointestinal endoscopy : a direct
comparison with reusable forceps.
Gastrointest Endosc 1990 ; 36 : 379-381
241
ZARGAR SA., KOCHHAR R., MEHTA S. et al
The role of fiberoptic endoscopy in the management of corrosive ingestion and modified
endoscopic classification of burns.
Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 165-169
ZUCCARO G.
Informed consent for gastroenterologic procedures.
Gastrointest Endosc 1995 ; 41, 5 : 522-524
Téléchargement