Telechargé par Jouda Biva

2 2 bartolomei digestif

publicité
ANATOMIE ET
PHYSIOLOGIE DE
LAPPAREIL DIGESTIF
Dr Véronique VITTON
Hôpital NORD
IFSI Septembre 2011
Système nerveux
SN de la vie de relation
ou
SN somatique
Motricité
Muscles striés
volontaires
Sensibilité
somatique
consciente
SN végétatif
ou
SN
autonome
P Motricité
Muscles lisses
involontaires
Sensibilité
viscérale
inconsciente
(gêne, douleur)
Intrinsèque / Extrinsèque
OESOPHAGE
OESOPHAGE
ANATOMIE (1)
• Conduit musculo-membraneux étendu du pharynx
jusquà lestomac (cardia)
• 3 portions: cervicale, thoracique, abdominale
• 2 zones de haute pression: sphincter oesophagien
supérieur et sphincter oesophagien inférieur
• 25 cm de long, 2-3 cm de diamètre
OESOPHAGE
ANATOMIE (2)
• 4 tuniques:
- muqueuse
- sous-muqueuse (plexus de Meissner)
- musculeuse
1/3 sup: strié, 2/3 inf: lisse
Circulaire profonde, superficielle longitudinale
Circulaire->contraction péristaltique séquentielle propulsant le
bol alimentaire
Entre les 2: plexus dAuerbach
- adventice
OESOPHAGE
ANATOMIE (3)
• Vascularisation
- Artères: Thyroïdienne inf., bronchique, phrénique inf., gastrique
gauche
- Veines: veines adjacentes cou et thorax. Anastomose veines
oesophagiennes et gastriques = communication système porte et
cave
- Lymphatiques
OESOPHAGE
ANATOMIE (4)
• Innervation extrinsèque:
Innervation parasympathique = nerf vague +++
Innervation sympathique
• Innervation intrinsèque:
plexus nerveux autonome
OESOPHAGE
PHYSIOLOGIE (1)
• Rôle = achemine les aliments vers lestomac grâce à:
- contraction séquentielle péristaltique
- relâchement synchronisé des sphincters oesophagiens
sup. et inf. (SOS et SOI)
OESOPHAGE
PHYSIOLOGIE(2)
• Au repos:
Oesophage vide sans contraction
Fermé à ses deux extrémités par SOS et SOI (protège
VADS et reflux gastrique)
• Lors de la déglutition:
- Relaxation SOS
- Onde péristaltique de haut en bas (3-4cm/sec)
= péristaltisme primaire
- Relaxation SOI avant dêtre atteint par londe
(Relaxation suivie dune contraction)
OESOPHAGE
ŒSOPHAGE: POINTS FORTS
- Conduit musculo-membraneux étendu du pharynx à
lestomac
- 3 portions: cervicale, thoracique, abdominale
- Rôle = acheminer les aliments vers lestomac
- Contraction séquentielle péristaltique du corps
(coordination des deux couches musculaires sous
contrôle nerveux)
- Relâchement synchronisé des sphincters
oesophagiens sup. et inf. (SOS et SOI)
ESTOMAC
ESTOMAC
ANATOMIE (1)
• Réservoir musculeux interposé entre lœsophage et
lintestin grêle
• 20-25 cm de long, 10-12 cm de largeur, 8-9 cm
épaisseur
• Principales régions:
-cardia
-fundus (grosse tubérosité)
-corps
-antre
-pylore
ESTOMAC
ANATOMIE (2)
4 tuniques:
- Muqueuse
- Sous-muqueuse
- Musculeuse avec TROIS COUCHES:
- superficielle longitudinale
- moyenne circulaire (->pylore)
- profonde oblique
- Séreuse
ESTOMAC
ANATOMIE (3)
Vascularisation:
Artères: art. gastrique gauche et droite (petite courbure), art. gastroépiploïques droite et gauche (grande courbure), art. splénique
Veines: se drainent dans syst. Porte. Anastomoses porto-caves entre
gastrique gauches et oesophagiennes
Lymphatiques
ESTOMAC
ANATOMIE (4)
Innervation:
Parasympathique: nerfs vagues
-> contraction gastrique, relâchement pylore, stim.
