Telechargé par Alexandre Prachant

La corruption des idees

publicité
MEMOIRE DE STAGE
En vue de l’obtention du
MASTER 2 SCIENCE POLITIQUE – RELATIONS INTERNATIONALES
SPECIALITE POLITIQUE ET STRATEGIE D'ACTION PUBLIQUE INTERNATIONALES
PARCOURS EXPERTISE INTERNATIONALE
LYON III JEAN MOULIN
TITRE
La corruption des idées
ou la mise en perspective critique du conditionnement de l'information stratégique dans les
relations internationales
Présenté par
Mathis BUIS
Stage à l'Institut des Relations Internationales et Stratégiques réalisé sous la direction de
Gwenaëlle SAUZET
Année universitaire 2015/1016
2
Mathis BUIS
La corruption des idées
ou la mise en perspective critique du conditionnement de l'information stratégique
dans les relations internationales
3
L'Université Lyon III Jean Moulin n’entend donner aucune approbation, ni improbation dans les
mémoires de recherche. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur(e).
4
Table des matières
Introduction .........................................................................................................................................................................8
Spécification de l'objet de recherche …...............................................................................................................................8
Cadre conceptuel et théorique ...........................................................................................................................................10
Problématique ....................................................................................................................................................................11
RAPPORT DE STAGE
Avant-propos.......................................................................................................................................................................13
Histoire et présentation......................….............................................................................................................................14
Mon expérience au sein de l'IRIS …..................................................................................................................................14
Un exemple d'interview écrite............................................................................................................................................17
Apports et impressions.......................................................................................................................................................20
Conclusion..........................................................................................................................................................................22
TITRE 1. Histoire et perspective de la manipulation des opinions en démocratie.....................................................23
CHAPITRE 1 – De la propagande à la corruption scientifique de l'opinion publique.......................................23
SECTION 1 - La Commission on Public Information marque l'essor de la manipulation scientifique
des opinions........................................................................................................................................................................23
1. « La plus efficace des propagandes que le monde ai connue »............................................23
2. Un nouveau modèle de propagande.....................................................................................24
SECTION 2 - Le triomphe des relations publiques : l'exemple de l'industrie du tabac.........................25
1. L'industrie du tabac : promoteur des nouvelles techniques de propagande.........................25
2. Une démonstration grandiose d'un renversement d'opinion................................................26
SECTION 3 - La naissance du marketing politique...............................................................................27
1. L'exemple du président John Calvin Coolidge....................................................................27
2. La technique des leaders d'opinions.....................................................................................28
SECTION 4 – La nouvelle propagande au service de l'impérialisme Américain: l'exemple du
Guatemala...........................................................................................................................................................................28
1. Lorsque le progressisme au Guatemala déplaît aux Etats-Unis...........................................29
2. Les rouages d'une guerre psychologique.............................................................................29
CHAPITRE 2 – La corruption des idées : un objet de controverses..................................................................31
SECTION 1 – L'exemple de la publicité et des médias.........................................................................31
1. Le pouvoir médiatique...........................................................…..........................................31
A. De la théorie des effets puissants à la théorie des effets limités...........................31
B. Les nouvelles pistes..............................................................................................32
2. L'influence silencieuse de la publicité................................................................................33
A. Le rôle d'Edward Bernays dans l'avènement du phénomène publicitaire.............34
B. L'influence contemporaine de la publicité............................................................35
5
SECTION 2 - La propagande, un instrument démocratique ?...............................................................36
1. La propagande démocratique, de l'essence au non sens.......................................................36
A. La propagande, essence de la démocratie selon la théorie d'Edward Bernays.....37
B. La propagande démocratique est inefficace et contre-nature selon Jacques
Ellul....................................................................................................................................................................................38
2. Propagande et médias...........................................................................................................40
A. Propagande et pouvoir économique dans les médias............................................40
B. La thèse de Noam Chomsky..................................................................................42
Conclusion et transition...................................................................................................................................................44
TITRE 2. La corruption des idées dans les relations internationales.….....................................................................45
CHAPITRE 1 - L'AIPAC, un « modèle de lobbying » au cœur de la politique américaine...............................45
SECTION 1 - La naissance d'une institution.........................................................................................45
1. Un groupe de pensées au succès politique affirmé..............................................................45
2. Une institution historique au cœur de la politique étrangère américaine.............................46
SECTION 2 - L’AIPAC, un lobby à l’influence incontestable..............................................................47
1. Une organisation pleine de ressources.................................................................................48
2. Un pouvoir politique sous influence....................................................................................48
SECTION 2 - Quel avenir pour l'AIPAC ? ...........................................................................................50
1. Une volonté d’émancipation de la politique étrangère Obama............................................50
2. Les échecs de l'AIPAC.........................................................................................................51
3. La candidature d'Hillary Clinton : une chance pour l'institution ?.…..................................52
CHAPITRE 2 – Le Council on Foreign Relations, un think tank au plus près des élites...................................54
SECTION 1 - La construction du CFR, indissociable de l'histoire américaine.....................................54
1 Une institution prestigieuse...................................................................................................54
2. La naissance d'un think tank...............................................................................................55
3. La consolidation de l'expertise du Council on Foreign Relations........................................56
4. Une renouvellement nécessaire............................................................................................57
SECTION 2 – Une organisation performante et influente.....................................................................57
1. Le CFR : une association à but non lucratif, non partisane................................................57
2. Une source d'information stratégique..................................................................................58
SECTION 3 – Un gouvernement de l'ombre ?......................................................................................59
1. Une institution élitiste au cœur de l' « Inner Circle »..........................................................59
6
2. Un gouvernement sous influence.........................................................................................60
3. La promotion de l'interventionnisme en politique étrangère...............................................60
CONCLUSION ...............................................................................................................................................................62
BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................................................63
REMERCIEMENTS .......................................................................................................................................................71
7
Introduction
« Nous sommes dans un moment d'ivresse du capital. Les hyper-riches ont tant d'argent qu'ils ne
savent plus qu'en faire. Il leur reste un terrain à conquérir : le monde des idées » 1.
La fronde d'Emmanuel Todd pose au moins une question existentielle en démocratie : un petit
groupe d'hommes, aussi savant et éclairé qu'il soit, peut-il légitimement déterminer une politique
sociale, économique, ou encore étrangère ?
Cette problématique n'est pas nouvelle. Au début du XXème siècle, un courant de pensé
particulièrement influent prônait la nécessité d'une « minorité intelligente » 2, capable de diriger les
affaires du monde. Inspirées des thèses de Gustave Lebon sur la psychologie des foules, des écrits
de James Madison, ou encore de l'engagement d'un Walter Lippmann, de nombreuses personnalités
influentes se sont prononcées publiquement en faveur d'un gouvernement « d'hommes
responsables » capable « d'organiser le chaos » et de « fabriquer le consentement »
3
des
populations. Edward Bernays, neveu de Freud et père de la propagande moderne, avait fait siennes
ces idées en jugeant indispensable la manipulation des opinions par une élite organisée. Il écrit ainsi
dès 1928, dans son ouvrage de référence : « La manipulation consciente, intelligente, des opinions
et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique.
Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui
dirige véritablement le pays » 4.
Spécification de l'objet de recherche
L'étude de la corruption des idées constitue donc un enjeu considérable. Et ce d'autant plus qu'elle
est devenue un phénomène stratégique qui s'étend à l'échelle planétaire. Certes, « la corruption
existe depuis toujours »
5
comme le rappel Nicolas Bonucci, directeur des affaires juridiques de
l'OCDE, mais elle a considérablement changé de visage. La globalisation et la production croissante
de richesses ont bouleversé les anciens rapports de classe, si bien qu'aujourd'hui, le monde des idées
est plus que jamais à la portée d'un groupe social affairiste aux capacités financières phénoménales.
Selon une récente étude du Boston Consulting Group, les 18,5 millions de foyers les plus fortunés
1. ZARACHOWICZ Weronika, « L'influence des think tanks, cerveaux des politiques », 16 décembre 2011, Télérama
2. BERNAYS Edward, Propaganda. Comment manipuler l’opinion en de mocratie, Paris, Zones, 2007, p. 40
3. LIPPMANN Walter, Public Opinion, New-York, Dover Publications, 2004
4. Op. cit. Edward Bernays, p. 44
5. GOMEZ Carole, VERZEVOLI Marc, « Lutte contre la corruption : dépasser le 'tous pourris' », RIS N°101, p. 102
8
sont capables de lever une masse financière équivalente au PIB mondiale 6. Un seul et unique pourcent de la population planétaire capte autant de richesses que les quatre-vingt dix-neuf autres 7. Il est
extrêmement inquiétant que ce rapport de force démesuré en vienne à conquérir le monde des idées,
comme le soulignait l'historien Emmanuel Todd.
Cependant, avant de plonger dans l'analyse historique de ce phénomène stratégique, il convient de
revenir sur les motivations qui m'ont poussé à entamer cette recherche. A travers mon stage de fin
d'étude au sein de l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), 26ème think tank
mondial sur les questions de politiques étrangères et affaires internationales selon le Global Go To
Think Tank 2015 8, je me suis impliqué au cœur d'un think tank influent en matière d'affaires
stratégiques. Cet organisme est à l'origine d'une revue trimestrielle - la Revue Internationale et
Stratégique - dont l’objectif est d'enrichir le débat intellectuel en sélectionnant à chaque parution
une thématique particulière. Son édition printemps 2016 était consacrée à la corruption en tant que
nouveau paradigme des relations internationales 9. Il m'a donc semblé judicieux et pertinent de
prolonger les réflexions des nombreux intervenants à la revue en proposant mes propres recherches
sur la thématique de la corruption, selon un angle d'attaque original. Celui de la « corruption des
idées » m'ait apparu comme à la fois éminemment stratégique et injustement oublié par les diverses
études sur la corruption. La corruption est en effet souvent perçue à travers des épiphénomènes
médiatisés, du financement illégal du Parti populaire en Espagne à l'arrestation de hauts dignitaires
en Chine, sans même évoquer la corruption des députés brésiliens, ou encore les malversations
mises en lumière au sein de la Fédération internationale de football association (FIFA). Les
illustrations du « crime en col blanc » émaillent quotidiennement la scène internationale et
médiatique, sans jamais permettre aux observateurs d'approcher la nature même du phénomène.
Dans cette présente recherche, le mot corruption ne s'entend pas au sens d'un abus de pouvoir ou de
manœuvre visant à obtenir un service en échange d'un don financier. La corruption est envisagée ici
dans le sens étymologique du terme latin corruptio, c'est à dire « l'altération ». Car c'est bien
l'objectif de cette étude : démontrer en quoi l'altération du jugement, par des informations orientées,
est un phénomène stratégique dans les relations internationales. Sans nier la complexité et la
diversité du phénomène, ce mémoire tentera donc d'apprécier la corruption dans seulement l'une de
6. DE AMORIM Mégane, « 1 % de la population détient la moitié de la richesse mondiale », Libération, 7 juin 2016
7. LOSSON Christian, « Ces 1 % de riches qui vont capter autant de richesses que les 99 % restant de la planète »,
Libération, 19 janvier 2015
8. IRIS, « L'IRIS, 26ème think tank mondial sur les questions de politiques étrangères et affaires internationales »,
www.iri-france.org
9. RIS N°101, « Corruption, phénomène ancien, problème nouveau ? », sous la direction de Carole Gomez et Sylvie
Matelly, printemps 2016, Armand Colin
9
ses dimensions : la conquête du monde des idées.
Cadre d'analyse
La corruption du monde des idées renvoie au conditionnement de l'information stratégique. Elle
entretien des liens étroits avec la propagande, en tant que conditionnement de l'opinion publique au
service des besoins industriels et politiques selon Doma, Quenellien et Simonnet 10, mais aussi avec
les think tanks et les lobbys qui produisent une information stratégique à destination des décideurs
publics.
La quête insatiable d'influence et de pouvoir, caractéristique de la politique, s'est notamment
exprimée à travers l'implication financière de grands industriels philanthropes dans le monde des
idées. La fondation Carnegie, instituée par l'un des hommes les plus riches de l'histoire, ou encore la
fondation Rockefeller, comptent parmi les généreux donateurs en faveur des laboratoires d'idées
politiques. Ces think tanks, selon le terme anglo-saxon apparu dans les années 60, naviguent entre
groupes de pression et centre de réflexion indépendant et agissent en véritable levier d'influence
pour défendre des intérêts politiques, économiques ou étatiques. La définition communément
admise des laboratoire d'idées politiques est « une réunion d’un ensemble de personnes et/ou de
ressources intellectuelles engagées dans la recherche, la production et la diffusion d’analyses en
politiques publiques à destination des autorités et, en certains cas même, des entreprises et des
organisations non gouvernementales » 11. L'objectif principal de ces boîtes à outils politiques, très
diverses en termes d'influence, de financement ou encore d'inspiration idéologique, est
véritablement de « penser pour peser » 12.
Les centres de recherches, de lobbying ou d'expertises sont aujourd'hui devenus des acteurs à part
entière dans la diplomatie et les relations internationales. Il convient donc de les étudier avec
d'autant plus d'intérêt qu'ils ont, parfois, réussi à accaparer toute l'attention des hommes de pouvoir.
Les recherches menées au sein de ses fondations mènent parfois à imposer des conceptions de
politiques étrangères ou des paradigmes de société. La Rand Corporation, le principal centre de
recherche stratégique du complexe militaro-industriel américain, a ainsi fièrement introduit dans le
débat public un certains nombre de concepts qui structurent la réflexion des élites économiques et
politiques. En 2009, l'institution publiait une longue étude intitulée « Dangerous but not
10. DORNA, QUELLIEN, SIMONNET, « La propagande : images, paroles et manipulations » Paris 2008, L'Hartmann
11. GEUENS Geoffrey, « Avant-propos : think tanks, experts et pouvoirs », Quaderni, 70 | 2009, 5-9.
12. HUYGHE François-Bernard, « Think Tanks, quand les idées changent vraiment le monde », l'Hartmann, 160p.
10
omnipotent. Exploring the rach and limitations of iranian power in middle east » 13, qui préconisait
une rupture dans la politique étrangère menée par les Etats-Unis vis-à-vis de l'Iran, et qui
finalement, anticipait le réchauffement des relations entre les deux pays. Et bien que « La France a
pris conscience tardivement de l'influence considérable des think tanks internationaux sur la façon
dont les grands dirigeants façonnent le monde » 14, selon Thierry de Montbrial, ce pays abrite des
désormais des think tanks imposants : les rapports de l'Institut Montaigne, institué par l'ex patron
d'Axa Claude Bébéar, sont ainsi très écoutés par les secteurs décisionnels.
Pris dans sa globalité, le phénomène de corruption des idées est intrinsèquement lié à la
professionnalisation des relations publiques et au perfectionnement des outils de propagande. Pour
mieux cerner les origines et l'enjeu stratégique que constitue le marché des opinions en démocratie,
il est indispensable de revenir sur le parcours d'un homme : Edward Bernays. Dans son ouvrage de
référence – Propaganda : comment manipuler l'opinion en démocratie - le célèbre consultant en
relations publiques s'évertuait à résoudre la tension évidente qui opposait la fabrique du
consentement des masses avec les principes démocratiques sur lesquels reposait le système
politique américain. En se faisant le chantre d'une organisation de la vie publique régulée par
l'opinion d'une élite industrielle, savante et politique, et en démontrant son savoir-faire à travers des
opérations de propagande aussi grandioses qu'inquiétantes, M. Bernays s'est rapidement fait un nom
auprès de la haute société. L'étonnant succès que rencontrait la majeur partie de ses démonstrations
mérite toute notre attention, d'autant plus que le spécialiste des relations publiques a acquis le statut
de l'un des hommes les plus influents du XXe siècle.
Problématique
L'importance majeure acquise autant par les relations publiques que par l'expertise privée dans la
dissémination d'idées soulève des problématiques structurelles. Les institutions d'influences sontelles les instruments et les relais des intérêts des puissances financières ou une véritable chance de
« moderniser et revivifier le débat politique national »
15
? Les think tanks et les lobbys semblent
apporter une réponse à cette problématique. En constituant des réservoirs à expertises
indispensables au monde politique et économique et en se faisant les porte-paroles de fragments de
la société civile, ils jouent un rôle démocratique non négligeable. Mais pour répondre de manière
13. WEHREY Frédéric, THALER David, BENSAHEL Nora, autres, « Dangerous but not omnipotent. Exploring the
rach and limitations of iranian power in middle east », 2009, Rand Corporation
14. FABRE Thierry, « La vérité sur... le financement des think tanks », Challenges, 20 septembre 2016
15. LANCELOT Alain, « La république a besoin de savants », Le Figaro, 3 novembre 2003.
11
critique à ce questionnement, il est nécessaire de revenir aux fondements historiques du marché des
idées. Au début siècle dernier, le perfectionnement des techniques de propagande permet d'éclairer
significativement les racines et la nature de la corruption des idées. Pour envisager les conséquences
concrètes de ce phénomène en matière de relations internationales deux institutions particulièrement
influentes seront étudiées : l'une, grâce à son prestige, bénéficie d'une profonde intégration dans le
monde économique et politique et l'autre, grâce au maniement expérimenté de l'information,
parvient à être incontournable dans la vie politique américaine.
Dans un premier temps, l'American Israel Public Affairs Committee, l'un des lobbys les plus
puissant au Congrès américain, doit être examiné car il a su entretenir et développer, avec une
vigueur sans pareille, la proximité de la politique étrangère des Etats-Unis avec les intérêts d'Israël.
Dans un second temps, il s'agira de se pencher sur le Council on Foreign Relations (CFR). Ce think
tank particulièrement influent dans la formulation de la politique étrangère américaine est
incontournable car il concentre à la fois un centre de recherche prestigieux, et un réseau d'individus
proches du pouvoir médiatique, bancaire, économique, politique ou encore militaire.
Face aux enjeux stratégiques que posent ces institutions, il s'agira de répondre à une problématique
définie : En quoi la corruption des idées est-elle devenue un enjeu majeur des relations
internationales ? Après avoir brièvement présenté mon expérience au sein de l'IRIS (Rapport de
stage), il s'agira d'étudier la profondeur historique du phénomène (Titre 1), avant d'exposer deux cas
d'études concrets d'institutionnalisation de la conquête des idées : l'AIPAC et le CFR (Titre 2).
