Telechargé par Sebti Benhadda

Anatomie de la sclére

publicité
Dr : Benhadda (2016 - 2017)
Présentation de
Anatomie de la sclérotique
Plan du cours
I.
II.
III.
IV.
V.
VI.
VII.
VIII.
IX.
INTRODUCTION
INTÉRÊT DE LA QUESTION
MOYENS D’ETUDE
EMBRYOLOGIE
ANATOMIE DESCRIPTIVE
LES RAPPORTS
HISTOLOGIE
VASCULARISATION
INNERVATION
I. INTRODUCTION
• La sclérotique ou sclère, est la plus externe des tuniques de l’œil.
• Elle entoure les 4/5e postérieurs du globe dont elle assure la
protection.
• Fibreuse et inextensible, (sauf chez le jeune enfant) c’est la plus
solide et la plus résistante des membranes de l'œil,.
• Elle donne insertion aux muscles oculomoteurs et se continue en
avant par la cornée.
• facilement clivable, cicatrisant lentement et peu vascularisée
II. INTÉRÊT DE LA QUESTION
 anatomique:

Donne insertion aux muscles oculomoteurs,

Livre passage aux éléments vasculo-nerveux du globe oculaire

Contribue à la formation de l’angle irido-cornéen et du limbe.
 physiologique:

Protège la chorio-rétine et le vitré contre les chocs.

Soutient le globe.

Par sa rigidité, maintient le tonus oculaire.
 pathologique:
Tissu Fibreux pauvre en cellules mais riche en fibrilles collagènes et
en fibres élastiques, d’où une lenteur à la cicatrisation des plaies
et la nature Immuno-allergique de nombreuses sclérites.
II. INTÉRÊT DE LA QUESTION
 Chirurgical :
Son intérêt chirurgical est énorme. Son abord se fait sous microscope
opératoire pour :
 la chirurgie de la cataracte par voie limbique,
 la chirurgie antiglaucomateuse (trabéculectomie, sclérectomie,
goniotomie, trabéculotomie, iridectomie),
 la chirurgie du décollement de rétine (poches rapportées, poches
intrasclérales, indentation par Silastict, cryoapplication, ponction
du liquide sousrétinien...).
 la chirurgie des muscles oculomoteurs.
III. MOYENS D’ETUDE
1. La biomicroscopie : montre, à travers la conjonctive, la couleur de
la sclérotique et les vaisseaux épi-scléraux.
2. gonioscopie.
3. La trans-illumination sclérale : à la recherche d’une éctasie ou un
amincissement scléral.
4. L’angiographie fluorescéinique.
5.L’histologie
6. microscopie électronique: l’ultrastructure de la sclère
IV. EMBRYOLOGIE
• La Sclérotique, choroïde et cornée ont des bases ontologiques
communes.
• La sclérotique se développe, aux dépens du mésoderme qui
enveloppe la cupule optique neuroblastique, par condensation des
couches externes du mésenchyme à partir du deuxième 2ème mois de
gestation.
• L’ébauche de la sclérotique commence à la périphérie de
l’endothélium cornéen, les cellules mésenchymateuses se disposent
de façon concentrique le long des feuillets rétiniens pour donner :
 En dedans : choroïde et vitrée.
 En dehors : la capsule de tenon.
 Entre les deux : la sclérotique dont la condensation progresse d’avant
en arrière.
IV. ANATOMIE DESCRIPTIVE
1. La forme : La sclérotique représente les 4/5èmes d’une sphère
creuse, traversée en arrière par le nerf optique (orifice postérieur).
En avant vient s’encastrer la cornée(orifice antérieur).
2. La Couleur : variable selon l’âge
•Elle est bleuâtre mince et translucide à la naissance
•blanc nacré chez l’adulte.
•Jaunâtre chez le vieillard, par calcification et hyalinisation
3. Poids : c’est le un sixième du poids total du globe, soit 1,2 g en
moyenne.
IV. ANATOMIE DESCRIPTIVE
4. Les dimensions:
•diamètre est de 23 à 24 mm (variable selon l’âge et l’amétropie)
En fait, la biométrie par échographie a montré de grandes différences de
longueur du segment postérieur en cas d’amétropie, un œil très myope
pouvant atteindre 32 mm, ainsi une myopie de 1 D correspond à un
allongement de l’axe antéropost du globe de 0.4mm
•Circonférences moyennes : - sagittale : 65 à 66 mm
- équatoriale : 77 mm
•Épaisseur : très variable selon les régions
1 mm au voisinage du nerf optique.
0.6 mm au limbe
0.5 mm à l’équateur ;
0.3 mm en arrière des insertions des tendons des muscles droits
qui sont le siège fréquent des déchirures traumatiques




