Telechargé par Gaia Kaboukos

La grammaire du texte

publicité
Les relations Logico-Temporelle
1. Grammaire du texte et connecteurs logico – temporels
o
o
Comprendre comment les différentes phrases s’organisent entre elles pour former un tout
cohérent.
Lorsqu’on écrit un texte, outre les relations temporelles qui sont très importantes pour la
compréhension, il existe deux manières de renforcer cette cohérence :
o Utiliser certains termes reprenant un élément qui se trouve plus haut dans le texte :
Anaphores
o L’emploi des connecteurs qui assurent un lien logique entre les différentes idées et
structurent donc le texte.
1.1 L’emploi des anaphores
o
Reprendre un élément de la phrase précédente pour faire « avancer » le texte.
Ex : Il était une fois un roi très puissant qui avait une fille belle comme le jour. Elle s’appelait
Rosette et avait tout juste seize ans. Un jour, le roi décida que la jeune fille devait se marier.
Celle-ci le supplia : elle n’avait pas envie de le quitter mais il avait l’habitude d’être obéi et il
ne céda pas. Aussi envoya-t-il des serviteurs dans tous les pays voisins. Ils emportaient avec
eux le portrait de la princesse.
o
C’est anaphores sont essentiellement :
o Des pronoms, personnels sujets ou compléments (il, elle, se, le) démonstratifs (celuici)
o Des noms précédés d’un article défini ( le, la, les) ou d’un adjectif démonstratif
(ce,cet,cette,ces) ou possessif (son, sa ses, leur, leurs)
 On peut reprendre le même nom ou utiliser un autre mot
 On peut reprendre par un mot tout un passage
o Le verbe ‘faire’ peut remplacer un verbe ou un groupe verbal exprimé
précédemment et qu’on ne vet pas répéter. (souvent dans l’expression de comparaison)
Ex : Il travaille dans la terre comme le faisaient son père et son grand-père
1.2 L’emploi des connecteurs
o
o
o
Pouvoir se repérer dans l’enchainement du texte et dans les différentes étapes du
raisonnement.
Les connecteurs servent à exprimer les relations temporelle ou logiques entre les
différentes parties d’un texte.
Il peut s’agir d’adverbes (d’un côté, de l’autre, d’une part, d’autre part, d’abord, ensuite,
de plus, enfin, ..) ou de conjonctions (mais, or, donc)
Les connecteurs temporels
o




L’énumération ou la chronologie
D’abord – en premier lieu- d’une part – premièrement – primo
Ensuite – en second lieu – d’autre part – deuxièmement – secundo
De plus – puis – et puis – en outre – par ailleurs – troisièmement – tertio
Enfin – finalement – en dernier lieu
Les connecteurs logiques (ou argumentatif)
o Présenter l’argument de l’adversaire (avant de le rejeter)
 Certes, il est vrai que, on dit parfois que, on m’objectera que …
o Pour exprimer la concession, l’opposition ou la restriction
 Mais, pourtant, cependant, néanmoins, toutefois, quand même, tout de même, malgré
tout, du moins, au moins …
o Pour ajouter un nouvel argument
 Or, d’ailleurs, non seulement… mais encore, en plus, de plus, en outre
o Pour précicer sa pensée
 Autrement dit, en d’autres termes, en d’autres mots, c’est-à dire, si je puis dire,
comment dirais-je ?
o Pour donner un exemple :
 Par exemple, citons l’exemple de, je prendrai un exemple, un simple exemple suffira
o Pour introduire la conclusion
Ainsi, aussi, donc, bref, en tout cas, en conclusion, en somme, finalement, en définitive,
en un mot, en résumé
2. L’expression du temps
 Se situer dans le temps par rapport à un contexte
 Celui qui parle peut évoquer des faits qui se déroulent :
 Au moment de la parole : simultanéité
 Avant l’acte de parole : l’antériorité
 Après l’acte de parole : postériorité
2.1 La proposition subordonnée : Valeurs et emplois des conjonctions de temps.
o
Toutes les propositions subordonnées se distinguent par la présence d’une conjonction
de subordination. -> mot de liaison qui met en valeur l’idée exprimée. Ici l’idée de
temps. (mais ou est donc or ni car)
1. Rapport de simultanéité
o
o
Les actions se situent dans le même moment du temps
Elles peuvent avoir des valeurs différentes (valeur = la duré dans le temps)
o Ex : on peut associer une action en cours d’accomplissement et une action
accomplie, ponctuelle, ou le contraire.
 Je me promenais (j’étais en train de me promener) lorsque la pluie s’est mise
à tombée (action ponctuelle
 Elle quitta la maison (action ponctuelle, achevée) tandis que huit heures
sonnaient (action en train de se faire)
o On peut associer deux actions en cours d’accomplissement ou deux actions
accomplies, ponctuelles.
 À mesure que les années passaient, il voyait le monde changer autour de lui
(les années étaient en train de passer, et en même temps il voyait le monde
changer) L’action se déroule en même temps
o
o
Quand : régistre familier
Lorsque : régistre plus soutenu
-La proposition subordonnée de temps est mobile dans la phrase
Je suis attentive, surtout maintenant, quand je sors de chez moi
je salue toujours les voisins, quand je sors de chez moi
- Quand elle est placée en tête : séparée de la proposition principale par une virgule
Pour mettre le point :
Quand/lorsque
- présent ou imparfait  une répétition, une habitude
- passé composé ou passé simple  une action ponctuelle, limitée dans le temps
- futur  une action à venir
C’est 2 conjonctions montrent rarement l’action dans son accomplissement.
Exception : avec être et avoir, elles peuvent être suivies de l’imparfait avec valeur d’état, de
continuité.
-Quand elle était enfant, elle voulait être danseuse étoile.
-Lorsqu’elle avait 20 ans, elle avait une énergie sans pareille.
o
Dès que, aussitôt que (zodra, vanaf het moment dat )
 Immédiateté
 Dès qu’il voit un rayon de soleil, il se sent heureux.
 Aussitôt que le réveil sonnait, il sautait hors de son lit, prêt à commencer sa
journée.
o Chaque fois que, toutes les fois que
 La répétition, l’habitude ou l’action reprise une ou plusieurs fois.
 Chaque fois qu’elle s’adresse à des inconnus, elle rougit jusqu’aux yeux.
Pour aller plus loin :
Conjonction très proche de chaque fois que, toutes les fois que :