12
Rapport de stage
Avant-propos
Ce rapport a pour objectif de rendre synthétiquement compte de mon stage de fin d'étude au sein du
pôle communication de l'Institut des Relations Internationales et Stratégiques, effectué dans le cadre
du Master 2 mention Science politique, relations internationales, spécialité politique et stratégie
d'action publique internationales, parcours expertise internationale à l'Université Jean Moulin Lyon
III. En tant qu'assistant de Madame Gwenaëlle Sauzet, directrice de la communication de l'IRIS, j'ai
pleinement participé à la vie du think tank français. J'ai pu ainsi apprécier tant la qualité des travaux
de recherche, qui constituent le cœur de l'activité de l'IRIS, que les mécanismes de communication
de cet organisme reconnu au niveau international.
De l'enrichissement du site internet officiel de l'IRIS, à travers des interviews écrites ou vidéos, à la
constitution de revue de presse, ce stage a considérablement valorisé mes compétences acquises tout
au long de mon cursus universitaire. Il m'a permis rencontrer un très grande diversité d'acteurs
internationaux, de la présidente d'Amnesty International, Geneviève Garrigos, à l'ancien ministre de
la Défense, Jean-Pierre Chevènement, et d'en recueillir des témoignages bien souvent passionnants
sur des sujets stratégiques très divers.
Après une présentation de l'histoire de l'IRIS, je m'attacherais à exposer synthétiquement les
différentes missions qui ont jalonné mon quotidien durant ces premiers mois de stage. Enfin,
j'évoquerais l'apport professionnel et humain que cette expérience m'a apporté.
« Les propos tenu dans ce rapport de stage sont de unique responsabilité et reflètent mon propre
point de vue concernant mon expérience au sein de l'IRIS et n'engagent en rien l'Institut, le pôle
communication ou son personne ».
13
Histoire et présentation
L'Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), est un centre de recherche spécialisé
sur les questions touchant aux relations internationales et aux affaires stratégique. En tant que think
tank, l'IRIS est un organisme de droit privé, indépendant, réunissant des experts voués à entretenir
le débat démocratique sur les questions internationales et stratégiques, à publier ou adresser des
analyses de qualité produites par des chercheurs tant à des institutions publiques qu'à des société
privées, et à valoriser le dialogue et la réflexion en associant des spécialistes venus d'horizons
professionnels très divers.
L'IRIS a été créé en 1991, à l'initiative de son fondateur et aujourd'hui directeur, Monsieur Pascal
Boniface. Appuyé sur une équipe de chercheurs spécialisés, sur des thématiques telles que la
stratégie de puissance de la Chine ou l'Europe de l'armement, et sur des revues – la Revue
international et stratégique par exemple - traitant de sujets tel que le défis russe ou la diplomatie
d'influence, l'IRIS s'emploie à faire vivre une expertise indépendante et française sur les questions
stratégiques. Cette vocation a été notamment soulignée par le Conseil d'Etat et le ministère de
l'Intérieur en 2009, qui lui ont attribué la reconnaissance d'utilité publique. L'IRIS bénéficie
aujourd'hui d'un aura international remarquable et compte parmi les think tanks internationaux
incontournables.
Mon expériences au sein de l'IRIS
Durant mes premiers mois de stage, j'ai été amené à remplir plusieurs missions variées. La
réalisation d'interviews écrites sur des sujets d'actualité touchant aux relations internationales étaient
au cœur de l'exercice de ma fonction. Il s'agissait de sélectionner quasi-quotidiennement un sujet
d'actualité – la Conférence française pour le règlement du conflit israélo-palestinien par exemple -,
d'en tirer trois questions qui puissent mettre en exergue ses enjeux géopolitiques, et finalement, de
solliciter un chercheur spécialisé qui puisse apporter ses lumières.
Afin de donner un rapide aperçu de la diversité des sujets traités, voici la liste des interviews écrites
réalisées entre le 1er juin et le 17 juin 2016.
Brexit : le Royaume-Uni face à son avenir
Le point de vue de Olivier de France
14
Boko Haram : vers une nouvelle stratégie ?
Le point de vue de Samuel Nguembock
Tuerie de masse à Orlando : quelles conséquences politiques ?
Le point de vue de Nicholas Dungan
OTAN/Russie : vers un accroissement des tensions ?
Le point de vue de Jean-Pierre Maulny
Quelle légitimité pour le nouveau président du Pérou ?
Le point de vue de Jean-Jacques Kourliandsky
Fusion-acquisition dans le secteur agricole : vers une plus grande instabilité alimentaire ?
Le point de vue de Sébastien Abis
Les batailles de Falloujah et de Raqqa : le début de la fin pour Daech ?
Le point de vue de Jean-Claude Allard
Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai : des perspectives prometteuses pour
l’institution ?
Le point de vue de Barthélémy Courmont
L’Uruguay, bastion progressiste en Amérique latine ?
Le point de vue de Christophe Ventura
A l'occasion de différents évènements – conférences, sortis d'un ouvrage -, j'ai été amené à réaliser
également des interviews vidéos. Enregistrées dans les bureaux de l'IRIS ou à l'extérieur, ces
interviews reposent sur des formats assez courts qui permettent d'aborder un sujet de manière
synthétique et percutante. J'ai par exemple eu la chance d'interroger la présidente d'Amnesty
International pour la publications du dernier Rapport sur l'état des droits humains, ou encore Raül
Romeva, le Responsable des Affaires extérieures, des Relations institutionnelles et de la
15
Transparence du gouvernement de Catalogne.
Le pôle communication devant prendre en charge la publication de nombreuses analyses, et de
nombreux dossiers et points de vue, j'ai été amené a faire un important travail de relecture, de
corrections orthographiques et de syntaxes. Les documents à relire sont très variés, pouvant traiter
aussi bien des manifestations anti-gouvernementales au Japon que du renforcement du partenariat
stratégique entre la Chine et la Pologne ou encore de la réforme démocratique souhaitable de
l'ONU.
L'IRIS s'emploie également à recenser les émissions de télévisions et de radios traitant de l'actualité
internationale : c'est la veille-médias. L'intérêt d'un tel exercice est de pouvoir produire un aperçu
des sujets médiatisés pendant une semaine, mais aussi de pouvoir identifier la participation de
membres de l'IRIS aux débats télévisuels et radiophoniques. Une veille plus spécialisée dans la
géopolitique du sport était aussi à réaliser chaque semaine, pour le compte de l'Observatoire
géostratégique du sport.
L'IRIS proposait enfin des missions plus ponctuelles. J'ai eu la chance par exemple d'assister aux
réunions restreintes de l'Observatoire de la Turquie et de son environnement géopolitique, qui tente,
à travers l'échange et le débat, d'améliorer la compréhension des évolutions sociales, politiques,
culturelles et géopolitiques de la Turquie. J'ai ainsi pu assister, afin de pouvoir produire un
document synthétisant les débats, à la thématique suivante :Quelles configurations politiques de la
question kurde ? Acteurs, enjeux et perspectives.
Des colloques grands publics sont aussi organisés par l'IRIS, comme celui du 15 mars 2016 qui
portait sur l'avenir de l'Algérie. Cet événement m'a notamment permis de m'entretenir avec JeanPierre Chevènement et avec l'ancien ministre du Commerce algérien, Smaïl Goumeziane. Enfin, j'ai
pu assister aux conférences de GéoTalk organisées par Action contre la Faim, afin de les filmer et
de permettre au public de les revisionner sur le site internet de l'IRIS. Elles sont destinées à
informer le personnel de l'organisation sur la situation d'un pays particulier où les équipes d'ACF
sont mobilisées. La thématique du GeoTalk du 26 mai 2016 portait ainsi sur : « République
centrafricaine : quels défis pour le nouveau gouvernement ? ».
16
Un exemple d'interview écrite
Titre : Les négociations sur le TTIP peuvent-elles échouer ?
Interview
27 avril 2016
Le point de vue de Nicholas Dungan, Senior Fellow à l'Atlantic Council's Program on Transatlantic
Relations
Question 1 : En quoi la visite de Barack Obama à Hanovre, en Allemagne, est-elle stratégique ?
Quels sont les enjeux de la rencontre entre le président américain, la chancelière allemande Angela
Merkel, et les dirigeants italiens, britanniques et français ?
C’est d’abord la visite de Barack Obama à Londres qui était stratégique, car le Brexit affaiblirait
très sensiblement la Grande Bretagne et l’Union européenne. La visite à Hanovre, et notamment la
rencontre avec les dirigeants de l’Allemagne, de la France, de l’Italie et de la Grande Bretagne, était
stratégique pour deux autres raisons.
Le président américain veut que l’Europe se consolide et reste, ou du moins devienne, unie et forte
sur des questions essentielles telles que l’Ukraine, la Russie, la Méditerranée, la crise des réfugiés, y
compris vis-à-vis de la Turquie. Une Europe faible et désintégrée est une source de grande
préoccupation pour les Etats-Unis. L’Amérique du Nord n’a pas de meilleur allié que les pays
européens. Il est intéressant de constater qu’il n’y avait aucun représentant de l’Union européenne à
Hanovre. Cela suggère que Barack Obama considère que le pouvoir de décision et de mise en
œuvre politique reste très largement dans les mains des Etats Nations.
Au-delà de la question du Brexit et de la solidarité européenne, l’importance géostratégique de la
visite de Barack Obama à Hanovre était aussi dans la démonstration que la diplomatie et
l’engagement doivent prévaloir sur le militarisme – qui pourrait être défendu par Hillary Clinton ou le désengagement – soit l’isolationnisme et le protectionnisme célébrés par Donald Trump.
Question 2 : Alors qu’un nouveau cycle de négociation sur le marché transatlantique (TTIP)
s’ouvrait lundi, les divergences entre les parties au traité se sont accentuées. Les négociations
peuvent-elles échouer comme l’a averti le ministre de l’Economie allemand ? Pour quelles raisons ?
17
Nous sommes face à plusieurs problématiques différentes. Du côté américain, les Démocrates sont
ordinairement partisans du TTIP car ce traité permettrait d’imposer les normes européennes,
réputées plus prudentes, aux Etats-Unis. Quant au Parti républicain, il est généralement plus
favorable à l’ouverture du commerce international, bien que Donald Trump ne représente pas ce
type de républicains. Le TTIP, qu’il faudrait d’ailleurs dénommer marché commun transatlantique,
est à 90 % une harmonisation des normes et non pas seulement la baisse des barrières et des tarifs
douaniers.
Comprenant cela, l’échec des négociations, souligné par le ministre de l’Economie allemand Sigmar
Gabriel, reste une possibilité notamment car les systèmes européens et américains sont très
différents. La société américaine est particulièrement litigieuse, concurrentielle plutôt que
consensuelle, fondée sur une organisation politique qui laisse beaucoup de pouvoirs aux Etats. Par
exemple, le dumping fiscal, décrié en Europe, est une pratique journalière aux Etats-Unis : le
Maryland et la Pennsylvanie peuvent se concurrencer pour donner le meilleur bagage fiscal aux
investisseurs. L’échec pourrait donc venir de l’incapacité des négociateurs à se mettre d’accord.
Cette problématique s’exprime particulièrement dans les processus de ratification de l’accord
transatlantique. Le TTIP, une fois négocié, devra être ratifié par tous les membres de l’Union
européennes, et donc par 28 institutions différentes contre seulement une, le Sénat, côté Etats-Unis.
Pourtant, ce ne sont absolument pas des négociations entre l’Allemagne et les Etats-Unis ou entre la
France et les Etats-Unis. On peut se demander ainsi d’où vient la frilosité française et pourquoi
François Hollande a-t-il demandé à ce que le TTIP ne soit pas sur la table des négociations à
Hanovre ? La prudence française vient d’une part d’une forte suspicion à l’égard des marchés
financiers, et plus généralement à l’égard de tout ce qui n’est pas encadré par l’Etat, et d’autre part
du calendrier politique.
Deux autres données doivent entrer en considération : la peur de la domination américaine et la peur
d’un système trop libéral. La peur d’une domination du système américain s’illustre notamment
dans la possibilité, discutée dans le cadre des négociations, pour des entreprises multinationales de
porter plainte contre un Etat. Quant à la domination d’un système libéral, elle est d’autant plus forte
que l’Europe préserve une certaine forme de protection. Un sondage récent montrait qu’environ
deux tiers des Américains estimaient qu’il fallait poursuivre ses objectifs personnels dans la vie
plutôt que de s’occuper des gens dans le besoin, des résultats que l’on retrouvait dans des
proportions inverses lorsqu’on interrogeait plusieurs pays européens. C’est un point très important,
car dans la relation transatlantique, l’une des responsabilités fondamentales et continues est de
18
reconnaître les différences entre les Européens et les Américains. C’est cette donnée qui a été
problématique lors de l’invasion de l’Irak. Les Américains, plus que les Européens peut-être, ont
tendance à exalter nos valeurs communes, en évoquant par exemple les soldats ayant combattu côte
à côte. Mais il faut aussi reconnaître les valeurs que nous ne partageons pas, parce que c’est de là
que peuvent venir les difficultés.
À propos de la gauche européenne, qui se cherche un peu partout excepté peut-être en Angleterre,
elle devient quelque peu hystérique à ce sujet et dénonce un accord négocié dans le secret. Or, la
complexité du TTIP impose de le négocier dans le secret car les concessions que chacun est amené
à faire ne peuvent être débattues publiquement. En réalité, le Parlement européen publie sur son site
internet des mises à jour sur la progression des négociations. Il faudrait donc attendre l’accord final.
L’Europe représente 500 millions de consommateurs et de citoyens, et les Etats Unis 330 millions.
Les Européens qui protestent contre le TTIP devraient se rendre compte que l’Europe pèse très
lourd dans les négociations. Puisque ce sont les Américains qui veulent que le TTIP réussisse, les
Européens ont beaucoup de forces de leur côté.
Question 3 : Barack Obama s’est engagé à faire progresser les négociations sur le TTIP. Pourquoi
une telle implication de la partie américaine ? Quelles sont les motivations géostratégiques des
Etats-Unis dans la signature du TTIP ?
Il y a tout d’abord la question des calendriers politique. Le président américain quittera ses
fonctions le 20 janvier 2017, et il estime, à mon sens, qu’il y a probablement moins de chances de
conclure ce traité après son départ. D’une part, Donald Trump est prêt à utiliser l’arme tarifaire et
des barrières douanières, ou du moins l’a-t-il dit, même si c’est le Congrès qui devrait mettre en
œuvre de telles réglementations. Mais un responsable de la Maison Blanche qui veut promouvoir
une telle politique, et qui a un soutien populaire, peut tout de même influer sur le cours des
événements. D’autre part, Hillary Clinton, en partie sous pression de Bernie Sanders, a expliqué
qu’elle n’était plus favorable au traité transpacifique (TPP). Nous avons donc deux candidats à la
présidence des Etats-Unis qui défendent une position critique à l’égard d’un traité de libre-échange.
Il est clair que le Sénat, et d’ailleurs Barack Obama l’a confirmé, ne pourra ratifier le TTIP d’ici le
20 janvier faute de temps même si les négociations sont terminées. Mais il faut aussi comprendre
que le United State Trade Representative (USTR), une cellule située en face de la Maison Blanche,
rapporte directement au président et est désigné par lui. L’USTR et son équipe pourraient donc
changer à partir du 20 janvier, et normalement, ces nominations aux Etats-Unis prennent jusqu’à un
19
an. Ainsi, si les négociations n’aboutissent pas avant le départ d’Obama, il peut y avoir une très
longue trêve.
Deuxième grande raison : le calendrier électoral en Europe. François Hollande est d’ores et déjà
dans une mentalité de campagne. Plus on approche des élections française et allemande, moins il
sera possible de faire avancer les négociations. Dans cette configuration, la trêve viendrait du côté
européen dans la mesure où rien - ou très peu - ne sera décidé dans les 6 mois précédent ou suivant
les élections présidentielles.
L’intérêt du TTIP pour les Etats-Unis tient notamment au fait que l’Organisation mondiale du
commerce ne fonctionne plus depuis la mort du Cycle de Doha. Historiquement, les Etats-Unis ont
toujours considéré que l’ouverture au commerce international était bénéfique pour tout le monde, et
cette mentalité perdure. Dès le début de la République américaine, les Etats-Unis ont tenté de
conclure des traités de libre-échange. Monsieur Albert Gallatin, ancien secrétaire au Trésor qui est
devenu ambassadeur des Etats-Unis en France après avoir négocié la fin de la guerre de 1812, dont
j’ai écrit la biographie, avait parmi ses missions la négociation d’un traité de libre-échange avec les
Pays-Bas, et aussi plus tard avec la Grande Bretagne.
Quant à la motivation géostratégique américaine, il s’agit de créer le plus rapidement possible des
normes internationales fixées par l’Europe et les Etats-Unis, pour que ces normes ne soient pas
déterminées par la Chine. Les Chinois ont un commerce international très important côté Pacifique,
mais pour autant, le traité transpacifique n’inclut pas la Chine. De même que les Russes peuvent
déclarer que l’OTAN est un exercice d’encerclement militaire et stratégique de la Russie, la Chine
pourrait concevoir le TTP, voire le TTIP, comme un containment du marché chinois.
Apports et impressions
Ce stage a été enrichissant à plusieurs niveaux. Les conditions dans lesquelles j'ai effectué ce
dernier, et sa durée de plus de 4 mois, m'ont permis de m'approprier pleinement le poste et de
parfaitement m'intégrer à l'équipe.
L'un des points très positifs de ce stage est qu'il a été véritablement formateur, grâce notamment à la
multiplicité des missions à accomplir. Cette activité permanente m'a permis d'être chaque jour
impliqué dans la réalisations de travaux quotidiens ou hebdomadaires, qui peuvent certes paraître
20
répétitifs, mais qui ne sont jamais monotones. En effet, chaque interview, colloque, réunion est
évidemment toujours différente.
L'autre qualité de ce stage est le sentiment de gratification qu'offre le travail au sein de l'IRIS. Une
grande partie de mes travaux sont consultables directement sur le site internet de l'IRIS.