sécrétion
Sympathique:
->inhibition motricité, contraction pylore, diminution
sécrétion
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (1)
Estomac-> 3 fonctions principales:
- motrice
- sécrétoire
- endocrinienne
Fonction motrice=
- mise en réserve temporaire des aliments
- mélange des substances ingérées avec le suc gastrique
- régulation de la vidange gastrique
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (2)
• Lestomac comprend 2 unités fonctionnelles:
- Fundus et corps = réservoir
- Antre = broyage et mélange des aliments
• Pylore:
- dispositif anti-reflux (protection/effet détergent des sels
biliaires et enz. pancréatiques)
- régulation de la vidange gastrique
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (3)
Estomac -> plusieurs zones fonctionnelles
Estomac proximal
(fundus)
Réservoir
Pylore
anti-reflux
régulation
vidange
gastrique
Estomac distal
(antre)
Mélange, Broyage,
Evacuation
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (4)
Estomac distal
Période inter-digestive
R.E.B naissant du Pace-maker gastrique (jonction fundus-antre, 3 cycles/
min) Cellules interstitielles de Cajal
Organisation cyclique Complexes Moteurs Migrants
- phase I: repos moteur (30 min)
- phase II: activité régulière non propagée (30 min)
- phase III: contractions régulières de lestomac jusquà lintestin grêle
(évacuation grosses particules indigestibles) (5 min)
- phase IV: courte phase dactivité irrégulière
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (5)
Pacemaker gastrique
Ondes lentes
Propagation circonférentielle
du fundus vers l
antre
Amplitude et vitesse
croissantes
Greffe de potentiels daction à
lorigine de la contraction
3 cycles/min
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (6)
Vidange gastrique
-
-
-
-
Liquides: évacuation en 1h
Solides digestibles: 2h
Solides non digestibles (cellulose) et lipides >2h
Grosses particules non digestibles > 3h en période
interdigestive
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (7): VIDANGE GASTRIQUE
Facteurs affectant vidange
- Volume du repas(-)
- Pression osmotique(-)
- Lipides et protéines(-)
- Acidité(-)
- Stress, émotion(-)
- Certaines hormones (sécrétine, CCK, peptide YY, motiline)
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (8): SECRETION GASTRIQUE
GLANDES DE LESTOMAC
-> Glandes gastriques (80%)
- mucus
- pepsinogène
- ac. Chlorhydrique
- facteur intrinsèque
-> Glandes pyloriques (20%)
- mucus
- gastrine
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (9): SECRETION GASTRIQUE
4 types de C. au niveau des glandes gastriques:
• C. à mucus du collet
• C. pariétales => HCl et facteur intrinsèque
• C. principales => pepsinogène et lipase gastrique
• C. endocrines (gastrine, histamine, endorphines, sérotonine,
cholecystokinine, somatostatine)
à mucus
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (10): SECRETION GASTRIQUE
Protection de lestomac / acidité:
• Couche épaisse de mucus sur la paroi
• Jonctions serrées entre les C. épithéliales (empêche le suc
gastrique de se répandre dans les couches tissulaires sous-jacentes)
• C. glandulaires imperméables au HCl (absence de mucus au
fond des glandes)
• Renouvellement cellulaire rapide (tous les 3-6 jours)
ESTOMAC
PHYSIOLOGIE (11): SECRETION GASTRIQUE
• Double contrôle
-> hormonal (gastrine +++)
-> nerveux (vague+++, réflexes
longs et courts)
• Sécrétion gastrique = 3 litres/jour
• 3 phases: - céphalique
- gastrique +++
- intestinale
ESTOMAC: POINTS FORTS
- Réservoir musculeux interposé entre lœsophage et
lintestin grêle
- 3 fonctions principales: motrice, sécrétoire, endocrinienne
- Lestomac comprend plusieurs unités fonctionnelles:
fundus et corps = réservoir; antre = broyage et mélange des
aliments; pylore = dispositif anti-reflux et régulation de la
vidange gastrique
- Glandes gastriques: 4 types de cellules: à mucus,
pariétales (HCl), principales, endocrines
- Pace-maker gastrique à lorigine du complexe moteur
migrant
- Régulation nerveuse et hormonale
PANCREAS
PANCREAS
ANATOMIE (1)
- Organe abdominal rétro-péritonéal situé en arrière de
lestomac
- Glande mixte
-> Endocrine (Insuline+++)
-> Exocrine (Enzymes de la digestion+++)
- Artères, veines, lymphatiques
PANCREAS
ANATOMIE (2)
Types de cellules
• Endocrines: 20%:
-> Ilôts de Langerhans
(sécrétion directe dans les capillaires: insuline, glucagon)
• Exocrines: 80%:
-> C. acineuses -> enzymes (~20)
-> C. centro-acineuses -> liquides et électrolytes
PANCREAS
PHYSIOLOGIE (1)
SECRETION EXOCRINE
ENZYMATIQUE
- Amylolytiques
ZYMOGENES+++
- Lipolytiques
- Protéolytiques
- Autres (Désoxyribonucléase, ribonucléase, et
enzymes lysosomiques)
HYDRO-BICARBONATEE
Sécrétion quotidienne 1,5-3 litres/jour
PANCREAS
PHYSIOLOGIE (2)
SECRETION EXOCRINE
ENZYMES PANCREATIQUES
•
•
•
•
Alpha-amylase +++
Lipase +++
Pro-colipase
Phospholipase A2
• Endo et exopeptidases (Trypsinogène Chymotrypsinogène, Proélastase, Elastase 1, Kallicréinogène, Carboxypeptidase A et B)
PANCREAS
PHYSIOLOGIE (2)
SECRETION EXOCRINE
Deux types de sécrétion
-> sécrétion basale ponctuée toutes les 60 à 120 min
durant 10-15 min
-> sécrétion post-prandiale résultant de mécanismes
hormonaux et nerveux en 3 phases:
- céphalique (Rc olfactifs, visuels, gustatifs-> Nerf vague+++)
- gastrique (Réflexe vaso-vagal (distension gastrique ->
augmentation modérée de la sécrétion
enzymatique pancréatique)
- intestinale
(Arrivée du chyme dans le duodénum)
OESOPHAGE
PANCREAS: POINTS FORTS
- Glande endocrine et exocrine
- Exocrine: enzymes nécessaires à la digestion et
secrétion hydro-bicarbonatée pour tamponner lacidité
gastrique
- Enzymes:
- amylase
- lipase
- peptidases
- Contrôle nerveux et hormonal
FOIE
FOIE
ANATOMIE (1)
- Volumineux organe abdominal situé sous le diaphragme
- 2 lobes, 8 segments
- 3 fonctions vitales:
- Épuration
- Stockage
- Synthèse
- Artère hépatique: sang oxygéné
- Tronc porte: sang du tube digestif riche en nutriments
FOIE
PHYSIOLOGIE
Sels biliaires
- Secrétés par le foie
- Stockés dans la vésicule biliaire
- Rôle de détergents en solubilisant les lipides
avec la lipase pancréatique en formant des
micelles
INTESTIN GRELE
INTESTIN GRELE
ANATOMIE(1)
• Lintestin grêle est le siège principal de la digestion et
de labsorption des nutriments
• La quantité absorbée dans lintestin grêle est de 9 litres/
jour
• Digestion= transformation des aliments en composés
propres à être absorbés par lentérocyte
• Absorption= transfert des produits de la digestion de la
lumière intestinale vers le milieu intérieur
INTESTIN GRELE
ANATOMIE(2)
• Fait suite à lestomac au niveau du pylore et va jusquà
la valvule iléo-caecale (de Bauhin) où il rejoint le côlon
• Partie la plus longue du tube digestif: 6-7 m de long sur
un cadavre, 2 m sur un sujet vivant en raison du tonus
musculaire (diamètre 2,5 cm)
• 3 segments:
- Duodénum: 30 cm de long. Reçoit la bile en
provenance du foie et le suc pancréatique en
provenance du pancréas
- Jéjunum: 3 à 4 m de long
- Iléon: 1 m de long
Segments de lintestin grêle
INTESTIN GRELE
ANATOMIE(3)
• Paroi: 4 couches:
- séreuse
- musculeuse (2 couches)
- sous-muqueuse( T. conj.+ vx)
- muqueuse
INTESTIN GRELE
ANATOMIE(4)
Surface dabsorption liée à :
- Valvules conniventes (replis circulaires de la sousmuqueuse+ nombreux en proximal)
- Villosités intestinales
- Micro-villosités
-> surface totale dabsorption 400m2 !