V. LES RAPPORTS :
• La sclérotique comprend 2 faces externe et interne , 2 bords
antérieur et postérieur et des orifices pour le passage des
éléments vasculo-nerveux du globe oculaire.
V. LES RAPPORTS :
1. FACE EXTERNE :
• Blanche terne, convexe et lisse, reçoit les insertions des muscles
oculomoteurs ainsi que leurs aponévroses.
• Elle représente la voie d’abord de la sclère.
• Cette face est tapissée de la surface à la profondeur par trois tissus
transparents, vascularisés, sont rencontrés successivement,
appliqués sur sa courbure :
 La conjonctive bulbaire ;
 La capsule de Tenon ;
 Episclère.
• Ces trois tissus sont séparés par des espaces qui constituent
chacun un plan de clivage.
FACE EXTERNE
FACE INTERNE
BORD ANTERIEUR
Aspect de l'orifice postérieur scléral
Artère ciliaire antérieure
vaisseaux ciliaires postérieurs et vortiqueuses
Vascularisation du globe ocualire
V. LES RAPPORTS (FACE EXTERNE) :
A. Les insertions sclérales des muscles oculomoteurs :
Les quatre muscles droits et les deux muscles obliques s’insèrent sur la
sclérotique par l’intermédiaire de tendons, qui s’écartent en
éventail, et la pénètrent profondément
1. Insertions des muscles droits : Les tendons des quatre muscles
droits, longs de 3 à 4mm (6 à 7mm pour le droit externe), larges de
10 mm environ, s’insèrent sur une ligne spiroïde, virtuelle (spirale
de Tillaux).
Leur distance par rapport au limbe croît du droit interne au droit
supérieur, en passant par le droit inférieur et le droit externe :
– à 6 mm du limbe pour le droit interne
– à 7 mm du limbe pour le droit inférieur (+ou- 2mm)
– à 7,5 mm pour le droit externe
– à 8 mm pour le droit supérieur
V. LES RAPPORTS (FACE EXTERNE) :
2- Insertions des muscles obliques : se font sur la moitié postéro externe de
la sclère. Ces insertions sont postérieures à l’équateur.
Les deux muscles obliques cravatent la sclère dans le sens transversal selon
l’axe équatorial.
Le petit oblique :
-D’abord séparé de la sclère par la terminaison du droit inférieur, s’insère
dans son quadrant postéro-inféro-externe ;
-La partie la plus antérieure de l’insertion est située à 17 mm du limbe.
-Sa partie la plus postérieure est proche du nerf optique à 6 mm
Le grand oblique :
Après être passé sous le muscle droit supérieur s’insère dans le quadrant
postéro-supéro-externe du globe
La partie la plus antérieure de l’insertion, est à 14 mm du limbe.
La partie la plus post de l’insertion est au-dessus du nerf optique à 8mm de
celui-ci.
V. LES RAPPORTS (FACE EXTERNE) :
B. La conjonctive bulbaire : est la portion de conjonctive qui
recouvre la sclère en avant, elle est richement vascularisée et
adhérente à la capsule de Tenon et à l’épisclère au pourtour du
limbe.
C. La capsule de Tenon : c’est une membrane fibro-élastique qui
recouvre la sclère du limbe jusqu’à la pénétration du nerf optique
formant ainsi une cavité dans laquelle le globe se mobilise. C’est le
prolongement des gaines musculaires sur la surface de la sclère.
D. L’épisclère : est un tissu conjonctif lâche recouvre la sclère sans y
adhérer, elle est bien vascularisée.
V. LES RAPPORTS
2. FACE INTERNE
Concave et lisse, de coloration brune, elle recouvre l’ensemble du
tractus uvéal, qui est la véritable membrane vasculaire de l’œil et qui
comprend:
•la choroïde (segment postérieur de l’uvée) ;
•le corps ciliaire (segment moyen de l’uvée) ;
• la base de l’iris (segment antérieur de l’uvée).
La sclère est très adhérente à la choroïde.