Aujourd'hui, les interviews vidéos et écrites que j'ai réalisé ainsi que les nombreux articles relus et
corrigés par mes soins sont consultés par un grand nombre de personne quotidiennement. Cette
responsabilité - ainsi que la gratification que procure cette contribution concrète à l'activité de l'IRIS
- constitue certainement l'un des points les plus positifs de mon expérience.
Grâce à l'IRIS, j'ai découvert le domaine de la communication. J'ai par exemple acquis de nouvelles
compétences bureautiques. Ce stage m'a formé à la manipulation de deux logiciels : Adobe
Premiere Pro, utilisé pour le montage des vidéos et Quark Xpress, un logiciel de conception et de
publication de documents numériques et papiers.
Avec mes nombreuses participation à des évènements, colloques, et mes multiples relectures
d'articles spécialisés, j'ai également considérablement approfondi mes connaissances dans les
relations internationales. Ce stage était parfaitement intégré dans mon parcours universitaire et m'a
permis de recueillir des avis éclairés et passionnants de nombreuses personnalités sur tous les sujets
stratégiques qui ont fait l'actualité. Les conférences organisées par l'IRIS ont été une bonne occasion
pour nourrir mes connaissances.
Mon aisance rédactionnelle s'est aussi perfectionnée à force de procéder à des relectures attentives.
Enfin, les interviews étaient particulièrement enrichissantes car elle m'ont permis d'échanger et de
converser avec de nombreuses personnalités que je n'aurai certainement jamais rencontré autrement.
Etant quotidiennement au contact de spécialistes, d'auteurs et de professionnels des relations
internationales, j'ai vécu de nombreux échanges intéressants. Ces moments furent l'occasion de
nouer des contacts, de me renseigner sur le monde professionnel et également sur le travail des
spécialistes. Cet aspect humain de mon stage est certainement celui qui me marquera le plus.
21
Conclusion
Ce stage d'assistant au pôle communication de l'IRIS m'a permis de découvrir l'activité d'un think
tank à l'ampleur internationale et de m'initier au secteur de la communication. Au cours de cette
expérience, et grâce à une équipe toujours à l'écoute, je me suis pleinement épanoui.
Après plusieurs années d'études en sciences politiques et en relations internationales, ce stage a
véritablement renforcé ma motivation à m'insérer dans le monde professionnel. Il n'a pas
simplement confirmé mon attrait pour les questions stratégiques et internationales, mais a aussi
renforcé mon ambition de devenir à terme journaliste. En ce sens, ce stage a répondu à toutes mes
attentes puisqu'il m'a offert la possibilité de travailler au rythme de l'actualité et d'avoir accès à des
avis spécialisés sur de nombreuses questions.
J'aimerai finalement recommander ce stage aux étudiants en relations internationales qui veulent
approfondir leurs connaissances mais surtout entrer en contact avec de nombreuses personnalités
passionnantes.
22
TITRE 1
Histoire et perspectives de la manipulation des opinions en démocratie
Le développement historique des moyens de propagande est indispensable à étudier pour
comprendre l'importance de la corruption des idées dans le monde actuel (1). Il n'en reste pas moins
que l'influence de la propagande reste une question soumise à controverse (2).
CHAPITRE 1
De la propagande à la corruption scientifique de l'opinion publique
La fabrique du consentement est l'enfant de la guerre (1). Le célèbre consultant en relations publics
Edward Bernays a accompagné de manière substantielle son élargissement au domaine du
marketing, aussi bien publicitaire (2) que politique (3), démontrant maintes fois l'efficacité de la
manipulation des opinions en démocratie. Il a aussi utilisé l'instrument propagandiste afin de
couvrir la guerre au Guatemala en 1954 dévoilant ainsi le caractère indispensable de la propagande
pour toute démocratie belliciste (4).
SECTION 1 - La Commission on Public Information marque l'essor de la manipulation
scientifique des opinions
Le contexte de guerre mondiale donne une impulsion exponentielle aux avancées en matière de
manipulation de l'opinion publique (1). L'analyse de la Commission on Public Information permet
de prendre la mesure de la puissance de la propagande et d'en saisir un nouveau modèle (2).
1. « La plus efficace des propagandes de guerre que le monde ait connue »
Selon Harold Tobin et Percy Bidwell, la Commission Creel constitue « la plus efficace des
23
propagandes de guerre que le monde ait connue » 16. La mission officielle de la Commission Creel
était d'informer le public et de sécuriser les informations militaires. En réalité elle fût un véritable
ministère de la propagande de guerre. Selon Jacques Ellul la Commission Creel « était chargé de
maintenir le moral, d’accroître la capacité de la guerre psychologique, d’assurer la diffusion des
idéaux américains à l’étranger » 17.
Mais c'est certainement le renversement de l'opinion publique américaine qui fut la tâche la plus
ardue de la commission. En effet la population américaine était hostile à l'entrée en guerre des
Etats-Unis. M. Wilson, élu notamment pour ses positions pacifistes, devait inverser la tendance en
jouant sur la fibre patriotique autant que sur les sentiments. Le cinéma propagandiste ou encore les
grandes manifestations, tel la marche vers la tombe de Washington le jour de l’Indépendance Day,
devaient encrer dans l'esprit public le mythe d'une croisade pour la paix et la démocratie. Il
s'agissait d'offrir au public, à travers les millions de tracts distribués, une version enjolivée des faits
en associant l'intervention américaine à la promotion de la démocratie à travers le monde. La
Commission Creel, s'est illustrée à travers la célèbre affiche de propagande représentant un Oncle
Sam déterminé, pointant du doigt le spectateur, accompagné d'un slogan percutant et impératif : « I
Want You For US Army ». Doté de moyen considérable garantissant son autonomie et d'un mode de
fonctionnement fluide, elle déploya des techniques innovantes et ambitieuses. Elle est à l'origine des
four minutes men, personnalités reconnues qui déclamaient avec force et conviction, dans des lieux
publics, la propagande gouvernementale. Elle prit en compte l'importance des leaders d'opinion en
s'assurant le soutient d'éminentes personnalités – tel John Dewey - ou encore d'organisations
religieuses respectées. Les leaders d'opinion avaient pour mission d'user des leviers classiques de la
manipulation des foules en dressant un portrait agressif et tyrannique de l'ennemis.
2. Un nouveau modèle de propagande
La Commission Creel est à l'origine d'un nouveau modèle de propagande. La croyance en un monde
meilleur, fondée sur les 14 point de Wilson, fut diffusée et adoptée par une partie de l'opinion
mondiale jusqu'en Allemagne. La Commission Creel doit notamment sa réussite au soutient des
classes supérieures et cultivées sans lesquelles la propagande gouvernementale n'aurait jamais pu
16. STAUBER John & SHELDON Rampton, « L'industrie du Mensonge » Marseille, 2004, Agone, p 29.
17. ELLUL Jacques Histoire de la propagande PUF, 1967 p. 110
24
prendre une telle ampleur. C'est l'un des apports les plus pertinents de la commission, mis en
exergue par le ministère de la propagande Britannique selon lequel, manipuler l'opinion des classes
intellectuelles supérieures permettrait d'exacerber l'hystérie du peuple 18.
Selon Edward Bernays, l'un des membres éminents de la Commission, en jouant sur tous les
tableaux des sens humains et sur de nombreux formats, la Commission Creel a constitué une forme
de propagande inédite qu'il était possible d'approfondir en temps de paix : « Il était donc tout
naturel qu'une fois la guerre terminée, les gens intelligents s'interrogent sur la possibilité
d'appliquer une technique similaire aux problèmes du temps de paix » 19.
Ces problèmes en temps de paix sont notamment ceux révélés par la crise de 1929. L'incapacité des
grandes entreprises à écouler leur production engendrait un besoin pressant de relancer la
consommation. Les techniques de manipulation de l'opinion furent ainsi sollicitées par les sociétés
privées afin de satisfaire leur ambition et de pérenniser le système capitaliste.
SECTION 2 - Le triomphe des relations publiques : l'exemple de l'industrie du tabac
L'industrie du tabac est l'un des secteurs les plus friands en relation publics (1). Les campagnes de
Philipp Morris ou de Lucky Stricke constituent des classiques incontournables pour tout étudiant en
marketing (2).
1. L'industrie du tabac : promoteur des nouvelles techniques de propagande
Les couvertures scientifiques et médiatiques partisanes, les expertises biaisées, ou encore les
associations créées de toutes pièces sont autant de moyens mis en œuvre par les fabricants de tabac
pour arriver à leur fin.
Edward Bernays, consultant en relation publique, fut approché par George Washington Hill, PDG
18. CHOMSKY & CHENSEY, « Propagande médias et démocratie », éditions Ecosociété, préfacé par Colette
Beauchamp, 2000.
19. Edward Bernays, op.cit. p. 66
25
de l'American Tobacco Compagnies en 1929. Soucieux d'accroître le profit de son entreprise, le
géant américain lui fit part de son intention de conquérir un nouveau marché à priori peu favorable :
les femmes américaines. Un tabou profondément ancré dans la société américaine empêchait les
femmes de fumer en public et entamait potentiellement la moitié du chiffre d'affaire du gérant de
Lucky Stricke. Il était admis que la cigarette dégradait la femme et la rendait vulgaire. Edward
Bernays tenta une première campagne, fondée sur l'amour propre des femmes et le souci de leur
ligne, en diffusant le slogan suivant : « Reach for a Lucky instead of a sweet » 20. Les ventes de
Lucky Stricke triplèrent en une année. Cependant, le tabou persistait et les femmes de bonnes
familles rechignaient toujours à consommer du tabac.
2. Une démonstration grandiose d'un renversement d'opinion
Monsieur Bernays, fidèle à sa pratique d'une propagande quasi-scientifique appuyée sur les sciences
sociales, eut recours aux analyses du psychanalyste Abraham A. Brill, promoteur d'une profession
en pleine essor aux EU. Ce dernier construit une appréciation purement freudienne du blocage
psychologique des femmes. La cigarette serait inconsciemment associée au symbole phallique et à
la domination masculine. Il s'agirait donc, pour tout expert en relations publiques, d'inverser cette
perception en présentant la cigarette comme une fronde face à la domination du mâle et une
affirmation de l'indépendance des femmes.
Fort de cette analyse, M. Bernays va monter de toutes pièces une campagne publicitaire encore citée
aujourd'hui dans les écoles de communications. Lors d'un événement très couru à New-York, à
savoir la parade de Pâques, Edward met en scène de jolies jeunes femmes, cigarettes à la bouches,
déclarant fumer des « torches de la libertés ». Les journalistes, prévenus à l'avance, firent du fait
divers un événement national et diffusèrent abondamment le slogan choisi par Bernays. Les photos
des mannequins connurent même du succès à l'étranger. Edward Bernays venait de donner les
contours de la propagande publicitaire de l'industrie du tabac. Fondée sur les thèmes de la liberté et
de la jeunesse, elle accompagna un marché en constante croissance qui ne connu de baisse que bien
des années plus tard, lors de la publication des analyses de l'American Cancer Society.
Ce succès est certainement l'un des plus significatif de la capacité de l'industrie à orienter les désirs.
20. John Stauber & Rampton Sheldon, op.cit. p. 45
26
Il venait non seulement démontrer l'efficacité de la propagande mais il conférait aussi une
crédibilité renouvelée à tout expert en relation publique. Au delà du monde de l'entreprise, Bernays
est convaincu qu'on pouvait « amener une collectivité à accepter un bon gouvernement comme on
la persuade d'accepter n'importe quel produit » 21.
Dès lors il critique vivement dans son ouvrage l'archaïsme des techniques de propagande utilisées
par les hommes politiques : « Les campagnes politiques se résument à un enchaînement de
performances mineures et d'hommages grandiloquents, éclatants et bavards. Elles ne font
quasiment pas place à cette fonction pourtant essentielle qu'est l'étude scientifique du public » 22.
L'un des premiers homme politique à avoir recours à ces services fut le président des Etats-Unis
Calvin Coolidge.
SECTION 3 - La naissance du marketing politique
La personnalité des hommes politiques, le charisme et le charme qu'ils dégagent, sont déterminants
dès lors que l'élection, et donc l'adhésion du public, est nécessaire à l'exercice d'une fonction. Il est
largement admis qu'un prétendant au poste de président ne serait être crédible s'il n'est pas capable
d'enflammer les foules et d'exacerber les émotions. C'est à travers l'expérience du président John
Calvin Coolidge (1) qu'Edwards Bernays eu l'occasion de dessiner les contours du future marketing
politique (2).
1. L'exemple du président John Calvin Coolidge
Le président des Etats-Unis John Calvin Coolidge avait soigné son image d'homme ordinaire et de
bon père de famille lors de sa réélection en 1924. Il succédait à Monsieur Harding, embourbé dans
le scandale du Teapot Dome, une affaire de corruption particulièrement médiatisée. Mais sa
communication politique qui se voulait rassurante connu un grand revers auprès de la presse.
Présenté à l'opinion publique comme un homme froid, inexpressif et ennuyeux il se rendit vite
compte que sa stratégie ne collait pas avec l'image idéalisé que les Américains se font du président.
21. Edward Bernays, op.cit. p. 155
22. Edward Bernays, op.cit. p. 143
27
Il eu ainsi recours aux services d'Edward Bernays afin de redorer sa popularité et de modifier la
perceptions du public.
2. La technique des leaders d'opinions
Edward Bernays eu recours à la technique des leaders d'opinions. Il contacta une trentaines de stars
hollywoodiennes à la Maison Blanche et les invita à la table du président pour un déjeuné. Le
président, accompagné de personnalités joyeuses et bien en vue, semblait perdre de son aura terne.
Les journalistes et photographes se délectèrent de ce faits divers et l'évènement fit la une de
nombreuses journaux. « Il a presque souri ». La mise en scène dévoila l'apport évident que pouvait
apporter les nouvelles techniques de propagande à la démocratie américaine.
Edward Bernays eu une relation particulière avec le monde politique. Plusieurs fois mis à son
service, il semblait ne pas vouloir pour autant l'intégrer. Il aurait ainsi refusé le poste de ministère
des Affaires étrangère de l'Etat d'Israël
23
. Pourtant, Edward Bernays a largement participé à un
certains nombres d'opération du gouvernement américain à l'étranger.
SECTION 4 - La nouvelle propagande au service de l'impérialisme Américain: l'exemple du
Guatemala
La propagande est née de la foi et de la guerre. L'un de ses aspects les plus spectaculaire et les plus
terrible est certainement sa capacité à canaliser les émotions d'un peuple effrayé par la machine
médiatique dans l'optique de satisfaire les intérêts financiers d'un petit groupe d'hommes. L'exemple
de la déstabilisation du Guatemala dans les années 50 démontre l'impact que peut avoir les membres
de la classe dirigeante dans l'opinion publique (1). Il met en exergue la force de la propagande
mensongère, de la désinformation, et du langage Orwellien (2).
23. SIMON & SCUSTER, Biographie of an Idea : Memoirs of Public Relations Counsel, New York, 1965, p703
28
1. Lorsque le progressisme au Guatemala déplaît aux Etats-Unis
Le concept de guerre juste ne date pas de la Commission Creel. Des auteurs de référence tel Jean
Bodin, Saint Thomas d'Aquin ou encore Francisco Suarez en ont abondamment parlé. Selon ces
penseurs la guerre est justifiée dès lors qu'elle est inéluctable, conforme à la foi et à la raison,
défensive et éthique 24. Ces conditions sont encore aujourd'hui au cœur de la propagande de guerre.
Il s'agit pour l'expert en relations publiques de vendre à l'opinion publique une guerre nécessaire,
répondant à l'intérêt général, national et non à quelques intérêts privés, quand bien même la réalité
sur le terrain est à l'opposé même des illusions répandues dans les medias.
Il convient de rappeler le contexte dans lequel s'inscrit la gigantesque opération de propagande
menée par Edward Bernays. Au Guatemala les dictateurs du XIXème siècle et du début du XXème
siècle, l'armée et la police, étaient largement soumis aux intérêts Américains. Or dès 1944, le
Président Guatémaltèque Juan Arévalo empiète sur les intérêts de la puissance américaine en
lançant une campagne en faveur des droits du travail et de l'accès à l'éducation. En mars 1951
Jacobo Arbenz – surnommé le réformateur - est élu avec 60% des voix au Guatemala. Le pays
portait au pouvoir un homme animé par une réelle volonté de lutter contre la pauvreté : marié à une
riche propriétaire foncière, il mit à disposition de l'Etat une partie des terres de sa femme. A cette
époque, l'entreprise Américaine United Fruits Compagny, producteur de bananes et détenteurs
d'intérêts financiers immenses dans le pays – notamment dans l'industrie locale et le Port Puerto
Quetzal – regardait avec méfiance s'accomplir la réforme agraire promise par Arbenz mais aussi la
réforme du droit du travail qu'elle pensait être contraire à la libre entreprise. Menacée de devoir
céder à l'Etat du Guatemala la partie inexploitée de ses terres, l'entreprise tente de conserver ses
intérêts en recourant au service d'Edward Bernays 25.
2. Les rouages d'une guerre psychologique
Edwards Bernays commence à travailler l'opinion américaine dès 1951. Sa campagne de
propagande reposait sur le classique « péril rouge ». Il s'agissait de faire passer le gouvernement
24. BARZIN Nader La notion de « guerre juste » à l'épreuve des exemples contemporains, Topique, 2008/1 n° 102, p.
181-191
25. ALMEIDA Fabrice, Marianne n°1021, 17 décembre 2011
29
d'Arbenz pour un pion de Moscou, susceptible d'accueillir sur son territoire des missiles visant
directement la Nation Américaine. Ces allégations sans fondement 26, devaient être relayées par une
action de terrain : distribution de tracts communistes, engagement de provocateurs et de rebelles,
radio clandestine venant soutenir la guérilla... Edward Bernays invitera notamment un groupe de
journaliste ignorant tout du Guatemala, à analyser le situation sur le terrain. Il prendra soin de leur
faire rencontrer seulement des opposants aux régimes, encadrés par le CIA via l'opération
PBFortune, et d'organiser une manifestation anti-américaine entachée de violences.