INTESTIN GRELE
PHYSIOLOGIE(1)
Rôles de la motricité intestinale
3 rôles:
- Mélanger les aliments avec les sécrétions digestives
- Faciliter le contact entre la muqueuse et le bol
alimentaire pour augmenter labsorption
- Propulser le contenu intestinal en direction aborale
INTESTIN GRELE
PHYSIOLOGIE(2)
On distingue deux types de mouvements:
- longitudinaux qui entraînent un changement de volume luminal
- transversaux qui déplacent et mélangent le contenu
PERISTALTISME INTESTINAL
Contraction élémentaire = anneau de contraction qui se
propage sur lintestin
La durée de transit entre le pylore et la valvule iléocaecale est très variable (30 à 140 min)
INTESTIN GRELE
PHYSIOLOGIE(3)
La paroi intestinale comprend deux couches musculaires:
- couche interne circulaire
constriction de la lumière digestive
PLEXUS+++
- couche externe longitudinale
raccourcit lintestin dans sa longueur
Temps zéro
5 secondes plus tard
Figure 24.4
INTESTIN GRELE
PHYSIOLOGIE(4)
Motricité du grêle: 2 périodes:
- jeûne
- post-prandiale
INTESTIN GRELE
PHYSIOLOGIE(5)
Période de jeûne:
- Activité motrice cyclique
- But = débarrasser des déchets alimentaires, des microorganismes et des sécrétions restant dans la lumière
intestinale
- Complexe Moteur Migrant (CMM)
- Prend naissance au niveau du pacemaker gastrique
(antre) constitué de C. de Cajal
- Franchit le pylore et se propage en 90 à 120 min
jusquà liléon terminal
- Prend fin au niveau de la valvule iléo-caecale
INTESTIN GRELE
PHYSIOLOGIE(6)
Période post-prandiale:
Caractérisée par:
- Interruption immédiate du CMM
- Une activité segmentaire de mixage pour favoriser le
contact du bol alimentaire avec les sécrétions et la
muqueuse afin doptimiser labsorption
- Une activité péristaltique pour pousser le contenu dans
le sens oral-aboral
- Irrégulière et non cyclique
INTESTIN GRELE
PHYSIOLOGIE(7)
Période post-prandiale:
La réponse motrice au repas
- Est plus importante dans le grêle proximal
- Est plus importante chez la femme
- Varie selon le nycthémère (un repas pris proche de la période de
sommeil réduit la motricité)
- Dépend de la nature du repas (contractions plus brèves et
damplitude plus faible si repas liquide)
- Dépend de la charge calorique (durée de la période post-
prandiale augmente avec la charge calorique)
INTESTIN GRELE
PHYSIOLOGIE(8)
Régulation
- Contrôle myogène
- Contrôle nerveux
- Contrôle hormonal
INTESTIN GRELE
ABSORPTION
• Digestion= transformation des aliments en composés
propres à être absorbés par lentérocyte
• Absorption= transfert des produits de la digestion de la
lumière intestinale vers le milieu intérieur
• Digestion et absorption couplés et synchrones
• Mécanismes multiples et complexes en fonction du type
de nutriment et de la localisation dans lintestin grêle
INTESTIN GRELE
ABSORPTION
• Intestin grêle-> absorption et transformation de
substances nutritives
=> distribution vers sang et lymphatiques pour utilisation
par tissus
Digestion préalable (enz) dans lumière intestinale
INTESTIN GRELE
ABSORPTION
ENTEROCYTE
- = unité absorbante, la + abondante de lépithélium
- C. polarisée, cylindrique
- Pôle apical-> bordure en brosse = micro-villosités
Micro-villosités de lentérocyte
INTESTIN GRELE
ABSORPTION
MECANISMES GENERAUX
- Voie para-cellulaire
(Entre les jonctions serrées, passage deau entraînant petites molécules
hydrophiles. En pathologie: action de certaines toxines, TNF ou interféron sur les
jonctions serrées)
- Voie trans-cellulaire
(Traverse la cellule. Différents mécanismes, actifs ou passifs)
30%
15%
55%
INTESTIN GRELE
ABSORPTION
Absorption de leau
• Entrée intestin 9l
• Sortie intestin 1,5l
Diffusion passive +++
Absorption=
6-8 litres/j !!!
