TEST PCR de 20 à plus de 70 % de faux-négatifs dans le dépistage de la Covid-19

publicité
TEST PCR : de 20 à plus de 70 % de
faux-négatifs dans le dépistage de la
Covid-19
La lutte contre la Covid-19 passe par la détection des personnes contaminés, grâce à la
combinaison des tests PCR, d’une part, pour repérer les individus porteurs du virus,
potentiellement « contaminateurs » et futurs malades et, d’autre part, les tests
sérologiques, pour identifier ceux qui ont déjà contracté récemment l’infection, même
sans avoir eu de symptômes.
Ces examens permettraient théoriquement de séparer la population en trois catégories :
1/ les non-infectés susceptibles d’être atteints ; 2/ les infectés, positifs au virus,
disséminateurs potentiels de la pathologie et donc à isoler ; 3/ ceux qui « guéris »
disposent d’anticorps contre le virus.
La réalité est plus complexe, le virus sachant se « cacher » pendant sa période
d’infectiosité. Il parait nécessaire de rappeler la portée de ces tests, leurs éventuelles
limites et les moyens mis en œuvre par les autorités sanitaires pour contrecarrer
justement ces limites.
Le test virologique (RT-PCR) : sa négativité ne garantit pas qu’une
personne ne soit pas infectée
Malgré sa très haute spécificité, c’est-à-dire sa capacité à ne détecter que les porteurs de
ce type de virus, proche de 100 %, et sa bonne sensibilité à réagir à la présence du virus,
sa
fiabilité
dépend
de
nombreux
facteurs,
y
compris
humain.
Le prélèvement exige en effet d’aller recueillir des cellules au fond des muqueuses de
Beaucoup de faux négatifs dans le dépistage du coronavirus - Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) - ‫ﻟﺠﻤﻌﯿﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ‬
‫ﻷﻣﺮاض اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ اﻟﺬاﺗﯿﺔ واﻟﺠﮫﺎزﻳﺔ‬
2
l’arbre respiratoire en enfonçant un écouvillon dans le nez jusqu’à l’arrière de la tête. Il
nécessite du personnel expérimenté, faute de quoi, le test risque d’être
infructueux. Pour compliquer la situation, le virus est parfois indétectable dans les
voies respiratoires supérieures mais présent dans les poumons !
A cause de ces deux « écueils » notamment, on estime que la fiabilité du test se situe en
fait entre 60 et 80 %.
Une étude, réalisée par des biologistes de la Johns Hopkins Medicine University, a bien
confirmé ces difficultés en établissant que les sujets infectés présenteraient pourtant un
test négatif à :

pratiquement 100 % le jour de la contamination ;

67 % au 4ème jour suivant la contamination ;

38%, le jour de l’apparition des symptômes ;

20 % en moyenne 3 jours après la survenue des symptômes ;

66 % au 21ème jour après la contamination ;
Les Tests sérologiques : un outil précieux en appui du PCR
Pour remédier à ce problème des faux-négatifs, on peut faire un tests sérologique en cas
d’un test PCR négatif, pour confirmer une infectiosité dès lors qu’un patient présente des
symptômes.
Ces tests s’effectuent sur un prélèvement de sang et détectent les anticorps élaborés par
notre organisme pour combattre le virus, appelés également Immunoglobulines (Ig en
abréviation) sous forme de 2 types, les IgM et les Ig G. Les IgM sont détectables à partir
du 7ème jour après l’intrusion du virus dans l’organisme chez les patients les plus sévères
et au cours de la 2ème semaine pour les autres ; ils disparaissant environ 3 semaines
après l’infection. Quand aux IgG, ils ne sont détectés qu’à partir du 14ème jour après la
contamination et diminuent par la suite progressivement pour disparaitre en moyenne en
40 jours. Ainsi, les tests sérologiques identifient ceux qui ont contracté récemment
l’infection, et ce même sans avoir eu de symptômes.
Le test PCR : quand même décisif !
Le test décisif reste plus que jamais le PCR dans la mesure ou il permet de repérer si oui
ou non une personne est porteuse du virus à un moment donné. Ce qui implique que
cette opération soit renouvelée malheureusement assez fréquemment, en particulier
dans les entreprises, pour « traquer » ces cas trompeurs de faux-négatifs. La mise au
point et/ou l’arrivée de nouveaux tests toujours plus performants réduira quelque peu
cette part d’incertitude qu’on connaît, comme les tests salivaires moins invasifs, les tests
sérologiques rapides (déterminant en quelques minutes si quelqu’un a été en contact
avec le virus) En attendant, on comprend mieux pourquoi les autorités sanitaires sont
obligées de procéder, à juste raison, à des reconfinements locaux, là où nait un foyer
d’envergure susceptible de dissémination épidémique du fait d’une proportion de
Beaucoup de faux négatifs dans le dépistage du coronavirus - Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) - ‫ﻟﺠﻤﻌﯿﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ‬
‫ﻷﻣﺮاض اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ اﻟﺬاﺗﯿﺔ واﻟﺠﮫﺎزﻳﺔ‬
3
personnes non détectées. Et pourquoi il est primordial de continuer à respecter les
mesures préventives (port obligatoire de masque, respect de la distanciation…) ainsi que
ne le cesse de le répéter le ministre de la Santé, le Pr Khalid Ait Taleb.
Casablanca, le 19 juillet 2020
POUR EN SAVOIR PLUS
http://albayane.press.ma/quelle
quelle-place-accordee-aux-tests-employes-face
face-au-covid19.html
Dr MOUSSAYER KHADIJA ‫اﻟﺪﻛﺘﻮرة ﺧﺪﯾﺠﺔ ﻣﻮﺳﯿﺎر‬
‫ اﺧﺘﺼﺎﺻﯿﺔ ﻓﻲ اﻟﻄﺐ اﻟﺒﺎطﻨﻲ و أﻣﺮاض اﻟﺸﯿﺨﻮﺧﺔ‬Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie
Présidente de l’Alliance Maladies Rares Maroc (AMRM) ‫رﺋﯿﺴﺔ اﺋﺘﻼف اﻷﻣﺮاض اﻟﻨﺎدرة اﻟﻤﻐﺮب‬
Présidente de l’association marocaine des maladies
maladi auto-immunes
immunes et systémiques (AMMAIS)
‫رﺋﯿﺴﺔ اﻟﺠﻤﻌﯿﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ ﻷﻣﺮاض اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ اﻟﺬاﺗﯿﺔ و واﻟﺠﮭﺎزﯾﺔ‬
Vice-présidente
présidente du Groupe de l’Auto-Immunité
l’Auto
Marocain (GEAIM)
Vice-présidente
présidente de l’association marocaine des intolérants et allergiques au gluten (AMIAG)
Vice-présidente
présidente de l’association marocaine des malades d’angioedème (AMMAO)
Conseillère scientifique du Journal de Biologie Médicale (JBM)
Beaucoup de faux négatifs dans le dépistage du coronavirus - Association marocaine des maladies auto
auto-immunes et
systémiques (AMMAIS) - ‫ﻟﺠﻤﻌﯿﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ ﻷﻣﺮاض اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ اﻟﺬاﺗﯿﺔ واﻟﺠﮭﺎزﯾﺔ‬
Téléchargement
Explore flashcards
Study collections