Mais c'est à partir de 1952 que la guerre silencieuse prend une tournure nouvelle. Allen et John
Foster Dulles, deux actionnaires de United Fruits acquis aux intérêts de l'entreprise, accèdent à des
postes influents. Allen Dulles est nommé directeur de la CIA tandis que John Dulles est nommé
secrétaire d'Etat. Familier du Conseil d'Administration de United Fruits, ils tenterons avec l'aval de
Dwight D. Eisenhower, de concilier intérêt privé et intérêt public en décrétant que Arbenz, de par
ses récentes alliances avec des pays communistes, était une menace aux intérêts américains.
L'opération PBsuccess est lancée en 1953 en parallèle avec nombre d'opérations de guerres
psychologique (Projet Washtub) qui n'aboutiront pas toujours. Ainsi la volonté de provoquer une
révolte au sein même de l'armée du Guatemala n'eu pas l'effet escompté. Cependant la formation
d'assassins, de groupes paramilitaires et l'emploi de la force aérienne supervisée par la CIA devaient
amener à un putsh rapide et à la démission contrainte du Président Arbenz.
Encore une fois, la puissance des médias et de la désinformation venaient faire passer un coup
d'Etat sanglant pour une victoire de la démocratie. Selon Normand Baillargeon, professeur en
science de l'éducation à l'Université du Québec à Montréal, « Ce coup d'Etat marque le début d'un
bain de sang qui fit plus de 100 000 morts dans ce pays au cours des cinq décennies qui suivirent »
27
.
26. HAINES Gerald, CIA History Staff Analysis, juin 1995
27. Edward Bernays, op.cit. p. 33
30
CHAPITRE 2
La corruption des idées : un objet de controverses
Alors que la propagande était toujours plus intégrée à la démocratie, en tant qu'instrument de
gouvernement et de vente, de nombreuses thèses remirent en cause son impact sur les individus (1).
L'argumentaire d'Edward Bernays était de plus largement contesté par de nombreux auteurs qui se
penchèrent sur les liens qu'entretiennent propagande et démocratie (2).
SECTION 1 – L'exemple de la publicité et des médias
Il est impossible de traiter tous les supports sur lesquels s'exercent la propagande. Les médias (1) et
la publicité (2), de par leur caractère massif et quotidien seront donc privilégié pour l'analyse de
l'influence de la propagande.
1. Le pouvoir médiatique
Bernays inscrit sa propagande dans un contexte de croyance forte en la capacité des médias à diriger
les opinions et les comportements. Cette croyance sera remise en cause par Lazarsfeld notamment
(A). Les études vont mettre en évidence des effets certes nombreux mais limités et filtrés dans leur
capacité d'influence (B).
A. De la théorie des effets puissants à la théorie des effets limités
Edward Bernays est convaincu de la capacité qu'on les médias à façonner la pensée et les croyances
de l'opinion publique. La croyance dans le pouvoir des médias, ou le paradigme des effets puissants
est parfaitement exprimée par Tchakhotine – Le viol des foules par la propagandes politiques – qui
conçoit le public comme soumis à la puissance d'une propagande devenue « irrésistible » 28. Le
relation qu'entretient le public avec les médias est conçu en terme de dépendance et de
manipulation. Vance Packard, dans la persuasion clandestine, établie lui aussi une influence
28. TCHAKHOTINE Serge, 1992, Le Viol des foules, Tel, Gallimard, Paris p. 44
31
présumée des médias sur les individus en prenant notamment l'exemple de la propagande
publicitaire. Cette dernière agit comme une seringue hypodermique capable d'injecter dans l'esprit
du public toutes idées, ou penchant à tel comportement souhaité. Selon le paradigme des effets
puissants, la répétition, voir le matraquage, de messages simples permet d'interférer avec les
émotions du public. Celui-ci intégrera profondément la formule de sortes qu'elle devienne un
réflexe spontané. La propagande est donc l'instrument capable d'obtenir des « automates », des
« esclaves psychiques », ou encore des « robots vivants » 29.
Dans le cadre du paradigme des effets puissants, Harold Lasswell et Paul Lazarsfeld ont tout deux
tenté de mesurer la portée de l'influence médiatique sur le public. Ils vont mettre en lumière contre
toute attente des facteurs qui filtrent, réduisent, et limitent le pouvoir des medias. Ainsi dans
People's Choice Lazarsfeld met en évidence l'influence déterminante des groupes primaires dans le
vote 30. L'individu n'est plus conçu comme une victime du tapage médiatique mais comme étant
socialement situé. Ses amis, sa famille, ses proches ou encore ses collègues sont les agents
déterminants de son mode de pensé et de son comportement.
Sa perception de son environnement, notamment médiatique, est directement influencé par les
groupes primaires : ils peuvent exagérer un phénomènes, l'amenuiser voire le dénaturer. L'étude
souligne même une forte tendance à la conformité des opinions à l'intérieur des groupes primaires.
La pression à la conformité est le fait de leaders d'opinions. Cet aspect va largement dans le sens
des travaux d'Edward Bernays qui avait su tiré de cette dépendance.
Leur travaux donneront lieu à un paradigme longtemps dominant dans l'analyse des médias : le
paradigme des effets limités. Finalement le corps médiatique n'est pas tout puissant mais soumis à
divers filtres qui modifient la nature et l'intensité du message publié.
B. Les nouvelles pistes
Le courant des uses and gratifications a proposé une nouvelle lecture de l'influence des média en se
concentrant sur les attentes et les satisfactions que les individus en retirent. Mené principalement
par Elihu Katz ce nouveau courant tend à relativiser la puissance des médias. Les individus ne sont
29. DERVILLE Gregory 2013, Le pouvoir des médias Grenoble, Presse Universitaire p. 12
30. LAZARSFELD Paul The People's Choice, New York, Columbia University Press, 1944, p. 178
32
plus les victimes mais les acteurs de leur exposition aux médias. C'est une activité qui repose sur
différentes motivations, du divertissement au besoin d'information, et qui est ciblée. Les individus
consomment volontairement tel type de médias avec une attente bien précise. Les sujets font une
utilisation active des médias avec divers objectifs. Il n'y a donc pas un effet des médias mais des
effets selon l'utilisation qu'il en est fait.
Stuart Hall, dans Codage, Décodage a nuancé un peu plus la force de persuasion des médias 31. Les
publicitaires confèrent un sens particulier et univoque à leur message. Pourtant les individus vont
certainement emprunter d'autre voies d'interprétation. Les études sur la réception des médias ont
mis en lumières l'altération du message médiatisé et la pluralité de signification qu'il pouvait avoir
pour les sujets. Ces études insistent sur la capacité des individus à interpréter le message selon leur
vécu, leur opinion.
Depuis les années 70, une multitude de pistes se sont développées en parallèle avec l'exposition
accrue de la population aux médias. L'effet agenda-setting, identifié par McCombs et Shaw, semble
exercer un impact important sur le public dans la mesure où il cantonne l'opinion à un horizon
prédéfini, en établissant une hiérarchie des enjeux locaux, nationaux ou mondiaux. L'Ecole critique
a mis en avant les effets pervers produits par les médias qui associent l'information au
divertissement : absence de raisonnement et inconscience des logiques de dominations politiques.
Les médias tendraient aussi à uniformiser les modes de vie. Des expériences ont aussi mis en
lumière un comportement particulièrement intéressant : les individus à contre courant de l'opinion
dominante et médiatisée, subissent la pression de la majorité à tel point qu'ils tendent à taire leurs
idées.
La puissance des médias n'est donc pas totalement déterminée et semble dépendre de nombreux
facteurs. En est-il de même pour la publicité ?
2. L'influence silencieuse de la publicité
Les grandes entreprises comptent parmi les plus grandes consommatrices de la nouvelle
propagande. Edward Bernays s'est impliqué dans la généralisation du phénomène publicitaire (A)
31. Gregory Derville, op. cit. p. 31
33
jusqu'à en faire un instrument redoutable et insidieux (B).
A. Le rôle d'Edward Bernays dans l'avènement du phénomène publicitaire
Le phénomène publicitaire n'est pas récent. Dès 1759 Samuel Johsnon s'exclamait « Le métier de la
publicité est désormais si proche de la perfection qu’il va être difficile d’y apporter des
améliorations »
32
. Le musée de la publicité de Paris pourrait aussi nous en convaincre. Son
exposition « 250 ans de publicité » porte un regard historique sur l'instrument de la société de
consommation, des orateurs du XIIe siècles aux affiches publicitaires omniprésentes dans les
journaux. En 1865, un tiers des journaux étaient déjà occupés par des petites annonces 33. Les plus
grandes firmes ont très tôt investis cette outil de persuasion. En 1892, Coca-Cola fanfaronne en
annonçant un budget publicitaire parmi les plus importants 34. On peut se rendre compte de l'apport
d'Edward Bernays en prenant en compte la stratégie qui animait Coca-Cola en cette fin de siècle.
Selon l'un de ses dirigeants : « La répétition peut venir à bout de tout. Une goutte d’eau finira par
traverser un rocher. Si vous frappez juste et sans discontinuer, le clou s’enfoncera dans la tête » 35.
Or cette conception mécaniste de la publicité – influencée par les doctrines de l'école de
psychologie – appartient à la vieille école selon Edward Bernays. Désormais la connaissance de
public doit être quasiment scientifique et la publicité doit s'adapter aux nouveaux principes de la
psychologie collective.
L'un des premiers défis posés à l'expert en relations publiques Bernays fut la promotion d'un Ballet
Russes auprès d'un public américains pas forcément passionné par le spectacle. A cette occasion
Bernays va faire preuve d'inventivité et démontrer que la propagande publicitaire doit reposer sur
une véritable stratégie de vente plutôt que sur une simple répétition mécanique. Sa campagne va
bien au delà d'une simple relation de communication par journaliste interposé. Il utilise les
magazines féminins afin de couvrir d'éloge les costumes portés par les danseurs, invite les
fabricants de vêtements à s'inspirer de leur couleurs et de leur style, interroge les hommes sur leur
réticence à la grâce... Le ballets sera évidemment un succès. « De nombreuses petites Américaines
rêvent de devenir ballerines »
36
. A cette époque, cette approche de la publicité est totalement
32. Ignacio Ramonet, A, op.cit. p. 1
33. ibidem p. 2
34. idem
35. Richard S. Tedlow, L’Audace et le marché. L’invention du marketing aux Etats-Unis, Paris, Odile Jacob, 1997
36. Edward Bernays, op.cit. p. 17
34
innovante. Edward Bernays a fortement participé à sa généralisation.
B. L'influence contemporaine de la publicité
« Pour réduire l’humanité en esclavage, la publicité a choisi le profil bas, la souplesse, la
persuasion. Nous vivons dans le premier système de domination de l’homme contre lequel même la
liberté est impuissante » 37.
Aujourd'hui, la publicité recouvre des aspects de plus en plus scientifiques, stratégiques,
psychologiques voire militaires. Elle ambitionne clairement de s'insérer partout, jusque dans les
foyers, en usant de tous les supports numériques (internet), électroniques (télévision), électriques
(radio, cinémas) et papiers (journaux, affiches). Pourtant un paradoxe évident semble remettre en
cause sa force. L'individu urbain vivant dans les milieux développés est exposé quotidiennement à
plus de 2 500 publicités 38. Ecrasé par la masse d'information, il en ignore jusqu'à 95%. En effet, une
étude portant sur la réception des messages publicitaires affirment que 85% sont ignorés, et que sur
les 15% restants, au moins 10% sont oubliés ou produisent un effet contraire à celui recherché
39
L'essor du phénomène publicitaire aurait donc nuit à sa pertinence.
Dans cet ordre d'idée, Petty & Cacioppo se sont penchés sur l'étude du rôle de l'individu dans la
perceptions du messages et les enjeux qui en découlaient pour l'expert en relation publique. Ils
distinguent les individu faiblement impliqués dans le contenu du message - par manque d'intérêt ou
par saturation – et les individus fortement impliqués. Les premiers seront plus sensibles à
l'esthétique (un visage beaux et rassurant), à l'humour, à la notoriété de la source. Les seconds
seront plus intéressés par le sens et la pertinence des arguments développés par la publicité.
Mais ces données conscientes n'ont pas permis d'augmenter significativement les ventes d'un
produit. Au contraire, la manipulation inconscientes des esprits donnaient, avec le soutient d'Edward
Bernays, des résultats faramineux. La firme Coca-Cola aurait augmenté de 50% ses ventes dans un
cinémas par l'utilisation d'images infra-liminaires, qui agissent par la stimulation inconsciente de
l'oeil et du cerveau, estampillées Drink Coca-Cola 40. De Mitterrand à George Bush, en passant par
37. BEIGBEDER Frédéric, 99 F, Paris, Grasset, 2000
38. Ignacio Ramonet, A, op.cit. p. 2
39. idem
40. GEORGET Patrice, « La persuasion publicitaire », Application des modèles théoriques de la psychologie sociale,
35
le fondateur de l'Eglise de scientologie, tous ont usés de ce procédés 41. Cependant les chercheurs
Channouf, Canac et Gosset ont affirmé que les images subliminales étaient efficaces pour
déclencher une envie, mais n'inviterais pas forcément l'individu à combler son envie par le produit
proposé.
Pour se faire une meilleur idée de l'influence de la publicité, un certains nombres d'expériences aux
résultas étonnants ont été rendues publiques. Elles démontrent surtout que la fidélisation à une
marque s'observe dans l'activité cérébrale et dans le subconscient. Une étude de Read Montague
pour le « Baylor College of Medecine » 42, a mesuré l'activité du cerveaux d'individus goûtant, à
l'aveugle puis en connaissance de cause, du Coca-Cola et du Pepsi. La dégustation à l'aveugle a
montré que la zone du plaisir était plus réceptive à la dégustation du Pepsi. Mais lorsque les
marques sont dévoilées, les résultats s'inversent. Ce résultats restent valables même si l'individu
croit boire du Coca-Cola alors que le boisson dégustée est du Pepsi. De même des enfants qui
dégustaient des frites identiques ont tous préférés les frites estampillées Mc-DO que les frites à
l'emballages neutres. Les marques semblent donc décider de notre goût, de nos envies et de nos
préférences. L'admettre reste pourtant bien difficile.
SECTION 2 - La propagande, un instrument démocratique ?
La thèse d'Edward Bernays selon laquelle la propagande donne vie à la démocratie est contredite
par Jacques Ellul (1). Cette controverse est illustrée par la relation qu'entretient la propagande avec
la presse (2).
1. La propagande démocratique, de l'essence au non sens
La propagande peut-elle servir les intérêts de la démocratie ? Selon Edwards Bernays, la
propagande est la condition de l'exercice de la démocratie (A) tandis que l'expression de la
propagande démocratique est proche de l'oxymore selon Jacques Ellul (B).
Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, 2005
41. Ignacio Ramontet, op.cit. p. 3
42. www.alaconquêteducerveau.blog-idrac.com
36
A. La propagande, essence de la démocratie selon la théorie d'Edward Bernays
Selon l'Historien Thomas Kuckle : «Quand l'écart entre les classes intellectuelles et les classes
laborieuses se creuse, les premières n'ont plus aucune influence et les secondes n'en tirent aucun
bénéfice» 43. Edward Bernays affirme avoir conçu la propagande comme un outil visant à réduire
cette écart plutôt qu'à le rendre inéluctable. Pourtant, il plaide tout au long de son ouvrage pour la
nécessité et l'utilité d'un gouvernement invisible : « Notre démocratie ayant pour vocation de tracer
la voie, elle doit être pilotée par la minorité intelligente qui sait enrégimenter les masses pour
mieux les guider » 44
Le gouvernement invisible d'Edward Bernays est composé d'un ensemble de formations et
d'individus qu'il appel les « faiseurs d'opinions » 45. Il recouvre des personnalités politiques : du
président des Etats-Unis aux gouverneurs, médiatiques ; des producteurs de cinema aux dirigeants
des journaux, financiers : des présidents de corporations aux hommes d'affaires prestigieux de Wall
Street – mais aussi religieuses, sociales. Les nouveaux propagandistes
qui forment ce
gouvernement invisible sont les personnes dont l'influence est déterminante auprès des faiseurs
d'opinions : Mark Hanna pour la politique, Irene Castle pour la mode. Cette notion de
gouvernement invisible semble s'être institutionnalisée selon Peter Dale Scott et son concept d'Etat
profond
Mais bien qu'Edward Bernays reconnaissent que « des dirigeants invisibles contrôlent les destinées
de millions d'êtres humains »
46
, il ne rejette pas la notion de démocratie, tout au contraire. La
propagande participe à la liberté d'expression et au principe de libre compétition. Elle fait vivre le
débat d'idée car toute propagande est amenée à être contredite par une autre. Selon Bernays, le
propagandiste est un expert de la démocratie qui se fait l'intermédiaire entre les aspirations sociales
et les aspirations politiques ou commerciales. Il dénonce l'utilisation du mensonge, qui dénature la
propagande, bien qu'il n'hésite pas à manipuler les croyances populaires infondées. Par ailleurs il
43. Edward Bernays, op.cit. p. 169
44. ibidem p. 40
45. ibidem p. 71
46. ibidem p. 74
37
affirme que les citoyens ne se rendent pas compte du rôle bienfaiteur et organisateur du
gouvernement invisible. Pour démontrer son propos il donne l'exemple du vote et de l'information.
La démocratie ne pose pas de limite au nombre de candidatures à la présidentielle. Nous pouvons
imaginer le désordre et la dispersion des votes qui résulteraient de la candidature de milliers de
personnalités. Le gouvernement invisible a agi par le biais des partis politiques afin de restreindre
les candidats potentiels au nombre maximum de 4.
Concernant l'information des citoyens, on considère que chacun se fait son opinion sur les
problématiques publiques et privées. Or, il est inconcevable que chacun se penche sur tous les
aspects – économiques, sociaux, politiques, moraux – d'une question donnée. C'est pourquoi,
« nous acceptons que nos dirigeants est les organes de presse dont ils se servent pour toucher le
grand public nous désignent les questions dites d'intérêt général » 47.
La propagande n'est pas en soi un instrument de gouvernement mais un instrument « d'instruction »
des populations apte à adapter les « circonstances aux besoins », à « dégager les points forts des
événements notables » et à « orchestrer la présentation des grandes questions »
48
. La publicité
permet au consommateur de se faire une idée des différents produits sans avoir à analyser la
composition, l'aspect et les caractéristiques techniques de chaque produit.