OESOPHAGE
INTESTIN GRELE: POINTS FORTS
- Duodenum, jejunum, iléon
- Lieu de labsorption digestive
- Surface dabsorption très développée (valvules
conniventes, villosités, micro-villosités)
- Motricité: 2 phases:
- A jeun: CMM
- Post-prandiale: péristaltisme intestinal
COLON
COLON
ANATOMIE
• Gros intestin
• Fait suite à liléon au niveau de la valvule iléo-caecale
• Va du caecum au rectum
• Il se dispose en cadre dans labdomen
• Côlon ascendant, transverse, descendant
• Mesure 1m-1.5 m
COLON
ANATOMIE
• 4 tuniques :
– séreuse
– musculeuse
• couche longitudinale externe, incomplète, épaisse
en regard des bandelettes
• couche interne circulaire
– sous muqueuse
– muqueuse dépourvue de plis circulaires (valvules)
et de villosités
COLON
PHYSIOLOGIE
• Principales fonctions de la motricité colique:
- Mélange du contenu iléal pour favoriser la réabsorption
deau et délectrolytes + brassage des résidus non
digestibles
- Activité propulsive assurant le transit du contenu
colique
- Stockage temporaire des matières fécales et
évacuation intermittente de celles-ci
COLON
PHYSIOLOGIE
- Motricité colique:
- segmentaire
- organisée
- propulsive
- A jeun: différents types dactivités (activité réduite la
nuit)
- Post-prandiale: le repas active la motricité segmentaire
et propulsive
Des mouvements de masse faits dondes propulsives de grande
amplitude et propagées dans le sens antérograde surviennent 4 à 8
fois/jour
COLON
PHYSIOLOGIE
- Contrôle myogène
- Contrôle nerveux
- Contrôle hormonal
OESOPHAGE
COLON: POINTS FORTS
- Gros intestin.
- Va de liléon terminal au rectum
- 3 fonctions:
Mélange du contenu iléal (réab° eau et électrolytes)
Propulsion (transit colique)
Stockage (matières fécales
- Motricité à jeun et post-prandiale
MOTRICITE ANORECTALE
MOTRICITE ANO-RECTALE
- Un système capacitif
le rectum
- Un système résistif
les sphincters (SAI, SAE)
le muscle releveur de lanus
- Un système sensitif
mécanorécepteurs du rectum (besoin)
récepteurs du canal anal (analyse)
MOTRICITE ANO-RECTALE
REFLEXE DECHANTILLONAGE
besoin
Repos
Rectum 0
SAI +++
SAE +
analyse
Matières
Rectum ++
SAI 0
SAE ++
Défécation Continence
Rectum +++Rectum 0
SAI 0
SAI 0
SAE 0
SAE +++
OESOPHAGE
ŒSOPHAGE: POINTS FORTS
- Conduit musculo-membraneux étendu du pharynx à
lestomac
- 3 portions: cervicale, thoracique, abdominale
- Rôle = acheminer les aliments vers lestomac
- Contraction séquentielle péristaltique du corps
(coordination des deux couches musculaires sous
contrôle nerveux)
- Relâchement synchronisé des sphincters
oesophagiens sup. et inf. (SOS et SOI)
ESTOMAC: POINTS FORTS
- Réservoir musculeux interposé entre lœsophage et
lintestin grêle
- 3 fonctions principales: motrice, sécrétoire, endocrinienne
- Lestomac comprend plusieurs unités fonctionnelles:
fundus et corps = réservoir; antre = broyage et mélange des
aliments; pylore = dispositif anti-reflux et régulation de la
vidange gastrique
- Glandes gastriques: 4 types de cellules: à mucus,
pariétales (HCl), principales, endocrines
- Pace-maker gastrique à lorigine du complexe moteur
migrant
PANCREAS: POINTS FORTS
- Glande endocrine et exocrine
- Exocrine: enzymes nécessaires à la digestion et
secrétion hydro-bicarbonatée pour tamponner lacidité
gastrique
- Enzymes:
- amylase
- lipase
- peptidases
FOIE: POINTS FORTS
- Volumineux organe abdominal situé sous le diaphragme
- 2 lobes, 8 segments
- 3 fonctions vitales:
- Épuration
- Stockage
- Synthèse
- Sels biliaires: détergents, micelles, absorption des
graisses (lipase)
INTESTIN GRELE: POINTS FORTS
- 3 portions: Duodenum, jejunum, iléon
- Lieu de labsorption digestive
- Surface dabsorption très développée (valvules
conniventes, villosités, micro-villosités)
- Motricité: 2 phases:
- A jeun: CMM
- Post-prandiale: péristaltisme intestinal
COLON: POINTS FORTS
- Gros intestin.
- Va de liléon terminal au rectum
- 3 fonctions:
Mélange du contenu iléal (réab° eau et électrolytes)
Propulsion (transit colique)
Stockage (matières fécales
- Motricité à jeun et post-prandiale
Téléchargement
Explore flashcards