o
Si + deux présents
o S’il regarde la télé, il s’endort
 Si + deux imparfaits
o Si elle se sentait fatiguée, elle prenait un bain chaud.
 Exprime l’habitude
À mesure que, au fur et à mesure que
 2 actions progressent en même temps
o
Pendant que, tandis que, alors que
 L’action en train de se dérouler, de l’action en cours d’accomplissement dans le présent,
dans le passé ou dans le futur.
 Il écoute toujours de la musique pendant qu’il travaille.
 Alors que/tandis que : peuvent marquer aussi l’opposition/ comparaison
o Au moment où
 L’action ponctuelle
o Tant que, aussi longtemps que
 Deux actions se déroulent exactement dans le même moment du temps et ont la
même durée
 Le temps dans les 2 prop. est le même
 Tant qu’il travaille, mon ami se sent heureux
 J’ai écouté vos arguments aussi longtemps qu’ils m’ont semblé raisonnables.
o Depuis que
 2 actions ont commencé en même temps dans le passé et se poursuivent ensemble
dans une continuité.
Contexte de présent
Contexte de passé
o
Comme
 Valeur temporelle = particulière.
 Toujours suivie de l’imparfait (parfois du P-Q-P)
 Introduit une proposition subordonnée qui se présente comme le décor d’une action
 Je suis rentrée (ou je rentrai) chez moi comme six heures sonnaient (ou
avaient déjà sonné) = il sonnait six heures
 Peut marquer aussi la cause ou la comparaison
 Comme il faisait très froid, la vieille dame a préféré rester chez elle.
 Elle est jolie comme sa mère.
2. Rapport d’antériorité.
o
o
o
o
Indicatif
 Une fois que le médecin a interrogé son patient, il l’ausculte
Une action (a interrogé) se passe avant l’autre (ausculte) = rapport d’antériorité
Quand il y a antériorité de la proposition subordonnée, le verbe est à une forme composée.
Seules les formes composées sont aptes à marquer l’antériorité.
Dans la proposition subordonnée de temps, l’auxiliaire prend toujours le temps du verbe de
la proposition principale
Une fois que
 Une fois que le médecin aura interrogé (futur intérieur) son patient, il l’auscultera
(futur simple)
 Une fois que le médecin avait interrogé son patient (PQP), il l’auscultait (Imparfait).
Passé composé – présent
Futur anterieur – futur simple
Plus-que-parfait – imparfait
o
o
o
Après que
À peine que (3e degré)
Ne pas (plut tôt) .. que (3e degré)
o
! Quand, lorsque, dès que, aussitôt que peuvent également exprimer l’antériorité
o
o
o
o
o
3. Rapport de postériorité
o
o
Toujours suivies du mode subjonctif
L’action de la proposition subordonnée
Avant que
Je lis quelques pages avant de ….. + INFINITIF (avant de m’endormir)
En attendant que
Jusqu’à ce que
 Très fréquent
D’ici à ce que
 registre soutenu
Le temps que
 assez fréquent mais soutenu
Le temps que je prenne mon manteau pour le rejoindre, mon ami, qui était pressé, était déjà parti.
2.2 Autres manières d’exprimer l’idée de temps
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Exprimer l’idée de temps sans utiliser une subordonnée
Préposition + infinitif
o Deux conditions sont nécessaires :
 Le même sujet pour le verbe principal et l’infinitif.
 Une préposition qui exprime l’idée du temps
o Préposition de la simultanéité : « au moment de »
o Préposition de l’antériorité : « après »
 Tu reprendras ton travail, après t’être reposé.
 Après avoir écouté les informations, il éteignait la radio
o Préposition de la postériorité : « avant de, en attendant de, le temps de «
Le gérondif : exprime la simultanéité (même sujet que la principale)
J’ai croisé mon amie en courant vers un rendez-vous mystérieux. (Courant = moi)
Le participe présent (une action ou un état, peut avoir le même sujet ou peu renvoyer au nom ou
au pronom complément)
 Quand il pensa que le moment était venu, il me raconta ce qu’il savait
 Pensant le moment venu, il me raconta ce qu’il savait.