Edward Bernays reconnaît les dérives d'un tel modèle de propagande démocratique : « la
manipulation des informations, l'exaltation de la personnalité, et tout le battage de masse autour de
personnalités politiques, de produits commerciaux ou d'idées sociales »
49
. Mais il lui semble
indispensable à toute vie sociale régulée.
B. La propagande démocratique est inefficace et contre-nature selon Jacques Ellul
Jacques Ellul, dans un article pertinent intitulé Propagande et Démocratie nous fait part de ses
47. ibidem p. 46
48. ibidem p. 166
49. ibidem p. 47
38
réflexions sur le rôle joué par la propagande en démocratie. Il y affirme que l'Etat, même
démocratique, ne peut éviter de recourir à la propagande pour plusieurs raisons. L'Etat
démocratique doit d'une part assurer la bonne marche de la fonction publique et d'autre part veiller
au respect de la liberté d'expression. Face au « déchainement des intérêts privés » 50 l'Etat doit agir
dans le sens de la formation de l'opinion publique aux valeurs d'intérêt général et national. L'Etat
doit lutter contre la propagande intérieure - des partis politiques ou des classes sociales – et
extérieure – des grandes puissances et des régimes autoritaires - afin de garantir l'intérêt de la
Nation. Pour autant, cet intérêt n'est pas forcément compatible avec la vérité dans la mesure où la
propagande est en elle-même « créatrice de vérité » car capable de se couvrir des « signes et
indices de la vérité »
51
. Un fait n'existe que s'il est admis par une partie significative de la
population.
Pour autant, la propagande démocratique n'acquiert son statut ni par sa source – l'Etat démocratique
- ni par son objet – répandre les idées démocratiques. Afin que l'utilisation de la propagande ne pèse
pas sur la conscience de l'Etat démocratique, elle doit répondre à plusieurs conditions.
La première condition est la liberté d'expression et l'absence de monopole des moyens de
propagande. Le monopole de la communication, caractéristique des régimes autoritaires, est
inconcevable en démocratie.La démocratie américaine semble dans les apparences promouvoir la
diversité des moyens de communications. Mais elle semble pourtant avoir transféré le monopole de
la propagande de la sphère publique à la sphère privée. Jacques Ellul dénombre à son époque
seulement 2 grandes entreprises de radio et de cinémas. La concentration des moyens de
communication s'est fondée sur le principe indépassable de la libre-concurrence, quitte à manquer
au devoir de liberté expression. Ce paradoxe permet de présenter tout adversaire à ce monopole
comme anti-démocratique alors qu'il confère en réalité une étonnante prestance aux idéaux
capitalistes.
D'autre part, la propagande démocratique doit être régulée dans son contenu et dans son utilisation :
« Elle n'est pas déchainée mais enchaînée, elle n'est pas un instrument des passions mais de la
raison » 52. La propagande démocratique doit répondre à des valeurs bien définies. Elle droit être
50. ELLUL Jacques. Propagande et Démocratie, Revue Française de Science Politique, 2e année, n°3, 1952, p. 4
51. ibidem p. 7
52. ibidem p. 11
39
factuelle et véridique. Elle ne peut dé-convenir à la dignité humaine en utilisant un vocabulaire
détestable tel dommages collatéraux. Elle est limitée aux nécessités, notamment aux états d'urgence
comme les guerres. Enfin elle est nuancée et non manichéenne.
Après l'identification des caractéristiques de la propagande démocratique, Jacques Ellul fait un
constat pessimiste : « Tout ce que nous venons d'en dire caractérise une propagande inefficace ;
exactement dans la mesure où l'on garde ce respect de la personne intérieure, on s'interdit une
pénétration profonde, pour obtenir (…) l'action sans passer par la réflexion » 53
La propagande démocratique est dénaturée, molle, paralysée. Elle ne peut qu'échouer en voulant
produire des comportements démocratiques et ne parviendra qu'à établir le contraire : « un homme
totalitaire aux convictions démocratiques » 54.
Le rapport de la propagande à la démocratie peut aussi s'observer dans la relation qu'elle entretient
avec le corps médiatique.
2. Propagande et médias
L'émergence d'empires médiatiques pose la question d'un recours massif à la propagande en
démocratie (A). Plus un facteur de déstabilisation que d'organisation, la propagande médiatique
semble être mise en service d'intérêt privé selon l'analyse de Noam Chomsky (B).
A. Propagande et pouvoir économique dans les médias
« On tend, un peu partout, à la formation de puissantes sociétés très peu nombreuses et qui
détiennent tous les moyens de propagande »
55
. Le constat de Jacques Ellul date de 1958. Le
phénomène de concentration des medias dans de grands groupes financiers et économiques n'est pas
nouveau. L'industrialisation des médias a commencé en 1830 avec l'apparition du New York Sun
53. Jacques Ellul, op. cit. p 12
54. Jacques Ellul, op. cit. p.20
55. Jacques Ellul, op. cit. p. 4
40
qui, grâce aux ressources de la publicité, établie un prix faible, attractif capable de gagner des parts
de marché jusqu'alors inexplorée 56. L'accélération de la mondialisation libérale dans les années 80
lui a conféré une ténacité particulière. Le pouvoir économique s'est emparé du corps médiatique. Le
quatrièmes pouvoirs s'est à de nombreuses reprises mis au services des intérêts privés et
gouvernementaux – pendant la guerre du Golf par exemple. Il ne joue son rôle de contre-pouvoirs
qu'en de rares occasions. On peut identifier un oligopole composé de 5 grands acteurs majeurs, que
les fusions-acquisitions n'ont cessé de renforcer. General Electric, Time Warner-AOL, Columbia
Broadcasting System, l'empire de Rupert Murdoch, et enfin le propriétaire de CNN, Turner. Les
empires médiatiques n'ont cessé de voir leur ambition grandir. Les corporations réunissent trois
domaines autrefois distincts : la culture de masse, l'audiovisuel classique et donc l'information, et la
communication au sens du marketing.
L'un des aspect les plus déplorables de cette concentration est que désormais, la propagande n'est
plus réellement imposée mais devient spontanée. Ainsi, M. Wolfowitz a admis que le mensonge
d'Etat sur les armes de destructions massives en Irak s'était présenté « pour des raisons
bureaucratiques » et que « Nous nous sommes entendu sur un point, les armes de destructions
massive, parce que c'était le seul argument sur lequel tout le monde pouvait tomber d'accord » 57.
Les médias se sont transformés en véritable organe de propagande belliciste afin de vendre à la
population les projets de conquêtes américains. Le mensonge d'Etat à sali une grande part du corps
médiatique américain. Si on pouvait s'attendre à ce que Fox News manque d'esprit critique à l'égard
des positions des néo-conservateurs, il était légitime de penser que le Washington Post ou encore le
New York Times ne participent pas à cette mascarade. D'autant plus que les rapports des services
secrets venaient démonter toute la propagande menée par le corps médiatique en annonçant n'avoir
aucunes preuves 58. Le mensonge d'Etat à pris des proportions gigantesques. Face au Conseil de
Sécurité de l'ONU le 5 février 2003, Colin Powell s'est ridiculisé devant le monde entiers. Chargé
de lire un papier rédigé par M. Lewis Libby – directeur du cabinet de Dick Cheney – il aurait failli
reculer en déclarant avec colère que : « Je ne vais pas lire ça, c'est de la merde » 59.
56. John Stauber & Rampton Sheldon, op.cit. p. 22)
57. RAMONET Ignacio Mensonge d'Etat Le Monde Diplomatique juillet 2003 (B)
58. International Herald Tribune, Paris, 14 juin 2003, & El País, Madrid, 1er et 10 juin 2003
59. Ignacio Ramonet, B, op.cit. p. 3
41
Le corps médiatique américain n'est cependant pas totalement dompté et soumis à la propagande.
L'exemplaire du New-York Times du 20 février 2002 mettait ainsi en lumière les dessous de la
guerre de l'information. L'Office de l'Influence Stratégique, dirigé par Simon Worden, fait partie des
ces acteurs de la désinformation. Pendant la guerre du Golf, il avait monté de toutes pièces le
témoignage d'une infirmière Koweïtienne qui racontait avec horreur avoir vu la garde Irakienne
massacrer des nourrissons dans une maternité avec une violence inouï. L'infirmière était en réalité la
fille de l'ambassadeur du Koweït à Washington. Mais l'affaire avait tellement ému le Congrès qu'il
avait permis de remporter le vote en faveur de la guerre 60.
Ces évènements relativement récents ne permettent pas pour autant de tirer des généralités sur le
rapport qu'entretiennent propagande et medias. L'analyse de Noam Chomsky est en ce sens plus
pertinente et empirique.
B. La thèse de Noam Chomsky
On critique souvent les travaux de Noam Chomsky en lui assignant un manque de fiabilité et une
tendance au complotisme. Pourtant il est inattaquable sur bien des points car sa documentation et les
chiffres qu'ils présentent sont la plupart du temps certifiés.
Selon lui la participation des journalistes à la propagande n'est pas le fruit d'un complot mais d'une
illusion. Le journaliste qui travail pour un grands groupes médiatiques tel Disney, peut parfaitement
conduire une honorable carrière sans jamais réaliser la détérioration de la liberté d'expression. La
censure et la propagande s'établissent finement au nom d'un consensus morale que le rédacteur en
Chef s'efforce de faire peser. Parfois, les informations sur lesquelles travaillent les journalistes sont
tronquées dès le départ. On peut penser au story-telling de Jessica Lynch. Son histoire fût racontée
partout dans le monde et la capture de cette jeune soldate a ému plus d'un américain. Pourtant, sa
blessure, et sa libération n'étaient qu'une supercherie témoignant d'une propagande récente : la
propagande hollywoodienne. Anmar Ouday raconte la scène en ces termes : « C’était comme dans
un film de Hollywood. Il n’y avait aucun soldat irakien, mais les forces spéciales américaines
faisaient usage de leurs armes. Ils tiraient à blanc et on entendait des explosions. Ils criaient :
"Go ! Go ! Go !" L’attaque contre l’hôpital, c’était une sorte de show, ou un film d’action avec
60. Idem
42
Sylvester Stallone » 61.
Noam Chomsky propose un véritable modèle de la propagande. Il fait émerger 5 caractéristiques
qui caractérisent la propagande moderne et qui filtrent l'information. Le premier est la concentration
des médias que nous avons déjà évoqué. Le deuxième est la régulation par la publicité. La publicité
est un puissant instrument de mise au service de la presse aux intérêts de la classe affairiste. Au
cœur des subventions, elle confère des avantages non négligeable à tous journaux : baisse de prix,
meilleurs rendements, promotion intensive... Nous avons évoqué plus haut comment le New York
Sun avait donné naissance aux mass médias en pratiquant des prix extrêmement bas. Ce
changement de stratégie est du au fait que les promoteurs devinrent sa principale source de revenu
62
A cette époque, James Melvin Lee nous faisait part dans l'History of American Journalism de cette
affirmation : on pourrait « insérer dans les journaux, à un coût élevé, presque toutes les publicités
déguisées sous l'apparence d'informations »
63
. Le troisième filtre est constitué par les sources
d'informations qui sont parfois biaisées comme nous avons pu le constater. Selon Noam Chomsky le
bureau des relations publiques du Pentagone subventionne en de nombreuses occasions la presse
avec l'argent du contribuable. Ironiquement, le contribuable paye son endoctrinement 64. Mais c'est
aussi le fait des experts, couverts de diplômes mais souvent peu objectifs. Ainsi, lors d'une émission
consacrée à la situation en Ukraine, Canal + n'a pas trouvé mieux que d'inviter Dominique Moïsi.
Ce dernier, enseignant très prestigieux à l'ENA ou encore à Harvard est membre d'au moins deux
think tanks des plus influents en tant que conseiller spéciale auprès de l'Institut Français des
Relations Internationales et membre du Bilderberg. Son analyse est dépourvue de toutes notions
historique ou géopolitique au profit d'un tableau émotionnel de bas niveau.
Le quatrième filtre est les contre-feux et les moyens de pressions divers sous forme de menace,
harcèlement ou autres protestations plus ou moins violentes, du simple coup de fil à la menace des
'chasseurs rouges' au temps du maccarthysme. Le cinquième caractère de la propagande est de
désigner un ennemis afin de mobiliser massivement le peuple et de le prendre à partie. De l'anticommunisme à la guerre au terrorisme, l'identification d'un ennemis intérieur et extérieur sert
évidemment les intérêts et l'efficacité de la propagande en déchainant les émotions.
61. KAMPFNER John, Saving Private Linch Story 'Flawed' BBC, Londres, 18 mai 200
62. John Stauber & Rampton Sheldon, op.cit. p. 22
63. idem
64. CHOMSKY Noam & HERMAN, Manufacturing Consent, Marseille, Edition Agone, 2008, p. 66
43
Conclusion et transition
Si la propagande semble effectivement poser un problème démocratique, l'institutionnalisation et la
multiplication progressive de grandes fondations vouées à influencer les opinions des décideurs
publics et à agir en amont dans la réflexion politique sont perçues comme participant à la vitalité de
la démocratie. La dynamique de professionnalisation de l'usage de la manipulation des opinions en
démocratie ne s'est donc pas uniquement traduite par le renforcement du marketing politique,
publicitaire et par l'avènement d'un espace médiatique orienté. Les think tanks et les lobbys
constituent certainement l'une des expressions supplémentaires de ce phénomène, non plus en
direction des masses, mais à l'adresse des élites. En tant qu'institutions vouées à influencer les
opinions des décideurs publics, les laboratoires d'idées politiques jouent un rôle considérable dans
la vie politique et dans la définition des politiques publiques.
Naviguant entre agences intellectuelles financées pour servir des intérêts privés ou étatiques et
institutions de réflexion jouissant d'une autonomie remarquable et faisant la part belle à la pluralité
des opinions, les think tanks et les lobbys sont assurément un objet d'étude stratégique. Par exemple,
les membres des conseils d'administration des principaux groupes médiatiques sont bien souvent
rattachés à de multiple groupes de pensées. Selon Michael Useem, cette élite intellectuelle et
financière forme ainsi l'une des composantes de l'Inner Circle, le noyau dur de la « grande
bourgeoisie d'affaires dont les membres sont sociologiquement disposés à transcender les profits
sectoriels au bénéfice de l'intérêt collectif des dominants et à sacrifier le libéralisme doctrinal au
'libéralisme des oligopoles' » 65. Les divers groupes de pensées, grâce à leur interpénétration avec le
monde politique et économique, sont assurément des moyens déterminants pour faire valoir ces
objectifs. Il est donc indispensable de les étudier puisqu'ils constituent l'un des instruments
privilégié et stratégique de l'accès au marché des idées.
Un think tank et un lobby ont donc été sélectionnés pour illustrer ce phénomène ainsi que son
impact sur les relations internationales. D'une part l'AIPAC, puisque son impact sur la vie politique
américaine est déterminant, et d'autre par le Council on Foreign Relations, car son prestige et son
réseau au sein de l'élite politique et économique ne trouvent certainement pas leur pareil.
65. GEUENS Geoffroey « Idéologies et hégémonie : la classe dirigeante au prisme des think tanks », Quaderni,
70 | 2009, 69-77.
44
TITRE 2
La corruption des idées dans les relations internationales
En matière de relations internationales, les think tanks, « réservoir de pensées », et les groupes de
pression président à la diffusion d'idées et d'idéologies aux conséquences remarquables sur la
diplomatie. Afin d'évaluer l'influence ces institutions sur la politique étrangère américaine, deux
exemples seront développés : le cas de l'AIPAC (Chapitre 1) et celui du Council on Foreign
Relations (Chapitre 2) afin de mieux comprendre les mécanismes propres à ces véritables machines
à informer et à guider les élites.
CHAPITRE 1
L'AIPAC, un modèle de lobbying au cœur de la politique américaine
L'AIPAC est un « modèle de lobbying »
66
au cœur de la politique américaine (1). Nous essayerons
d'évaluer précisément l'influence et les moyens employés par l'AIPAC pour faire valoir ses objectifs
(2) avant de s'interroger sur la perte de vitesse et l'avenir de l'institution (3)
SECTION 1 - La naissance d'une institution
L'AIPAC jouit d'une forte popularité auprès du monde politique (1), notamment pour des raisons
historiques (2).
1. Un groupe de pensées au succès politique affirmé
« C'est merveilleux de revenir parmi vous et de retrouver tant d'amis. J'ai vu un certains nombres
d'entre vous en coulisses avant d'arriver, et je peux vous assurer que j'ai reçu beaucoup de conseils.
C'est toujours ce que je fais quand je vois mes amis de l'AIPAC »
67
. C'est en ces termes très
66. HALIMI Serge, « Le poids du lobby pro-israélien aux Etats-Unis », Le Monde Diplomatique, août 1989
67. HALIMI Serge, « Coup de froid entre les Etats-Unis et Israël », Le Monde Diplomatique, 24 mars 2010
45
chaleureux que s'exprima l'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton, le 22 mars 2010, à l'occasion
de la conférence annuelle de l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le puissant lobby
pro-israélien. Les années précédentes, John McCain y avait loué « une organisation magnifique »,
Barack Obama y avait évoqué « le lien indissoluble hier, aujourd'hui et pour toujours » entre Israël
et les États-Unis, tandis que Joe Biden, actuel vice-président des Etats-Unis, clôturait les débats du
Congrès de 2009 68. L'engouement des personnalités publiques et politiques pour cet événement est
profondément ancré dans la culture politique américaine. Cependant, l'AIPAC semble aujourd'hui
pâtir d'un coup de froid inédit entre l'administration Obama et le gouvernement de Netanyahu.
Entre diplomatie contrariée et lobbying intensif, l'analyse de l'AIPAC permet de mettre en lumière
les enjeux aux plus hautes sphères du pouvoir.