V. LES RAPPORTS (FACE INTERNE) :
Rapports de la face interne de la sclère :
La surface interne de la sclère entre en rapport intime
1- la suprachoroïde (ou lamina fusca) : c’est la couche la plus externe
de la choroïde.
2- la supra ciliaire : prolongement antérieur de la supra choroïde, où
cheminent :
 les deux artères ciliaires longues qui vont former le grand cercle
artériel de l’iris ;
 les artères récurrentes issues de ce cercle
 les artères ciliaires antérieures
 les nerfs ciliaires longs
 les nerfs ciliaires antérieurs
V. LES RAPPORTS (FACE INTERNE) :
3- Le muscle ciliaire (muscle de Brücke et muscle de Rouget-Muller)
L’adhérence entre la face interne de la sclère et la choroïde est
variable :
• Renforcée par L’insertion du muscle ciliaire sur l’éperon scléral ; les
points de pénétration et le cheminement des veines vortiqueuses,
des vaisseaux et nerfs ciliaires courts postérieurs, des artères et des
nerfs ciliaires longs postérieurs sur les méridiens de 3 heures et de 9
heures ; la jonction des gaines du nerf optique.
• Elle est très faible entre l’éperon scléral et l’équateur siège
habituelle des décollements choroïdiens.
-L’ora serrata, séparée de la sclère par l’uvée, se projette sur la
sclérotique : à 8 mm du limbe en temporal ; Et à 7 mm en nasal
V. LES RAPPORTS
3. BORD ANTÉRIEUR : Représenté par la jonction cornéo-sclérale ou
foramen antérieur cette partie sclérale est appelée sulcus scléral interne.
A ce niveau la sclère est creusée par une rainure dans laquelle vient
s’enchâsser la cornée. Cette rainure possède 2 lèvres : la lèvre antérieure
constitue le biseau scléral, la lèvre postérieure est constituée par le septum
scléral, en arrière du quel se trouve l’éperon scléral, et entre les 2, est
creusée la gouttière sclérale où se loge le canal de Schlemm.
Ce foramen antérieur est séparé en :
foramen antérieur externe, ovale, de diamètre 10,6 à 11,6 mm
foramen antérieur interne, circulaire, de diamètre 11,6 mm.
La jonction cornéo-sclérale constitue le limbe scléro-cornéen qui comporte
deux versants:
le versant antérieur (ou lèvre antérieure) constitue le biseau scléral,
oblique en avant et en dedans
le versant postérieur (ou lèvre postérieure) de ce coin, limite un biseau
de sclérotique. Le sommet central est le septum scléral, oblique en arrière
et en dedans.
V. LES RAPPORTS (BORD ANTÉRIEUR)




Le bord postérieur du biseau scléral est creusé par la gouttière
sclérale dans laquelle s’encastre le canal de schlemm.
La gouttière est bordée en arrière par l’éperon scléral qui
représente la limite postérieure du limbe
Entre le biseau et le septum scléral, la sclère est prolongé en
dedans par le stroma cornéen
Entre le septum et l’éperon scléral vient s’encastrer le trabéculum
scléral qui s’insère sur le bord interne en dedans du septum sur
l’anneau de Schwalbe situé en périphérie de la descemet.
V. LES RAPPORTS
3. ORIFICE POSTÉRIEUR OU FORAMEN POSTÉRIEUR :
Réalisée par le canal scléral du nerf optique. Il est long de 0,5 à 0,8
mm, c’est le lieu de passage des fibres optiques. Il est partiellement
fermé par la lame criblée qui est une formation fibreuse gliale percée
de multiples trous par où passent les faisceau de fibres optiques.
V. LES RAPPORTS
3. ORIFICE POSTÉRIEUR OU FORAMEN POSTÉRIEUR :
(canal scléral du nerf optique) :
Le bord postérieur de la sclérotique limite l’orifice de sortie du nerf optique, ce
dernier traverse les parois du globe dans un canal divisé en deux parties :
 le canal scléro-choroïdien, dont les parois sont représentées par les
membranes du globe oculaire, et qui représente le 1/4 de l’épaisseur de la
paroi oculaire ;
 le canal scléro-sous-arachnoïdien qui en représente les 3/4.
(La sclérotique est l’élément le plus important du canal sclérochoroïdien de par
son épaisseur, sa consistance et la formation d’un éperon scléral antérieur qui
s’interpose entre les différentes couches de la choroïde et le tissu d’Elschnig.
Ce canal scléral est long de 0.5 à 0.8 mm, en forme de tronc de cône, dont le
diamètre antérieur (sommet) est de 1,5 mm et le diamètre postérieur (base) de 3
mm, légèrement décentré par rapport au pôle postérieur du globe) 7 orifice est
partiellement fermé par la lame criblée d’où traverse les F.amyélinique du N.O
V. LES RAPPORTS
4. . TRAVERSÉE DES ÉLÉMENTS VASCULO-NERVEUX :
La sclère est pauvre en vaisseaux.
À côté des vaisseaux intra scléraux à rôle nourricier, d’autres vaisseaux ne font que
traverser la sclère. Ainsi, la sclère ménage des orifices d’entrée et de sortie :

en avant, aux artères et veines ciliaires antérieures ;

à l’équateur, aux quatre veines vortiqueuses ;

au pôle postérieur, aux vaisseaux et nerfs ciliaires courts et longs
postérieurs.