J’ai croisé mon amie courant vers un rendez-vous mystérieux
Le participe passé ou l’adjectif
le participe passé a une valeur d’adjectif
 Lorsqu’il était lycéen, il rêvait de changer le monde.
-> Lycéen, il rêvait de changer le monde
 Une fois qu’il s’est installé à son bureau, le directeur commence à signer son courrier.
-> Le directeur, une fois installé à son bureau, commence à signer
Le participe absolu ou la proposition participe
registre soutenu
 Les copies corrigées, le professeur pourra se coucher (= quand les copies de ses élèves
auront été corrigées, le professeur…)
Préposition + nom
o Prépositions qui marquent la simultanéité.
à, au moment de, dès, lors de, au cours de, pendant, durant, de, par, depuis, au fur et à
mesure de.
 Quand il a vu le médecin l’enfant s’est mis à hurler.
-> à la vue du médecin, l’enfant s’est mis à hurler.
 Pendant que la cérémonie se déroulait, quelques pickpockets ont volé des portefeuilles,
des bijoux.
-> pendant la cérémonie, quelques pickpockets ont volé des portefeuilles, des bijoux.
Prépositions qui marquent l’antériorité : après, dès
8. Prépositions qui marquent la postériorité : avant, en attendant, jusqu’à, d’ici (à)
 Après avoir mal dormi, je me suis tout de même levé(e).
-> Après une nuit blanche, je me suis tout de même levé(e).
Lexique tu temps
o Il était une fois
o Alors (à ce moment lá)
o Encore
o Autrefois
o Il y a bien longtemps
o Plus tard
o De nombreuse années
o J’ai eu le temps
o A datés
o Remontaient
o Désormais
o D’ores et déjà ( dès maintenant)
o Dorénavant
o Rarement
o Parfois
o Souvent
o Sans cesse
o Constamment
o Jadis (autrefois)
o De temps en temps
o Dans un avenir très lointain
o Dater
o Toujours
3. Expression de la cause
o
Signification ? Donner la raison, l’explication d’un événement, d’un fait, d’une attitude, d’un
comportement.
3.1 La proposition subordonnée : valeurs et emplois des conjonctions de cause
o
o
Introduite par une conjonction de subordination
o Je ne sors pas parce qu’il fait très froid.
Toute la phrase causale implique une conséquence et vice versa
o Il fait très froid, je ne sors pas.
o Je ne sors pas parce qu’il fait très froid (cause)
o Il fait si froid que je ne sors pas (conséquence)
Conjonction + indicatif
« Parce que « : explication, introduit une cause qui n’est pas connue de celui à qui on parle.
« Puisque » : Introduit une cause qui est connue, ou qui est supposée connue de celui à qui on parle.
Ap
Téléchargement
Explore flashcards