2. Une institution historique au cœur de la politique étrangère américaine
Pour mieux comprendre l'attrait irrésistible de l'AIPAC sur la classe politique américaine, il
convient de revenir sur son histoire. Née en 1951, l'organisation porte dans ses gênes le traumatisme
de l'Holocauste et la préoccupation essentielle pour l'existence d'Israël, en tant que garantie de la
sécurité de la communauté juive. A cette époque, la sûreté d'Israël constituait aussi une priorité pour
l'establishment américain, et tout le sens de l'AIPAC était donc de préserver la force du lien unissant
les Etats-Unis et Israël. Après sa victoire militaire de 1967, Israël devient un partenaire stratégique
essentiel pour les Etats-Unis, et bénéficie d'une aide spéciale de plus de 2 milliards de dollars sous
Nixon 69. Mais c'est dans les années 80 que l'AIPAC se constitue véritablement en lobby organisé,
après avoir paradoxalement connu deux revers majeurs : l'insupportable position du président Carter
en faveur d'un « foyer national palestinien » et la défaite de l'organisation dans son combat contre la
vente de cinq avions AWACS à l’Arabie Saoudite. Elle se dote alors d'un budget conséquent, estimé
en 2009 à 45 millions de dollars, et d'une équipe de plus de 150 chercheurs spécialisés, voués à
influencer les acteurs du politique américaines. Car c'est bien là l'une des missions principales de
l'AIPAC : garantir le soutien inconditionnel du Congrès et évacuer toutes critiques de la politique
israélienne. L'une des armes qui fait la force de frappe du lobby est d'ailleurs l'information. Selon un
membre de la chambre des représentants américaines « leur documentation sur la politique
étrangère est supérieure à toutes les autres et ils vous la fournissent sous une forme maniable. Voilà
68. MANDEVILLE Laure, « L'Aipac, le lobby pro-israélien des États-Unis », Le Figaro, 18 mai 2009
69; COHEN Jim, « Le « lobby juif » aux États-Unis : contre les stéréotypes, la transparence », Mouvements, 2004/3
(n°33-34), p. 102.
46
la clé de leur influence » 70.
Si l'influence supposée de cette organisation suscite bien des fantasmes, il est clair qu'elle constitue
l'un des lobbies les plus efficace et même, une « force majeure dans la politique américaine au
Proche-Orient »71 selon les mots du New York Times. Or, la puissance démesurée de l'AIPAC et de
ses plus de 100 000 membres fait grincer bien des dents, jusqu'au sein même des partisans de la
cause israélienne. L'obstruction continue de Benjamin Netanyahu aux tentatives extérieures de
règlement du conflit israélo-palestinien, et son mépris envers les résolutions de l'ONU condamnant
l'occupation et la colonisation des territoires palestiniens ont été largement facilité par l'action de
l'AIPAC. L'AIPAC, est une véritable lanterne de compréhension de la politique étrangère
américaine envers Israël. Le « pouvoir juif » 72, selon termes de J.J Goldberg, est même devenu
néfaste pour les deux professeurs d'universités ouvertement pro-israélien, John Mearsheimer et
Stephen Walt. Dans « Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine », ils dénoncent
le fait « qu'une politique aussi déséquilibrée ne sert pas les intérêts des Etats-Unis ni d'Israël » 73 .
Ce malaise vis-à-vis de la politique droitière du gouvernement israélien s'est ressentie jusque dans
les déclarations et les agissements de l'administration Obama. Un certain nombre d'évènements ont
contribué à refroidir les relations diplomatiques entre les deux pays. L'accord historique entre les
Etats-Unis et l'Iran, l'espionnage intempestif des conversations téléphoniques du président Israélien,
ou encore « l'affront »74 subi par Joseph Biden en 2010 lors de sa visite en Israël, sont autant de
motifs de crispation diplomatique. Quels sont les moyens de cette institution au cœur des cellules
diplomatiques américaines ?
SECTION 2 - L’AIPAC, un lobby à l’influence incontestable
Les moyens déployés par l'AIPAC (1), lui permettent d'avoir une influence incontestable auprès de
la politiqué étrangère américaine (2).
70;. MASSING Michael, « The Israel lobby », The Nation, 10 juin 2002
71; HALIMI Serge, « Le poids du lobby pro-israélien aux Etats-Unis », Le Monde Diplomatique, août 1989,
72; GOLDBERG J. J., Jewish power: inside the jewish establishment, Reading Mass., Addison-Wesley, 1996.
73. MEARSHEIMER John et WALT Stephen, Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine, Paris, La
Découverte, 2009, p. 46.
74. HALIMI Serge, « Coup de froid entre les Etats-Unis et Israël », Op. Cit.
47
1. Une organisation pleine de ressources
L’AIPAC est le premier lobby ethnique de politique étrangère. Il compte plus de 100 000 membres
et représente près de 55 000 associations juives américaines
75
. Il dispose également d’un budget
annuel de près de soixante-dix millions de dollars. Son objectif est d’encourager les militants proisraéliens de tout âge, religion, race et partis politiques à être engagé politiquement et établir des
relations avec les membres du Congrès afin de promouvoir la relation israélo-américaine
magazine Fortune
77
76
. Le
classe le lobby juif en deuxième position des lobbys les plus puissants
d’Amérique, derrière l’American Association of Retired Peope (AARP).
Un des atouts de l’AIPAC est sa capacité d’expertise
78
, qui lui permet d’analyser les grands
dossiers politiques et les décisions des élus, afin d’alimenter un réseau d’information très
performant. Ce réseau permet au lobby d’avoir une vision synthétique et complète des évènements,
ce qui lui donne la possibilité de formuler une réponse centralisée et adéquate au moment voulu. En
effet, les professionnels de l’AIPAC à Washington forment une « armée disciplinée » 79 qui surveille
et propose ses analyses à tous les élus du Congrès. Cette capacité d’analyse est si aboutie et
performante, que nombre de membres du Congrès se renseignent auprès de l’AIPAC avant même
d’aller chercher l’information auprès de canaux publics indépendants, ce qui donne au lobby un
pouvoir d’influence important et le rapproche de l'activité des think tanks.
2. Un pouvoir politique sous influence
L’AIPAC exerce une influence significative à Washington, en faisant pression à la fois sur le
Congrès et sur la branche exécutive du pouvoir, afin que ceux-ci supportent une position proisraélienne. Un des fondements de l’efficacité de l’AIPAC est son influence au sein du Congrès
américain. En effet là où habituellement les débats sont nombreux et virulents quel que soit le sujet
75. BALTHAZAR Louis, DAVID Charles-Philippe, VAISSE Justin, « La politique étrangère des Etats-Unis :
Fondements, acteurs, formulation », Presses de Sciences Po, 2008.
76. AIPAC, « How we work », http://www.aipac.org/, accédé le 18 janvier 2016.
77. BIRNBAUM Jeffrey, « Washington's power 25 which pressure groups are best at manipulating the laws we live by
A groundbreaking fortune survey reveals who belongs to lobbying's elite and why they wield so much clout », Fortune
magazine, 8 décembre 1997
78. BALTHAZAR Louis, DAVID Charles-Philippe, VAISSE Justin, Op. Cit.
79. COHEN Jim, « Le « lobby juif » aux États-Unis : contre les stéréotypes, la transparence. », Op. Cit., p. 101.
48
évoqué, la question d’Israël jouit d’un important consensus. Selon Mearsheimer et Walt cette
influence s’explique par plusieurs raisons 80.
Tout d’abord, il existe de nombreux membres du Congrès qui sont pro-israéliens. On peut penser à
certains sénateurs juifs, mais on trouve également de nombreux sénateurs chrétiens sionistes ayant à
cœur la défense d’Israël. La présence au Congrès d’attachés parlementaires proches de l’AIPAC,
permet également au lobby d’exercer une certaine influence auprès des sénateurs ainsi que sur les
décisions administratives. Morris Amitay, ancien leader de l’AIPAC, avait par ailleurs déclaré que
« beaucoup peut être fait au niveau des assistants parlementaires » 81.
De plus, l’AIPAC possède la capacité d’influencer le pouvoir législatif avec un système de
récompenses et de punitions car il faut rappeler que l'argent joue un rôle essentiel dans les élections
américaines. L’AIPAC va ainsi coordonner les contributions de ses membres vers les hommes
politiques jugés les plus pro-Israéliens. Michael Massing nous rappelle par exemple, que les
quarante-six membres du directoire de l’organisation ont distribué environ trois millions de dollars
entre 1997 et 2001, tandis que les 60 000 membres de l’AIPAC distribuent également des fonds en
suivant les consignes de l’organisation 82. Les candidats considérés comme hostiles à Israël, d'autre
part, subiront un boycott de la part de l’AIPAC qui orientera les contributions de campagne vers
leurs adversaires politiques. L’AIPAC organise également des campagnes d’informations et
encourage les rédacteurs de journaux à approuver les candidats pro-israéliens.
Ainsi, l'une des trois principales branches du gouvernement américain est fermement engagée à
soutenir Israël. Comme l'ancien sénateur Ernest Hollings a noté, alors qu'il quittait le bureau, « Vous
ne pouvez pas avoir une politique israélienne autre que ce que l'AIPAC vous donne ici » 83.
Le lobby a également un effet de levier important sur la branche exécutive. Ce pouvoir découle en
partie de l'influence électeurs juifs sur les élections présidentielles. Malgré leur petit nombre dans la
population (moins de 3 pour cent), ils représentent une part importante des dons de campagne aux
candidats des deux parties. Le Washington Post a estimé que les candidats démocrates à la
présidentielle « dépendent à hauteur 60% des donations privées de partisans juifs » 84. En outre, les
80. MEARSHEIMER John et WALT Stephen, Op. Cit.
81 Idem
82. MASSING Michael, « Deal breakers », The American Prospect, vol.13, n° 5, 11 mars 2002
83. MEARSHEIMER John et WALT Stephen, Op. Cit.
84. EDSALL Thomas B., COOPERMAN Alan, « GOP Uses Remarks to Court Jews », The Washington Post, 13 Mars
2003
49
électeurs juifs sont concentrés dans les Etats clés comme la Californie, la Floride, l'Illinois, New
York, et la Pennsylvanie où ils représenteraient près de 4 millions d’électeurs 85. Ainsi les candidats
aux élections ne peuvent adopter une position trop dure vis à vis de l’AIPAC sous peine de voir
l’électorat juif se retourner contre eux.
Cette stratégie de l’AIPAC est très efficace puisque qu’elle se déploie en dehors de toute
considération partisane. En effet le lobby soutiendra et influencera sans différenciation les deux
partis politiques américains : les Démocrates et les Républicains. Cela permet à l’AIPAC de faire en
sorte que le point de vue israélien soit défendu, quelle que soit la tendance politique du moment.
Enfin, et de manière plus anecdotique, l’AIPAC arrive à maintenir son influence grâce à une
stratégie d’alliance avec d’autres groupes d’intérêts. Nous avons déjà évoqué la droite chrétienne
sioniste, mais on retrouve également des alliances ponctuelles avec le lobby turc, notamment sur la
question de la reconnaissance du génocide arménien entre autre.
SECTION 3 – Quel avenir pour l'AIPAC ?
La pénétration des idées pro-israéliennes dans la classe politique américaine n'est cependant pas
absolue. Le gouvernement de Barack Obama a ainsi largement pris ses distances avec Benyamin
Netanyahu (1), alors que l'organisation connaissait plusieurs échecs retentissants (2). Cependant, la
prochaine élection présidentielle américaine pourrait changer la donne et redonner toute sa vigueur
au lobby(3).
1. Une volonté d’émancipation de la politique étrangère Obama
On assiste sous la présidence Obama un net refroidissement des relations entre la Maison Blanche
et le lobby pro-israélien 86. De nombreux dossiers permettent d'apprécier la nette prise de distance
de l'administration Obama avec le gouvernement israélien. Dès les premiers mois de son élection au
85. BALTHAZAR Louis, DAVID Charles-Philippe, VAISSE Justin, Op. Cit.
86. « AIPAC Pummels Obama », The Washington Post, 2 mars 2015
50
poste de président des Etats-Unis, Barack Obama s'était illustré en prononçant un discours au Caire
révélant son intention d'« en finir avec la colonisation israélienne »
87
. Les réserves de Barack
Obama sur le gouvernement de Benyamin Netanyahu furent exposées au grand jour à l'occasion
d'un sommet du G20. Une conversation entre le président français Nicolas Sarkozy et son
homologue américain est alors captée par deux journalistes. Alors que M. Sarkozy qualifie d'abord
le président israélien de « menteur », Barack Obama laissera paraître son exaspération en lui
rétorquant : « Tu en as marre de lui, mais moi, je dois traiter avec lui tous les jours » 88. De même,
le président américain ne s'est pas présenté devant l'assemblée annuelle de l'AIPAC, édition 2015,
préférant y laisser son secrétaire d'Etat l'y représenter. Le symbole de cette absence a été largement
commenté et bien souvent interprété comme symbolisant une distanciation renforcée de Barack
Obama avec le puissant lobby.
Mais au-delà des symboles, deux dossiers de fonds ont profondément divisé l'administration Obama
et la partie israélienne : la Syrie et l’Iran 89.
2. Les échecs de l'AIPAC
En 2013, suite à la campagne de propagande médiatique pro-intervention attribuant l’usage d’armes
chimique au régime de Bachar Al-Assad, Barack Obama, considérant de ce dernier a dépassé la
ligne rouge, envisage d’intervenir militairement en Syrie. Pourtant, l’AIPAC demeure étrangement
réticent au moment de prendre position. Un soutien à l’intervention entrerait pourtant dans une
logique de sécurisation des intérêts israéliens dans la région. Le lobby semble paralysé à l’idée de
voir le débat sur l’intervention en Syrie se transformer en débat sur Israël
90
. Historiquement
l’AIPAC a toujours évité de s’exprimer sur une guerre mais lorsqu’Obama décide de faire machine
arrière en laissant le Congrès voter sur l’intervention, il force l’AIPAC à entrer en campagne afin de
défendre les intérêts d’Israël 91. En faisant pression sur le Congrès pour une intervention américaine
au Moyen-Orient, l’AIPAC s’est mis en position délicate qu’il souhaitait justement éviter. Cela peut
être vu comme le premier échec de l’AIPAC face à Obama.
87. DIFFALAH Sarah, « Les contradictions de Barack Obama », Le Nouvel Observateur, 22 septembre 2011
88. idem
89. « Le puissant lobby pro-israélien Aipac en perte d’influence face à Barack Obama », Le Monde, 5 mars 2014
90. « On Obama´s Plan, a Message Emerges in Israel: Stay Quiet », The New York Times, 1er septembre 2013
91. ROSEN Steven J., « Pushed on the Bandwagon », Foreign Policy, 4 septembre 2013
51
Le deuxième échec de l’AIPAC porte sur le succès des négociations sur le nucléaire iranien 92. A la
suite du rapprochement des Etats-Unis et de l’Iran en 2014, l’AIPAC a mis en place une large
campagne de lobbying afin d’obtenir un vote de sanctions contre l’Iran au Congrès 93. A cet effet,
l’AIPAC a formé un groupe de lobbying, Citizens for a Nuclear Free Iran (CNFI), afin de s’opposer
à l’accord sur le nucléaire. Selon des sources anonymes du New York Times, la campagne de près de
20 millions de dollars s’étendrait dans 40 États et bien que le lobby soit bi-partisan, elle viserait
principalement les démocrates 94. Les accords de Vienne de juillet 2015 entre les 5+1 et l’Iran et le
consensus qui s’en est suivi représente la grande défaite de l’AIPAC sous la présidence Obama.
Le lobby pro-israélien s’est heurté aux pressions de la Maison Blanche qui cherche à préserver les
accords sur le nucléaire iranien et à empêcher un vote de sanctions au Congrès
95
. Lors de son
discours à l’American University en août 2015, le président Obama a indirectement pointé du doigt
l’AIPAC, des lobbyistes qui combattent la tenue des négociations à travers l’envoi de représentants
auprès de membres du Congrès et dépensent des millions de dollars en spots publicitaires 96.
L’opposition aux accords sur le nucléaire iranien ne fait d’ailleurs pas consensus au sein des lobbies
pro-israélien. Le succès des négociations n’a pas seulement ébranlé la capacité de l’AIPAC à
influencer la politique étrangère américaine, mais aussi son statut de domination de la scène proisraélienne en donnant de la visibilité aux lobbies favorables aux accords 97.
3. La candidature d'Hillary Clinton : une chance pour l'institution ?
Le discours prononcé par Hillary Clinton lors du dernier congrès annuel de l'AIPAC semble ouvrir
des perspectives radieuses pour une institution en perte de vitesse. Non seulement Madame Clinton
n'a pas dit un mot sur les multiples condamnations de la partie israélienne par les résolutions
onusiennes 98, tant pour des usages de la force excessif que pour des destructions injustifiées, mais
elle à même soutenue les bombardements à Gaza en 2014.
92. « Fears of Lasting Rift as Obama battles Pro Israel Group on Iran », The New York Times, 8 Août 2015
93. « Influential Pro Israel Group Suffers Stinging Political Deafeat », The New York Times, 11 septembre 2015
94. « Pro Israel AIPAC Creates Group to Lobby Against the Iran Deal », The New York Times, 17 juillet 2015
95. « How the Iran Nuclear Deal Weakened AIPAC », Newsweek, 1er septembre 2016
96. « Obama Urges Critics of Iran Deal to Ignore Drumbeat of War », The New York Times, 6 Août 2015
97. « J Street vs. AIPAC: Main US pro-Israel lobbies disagree on Iran deal », The Jerusalem Post, 14 Juillet 2015
98. « Résolutions de l'ONU non respectée par Israël », Le Monde Diplomatique
52
La candidate à la présidentielle a ainsi apporté son soutien à une alliance renforcée avec Israël et n'a
pas manqué de fustiger les menaces – l'Iran, l'extrémisme, les critiques envers Israël – qui pèsent
sur le foyer juif. Ses propositions, étayées devant un public conquis, portaient notamment sur une
nouvelle coopération militaire entre les Etats-Unis et Israël. Au delà du développement de l'Iron
Dome (dôme de fer, système de défense anti-missile israélien) et de la fourniture d'armes
sophistiquées à l'un des pays les plus militarisé du monde selon le Global Militarization Index 99,
Hillary Clinton s'est déclarée partisane d'un Memorandum of Understanding militaire qui puisse lier
Israël et l'Amérique du Nord pour les 10 années à venir.