V. LES RAPPORTS
4. . TRAVERSÉE DES ÉLÉMENTS VASCULO-NERVEUX :
•Orifice des vaisseaux ciliaires antérieurs :
-Les artères ciliaires antérieures, branches terminales des artères
musculaires (issues de l’artère ophtalmique), sont au nombre de
deux par muscle, sauf au niveau du droit externe, où l’artère est
unique.
-Elles pénétrant la sclérotique en arrière du limbe, un peu en avant
des insertions des muscles droits.
-Elles prennent une direction oblique en dedans, en arrière et vont
participer à la formation du grand cercle artériel de l’iris ; les veines
et les nerfs ciliaires suivent le même trajet des artères.
V. LES RAPPORTS
4. . TRAVERSÉE DES ÉLÉMENTS VASCULO-NERVEUX :
Orifices des veines vortiqueuses: habituellement au nombre de quatre, parfois
plus nombreuses,
Elles drainent le réseau choroïdien, traversent l’espace supra choroïdien, puis la
sclère, sur un trajet long de 4 mm, Puis émergent sur la face externe de la sclère en
arrière de l’équateur
Veine nasale supérieure ou supéro-interne émerge à 8mm en arrière de l’équateur
Veine temporale supérieure ou supéro-externe émerge à 7mm en arrière de
l’équateur.
Veine temporale inférieure ou inféro-externe émerge à 6mm en arrière de
l’équateur.
Veine nasale inférieure ou inféro-interne émerge à 5,5mm en arrière de l’équateur
NB !!Leur repère est capital en chirurgie oculaire pour éviter leur blessure.
V. LES RAPPORTS
4. . TRAVERSÉE DES ÉLÉMENTS VASCULO-NERVEUX :
 Orifice des vaisseaux et nerfs ciliaires postérieurs : perforent la
sclère en formant une couronne autour du nerf optique, réalisant
véritable plexus vasculo-nerveux péri-optique (plexus ciliaire de
Valentin).
 Les artères ciliaires postérieures : branches de l’artère
ophtalmique, elles cheminent de part et d’autre du nerf optique,
puis donnent deux groupes de branches, le 1er groupe pénètre la
sclère sur les méridiens de 3 et 9 heures et constitue les artères
ciliaires postérieures longues qui participent à la constitution du
grand cercle artériel de l’iris. Le 2ème groupe constitue les artère
ciliaires postérieures courtes destinées à la vascularisation de la
choroïde.
V. LES RAPPORTS
4. . TRAVERSÉE DES ÉLÉMENTS VASCULO-NERVEUX :
 Les nerfs ciliaires courts et longs : les nerfs ciliaires courts
postérieurs sont au nombre variable, ils proviennent du ganglion
ciliaire. Les nerfs ciliaires longs postérieurs ont un trajet commun
avec les artères du même nom.
VI. HISTOLOGIE :
La sclérotique est un tissu conjonctif fibreux, dense, peu vascularisé,
formé essentiellement de faisceaux de fibrilles de collagènes au sein
d’une substance fondamentale. Elle comprend aussi des fibres
élastiques et peu de fibrocytes et de cellules pigmentaires
(chromatophores). Les faisceaux de collagène sont grossièrement
parallèles à la surface sclérale, elles s’entrecroisent dans toutes les
directions ce qui confère à la sclère sa résistance.
Ainsi, la sclère assure une rigidité au globe ; assure une protection
contre les chocs et les rayons lumineux ; un rôle de soutient contre la
pression atmosphérique et les contractions musculaires.
VI. VASCULARISATION
La sclérotique est très faiblement vascularisée.
Elle est nourrie par imbibition à partir des couches voisines. Sa vascularisation est
assurée cependant par un réseau artérioveineux.
1. Le réseau artériel :

des artères ciliaires courtes postérieures ;

des artères ciliaires antérieures, qui constituent les plexus profonds et
superficiels.
2. Le réseau veineux : Le trajet des veines suit celui des artères (réseau superficiel
et profond)
VII. INNERVATION
Assurée par les nerfs ciliaires courts comprenant :

des nerfs vasomoteurs ;

des nerfs trophiques, – des nerfs sensitifs,
Téléchargement
Explore flashcards