Symboliquement, Madame Clinton s'est également engagée à faire du Premier ministre israélien,
son premier invité à la Maison-Blanche. Finalement, en se démarquant d'Obama, et en se montrant
intransigeante dans son soutien à Israël, Hillary Clinton semble être impatiente de redonner ses
lettres de noblesse à l'influent lobby que constitue l'AIPAC, quitte à assumer une véritable « bombe
à retardement stratégique » selon le directeur de l'IRIS, Pascal Boniface 100.
99. KRIEGEL Daniel, « Israël, pays le plus militarisé du monde ? », Le Point, 28 décembre 2012
100. BONIFACE Pascal, « Hillary Clinton devant l'AIPAC », Médiapart, 24 mars 2016
53
CHAPITRE 2
Le Council on Foreign Relations, un think tank au plus près des élites ?
Selon Richard Haass, président du Council on Foreign Relations, « l'essor des think tanks modernes
s'est réalisé parallèlement à celui de la puissance américaine, jusqu'au leadership planétaire »
101
(1). C'est notamment le cas du CFR, qui constitue une institution performante (2) et influente (3).
SECTION 1 - La construction du CFR, indissociable de l'histoire américaine
Le CFR est l'un des think tanks les plus prestigieux de la scène américaine (1) dont il s'agit d'étudier
les origines (2). C'est notamment grâce à la qualité de ses expertises que l'institution s'est consolidée
(3), bien qu'elle fasse aujourd'hui l'objet d'un nécessaire renouvellement (4).
1. Une institution prestigieuse
« Je suis ravie d’être parmi vous dans ces nouveaux locaux. J’ai souvent eu l’occasion de me
rendre à New York dans ce qu’on pourrait appeler le vaisseau-mère, en quelque sorte, mais il est
bon d’avoir un satellite du Conseil tout près du département d’Etat, dans la même rue. Cet
organisme est très généreux de ses conseils à notre égard, ce qui veut dire que je n’aurai pas à faire
d’aussi longs déplacements pour m’entendre dire ce que nous devons faire et comment nous devons
envisager l’avenir » 102
Ainsi s'exprimait Hillary Clinton le 15 juillet 2009, quelques mois après son investiture en tant que
secrétaire d'Etat des Etats-Unis au sein de l'administration Obama, devant le président du Conseil
des affaires étrangères, Richard Haass. La potentielle future présidente américaine, témoigne ici de
toute l'influence que peuvent avoir les think tanks au sein de l'establishment américain. Les centres
de recherches et d'expertises sont aujourd'hui devenus des acteurs à part entière dans la diplomatie,
101. HAASS Richard, « Think Tanks and US Foreign Policy : A Policy-maker’s Perspective », The Role of Think Tanks
in US Foreign Policy, revue électronique du département d’État, vol. 7, no 3, novembre 2002.
102. CFR, « A Conversation with U.S. Secretary of State Hillary Rodham Clinton », 15 juillet 2009, cfr.org
54
le lobbying et les relations internationales. Il convient donc de les étudier avec d'autant plus d'intérêt
qu'ils ont, parfois, réussi à accaparer toute l'attention des hommes de pouvoir.
Cette donnée est largement dépendante de la configuration propre au système américain. Les EtatsUnis portent dans leurs gènes le rejet de la Monarchie, et se sont donc logiquement doté de
mécanismes assurant une grande place au Congrès et à l'opinion publique. En tant que représentant
de la société civile et garant de la diversité des opinions, les think tanks possèdent une légitimité
incontestable et participent naturellement à l'élaboration de la diplomatie nationale.
Et si le CFR est aujourd'hui mis à l'honneur, c'est parce qu'il constitue « une des institutions les plus
prestigieuses de la scène américaine » 103.
2. La naissance d'un think tank
Les troubles occasionnés par la Première Guerre mondiale, et l'intensité diplomatique de l'aprèsguerre, ont conforté l'essor de plusieurs réservoirs d'idées, composés d'intellectuels et
d'universitaires voués à conseiller les gouvernements. Le président Woodrow Wilson, jusqu'alors le
premier président à détenir une Thèse universitaire, et son conseiller, le colonel Edward M. House,
avaient formé un groupe de réflexion destiné à penser l'après guerre, et à étudier les opportunités
offertes par l'expansion du libéralisme dans le monde : « L'Enquête » 104 . Ce groupe, au sein duquel
officiera notamment Walter Lippmann, produisit plus de 2000 documents et rapports analysant le
contexte d'après-guerre. Le travail de l'Enquête servira notamment de point d'appui aux fameux 14
points de Wilson.
Plus encore, le groupe mit à jour la nécessité d'institutionnaliser la recherche et le partage des
savoirs universitaires au sein de grands organismes influents, capable de travailler en cohésion avec
les représentants politiques. En marge des Conférences de la paix, se préparait ainsi la formation
d'une Académie Binationale, accompagnée par les délégations britanniques et américaines, capable
de définir la politique étrangère de ces deux pays sur le long terme, à l'abris des alternances
103. VERGNIOLLE DE CHANTAL François, « La recherche indépendante aux États-Unis et en France : le Council on
Foreign Relations et l’Ifri », Quaderni, N°70, 2009
104. FAUPIN Alain, « La pensée au service de l'action : les think tanks américains », Revue Internationale et
Stratégique n°52, 2003/4, p. 208
55
politiques. Ainsi, tandis que les britanniques construisaient l'Institut Royal des Affaires
Internationales, l'Enquête fusionnait avec un récent club privé, réunissant aussi bien des hommes
d'affaires influents que des avocats de la haute société : le Council on Foreign Relations.
3. La consolidation de l'expertise du Council on Foreign Relations
C'est donc en 1921 que l'institution prend forme, grâce à l'initiative de 108 personnes, le
financement de 26 entreprises et les importants dons du célèbre John D. Rockefeller. Présidé par
Elihu Root, dont le Prix Nobel de la Paix cache à grande peine son rôle en tant que secrétaire d'Etat
dans l'invasion de Cuba et du Honduras, le Council on Foreign Relations se mut rapidement en une
force profondément anti-isolationniste. Le contexte, et notamment le rejet de la SDN, explique
certainement la volonté de l'institution de lutter contre le sentiment isolationniste.
Avant de devenir un acteur décisif au sein de la politique étrangère américaine, le CFR était avant
tout un centre d'expertises réputé, et extrêmement utile pour les gouvernants durant l'entre deuxguerres. La recherche est l'une des missions essentielles du CFR, comme l'indique son programme,
qui veut encourager « by scientific and impartial study, a better understanding of international
problems, and an intelligent American foreign policy »
105
. Par exemple, le CFR adressa au
département d'Etat les War and Peace Studies, des études financées par la fondation Rockefeller,
qui participeront à « transformer la face du monde d'après 1945 » 106.
La consécration du CFR vint cependant véritablement après la Seconde Guerre Mondiale.
L'organisation démontra le sérieux de ses recherches en anticipant par exemple le Plan Marshall, ou
encore en publiant le célèbre télégramme de George Kennan annonçant le futur « containment » 107.
Ce faisant, elle acquit une position quasi-hégémonique dans la pensée de la politique étrangère. La
plume des chercheurs du Council on Foreign Relations faisait autorité dans un certains nombres de
dossiers stratégiques comme la prolifération nucléaire, la dissuasion, ou encore la guerre au
Vietnam.
105. FIOR Michel, Institution globale et marchés financiers : la SDC face à la reconstruction de l'Europe, 2008, Peter
Lang, p. 190
106. LEPINASSE Pierre, « Vers un intelligence économique transnationale ? La Commission trilatérale », Revue
fraçnaise d'Etudes américaines, 1995, Volume 63, p. 107 -116
107. KENNAN George, « The Sources of Soviet Conduct », Foreign Affairs, juillet 1947.
56
4. Une renouvellement nécessaire
C'est d'ailleurs le dossier Vietnamien qui sera à l'origine d'une crise interne importante au sein de la
communauté des chercheurs rémunérés par le CFR. L'absence de consensus sur l'intervention
américaine au Vietnam ébranlera profondément l'institution, si bien que pendant un temps, aucun
document ne traitant de la problématique vietnamienne ne fut publié.
Dans les années 70, face au déclin d'une organisation vieillissante quittée par des membres
éminents, tel Walter Lippmann, de nombreux autres centres de réflexions se sont développés. Le
Rand Corporation, le Policy Planning Staff ou encore le Center for Strategic and International
Studies proposent à leur tour des études destinées aux décideurs politiques, et des revues
renommées 108. C'est donc tout naturellement que son président, David Rockefeller, s'est lancé dans
une opération séduction visant à rajeunir les effectifs de l'organisation, et à faire preuve de
progressisme, en admettant la participation de femmes par exemple.
SECTION 2 - Une organisation performante et influente
Le Council on Foreign Relations bénéficie de plusieurs avantages, ressources et moyens (1) qui en
font une structure puissante impliquée au plus haut niveau hiérarchique dans la définition de la
politique étrangère américaine (2).
1. Le CFR : une association à but non lucratif, non partisane
A l'image de tous les think tank, le CFR clame son indépendance de la politique bi-partisane
américaine. L'organisation est enregistrée en tant que « not-for-profit organization »
109
, ce qui la
différencie ainsi des puissants lobbies américains. En tant que groupe de réflexion, le CFR est
admis à l'exonération fiscale, tel l'impôt sur les sociétés ou sur le revenu. De plus, l'organisation
108. VERGNIOLLE DE CHANTAL François, « La recherche indépendante aux États-Unis et en France : le Council on
Foreign Relations et l’Ifri », Quaderni, N°70, 2009
109. MARTEL Frédéric, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006
57
reçoit des dons soumis à la déduction fiscale de la part de plus de 200 multinationales. Ces dons
sont estimés à hauteur de 7 millions de dollars par an 110 pour un budget total de 30 millions.
Le Conseil se finance aussi grâce aux cotisations de ses membres. Le think tank demeure en effet un
cercle privé relativement fermé puisqu'il n'accueille que 4 200 membres cooptés, qui ont un accès
limités aux discussions et aux diverses réunions selon leur statut. On distingue ainsi les Affiliés,
dont les dotations s'élèvent à 30 000 $, des « cercles du Président », qui doivent s'acquitter d'une
cotisation de 60 000 $, et enfin la petite élite des Fondateurs. Cette dernière, dont l'accès se
monnaye à 100 000 $, peut assister aux dîners privés et participer aux réceptions somptueuses où
seules les personnalités les plus influentes peuvent participer. Mais au delà du simple lieu de
rencontre entre l'élite américaine, le CFR s'emploie à informer l'opinion publique, encourage le
débat et la confrontation des idées en promouvant des journalistes, des éditeurs, des universitaires,
et des hauts fonctionnaires aux opinions parfois diamétralement opposées.
2. Une source d'information stratégique
La renommée du CFR tient non seulement à la qualité de ses membres, qu'ils soient des chercheurs
des plus grandes universités ou des juristes des plus grandes multinationales, mais aussi à sa
capacité de se saisir des plus grands dossiers stratégiques comptant pour l'avenir.
Il y a aujourd'hui 91 chercheurs qui se consacrent à pleins temps à l'essentiel de l’activité
intellectuelle du Conseil. Les recherches menées par le CFR sont aussi dynamisées par des bourses
– les David Rockefeller Program – accordées aux études qui portent sur les grands enjeux
contemporains, et surtout sur la capacité des Etats-Unis à y faire face. Des conférences et des
auditions de personnalités influentes sur les thèmes d'actualités sont aussi organisées. Le prestige du
Conseil est enfin largement fondé sur le fait que, dans la pratique, il est la seul think tank à avoir
accès aux archives gouvernementales, ce qui confère une légitimité unique à ses analyses.
Le CFR bénéficie d'une audience considérable grâce au Foreign Affairs qu'il publie tous les 15 jours
et qui ait vendu à environ 125 000 exemplaires dans le monde. La maitrise de l'information est une
force d'autant plus déterminante que le Conseil a su, tout au long de son histoire, tisser des liens
110. MEYSSAN Thierry, « Comment le Conseil des relations étrangères détermine la diplomatie US », 25 juin 2004
58
étroits avec les grands groupes médiatiques, la hiérarchie politique – les secrétaires d'Etats ont bien
souvent été membres du CFR, et sept présidents y ont fait des discours – mais aussi avec les
services secrets 111.
SECTION 3 - Un gouvernement de l'ombre ?
« Vous savez, je m’estime privilégié de travailler dans une institution possédant une telle densité
intellectuelle (...). Depuis mon arrivée à la tête du Groupe de la Banque mondiale, vous imaginez
bien que j’ai reçu un nombre infini d’avis judicieux du personnel de l’institution »
112
. La capacité
du Conseil à collaborer avec une grande partie de l'élite économique, politique et sociale – ici Jim
Yong Kim le président de la Banque Mondiale – (1) ont amené certains auteurs à évoquer, à tort ou
à raison, un gouvernement de l'ombre qui influencerait la politique américaine à huis clos (2) en
faveur de l'interventionnisme (3).
1. Une institution élitiste au cœur de l' « Inner Circle »
Le Conseil des relations étrangères occupe une place centrale dans le champs du pouvoir étatsuniens. Selon Micheal Useem, le Conseil prends part à « l'Inner Circle »
113
, soit un cercle
concentrant les intérêts du monde des affaires et les promouvant, avec le soutien des plus grands
industriels, financiers et administrateurs, jusqu'aux plus hautes sphères de l'Etat. Helmut Schmidt
résumera parfaitement la convergence d'intérêt de la bourgeoisie affairiste américaine en évoquant,
à propos des dirigeants du CFR, des « républicains de gauche » ou des « démocrates de droite » 114.
Les fonctions occupées par les membres éminents du Conseil permettent d'apprécier la portée de
son influence. Par exemple la coprésidente du CFR, Carla Hills, a non seulement travaillé pour le
gouvernement américain, en tant que représentante au Commerce des États-Unis de 1989 à 1993,
111. VERGNIOLLE DE CHANTAL François, « La recherche indépendante aux États-Unis et en France : le Council on
Foreign Relations et l’Ifri », Quaderni, N°70, 2009
112. YONG KIM Jim, « Discours du président Jim Yong Kim au CFR », 1 avril 2014, banquemondiale.org
113. USEEM Micheal, The Inner Circle. Large Corporations and the Rise of Business Political Activity in the U.S. and
U.K., Oxford, Oxford University Press, 1984
114. Helmut Schmidt, Des puissances et des hommes, Paris, Plon, 1987, pp. 245-246
59
mais a aussi tissé des liens étroits avec les plus puissantes industries. Elle fut ainsi administratrice
de Time Warner, ChevronTexaco, IBM, et compta parmi les membres des comités consultatifs
internationaux de J.P. Morgan Chase ou encore de Coca-Cola. Enfin, sont statut de membre au
comité exécutif de la Commission Trilatérale et de présidente de l'Inter-American Dialogue finit de
dresser le tableau de ses multiples mandats stratégiques.
2. Un gouvernement sous influence
L'intégration des membres du conseil d'administration du CFR au sein des institutions étatiques
américaines est impressionnante. Du poste de gouverneur au secrétariat d'Etat, en passant par de
proches conseillers présidentiels et ambassadeurs, le Council on Foreign Relations dispose d'un
relai d'influence que peu d'organisations peuvent prétendre avoir. Par exemple, le président du
Conseil, Richard N. Haas, est l'ancien collaborateur du président Bush pour sa politique étrangère
au Moyen-Orient, et dirigea le « Policy Planning Staff », un des postes les plus prestigieux du
département d'Etat.
Parmi les administrateurs du Conseil on compte aussi l'ancien secrétaire du Trésor de Clinton,
Robert E. Rubin, l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU puis première femme secrétaire d'Etat
Madeleine K. Albright, l'universitaire renommé Joseph Nye, ou encore Colin L. Powell, le
secrétaire d'Etat américain de 2001 à 2005. Enfin, Robert Rubin, le second vice-président du
Council on Foreign Relations, fut secrétaire au Trésor de 1995 à 1999, et est aujourd'hui l'un des
conseillers économiques du président Barack Obama, tout en cumulant les mandats de viceprésident de Citigroup, et administrateur de Ford Motor 115.
Le 12 septembre 1939, une réunion entre le rédacteur en chef du Foreign Affairs, Hamilton Fish
Armstrong, son directeur exécutif, Walter H. Mallory et le secrétaire d'Etat adjoint et membre du
CFR George F. Messersmith, permet d'expliciter le rôle qu'entends jouer l'influent think tank dans la
politique étrangère américaine. Selon les termes de cette concertation, le Conseil n'entendait pas se
substituer au Département d'Etat ou influencer les directions de la politique étrangère américaine,
mais seulement saisir l'occasion historique qui se présentait alors, de faire de l'Amérique le premier
pouvoir du monde et d'en assurer le maintient 116.
115. GEUENS Geoffrey, « Idéologies et hégémonie : la classe dirigeante au prisme des think tanks », Quaderni, 70,
2009, 69-77
116. HEYDE Veronika, « De l'esprit de la Résistance jusqu'à l'idée de l'Europe : projets européens et américains pour
60
3. La promotion de l'interventionnisme en politique étrangère
Le 8 septembre 2010, lors d'un discours devant le CFR, Hillary Clinton a tenu des propos faisant
l'éloge de l'exceptionnalisme américain. Selon elle, les Etats-Unis « peuvent guider le monde,
117
doivent guider le monde et vont guider le monde dans ce nouveau siècle »
. Après plusieurs
années de pessimisme économique, et d'échec en matière de politique étrangère, plusieurs
chercheurs du Council on Foreign Relations ont promu un réelle réévaluation de la puissance
Américaine, notamment vis-à-vis de la Chine.
Cette nouvelle position s'est largement ressentie dans le revue Foreign Affairs de
novembre/décembre 2014. La directrice des études asiatiques du CFR, Elizabeth Economy, a ainsi
plaidé en faveur d'une mobilisation accrue de l'Occident afin de contrer l'essor économique de la
Chine. La teneur de son discours, qui n'hésite pas à qualifier Xi Jinping de « président impérial » 118,
est clairement engagée en faveur de l'interventionnisme. Elle note ainsi que :
« Les Etats-Unis devraient par conséquent renforcer le pivot par une forte présence militaire dans
la région Asie-Pacifique et dissuader ou contrer l’agression chinoise ; trouver une entente puis
ratifier le TPP; et stimuler les programmes de soutien aux institutions démocratiques et à la société
civile dans des pays tels que le Cambodge, la Malaisie et Myanmar, puis le Vietnam, où la
démocratie est encore naissante mais en croissance » 119.
Le vote du nouveau budget du Pentagone semble avoir pris acte de cet appel
120
. Mais au-delà de la
simple promotion d'une politique étrangère interventionniste, le CFR porte dans son ADN le souhait
de renforcer l'interdépendance des Nations. Bien que M. Brzezinski affirmait que « l’humanité est
loin d’être prête pour un gouvernement mondial et le peuple étasunien n’en veut certainement pas »
121
, l'idéologie propre à la classe dirigeante et affairiste, qui s'exprime à travers les nombreux traités
de libre échanges en cours de négociation (TiSA, TAFTA) ou déjà signé (TPP), semble dessiner une
gouvernance mondiale, ou du moins une réglementation régionale accrue à vocation mondiale.
l'Europe de l'après-guerre », Bruxelles, Eucoclio n° 52, 2010, p. 312
117. VAISSE Justin, Barack Obama et sa politique étrangère, 2012, Odile Jacob, p. 90
118. La rédaction, « Le CFR menace la Chine et les BRICS », 5 novembre 2014, solidariteetprogres.org
119. Idem
120. VAN AUKEN Bill, « Le budget du Pentagone orienté vers une guerre avec la Russie et la Chine », wsws.org
121. ZBIGNIEW Brzezinski, The Dilemma of the Last Sovereign. The American Interest Magazine, Automne 2005
61
Conclusion
Le phénomène de corruption des idées répond ainsi à une double dynamique. D'abord fondée sur les
progrès considérable accomplis par les techniques de propagandes, sous l'impulsion d'Edward
Bernays, elle s'est ensuite fortement professionnalisée grâce à l'implication croissante de grands
industriels dans des structures destinées à fabriquer l'information stratégique et à influencer
l'élaboration des politiques publiques. Nous avons démontré que les implications du
conditionnement des informations stratégiques, que ce soit à travers la propagande ou le lobbying,
constitue un enjeu majeur des relations internationales.
Pour autant, il serait certes abusif de considérer que le marché des idées a été capté par un seul
acteur ou une seule classe sociale. La diversité des groupes de pression, les nombreux médias
alternatifs, les organisations non-gouvernementales et les associations participent également à la
structuration des opinions, grâce à des études et des analyses destinées à un large public, aussi bien
populaire que décisionnel. Il est certain que la libre compétition des idées participe à la qualité du
débat public et à la fluidité des échanges.
Cependant, une inquiétude notable peut naitre de la dynamique actuelle qui conduit à une
concentration historique des ressources politiques et financières entre les mains d'un très faible
nombre d'individus, laissant au citoyen peu de moyens pour interagir avec des régimes éloignés des
principes démocratiques auxquels ils se réfèrent. Il est également dangereux que cette élite
s'intéresse, à l'instar de l'un des groupe de travail du Council on Foreign Relations, à la
« désactivation ou dépolitisation des problèmes tel que l'inflation ou le chômage »
122
. L'étude des
deux universitaires Martin Gilens et Benjamin Page, publiée dans l'Academic Journal Perspectives
on Politics met en exergue cette problématique en démontrant que les Etats-Unis ne répondent
aucunement aux exigences imposées par la démocratie
123
. Comment dès lors, réinvestir dans la
pensée citoyenne et démocratique ?
122. SHOUP Laurence, « Imperial Brain Trust, The Council on Foreign Relations and United States Foreign Policy »,
Broché, juillet 2014, p. 262
123. GILENS Martin & PAGE Benjamin, « Testing théories of American Politics : Elites, Interest Groups and Average
Citizens », 2014, Academic Perspectives on Politics, Princeton University
62
Bibliographie
Définition de la propagande
Ouvrages :
–
CHOMSKY Noam, 2002, Propagande, Le Félin, Paris.
–
ELLUL Jacques, Propagandes, Paris, Economica, coll. « Classique des sciences sociales »,
1990
–
ELLUL Jacques, Histoire de la propagande, PUF, 1967
–
AUGE Etienne, 2007, Petit traité de propagande a l'usage de ceux qui la subissent,
Bruxelles, éditions De Boeck p224
–
DORNA, QUELLIEN, SIMONNET, La propagande : images, paroles et manipulations,
Paris, 2008 L'Hartmann
–
LE BOHEC J., 1997, Les rapports presse-politique, Paris, L’Harmattan
–
BRETON P., 1997, La parole manipulée, Paris, La Découverte
–
DACHEUX E., 2004, L’impossible défi. La politique de communication de l’Union
européenne, Paris, CNRS
Articles Scientifiques :
–
BARZIN Nader, Propagande et attentats-suicide, Topique, 2010/2 n° 111, p. 59-72. DOI :
10.3917/top.111.0059
–
TAIEB Emmanuel, « la propagande revisitée », Quaderni 72, Printemps 2010
Théorie de la fabrication du consentement en démocratie de masse
Ouvrages Fondamentaux :
–
LIPPMANN Walter, [1922] 2004, Public Opinion, Dover Publications, New York.
–
TCHAKHOTINE Serge, 1992, Le Viol des foules, Tel, Gallimard, Paris
63
–
LE BON Gustave, Psychologie des foules (1895). Édition publiée par Félix Alcan, 1905
–
CHOMSKY Noam & HERMAN Manufacturing Consent Marseille Edition Agone 2008 pp.
330
Articles Scientifiques :
–
DANTIER Bernard Introduction à La psychologie des foules de Gustave Le Bon Québec
"Les classiques des sciences sociales" Chicoutimi, 16 octobre 2002, 22 pages
–
GEORGET Patrice, La persuasion publicitaire. Application des modèles théoriques de la
psychologie sociale, Revue internationale de psychosociologie et de gestion des
comportements organisationnels, 2005/25 Vol. XI, p. 197-219. DOI : 10.3917/rips.025.0197
–
CHOMSKY & CHENSEY, « Propagande médias et démocratie », éditions Ecosociété,
préfacé par Colette Beauchamp, 2000
Articles de Revues :
–
KENT Clark & LANE Loïs L'art de faire avaler la pilule Enquête sur l'acceptabilité sociale
Tiré de la Revue Z, n°1
Articles Journalistiques :
- RAMONET Ignacio La fabrique des désirs Le Monde Diplomatique mai 2001 p.9
Vie et œuvres d'Edward Bernays
Ouvrages Généraux :
–
BERNAYS Edward, Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie, Paris,
Zones, 2007 [1928]
–
LARRY Tye, The father of the spin : Edward L. Bernays & the birth of public relations ,
New York, [1998], 2002
–
SIMON & SCUSTER, Biographie of an Idea : Memoirs of Public Relations Counsel, New
York, 1965
Article Scientifique :
–
AUMERCIER Sandrine, Bernays, agent de Freud, Le Coq-héron, 2008/3 n° 194, p. 69-80.
DOI : 10.3917/cohe.194.0069
64
–
AUMERCIER Sandrine, Edward L. Bernays et la propagande, Revue du MAUSS, 2007/2 n°
30, p. 452-469. DOI : 10.3917/rdm.030.0452
–
BERNAYS Edward L., Correspondance avec Freud, Le Coq-héron, 2008/3 n° 194, p. 81-99.
DOI : 10.3917/cohe.194.0081
–
France Culture Daniel Mermet Emission Las-Bas Si J'y Suis Propaganda lundi 26 novembre
2007
Emissions :
Documentaire Télévisé :
–
CURTIS Adam, The Century of the Self, BBC
Think Tanks
Ouvrages :
- JOSLAIN Evenlyne, « L'Amérique des think tanks, un siècle d'expertise privée au service
d'une nation », Questions contemporaines, l'Hartmann, 262p
- HUYGHE François-Bernard, « Think tanks, quand les idées changent vraiment le monde »,
Vuibert, INHESJ, 160p.
Articles de presses :
–
DE AMORIM Mégane, « 1 % de la population détient la moitié de la richesse mondiale »,
Libération, 7 juin 2016
–
LOSSON Christian, « Ces 1 % de riches qui vont capter autant de richesses que les 99 %
restant de la planète », Libération, 19 janvier 2015
–
FABRE Thierry, « La vérité sur... le financement des think tanks », Challenges, 20
septembre 2016
–
ZARACHOWICZ Weronika, « L'influence des think tanks, cerveaux des politiques », 16
décembre 2011, Télérama
Articles scientifiques :
- GEUENS Geoffrey, « Avant-propos : think tanks, experts et pouvoirs », Quaderni,
70 | 2009, 5-9.
65
- GHORRA-GOBIN Cynthia, « Le positionnement des think tanks dans l’espace politique
américain : des lieux de recherche ou d’influence ? », Quaderni, 70 | 2009, 57-67
- RIS N°101, « Corruption, phénomène ancien, problème nouveau ? », sous la direction de
Carole Gomez et Sylvie Matelly, printemps 2016, Armand Colin
- VERGNIOLLE DE CHANTAL François, « La recherche indépendante aux États-Unis et
en France : le Council on Foreign Relations et l’Ifri », Quaderni, N°70, 2009
- WEHREY Frédéric, THALER David, BENSAHEL Nora, autres, « Dangerous but not
omnipotent. Exploring the rach and limitations of iranian power in middle east », 2009, Rand Corporation
Propagande et Démocratie
Ouvrage :
–
ETCHEGOYEN Alain, La Démocratie Malade du Mensonge, Paris, François Bourin,
–
KAMPS Hervé, L’Oligarchie ça suffit, vive la démocratie, Paris, Seuil, 2011
–
DE TOCQUEVILLE Alexis, De la démocratie en Amérique, Paris, Institut Coppet, 2012,
pp. 635
–
MONTESQUIEU, Esprit des lois, Paris, Jean de Bonnot, 1999, livre II, chap. 2, vol. 1
1993
Articles Scientifiques :
–
SAUVY Alfred. « L'information, clef de la démocratie », Revue française de science
politique, 1e année, n°1-2, 1951. pp. 26-39.
–
ELLUL Jacques. « Propagande et Démocratie », Revue Française de Science Politique, 2e
année, n°3, 1952, pp. 474-504
–
GALLOPIN Christian, « Vers une démocratie totalitaire? , » VST - Vie sociale et traitements,
2009/4 n° 104, p. 78-81. DOI : 10.3917/vst.104.0078
–
CHEVRIER Guylain, De la propagande à la communication : l’information, enjeu de
pouvoir, enjeu pour la démocratie, Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 86 | 2002, 912.
66
–
DUPUIS-DERI Francis, L’esprit antidémocratique des fondateurs de la « démocratie
moderne, publié dans la revue AGONE, no 22, septembre 1999, pp. 95-113
–
CHOMSKY Noam, Propagande & contrôle de l’esprit public, revue Agone, mis en ligne le
23 octobre 2008
L'AIPAC
Ouvrages :
- BALTHAZAR Louis, DAVID Charles-Philippe, VAISSE Justin, « La politique étrangère
des Etats-Unis : Fondements, acteurs, formulation », Presses de Sciences Po, 2008
- GOLDBERG J. J., Jewish power: inside the jewish establishment, Reading Mass.,
Addison-Wesley, 1996
- EARSHEIMER John et WALT Stephen, Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère
américaine, Paris, La Découverte, 2009
Publications scientifiques :
- COHEN Jim, « Le « lobby juif » aux États-Unis : contre les stéréotypes, la transparence »,
Mouvements, 2004/3 (n°33-34)
- MASSING Michael, « Deal breakers », The American Prospect, vol.13, n° 5, 11 mars 2002
- ROSEN Steven J., « Pushed on the Bandwagon », Foreign Policy, 4 septembre 2013
Articles de presses:
- « AIPAC Pummels Obama », The Washington Post, 2 mars 2015
- BONIFACE Pascal, « Hillary Clinton devant l'AIPAC », Médiapart, 24 mars 2016
- BIRNBAUM Jeffrey, « Washington's power 25 which pressure groups are best at
manipulating the laws we live by A groundbreaking fortune survey reveals who belongs to lobbying's elite
and why they wield so much clout », Fortune magazine, 8 décembre 1997
- DIFFALAH Sarah, « Les contradictions de Barack Obama », Le Nouvel Observateur, 22
septembre 2011
67
- EDSALL Thomas B., COOPERMAN Alan, « GOP Uses Remarks to Court Jews », The
Washington Post, 13 Mars 2003
- « Fears of Lasting Rift as Obama battles Pro Israel Group on Iran », The New York Times, 8
Août 2015
- HALIMI Serge, « Le poids du lobby pro-israélien aux Etats-Unis », Le Monde
Diplomatique, août 1989
- HALIMI Serge, « Coup de froid entre les Etats-Unis et Israël », Le Monde Diplomatique,
24 mars 2010
- « How the Iran Nuclear Deal Weakened AIPAC », Newsweek, 1er septembre 2016
- « Influential Pro Israel Group Suffers Stinging Political Deafeat », The New York Times, 11
septembre 2015
- « J Street vs. AIPAC: Main US pro-Israel lobbies disagree on Iran deal », The Jerusalem
Post, 14 Juillet 2015
- KRIEGEL Daniel, « Israël, pays le plus militarisé du monde ? », Le Point, 28 décembre
2012
- « Le puissant lobby pro-israélien Aipac en perte d’influence face à Barack Obama », Le
Monde, 5 mars 2014
- MANDEVILLE Laure, « L'Aipac, le lobby pro-israélien des États-Unis », Le Figaro, 18
mai 2009
- « Résolutions de l'ONU non respectée par Israël », Le Monde Diplomatique
- « Obama Urges Critics of Iran Deal to Ignore Drumbeat of War », The New York Times, 6
Août 2015
- KRIEGEL Daniel, « Israël, pays le plus militarisé du monde ? », Le Point, 28 décembre
2012
- « Pro Israel AIPAC Creates Group to Lobby Against the Iran Deal », The New York Times,
17 juillet 2015
- « On Obama´s Plan, a Message Emerges in Israel: Stay Quiet », The New York Times, 1er
septembre 2013
68
Sites internet:
- AIPAC, « How we work », http://www.aipac.org/, accédé le 18 janvier 2016.
- MASSING Michael, « The Israel lobby », The Nation, 10 juin 2002,
http://www.thenation.com
Le Council on Foreign Relations
Ouvrages :
- FIOR Michel, Institution globale et marchés financiers : la SDC face à la reconstruction
de l'Europe, 2008, Peter Lang
- Helmut Schmidt, Des puissances et des hommes, Paris, Plon, 1987, pp.246
- HEYDE Veronika, « De l'esprit de la Résistance jusqu'à l'idée de l'Europe : projets
européens et américains pour l'Europe de l'après-guerre », Bruxelles, Eucoclio n° 52, 2010, 414pp.
- SHOUP Laurence, « Imperial Brain Trust, The Council on Foreign Relations and United
States Foreign Policy », Broché, juillet 2014, 334pp.
- MARTEL Frédéric, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006
- USEEM Micheal, « The Inner Circle. Large Corporations and the Rise of Business
Political Activity in the U.S. and U.K. », Oxford, Oxford University Press, 1984
- VAISSE Justin, Barack Obama et sa politique étrangère, 2012, Odile Jacob, p. 90
- ZBIGNIEW Brzezinski, The Dilemma of the Last Sovereign. The American Interest
Magazine, Automne 2005
Publications scientifiques :
- FAUPIN Alain, « La pensée au service de l'action : les think tanks américains », Revue
Internationale et Stratégique n°52, 2003/4, p. 208
69
- GEUENS Geoffrey, « Idéologies et hégémonie : la classe dirigeante au prisme des think
tanks », Quaderni, 70, 2009
- GILENS Martin & PAGE Benjamin, « Testing théories of American Politics : Elites,
Interest Groups and Average Citizens », 2014, Academic Perspectives on Politics, Princeton University
- HAASS Richard, « Think Tanks and US Foreign Policy : A Policy-maker’s Perspective »,
The Role of Think Tanks in US Foreign Policy, revue électronique du département d’Etat, vol. 7, no 3,
novembre 2002.
- KENNAN George, « The Sources of Soviet Conduct », Foreign Affairs, juillet 194
- LEPINASSE Pierre, « Vers un intelligence économique transnationale ? La Commission
trilatérale », Revue fraçnaise d'Etudes américaines, 1995, Volume 63, p. 107 -116
Sites internet :
- CFR, « A Conversation with U.S. Secretary of State Hillary Rodham Clinton », 15 juillet
2009, cfr.org
- La rédaction, « Le CFR menace la Chine et les BRICS », 5 novembre 2014,
solidariteetprogres.org
- MEYSSAN Thierry, « Comment le Conseil des relations étrangères détermine la
diplomatie US », 25 juin 2004
- VAN AUKEN Bill, « Le budget du Pentagone orienté vers une guerre avec la Russie et la
Chine », wsws.org
- YONG KIM Jim, « Discours du président Jim Yong Kim au CFR », 1 avril 2014,
banquemondiale.org
70
Remerciements
Tout d'abord, je souhaiterais remercier chaleureusement Madame Gwenaëlle Sauzet, directrice de la
communication de l'IRIS, pour m'avoir ouvert les porte de l'Institut des Relations Internationales et
Stratégiques afin d'y effectuer un stage de 4 mois à ses côtés. D'une grande gentillesse et toujours à
l'écoute, Madame Sauzet m'a permis de tirer le meilleur de cette expérience et de découvrir ce qu'est
la communication d'un think tank. Si ce stage fut pour moi aussi riche et formateur c'est en grande
partie grâce à son savoir être, sa bonne humeur et sa disponibilité.
Je tiens également à remercier toute l'équipe de l'IRIS qui a contribué à rendre l'ambiance de travail
très agréable. Il fut particulièrement plaisant de travailler dans une structure où l'atmosphère est
détendue et respectueuse tout en étant également studieuse et ouverte aux échanges sur les
nombreuses questions qui jalonnent les relations internationales.
71
Téléchargement
Explore flashcards